L’histoire d’Ana et l’Oiseau

 

Pour illustrer le changement de vibrations que vous êtes en train de vivre, nous souhaitons vous raconter l’histoire d’Ana et l’Oiseau. Installez-vous confortablement pour écouter cette histoire.

Dans la chambre, juste avant l’aube, on n’entendait rien d’autre que les sanglots d’une âme en profonde détresse. Ana était une enfant indigo agée de douze ans, qui vivait sa vie sur le Terrain de jeux du libre arbitre dans un profond trouble. Elle avait peu d’amis et des relations difficiles avec les autres enfants de sa classe. Ses professeurs voyaient en elle un enfant à problème. Elle avait la constante impression d’être étrangère à son milieu. Anna avait une difficulté particulière à s’entendre avec sa mère et elles se querellaient souvent. Bien qu’elle fût douée de connaissance intérieure, elle était abattue et avait presque abandonné tout espoir. A douze ans, Anna avait envie de retourner à la source.

1 aigle

Sentant son trouble, l’Esprit lui parla directement. « Ana, tu peux partir si tu le souhaites, mais d’abord, tu dois sortir dans le jardin et pointer ton doigt devant toi. » Ana fut bouleversée d’entendre l’Esprit lui parler si directement, parce que cela ne s’était encore jamais produit. Elle repensait à ce que l’Esprit lui avait dit et ne voyait pas en quoi cela pouvait l’aider, mais elle décida d’essayer. Sortant dans l’air frais du matin, elle vit le soleil poindre dans le ciel et un bleu nuancé de rouge teinter toutes choses. Regardant alentour pour être sûre que personne ne l’observait, elle ferma les yeux et pointa le doigt devant elle comme le lui avait dit l’Esprit. Au bout d’un instant, elle sentit un léger chatouillement sur son doigt et elle ouvrit les yeux. Un petit oiseau brun était perché sur son doigt. « Bonjour Ana », dit l’oiseau. Ana sentit immédiatement les larmes lui monter aux yeux et le souvenir de la source, presque oublié, lui revint à flots en mémoire.

Séchant ses larmes, elle regarda autour d’elle pour vérifier que personne d’autre ne l’observait. Etait-elle en train de rêver ou était-ce réel ? L’oiseau avait-il bel et bien parlé ? A cet instant, l’oiseau reprit: « Je suis ici pour t’aider à te rappeler, Ana, car tu es venue ici-bas dans un but bien précis et si tu repars maintenant, ton but ne sera pas accompli. » Des larmes de joie lui remontèrent derechef aux yeux et pour la première fois, Ana ressentit une étincelle d’espoir. Rien que de savoir qu’elle avait un but aidait Ana. L’air du jardin devint magique et l’oiseau et Ana dialoguèrent pendant plus d’une heure. La plupart du temps, Ana ne pouvait que pleurer, tant elle avait de choses à libérer. Puis Ana entendit dans la cuisine les bougonnements de sa mère qui commençait sa journée. Ana craignit que ses moments avec l’oiseau ne se terminent. « Ne crains rien, Ana, nous nous reverrons. Je serai toujours là pour toi. Tu n’as qu’à sortir dans le jardin et pointer ton doigt, et je répondrai. »

Ce jour-là, à l’école, ses professeurs ne comprirent pas pourquoi elle pleurait sans arrêt. Ils pensèrent que quelque chose n’allait pas, mais Ana, elle, savait que tout allait bien désormais. Parfois, elle doutait de ce qui s’était produit. Se faisait-elle des idées ? Puis elle réalisa que même si l’oiseau avait été un produit de son imagination, cela n’aurait fait aucune différence. Le sentiment de la source que lui avait donné l’oiseau lui permettait de se sentir complète et elle n’était pas disposée à abandonner ce sentiment.

Désormais, chaque matin, Ana se levait à l’aube, sortait dans le jardin et parlait avec l’oiseau. Ils parlaient de beaucoup de choses et l’oiseau lui donnait des leçons de vie à compléter. Ana s’en acquittait avec joie, bien que certaines d’entre elles impliquent qu’elle devait modifier certaines choses assez difficiles à propos d’elle-même. L’oiseau lui rappelait sans cesse qu’elle avait le pouvoir de modifier sa réalité par ses choix. Ce petit oiseau brun insufflait de la magie dans la vie de la jeune Ana. Les jours succédèrent aux jours et bientôt, la vie d’Ana changea. A l’école, Ana avait maintenant des amis qui l’admiraient et la respectaient. Comme par magie, l’attitude de ses professeurs se transforma et devint amicale. Même sa mère et elle s’entendaient bien maintenant et elles communiquaient pour la première fois. La vie d’Ana prenait un sens.

