Avoir pitié des autres et accompagner leur souffrance


automneIl y a un autre faux dieu que j’aimerais mentionner et qui peut-être vous préoccupe le plus dans votre vie quotidienne. C’est d’avoir pitié de votre prochain, de porter le fardeau avec ceux que vous aimez en souffrant en même temps qu’eux. Bien, vous vous demandez peut-être comment cela peut être une idole. Ne suis-je pas supposé me connecter aux autres, surtout à ceux que j’aime, et les aider si je le peux? Ce dont je parle est d’une tendance que vous avez à vous connecter si profondément à vos proches que vous êtes entraînés dans leur chagrin, leurs problèmes et leurs émotions négatives et que vous perdez contact avec votre propre centre et votre paix intérieure. Cette sorte de pitié et de co-souffrance n’est pas votre tâche, ce n’est pas utile aux autres et ce n’est pas juste d’un point de vue spirituel.

Une grande part de ce que vous appelez une hyper-sensibilité est d’être si ouvert à l’énergie des autres que cela balaie la vôtre. Votre empathie ( c’est à dire la capacité à ressentir les humeurs et les émotions des autres) est dans ce cas insuffisamment équilibrée par la compréhension que ces énergies négatives présentes en l’autre sont les siennes et non les vôtres. Vous n’avez pas clairement conscience que cette négativité joue un rôle viable dans sa vie et qu’il se peut que vous l’éclairiez par votre compassion et votre compréhension, mais que cela ne sert les objectifs de personne si vous souffrez en même temps qu’eux.

Bien sûr, vous aimeriez voir vos bien-aimés mener une vie heureuse et épanouissante (que ce soit votre épouse, votre enfant, votre parent ou ami). Vous souhaitez qu’ils se sentent mieux et que leurs problèmes soient résolus. Toutefois, souvenez-vous que les problèmes sont leurs propres créations. Les problèmes de relations, d’argent, de santé, les désordres psychologiques, reflètent tous des conflits intérieurs enracinés en profondeur dans l’âme. Quelque part les gens veulent faire l’expérience de ces problèmes pour tirer quelque chose au clair. Il se peut qu’ils aient l’air d’être victimes, surtout quand ils tournent en rond de façon répétée. Mais bien souvent cela signifie qu’ils veulent encore faire l’expérience d’un aspect de ce problème de manière plus profonde et ne sont pas encore ouverts à votre aide. Si vous essayez malgré tout de les aider, vous deviendrez rapidement pressant et contrôlant et vous épuiserez vos propres sources d’énergie. A la suite de quoi vous laisserez tomber l’abandon comme style de vie.

En donnant trop ou de manière inappropriée, vous gaspillez de l’énergie et vous vous enchaînez émotionnellement à celui que vous aidez. Cela vous rend dépendant de l’autre pour votre bien-être. Vos énergies émotionnelles se mélangent et c’est l’une des principales causes des pertes d’énergie, de vitalité et de présence consciente. Peu de choses peuvent faire s’effondrer votre énergie aussi facilement qu’un sentiment de devoir, de culpabilité et de responsabilité pour quelqu’un d’autre.

Dans une telle relation d’aide il y a souvent des dérives de pouvoir, même si personne n’en avait l’intention. En donnant trop ou de façon inappropriée, celui qui aide essaye en fait de masquer un vide intérieur qui ne se remarque pas si l’on est préoccupé par quelqu’un d’autre. Aider quelqu’un peut vous amener à vous sentir plus fort et plus assuré. Celui qui capte toute votre attention fait l’expérience que c’est agréable et confortable, et remarque vite qu’il peut vous influencer par ses humeurs et ses émotions. Il sait que si les choses empirent pour lui, vous lui accorderez plus d’attention (car vous voulez tellement qu’il aille bien). Celui qui souffre sait donc qu’il vous tient en son pouvoir et que c’est gratifiant de rester dans le rôle de la victime. Dans une telle relation, une forte énergie d’échange prend place, et cela vous épuisera tous deux, car ce n’est pas en alignement avec ce que désire réellement votre âme. Il n’y a aucune vérité spirituelle dans cette façon de vous réduire l’un l’autre à un rôle très limité. Celui qui aide finira par être frustré car celui qui souffre ne fera pas assez de progrès: ce n’est pas dans son intérêt de changer, car il s’est investi dans le rôle de la victime. Il s’enfoncera encore plus dans ce rôle de victime, jusqu’à en être complètement paralysé. Tous deux se fâcheront et se blâmeront l’un l’autre.

Vous sympathisez et vous sentez désolé pour les gens qui vous entourent. Surtout vous, les artisans de lumière, qui avez une forte impulsion à répandre la lumière et la conscience sur Terre, vous êtes très sensibles à la souffrance des autres. C’est difficile pour vous de voir la souffrance à l’échelle du globe, par exemple dans les régions dévastées par la pauvreté ou la guerre, ou la destruction et la pollution de l’environnement. Mais quand il s’agit de la souffrance qui est proche de vous, dans votre environnement personnel, vous êtes affectés encore plus profondément. Et c’est surtout là que vous êtes mis au défi de reprendre votre pouvoir.

