La chambre des leçons et paraboles de WO

D-Todos.ES - Imagenes para MSN, MySpace, gifs animados, generadores de textos y mucho mas.Il était une fois un humain que nous appellerons Wo. Le sexe de Wo est sans importance pour cette histoire ; mais puisque vous n’avez pas de mot adéquat pour désigner une personne de sexe neutre, nous l’appellerons Wo. Pour des fins de traduction, cependant, nous dirons que Wo est du genre masculin. 

Comme tous les humains dans sa culture, Wo vit dans une maison, mais la seule chose qui intéressait réellement Wo était la chambre où il vivait, puisqu’elle était la sienne en propre. Sa chambre était fort belle et il avait la responsabilité de la conserver ainsi… ce dont il s’acquittait. 

Wo menait une bonne vie ; là où il vivait on ne manquait jamais de nourriture, car il y en avait en abondance. En plus, il n’avait jamais froid, car il avait toujours de quoi se couvrir. A mesure que Wo grandissait, il apprit de nombreuses choses à son sujet. Il apprit les choses qui lui donnaient le sentiment d’être heureux, et il trouva des choses à accrocher au mur afin de pouvoir les regarder, et qui le rendaient heureux. Wo apprit aussi les choses qui le rendaient triste et il apprit à accrocher ces choses au mur lorsqu’il souhaitait être triste. Wo apprit également les choses qui le mettaient en colère, et il trouva des choses qu’il pouvait traîner et placer sur le mur, et vers lesquelles il pouvait se tourner lorsqu’il choisissait d’être en colère. 

Comme pour les autres humains, Wo avait de nombreuses peurs. Même s’il disposait de l’essentiel dans la vie, il avait peur des autres humains et de certaines situations. Il avait peur des humains et des situations qui pouvaient apporter du changement, car il se sentait en sûreté et stable de la façon dont les choses étaient, et il avait travaillé dur pour obtenir qu’elles soient ainsi. Wo craignait les situations qui avaient apparemment le contrôle sur sa chambre stable, et il craignait les humains qui contrôlaient ces situations. 

Il apprit l’existence de Dieu des autres humains. Ils lui dirent qu’être un humain était une très petite chose, et Wo le crut. Après tout, il regarda autour de lui et vit des millions d’humains, mais un seul Dieu. On lui dit que Dieu était tout et qu’il n’était rien, mais que Dieu dans son amour infini répondrait aux prières de Wo s’il priait avec ferveur et s’il était intègre durant sa vie. Ainsi Wo, comme il était une personne spirituelle, demanda dans ses prières à Dieu que les humains et les situations qu’il craignait ne provoquent pas de changements, afin que sa chambre puisse demeurer inchangée et Dieu répondit à la demande  de Wo. 

Wo avait peur du passé, car ça lui rappelait des choses désagréables ; il pria donc Dieu de faire disparaître ces choses de sa mémoire .. et Dieu répondit à la demande de Wo. Wo avait également peur de l’avenir, car il y avait là un potentiel de changement et c’était sombre, incertain et dissimulé à sa perception. Wo demanda donc à Dieu dans ses prières que l’avenir n’apporte pas de changement dans sa chambre… et Dieu répondit à sa demande. 

Wo ne s’aventurait jamais très loin dans sa chambre car tout ce dont il avait besoin comme humain se trouvait dans un seul coin. Lorsque ses amis venaient lui rendre visite, c’est ce coin-là qu’il leur montrait .. et il était satisfait que les choses soient ainsi. Wo remarqua pour la première fois un mouvement dans l’autre coin lorsqu’il avait environ 26 ans. Il en fut profondément effrayé et il pria immédiatement pour que ça s’en aille car cela laissait supposer qu’il n’était pas seul dans sa chambre. Ce n’était pas là une situation acceptable. Dieu répondit à la demande de Wo, et le mouvement cessa, et Wo n’en eut plus peur. 

