Comment faire venir l’universalité sur la terre ?

 

téléchargement (3)Je te le dis, toi qui travailles déjà dans une section spécialisée, tu as besoin maintenant de cette spécialité pour te protéger. Si tu n’avais plus besoin de protection, je te dirais quitte ta spécialité, deviens l’universalité. Mais je ne peux pas te le demander et je t’assure, n’essaie même pas, parce que si tu le faisais, tu t’enverrais toi-même à la mort à cause de ton métier. Mais quoi qu’il en soit, malgré cette spécialité que tu exerces, malgré le langage que tu es obligé de tenir, malgré l’aspect que tu affiches, tu peux travailler pour l’universalité et avoir un langage universel. Tu cherches d’ailleurs, tu essaies. 

Mais comment faire plus et mieux puisque tu es quelqu’un qui cherche la performance ?

Dans ton cas, je parle pour ton cas, essaie de défricher l’esprit des gens. N’aie pas peur de détruire, de balayer comme un ouragan. Exerce toute la puissance des énergies qui te soutiennent. Appelle même les anges, les archanges, ou les esprits. Quand tu prépares tes conférences, quand tu prépares une rencontre ou une réunion, appelle-les tous de la manière que tu sais, pour qu’ils travaillent en même temps que toi et que tu ne sois pas le seul.

De ce fait, eux-mêmes perpétueront ton travail. Parce que toi tu passes, mais eux peuvent rester derrière toi, et ainsi dans l’invisible tu peux avoir un nombre de personnes assez étonnant qui travaillent pour toi. C’est le seul personnel que tu n’auras pas à payer, et en plus, il travaille de manière efficace. Ils n’ont pas besoin d’être logés, nourris, même transportés, Alors appelle-les très fort. N’aie pas peur, ne crains pas de les déranger et surtout ne cherche pas à vouloir faire tout reposer sur tes épaules pour être un bon fils et un bon serviteur.

Même si Jésus a porté tout seul sa croix, depuis ils sont des millions à partager cette charge, parce qu’ils veulent en même temps propager son message. Alors à ceux qui sont de l’autre côté et qui veulent travailler eux aussi, donne-leur cette chance. Appelle-les, avant chaque réunion, chaque conférence, présente-toi de la manière que tu sais. Ordonne-leur de continuer le travail derrière toi, après toi, de prendre soin de ceux que tu vas rencontrer, et de continuer à inspirer les frères, les sœurs, les parents de ceux que tu as vus et qui n’étaient pas là quand tu es venu.
N’aie pas peur de faire bouger tout ce monde dans l’invisible. Je te le dis, ils n’attendent que ça, travailler, et en plus, il y a davantage de monde dans l’invisible que dans le visible. Si la terre devait produire tous les corps pour recevoir les gens qui sont dans l’invisible, il y aurait de fortes chances pour qu’il n’y en ait pas assez. Il y a énormément de gens dans l’invisible. Alors utilise-les.

Ce qui ne veut pas dire que je t’engage à faire quelque chose de spirite, absolument pas. Viendra à toi celui qui est délégué pour venir, il y a toute une hiérarchie, vois-tu. Quand l’individu se désincarne et qu’il est suffisamment élevé pour pouvoir aider et travailler dans l’invisible comme cela est nécessaire maintenant, il est dirigé par un chef de groupe qui lui-même est dirigé par un chef de secteur, lui-même dirigé par un Maître de la hiérarchie. Et ainsi, si tu appelles un Maître, un ange ou un archange, en visualisant bien et en pensant que tu dois appeler aussi son chef de secteur, son chef de groupe et finalement tous les subordonnés, ta pensée sera juste et beaucoup plus efficace. C’est comme ça qu’il faut faire, tout le monde au boulot en quelque sorte. N’hésite pas à embaucher, je te le dis.

Comment travailler et quel langage avoir ?

Très simple, et je suis sûr que tu prendras un très grand plaisir à prononcer ces mots, parce qu’il s’agit de détruire. Alors n’aie pas peur que l’on te prenne pour un corbeau annonciateur du grand destructeur. N’aie pas peur non plus que l’on te craigne et que l’on croit que tu es mal intentionné. Explique en même temps pourquoi tu détruis. N’aie pas peur d’employer ce mot, détruire, parce qu’il a une puissance fabuleuse.
La plupart des hommes travaillent déjà à la destruction, mais pas dans le bon sens. Par contre, tu peux utiliser l’énergie de ce concept en la déviant de sa forme profane, de son impact profane. Tu peux utiliser l’énergie de ce concept pour faire en sorte de produire du bien.

Comment cette énergie va-t-elle être teintée en blanc, au lieu d’être teintée en noir ?

Parce qu’elle va passer par ta pensée qui sera pure et tes intentions qui seront divines. Moïse l’a fait, lorsqu’il s’agissait de tuer, parce que le fléau devait s’abattre. Lorsque tous ces enfants devaient mourir de manière invisible, crois-tu que c’est un ange qui soit venu tuer un enfant ? Crois-tu que ce sont tous ces anges qui travaillaient d’habitude avec Moïse qui sont venus étrangler ces nouveaux nés ?

Qu’a-t-il fait ? 

Il a utilisé toutes les forces qui d’habitude sont utilisées par tous ceux qui pensent noir et mal et cela a pu être fait. Alors, n’aie pas peur d’utiliser ces énergies-là. En passant par toi, forcément elles seront blanchies puisque tout est de la même énergie et que le Diable lui-même est un Dieu et qu’il peut redevenir un Dieu. Il suffit de le laver un peu s’il veut bien être lavé. Mais tout est la même énergie, donc tout peut-être utilisable, il suffit que toi tu sois l’agent intermédiaire qui va décider de la couleur des choses.

Comment créer cet impact ?

En soulignant tout ce qui jusqu’à présent a rendu l’homme arriéré, stupide, en soulignant ses manques d’intelligence. L’homme vois-tu ne peut pas être instruit si on lui dit : « Tu dois penser cela. Dieu existe, tu dois le croire. Il faut penser ceci, il faut faire cela. » Ce n’est pas instruire les hommes, parce qu’aussitôt que tu retires toutes ces cannes, l’homme a les jambes molles et tombe, et comme un jour il faut bien qu’il marche seul, il commence à marcher de travers.

Un Maître à penser, un Maître instructeur c’est tout le contraire. Il ne donne pas de dogme, il ne donne pas de principe, il ne donne pas de croyance, il n’oblige pas à croire, il n’oblige pas les hommes à se sauver ou à être sauvés. Il dit tout simplement en pointant le doigt : « regarde, regarde où est ta stupidité, prends conscience de cette stupidité. » Lorsqu’un homme prend conscience de cette stupidité, il n’est plus stupide et il est sauvé.

Prenons l’exemple de l’Église et de toutes les religions du monde, s‘il avait suffi de dire aux hommes : « Dieu existe, croyez en lui », depuis le temps que les prophètes, les moines, les curés, les sœurs, et tous les autres répètent cela, la terre serait un paradis. Mais les choses ne se font pas comme cela. Tu dis à l’homme  » crois « , et il continue à chiquer en rigolant. L’homme ne peut pas croire parce qu’il a un programme. C’est pour cela qu’il faut passer par la destruction des pensées et des formes de pensées fausses.

Tu ne peux pas donner la lumière à quelqu’un qui est chargé d’erreurs. C’est impossible je te l’assure. Et c’est pour cela que les disciples ne peuvent devenir des initiés, tant qu’ils n’ont pas évacué leurs erreurs. C’est pour cela que pour passer de disciple à initié il y a des épreuves pour enlever toutes les erreurs qui sont autant de noirceurs. Je te le dis, tu ne peux pas mettre un dixième ou un millième de lumière dans un esprit qui est chargé d’erreurs. C’est comme si tu essayais de dire quelque chose à quelqu’un qui a du coton dans les oreilles. Au moment où il voit ta bouche parler il n’entend pas, puis il enlève son coton et dit : « Qu’est-ce que tu as dit ? » 
C’est pour cela qu’il faut préparer l’esprit, enlever les dogmes, et surtout démontrer la stupidité des hommes. Réserve une partie de ton discours où tu parles de Dieu, où tu instruis à propos de Dieu, à propos de la nature de Dieu, de la nature de l’Univers, de la nature des énergies. C’est un chapitre utile, mais avant, pour qu’il soit capable de recevoir ce chapitre, il faut que tu aies détruit les fausses pensées.

Lorsque tu décides de faire une conférence, tu as un sujet que tu vas exposer. Essaie d’imaginer toutes les contrevérités que les hommes seraient capables de tirer de ta parole, et dans une première partie, exprime, mets en garde contre ces contrevérités.

Je te donne un exemple, très simple. Le jour où tu parleras de la liberté, tu vas glorifier la liberté, et tu vas engager les hommes à être libres vis-à-vis d’eux-mêmes, les uns vis-à-vis des autres, sur un plan moral, sur un plan social, sur tous les plans. Mais avant de leur donner ce gros lot, il faut que tu défriches leur esprit pour qu’ils soient capables de comprendre l’idée juste incluse dans la liberté. Rien ne sert de leur parler de la liberté céleste s’ils sont terrestres. Il faut que tu enlèves en eux le terrestre, pour que tu puisses leur parler du céleste. Je te le dis, il n’y a que cela pour faire un travail vraiment efficace j’entends.

Comment enlever le terrestre ?

En leur montrant ce qui est terrestre en eux. Tu es un exorciste. Exorcise leur esprit jusque dans leur façon de penser et tu exorciseras leur âme en même temps. Elle sera libérée.

Quand tu parleras de la liberté et que tu l’envisageras sous tous ses aspects, mets les gens en garde. Fais-leur prendre conscience que la pensée qu’ils ont, risque de les amener à faire le contraire de la liberté. Par exemple, en exerçant leur envie, pour eux, ce serait la liberté, d’avoir autant de relations sexuelles, sous tous les aspects possibles, avec ceux qu’ils veulent. Pour eux cela peut représenter la liberté, mais démontre-leur bien que ce n’est pas vrai. C’est une manière, je te le dis, qui est très efficace, parce qu’elle va droit au cœur du problème.

Je serais désolé vois-tu, que tu passes ta vie et que tous les serviteurs passent leur vie à répéter la vérité sans qu’elle soit comprise. Pour que la vérité soit comprise, il faut d’abord défricher l’esprit. Je te le dis, il n’y a que cela. Alors parler de la liberté c’est d’abord leur expliquer tout ce qui dans la liberté, ou dans l’exercice de ce qu’eux croient être la liberté, pourrait justement les attacher.

Donc, il faut que tu parles à deux niveaux. Le niveau où se trouve la liberté véritable, cosmique, puis, le niveau où eux peuvent concevoir la liberté, et détruire ce niveau pour qu’il n’existe que celui où la liberté cosmique existe. Il en va de même pour toutes les notions, mais la liberté est un thème suprême, un thème supérieur.

Pourquoi ?

Parce que chaque homme rêve de liberté. Tout le monde revendique la liberté : le droit de parler, le droit de s’exprimer, le droit d’agir, la démocratie, le droit social, le droit civique. Tout le monde veut être libre et personne ne sait ce que cela veut dire. Ils sont tous en train de faire leurs quatre volontés, tous leurs caprices et ils se disent : « je vis dans la liberté. » Et que se passe-t-il quand ils meurent ? Leurs guides arrivent avec le petit carnet : « Dis donc, telle année, tu as fait ce que tu as voulu, mais est-ce que tu te rends compte ce que cela a représenté sur un plan vibratoire ? Est-ce que tu te rends compte du mal que tu as fait, par exemple, à ta mère, à ta femme, à tes enfants. Est-ce que tu crois que la liberté c’est cela. »
La panacée de la liberté est-ce de permettre tous les vols ?
La panacée de la liberté cosmique est-ce de permettre à l’homme de tuer, de violer, de médire, de frapper ?

Et pourtant l’homme se sent libre, lorsqu’il veut tuer, il va tuer. En faisant cela, au contraire, l’individu s’emprisonne dans le karma de la terre.

 

sourcehttp://www.conscienceuniverselle.fr/

Comment créer l’universalité ?

téléchargement (2)

Depuis la naissance de la terre nous y travaillons. Depuis la naissance de l’homme nous essayons de faire de lui un être cosmique, un être universel. C’est un travail de chaque jour et jamais il n’aura de fin. Parce que cette humanité va grandir, va être initiée, va devenir divine, et derrière elle une autre humanité va naître et il faudra tout recommencer.

Donc, ne cherche pas à faire venir l’universalité, c’est un principe qui n’existe pas en fait. Puisque les planètes sont des écoles, jamais la terre ne sera une planète parfaite. Non pas, parce qu’elle est damnée, mais parce que les planètes sont des écoles, des milieux d’incarnations, des serres, où l’on fait naître des âmes afin qu’elles deviennent parfaites. Donc le but ce n’est pas de rendre la terre paradisiaque. Le but c’est de rendre les hommes paradisiaques. Alors il ne faut pas tant s’attacher aux formes, qu’au fond des choses.

En ce sens, je veux dire qu’il ne faut pas s’attacher à vouloir trouver la religion, le temple, l’école, l’ordre parfait. Tant que l’homme cherche cela, il se trompe. Par contre, cherche à rendre l’homme parfait hors de toute religion, de tout temple, de toute école, en parlant simplement à son esprit, et à son intelligence. Dieu n’a en tête aucune église, aucun temple, aucune école initiatique. Il n’a pas décidé qu’après tant d’églises et tant de temples, un jour en récompense il enverrait la religion, le temple ou l’école universelle. Cela n’existe pas. C’est faux. Aucune religion universelle n’existe. Seule la vérité existe.

Transmets la vérité, c’est ce qui créera la perfection dans l’esprit et le cœur des hommes, c’est ce qui créera l’immortalité, l’éternité, la pureté. C’est un concept qui est à transmettre plus qu’à bâtir. Alors, arrête de perdre du temps. Transmets simplement la vérité, et tu verras que le monde sera illuminé beaucoup plus rapidement que si tu te fatigues à créer des centres, des écoles, des églises, à monter des structures, qui ne reposent que sur des humains, qui sont instables, ignorants.

Pourquoi les églises meurent-elles ?

Après qu’un être de lumière ait parlé et qu’il ait donné par exemple une messe, autour de cette messe, des millions d’hommes ont ensuite créé une structure. Mais comme la structure est humaine et que les humains sont sans cesse en révolution pour être en évolution, la structure meurt. Les gens cherchent autre chose. « Tiens, j’ai entendu parler d’un Indou qui enseigne la méditation. »

Ce qui est à oublier, c’est le prêtre, qui n’a rien compris et n’a enseigné que les dogmes de son église pour étouffer les hommes et leur soustraire la vérité. Alors, ne fuyez pas les églises, fuyez les prêtres, si vous voulez, ou plutôt, comme nous, aimez-les, aimez-les tendrement comme vous aimeriez un enfant qui ne sait pas encore que deux et deux font quatre. Gentiment, soutenez-les dans leur foi et essayez de leur faire dépasser ce dogme. Allez dans les églises parce que l’église est bonne. Allez à la messe parce qu’elle est bonne, allez vers Jésus, vers Chrisna, vers tous les autres prophètes parce qu’ils sont bons. Ne soyez pas aveugles, voyez celui qui a parlé et non pas ceux qui parlent au nom de celui qui a parlé.

La preuve, avez-vous déjà vu des oiseaux dans une église ? 
Non, jamais d’oiseaux n’entrent dans une église. Et pourtant les portes sont largement ouvertes.

Un oiseau est révélateur de la spiritualité qui règne en un certain milieu, naturellement si un pays dispose encore d’un nombre d’oiseaux satisfaisant. Les oiseaux sont très sensibles aux vibrations, en fait ce sont les animaux les plus sensibles. Dans un lieu hautement spirituel les oiseaux sont attirés en grand nombre. Ils vivent énormément de vibrations, de vibrations magnétiques et c’est ainsi qu’ils décident de leur lieu de migration. C’est un langage entre leur corps et le corps de la planète, et ils sont guidés essentiellement par l’aspect vibratoire de la planète.

Alors, le jour où les oiseaux entreront dans les églises, cela voudra dire qu’un être pareil à Jésus est présent parmi vous, qu’un être pareil à Jésus est en train de dire la messe, et il faudra chanter avec les oiseaux à ce moment-là. Un grand jour, alors, vous sera permis de vivre. On fait de la poésie, mais naturellement je vous précise, à condition que dans le pays il y ait suffisamment d’oiseaux.

Je pourrais vous parler, comme cela, pendant des heures, et surtout de l’universalité. Mais la seule universalité qui soit, c’est la vérité.

Maintenant, ce n’est pas une nouvelle religion, ce n’est pas un nouveau messie qui est attendu, c’est la vérité. À l’heure actuelle on trouve des livres sur tous les sujets, sur les séances spirites, comme sur les découvertes à propos de l’atome, à propos de l’énergie de l’esprit, des guérisseurs, etc. Toutes les vérités doivent être annoncées, pour que la vérité puisse être comprise un jour. Mais pour que la vérité descende, il faut que toutes les petites vérités soient entendues pour permettre à l’homme de s’édifier un esprit. Comme je te l’ai dit tout à l’heure, pour exprimer une vérité, il faut que tu mettes les gens en garde contre toutes les contre-vérités. Toutes les petites vérités sont là, comme des briques, pour édifier un esprit à recevoir la vérité. Cela ne se passe pas par (a + b = C), c’est un travail intérieur.

Ce sont les Maîtres qui donnent leur intérieur pour que l’intérieur des hommes se développe. Alors, par quelle équation miraculeuse voudrais-tu produire cet effet ?

Quand il s’agit de travail intérieur, aucun mot n’est assez efficace. Alors ne sois pas déçu ou désespéré. Si tu veux garder le moral, rappelle-toi de Jésus, ton frère, et fais équipe avec lui, et rappelle-toi ce que ton frère a du faire. Il n’a jamais fait plus que ce que les hommes lui permettaient de faire. Parce que chaque homme est chez lui, dans sa conscience. Chaque homme est chez lui, dans son âme, dans son corps, et étant chez lui il a le droit d’accueillir ou de refuser le Christ. Comme chez toi tu refuses ou tu accueilles ton voisin.

Christ ne peut pas pénétrer une demeure fermée, même pour le bien du locataire et au nom de l’amour. Alors, chaque fois que l’on ne te croit pas, que l’on ne vous croit pas, chaque fois que l’on rit de vous, souvenez-vous de son sacrifice. Ne vous mettez pas en colère, ne vous détournez pas de ceux qui ne vous croient pas. Parlez et souriez, et si on ne vous croit pas, allez parler ailleurs, mais vous n’aurez jamais parlé pour rien. Peut être qu’aujourd’hui l’homme ne vous croit pas, mais peut être que demain ou dans une autre vie il se souviendra d’un petit serviteur qui, un jour, lui a parlé de Dieu. Alors il croira et débutera sa quête. 

Votre travail, même s’il a été long à germer, portera ses fruits. Alors n’ayez qu’un souci transmettez le vrai. Peu importe s’il est compris, s’il est admis. Cela n’est pas de votre responsabilité, c’est de la responsabilité de ceux qui reçoivent.
De la même manière, la responsabilité d’une mère est de nourrir et de préparer le repas. Mais si l’enfant ne veut pas manger elle ne va pas le blesser en enfonçant dans la bouche la fourchette pleine de nourriture. Quand l’enfant aura faim, il prendra la nourriture à pleine bouche.

Alors comme la mère, soyez patient, comme la mère, soyez plein d’amour, comme la mère soyez adulte et plein de connaissance. Sachez que vos enfants mangeront quand ils auront faim, et vous, continuez à préparer le repas, à faire diffuser ces bonnes odeurs. Soyez souriants, pleins d’amour, pleins de conciliations et diffusez la lumière. Cela peut inspirer les gens à aimer Dieu et à aller vers Dieu.
Faites cela, et vous serez des ambassadeurs réels du Divin. 

Ne soyez pas des gens qui ont des croyances et qui essaient de les faire partager. En fonctionnant de cette manière, vous pourrez avoir un auditoire, mais vous ne pourrez pas éduquer, sauver des âmes, éclairer des esprits, les rendre libres et purs. Naturellement, ces gens qui poussent à la croyance, sont utiles, parce qu’il vaut mieux croire qu’être complètement ignorant de tout, mais moi je ne peux pousser mes serviteurs à exercer par la croyance.

Ceux qui veulent m’entendre parler de ce travail, où ceux qui veulent travailler avec moi doivent correspondre à mon esprit et je ne peux leur parler que dans les termes qui gouvernent mon esprit. Je ne peux pas donner à quelqu’un la formule pour attirer les gens dans une croyance. Cela m’est impossible. À l’instant où je ferais cela, je serais paralysé. Toutes mes énergies créeraient un court-circuit qui ruinerait mon avancement, et je serais comme un homme sur une chaise électrique. La vérité et la lumière venant me percuter et me détruire, pour avoir dit quelque chose que je sais être faux. C’est pour cela que les prophètes et les messies n’ont jamais créé des églises.

Ils ont envoyé un message de lumière, ils ont donné à l’homme un moyen de rencontrer son énergie, mais ils n’ont pas créé d’églises. Ce sont toujours les hommes, après ceux-ci, qui ont créé l’église. Parce que pour un être de lumière et d’universalité, créer une église, créer un temple, une école, c’est renier la lumière qui est en lui et c’est une autodestruction. Un être d’universalité vient, parle et laisse aux hommes le soin de construire une structure. Il sait très bien que la structure est nécessaire puisque les hommes sont des enfants, mais lui-même ne peut pas la construire. C’est la descendance qui crée la structure.

Vous avez là, un très bon moyen de savoir immédiatement si celui qui parle est un être d’universalité et de lumière ou pas. S’il veut créer tout de suite une église, un centre, un temple, une structure, alors vous êtes sûr que ce n’est pas la lumière qui parle par lui, mais que c’est sa personnalité. Même s’il a compris certaines grandeurs divines, c’est sa personnalité, avant tout, qui vit en lui. 

Alors, fuyez ces gens. Ne les médisez pas, fuyez-les. Laissez aller vers eux ceux qui ont besoin de ces choses, mais vous, fuyez, allez vers la pureté.

J’aurais encore plein de choses à vous dire à ce propos, mais qu’il soit entendu, pour ce soir, que vous êtes une pensée avant tout. Votre âme se manifeste par la pensée. Votre âme, vous ne pouvez pas la sentir.
Est-ce que quelqu’un a conscience d’être une âme ?
Vous le savez intellectuellement, parce qu’on vous l’a appris, mais est-ce que vous avez l’intuition d’être une âme ?
Est-ce que vous en avez la conscience, est-ce que vous pouvez sentir en fermant les yeux que vous êtes une âme ?

Non. Par contre quand vous fermez les yeux et que vous cherchez à sentir qui vous êtes, quelle notion, la première, vous envahit, quelle perception vous envahit ?
Qu’est-ce qui vit, en vous, à ce moment-là ?
La pensée. Ce qui vous permet même de créer cette interrogation, c’est la pensée. Donc, ce que vous pouvez percevoir de votre âme, la manifestation la plus plausible que vous ayez de votre âme à l’heure actuelle, c’est la pensée. Donc, je vous le dis, vous êtes une pensée.

Les thérapies Esséniennes

Une entrevue de Marie Johanne Croteau Meurois et de Daniel Meurois.

 370

1 – La Tradition des soins énergétiques que l’on connait aujourd’hui sous l’étiquette globale de “Soins esséniens” était également connue en Égypte antique. Cependant, ne serait-elle pas plus ancienne encore ? Pouvez-vous nous parler de ses véritables origines ? Peut-on, par exemple, évoquer l’Atlantide ?

Daniel Meurois : En réalité, c’est une Tradition qui n’a pas d’âge.

Étant donné qu’elle se base sur une connaissance intime des circuits empruntés par le Courant universel de la Vie au sens le plus large du terme – c’est-à-dire cosmique et intemporel -  il est pratiquement impossible de parler de ses origines. Évoquer l’Atlantide ce serait mentionner une simple étape de son parcours rien de plus. Cela n’apporterait rien de plus.

Ce qui est certain, c’est que cette Tradition n’est pas uniquement “terrestre”. Je veux dire qu’elle a voyagé d’un monde à l’autre. Chaque type d’humanité et chaque peuple par lesquels elle est passée l’a évidemment un peu colorée à sa façon, c’est qui est logique. Par ailleurs, c’est ce qui fait aussi sa richesse.

En réalité, soigner avec l’aide des mains et en fonction de l’anatomie subtile du corps est un réflexe inné propre à toute personne sensible à l’existence de l’âme. C’est l’éducation que celui-ci reçoit dès sa plus petite enfance qui le fait généralement se détourner de ce genre de rapport avec l’être, sa maladie et sa souffrance. On peut penser sans craindre l’erreur que ce que j’appelle aujourd’hui la Tradition égypto-essénienne s’est construite au fil des âges et des mondes à force d’observations et d’expérimentations, d’abord intuitives, puis structurées en un système cohérent révélant clairement la présence d’une architecture subtile de l’être humain et, par conséquent, de son rapport avec le Divin.

2 – Quels furent les rôles d’Aménophis III et d’Akhenaton dans la diffusion de cette Tradition ?

D.M. : Ces deux pharaons ont été les principaux compilateurs éclairés et méthodiques de ce corpus de données. Pour l’Occident et dans le présent cycle d’humanité, ce sont eux qui ont structuré un tel système de références et de pratiques. Ils en sont restés les gardiens jusqu’à sa transmission à un groupe restreint de personnes au sein du peuple hébreu. C’est par Moïse que la transmission s’est opérée, même si celui-ci n’occupait pas une fonction de thérapeute parmi le siens. Lorsque je dis “Moïse” cela signifie lui et ses proches. C’est comme lorsqu’on dit “c’est Aménophis III et Akhenaton”… On devrait plutôt dire que c’est sur leur demande. En résumé, toutes les connaissances qui ont la réputation d’être ésotériques dans notre Culture occidentale ont été collectées, structurées puis développées par les Égyptiens. Les Esséniens n’ont pas adopté la totalité de cet héritage. Les thérapies les motivaient en priorité ainsi que les données concernant la constitution subtile de l’Univers… Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’il y a un rapport d’analogie entre ces deux sujets. Le corps humain est une réplique du cosmos. Pour le reste des connaissances traditionnelles, c’est la science de la Kabbale qui s’en est chargée.

3 – Certains ouvrages affirment que ceux qui ont été formés selon cette Tradition auraient été initiés à l‘immortalité ? Est-ce que les annales akashiques permettent de dire quelque chose à ce sujet ?

