Omraam par Georg

Georg Feuerstein
op. cit.

 

ange » Aïvanhov, comme Deunov, était un porte-parole inlassable de l’idéal de fraternité entre tous les hommes, quels que soient leur race, leur nationalité, leurs croyances, leur niveau d’éducation ou leur situation dans la vie… Il a toujours incité ses disciples à cultiver une attitude d’amour fraternel, non seulement les uns envers les autres, mais aussi dans leur relation avec le monde en général. Il reconnaissait que la paix et l’harmonie individuelle et universelle ne peuvent se manifester que lorsque l’amour fait fondre les barrières que les gens tendent à ériger autour d’eux-mêmes. «Dans l’harmonie, tout s’épanouit»…

Aïvanhov consacrait inlassablement ses énergies au bien de son école… Fidèle à son idéal d’équilibre et d’harmonie, il passait une partie de son temps à faire son travail intérieur, et l’autre partie en compagnie de ses disciples et visiteurs. Quand il était seul, il travaillait, priait, méditait et s’occupait de son merveilleux jardin. Il explique pourquoi il agissait ainsi :
« Si vous êtes toujours seul et que vous ne donniez rien de vous-même, vous vous sentez malheureux, déprimé, il vous manque quelque chose. Et si vous êtes tout le temps avec les autres, vous perdez tout, le réservoir se vide, et il ne vous reste même plus rien pour vous-même. »

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...