UN MONDE AUX SYSTEMES DETRAQUES

 

OGM024Tout le monde n’apprend pas de la même manière. Certains individus le font par des heures de répétition, tandis que d’autres retiennent instantanément l’information qu’ils lisent dans un livre. Notre façon d’ »entendre » l’information et ce que nous en faisons ensuite sont étroitement liés à notre mode d’apprentissage. De plus, précisément parce que nous apprenons tous différemment, il est bon qu’autant d’individus lancent le même appel au changement planétaire de tant de façons diverses.

Quelque chose qui ne veut rien dire pour l’un peut en éveiller un autre, et inversement. Ceux qui lancent l’appel le font peut-être en décrivant la situation différemment – qu’il s’agisse du point de vue technique du Scientifique et de le l’Institut ou du langage simple – mais le message disant que notre fragile mode de vie est en difficulté est entendu partout dans le monde.

Notre époque se différencie des précédentes principalement par le nombre, l’ampleur et la simultanéité des problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui. Chaque point de bascule comporte le potentiel de créer d’énormes souffrances à la vie humaine et de conduire notre monde à un arrêt pénible si nous ignorons la situation et ne faisons rien pour le résoudre. Or, comme vous pouvez très bien le voir, les problèmes sont tous déjà présents. Chaque problème identifié a déjà atteint les proportions de crise prédites par les environnementalistes, les scientifiques et les économistes il y a près de quarante ans.

Voilà qui nous ramène à la question important :  » Quel événement attendons-nous pour comprendre que nous sommes déjà en pleine crise » ? Il suffit de savoir que nous vivons déjà chacune de ces crises. Voilà la réponse et elle n’a pas besoin d‘explications supplémentaires.  Car chaque crise qui apparaît en déclenche d’autres.

Nous commencerons par la Crise 1 : le nombre des gens qui vivent dans notre monde. Ce facteur à lui seul augmente la magnitude de la Crise 3 : la pénurie croissante de nourriture et d’eau, et aussi celle de la Crise 4 : l’écart grandissant entre la richesse et la pauvreté, la santé et la maladie, l’éducation et l’analphabétisme.

Alors que chacune de ces crises découle d’un système déjà détraqué, le stress créé dans le monde par la Crise 2, celle des changements climatiques, a forcé notre mode de vie insoutenable à atteindre un point de rupture au cours des dernières années. Ce même stress a contribué à la Crise 5 : le risque de guerre croissant et la nouvelle menace d’une guerre nucléaire. Sauf que « La guerre ne fonctionne plus ».

Evitons donc de faire de fausses hypothèses. Car le bon sens nous dit qu’il est insensé de tenter de résoudre les plus grandes crises de l’histoire de l’humanité à partir d’une vision issue d’une compréhension incomplète du problème. Nous découvrons que plusieurs outils auparavant utilisés ne fonctionnent plus. Ils sont inefficaces pour régler les problèmes auxquels nous faisons face et qui ne font qu’empirer. Entre-temps notre avenir et notre survie sont en jeu.

Avec le grand nombre et la magnitude des crises que nous affrontons aujourd’hui, les conséquences d’une mauvaise décision n’ont jamais été aussi grandes. En même temps, les occasions n’ont jamais été plus claires. Les crises nous forcent à repenser les vieilles idées et à mettre le cap sur une nouvelle direction favorable à la vie. C’est précisément pour cette raison que nous devons examiner longuement et lucidement les hypothèses de base sous-tendant notre relation à nous-mêmes et au monde,  et nous demander pourquoi nous y croyons.

Alors, par où commencer ? Comment nous voir différemment dans le monde ?

Notre passé est le meilleur endroit pour débuter.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Gregg Braden : Vérité essentielle – Activer la mémoire de nos origines, de notre histoire et de notre destinée aux Editions Ariane

 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...