Le système de croyances métaphysiques brièvement résumé par Kryeon

floatiesLe mot « métaphysique » présentement utilisé semble bien intangible : un dictionnaire populaire fournit ces exemples de mots qui se rapportent à la métaphysique  


spirituel, sans corps, céleste, désincarné, éthérique, paradisiaque, incorporel, sans substance, intangible, immatériel, surnaturel, irréel ; ou bizarre, curieux, mystérieux, fantomatique, incroyable, mystique, étrange, sinistre, effrayant, étrange, surnaturel, inquiétant. 

Comme les mots bizarre, étrange, effrayant, curieux et surnaturel figurent dans les dictionnaires pour décrire la métaphysique, vous pouvez imaginer ce que pensent la plupart des gens, des métaphysiciens ! Voici une brève description de ce que sont réellement les métaphysiciens. 

1. Pour le métaphysicien, Dieu est un concept qui fait référence à une conscience collective unifiée de tous les êtres (le grand Je Suis). Cela signifie que chaque homme est un fragment de Dieu. Cependant, pendant son séjour sur la Terre, l’homme n’est pas conscient de cette évidence. La nature du voile qui la cache est décrite dans la première épître aux Corinthiens 13:12 (le très beau chapitre qui dépeint merveilleusement l’amour dans la trame universelle des choses) dans la sainte Bible. Dans ce verset, il est dit que nous voyons la vérité comme à travers un verre sombre et que c’est seulement lorsque nous serons face à face (un avec Dieu) que nous connaîtrons toute la vérité. La traduction de la version du King James (Roi Jacques) est très métaphysique : c’est ce qui en fait toute la beauté. Par exemple, ce texte : « Aujourd’hui, je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu… ». Ceci revient à dire que celui qui connaît est aussi celui qui est connu, un lien indéniable avec l’entité de Dieu qui se trouve en chacun de nous. D’après plusieurs, croire que chacun a le pouvoir de Dieu est une pensée ridicule, mais le prophète Jean a clairement dit que chaque homme a le pouvoir de devenir comme Jésus : un fils de Dieu, un enfant né de l’Esprit ou conçu par Lui (Jean I:12). 

Quelle conclusion faut-il tirer de cela ? Si nous sommes Dieu, qui dirige le spectacle pendant que nous sommes sur la Terre ? La réponse est (et cela peut être confus) : c’est nous qui le faisons. En tant que partie de Dieu, nous avons décidé de venir ici et nous nous sommes entendus collectivement sur les leçons à recevoir. Lorsque nous partirons, nous jugerons nos performances individuelle et collective, et nous poursuivrons notre but qui consiste à créer l’énergie parfaite d’amour, pour l’univers entier. Voilà pourquoi les métaphysiciens soutiennent qu’il n’y a pas de hasard. Les choses ont leur raison d’être. Des enfants meurent, des guerres se déclarent, des gens sont guéris, tout cela dans l’ordre de ce qui doit arriver pour le plus grand bénéfice des hommes qui sont ici pour apprendre. La vie sur terre est une grande école, avec plusieurs paliers d’apprentissage. Le temps que nous passons ici n’est qu’un clignement d’oeil par rapport au schéma d’ensemble. Pendant que nous sommes ici, nous recevons de l’aide d’autres êtres qui ont accepté de venir avec nous, dont certains sont invisibles. 

Pour le mental humain, croire que nous avons en fait décidé de venir sur terre pour traverser une vie potentielle de misère et de souffrances peut sembler illogique, mais pour l’esprit de Dieu (nous, lorsque nous ne sommes pas sur terre), cela est comme il se doit. Nous sommes venus dans l’amour, pour traverser une épreuve qui nous aidera tous. Cependant, ne vous y trompez pas : les métaphysiciens croient aussi que, pendant notre séjour sur terre, nous pouvons utiliser le pouvoir inhérent que nous possédons, en tant que partie de Dieu, à notre naissance, pour réaliser ce que nous souhaitons (Jean I:12 encore une fois). Cela nous ramène aux leçons, et n’importe qui sur terre peut se brancher sur ce pouvoir à tout moment lorsqu’il se sent prêt. 

