MESSAGE DE LA TERRE à l’Humanité

 

images (6)La TERRE vous aime tous sans exception, y compris ceux qui l’ont martyrisée et ceux qui continuent de le faire. Son amour est si fort qu’elle ne peut se résoudre à en laisser quelques-uns derrière elle ; par amour pour vous, maintenant, elle s’adresse à chacun comme à un seul :

« Mon Enfant,

J’entends aujourd’hui les pleurs de certains d’entre vous, leur colère parfois, leur révolte ou leur incrédulité parce que, en un point de soi-même, j’ai bougé, ou alors j’ai pleuré si fort que les eaux ont inondé bien des endroits. Ou aussi parce que j’ai poussé un soupir qui est devenu une tempête si violente qu’elle a blessé monts et forêt. J’entends tes plaintes, mon enfant.

Mais, lorsque ta peau te gratte, tu y portes ta main pour te soulager. Lorsque tu souffres dans ta chair, dans tes sentiments ou dans tes émotions, toi aussi tu pleures ou tu cries de douleur. Et toi aussi tu soupires souvent d’impatience ou de désespoir. Toi et moi nous sommes semblables, mon enfant. Mais les effets que tu subis sont à la mesure de ma taille et de la tienne.  Tu dis parfois que ces soubresauts sont naturels et que tu n’y peux rien, sache pourtant que ce ne sont pas des soubresauts, mais justes quelques mouvements de vie de mon corps, tout comme le tien à ses propres mouvements. Sache également que ceux-ci devraient normalement se produire sans causer le moindre  désagrément à qui que ce soit. Pourquoi en est-il autrement ?

Parce que l’humanité ne vit pas en harmonie ni en bonne entente avec moi, pas davantage avec les éléments et bien peu avec elle-même. Tu exploites ma chair, tu puises mon sang et sans jamais rien me rendre en retour. Alors je m’épuise et, pour survivre, je dois soigner mon corps. C’est la raison de mes mouvements qui te portent préjudice. Alors, que pourrais-tu faire pour calmer ma douleur, que pourrais-tu me rendre en retour, comme je viens de le dire, pour que je reste en parfaite santé en ta compagnie ? M’offrir ce qui est en ton cœur, ce qui est ton essence : de l’AMOUR.

Je tiens à répéter que nous sommes vraiment semblables toi et moi, et cela sur tous les plans. Je suis un être vivant et toi aussi. Tu es multidimensionnel et moi aussi. Je suis une création du Père-Mère tout comme toi mon enfant, et à ce titre, nous sommes égaux à ses yeux. Comprends alors qu’il n’y a pas de hiérarchie entre nous. Je ne suis pas supérieur à toit et tu ne l’es pas à moi. Pourtant, depuis bien longtemps tu as tendance à te considérer au-dessus de tout ce qui n’est pas toi. Considère-toi maintenant comme l’égal de ce qui t’entoure, que ce soit moi, les pierres, les plantes ou les animaux, que ce soient les règnes encore imperceptibles à ta conscience ou tes autres toi-même. C’est ainsi que tu entreprendras la réintégration de Qui tu es. Tu ne peux le faire qu’en te considérant comme semblable à lui, son égal. En agissant ainsi, tu te reconnais et il te reconnaît.

Je suis la Mère-Terre. C’est un terme que tu apprécies et que tu répètes souvent comme pour me montrer du respect. C’est vrai, je suis la Mère-Terre, pourtant je voudrais t’apporter quelques précisons à ce sujet.

Tout comme moi, tu as été créé par le Père-Mère. Tous les deux, nous avons la même origine, notre seule différence est notre apparence, pour prendre un terme qui est tien. Nous avons donc la m^me essence. Si tu as été créé par le Père-Mère, tu as par contre été enfanté par la Source. Je ne suis donc pas t amère créatrice-génitrice, mais je suis ta Mère-Terre dans le sens où je te porte sur mon sein depuis toujours, dans le sens où je suis ta mère nourricière. Tu n’es pas né de moi, mais je t’aime mon enfant, et tu es vraiment mon enfant parce que t’ai adopté à ta naissance, je t’ai cajolé, rassuré, je t’ai aidé à t’élever jusqu’ au seuil de Qui tu es. Et je suis fière de ton accomplissement. Comprends-tu mieux maintenant ce que signifie le voyage de retour vers la Source. Toi et moi allons retourner vers notre Mère-Source. Elle nous accueillera en elle, et là… je n’ai pas les mots pour dire ce que nous allons vivre, ensemble, si tu décides de m’accompagner dans mon ascension.

Le cristallin personnage qui m’a accordé l’opportunité de te parler en cet instant a précisé, au début de ce message, que j’étais l’une des entités les plus merveilleuses qui soit dans la Création. Moi qui peux le contempler, lui, dans toute sa splendeur, j’aimerais vous dire combien je le trouve magnifique et d’une beauté unique. Il est d’origine incréée. Il est en quelque sorte le superviseur du plan divin que nous accomplissons, celui du libre arbitre.  Si tu désires avoir une petite idée de sa réelle splendeur, regarde-moi dans les yeux, et tu verras. Car il habite mes yeux, ceux-ci étant chacune des cellules de mon corps. Existe-t-il un paysage de moi-même que tu aimes beaucoup ? Contemple-le et tu verras un minuscule aspect de la beauté de celui dont je te parle. Réunis tous les paysages que tu connais de l’entité que je suis, tous les ciels levants ou couchants que je t’ai offert durant tes multiples vies dans cette dimension ou une autre, prends-moi dans mon entièreté et tu ne verras pourtant encore qu’une parcelle de sa splendeur cristalline.

