Ces enfants si particuliers

 

Enfant particulierDepuis quelques années, aux États-Unis, au Canada et maintenant en Europe, un nombre croissant d’enfants sont traités médicalement pour déficit d’attention avec ou sans hyperactivité. Ces anomalies du comportement sont reconnues depuis le début du XXe siècle, mais ne sont véritablement devenues un sujet (passionné) de discussion pédiatrique que depuis une quinzaine d’années. Aujourd’hui, aux États-Unis et au Canada, il s’agit d’un sujet extrêmement controversé comme en témoigne l’abondance des publications, des formations spécialisées pour enseignants, des associations de parents et des sites Internet consacrés à ce thème.

Le déficit d’attention se manifeste par de l’inattention aux détails, de la difficulté à écouter, à poursuivre ou finir ses tâches, à s’organiser, la perte des objets personnels et familiers, la très grande capacité à se laisser distraire, l’évitement de tâches requérant une grande concentration ou un effort mental soutenu… L’enfant hyperactif, lui, est incapable de rester assis (que ce soit en classe ou au cours des repas familiaux), il bouge sans cesse, a du mal à se consacrer à des activités calmes, fait du bruit, est incapable d’attendre son tour…

En grandissant ces enfants se retrouvent souvent en échec scolaire et leur comportement risque d’être de plus en plus associé à de la mauvaise volonté, une certaine paresse intellectuelle, et même un faux état dépressif voire psychotique. Aujourd’hui, environ 5 % des enfants américains sont considérés comme souffrant de TDAH, avec une proportion moyenne de quatre garçons pour une fille dans la population générale. Certains auteurs avancent cependant des chiffres beaucoup plus élevés, pouvant aller jusqu’à 20 % de la population scolaire. Ces variations tiennent à la difficulté de définir si les troubles d’un enfant relèvent ou non du TDAH. Il n’existe en effet pas, à l’heure actuelle, de test biologique permettant de déterminer le syndrome, et le diagnostic demeure purement clinique et l’on pourrait même dire essentiellement comportemental. L’ambiguïté et la subjectivité d’une telle évaluation ont souvent été relevées et l’existence même du TDAH en tant qu’entité clinique a été remise en question. Et ce d’autant plus que les traitements préconisés sont extrêmement problématiques.

On attribue en effet cette dysfonction particulière à un sous-fonctionnement au niveau des noyaux de la base et des lobes frontaux et on propose une approche pharmacologique spécifiquement adaptée, notamment une médication psychostimulante de type amphétaminique provoquant une libération de dopamine au niveau central comme le méthylphénidate ou Ritalin. Cette thérapie chimique est souvent associée à une thérapie comportementale qui vient la renforcer.

Les Enfants indigo ont clairement été écrits pour ces parents en difficulté. Le message qui leur est proposé est extrêmement rassurant : vos enfants ne sont pas anormaux, ils ne sont pas atteints de troubles neurologiques, ils sont seulement des précurseurs et aujourd’hui la grande majorité des enfants qui naissent sont exactement comme eux. Il est inutile de chercher à les transformer ; si quelque chose doit changer, c’est la société devenue inadaptée à cette nouvelle humanité plus évoluée. Créer ce monde non violent, où règneront l’amour et la communication, sera d’ailleurs l’œuvre de ces nouveaux enfants pourvu que les adultes d’aujourd’hui ne les brisent pas en essayant de les conformer à des règles obsolètes.

On comprend mieux aussi pourquoi les auteurs considèrent la partie sur la spiritualité comme facultative. Ce qui importe c’est d’adhérer à l’idée qu’un nouveau monde, un Nouvel Âge, s’ouvre à nous à travers nos enfants. Le reste suivra bien à un moment ou un autre puisque ce monde nouveau doit être un monde de spiritualité.

par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...