Les relations amoureuses de la nouvelle Ere

sexualité

Même si certains se sentent seuls à un certain degré, vous ne l’êtes pas. En fait, vous faites tous partie l’un de l’autre, aussi, il sera utile de comprendre que toute relation est personnelle. De même, les relations dans toutes leurs formes sont une façon d’aller au-delà du voile et de se connecter à l’ Énergie Universelle, celle qui relie tout ensemble, source de toute création et les relations, les connexions faites à elle, améliorent votre élévation dans la conscience.

Toute expérience en tant qu’humain est transmutée en Énergie Universelle pour finalement retrouver son chemin vers la Conscience Unifiée en tant qu’expérience de la Source en forme humaine. Cette expérience est une possibilité pour la Source de se voir. Cela vous fait remonter à la question ancestrale : ‘Si un arbre tombe dans la forêt et que personne ne l’entend, est-il vraiment tombé ?’ La réponse est ‘Non’ car cet événement n’était pas connecté à l’ Énergie Universelle via une expérience partagée. Ainsi, une expérience non partagée est une expérience non enracinée dans le collectif de            

L’ Énergie Universelle. Voilà l’objectif essentiel dans les relations de tout type. L’action de partage de l’expérience dans une relation connecte l’expérience à la Conscience Unifiée en la reliant à l’énergie Universelle. La relation la plus difficile à maintenir et pourtant la plus efficace dans ce processus est la relation amoureuse car elle enracine toute expérience dans une base énergétique d’amour.

D’un point de vue plus personnel, à cause de l’infusion énergétique de l’ Énergie de Cristal, beaucoup vont maintenant faire l’expérience de modification radicale dans leurs relations personnelles. Les mêmes personnes avec des déséquilibres masculin-féminin vont voir les premiers changements significatifs. En évoluant, augmentant votre niveau individuel d’énergie, vous allez perdre la tolérance dans l’adéquation vibrationnelle que vous aviez l’habitude de faire.

L’intolérance dans le domaine des déséquilibres féminin-masculin atteint un niveau critique et de nombreuses relations vont ressentir ce stress. Certains y succomberont et éclateront.

Communication : La clé pour faire grandir les Relations Maintenant, plus que jamais, il est nécessaire de travailler consciemment à la transformation de nos relations. Si vous souhaitez faire passer votre relation au niveau supérieur, elle aura besoin de croître. Cela peut être fait avec des efforts supplémentaires pour utiliser la communication du cœur tout en vous plaçant en première place dans toute chose. La communication à tous les niveaux devient de plus en plus importante car c’est la première façon d’équilibrer les énergies féminines et masculines en chacun d’entre vous.

Travailler à l’augmentation de la communication par les mots, les actes et la magie du toucher. Faites-le avant que cela devienne critique dans une relation et il y aura moins de stress lorsque celle-ci passera au niveau suivant. Les humains ont la faculté étrange de se convaincre qu’ils n’ont pas besoin de changer même en face d’une peine intense. Contrairement à bien d’autres jeux qui se déroulent dans l’ Univers tout entier, les humains ont le libre arbitre dans toutes les étapes de leur expérience et ce, en tant qu’esprits jouant un jeu dans une forme humaine. A cause de cette relation de libre-arbitre, vous trouvez souvent un réconfort dans la décision de ne pas faire de choix du tout. En fait, même en faisant face à une douleur intense, vous pouvez vous convaincre que le changement sera pire que la peine elle-même. C’est ainsi que vous endurez miraculeusement la douleur avec facilité

Vous êtes une race d’êtres tellement intéressante. S’il vous plait, sachez que cette capacité étrange d’endurer la peine ne sera pas aussi facile que par le passé et ce, en raison de l’augmentation de l’intolérance. Vous êtes dans un état merveilleux d’évolution et votre sur-moi mérite bien plus que ce que vous lui avez accordé. Il est maintenant temps d’intégrer l’amour propre et de permettre à votre lumière de briller et de rayonner, même si cela signifie entrer en confrontation ou dans des changements radicaux. En réalité, vous méritez d’être heureux.

Lumière Attrayante

Pour ceux qui n’ont pas décidé de changer de relation, sachez que l’augmentation de vibrations que vous ressentez vous propulsera dehors pour appeler un égal harmonique de façon inconsciente, que vous le vouliez ou pas. De façon plus simple, votre lumière deviendra plus forte et vous deviendrez plus attractifs pour ceux qui entrent en contact avec vous. Même si ce n’est pas votre intention, il deviendra courant d’attirer quelqu’un qui est en vibration harmonique et ce de façon inattendue. Ce qui risque d’être assez stressant si votre engagement à un autre personne empêche cette relation de se produire ou si elle teinte chaque relation avec la plus inutile des émotions humaines : la culpabilité. Nous vous demandons plutôt de vous préparer maintenant, sachant qu’il y a une forte possibilité pour que cela se produise.

Abandonnez le confort de votre peine et sachez que lors que vous restez dans une relation au-delà du temps requis, elle ne peut que rendre votre lumière plus terne et diminuer vos vibrations. Cela fait plus de dommages à ceux qui sont dans votre champ que vous ne pouvez l’imaginer. Les enfants pour lesquels vous voulez sacrifier votre propre bonheur, reçoivent une impression tronquée de ce qu’une relation devrait être. Ils peuvent être condamnés à répéter ce modèle encore et encore jusqu’à ce qu’ils apprennent à surpasser cette empreinte énergétique. Si vous les aimez, s’il vous plait épargnez-leurs ces expériences douloureuses et donnez-leur la permission de trouver le bonheur en attrapant sans peur le bonheur pour vous-même.

Si vous êtes dans une relation qui ne vous sert plus, prenez l’engagement de la modifier au niveau suivant ou abandonnez-la dans l’amour et osez allez vers la phase suivante.

Attirer de Nouvelles Relations

Pour ceux qui ont rencontré des difficultés en attrayant des relations harmoniques par le passé, c’est le moment ou jamais de changer.

Sachez qu’il n’est pas nécessaire à une relation d’être complète. En fait, si vous en faites cette supposition, vous êtes condamné à vivre une relation biaisée dès le début. Avec cette croyance, vous ne pouvez qu’attirer quelqu’un qui s’appuie sur vous ou qui a besoin que vous vous appuyez sur lui/elle.

Toutefois, si vous choisissez de partager votre vie avec quelqu’un qui peut marcher à vos côtés et partager cette expérience d’amour, cela peut être beau au-delà de toute description. Si tel est votre choix, s’il vous plait, commencez par vous-même, vérifiant la vibration que vous envoyez dans l’ Univers au lieu de chercher quelqu’un avec cette qualité ou cette capacité. Au lieu de chercher à aggraver, faire entrer les vibrations dans votre champ, examinez d’abord et modifiez les vibrations qui émanent de votre propre champ.

Un effort conscient d’équilibrer votre propre énergie féminin-masculin va mettre en place la scène pour un changement dans votre expérience de cœur.

Élevez-vous fier et grand et ne cachez votre lumière de personne. Osez vous montrer dans ces temps et ressentez votre plus grande force et vous autorisant à être totalement vulnérable.

Votre vraie force dans ces relations de vibrations supérieures vient de votre capacité à être totalement vulnérable, permettant à quelqu’un de voir en vous de façon transparente pour y découvrir le plus grand cadeau qu’un humain puisse donner à l’autre. Faites-le sans réserve, certain qu’il n’y a plus de secrets et que vos faiblesses à découvert vont bientôt devenir de grandes forces. Votre vraie beauté va rayonner à tout ceux qui veulent la voir et une relation harmonique s’alignera comme par magie.

Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

Source : Steve Rother – www.Lightworker

 

La méditation et la contemplation spirituelle

Méditation

La manifestation de vos pouvoirs exige de solides assises, dont un rythme vibratoire élevé. Cette élévation du rythme vibratoire favorisera la méditation et la contemplation, lesquelles, en retour, seront des inducteurs d’états expansifs. Par ailleurs, la méditation et la contemplation vécues sur une base régulière permettront à l’être d’élever son rythme vibratoire. En d’autres mots, plus il ira vers cette pratique, plus il maintiendra un rythme optimal. Ainsi, au cours d’activités quotidiennes ne favorisant pas nécessairement un état d’expansion, il pourra tout de même bénéficier d’un rythme vibratoire relativement stable, et ce, dans le but de maintenir une présence à lui-même et une utilisation juste de ses pouvoirs.

La méditation

La méditation permet à l’individu de retrouver la sensation de l’état d’union avec le Tout. Elle fait en sorte qu’il intègre son quotidien dans une réalité plus vaste, universelle. La méditation l’amène non pas à faire le vide, mais à faire le plein, à être présent à tout. Pour cela, son attention ne peut être dirigée sur rien qui puisse solliciter son mental. En méditant, il ne se distinguera pas de ce qui existe, se permettant simplement d’en élargir le spectre en lui. L’espace méditatif dans lequel il vibre est potentiellement un espace infini qui renferme l’univers.

De Trop souventes fois, les êtres confondent la méditation avec un moment d’intériorisation, d’imagerie mentale ou même de réflexion. Par son intention de vibrer dans l’espace infini de l’univers, l’individu cherche à exister en tant qu’être de lumière incarné. C’est là un espace de sensations du Soi et non pas de pensées, de réflexions, de visualisations. Si des images ou des voix intérieures se présentent à lui, c’est qu’il a atteint un rythme élevé. Il ne s’agit pas de simples pensées ni de son imagination. L’individu se nourrit de la connaissance subtile qui s’imprègne en lui de façon naturelle sans qu’il la recherche. Il se nourrit de la lumière avec laquelle il vibre de plus en plus intensément.

Il lui est possible de dédier sa méditation à des êtres ou à des causes, mais il ne peut méditer sur un sujet, car cela signifierait qu’il y réfléchit. Il peut toutefois demander que de sa méditation émergent des inspirations ou des connaissances sur un sujet précis.

La méditation agit sur l’hypophyse, l’épiphyse et le cerveau en général en permettant une intensification de la capacité à saisir la réalité et à réorganiser naturellement ses propres systèmes. Elle intensifie l’émissivité et la réceptivité des ondes tout en favorisant un état de détente. L’être sentira à la fois plus de légèreté et d’intensité dans tous ses corps, particulièrement dans son corps mental supérieur, qui aura été ainsi stimulé.

En vibrant dans un espace méditatif, l’être facilite la réception de connaissances sans interprétation ou analyse immédiate, ce qui assure une intimité avec une connaissance pure, avec l’univers. Ainsi, plus il médite, plus il élève son rythme vibratoire et il a une compréhension, une sensation naturelle de qui il est, de ce que représentent ses pouvoirs réels.

La contemplation spirituelle

La contemplation est la création d’une relation vibratoire, d’une union, avec la conscience supérieure d’un être. Il peut s’agir d’un élément de la nature terrestre ou d’une présence multidimensionnelle. Elle est en soi un prélude à certaines formes de transmutation. Il est important de distinguer la contemplation spirituelle de la contemplation vulgarisée qui correspond davantage à une observation.

La contemplation spirituelle exige une élévation du rythme vibratoire et amène l’être à pénétrer un autre champ magnétique – celui de l’objet de sa contemplation. Si, par exemple, un individu contemple un arbre, c’est qu’il porte une intention très claire de s’unir non seulement à la vie dans l’arbre mais aussi aux devas de la nature végétale. Cette union avec l’arbre permet à la conscience et à la puissance de la vie dans l’arbre de se manifester en lui, et à sa conscience et à sa puissance de vie de se manifester dans l’arbre. Il y a une unification de deux formes de vie, ce qui laisse place à une intensification de leur énergie vitale.

Alors, pourquoi la contemplation est-elle si importante et si puissante? D’une part, parce que la contemplation quotidienne de moult formes de vie extérieures accentue votre sensation d’union avec le Tout. D’autre part, elle permet à la dimension lumineuse et consciente de l’objet de votre contemplation de continuer à vivre en vous, et inversement, à partir de l’union vibratoire. Il s’agit d’une véritable union énergétique.

Plus vous contemplez une forme de vie, plus vous vous rendez compte de rencontrer toute sa dimension cosmique. Et, progressivement, vous ressentirez de plus en plus le Tout. La sensation de la puissante énergie de vie que vous partagez avec les autres formes de vie crée de véritables assises pour vos pouvoirs de création.

 Extraits du livre Manifester ses pouvoirs spirituels, Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/  aux pages p. 43 à 56 - Ariane Éditions, 2009

Deux symboles connexes : l’arbre et le tissage

 

10La Croix et l’Arbre de Vie sont deux symboles totalisants de l’ensemble du cosmos, compa­rables en bien des points : la branche verticale, comme le tronc de l’arbre, est l’axis mundi ; les branches de l’arbre, et les branches horizontales de la croix, symbolisent le monde de la manifes­tation. Dans la tradition mexicaine, l’arbre de vie planté au centre de la croix (cf. supra) souligne la résolution et la transmutation des énergies « horizontales » initialement opposées deux à deux. Ce rapprochement des deux symboles peut aller jusqu’à une complète assi­milation, chez un créateur : c’est le cas de Giovanni da Modena qui nous représente, dans un de ses tableaux, Le Mystère de la Chute et de la Rédemption de l’homme, le Christ crucifié sur l’Arbre de Vie. De même, dans un très bel hymne d’Hippolyte de Rome, nous retrouvons confondus dans une lente alchimie l’Arbre, la Croix, et le Christ qui est sur cette croix :

« Cet Arbre qui s’étend aussi loin que le ciel, monte de la terre aux cieux. Plante immortelle, il se dresse au centre du ciel et de la terre : ferme soutien de l’univers, lien de toutes choses, support de toute la terre habitée, entrelacement cosmique, comprenant en soi toute la bigarrure de la nature humaine. Fixé par les clous invisibles de l’esprit, pour ne pas vaciller dans son ajustement au divin ; touchant le ciel du sommet de sa tête, affermissant la terre de ses pieds, et, dans l’espace intermédiaire, embras­sant l’atmosphère entière de ses mains incom­mensurables. » Dans ce contexte, il est souligné que la Croix, et l’Arbre de Vie, participent d’une dynamique et d’une énergétique active qui les intègrent : le gibet du Christ aurait été fait du bois de l’Arbre de la Science, fatal à Adam et Eve, et miraculeusement conservé à travers les siècles  : ainsi celui-ci, après avoir été l’instrument de la Chute, serait de­venu celui de la Rédemption, et l’on comprend qu’il était important, symboliquement, de re­trouver le même arbre dans les deux cas.

Quant au tissage, il nous a semblé intéressant pour notre propos dans la mesure où ce symbole, fort ancien, universel lui aussi, repose sur une distinction, particulièrement bien expli­citée dans la tradition chinoise, entre la chaîne (king), formée de fils tendus sur le métier, et la trame (wei), dont les fils, passant entre ceux de la chaîne par le va-et-vient de la navette (la « respiration » cosmique), représentent l’élé­ment variable et contingent, et notre plan horizontal » ; on voit très bien alors que l’intersection de la chaîne et de la trame reconstitue la Vie dans son sens essentiel, et retrouve le symbolisme de la croix tel que nous l’avons défini ; et on comprend que, dans les Upanishad, le Suprême, Brahma, soit désigné comme « ce sur quoi les mondes sont tissés comme chaîne et trame ».

