Les disciples

Dans le cadre de l’immense scénario dont notre planète a été le théâtre il y a… juste vingt siècles, le sujet de la distribution des « seconds rôles » est, lui aussi, extrêmement vaste et mérite un grand nombre de mises au point. Par seconds rôles, je n’entends évidemment rien de péjoratif puisqu’il est question ici des proches disciples du Christ. Comment, cependant, ne pas être – de force – un second rôle lorsque l’on a face à soi un Être de cette dimension? Même les initiés et les sages font figure d’élèves dans un tel contexte où c’est le « plus qu’humain » qui s’exprime et inonde tout. 

Les disciples dans PERSONNAGES HISTORIQUES Jesus-et-disciples

Lorsque je retourne compulser les pages du livre de ma mémoire, le moins que je puisse dire en m’autorisant un terme très moderne, c’est qu’autour du Maître le « casting » était des plus étonnants… Si l’on en croit les Écritures canoniques et la Tradition couramment admise, c’est-à-dire ancrée dans la conscience collective, l’entourage immédiat du Christ, à de très rares exceptions près, n’était fait que de pauvres gens issus du peuple et donc la plupart du temps incultes. On ne parle que de pêcheurs, de petits artisans ou paysans. Il y a bien sûr Levi – Mathieu – dont on sait qu’il prélevait l’impôt mais celui-ci n’était, après tout, qu’un employé subalterne se « salissant les mains » avec la monnaie. 

Quant à Judas, si les textes en font le seul lettré parmi les proches du Christ… on sait quel est le poids du rôle qui lui a été attribué! Au-delà de ces masques temporels et de ce que l’Histoire nous en conte, le simple bon sens permet cependant de supposer que le Maître ne s’était pas laissé entourer par les premières âmes venues… Je n’ai pas tenté de fouiller le livre de la Mémoire du Temps pour en déchiffrer systématiquement les personnalités successives. J’estime que cela ne m’appartient pas si cela ne surgit pas spontanément. Comme je l’ai fait jusqu’ici, j’égrainerai plutôt mes souvenirs au rythme où ils ressurgiront… 

Lorsque j’affirmais plus haut que le « casting des seconds rôles » autour du Christ était étonnant, cela signifie d’abord qu’il était hétéroclite. Dans la réalité que nous vivons, les « masques humains » qui constituaient son entourage ne se situaient pas davantage du côté de ceux qui étaient pauvres que de ceux qui jouissaient d’une certaine aisance. Ce sont les Églises qui, au fil des siècles, ont opté pour l’entretien systématique d’un contexte de pauvreté autour du Maître… comme si le dénuement était en soi une vertu. Ce sont d’ailleurs ces mêmes Églises qui ont institué le mythe de la naissance de Jésus sur la paille, dans une étable, parmi les animaux. Ainsi que chacun le savait ou s’en doutait à l’époque, le Maître est tout simplement né dans le confort sobre mais sain d’une bethsaïd essénienne. Ce n’était pas exceptionnel puisqu’il existait de nombreuses constructions de ce type – souvent à demi-souterraines – un peu partout en Palestine et surtout en Judée l 

Pour en revenir à notre propos, l’entourage des proches du Christ s’est donc toujours composé d’un mélange saisissant de tous les niveaux sociaux du peuple de son temps… à l’exception des Pharisiens ! Aux côtés du Maître, le mendiant, le pêcheur et le paysan côtoyaient tout naturellement le riche bourgeois. Il me faut dire qu’au début tout cela ne s’est pas mis en place très harmonieusement. J’ai assisté à quelques querelles vigoureuses… Untel prétendait ne pas s’asseoir auprès de tel autre, comme si c’était une indignité… laquelle prétendue indignité venait des côtés les plus inattendus. L’abolition des différences et des frontières entre les êtres humains fut sans aucun doute une petite révolution à elle seule et un enseignement de base bien plus important qu’il n’y paraît. C’était mettre en évidence l’aspect illusoire et transitoire de toutes les personnalités incarnées. C’était aussi une occasion pour le Christ de rappeler constamment : « Derrière vos déguisements, je vois qui vous êtes… et vous êtes tous semblables! » 

Nous étions alors loin des bancs réservés à certaines familles … tels qu’on les trouvait encore il n’y a pas si longtemps dans nos édifices religieux! Avant que d’évoquer plus en détails mes souvenirs relatifs aux proches du Maître, il me faut clarifier les notions de disciple et d’apôtre, selon ce que j’ai pu saisir de sa pensée. 

Tout d’abord, il arrivait fréquemment que Jeshua déclare à brule-pourpoint qu’Il n’avait aucun disciple mais que tous ceux qui suivaient son enseignement n’étaient autres que les disciples de la Vie elle-même. Je crois personnellement qu’Il disait souvent cela à titre de provocation, pour faire réagir ses plus intimes, pour les inciter à mieux se positionner ou s’affirmer. Celui qui se montrait le plus réactif à une telle déclaration était sans conteste Simon-Pierre. 

Susceptible et quelque peu bourru, celui-ci déjouait peu les « pièges » de la personnalité. Par ailleurs, dans les moments où le Maître acceptait paradoxalement de reconnaître qu’Il avait des disciples, Il donnait de cette idée une vision si large, qu’il était impossible à quiconque de dire, par exemple : « Le Rabbi a dix, vingt ou cent disciples ou plus encore. ». En réalité, le nombre de ceux qui évoluaient autour de Lui était en perpétuel mouvement. Il n’y a jamais eu, gravitant autour de Sa personne, un noyau déterminé et fixe de fidèles. Nombreux sont ceux qui sont entrés puis sortis de sa Présence comme ils l’ont voulu, de leur propre gré. On parle toujours de la trahison de Judas mais il y en eut d’autres, de vraies, qui sont tombées dans l’oubli, des petits ou grands reniements, par peur, par manque de courage ou par étroitesse de coeur, tout simplement. Ce qui est certain et ce dont je me souviens parfaitement, c’est qu’il y eu plusieurs cercles à pouvoir se réunir périodiquement et de façon privilégiée autour du Christ. On peut parler succinctement d’un premier cercle de douze, puis d’un autre de cent huit et enfin d’un autre encore de cent quarante-quatre. Cependant, il faut bien comprendre la réalité des faits tels qu’ils ont été vécus

Les messages Esséniens – Daniel Meurois-Givaudan  - les  enseignements premier du Christ. 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...