Pour ceux qui ont reçu la même éducation que moi

Pour ceux qui ont reçu la même éducation que moi dans LEVEE DU VOILE libelluleLes États-Unis ont été fondés sur les principes chrétiens. Bien que nous accueillions toutes les religions et que nous les protégions par des lois, plusieurs des hommes et des femmes qui se sont installés ici à l’origine « protestaient » à la fois contre l’Église d’Angleterre et l’Église catholique, désirant la liberté de culte pour le Nouveau Monde. La religion fondatrice fondamentale de l’Amérique est donc la chrétienté sous toutes ses formes. Le lecteur juif me pardonnera les nombreuses références au Christ dans cette introduction. Plus loin dans ce livre, il prendra sûrement intérêt à lire les pénétrantes transmissions qui ont eu lieu à Tel-Aviv et à Jérusalem. Je désire pourtant traiter tout d’abord de la « culture de mon pays » puisque je suis né aux États-Unis. Comme ce livre sera aussi traduit en hébreu, je dis ici « shalom » à mes frères et soeurs juifs. Vous pouvez sauter les quelques paragraphes ci-dessous si vous le désirez. Je sais que le Christ n’est pas votre sujet préféré… 

Mon message est le suivant : la réalité dépasse le visible ; l’amour de Dieu est plus grand que ce que l’on vous a appris, plus profond que ne l’enseignent les religions ; vous en faites puissamment partie depuis toujours. Au cours des soixante dernières années, l’humanité a découvert des manuscrits originaux de plusieurs disciples du Christ [Nag Hammadi, Égypte – 1945 ; « Les évangiles perdus », magazine Time, 22 décembre 2003]. 

Ils ont été authentifiés*. Ces manuscrits nous fournissent un excellent aperçu de ce que le Christ a réellement dit à l’époque ainsi que des véritables échanges qui ont eu lieu entre certains de ses disciples. Encore en très bon état après avoir traversé ainsi les siècles, ils constituent un véritable trésor historique. 

Ce qui crée ici la controverse, c’est que ces manuscrits diffèrent largement des textes beaucoup plus anciens qui ont été sanctifiés et transmis à travers les âges, et auxquels les chrétiens s’accrochent comme à leur ressource la plus sacrée. 

La plupart des écrits de la Bible ne sont accessibles au commun des mortels que depuis peu. Pendant plus d’un millénaire, seules les autorités religieuses avaient le droit de les lire et de les interpréter. Les chefs religieux étaient alors également les chefs politiques, une situation que je considère comme très dangereuse et qui existe encore aujourd’hui dans certains pays d’une autre religion moins ancienne, mais très puissante. N’est-il pas normal qu’un chrétien veuille voir les textes originaux ? 

Lesquels, d’après vous, se rapprochent le plus de ce qui fut écrit à l’origine ? Ceux qui sont passés entre d’innombrables mains et qui ont été copiés et traduits de nombreuses fois selon l’optique de tel ou tel groupe particulier, ou bien ceux qui n’ont été touchés par personne pendant des siècles et qui n’ont été descellés et traduits que récemment ? Ne posez pas la question à un prêtre ou à un ministre du culte, car il vous répondra ce que l’Église lui a appris à répondre. Le sujet ne laisse toutefois pas cette dernière indifférente puisqu’elle considère ces écrits comme blasphématoires ou hérétiques. 

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils diffèrent trop de ceux qui se trouvent dans la Bible. Posez-vous la question. Faites une prière auparavant ! Demandez à être guidé vers la vérité. 

Je vous recommande fortement de lire un ouvrage récent de Donald L. O’Dell, How the Bible Became the Bible [« Comment la Bible est devenue la Bible »]. Cet ouvrage, qui s’adresse à des profanes comme vous et moi, relate toute l’histoire de ce livre appelé la Bible. Oserez-vous le lire ? Ce n’est que de l’histoire, mais vous y découvrirez que le passé réel ne  concorde pas avec ce qu’on vous a enseigné. Vous aurez peut-être alors à choisir entre l’histoire et la mythologie (les histoires transmises du passé)… Quel choix embarrassant ! 

Toutes ces découvertes remettent en cause la religion ancienne et ce qu’on nous a dit de l’attente de Dieu envers nous. Se pourrait-il que nous soyons ici pour découvrir ce qui est spirituellement à l’intérieur de nous ? C’est exactement ce que dit l’apôtre Thomas dans le texte intégral de son évangile, texte présenté par Elaine Pagels dans son livre Beyond Belief: 

The Secret Gospel of Thomas [« Au-delà de la foi : L’Évangile secret de Thomas »]. Elaine Pagels ne révèle pas uniquement les écrits de l’apôtre Thomas, disciple de Jésus, mais aussi la dynamique qui existait entre Thomas et l’apôtre Jean, laquelle a conduit à la création de l’expression classique « Thomas l’incrédule ». Ce n’est pas du tout ce que vous croyez ou ce qu’on vous a raconté. 

Thomas rapporte les propos tenus par Jésus en d’innombrables occasions, et leur lecture constitue une expérience profonde. Lorsqu’on est habitué à ne voir les mots « Jésus a dit » que dans les Saintes Écritures, il est extrêmement intéressant de lire d’autres paroles et enseignements cités directement par quelqu’un d’autre qui se trouvait là aussi et qui les a entendus. 

Ce croyant qui fut l’un des compagnons du maître juif le Christ nous raconte là une grande histoire, encourageante et inspirante. Il vaut la peine de la lire, car elle diffère considérablement de celle qui est rapportée par d’autres disciples dans les anciens textes. Qui a raison ? Jugez-en par vous-même. Mais faites-le avec une grande ouverture d’esprit

Kryeon canalisé par Lee Carroll 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...