Un matin, Ana fit un petit retour sur elle-même et réalisa les progrès qu’elle avait réalisés en si peu de temps. En quelques mois à peine, elle avait progressé vers le bonheur plus que dans ses douze années de vie. En réalisant cela, elle remercia l’oiseau du don de magie qu’il lui avait fait. L’oiseau lui répondit: « Très chère, je ne peux pas te donner ce que tu possèdes déjà. Mon travail a été d’être ton miroir, afin que tu puisses voir ton Soi réel et te rappeler ton pouvoir. Ne perds jamais de vue que le pouvoir de changer réside en toi et non au-dehors de toi. Tu as choisi d’exercer ce pouvoir et en conséquence, tu as changé ta réalité. »

Les meilleurs moments de la vie d’Ana étaient ces petits moments passés chaque matin avec l’oiseau qui lui rappelait son véritable pouvoir. Elle était submergée d’amour pour cette simple et merveilleuse créature. Qu’il pleuve ou fasse beau, Ana passait chaque matin dans le jardin pour harmoniser sa journée avec le maître qu’elle avait appris à tant aimer. La vie d’Ana était belle.

Un matin, Anna s’éveilla plus tôt que d’habitude. Elle ressentit un changement d’énergie mais ne savait pas ce qui se passait. Elle se rappela que l’oiseau lui avait dit, à propos des changements d’énergie, que c’était ainsi que les humains évoluaient. Elle se rappela que l’oiseau lui avait dit que le changement était nécessaire pour avancer spirituellement et que sans le changement, toutes choses seraient vouées à la mort. C’est en fait le changement qui produit la magie que nous recherchons. Ces pensées tourbillonnaient dans sa tête et elle réfléchit soigneusement aux questions qu’elle allait poser à l’oiseau pendant leur rendez-vous magique du matin. Quand le moment arriva, Ana sortit, pleine d’impatience, dans le jardin et pointa son doigt devant elle. Ce matin-là, l’oiseau ne vint pas.

Avec l’aide de l’oiseau, Ana avait appris à suivre ses sentiments intérieurs plutôt que ses pensées. C’était le bon moment pour employer cette aptitude et, d’une façon ou d’une autre, elle sut intérieurement que son compagnon chéri allait bien. Elle sut aussi dans son coeur qu’elle-même allait bien et que rien de grave n’était arrivé. Même si l’oiseau et le temps merveilleux qu’ils passaient ensemble lui manquait. Ana repensa à toutes les choses que l’oiseau lui avait dites et qu’elle avait intégrées dans sa vie. Elle était perplexe parce qu’une des choses que l’oiseau lui avait dites était qu’il ne l’abandonnerait jamais. Voilà qu’elle était à nouveau assise dans le jardin ce matin, pendant que le soleil se levait. Elle essaya même de reparler à l’oiseau, faisant comme s’il était là. Elle pouvait même ressentir le picotement familier de l’oiseau perché sur son doigt. Elle fut surprise de constater qu’elle connaissait déjà la réponse à chacune des questions qu’elle avait pensé poser à son ami imaginaire.

Chaque matin Ana recommença son rituel : elle allait dans le jardin et pointait son doigt devant elle. Pour la première fois depuis bien longtemps, Ana versa des larmes de tristesse. Et pendant plusieurs semaines, Ana sortit chaque matin dans le jardin en pensant à son ami, mais le doigt d’Ana ne porta plus jamais l’oiseau.

Le temps passant, Anna se mit à jouer un rôle-clé a l’école. Les professeurs comprirent finalement qu’Ana n’était pas une enfant à problème mais qu’elle était, comme d’autres, très en avance sur ce que l’école enseignait. Ana aida à instaurer une nouvelle approche dans l’enseignement, elle aida les professeurs à ajuster leur mode de pensée pour accueillir les nouveaux enfants qui arrivent maintenant. Le jour où Anna reçut son diplôme fut un jour vraiment heureux. Il y avait eu un temps où elle n’aurait jamais pu imaginer cela et où elle voulait repartir. Maintenant, elle savait qu’elle avait joué un rôle très important. Avec ses moyens limités, elle avait apporté une contribution à l’humanité tout entière et avait aidé à ajuster l’énergie pour tout ce qui allait suivre.