A l’âge de 34 ans cela recommença, et à nouveau Wo demanda que ça cesse, car il avait très peur. Le mouvement s’interrompit, mais pas avant que Wo ne voit une chose qui lui avait complètement échappée jusque-là dans le coins.. une autre porte ! sur la porte, on pouvait voir d’étranges inscriptions, et Wo eut peur de leur implication. Wo demanda aux chefs religieux ce qu’ils pensaient de l’étrange porte et du mouvement, et ils l’avertirent de ne pas s’en approcher car, disaient-ils, c’était la porte de la mort, et il trouverait certainement la mort s’il se laissait entraîner trop loin par sa curiosité. Ils lui dirent aussi que les inscriptions sur la porte étaient l’oeuvre du démon, et que plus jamais il ne devrait les regarder de nouveau. Ils l’encouragèrent plutôt à prendre part à un rituel avec eux, et à faire don au groupe de son talent et de ses gains .. et ils lui dirent qu’en retour tout se passerait bien pour lui. 

Lorsque Wo parvint à 42 ans, le mouvement recommença une fois encore. Bien que Wo ne fusse plus aussi effrayé cette fois, il demanda encore que cela cesse… et cela s’arrêta. Dieu était bien bon de répondre si complètement et si rapidement à ses demandes. Wo sentit sa confiance lui revenir en voyant le résultat de ses prières. 

Lorsque Wo eut 50 ans, il tomba malade et mourut, quoiqu’il n’en n’eut guère conscience lorsque cela se produisit. Il remarqua une fois encore le mouvement dans le coin, et une fois encore il pria pour que ça cesse ; mais au lieu de cela, ça devint plus net et ça se rapprocha de lui. Pris de peur, Wo se leva de sont lit et c’est alors qu’il se rendit compte que con corps terrestre y était demeuré sans bouger, et qu’il avait pris la forme d’un esprit. Comme le mouvement se rapprochait, Wo commença tant bien que mal à reconnaître de quoi il s’agissait. Il était curieux plutôt qu’effrayé, et son corps-esprit lui semblait de plus en plus naturel. 

Wo pouvait maintenant voir que le mouvement était en fait celui de deux entités qui s’approchaient ; à mesure qu’elles s’approchaient, il vit que les formes blanches luisaient comme s’il y avait une lumière en elles. Finalement, elles s’arrêtèrent devant lui et Wo fut ébahi par leur majesté… mais il n’avait pas peur. Une des formes s’adressa à Wo et dit : « Viens mon cher, c’est le temps de partir ». Sa voix était empreinte de douceur et de familiarité. Sans la moindre hésitation, Wo s’en alla avec ces deux entités. Il commençait à se souvenir combien tout cela lui était familier… alors qu’il regardait derrière lui et voyait sa carcasse qui semblait endormie sur le lit. Il était rempli d’un sentiment merveilleux, et ne pouvait pas se l’expliquer. Une des entités le prit par la main et le mena directement vers la porte avec les étranges inscriptions visibles dessus. La porte s’ouvrit et tous les trois la franchirent. 

Il se retrouva dans un long corridor, avec des portes menant aux pièces de chaque côté. Wo se disait : « Cette maison est vraiment beaucoup plus grande que je ne me l’étais imaginé ! » Wo remarqua la première porte avec des inscriptions plus étranges. Il s’adresse à l’une des deux formes blanches. « Qu’y a-t-il derrière cette première porte sur la droite ? » Sans dire un mot, la forme blanche ouvrit  la porte et fit signe à Wo d’entrer. Comme il entrait, Wo fut frappé de stupeur. Empilées du sol jusqu’au plafond se trouvaient des richesses dépassant tout ce dont il aurait pu rêver ! Il y avait des lingots d’or, des perles, et des diamants. Dans un seul coin, il y avait assez de rubis et de pierres précieuses pour tout un royaume. Il regarda ses compagnons auréolés de blanc et dit : « Quel est cet endroit ? ». Celui qui était le plus grand prit la parole et dit : « Ceci est ta pièce d’abondance, si tu désires y entrer. Elle t’appartient dès cet instant même et elle demeurera ici pour toi à l’avenir ». Wo fut très surpris par cette information. 

