ENTAMER UN CYCLE D’AMOUR

 

images (10) Peu importe ce qu’on a pu vous faire, vous pouvez pardonner. Il est d’ailleurs extrêmement important de le faire… non pas pour ceux qui vous ont fait du mal, mais pour vous ; même s’il est impossible d’effacer le passé, il est possible d’en guérir les blessures. La première étape consiste à reconnaître que quelqu’un vous a fait du mal. Vous avez le droit de tenir cette personne responsable de ses actes et d’être en colère contre elle, car vous devez respecter et accepter ce que vous ressentez à son égard et envers la situation. C’est ce qui s’est produit quand j’ai crié contre le cadavre de mon père. J’ai dit la vérité sur ce que je ressentais et ce fut extrêmement salutaire. 

Ensuite vient le pardon lui-même. Pour vous vous aider à vous dégager de la colère, de l’amertume et du ressentiment – toutes les émotions susceptibles de vous ravager, si vous les laissez faire – et ainsi vous permettre de regarder devant plutôt que de nourrir vos vieilles blessures. Il est humain de souhaiter pénaliser eux qui vous ont fait du tort, mais aucune punition ne vous aidera à guérir. En réalité, si vous vous accrochez à la colère, c’est à vous que vous ferez du mal, pas aux autres. 

Pardonner est quelque chose que vous devez faire pour votre bien-être et votre guérison. En pardonnant à quelqu’un, c’est vous qui trouverez la paix intérieure, la joie et la sérénité et pas nécessairement celui qui vous a fait du mal. Certains continuent de vivre dans le ressentiment parce qu’ils croient inconsciemment que tôt ou tard le coupable s’excusera ou fera amende honorable, comme je souhaitais  que mon père le fasse sur son lit de mot. En réalité, si la personne ne l’a pas fait jusqu’à maintenant, il e ne le fera probablement jamais et même si cela se produisait, votre douleur et votre sentiment d’injustice en seraient-ils allégés ? 

Evitez la tentation du ressentiment et de la haine. Cessez de vous en servir pour justifier votre attitude de victime. Ne laissez pas les coupables devenir votre excuse pour ne pas vivre la vie que vous désirez et ne les blâmez pas pour tout ce qui ne va pas dans vote existence. Accorder la clémence  signifie de consentir à prendre la vie à bras le corps et à reconquérir votre pouvoir. 

Cela ne veut pas dire que vous devez oublier, absoudre ou fermer les yeux sur les actes de quelqu’un. Il se peut que vous ne parveniez jamais à les pardonner, mais pardonner à cette personne vous fera beaucoup de bien. Comprendre que ces actes étaient dictés par son conditionnement permet de les excuser plus facilement. Toute personne a des raisons de commettre certains actes et c’est souvent la peur qui en est à la source. Même si, avec le recul, elle sait qu’elle aurait pu agir autrement, la réaction qu’elle a eue était la seule qu’elle pouvait avoir à ce moment précis, compte tenu de sa peur, de son conditionnement dans l’enfance et de l’influence de sa culture. Il est précieux de comprendre pourquoi cette personne a agit comme elle l’a fait, mais il est également utile de reconnaître ce qu’elle est, c’est à dire la possibilité qu’elle recommence. 

Ajoutons que pardonner à quelqu’un ne veut pas dire de devenir son meilleur ami. Comprendre pourquoi cette personne a git comme elle l’a fait, et reconnaître la situation pour ce qu’elle est, suffit pour entamer le processus de guérison. Bien entendu, c’est extrêmement difficile et il faut du temps. Il ne s’agit pas d’une décision absolue prise sur le champ. C’est plutôt un geste, un contexte, et il ne faut rien forcer. Autrement dit, il ne s’agit pas de décider comme ça et de se dire « Bon, très bien, je lui pardonne » et voilà tout. 

Vous découvrirez que d’essayer de faire une déclaration unilatérale de pardon ne fonctionne généralement pas. Pas davantage que de faire la liste de ceux à qui vous désirez pardonner et de cocher chaque nom au fur et à mesure que vous croyez l’avoir fait. Il est important de savoir qu’il faut du temps pour pardonner et que le processus peut s’approfondir lorsque vous explorez honnêtement les racines de votre passé afin de comprendre les forces en jeu dans la situation. 

Il est essentiel d’être patient avec vous-même. Il y aura des jours où vous vous sentirez complètement libéré du ressentiment et d’autres où tout reviendra à la surface ; Parfois, feindre de pardonner peut être un moyen de nier votre colère quand vous n’êtes pas prêt à l’évacuer. Il est important de respecter le processus et de vous permettre de rester qui vous êtes, même en souhaitant que le véritable pardon se produise. Parfois, le pardon est interactif, mais pas toujours. 

Il peut être utile de parler à ceux à l’égard des quels vous éprouvez de l’amertume, mais vous ne trouverez pas toujours preneur. En fait, vos premières tentatives risquent d’être très difficiles et de ne pas répondre à vos attentes ; mais ne perdez pas espoir. Si vous parlez avec votre cœur et exprimez votre vérité, les mots feront leur chemin et, tout comme les graines d’une plante, ils grandiront.  (Si vous êtes incapable de communiquer ce que vous ressentez ou si la personne est décédée, vous pouvez toujours accéder aux royaumes intérieurs pour trouver la paix). 

Sachez également que ce que vous mettez en œuvre maintenant, avec l’intention de pardonner, peut avoir un impact sur les générations futures. Quand vous franchissez le pas vers le pardon, vous brisez le cycle négatif de l’abus, du ridicule, de la trahison, du rejet, du découragement, de la cruauté, de l’abandon, du manque d’amour, de l’échec ou du mépris qui autrement risque de se prolonger durant des années. Soyez celui qui entame un nouveau cycle d’amour, de soutient et de gentillesse, qui se poursuivra pendant des générations. 

———————

EXERCICE pas à pas :

Pour entamer le processus de guérison, faites la liste des gens à qui vous n’avez pas pardonné et des situations que vous n’avez pas pardonnées. Puis, choisissez ce qui vous semble le plus facile à pardonner. Après quoi, prenez le temps de bien sentir ce que vous éprouvez à l’égard de la personne ou de la situation, et mettez le tout par écrit…. tout. Qu’en est-il réellement ? 

Ensuite, aussi difficile que cela puisse vous paraître, essayez de vous mettre à sa place. Imaginez comment cette personne a pu se sentir dans les situations où vous étiez toutes les deux impliquées. C’est difficile, mais il est important de comprendre que même si ce qu’elle vous a fait est inqualifiable, elle a agi du mieux qu’elle pouvait à ce moment-là. Vous n’avez pas besoin d’être d’accord avec elle sur ce qui s’est passé et il ne s’agit pas de justifier quoi que ce soit ; vous essayez seulement de comprendre ce qui l’a amenée à poser le geste. 

La dernière étape du processus de guérison est de pardonner activement. Rappelez-vous que vous n’avez pas à pardonner ce qu’elle a fait (certains actes restent impardonnables), vous lui pardonnez à elle. 

Lorsque vous aurez réussi et commencé à ressentir les bienfaits d’avoir pardonné, répétez l’exercice pour chacune des personnes sur votre liste.

Francesca du Blog http://francesca1.unblog.fr/

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...