D.M. : Le principe d’immortalité ne figurait pas parmi les préoccupations des initiés thérapeutes esséniens. Pour eux comme pour nous, le corps physique n’était que transitoire. Il existait cependant des pratiques très particulières basées essentiellement sur la maîtrise du souffle et dont le but était de nettoyer le corps et le mental de la plupart des scories qui accélérant son vieillissement. Elles étaient réservées à un très petit nombre de personnes – un peu analogues à des yogis avancés – qui se sentaient appelées à prolonger à l’extrême le bon état de leur corps. Le fait de pouvoir amener le corps physique à un autre plan vibratoire sans passer par la mort – comme c’est le cas pour les Maîtres de Shambhalla et de leurs disciples alchimistes – est le résultat d’une illumination ou d’une transfiguration individuelle orientée vers une forme de service très précis. Ce n’est pas le fait d’une École initiatique spécifique. Aujourd’hui, la recherche, presque compulsive, de l’immortalité de la chair est clairement le délire d’une certaine Amérique qui est fascinée par tout ce qui ressemble à des pouvoirs et qui craint par dessus tout la vieillesse et la mort. Le véritable immortalité se situe à un tout autre niveau.

4 – Comment une telle Tradition a-t-elle perduré dans le temps ? Y a t-il aujourd’hui des groupes qui seraient encore détenteurs de ses connaissances ? On évoque parfois la Rose-Croix et le Catharisme…

D.M. : La Tradition égypto-essénienne a perduré de façon souterraine dans son aspect global à travers  les Écoles et Mouvements initiatiques occidentaux. Pour ne citer que les plus connus, on peut effectivement évoquer ici les Ordres Rosicruciens, certaines organisations qui se réclament des Templiers et même, par certains aspects, le Druidisme bien que la filiation des connaissances qui font celui-ci soit plus complexe. Il est exact que le Catharisme n’est pas à omettre d’une telle liste, même si on peut déplorer son côté très dualiste… lequel, par ailleurs, le fait se rapprocher un peu de l’ “Essénisme” des monastères.

On parle ici de connaissances dites purement ésotériques, de rituels faisant appel aux énergies subtiles de la Nature mais aussi de haute métaphysique et de philosophie au sens sacré du terme. Ces Mouvements et ces Écoles, se manifestent généralement par cycles d’activité et de sommeil, ce qui veut dire avec des hauts et des bas, des apogées et des décadences, comme tout ce qui est incarné.

En ce qui concerne une Tradition thérapeutique structurée et fournie, à ma connaissance, il est beaucoup moins évident d’en retrouver la trace au coeur de ces Écoles. Dans la théorie de la transmission de la structure énergétique du corps humain,  oui, c’est certain… ( encore que l’Orient ait été beaucoup plus précis à ce niveau ) mais pas dans l’enseignement organisé de pratiques thérapeutiques proprement dites.

Il ne faut pas oublier que la Tradition égypto-essénienne était essentiellement orale. Lorsque certaines données étaient couchées par écrit, sur des rouleaux de papyrus par exemple, c’était souvent de manière codée ou symbolique. Ce n’était pas tant pour dissimuler des informations que pour en préserver le caractère sacré et intangible. Aujourd’hui, nous avons l’impression que les mots peuvent tout définir alors que, très souvent, ils enferment des concepts dans une sorte d’enclos mental. C’est là où les symboles et les archétypes trouvent leur raison d’être. Ils amènent la réflexion à différents niveaux… sachant qu’on n’accède pas à ces niveaux simplement à l’aide de bonnes capacités intellectuelles.

5 – Comment est donc réapparue cette Tradition thérapeutique à notre époque ?

D.M. : Je dois dire que j’ai été personnellement amené à la faire ressurgir sans l’avoir toutefois recherchée. En premier lieu, il me faut préciser que cela ne s’est pas fait – contrairement à ce qui a été dit – par le biais des Annales akashiques, c’est-à-dire de la Mémoire du temps  mais par canalisation.

Ces canalisations – par incorporation – se sont produites dès l’automne 1984. Quant aux recherches de mon âme à travers les Annales akashiques, elles m’ont permis, quant à elles, d’approfondir puis de structurer progressivement l’ensemble des données découvertes au cours des décennies.

En 1984 donc, dans le petit village de Plazac, en plein Périgord, j’ai commencé à canaliser et à retransmettre ainsi, en direct, des informations d’ordre thérapeutique. Celles-ci m’étaient adressées à partir de sphères de consciences extérieures à celle de notre planète, Elles émanaient d’êtres non terrestres qui avaient déjà communiqué, dans un passé reculé, avec les anciens peuples de notre monde dont tout spécialement les Égyptiens et les Esséniens.

Notez bien que je préfère utiliser l’expression “sphères de conscience extérieures à celle de notre planète” plutôt qu’une autre qui serait plus contemporaine. Pourquoi, me demanderez-vous ? D’abord, basiquement, parce qu’une certaine science-fiction et certains écrits ont utilisé de n’importe quelle façon ces termes-là et les ont galvaudés. Ensuite parce que la notion de “sphère de conscience” fait avant tout référence à celle de “niveau de conscience”, autrement dit à une altitude intérieure de l’être et non pas à un écart technologique. Dans les anciens textes rattachés à notre culture, on parle en fait d’Élohims. C’est bien d’eux dont il s’agit ici ; ils sont à la source des informations que je reçois depuis 1984.

Un certain nombre d’Esséniens, mais pas leur totalité,  étaient – faut-il le rappeler ? – des hommes et des femmes qui entretenaient, de par leur sensibilité psychique, un rapport aisé avec l’Invisible. Le contact avec des présences d’origine non terrestre et d’envergure cosmique – donc en prise avec le Divin – leur était familier. Il arrivait que ceux-là communiquent donc avec les Élohims.

En 1984, lorsque j’ai été amené à me reconnecter régulièrement avec mes anciennes existences essénienne et égyptienne puis à donner le véritable “coup d’envoi” du travail que j’essaie de poursuivre aujourd’hui, j’ai commencé, de ce fait, à recevoir publiquement, devant une assistance de trente à cinquante personnes au rythme d’une ou deux fois par semaine, des enseignements relatifs aux thérapies esséniennes… ou, plus exactement, égypto-esséniennes.

Lors de chaque réunion, je consignais ces informations de ma propre main. Beaucoup de données passant par ma bouche lors des moments de canalisation ont également fait l’objet d’enregistrements sur bandes magnétiques tandis qu’elles étaient retransmises en direct devant les personnes présentes. Dans le Périgord, ce travail s’est étendu sur une douzaine d’années, il s’est ensuite prolongé au Québec. C’est de cette façon que la Tradition thérapeutique dont il est question ici a ressurgi. La méthode de soins énergétiques qui en résulte a toujours été accompagnée de messages précis, avec tout un ensemble d’informations.

Ces données à la fois pratiques et spirituelles ont finalement  et tout naturellement constitué au fil des ans un véritable corpus. De nombreuses lectures dans les Annales akashiques viennent toujours régulièrement les compléter.

C’est de cette façon que l’on peut résumer l’historique de cette Tradition thérapeutique telle qu’elle se manifeste de nos jours…

Lorsque les soins esséniens – ou égypto-esséniens si on préfère puisque que cette dénomination est somme toute plus précise – ont refait surface à travers les incorporations dont j’ai fait l’objet, on ne leur donnait d’ailleurs pas de nom spécifique. On évoquait simplement des soins énergétiques universels. On les a finalement nommés esséniens par assimilation puisque ce sont les thérapeutes esséniens qui ont été les derniers à les pratiquer il y a environ deux mille ans

Je dois ajouter que la somme d’informations qu’ils constituent maintenant s’enrichit encore aujourd’hui au rhyme des informations que je collecte et avec le concours et le savoir-faire de mon épouse, Marie Johanne, très “en prise” également avec “l’époque essénienne”.

6 – Quel était pour les Esséniens – et les Égyptiens qui ont précédé ceux-ci – le rôle de la maladie chez l’être humain ?

D.M. : Dans leur Tradition comme dans toutes les grandes Traditions du monde, les thérapeutes ayant une vision globale de la maladie ont toujours perçu celle-ci comme un rendez-vous de l’être avec lui-même. La maladie indique inévitablement un carrefour dans la vie d’une personne, un carrefour qui lui suggère de repenser sa façon d’être, essentiellement son hygiène de vie intérieure. Cette hygiène est émotionnelle et mentale. Elle est aussi en rapport avec ses croyances car ces dernières deviennent vite des conditionnements qui orientent le comportement. En termes modernes, on pourrait dire que la maladie vue sous cet angle est perçue comme un clignotant rouge sur le tableau de bord d’un véhicule. Elle est le signe d’un désordre à repérer, un désordre dont les racines sont peut-être éloignées du symptôme qui se manifeste ou apparemment sans rapport avec lui.

Pour en revenir aux Esséniens et aux Égyptiens, je dirais qu’il accordaient beaucoup d’importance aux masses énergétiques engendrées par les pensées humaines. Ils voyaient dans ces masses qu’on appelle de nos jours “formes-pensées”, les germes de la plupart des troubles de santé. Ils avaient remarqué, d’une part que ces masses affaiblissent ou déstructurent l’aura humaine mais que, d’autre part, elles aimantent des organismes toxiques émanant du bas-astral, les “entités-maladies”. Leur  première préoccupation était donc de nettoyer l’organisme subtil du malade par toutes sortes de méthodes puis d’y lever certains barrages énergétiques avant même de tenter d’y rétablir un courant de vie réparateur. La notion de “désinfection” était donc primordiale à leurs yeux.. Des sortes de mantras puis des pratiques de “reconstruction mentale” par visualisation étaient ensuite enseignés aux malades capables de se prendre en charge afin qu’ils modifient leur rapport à la vie et ne retombent éventuellement dans le même problème. De manière générale passer à travers une maladie digne de ce nom était pour ces anciens peuples comme franchir le cap d’une initiation. On était idéalement tenu d’essayer d’en comprendre le sens. Ce qui ne veut pas dire que c’était toujours fait et réussi. Cette approche préfigurait incontestablement ce que nous appelons aujourd’hui les psychothérapies… hormis le fait que l’existence de l’âme en était le pivot majeur… “détail” qui n’est pas nécessairement le cas de nos jours, loin s’en faut, hélas. L’être est une globalité indivisible, ce qui veut dire que, si on l’ampute de l’une de ses dimensions, on ne résoud en profondeur aucun problème. On ne fait que le déplacer et on lui donne alors un autre nom.

7 – Les thérapeutes étaient à l’époque des prêtres car soigner était un acte sacré. Aujourd’hui, les choses ont évidemment changé et on ne conçoit plus que la prêtrise ait nécessairement quelque chose à voir avec les thérapies. Marie Johanne Croteau Meurois à qui s’adressent les formations en soins esséniens que vous avez mises en place et que vous donnez actuellement en collaboration avec Daniel ? Quelle place y accordez-vous au Sacré ?

Marie Johanne Croteau Meurois : Notre formation en soins esséniens ne s’adresse évidemment pas à tout le monde car nous pensons très honnêtement  que tout le monde ne possède hélas pas en soi les qualités de base d’un bon thérapeute. Les qualités essentielles que nous recherchons dans notre École de formation sont, entre autres, celles de la réelle compassion – beaucoup de gens ignorent d’ailleurs le véritable sens de ce mot – la volonté sincère d’aider et de soigner, la capacité d’écoute et d’accueil de la personne malade. À cela il faut ajouter l’honnêteté, le discernement, une démarche spirituelle évidente et ce qu’on appelle la foi. Enfin, l’idéal est aussi de manifester certains dons particuliers propres à facilité l’approche de ce type de thérapie comme, par exemple, une sensibilité particulière aux niveaux des mains, de la clair-audience, de la clairvoyance, etc…

Il ne s’agit pas de dire, comme je l’ai malheureusement entendu récemment sur une vidéo consacrée à ce type de thérapies: « Pour soigner on injecte de la lumière, de la lumière qui est autour, dans les corps subtils…  ».

Cette réponse m’a laissée perplexe car, à notre sens, c’est une formulation incohérente et inconsistante dans le cadre de la Tradition essénienne. Une telle réponse semble ignorer absolument tout de l’aspect sacré des soins et est réductrice quant à leur principe de base : celui de la recherche intérieure chez le thérapeute d’une ¨qualité¨ de Lumière spécifique.  Le but est de canaliser celle-ci et ensuite de l’infuser avec le Cœur et toute la Conscience requise dans le corps du malade… en n’omettant pas de demander l’assistance et l’aide des Présences célestes,  des Guides de Lumière.

Il faut préciser que l’acte de soigner est un acte de symbiose totale avec le ¨Ciel¨. Une trinité composée de la Présence divine, du thérapeute et du malade doit se manifester. L’énergie thérapeutique circule donc du Ciel vers le thérapeute, son outil et son canal. Le thérapeute, de par ses mains, transmet ensuite au corps du malade ¨l’Onde sacrée de Guérison¨, dont la Lumière retourne ensuite au ¨Ciel¨. Il s’agit d’un mouvement trinitaire et continu de régénération de la circulation de l’Énergie de Guérison et d’Amour des sphères célestes.

Quelle place j’accorde au Sacré dans ces soins ?

J’y accorde toute la place car soigner est un acte sacré en lui-même.  Pas d’appel à l’aide d’une Présence de Lumière ? Pas de reconnaissance du Sacré ? Alors pas de réelle guérison possible. C’est aussi clair et simple que cela. Inutile d’apprendre à ¨gesticuler mentalement¨ dans le subtil d’un corps malade et à émettre des sons,  il ne se passera rien en profondeur. Tout résultat positif, en soins esséniens-égyptiens, repose sur la foi du thérapeute et le respect de l’aspect sacré du soin donc sur une vraie connexion avec l’Onde divine universelle.

Nous n’enseignons certainement pas qu’un ensemble de données à intégrer mentalement. Nous enseignons à désapprendre le mental pour se connecter à la Source et au Coeur de celle-ci en soi ainsi qu’à l’extérieur de soi afin de laisser s’exprimer le Courant thérapeutique sur le corps malade.

Nous essayons de faire sentir à nos étudiants l’existence d’une autre ¨marche¨ à gravir, celle qui dépasse le simple niveau du thérapeute et qui mène à celui du thérapeute-guérisseur.

Nous recommandons par ailleurs de travailler en parallèle avec la médecine officielle de notre société car aucune médecine ne devrait en exclure une autre. Les thérapies esséniennes ou égypto esséniennes ne sont pas des techniques à conjuguer plus ou moins habilement avec les mains mais résultent d’une communion sacrée et intime de l’âme et du cœur. La sagesse et la maîtrise sont de savoir manier intelligemment l’une et l’autre. Si nos enseignements souhaitent donner tous les outils de cette méthode, ils espèrent par dessus tout faire toucher son côté mystique en permettant aux  mains du thérapeute et à son  coeur d’intégrer en eux l’Onde de la Guérison et de multiplier ainsi l’impact d’une simple technique.

‘’ L’amour seul ne suffit pas, il lui faut ce Souffle qui s’appelle Vouloir. Sans lui vous ne rêvez rien vous n’accomplissez rien”   est-il dit dans ¨Les Enseignements premiers du Christ¨¨. ( note de bas de page : par Daniel Meurois, Éditions Le Passe-Monde)

8 – Le Christ occupe manifestement une place très importante dans ce que vous enseignez. Le     considérez-vous comme un thérapeute essénien ?

MJ.C. Meurois : Oui, le Christ occupe effectivement une très grande place dans ce que nous enseignons mais certainement pas parce que nous considérons qu’Il était un thérapeute essénien. Certes,  Il avait été formé par le Grande Fraternité des Frères en Blanc dès son tout jeune âge au Krmel  mais Il avait été aussi initié en Égypte et y avait enseigné dans les temples de thérapies.

Daniel Meurois a donné de multiples témoignages à ce sujet dans ses écrits et séminaires mais pour en faire un bref rappel Il a dit à peu près ceci : ‘’De retour de son long voyage de 17 ans en Inde et dans les Himalayas, le Maître Jeshua, lors d’une mort initiatique dans la grande pyramide de Chéops, fut investi par la supra-conscience  solaire du Christ. Suite à cet événement majeur, Il fut investi par une autre Force au cours d’une seconde initiation. Lors de la fameuse cérémonie du Baptême dans le Jourdain, à la supra-conscience du Christ s’est ajoutée Celle du Logos de notre Galaxie. Lorsqu’on parle du Christ, on parle  donc du Christ-Jésus. On évoque trois puissances en une: la première, Celle du Maître de sagesse incarné, la deuxième Celle de l’Être le plus réalisé de notre système solaire, la troisième comme étant issue de la plus Grande Présence manifestée dans notre Galaxie’’.

J’ai eu la chance d’être un témoin féminin proche du Christ, il y a deux mille ans.  Vous faire un portrait de Ce qu’Il était et de Ce qu’il est toujours pour moi m’est tellement difficile… les mots sont trop petits ou insignifiants… Encore aujourd’hui je n’arrive pas à décrire ni à exprimer tout ce qui agissait et irradiait de Lui et par Lui.

Non, le Christ n’était pas un thérapeute essénien, Il était le Christ !

C’est par mon propre souvenir des enseignements du Maître Jeshua en personne reçus avec d’autres disciples en petit comité de plus ou moins dix personnes que j’enseigne maintenant. Je le fais donc avec la mémoire vive de mon âme. C’est par ce souvenir de Lui que je  colore tous mes enseignements. Je n’oublie pas, bien sûr, la source de base de ces soins reçus directement des Élohims (ou Frères des Étoiles) et revivifiés par Daniel depuis 1984.

9 – Les thérapeutes esséniens étaient-ils plus souvent des hommes ou des femmes ? Est-ce que les femmes avaient des fonctions spécifiques à l’aide, par exemple, d’huiles et de plantes ?

MJ.C. Meurois  : Les Traditions des Églises sont essentiellement patriarcales et ont toujours eu tendance à laisser toute la place aux hommes. Le Maître Jeshua avait au contraire privilégié ou encouragé une Tradition matriarcale. Ses premiers disciples étaient incontestablement des femmes, sa mère Myriam, Marie-Madeleine, Marie-Salomé, Marie-Jacobé… Ces femmes disciples s’appliquaient à soigner comme Lui au moins autant que les hommes. Cela n’empêchait pas certaines d’entre elles de travailler à l’élaboration d’huiles précieuses utilisées en soins, de parfums spécifiques et d’utiliser des plantes médicinales selon les méthodes ancestrales esséniennes et égyptiennes. Il ne faut cependant pas s’imaginer que tous les disciples du Maître Jeshua avaient tous des dons pour la guérison ou des connaissances dans ce domaine… comme il serait faux de croire qu’ils étaient tous des orateurs capables de rassembler des foules. C’est leur rayonnement qui a opéré l’essentiel de la transmission de la sensibilité christique, qu’ils aient été hommes ou femmes, thérapeutes ou non.

10 – Daniel Meurois, y a-t-il eu une évolution des soins entre thérapeutes égyptiens et esséniens ? Est-il exact de dire que les soins esséniens étaient un peu plus éthérés ou peut-être plus dépouillés ?

D.M. : Il y a nécessairement eu une évolution ou plutôt un ensemble d’adaptations. C’est logique et rassurant car tout ce qui est figé meurt. Chaque peuple, chaque culture a sa propre sensibilité, ses points forts et ses faiblesses. Une même connaissance qui voyage d’une Tradition à l’autre se colore donc inévitablement au contact de la terre qui la reçoit. Elle peut s’enrichir dans certains domaines ou se fragiliser dans d’autres, c’est ce qui la rend vivante. Il ne faut pas oublier que la Tradition de ces soins était d’abord orale. D’un enseignant à l’autre, de Égypte à la Palestine, on y trouvait par conséquent quelques variantes. En réalité, affirmer que les soins étaient plus éthérés ou plus dépouillés chez les Esséniens que chez les Égyptiens serait un peu simpliste. Cela dépendait essentiellement du maître qui enseignait et du contexte dans lequel il communiquait sa connaissance.

Je reconnais toutefois que les Esséniens craignaient un peu plus le contact du corps que les Égyptiens en raison de leur appartenance au Judaïsme. Je dirais aussi que les Égyptiens se montraient moins dualistes qu’eux à ce propos car ils voyaient plus facilement le corps physique comme un temple à respecter que comme une manifestation pesante de la vie. À ce niveau, Jeshua se montrait certainement plus Égyptien qu’Essénien car il ne craignait aucun des aspects du corps humain; Il ne répugnait absolument pas au contact de la chair, contrairement à ce que toute la Tradition chrétienne a cherché à nous faire croire. À ses yeux, la vie était une globalité dont aucun des niveaux de manifestation n’était à exclure. C’est ce que Marie Johanne et moi tentons de faire comprendre dans la façon dont nous communiquons les thérapies. Le subtil et le dense sont étroitement imbriqués et ne doivent pas se repousser ou s’exclure l’un l’autre. Beaucoup de personnes prétendent vouloir dépasser la dualité mais demeurent incapables de comprendre que celle-ci commence là. Le fait d’apprendre à entrer en contact avec les expressions éthérées de la vie ne sous-entend pas une perte et encore moins un reniement de ses racines plus denses

11 – La science actuelle découvre des notions dont les Égyptiens avaient, semble-t-il, connaissance il y a plusieurs milliers d’années. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

D.M. : J’ai effectivement évoqué dans “Ainsi soignaient-ils” l’existence dans le coeur humain d’un point très précis que les Égyptiens du temps d‘Akhenaton appelaient “le point-vie”. Un tel point parait bien correspondre avec une zone mise en évidence depuis peu dans le coeur humain par les chercheurs de l’Institut Heartmath, aux États-Unis. Il s’agit d’une zone hyper sensible constituée d’environ 40.000 cellules à laquelle il ne faudrait toucher en aucun cas lors d’une chirurgie cardiaque sous peine de provoquer la mort instantanée du patient.

Les chercheurs en parlent clairement comme d’un cerveau cardiaque doté de mémoire.

Daniel-Meurois-et-Marie-Johanne-CroteauEn ce qui me concerne, ce point me fait nécessairement penser au prolongement ou à l’expression physique de ce qu’on nomme l’atome-germe.

L’atome-germe, je le rappelle, est un atome subtil fait de condensé d’Akasha. Il constitue, en quelque sorte, la base de données fondamentale – ou, si on préfère, le “disque dur” -  de chaque être humain. Il est sa mémoire totale depuis l’origine de ce qu’il est. Il véhicule donc les éléments karmiques de chacun, son histoire et son architecture profonde. Je ne doute pas que cette découverte moderne – qui est en réalité une redécouverte – puisse susciter beaucoup d’intérêt dans les années à venir et participer finalement au rapprochement du subtil et du dense. Finira-t-on par comprendre que l’intelligence du coeur n’est pas qu’un beau concept métaphorique et poétique ?


« Le Grand Livre des Thérapies Esséniennes et Égyptiennes »
 par Daniel Meurois et Marie Johanne Croteau Meurois  est paru en 2013 aux Éditions Le Passe-Monde.

Un bel ouvrage pratique, abondamment illustré.

 

Lignée de manuscrits Esseniens

MESSAGE DE CLAIRE HEARTSONG - Mars 2011

Il est étonnant que 4 ans et demi se sont écoulés depuis que j’ai « disparu » dans ma, vie ermitage calme section. Notre nord de la Californie à la maison de la vallée de montagne à distance est dans les confins du vortex Mount Shasta. La montagne est proche à vol d’aigle; mais 4 heures et demie en voiture! Notre fidèle Subaru Outback traverse l’enroulement, routes de montagne escarpés à Redding où nous recueillons des fournitures, aller à des rendez-vous médicaux et de respirer dans de belles vues de notre bien-aimé de montagne. Malheureusement, il reste peu d’énergie à prendre une heure supplémentaire de conduite pour s’asseoir sur les genoux de Mount Shasta. Au lieu de cela, nous revenons à l’étreinte chaleureuse de notre sanctuaire de la vallée où Calme demeure aussi proche que notre souffle. 

Lorenzo et je continue à explorer les hauteurs et les profondeurs de la relation consciente. Nous nous engageons à explorer profondément cette danse alchimique incroyable comme une partie intégrante et inséparable de notre chemin spirituel qui se déroule. Nous sommes à la fois mûri et bien assaisonnées passants; deux poussant 70 années jeune. Nous sommes mis au défi, comme le sont tous, des questions de vieillissement indéniables, notamment face à l’inévitabilité de l’impermanence … le grand lâcher. Nous apportent chacun un engagement suffisant, l’amour, la sagesse, le courage, le dévouement et la compassion à notre double âme alchimie; un processus qui, par définition, est extrêmement intense. Telle est la nature de la création de l’or à partir d’éléments de base, et de diamants à partir de charbon! 

Pour lire la suite du message de Claire cliquez ICI .

MESSAGE DE CATHERINE ANN Clemett (alias Claire H.)

La suite et d’autres produits de l’ESE édition sont maintenant disponibles par le biais des médias LightRiver www.lightrivermedia.com

Claire et moi sommes heureux de partager les messages élargis d’Anna avec vous.Les Conseils de la Lumière continuent d’appeler Claire en retraite et le travail dans les royaumes intérieurs. Je suis appelée à aller de l’avant que la voix publique pour ce travail. Anna et les conseils de la Lumière nous disent qu’il est maintenant temps que la suite, Anna, la voix des Madeleines , ainsi que le livre original, Anna, mère de Jésus, être partagés avec un public beaucoup plus large. Jusqu’à ce point Anna, grand-mère de Jésus a été mis en place principalement par le bouche à oreille. Maintenant, je me demande de commencer la commercialisation active de deux livres sur l’Internet et de partager Anna et les messages de la Madeleine le biais de conférences. Si vous résonance avec le matériau Anna et souhaitez nous aider à la volonté du Conseil de la porter à un public plus large, vous pouvez le faire de plusieurs façons: 

•  Si vous avez un site web, liste de diffusion, blog, ou de toute autre présence sur Internet, vous pouvez rejoindre le programme d’affiliation de LightRiver médias et recevez 10% de commission de f sur tous les produits achetés par toute personne utilisant votre code d’affiliation. Cliquez ici pour plus d’informations.

Vous êtes toujours les bienvenus pour partager sur les livres d’Anna avec votre liste d’email, les amis, la famille et les clients sans être LightRiver médias affiliation ainsi. Nous remercions donc tous ceux qui ont déjà considérablement élargi la portée de la sagesse de Anna à travers le partage de ces livres avec les autres.

• liens vers le site d’échange avec nous à www.claireheartsong.com  et / ou LightRiver médias.