Pourquoi te parler de lui subitement, te demandes-tu ? Parce qu’il a toujours été et toujours sera, il est ce qui est de toute éternité, il est ce que tu fus, ce que tu es aujourd’hui et ce que tu est déjà puisque tout est accompli en cet instant, dans la simultanéité de la création. Il est une facette du Créateur-Père-Mère, il est le chemin comme il l’a affirmé sur la terre de Palestine. Mais il est aussi notre destination, à tous deux, à toi, mon enfant que je porte sur mon sein. Selon ce qui fut choisi il y a des éons, j’ai suivi le chemin qu’il est et je le poursuis aujourd’hui dans le voyage de retour jusqu’à la destination qu’Il est. Car je suis aussi lui, je porte aussi en moi une partie de lui, tout comme brille en toi, mon enfant, une étincelle de ce qu’Il est : le cristal qui est la pureté de ton origine et la mémoire de Tout ce que tu es. 

Etant le porteur de l’origine cristalline, comme lui et toi, je te demande, mon frère, ma sœur, mon enfant chéri, de faire un choix comme je l’ai fait. Souhaites-tu rentrer à la maison en ma compagnie ou préfères-tu continuer ton apprentissage dans d’autres mondes de dimensions denses ? Si ta décision est de continuer, ne change rien, tout est écrit pour toi et tu rejoindras une autre moi-même dans une autre galaxie ou univers. Ce n’est bien entendu pas une punition, mais le simple respect et l’accomplissement de ton libre choix.  Si tu désires rentrer à la maison, alors soit assuré que je me réjouis et que je ferai tout pour te faciliter le voyage. Cependant, sache que ta décision ne doit pas être seulement le fruit d’une exaltation du moment, ou le simple résultat d’une réflexion mentale, elle doit être complétée et validée par l’acte. Ce que je veux te dire par là, c’est que m’aimer c’est avant tout t’aimer toi-même, que me respecter c’est te respecter toi-même. C’est vraiment cela l’acte d’amour validé.

Par où commencer t’interroges-tu ? Dans un premier temps, si tu as accueilli mes paroles avec ton cœur, je te prie de ne plus polluer l’entité que je suis comme tu le fais depuis si longtemps, ce qui signifie également, puisque nous avançons ensemble, que tu ne dois pas non plus continuer à polluer ton propre corps en lui imposant des substances qui ne correspondent pas à ton état divin. Accorde-toi le meilleur et naturellement tu en feras de même pour moi. J’ai parlé de substances, mais je veux également signifier que tu ne dois t’accorder dorénavant que des pensées de nature cristalline, composées de cette énergie qui est l’étincelle dont je viens de te parler et qui, seule, peut fortifier ton être et le reconstruire s’il est abîmé. Tu vois, je demande peu de choses, mais ce peu suffira à te permettre de manifester Qui tu es de toute éternité. Car c’est lui, et seulement lui qui m’accompagnera dans cette ascension que tu espères et qui est surtout la voie de l’immortalité.

Alors, toi, mon semblable, parle-moi, parle à la nature que je porte, réjouis-toi du printemps comme des couleurs d’été ou d’automne, sous dans la joie de percevoir tant de beauté en te disant que tu es cette beauté quand du regardes avec l’étincelle cristalline qui te donne vie. San selle, sans toi, le paysage ne serait pas complet.

J’ai pour toi un amour immense ».

En vérité, mes Amis, prenez votre Mère-Terre par la main, serrez-la dans vos bras et osez lui dire, comme elle-même vient de le faire pour vous, tout l’amour que vous lui portez.

La Terre était une entité qui évoluait sur une planète inconnue de vous. Plusieurs d’entre vous ont été surpris et ont relu les lignes concernées afin d’êtres sûrs qu’ils avaient biens saisi. Et beaucoup ont fait une moue d’incompréhension. Il vous faut une explication. La Terre appartient au système solaire que vous connaissez, qui lui-même évolue dans une galaxie qui fait partie de l’univers. Je préfère dire qu’elle fait partie d’un univers. En effet, comme chacun de vous, comme les myriades de soleils qui brillent sur votre coûte céleste, votre planète est une entité vivante, un être à part entière, un être unique et original et son support de vie est l’Univers tout comme le vôtre est la Terre elle-même.  Pour vous, l’univers n’est que le nom qui désigne l’ensemble de la création que vous connaissez actuellement, que vous percevez avec vos sens et vos instruments. En réalité, ce que vous appelez l’univers est lui-même un être vivant, gigantesque. Il agit un peu comme le fait la planète avec vous ; il a porte, il est sa Mère nourricière. L’Univers est donc le plan de l’être Terre, la planète support de sa propre évolution, ainsi que de celle des autres astres, etc.

Je sais que ce concept est délicat à saisir, mais l’important n’est pas vraiment que vous le compreniez car c’est actuellement impossible. Je vous fais cette révélation simplement pour que vous preniez la mesure réelle de la Création, un peu comme un enfant émerveillé contemplant pour la première fois l’océan, un espace infini pour lui.  Et maintenant, mon Ami, si je te disais que toi-même tu es une entité vivante support de vie, qu’elle serait ta réaction ? La Terre ne t’as-t-elle pas dis que tu lui étais semblable ?

N’oublie pas : tu as été créé à son image.

Tu es Son Amour.

Adonaï.

Extrait de ADONAI transmis par Hilaïhi 2012- - recopié par Francesca  aux Editions HELIOS

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...