Tranche de vie d’un illuminé

 

Tranche de vie d’un illuminé dans CHEMIN le MOINS FREQUENTE chatVers l’âge de vingt-trois ans, confiné dans ma ville d’adoption, je recherchais la compagnie de toute personne qui s’intéresserait de proche ou de loin au paranormal. Une de ces raretés fut une voyante de passage dont la première rencontre fut déterminante. Dans la simplicité de sa cuisine, elle me raconta, comme préambule, comment un choc psychologique, en l’occurrence un divorce avec un homme brutal, avait accidentellement déclenché son don. Ce phénomène n’est pas rare. Je savais que des douleurs trop intenses dans ses corps de base peuvent forcer la conscience, dans un geste de protection, à se réfugier dans ses corps plus subtils stimulant ainsi ses sens au registre plus étendu. Les paroles de cette bonne dame, empreintes toutefois de naïveté, ne laissaient pas présager la suite.

Au lieu des recettes habituelles de voyant, elle sombra dans un état second et me révéla que j’avais vécu à l’époque éloignée de l’Atlantide. J’étais, selon ses paroles, un dirigeant venu d’une autre planète pour régner sur cette jeune colonie. Elle me voyait assis sur un trône ordonnant, entre autre, qu’on libère des esclaves enchaînés. J’étais là pour enseigner mes connaissances supérieures. C’est pour ces raisons que j’avais de la facilité à lire des livres bizarres comme elle disait à travers son vocabulaire restreint. Après son retour à la normale, elle me demanda si tout cela avait un sens pour moi. Sans le savoir, elle venait d’éveiller un sentiment très fort. Elle m’avait fait entrevoir une première facette de ma face cachée.

Dans les mois qui suivirent, par l’écriture, je questionnai mes amis stellaires pour approfondir cette révélation. J’appris, entre autre, que cela remontait à plus de trente mille ans et que ce sont des décisions désastreuses prises par moi qui m’avaient condamné à un cycle de réincarnations ici-bas.

Un des derniers manifestes que j’écrivis en 1974 empruntait la forme d’un vieux journal.

C’était l’époque de l’art conceptuel où l’idée primait sur sa réalisation. Élaborer des concepts d’oeuvre d’art, transcrire mes idéaux étaient devenus ma principale source de création. Sur la couverture de ce journal, je discourrais en un long texte symbolique sur ma condition d’extra-terrestre.

Sur les deux pages intérieures, je prophétisais sur l’avenir de la planète. Et pour conclure sur le recto, j’élaborais sur le concept de l’être humain perçu comme une oeuvre d’art. Mais le plus étrange se situait sur quatre autres pages insérées au centre du journal en supplément. Elles contenaient un jeu insensé des plus conceptuel. Pendant tout un été, enfermé seul dans un chalet, j’avais rédigé, avec l’aide d’un dictionnaire, un langage d’une complexité sans borne. Ce jeu consistait à associer tous les principaux mots positifs de la langue française en une centaine de phrases comprenant chacune un sujet, un adjectif, un verbe et un complément. Le défi consistait en la possibilité d’interchanger les termes respectifs pour créer des milliers de nouvelles phrases ayant toujours un sens juste. A mesure de sa réalisation, je jonglais avec tant de concepts que je ne comprenais le sens d’une phrase que le temps de l’écrire. J’entrevoyais, l’espace de quelques minutes, les multiples combinaisons entre elles puis la minute suivante, tout devenait flou. 

Ce jeu me dépassait complètement. Comme bien de mes réalisations antérieures, c’était plus fort que moi. Quelque chose me poussait à le faire même si je n’en comprenais pas vraiment l’utilité. Et le pire, c’est que cela ne m’empêcha pas de l’imprimer à des centaines d’exemplaires. Je savais pertinemment qu’il m’était difficile de relire ce pamphlet. Alors que penser des autres individus! Il n’y avait aucun intérêt à qui que ce soit de l’aborder. Sauf peut-être pour faire oublier un mal de dos en l’échangeant contre un mal de tête. Dans ces circonstances, je ne me sentais pas tout à fait maître de mes actes.

 

Extraits du livre NAJA L’ILLUMINÉ -  PREMIER PORTRAIT  À L’ORIGINE DE TOUT CANALISÉ PAR COLIN CHABOT http://www.music-close-to-silence.net/a_lorigine_de_tout.pdf

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...