Où est la Vérité ?

floaties Nous tous qui observons ce qu’on appelle les âmes caustiques de l’humanité, nous disons ; « Mon Dieu, ne savent-ils pas la vérité ? »

 Quelle est donc cette vérité ?

Eh bien, ils sont drogués. Ils sont drogués par leurs émotions et leurs peurs et ils demeurent en statu quo.  Tous les êtres qui soupçonnèrent que telle était la vérité et ne vécurent pas selon celle-ci méritaient l’heure de leur délivrance ; ils avaient de la valeur et savaient la vérité ; ils transcendèrent cette situation. Ce que vous ne comprenez pas, c’est que vous êtes un jouet – un jouet vivant dans le royaume des jouets ; vous ne comprenez toujours pas cela – et lorsqu’on échappe à ce royaume, on voit la manipulation qui est en cours ici et ce qui restreint de grands Dieux qui furent jamais les maîtres des domaines des autres dimensions – magnifiques, ils partirent exactement comme le firent ceux qui prirent part au croisades et aux grandes guerres – qui laissèrent tout, portant un symbole de la croix, et partirent pour rendre juste ce qui était injuste. Vous, par contre, êtes parti pour faire connaître l’inconnu et n’êtes jamais revenu.

 Vous est-il jamais venu à l’idée que vous avez de la famille des amants et des amis ailleurs ? Je suppose que cela ne vous est jamais venu à l’idée à cause de l’importance que vous avez accordée aux personnes avec  qui vous êtes et au rêve. Mais n’avez-vous jamais pensé que peut-être lors de votre descente ici-bas et peut-être lorsque vous avez franchi le grand rideau bleu, vous avez laissé quelqu’un derrière ? Eh bien, se pourrait-il que vous ayez une famille d’un ordre plus élevé qui attende votre retour ?

 Je savais cela. Lorsque j’en fis l’expérience pour la première fois, je trouvai cela difficile de rester en arrière. Parfois, dans la chair, ceux pour lesquels nous croyons être destinés ne sont pas ceux pour lesquels nous sommes destinés. Parfois, au milieu de la nuit, nous avons des sueurs froides et nous nous réveillons car nous avons presque atteint notre demeure, là où appartient notre âme et là om quelqu’un nous attend, quelqu’un qui nous attend et qui entretien les feux de la vie pour nous à moins que ce ne soit une bougie à la fenêtre, car il sait que nous sommes ici et que nous sommes perdus. Ils nous attendent.

 Je savais cela. Mais comment pouvais-je ignorer mes enfants ? Et après cette expérience, il y eut aussi une autre histoire que je n’ai jamais relatée sur ce plan-ci ; comment pouvais-je ignorer d’où je venais ? La plupart d’entre vous ont des parents sur un autre niveau. Depuis toujours, ils vous attendent, vous aiment et ont maintenu la lumière allumée à la fenêtre pour vous, attendant que vous retourniez à la maison après en avoir terminé avec les guerres de faire connaître l’inconnu. Et si nous revenions en haillons, en lambeaux, déchirés et dans une division d e l’armée tant soit peu différente de celle avec laquelle nous sommes partis, notre retour serait jours célébré.

 Dieu sait que cela n’est qu’une illusion et que possédant le pouvoir ultime de précipiter l’énergie en réalité avec le démon intérieur le plus grand que nous possédions, nous allions être séduits par les qualités de notre émotion qui, per leur pouvoir de séduction même et alors que nous demeurions heureux et étions gagnants, nous maintiendraient asservis à des principes que nous serions inévitablement amenés à remettre en question, voulant savoir qui véritablement est le bouffon de la farce dont nous ne sommes que les auteurs. Et nous avons refusé d’entendre ces voix. Nous les avons mises au lit, apaisant notre front troublé avec des mouchoirs parfumés et des onguents au parfum de rose et de jasmin pour faire en sorte de continuer notre drame. Et il y avait toujours cette voix qui appelait depuis le lointain et nous disait ; « Pourquoi ne reviens-tu pas ? Ceci n’est qu’n rêve ». et pourtant, nous nous disons à nous-mêmes ; « Non, je rêve de toi. Ceci est réel. Je peux le goûter. Je peux le sentir.  Je peux le toucher. Je peux l’éjaculer. Je peux en vivre l’extase. Je peux l’étreindre. Je peux le conquérir. Cela doit être réel ». Et la voix nous dit ; « Mon amour, ce n’est pas réel. C’est un rêve que tu vis ».

 Et combien de fois avons-nous enterré le rêve ? Tellement de fois !

Nous sommes réellement des étrangers sur une terre étrangère. Nous sommes des faiseurs de rêves dans un paysage de rêve dans lequel nous avons donné le souffle de vie à chacun des participants qui sont complices soit de notre révolution, soit de notre ultime emprisonnement, et nous avons réellement la faculté dans notre esprit. Saviez-vous que cela est tellement facile ? Saviez-vous que nous pouvons demain matin éliminer de notre esprit tous les seigneurs de la guerre et, en vérité, tous les conseils de guerres. Nous pouvons les éliminer ; saviez-vous que nous pouvons le faire par une seule décision mentale ?

 Message de RANTHA issu du livre « La Civilisation humaine, les origines et l’évolution » extrait de la page 65 – Chapitre : La réalité n’est qu’un rêve

 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...