Introduction aux enseignements de la Sagesse éternelle

 

téléchargement (4)Le terme « spirituel », généralement associé à une forme ou une autre de religion ou de pratique religieuse, a en fait un sens beaucoup plus large. Depuis les temps les plus reculés, un ensemble d’enseignements spirituels, connus sous le nom de Sagesse éternelle, se transmet de génération en génération, le plus souvent par voie orale et de maître à disciple. Les arts et les sciences d’innombrables civilisations puisent leurs racines dans cet ensemble d’enseignements, qui constitue la « philosophie ésotérique ». Cette philosophie permet également d’éclairer les fondements de toutes les grandes religions du monde.

L’énergie, base de l’univers

L’idée que tout est énergie, vibrant à des fréquences variables, a fait son chemin au point de modifier sensiblement notre perception du monde. La science a aujourd’hui démontré que l’énergie et la matière sont interchangeables, et représentent : deux aspects complémentaires d’une même réalité.

Cette même notion est l’un des fondements de l’ésotérisme, qui réunit en une synthèse les philosophies d’Orient et d’Occident, et peut être considéré comme la science de l’évolution de l’homme et de la nature, du point de vue de la conscience comme des énergies qui la guident. L’ésotérisme nous renseigne sur la structure énergétique de l’univers, et sur le rôle qu’y joue l’homme. Il permet d’entrer en contact avec des énergies émanant de sources élevées, et de s’en servir comme d’un outil d’évolution.

L’ésotérisme se fonde sur le principe que Dieu est la somme de toutes les lois de l’univers et de toutes les énergies qu’elles gouvernent, qui constituent la totalité de ce qui existe dans les mondes manifesté et non manifesté, perceptible et non perceptible.

L’homme, quant à lui, est une étincelle divine, un esprit s’exprimant à travers une âme (ou Soi supérieur) et à travers une personnalité constituée de trois véhicules, les corps mental, émotionnel et physique. Chacun de nous est donc essentiellement de nature divine, même si pour la plupart nous ne reconnaissons ou ne manifestons que de manière embryonnaire ce potentiel divin.

La réincarnation, école d’évolution

C’est par le processus de la réincarnation, c’est-à-dire des vies successives, que nous apprenons à rendre manifeste le divin en nous. A chaque nouvelle naissance, comme les enfants qui entrent à l’école maternelle, nous réapprenons à faire usage de notre potentiel physique, émotionnel et mental, sans connaître pour autant notre véritable filiation spirituelle.

Grâce à l’expérience que nous tirons d’un grand nombre de vies – dans les pays et les civilisations les plus divers, parfois en tant qu’hommes, parfois en tant que femmes -, nous apprenons à travers nos réussites et nos échecs de très nombreuses leçons. Nous avançons ainsi progressivement dans notre voyage évolutif vers la Source dont nous provenons tous, les acquis subjectifs de chaque vie nous permettant de progresser davantage dans les vies suivantes.

A la base de ce système « éducatif » des vies successives se trouve la loi de cause et d’effet (ou karma pour les orientaux), présentée dans la Bible en ces termes : « Tu récolteras ce que tu auras semé ». Dans le langage de la physique, cette même loi est ainsi formulée : « Toute action engendre une réaction égale et opposée ». Chacune de nos pensées et de nos actions constitue ainsi une cause qui, inévitablement, entraînera certains effets, heureux ou malheureux. En comprenant cette loi impersonnelle qu’est la loi de cause et d’effet, en en tirant les conséquences dans notre vie, nous apprenons à faire des choix plus éclairés et, graduellement, nous prenons le contrôle de notre destinée.

Cette maîtrise de soi progressive est marquée par cinq grandes expansions de conscience appelées « initiations », qui nous conduisent chaque fois à une connaissance plus approfondie et à une vision plus inclusive de la réalité et de nous-mêmes. La vie de Jésus peut être comprise comme une représentation symbolique de ces cinq initiations, à travers les étapes de sa naissance, du baptême dans le Jourdain, de la transfiguration, de la crucifixion et de la résurrection.

Une personne ayant reçu la cinquième initiation (la « résurrection ») est appelée un Maître, car elle a traversé toutes les expériences offertes par la vie dans ce monde et, par ce processus, a acquis une maîtrise totale d’elle-même. De ce fait, un Maître n’est plus soumis à la nécessité de se réincarner, mais peut revenir de son plein gré afin de servir l’humanité et le Plan de Dieu.

