Méditation des 2 Pyramides

~ Méditation des 2 Pyramides ~

(Cette méditation, et l’enseignement qui l’accompagne, ont été recueillis dans le cadre d’un petit groupe de travail se réunissant mensuellement pour recevoir les enseignements de Lumen. Ils sont conservés en “ l’état de leur retransmission ” par le canal de Sélène. Nous avons choisi de vous donner d’abord cet enseignement qui nous permet de nous délester de tout ce qui serait un encombrement inopportun pour la Transition)

Canalisation Cyrille ODON et Maître des Aîtres

Si vous le voulez bien, Je souhaite vous faire faire un petit exercice à réaliser quotidiennement. Cet exercice vous a déjà été présenté ici par une autre entité dans une version approchée, et par rapport à un travail très important que chacun peut faire sur soi. Il s’agit de l’exercice des deux pyramides.

2 Pyramides

Préparation

Je vous demande d’être bien en ouverture, de bien vous centrer sur votre canal lumineux. Lorsque vous êtes bien axé sur votre canal central vous imaginez que vous allez marcher sur un terrain bien plan, bien horizontal.

Tout en marchant vous laissez s’évacuer tout ce qui est encombrant pour le mental toutes les pensées, toutes les questions qui peuvent fourmiller dans votre tête. Vous les imaginez tomber derrière vous comme des petits tas de sable. Tout en marchant, vous vous libérez ainsi de tout ce qui est encombrant pour le mental de façon à pouvoir vraiment nettoyer ce canal qui est en résonance avec la Source. Donc, vous marchez suffisamment longtemps.

Avancez devant vous sans vous retourner, même pour voir ce que vous laissez derrière vous.

Je vais vous laisser, en silence, marcher quelque temps pour que vous laissiez tomber ces questionnements du mental. Je reprendrai ensuite.

……… (les participants se lèvent et déambulent dans la pièce)…….

Maintenant, même si vous n’avez pas abandonné derrière vous autant de choses que vous le pensiez, cela n’a pas beaucoup d’importance. Laissez cela se faire et continuez l’exercice sans plus y penser.

Vous allez marcher désormais en direction d’une grande, très grande pyramide à degrés, semblable aux pyramides Aztèques. Chaque degré est une marche qu’on peut monter aisément. Vous al-lez bien visualiser cette pyramide et vous en approcher pour vous placer face à ce qui vous conduit à la première marche de cette py-ramide. Là, vous allez prendre la décision intérieure de monter les degrés d’une façon tout à fait particulière que Je vais vous enseigner.

première marche

La première marche

Vous êtes donc face à la pyramide et, maintenant, vous imaginez que vous avez un grand panier d’osier sur le dos, plein de toutes sortes de choses personnelles, mais inutiles. Vous souhaitez vous en débarrasser pour pouvoir grimper en haut de la pyramide, tout au sommet. 

Pour ce faire, vous pouvez visualiser ces choses comme des symboles. Cela peut être des balles, des cubes, ou toutes sortes de volumes… Je vous encourage à essayer de leur trouver une forme géométrique adaptée. Il est important que vous fassiez chacun votre image personnelle de ces encombrements, de ces choses qui sont lourdes et qui, finalement, pourraient vous empêcher de monter au rythme souhaité. 

Maintenant, vous allez pouvoir monter sur la première marche à condition de vous débarrasser d’un de ces objets. Au fond de votre coeur, vous allez vous saisir de l’un de ces encombrements et lui donner une forme géométrique. Cette forme sera celle d’un comportement. Par exemple, celui de la colère, de l’abandon, de la peur ou du besoin de sécurité… Je ne vais pas détailler mais, depuis le temps que vous travaillez sur vous-mêmes, vous savez quels sont les objectifs que vous avez à réaliser concernant ces empêchements. Donc, vous allez à la fois les visualiser sous forme symbolique et les nommer en vous-même pour pouvoir monter sur la première marche. Puis, de votre main, vous attrapez l’objet qui à ce nom et vous le jetez derrière vous sans regarder. Vous sentez immédiatement quelque chose qui s’allège et qui vous permet de monter immédiatement sur la première marche. Faites le maintenant… 

Ressentez bien, avant même de monter, que le panier est plus léger. Puis vous montez sur la première marche. Vous pouvez observer le paysage autour de vous, à droite et à gauche. Mais ne regardez pas derrière vous. 