Si vous connaissez des possibilités d’allocutions à des librairies, des églises, des associations ou des organisations dans votre région qui pourraient être intéressés à entendre Catherine Ann le discours sur la suite s’il vous plaît communiquer avec elle au catherineann@lightrivermedia.com

• Donner des témoignages ou de partager les informations sur les deux Anna, mère de Jésus et . Anna, la voix des Madeleines Envoyer témoignages à: testimonials@lightrivermedia.com

Si vous êtes en mesure de ou souhaitez nous aider avec l’une de ces s’il vous plaît communiquer avec Catherine Ann à catherineann@lightrivermedia.com

 

Grâce à ANNA, la voix de l’MadeleinesVous aimerez ….
?
Continuer Continuer le voyage avec Anna, la Sainte Famille et 18 autres Madeleine- Esséniens que leur travail est reporté en France et la Grande-Bretagne après résurrection de Jésus (Yeshua)
?
Découvrez les années « perdues » après la crucifixion et de la résurrection de Jésus 
?
Rencontrez les Madeleines qui ont été témoins et marchaient avec Jésus ressuscité en France, Grande-Bretagne et l’Inde
?
Découvrez long secrets cachés concernant la vie intime, les relations et les enfants de Jésus
?
Comprendre l’importance vitale de la levée de la voix féminine divine supprimé dans notre propre temps de grand chaos afin que tous les êtres puissent s’épanouir et être mis en harmonie et équilibre
?
Saisir l’importance de la «ensemencement de la Lumière » – la façon dont la dispersion de Anna, mère Marie et de Jésus « lignée » de descendants éclairés peut être effectuée en vous servant de catalyseur de vie pour éveiller votre propre Christ- Madeleine potentiel aujourd’hui
Lignée de manuscrits Esseniens dans ESSENIENS wp1ae9e263

Expérience Maintenant la Sagesse Cachée longtemps étouffée et vérités les plus profondes de

Anna, Jésus et les Madeleines et comment il se rapporte à votre propre éveil

Claire Heartsong message février 2011 Partie 1

Claire Heartsong message février 2011 Partie 2

Si vous ne l’avez pas déjà, consultez

ANNA, la voix de l’Madeleines

wpc6c68e9c_05 dans ESSENIENS
wp4fe8b8d4_05

ANNA, MÈRE DE JÉSUS

ET ANNA, la voix de l’Madeleines

Sont maintenant disponibles en français!

Ariane Publications, Montréal, Québec, Canada a traduit et

publié deux livres Anna en français. Ils peuvent être achetés àhttp://recherche.fnac.com/e35409/Ariane- Publications- Et- distribution

 COMPRENDRE TWIN FLAMME UNION

L’ASCENSION DE ST. GERMAIN ET PORTIA

Par Claire Heartsong et Catherine Ann Clemett

Livre électronique maintenant disponible à www.lightrivermedia.com !

Claire Heartsong et Catherine Ann Clemett part des enseignements sur l’âme sœur, les flammes jumelles, la flamme jumelle originale répartis ainsi l’histoire exquise de la réunion et l’ascension commune de plein exercice du maître Saint-Germain avec sa flamme jumelle, Portia.

Vous découvrirez. . .wp3c91ba08_05

  • La nature des relations mate âme
  • Les âmes sœurs que des miroirs
  • Expression sexuelle divine
  • Le voyage de retour dans la plénitude de rappeler
  • Compréhension unifiée delà de la dualité, au-delà de la polarité   

Sur Terre il y a en ce moment des ravages de Feu

 

images (8)canalisés par Murella

Des gens allument des feux de broussailles, ceci est une réponse bien trop facile. C’est que la Terre a commencé sa transformation et vous montez dans la 4ème dimension voir bientôt la 5ème. Ceci ne va pas se faire très facilement et vous avez tous été prévenus dans votre cœur. Vous êtes tous venus sur la terre avec les mêmes éléments, mais qu’en avez-vous fait ? Certains d’entre vous ont, bien sûr, des choix (de vie), d’autres ont des expérimentations (de vie) mais la planète Terre ne peut plus revenir en arrière.

L’Europe et le Canada sont balayés par les feux pour que certains êtres prennent conscience de l’utilité du Feu, le feu des « salamandres ». Le Feu est une énergie qui vit en vous. N’êtes-vous jamais en colère, ne criez-vous pas ? N’avez-vous pas de haine ? N’êtes-vous pas en rage ? N’est-ce pas un feu qui brûle autour de vous et en vous ??? Et pourquoi ne permettez-vous pas à la planète, la Terre, qu’elle s’enflamme ? Si on écoutait la cause de ses colères, si chacun dans son cœur, dans son for intérieur apaisait ses colères, il ferait bien place à l’élément Eau. À l’élément Eau qui la ferait se laver, se purifier, pleuvoir et pleurer. Sachez que tout est lié. La Terre, l’autre élément peut étouffer le Feu, mais en ce moment elle brûle. Quant au 4ème élément qui est l’Air, il peut éteindre le feu comme il peut l’allumer.

En ce moment la Terre est en pleine transformation, transmutation. Il y aura, nous l’espérons, beaucoup d’ouverture de conscience avec ce qui est en train de se passer. Beaucoup d’âmes et d’autres personnes sont en train de quitter le plan de la Terre et sont déjà accueillies par des chœurs angéliques. Certaines âmes le savaient et sont déjà accueillies dans les bras du Père. Ne les pleurez pas. L’essentiel c’est qu’elles ont pu vivre cet instant cette transition ce qui fait un grand bon d’avancement à leur âme.

Ce que nous pouvons vous dire, respectez les éléments : respectez le Feu, respectez-vous, écoutez vos colères, votre haine. Respectez l’Eau, respectez la pluie, regardez dans votre cœur pourquoi vous pleurez, pourquoi vous avez mal, éliminez les miasmes qui sont encore en train de brûler au fond de vous. Pourquoi pleurez-vous au fond de vous ?

Respectez la Terre, respectez votre mère la Terre, ce qui appelle à respecter votre corps. Vous êtes bien faits de terre. Avez-vous entendu dans votre enfance en lisant la bible, êtes-vous en train de respecter votre corps ? Aimez-vous votre nez, votre orteil, votre jambe ? Avez-vous conscience que votre corps, qui est votre habitacle, vous devez le respecter ? N’êtes-vous pas trop durs avec ce corps ? Donc avec votre mère la Terre ? Entendez-vous le Vent ? Entendez-vous ce que l’on vous dit ? Entendez-vous ce que vous dit votre intérieur ? Savez-vous encore écouter ou ne voulez-vous plus entendre ? Voyez-vous comme les éléments vous font travailler ? En avez-vous déjà pris conscience ou sinon essayer du moins ?! Prendre conscience de ce que veut dire le Feu, l’Eau, l’Air, la Terre.

Exercice demandé par les guides

Nous voulons là que vous vous centrés au niveau de votre cœur.
Nous allons vous faire faire un exercice, tout simple.

Centrez-vous là, dans votre cœur, au niveau du chakra du cœur. Voyez-le, entendez-le, ressentez-le. Sentez sa chaleur. Sentez le liquide du sang qui passe dans votre cœur, écoutez-le battre votre cœur et si vous le voulez vous pouvez même, mettre votre main humaine sur la partie de votre cœur car il est bien là derrière la peau de votre thorax, ce cœur qui, quand on le sort et que l’on le met dans un tube pour une greffe d’organe, bat toujours. Ce cœur qui est votre moteur, le moteur de votre corps, sentez-le, écoutez-le, et regardez sa couleur; bien sûr, vous sentirez une couleur rouge, mais essayez de le voir différemment. Nous allons infuser une « énergie » du haut de votre coronal et cette énergie va descendre là, jusqu’à votre cœur.
Ressentez.

Ressentez un instant cette énergie qui vous habite là. Cette énergie est l’énergie de votre frère, l’amour de votre frère que vous avez appelé, dans un temps, Jésus et qui a été adombré par l’énergie Christique. Cette énergie Christique pénètre là par petites doses car à grande dose vous seriez entièrement brûlés. Donc, nous vous infusons un tout petit peu de cette énergie Christique.

Une énergie douce, une énergie enveloppante de couleur dorée et elle commence à danser, à danser de mille pétales d’or et à grandir, grandir, grandir et quelques cordelettes d’or commencent à sortir de cette énergie du cœur. C’est comme si plusieurs cordelettes d’or commençaient à s’échapper et à grandir devant elles.

Et je voudrais là, que vous suiviez une cordelette, une cordelette dorée enveloppée d’énergie Christique et que vous la fassiez se diriger vers le monde minéral, vers vos frères les pierres, les cailloux, les rochers, les volcans, les cristaux, les pierres précieuses, vos bijoux.      

Essayez de les visualiser entourés de cette énergie et sachez qu’à cet instant, vous les purifiez, vous leur envoyez une énergie de paix, une énergie d’amour, une énergie de lumière car eux aussi vivent, même s’ils vivent à un autre niveau et ils ont besoin d’amour pour évoluer. 
Essayez d’imaginer maintenant une autre cordelette dorée qui commence à s’étirer et qui s’en va vers le monde végétal. Essayez d’imaginer que cette cordelette dorée, remplie de cette même énergie, entoure vos jardins, vos arbres, vos plantes, vos plantes malades, vos légumes dans vos étalages qui ont de drôles de couleurs parce qu’on les a mis sous des lumières spéciales qui leur donnent de belles couleurs. Essayez de les envelopper de cette énergie, car la nature est en train de faire un travail; quelque part, elle se sacrifie pour que vous puissiez évoluer.

Et une autre cordelette dorée sort maintenant de votre chakra du cœur et s’allonge aussi devant vous et se dirige vers le monde animal. Essayez d’imaginer le monde marin. Visualisez vos frères les poissons, les coquillages. Enveloppez-les de cette énergie.
Et si vous avez la chance de voir vos frères les dauphins (comme notre canal les aime tant), rapprochez-vous du dauphin que vous pouvez visualiser, car il lui a été dit de parler des dauphins.

Les dauphins ne sont pas que des mammifères comme vous semblez le croire. Certains dauphins ont endossé ce corps de dauphin mais ce sont de grands êtres spirituels. Certains sont habités par des Êtres de Lumière. Ce qui explique votre attirance, votre ressenti avec le dauphin.

Leur roi est un dauphin tout blanc. Ce que nous pouvons vous dire et pour accentuer votre évolution : avant de vous endormir pour ceux qui le veulent, demandez de passer votre temps de sommeil et de rêves avec les dauphins. Ils vous enseigneront quand vous dormez et certains actes, au courant de la journée, vous les ferez inconsciemment, mais sachez que vous aurez passé un temps en leur compagnie, comme quand vous travaillez le soir avec vos guides, avec nous.

Dans la journée vous avez tout oublié. Vous croyez dormir le soir mais ce n’est que votre corps qui se repose. Et vous, à votre niveau, vous travaillez dès l’instant que vous en avez l’intention et que vos vibrations sont très hautes; alors envoyez cette énergie au monde sous-marin. Envoyez-le au monde animal à quatre pattes sur la Terre, aux animaux qui souffrent avant de mourir dans les abattoirs.

Certaines personnes deviennent végétariennes parce qu’elles croient mieux évoluer spirituellement, d’autres le deviennent d’une minute à l’autre parce que leur corps est prêt. Nous ne voulons pas vous dire : « Ne mangez plus de viande demain ». Nous expliquons seulement que dans la viande, à l’heure actuelle où vous tuez les animaux dans les abattoirs d’une façon très dure, toutes les souffrances, toutes les peurs de l’animal sont mémorisées dans la viande que vous avez mangée.
    

Dans les temps anciens, les anciens respectaient l’animal pour la viande qu’il lui donnait. Actuellement il n’y a plus ces rituels et ces prises de conscience, d’où ces maladies comme la vache folle et d’autres qui viendront encore. Beaucoup de poules ont été tuées en France et dans d’autres pays lors de ces incendies.

Bien sûr, les pays pleurent leur argent, mais ces poules et ces poulets se sont sacrifiés. Mais pensez-vous que les poules et les poulets en batterie vous donnent de l’énergie ? Pensez-vous que leurs œufs donnent de l’énergie ? Alors, à eux aussi, envoyez cette énergie.

Envoyez cette énergie dans les zoos qui, là aussi, n’ont pas leur place. Envoyez de l’énergie aux animaux dans les cirques qui endurent des souffrances avant de faire leur numéro. Envoyez de l’énergie aux animaux dans les laboratoires, envoyez de l’énergie à tous les animaux errants, que ce soit des chiens ou des chats. Ces bêtes aussi souffrent et ont un rôle à jouer.

Et un autre cordon sort du chakra de votre cœur. Et là, il se dirige vers tous les peuples, tous les habitants de la planète en souffrance, tous les pauvres. Vous pouvez visualiser toutes les personnes que vous connaissez, l’énergie ira où elle devra sinon elle reviendra à la source.

Et là, nous voudrions que vous visualisiez devant vous une pyramide. Une pyramide en cristal. Ne forcez pas, pour ceux qui ne peuvent pas, la pyramide est déjà là. Et si vous regardez dans la pyramide vous vous y verrez. Vous vous y verrez et envoyez-vous une cordelette d’or…
Voilà vous pouvez revenir tout doucement dans votre corps.

Nous vous remercions d’avoir fait cet exercice, nous remercions notre canal, nous vous bénissons, nous vous disons à bientôt.

LES ÊTRES DE LUMIÈRE ET MAÎTRES ASCENSIONNÉS

source http://www.lumieresdelaudela.com

L’ACCELERATION DE NOTRE ASCENSION

 

images (4)J’ai récemment annoncé à quelques petits groupes que parmi eux certains allaient bientôt se trouver stabilisés sur des plans plus élevés. Que signifie ceci ?

Simplement que quelques êtres, disposant de plus de temps ou de conditions favorables à leur percée, se sont entièrement consacrés à celle-ci. Ils s’y sont mis avec tant de détermination, tant d’enthousiasme, que leur avancée s’est faite en démolissant d’un geste toutes les barrières, tous les obstacles. Et à présent ils sont prêts à venir travailler avec nous, à nos côtés, sur nos plans.

Devront-ils quitte la Terre pour autant ? Je vous le répète, absolument pas. C’est au contraire sur votre planète que nous avons besoin d’eux, que nous avons besoin de vous tous, chacun en son temps, comme Maîtres et instructeurs de l’humanité. Sous une apparence ordinaire, du moins pour ceux qui ne voient pas plus loin que le physique, ils auront quand même acquis des qualités spéciales, telles le don de guérir, la parole qui touche au plus profond des cœurs, la présence qui apaise les conflits.

S’il s’agi d’êtres jeunes et en bonne santé, cela passera presque inaperçu. Ce ne sera qu’au moment où, dans quelques petites années, leurs proches les verront comme faisant partie de la famille des Maîtres Ascensionnés, que cela pourra faire des remous. Entre-temps on les trouvera plus vigoureux, plus joyeux, plus compatissants, plus détendus. Mais peu se poseront des questions. Ces temps nouveaux, pour ceux qui ont cru en Maître Sananda (Jésus) ou en Bouddha par exemple, seront l’accomplissement d’une promesse, le retour du Sauveur, du Seigneur en qui ils ont toujours placé leurs espoirs. Par contre, ce que ces espoirs n’ont pas prévu est le rôle primordial que nous donnerons à nos Maîtres en incarnation.

Nous oeuvrerons avec eux ou à travers eux. Et pas seulement parce que le temps nous est compté et que nous avons la volonté ferme d’aller partout où des êtres nous attendent, c’est-à-dire, jusqu’au cœur des forêts les plus inhospitalières ou des montagnes glacées. Non, notre intention est de donner à ceux qui ont un rôle majeur dans les événements présents et à venir l’occasion de montrer Qui ils sont, pour que toute la Terre sache ce qu’ils ont fait et leur accorde l’amour et le respect qu’ils méritent.

Chacun de vous doit dire « oui » à cette mission, si en conscience il l’accepte. Dites-le maintenant, en votre cœur, et nous le saurons. Ceci accélérera la régénération de vos cellules, de tout votre être, à un point que vous ne soupçonnez pas. C’est tentant, il est vrai. Mais n’oubliez pas les responsabilités qui seront inhérentes à cette mutation. Maintenant, supposez qu’un vieux monsieur de plus de 70 ans, un peu sourd et mal voyant, la démarche hésitante, souffrant de bronchite chronique, obtienne ainsi la régénération de tout son corps. Souvenez-vous qu’en vivant dans l’amour inconditionnel, en renonçant à juger les autres et à vous juger, en pardonnant le passé et en ouvrant la porte à la transformation, vous êtes en train de modifier votre ADN, de rebrancher les 10 brins qui vous manquaient et d’augmenter vos vibrations. Donc, vous perdez cette densité et votre plan actuel, voyez-vous ?

Pour en revenir au monsieur âgé, il surgit un beau jour, jeune et en pleine forme comme un être de 30/35 ans. Plus de problèmes de vue, d’oreille, de bronchite. Il court comme un lapin et n’est jamais fatigué. Comment réagira son entourage ?

J’aimerais bien que vous me le disiez car mi, en dépit de la sagesse acquise au cours de plusieurs millénaires, je n’en sais rien. Et mes Frères de Lumière n’en savent pas plus que moi. Les émotions et les réactions des humains sur la Terre restent toujours un mystère pour nous. Et si cet être totalement régénéré était, par exemple, la belle-mère avec qui tu ne t’entends pas très bien, de qui tu es un peu jalouse, ma fille ? Quelles émotions éveillerait en toi le fait de la voir plus jeune et plus fraîche que toi-même ? Et s’il s’agissait de l’oncle qui vous mettait mal à l’aise, avec son sourire que vous trouviez condescendant alors qu’il n’était qu’indulgent ? Ou bien de la cousine que vous estimiez un peu bête parce qu’elle parlait peu et donnait l’impression d e n’avoir d’opinions sur rien ni personne ?

Autrefois, les foules auraient brûlés ces êtres pour sorcellerie, mais en ce siècle, cela est moins probable. Alors ? Comment croyez-vous que vous réagiriez ?

Un des scénarios les plus plausible s est que la « science » s’en emparerait et commencerait à leur faire des prélèvements de ceci et de cela, pour les analyser, les soumettre à des expériences traumatisantes, même pour des Maitres, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à disséquer. Vous avez vu des films où de tels traitements étaient infligés à des extraterrestres. Vous êtes-vous demandé si ce n’était pas pure fiction ? Ou peut-être, chez certains peuples dits « primitifs », on les prendrait pour des saints, voire des dieux, et on leur vouerait un culte aussi fervent que dérangeant, les empêchant d’accomplir leur mission.

Devant toutes ces inconnues, et pour ne pas exposer nos chers Frères et Sœurs à des situations inconfortable sou dangereuse s, je crois que le mieux sera de les maintenir à l’écart des curiosités malsaines et des réactions extrêmes. Du moins jusqu’à ce que l’humanité, dans son ensemble, se soit assagie un peu plus et que leur sécurité soit garantie.

Les familles, les proches qui les aiment vraiment, seront sans doute d’accord. Elles qui font tout et forcent le gouvernement, le corps médical, les pompiers et les secouristes à veiller à ce que leurs aînés soient maintenus en vie envers et contre tout, seront sans doute soulagées de les savoir protégés, à l’abri des curiosités morbides qui pourraient leur nuire. Et la « science » comprendra-t-elle qu’il n’y a rien à trouver dans ces corps physiques qui explique leur mutation, qu’il s’agit des vibrations élevées de l’amour inconditionnel qui peuvent TOUT transformer, tout transmuter ? Ce changement de point de vue de toute l’humanité est entre vos mains, très chers enfants. Plus vous rendrez grâce à ce qui est et à ce qui n’est pas, plus vous apaiserez les mémoires et les énergies du passé et plus vous contribuerez à l’avènement d’un futur d’harmonie pour tous.

Qu’il en soit ainsi.

Extrait de Le Temps des Maîtres – transmis par Marlice d’Allance 2012-- recopié par Francesca   aux Editions HELIOS –  

Les Esséniens soignants

Les Esséniens avaient pour particularité d’être reconnus pour leurs qualités de soignants car ils avaient la connaissance approfondie de l’anatomie physique et surtout de l’anatomie subtile de l’être humain.

La globalité de l’être humain 
soins esséniens
Les soins Esséniens tiennent compte de la globalité de l’être humain et leurs thérapeutes vont à la cause du « problème » afin d’en extraire la racine. Ce n’est plus un baume que l’on pose sur une plaie et qui adoucit momentanément la souffrance mais plutôt une opération alchimique transmutatrice de l’ombre en Lumière, pratiquée à l’aide de la Lumière et du Son.
soins esséniens
Tenir compte de la globalité de l’être humain est commun à de nombreuses thérapies alternatives et ce n’est pas en ce sens que se singularise le soin essénien. Ce soin allie la puissance de l’Énergie et la douceur de ses effets, pour obtenir l’action la plus profonde possible, sans les inconvénients des gros bouleversements émotionnels.

soins esséniensOrigine des Soins Esséniens
soins esséniens
Pour mieux comprendre ce type de soin, revenons à son origine. Ce que l’on appelle aujourd’hui « soins Esséniens » est en fait bien plus lointain que l’époque du Maître Jésus il y a 2000 ans. Les soins dits « Esséniens » étaient aussi connus des thérapeutes Égyptiens de l’époque d’Akhenaton, et venaient d’une époque plus lointaine encore : celle de l’Atlantide où ces soins par la Lumière et par le Son étaient déjà pratiqués. Quand aux peuples Atlantes, il est désormais connu, dans les milieux informés, qu’ils avaient des contacts avec les peuples des étoiles.
soins esséniens
Ce type de thérapie s’est par la suite enrichi du savoir des peuples de l’Inde et de l’Asie et a été enseigné il y a bien longtemps sur terre dans plusieurs endroits de la planète. C’est ainsi que nous retrouvons des analogies avec des soins pratiqués par les Indiens Hopis, par les thérapeutes mayas ou encore par les aborigènes australiens… et d’autres encore, chacun adaptant cet enseignement à sa culture, à son époque et à ses besoins.
soins esséniens
soins esséniensLa pratique à proprement parler consiste d’abord en un entretien qui va permettre d’identifier le ou les événement(s) à l’origine du dysfonctionnement faisant l’objet de la consultation. Cet entretien est primordial pour solutionner en profondeur tous dysfonctionnements.

Identifier l’origine d’un dysfonctionnement
soins esséniens
Pourquoi vouloir identifier l’origine d’un dysfonctionnement du corps physique : il est une loi d’une simplicité extrême : si l’on se contente de soigner une zone malade sans toucher la cause, il est sûr et certain que le « problème » se reportera à nouveau au même endroit ou ailleurs si la zone touchée a été enlevée (par une opération par exemple).
soins esséniens
En soins Esséniens, nous ne soignons pas uniquement une partie du corps qui souffre, mais nous tenons compte des multiples facteurs qui ont contribué à créer le « problème ». Que ce soit un malaise général, une blessure physique ou une maladie, rien de tout cela n’arrive par hasard, sur telle ou telle partie du corps, ni à une personne plutôt qu’à une autre.
En fait le soin essénien ne demande rien d’autre que d’être à disposition de l’énergie curative capable de passer par notre voix, notre regard, nos mains. Et lorsque je ne dis « rien d’autre » c’est en fait beaucoup, peut-être Tout. Et est moins simple qu’il n’y paraît.

* Les soins esséniens ne remplacent pas les consultations chez un médecin, ils peuvent être un complément de traitement.

Lire le site référence : http://www.jean-paul.thouny.fr/index.php

La PEUR de DISPARAÎTRE

images (7)Se pourrait-il que toutes les tribulations qui se vivent actuellement au plan mondial soient en réalité le signe que chaque humain sur terre est maintenant prêt à transcender sa peur ultime : celle de disparaître ? Et si les âmes de l’humanité toute entière s’étaient donné le mot afin que nous puissions tous ensemble nous entraider à surmonter cette angoisse existentielle limitative et à nous libérer de nos mémoires d’oppression une fois pour toute ? Serait-ce le signe que le nouveau monde tant attendu est sur le point de se concrétiser sous nos yeux et qu’il suffit de demeurer centré sur sa Lumière intérieure pour que le meilleur se révèle dans toute sa splendeur en nous et autour de nous? 

Imaginez ceci : il y a de cela des éons, les êtres vivant sur terre connaissaient le bonheur d’une vie éternelle où il était aisé de passer d’un plan de conscience à un autre, voire même d’une dimension à une autre et d’un endroit à l’autre du cosmos, sans effort et sans contrainte. Or, l’attachement à la terre, au sens physique du terme (la force de l’attraction terrestre) a peu à peu fait en sorte que nos âmes aient fini par se densifier dans la matière et, donc, se retrouver emprisonnées dans un corps physique qui, lui, semble perpétuellement affecté par les « limites de durée » relatives à la troisième dimension. 

Depuis de nombreuses générations, des Maîtres spirituels sont venus sur terre tenter de lever le voile de l’oubli pour nous rappeler que tout cela n’est qu’illusion et qu’il nous suffit de nous reconnecter à la Source, à nos origines célestes, pour que cette force d’attraction illusoire n’ait plus de prise sur nous. Par leur témoignage vivant, leurs enseignements et leur sagesse, ils ont manifesté dans leur propre corps cette capacité disponible à tout être humain d’incarner son Essence divine. Et certains d’entre eux sont même parvenus à transcender la mort pour fusionner avec la Lumière dans tout leur Être… 

Certains d’entre eux ont laissé des traces de leur passage : Jésus, Bouddha, St-Germain, etc. Mais combien d’autres sont passé inaperçus ? Il a été dit que, lorsque les feux de forêt ont fait rage en Australie dernièrement, des peuplades entières d’aborigènes ont disparu sans laisser de trace. Plusieurs affirment qu’ils ont péri dans le brasier, mais personne ne peut expliquer pourquoi l’on n’a retrouvé aucun cadavre, aucune carcasse… Se pourrait-il qu’ils soient tout simplement passés dans une autre dimension, non perceptible par nos cinq sens ? 

Tous ceux qui ont lu « La Prophétie des Andes » comprennent cette allusion : à la fin du bouquin, lorsque le personnage principal et ses amis se retrouvent cernés par les militaires, ils se connectent les uns avec les autres pour élever leur vibration et, tout à coup, ils semblent enrobés d’un cocon lumineux qui les rend invisibles à leurs opposants. 

Des êtres humains « ordinaires » ont aussi connu ce phénomène, comme par exemple, cette religieuse à Hiroshima qui était en prière lorsque la bombe a sauté tout près d’elle et qui s’en est sorti indemne. Ou cette autre femme qui, lors du tsunami en Asie, se trouvait en profonde méditation dans sa maison sur la plage… qui semble avoir été « contournée » par la vague meurtrière. 

Coïncidences ? Légendes urbaines ? Miracles accordés aux personnes imbues de « sainteté » ? Et si nous étions actuellement tous face au même choix : être terrassé par la peur (quelle qu’elle soit) ou fusionner ensemble dans la Lumière ? 

Il s’avère que, depuis des millénaires, notre expérience humaine nous a fait croire qu’il y avait bel et bien quelque chose à combattre : le mal, la noirceur, la mort… Cette énergie de lutte pour sa survie a engendré une scission  profonde entre l’âme (qui sait que tout est parfait) et la raison (qui sans cesse doute et se remet en question). 

Et si ce qui se passe sur terre à ce jour était, en fait, l’occasion parfaite, délibérément choisie par notre âme, de nous inciter à dire oui à la Lumière qui transcende les limites humaines… de gré ou de force ? Et si notre Moi supérieur, conscient de la possibilité pour l’ensemble des êtres vivant dans la troisième dimension d’accéder ensemble au paradis sur terre, avait pris la décision de « donner un grand coup » pour que nous faisions le saut (quantique) tous ensemble ? 

