LA PENSEE est la SOURCE de toute EXISTENCE

 

 

images (18)Vous tous, mes illustres frères et sœurs, dans votre ferveur à comprendre qui vous êtes, vous êtes la force de la force. Vous êtes le principe qui créa le principe. Vous êtes la loi qui est devenue la Loi. Vous êtes l’Esprit propulsé dans la réalité. Vous êtes devenus la force, le mouvement, l’élément de pensée compulsif. Vous êtes devenus le fils, bien aimé du père. Vous êtes devenu le père, aimé du fils. 

Les scientifiques sont sur le point d’accepter le fait que l’univers n’est pas aussi mécanique qu’ils le considéraient jadis. Sans égard à la matière, à l’antimatière t aux formes gazeuses qui les constituent, au niveau moléculaire, ils en sont à réaliser que cet univers mécanique est animé par quelque chose qui est au-delà du mécanisme de l’esprit. On l’appelle la pensée. Et ils ont absolument raison. Eh bien, avant le big-bang qui vous a produits, il s’est passé quelque chose de merveilleux. 

L’est que vous avez a de la difficulté à contempler l’infini. Nous allons donc procéder ainsi : avant le big-bang, l’essence de la pensée appelée l’ETRE ou en vérité Dieu était toutes choses. Il possédait la faculté d’être instantanément tout ce qu’i l était, un continuum. Mais le continuum n’existait pas dans un vide ; il était simplement. Il pouvait être toutes choses, comme toutes choses. Il était mais une chose lui manquait – une chose ; ce qu’on appelle l’expérience. L’expérience. 

Aussi drôle que cela paraisse, arriva l’heure où la pensée se tourna vers l’intérieur et contempla son immensité. Autrement dit, elle pensa à elle-même. Le résultat fut qu’une pensée se trouve immobile. Et lorsque l’on fait cela, naît la lumière. C’est ce qu’on appelle la connaissance. Elle pensa à elle-même. C’est alors que naquit la lumière. 

Eh bien, la lumière, dans sa forme légendaire, pour ainsi dire, est constituée de ce qu’on appelle des particules. On a la particule Z, la particule X, la particule d’hydrogène, la particule d’oxygène et l’électron qui lui donne sa cohésion et sa nature explosive. Mais dans sa forme la plus élevée, c’est une particule qui recueille et maintient en elle-même toutes ses unités les plus basses. Toute lumière est un ensemble cohésif de pensées expressives individuelles. 

Vous êtes nés de Dieu, de l’ETRE, de l’espace si vous voulez, lorsque le Père se contempla lui-même et que la contemplation devint lumière, mouvement. Ainsi, chacun d e vous fut une particule de lumière. Telle est votre forme individuelle la plus élevée. Si vous deviez la faire redevenir dans la pensée, la lumière disparaitrait et retournerait dans l’infini Présent, qui est toutes choses, une particule de lumière. 

Si on prenait l’univers tout entier et en soustrayait toutes les étoiles, toutes les planètes, tous les soleils – autrement dit, prenez un aspirateur et aspirez tout – et qu’ils aient tous disparu, vous ne verriez rien car il n’y aurait pas de lumière. Vous ne pourriez que percevoir. En voilà des choses compliquées ! Percevoir, que cela signifie-t-il ?  Sans cette lumière, l’œil ne peut pas voir. Sans la lumière, l’œil dans sa vision ne peut percevoir le mouvement. La pensée ne se déplace pas. Elle est. Imaginez donc maintenant la totalité des univers après univers à perpétuité, de nombreux niveaux d’espace. Contemplez cela un instant ; l’espace, sans commencement nif in. On l’appelle l’éternel Présent. Sans la lumière, on ne saurait jamais que la pensée se contempla elle-même à moins d’avoir la lumière pour le savoir. 

Eh bien, ce facteur d’ETRE, ou de Dieu, de quelque nom que vous vouliez l’appeler, se contempla lui-même et, en un suprême instant, fit jaillir de lui-même en un souffle ce qu’on appelle les particules de conscience personnelle qui s’éloignèrent de ce qu’il était. Chaque fois que vous contemplez l’être intime de quoi que ce soit, vous vous en séparez. Nous avons donc la théorie du big-bang. Et le big-bang fut en essence cela, ce que l’on nomme la conscience personnelle qui explosa en d’innombrables consciences, toutes reliées à ce que l’on appelle le tout. 

Imaginez maintenant un nombre infini de ces petites choses. On appelle cela la conscience. Chacun d’entre nous est conscience. Cette conscience, on l’appelle l’éveil. A l’instant même où cela se produisit commença une éternité, ce que l’on appelle le voyage dans l’espace, ce voyage qui fut programmé par l’ETRE suprême en sorte de se connaître lui-même. Cette conscience créa un miroir d’elle-même et ce miroir se diviserait créant entre elle-même et le miroir une réalité potentielle. Ainsi, au commencement, alors que vous étiez tous un éclat de lumière de conscience personnelle, vous avez entrepris le voyage dans la densité de la matière ou de la matière corporelle. Vous êtes descendus de sept niveaux de vibration, de sept niveaux de conscience. En voilà un événement ! Vous voilà donc au commencement de l’évolution. Et au commencement de l’évolution, votre tâche est de faire connaître l’inconnu à partir de ceci, le JE immortel que vous êtes tous, ce que l’on appelle Dieu, que vous êtes tous, et son miroir réfléchissant, el soi personnel. Ce voyage concerne un Esprit et une âme dans le Livre de la Vie appelé l’évolution.  