La Hiérarchie spirituelle

Les Maîtres, qui forment ensemble la Hiérarchie spirituelle, sont les gardiens du Plan divin pour cette planète. Ils ont inspiré à l’humanité ses plus grandes réalisations tout au long de l’histoire, en oeuvrant par l’entremise de leurs disciples dans tous les domaines. Ils guident et enseignent, mais c’est l’humanité elle-même qui, selon la manière dont elle répond à leur enseignement en fonction de son libre arbitre, crée les structures qui forment la base de ses civilisations successives.

A travers l’histoire, chaque fois que l’humanité s’est trouvée face à une crise de grande ampleur, la Hiérarchie spirituelle lui a envoyé un Instructeur pour la guider. Parmi ces grands messagers spirituels figuraient Krishna, le Bouddha, le Christ et Mahomet, pour n’en mentionner que quelques-uns. En cette période particulièrement critique de l’histoire humaine que nous traversons aujourd’hui, la plupart des Maîtres reviennent ensemble dans le monde pour la première fois depuis des milliers d’années sous la conduite de Maitreya, le « Maître de tous les Maîtres », chef de la Hiérarchie spirituelle. Grâce à leur inspiration et à l’extraordinaire stimulation qui résultera de leur présence physique dans le monde, l’humanité construira la civilisation de l’avenir.

Qui est le Christ ?

Dans la tradition ésotérique, le mot « Christ » n’est pas un nom propre mais sert à désigner celui qui est à la tête de la Hiérarchie spirituelle des Maîtres. Maitreya, le Maître des Maîtres, est le Christ depuis environ deux mille ans, et le restera pour la totalité de l’ère du Verseau, soit pendant plus de deux mille ans encore.

Le Christ Maitreya est le « Frère aîné » de la famille humaine : il a pleinement accompli et réalisé son potentiel divin, potentiel qui est latent en chacun de nous et destiné à se réaliser au cours de notre propre évolution. Il vient aujourd’hui nous révéler un nouvel aspect du divin, et guider l’humanité dans la prochaine étape de son cheminement spirituel.

En Palestine, il y a deux mille ans, Maitreya a oeuvré par l’entremise de son disciple Jésus de Nazareth. A partir du baptême de Jésus dans le Jourdain et jusqu’à sa crucifixion, la conscience de Maitreya l’a « adombré », ce qui signifie que Maitreya se manifestait à travers Jésus, avec l’entier consentement de celui-ci. Il s’agit là d’une méthode parfois employée par les Maîtres pour présenter, à travers leurs disciples, un nouvel enseignement à l’humanité. C’est ainsi que Maitreya a pu répandre dans le monde cette grande énergie spirituelle qu’est l’Amour. Jésus, devenu lui-même un Maître, a joué un rôle important pour préparer la voie à l’actuel retour de Maitreya, et sera parmi les premiers Maîtres à se présenter au monde après le jour de la déclaration

Qui est l’Antéchrist ?

Selon les enseignements de la Sagesse éternelle, l’Antéchrist n’est pas un individu qui ferait son apparition à une période donnée de l’histoire, mais une énergie qui se répand avant l’avènement du Christ, pour détruire les structures cristallisées qui pourraient entraver de nouveaux développements dans la société, et préparer ainsi la voie aux forces constructrices qu’apporte le Christ. Bien qu’il s’agisse d’une énergie, l’Antéchrist se manifeste historiquement à travers certains individus : parmi eux ont figuré notamment l’empereur romain Néron et, au cours de ce siècle, Adolf Hitler et quelques-uns de ses proches collaborateurs. A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la défaite des puissances de l’Axe a marqué la fin de la période de manifestation de l’énergie de l’Antéchrist, qui ne refera son apparition que dans trois mille ans environ.

 vu sur PartageInternational

Incarnation de Maitreya

Incarnation de Maitreya dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA 250px-maitreya_statue1-150x150 Bonjour chères âmes en incarnation, je suis Maitreya.

Je reviens aujourd’hui pour relancer votre fameux débat sur ma venue éventuelle ou pas. Voir sur le fait que je suis déjà sur Terre incarné parmi vous (à faire mes courses) ou pas… Je vais vous donner pour une fois (n’est pas coutume n’est-ce pas), une réponse catégorique : Oui, je vais bien revenir sur Terre et m’y incarner !