Au terme de cette étude, nous voudrions avoir parlé sans passion, mais avec chaleur, de ce très beau symbole de la croix ; la tâche, nous l’avons dit, n’est pas facile, et notre première préoccupation a été, dans un esprit de rigueur, et pour ce que nous considérons être la meil­leure compréhension du symbole, de tenir la balance égale entre un souci de rendre compte de l’extraordinaire richesse du symbole de la croix chrétienne (ce qui explique la part relati­vement importante que nous lui avons consa­crée : nous pensons qu’elle le mérite) et une volonté de ne pas oublier des manifestations d’ampleur moindre, mais d’intérêt certain, et de souligner que toutes les représentations de la croix sont loin d’être l’apanage du christia­nisme : partout dans le monde, et depuis fort longtemps, la croix est associée à ce que l’on s’accorde à considérer comme trois autres symboles fondamentaux, le cercle, le carré et le centre ; elle intègre leurs valeurs et les inscrit dans une dynamique de l’évolution ontologi­que ; c’est donc avant tout un symbole énergéti­que, d’une « charge » et d’une richesse peu communes, puisque les civilisations et les mouvements spirituels les plus divers peuvent se reconnaître en lui ; il prend alors, dans chaque situation, une coloration particulière, mais sa valeur fondamentale est inchangée, et on ne sera pas étonné de le retrouver, dans la cosmo­logie des Bantou, associé au symbolisme de la spirale (cf. notre étude). Quant à la richesse toute particulière du symbolisme de la croix chrétienne, elle vient, pensons-nous, de ce qu’elle retrouve tout ce fonds commun, et qu’elle l’associe à l’interpellation très directe, à l’implication personnelle que représente, pour les croyants, le récit de la passion vécue par le Christ, une fois en Judée, mais aussi pour toujours et à chaque instant, sur la croix du Golgotha.

 

(Revue 3e Millénaire. Ancienne série. No 12. Janvier-Février 1984)

Méditation sur vos Questions à la Lumière

 

STEVE ROTHERTandis que vous respirez profondément, l’énergie de la Terre devient une partie de vous-même.  Ressentez l’énergie de la Mère qui pénètre en même temps que l’air emplit vos poumons. Devenez Un avec tout ce qui vous entoure, en vous fondant dans l’énergie.  Maintenant, fermez les yeux et sentez votre corps devenir Un avec la Terre.  Relaxez-vous et sentez votre respiration vous relier encore plus intimement à l’unité qui relie toutes choses.

Vous êtes dehors, à regarder la rue où vous vivez.  C’est une magnifique journée et le soleil brille.  Vous fermez un instant les yeux pour tout absorber.  A ce moment, vous sentez l’énergie de quelqu’un qui se tient devant vous.  En ouvrant l’œil spirituel, voyez la jeune fille qui se tient maintenant là, d’une beauté rayonnante.  Elle vous sourit d’une manière qui vous donne envie de rire.  C’est comme si elle pensait à une blague très drôle qu’elle ne vous aurait pas encore racontée.  Vous succombez à l’énergie de l’humour et laissez échapper un petit gloussement.  En réponse, un très large sourire se peint sur son visage. Ses yeux sont étincelants et son sourire se transforme en un brillant flamboiement de Lumière. La lumière devient si éclatante que vous cherchez à vous protéger les yeux, avant de réaliser que la lumière vous envoie de l’énergie.  Alors, vous vous ouvrez à l’énergie et examinez la lumière sans crainte.  Les vibrations du Home commencent alors à vous envahir et l’amour que vous ressentez vous ramène à la maison (Home).  Une seule larme coule de l’un de vos yeux et vous vous rappelez (re-member) l’atmosphère du Home.

A présent, la lumière s’évanouit et la jeune fille se tient devant vous.  Elle sourit et pour la première fois vous l’observez très attentivement.  Elle semble être âgée d’environ 15 ans mais sa présence suggère un nombre d’années bien supérieur. Sa peau est très douce et rayonne d’une énergie particulière qui vous est très familière.  Elle vous voit la regarder et vous fait face pour que vous puissiez la voir plus clairement.  Ce n’est qu’à ce moment que vous réalisez que tout ce qui était autour de vous a disparu.  Plus aucune maison, plus aucun arbre ne borde la rue que vous regardiez. La rue elle-même semble s’être évaporée.

Vous quêtez une réponse de sa part, et elle sourit en vous adressant la parole pour la première fois : 
– Ce que tu autorises à pénétrer dans ton champ détermine ta réalité. Tu auras l’opportunité de choisir une réalité qui réalisera ton plus haut potentiel. 
Vous souriez maintenant en envisageant de nombreuses possibilités. 
– Puis-je avoir tout ce que je veux, demandez-vous ? 
– Oui, tout ce que ton cœur désire, répond-t-elle. 
– Que dois-je faire pour créer ma réalité, demandez-vous encore ? 
– Tu n’as qu’à garder une pensée à l’esprit pendant 26 secondes au moins, répond-elle. Tout étonné, vous reprenez : 
– Tu dis que je peux créer ma réalité en 26 secondes seulement ? 

Un merveilleux sourire éclaire son visage et elle se met à rire : 
– Tu as toujours eu ce pouvoir. N’étant pas conscient de ce pouvoir, ta réalité est souvent le résultat des pensées d’autrui.  Si tu ne crées pas ta réalité à chaque instant, les pensées qui sont les plus proches des tiennes autour de toi créeront une réalité pour toi.  En conséquence, si tu ne choisis pas délibérément, un choix par défaut sera effectué pour toi.  Ici, tu as une opportunité de re-créer une nouvelle réalité, pour que tu puisses découvrir les pouvoirs de création que tu détiens. 

Là-dessus, votre esprit se remet à explorer les nombreuses possibilités. Vous cherchez des yeux la rue qui était là il y a quelques minutes et, après un petit instant, la rue réapparaît de façon magique. 
– Choisis soigneusement tes pensées, vous rappelle gentiment la jeune fille.

Vous décidez de voir si cela fonctionne vraiment et alors, vous pensez aux arbres qui bordent la rue où vous habitez.  Au bout de 26 secondes, les arbres se mettent à apparaître un à un, comme par magie.  Vous commencez alors à prendre confiance en vos capacités créatrices et vous vous mettez à créer les maisons de votre rue telles qu’elles étaient avant de disparaître il y a quelques minutes.  En créant chacune de ces maisons, vous vous re-souvenez (re-member) des gens qui vivent dans ces maisons.  Vous ne pouvez vous empêcher de vous demander si le fait de créer votre réalité est vraiment aussi simple que cela.

En observant chaque maison, votre esprit vagabonde naturellement du côté du voisin avec lequel vous avez de réelles difficultés. Vous pensez en votre for intérieur : « Finalement, je peux jouir de la vie sans avoir affaire à son énergie.”  A ce moment précis, la personne à laquelle vous pensiez apparaît dans la scène. Cette personne se met à vous parler de la seule manière qu’elle connaît et, en l’espace d’une seconde, vous sentez votre propre énergie se dissiper.  Un coup d’œil à la jeune fille vous dit que vous avez dû retenir l’image de cette personne au-delà du délai de 26 secondes. Sans dire un mot, elle répond à la question que vous n’avez pas formulée : 

– Oui, tu l’as amené dans ta réalité en retenant une pensée. Bien que tu puisses t’éloigner de cette personne, cela te donne aussi l’énergie de créer cette même réalité ailleurs.  Dans le cas présent, tu ferais mieux de modifier cette réalité plutôt que de la re-créer. 
– Si je suis si puissant, il doit y avoir moyen de changer cela… Comment puis-je changer la réalité, demandez-vous ? 
– Il y a plusieurs manières de modifier ta réalité, mais dans cette situation, je te suggère d’employer le Facteur E. 
– Qu’est-ce que le Facteur E, demandez-vous ? 
– C’est une puissante technique de création utilisée par les Anges pour créer une réalité agréable. Voici comment cela fonctionne : trouve une manière d’empuissancer (empower) chacune des personnes de ta réalité. Offre-lui une vision d’elle-même qui soit celle d’un être dans sa pleine puissance et invite-la à entrer dans ce rôle.  En agissant ainsi, ta propre réalité se transformera en une relation supérieure et beaucoup plus agréable. 
– Et que se passe-t-il si elle ne change pas son attitude ? 

– Une fois que tu as appliqué le Facteur E, la dynamique de la relation se modifie. Si l’énergie difficile demeure, tu peux abandonner la relation sans les ficelles qui te rattachent à la leçon.  Empuissance (empower) ceux qui t’entourent, mais ne prends pas à leur place la responsabilité d’accepter cet empuissancement.  Offre-le gratuitement et sans restriction ni attachement aux résultats, et permets-leur de choisir d’accepter ou non.  S’ils choisissent de ne pas accepter, tu peux alors abandonner librement la relation.  De toute façon, tu as créé une réalité supérieure et plus substantielle pour toi-même.

A ce moment, votre voisin repart en commençant à se plaindre du fait que votre arbre empiète sur son terrain. 
– Cet arbre fait désordre et ses feuilles tombent partout, quand allez-vous le couper, grogne-t-il ? 

Vous réfléchissez un instant et lui répondez : 
– Ma famille adore cet arbre et je préférerais ne pas le couper, mais je comprends votre problème.  Pourquoi ne viendriez-vous pas dîner demain soir avec votre épouse et nous pourrions parler de la situation ?  Il marmotte dans sa barbe : 
– Oui, je pense que cela pourrait aller…  Puis, pour la première fois, il vous regarde dans les yeux, sourit et s’en va.

Vous jetez un coup d’œil à la jeune fille qui a assisté à tout l’échange.  Elle sourit et répond à votre question avant même que vous l’ayez posée : 

– Tu viens d’appliquer le facteur E. Tu as délibérément modifié l’énergie de la relation. Cette technique peut être utilisée dans de nombreuses situations avec les gens qui t’entourent et ne se limite pas à des relations problématiques. Si tu désires être entouré de gens qui possèdent une vibration supérieure, utilise les mêmes outils que les Anges.  Vous la regardez, perplexe : 
– Comment les anges utilisent-ils cette technique ?  

Elle répond : 
– Ce sont les Anges qui créent les vibrations du Home et ils le font avec les mêmes techniques que nous venons de te présenter.  Tu crées le Home ici, de ton côté du voile et ce sont là les premiers outils que nous partagerons avec toi pour le faire. Prends ces outils et utilise-les souvent.  Ces outils t’ouvriront rapidement la porte du changement de dimension vers les vibrations supérieures du Home.

Les paroles de la jeune fille se perdent au loin lorsqu’elle se tourne pour repartir. Alors que son corps pivote, vous pouvez voir ses ailes pour la première fois.  La beauté de son champ d’énergie est irrésistible et vous réalisez enfin que c’est un Ange qui vous a parlé. En ressentant la beauté du Home, une larme perle au coin de votre œil. La rue disparaît et vous vous retrouvez à l’endroit où a commencé votre voyage.  Vous vous promettez de commencer à vous traiter comme l’Ange que vous êtes et d’utiliser les outils des Anges.

Et il en est ainsi – - - 

Steve Rother et du Groupe sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/  

L’arbre de la vie et la responsabilité

 

En profondeur, il existe plus de 7 dimensions, la Création comprend 22 dimensions de vie qui forme ce qui est appelé l’Arbre de la Vie ou l’Arbre de la Kabbale : 12 Supradimensions (les dimensions célestes), une dimension intermédiaire (la dimension physique), et 9 infradimensions (les dimensions infernales).

46

Les 12 Supradimensions sont les suivantes :

- Les 3 sphères de l’Absolu (le grand repos, l’observation de la Manifestation, la préparation pour la Manifestation,

- Les 3 sphères de la Triade originelle (l’énergie du Père Cosmique – l’impulsion –, l’énergie de la Mère Cosmique – la structuration -, et l’énergie de l’Enfant Cosmique, le Christ ou le Kristos en nous – l’équilibration ),

 - Finalement, les 6 dimensions au-delà de la dimension physique : les dimensions atmique (l’Esprit = l’Intelligence amoureuse universelle et intuitive), psychique (l’âme divine = l’amour universel), causale (l’âme humaine = la volonté et le libre-arbitre), mentale (la pensée), astrale (l’émotivité) et éthérique (la vitalité). La dimension intermédiaire est celle du plan physique où nous vivons en ce moment et où nous pouvons expérimenter environ 50% d’essence et 50% d’égo.

 - Les 9 Infradimensions, elles, permettent aux êtres de vivre dans l’égo autant qu’ils le souhaitent. Les âmes y vivent en majeure partie dans les conflits, les guerres, la gloutonerie et la sexualité exacerbée, le mensonge et les scénarios de dominations ou de soumission, à travers les différentes expériences égoïques : l’orgueil, la luxure, la colère, l’envie, la convoitise, la gourmandise, la paresse et la peur.

Les êtres se retrouvent dans les infradimensions quand leur égo est rendu trop gros, trop lourd, trop dense, pour le plan physique, tellement dense qui les empêchent également d’aller dans les supradimensions. Nous sommes responsables de nos paroles, pensées, émotions et actions, et par conséquent de la vibration que nous créons dans la manifestation et qui nous conduit à vivre dans une dimension ou une autre pendant une période donnée. Le responsabilité peut être décomposée dans les mots : réponse et habilité. En ce sens, la responsabilité est notre habilité à répondre aux invitations de la vie par des attitudes plus ou moins lumineuses. En conséquence, nous attirerons des événements et des gens qui sont eux aussi plus ou moins lumineux et qui correspondront à notre propre taux vibratoire. Plus l’Amour imprègne nos différentes dimensions, plus les conséquences à moyen et à long terme seront harmonieuses et heureuses.

À court terme, les choix plus égoïques peuvent sembler intéressants, mais ces énergies aimantent des gens et les situations de notre futur… et un jour vient où nous recevons en retour ce que nous avons exprimé. L’Amour et les choix dans notre essence représentent toujours la voie la plus saine pour un avenir lumineux.

Extrait du livre de JULIE MORIN intitulé : LE GRAND BONHEUR ou Comment unifier en son cœur la Science, la Philosophie, l’Art et la Mystique ? Site web de référence : www.JulieMorin.ca

Pour bénéficier des fruits de l’Arbre Sacré

 

En chaque arbre, nos aïeux reconnaissaient l’Arbre Sacré, ancêtre de tous les arbres. Qu’il soit chêne, sapin ou tremble, ses caractéristiques leur rappelaient les enseignements des origines, Arbre-ami, Arbre-allié, Arbre-frère, les chamans des temps les plus reculés et ceux des villes actuelles ont tous une affinité avec certaines espèces particulières. Ils entrent en symbiose avec un Arbre-médecin, un Arbre-protecteur, un Arbre-professeur. Il en est de même pour les mythes de l’astrologie celtique ; à chaque histoire correspond un arbre qui en complète l’enseignement.

v827wc3f

Les bardes ont chanté la tradition celtique au fil des siècles, tout comme les griots africains ont transmis la leur, oralement et en musique. Il est inévitable et normal que plusieurs versions se soient forgées avec le temps. Ainsi, n recense plusieurs astrologies celtiques, notamment avec des Arbres différents pour une période donnée. Chaque arbre n’étant qu’un symbole du contenu du mythe et qu’un aspect de l’Arbre Sacré ancestral, on peut aisément concevoir qu’il est possible de choisir des arbres différents, sans pour autant trahir l’essence du mythe.

