On ne vient pas aux enfants indigo par hasard

 

1984D’ailleurs tous les sympathisants du Nouvel Âge vous le diront, le hasard n’existe pas. La grande majorité des lecteurs sont déjà largement sensibilisés aux questions touchant à la spiritualité, à l’ésotérisme ou à la parapsychologie. La meilleure preuve en est leur moyen d’accès à l’information initiale : c’est un radiesthésiste, une voyante, un thérapeute pratiquant le Rebirth… qui leur a pour la première fois parlé des indigo. Pour les adolescents, ce peut être aussi un ami avec lequel ils partagent des discussions sur la spiritualité. Autre indice, la facilité avec laquelle les intéressés reconnaissent en eux-mêmes ou dans leurs enfants un certain nombre de pouvoirs ou de dons qui ne relèvent pas de la doxa rationaliste : médiumnité, communication télépathique, empathie…

Souvent d’ailleurs, les parents commencent à parler de leurs enfants (les amours bleutés, la merveilleuse petite fée, les anges d’amour…) avant d’émettre l’hypothèse qu’ils sont eux-mêmes des indigo précurseurs et de finir par parler de leurs propres dons et de leur enfance incomprise. De façon caractéristique, cette rencontre avec le thème indigo semble se produire plus particulièrement à certains tournants de l’existence ou en raviver fortement le souvenir : l’adolescence, la rencontre de l’être aimé, la naissance d’un enfant, ses difficultés scolaires… Mais la découverte d’un état indigo ne produit jamais un renversement des valeurs de l’individu concerné pour la simple raison (et il faut bien reconnaître ici que les écrivains du Nouvel Âge ont raison) que nul n’en accepte l’idée s’il n’est prêt à la recevoir. Il peut s’agir de personnes possédant déjà un véritable corpus de doctrines bien établies et qui ne manquent d’ailleurs pas d’en faire profiter les autres participants du forum. Le plus souvent, cependant, on a l’impression qu’il s’agit plus d’une attention diffuse, de quelques pratiques isolées, d’une attente, d’un questionnement, auxquels le thème des indigo vient soudain donner sens.

Même les discours les plus extrémistes ne semblent pas décourager les postulants. Une jeune fille, Cess, demande : « Comment sait-on que l’on est ou pas Indigo ? Qui peut nous le dire ? » Max lui répond en lui donnant deux adresses de sites Internet et en précisant : « Je te recommande toutefois d’être très sceptique (comme moi), car il n’est pas vrai selon moi que les enfants indigo ont plein de pouvoirs. D’ailleurs le mot indigo viendrait de la couleur prédominante de l’aura. Ceci est plus selon moi signe d’un état d’esprit différent que de pouvoir. » Cess le remercie et ajoute : « Depuis deux jours, j’avoue que je trouve sur le Net des histoires difficilement croyables (intraterrestres, évacuation de la Terre en 2012 avec l’aide d’Êtres de Lumière extraterrestres…) et pour lesquelles j’émets des réserves… Nous verrons bien ce qui arrivera ensuite ! » (Les points de suspension sont dans le texte.)

 On peut donc croire que les indigo existent sans leur attribuer des pouvoirs psychiques particuliers, on peut aussi retenir son jugement, au bénéfice du doute, en un état proche de la suspension de l’incrédibilité qui caractérise l’adhésion à la fiction, et en attendant que quelque chose se produise – un événement, une rencontre, un signe. Si certains pensent venir vraiment d’une autre dimension, d’autres estiment seulement faire partie d’une génération plus éveillée spirituellement que celles de leurs aînés et destinée à sauver la planète du marasme. Loin de relever du tout ou rien, la croyance se décline sous de multiples formes. Toutes les interprétations sont possibles et semblent finalement de peu d’importance devant l’évidence du phénomène indigo.

Une évidence qui, elle, échappe à la croyance et trouve son origine dans le sentiment que chacun a de sa différence, dans la nécessité de trouver à sa vie un but autre que sa simple préservation et reproduction. Il n’est pas étonnant que la plupart de ceux qui se présentent comme indigo soient des jeunes gens, entre quinze et trente ans, tous se disant d’ailleurs des précurseurs puisque le phénomène est supposé être bien plus récent. Il n’est pas surprenant non plus qu’ils soient aussi de fervents lecteurs de Paulo Coelho : la mission est une forme de légende personnelle et l’indigo fait partie de la grande famille des guerriers de la lumière. Une fois admis ces prémices qui font aujourd’hui presque partie du bagage culturel des jeunes générations, il importe peu que ces nouveaux enfants soient des mutants, qu’ils viennent des étoiles ou soient le produit d’une évolution culturelle. On reconnaît à chacun le droit de croire ce qu’il veut dans l’enceinte de l’évidence indigo, on peut y déployer son imaginaire ou au contraire son scepticisme. L’essentiel est acquis : ils sont différents mais ne sont plus solitaires, ils ont pour mission de sauver le monde et possèdent un signe de reconnaissance, une identité secrète, un trésor en quelque sorte, une aura… indigo.

par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...