La deuxième marche et les suivantes

Vous faites la même chose pour monter sur la deuxième marche, puis sur les suivantes. (Sachez calculer la hauteur de ces marches de façon à ce qu’elles vous soient accessibles, bien sûr).

Vous travaillez donc maintenant sur le deuxième symbole, c’est-à-dire sur le deuxième conditionnement ou empêchement, que vous allez rejeter derrière vous pour pouvoir vous en alléger et monter sur cette deuxième marche. Allez-y ! 

Vous continuez maintenant avec le troisième symbole pour pouvoir monter sur la troisième marche. De même pour les suivantes. Bientôt, vous allez être surpris de constater que les marches que vous arrivez à grimper sont beaucoup plus grandes, beaucoup plus hautes. Cela vous est de plus en plus facile. Puis vous observez qu’il y a quelque chose qui se change dans l’espace : la pyramide devient comme plus petite. Ou plutôt c’est comme si, vous, vous étiez devenu plus grand pour pouvoir monter des marches qui sont devenues très hautes, avec un effort minime, et même pratiquement sans effort du tout. Oui ! vous observez que votre véhicule grandit au fur et à mesure que vous vous libérez de ces conditionnements. Ce que vous pensiez avoir à faire en “mille ans ” (c’est une expression), vous allez pouvoir le faire en même pas dix minutes. 

Vous continuez ainsi. Vous vous débarrassez d’un autre symbole. Peut-être même, si vous en avez la possibilité ou le courage, vous attrapez deux symboles à la fois, deux conditionnements, et vous les nommez intérieurement. C’est à vous à les trouver dans votre fardeau, à pouvoir bien les repérer. Si vous n’allez pas assez vite, c’est que vous n’avez pas encore assez fouillé au fond. Allez chercher au fond et mettez rapidement un mot dessus, et ensuite éjectez – c’est vraiment le mot – ce conditionnement. 

Vous devez pouvoir faire la liste de tout ce qui vous encombre très rapidement. C’est un exercice que Je vous propose aujourd’hui, mais que vous ferez comme un entraînement que Je vous encourage à faire tous les jours. Vous allez très rapidement retrouver, en un temps record, tout ce qui peuplait votre fardeau. Car ne pensez pas que le travail d’aujourd’hui va complètement vous en débarrasser d’une façon définitive. Vous reprendrez les mêmes choses, mais vous verrez que l’apprentissage va consister à vraiment les jeter le plus rapidement possible. Et puis, un jour, vous serez étonnés de voir que, lorsque vous allez vous présenter devant la pyramide, vous n’aurez même plus le sac en osier sur le dos. Vous serez là, les mains dans les poches, en sifflotant et en disant aujourd’hui : « Je vais faire mon excursion bien tranquille et je vais pouvoir sauter d’en bas jusqu’en haut, sans même me poser la moindre question ». C’est dans ce but Parce que J’en vois qui cherchent mais qui n’arrivent pas à trouver quelque chose au fond de ce panier… que Je vous propose cet exercice. Si vous n’arrivez pas à trouver les choses encombrantes, essayez simplement de voir très objectivement quelles sont les choses qui vous ont le plus freiné dans la vie.

Je vois que, là, vous en ramassez trois ou quatre à la fois, c’est très bien. Maintenant, vous les jetez et le panier devient très, très léger, presque sans poids. Et vous montez très haut. Vous franchissez une marche immense qui vous conduit presque au sommet de la pyramide.

Là, vous avez la possibilité de vous retourner et de regarder en dessous de vous. Vous êtes très haut. Observez que le paysage est très étendu et que les choses qui vous paraissaient si grosses au départ, vous les voyez comme des petits points. Observez ce qui balisait la route lorsque vous êtes venus. Ce sont des choses qui sont réduites, peut-être à la taille d’une fourmi. Ce sont des petits points minuscules que vous pouvez peut-être observer encore, ou peut-être même pas du tout. Puis, vous voyez que la chaleur fait se lever un brouillard qui vient de la terre et qui va permettre que toutes ces choses inutiles, tous ces conditionnements, tous ces empêchements, soient maintenant recouverts comme un voile, d’un brouillard blanc, très filtrant, très isolant. 