Si nous souhaitons bénéficier des fruits de l’Arbre Sacré, un échange doit avoir lieu : c’est à nous de le nourrir à notre tour. Nous pouvons lui rendre un peu de son infinie générosité en appliquant ses enseignements au quotidien, en respectant les lois sacrées transmises depuis la nuit des temps, celles que nos ancêtres se sont employés à pratiquer.

Elles sont toujours valables aujourd’hui. Au nombre de douze, voici comment elles ont été libellées dans la tradition amérindienne :

1.  Chaque matin en te levant et chaque soir en te couchant, sois reconnaissant ; la vie existe et tu existes dans la vie. Remercie le Créateur pour tous les dons et enseignements de l’Arbre Sacré qui te guide sur ton chemin. Fais un bilan de tes actions et pensées de la journée. Demande de recevoir force et courage pour t’améliorer pour servir ton peuple encore mieux.

2.   Sois généreux de ton temps, de tes gestes, de tes possessions et de tes idées. Lorsque tu donnes quelque chose, cela ne t’appartient plus. Un objet appartiendra à la personne à qui tu l’as donné ; elle en fera ce que bon lui semble ; Une idée appartiendra à la collectivité. Elle voyagera indépendamment de toi. Donne le meilleur de ce que tu as à tes visites.

3.   Respecte la vérité en toutes circonstances et à tout moment. sois enharmonie avec toi-même. ne marche jamais entre deux personnes en train de converser. Parle doucement et lorsque tu es en présence de personnes à qui tu dois le respect, ne parle pas à moins d’y être invité.

4.    Toutes les races et tous les peuples du monde sont comme autant de fleurs de couleurs différentes dans un même pré. Ils sont les enfants du Créateur et appartiennent à l’univers. Tous méritent le respect.

5.    En toutes circonstances, écoute les autres avec humilité ; écoute avec ton cœur. Respecte les décisions d’autrui. Si elles sont mauvaises cela apparaîtra en temps utile.

6.   La douleur d’une personne est la douleur de tous, de même que l’honneur d’une personne est l’honneur de tous. Comme tu évites un poison mortel, évite de faire souffrir les autres.

7.    Respecte tous les êtres humains, jeunes et vieux, tout ce qui vit : les animaux, les plantes, l’eau, la terre, l’air et le feu. Défends la Terre-Mère. A moins d’y être autorisé, ne touche pas ce qui ne t’appartient pas, surtout s’il s’agit d’objets sacrés. Respecte l’intimité, n’envahis pas l’espace des autres. Respecte leurs croyances religieuses. Ne dis jamais rien de négatif sur quelqu’un, que la personne soit présente ou non.

8.    Apprends à discerner entre ce qui t’apporte le bien-être et ce qui te détruit.

9.  Ecoute ce que ton cœur te dit. Attends-toi à ce que la guidance se manifeste sous n’importe quelle forme : la prière, le rêve, la solitude, l’exemple d’autrui.

10.   En toutes choses, sois modéré et équilibré.

11.   Rencontre les étrangers avec amour et considère-les comme des membres de ta famille.

12.   C’est en servant les autres que chaque être remplit sa mission sur terre et trouve le bonheur, et non en poursuivant les désirs personnels.

Ce code de conduite donne à réfléchir : si simple et évident à première vue, qui d’entre nous est capable de l’appliquer vraiment ? Pourtant, la physionomie du monde pourrait changer si….

Vous pouvez recopier ce texte à la condition d’en mentionner la source :

Francesca du forum La Vie Devant Soi  http://devantsoi.forumgratuit.org/

A L’Ecole des Arbres de nos Ancêtres

 

celtic-symbol

« Le plus grand frêne servit d’axe du monde » dit le mythe de la création celtique. Ce pilier central relie le monde souterrain, celui des humains à la surface de la terre, et le ciel. Il est l’antenne permettant la communication entre le visible et l’invisible, le physique et le métaphysique. Il plonge ses racines dans la Terre-Mère, tandis que ses branches se dressent en direction du Père-Ciel. Aux quatre coins de la planète, depuis les temps les plus reculés, l’Arbre cosmique joue un rôle primordial d’organisateur ; il met de l’ordre dans le chaos des origines.

En Egypte, au devant, les dieux trônaient sur le haut sycomore sacré, en réalité un figuier ; ils se délectaient de ses fruits. Au couchant, siégeait la vache Hathôr, la « Dame du sycomore ». Après avoir créé le monde et tout ce qu’il contient, elle aidait les morts à regagner le Ciel en les accueillant à l’ombrage de l’arbre le temps qu’ils se reposent. En Mésopotamie, l’Arbre de Vie se nomme Kiskanu, en Inde, c’est sous le nom de Ficus religiosa que le Bouddha parviendra à l’illumination. Le pommier du jardin d’Eden nous est plus familier que le Kien-mou des Chinois, le centre de l’univers. Dans la tradition chamanique, l’initié doit réussir l’épreuve de l’ascension du Bouleau cosmique. Il effectue sa montée en neuf (encore un passage) circonvolutions autour du tronc, dans lequel il creuse neuf entailles. « Joignant le ciel et la terre, cette échelle représente le moyeu d’un destin planétaire incarné dans chaque être ».

Quant au pin de Barenton, il est l’Arbre initiatique de Merlin, puisque c’est après l’avoir escaladé qu’il obtient la totalité de ses pouvoirs, le don de voyance, celui de métamorphose, d’invisibilité, d’action sur les éléments, de médecine, d’ubiquité et tant d’autres encore. On ne peut s’empêcher de penser à l’échelle de Jaco, autre arbre cosmique. Dans la plupart des mythes, l’arbre-ancêtre est androgyne. C’est sans doute cet aspect qui le fait devenir « arbre généalogique ».

Qu’il soit chêne ou baobab, l’Arbre de vie offre sa protection aux humains, en tant qu’arbre à palabre symbolique, lieu où tous les peuples du monde peuvent se rassembler et fraterniser. Il est le centre du cercle de la vie, où individus, tribus, nations et peuples viennent se ressourcer, se reposer e paix pour réintégrer leur puissance intérieure, leurs valeurs et leur potentiel. De ce centre, on a une vision d’ensemble sur 360 degrés, qui permet d’échapper à la distorsion de la dualité et d’accéder à la perception de la totalité. En méditant à l’ombre de l’Arbre, la vision de Notre Chemin de Vie , notre légende personnelle, se dessine.

L’aspect féminin de l’Arbre Sacré est révélé dans sa fonction nourricière. Il nous rappelle que la nourriture dont nous avons besoin pour vivre bien autant de la terre que du ciel. Les fruits de l’arbre représentent les qualités morales à acquérir. Touché par la foudre ou l’incendie de forêt, il a offert le feu aux humains : c’était un cadeau des dieux. Et grâce au feu, les ténèbres devenaient moins effrayantes, la nuit moins menaçante. Malgré la pollution, les trous dans l’ozone, ses fruits, ses feuilles, son écorce et ses racines continuent à receler des trésors secrets aux puissantes vertus qui guérissent mille maux, sans parler des simples substances alimentaires. En Afrique australe, la plupart des remèdes des guérisseurs sont un cadeau de l’Arbre ; ils proviennent d’une écorce ou d’une racine. En Zoulou, muti signifie à la fois « arbre » et « médecines ».

Les conifères offrent leur résine aux usages multiples, dont l’encens, qui réjouit les cœurs des dieux. Le feuillage de l’Arbre de Vie est un abri contre la pluie et les rayons trop ardents du soleil ; son bois permet de construire des maisons et des sanctuaires ; lorsqu’il brûle, il protège du froid. On sait que les forêts sont les poumons de notre planète. Et si on amputait les défricheurs de l’Amazonie d’un bout de poumon.

Autre enseignement de l’Arbre cosmique : la croissance permanente qui nous ait prendre conscience de l’impermanence. Les générations de feuilles se succèdent et relativisent le temps. Passant du bourgeon à la feuille réalisée, puis de l’humus, à la terre nourricière, elles nous montrent l’échange, le don. Le sacrifice est une étape indispensable sur le grand cercle de la Vie. Il crée de la place pour que le changement puisse exister lorsque le moment est venu d’entamer une nouvelle étape du chemin de vie, qu’il s’agisse d’un individu ou d’une communauté. Ces passages sont les moments sacrés de l’existence ; on publie trop souvent que sacrifier signifie « faire du sacré ».

Rien n’est immuable, sauf l’éternelle succession des cycles, faits d’une phase de destruction, de séparation, et d’une phase de réunion, de création ; le solve et coagula des alchimistes. Au fur et à mesure que les cercles des années s’inscrivent dans son tronc, l’Arbre croît en force et en sagesse. De même, acceptant les épreuves, les joies et les réalités de notre existence telles que le Créateur l’a dessinée, nous croissons en force intérieure. Puis, nous apprenons à aimer la Vie. Ce n’est qu’en  3ème  phase qu’il y a lieu de se préoccuper de la comprendre.

Cette séquence est la voie de la sagesse. Dans une culture au mental prédominant comme la nôtre, on a tendance à vouloir tout comprendre, puis on se résigne à accepter, et en phase terminale, on songe à aimer.

Vous pouvez recopier ce texte à la condition d’en mentionner la source : Francesca du forum La Vie Devant Soi  http://devantsoi.forumgratuit.org/  

L’HUMAIN EST COMME LE PIN

 

12-12-11-19Il existe une variété de pin dont les graines ne germent qu’après une activation par le feu, laquelle est produite généralement par la foudre ou par une sécheresse. La forêt de pins devient très sèche par manque de précipitations, des orages se forment dans l’air chaud, et ces conditions atmosphériques sont souvent accompagnées d’éclairs. La foudre frappe alors un arbre, qui s’enflamme parce qu’il est très sec, puis toute la forêt prend feu.

Pour un observateur, la foudre semble provenir du ciel, mais en réalité, elle provient de la terre. Lorsque le feu dévore la forêt en brûlant les pins, les graines de cette espèce particulière sont activées. Elles ne sont pas détruites par le feu. Avec le temps, de nouveaux arbustes apparaîtront sur le sol dévasté.

On peut comparer vos codons intergalactiques aux graines de cette espèce particulière. Les forces qui les activent échappent à votre contrôle. Les déclencheurs cosmiques sont comme la foudre. Votre civilisation est en feu, littéralement dans certains cas et symboliquement dans d’autres.

Vos manipulateurs terrestres n’ont aucun pouvoir sur ces déclencheurs cosmiques car ceux-ci ne proviennent pas de cette planète, et vos autres manipulateurs, ceux qui cherchent des renforts auprès de leurs voyous intergalactiques, sont déçus. Pourquoi ? Parce que ces renforts sont bloqués par nos vaisseaux et ceux de nos alliés intergalactiques.

Il ne fait aucun doute que la situation est très complexe. Les humains qui s’attendent à nous voir arriver dans des vaisseaux tridimensionnels s’illusionnent. Il faut une énergie énorme pour abaisser le taux vibratoire de nos vaisseaux jusqu’à la troisième dimension. Nous pouvons le faire au besoin par une technologie de la lumière, mais ce serait en dernier recours.

Ce que je tiens à vous dire à ce moment de notre entretien, c’est que vos codons intergalactiques sont activés par les déclencheurs cosmiques et que cette activation se poursuivra.

Le développement de nouvelles aptitudes humaines au cours du prochain siècle éclipsera tous les sauts évolutionnaires que votre espèce a connus jusqu’ici.

Extrait du message de EKTARA – Arcturiens  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

NOS CHOIX INDIVIDUELS DEVIENNENT NOTRE REPONSE COLLECTIVE

 

bulles C’est dans notre façon de mener notre existence quotidienne que l’essence de nos choix – la coopération ou la compétition, le pouvoir de l’amour ou de la peur – imprègne le champ qui interconnecte tout ce qui existe. Ce sont aussi ces choix qui finissent par transparaître dans notre manière de gérer les crises mondiales. Soyons clairs : cela ne veut pas dire que nous ne faisons rien. En fait, c’est tout le contraire. Il s’agit de l’action, celle qui apparaît chaque jour dans notre façon de vivre.

Tous les jours, nous avons entre les mains le pouvoir d’aider les autres ou de leur nuire. Par exemple, facilitons-nous les choses au véhicule qui nous précède sur la route en ralentissant pour permettre au chauffeur de retrouver la sortie qu’il a manquée, ou bien l’ignorons-nous au risque de notre vie et de la sienne en continuant à toute vitesse sur notre voie parce qu’il nous a « coupés » ? Réagissons-nous à l’hostilité d’une caissière d’épicerie qui traverse une mauvaise journée ou comprenons-nous que son impolitesse  n’est pas dirigée contre nous personnellement ?

J’ai vu de mes yeux fonctionner avec succès en divers endroits les principes de la cohérence fondée sur le cœur, dans la salle de conférences d’une entreprise comme dans un théâtre rempli de 5000 personnes. Le secret, c’est que le monde change lorsque nous changeons.

Dans un monde baignant dans un champ reconnu par la science et qui connecte tous les cœurs entre eux, la question porte moins sur la manière d’atteindre les PDG des multinationales et les dirigeants des nations que sur ce que nous choisissons de placer dans le champ quantique ou la matrice énergétique sui nous connecte tous.

Dans cette optique, les grandes catégories suivantes sont des exemples de choix quotidiens ayant le potentiel d’exercer un impact planétaire. En fait, ces choix précis peuvent faire pencher la balance de la paix et de la vie en notre faveur en temps de crise.

LES MEDIAS. De plus en plus de preuves indiquent que les images et les mots dont nous nous entourons affectent la réalité de notre monde, ce qui conduit à une question fondamentale : Quand nous regardons un film ou écoutons la radio en compagnie de nos amis ou de notre famille, ne faisons-nous que nous divertir sans plus ou bien, comme l’indiquent les études, créons-nous les composantes du monde dans lequel nous vivons ?

Les parallèles entre les scénarios cinématographiques apocalyptiques de la fin du XXè siècle et les crises uniques de notre temps sont frappants et peuvent illustrer précisément ce point. Il est évident que les médias jouent ici un rôle important. Pour cette raison, notre choix de soutenir les images et les dénouements positifs qui vont dans le sens de la vie envoie un message puissant aux studios qui produisent les films.