 Ceci fait, vous sentez vous soulagés pour autant ? Pas vraiment, et pourquoi donc ? Parce que je ne vous ai donné aucune précision ? Mais sachez, mes chers amis, mes courageux amis, que je vais le faire séance tenante, c’est-à-dire tout de suite, maintenant !

 Mais avant, qu’attendez-vous de moi ? Que je vous montre le chemin ou que j’accomplisse des miracles, que je réunifie tous les peuples de cette Planète en Un et que j’arrive au bout des inégalités sociales, de la guerre, de la famine, de la souffrance ? Je vous entends bien parce que de là où je me situe, je vous écoute… Mais, voyez vous, ce que vous me demandez là est ni plus ni moins d’agir à votre place, or, le libre arbitre étant ce qu’il est, nous ne pouvons absolument pas faire cela ! Comprenez bien que ce serait de l’ingérence et que si un Être se présentait en déclarant tout pouvoir régler sur cette Terre d’un coup de baguette magique (réelle ou imaginaire), vous devriez avoir toutes vos alarmes « spirituelles » se mettre à sonner, surtout celle de votre Cœur qui sait reconnaitre à coup sûr, si tant est que vous le laissiez s’exprimer un peu… et l’écoutiez.

 Voilà, maintenant vous êtes déçus. Pourtant, vous ne devriez pas : je vous ai annoncé, il est vrai, que je n’effectuerai pas votre travail à votre place, ce qui est une excellente nouvelle en soit puisque vous avez choisi l’incarnation dans ce présent linéaire précisément pour ce travail. Néanmoins, je ne vous ai pas dit non plus que je ne serais pas à vos côtés pour ce faire ! Cependant, j’aimerais maintenant, puisque je vous ai dit que j’allais vous apporter des « précisions » quant à ma venue, que vous élargissiez votre perception et votre façon de penser, d’appréhender les choses et les événements…

 Je sais exactement ce que la majorité de ceux qui croient, et espèrent, en ma venue pensent trouver lorsque je me présenterai au monde… Un homme, sans doute barbu, à l’âge situé entre 35 et 40 ans, bref, un stéréotype. Eh bien, attendez-vous à être très étonnés, car il se pourrait bien que toutes vos convictions en ce sens soient ébranlées ! (sourire) Parce que, qu’est-ce qui m’empêcherait de revenir sous les traits d’une femme ? Vous avez sursauté, tant mieux ! Réfléchissez, je suis très équilibré quand à mes polarités féminine et masculine, car évidemment j’ai vécu les deux, et nous sommes actuellement à l’aube de la réémergence du Féminin Sacré, quoi de plus logique eu égard à vos traditions, que je vienne sous cette forme ? Pourquoi pensez-vous que nous réitérerons le même scénario ; avons-nous si peu d’imagination et vous si peu de possibilité d’adaptation que nous ne devions vous répéter les mêmes enseignements que sous une seule et même formule ? De plus, suivant vos revendications, je serais « mandaté » pour réparer les injustices, faire triompher la vérité et la paix, secourir les opprimés… et il y a bien une grande partie d’entre vous qui mérite de retrouver la place qui lui est due au panthéon de l’humanité. Cette partie est représentée par les femmes ! Femmes bafouées, maltraitées, subissant l’injustice de part le monde. Pourquoi ne pas prendre corps parmi elles pour les honorer, faire comprendre qu’il est maintenant temps de vivre en véritable égalité-complémentarité, les uns ni plus ni moins importants que les autres…

 Quand à savoir si je suis actuellement incarné ou pas n’a que peu d’importance, puisque que je peux très bien me loger dans un corps qui m’aura été préparé, avec une grande gentillesse et beaucoup d’amour, par une âme éveillée qui ne sera ainsi que de court passage sur Terre et rejoindra ensuite son plan Lumineux… Néanmoins, il existe une autre possibilité d’incarnation, possibilité que peu d’entre vous envisageraient et qui pourtant, est la plus probable : l’incarnation multiple ! 

