Les valeurs centrales des religions « bibliques »

 

Gif papillonsLes textes gnostiques de l’école de Seth (notion que nous expliquerons plus loin) contiennent une mise en garde claire et une opposition nette à des valeurs véhiculées par le Christianisme des Pères de l’Eglise et qui sont centrales dans les religions judéo-chrétiennes : la valeur de rédemption ou encore le Salut par la souffrance et l’obéissance stricte et sans réflexion préalable aux prescrits des Ecritures et autres Lois divines ! Sans oublier le messianisme, une notion finalement étrange qui contraint l’humanité à une certaine passivité, nous expliquent de plus en plus d’auteurs. Nous sommes dans l’attente d’un messie qui viendra nous sauver d’un événement traumatique que nous avons de toute évidence bien mérité, nous apprennent les religions du livre : l’Apocalypse. Cet évènement révèlera le dessous des cartes : il y aura des « gentils » et des « damnés », des élus (144.000 parait-il) et des méchants. Et par conséquent, un paradis et un enfer (avec en outre un purgatoire, selon la version catholique). 

 

Ce conditionnement au messianisme aurait formaté la psyché de l’être humain de manière très particulière. C’est ce que pensent des auteurs comme John Lash ou Paul Von Ward, un auteur américain, ex-pasteur, vétéran du Vietnam, ancien diplomate, chercheur en théologie. Pour eux, le but de ce conditionnement était et est de nature politique : la soumission aux pouvoirs en place par la crainte d’une autorité ultime, invisible et surnaturelle. Paul Von Ward parle même d’un « traumatisme » général et millénaire, « d’une peur existentielle » qui se transmet de manière inconsciente de génération en génération : « la souffrance individuelle se poursuit par le biais d’un complexe d’être déchu (via le concept de péché originel). 

 

La très large vénération que nous avons pour la projection de l’image d’un Dieu aux traits humains entrave le sens que l’homme possède de son potentiel. L’abdication de notre propre responsabilité dans le cadre de l’impact que l’être humain a sur cette planète et sur les futures générations est provoqué par ce syndrome. Placer notre destiné dans une source de puissance distante et intouchable (c’est-à-dire des Dieux surnaturels ou « être avancés » qui reviendraient pour nous sauver) a permis à la société d’éluder toute responsabilité psychologique à l’égard de notre comportement autodestructeur et à l’égard de nous-mêmes, des autres et de notre environnement » souligne-t-il. Pour Von Ward, cette entité surnaturelle, ce « Dieu » que nous avons érigé en maître suprême et le programme qui nous a été instillé via les dogmes religieux trouvent leur source dans ce qu’il nomme des « Etres Avancés » (Advanced Beeings ou A.B) et qui sont en réalité des visiteurs extraterrestres qui ont joué un rôle non négligeable dans notre destinée, la création de nos religions et nos modes de gouvernement (comme la royauté de droit divin). (Von Ward se fonde, à l’instar de Zecharia Sitchin, d’Anton Parks et de bien d’autres auteurs sur une certaine lecture de textes anciens, notamment les tablettes sumériennes qui relatent l’arrivée, l’installation sur terre de ces Dieux colonisateurs et les guerres et cataclysmes qui en ont été les conséquences. Tout comme il met en relief le fait que nombre de récits mythiques présents dans la Bible ainsi que dans d’autres cultes originaires d’Egypte, du Moyen-Orient ou d’Inde, puisent leurs racines dans les textes sumériens). 

 

Karma One 

On peut obtenir des informations sur ce séminaire et sur les travaux de Daniel Meurois Givaudan sur les sites danielmeurois-givaudan.alchymed.com ou meurois-givaudan.com – http://www.karmapolis.be/pipeline/interview_daniel_givaudan.html 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...