Ana croissait en âge et en stature. Ana devint une grande guérisseuse et aidait des milliers d’autres gens à trouver en eux leur propre pouvoir et à changer leur réalité. Ana utilisait son coeur pour les guider. A mesure qu’elle grandissait en pouvoir, Ana découvrit que des réponses lui étaient données au moment même où elle posait des questions. C’était différent parce que les réponses semblaient venir de l’intérieur d’elle-même plutôt que d’une source extérieure. Elle n’oublia jamais ce que l’oiseau lui avait dit. Elle pensait souvent à son ami chéri et s’entourait d’oiseaux de toutes sortes. Elle fit construire un sanctuaire d’oiseaux sur son terrain et le visitait souvent. L’oiseau devint le symbole personel d’Ana et des représentations d’oiseaux ornaient chaque chambre de sa demeure. Elle en avait tant que ses amis l’appelaient la dame aux oiseaux. Ana accepta ce titre avec une grande fierté. Anna avait été touchée et elle ne l’oublia jamais. Elle choisit mettre le don de sagesse de l’oiseau en tout ce qu’elle faisait. Ana marchait avec l’Esprit.

Des années plus tard, Ana se retrouva à veiller sur son petit-fils. Cet enfant lui était très cher et ils avaient un lien qui remontait bien plus loin que cette vie. Du jour où il était né, elle avait su qu’ils étaient liés par un contrat. Elle attendait juste de voir où il les mènerait. Billy était un petit garçon de sept ans aux yeux vifs qui regardait sans crainte jusqu’au tréfonds de l’âme d’Ana. Il lui rappelait le rôle important qu’elle avait joué dans la redéfinition du système scolaire. Il voulait maintenant continuer dans la voie qu’elle avait ouverte. Anna fut alors très reconnaissante d’être restée. Un jour que ce jeune homme chéri était en visite chez sa grand’mère et qu’il examinait avec curiosité la multitude de statuettes d’oiseaux qu’Ana avait dans sa maison, son attention fut attirée par la statuette d’un petit oiseau brun. Ana vit son petit-fils regarder attentivement la petite statue. Elle sut dans son coeur que quelque chose de merveilleux allait arriver. Elle retint son souffle et attendit. Alors son petit-fils de sept ans se tourna vers elle et lui dit : « Tu sais, grand-maman, ça ressemble à l’oiseau que tu as toujours sur l’épaule. »

Les mots de son petit-fils la touchèrent avec tellement de force qu’elle vacilla sur ses jambes. Il était soudain répondu à toutes ses questions et, pour Ana, les morceaux du puzzle se mettaient toutes en place. Elle repensa au jour où l’oiseau n’était pas venu et elle réalisait maintenant qu’elle avait alors progressé jusqu’à une vibration assez haute pour que l’oiseau aille se nicher sur son épaule plutôt que sur son doigt. Ana avait tellement l’habitude de chercher l’oiseau sur son doigt qu’elle ne savait pas que l’oiseau était maintenant assez près pour lui parler directement à l’oreille. C’est à ce moment que le contrat qui la liait à son petit fils fut rempli. Pour la première fois de sa vie, ce qu’elle savait dans sa tête correspondait à ce qu’elle savait dans son coeur et la vie d’Ana fut complétée.

Après toutes ces années, le long silence se brisait enfin et des larmes de joie revinrent aux yeux d’Ana. Le petit oiseau brun de l’enfance d’Ana lui reparlait de nouveau :  »Oui, chère Ana, je t’avais dit que je ne t’abandonnerais jamais et je ne l’ai jamais fait. Je suis très fier de toi parce que le jour où j’ai passé de ton doigt à ton épaule, tu avais le choix : tu aurais pu rester là à regarder ton doigt pour l’éternité, attendant les conseils que tu avais l’habitude de recevoir de l’extérieur. Mais tu as décidé de continuer à avancer avec la connaissance que tu avais en toi. C’est l’intégration de l’Esprit et l’ouverture à ton Soi supérieur. Tu n’es pas séparée de l’Esprit comme tes yeux humains voulaient te le faire croire. Tu n’es pas séparée de moi, car nous sommes UN. Dans le quotidien, marche avec l’Esprit sur ton épaule et ose créer la magie que tu recherches. Chère Ana, tu as bien agi. Tu as atteint ton but supérieur en apprenant à avancer avec l’Esprit. » En entendant ces paroles, Anna fut comblée.

Et il en est ainsi…

Le Group. sur Famille de Lumière de Francesca  http://francesca1.unblog.fr/

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...