Voici un mot qui va en faire frissonner plus d’un. Plusieurs Maitreya ?! Et pourquoi pas ? (sourire) Mais, sachez que je suis déjà plus ou moins incarné parmi vous…. Il n’est point de limite à ce que je peux réaliser, et si je m’exprime à un endroit, je peux tout aussi bien le faire en même temps à un autre et ce, simultanément. Alors, pourquoi ne m’implanterais-je pas, énergétiquement parlant, germe de Moi, en tous les Cœurs qui s’ouvrent et ne demandent que d’être rassasiés par la Lumière et l’Amour ? Petit à petit, croissant au fil de l’ouverture et l’élévation de ces êtres, le germe de ce qui aura été introduit se manifestera à eux, pour leur montrer comment parcourir leur chemin, les aider à redevenir Qui ils sont. Et ainsi, ce ne sera pas l’avènement d’un Être mais de l’Humanité que nous célèbrerons, comprenez-vous ? Et ne voyez en ceci aucun élitisme : les âmes, les cœurs, appellent le moment propice à cette ‘greffe’ de Lumière et d’Amour. Il n’y a point d’êtres qui ne soient exemptes, seul le franchissement d’un certain « seuil » est exigé ; et avec l’élévation vibratoire, de plus en plus d’incarnés en font la demande silencieuse. Et ceci se déroule de manière évidemment exponentielle… N’ayez pas non plus peur lorsque j’ai parlé de ‘greffe’ ou ‘d’implantation’, ce ne sont pas vraiment les termes adéquats, disons qu’il s’agit juste d’une harmonisation énergétique pour que votre Christ intérieur se rappelle Qui il est et se réveille enfin. C’est juste l’impulsion qui vous est donnée, et pas un corps étranger qui prendrait le contrôle sur Vous… 

Comprenez vous donc ce dont j’ai parlé ? Il n’y aurait pas une incarnation de Maitreya sur Terre, mais une représentation de Maitreya-Christ par l’Humanité ! Chaque être est digne de me recevoir et de me représenter, alors, méfiez vous de ceux qui s’arguent êtres les seuls à me percevoir et à recueillir mes messages… Je n’appartiens à personne, je suis venu pour TOUS ! Mais ma venue est sans doute bien différente de celle à laquelle vous vous attendiez… Et quand bien même, cela se passerait ainsi, rien ne dit non plus que je ne m’octroierai pas le droit de venir à votre rencontre et ce, physiquement ! Vous, mes courageux amis en incarnations qui avez accepté cette époque si riche et néanmoins si difficile, vous êtes mes enfants bénis, mes joyaux. Lorsque je vous exhorte de regarder en vos Cœurs, d’écouter votre Moi intérieur, ce n’est pas pour rien, vous en conviendrez maintenant, peut être est-ce moi qui vous susurre des mots d’Amour pour vous réapprendre à les entendre. Et si vous, vous ne sauriez me distinguer des autres « missionnaires », votre Cœur fera la part des choses sans erreur possible, puisque Vous êtes Moi, puisque Je suis Vous ! 

Acceptez ce que votre Cœur chante pour Vous : vos propres louanges d’êtres Qui vous êtes. Accueillez la Lumière, accueillez l’Amour et laissez les croitre et s’épanouir telle une belle fleur auréolée d’étincelles. Vous êtes Dignes et Bénis, rappelez vous en !

 Namasté – Maitreya 

Vous pouvez diffuser les messages issus de ce site : Les Ailes de Lumière car ils sont destinés à être portés à la connaissance du plus grand nombre. Néanmoins, il vous est demandé de ne pas les dénaturer de quelque façon que ce soit, en les modifiant ou en les coupant, et de mentionner la source :  http://www.lesailesdelumiere.com

Un humain qui commencerait à se lever

Un humain qui commencerait à se lever dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA maitreya3Je suis Maitreya. J’interviens une nouvelle fois, et ce message sera un peu plus sérieux que d’habitude.

Ceci est en réponse à tous les remous créés en ce moment par un humain qui commencerait à se lever et à parler de choses forts intéressantes concernant vos manières de ‘partager’ les richesses de ce monde, de traiter vos semblables etc… Je sais que cet homme n’affirme ni n’infirme quoi que ce soit concernant sa soit disant ‘véritable’ identité, mais sachez ceci : qu’il soit ou non Moi, c’est-à-dire Maitreya, ne vous sera aucunement révélé ! Pourquoi mon message dans ce cas, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que je vous demande de faire appel à votre ressenti, votre cœur…

