Quelques concepts ardus

Quelques concepts ardus dans FRANCHIR LE SEUIL MILLENAIRE plantes-feuilles-00020Je découvre que ma vie de channel est essentiellement consacrée à la traduction. La traduction de ce que Kryeon a appelé le « troisième langage » est la transcription de la voix de l’esprit en langage humain. Dans mon cas, il s’agit de l’anglais. Je sais que certains d’entre vous lisent cet ouvrage dans l’une des onze langues dans lesquelles on a donné l’autorisation de traduction.  

Aussi êtes-vous en train de lire la traduction d’une traduction ! Au cours de ces dernières années, Kryeon a poursuivi sans cesse la transmission de concepts difficiles à appréhender, dans quelque langue que ce soit. J’ai souhaité commencer ce livre en vous fournissant ma version et mes explications personnelles concernant certains des concepts les plus difficiles que Kryeon ait jamais délivrés. Ainsi, j’espère rendre certaines des communications qui vont suivre plus claires et plus aisées à comprendre.  

Je vais maintenant parler de plusieurs concepts et d’une métaphore que Kryeon a présenté à diverses reprises. Au cours de cet exposé, je vais aborder les idées suivantes, telles qu’elles ont été énoncées par Kryeon au cours de ses channelings :  

1. Le temps « du moment présent » (et temps variable) ;  

2. la réalité humaine ;  

3. la dimensionnalité et la métaphore du train;  

4. l’âme humaine éternelle – tous des sujets légers et anodins, n’est-ce pas ?  

Le temps « du moment présent »     

Bon, d’accord, le temps c’est le temps. Je jette un regard à une horloge et elle fonctionne toujours à la même vitesse. En outre, les scientifiques dont l’occupation consiste à mesurer le temps nous ont offert des horloges atomiques parfaitement réglées et variant de moins d’une seconde en mille ans. Ainsi, on pourrait dire que le temps est absolu et que la science l’a démontré, n’est-ce pas ?  

En réalité, c’est l’inverse qui est vrai. Le temps est variable et la science l’a également prouvé. Kryeon déclare que nous  vivons dans un monde à quatre dimensions. Les scientifiques qualifient ce monde de « trois-plus-un », mais j’aborde là le sujet de la dimensionnalité que nous traiterons plus tard. Je dois vous apprendre, au cours de cet exposé, que Kryeon considère le temps comme l’une des quatre dimensions que nous autres, humains, voyons comme notre réalité. Les scientifiques viennent de l’admettre récemment. Toujours selon Kryeon, chacune de ces quatre dimensions est variable et conceptuelle par nature : longueur, largeur, hauteur et temps. Il y en a quatre. Notez également qu’aucune d’entre elles ne définit les choses – elles ne sont que des concepts. Mais nous en dirons davantage à ce sujet plus tard.  

Bien que nos horloges avancent à une vitesse bien précise et apparemment dans une seule direction (en avant), l’un de nos plus grands scientifiques a pensé autrement. En 1905, Albert Einstein découvrit la théorie de la relativité expliquant la relativité du temps. Bien entendu, je ne vais pas essayer de vous expliquer E = mc² dans ces pages. Je suis le channel, pas le scientifique (n’êtes-vous pas contents ?). Mais j’aimerais vous faire connaître le point essentiel qu’Einstein mit à l’époque en évidence.  

Il déclara que le temps est une variable (ou relatif) selon la vitesse à laquelle vous vous déplacez. Il nous fournit, à cet égard, le paradoxe de l’horloge. Il s’agit là d’un exemple fictif amusant concernant les voyageurs de l’espace quittant la Terre et voyageant à une vitesse presque égale à celle de la lumière en direction d’un lieu extrêmement lointain, puis revenant sur la Terre. À leur retour, tous ceux qu’ils avaient laissés derrière eux avaient considérablement vieilli ! Apparemment, le temps s’était écoulé beaucoup plus rapidement sur la Terre ou bien alors s’était écoulé plus lentement pour les voyageurs. Cependant, dans chaque cas, leurs horloges respectives semblaient être restées constantes ! Selon Einstein, l’explication réside dans le fait que la variable de la vitesse a pu altérer le cours du temps. Donc, le temps est en relation étroite avec la vitesse. Cette théorie parut sensée aux scientifiques mais ne put être prouvée jusqu’au jour où l’accélération d’une petite particule révéla qu’Einstein avait raison. À peu près à la même époque, les astronomes démontrèrent également que la théorie d’Einstein selon laquelle la gravité infléchissait le cours de la lumière était exacte. Nous savons donc, grâce à un grand scientifique, que le temps est, en fait, une variable.  

