LE LIEN SE FORME ENTRE NOUS ET LE DIVIN

 

050Selon le récit biblique de la Genèse, Abraham rencontra Yahvé sept fois. La première, Seigneur parla à Abraham, mais dans les directives subséquentes, il lui « apparut » sept fois et  » la parole de Yahvé fut adressée à Abraham, dans une vision ». C’est lors de son baptême que Jean, au Jourdain, que Jésus vécu l’éveil ; « Les cieux s’ouvrirent ; il vit l’Esprit de Dieu descendre dans une colombe et venir sur lui » (Mathieu 3,16)

Abraham, Jésus, Mahomet et le Bouddha partagèrent une processus d’éveil qui constitue un périple archétypal. L’étape qu’ils franchirent en accédant à l’éveil correspond à celle que chacun de nous traversera tôt ou tard, car il semble que le périple soit ainsi déterminé. Même les biographies fragmentaires présentées évoquent des profils ont ne peut plus humains, plutôt que des vies ne requérant ni direction spirituelle, ni introspection, ni prière, ni autodiscipline. Et nous retrouvons des profils semblables dans la vie de mystiques plus contemporains, tels qu’Hilda Charlton et Bernie Glassman. En comparant nos propres doutes, nos questions, nos peurs et nos résistances aux leurs, nous comprenons que le parcours archétypal créé par leur éveil spirituel est déjà à l’œuvre en nous. Nous n’avons peut-être pas progressé autant qu’eux, mais nous sommes sur la même voie ; ils ne vivent pas dans une stratosphère trop éloignée de nous.

A un moment donné, chacun de ces maîtres spirituels a reçu un appel de l’âme et la révélation du sens profond de sa vie. Chacun à sa façon avait besoin de conseils et de conscientisation, et chacun fut amené à une série de «marques d’abandon », des épreuves qui lui permirent de vérifier si sa foi était devenue plus forte que son besoin de pouvoir matériel. En complétant ces étapes de l’éveil spirituel, ils maintinrent tous une profonde pratique spirituelle tout en enseignant à leurs proches. Même après son éveil, le Bouddha, par exemple, aurait continué à méditer tous les jours. Jésus et Mahomet prièrent également jusqu’à la fin de leur vie, et Abraham accomplit même les rituels de sa tradition religieuse naissante.

Notre voie, comme la leur, comporte des devoirs et des épreuves qui font partie du processus d’apprentissage spirituel par lequel nous avons la possibilité de dépasser nos illusions sur les mérites relatifs du pouvoir extérieur et du pouvoir intérieur. Nous ne devons jamais considérer le parcours trop long ou, à l’inverse, croire que le but est atteint et croire que nous pouvons cesser de pratiquer les vertus quotidiennes de la compassion et de l’attention.

Il y a une dernière leçon, la plus importante, à tirer de ces parcours. Dans son contrat, chaque maître spirituel reçut la mission de rencontrer non seulement ses disciples les plus fidèles, mais aussi ceux qui feraient ressortir ses ombres et ses peurs : les « petits tyrans ». Chacun dut vivre de la résistance et de la trahison. Surtout Jésus, qui fut trahi par l’un de ses plus proche disciples, et Mahomet, qui fut mener une guerre contre les éléments de la société arabe décidés à mettre fin à l’islam, avant qu’il n’étende ses réformes sociales radicales. Et il a été démontré que même le Bouddha, qui menait une vie relativement tranquille de prêcheur itinérant, ne saisissait pas le rôle des femmes dans l’ordre spirituel qu’il voulait établir. Pour lui, la sexualité féminine menaçait le célibat et la sérénité de ses moines et, même si les femmes se consacraient à cette vie d’austérité, elles l’abandonneraient bientôt. Il résista donc, au départ à l’idée de permettre aux femmes de former des ordres monastiques

Mais sa mère adoptive, Prajapati, qui s’était occupée du Bouddha lorsque sa mère était mort peu après l’avoir mis au monde, et Ananda, l’un de ses plus proches disciples, en discutèrent avec lui, exposant ainsi l’ombre du Bouddha dans ce domaine, et finirent par le convaincre d’accepter les femmes comme nonnes.

Les grands chefs religieux durent découvrir leurs Contrat sacrés pour surmonter leurs propres limites, leurs peurs et leurs ombres. Vous et moi ne deviendrons peut-être jamais des êtres pleinement accomplis, du moins en cette vie, mais nous devons raiment nous efforcer d’exploiter tout notre potentiel divin. Ce n’est peut-être pas celui des maîtres que nous avons étudiés ; il peut être plus ou moins considérable, mais c’est notre potentiel, et c’est tout ce qu’on attend de nous.

La vie de ces quatre grands maîtres spirituels fournit un schéma pour établir les étapes de votre propre transformation spirituelle. Tous les schémas vous permettront d’interpréter la signification de votre Contrat et d’envisager votre vie d’une façon tout à fait nouvelle. Mais nous devrons d’abord explorer la nature des archétypes de leur rôle dans votre vie.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...