L’Ombre peut prendre de belles apparences, et placer un soi-disant « Instructeur Mondial » avant l’avènement du véritable Maître incarné…. Pourquoi devrais-je être forcément photogénique ? Quel avantage aurais-je à être acceptable physiquement par l’idée que vous vous faites de moi dans votre société ? Croyez vous que mon discours passera par : « regardez moi d’abord, puis écoutez moi ensuite » ? Ne serais-je pas là pour vous indiquer la voie/voix de Votre Christ Intérieur ? Aurais-je tant besoin de me faire connaitre par le biais de vos médias ? …

Pour répondre à quelques unes de ces questions… qui n’ont d’utilités que de vous faire réfléchir, prendre conscience ! Je répondrais qu’il me suffira d’approcher des êtres ‘avancés’ sur le chemin de l’éveil, de les orienter (parce qu’il est hors de question, bien évidemment, que ce travail ne soit pas individuel… et que chacun choisira de faire ou non en pleine conscience selon son libre arbitre) vers leur Christ Intérieur pour qu’eux-mêmes deviennent des Christs, c’est-à-dire qu’ils irradient Ce Qu’Ils Sont de toute éternité ! Puis que ceux-ci en touchent d’autres qui etc…. cela pourrait bien faire effet boule de neige sans pour autant avoir besoin de se plier à une discipline quelconque autre que la Votre (puisque chaque chemin vers SOI est unique rappelons-le !), et encore moins pour qu’il y ait besoin qu’un Grand Gourou apparaisse….

Bien évidemment, ceci est une spéculation pour vous faire prendre conscience que Maitreya n’a nul besoin de devenir un ‘People’… Néanmoins, comme je vous l’ai signalé plus avant, je n’ai nullement l’intention de vous infirmer ni d’affirmer quoi que ce soit, personne ne connait vraiment (et pas non plus mon très cher Canal) le moment où je me ferais connaitre à votre Monde en tant qu’être incarné, et encore moins la manière dont cet évènement se produira !

Maitreya ne se fera de toute façon pas reconnaitre dans un premier temps en tant que tel, puisqu’il importe que ce soient les ACTES qui le désignent, et non un quelconque nom qu’on voudra bien lui donner…. Vous avez sans doute remarqué que j’ai parlé de moi à la troisième personne ; ce n’est pas pour faire comme quelques illustres personnages de votre Histoire, mais pour indiquer le détachement dans lequel je me trouve à présent face à tout ceci. L’émergence du Christ, cela pourrait bien passer par Vous ! Prenez en conscience. C’est aussi votre rôle, celui de ceux qui veulent bien retransmettre nos messages, de Vous élever et donc de Vous retrouver. Il n’est nul besoin d’attendre mon apparition, tout est déjà en vous ; le Christ, Vous, n’attend que votre retour vers Vous-même pour émerger, sortir enfin de la gangue de matérialité dans laquelle vous l’avez volontairement enfermé, pour les besoins du Grand Jeu, de la Vaste Expérience, certes, mais il n’appartient qu’à Vous d’ÊTRES !

Toutefois, peut être est-ce quand même Moi qui suis en train de me promener sur vos plateaux télévisés, commençant à diffuser ça et là de belles photos avec un grand sourire, puisque ne l’oubliez pas : quelle belle plaisanterie cela serait, surtout après mon grand discours que je viens de vous asséner !

Donc, comme je vous l’avais annoncé dès le préambule, vous n’êtes pas beaucoup plus avancés… juste un conseil quand même : discernement, libre arbitre. Si jamais vous avez un tant soit peu l’impression de perdre l’un des deux voir les deux, ce ne sera pas de bon augure… Ecoutez votre Cœur, suivez le, Lui sait !

Surtout n’oubliez pas, restez dans la Joie et la Légèreté d’être, cette attitude est la bonne pour retrouver l’Enfant Divin qui est en Vous ! Redevenez ces petits Enfants que vous enviez en silence parce qu’ils savent, eux, ce qu’ETRE veut dire, ce que RIRE veut dire, ce que JOUER veut dire… ce qu’est le Simple BONHEUR !