L’ALIMENTATION. L’une des choses les plus simples et les plus saines que nous puissions accomplir pour faire pencher en notre faveur la balance du commerce conscient, c’est d’encourager et de soutenir les entreprises vendant des produits bio cultivés localement. Quand nous mangeons « local », nous éliminons l’énorme empreinte carbonique laissée par la combustion du carburant nécessaire au transport jusqu’à nos supermarchés, par avion, par bateau et par camion, des fruits et légumes saisonniers cultivés sur des fermes commerciales à l’autre bout du monde. La plupart des épiceries vendent maintenant des produits bio. Chaque fruit et légume devrait porter une étiquette indiquant son origine, et son mode de culture ; Plusieurs communautés possèdent aussi des coopératives alimentaires et des restaurants qui soutiennent les entreprises locales et organiques « de la ferme à la table ». Cherchez-les dans votre région.

LES AFFAIRES. Bien sûr, personne ne veut retourner au mode de vie « primitif » du passé et nous n’avons certainement pas besoin de le faire, mais nous disposons d’options écologiques pour les articles dont nous avons besoin à la maison et au bureau. Par exemple, nous pouvons acheter des serviettes de papier, des mouchoirs et du papier hygiénique faits de matières recyclées qui réduisent les coupes d’arbres. De plus, nous pouvons nous procurer des produit sen plastique moulé fabriqués à partir de matière recyclées – y compris des bouteilles, des contenants de yaourt et même des brosses à dents – au lieu d’utiliser des ressources déjà en quantité insuffisante.

LA VIE CONSCIENTE. En ce qui concerne l’impact de nos choix sur le monde, les ressources pour guider nos décisions ne manquent pas. Comme tout le monde n’apprend pas de la même façon, nous avons la chance de disposer d’une myriade d’approches pour créer le monde plus coopératif qui émerge en ce moment. Les livres suivants sont des ouvrages bien écrits qui explorent sous divers aspects très intéressants des secteurs spécifiques de la vie consciente !

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Gregg Braden : Vérité essentielle – Activer la mémoire de nos origines, de notre histoire et de notre destinée aux Editions Ariane

A LIRE EGALEMENT 

  • Evolution spontanée. Comment cocréer un avenir positif, par Bruce Lipton et Steve Bhaerman (Ariane Editions, 2011)
  • Le Plan B. Pour un pacte écologique mondial, par Lester R.Brown (Hachette Littérature, 2008)
  • L’Intelligence intuitive du cœur ; La Solution Heartmath, par Doc Lew Childre et Howard Martin (Ariane Editions, 2005)

LES CONTRATS DES MAITRES

 

470f5a38La Bible hébraïque, ou Ancien testament, constitue avec le Nouveau Testament chrétien une mine d’informations sur les ententes contractuelles que Dieu ratifia avec le peuple d’Israël, et plus tard avec les disciples de Jésus. En effet, le mot testament désigne un accord juridique, comme dans l’expression « dernières volontés et testament ». Aux premiers chapitres de la Genèse, Yahvé conclut un accord avec Adam ; « Tu peux manger de tous les arbres du jardin » sauf celui de la connaissance du bien et du mal, « car le jour où tu en mangeras, tu deviendras mortel » dit Yahvé. Adam et Eve ne respectèrent pas leur entente et en subirent les conséquences ; la mort et sa connaissance préalable. Selon l’étonnante théorie du rabbin Harold Kushner, Adam et Eve ne furent pas vraiment punis pour avoir mangé de l’arbre de la connaissance, mais pour avoir accédé à la conscience qui nous sépare des animaux, car ceux-ci n’ont pas à prendre les sortes de décisions morales et éthiques qui font partie de la vie des êtres pensants… ou d’un Contrat sacré. Mais comme les ennuis d’Adam et Eve débutèrent lorsqu’ils contrevinrent à leur part de l’entente avec le Divin, cela montre l’importance accordée aux Contrats par nos ancêtres spirituels en Occident. Et le Contrat de Dieu avec Noé, ne proposait rien de moins que la survie et l’épanouissement de l’espèce humaine.

Nombre d’entre nous estiment qu’il suffit d’être brillant, plus dévoué ou plus saint pour savoir ce que nous sommes venus faire sur terre, car alors, Dieu ou l’univers nous éclaireront sur notre missions véritable. Nous croyons à tort que les grands chefs spirituels, tels. Mais aucun de ces personnages n’a vraiment vu son Contrat au préalable. La trajectoire de leur vie n’était pas évidente, mais a exigé qu’ils développent la confiance et la force nécessaires pour s’abandonner sans condition à la volonté du Ciel. En général, cela n’arrive pas à un enfant, ni à un adolescent, ni même à un jeune adulte. Ni d’un seul coup. C’est par étapes que nous développons la foi et d’autres capacités, et notre progrès se manifeste davantage vers le milieu de notre vie. Il est vrai, cependant que certains reçoivent une révélation soudaine. Par exemple, des gens par ailleurs ordinaires, ayant vécu une expérience de mort imminente, rapportent un éveil instantané qui leur a permis de voir le plan global de leur vie, qu’ils vivront désormais autrement. Dans la tradition hindoue, les gens, spirituels ou non, ont décri tune extraordinaire montée d’énergie, l’éveil de la kundalini, qui jaillit le long de la colonne vertébrale jusqu’au sommet de la tête et, qui a souvent orienté leur vie vers le service spirituel.

En tant qu’hommes, ces chefs spirituels ont vu Dieu et la vérité. Dans leur humanité, ces prophètes, comme d’innombrables saints et saintes, ont éprouvé de la confusion et de la peu en découvrant le sens de leur mandat. Ils furent souvent guidés, au besoin, mais cela ne les empêcha pas de douter d’eux-mêmes et de se sentir abandonnés, et même désespérés, en cherchant à remplir leur mission, que certains d’entre eux connurent assez tard dans la vie. Chacun fut aux prises avec son ego et mis à l’épreuve parfois à maintes reprise s, afin de déterminer s’il pouvait enfin se relier à la divinité qui était en lui. Collectivement, leur vie forme le prototype archétypal du processus de révélation d’un Contrat sacré.

Quatre des prophètes renoncèrent à leur vie passée pour renaître sous une nouvelle identité. Chacun reçut également un nouveau nom, afin de confirmer cette réalisation spirituelle. Un rituel de changement de nom a lieu lorsqu’un individu ne peut plus être reconnu sous son identité originelle par la société qu’il sert, lorsqu’il a dépassé sa fonction humaine pour devenir un Soi éternel, un chef universel ou l’incarnation d ‘une vérité supérieure. Abram devint Abraham lorsque le Seigneur scella leur alliance ; Jésus fut appelé le Messie et après sa mort, le Christ (l’Oint celui qui a reçu l’onction). Après sa transformation spirituelle, Siddhârta Gautama devint le Bouddha (l’Eveillé). Et Mahomet, fils d’Abd Allah, fut appelé le Prophète.

On donne également un nouveau nom à une âme pour souligner l’accomplissement conscient des tâches nécessaires ; le Contrat sacré. L’individu est arrivé à son plein pouvoir, même s’il n’a pas encore terminé son Contrat ni sa vie. Désormais, il ne fait appel qu’au pouvoir de l’âme et ne parle qu’avec la voix de l’âme. Alors, c’est l’âme qui reçoit un nom. L’ego ou l’ancienne identité ne domine plus, mais devient un fidèle serviteur, un véhicule pour lequel l’âme communique les messages du Divin.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

POMMES, AIMANTS ET L’ERE SCIENTIFIQUE

 

imagesRègle générale, on admet que la science moderne et l’ère scientifique ont débuté en juillet 1687. Isaac Newton publia alors son ouvrage Philosophiae Naturalis Principia Mathematica (en français : Principe mathématiques de la philosophie naturelle), un ouvrage qui a fait école et démontré les mathématiques décrivant notre univers quotidien. Depuis plus de deux cents ans, les observations de Newton sur la nature ont servi de fondement au domaine scientifique désigné physique classique.

Grâce aux théories sur l’électricité et le magnétisme de la fin des années 1800 et aux théories d’Albert Einstein sur la relativité du début des années 1900, la physique classique a réussi à fournir une explication aux « gros objets » dans l’univers ; le mouvement des planètes et des galaxies, a chute de pommes des arbres (selon l’anecdote populaire, Newton aurait découvert la loi de la gravité après qu’une pomme lui fut tombée sur la tête) etc. Cette explication nous a si bien servis que grâce à la physique classique nous avons été en mesure de calcule l’orbite de nos satellites et d’envoyer des hommes sur la Lune.

Au début des années 1900, cependant, de nouvelles explorations démontrèrent que les lois de Newton ne s’appliquaient pas partout dans la nature. Sur l’univers infime des particules dans l’atome jusqu’au comportement des atomes lors de la naissance d’étoiles dans des galaxies éloignées, la physique classique n’avait pas d’explications à fournir. Selon la méthode scientifique, si la manière de penser existante ne parvient pas à expliquer ce que nous voyons alors il faut mettre à jour notre perception du monde afin de tenir compte des nouvelles observations et découvertes. Dans le domaine de la physique, cette attitude a produit ce que nous appelons aujourd’hui physique quantique l’étude à une échelle infinitésimale des phénomènes régis par des forces qui sous-tendent l’univers matériel.

Dès que la physique quantique eut fait son apparition, le grand défi fut de marier les diverses vues représentées par la physique classique et la physique quantique en une théorie unique sur l’univers et la vie ; une théorie unifiée. A date, on n’y est pas parvenu. Quelques théoriciens ont résolu des fragments individuels du casse-tête, mais aucun n’a résolu le problème dans son ensemble. A l’instar de fissures qui se forment sur un barrage une fois qu’on a comblé les failles existantes, les théories naissantes ont répondu à certaines questions, mais en ont suscité d’autres là où l’on ne supposait même pas l’existence de questions.

L’évolution de la théorie des cordes illustre parfaitement ce point. En 1980, l’idée que l’univers était constitué de cordes d’énergie invisibles qui vibrent laissait entrevoir la prochaine grande révolution en physique ; Cependant, plus les physiciens examinaient la théorie à fond, plus cette idée présentait des problèmes. « Les principes de base n’y étaient plus ».

De même, l’équation d ‘abord prometteuse de Wheeler-DeWitt (équation WD) en vue d’unifier les physique classique et quantique s’effondra rapidement lorsque les « clauses cachées » devinrent évidentes. Pour accomplir cette tâche apparemment impossible, l’équation WD omettait un facteur important qui entraînait des problèmes ; le facteur temps. Si cette omission facilitait les calculs, le temps fait partie de notre monde e t de notre vie. Sans celui-ci, les équations ne peuvent représenter adéquatement le mystère qu’elles tentent de résoudre.

Pour le moment, la réalité crue est donc celle-ci ; il y a maintenant plus d’un siècle que Max Planck a formulé les principes au cœur de la théorie quantique. Après cent ans où des esprits scientifiques les plus illustres travaillèrent sur les théories les plus avancées en mathématiques et en physique, et évaluèrent les théories les plus complexes dans les instituts de recherche les plus évolués de l’histoire du monde, on s’attendrait logiquement à avoir résolu les problèmes majeurs qui compromettent notre  vision scientifique du monde. Et ce, si nous étions sur la bonne voie.

Puisque nous ne le sommes pas, nous devons maintenant envisager la possibilité d’être sur une fausse piste.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Gregg Braden : Vérité essentielle – Activer la mémoire de nos origines, de notre histoire et de notre destinée aux Editions Ariane

 

Le chaînon manquant manque toujours

 

Depuis la naissance de la théorie évolutionnaire en 1859 jusqu’à la rédaction de ceci, on n’a jamais trouvé de preuve évidente d’une espèce transitionnelle conduisant jusqu’à nous – des fossiles démontrant que nos ancêtres évoluaient vers une forme de plus en plus humaine. Et ce, en dépit d’une technologie sophistiquée et d’une main-d’œuvre importante consacrée à la question. Si on examine de plus près l’arbre généalogique humain, on s’aperçoit que plusieurs des liens que l’on suppose incontestés entre des découvertes de fossiles ne sont en réalité que des liens présumés ou inférés.

Autrement dit, la preuve concrète qui nous relie aux vestiges de ces créatures du passé n’a pas encore été établie.

EVOLUTION HUMAINE

Dans De l’Origine des Espèces, Darwin admet ce manque de preuves. Il reconnaît aussi qu’il est peut-être dû  à un défaut dans la faço des géologues d’envisager la Terre ou dans sa théorie de l’évolution. Reprenons ses propos :

La théorie de la sélection naturelle impliquant l’existence antérieure d’une foule innombrable de formes intermédiaires… on peut se demander pourquoi on ne voit pas autour de nous toutes ces formes intermédiaires ; Pourquoi ne trouvons-nous pas, dans toutes les formations géologiques, une grande abondance de ces formes intermédiaires ? Bien que les recherches géologiques aient incontestablement révélé l’existence passée d’un grand nombre de chaînons qui ont déjà rapproché les unes des autres bien des formes de vie, elles ne présentent cependant pas, entre les espèces actuelles et les espèces passées, toutes les gradations infinies et insensibles que réclame ma théorie, et c’est là, sans contredit, l’objection la plus sérieuse qu’on puisse lui opposer.

Réfléchissant à ce dilemme apparent, Thomas H.Morgan, lauréat du prix Nobel de médecin en 1933, déclarait qu’en appliquant « les analyses les plus strictes pour discerner les espèces » nous n’avons « jamais vu un seul cas de transformation d’une espèce en une autre ». Deux découvertes de la fin du XXè siècle feront peut-être la lumière sur la raison pour laquelle le point entre l’être humain ancien et moderne pose problème et sur ce que révèle le chaînon manquant à propos de notre histoire. Pour des motifs scientifiques solides, si l’australopithecus afarensis et les Neandertal racontent l’histoire de quelqu’un, ce n’est sans doute pas la nôtre.

[…] De la couleur des yeux et des cheveux jusqu’au sexe et à la prédisposition à certaines maladies, les codes déterminant l’apparence et le fonctionnement de notre corps sont contenus dans le plan de nos gènes, dans l’ADN. Une fois déchiffré le code qui détient les éléments de notre passé, la science qui consiste à mettre en correspondance des segments d’ADN pour déterminer la paternité, identifier les personnes disparues et associer les auteurs de crimes au x lieux des crimes en question est devenue une pierre angulaire dans les domaines policier et médicolégal. C’est désormais le fil de trame d’une série policière des plus populaires dans l’histoire de la télévision… En 1987, pour la deuxième fois dans l’historie, on appliqua à l’étude des origines humaines les procédés dont se servent les investigations médico-légales de CSI et dont les résultats sont désormais admis comme preuves jusqu’à la Cour suprême. En 2000, les chercheurs du Centre d’identification humaine à l’Université de Glasgow publièrent les résultats de leurs comparaisons de l’ADN d’une espèce censée avoir été parent de l’humanité moderne. Avec des collègues en Russie et en Suède, les scientifiques ont évalué l’ADN d’un nourrisson Neandertal exceptionnellement bien préservé qu’on avait découvert dans une grotte en calcaire dans le nord du Caucase, à la frontière entre l’Europe et l’Asie.