Cela soulève également la question des vies passées, des implications dans un groupe karmique, de la prédestination et de tous les autres sujets complémentaires associés à la métaphysique (peut-être plus ou moins en rapport avec le but réel de cette croyance). Ces sujets complémentaires ne constituent pas une doctrine. Ils sont importants pour les individus, dans la mesure où ces derniers les considèrent comme utiles et où ils représentent une information pratique pour s’aider eux-mêmes. Cependant, la plupart des métaphysiciens finissent par croire qu’ils sont effectivement déjà venus plusieurs fois sur terre ou en divers autres lieux de l’univers et que cette vie terrienne, comme chacune des autres vies (qui restent voilées pendant qu’elles sont vécues), est faite de leçons, ou de tests, qui permettent à toute l’humanité de pouvoir s’élever à un niveau d’illumination très semblable à la divinité elle-même… tel que décrit dans la sainte Bible, au chapitre 21 de l’Apocalypse, Le ciel nouveau et la terre nouvelle : à la fin du temps de la Terre, nous assisterons au Mariage de l’agneau. Ce mariage, selon les métaphysiciens, est la graduation de ces leçons, le dernier chapitre, le moment où les esprits éclairés verront se soulever le voile pendant qu’ils seront encore sur terre, apercevront Jésus de nouveau et se reconnaîtront les uns les autres. D’autres, qui ne sont pas encore prêts, seront déplacés. Ce sont là les sombres révélations de l’Apocalypse. Une bataille sera livrée, mais non pas celle à laquelle vous pourriez vous attendre, et beaucoup mourront, selon le plan que nous avons tous accepté d’avance. Les métaphysiciens croient que, au niveau cellulaire (une autre façon de dire dans nos cœurs), nous savons tout ce qui nous est arrivé depuis le commencement des temps. 

2. Le système métaphysique englobe toute l’humanité et la considère comme un groupe homogène dans le temps réel (au lieu de la considérer comme un groupe d’êtres rassemblés pour la moisson ou des individus isolés pour qui prier, ou à qui envoyer des missionnaires, etc.). Un contexte de temps réel permet une interaction immédiate. Ainsi, ce qui se passe aujourd’hui en Chine affecte à l’instant même tous les individus spirituels de l’univers, y compris le marchand de hot-dogs à New York et le pape. Si le moment est approprié et si suffisamment de gens unissent leurs prières, des événements incroyables peuvent survenir, tels que la démolition du mur de Berlin qui s’est effectuée presque en une seule nuit, des changements radicaux en Russie, ou la paix en Amérique du Sud. Ces événements sont alimentés universellement ; ils ne sont pas basés sur une religion mais répondent au travail d’une mécanique universelle comme la prière (méditation) et l’amour présents dans plusieurs religions. Ils sont aussi la preuve que nous nous rapprochons de notre but, l’unification de la Terre. 

3. La métaphysique ne donne tort à personne ni à aucun groupe. Elle propose une façon de se mettre en relation avec Dieu et l’univers et non un ensemble de règles pour le salut de l’homme. C’est une formule très personnelle. Il n’est pas nécessaire d’être membre d’un groupe. Dans le premier monde, extrêmement compétitif, ceci est un concept difficile à comprendre. C’est un peu comme si vous étiez dans une école où il y a plusieurs niveaux de scolarité et où tous étudient parallèlement en vue du même diplôme. Certains individus pourraient désirer une sélection de cours privés ou certains degrés de difficultés pour s’instruire, alors qu’à d’autres niveaux, les gens pourraient être compétitifs ou fonctionner en groupe. Tous, cependant, tendent vers le même but. 

 Série Kryeon, canalisé par Lee Carroll – dans La graduation des temps. Tome 1 – pages 140 – aux Editions Ariane. 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...