Et vous allez vraiment pouvoir ressentir là un soulagement dans tous vos véhicules : dans votre corps physique et puis dans tous vos corps subtils. Ils vont se sentir complètement allégés d’avoir pris cette distance, de pouvoir enfin regarder vers le haut et non plus d’être tirés vers le bas par des chaînes, des cordes qui vous reliaient sans cesse à des choses, non pas matérielles, mais relevant de l’habitude, du conditionnement ; et qui font partie à la fois de l’astral et du men-tal. C’est un petit peu comme si vous aviez franchi, au niveau de votre corps, les degrés jusqu’au niveau de la poitrine, en montant. Ce niveau atteint maintenant il vous serait impossible de retourner vers des conditionnements tournés seulement vers des préoccupations d’un ordre personnel. Vous passez maintenant, non pas à des préoccupations, mais à un service au niveau du coeur. Un service qui est complètement transpersonnel et complètement orienté vers les espaces collectifs, planétaires, concernant cette planète. Non pas au sens de préoccupations pour faire cesser, là aussi, des comportements et des habitudes, mais une occupation constructive visant à créer des conditions excellentes. C’est là, vous le sentez bien, une orientation complètement opposée à celle qui était souvent de règle et qui consistait à dire : »ces choses ne sont pas bonnes »; « elles ne fonctionnent pas bien »; « nous ne devons pas faire ces choses ou penser ces choses »; « les guerres ne sont pas bonnes »; « les constructions humaines ne sont pas bonnes »… Ce n’est pas cela qu’il s’agit de faire.

Vous pouvez – si vous avez encore ce type de préoccupations en tête quand vous êtes au niveau du coeur – vous pouvez, là aussi, les jeter par-derrière vous et les laisser tomber dans ce brouillard. Pour qu’elles puissent le traverser et se retrouver là, avec leur confrère et leur consoeur de l’astral et du mental, et qu’elles soient dissoutes. Parce que jamais rien de constructif n’a été bâti sur des préoccupations au sujet de ce qui est négatif ou de ce qui est un empêchement.

 dernière marche

Avant la dernière marche

Là, vous allez pouvoir attraper votre panier d’osier, l’enlever de vos épaules, le poser sur cette plate-forme pour pouvoir complètement vous sentir libre dans votre corps physique et dans tous vos corps subtils et faire, non pas l’escalade, mais la montée tout à fait tranquille sur la dernière marche qui se présente comme un cube. 

C’est le dernier degré donc. C’est une plate-forme immense qui est vraiment à portée de votre saut. Et vous allez tous ensemble, maintenant, sauter pour vous retrouver sur cette plate-forme. C’est un saut qui n’exige aucun effort. Ce n’est même pas un saut physique. Ce n’est d’ailleurs surtout pas un saut physique, mais prenez le temps… n’y allez pas tout de suite… prenez le temps de faire ce saut qui n’est pas physique, mais consiste en une transition emmenant votre corps physique et tous vos corps de la façon adaptée. 

Je mets cela entre parenthèses parce que vous n’avez surtout pas à vous poser la question de « Comment est-ce que Je vais m’y prendre pour faire ce saut ? et avec quel véhicule ? et de quelle manière ? et en combien de temps ? et avec quelle quantité d’énergie ? et qu’est-ce que je vais trouver là-haut ? et comment Je vais être accueilli là-haut ?… » 

Toutes ces questions vous allez aussi les symboliser en une boule, un petit peu comme une boule de glaise. Imaginez de la terre, de la glaise, de la terre argileuse rouge. Vous allez faire cela avec vos mains. Vous la modelez bien pour faire une belle sphère que vous jetez maintenant par-dessus votre épaule. Ce sont tous ces questionnements qui n’ont besoin d’aucune réponse et que vous pouvez maintenant laisser rouler derrière vous. Et vous allez écouter le bruit de cette boule de glaise qui va rebondir progressivement derrière vous et descendre, de degré en degré, pour aller ensuite traverser ce brouillard. Elle va descendre encore la pente bien plus bas et là, vous n’avez même plus à vous poser la question de l’endroit où va aller rouler cette boule, puisque vous en êtes maintenant complètement détachés.

N’est-ce pas que c’est une préoccupation qui n’a plus cours maintenant et que vous pouvez ressentir que vous êtes libérés de toute une quantité de questionnements, d’attachements et de comportements ? Maintenant vous allez pouvoir le faire, sans vous poser la moindre question, uniquement avec le sentiment de la Confiance que pouvez avoir en Moi. Tout est en rapport avec la Confiance. Avec la Source, tout est fonction de la qualité – pas de la quantité – de la qualité de Confiance que vous pouvez avoir envers Moi, c’est-à-dire envers la Source de toute chose qui, à tout moment, dans n’importe quel espace et dans n’importe quel temps, n’a jamais refusé un pas à la moindre de Ses créatures. 

