Michael Thomas sort de l’hôpital

Michael Thomas sort de l’hôpital dans LE RETOUR bulles

Les journées qui suivirent furent assez particulières. A sa sortie de l’hôpital, on lui avait remis des comprimés qui devaient atténuer la douleur, mais il se rendit compte qu’il n’en avait gère besoin. Sa mâchoire semblait guérir à un rythme incroyable, et il pouvait la bouger doucement. Son élocution redevenait peu à peu normale. Quoique difficilement au début, il parvint en quelques jours à se nourrir sans trop d’efforts. La douleur cessa graduellement de le préoccuper, même si une certaine rigidité subsistait, prévisible dans les circonstances. Mike ne tenait pas à prendre des comprimés qui mettraient fin à la grande joie qu’il ressentait à l’idée d’entreprendre sa quête spirituelle. Les  coupures et les bleus disparurent peu à peu, et Mike fut étonné de la rapidité avec laquelle tout se déroulait. 

Il démissionna de son poste par téléphone. Il l’avait fait tellement de fois déjà dans sa tête qu’il savoura délicieusement le moment de rupture de son lien avec cet affreux travail. Il communiqua ensuite avec son ami John et lui expliqua le plus simplement du monde qu’il partait en vacances pour un temps indéterminé et qu’il pourrait même ne jamais revenir. John lui souhait bon voyage, mais lui fit tout de même part de son inquiétude quant au secret qui entourait ses plans. 

-       Allons donc, tu me connais, répliqua Mike, je ne prépare rien de mauvais. Ne t’inquiète pas. Il savait très bien que John ne comprendrait pas s’il lui parlait de l’apparition d’un ange et de ses directives. Alors, il préféra se taire. « Je dois faire ce voyage ; c’est très important pour moi ». Et il n’en dit pas davantage. 

Mike annula son bail auprès de son propriétaire et fit ses bagages. Il sépara méticuleusement ses effets personnels de ses vêtements et de ses autres biens. Il ne possédait pas grand-chose mais il dépose ce qu’il aimait le plus, ses photos et quelques livres dans deux boîtes. Il se rendit compte qu’il ne pouvait pas prendre trop de vêtements en choisit quelques-uns seulement et les déposa dans les boîtes contenant les photos et les livres. 

Il invita son voisin, celui qui l’avait sauvé, et lui donna des vêtements, son téléviseur, la bicyclette qu’il utilisait pour se rendre au travail et quelques objets de peu de valeur qu’il avait accumulés au fil des ans. 

-       Si tu n’en veux pas, donne-les aux pauvres. 

Le voisin semblait comblé par tant de générosité et souriait, n’en finissant plus de serrer la main de Mike. Celui-ci eut l’impression que son don arrivait à point. Le voisin avait réussi à sauver Le Chat après avoir composé le 911, et il semblait normal qu’il en hérite. D’ailleurs, il était déjà dans son aquarium. 

-       Salut Le Chat, lui dit Mike dans l’appartement de son voisin. Aie confiance. Le Chat ne lui jeta pas le moindre coup d’œil. Il s’amusait avec ses nouveaux amis poissons. 

Il y avait cinq jours que Mike avait quitté l’hôpital lorsqu’il se rendit compte que ses préparatifs achevaient. Il ne savait pas exactement quelle étape entreprendre d’abord ni où il devait aller. On était en soirée, et un calme plat régnait. Il savait que l’ange saurait qu’il était prêt et que le lendemain amènerait le début d’une nouvelle entreprise. Il sentait maintenant que la réalité de son voyage se concrétisait. Il était fermement convaincu qu’on lui indiquerait la manière de procéder. Tout ce qui s’était passé depuis une semaine justifiait sa confiance. Il décida de jeter un autre coup d’œil sur les biens précieux qu’il emporterait avec lui. 

Il ouvrit les boîtes et examina soigneusement les articles qu’il avait jugés bon de conserver. D’abord, il y avait les photos. L’album avait subi les affres du temps, et plusieurs des vieilles photos avaient été fixées dans les coins pré-collés, comme c’était coutume dans les années cinquante. Il l’ouvrit délicatement, évitant de décoller les coins fragiles, et ressentit la même mélancolie qui l’envahissait chaque fois qu’il regardait la photo de mariage de ses parents, la première de l’album. Il l’avait trouvée avec d’autres, après l’accident et il avait eu du mal à trouver la force de les regarder à l’époque. 

Ils étaient tout souriants, amoureux et en pleine lancée dans la vie. Leurs vêtements avaient un aspect curieux. En fait, il ne se rappelait pas avoir jamais vu son père porter une cravate ailleurs que sur cette photo. Un jour, il avait trouvé la robe de mariée de sa mère dans le grenier et avait demandé à une voisine de l’envelopper pour lui car, ce simple geste lui était trop pénible. Mike n’était qu’une lueur d’espoir pour eux lorsque la photo avait été prise, et l’avenir leur apparaissait prometteur. Il regarda la photo longuement avant de s’adresser doucement à eux. 

-       Mes chers parents, je suis votre seul enfant. J’espère que ce que je m’apprête à entreprendre ne vous décevra pas. Je vous aime tous les deux et espère vous voir bientôt. 

Mike revécut des instants précieux en feuilletant les pages de l’album qui lui rappelaient les étapes de son enfance. Il souriait souvent tout en revoyant la ferme, quelques photos de ses amis, une autre de lui à six ans sur le tracteur. Décidément, cet album renfermait des trésors ! Michaël pensa que Dieu se réjouirait qu’il rende hommage à ses parents et à son éducation en emportant avec lui de tels souvenirs. Il ignorait ce qu’il adviendrait de cet album, mais, pour l’instant, il jugeait qu’il devait l’apporter avec lui. 

Ensuite, il regarda ses livres, qu’il adorait. Sa Bible était usée, tellement il l’avait lue. Elle l’avait réconforté tant de fois ! Même s’il ne saisissait pas tout ce qu’il y lisait, il ressentait son énergie spirituelle. Il l’avait emballée soigneusement et ne se résignerait pas à la laisser derrière lui. Puis, il y avait là ses livres d’enfance, qu’il avait tant aimés. Superman, Zorro. Il lui arrivait de les relire en se remémorant ce qu’il faisait à l’âge om il avait fait la connaissance de ces personnages et vécu leurs histoires. Plus tard, il y avait eu Moby Dick et Les Aventures de Sherlock Holmes. Et puis quelques poèmes d’auteurs obscurs. 

Tous les livres et les photos se glissaient parfaitement dans deux sacs qu’il pourrait transporter aisément, en plus de celui dans lequel il mettrait un peu de nourriture. Mike se sentait prêt. Il s’étendit sur le plancher de son appartement vide pour la dernière fois. Il avait u oreiller et ça lui suffisait. Il attendait le lendemain avec impatience et l’idée même d’amorcer sa quête spirituelle l’empêchait de dormir. Il tournait et retournait dans son esprit les événements qui s’étaient déroulés et ceux qu’il entrevoyait. Demain, il allait se lancer sur le chemin du retour.  Kryeon, canalisé par Lee Carroll

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...