Témoignage d’un indigo n° 2

 

Je suis une fille de 16 ans, je viens de terminer votre livre Les enfants Indigo. Je crois bien en être une aussi. Ou plutôt non, je sais que j’en suis une. Mais il m’a fallu apprendre à énoncer mes pensées de sorte qu’elles aient l’air moins égocentriques, afin d ‘éviter les réactions négatives. Ceci dit, j’aimerais vous remercier pour votre bouquin et vous offrir quelques-unes de mes idées.

J’ai vraiment apprécié votre texte. C’était une confirmation bienvenue, voire révélatrice sur quelques oints. Je m’identifie tout spécialement au témoignage de Candice. Je comprends tout à fait qu’elle ait subi la jalousie et la colère des gens envieux de sa facilité d’apprendre. Le seul aspect de l’expérience indigo dans lequel je n’ai pu me reconnaître, c’est ce qui a trait à la santé, notamment au déficit d’attention et à l’hyperactivité. J’ai la chance d’avoir des parents très présents et tolérants. Ils m’ont éduquée dans un environnement où j’ai été libre d’apprendre à me connaître et d’explorer mon monde. Les concepts spirituels que vous exposez étaient la norme chez nous. Je suis éternellement reconnaissante d’avoir grandi dans un foyer où la réincarnation et le karma étaient des principes tout à fait reconnus. A mon avis, c’est la raison pour laquelle je n’ai pas eu à souffrir de l’incompréhension que d’autres ont affrontée.

Depuis des années, ma famille et moi-même avons tenté de lutter contre le système d’éducation dans notre ville. A l’école primaire, les enseignants étaient, fort heureusement, très lucides. Mais à partir de la sixième année (du cours primaire), la situation changea du tout au tout. J’ai vu plusieurs de mes plus brillants camarades baisser les bras et décrocher du système. Ce qui n’a fait qu’attiser ma volonté de le transformer.

 Gif ecritureA la remise des diplômes, l’an prochain j’aimerais partir en sachant que j’aurai permis aux adolescents comme loi d’obtenir plus facilement une éducation qui leur convient à cette école. Pour terminer, j’aimerais aborder le sentiment de solitude qu’éprouvent plusieurs d’entre nous. J’ai toujours su que j’étais différente. Non seulement mon statut d’indigo m’isole des autres, mais ma mère est propriétaire d’un magasin de produits naturels dans une localité où les gens se méfient encore des approches holistiques. De plus, nous sommes des non-chrétiens au sein d’une communauté décidément chrétienne.

 Dès mes tout premiers contacts avec les autres enfants, j’ai su que j’étais différente, et j’en ai toujours été reconnaissante. Cependant, je constate que les gens qui m’entourent ne me comprennent pas. Ils n’entendent rien à ce que je suis, mais je ne les méprise pas pour autant. Je sais pertinemment que je dispose d’une conscience plus vaste, et je n’y renoncerai pour rien au monde. Je suis « bizarre » et bien contente de l’être ! J’ai choisi cette vie, j’accueille ses leçons et j’accepte de bonne grâce les chemins sur lesquels elle me mènera.

 Je souhaitais simplement partager ces pensées avec vous et vous faire savoir qu’il existe des indigos qui grandissent en préservant leur intuition – qui n’ont pas succombé à leurs dons et qui les utilisent pour le bien d’autrui et le leur. Encore une fois merci pour ce libre enchanteur. J’aimerais vous quitter sur cette petite anecdote.

 J’ai eu le bonheur de rencontrer des copains qui me ressemblent. Chaque fois que nous discutons d’une autre personne, nous revenons toujours à la question « Est-elle l’une d’entre-nous ? » C’est vraiment ainsi que nous la formulons – l’une d’entre nous. Et c’est toujours ce que nous voulons savoir à propos de cette autre-là. Jusqu’ici, je n’avais pas identifié consciemment ce à quoi ce « nous » référait. Je savais simplement que « nous » existions. 

Extrait du livre Célébration des Enfants Indigo par Lee Carroll et Jan Tober aux Editions Ariane – page 203.

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...