Pour reprendre une notion qui vous a été donnée très souvent mais dont vous ne semblez pas avoir pris l’exacte mesure, chacun est autant que tous. Pour reprendre l’affirmation qui vous a été donnée, et qui a été reçue dans un message il y a peu de temps, si un seul est sauvé, tous seront sauvés. Ce qui signifie que la Foi d’un seul en la qualité de la Source peut sauver l’ensemble. Essayez de bien vous pénétrer de cette idée. Et que l’expression “la foi peut entraîner des montagnes” signifie, quand on l’adapte : la Foi d’un seul peut vous sauver tous. Cela signifie que la Foi d’un seul, la Confiance d’un seul, simplement par sa propre diffusion de Lumière peut rayonner tellement que tous seront touchés. Quelque chose s’étendra qui va agir en une progression incontrôlable et incontrôlée qui fera – et qui fait – que, si l’un retrouve la Foi, même perdue, l’autre pourra simplement, en sa présence, retrouver sa propre Foi.

Et ainsi, par effet boule-de-neige, se fera une progression tout à fait extraordinaire, car chacun va retrouver la mémoire. Chacun va retrouver son chemin vers la Source. Chacun va retrouver sans le moindre questionnement la façon ou le véhicule adapté à ce Retour. Donc, laissez vraiment tomber derrière vous les peurs, les besoins matériels et de sécurité. Faites totalement confiance en ce que vous êtes – non pas en ce que Je suis mais en ce que vous êtes – à savoir une partie incarnée, une partie divine qui s’est incarnée dans ce corps et qui a pris sa place dans les corps subtils qui vous entourent. Comprenez qu’à l’intérieur de vous se trouve une mécanique bien rodée, bien huilée, qui ne demande qu’à reprendre son fonctionnement concernant son aptitude à pouvoir franchir tous les degrés, et monter maintenant sur la plate-forme.

Sur la plate-forme

Alors maintenant, vous êtes tous installés sur la plate-forme qui est immense et vous rencontrez tous les êtres qui sont déjà là, qui viennent d’arriver ou bien vous attendez ceux qui vont arriver. Observez ces trois courants et visualisez maintenant que cette plate-forme se continue dans un espace qui est une nouvelle pyramide mais inversée. C’est-à-dire que cette plate-forme débouche sur une pyramide à degrés, ouverte vers le haut, mais qui s’évase comme un entonnoir géant à l’intérieur duquel se trouve au-dessus de vous un vortex spiralé. Essayez de bien voir, concrètement, cette spirale dorée. C’est un tourbillon sur lequel se trouvent étagés des êtres qui vous attendent, des êtres qu’on aurait dit invisibles auparavant mais qui sont, maintenant que vous pouvez certainement les voir, un petit peu comme des boules dorées à certains endroits de cette spirale. Mais bien sûr, chacun peut avoir la représentation qui lui est propre. Ce qui est important c’est que vous voyez la quantité de lumière et d’aides lumineuses qui sont présentes pour vous ; la quantité de bras tendus qui vous attend. Et peut-être vous pourrez voir cette spirale qui tourne et dans laquelle vous pouvez laisser vos êtres s’ascensionner, monter comme aspirés par ce courant de lumière. On pourrait dire presque comme un cyclone, comme un aspirateur lumineux. Gravez bien, non seulement cette vision mais cette sensation, éventuellement ce bruit, de façon à pouvoir le reconnaître lorsqu’il va se présenter. 

Tout cela vous est déjà enseigné la nuit, pendant votre sommeil qui est en fait un éveil. Ne confondez pas le fait que vous dormiez avec un sommeil. Le fait que vous dormiez facilite pour nous la possibilité d’un éveil dans lequel Nous vous donnons tout. Je dis NOUS parce qu’il y a une infinité d’êtres de lumière qui s’occupent de chacun de vous et qui mettent en fonctionnement ce système.

Je ne vous dis rien que vous ne connaissiez déjà dans la partie inconsciente de vous-même. Simplement Je ne fais que traduire dans la dimension habituelle de veille un fait qui vous est déjà amplement décrit et dont, peut-être, vous êtes en train de vous ressouvenir, comme une impression de déjà ressenti ou de déjà vu.

Le Maître des Aîtres canalisé par Cyrille ODON

Sur le blog de Francesca : http://francesca1.unblog.fr/   

 

 

Laisser un commentaire

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...