Le chant choral

Le chant choral  dans OMRAAM nous parle p083-0002La tendance naturelle des hommes est de s’individualiser, de s’isoler et même d’être hostiles les uns aux autres. Cependant il y a au moins trois moments où ils acceptent davantage d’être ensemble ; pour manger, pour prier et pour chanter. C’est pourquoi le chant choral est une activité très bénéfique ; il nécessite des efforts pour s’accorder, s’harmoniser, vibrer à l’unisson, et ces efforts influencent favorablement les relations que les humains ont ensuite les uns avec les autres. 

Chanter ensemble est chorale à quatre voix (basse, ténor, alto, soprano)  est donc un acte d’une grande signification. C’est d’abord un reflet, une expression dans le plan physique de l’exercice que nous devons faire chaque jour, plusieurs fois par jour, pour accorder ensemble notre esprit, notre âme, notre intellect, notre cœur. On peut comparer les quatre voix aux quatre cordes du violon dans lequel on peut voir aussi une image de l’homme ; le sol représente le cœur, le l’intellect, le la l’âme et le mi l’esprit. Le bois du violon représente le corps physique, et l’archet, c’est la volonté qui agit sur les quatre principes du cœur, de l’intellect, de l’âme et de l’esprit. La fusion harmonieuse des quatre voix, ou le jeu sur les quatre cordes nous apprend que les quatre principes du cœur, de l’intellect, de l’âme et de l’esprit, doivent vibrer en harmonie dans l’homme. Pourquoi croyez-vous que le violoniste soit toujours obligé d’accorder son violon ? Pour nous dire que l’homme ne peut faire aucun travail intérieur véritable si son être entier n’est pas accordé. Donc, avant toute chose, il faut jeter un regard en soi-même et ne rien entreprendre avant que les « cordes du violon » soient accordées. 

Ensuite, le chant choral est un symbole du travail que nous devons faire pour nous accorder entre nous. Une fois que chacun a introduit l’harmonie en lui-même, c’est alors, et alors seulement qu’il peut commencer à s’harmoniser avec les autres afin que cette fusion des voix au-dessus de nos têtes soit aussi une fusion de nos cœurs, de nos intellects, de nos âmes et de nos esprits. 

Enfin, par le chant choral, nous exprimons notre désir d’embrasser l’univers, d’être en harmonie avec le Tout. C’est pourquoi, je le répète, avant de chanter, il est important de jeter chaque fois un regard en soi-même pour s’apaiser, pour s’éloigner des soucis quotidiens et s’harmoniser avec toutes les créatures du cosmos afin de virer à l’unisson avec elles. 

Il est important de chanter. Bien sûr on peut se contenter d’aller au concert ou d’écouter des disques. Pourtant, entre chanter et écouter chanter, la différence est énorme. Exactement comme manger soi-même et regarder manger quelqu’un. Si vous vous contentez de le regarder, c’est lui qui prendra des forces et vous rien ; et quand il se lèvera, il sera dynamique, prêt à travailler, tandis que vous, à peine si vous pourrez remuer. Voilà la différence. Oui, ceux qui chantent se nourrissent de sons, alors que les autres s’affaiblissent intérieurement puisque qu’ils ne se nourrissent pas. La musique, le chant sont une nourriture qui permet de faire un travail spirituel. 

Vous direz : « Ah ! On peut faire un travail quand on chante ? » Mais bien sûr, et c’est un répertoire très riche que vus avez à la Fraternité avec les chants du Maître Peter Deunov ; et en les chantant vous contribuez au maintien et au renforcement de la lumière dans le monde, mais d’abord vous travaillez sur vous-même. 

Quand vous vous sentez troublé, désorienté, chantez « Misli, pravo misli : Pense juste », et vous verrez déjà mieux le chemin… Quand vous croyez que plus personne ne vous aime, chanter « Bog é lubov » : Dieu est amour » et alors, que voulez-vous de plus puisque Dieu ne vous abandonnera jamais ?… Et si vous êtes un peu fatigué, malade, chantez « Sila zdravé é bogatstvo : Force et santé sont des richesses », alors tout vibre en vous et vous vous relevez… Si vous trouvez que la vie est terne, qu’elle ne vous inspire plus quand vous êtes heureux, chantez « Blagoslaviaï, douché moïa, Gospoda : Mon âme, bénis le Seigneur ». Vous avez là tout un arsenal magique ! 

Chacun de ces chants agit favorablement sur vous, mais même quand vous ne les chantez pas, le fait seulement de les avoir dans la tête vous fait du bien, car ces chants continuent à vibrer en vous. Seulement, pour pourvoir faire ce travail, il ne faut plus considérer le chant uniquement comme un passe-temps agréable, mais comme une activité qui touche toutes les régions de l’être et de l’univers. 

Livres aux éditions PROSVETA – Texte issu du Synopsis n°2 -  Omraam Mikhaël Aïvanhov  Intitulé : “Cherchez le Royaume de Dieu et sa Justice” « Le chant choral »  : page 183 à 185. 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...