Il est important de réaliser que vous n’aidez pas quelqu’un en vous rapetissant. Vous pensez souvent que si vous absorbez et avalez une partie des émotions de l’autre personne, vous vous reliez davantage à elle et qu’ainsi vous l’aidez. C’est comme si vous partagiez son fardeau. Mais en réalité, en vous chargeant des émotions de l’autre, vous ne faites que doubler le fardeau. L’ombre s’épaissit. En accompagnant la souffrance de l’autre personne, votre énergie se trouve fragmentée et anéantie par la négativité qui est en elle. Vous allez penser que vous n’avez pas le droit d’être heureux (se) en paix et satisfait(e), tant qu’elle souffre. C’est une faute grave. En réalité, c’est le contraire qui est vrai.

Etre vraiment utile à quelqu’un signifie que vous placez votre énergie au service de la solution du problème, et non du problème lui-même. Pour cela, vous avez besoin de grandir plutôt que rapetisser. Plus vous rayonnez de conscience de Soi et d’indépendance, plus vous représentez « l’énergie de la solution », plus vous pouvez apporter à quelqu’un d’autre sans vous épuiser. Si vous souffrez avec eux, en réalité, vous ne faites qu’affirmer le problème. Si vous restez centré et calme, sans entrer en résonance avec les émotions lourdes de l’autre, vous ouvrez un nouvel angle, une nouvelle façon d’envisager le problème. C’est précisément en n’entrant pas en résonance avec l’énergie du problème que vous l’éclairez d’une nouvelle lumière.

Une véritable direction spirituelle ne consiste jamais à résoudre les problèmes des autres. Il s’agit plutôt d’être pour eux une balise de lumière et de présence consciente, qui les met face à leurs problèmes d’une façon qui leur permet de les considérer d’une autre manière. Cela leur renvoie un sentiment de libre-arbitre et de responsabilité. Quelque chose en vous touche leur coeur et les inspire: c’est l’énergie de l’amour. L’énergie de l’acceptation. De cette façon, vous leur offrez « l’énergie de la solution ». Non pas en faisant quelque chose pour eux, mais en étant cela. C’est l’oeuvre de lumière: être vous-même de façon naturelle, en paix avec vous-même et transmettre cette paix aux autres. Le propos n’est pas de porter le fardeau des autres ou de trouver des solutions à leurs problèmes. Il s’agit de porter l’énergie de la solution en vous-même et de la partager avec les autres. C’est le coeur de votre mission sur Terre, le coeur de ce que signifie « apporter la lumière ».

Etre fidèle à vous-même, prendre soin de vous et être à l’écoute de ce que votre intuition vous dit, tels sont les pré-requis pour enraciner la fréquence de l’amour sur Terre. C’est ce que votre âme veut pour vous. Chaque fois que vous laissez les autres s’enfuir avec votre énergie, ou bien que vous donnez trop de vous-même par peur ou par besoin de contrôler, une partie de votre lumière est anéantie et vous aurez besoin de récupérer et de vous guérir émotionnellement pour retrouver votre équilibre naturel et votre vitalité. Observez comment cela se produit dans votre vie quotidienne. Si vous vous faites du souci au sujet des autres, comment ils vous perçoivent ou comment vous devriez les aider, vos pensées tournent en rond, les mêmes émotions se répètent et vous êtes pris dans l’ornière de la peur et du contrôle. Souvent, vous avez tendance à faire cadeau de votre énergie car vous pensez que vous améliorez les choses en aidant les gens ou en résolvant leurs problèmes. Mais faites attention: votre contribution sert-elle réellement la solution du problème ou bien l’affirme-t-elle et par conséquent perpétue ce problème? Demandez-vous si vous ne servez pas en fait une idole au lieu de votre propre lumière intérieure.

Essayer de contrôler les choses semble souvent juste et sensé, mais c’est souvent la peur qui vous force à le faire. Fréquemment, vous vous sentez fatigué et épuisé à cause de tous ces efforts dans différents secteurs de votre vie, mais bien souvent, vous vous y tenez et vous avez l’impression d’être obligé d’y mettre encore plus d’énergie. Vous pensez le devoir à quelqu’un, à une organisation, à la société ou même à Dieu. Mais chaque fois que vous vous sentez émotionnellement épuisé, que vous poussez les choses trop loin, il est vraiment temps de laisser aller et de trouver un espace tranquille pour vous-même. Il est temps de lâcher le monde et de se tourner vers l’intérieur. Faire une coupure et vous relier à votre enfant intérieur est de la plus grande importance pour rester centré et équilibré. En vous reliant à votre enfant, vous éveillez aussi votre ange, le gardien de l’enfant. Vous vous reliez à votre « soi inférieur » et votre « soi supérieur » et en les ressentant à l’intérieur et en étant à leur écoute attentive, vous commencez à percevoir comment ils peuvent jouer ensemble joyeusement. Vous voyez clairement ce que vous avez à faire ou rechercher pour redevenir centré et en paix.

 

Message de Jeshua canalisé par © Pamela Kribbe  Site: http://www.jeshua.net/fr/

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...