La communauté formée par votre corps

Gif afriqueAvant de vous incarner, vous avez pris des décisions au sujet des expériences que vous vouliez vivre dans cette nouvelle existence ; vous avez établi des limites afin de pouvoir éprouver le sentiment de finitude. Certains d’entre vous appellent cela des expériences d’apprentissage. Première limite que vous avez instituée fut celle de votre corps ; vous avez développé une structure apte à contenir une partie de votre énergie. Il ya un aspect de vous-même qui n’est pas dans votre corps physique ; afin de l’identifier, appelons-le votre « Moi supérieur ». C’est un peu plus complexe que cela, mais nous allons nous en tenir à cette description. Vous avez donc décidé des expériences que vous alliez vivre et, pour ce faire, vous avez choisi un véhicule. Si vous désiriez subir de sévères limitations afin d’apprendre comment les surmonter, vous avez choisi un corps ayant un certain handicap, par exemple une anomalie congénitale, une blessure à venir, ou une faiblesse héréditaire. Vous avez effectué des choix ayant trait à votre corps, et ce, par rapport aux buts visés pour votre incarnation.

 Très chers, communier avec la nature est une expérience favorisant l’union avec une très grande puissance. Lorsque vous êtes capables de ressentir la force de vie dans les plantes, et en mesure de déterminer si cette force de vie pourrait guérir une partie de votre propre corps, vous savez alors très bien ce qu’est le pouvoir spirituel. Avez-vous remarqué que les animaux ont conscience de ce qui se passe dans la nature… Lorsqu’un puissant tsunami a frappé les pays limitrophes de l’océan Indien, les animaux sauvages savaient d’instinct qu’il leur fallait fuir vers les montages. Ceux qui sont considérés comme moins développés, qui vivent en harmonie avec la planète et avec la nature, ont également su qu’ils devaient se réfugier dans les hauteurs. Ils ont pu anticiper le danger en raison de leur communion avec la planète et la nature.

 Dans les temps anciens, non pas à l’époque de l’Atlantide ou de la Lémurie, mais dans l’antiquité de cette période de la Terre, les gens étaient davantage conscients de ce qui se passait dans leur corps. Ils le savaient lorsqu’un d e leurs organes ne fonctionnait pas en harmonie ave c le reste de leur corps. Ils savaient aussi d’instinct quelle plantes médicinales prendre pour aider cet organe déficient, et quels changements à leur régime de vie devaient être effectués pour favoriser la guérison de leur corps. Ils avaient même conscience que le fait d’avoir des fourmillements ou une douleur dans une partie de leur corps était lié à un être cher. Dans ce que vous appelez votre époque modern, vous avez perdu tout contact profond de ce genre avec votre corps.

 Focalisez-vous sur la partie de votre corps au sujet de laquelle vous souhaitez obtenir de l’information. Demandez-lui pourquoi elle vous cause une douleur, et captez la toute première réponse qui se présentera à votre conscience, qu’elle vous parvienne de façon visuelle, auditive ou kénesthésique ; vous aurez sans doute envie de recueillir davantage d’informations, alors posez-lui une autre question. Par exemple, si votre première réponse est la « peur », demandez « Peu de quoi » ?

 Comme presque tout le monde ne sait plus comment communiquer avec son corps, il vous faudra du temps et de la patience pour y parvenir ; c’est comme lorsque vous cherchez à rétablir la communication avec une autre personne à la suite d’un différend. Quand vous étiez très jeune, vous n’aviez aucune peine à discerner les messages de votre corps. Vous saviez instinctivement quoi manger et quoi éviter d’absorber. Toutefois, on vous a vite appris à ne pas prêter attention aux messages de votre corps. Vous avez aussi rapidement appris à vous servir de la nourriture pour manipuler vos parents, et vous le faites d’ailleurs encore aujourd’hui.

 L’un des gestes les plus marquants que vous pouvez faire pour aider votre corps consiste à découvrir quelle nourriture il veut. Bien sûr, il vous est possible d’aller consulter des scientifiques qui effectueront toutes sortes de tests, mais ils ne feront que vous spécifier ce qu’est une réaction biochimique normale ; les résultats de vos test pourront se situer dans les limites « normales », sans pour autant démonter que vous êtes vraiment en bonne santé. Chaque approche est différente ; il est vital que vous appreniez à écouter votre corps. Tenez compte de ce que les autres ont appris, mais écoutez votre propre corps. Si quelqu’un vous encourage à manger davantage de légumes verts, mais que vous n’aimez pas ça, fiez-vous à ce que vous dit votre corps. Lorsque cela se produit, demandez-vous si ce sont les légumes qui causent problème, ou bien les résidus de produits chimiques qu’ils contiennent. Certains d’entre vous ont un corps capable d’assimiler des aliments génétiquement modifiés, mais d’autres en sont incapables ; écoutez votre corps. Soyez attentif à la façon dont il réagit à ce que vous mettez  dans votre bouche.

 Il arrive souvent qu’une émotion soit à l’origine d’une douleur ressentie dans le corps ; par exemple, vous connaissez tous déjà les maux de tête résultant de tensions. En cet instant même, alors que vous êtes centré dans votre cœur, dirigez votre attention dans votre cou et votre tête. Sentez s’il s’y trouve des tensions ; si c’est le cas, concentrez-vous sur la partie du corps atteinte. Demandez à connaître la cause de cette tension. Encore là, retenez la première chose qui vous viendra à l’esprit ; au besoin posez des questions supplémentaires pour clarifier la réponse obtenue. Souvent, vous vous rendrez compte qu’une émotion en est la cause, habituellement de la peur, de l’anxiété ou de la colère. Une fois toute l’information nécessaire obtenue – chaque personne ayant besoin de plus ou moins d’informations – remerciez l’énergie… dites-lui que vous n’avez plus besoin d’elle et qu’elle peut maintenant s’en aller. Prenez une profonde inspiration et, en expirant, laissez-là se dissiper et sortie de votre corps. Vous pourriez aussi réaliser que le problème n’est pas dû  à une émotion, mais à une substance que vous avez absorbée ou à votre style de vie. La substance sera généralement un aliment ou un quelconque produit chimique. Ce pourrait être aussi lié au fait que vous ne dormez pas suffisamment, ou que vous êtes trop actif et que vous avez besoin de vous reposer. Vous avez alors le choix entre faire ce que votre corps vous recommande, ou laisser perdure le problème.

 Sachez toutefois que l’option retenue affectera votre corps et que si vous choisissez d’aller à l’encontre de sa suggestion, vous devrez alors en assumer les conséquences dans votre vie.

 Au-delà du voile de l’illusion et de la confusion – 2008 Année de l’Unité – série Kryeon canalisé par Lee Carroll – Editions Ariane – page 251.

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...