Théoriquement, la comparaison génétique devrait résoudre l’énigme de notre ascendance, et pourtant les résultats soulèvent davantage de questions sur notre lignée évolutionnaire et nos origines, questions qui débouchent sur une zone « interdite ».

L’expression premier homme moderne (PHM) ou premier homme anatomiquement moderne (PHAM) s’est substituée à Cro-Magnon et réfère à notre ancêtre le plus rapproché. Les scientifiques estiment désormais que les différences physiques entre les humains contemporains et ceux des PHM sont si subtiles qu’elles ne justifient pas de scinder les regroupements. Autrement dit, même si les humains d’autrefois ne se comportaient pas comme nous, ils nous ressemblaient. Ou inversement, nous leur ressemblons toujours ; notre apparence n’a pas tellement changé depuis l’apparition de nos premiers ancêtres sur terre il y a environ 200 000 ans. Ce fait s’avère problématique pour ceux qui cherchent à étirer les changements évolutionnaires sur de longues périodes en vue d’expliquer comment nous avons atteint notre forme actuelle.

En 2003, des avancées en technologie génétique ont permis d’établir des comparaisons encore plus ambitionneuses avec l’ADN  ancien. En l’occurrence, des analyses ont mis en rapport les Neandertals et nos premiers ancêtres confirmés, les PHM. Une équipe de scientifiques européens compara de l’ADN provenant de deux PHM, datant respectivement de 23 000 ans et 25 000 ans, à de l’ADN de Neandertals remontant de 29 000 à 42 000 ans. Les conclusions, publiées dans Proceedings of the National Academy of Sciences, précisait : « Nos résultats contribuent aux preuves recueillies de divers domaines, preuves qui rendent très improbable l’hypothèse d’un « héritage Neandertal ». Autrement dit, les Neandertal que films et bandes dessinées décrivent comme des hommes des cavernes ne sont pas les ancêtres du PHM. Nous ne sommes donc pas descendus d’eux ; ils ne peuvent être nos ancêtres.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Gregg Braden : Vérité essentielle – Activer la mémoire de nos origines, de notre histoire et de notre destinée aux Editions Ariane

QUI A-T-IL DE MAL A CHANGER

 

images (7)C’est que cela vous sort de l’ignorance et, tant que vous êtes dans l’ignorance, vous pouvez être contrôlés. Tans que vous ressemblez à tout le monde et ne changez pas, vous pourrez toujours retourner au bercail. Dès que vous changez, vus devenez un individu qui sort du schéma habituel. Vous n’êtes plus dévoués à la réflexion sociale. Vous devenez l’individu.

Pourquoi êtes-vous si dévoués à votre passé que vous ne pouvez évoluer vers votre futur ? Si quelqu’un ne change pas son futur sera ce que sera son passé, incarnation après incarnation après incarnation. Vous êtes las des choses que vous avez faites dans cette vie et vous voulez en devenir maître. Ce ne sont plus des erreurs, elles sont sagesse. Mais imaginez une entité qui ne change pas et qui, lors de chaque incarnation, quelle que soit l’image ou l’identité qu’elle ait choisi d’être ou choisi d’exprimer, se trouve sans exception face au même dilemme lors de chacune de ses incarnations. C’est comme se réveiller tous les jours et se diriger vers le mur pour y s’écrie ; « J’ai pêché, j’ai pêché, … c’est une erreur, je suis malheureux, je suis misérable, je suis une victime. C’est ma faute ; je rends les gens malheureux. Je ne serai jamais aimé ; je ne réussirai jamais dans la vie. Je ne vaux rien. …  » tous les jours, tous les jours… Imaginez une incarnation qui reflète ceci dans les frictions qu’elle offre, et ce, lors de chacune des incarnations. C’est cela la dévotion.

Le changement : oui, il n’est pas possible d’évoluer notre conscience sans changer notre réalité. Si la nature peut changer sous vos pieds, comment se fait-il que vous ne le puissiez pas ? Si la nature peut provoquer l’explosion d’une montagne, qu’est-ce donc que la nature connaît que vous ne connaissez pas ? Et si vous aviez su, peut-être n’auriez-vous pas été sur la montagne ; est-ce exact ? Oui ?

Changer signifie évoluer votre conscience. Ecoutez, lorsque je vous ai dit que l conscience qui crée la friction dans le but de l’interaction ne peut pas être la même conscience qui va en devenir maître et la transformer en sagesse ; si vous ne changez pas au moment où l’interaction se produit, et cela est vrai pour chacun dans la pièce, et si vous gardez la même vision au moment où vous avez une interaction, cela va devenir un problème. Combien d’entre vous ont essayé de changer ?  Vous avez réalisé une expansion de votre conscience, vous avez bougé et, au moment où vous avez bougé, et que ce changement se matérialisa, que la friction et l’explosion se produisirent et que la joie disparut, tout commença à se désagréger, car certains d’entre vous ne comprennent pas que la même conscience qui avait créé votre friction n’est pas la conscience qui la résoudra en sagesse. Vous avez cessé de grandir.

Autrement dit, lorsque les choses deviennent un peu difficiles, vous prenez peur et vous vous enfuyez. Cela n’a pas marché pour vous. C’est ce que les gens disent tout le temps. Cela n’a pas marché. Tout s’est effondré. Eh bien, je fus pris par la peur, je n’ai pas pu trouver du travail, mon puits se trouva à sec, il y a eu une fuite à la maison, et toutes les autres choses que vous possédez qui sont toutes les raisons pour lesquelles vous vous êtes enfuis et n’avez pas accepté de faire le pas suivant parce que vous pensez avec la même concentration que celle qui vous a permis de créer. Et ce n’est pas ce qu’il faut faire car, lors de chaque interaction, vous devez vous poser cette question : « Qu’ai-je appris «  ? C’est à partir de cela que vous glanez la sagesse de la situation qui est inscrite dans le livre, et cela devient à ce moment-là la conscience plus élevé. Et c’est elle qui résout le problème. Cela devient une bénédiction. Vous avez alors véritablement réalisé une expansion de votre réalité, de votre manière de penser et de votre pouvoir.

Les gens cessent donc de grandir à un certain point ; Ils n’entendent que ce qu’ils sont capables de percevoir ; Tout le reste rebondit sur eux. Dès l’instant où les choses deviennent un peu rudes, quand ils ont fait le premier pas pour changer, ils ont cessé de grandir ; Ils ont pris peur. Et tous ceux qui leur ont dit qu’ils ne devraient pas faire cela – je t’avertis, si tu y vas, tu vas le regretter – tous ces arguments qui appartiennent à l’esprit de singe leur reviennent et ils s’arrêtent à ce point précis. Allez-vous résoudre cette question ou bien est-elle trop terrifiante pour vous ? l‘inconnu, l’esprit subconscient sont-ils si peu fiables que vous n’avez pas la force de continuer ou bien encore allez-vous rebrousser chemin et retourner vers la dévotion qui vous est familière ? Oh, bigre oui !

Maintenant écoutez. En un sens, ce n’est pas juste car je peux voir toutes les pages jusqu’au moment où le livre est fermé. Vous n’en êtes qu’à la quatrième page. Et le livre ne vous permet pas de tourner les pages pour que vous puissiez lire la dernière. On ne peut faire cela avec ce livre. En conséquence, vous ne savez pas ce que le reste du livre prépare pour vous. Vous seriez plus à l’aise si vous pouviez lire la dernière page ; vous pourriez alors commence rà lire le reste du livre. Pourquoi pas ? C’est ma réalité. Je peux faire ce que je veux, quoi que ce soit ; Est-ce la vérité ? Oui. C’est pourquoi on me pose toujours ce genre de questions : « Pourriez-vous me dire approximativement combien de temps cela va durer ? Pourriez-vous m’aider, m’envoyer un grand nombre de messagers ? Je sais que je vais être capable de faire ce changement et que je vais être plus heureux que je ne l’ai jamais été de toute ma vie ». Gelés sur place. Oui, c’est vrai.

Je comprends votre réticence car vous avez été l’objet de tellement de conditionnements, avec tellement d’images pour être dévoués. Et ce qui jadis était une réaction naturelle, vous savez, comme un train, nous devons maintenant l’apprendre. Nous voulons avancer ; Et nous faisons l’expérience d’une interaction avec des êtres extraordinaires pour que nous puissions devenir tout ce qui est dans notre capacité car la nourriture n’est pas ce que nous mettons dans un trou sur notre visage. C’est ce avec quoi nous réalisons l’expansion de notre conscience t que nous possédons dans notre âme. Ceci était si naturel. Il n’y avait rien à craindre car personne n’avait créé la peur. Je n’existais pas. L’inconnu était la tentatrice ; l’inconnu était la compilation du Présent.  Sois élevé dans ton Esprit !

Si  tu devais dormir sous un point ou sous  un arbre ; serait-ce si grave ? Quel serait alors ton débiteur ? Et ce que tu as créé auparavant, tu peux le recréer avec un pouvoir accru, une connaissance accrue, une compréhension accrue, et tu ne seras plus jamais berné par quiconque. 

Mais je vous vois agoniser à l’idée de quitter votre passé. Cela vous montre à quel point vous êtes dévoués. La mère de la dévotion, c’est cela dont il s’agit, vous maintenir dans votre position au sein du mensonge. Pourquoi la presse vous ridiculiserait-elle pour avoir changé et être venus dans cette partie du monde ou bien pour mettre  de la nourriture de côté ? Parce que , si tout le monde commençait à le faire, où seraient-ils ? Où en serait l’économie ? Et si les gens commençaient à penser par eux-mêmes et éteignaient la télé, quel pouvoir auraient-ils sur vous ? En vous programmant quotidiennement ils vous maintiennent dans l’ignorance. Comprenez-vous ? Et ils ne vont pas vous aimer pour être un individu. Ce n’est pourtant qu’en devenant une conscience évoluée que l’on voit Dieu.

L’illumination, ce n’est pas des bracelets. C’est la vérité nue qui s’exprime. C’est une lumière qu’est qu’un individu qui ne craint rien car il y existe pour créer sa destinée. Il ne resterait jamais là à agoniser, à agoniser à propos d’un petit changement dans sa vie, pendant toute sa vie, car aussi longtemps que l’on demeure dévoué à l’ignorance, aucune évolution n’est possible. Et vous n’irez que jusqu’à un certain point pour que votre conscience s’élargisse en sorte de créer ce qu’on appelle une option et ce qu’on appelle en vérité une réalité issue de votre esprit subconscient, étendre votre conscience pour la consommer, la matérialiser dans votre vie et avoir l’interaction avec elle. Et dès que vous avez fait le pas, vous êtes pris de peur parce que vous avez été torturés, vous avez été ridiculisés, vous avez été mis au ban de al société, vous avez été taillés en pièces, vous avez été torturés vie après vie. Et, en un tel moment, plongés dans les ténèbres de l’âme, alors que les choses tombent en pièces autour de vous, vous prenez la décision d ‘aller plus loin ou pas car la conscience ne subit pas l’expansion qui lui permettrait de recevoir le don de l’expérience. 

Qu’il en soit ainsi.

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « La connaissance sacrée des écoles de Sagesse» aux Editions AdA.

 

A l’école des mères médiatrice

 

856927-2D’où viennent l’Amour Inconditionnel et le Nourrissage

Laissez-moi vous parler de vous tels que vous étiez avant de vous réincarner. Toute personne qui vient dans cette école – et ceci devrait être une description historique de la réincarnation et du voyage qui mène ici, dans ce lieu sur la carte de votre destinée – c ‘est parce qu’elle a été gloutonne dans sa vie antérieure. Gloutonne. Vous avez été gloutons et/ou vous avez combattu pour votre survie au cours d’une bataille, et au moment de mourir, vous vous êtes posé la question suivante ; la première question que vous vous soyez posée fut de savoir où était votre mère. Il n’y a pas un seul soldat, une seul guerrier qui au moment de mourir sur le champ de bataille, n’appelle instinctivement sa mère. Ils le font tous. Ceci est un fat absolu. J’en ai été le témoin moi-même. Pourquoi font-ils cela ? Je voulais donc vous poser la question suivante : pourquoi croyez-vous – vous croyez que c’est stupide ? – que tous les guerriers appellent leur mère juste avant de mourir ? Veuillez vous tourner vers votre partenaire et lui dire pourquoi vous croyez cela.

Eh bien, voilà la réponse à cette question : c’est parce que, quand vous étiez petits, l’aspect le plus réconfortant et le plus aimant n’a jamais été le père ; cela a toujours été la mère. Et chaque fois que vous vous êtes fait mal, vous êtes blessés ou cogné, vous êtes allés  auprès de votre mère qui remit tout dans l’ordre. Lorsqu’un soldat a les boyaux éclatés et la moitié du corps qui manque, la seule personne qu’il appelle est sa mère. Il en a été ainsi tout au long de l’histoire ; Pourquoi ? Ils demandent à leur mère de les aider, car c’est la seule personne dans leur vie qui puisse les aider. Et la deuxième personne qu’ils appellent est Dieu : « Dieu aide-moi » Et ils meurent.

Les mères ici présentes, à quel point sont-elles divines ? A quel point le sont-elles divines ? A quel point les femmes sont-elles divines ? Combien d’entre vous comprennent la question ? Vos femmes sont-elles divines ? Chaque petit garçon sait que, lorsqu’il s’égratigne le genou ou reçoit un coup sur la mâchoire, sa mère va prendre soin de lui, l’aimer, le prendre sur sa poitrine et que cela suffit à faire que les choses aillent mieux, n’est-ce pas ? Quel que soit leur âge, c’est ce qu’ils croient ; C’est la raison pour laquelle ils sont épris des seins des femmes ; ils tentent de retrouver leur mère ; Combien d’entre vous comprennent ?

Maintenant, suivez-moi bien. Je vais quelque part avec cette histoire. C’est parce que, dans toutes leurs aventures, leur mère leur demande toujours de prendre soin d ‘eux-mêmes et de faire attention ; ils ont été des fils rebelles, sont partis et on fait ce qu’ils voulaient d e toutes façon. Mais quand ils se sont blessés, est-ce que les gens contre lesquels ils se sont rebellés ont pris soin d’eux ? Non. Qui donc sont-ils allés trouver ? Maman, la bonne terre. C’est la raison pour laquelle les femmes ne sont pas des hommes. Les hommes ont l’esprit d’aventure et sont spontanés ; ils fécondent n’importe quel trou qu’ils voient. Les femmes, elles, doivent porter la responsabilité de ce qui sort de ce trou.

Que pouvons-nous donc dire des femmes ?

Eh bien, pour la plupart, les femmes se donnent aux hommes. Et, à moins qu’elles ne soient des prostituées ou des hétaïres, elles oeuvrent réellement dur pour plaire à leurs époux, leurs amants et leurs hommes. Mais, si elles tombent enceintes, le doit de Dieu n’est pas dirigé en direction du père ; il est dirigé dans leur direction. Ce sont donc elles qui supportent la croissance au sein de leur matrice et ce sont elles qui supportent l’enfant, elles qui sont continuellement là. Les soldats sur le champ de bataille n’appellent jamais, ou rarement, leur père ; Je les ai observés et cela est vrai jusqu’à vos guerres les plus récentes. Ils appellent leur mère ; ils n’appellent pas leur père. Ne trouvez-vous pas cela intéressant ?