Méditez ceci : à l’intérieur de notre peur de disparaître se trouve aussi la peur d’apparaître, c’est-à-dire de révéler au monde la Lumière exceptionnelle qui nous habite tous. La noirceur, le mal, la douleur, la souffrance et la mort ne représentent en réalité que ces parties de nous, ces espaces présents en nous-mêmes affectés par le vide, le manque, l’absence de Lumière. La part de nous vulnérable à la peur demeure celle que l’on a négligé d’alimenter, de nourrir, d’abreuver d’énergie divine en nous-mêmes… 

Se pourrait-il que nous soyons actuellement comme des graines que l’ont a mise en terre et qui craignent de se transformer, de devoir « mourir », pour enfin se libérer de la « coquille » qui nous emprisonne afin de finalement germer et porter fruit comme il se doit ? Que nous soyons telles des chenilles se voyant immobilisées et impuissantes, à la merci du premier trouble-fête, ne comprenant pas que les « murs » qui se referment autour d’elle sont en réalité les parois de la chrysalide qui lui permettra d’effectuer l’ultime métamorphose : devenir un merveilleux papillon, déployer ses ailes et prendre son envol pour sortir des limites terrestres pour aller butiner avec grâce de fleurs en fleurs, de dimensions en dimensions… 

Or, le fait de se laisser « envahir » par sa pleine Lumière, de goûter à la plénitude divine, demeure à la fois notre plus grande aspiration et notre plus grande appréhension. La peur de la transformation, de la transmutation cellulaire, c’est la peur de disparaître: la crainte pour l’Ego de perdre le contrôle, de ne plus exister… La noirceur et la lumière sont donc les deux faces d’une même médaille, de même que la vie et la mort, apparaître et disparaître : lutter ou accepter ? Combattre ou s’élever ? Donner l’exemple ou se sacrifier pour les autres ? Survivre ou vivre pleinement ? 

Telles sont les questions qui nous sont posées à l’heure actuelle. Peu importe la réponse que vous choisirez, votre âme sait que ce sera la meilleure solution pour vous ici et maintenant… sachant que la vie continue et continuera encore pour des éons, en ce monde comme dans les dimensions supérieures ! 

Ainsi, plutôt que de chercher à « aider » nos semblables, recentrons-nous sur l’essentiel : oser apparaître ! Appliquons-nous à fusionner avec le meilleur en nous-mêmes, à communier dans l’Amour divin pour rayonner de mille feux et éclairer, par notre présence, des milliers de consciences prêtes à nous emboîter le pas… 

Tout est parfait ! Tout est merveilleux ! Tout est divinement synchronisé pour que l’avènement du Nouveau Monde prenne naissance ici et maintenant à l’intérieur de chacun d’entre nous. 

Et, bien entendu, vos Frères et Sœurs de Lumières sont toujours là, à vos côtés, et ne demandent qu’à vous soutenir à chaque instant. Osez faire appel à eux pour retrouver la paix du cœur et la sérénité de l’esprit. Ces Présences Éternelles affirment que 2010 a été l’année de la RÉSILIENCE, le moment parfait où l’ensemble de la population terrestre prendra conscience de la capacité intrinsèque de chaque être humain à transcender ses peurs existentielles pour que se révèle en lui sa véritable Lumière, sa divine Quintessence, infinie et illimitée. Laissez-vous inspirer par eux pour, à votre tour, apparaître dans toute votre splendeur ici sur terre. Il en va du meilleur pour tous et chacun d’entre nous. 

Avec tout mon amour,  

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanctransmis le 15 septembre 2009,

aussi disponible sur www.biancagaia.com. Vous êtes invité à faire circuler ce texte
à condition d’en respecter l’intégralité, y compris ces quelques lignes.

 

Soyez un Océan d’Amour infini

 

images (5)En vérité, qu’est-ce que l’âme? Imaginez un océan, une mer immense qui se déploie à perte de vue, sans début, ni fin, une source éternelle remplie d’une eau pure et totalement salée. Ensuite, prenez un simple verre quelconque, peu importe sa grosseur, sa couleur, son style – visualisez-le comme vous en avez envie – puis, imaginez que vous remplissez ce verre à ras bord et que vous le ramenez chez vous, à la maison. Ceux qui verront ce verre d’eau un peu trouble, avec un fond de sable beige, vous diront : mais qu’y a-t-il donc dans ce verre? Vous leur direz : mais c’est évident, voyons, c’est l’océan… Et eux vous répondront : je ne vois que de l’eau dans ce verre! Comme ils ne peuvent ni entendre les vagues, ni goûter au sel, comment pourraient-ils envisager qu’il s’agit bien de la vibration encore intacte de la mer présente dans ce verre? 

Il en est de même avec l’âme : elle provient d’un océan divin d’amour infini. Elle est habitée de la même vibration, de la même lumière. C’est d’ailleurs ce que voulait dire le maître Jésus lorsqu’il affirmait à tous et chacun : « Vous êtes le sel de la terre! » : en vous se trouve la source originelle de toute vie, l’énergie divine, pure et céleste émanant du Grand Tout d’où vous êtes issus et où vous retournerez nécessairement un jour. 

Or, la plupart d’entre nous avons oubliés QUI nous sommes réellement. À travers les siècles nous en sommes venus à ne plus considérer que le modeste « verre d’eau » (notre corps) que nous percevons avec nos cinq sens et nous ne ressentons plus les « vagues » intérieures gonflées d’amour qui s’agitent encore au plus profond de nous-mêmes (notre connexion divine)! Pire encore, nous regardons les « verres » des autres, leur apparence, leur différence, et nous nous permettons de juger cette coquille, cette enveloppe… voire même parfois de remettre en question tout ce qui se trouve à l’intérieur! 

Parce que la pluie est parfois tombée dans ce verre, sur nos têtes, dans nos vies, nous en sommes venus à croire que l’eau salée s’est diluée : que notre personnalité a dû teinter, perturber, délayer notre essence divine et/ou celle des autres. 

Nous rêvons à la mer (et au Père!), nous aspirons à y retourner et, parfois, nous cherchons les meilleurs moyens pour y parvenir. Par la prière, la méditation et autres pratiques spirituelles, nous nous efforçons d’élever nos vibrations pour nous évader hors des « parois du verre », afin de retourner plonger, voire même disparaître dans l’océan d’amour du cosmos infini… Tandis que les aléas de la vie, les autres et, bien souvent nos proches, se chargent de nous faire « retomber » dans notre petit contenant tridimensionnel bien limité et parfois même bien étouffant! 

Alors, il nous arrive de les juger, de leur en vouloir pour cela. De considérer qu’ils ne sont pas assez élevés, spirituellement parlant, et de choisir de s’éloigner d’eux pour ne plus être affectés par leur négativité et leur pessimisme… 

Et si ceux-ci, au contraire, nous offraient le plus beau cadeau qui soit? Que leur âme, leur propre océan d’amour intérieur, les incitaient à s’accrocher à nous, à nous ramener dans la matière, pour une bonne raison? 

Se pourrait-il, en réalité, que notre ultime défi ne consiste pas à s’élever vers la lumière, vers l’océan d’amour divin d’où nous provenons, mais plutôt de prendre conscience que ce verre, ce contenant, cette enveloppe charnelle qui semble nous « emprisonner » n’est en fait qu’une illusion et que celle-ci n’altère en rien la pureté de notre âme? 

Que nous ne sommes pas un simple « verre d’eau salée », mais, au contraire, que nous avons préservé toutes les propriétés, toutes les qualités et les vertus de cet océan éternel encore présent en nous-même et, oserons-nous l’affirmer, présent aussi à l’extérieur de nous-mêmes… puisqu’il n’y a aucune différence entre nous et l’autre, entre « eux » et « nous »? 

Imaginez que nous soyons tous des gouttes d’eau salées, des particules cosmiques lumineuses, qui se mélangent, s’entremêlent, se fusionnent pour mieux se subdiviser de nouveau au fil des incarnations. Un peu comme si, au moment de votre décès, votre verre retournait se dissoudre dans la mer… jusqu’à ce que des êtres bienveillants reviennent vous capturer dans une nouvelle bouteille! Croyez-vous qu’ils parviendraient à retrouver chaque goutte, chaque cellule qui vous caractérise, à ne remettre ensemble que les mêmes seules et uniques particules qui vous concernent personnellement ? 

De toute éternité, nous faisons tous et avons toujours intrinsèquement fait partie du même océan d’amour céleste. Ici et maintenant, nous baignons tous dans la même lumière et notre âme est imprégnée de la même essence divine. Il n’y a aucune distinction entre nous et l’autre : nous sommes tous des frères et sœurs divins, peu importe que nous soyons humains, angéliques, extraterrestres ou autres… Nous ne faisons qu’UN dans cet océan cosmique universel en continuelle mouvance, peu importe notre apparence, le lieu où nous nous trouvons ou la façon dont nous pensons évoluer à l’intérieur du « verre » qui nous a été attribué. 

En fait, peu importe notre « degré d’illumination » ou notre « niveau vibratoire », tant et aussi longtemps que nous percevrons les limites de notre corps physique comme une frontière qui nous distingue et nous sépare les uns des autres, nous demeurerons « emprisonnés » dans notre petit contenant de verre. Nous continuerons à chercher comment nous échapper de cette pseudo dualité qui nous oppresse… plutôt que de tout simplement « se laisser porter par le courant » et fusionner avec tout ce qui vit en nous et autour de nous, pour faire de nouveau UN avec l’océan éternel qui vibre dans chaque fibre de notre être! 

Et si la plus merveilleuse mission que vous puissiez vous donner ici-bas consistait à faire vibrer toutes vos cellules vivantes au rythme du cosmos infini? Que vous ne cherchiez plus à vous envoler vers le ciel, mais bien à incarner l’amour de Dieu ici sur Terre? Imaginez que chacun de vos gestes, de vos paroles, de vos pensées et de vos intentions soient empreints de cette certitude profonde que tout est déjà là, en vous-même : que votre âme vibre au diapason avec l’univers et que votre minuscule verre d’eau salée contient en fait l’océan tout entier! 

Et si, jusqu’à maintenant, vous vous étiez contenté de voir la vie à travers un « contenant de verre » – une vitre, un fond de bouteille – tellement épais qu’il déforme les objets, les gens et la réalité qui vous entoure? Que vos cinq sens ne puissent mesurer l’ampleur réelle de votre énergie lumineuse ou de celle de vos proches, de même qu’on ne peut évaluer l’étendue d’une mer alors qu’on y est immergé? 

Quelle différence cela ferait-il dans votre vie si vous considériez, ne serait-ce qu’un instant, que vous êtes à la fois l’océan et toutes les gouttes d’eau qui le composent? Que vous êtes à la fois, humain et divin, comme chacune des personnes, visibles et invisibles, qui croisent votre route ? Quel changement cela apporterait-il à votre existence? De quelle façon votre perception des autres serait-elle transformée? 

Et si vous laissiez le divin habiter votre âme plutôt que de tenter d’être à l’égal de Dieu? Que vous vous laissiez bercer par les vagues d’amour céleste qui déferlent en vous à chaque instant plutôt que de lutter contre votre égo? Que vous vous permettiez de rayonner de joie dans la légèreté de l’être plutôt que de vous astreindre à des pratiques exigeantes et supposément « transcendantes »? 

Soyez le changement que vous souhaitez faire advenir en ce monde! De même que les vagues se soulèvent des profondeurs de l’océan pour venir s’abattre sur le rivage et modifier le paysage littoral au gré des marées, laissez monter en vous la puissance divine universelle afin qu’elle déferle dans votre vie et transforme tant votre propre existence que celle de tous ceux que vous aimez… et qui sont le reflet de vous-mêmes, puisque vous vous ressemblez… comme deux gouttes d’eau!!! 

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanc, transmis le 15 janvier 2011,

aussi disponible sur www.biancagaia.comVous êtes invité à faire circuler ce texte

à condition d’en respecter l’intégralité, y compris ces quelques lignes.

LA PEUR ne fait pas partie de moi

 

images (5)Il y a peu de temps, quelqu’un me disait : « La peur et l’amour ne peuvent pas cohabiter. Mon cœur est trop plein d ‘amour pour abriter la peur ».

J’aimerais, si vous le voulez bien, que vous méditiez sur cette phrase jusqu’à la faire vôtre et la graver en vos cœurs. Pas dans votre mental, mais bien au fond de votre cœur, où elle sera comme un viatique aux moments les plus difficiles de votre chemin. Car celui qui est débordant d‘amour peut rester calme et confiant même si le monde s’écroule autour de lui. Réfugié dans cette énergie d’amour, bien ancré en lui-même, sûr de la protection qui l’entoure, il peut paraître inconscient des dangers, mais il ne l’est pas. Simplement, il SAIT que rien ne lui arrivera.

Les milices célestes, ou les flottes galactiques, si vous préférez un langage plus actuel, veillent sur cette planète depuis très longtemps et surtout en cette époque de transition. Elles vous ont épargnés des désastres terribles, à votre insu, et si elles ont été impuissantes pour vous protéger de vous-mêmes, c’est le revers de la médaille de votre liberté, de votre libre arbitre. Pourtant aujourd’hui les choses ont changé. Vous êtes assez nombreux à avoir demandé que la Lumière Divine revienne sur la Terre et votre Père vous a écoutés. Chaque Travailleur de la Lumière, chacun de vous, est sur les listes des êtres à sauver en priorité en cas de conflit grave, déclenché par des êtres qui ne veulent pas sortir de l’obscurité. Ce n’est que justice ; Souvenez-vous que vous êtes venus ici comme volontaires, pour réveiller vos frères et sœurs endormis. Votre karma était soldé ou presque, et votre dévouement au Père/Mère/Créateur de Tout, à l’Humanité et à la Terre, a effacé le peu qui restait ; Dans ces circonstances, il est normal que vous soyez les plus précieux et donc les premiers à secourir. Ceci ne veut pas dire que le Ciel abandonnera les autres humains. La flotte dispose d’assez de vaisseaux pour accueillir tous les êtres humains, sauf ceux qui ne voudront pas être sauvés, incapables de sortir de leurs systèmes de fausses valeurs. Et vous savez que nous ne pouvons rien leur imposer, en raison de leur libre arbitre.

Ces derniers iront donc continuer à jouer, aux guerres, aux tueries, aux luttes pour le pouvoir et la richesse, ailleurs dans l’univers. Et un jour, peut-être dans 2000 ans de votre temps, ils seront mûrs à leur tour pour appeler la Lumière Divine. Sachez donc que la Flotte connaît vos noms et adresses, même si vous déménagez ; que les vaisseaux du Commandant Ashtar Shéran vous trouveront, où que vous soyez, fut-ce au fond d’une grotte sous la mer. Et ceci n’est pas de la science fiction. Plutôt le contraire. Votre science-fiction s’est parfois inspirée de la vérité, même si la plupart du temps elle crée des fantaisies destinées à vous maintenir dans la crainte. Vos seuls ennemis, les seuls qui peuvent vraiment vous nuire, ce sont vos peurs et vos doutes. Et ceux-ci ne s’empareront jamais de vous si votre cœur déborde d’amour. Ces précisions sont nécessaires face aux bruits qui courent et que malheureusement vous écoutez souvent. Vous n’êtes pas assez prudents, mes enfants. En dépit de nos mises en garde, vous êtes encore trop fascinés, trop hypnotisés par vos médias et leurs scénarios catastrophes, généralement conçus exprès pour vous insuffler la crainte qui vous maintiendra sous l’emprise de leurs patrons.

Vos Frères de Lumière sont à votre disposition pour vous instruire, vous renseigner, vous encourager, vous sustenter. Malgré cela, vous cherchez des informations dans les livres qui ne portent pas toujours le sceau des Maîtres ou des Etres Angéliques, et sur votre dernier jouet, cet Internet qui est le véhicule le plus dangereux de votre monde, où circulent de belles choses, des données utiles, mais aussi les pires poisons pour vos âmes. On y trouve le vrai, le faux, mais le pire de tout est un mélange sournois de vrai et de faux, destiné à créer la confusion dans vos esprits. Si au moins vous suiviez les sages conseils que vous laissés votre Maître Jésus, lorsqu’il a dit : « Les arbres se reconnaissent à leurs fruits ».

Ceci était une bonne clé pour vous permettre de trier le vrai du faux. Quels fruits, mes enfants, font pousser en vous certaines soi-disant informations ? La vanité d’en savoir plus que les autres, de connaître davantage ce qui va se passer l’année prochaine, ou encore dans les huit ans à venir ? Le sentiment de supériorité que vous confère l’idée d’être, comme vous dites, dans le secret des dieux ?

Désolé de vous décevoir. Personne, même pas les Maîtres et les Archanges ne peuvent prédire avec certitude ce qui va avoir lieu, car il s’agit d’un processus nouveau pour lequel nous n’avons pas de références. Plus important encore, personne ne connaît d’avance les émotions et réactions que vont expérimenter les êtres humains de la Terre confrontés à ces événements nouveaux. Donc, ceux qui vous préviennent qu’il va arriver ceci ou cela ne sont pas tous forcément vos amis. On peut, certes, faire quelques prévisions, étant donné que certaines probabilités sont déjà plausibles, telle l’Ascension de la Terre et d’une partie de l’humanité. Partie qui, nous l’espérons, ira en grandissant à un rythme exponentiel au cours des prochaines années. Mais comment se fera cette Ascension est encore dans le domaine des hypothèses. Si cela  vous rassure, je vous dirai que, jusqu’à présent, cela se passe mieux que ne le prévoyaient certaines prophéties pessimistes (je ne parle pas de celles émises au cours es siècles passés, mais d’autres plus récentes).

Les secousses telluriques, bien que traumatisantes pour ceux qui les subissent, ne sont pas très étendues. Les inondations et les feux n’atteignent pas des proportions extrêmes et les vents violents sont localisés. Seuls les actes des êtres de l’ombre restent imprévisibles. Contre ceux-ci nous prenons toutes les mesures possibles ; Et vous serez informés par l’un ou l’autre de nous sur les choses que vous devez savoir. Pour le reste, faites-nous confiance. Bien sûr, nous pensons aux victimes vers lesquelles vont notre amour et compassion. Ceux qui périssent sont accueillis par les Maîtres et les Anges avec toute la douceur dont ils ont besoin. Ils sont réconfortés et retrouvent vite, à note côtés, paix et bonheur. Quant à ceux qui survivent en ayant perdu tout ou la plupart de leurs biens matériels, ils ont tout notre amour, notre compassion, nos encouragements. Nous aimerions que ces leçons amères les invitent à reconnaître la fragilité des choses et à se tourner davantage vers leur seul trésor inaliénable : leur âme immortelle, divine. Seront-ils prêts à le comprendre ?

Je termine ici ce message, en souhaitant que la peur soit éloignée de vous, et que l’amour, la paix, la joie prennent sa place. Mon Amour et celui des Maîtres sont avec vous pour toujours.

Extrait de Le Temps des Maîtres – transmis par Marlice d’Allance 2012 recopié par Francesca   aux Editions HELIOS

 

Christ’Al Chaya : Lettre mensuelle d’Avril 2014

Bien-aimés de l’Un, chers lecteurs, enfants bénis de la Source, je vous salue, soyez les bienvenues, chère âmes, soyez accueillies, accueillies dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An, d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans cet espace sacré et consacré. 

Je suis Christ’al Chaya, maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech de la Fraternité Dorée d’Orion. Je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous accompagner, vous assister dans ce processus d’ascension, dans ce besoin d’alignement de votre Etre, dans ce besoin d’intégration mémorielle et cellulaire. 

Chères âmes, il y a quelque temps de cela, le 7 mars 2014, s’est ouvert à Rapa Nui le 3ème portail de rédemption. Il a la forme d’une spirale à laquelle se superpose un cylindre bleu cobalt. A l’intérieur de ce cylindre bleu cobalt, il y a une sphère de cristal qui porte trois liens, trois codons d’ADN bleu cobalt, jaune doré et platine. Ce portail vient répondre aux légions dracos, ces monarques conquérants qui sont également de grands mentors des forces involutives, des suppléants de Seth An Bel Ashatan, de grands énergéticiens également. 

220px-Moai_Rano_rarakuAvant l’ouverture de ce portail, j’ai convoqué les grands mentors dracos et je leur ait dit : « acceptez-vous le plan de rédemption ? » Et leur réponse fut très claire : « NON » ont-ils dit. Je leur ai signifié que s’ils n’acceptaient pas de se présenter dans les différents portails de rédemption, eh bien, ils seraient amenés directement, par loi de résonance, vers ce 3ème portail de l’Ile de Rapa Nui afin d’être recyclés cellulairement. Tout le plan de construction de leur ADN doit être recyclé. 

Voyez-vous, chères âmes, la plupart des humains de la Terre qui n’ont pas suffisamment purifié leurs structures, blanchi leur ADN, libéré leurs croyances, leurs conditionnements, pris conscience et nommé leurs ombres, qui n’ont pas guéri leurs blessures, eh bien, se trouvent parfois dans des situations où ils manipulent, mais ils ne sont pas forcément manipulateurs dans l’Etre. 

Or les familles dracos, elles, sont manipulatrices dans l’Etre, elles ont été habituées dans l’éducation qu’elles ont reçue, soit d’être dans une dépendance totale de leurs supérieurs, soit d’être un conquérant qui a pleine autorité et qui donne les ordres. Pour un dracos qui ne veut plus se soumettre, il est obligé de prendre la place, non point de prendre sa place, mais de prendre « la » place, la place, celle qui se présente devant lui, au sommet de sa hiérarchie. 

Alors il manipule, il n’a aucun sentiment et le dracos utilise tous les éléments qui s’offrent sur sa route, il s’en sert et son rôle est de piller le temple sacré et ensuite de détruire le temple.

 Il y a certains dracos soumis, exécutants qui ont voulu se libérer et qui se sont présentés auprès de volontaires de lumière, qui eux-mêmes servent de relais aux Maîtres ascensionnés. Seulement quand ils ont découvert le plan d’éducation Melchizédech, ils se sont dit intérieurement : « finalement, on doit toujours obéir ; avant on devait toujours obéir aux mentors de l’ombre et maintenant on se doit d’obéir aux Maîtres ascensionnés ». Et à cause de cela, ils prennent la connaissance dans les familles christiques, ils s’y infiltrent, puis ils quittent ces familles et se servent de cette connaissance pour briller et non pour rayonner. Ils sont précisément là pour leurrer des Etres qui, sur leur chemin, manquent encore de vigilance. 

Ces dracos n’appartiennent plus à aucun camp, ni le camp des familles involutives, ni le camp des familles christiques. Ils oeuvrent pour eux-mêmes, pour leurs propres intérêts et ceux là seront les premiers à être recyclés dans le portail de rédemption de l’Ile de Pâques. Ils n’ont rien compris à la libre volonté. Celle qui fut la Mère, la représentation divine de la Mère Primordiale, fut Marie et Marie dit à l’Ange Gabriel lorsqu’il lui annonce la venue de Jésus, le Christ : « qu’il en soit fait selon ta volonté, Seigneur, je suis ton humble servante ». Il ne s’agit pas là d’asservissement, il ne s’agit pas là d’obéir aux Maîtres comme un Etre soumis ou un mendiant. Lorsque Marie dit à l’Ange qu’elle accepte et qu’elle est son humble servante, elle conscientise la mission qui lui a été confiée, la responsabilité. Et c’est en toute humilité qu’elle dit « je suis ton humble servante ». Elle est pleinement au service du Plan, elle ne cherche pas à retirer une quelconque gloire de cette tâche, car elle mesure la pleine responsabilité, celle de préserver, de protéger, de faire grandir le Christ-Roi en elle. 

Lorsque vous oeuvrez pour le bien commun, il n’y a point de gloire personnelle, votre vie doit devenir votre message et vous n’êtes pas incarnés que pour vous-mêmes, vous ne guérissez pas de vos blessures que pour vous-mêmes, votre vie doit devenir un enseignement, un exemple pour l’ensemble. Et les conscientisations des uns et des autres augmenteront également le rayonnement du corps de gloire de l’Arche d’Alliance de cette nouvelle humanité christique en phase d’ascension. 

Humains de la Terre, lorsque vous souhaitez passer le 3ème portail de rédemption, il est nécessaire que vos extensions se soient au préalable présentées devant le premier portail de la porte d’Aramu Muru au Pérou, puis présentées au 2ème portail du Temple de Kom Ombo en Egypte et enfin vos extensions pourront se présenter au 3ème portail de Rapa Nui. 

Pour ce 3ème portail de Rapa Nui, visualisez-vous à l’intérieur d’un pilier bleu cobalt et une spirale d’énergie part du centre de votre cœur et vous enveloppe complètement dans le sens des aiguilles d’une montre, de la gauche vers la droite. Et puis, à l’intérieur de votre cœur, visualisez une sphère de cristal transparente avec trois codons d’ADN bleu cobalt, jaune doré et platine. Demandez à travers cette sphère de cristal, l’activation de tous vos codes matriciels originels, demandez la dissolution de toutes les parts hybrides, de tous les codes dracos, reptiliens, d’asservissement, demandez à rayonner plutôt qu’à briller, demandez la libération plutôt que la soumission, demandez la droiture du cœur, la transmutation par l’ouverture du Cœur christique plutôt que l’accumulation d’informations visant à servir votre ego, demandez à développer votre pouvoir créateur plutôt que de copier les éléments de la Lumière pour paraître et pour cacher vos véritables intentions de conquérant. 

Lorsque vos extensions se seront présentées au 1er portail de rédemption, elles seront conduites tout simplement vers l’enseignement Melchizédech. Cet enseignement, vous le rencontrerez à travers les initiations que la vie vous proposera, car la vie est trinitaire, elle porte l’intelligence de la Source, l’amour de la Source, l’unité de la Source.

Entre le 2ème et le 3ème portail, dès que vous aurez cette connaissance des lois de vie, vous passerez l’initiation du choix. Utiliserez-vous cette connaissance pour briller, pour vous servir et asservir dans la conscience du plexus solaire ou utiliserez-vous cette connaissance dans la conscience du Cœur christique au service du bien commun sans aucune intention personnelle ? Serez-vous dans cette conscience de l’impersonnelle personnalité ? Aurez-vous cette foi pour vous laisser conduire par votre Divine Présence Je Suis ? Accepterez-vous l’autorité des Maîtres d’Ascension ? Si vous ratez l’initiation du choix et que vous utilisez la connaissance pour servir vos intérêts personnels et limités, vous vivrez le recyclage cellulaire et vos résistances vous apporteront douleur, tristesse, enfermement. 

