Les règles du Jeu

 

Les règles du Jeu dans Les MESSAGERS de l'AUBE meriusPour survivre dans les temps qui viennent, il est impératif de se faire à l’idée de la manifestation par la pensée ou de la supraconscience. La supraconscience n’est qu’un mot vide de sens pour vous en ce moment. Ce concept n’a pas encore sa place en vous parce que vous ne pouvez concevoir être autant en équilibre et autant rempli de tant d’informations. Pourtant, en évoluant, c’est précisément ce vers quoi vous allez. Il y en a qui sont parfaitement conscients que ce mouvement d’évolution de la conscience pourrait commencer à balayer toute la planète, et ils comptent bien tout faire pour empêcher que cela ne se produise. Cela s’est déjà produit. Nous sommes revenus dans votre passé pour vous le certifier.

La pensée vient d’abord. L’expérience vient toujours en second lieu. Ce n’est jamais l’inverse, c’est-à-dire avoir une expérience et fonder ensuite votre pensée là-dessus. Votre expérience est toujours le reflet fidèle de ce que vous pensez.

Ce qui importe avant tout c’est la clarté de vos intentions et la reconnaissance de votre pouvoir. Votre monde se forme toujours à partir de vos pensées. Pas occasionnellement — toujours. Comme vous êtes bombardés de tant de fréquences de contrôle visant à vous empêcher d’être clairs, votre pensée fluctue. Vous devez, comme espèce, faire en sorte que votre intention soit de rester très clairs, de demeurer centrés, et de toujours vous ramener à l’instant présent. Cessez de vivre dans l’avenir ou de vivre dans le passé, et vivez sans cesse dans le moment présent. Dites-vous en vous-mêmes: «Qu’est-ce que je veux au juste ?  Je veux accélérer mon évolution personnelle. Je veux que l’Esprit m’apporte une aide accrue. Je veux que mon corps se régénère. Je veux être rayonnant de santé. Je suis d’accord pour renoncer à la difficulté afin d’être un exemple vivant de ce que l’humanité peut être.» C’est en suivant ce genre de pensées — en commandant du plus profond de votre être et en appelant avec clarté ce que vous voulez — que vous entraînez une accélération du mouvement.

Observez attentivement vos habitudes de comportement. Si vous vous prenez à nier que vous êtes en bonne partie responsable de ce qui vous arrive, et que vous vous refusez à assumer la paternité de vos créations, regardez simplement de quoi il s’agit au fond. Dites-vous par exemple: «Tiens !  Voilà qui est intéressant; je fais tout le temps cela. Je ne veux pas reconnaître ce que je crée. Si je n’aime pas quelque chose, je blâme quelqu’un d’autre pour cela. Voyons un peu pendant combien de temps je ferai cela, et laissez-moi découvrir une solution afin de développer un modèle de comportement différent.»

Ne portez pas de jugement à votre égard. Commencez à vous dire: «Je vais accepter la responsabilité pour tout ce dans quoi je suis impliqué. Je vais assumer la responsabilité de tout ce qui m’arrive. Si je n’aime pas ce qui m’arrive, je vais commencer à me demander pourquoi je crée des choses que je n’aime pas. Peut-être est-ce dans le but d’attirer mon attention sur quelque chose afin que je puisse voir et changer ce qui ne fonctionne pas pour moi.»

Agissez toujours comme s’il y avait un but irréprochable à chaque chose que vous faites. Agissez comme si votre plus grand bien et votre meilleure opportunité résidaient dans le fait de tirer pleinement parti de chaque événement dans lequel vous êtes impliqués. Agissez ainsi en toute circonstance. Si vous êtes en train de déambuler sur la rue et que quelqu’un vous dit derrière vous: «J’ai un revolver pointé sur vous; donnez-moi votre porte-monnaie», agissez comme si c’était là une occasion qui vous était donnée d’évoluer vers une plus grande croissance. On ne sait jamais quels peuvent être les résultats si l’on commence à agir ainsi. Lorsque vous agissez comme si, vous agissez sans savoir ce qui s’ensuivra et sans avoir d’attentes. Voilà l’attitude à adopter. Si vous pouviez tous avoir cette attitude et agir comme si chaque événement avait pour but de vous propulser de l’avant dans votre croissance et votre éveil de conscience, vous pourriez alors vous retourner et vous apercevoir que la personne tenant le pistolet dans votre dos est une contrepartie ou une partie de vous-mêmes. Vous pourriez être en mesure de guérir quelque chose; vous pourriez avoir ainsi l’occasion de faire quelque chose que vous avez peur de faire.

N’ayez pas peur de ce que vous créez. Ayez confiance en ce que vous créez. Demeurez confiants qu’il y a toujours quelque chose à apprendre pour vous là-dedans. Ne balayez pas vos drames sous le tapis comme s’ils n’étaient que de vieilles saletés horribles et que vous ne voudriez plus jamais les revoir. Finissez-en avec ces drames; cessez de tourner en rond et d’être perdus dedans.

Comprenez cependant que le drame que vous avez eu avec votre mère, votre frère, votre soeur, ou votre conjoint est quelque chose dont vous allez peut-être vous servir dans vingt ans pour parvenir à une toute nouvelle prise de conscience. Considérez donc ces drames de la vie courante comme des dossiers pour vous. Menez-les à terme, résolvez-les du mieux que vous pouvez, faites la paix en vous à leur sujet, acceptez le rôle que vous y avez joué, et laissez-les retourner dans votre conscience pour que vous puissiez en retirer un quelconque enseignement. Acceptez de les voir comme des trésors vivants d’expérience pour vous plutôt que comme des irritants que vous voulez oublier au plus vite. L’émotion est reliée à ces choses et, rappelez-vous, une émotion peut vous ouvrir la porte à d’autres domaines d’activité.

 

Venez discuter avec nous sur le forum :  http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Enseignements de notre Famille de Lumière des Pléiades – BARBARA MARCINIAK – les messagers de l’aube

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...