Je vous propose une autre métaphore à ce sujet; elle est reliée au train de la réalité dont nous discuterons plus tard. Deux trains quittent une gare au même instant. L’un va plus vite que l’autre et arrive donc à destination le premier. Les horloges, dans chacun des trains, indiquent exactement la même heure, mais l’un des trains arrive plus tôt. Vous pourriez penser: « C’est évident. » Cependant, la réalité de notre train humain ne perçoit que le temps exprimé par l’horloge. Nous n’avons pas conscience d’une dimension qui permet un autre genre de temps, par exemple un temps de nature interdimensionnel. Dans le cas de notre analogie, celui-ci correspondra à la vitesse du train sur lequel nous nous trouvons.  

Pourquoi raconter cette histoire ? Afin de faciliter la compréhension de concepts tels que le TEMPS PRÉSENT et la RÉALITÉ. Ce temps a été maintes fois mentionné dans les travaux de Kryeon. Depuis le début, Kryeon nous répète que nous nous trouvions situés dans une dimension temporelle erronée appelée le TEMPS LINÉAIRE. Le cadre temporel décidé par Dieu est celui du TEMPS PRÉSENT. Pour nous, il est linéaire. Ce temps linéaire peut bien être « erroné » selon Kryeon, il n’empêche que, à mon avis, c’est ainsi que les choses fonctionnent. Pour moi, toute chose se meut le long d’une voie toute droite. En parcourant cette voie, une ligne temporelle est créée représentant ce que j’ai fait hier (le passé), ce que j’accomplis aujourd’hui (le présent) et ce que j’ai prévu de faire demain (le futur). Peut-il exister quelque chose de plus banal et simple à comprendre ?  

Cependant, Kryeon appelle ceci un attribut manufacturé pour notre existence à quatre dimensions. En outre, il évoque (au cours de ses channelings scientifiques) différentes dimensions temporelles situées dans d’autres parties de notre univers « visible ».   Ce qui est le plus drôle, dit-il, c’est que nous sommes d’ores et déjà dans le maintenant, mais que notre perception linéaire est quelque chose qui a été « rajouté » par-dessus afin de nous rendre plus à l’aise par rapport à tout cela. Il pose la question suivante : Comment appelez-vous le présent ? Bien entendu, la réponse est que nous l’appelons aujourd’hui ou maintenant. Il poursuit en nous interrogeant : Lorsque vous serez rendus à demain, comment l’appellerez-vous ? La réponse est à nouveau aujourd’hui ou maintenant. Puis, il nous demande ; Et demain (devenu votre aujourd’hui), lorsque vous regardez en arrière, comment nommez-vous le passé pendant que vous y vivez ? La réponse est encore : aujourd’hui ou maintenant. Kryeon met l’accent sur ces points précis et déclare que quelle que soit la façon dont les humains considèrent  le passé ou le futur, il s’agit toujours d’aujourd’hui ou de maintenant au moment où il se déroule. Donc, le maintenant représente toujours notre réalité et la mienne, et le passé et le futur ne sont que de simples concepts. Ainsi, vous êtes constamment dans le maintenant.  […] 

Le temps du moment présent est circulaire. Tout ce qui fut ou sera jamais est ici, présent sous une forme ou une autre. Nous sommes placés au centre du cercle temporel. Tout ce que nous avons accompli est toujours avec nous maintenant. (Possédez-vous des photos de ce que vous avez fait il y a quelques temps ? Et que dire de vos souvenirs ?) Tout ce que vous avez réalisé dans le passé est avec vous en cet instant précis et compose votre réalité. Le futur, bien que non manifesté dans votre réalité présente, existe en qualité de « manifestions potentielle » dans votre cercle du moment présent. Il est donc lui aussi présent avec vous maintenant. Ce cercle subit une distorsion par une énergie que l’on appelle notre réalité, réalité constituée de notre présent, de notre passé et des potentialités de notre futur. Kryeon ajout qu’en manifestant (ou non) ces potentialités, la distorsion de la boîte de notre réalité varie. 

par Lee Carroll Channel de Kryeon 

plantes-feuilles-00020 dans FRANCHIR LE SEUIL MILLENAIRE

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...