D’où viennent donc l’amour inconditionnel et le nourrisage des mères ? C’est vrai. Et ils appellent leur mère et leur mère est loin, et ils appellent et leur souffrance est terminée ;ils sont partis pour toujours. Ils ne seront jamais plus avec leur mère. Une telle situation est tout à fait tragique. Cela est la partie de l’humanité qui n’est l’objet d’aucune louange, dont on ne parle pas, et c’est la raison pour laquelle je suis une femme, cette compréhension totalement bienveillante de ce que c’est que de recevoir la semence de l’homme que vous aimez et d’avoir ensuite à prendre soin de cette semence, à la nourrir, à la laisser croître dans votre corps, cet enfant grandit en vous.

C’étaient des fils de mères qui étaient sur le champ de bataille de mon époque, pas des fils de pères. Ainsi, en regard de toute éternité, où donc le siège de l’amour absolu et de la protection se trouve-t-il ? Dans la femme, la partie la plus menacée, car la femme peut aimer le monde. Si une seule femme faisait tous les enfants et si tous les enfants du monde étaient ses petits-enfants, il n’y aurait jamais de guerre. Mais si les amants entrent en jeu, il y aura toujours la guerre.

Si lors d’une bataille rangée, les mourants appellent leur mère – que ce soient des hommes virils, des guerriers de renon – à qui revient-il d’être le professeur de l’humanité ? Une femme qui apporte douceur à la souffrance, réconfort à la peur, joie et amour, l’idéal même que les hommes appellent de toutes leurs forces au milieu de la bataille rangée alors que leurs boyaux se vident autour d’eux, qu’ils meurent, que leur cœur éjecte les dernières gouttes de leur sang et leur force vitale. Qui donc devrait être le professeur des générations à venir ? Vous l’avez !

Je veux que vous compreniez pourquoi vous ne savez pas reconnaître un maître. Regardez, si génie sans cœur, je conquis les deux tiers du monde connu, ce que j’avais à conquérir, étant devenu le vent, jusqu’à en être épris des montagnes enneigées, des arbres givrés, des vertes rivières et des roseaux, ce fut d’apprendre l’amour, de l’apprendre tel que le voit une femme ; Les femmes sont plus proches de Dieu parce qu’elles ne sont pas naturellement dans le premier sceau. Elles n’y sont naturellement que lors de la saison de leur ovulation. Tout le reste, elles s’y efforcent. Là où l’homme se situe à ce moment-là, les femmes n’y sont pas. Elles sont les qualités nourissantes de la Terre. C’est pourquoi la nature est dénommée la mère. Elle sait ce que c’est que de souffrir longtemps, d’aimer longtemps. Et elle est cruelle car elle sait éliminer toute faiblesse quelle qu’elle soit et sera le support du plus fort de ses génomes, sa genèse.

J’ai donc découvert à propos des femmes que les qualités féminines ont été haïes par les pouvoirs en place, en vérité l’Eglise, en vérité les royaumes, car les femmes ont en elles-mêmes une compassion qui leur est naturelle. C’est la même chose en ce qui concerne avoir des enfants. C’est une compassion naturelle. Elles ont un amour naturel. Si on plaçait une femme sur le trône d’une principauté et l’initiait à considérer chaque personne comme son enfant, elle deviendrait le plus féroce des guerriers et protégerait chacun de ses enfants. Elle le ferait. Cela est la raison pour laquelle si peu de femmes ont accédé au trône.

Oh Oui, il en faut pour allumer une femme. Et les femmes d’aujourd’hui sont artificielles. Ce sont des petits enfants programmés sans opinions ; elles veulent seulement être belles et idolâtrées ; Cela dénote un effondrement de la conscience. C’est cela. Mais les femmes ont une vertu . Et cette vertu, la voici : tous mes soldats, qui appelaient-ils au moment de mourir ? Leur mère, des femmes que je n’avais jamais connues, d es femmes qui, je l’imagine, apprenant que leur fils – leur fier et magnifique fils – avait été abattu sur le champ de bataille, crieraient, pleureraient et porteraient des vêtements de deuil pendant longtemps. Je n’ai pas connu un seul père qui ait fait cela. Les femmes le font. Cela montre l’intensité de leur amour. Elles deviennent ensuite des proies et on les soupçonne. Dans le monde, elles sont des marchandises. On les traite comme du bétail et comme des objets sexuels car elles n’ont aucun droit et, dans la plupart des pays, elles n’ont pas le droit de vote. Elles n’ont pas le droit à la contestation dans le mariage. Elles n’ont absolument aucun droit, Une mauvais femme est seulement une femme à qui on a renié son amour naturel, rien de plus.

En fait, l’Eglise catholique a  étendu son adoration à la matrice de Marie pour qu’elle intercède auprès de son fils divin pour les péchés de ceux qui viennent se confesser. C’est une femme médiatrice. Pourquoi une femme devrait-elle être une médiatrice ? Pourquoi ne serait-elle pas le don de ce qu’elle est ? Elle est plus haut placée sur l’échelle à sept échelons ; Si on compte sept niveau de l’Hertzien à l’inconnu infini, il n’y a que sept niveaux. Il n’y a que sept niveaux de conscience. Bien sûr, il y a un quart de cercle de potentiels absolus dans le monde quantique à trois niveaux (réalité tridimensionnelle). Comment le sait-on ? C’est ce que j’ai enseigné à mes camarades ce soir. Pensez-vous tout savoir ? Ce soir, regardez le ciel de minuit et imaginez les étoiles que vous ne voyez pas. Si elles appartiennent toutes aux trois premiers sceaux, en toute franchise et en toute vérité, je vous supplie de vous demander combien d’aventures vous avez réellement vécues dans les trois premiers sceaux ? Etes-vous jamais allés au-delà de votre lit, de votre réfrigérateur ou de votre cuisinière, de votre pénis, de votre vagin, de vos siens ou de votre visage ? Etes-vous jamais allés au-delà pour voir que l’espace contient dans ce monde tridimensionnel des possibilités infinies pour vous tous ? Comment pourrions-nous jamais être devenus plus grands que cela ?

Dieu est-il aussi simple que sept échelons ? Oui. Mais le royaume de Dieu et les aventures de Dieu sont-ils plus grands que sept échelons ? Absolument. Une femme est naturellement plus proche de Dieu, plus artificielle envers son amant et plus naturelle envers son propre Dieu de compassion, d’amour, de compréhension et de nourriture de l’âme.

 C’est pourquoi je suis une femme. 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux » aux Editions AdA.

 

L’AME SŒUR JUMELLE D’ISIS

 

 

téléchargement (8)L’entité du nom d’Isis était ce qu’on appelle l’âme sœur jumelle de celui qu’on appelle Osiris. Tous deux s’embarquèrent sur ce plan et, grâce au pouvoir qui émanait entre eux deux, ils établirent ce qu’on appelle la loi souveraine, même en ce qui concerne la prêtrise. La prêtrise les méprisait non seulement parce qu’ils étaient des Pharaons ailés (peuples de femmes) de ce qu’on appelle le passé, mais aussi parce qu’ils possédaient la faculté de voir, de connaître et de comprendre ; en plus de leur grand pouvoir, ils possédaient ce qu’on appelle la compassion. 

En règle générale, les prêtes maintenaient l’ordre parmi leurs disciples grâce à la peur, la pratique d’exercices rigoureux ou une loi changeante, pour ainsi dire. Quant aux Pharaons ailés, entité, ils ne pratiquaient aucune de ces choses là et, bien que possédant un pouvoir absolu, ils possédaient également une compassion absolue. C’est pourquoi, les gens adoraient Isis et Osiris. 

Osiris, en vérité, avait une barbe magnifique, tressée de façon élaborée et entrelacée par celle qu’on appelle Isis à l’aide de ce qu’on appelle du lapis-lazuli et de ce qu’on appelle de la malachite pour orner sa magnifique apparence. Il s étaient si beaux, entité, que les fleurs s’épanouissaient sur leur chemin, ils étaient en effet l’un dans l’un, pareils l’un à l’autres homme / femme / Dieu. 

Alors que les Pharaons ailés contrôlaient en vérité ce qu’on appelle le territoire grâce à la compassion, les Jours de Fêtes qu’ils avaient institués célébraient en vérité le Dieu jubilant de la lumière, le soleil ; le soleil représentait ce qu’en vérité on appelle l’homme individualisé, comme sils l’enseignaient en toute vérité. Ce faut une conspiration de ce qu’on appelle les membres de la prêtrise des « nomes » (province de l’Egypte ancienne), comme on les appelle, qui mirent à mort ce qu’on appelle l’entité Osiris. Ce dernier leur permit de commettre cet acte, car il  ne les terrasserait pas pour la vengeance qu’ils perpétraient contre lui. 

Ce fut Isis, en vérité – après que ce qu’on appelle les os furent placés dans un coffre et jetés dans ce qu’on appelle un fleuve que vous nommez le Nil dont les eaux, entité, dissiperaient à jamais l’essence de son être – ce fut cette femme qui prit les os dans ce qu’on appelle en vérité le coffre, os qu’un arbre avait préservés ; elle les assemblé, pria et leur fit des incantations ; elle se coucha directement sur ces os, jusqu’à ce qu’elle devienne Osiris / Isis / Dieu en un. 

L’entité qui naquit de cette union n’était ni une entité séparée ni un enfant ; Ce fut elle qui, étant devenue Dieu/homme/femme, devin en vérité le gouvernant, pour être finalement renversée plus tard dan son existence par ce qu’on appelle la prêtrise. Sa divinité était éminente, car aucun esprit de vengeance ne l’incitait ni à la conspiration ni à la haine contre ses assaillants. C’est pourquoi on se souvient d’elle et pourquoi ils sont oubliés. 

Le Dieu Horus est un Dieu ailé lui aussi qui obtint sa célébrité du fait d’Isis. Vous pouvez en prendre note pour faciliter votre compréhension du passé de ce qu’on appelle un peuple remarquable et magnifique.

 

Les Pharaons ailés, entité, Isis et celui qu’on appelle en vérité Osiris avaient la faculté d’entrer ans ce qu’on appelle un état semblable au sommeil et de quitter alors leur enveloppe charnelle pour aller où ils le souhaitaient. Cela exigea de longues et rigoureuses années de pratique, à partir de l’époque où ils étaient frère et sœur, pratique qui leur permit d’atteindre un espace de pureté en permettant la réalisation. Plus tard dans leur existence, après de longues années à laisser leur corps dans la solitude, ces entités pouvaient en vérité se transporter de lieu en lieu. On disait qu’elles étaient ailées parce qu’elles prenaient leur envol, comme le fit plus tard le Dieu Horus. 

Ce qui est important dans cette vie n’est ni l’or, ni les relations, ni la célébrité, ni la beauté, qui sont des illusions. Ce qui est important est que la seule réalité qui existe depuis votre compréhension est vous-même. Vous ne savez pas si elle, ou lui, ou elle en vérité, ou n’importe qui d’autre ici, existe mais seulement vous qui ressentez, car vous ne pouvez pas ressentir pour eux. C’est ce qui dénote une volonté souveraine. Vous ne pouvez ressentir que pour vous-même ; ceci est par conséquent la seule réalité de compréhension ce qui apporte foi à la vie. Lorsque vous verrez cela depuis une perspective e tune compréhension plus vastes, vous n’aurez pas les peurs dues à l’insécurité que vous avez et vous ne chercherez plus dans les autres votre propre satisfaction. Je vais agir en ce sens pour vous immédiatement. 

Qu’il en soit ainsi. 

Ramtha 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du Chapitre : « L’étape suivante de la création » aux Editions AdA.

 

LA VERITE NOUS FAIT EVOLUER

 

images (6)

En Egypte ancienne, le Pharaon était le peuple. Tout le monde savait lire et écrire, et tout le monde avait accès à tous les grands temples de prière. Tout le monde avait accès tous les prêtres, ce qui prit fin avec les princes du désert d’Abraham, le royaume Hiitite. Ils les conquirent, les massacrèrent et s’imposèrent avec leur point de vue masculin. Pour toujours, les femmes furent assujetties, pour toujours le veux que vous le sachiez ; oui, il se produit une résurrection de l’ancienne religion d’Egypte et vous en êtes le spectateur ici et maintenant. 

Ainsi, là où les femmes était jadis révérées – Il n’existe qu’un seul royaume où les femmes furent jamais révérées ; l’Egypte ancienne. Vous êtes plus proches de Dieu. L’Egypte ancienne savait qu’avec un Pharaon ailé – les Pharaons ailés était des femmes ; les hommes ne furent jamais des Pharaons ailés – seules les femmes possèdent les ailes de cercle infini et la loi éternelle. Seules les femmes possèdent cet insigne. 

Parfois, les émotions nous privent de la gloire d’être un individu. C’est la vérité. Nos besoins sexuels, nos besoins maladifs sont des besoins puissants. Leur besoin est tellement fort que leur présence est un défi à notre grandeur. Quelqu’un se souviendra-t-il de vous dans 1000 ans ? Ils se souviendront de moi, mais se souviendront-ils de vous ? Est-ce que je veux qu’ils se souviennent de vous ? Oui, je le veux. 

Et voici ce que fit cet homme, Jésus, en montant sur cet arbre. Il dit : « Je veux vous dire quelque chose. Ce en quoi je crois, je mourrai pour ce en quoi je crois ». C’est la raison pour laquelle il est si célèbre. 

Il vous reste pourtant à connaître l’histoire intime de cet homme parce que Paul en a fait une personne surnaturelle. Vous ne savez pas qu’il était marié et eut deux enfants. C’était un homme marié. Il ressentait du désir sexuel et de la passion pour sa femme et, elle pour lui. Ils eurent deux petits enfants qui devinrent les rois d’Europe, les familles royales d’Europe. Etait-il cependant un homme de compromis ? Je ne pense pas. Il monta sur cet arbre et fut torturé pour ce en quoi il croyait. Que suis-je donc en train de dire à mes gens ici, vous compris ? Que suis-je en train de dire ? 

Je dis que la raison pour laquelle vous ressentez tant d’insécurité est que vous dites des mensonges à longueur de journée et, quand vous allez vous coucher, vous avez peur de vous retrouver avec vos propres mensonges ; cela vous tracasse toute la nuit. Vous avez aussi peur de vivre qui vous êtes alors que, si nous vivons qui nous sommes, si nous disons la vérité, la vérité fait fonctionner le moteur de l’évolution ; nous pouvons enfin changer. Si nous ne disons jamais la vérité, nous vivons, inquiets et statiques, dans l’anticipation que quelqu’un va découvrir ces mensonges, particulièrement nous qui savons la vérité, nous qui en sommes les auteurs. 

Si c’était Jésus-Christ qui vous parlait ce soir, c’est exactement ce qu’il vous dirait. Je sais parfaitement bien ce qu’il vous dirait. 

