La Dernière Période Glaciaire

Le Wisconsinien, ou glaciation du Wisconsin, est la dernière glaciation du Pléistocène qui a concerné l’Amérique du Nord entre 85000 et 7000 av. J.-C.[1]. Son nom vient de l’État américain du Wisconsin. Elle est à peu près contemporaine de la glaciation de Würm dans les Alpes. La calotte glaciaire avançait alors jusqu’à 40° de latitude nord. 

La Dernière Période Glaciaire dans PEUPLES ANCIENS 220px-Northern_icesheet-fr

Glaciation 

Le climat est caractérisé par des cycles de glaciation pendant lesquels des glaciers continentaux sont descendus jusqu’au 40e parallèle. Lors de l’extension maximale des glaces, 30 % de la surface de la Terre en est couverte. Le permafrost s’étend de la limite des glaces à plusieurs centaines de kilomètres plus au sud. La température annuelle à la limite des glaces est de – 6° C et de 0° C à la limite du permafrost. Les effets des glaciations sont globaux. Dans l’hémisphère sud, l’Antarctique est couvert par les glaces durant tout le Pléistocène ainsi que pendant le Pliocène précédent. Le sud de la Cordillère des Andes est couvert par le glacier de Patagonie ; il existe des glaciers en Nouvelle-Zélande et Tasmanie ; les glaciers du mont Kenya, du Kilimandjaro et du Rwenzori dont il ne reste plus rien ou seulement des traces étaient très étendus. Les montagnes éthiopiennes et la chaîne de l’Atlas comportent aussi des glaciers. 

Dans l’hémisphère nord de nombreux glaciers fusionnent pour former des glaciers continentaux. L’inlandsis scandinave s’étend jusqu’en Grande-Bretagne. Deux inlandsis couvrent une partie de l’Amérique du Nord. Les glaciers alpins descendent jusqu’à Lyon. Les avancées glaciaires produisent des glaciers continentaux d’une épaisseur de 1 500 à 3 000 mètres. Le volume de glace emprisonné est la cause de la chute du niveau de la mer de 100 m ou plus. Pendant les périodes interglaciaires les côtes noyées par la remontée des eaux sont fréquentes ; cette remontée des eaux est atténuée dans certaines régions par le rebond isostatique du plateau continental. 

Lors de la dernière période interglaciaire de grands lacs se forment en Amérique du Nord. Le lac Bonneville, qui disparaît par évaporation et dont il ne reste de nos jours que des vestiges, se forme il y a 32 000 ans. Le lac Agassiz, de formation plus récente (13 000 ans), couvre plus de 400 000 km² et se vide périodiquement vers le golfe du Mexique ou la Baie d’Hudson. Les apports en eau douce froide vers l’Atlantique Nord ont un impact sur le climat européen. 

Les dépôts continentaux de cette période sont trouvés principalement dans les grottes et le fonds des lacs ainsi que dans les grandes quantités de matériaux déplacés par les glaciers. Les dépôts marins sont localisés dans une zone de quelques dizaines de kilomètres des côtes actuelles. Dans quelques zones géologiques actives comme la côte sud de la Californie, ces dépôts marins peuvent se retrouver à une altitude de plusieurs centaines de mètres. 

Évènements majeurs voir ici….

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...