Comme ils revenaient dans le corridor, Wo demanda ce qu’il y avait dans la première pièce sur la gauche… où il voyait une autre porte avec une inscription dont il commençait, il ne savait trop comment, à comprendre le sens. En ouvrant la porte, la forme blanche dit ; « Voici ta pièce de paix, si tu désires t’en servir » Wo entra dans la pièce suivi de ses amis, et ils se retrouvèrent au milieu d’un épais brouillard blanc. Le brouillard semblait être vivant, car il entoura immédiatement son corps, et Wo le respira. Un grand bien-être l’envahit, et il sut que plus jamais il n’aurait peur. Il sentit s’installer en lui une paix que jamais auparavant il n’avait connue. Il voulait demeurer là, mais ses compagnons lui firent signe de continuer, et ils se remirent à suivre le long corridor. Encore une autre porte sur la gauche. « Quelle est cette pièce ? » demanda Wo. « C’est un endroit où toi seul peux entrer », répondit la plus petite forme blanche. Wo entra dans la pièce et fut aussitôt rempli d’une lumière d’or. Il savait ce que c’était. C’était l’essence du soi de Wo, son illumination, sa connaissance du passé et de l’avenir. C’était la réserve recelant son esprit et son amour. Wo pleura de joie, et demeura sur place un long moment à absorber la vérité et la compréhension. Ses compagnons n’entrèrent pas et furent patients. 

Finalement, Wo revint dans le corridor. Il était transformé. Il regarda ses compagnons et les reconnut. « Vous êtes les guides », lança Wo sur un ton neutre. « Non », dit le plus grand des deux, « nous sommes TES guides ». En un parfait amour, ils poursuivirent. « Nous avons été ici depuis ta naissance pour une seule et unique raison : pour t’aimer et aider à te montrer la porte. Tu avais peur et tu nous as demandé de nous retirer, ce que nous avons fait. Nous sommes à ton service dans l’amour, et nous honorons l’incarnation de ton expression ». Wo ne ressentit aucun blâme dans leurs paroles. Il se rendit compte qu’ils ne portaient pas de jugement sur lui, mais qu’ils le respectaient, et il sentit leur amour. 

Wo regarda les portes et il était maintenant capable de lire ce qui était écrit ! Comme on le conduisait plus avant dans le corridor, il vit des portes où il était inscrit GUERISON, CONTRAT, et une autre où se lisait le mot JOIE. Wo en vit encore plus qu’il ne l’avait souhaité, car au bout de la filée il y avait des portes avec les noms d’enfants qui n’étaient pas nés… et même une porte où il était inscrit LEADER MONDIAL. Wo commença à prendre conscience de ce qu’il avait manqué. Et comme s’ils connaissaient ses pensées, les guides dirent : « N’entretiens pas de reproches à l’égard de ton esprit, car cela est inconvenant et ne sert pas ta magnificence » Wo, ne comprenait pas très bien. Il jeta un regard derrière lui dans le corridor par où il était d’abord entré et il vit l’inscription sur la porte, celle qui l’avait initialement effrayé. Un nom était écrit !… C’était SON nom, son vrai nom… et il comprit alors parfaitement. 

Wo connaissait la routine, car à présent il se souvenait de tout, et il n’était plus Wo ; Il dit adieu à ses Guides et les remercia de leur loyauté. Il demeura debout longtemps à les regarder et à les aimer. Puis il se retourna et se dirigea vers la lumière au bout du corridor. Il était déjà venu ici auparavant. Il savait ce qui l’attendait durant son bref voyage de trois jours jusqu’à la caverne de la création pour aller y récupérer son essence… et ensuite dans la salle de l’honneur et de la célébration, où ceux qui l’aiment tendrement l’attendaient, y compris ceux qu’il avait aimés et perdus, alors qu’il se trouvait sur Terre. 

Il savait où il avait été et où il allait. Wo s’en retournait à la maison. 

Kryeon 

Extrait du Livre : Aller au-delà de l’Humain, TOME II – canalisations de Kryeon par Lee Carroll aux Editions Ariane – page 77. 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...