Qu’est-ce donc que je veux que vous fassiez ? Avoir une bonne nuit de sommeil parce que, si vous ne dormez pas bien, vous n’allez pas être un si bon créateur au petite matin. 

Je veux que vous vous souveniez de ceci : si vous dites la vérité aux gens, vous allez peut-être perdre beaucoup de gens qui font partie de votre vie, mais cela vous libérera et vous allez avoir la meilleure nuit de sommeil que vous n’ayez jamais eue de votre vie. Dans le vide créé par leur absence apparaîtront des gens qui sont d’accord avec vous. Quand ils vous trouveront, ils dormiront même encore mieux. Et lorsque nous savons la vérité – ce qui est magnifique, merveilleux à propos de la vérité est le fait que la vérité évolue. Les mensonges perpétuent le maintien d’une illusion et l’immobilise là. La vérité est évolution ; avec la vérité on est libre de s’envoler. Par contre si nous la cachons, si nous ne disons pas la vérité, nous sommes tourmentés. L’enfer est ici sur Terre. Il existe dans ce que nous avons déjà et ce que nous voudrions tant partager avec tout le monde. L’ironie est que – ne l‘oubliez jamais – l’ironie est que tout le monde fait la même chose à votre égard. 

Ramtha 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du Chapitre : « L’âge de la Sagesse éclairée » aux Editions AdA.

 

Les communications personnelles

Kryeon8Parlons des communications personnelles. Comment pouvez-vous entendre ce que l’Esprit ou toute autre source multidimensionnelle a, pour vous, lorsqu’elle ne vous est pas présentée d’une manière linéaire ? Aujourd’hui, mon partenaire a donné quelques réponses sur ce sujet. La réponse principale ou globale est que, tout ceci passe par la pratique de la reconnaissance intuitive, de la pensée intuitive, et de la compréhension intuitive. À ce moment-là, vous savez que cette communication ne provient pas de votre cerveau. Au début, c’est un peu difficile, car les Êtres Humains sont portés à analyser et interpréter avec l’intellect.

Ne permettez pas que les synapses de votre cerveau créent un obstacle entre vous et votre divinité intérieure, ou Dieu, si tel est votre choix des mots. Oui, je me répète parfois. Pour bien fonctionner avec votre propre intuition, sachez que la logique linéaire doit être mise de côté, afin de permettre que la beauté des idées non linéaires joue son rôle sur la scène de votre conscience. Ceci ne conviendra peut-être pas à votre instinct de survie ou à ce que vos relations sociales et familiales pensent de vous, qui êtes dans le domaine de la dite spiritualité. Cependant, cela améliorera votre qualité de vie ou la richesse des connaissances de votre âme, si vous me permettez cette expression. Je sais qu’il est difficile de changer votre manière de penser, lorsque vous êtes en incarnation.

Selon vous, qu’est-ce que mon partenaire, qui était un ingénieur, a dû apprendre, afin d’en arriver à faire du « channelling » ? Il voulait – absolument – analyser tout ce que nous lui présentions ! Il lui a fallu des années, avant de commencer à comprendre la différence entre la glande pinéale et le cerveau. Il lui a fallu des années, pour changer sa manière de penser, afin d’entrer dans la pensée intuitive et non linéaire. Au début, il était toujours perplexe, se demandant s’il « fonctionnait correctement » ! Est-ce que cela provenait de son cerveau ou d’un p’tit quelque chose, peut-être un peu plus subtil ? L’intuition est également responsable de ce que vous appelez la pensée créatrice : la peinture, la musique, la poésie et ainsi de suite. Il n’est donc pas étonnant qu’il se soit posé toutes ces questions ! En quelque sorte, ces questions étaient appropriées. Qui sait, ces explications ou divulgations vous seront « peut-être » utiles ? Si oui, pourquoi ne pas vous donner une chance, et tenter l’expérience, afin de connaître la différence, au lieu d’y croire un peu aveuglément, dans certains cas ? La pratique vous apprendra à connaître et comprendre la différence.

Voici une autre chose qui ébranlera peut-être votre manière de penser. Même si, selon votre manière de penser, tous les messages non linéaires ou « channellings » doivent nécessairement provenir de Dieu, qui a un ou des messages pour vous, permettez-moi de vous dire que vous avez raison, mais que ce n’est pas « vraiment vrai ». Il y a une multitude de sources qui tentent de communiquer avec vous, de vous informer, non pas de vous influencer. Tout ceci provient de votre propre divinité intérieure, de vous-même – ou de Dieu, si vous le préférez. Ce qui suit va possiblement vous surprendre.

Les animaux

Parlons maintenant des animaux, que ce soient les animaux sauvages ou vos familiers [animaux de compagnie]. Vous les aimez, n’est-ce pas ? Que savez-vous de l’amour des animaux, en particulier, de ceux dont vous vous occupez, ceux que vous appelez vos animaux de compagnie ? Ils ont des personnalités, n’est-ce pas ? Ils peuvent même vous parler ! Lorsqu’ils vous parlent, le font-ils avec des mots, comme vous, les Êtres Humains ? Pourtant, ils communiquent très bien. Vous savez ce qu’ils veulent dire, ce qu’ils expriment dans une sorte de langage universel. Si je vous dis qu’ils utilisent des concepts pour communiquer avec vous, me croirez-vous ? Ils communiquent à travers des concepts. Leurs groupes de la pensée conceptuelle sont disponibles pour celles et ceux qui le souhaitent. Alors, où et comment avez-vous appris à comprendre ce qu’ils expriment ? Serait-il possible que ce soit votre glande pinéale qui a la faculté d’interpréter les choses multidimensionnelles ? Votre cerveau n’a pas cette faculté innée, de comprendre le langage des animaux, chers Êtres Humains.

Parmi vous, il y en a qui excellent dans cette sorte de communication. Quelques-unes de ces personnes écoutent notre message, actuellement. Elles connaissent le « chuchotement » des animaux et elles savent de quoi je parle. Pourquoi disent-elles que c’est du « chuchotement » ? Voici notre interprétation. C’est parce que ces communications ne sont pas linéaires. Ce chuchotement passe par votre glande pinéale, au lieu des synapses de votre cerveau. Ce langage vous est « livré » doucement, mais tout en même temps, comme la métaphore de la dactylo. Au fur et à mesure que vous le déchiffrez, le décodez ou le traduisez, vous savez ce que votre familier exprime, vers votre glande pinéale – vers vous. Vous savez ce qu’ils veulent ou expriment. Ce sera peut-être une sorte de cri de détresse, un besoin naturel, ou une expression de célébration pour l’amour qu’ils vous portent.

Ce genre de communication animale vous est facile, puisque vous l’avez tous vécu et ressenti. Je crois que vous savez de quoi je parle. Ce « chuchotement » et ce que j’enseigne aujourd’hui, ne sont pas différents, car ils utilisent le même processus que celui de vos méditations, lorsque vous êtes à l’écoute de Dieu ou de votre Divinité intérieure.

« Kryeon, est-il vrai que la communication avec les animaux est la communication ou le langage de l’âme ? » Oui, car, pour que ces communications se réalisent, il faut que les sources, émettrice et réceptive, soient toutes deux sur la même longueur d’onde – pour ainsi dire. Alors, pourquoi douteriez-vous de vous-mêmes, si vous avez cette faculté innée ? Pourquoi ne pas commencer à pratiquer cette communication de l’âme avec votre propre Divinité intérieure ou votre Soi divin. Votre Divinité intérieure est cette partie de vous qui vibre à une fréquence plus élevée que votre dimension cellulaire. Cela fait partie de votre « groupe d’âmes ». Ce groupe fait partie des neuf attributs de l’Être Humain. Il est le coeur ou le centre de Qui et de Ce que vous Êtes. C’est la partie qui maintient la communication entre votre Être en incarnation – qui est voilé – et l’autre côté du voile, là où est ce que vous appelez « la Déesse ou le Dieu ».

Les actions sont de la communication. Mon partenaire parle de la Grille Cristalline et comment elle se souvient des actions humaines, comme ce qui s’est réalisé sur un champ de bataille dans le passé. Donc, l’énergie et la mémoire de la bataille sont toujours là. Elles vous sont transmises, et beaucoup peuvent les ressentir. Que pensez-vous de cette mécanique ? Cette énergie et cette mémoire de ce qui s’est passé, incluent également les concepts de mort, de drame et de peur. Cette énergie est transmise directement de la grille cristalline à votre glande pinéale, par l’intermédiaire des concepts émotionnels. Ce n’est pas de la communication linéaire. Beaucoup peuvent le ressentir et d’autres ne le peuvent pas. Les personnes qui ont développé la faculté de ressentir ces énergies, sont les premières à comprendre ce qui se passe.

Il y a des Êtres Humains qui excellent dans ce domaine, et ils sont fiers du fait qu’ils peuvent ressentir l’énergie partout où ils vont. Ces personnes peuvent aussi ressentir l’énergie de groupe. Vous pouvez également ressentir l’énergie du sol, celle de la Grille Cristalline et celle des situations de votre environnement. Que ressentez-vous, au juste ? Vous ressentez la communication de l’âme à son meilleur !

C’est la grille qui parle à votre Soi intuitif. Cela ne provient pas de votre cerveau, et ce n’est pas une chose intellectuelle. C’est de la physique. C’est votre glande pinéale qui capte et interprète ce signal, d’une manière non linéaire. Imaginons que vous étiez sur un champ de bataille, et que la situation était émouvante au point où vous êtes tombés à genoux. Quelle est cette force qui vous a fait tomber à genoux ? C’est la force de votre émotion, plus celle de l’énergie environnante. C’est la communication non linéaire ! Alors, pourquoi est-ce que ces communications personnelles sont si difficiles à expliquer ? C’est parce que cette sorte de communication non linéaire est toujours active en vous. C’est l’enseignement principal de notre message de ce jour, qui a pour but de vous aider à ouvrir et développer ce concept.

La communication universelle

Si vous entrez dans une forêt, et que vous avez l’impression que les arbres vous parlent, comment vous sentez-vous ? Si je vous dis que c’est Gaia qui vous parle, me croirez-vous ? Quelle sorte de voix avez-vous entendu ? Pourriez-vous détailler les particularités de cette voix, devant la caméra d’un média mondial ? Est-ce que je me fais bien comprendre ? Vous voyez ce que je veux dire et expliquer, n’est-ce pas ?

Chaque Être Humain à cette capacité innée, mais ces voix ne passent pas par vos synapses. Est-ce que les arbres ont des problèmes ? Sont-ils en train de pleurer ? Sont-ils en train de célébrer ? Si vous savez les écouter d’une manière non linéaire, toutes ces informations vous sont disponibles.

« Kryeon, est-il vrai que dans la forêt, il y a ce que tu appelles « des dévas » ? » Voici ma question : « Est-ce que vous plaisantez ? » Voici mes réponses : « Oui ! Bien sûr ! » Vous voulez savoir ce qu’ils sont – en réalité. Ce sont des aspects multidimensionnels de Gaia. Je suis en amour, avec la manière dont les Êtres Humains agissent avec les énergies multidimensionnelles. Ils les « 3D-idéalisent ». Lorsqu’un être Humain n’arrive pas à comprendre une énergie multidimensionnelle, il la transforme en une entité, il l’habille, lui donne un nom, et fait parfois un film à son sujet. Bon, revenons aux dévas. Ils sont magnifiques ! Ils sont partout, et, au fond de vous-mêmes, au fond de votre subconscient ou de votre inconscient, vous savez qui ils sont. Allez en forêt, et ils vous parleront. Asseyez-vous par terre, et permettez qu’ils vous parlent, qu’ils communiquent avec vous. Ils font partie de la soupe d’énergie qui est Gaia, qui est la Mère Nature, la personnalité qui représente « l’amour de la Déesse et de Dieu, dans la nature ». 

Chères Âmes et Divinités en incarnation, sachez que les dévas ne vous enverront jamais de choses dites mauvaises ou négatives ! Vous ne recevrez jamais de négativité en prenant un arbre dans vos bras. Vous le saviez, n’est-ce pas ? Est-ce que cela vous donne une idée des sentiments et de l’amour que Gaia vous envoie, à travers les dévas ? Ce n’est que le début du sujet des multiples communications non linéaires et affectueuses, qui s’adressent à vous.

 

KRYEON

LIRE LA SUITE ICI http://francesca1.unblog.fr/category/kryeon-2014/

La transformation religieuse de l’Arbre de Vie

 

images (7)« Le concept d’un arbre de la vie a été employé en science, religion, philosophie, et mythologie. Un arbre de la vie est un motif commun dans diverses théologies, mythologies, et philosophies du monde. Il fait référence à l’interconnexion de toute la vie sur notre planète et sert de métaphore à la croissance commune dans le sens évolutionnaire. Le terme arbre de vie peut également être employé comme synonyme pour l’arbre sacré… différents arbres de la vie sont racontés (mondialement) dans le folklore, la culture et la fiction, souvent impliquant l’immortalité ou la fertilité. Ils ont eu leur origine dans le symbolisme religieux. » – Wikipedia

« J’ai appris de 22 expéditions chez les Indiens de Cuna, sur les terres de San Blas Islands du Panama oriental, que cette tribu a une transformation religieuse de l’Arbre de Vie semblable à celle de la Sumer antique de 3400 AV JC. … [les Babyloniens ont hérité de la civilisation du Sumeriens et ont injecté leur fausse religion païenne dans elle par la suite.]

Mais les Sumeriens antiques sont-ils vraiment jamais arrivés en Amérique ? Sargon d’Agade, son fils Menes, et son petit-fils Naram Sin ont tous écrit sur des tablettes d’argile qu’ils avaient navigué jusqu’à la terre du coucher du soleil, et que des colonies ont été fondées là. La Magna de Fuente a été trouvée près du rivage bolivien du Lac Titicaca, affichant une invocation aux dieux en sumérien antique.

Les Cunas ont à l’origine habité en Colombie en bordure des frontières du Pérou. Les preuves viennent également de 74 mots des Péruviens indigènes qui ont les sons et les significations identiques ou semblables avec des mots en sumérien. Une liste de 42 identités culturelles ou des similitudes dans la culture ont été décrites entre péruvien et sumérien.

Le tracé des symboles religieux découverts à Cuna tels que l’esprit placentaire du chien gardien (placental spirit guardian dog), l’itinéraire du bateau de l’âme, le labyrinthe du monde souterrain, l’elixir de la vie (Amniotic Water of Life), le petit Arbre du symbole de la vie, le Svastika, et la canne serpent-enlacée de la médecine, se retrouve de nouveau à Sumer, Troie, Knossos, l’Egypte, et Mohenjo Daro. »

- de Keeler, Clyde, « influence de Vieux Monde sur la culture de Cuna, ESOP, 1987, P. 16.