Chères âmes, il n’est jamais trop tard pour aller vers la rédemption. Vous ne pouvez pas rédempter les familles involutives tant que cette rédemption ne commence pas par vous-mêmes, par vos propres systèmes énergétiques cellulaires, par votre propre conscience. Il peut y avoir des éléments tellement toxiques en vous, dans votre structure émotionnelle, que vous ne pouvez même pas nommer vos ombres et à cause de cela, vous projetez vos ombres sur les autres et vous vous nourrissez d’émotions toxiques. Cela est un comportement dracos. 

Alors je vous le dis, le seul antidote est de développer l’humilité du cœur. Acceptez pleinement que vos ombres sont juste des parties de vous, mais ne sont pas « vous » en réalité. En réalité, votre Essence n’est pas celle qu’on a voulu vous faire croire, elle est au-delà, elle est l’amour de la Source Originelle Première. Acceptez l’enseignement unitaire des Maîtres ascensionnés, acceptez la rédemption, acceptez le recyclage cellulaire et rejoignez la véritable expression de la vie. La vie est expansion, la vie est amour, la vie est lumière, la vie est unité. 

Humains de la Terre, votre devoir est d’ascensionner. A travers l’ascension planétaire, l’ascension d’une partie de cette humanité, d’autres humanités pourront espérer suivre le même chemin. Vous participez au grand nettoyage des multi-univers. Soyez donc conscients de l’importance de votre incarnation terrestre et oeuvrez dans cette intention de solarisation des mondes. 

Soyez remerciées, chères âmes, pleinement remerciées, guidées et inspirées par votre Divine Présence Je Suis.
OM SHANTI CHAYA christalchayalivre1_ts

http://christalchaya.com/

Les enseignements de Maitreya

 

images (7)Ceux qui ont lu les autres livres de Benjamin Creme et ceux qui ont assisté à ses conférences savent que son thème central est la réapparition dans notre monde de l’Instructeur du monde, le Seigneur Maitreya, et d’un groupe d’hommes eux aussi parvenus à la perfection, les Maîtres de Sagesse. Cet être de lumière attendu par toutes les grandes religions est l’Enseignant de toute l’humanité ; il nous indique la voie de la vérité, celle qui amènera les hommes à briser les chaînes du conditionnement dont nous sommes esclaves.

Les trois principes centraux de ses enseignements sont l’honnêteté mentale, la sincérité de cœur et le détachement. L’honnêteté mentale est nécessaire afin qu’il n’y ait pas de décalage entre ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons, que nos pensées, paroles et actions ne soient pas en conflit, mais cohérents. La sincérité de cœur signifie simplement que l’on doit être soi-même. Combien de fois nos paroles et nos actions ne sont-elles pas colorées par le fait que nous désirons faire bonne impression ou que nous recherchons une faveur, d’une manière ou d’une autre ? « Voilà le manque de sincérité dans lequel vivent la plupart des gens,écrit B. Creme. Combien de personnes sont-elles réellement, totalement, entièrement elles-mêmes ? » (p. 76) Enfin, le détachement. Dans quelle mesure nous préoccupons-nous ou non de la façon dont les autres nous voient, de ce que les autres pensent ou disent de nous, de la question de savoir s’ils nous aiment ou non, et ainsi de suite ? Si nous sommes vraiment détachés, nous ne serons pas conditionnés, et ne serons pas touchés par les conséquences du conditionnement des autres ou du monde en général.

Ces idées sont « simples en essence », comme le dit B. Creme, mais elles exigent néanmoins effort et discipline pour être mises en pratique. Elles constituent aussi la voie par excellence pour suivre son chemin entre les paires d’opposés, trouver un équilibre créatif entre les impulsions de l’âme et l’attraction de la matière, dont nous sommes tous victimes. La pratique persistante de ces principes permet également de déblayer la voie devant l’intuition, cette faculté de l’âme, pour qu’elle ait beaucoup moins d’obstacles à surmonter dans son fonctionnement.

A l’heure actuelle, l’humanité est spirituellement fragmentée. Le fonctionnement du mental conscient est entravé par des impulsions, des positions de principe non analysées et des conflits non résolus provenant du subconscient suite à des conditionnements ou à des expériences incorrectement conduites. En conséquence de quoi, chez la plupart des gens, le corps astral, aussi appelé corps sensible ou émotionnel, qui devrait être aussi calme que la surface d’un étang immobile pour refléter les perceptions provenant des aspects supérieurs de notre conscience (Bouddhi, ou conscience de l’âme) ressemble plus souvent aux eaux d’une mer agitée en hiver. Cette condition peut être améliorée par la méditation, l’auto-hypnose ou d’autres formes de pratiques spirituelles. A mesure que les enseignements de Maitreya s’ancreront dans le monde, et que les pratiques spirituelles contemplatives se répandront, « à terme, la pensée, le mental rationnel, l’ordinateur, tombera au-dessous du seuil de la conscience [où se trouve aujourd'hui le subconscient], et nous saisirons les choses immédiatement par intuition et connaîtrons la réponse sans réfléchir. Nous saurons, parce que nous saurons, parce que nous saurons. » (p.137)

Pouvez-vous imaginer un monde où « nous saurons, parce que nous saurons, parce que nous saurons » ? Un monde dans lequel nous n’analyserons pas chaque décision d’un point de vue stratégique, parce que nous n’aurons pas de désir de résultat préétabli, quelles que puissent être les retombées sur les autres ou sur la planète, un monde où nous comprendrons que ce qui est vraiment bon est ce qui est bon pour tout le monde ?

Tel est le monde décrit par Benjamin Creme dans ce qui est pour moi l’un des passages les plus émouvants du livre : « Nous sommes tous en quête d’équilibre. Nous cherchons l’unité, l’équilibre, quelle que soit la manière dont nous le définissons. C’est ce qui nous permet d’être créatifs et heureux. […] Nous n’avons pas de mots pour exprimer ce que nous verrons et connaîtrons alors. Nous n’avons pas le vocabulaire pour décrire les qualités de cette civilisation. Ni pour exprimer les sentiments, les relations qui existeront entre tous les hommes, lorsque ceux-ci se considéreront et se sentiront frères et sœurs d’une même famille, d’une même planète. Cela ramènera les hommes à l’expérience de l’enfance. La maison était la maison. C’étaient vos frères et sœurs qui vous maintenaient sur le droit chemin. Ainsi en sera-t-il. » (p.45) Ainsi les enseignements de Maitreya, qui sont si profonds et dont l’importance nous touche jusqu’au cœur, transformeront-ils complètement, petit à petit, la conscience de l’humanité.

L’illusion

La dernière partie du livre, L’illusion, confère une autre dimension aux informations présentées dans les deux premières. Dans ce qui constituera peut-être une révélation pour certains lecteurs, Benjamin Creme explique que l’illusion est en fait un phénomène qui touche l’âme. Il est lié à la qualité et, encore une fois, au conditionnement des véhicules – mental, astral, physique – que la personnalité fournit à l’âme à tout moment. « Nous fournissons à l’âme un accès vers l’extérieur, mais si nous n’avons pas l’équipement qui convient, l’âme ne peut voir. […] Nous voyons le monde, notre mental enregistre toutes les idées, les formes-pensées, les idéologies, les différents points de vue, et nous essayons d’y trouver un sens. Si ces idées et idéologies nous attirent, nous nous y attachons […] et remplissons ainsi notre mental d’illusions. Nous nous comportons de telle façon qu’il est impossible pour l’âme de voir clairement, véritablement, sans entraves, à quoi ressemble réellement le monde. » (pp. 161-162)

Cela nous mène à un paradoxe auquel nous devons, un jour ou l’autre, faire face : comment l’âme peut-elle stimuler l’utilisation de l’intuition par la personnalité, si cette dernière, au travers de son appareil mental, a présenté à l’âme une vision du monde chargée de préjugés, d’idées toutes faites ou d’illusions ? Comme c’est déjà le cas avec le conditionnement, toutes ces illusions auxquelles nous tenons tant génèrent une immense disharmonie dans le monde.

Mais B. Creme déclare : « On pourrait croire que l’illusion existe et qu’on ne peut y mettre un terme. Mais en fait on échange une chose contre une autre. On échange l’illusion contre l’intuition. L’intuition, lorsqu’elle est utilisée, fait le ménage. C’est comme un balai qui débarrasse des toiles d’araignées. Tout ce qui entrave l’expérience de la réalité est clarifié et balayé, et on sait. Lorsqu’on sait à partir de l’intuition, il n’existe plus de place pour la moindre illusion. Elle ne se manifeste pas. » (p. 186). Les techniques qui facilitent le développement de l’intuition sont les principes d’honnêteté mentale, de sincérité de cœur et de détachement, en même temps qu’une pratique spirituelle comme la méditation (spécialement la méditation de transmission) et le service de l’humanité dans l’altruisme.

L’épée de clivage

Au niveau planétaire, il existe une force puissante permettant de dissiper le mirage (l’illusion sur le plan émotionnel), le conditionnement et l’illusion. Jésus en a parlé, dans un passage souvent mal compris de la Bible : « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Je suis venu dresser l’homme contre l’homme, le frère contre le frère, et le père contre le fils. » Cette « épée » est l’épée de clivage, qui est une représentation symbolique de l’énergie d’amour. Elle est « brandie » ou libérée dans le monde avec une puissance formidable par Maitreya. « L’énergie elle-même est purement impersonnelle, elle n’est ni bonne ni mauvaise » – elle stimule tout le monde de la même manière – « les bons et les méchants, les altruistes et les égoïstes, les généreux et les cupides etc. » (p. 128) L’effet de cet afflux d’énergie est qu’il met tout en pleine lumière et expose la réalité de la vie sur la Terre dans une clarté crue et irréfutable. Ainsi obligée de constater les effets de sa conduite, l’humanité est appelée, sans se laisser aveugler par le brouillard de l’illusion, à prendre une décision critique quant à son avenir – partager équitablement les ressources du monde pour vivre en paix, dans la fraternité et la vraie justice, ou, selon les paroles de Maitreya, « connaître l’anéantissement ». Maitreya est certain que nous ferons le bon choix.

L’Art de Vivre met en avant la possibilité d’une forme de vie totalement différente, d’un nouvel éclat dans notre approche de la vie, nous permettant d’utiliser pleinement le potentiel créatif de chaque jour. Il nous donne du même coup un aperçu de ce que c’est qu’être un Maître : lumière, dessein, puissance, grâce, raffinement, qui font de la vie d’instant en instant une œuvre d’art extraordinaire. Pour nous, le voyage continue, avec l’indispensable discipline qui, même si elle est difficile à certains moments, vaut pourtant la peine. Tel est le processus par lequel nous évoluons et dont, par le simple fait de notre existence sur cette planète, nous sommes, chacun à notre façon, les artisans.

Il y a bien d’autres passages, bien d’autres visions à savourer dans ce livre. Lui-même peintre connu de longue date, B. Creme nous propose une description délicieuse du processus artistique : « Tout peintre, tout compositeur recherche l’harmonie. […] Il ne considère son travail comme terminé qu’une fois qu’il est parvenu à un sentiment d’achèvement. Comment sait-il que son œuvre est finie ? […] C’est lui qui décide quand arrêter. Il sait quand le moment est venu. C’est lorsque l’œuvre créée obéit sous toutes ses facettes aux lois qui permettent à l’art d’exister et de s’exprimer, et ce, par sa vie-même et ses vibrations. » (pp. 27-28)

Il est difficile d’imaginer qu’un ouvrage de 200 pages puisse être aussi riche et aussi chargé de sens. Cette capacité de Benjamin Creme à expliquer parfaitement des idées complexes, à clarifier et à élucider des concepts profonds avec une précision absolue, sans porter atteinte à leur essence, se retrouve dans tous ses livres. Pour ceux qui désirent comprendre quelques-uns des aspects les plus subtils du sens de la vie sur cette planète, ce petit livre ne saurait être trop recommandé.

La guérison et la santé : la trinité

images (11)Maitreya dit: « Je vous ai donné un mental, un esprit* et un corps afin d’exprimer Mon Etre et Mon Devenir, en pensées, en paroles et en actions. Soyez honnêtes dans votre mental (ce qui est la nourriture naturelle du mental), soyez sincères dans votre esprit (ce qui est la nourriture naturelle de l’esprit) et nourrissez votre corps physique avec de la nourriture appropriée. » [Partage international, septembre 1988] 

* En anglais, spirit. Ce mot, particulièrement difficile à rendre en français, signifie notamment ..  » force de vie qui anime le corps des êtres vivants », et « le principe émotionnel fondamental qui motive l’activité d’une personne ». Sa traduction par esprit (au sens de « principe de vie ») est donc approximative, et n’est utilisée dans ce texte que faute d’un terme plus adéquat (NdT). 

La vie est constituée du mental, de l’esprit et du corps. Si le corps physique est affamé, il s’affaiblit et devient malade. Si le corps spirituel est affamé, la personne s’étiole et meurt. Si le véhicule mental est affamé, l’individu ne sait plus quelle direction prendre dans la vie. 

L’honnêteté, la sincérité et le détachement constituent la nourriture normale du mental, de l’esprit et du corps. Si l’évolution naturelle de ces corps est retardée ou entravée par des lois humaines, il s’ensuit toujours des conséquences désastreuses. [PI, jan./fév. 1990] 

Maitreya dit: « Les forces du marché génèrent des richesses au dépend de millions de personnes qui meurent de maladies provoquées par les produits chimiques contenus dans la nourriture. » [PI, juillet/août 1990] 

L’homme n’existe pas seulement sur le plan physique mais également sur les plans mental et spirituel. L’homme a travaillé très dur, a créé un confort matériel, a élaboré des connaissances, mais il a peu prêté attention aux corps mental et spirituel. La faillite spirituelle dans le monde est source de souffrance par maladies, alors que les catastrophes sur le plan physique telles que les tremblements de terre, les explosions ou les meurtres, proviennent de dérèglements existant sur le plan mental. [PI, jan./ fév. 1990] 

Selon Maitreya, de nombreuses personnes, dont celles qui détiennent le pouvoir, ne soupçonnent pas l’existence d’autres dimensions que celle du plan physique. Elles pensent que le monde est gouverné par des lois physiques. Maitreya a demandé : « Qu’en est-il alors des lois contrôlant le plan physique ? » [PI, mai 1990] 

Maitreya déclare : « Pratiquez le détachement dans votre mental, votre cœur et votre corps. L’harmonie entre le mental, le cœur et le corps sera ainsi rétabli. Vous vous trouverez alors guéri. Le sida disparaîtra. » [PI, juin 1988] 

La science moderne ne s’occupe que du monde physique et refuse d’accepter les réalités du mental et du spirituel. Cependant, même un chirurgien qui opère un patient doit attendre le retour à la conscience de ce dernier pour savoir si l’opération a réussi. Où cette conscience s’en est-elle allée ? D’où vient-elle ? Il n’en a aucune idée. Pourtant, là est le secret de la vie, a déclaré le collaborateur de Maitreya. Lorsque Jésus était vivant, il n’avait pas besoin de laboratoires pour accomplir des miracles et des guérisons. Comment les a-t-il réalisés ? Il le fit grâce à la conscience de la présence de l’Etre suprême autour de lui. C’est cette conscience qui lui permettait d’utiliser les pouvoirs de la création afin de soulager la souffrance du monde. Maitreya a déclaré : « Je me tiens derrière vous. Devenez conscients de mes pouvoirs, et utilisez-les afin de soulager, d’enrichir et d’améliorer vos vies. » [PI, mai 1990] 

De nombreuses mères et leurs bébés sont maintenant atteints du sida. Selon Maitreya, leurs gênes se sont modifiés. Ce type de mutation du corps prend naissance dans le mental, qui peut donc être à l’origine de mutations génétiques. Le corps physique n’est pas l’unique victime. Votre corps est contrôlé par l’esprit (ou aspect de pouvoir) qui, à son tour, est contrôlé par le mental. Le mental est contrôlé par « l’Atma », le Soi, également considéré comme la conscience. Bien que le corps physique puisse ne pas avoir de contacts sexuels directs, si le mental s’abandonne à des activités destructrices, il peut affecter le corps physique et générer des maladies. Si des mutations génétiques se produisent, elles peuvent affecter le bébé. Lorsque le mental et les « corps » spirituels (les structures énergétiques) sont malades, le corps physique en est affecté. [PI, jan./fév. 1991] 

Lorsque vous expérimentez le Soi intérieur et que vous commencez à reconnaître que vous êtes une entité immortelle, totalement distincte du mental, de l’esprit et du corps, vous apprenez à utiliser ces temples du Seigneur de manière créative, en toute conscience. Des guérisons en découlent automatiquement. C’est la raison pour laquelle Maitreya a déclaré que même les individus atteints du sida seront guéris par l’intermédiaire de la prière ainsi que de la pratique de l’honnêteté du mental, de la sincérité de l’esprit et du détachement. [PI, décembre 19881] 

Beaucoup de malades atteints du sida ont rejoint des groupes bouddhistes, ou d’autres centres, et ont appris la conscience du Soi grâce à la méditation. Ils ont appris de cette manière à discipliner le mental, l’esprit et le corps, et à capter les pouvoirs du Soi pour se guérir eux-mêmes. Finalement, ce type d’autodiscipline aidera les chômeurs, ainsi que ceux qui ont sombré dans le crime et la toxicomanie. Le chaos, la corruption et le crime connaîtront une récession dans la société, les individus devenant plus heureux et en paix grâce à l’apprentissage du contrôle de leurs vies à travers la conscience du Soi. (PI, juin 1990] 

Les enfants d’aujourd’hui sont capables de comprendre la relation existant entre le Soi et le mental, l’esprit et le corps, plus facilement que les adultes ne l’imaginent. Même un enfant maltraité, un enfant qui a été malmené et qui n’a personne vers qui se tourner, peut être guéri grâce à cette compréhension. Il peut reconnaître et éprouver que ce qui a été maltraité, que ce soit dans le mental, dans l’esprit ou dans le corps, n’est pas le Soi véritable. [PI, décembre 19881] 

Maitreya a fait don de l’art de guérir à différentes personnes [...] qui ne savent même pas écrire leur nom. Guérir de cette manière ne nécessite pas d’avoir reçu une éducation académique, mais dépend de la conscience de l’individu. [PI, jan./fév. 1990] 

Les véritables guérisseurs spirituels permettent ainsi au Seigneur de travailler par leur intermédiaire, mais restent détachés à la fois de la cause (la volonté du Seigneur) et de l’effet (la guérison d’un individu particulier). C’est la raison pour laquelle il est important de rester détaché à la fois du succès et des échecs. Certains sont guéris, d’autres ne le sont pas. Si vous ne réclamez rien pour vous-même, l’orgueil ne peut s’épanouir et tout est alors orienté selon la loi spirituelle. Ce n’est pas vous qui guérissez, c’est le Seigneur qui guérit. Le Soi connaît ce principe. Pratiquez avec détachement et laissez au Seigneur la charge des conséquences. [PI, décembre 1988] 

Si vous allez répandre cette déclaration à propos de l’honnêteté du mental, de la sincérité de l’esprit et du détachement à quelqu’un dont les mains sont encombrées, que va-t-il se passer ? Cela va lui échapper, car son attention est ailleurs. Mais s’il y a un réel désir de la part de l’individu, alors vous le guérissez. Cette pratique est appelée la « guérison automatique » ; il s’agit d’un art ancien. [PI, juin 1988] 

Les individus venant afin de recevoir de l’aide feront soudain, intérieurement, l’expérience de « cela », c’est-à-dire de la conscience. Grâce à cet événement intérieur, ils éprouveront alors un soulagement. L’idée étant que, une fois ce processus mis en action, les individus participeront eux-mêmes de manière active à l’élaboration de solutions à leurs problèmes. [PI, juin 1989] 

Le végétarisme est le régime alimentaire futur des êtres humains. Manger des viandes rouges, indigestes, engendre des habitudes autodestructrices en accentuant l’instinct animal. Adopter un régime plus léger, constitué de légumes, mais qui peut aussi inclure des oeufs, du fromage et du poisson, augmente la conscience de soi de l’individu. Observez les Etats-Unis, le pays le plus gros consommateur de viande au monde, a souligné le collaborateur de Maitreya. Ils connaissent un grave problème de criminalité et sont obsédés par les armes. [PI, juillet/août 1990] 

Les explosions nucléaires perturbent les éléments de la nature. Les individus dont l’équilibre du mental, de l’esprit et du corps est fragile peuvent être poussés dans leurs derniers retranchements par la perturbation de la structure atomique. [PI, décembre 1988] 

Lorsque vos karmas (vos activités conditionnées) vous heurtent, vous voulez les repousser, exactement comme si en apercevant quelque chose d’inattendu, vous fermiez les yeux. A cet instant, il se produit un effet sur le corps physique. A l’instant où vous devenez conscients (par la compréhension) que ce que vous avez vu n’est pas dangereux, vous commencez à regarder. Votre conscience vous pousse à regarder et vous commencez à expérimenter un état de conscience qui fait disparaître la peur. De l’intérieur, quelque chose a déclenché la première réaction. Ceux qui savent, de l’intérieur, déclencher des réactions dans un organisme, peuvent également rétablir les schémas de la vue de l’intérieur. Si vous ôtez l’état de choc, alors la personne recouvre la vue. [PI, décembre 1991] 

Une nourriture appropriée pour le corps contribue à l’élargissement de la conscience, permettant au Soi et au corps de travailler ensemble. [PI, juin 1989] 

* En anglais, spirit. Ce mot, particulièrement difficile à rendre en français, signifie notamment « la force de vie qui anime le corps des êtres vivants », et « le principe émotionnel fondamental qui motive l’activité d’une personne ». Sa traduction par esprit (au sens de « principe de vie ») est donc approximative, et n’est utilisée dans ce texte que faute d’un terme plus adéquat (NdT). 

 

Source : http://taraquebec.org/m-enseigne.html#Partage

 

Devenir conscient de la Merkabah

 

images (2)On ne peut devenir conscient par des moyens quelconques de ce qui est éternel et qui existe sur une autre dimension. Aucune répétition de techniques mécaniques en vue d’élever le niveau vibratoire d’une personne ordinaire ne peut atteindre la Surnature. Il n’est pas nécessaire d’être très éclairé pour comprendre qu’il y a des lois universelles qui protègent les valeurs sacrées de toute profanation. Aujourd’hui, l’être humain est d’une arrogance si démesurée qu’il estime qu’il est en  droit de tout savoir sans rien payer (de sa personne).

Donc, on ne devient pas conscient de la Merkabah en méditant sur notre divin nombril ou en récitant des mantrams en sanskrit ou en hébreu. Le vaisseau spirituel qui est enlisé dans notre dimension ne reconnaît pas nos codes car il est programmé dans un langage inviolable. Il faut d’abord réparer la rupture causée par l’accident originel.

N’est-il pas logique de remettre d’abord en état un véhicule accidenté avant d’essayer de le faire redémarrer ? Il y a un effort à fournir, et en l’occurrence, c’est l’égo qui doit se sacrifier.

Nombre de chercheurs de vérité s’enferment dans des systèmes cristallisés alors qu’ils ont au départ le désir sincère d’atteindre la libération. Innombrables sont les appelés mais où sont les élus ? Ce problème provient de la difficulté pour l’être humain, conditionné par les systèmes de pensée, de se représenter de manière simple le but de la vie. Il  a étudié les doctrines spirituelles et parfois il a pratiqué des techniques en vue d’un certain résultat, mais on ne lui a pas fourni les bonnes informations sur sa véritable nature. Alors, il a erré et s’est mille fois perdu dans la jungle des idées et des théories. Pourquoi cette quête sans fin ?

Il faut que l’être soit prêt à recevoir l’information ultime. Cette préparation exige beaucoup d’efforts, antérieurement accomplis, et ces expériences souvent pénibles ont rendu le coeur-conscience réceptif à des rayonnements universels plus subtils. Le système de la Merkabah est ainsi touché, à travers l’ouverture de notre coeur, et rien ni personne ne peut forcer ce processus.

Il faut savoir que l’univers est un corps électromagnétique multidimensionnel où tout ce qui existe est relié. Toutefois, il y a des zones déconnectées du cœur central où l’énergie divine ne peut plus pénétrer à cause du taux vibratoire trop ralenti. Le contact est si ténu avec ces zones rejetées en périphérie de la lumière centrale qu’on pourrait croire que ces zones n’ont simplement pas de réalité. C’est pourquoi l’attention des êtres divins n’est pas attirée par ces mondes tombés, tout comme nous ne sommes pas très intéressés par la vie des paramécies ou d’autres espèces microscopiques.  Or, nous ne sommes pas des paramécies, mais nous disposons heureusement d’un organe émetteur psychique qui peut envoyer des messages à travers l’espace. C’est à la suite d’une accumulation considérable de SOS émis à partir de la détresse de millions de cœurs qui ont prié pour un secours pendant des millions d’années que notre problème a été pris en compte. Mais il ne faudrait pas trop s’imaginer que nous sommes la cible d’une attention particulière car rien dans notre comportement bestial, primitif et égocentrique n’attire la sympathie des races angéliques, ni même des civilisations plus évoluées. Toutefois, des êtres de compassion ont capté notre appel et un plan de salut a été mis en place pour nous aider, pour autant que le karma l’autorise.

L’accumulation de nos signaux de détresse et de nos soupirs de douleur a formé une constellation, une nuée électromagnétique, à partir de laquelle il est possible à de grandes intelligences cosmiques d’émettre un signal en retour. Ce signal est la force en réaction à notre propre appel. Il ne peut pas être plus intense ou plus faible que l’émission d’origine, au vu de la précision des lois universelles.

C’est ainsi qu’il faut comprendre le salut et la rédemption. Nous en sommes les artisans. Il est hors de question qu’un « sauveur » vienne nous tirer miraculeusement d’affaire, car on peut seulement nous renvoyer la charge de compassion contenue dans l’appel que nous avons émis. Cela signifie qu’aucun salut de type messianique n’aura lieu sur cette planète. Si un tel évènement se produisait selon les apparences visibles, il s’agirait d’un intervention politique pour nous subjuguer, en complète violation des lois universelles. Le salut doit émaner de nous.

C’est pourquoi, malgré les promesses vaines des religions pour nous faire mijoter dans l’espérance tout en nous tenant ainsi sous contrôle, il n’y a pas de rédemption miracle. Ce que les hommes appellent Christ (ou grand avatar) est la réponse compatissante en retour de notre signal de détresse. Ce grand esprit collectif a pris la charge de stimuler et de structurer notre auto libération en venant sur terre à de nombreuses reprises depuis le fond des  temps, sous des noms de dieux divers, pour y confirmer et sceller la force de libération que nous avons nous-mêmes engendré.

On prétend que la constellation où nos prières se seraient accumulées est celle des Pléiades d’où l’activité constatée dans cette zone céleste comme en témoignent certains mythes antiques.

La porte des Pléiades pourrait être le chemin par lequel nous sommes arrivés jusqu’ici, mais il faut se représenter ces choses de manière intérieure car les Pléiades astronomiques ne sont qu’une illusion d’optique à partir de notre point d’observation et de conscience matérielle actuelle.