Dans sa forme la plus élevée, toute particule contient l’énergie positive et négative car, si on prend la lumière et l’abaisse, on commence à la diviser. On obtient ainsi la gravité, les forces G et ce qu’on appelle, en vérité, les champs magnétiques. La seule manière d’obtenir un champ magnétique est d’avoir une énergie négative/positive. 

Prenons maintenant une particule de lumière, un d’entre vous qu’el qu’il soit. C’est ce qu’on appela la naissance des Dieux, au pluriel, la naissance suprême, quand l’ETRE se contempla lui-même et donna le mouvement, la naissance de la lumière ; Ce fut appelé la naissance des Dieux, la lumière. A partir des particules e lumière furent créées les particules gazeuses, les Z, les X qui créèrent ce que vos scientifiques considèrent être un gros boum, la théorie de la grande explosion, vous savez, quand boum ! tout arriva en quelque sorte. Eh bien, on peut parler ainsi si on veut essayer de mesurer le temps. Mais les choses ne se sont pas tout à fait passées comme cela. Ceci n’est que la mesure du temps ; On doit oublier le temps afin de connaître. Chacun de nous était une particule de lumière, un tout, un Dieu. Et les Dieux créèrent à partir de leur processus de pensée. Ils possédaient déjà une âme. Maintenant, je sais que beaucoup d’entre vous croient savoir ce qu’est une âme. Eh bien, en voici une explication. Elle se situe ici (dans la poitrine). Elle ne se situe pas ici (dans la tête). Elle se situe ici dans une cavité qui existe tout près de votre cœur, ce muscle éternel. Et dans cette cavité existe une essence légère qui pèse environ trois cent soixante-huit grammes ; Lorsque vous vous sentez bien dans votre âme, vous croyez que vous vous sentez bien dans votre cœur. Eh bien, votre cœur es tune pompe ; il ne tombe pas amoureux. C’est l’âme qui ressent.

 

La seule manière dont les particules de lumière, les Dieux pouvaient maintenir la pensée qui venait de leur Père (le flux qui leur donnait substance pour maintenir la lumière), ils devaient posséder quelque chose leur permettant de maintenir immobile la pensée. Ce fut alors que l’âme, ou le Seigneur de votre Etre, naquit. Il se situe ici. Le Seigneur de votre Etre est la majestueuse lumière (aura) qui enveloppe la totalité de ce que vous êtes et en elle se trouve l’âme immortelle. 

Eh bien, l’âme est comme un ordinateur. Elle maintient la pensée. Sans votre âme, vous ne sauriez rien, vous ne pourriez rien exprimer, rien créer ; vous ne seriez rien excepté l’ETRE. L’âme enregistre toute pensée que vous n’ayez jamais eue. Elle ne l’enregistre pas en tant que pensée, amis elle enregistre l’effet qu’a eu la pensée sur votre modus operandi sous une forme de lumière. On appelle cela les sentiments. Les sentiments sont ce qui existe derrière les matières gazeuses de votre univers. 

Dans un atome, la manière dont fonctionne un atome, il y a un autre univers. Savez-vous que ce qui donne substance aux atomes, l’univers intérieur, est une particule appelée la particule X ? Ce faut le premier sentiment manifesté et il donna vie à la totalité de votre univers. La matière naquit du grand soleil. Des particules s’éparpillèrent ici durant des temps infinis, car la première pensée fut captée et ensuite abaissée. L’électron fut abaissé pour créer les matières gazeuses. 

Nous ne parlons toujours que d’une seule lumière et d’une seule âme, la forme la plus élevée. Pour toute la durée de cet espace, de ce silence, de ce froid, la pensée permit à la lumière d’y jouer. Qu’est-ce donc qui maintient votre monde en place, qu’en pensez-vous ? Qu’est-ce qui empêche que vous ne tombiez ? Vous saviez, vous devriez tomber. Qu’est-ce ? Vous dites que c’est l’espace vide. C’est la pensée. C’est l’ETRE. C’est la scène appelée l’infini. Elle n’a ni hauteur ni largeur. Elle consume tout. Ainsi naquit la matière. Mais la lumière prévaut toujours. De même, au commencement, vus prévaliez tous. Vous étiez le commencement. Vous avez créé le temps. Il faudrait une vie entière pour vous raconter ceci, le processus entier, un Dieu après l’autre. Je ne fais donc qu’un rapide synopsis sur un mystère éternel, la matière dont tout à commencé. Mais cela vous donne une idée. Et sinon, je vous enverrai une vision afin que vous puissiez le voir. Qu’il en soit ainsi.

 

Extrait du livre : « La civilisation humaine, les origines de l’évolution » – par RAMTHA aux Editions AdA.

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...