Education et instruction par Omraam

L’existence d’écoles confessionnelles révèle bien la préoccupation des différentes religions de donner aux enfants un enseignement scolaire qui s’inspire de leurs convictions fondamentales. 


Pour Omraam Mikhaël Aïvanhov l’école présente le grave défaut de mettre l’accent sur l’instruction (les facultés intellectuelles) aux dépens de l’éducation (les qualités de coeur) et de privilégier l’analyse et le raisonnement au détriment de la synthèse et de l’intuition, déséquilibre qui compromet définitivement l’épanouissement harmonieux de l’individu. 


Quoi qu’il en soit, Omraam Mikhaël Aïvanhov n’a jamais donné de consignes aux parents concernant la scolarité de leurs enfants. D’abord, parce qu’il ne jugeait pas tellement pédagogique que des enfants se singularisent par rapport à leurs camarades. Ensuite, il pensait que c’était aux parents, en s’inspirant des méthodes de cet enseignement, de trouver les moyens d’armer psychiquement leurs enfants afin qu’ils puissent faire face à toutes les conditions de la vie, à l’école et au-delà. D’autre part, il a toujours encouragé élèves et étudiants à poursuivre leurs études aussi loin que possible

 

La meilleure éducation : l’exemple – Pensée du 16 avril 2002  

Pour combien d’adultes l’éducation consiste à vouloir imposer aux jeunes des qualités morales qu’eux-mêmes, souvent, ne possèdent pas et dont ils ne peuvent pas donner l’exemple ! Et ensuite ils s’étonnent de n’être ni obéis ni respectés. C’est normal. Un vrai pédagogue doit vivre conformément aux qualités et vertus qu’il veut enseigner, afin qu’il émane de lui quelque chose de stimulant, de contagieux, d’irrésistible. Un vrai poète, un vrai musicien pousse les autres à devenir poètes ou musiciens. Un véritable porteur de l’amour ouvre le coeur de tous ceux qui l’entourent. Un général audacieux, plein de bravoure, influence ses soldats : ils se jettent à l’assaut et remportent la victoire. Imaginez un poltron, un craintif, qui crie «  » en avant !  » d’une voix tremblante : personne ne le suivra. Les éducateurs disent :  » Il faut être bon, il faut être honnête, il faut être… «  » mais eux ne le sont pas ; alors, quelle influence peuvent-ils avoir sur les jeunes générations ? 

  

Education et instruction – Extrait de la Collection Synopsis Volume 2 : Cherchez le royaume de Dieu et sa justice. 

Ce n’est pas parce qu’ils se trouvent au milieu des autres que les adolescents acquièrent naturellement le sens de la collectivité ; il faut les y aider, et c’est là encore que les parents ont une responsabilité particulière. D’abord parce qu’ils doivent se rendre compte de ce qui est le meilleur pour le développement psychique de leurs enfants. Et contrairement à ce qui se passe à l’heure actuelle, le meilleur choix consiste à privilégier l’éducation, la formation du caractère plutôt que l’instruction et l’acquisition des connaissances. La situation des jeunes qui font des études est par certains côtés très enviable, évidemment : ils ont la chance de s’enrichir intellectuellement par la connaissance, en même temps qu’ils obtiennent des diplômes qui leur permettront de gagner leur vie et d’avoir une place dans la société. Les études sont nécessaires, indispensables, mais la véritable compréhension de la vie n’est pas là. 

  

L’éducation de nos propres cellules – Extrait des Oeuvres Complètes – Volume 27  

Avant de se lancer dans l’éducation des autres, chacun doit être pédagogue de ses propres cellules. Parce qu’il faut bien se dire qu’un peuple auquel son roi donne le mauvais exemple, l’imite, et c’est lui ensuite qui le détrône. Tandis que si le roi donne un exemple de bonté, de noblesse, d’honnêteté, ses cellules, qui l’imitent aussi, font tout pour le soutenir, elles deviennent tellement obéissantes, tellement rayonnantes que ce rayonnement arrive même à se manifester à l’extérieur. C’est ce rayonnement, ces émanations, qui agissent sur les humains, sur les animaux et même sur la végétation. Ce que l’homme a créé intérieurement par son travail, ses méditations, sa pureté, se reflète tout d’abord sur ses propres cellules, ce n’est qu’ensuite que ces créations sortent pour influencer les autres. Si vous ne connaissez pas cette loi, jamais vous n’arriverez à réaliser vos désirs, car c’est d’abord intérieurement que doivent se créer et s’organiser les choses avant de se concrétiser dans le plan physique. 

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov – Extrait du Synopsis n° 3 – “Et il me montre un fleuve d’eau de la vie” aux Editions Prosveta     

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...