La Bible mentionne les Pléiades comme les mondes EDENIQUES de KIMAH (Livre de Job/ version hébraïque) et la mythologie grecque les appelle les Sept Sœurs. La principale étoile de cet amas d’astres dans la constellation du Taureau est Alcyone qui est mille fois plus brillant que notre soleil. On prétend également que nombre d’entités incarnées sur la terre en proviennent, et qu’ils sont par conséquent des humains-pléiadiens. Ils se distinguent par l’originalité de leurs travaux au service de l’humanité car ils ne sont là que pour faire avancer l’œuvre de délivrance.

Il y aurait beaucoup à dire sur les mythes autour des Pléiades dans les cultures anciennes.

Il faut s’ouvrir à la merveilleuse dispensation salvatrice que nous avons appelé de nos vœux et qu’il faudra finaliser concrètement, au lieu d’en rester à des rêveries spirituelles. Cette réalisation implique de prendre conscience de ce que nous sommes, non à la manière orientale qui parle du Soi évanescent, mais en intégrant la réalité de la Merkabah qui a été ignorée des enseignements spirituels aujourd’hui obsolétes. Il faut donc d’abord se débarrasser des idées fausses.

Comment s’ouvrir à la conscience de la Merkabah mutidimensionnelle ? Peut-on étudier la technologie sacrée du vaisseau céleste comme on étudierait une science physique ? Si les méditations planantes et les techniques ésotériques ne servent plus à grand chose, que peut-on faire pour s’élever ?

Les grands instructeurs spirituels du 20 ° siècle l’ont clairement affirmé : il faut une mutation radicale, une conversion absolue de notre vie intérieure. Sinon, nous continuons à tourner dans la cage de l’évolution qui revient au point de départ, un cycle après l’autre.

Pour les êtres qui n’ont pas encore effectué les protocoles préliminaires d’une reconnection avec la source d’information universelle, le programme interne de l’atome germe du cœur n’est pas encore assez sensible aux influx qui lui parviennent depuis l’espace de l’univers interne. Sa conscience demeure attachée à la représentation spatio-temporelle extérieure.

Il est probable que ce que nous racontons ici lui paraisse déraisonnable ou incompréhensible. S’il est un chercheur de vérité sérieux, il a déjà enregistré les données de la spiritualité conventionnelle qui parle de « s’unir au soi supérieur » ou un discours similaire. Or, cette phraséologie floue dissimule un grave malentendu. Il faut toujours se dire que ce qui est enseigné à haute voix sur les places publiques ne peut pas être la vérité. C’est au mieux une approche.

En ce monde, « la vérité n’a pas de pierre où reposer sa tête ». La connaissance de la Merkabah est un secret ultime qui n’était révélé qu’aux initiés s’étant préparé au « Retour vers le Père », ce qui signifie, que ce mystère ne s’ouvrait que pour ceux qui avaient accompli la mutation de conscience qui permet de se relier au champ électromagnétique de la Surnature. Cette conversion énergétique est sous jacente dans les conseils de la sagesse traditionnelle, du point de vue moral et psychologique, mais cette sagesse est adaptée à l’égo qui y voit un tremplin pour son propre développement. Il n’y a rien de mal à cela. Ce développement peut mener jusqu’au contact avec le soi disant « moi supérieur » qui est le surmoi subconscient, que les enseignements orientaux décadents de « l’âge noir » confondent avec le véritable Soi divin. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui la « réalisation du soi » qu’on propose en pochette surprise, généralement à l’appui d’une discipline de méditation yoguique ou védantique. La plupart des gourous indiens et asiatiques sont sur cette voie, chacun  selon son niveau et sa sincérité. Mais la sincérité n’est pas la vérité. Ne vous attendez pas à ce que ces maîtres vous montrent comment devenir conscient de la Merkabah car ils n’ont pas connaissance de la réalité structurelle du vaisseau de l’âme. Ils peuvent au mieux interpréter cette idée selon les connaissances du yoga ésotérique au sujet des corps subtils. C’est pourquoi le new age a confondu le corps causal qui est l’enveloppe aurale bien connue des théosophes occultistes, avec la Merkabah.

La merkabah immortelle n’est pas soumise au processus d’évolution dans le temps. On ne peut donc pas la « développer » à force de visualisations. Elle n’est pas sur notre dimension, et on ne peut donc pas la contacter par des techniques aussi ésotériques soient-elles. Il faut apprendre la méditation attentive.

Par contre, l’esprit peut s’éveiller à la conscience de la Merkabah lorsque le cœur reçoit de l’intérieur des informations en réponse à son désir de délivrance. Ces informations de nature électromagnétiques subtiles reprogramment le système actuellement en panne. Il faut pour cela que l’avidité égocentrique ait fait place à un attitude nouvelle, de réelle ouverture, de bonté, et de détachement des ancrages lourds de l’existence incarnée. Il n’y a rien à accumuler mais il faut plutôt s’alléger de tout le superflu. Sur ce chemin, tout ce qui n’est pas strictement nécessaire au voyage est un fardeau inutile qui doit être déposé – c’est le lâcher prise. En cela, la sagesse traditionnelle dit vrai. La simplification de l’existence pratique, la mise en veilleuse du cinéma émotionnel et psychologique, et surtout l’intensification constante du désir de Retour, forment la base de ce qu’il faut accomplir.

De nombreux chercheurs sont bien orientés, mais ils manquent encore de confiance. Ce doute provient de l’ignorance de la réalité de la Merkabah individuelle. Savoir, au moins théoriquement, que le vaisseau de notre âme attend qu’un conducteur en reprenne les commandes, c’est se reconnecter avec le programme de notre système. Ce n’est certes pas encore l’accomplissement, mais cela en constitue le stimulant à l’allumage, c’est à dire le désir de partir en voyage vers la source de l’univers. Sur cette base, il est bien plus facile de comprendre la nécessité d’une mutation et d’intégrer les données nécessaires à une transmutation de notre organisme jusqu’à l’état que les hermétistes ont nommé « le corps de gloire ». Cette transmutation de l’organisme mortel en un double immortel peut prendre du temps, mais le commencement est déjà un accomplissement.

Lorsqu’un nouveau corps de pure essence énergétique est engendré sur le canevas de notre forme physique atomique, alors, la Merkabah va disposer d’un conducteur à sa mesure, capable de s’élancer vers les dimensions de l’univers interne dans une grande liberté de mouvement. C’est pourquoi ceux qui parlent de « mutation de conscience » devraient concevoir à quoi cette mutation doit aboutir concrètement. Il faut un programme clair et précis pour un résultat en concordance.

Le but de la vie est d’accomplir le voyage de retour vers les dimensions intérieures de l’univers absolu. Pour cela il faut un véhicule : nous l’a         vons déjà, c’est le vaisseau Merkabah, ainsi nommé traditionnellement d’après la science secrète des sumériens dont la civilisation connue sur notre dimension terrestre fut une porte de retour vers l’origine. Sumer est la base spirituelle interdimensionnelle reliée aux Pléiades, les mondes édéniques d’où afflue l’énergie divine féminine de la « mère » qui veut restaurer son enfant dans sa condition d’homme-dieu. (l’aide est prodigué par l’aspect « maternel » du divin en réponse à l’appel de l’enfant perdu)

La Merkabah aurait donc sa source énergétique dans les Pléiades. Lorsque le vaisseau se réanime, toutes les constellations s’illuminent aux yeux de l’âme sur la voûte du ciel intérieur de la Merkabah. La tradition fixe le nombre de constellations majeures à douze en raison de la structure du cercle des douze foyers stellaires internes. L’astrologie n’est donc qu’une projection extérieure, mais dans le futur la science des astres redeviendra une astrosophie intérieure.

« Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre, car l’ancien ciel et l’ancienne terre avaient disparu » (Livre de l’Apocalypse). Cette parole exprime l’idée que notre ordre ancien devra laisser le champ à l’ordre universel. Il est donc vain de poursuivre un idéal terrestre déconnecté de notre origine, car cette planète n’a pas d’enregistrement sur les tables de l’éternité. Il faudra en partir un jour.

Lorsque les « prophètes modernes » nous incitent à prier et à nous unir pour « sauver le monde », il s’agit d’une diversion puérile, car ce n’est pas le monde mortel qui doit être sauvé. La terre (notre corps provisoire) passera et les cieux (les cycles) passeront.

La terre sacrée c’est notre corps spirituel dont notre conscience est le firmament intérieur qui est comme la coupole du vaisseau merkabah. Les anciens hindous ont nommé ce ciel intérieur « Lipika ». La Lipika est la voûte céleste intérieure par laquelle le conducteur de la Merkabah s’oriente à travers les dimensions de l’univers. Lorsque nous regardons le ciel par une nuit étoilée, c’est l’apparence projetée au dehors de notre ciel interne que nous contemplons. Ce ciel est l’image extérieure de la Lipika étoilée. Chaque point lumineux est un foyer magnétique qui diffuse un certain type d’information énergétique. Lorsque l’être s’engage dans le retour vers les univers multidimensionnels de l’univers interne, il peut régler sa marche en direction de ces foyers lumineux – univers inconnus qu’il est libre d’explorer. Imaginer cette liberté spirituelle totale c’est réaliser également la nature tragique de notre emprisonnement dans la dimension formelle. Pour ceux qui sont issus de la racine de la « volonté de Caïn », l’aspiration au grand large se manifeste par un désir irrépressible d’inventer des moyens d’évasion en relation avec l’expérimentation la plus téméraire. A l’opposé, pour les âmes qui sont de la racine de la « lumière d’Abel », cette aspiration prend une forme religieuse et dévotionnelle en relation avec la magie de la lumière comme on le voit dans l’engouement actuel pour les apparitions astrales lumineuses.

S’ils veulent retrouver la science et la puissance (Caïn) et la lumière paradisiaque (Abel), les deux types humains doivent apprendre à réanimer la Merkabah.

Sinon, la connaissance mentale de l’un est aussi vaine que l’amour sentimental de l’autre.

La technologie sacrée de la Merkabah repose sur des processus électromagnétiques très complexes dont nous n’avons aucune compréhension dans l’état actuel des découvertes et des rares révélations sérieuses. Il faudrait observer le système à partir d’une clairvoyance supérieure, tenant à la fois de la rigueur du physicien et de l’intuition du mystique. Certains disposent de ces qualités mentales et spirituelles, mais il leur manque le pouvoir de clairvoyance adéquat, qui, on l’aura compris, n’est pas du même registre que la clairvoyance occulte, ni de l’ordre de la lecture akashique. De ce fait, parce que nous manquons d’informations « scientifiques » sur la Merkabah, des explorateurs de sensibilité médiumnique s’autorisent à appeler Merkabah ce qui n’a aucun rapport avec le vaisseau divin.

Les gens qui rejoignent les groupes de méditation « merkabaresque », en reviennent inévitablement déçus.

La Bible dit : « Mon peuple se perd par manque de connaissance véritable, la connaissance du Salut ». Mais qui se préoccupe des avertissements bibliques « vieillots » dans notre société de consommation et de zapping ? Pourtant si le candidat à l’initiation de la « Merkabah new age » prenait seulement la précaution de lire – ne serait-ce qu’en français -  la « vision du Char » dans le Livre d’Ezéchiel, il réaliserait que les marchands de Merkabah en solde sont loin du compte avec leur champ aurique en forme de tétraèdre. Attention à la « cristallisation » magnétique !

Nous n’avons pas la prétention d’en savoir beaucoup plus, mais nous voulons inciter à la prudence là où il n’y a pas de rigueur.

La vulgarisation de notions sacrées, a toujours été le signe d’une décadence irréversible dans les civilisations anciennes. Nous ne pouvons certes pas revenir en arrière, car les portes sont fermées. Pour en revenir à quelle tradition  d’ailleurs ? Il faut avancer vers l’ère nouvelle.

Que les spéculations du new age nous soient au moins l’occasion d’une clarification et elles auront servi à quelque chose !

Certains trouveront cet essai de clarification impropre à les conduire à la réalisation dont ils rêvent, et ils voudront malgré tout, faire l’expérience « d’éveil de la Merkabah » qu’on leur propose sur internet ou dans les livres de Drunvalo. Ils voudront essayer de « décoller ».

Il faut qu’ils sachent que le programme de méditation Merkabah n’est pas simplement une erreur de dénomination, mais une emprise spirituelle qui peut être aliénante. 

Les forces lucifériennes ont lancé le programme de la « grille christique planétaire » pour mettre nos corps énergétiques sous tension dans un filet électromagnétique.

A l’aide de méditations canalisées dans un certain sens, et qui cristallisent nos champs magnétiques, on se retrouve « collés » sur la trame collective comme des mouches. Cette mise en réseau planétaire enchaîne les âmes à la grille énergétique inférieure, au nom de « l’amour du monde », bien entendu. 

Notre approche de la Merkabah semblera compliquée et théorique aux esprits avides de « réalisation » et de sensation. 

Quant au chercheur sérieux, il comprendra à la lecture de la « vision du Char d’Ezéchiel » que la Merkabah n’est pas un amusement expérimental, mais qu’il s’agit d’une technologie électromagnétique sacrée.

Dans nul autre domaine la parole « il ne faut pas jouer avec le feu » s’avère plus à propos.

La Merkabah est un « char de feu » électromagnétique, ce feu puissant qui transféra le prophète Elie dans la dimension de l’immortalité.

Pour nous harmoniser en toute sécurité avec ce haut potentiel énergétique, nous devons accomplir certaines procédures de préparation.

La première est d’ordre moral : il faut tisser une combinaison de lumière.

Cela s’effectue grâce aux actes justes qui découlent d’un comportement profondément bon. Si cette bonté authentique s’appuie sur une connaissance des lois universelles, elle ne risque pas de dériver en sentimentalité qui est une parodie de l’amour vrai.

Pourquoi imiter l’amour ? Le Cantique des Cantiques dit : « N’invitez pas l’amour avant qu’il le veuille ».

Le monde est rempli d’imitations mystiques, idéalistes et humanitaristes. Or, la bonté véritable ne consiste pas à porter les maux du monde, mais à retourner vers l’amour absolu en s’allégeant de tout ce qui empêche l’être de déployer ses ailes. 

Certains auteurs spirituels ont insisté sur le sacrifice de soi à la manière du mysticisme de l’ère des Poissons. Mais il n’y pas d’autre sacrifice rédempteur que celui que l’on rend à l’esprit éternel qui est en nous-même, selon le premier commandement : « Tu aimeras Dieu de tout ton cœur ».

Or pour « aimer Dieu », la source interne de notre vie, il faut désirer s’en rapprocher.

La bonté libératrice réside donc dans un désir constant du retour à notre origine divine.

L’amour du monde et de ses créatures n’est qu’une conséquence, et encore faut-il veiller à ne pas être injuste en donnant de la force-amour à des êtres que les lois universelles ont rejeté en périphérie à cause de leur propre volonté de rupture.

Eprouver de « l’amour inconditionnel » pour le plan terrestre et les êtres qui y sont emprisonnés à cause de leur révolte obstinée, ce n’est pas servir l’harmonie universelle.

Seul celui qui s’est délivré de l’emprisonnement terrestre – par une confiance totale dans l’amour  -  peut aider ses semblables en les attirant à un niveau supérieur, et non pas en se laissant capter vers le bas.  

Lorsque Jésus déclare : « Nul n’est bon, pas même un seul », cette leçon indique que malgré tous nos efforts de bonté humanitariste, religieuse et sentimentale, nous sommes encore très loin de la véritable Bonté.

Il faut donc désirer retourner vers la Source  – quelle que soit la manière dont on le formule, selon que l’on est religieux ou philosophe. Dans ce désir de retour réside la véritable bonté dont les fils d’or tissent le corps de gloire sur le canevas de notre forme physique. 

Ce désir de la vie absolue induit une transformation cellulaire et atomique. C’est ce que les anciens initiés ont nommé « le tissage de la robe nuptiale » – le corps de lumière.

Notre aspiration constante à la vérité, attire dans notre être des informations de haute intensité qui reprogramment l’organisme entier dans la direction d’une mutation.

C’est ainsi que se renoue le contact entre l’être incarné et la Merkabah. En l’absence de cet effort, le discours spiritualiste n’est qu’un rêve. 

Donner une orientation totalement spirituelle à notre vie. C’est le principe de la procédure préliminaire pour renouer avec la Merkabah qui est le vaisseau grâce auquel le dieu humain peut reprendre sa place dans la hiérarchie universelle. 

 

Auteur : Yasmine ROONEY – LE PROJET PLEIADIEN – l’Assistance pléiadienne dans le vie humaine. 

Soyez la GUÉRISON que vous souhaitez faire advenir

en vous-même et dans le monde!

 

images (18)Notre humanité vit actuellement un grand moment de son histoire sur Terre : la possibilité de réhabiliter une fois pour toute la partie Divine en chacun de nous! Plus la pression est grande, plus les défis nous paraissent insurmontables, plus la Lumière présente en nous se manifestera de façon fulgurante et éclatante! Tout est parfait!!! 

À plusieurs reprises au cours des âges, des opportunités semblables nous ont été proposées : lorsque l’Atlantide a sombré, quand l’empire romain a chuté, que les blancs ont envahi l’Amérique, que les nazis ont torturé de milliers de juifs… Des civilisations entières ont été disséminées, détruites, rayées de la carte; alors qu’au fond de lui-même, chaque individu concerné croyait que ça ne pouvait arriver « qu’aux autres ». 

Se pourrait-il que, chaque fois, les êtres humains soient confrontés au même choix? Ils doivent faire face à la même décision : devons-nous lutter pour notre survie, tout mettre en œuvre pour préserver la réalité que « nous nous sommes créés » dans la 3D ou devons-nous, tant individuellement que collectivement, élever nos vibrations, constater au plus profond de nous-même que la souffrance et la mort ne sont que des « illusions terrestres » et choisir d’accéder aux plans supérieurs en toute conscience? 

Rappelez-vous cette scène du film (ou du livre) intitulé « La prophétie des Andes » : à la fin, le groupe de « chercheurs de vérité » se retrouve encerclé par les militaires : ils croient que leur fin est proche. Pourtant, un des leurs les incite à se recentrer, à se connecter à l’énergie Divine qui transmute la matière en Lumière et tous s’élèvent dans la 5e dimension, devenant « invisibles » sous le regard de leurs assaillants. Ils ne sont pas morts, ils n’ont pas disparu, ils ont simplement élevé leur conscience et haussé leurs vibrations à un niveau supérieur pour habiter pleinement leurs Corps de Lumière… comme de nombreux autres l’ont fait avant eux : Jésus, Bouddha, etc. 

Peut-être avez-vous entendu parler de ce monastère situé à 100 mètres de l’impact à Hiroshima qui n’a pas été affecté par le souffle de l’explosion nucléaire ayant pourtant balayé tous les autres édifices à des kilomètres à la ronde? Les moines en prière qui s’y trouvaient ont non seulement été épargnés mais, semble-t-il, n’ont souffert d’aucune séquelle! 

Il en va de même pour certaines tribus Incas, Aztèques et Mayas : leurs prophètes et oracles ayant prédit la venue imminente d’envahisseurs assoiffés d’or et de sang, ils se sont réunis dans un lieu sacré, ont béni la terre de leurs ancêtres et, dans un même mouvement de totale acceptation intérieure, ont accueilli l’énergie Cosmique dans tout leur Être, permettant à leur Soi Christique d’habiter toutes leurs cellules vivantes jusqu’à être inondés de Lumière et passer à  « l’étage supérieur » ! 

Le point de non-retour 

Heureusement, ces derniers ont laissé derrière eux un précieux trésor : un calendrier nous avertissant des événements à venir en ce début de nouveau millénaire… une invitation à nous préparer à notre tour pour ce grand « saut quantique » universel et accessible à tous! 

Serait-il possible que des milliers d’animaux (oiseaux, poissons, mammifères) soient déjà passés à l’action? On rapporte que, dernièrement, des faisceaux de lumière bleue ont été aperçus au-dessus de différents petits villages de Chine, d’Australie, du Chili et du Japon constituant un dôme énergétique où nul ne pouvait pénétrer. Puis, les lueurs disparaissaient, emmenant avec elles tous les habitants de ces lieux! Ceux-ci avaient quitté leurs demeures sans laisser de traces, s’évanouissant dans la nature, abandonnant derrière eux leurs repas mijotant sur la cuisinière, leurs animaux domestiques errant dans les rues désertes… 

Hasard? Coïncidences? Mystère inexpliqué? Et si nous pouvions CHOISIR de faire advenir un tel changement de plan de conscience ici et maintenant dans NOTRE propre vie? De ne voir dans les événements mondiaux actuels qu’une ouverture à nous GUÉRIR de nos peurs de l’extermination pour nous ouvrir à l’ultime vérité de notre IMMORTALITÉ DIVINE… 

Si notre corps était constitué à 100% d’énergie Lumineuse, pourrait-il être « assez fort » pour contrer les effets des « radiations » (solaires, nucléaires, HAARP, etc.) qui, semble-t-il, nous menacent? Et si les pseudos « complots » mondialistes n’étaient en fait qu’une incitation « massive » à contacter notre puissance Divine intérieure « de gré ou de force »? Se pourrait-il que les difficultés personnelles ou internationales que nous rencontrons aujourd’hui soient en fait le plus beau cadeau qui puisse nous être offert ici-bas? 

Il est dit dans les écrits sacrés que le présent alignement planétaire ne se produit que tous les 26,000 ans. Choisirez-vous de vous laisser profondément ébranler par les bouleversements « extérieurs » auxquels nous sommes tous soumis, ou déciderez-vous plutôt d’aller voir « en-dedans » les croyances qui ont réellement besoin d’être chamboulées, reconsidérées et métamorphosées… pour que la VÉRITÉ de Celui ou Celle que VOUS ÊTES VRAIMENT puisse émerger dans toute sa splendeur?!! 

Renaître… 

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle naissance, d’un retour à notre nature profonde. Et si, tout comme le héros du film « Avatar », nous avions fait le choix, il y a de cela des éons, de venir « habiter » un corps physique afin d’expérimenter la « matière animée »? Si tel est le cas, nous avons revêtu cet habit de chair et d’os en toute conscience et y avons probablement pris tellement de plaisir que nous avons « oublié » que nous n’étions que des « voyageurs » de passage en ce monde… 

Se pourrait-il qu’au début nous ayons été des « hôtes », des « visiteurs » accueillis à bras ouvert par notre mère-terre, Gaïa, mais qu’en négligeant de se comporter comme tel, en s’appropriant les lieux et en les malmenant pour notre seul profit, nous soyons devenus des « parasites » mettant en danger la vie de cet organisme vivant qu’est notre belle planète? Et si, au contraire, tout avait été magistralement orchestré et que, grâce à nous, Gaïa elle-même se retrouvait « poussée à bout », « pressée » de se transformer et de passer à un autre niveau d’existence? Assisterions-nous présentement à une « mutation globale » de tous les êtres vivants dans ce petit coin reculé de l’espace sans fin?

 Est-ce pour cela que nous observons une recrudescence de la présence d’OVNI dans le ciel de toutes les nations? Nos Frères des Étoiles viennent-ils nous accompagner dans ce merveilleux « accouchement » collectif ou sont-ils tout simplement curieux de voir comment nous nous en « sortirons » en tant qu’âmes, incarnées ou non sur ce plan? 

Toutes ces questions peuvent continuer de vous obnubiler pendant des jours, voire même des mois… jusqu’en 2012 et au-delà! 

Ou encore, vous pouvez CHOISIR de DIRE OUI à l’énergie de Lumière qui ne demande ici et maintenant qu’à vous enrober totalement, à apaiser votre mental tourmenté, à rassurer vos émotions conflictuelles, à recentrer vos corps physique et subtils, à chaque instant, à compter d’aujourd’hui et pour le reste de vos jours… 

Subir ou agir, telle est la question! Être « victime » des événements « extérieurs » et tenter de se « dépatouiller » comme des chèvres enlisées dans la boue… OU prendre le temps de vous arrêter, de vous intérioriser et de RÉHABILITER votre nature profonde : votre SOI DIVIN, intemporel, universel et illimité! 

Opter encore une fois pour le « savoir-faire » et chercher des solutions aux problèmes récurrents de votre existence sur terre (conflits, maladies, guerres, famines…) OU habiter pleinement votre « SAVOIR ÊTRE » : prendre le temps de vous apaiser, vous recentrer, vous pardonner vos erreurs passées et vous ouvrir à l’Amour Divin qui guérit tout, résout tout et métamorphose la chenille terrestre que vous êtes en papillon céleste?!?! 

Que le meilleur soit! 

Se pourrait-il que toutes les expériences passées, le fruit de vos innombrables incarnations en ce monde vous aient justement préparé à ce moment grandiose où votre partie humaine fusionne enfin avec votre partie Lumineuse, Divine, pour « embrasser » tout votre Être ET l’univers qui vous entoure? Cela ne fait-il pas naître en vous une infinie GRATITUDE envers tous les « acteurs » de cette fabuleuse « pièce de théâtre » qui se joue sous vos yeux? 

Et si la meilleure « aide » qui vous puissiez apporter autour de vous était tout simplement « d’ouvrir la voie », de « donner l’exemple »? Plus vous revêtez entièrement votre Corps de Lumière, plus vous rayonnez de confiance, de joie et de paix intérieure; donc, plus vous incitez vos semblables à faire de même et, ainsi, contribuez à illuminer tous les êtres vivants et la planète tout entière! 

VOUS pouvez faire TOUTE la différence! VOUS seul pouvez « guérir » la planète et tous les êtres vivants! Ça se passe ici et maintenant! À chaque INSPIRATION, vous insufflez la Lumière Divine et à chaque EXPIRATION, vous exhalez l’Amour qui guérit et qui élève les consciences pour permettre de nouveau à la PAIX UNIVERSELLE de s’installer ici sur Terre! 

Tous vos Frères et Sœurs de Lumières, tous les Royaumes Célestes, Angéliques et Interdimensionnels célèbrent dans l’Allégresse votre CHOIX de PARTICIPER activement à l’éclosion du nouveau Monde, à l’avènement du Paradis sur Terre… mais surtout, à l’ultime ACCEPTATION, celle de vous ÉVEILLER de ce long sommeil qui les a rendu invisibles à vos yeux… Redevenir enfin Celui-Celle de vous êtes RÉELLEMENT : un Être Christique, un Vaisseau de Lumière incarné dans la matière afin de l’illuminer de l’intérieur pour lui redonner sa véritable « consistance cosmique » illimitée, éternelle, DIVINE! Il suffit de DIRE OUI! Individuellement et tous ensemble, d’une seule VOIX ici et maintenant pour l’Éternité! Qu’il en soit ainsi!

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanc,

aussi disponible sur www.biancagaia.com. Vous êtes invité à faire circuler ce texte

à condition d’en respecter l’intégralité, y compris ces quelques lignes.