(La photo incroyable ci-dessous est une photo de l’arbre de Tule, un cyprès de Montezuma dans Oaxacy, Mexique. Il a lieu plus de 2.000 années et a le camion le plus vaillant de n’importe quel arbre dans le monde qu’il se trouve sur la liste expérimentale de l’UNESCO de chantiers de patrimoine mondial. Selon l’UNESCO, « la population autochtone antique a considéré cet arbre comme sacré, » qui est pourquoi c’est également surnommé l’ « arbre de la vie ».) – traduction Yves Herbo

lire la suite ici http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-arbre-de-vie-symbole-universel-intemporel.html

La symbolique de la forêt

 

téléchargementLa forêt ramène presque toujours, chez la personne qui y pénètre, une notion de différence entre l’ici et l’ailleurs. Elle marque la limite spatiale entre la colonisation du territoire par l’Homme et la nature sauvage. La mythologie romaine souligne à cet effet que les Enfers étaient protégés du monde par la présence de forêts sacrées le long du fleuve Styx, lesquelles furent destinées à la destruction par des soldats romains. Mais leur violation fut empêchée par des moyens surnaturels qui terrifièrent les militaires et s’abattirent sur eux.

Au Moyen-âge, les proscrits, les fous, les brigands, les ermites, les lépreux et les persécutés tenaient refuge dans les forêts de l’Europe du Nord. L’Église, qui cherchait à imposer la Croix, se montrait tout à fait hostile à cette barrière naturelle et inculte qui servait à abriter les païens. 

D’ailleurs, divers conciles tenus à partir de l’an 452 de notre ère, statuaient contre l’adoration des arbres et considéraient comme sacrilèges les rituels qu’on pratiquait dans ces lieux sauvages consacrés aux démons. 

Pour se faire une idée plus exacte sur l’ampleur des sites de vénération des arbres, mentionnons qu’un relevé d’arbres vénérés effectué en 1854, dans le département de l’Oise (France), indique que plus de 250 arbres servaient d’objet de consécration à cette époque-là.

Les forêts sacrées de la préhistoire européenne sont probablement les précurseurs des forêts-cathédrales de la chrétienté. En s’élevant à la verticale vers le ciel et en s’arrondissant de chaque côté de nous telle une voûte, la cathédrale gothique reproduit visiblement, dans son intérieur majestueux, les anciens lieux de culte où les grands arbres se rejoignaient dans leurs cimes. S’agit-il d’une simple coïncidence ou d’un dérivé chrétien d’une correspondance très ancienne entre les forêts et le domaine des dieux? 

Ce sont donc probablement les forêts qui ont été les premiers temples de la Divinité, et les hommes s’en sont peut-être inspirés pour créer l’architecture. Les Égyptiens se sont d’ailleurs inspirés du Sycomore, du Figuier, du Bananier et d’autres arbres de l’Afrique pour créer les énormes piliers retrouvés dans leurs temples, tandis que les Grecs ont produit la gracieuse colonne corinthienne, ornée d’un chapiteau garni de feuilles, en s’inspirant du Palmier La symbolique planétaire des grands arbres Les grands arbres ont un rôle incontournable à jouer sur notre planète car ils sont les gardiens de la Terre et ce, de nombreuses façons. L’Homme fait partie intégrante de ce qu’ils gardent. En un sens, on peut symboliquement les considérer comme une école de philosophes charitables ayant une pureté non humaine et un immense désir de servir l’humanité. Les grands arbres sont vitaux pour toute forme de vie sur cette planète, car ils règlent partiellement les chutes de pluie et attirent des radiations internes aussi importantes et nécessaires pour la Terre, que ne l’est l’eau de pluie. 

Les arbres sont parfois les hôtes des espaces magnifiques et des grandes collines gorgées de soleil et de vent. Ils ont leur propre archétype et leur destinée, lesquels ont été élaborés au cours des âges, c’est-à-dire depuis près de trois cent millions d’années d’évolution. Les grands arbres ont aussi leur part du plan divin à accomplir et un travail à faire. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont été créés. Leur archétype se trouve toujours devant eux, inaccessible et hors de portée tel une chimère qu’ils poursuivent dans leur croissance et leur épanouissement. 

L’Homme contrôle aujourd’hui l’ensemble des forêts du monde, mais il commence à peine à reconnaître et à découvrir combien elles sont importantes et nécessaires. En recouvrant des milliers d’hectares d’une seule variété d’arbres à croissance rapide et sélectionnée pour de simples raisons économiques, l’Homme montre cependant qu’il est inconscient des véritables besoins de notre planète et qu’il ignore plusieurs rôles exercés par les arbres, dont celui d’être un merveilleux canal énergétique entre le ciel et la terre. 

Il est probable que si l’Homme était comme les grands arbres, c’est-à-dire en harmonie complète avec l’infini, les forces s’équilibreraient. La Terre a désormais besoin de ce qui lui est refusé par l’Homme, c’est-à-dire des forces qui descendent et qui remontent par les grands arbres et qui exercent une influence stabilisante sur la vie des plantes, des animaux et de l’être humain.

En abattant les grands arbres, la planète entière risque de devenir incapable de fonctionner, de se dessécher et de mourir. L’Homme se dépouille effectivement d’une certaine partie de lui-même et de son héritage quand il dénude le sol des grands arbres. Ces derniers ne sont donc pas en accord avec cette partie de l’humanité qui pille la Terre, et jamais ni nulle part le fossé entre l’Homme et les grands arbres n’a été plus accusé que dans les endroits où les vieux arbres ont été abattus avec insouciance. Les grands arbres agissent comme une peau protectrice de la Terre, et dans cette peau ils amènent les changements nécessaires. Leur gloire s’élève comme le parfum d’une fleur et bénit tous ceux qui viennent se reposer dans leur aura et dans leurs forêts. Les grands arbres, gardiens enracinés de la surface, transmetteurs vers la Terre, par le sol, des forces les plus élevées, ont un don à faire à l’Homme en cette ère de vitesse, d’urgence et d’intense activité: un don de calme, de force, d’endurance, de gloire et d’harmonisation raffinée. En somme, tout ce qui est grandement nécessaire dans notre monde actuel. Les grands arbres sont des expressions de l’Amour pour la vie; expressions d’abondance, d’unicité et de relations communautaires, voire planétaires.

 

Texte de Pierre-Émile Rocray, ingénieur forestier et responsable de la Maison de l’arbre du Jardin botanique de Montréal Communication présentée en février 1997 dans le cadre des déjeuners-causeries de la Société de l’arbre du Québec

La symbolique des arbres

 

 images (6)L’Homme accorde souvent à ses rêves ainsi qu’aux phénomènes, objets ou faits qu’il observe autour de lui, ne serait-ce que par leur forme ou par leur nature, des associations d’idées spontanées ou des correspondances analogiques avec quelque chose d’abstrait ou d’absent. 

Ce sont ces correspondances ou ces associations qu’on appelle « symbole ». Il s’agit souvent d’objets ou d’images qui évoquent parfois, dans notre imaginaire, des valeurs magiques, mystiques, divinatoires et surnaturelles. Lorsque l’analogie est naturelle avec l’objet auquel elle se rapporte, le symbole est habituellement plus facile à saisir. 

L’Arbre n’a pas échappé aux règles du sens et de la signification car il renferme à lui seul des thèmes symboliques parmi les plus riches et les plus répandus. On peut distinguer chez lui plusieurs interprétations symboliques qui gravitent à peu près toutes autour de l’idée du Cosmos vivant, autour de notre planète en perpétuelle régénérescence. En effet, sa nature cyclique (ex. mort et régénération des organes, des individus, d’un peuplement ou d’une forêt entière; changements dans le feuillage au fil des saisons) en fait un symbole par excellence de la vie en pleine évolution. De plus, sa verticalité aérienne et souterraine ne symbolise-t-elle pas l’ascension vers le ciel et la descente aux enfers? 

Notre perception visuelle ou imaginaire de l’Arbre répond peut-être à celle de son mystère en nous. Parce qu’il participe entre le visible et l’invisible, que ce soit physiquement ou par abstraction, l’Arbre impose un questionnement éternel. Sa puissance ou sa fragilité sont la nôtre. Être comme un arbre, n’est-ce pas être fort et solide comme un chêne. Juste le fait de penser que l’on puisse épouser son tronc et ses feuilles, constitue autant d’invitations à épouser notre corps, notre énergie intérieure et nos pensées. 

L’Arbre représente donc notre destin soudé dans une seule vie, et pourtant divergent en mille branches. Nous ne pouvons échapper à l’Arbre pas plus qu’à nous-mêmes. Si l’Arbre est notre reflet, c’est qu’il nous ressemble dans sa diversité la plus extrême. À cet égard, la façon dont nous entretenons les arbres et les forêts ne correspond-t-elle pas à l’image que nous avons de nous-mêmes comme société? À l’image que nous offrons aussi aux étrangers qui viennent nous visiter? 

Notre attachement à l’Arbre, c’est l’attachement et le désir qui nous nouent littéralement à cette planète: comme si notre destin ou notre présence sur la Terre consistait précisément à comprendre ce qu’il y a d’étrange et d’inexprimable dans nos enracinements. C’est-à-dire être capables de vibrer sous le vent, de nous courber dans la tempête et de résister sans briser, d’entendre ou sentir la vibration entre le Ciel et la Terre et de percevoir l’énergie formidable qui monte et descend entre les racines et la cime de l’Arbre. 

L’Arbre met en relation les trois niveaux du cosmos que sont le souterrain, la surface et le milieu atmosphérique. Ses racines fouillent effectivement les profondeurs cachées du sol dans lequel elles se développent. Près de la surface, on retrouve son tronc et ses branches maîtresses et, enfin, dans les hauteurs cosmiques ou atmosphériques se balancent ses branches et ses ramures. L’Arbre réunit donc à lui seul tous les éléments, à savoir l’eau circulant dans sa sève, la terre envahie par ses racines, l’air pénétrant par ses feuilles et le feu jaillissant de son bois.

 En Chine, on considère d’ailleurs le bois comme un cinquième élément en soi.

L’arbre de vie L’Arbre est universellement considéré comme un symbole des rapports qui s’établissent entre le ciel et la terre. En ce sens, il possède un caractère central au point de faire de l’Arbre du monde un synonyme de l’Axe du monde: un ferme soutien de l’univers, un lien entre toutes les choses et un support de la terre habitée. 

Ainsi en est-il en Chine de l’Arbre Kien-Mou dont les Dieux, les esprits et les âmes empruntent le chemin dressé au centre du monde, puisqu’il possède neuf branches et neuf racines avec lesquelles il touche aux neuf cieux, c’est-à-dire aux neuf sources de vie. C’est par lui que montent et descendent les souverains: ces médiateurs entre le Ciel et la Terre. 

L’Arbre central qui, du cosmos jusqu’à l’Homme, couvre tout le champ de la pensée par sa puissance et sa présence, c’est l’Arbre de vie puisqu’il est chargé de forces sacrées dû au fait qu’il est vertical et qu’il se régénère, meurt et renaît d’innombrables fois. 

La Bible mentionne que les arbres sont créés au troisième jour, c’est-à-dire avant la vie animale qui apparaît au cinquième jour et la vie humaine, au sixième jour. Il paraît que l’Arbre de vie qui se trouvait au centre du Paradis terrestre, possédait douze fruits: un chiffre symbolique qui est signe d’un renouvellement cyclique. Cet Arbre de la Connaissance ou de la Science du Bien et du Mal, était l’instrument de la chute d’Ève et d’Adam; comme l’Arbre de vie sera plus tard celui de leur rédemption par le biais de la crucifixion de Jésus. 

À propos des aïeuls du genre humain, il est intéressant de constater que c’est par l’entremise de l’Arbre qu’ils ont pris conscience de leur vulnérabilité face à Dieu, et que c’est avec les feuilles d’un arbre qu’ils cachèrent leur nudité pour la première fois. Ces organes auraient-ils donc servi de premier vêtement pour la race humaine, bien avant la fourrure et d’autres fibres végétales? 

Le parallèle entre l’Arbre de vie et l’évolution biologique fait de l’Arbre un symbole de fertilité dont on peut encore observer des témoignages de nos jours. En effet, les jeunes femmes de certaines tribus iraniennes s’ornent parfois le corps d’un arbre tatoué dont les racines partent de leurs sexes et dont les frondaisons aboutissent aux seins. Une très ancienne coutume du bassin Méditerranéen et de l’Inde, fait en sorte qu’il est possible d’apercevoir, isolés dans la campagne et près d’une source, des arbres couverts d’une floraison de mouchoirs rouges, que des femmes stériles ont posé à leurs branches pour conjurer leur sort. 

Mais le symbolisme de l’Arbre est ambivalent en ce qui a trait au sexe. Au plan du monde phénoménal, le tronc dressé vers le ciel, symbole de force et de puissance solaire, serait le Phallus ou l’image archétypale du père. C’est particulièrement le cas des arbres au port fastigié qu’il est inutile de nommer. De son côté, l’arbre creux ou celui au feuillage dense et enveloppant dans lequel nichent les oiseaux, et qui se couvre périodiquement de fruits, évoque l’image archétypale et lunaire de la mère fertile. D’ailleurs, dans les légendes des peuples, l’abondance des arbres-pères et des arbres-mères conduit à l’arbre ancêtre dont l’image, dépouillée peu à peu de son enveloppe mythique, représente aujourd’hui l’arbre généalogique. L’Arbre est presque toujours associé à la naissance, à la généalogie ou à des cycles antérieurs de vie des individus et des communautés. C’est peut-être ce qui explique qu’on le plante aujourd’hui pour commémorer la naissance et la mort d’un être cher. 

L’Arbre de la Boddhi sous lequel, paraît-il, Bouddha atteignit l’illumination, est aussi un Arbre de vie. Une inscription sur l’un des nombreux temples d’Angkor, mentionne que ses racines sont Brahmâ, ses branches Vishnu et son tronc Shiva. Or, Brahmâ est une des principales divinités hindou. Il a été le premier dieu créé et il est le créateur de toute chose. Vishnu représente le principe même de la création du monde et Shiva, le dieu de la destruction. Nous revenons donc à la représentation de l’Arbre de vie chez l’hindou. L’association de l’Arbre de vie avec le divin se retrouve évidemment dans les traditions chrétiennes, ne serait-ce que par l’Arbre de la première ou de la nouvelle Alliance, par l’Arbre de vie de la Genèse ou par l’Arbre de la croix. Le symbole de la Croix érigée sur une montagne, au centre du monde, ramène entièrement l’image antique de l’Arbre cosmique. 

En Orient comme en Occident, l’Arbre de vie est souvent renversé. Cette conception serait attribuable au rôle du soleil et de la lumière dans la croissance des êtres, puisque le haut est source de vie et le bas l’endroit où l’Homme s’efforce de la faire pénétrer. La vie vient du ciel et pénètre dans la terre. Il est à remarquer que cette conception signifie que ses racines sont le principe même de la manifestation et ses branches, la manifestation qui s’épanouit.

Texte de Pierre-Émile Rocray, ingénieur forestier et responsable de la Maison de l’arbre du Jardin botanique de Montréal Communication présentée en février 1997 dans le cadre des déjeuners-causeries de la Société de l’arbre du Québec

12345...11

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...