Les niveaux de connexion avec votre âme

Pamela transmet Jeshua

Traduit de l’anglais par Christelle Schœttel

jesusChers amis, je suis Jeshua et je vous souhaite une cordiale bienvenue. Nous sommes ici ensemble, et par là, je veux dire qu’il y a une fusion d’énergies qui prend place lorsque nous sommes réunis. Imaginez que l’aspect de vous-même le plus beau et le plus élevé se reconnaisse en l’autre, et qu’il se multiplie grâce à cette reconnaissance. Vous voyez souvent chez les autres leur beauté, leur richesse intérieure, leur raffinement, bien plus clairement et complètement que chez vous. En observant les autres en conscience, vous leur donnez foi et confiance en eux-mêmes.

Donnez-vous maintenant cette appréciation, cette reconnaissance mutuelle. Laissez-la circuler. Laissez-la se manifester. Laissez-la toucher votre âme. Chaque fois que votre âme est touchée, elle descend plus complètement dans la Terre. Quand vous êtes touchés intérieurement dans un instant de reconnaissance, d’appréciation, d’inspiration et d’émotion, votre âme s’incarne davantage dans votre corps parce qu’elle se sent mieux accueillie et chez elle sur Terre. Une interaction a lieu entre vous et votre âme.

Qui êtes-vous donc par rapport à votre âme ? Je vous pose cette question parce que généralement, cette relation n’est pas bien comprise. Certains d’entre vous conçoivent leur âme comme quelque chose d’extérieur à eux, loin au-dessus d’eux. Vous avez alors l’impression d’être insignifiants et de vouloir toutes sortes de choses. Pour vous, votre âme est une puissance extérieure qui peut à l’occasion intervenir en votre faveur, mais vous avez aussi le sentiment d’être plus ou moins à sa merci.

Mais vous n’êtes pas en-dehors de votre âme et votre âme n’est pas en-dehors de vous. L’âme – votre âme – est en vous, ici, en ce lieu, autant que partout où vous allez. Vous faites partie de votre âme. Et bien que votre âme fasse aussi partie de vous, « vous » n’êtes pas toute votre âme, vous n’êtes pas équivalents à votre âme. Il y a une partie de votre âme incarnée en vous, elle vit et circule en vous. Mais il y en a aussi une partie qui n’est pas tout à fait « ajustée » ici, en quelque sorte, une partie qui reste en retrait. Nous pourrions aussi exprimer ce concept en disant que d’un point de vue terrestre, il existe une partie de l’âme trop vaste pour être contenue dans un corps et une personnalité terrestres.

Il y a donc une interaction entre vous et votre âme, alors qu’en même temps, vous êtes Un et semblables. Vous êtes de la même essence, et non-séparés les uns des autres. L’interaction entre vous et votre âme se joue sur la quantité d’énergie de votre âme que vous laissez entrer dans votre vie terrestre. Est-ce une étincelle d’inspiration occasionnelle ? Un aperçu d’une conscience plus vaste ? Ou bien permettez-vous à l’âme de pénétrer plus profondément, plus  complètement et de donner forme à votre existence terrestre d’une manière radicale et immédiate ?

C’est le processus dans lequel vous êtes actuellement, qui consiste à aller toujours plus en profondeur. C’est la fusion avec votre âme par une reddition complète à votre âme. Et personne d’autre que vous ne vous forcera à agir ainsi. C’est un choix délibéré. Vous vous permettez d’agir selon ce que votre âme vous pousse à faire ou à être. Et quand décidez-vous de faire cela ? Vous prenez cette décision à l’instant où vous réalisez qu’il est absolument nécessaire d’agir ainsi, que c’est la seule voie possible pour vous.

Habituellement, cela se passe après une période où vous avez très peu écouté la voix de votre âme. Vous avez essayé d’agir seuls, en suivant votre tête ou des idées reçues de l’extérieur, sous la pression extérieure et la peur. De nombreuses raisons ont fait que vous n’avez pas écouté votre âme et cela vous a détachés de cette voix, elle vous est devenue étrangère.

La plupart d’entre vous ont fini par associer cette expérience avec celle d’être un humain terrestre : être détachés de vos racines, de votre origine cosmique, de votre âme. Le processus d’incarnation devient alors stressant, douloureux. Par conséquent, descendre dans la matière, dans un corps, signifie dire adieu à Ce Que Vous Êtes, à votre origine, quitter votre Foyer. C’est une tâche quasi-impossible, et il est donc naturel que vous ayez la nostalgie du Foyer et que vous vouliez sortir de ce monde où vous n’êtes pas chez vous.

Il existe un chemin unique sur Terre pour chaque personne, mais chacune fera l’expérience d’être coupée un certain temps de la voix de son âme. Jusqu’à ce que vous réalisiez : « Je ne peux plus continuer ainsi. Je suis complètement coincé-e. Quand je vis seulement en suivant ma tête, ma peur, ce qui « devrait » ou « doit » être, j’ai l’impression d’être mort-e à l’intérieur de moi. » Quand vous vivrez ce dilemme très intensément, alors vous vous ouvrirez à une voix différente, à un rappel de Ce Que Vous Êtes réellement. Alors seulement, à un certain niveau, vous suivrez les incitations de votre âme.

L’art d’accomplir cela est de vous ouvrir à ce qui est nouveau et de vous défaire des vieilles notions de sécurité, et c’est souvent très difficile pour les êtres humains. Vous associez cela à un renoncement, au fait d’être au bout du rouleau, et vous éprouvez de la déception, de l’amertume et de la dépression. Mais vous pouvez aussi considérer ce moment de désespoir ultime, quand vous ne pouvez plus continuer comme avant, comme une porte entrebâillée sur de nouvelles possibilités. Vous pouvez maintenant tirer avantage d’une telle crise intérieure pour vous pousser dans une autre réalité.

Cette poussée requiert de la force intérieure parce que juste à ce moment de pur découragement, on vous souffle de faire demi-tour et de vous fier à quelque chose que vous ne connaissez pas encore, quelque chose dont vous n’avez pas encore connaissance. C’est comme si vous aviez un fatras de choses par terre devant vous et que derrière vous, se trouvait une porte légèrement entrouverte, par où vous voyez briller un rayon de Lumière. Si vous restez assis par terre, adossés à la porte, à contempler le fatras, vous éprouverez encore plus de mélancolie et de désespoir. Comment pouvez-vous être certains que cette porte derrière vous peut vous offrir la possibilité de quelque chose de différent, de quelque chose de frais ? Cette certitude que la porte peut s’ouvrir commence à être ressentie quand vous établissez une connexion avec votre âme.

Vous pouvez traverser la douleur et le désespoir de deux façons très  différentes. L’une consiste à être totalement absorbés dedans, c’est-à-dire que toute votre énergie, tout votre esprit conscient, sont portés par les fréquences de la peur, de l’amertume, voire de la haine. Cela colore toutes vos pensées, et à terme, vos émotions et votre corps en seront eux aussi affectés. Mais il existe une autre façon : une contre-force. Dans ces moments-là, vous pouvez prendre conscience de ce qu’il se passe en vous, et ainsi, vous retirer du mouvement descendant. Quelque chose en vous observe cela attentivement, sans juger, à partir d’une conscience plus vaste que votre volonté terrestre, vos idées terrestres, vos idées terrestres, votre éducation, vos peurs et toutes les choses anciennes que vous connaissez du passé.

Votre âme entre alors dans votre champ d’énergie. Il arrive souvent, pour parler franchement, qu’une situation difficile doive se produire pour vous sentir contraints de passer à une autre forme de conscience. C’est précisément au cours d’une crise qu’un changement peut se produire dans votre conscience et que vous pouvez voir les choses à partir d’une perspective élargie.

La conscience qui est en vous devient alors silencieuse et paisible. Ressentez ce silence pendant quelques instants. Mettez votre attention sur un élément de votre vie pour lequel vous n’avez pas de réponse, auquel vous avez déjà pensé maintes fois, que vous avez ausculté sous toutes ces facettes, et dont vous avez souvent éprouvé le contenu émotionnel. À présent, retirez-vous, observez la situation tranquillement, sans vouloir de réponse. Ressentez la présence immédiate d’une certaine paix. C’est cela « renoncer au combat », cela ne veut pas dire que les choses restent en l’état et que rien ne change. Cela signifie que vous créez de l’espace pour ce qui est neuf, et non en faisant l’inventaire de ce que vous connaissez déjà, et en cherchant des réponses et des solutions dans le passé et dans ce qui est derrière vous. L’inconnu, le neuf, le frais, ne peuvent entrer dans votre vie que par le silence, par ce qui n’est pas connu, et par la reddition au silence.

Laissez le silence environnant circuler dans votre corps. En étant ainsi en paix, vous lâchez prise de vos vieilles certitudes, de vieilles idées sur la manière dont les choses devraient être dans votre vie, de convictions auxquelles vous vous êtes accrochés. Permettez-leur de s’envoler comme les feuilles mortes tombent des arbres en automne, tandis que l’énergie de votre âme souffle comme une brise légère dans votre aura. Imaginez que tout ce qui est vieux, tout ce dont vous n’avez plus besoin, tout ce qui a été vécu, traversé et digéré, s’envole gentiment. Quand vous ne savez plus, c’est là que vous lâchez prise plus facilement. C’est ainsi qu’un nouvelle force grandit en vous.

Plus votre champ énergétique a l’air vide et désencombré, plus votre âme peut le remplir. Et de nouvelles idées peuvent y germer dans le silence. Elles ne viennent pas de votre tête, et ne sont pas nourries par votre volonté. Les idées neuves viennent à vous comme ça, sans y réfléchir. Quelque chose prend soudain naissance, il n’est pas nécessaire que cela arrive immédiatement. Dans ce processus, les inspirations et les intuitions émergent librement et naturellement, elles vous nourrissent avec de nouvelles impulsions.

À ce point, je vais vous expliquer quelque chose à propos des niveaux auxquels vous pouvez ressentir votre âme et en faire l’expérience. Nous venons juste de parler de la façon dont l’âme peut se révéler dans le silence, dans la pure conscience. Cette expérience est aussi un sentiment très profond d’être chez Soi, fondé sur une faculté à rester enracinés, à être complètement dans le présent, et à ne pas être distraits par toutes sortes sortes de pensées et d’émotions. C’est l’un des niveaux les plus profonds auxquels vous puissiez avoir accès à votre âme : en percevant sa présence pure.

Cet état de silence a un effet positif immédiat sur votre corps, vos pensées et vos émotions. C’est la puissance curative du silence. Quand vous êtes là, l’âme n’est plus quelque chose au-dessus ou en-dehors de vous, elle est tangible très physiquement, dans la partie inférieure de votre corps, dans votre ventre, vos jambes et vos pieds.

Prenez conscience de votre façon de ressentir votre corps quand votre âme est complètement connectée à vous et quand vous êtes complètement là avec votre âme. Ressentez la solidité de cette connexion, ainsi que la tranquillité et la paix. Cette expérience de paix et de tranquillité – cette profonde paix intérieure – est le fondement de toute connexion avec l’âme. Si cette quiétude paisible n’est pas là, votre connexion avec votre âme n’est pas complète.

Pourquoi est-ce que je vous dis cela ? Parce qu’il y a un autre niveau à partir duquel vous pouvez avoir accès à votre âme et ce niveau est localisé plus haut dans votre champ énergétique. Beaucoup d’entre vous ont des facultés intuitives et sont aussi clairvoyants. À partir de votre sixième sens, de votre aptitude énergétique à tout percevoir dans votre entourage, vous pouvez capter les humeurs et les pensées des autres. Cela peut se faire à partir du troisième œil, ou bien à partir de votre cœur.

Déjà, depuis que j’ai commencé à parler de cela, vous avez peut-être perçu que votre énergie est devenue plus agitée, et qu’elle se dirige vers le haut. La tranquillité s’en est allée. Vous risquez de perdre votre centrage à mesure que vous puisez dans les nombreuses énergies qui vous entourent. Cela arrive aussi lorsque vous vous connectez par l’esprit et le cœur aux idéaux de la future Terre, comment vous aimeriez qu’elle soit et vos visions de l’avenir. Souvent, celles-ci vous élèvent au-dessus de vous-mêmes. Il semble alors y avoir une connexion intuitive avec votre âme, mais en même temps, cette connexion n’est pas complètement enracinée, elle ne se fait pas dans le silence

et la paix dont j’ai parlé auparavant. Vous pouvez être enthousiasmés par ces visions de l’Ère  nouvelle, de l’énergie centrée dans le cœur sur Terre, mais en même temps, être très déçus parce qu’elle ne se manifeste pas dans votre vie aussi vite que vous le désirez, et aussi à cause de toute la résistance et l’opposition présentes dans le monde. Vous êtes donc en décalage par rapport à la société qui vous entoure et c’est comme si vous étiez incapables de vous ajuster à ce monde.

Même si vos désirs et vos ressentis, vos prémonitions de la Nouvelle Terre, naissent d’une connexion avec votre âme, il est important de permettre à cette énergie d’inspiration de descendre complètement dans votre champ d’énergie, dans votre corps et dans votre abdomen. Si vous avez des idées concernant vos désirs pour l’avenir, alors ressentez ces idées et cette énergie du futur dans votre cœur. Ressentez, aussi, le feu qui vit en vous et laissez monter ce feu pour infuser l’énergie plus solidement en vous. Puis permettez à cette énergie du futur renforcée de descendre dans votre abdomen, dans vos jambes et dans vos pieds jusqu’à ce qu’elle devienne silencieuse et calme – jusqu’à ce que vous deveniez silencieux et calmes. À ce moment-là, votre âme et les messages que vous recevez d’elle touchent la Terre. Un flot d’énergie réaliste et enraciné peut alors entrer dans la terre et vous restez complètement en contact avec votre réalité terrestre, tandis que vous restez aussi connectés avec votre âme. Vous avez alors bâti un pont entre les deux.

Je vois que beaucoup d’entre vous, artisans de Lumière, êtes très absorbés par moments dans des visions d’un autre monde, et que vous perdez votre connexion avec ce monde-ci, avec ici et maintenant, qui n’est pas uniquement à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de vous. Vous vous divisez et cela crée des dichotomies entre la Lumière et l’ombre, en vous et entre vous et le monde extérieur. Ces dichotomies sont source de conflit et de tension, au-dedans et au-dehors.

C’est à vous maintenant de relever le défi de renoncer vraiment à l’ancien et d’accueillir le nouveau dans les profondeurs de votre être terrestre, à tous les niveaux : tête, cœur et abdomen. Votre âme ne peut prendre racine sur Terre que si vous lui permettez de descendre au fond de votre être, en bas, au niveau de l’abdomen et du pubis, qui vous connectent à la Terre.

Ressentez le silence et la paix présents quand vous laissez derrière vous vos pensées (et même vos impressions psychiques) et vos émotions. Soyez juste présents là, soyez ouverts, et le nouveau se déploiera sans que vous sachiez comment. L’arrivée de la Nouvelle Terre, de la conscience centrée dans le cœur, dépend de la présence de nombreuses personnes à la fois enracinées et spirituellement évoluées. Ce sont eux les canaux.

©Pamela Kribbe :  www.jeshua.net/fr

Comprendre l’arbre de Vie

 

images (4)L’arbre dans la Bible : non ce n’est pas une farce… L’arbre est omniprésent de la Genèse à l’Apocalypse qui porte deux symbolismes majeurs et un autre, postérieur :

  • l’arbre de vie
  • l’arbre du royaume humain, factice
  • l’arbre de la croix.

Le symbolisme est important et les significations sont diverses.

1- L’arbre de vie.

Le premier lieu de l’arbre, c’est dès le troisième jour dans le récit de la création. Lisons Gn 1,11. C’est déjà une puissance de vie, l’arbre manifeste la vie. Il annonce le printemps dans le cycle saisonnier ; c’est la parabole du figuier (Mt24, 32). Pour pousser, l’arbre à besoin d’eau ; mais de quoi a besoin l’homme ? Réponse en Job 14,7-10 puis en Gn 3,22 : c’est là que les « pépins commencent ». Vous connaissez tous le résumé de la bible : une pomme, deux poires et plein de pépins.

Mais revenons à l’arbre de vie (Gn 2,9). Cet arbre de vie est opposé à l’autre arbre : l’arbre de la connaissance du bien et du mal. L’arbre qui donne la mort si l’homme s’en sert lui-même (Gn 2,9 puis Gn 2,17) ; désormais l’arbre de vie, la vraie sagesse, est inaccessible à l’homme (Gn 3,24).

L’arbre de la connaissance du bien et du mal parait pourtant bon en lui-même : en fait, il doit être reçu comme un don de Dieu, nous ne devons pas nous l’approprier nous-mêmes… Ceci nous touche dans notre métier car la nature doit aussi être reçue comme un don : on ne peut pas en faire n’importe quoi, il faut l’écouter, écouter les créatures que Dieu nous a confiées : l’intelligence nous a été donnée pour cela. La tempête est – elle le fruit de cette utilisation mauvaise faite par l’homme, c’est possible ; le rapprochement de différents éléments permet même de dire que c’est probable. Nous sommes créés pour être heureux (aimer et être aimé) avec un petit bémol que la Sainte Vierge annonce à Bernadette : « je ne vous promets pas le bonheur dès ce monde, mais dans l’autre ». Le bonheur est promis pour la vie éternelle. Etre heureux, c’est notre mission, nous le voyons avec nos enfants : l’aptitude naturelle au bonheur. Etre heureux c’est donc aimer et être aimé. Ici, en aparte, notez l’importance théologique du « et » : Jésus, Homme et Dieu. L’homme, pécheur et pardonné ; pas de « et », c’est l’hérésie.

Qu’est-ce qu’être sage dans la Bible ?

  • Un premier sens : Celui qui réussit sa vie comme l’artisan habile qui a la science de son artisanat ; ou de sa culture pour un paysan, qui lui permet de faire porter à la nature ses fruits sans la violenter.
  • Un deuxième sens : Celui qui est reconnu, noté, comme sage ; c’est celui qu’on écoute parce qu’il écoute : c’est le notable.
  • Un troisième sens : Celui qui apparemment « rate » sa vie pour un bien supérieur.

Le vrai sage a une droiture intérieure. C’est un Etre ajusté à Dieu, il réussit là sa vieéternelle. A vue humaine, c’est l’échec du Christ : on attendait un roi, c’est la croix.

2- l’arbre du royaume humain, factice

Le symbolisme de l’arbre Jg 9,1-21, c’est l’autorité dans le royaume.

Si l’autorité n’est pas exercée selon Dieu c’est un pouvoir pour peu de temps : c’est une dénonciation prophétique de celui qui n’exerce pas son autorité selon Dieu.

Lisons Ez 31, 2-18. On retrouve ici l’idolâtrie du feuillage verdoyant opposé au feuillage toujours vert, qui ne flétrit pas, qui porte des fruits selon son espèce et selon sa saison ; Jr 17, 5-8 ; Ps 1, 1-6 et Mt 7,15-20. C’est encore le symbolisme de l’homme ajusté à Dieu qu’on retrouve dans le thème de l’arbre et la joie au 1Chr 16,33 (TOB), dans Ps 96, 12-13 (TOB) ; Is 44,23 et Is 55,12 : Les arbres crient de joie car Dieu vient gouverner la terre avec justice, alors que dans Isaïe le temple a été détruit et n’est pas reconstruit.

L’arbre est aussi un symbole d’amour au Ct 2,3 (TOB) comme un pommier,…,tel est mon chéri.

3- l’arbre de la croix

C’est un symbolisme postérieur mais de grande portée. Il est seulement en germe dans la bible. L’arbre est un signe de malédiction quand il est utilisé comme gibet (Gn40, 18-19). Même le pendu est une malédiction de Dieu (Dt 21,22-23). Cette malédiction, St Paul, dans la lettre aux Galates, l’applique à Jésus crucifié. (Ga3, 11-14).

Jésus porte ainsi nos fautes sur le bois de la croix dans 1P2,24. Avec lui, Jésus crucifié, la sentence de mort qui pesait sur nous est aussi clouée : Col 2,14. Ainsi le bois instrument de mort devient le bois qui sauve (Sg 14, 7), le chemin de l’arbre de vie est à nouveau praticable. : Ap 2, 7 ; 22,14.

Texte issu du site http://www.journees-paysannes.org/Que-sont-les-Journees-Paysannes,100.html

TELOS : La Conscience qui Fonctionne sur le « Pilote Automatique »

 

 

perle pluieLa Conscience qui Fonctionne sur le « Pilote Automatique » ne se Dirige pas vers la Porte de l’Ascension

 Salutations, bien-aimés, je suis El Morya, le gardien de la flamme de la Volonté de Dieu pour cette planète. De l’intérieur du Mont Shasta, Adama et moi souhaitons vous faire parvenir un message d’Amour. Notre message se veut aussi un autre appel à l’éveil, bien-aimés, car nous savons que le temps est court pour chacun d’entre vous.

 Dans son dernier message, Adama parlait d’un état de conscience ou d’une attitude qui entraîne un grand nombre d’âmes précieuses à vivre leur vie sur « l’auto pilote », un état de sommeil spirituel.Dans cet état, les personnes ne désirent pas créer consciemment leur réalité future et mènent une existence sans « attention focalisée » sur les aspirations de leur âme. 

Nous vous aimons tellement, c’est notre profond désir de vous accueillir tous et chacun à la porte de la cinquième dimension vers 2012. Nous ouvrirons alors le portail pour votre entrée et nous étendrons le tapis doré pour votre arrivée ; ce sera pour nous un plaisir extrême de vous souhaiter la bienvenue dans le monde de la Lumière et de l’Amour. Quelle journée exquise ce sera pour nous et pour tous ceux de l’humanité qui traverseront cette porte ! Quelles heureuses retrouvailles pour chacun d’entre nous ! 

Nous préparons une réception grandiose. Plusieurs larmes seront versées durant cette journée ; mais cette fois, bien-aimées, elles seront des larmes de joie et d’exaltation.

 Pouvez-vous imaginer, pour un instant, la joie que vous ressentirez lorsque vous reverrez face à face, consciemment, dans votre corps immortel, les êtres chers qui ont quitté la Terre durant votre vie ? Vous rencontrerez ceux que vous avez beaucoup aimés dans cette vie et aussi ceux, dont vous n’avez plus le souvenir en ce moment, et qui étaient près de vous et que vous aimiez tendrement dans des vies passées. Ce sont des êtres que vous connaissez depuis des millénaires, des amis éternels avec lesquels vous vous êtes incarnés à maintes reprises ou des membres de votre famille d’âme qui vous aiment profondément. 

Pendant que nous vous transmettons cette information, nous ressentons déjà la joie et l’émerveillement que cette journée vous apportera. Les êtres qui vous sont chers ont bien hâte de vous embrasser encore une fois. Ils seront tous près de cette « Porte », revêtus de robe de Lumière et de Gloire, prêts à vous serrer dans leurs bras dès que vous la traverserez. 

Pendant que notre canal Aurelia Louise reçoit ses paroles, des larmes coulent sur ses joues à la seule pensée de rencontrer à nouveau, d’ici quelque temps, les êtres de lumière qui étaient ses parents dans cette vie, et les autres membres de sa famille qui ont déjà fait leur transition de « l’autre côté » pendant son enfance. Ils sont près d’elle en esprit pendant qu’elle écrit et qu’elle essuie ses larmes, ils l’observent et lui envoient leur amour, imaginant avec joie le moment de leur Grande Réunion. Cette journée sera tellement merveilleuse, toute la Création en sera témoin. Je le répète encore, c’est le désir le plus profond de la hiérarchie spirituelle de cette planète et du Dieu Père/Mère de voir chacun d’entre vous se rendre à ce portail et le traverser. 

Notre amour pour vous est si grand que nous, membres de la hiérarchie spirituelle, voulons vous rappeler encore une fois qu’un « code d’entrée » est requis afin d’accéder à la cinquième dimension. 

Plusieurs plaisanteries sont racontées sur la planète mentionnant Saint-Pierre à la porte du ciel qui décide qui peut ou ne peut pas entrer au paradis. Hé bien, mes amis, cette blague n’est pas si drôle ici car elle recèle plus de vérité qu’aucun de vous ne peut l’imaginer. 

Partout où se trouve une voie d’accès ou un portail, soyez assurés que vous pouvez le traverser seulement si vous détenez les qualifications requises. Moi, El Morya, était incarné dans le corps de Pierre durant le temps de Jésus. Maintenant je suis le Chohan et le gardien du Premier Rayon de la Volonté de Dieu pour le peuple de la terre. Ce qui signifie que je suis aussi le gardien de ce portail. 

La Volonté de Dieu, chers amis, est le premier portail à franchir afin d’avancer dans la bonne direction sur le sentier spirituel. Si vous n’êtes prêts à remettre votre ego humain et votre personnalité terrienne à la Volonté de Dieu pour qu’ils soient purifiés et transmués en substance Divine, vous ne déboucherez pas sur un vrai sentier spirituel. La Volonté Divine est le premier portail. Il y en a six autres pour lesquels vous devez vous qualifier avant de pouvoir atteindre la porte de la cinquième dimension pour votre ascension planétaire. 

Afin de pouvoir pénétrer dans le premier portail, il est fortement suggéré que vous preniez mes classes, durant la nuit, dans les Sphères Intérieures (pendant que vos corps dorment) ou celles de mes collaborateurs du rayon de la Volonté de Dieu qui ont offert de m’assister durant ces temps. Vous devez réussir mes examens qui vous sont donnés pendant votre état de veille avant de procéder au portail suivant. Plusieurs d’entre vous qui lisez ce message, avez déjà traversé ce portail dans cette vie ou avant, et certains en ont même traversé d’autres. Nous déplorons le fait qu’un grand pourcentage de l’humanité vive encore sur « l’auto pilote ». Ils ignorent totalement où ils vont, pourquoi ils sont incarnés et n’ont aucun désir de le découvrir. Ils vivent au jour le jour, sans direction consciente, leur esprit et leur cœur éparpillés aux quatre vents, suivant le sentier de la facilité dans un état de sommeil spirituel. 

Nous sommes au seuil d’une magnifique transformation, un événement que l’humanité souhaite et attend depuis des centaines et des centaines d’années ; et pourtant il y a encore un grand nombre d’âmes précieuses dans cette humanité qui ne se sont pas présentées à l’entrée du portail dont j’ai la charge pour demander des enseignements. Moi et mon collaborateur Adama, joignons nos forces pour lancer un autre appel à « l’éveil ». Le temps est tellement court maintenant, nous voulons vous dire que même si vous n’avez pas encore passé la porte de la Volonté Divine, il est possible de vous rattraper et d’atteindre tous les autres portails « à temps » si vous décidez maintenant de le faire. 

Cependant vous n’avez plus un instant à perdre. Vous devez vous réveiller maintenant et commencer à appliquer assidûment les lois spirituelles dans tous les domaines de votre vie, à vivre dans l’amour à chaque jour. Laissez tomber toutes vos peurs et vos idées préconçues de Dieu. Soyez prêts à accepter la Vérité que vous avez cherché à éviter. Devenez le Dieu que vous êtes, en cet instant, en devenant amour dans tout ce que vous dites, faites et pensez. L’amour est le seul raccourci que vous pouvez prendre pour votre chemin vers l’ascension. C’est la plus grande clef ; l’amour de soi, l’amour de Dieu et l’amour pour toute la famille terrienne, tous les royaumes incluant celui des animaux. Aimez et honorez tout ce qui respire la vie du Créateur. 

Laissez tomber tout jugement et adoptez la non-violence. Avec un cœur rempli d’amour, vous pouvez traverser tous les portails menant à la porte de l’ascension… à temps. Soyez assurés que cela ne se produira pas pour ceux qui continuent à vivre en mode « pilote automatique ». 

Ceux qui se rendront à la porte de l’ascension auront passé tous les tests requis des sept initiations et posséderont ainsi les codes d’entrée et seront qualifiés pour l’ascension planétaire. Chacune de ces sept initiations comprend sept niveaux d’épreuves. Auparavant, une personne devait appliquer assidûment les lois spirituelles pendant plusieurs vies avant de réussir une ou plus de ces initiations. En cette époque unique de l’histoire de la Terre, une exemption sans précédent a été accordée qui fait en sorte que chaque âme, par un effort sérieux et persévérant, peut y parvenir en quelques années. Moi, El Morya, je serai présent, dans le rôle de saint Pierre que vous connaissez, ainsi que le reste de la hiérarchie spirituelle de cette planète et vos êtres chers pour accueillir chacun de vous à votre « Retour à la maison ». Je suis votre ami éternel, El Morya.

Extrait des canalisations de ADAMA et Aurelia Louise Jones 

Tradition Essénienne

Tradition Essénienne dans ESSENIENS telechargement-4Depuis  la découverte archéologique des manuscrits  de  la  Mer  Morte  en  1946,  le mot    «  essénien  »  a  fait  le  tour  du  monde, interpellant  et  suscitant  souvent  un  grand  nombre  de questions.  Certains  découvraient  avec  stupéfaction  qu’il y  a  deux  mille  ans,  une fraternité de saints hommes vivant en communauté, portait en elle tous les germes du christianisme et de la future  civilisation occidentale. Cette fraternité, plus ou moins persécutée, exclue, 

allait donner naissance à des hommes et des femmes qui ont changé la 

face du monde et le cours de l’histoire. 

En effet, les principaux personnages fondateurs de ce qui devait plus tard 

s’appeler le christianisme, étaient presque tous des

 Esséniens : Sainte-Anne, Joseph et Marie, Jean le  Baptiste,  Jésus, Marie-Madeleine, Jean l’Evangéliste,  etc..

Alors, en entendant pour la première fois le mot « essénien », un grand nombre de gens ont eu l’intuition qu’il y avait là un grand

 secret. Secret dans les deux sens du terme : 

- Quelque chose de sacré, de précieux qui touchait à leur propre âme et à 

celle de toute l’humanité.

-  Et  quelque  chose  de  volontairement  occulté  pour préserver certains intérêts et manipuler les consciences.

Dès le début, une polémique, voire même un conflit est né  autour  des  précieux manuscrits.  Certains voulaient en révéler le contenu au monde, d’autres en cacher 

l’existence et si possible les détruire. Certains sont d’ailleurs 

parvenus  à dissimuler les informations les plus gênantes et à diluer le  reste  sur plusieurs dizaines d’années  afin de  «  noyer le poisson ».

On  sait  maintenant  que  la  fraternité  essénienne  était connue  à  l’époque  de  Jésus  car  elle  avait  des  antennes dans presque  toutes les grandes villes jusqu’en Egypte. Les villageois  pouvaient  s’y  rendre  pour  y être soignés et Les voyageurs y séjourner pour trouver repos et nourriture. L’existence  de tels êtres, emplis de lumière, de sagesse, d’amour, de bonté et de force, maîtrisant les circonstances, devenus 

immortels… est tout à fait conforme et naturelle et a été 

connue  de tous les peuples et cultures.

Les Hébreux les appelaient: « L’Ecole des prophètes » et les Egyptiens : « Les guérisseurs, les médecins, les thérapeutes ».

Tout le monde  savait que Jésus était un des Maîtres de la Fraternité Essénienne car 

il portait 

la même  robe de lin sans  couture, signe  distinctif  de  tous  les  membres. 

C’est la  robe  blanche  de  la  communion,  de  l’union  consciente et  harmonieuse  de  l’homme  avec  les  sept  règnes  qui constituent l’Alliance de Lumière de la Nation Essénienne.

La question qui vient alors à l’esprit est : « Pourquoi, dans les Evangiles, ne  trouve-t-on pas une seule fois une seule allusion à l’existence des Esséniens ? »

L’unique  réponse qui  vient  naturellement  est que  ceux qui connaissaient l’histoire de la fraternité ont tout fait pour en  cacher  l’existence  afin de  barrer  le  chemin d’accès qui conduit  à la  source pure de  toute  expérience religieuse et à la perception libre d’une sagesse éternelle, d’une lumière universelle qui vit en chaque être humain.

Pour asseoir leurs pouvoirs religieux et politiques, ces êtres ont savamment et volontairement caché la source qui coule librement et gratuitement pour tous, 

afin que les humains aient besoin d’eux pour boire… Et notre époque est là pour nous le montrer. Après  avoir falsifié les Evangiles, une partie de l’Eglise a même créé de toute pièce la ville de Nazareth pour ne pas reconnaître  que Jésus  est  né  au  sein  de  la  Fraternité  des Esséniens, appelés aussi les Nazaréens, comme le prophète Elie, Samson et beaucoup d’autres.

En  fait,  «  Nazareth  »  était  l’un  des  noms  donnés  à  la Fraternité  Essénienne  du  temps  de  la  civilisation  atlante. 

Dans un ancien langage « Nazar » désigne le côté caché et mystérieux de la nature ; ce qui faisait des « Nazarites » les Initiés 

aux Mystères. Mais  pire  encore  :  une  partie  de  l’Eglise  n’a  cessé  de calomnier,  de  persécuter  et  d’assassiner  tous  ceux  qui 

proclamaient l’origine essénienne de Jésus, demeurant ainsi fidèles  à  son  enseignement.  Tous  les  moyens  possibles  et 

imaginables ont été mis en œuvre pour exterminer ce que cette partie de l’Eglise a nommé « l’hérésie johannite ». En effet  saint Jean, le disciple bien-aimé du Maître,  a  été  –et est  encore–  le  continuateur  de  la  Sagesse  Essénienne  au sein  du  christianisme.  Les Johannites,  les  Gnostiques,  les Manichéens, les Bogomiles, les  Templiers, les Cathares, les Rose+Croix,  les  Francs-Mâçons  des  origines…,  tous  ces courants  initiatiques  qui  ont  été  calomniés  et massacrés alors qu’ils prêchaient l’amour, la tolérance, le haut savoir et l’initiation, se réclamaient tous de l’Ecole de saint Jean.

 Leur secret si légendaire est le même que celui des Esséniens : ils connaissaient la Lumière de la vérité qui rend libre. 

Ils  ne  la  connaissaient  pas  sous  forme  de  dogme  et de  croyance  mais  par 

une  expérience  intérieure  directe qui  élève  l’homme  dans  la  Lumière  et  l’ennoblit.  Pour être  initié  à  ces  mystères, 

il  suffisait  d’étudier  la  sagesse millénaire  des  Esséniens  et  de  l’appliquer  concrètement, dans tous les domaines de la vie quotidienne. 

Voilà ce qui a été  caché depuis des  siècles à l’humanité pour  son plus grand malheur. Mais l’essénisme n’est pas mort, il est bien vivant… 

Il  ne peut pas disparaître  tant que  certains êtres viennent sur la terre pour répondre à la prière de millions d’âmes qui cherchent 

ardemment la Lumière, avec un 

cœur et une intention pure. L’essénisme est un état de conscience éveillé dans la 

compréhension claire des lois de l’harmonie 

régissant l’univers et les appliquant à travers une qualité de vie supérieure. 

L’essénisme, en tant que source de toutes les sagesses 

du monde, n’a jamais cessé de se réincarner sous des formes différentes. 

Ainsi, s’intéresser aux Esséniens, ce n’est pas se limiter à

 de l’archéologie ou à la lecture de quelques manuscrits  plus  ou moins  poussiéreux  :  c’est  l’esprit qui confère la vie et l’esprit est éternel. 

A  travers  l’Ecole  de  Dieu  activée  dans  de  nombreux peuples, l’Enseignement universel a survécu. 

Déjà à l’époque de  Qumrân,  la  Fraternité  Essénienne  était  internationale et  beaucoup plus vaste que ne le croient les chercheurs modernes. 

L’essénisme existe depuis le commencement des temps. 

A partir du moment où le premier humain est né et a cherché à pénétrer  avec un  cœur pur les mystères de la vie  et du cosmos, alors l’essénisme est apparu .

La Tradition Essénienne de Olivier Manitara

 

La Grande Pyramide d’Égypte

 

Jésus lève le voile… 

Grâce à une scène de la vie de Jésus captée dans la mémoire du temps, je vous offre des clés afin de percer le mystère des pyramides d’Égypte. En effet, dans le cinquième tome de la collection « A travers les yeux de Jean », j’ai pu assister à l’initiation de Jésus dans la grande pyramide. En voici quelques extraits.

 

C’est au cours d’une soirée privée à laquelle Jean et ses compagnons assistent que Jésus évoque son initiation en Egypte. Il a souhaité que ses proches soient présents afin qu’ils bénéficient de sa rencontre avec différents Sages. Il précise d’emblée qu’en Egypte, tout est évocation. Les fonctions cosmiques ne sont jamais représentées directement. Elles sont incarnées en toute vie et l’être humain doit les appréhender pour les vivre. L’Egypte est un livre de pierre où sont gravées des histoires mystiques. Les temps, les tombeaux, les dieux et les déesses, Pharaon lui-même, tous sont des représentations des lois universelles en action. L’apprentissage de la connaissance ne repose donc pas sur un e loi divine révélée comme dans les religions du Livre, mais sur l’expérience des Anciens qui ont vécu conformément à la Maât et ont montré la voie des vertus indispensables à son respect. Grâce aux scènes et aux hiéroglyphes issus de tous les éléments qui composent la nature – animaux, végétaux et minéraux – l’étudiant s’ouvre progressivement aux lois de l’univers. A travers son récit, Jésus évoquera donc lui –même des scènes et des symboles permettant à chacun de vivre sa propre initiation qui respectera son éveil et sa sensibilité. C’est aussi le rôle de la tradition orale de vous inviter à partager cette initiation orale de vous inviter à partager cette initiation de Jésus dans la Pyramide que j’ai enregistrée sur le CD joint au volume 5 de la collection « A travers les yeux de Jean ».

DANS LE TEMPLE

Avant d’être initié, Jésus fait d’abord un séjour dans un temple afin de se familiariser avec cette tradition. Jésus est admiratif de l’ornementation du temps dont le rôle est uniquement initiatique : Sachez que tout y est symbolique et se rapporte à La Science magique et à l’Immortalité. Ici, tout est évocation pour éveiller la conscience du Divin en l’homme. La connaissance sacrée est exprimée à travers des scènes et non pas des mots… En Egypte, tout ce qui se rapporte à la connaissance et au monde invisible est construit en pierre afin d’en montrer la pérennité. En revanche, tout ce qui est éphémère est abrité dans des construction faites de terre crue et de paille. Le temple dans lequel Jésus se rend est un lieu qui reflète en tout point l’harmonie. L’ensemble de ce qui est dessiné, gravé et peint évoque les lois cosmiques. Tout y est donc chargé d’énergie set d’ondes de formes.

 

La Grande Pyramide d’Égypte dans LEVEE DU VOILE 9782919537112_1_75-248x300

DESTINATINATION SACREE

Quand Jésus dit que dans ce lieu tout est symbolique et se rapporte à la Science magique et à l’Immortalité, cela doit nous rappeler que dans la pensée pharaonique, l’Egypte était la représentation de l’Au-delà et le gigantisme de ses constructions entretenait cette idée. 

L’architecture sacrée de tous les sanctuaires indique une destination mystique matérialisée par un axe qu’il convient de suivre en se conformant à la Maät. La direction indiquée est le Naos, le Saint des saints, partie centrale où se trouve la statue de dieu. De nos jours, les touristes y accèdent directement, mais l’initiation imposait que l’on chemine selon un itinéraire symbolique permettant de devenir soi-même l’offrande lors de l’ultime étape de la rencontre avec la divinité. Le temple est une invitation permanente à rejoindre l’invisible, en allant « au-delà » de l’humain vers l’âme qui, elle, ne quitte jamais le monde invisible, comme la statue du dieu résidait en permanence dans le sanctuaire. Quant à la Science magique évoquée par Jésus, il s’agit principalement de l’art de laisser l’âme agir en tout occasion et de réaliser ce que le profane nomme des prodiges.

 

CARTOGRAPHIE VIBRATOIRE

Lorsque Jésus dit : ici, tout est évocation pour éveiller la conscience du Divin en l’homme, il parle de la conscience que nous sommes des êtres divins. Dans les lieux sacrés, tout incite l’âme à la beauté et ce que l’homme vit doit lui transmettre cette beauté mais aussi la grâce et l’émerveillement afin de la maintenir dans son efficacité créatrice. L’initiation est une forme d’éducation supérieure qui pousse le récipiendaire à aller toujours plus loin dans la connaissance de lui-même et des mystères de la création. La connaissance des fonctions spirituelles en l’homme est accessible sous forme de représentations scéniques mais reste cachée au regard profane. En parcourant le temple, la sensibilité de l’initié agit tel un scanner et transforme dessins et hiéroglyphes en un parcours intérieur, sorte de cartographie vibratoire de la montée vers Dieu. A l’intérieur du temps, reflet de l’intérieur de soi, tout est magique et invite à sentir vibrer la divine présence. Entrer dans un temple, c’est donc entrer dans une « image » qui parle du Soi : les hiéroglyphes, les scènes et leur orientation, les couleurs et les sculptures, tout nous montre qui nous sommes.

 

AU-DELA DES APPARENCES

Jésus évoque alors le symbole Oudjat : Puis un prêtre d’une grande dignité, royal dans ses vêtements dorés est arrivé. Ses yeux étaient soulignés : croyez-moi, là-bas, on les souligne avec différentes couleurs et c’est à la fois curieux et très beau. Pour certains dignitaires, la portée symbolique est évidente. L’initié est entraîné à voir au-delà des apparences. Vous l’avez compris, le symbolisme est le langage de l’intelligence du cœur. Celui qui peint et souligne ses yeux change les traits de son visage et donne à voir l’être spirituel qui dépasse son apparence humaine pour s’imposer : l’œil est la demeure de l’âme du dieu et fait référence à l’œil. Ondjat qui révèle la création.

 

LA SOURCE DE TOUTE VIE

Puis on m’a parlé de la fonction du Soleil et de la puissance bénéfique des dieux et des déesses qui sont des représentations des Principes divins. De tous temps, le Soleil a représenté la richesse cosmique, la lumière de la connaissance et un point de reliance avec le Divin. Ce symbole permet de mieux appréhender notre quête d’élévation vers la lumière de la création. Source de tout vie dans le monde manifesté, le soleil représente l’ouverture sur les mystères de l’origine. Quant aux dieux et aux déesses, ils illustrent les principes divins et n’ont de véritable existence que dans l’imaginaire de celles et ceux qui les font vivre comme des modèles capables, en retour, de guider spirituellement leur existence afin de maintenir l’ordre sur Terre jusque dans l’organisation sociale. En s’appuyant sur ces représentations, la foi reste vive et les êtres reliés à leur part divine. Dieux et déesses peuplent donc les temples, véritables livres de pierre destinés au culte et à l’initiation.

 

IMAGES ANIMEES

La vie est une vaste bande dessinée que nous parcourons de nos émotions afin que l’âme se souvienne de son désir d’incarnation. Elle attire dans notre existence les événements majeurs dont nous n’avons pas conscience d’avoir besoin. Dans le quotidien, nous apprécions certaines scènes parce que nous savons les lire. Elles nous rendent valeureux et créatifs et s’inscrivent facilement dans notre « œuvre spirituelle ». D’autres scènes nous déplaisent et nous font travailler quand nous acceptons de les voir ! Rappelez-vous ce que j’ai précisé dans les volumes précédents : les situations et les personnes sont les images animées de notre propre rayonnement. Tout parle de nous, mais à des niveaux différents ; sensoriel, psychologique, émotionnel, spirituel, etc. Notre quête personnelle nous fait rechercher et donc choisir les scènes qui nous rapprochent toujours plus de notre vérité. Toute scène – symbolique, rappelez-vous – qui nous fait réagir, comprendre et ressentir, nous rend un peu plus vivants de l’interprétation de son message.

 

PUISSANCE D’EVOCATION

A ce stade du récit, jésus sensibilise son auditoire : Ecoutez bien car il est nécessaire que vous ressentiez mes paroles afin qu’elles agissent en vous comme il se doit. Il sait qu’en relatant son initiation, il la revivra afin qu’elle soit partagée. Chacun doit être touché dans son cœur et dans sa compréhension. Jésus parle de la puissance évocatrice des mots quand ceux-ci traduisent une vérité millénaire vécue. Personne ne connaissant l’intérieur de la pyramide, cette puissance assurera l’évocation des images. Alors, l’intelligence sera sollicitée, elle fera participer le corps aux émotions et tout l’être aux ambiances vibratoires. Comme il le fait depuis le début de son récit, Jésus transmet son ressenti afin que le voyage au cœur de l’initiation soit possible pour chacun.

 

Voici donc la pyramide, d’une pureté et d’une beauté saisissantes. Tout en elle est perfection, dans les proportions comme dans la profondeur et dans la masse. Sa forme, issue des Eaux primordiales, évoque l’ordre du monde et sa force incarne les mystères du cosmos et de la vie sur cette Terre.  Tout en elle traduit le monde des Idées supérieures. Matrice de toutes les formes futures, elle montre ce que nous sommes intérieurement : le mouvement d’un devenir !… Elle est si impressionnante que tout s’élève en soi ; les valeurs s’imposent et des pensées différentes relient directement à l’essence de tout chose. Elle est le lieu de la transmutation de l’âme.

 

S’OUVRIR AU MYSTERE

Bien que ce récit date d’une bonne trentaine d’année, je garde intactes les images gravées dans mon esprit au moment de la découverte de la pyramide. Au fur et à mesure que Jésus s’en approchait, elle s’imposait dans toute sa magnificence. Toutefois, je ne saurais dire s’il s’agit ou non de Khéops car je ne voyais d’elle que sa blancheur immaculée. La pureté dont parle Jésus est une sensation incomparable qui vous fait accepter d’emblée de vous ouvrir au mystère. Cette construction est d’une telle démesure et d’une telle pureté de lignes, elle est si différente des temples que tout en vous est saisi. Encore de nos jours, même après de très nombreuses visites, vous êtes humbles à ses pieds, avec un étrange sentiment de reconnaissance pour ceux qui ont déposé là cette œuvre grandiose. Votre pensée est littéralement « soufflée » et vous ne revenez à la raison que lorsqu’on vous parle techniques de constructions, nombres d’années et d’ouvriers, etc. mais revenons à ce que Jésus nous en dit :

 

GEOMETRIE COSMIQUE

La pyramide lui apparaît comme l’aboutissement d’une géométrie cosmique dont il ressent la divine proportion à travers ses propres corps subtils. Il entre en résonance avec sa majesté, comme sait le faire tout initié. Sa forme, issue des Eaux primordiales qui évoque l’ordre du monde. Dans bien des traditions, l’apparition du monde créé, mais non, encore manifesté, est figurée par un monticule de terre dont la pyramide est la représentation la plus parfaite. De plus, quand vous l’apercevez, votre regard file immédiatement vers le sommet où vous attend le pyramidion qui parachève l’œuvre. Recouvert d’or, la lumière divine semble s’y refléter. On dirait qu’il perce le ciel afin que les « Eaux de la connaissance » s’écoulent en cascade dans votre cœur. Recueillies et transmises par les initiés, elles maintiennent l’ordre du monde en l’homme et sur Terre. Ainsi la pyramide est-elle le symbole du Ciel sur la Terre !

 

LIEU DE TRANSMUTATION

Tout en elle traduit le monde des Idées supérieures. En effet, tout nous ramène au cosmos et donc à nos origines. Quand nous la regardons, le ciel nous appelle et nous pouvons le contempler. Elle est si imposante et sa pureté si énigmatique qu’elle nous interroge ; elle semble venue du ciel pour se poser sur terre, rappelant la possible origine extraterrestre de notre humanité. Mais si nous revenons au symbole de perfection qu’elle inspire, il y a bien été choisi comme lieu de l’initiation pour rappeler que nous sommes partout à la fois par notre corps de lumière. Notre âme emplit le cosmos, le nombre d’or nous y relie comme les valeurs mystiques nous accordent à toutes les dimensions d entre âme. Un tel symbole nous fait ressentir notre complétude, il satisfait toutes les attentes, comble tous les ressentis tant son élévation nous place au cœur même du cosmos, donc au cœur de la vie.

 

Quand jésus qualifie la pyramide de matrice de toutes les formes futures qui montrent ce que nous sommes intérieurement : le mouvement d’un devenir ! il nous rappelle que, dans la forme, nous sommes des êtres en devenir afin d e rendre grâce à ce qui est immuable en nous. Le vrai prodige de cette pyramide n’est pas de nous faire spéculer sur sa construction mais de nous interroger sur notre devenir mystique, celui de la transmutation de l’âme. Et Jésus nous dit : Elle est si impressionnante que tout s’élève en soi : les valeurs s’imposent et des pensées différentes relient directement à l’essence de toute chose. Elle est le lieu de la transmutation de l’âme. Et Jésus nous dit : Elle est si impressionnante que tout s’élève en soi : les valeurs s’imposent et des pensées différentes relient directement à l’essence de toute chose. Elle est le lieu de la transmutation de l’âme.

 

L’OFFRANDE A SON AME

La pyramide nous soulève d’émotion, nous place au cœur de notre intelligence et, par un ressenti, nous percevons la majesté de l’invisible en nous et autour de nous. Céder au vertige serait possible si les valeurs ne nous gardaient en équilibre. Devant la pyramide, le chercheur pense différemment, son ordinaire s’efface et ses habitudes ne sont plous tenues. Placé en son cœur, il se découvre : Elle est le lieu de la transmutation de l’âme. Encore faut-il que l’être qui, comme Jésus, se rend dans la pyramide, soit devenu « offrande à son âge » car elle seule est concernée par l’initiation. E profane peut toujours la visiter, se coucher dans la cuve du sarcophage, y passer la nuit à prier, à psalmodier des mantras et même penduler ou jouer de la musique, sans la profondeur des valeurs de l’âme, une fois le frisson passé, que reste-t-il ? Sans l’intelligence du cœur, on ne pense à rien et on ne fait rien, si bien qu’on ne perçoit rien et qu’on ne devient rien ? Quant à l’initié, il s’inscrit dans ce lieu de la transmutation de l’âme comme dans un athanor afin d’en vivre les différentes étapes. L’initiation est alors résumée dans cet aphorisme : « Il faut qu’il croisse et que je diminue ». C’est ce processus que Jésus va suivre avec sa  conscience d’initié et il sera accompagné et guidé à chaque étape.

 

AU CŒUR DE LA NUIT

Le point culminant de l’initiation arrive. Il est d’une extrême simplicité : rester allongé toute la nuit dans le sarcophage ! Cela pourrait manquer d’attrait mais ce serait oublier leurs grandes connaissances en astrologie qui ont permis aux sages d’identifier une nuit aux configurations exceptionnelles. L’être humain étant un être d’énergies évoluant dans un monde d’énergies. Jésus a été reconnu comme la personne choisie pour que l’alchimie de l’initiation s’accomplisse d’elle-même, au cœur de la nuit et du cosmos représenté par la pyramide. Le corps de Pharaon et l’esprit de Jésus vont ainsi voyager toute la nuit dans le monde de l’Au-delà.

 

Le moment om le couvercle se referme est particulièrement solennel. Jésus se retrouve seul dans le silence absolu d’un gigantesque vaisseau de pierre. Il peut maintenant s’abandonner totalement au ressenti car aucun de ses cinq sens ne lui est utile. C’est pourquoi, dans osn récit, Jésus précise : Essayez d’imaginer une force, une émotion, une paix… et dans tout notre corps des énergies qui circulent. Elles passent si puissamment que vous les visualisez sans peine et, progressivement, vous n’êtes plus qu’énergie… En vérité, vous êtes seuls avec vous-mêmes, seuls comme je l’étais dans ce sarcophage.

 

VIVANT DE SON AME

Ce moment privilégié, Jésus le vit pleinement car, peu à peu, il devient ce qu’il ressent : mélange de force, de paix, peut-être même de crainte. Et le taux vibratoire qui s’élève le rend conscient de la vie qui coule en lui ! C’est la vie créatrice son âme qui le porte dans la continuité de sa mission. Puis tout bascule et il finit par oublier le corps, la mission… Je n’étais qu’énergie et ressentais des impulsions me traverser. Dans la première salle, il s’était senti « vide » jusqu’à en oublier son corps. Là, il oublie tout pour être vivant de son âme. Jésus fait donc l’expérience de la mort initiatique qui n ‘est que transmutation de la vie. Son corps, devenu sacré, n’est plus une limite et chacune des cellules qui le composent est une ouverture sur un univers de vibrations dans lequel son esprit s’aventure. Le voyage commence et Jésus nous en révèle la destination : Ce phénomène vibratoire m’élevait à la rencontre d’autres énergies lumineuses, dorées, fortifiant la mienne et la soulevant davantage par vagues pour me présenter à d’autres lumières et d’autres plans de conscience. J’intégrais la vérité de chacun d’eux et, en même temps, la puissance et la majesté du Créateur semblaient prendre positon en moi. Peu à peu, je devenais Cela. Alors, j’ai compris ma place dans cette éternité et comment en manifester la puissance. J’étais en train de naître, de naître à mes racines, élevé, comme attiré dans mes profondeurs pour regarder, dans ce face à face, l’Origine qui contient la vision du futur.

 

A SUIVRE…….. Je viens de vous donner de larges extraits de cette cérémonie initiatique dont je vous propose de découvrir la suite en écoutant le CD complet de ce récit. Vous y découvrirez d’autres révélations sur la fonction de la pyramide et comment la tradition égyptienne s’inscrit dans les douze notes de la grande tradition primordiale. Jean-Claude Genel.

issu de : articles-presse Planète Gaïa n°14 

-  Par J.Claude Genel, Spécialiste de la démarche mystique, des états de conscience élargis et de la quête de sens. Jean-Claude Genel s’inscrit dans la lignée de ceux qui ont su trouver, au-delà des traditions et des dogmes, l’enseignement direct du guide intérieur. Il anime depuis 1985 des activités d’éveil aux valeurs de l’âme.  Contact : www.gproductions.fr

123456...12

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...