Maitreya

 

Vous pouvez diffuser les messages issus de ce site : Les Ailes de Lumière car ils sont destinés à être portés à la connaissance du plus grand nombre. Néanmoins, il vous est demandé de ne pas les dénaturer de quelque façon que ce soit, en les modifiant ou en les coupant, et de mentionner la source :  http://www.lesailesdelumiere.com

L’avènement de Maitreya

 
L'avènement de Maitreya dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA maitreya4-150x150La Prophétie de Maitreya décrit la venue du futur bouddha. Il naîtra dans une famille brahmane, alors que Siddhartha Gautama était de la caste militaire et fonctionnaire kshatriya. Son avènement ne devrait survenir que très longtemps après la mort de Shakyamuni ; les estimations de la durée entre les deux événements varient grandement selon les théories, dépendant de la version choisie pour le calcul des trois âges du boudhisme. La prolongation (historiquement évidente) du délai prévu par l’estimation courte qui semble avoir prévalu aux débuts du bouddhisme (avènement de Maitreya 500 à 1500 ans après le parinirvana) est parfois expliquée par le fait que le bodhisattva aurait choisi la plus lente des trois voies permettant de parvenir à l’illumination parfaite : la sagesse, la foi et l’effort, par ordre décroissant de rapidité. Pour accélérer sa venue, il est conseillé de redoubler de piété et de multiplier les offrandes aux moines et les visites aux temples. Certains courants s’écartant du bouddhisme orthodoxe estiment au contraire que Maitreya a déjà atteint l’état de bouddha mais diffère sa venue, ou qu’il est déjà dans ce monde incognito.

La Prophétie de Maitreya a fait l’objet en Chine à certaines époques d’une interprétation nettement millénariste, et inspiré la rédaction de nombreuses versions apocryphes. Elle offre un espoir à des populations qui ont le sentiment de vivre dans la période finale du dharma où l’ordre social et religieux se dégrade et les catastrophes et désastres se multiplient, et qui attendent un sauveur inaugurant une ère nouvelle. Cette croyance est responsable de la popularité de Maitreya auprès des sectes syncrétistes (bouddhisme – manichéisme – taoïsme) dont certaines furent impliquées dans des rébellions, comme celle des Turbans rouges qui mit fin à la dynastie mongole. Maitreya est également attendu par de nouveaux courants religieux chinois. 

Milefo 
Maitreya était connu en Chine dès le IIIe siècle. Il y trouva une identité historique, phénomène courant dans le contexte religieux chinois, qui contribua à lui donner un aspect physique et un rôle autres que ceux que le bouddhisme lui avait jusque-là prêtés. 

Sous la dynastie Liang vivait un moine errant Chan, de nom religieux Qici , originaire de la préfecture de Mingzhou dans le Zhejiang. Transportant tout son nécessaire dans une besace en toile, il se distinguait par sa corpulence et un comportement loufoque et imprévisible mais bienveillant ; on lui prêtait de plus des dons de voyance exceptionnel. Il serait mort en méditation au temple Yuelinsi, dans sa province d’origine, en 916, en prononçant ces mots : « Le vrai Maitreya est présent simultanément sous des milliards de formes ; il se montre constamment, mais personne ne le reconnait ». Une légende naquit qui en faisait l’incarnation de Maitreya : on prétendit l’avoir aperçu après sa mort, des images pieuses le représentant commencèrent à circuler. 

Le moine corpulent et souriant est devenu la représentation de Maitreya la plus courante et la plus populaire en Chine. Son ventre plein et son sourire sont gages de bonheur et de prospérité, de même que son sac que l’on prétend inépuisable. Ces caractéristiques n’ont pas fait une impression favorable sur les voyageurs français du XIXème siècle, et Milefo est à l’origine du terme péjoratif « poussah » (de pusa, bodhisattva) désignant un homme gros au physique peu avenant. Le moine Qici est devenu au Japon Hotei (« sac de toile »), un des Sept dieux du bonheur. Pour les Chinois qui ne s’intéressent pas à la théologie bouddhiste, Milefo est l’un des Dieux de la fortune. 

Représentations 
Maitreya est généralement représenté en saint homme ou en prince. Lorsqu’il est assis, ses deux pieds reposent sur le sol, ce qui peut s’interpréter de deux façons : il n’est pas encore « assis » comme bouddha, ou au contraire il se prépare à descendre sur terre. Il peut d’ailleurs avoir la tête légèrement baissée, signifiant qu’il regarde le monde. Il porte quelquefois un petit stupa dans sa coiffure. On voit souvent dans sa main droite une roue posée sur un lotus, et dans la gauche une fiole contenant le nectar du dharma. 

Étant le prochain qui mettra en marche la roue de la Loi, il en fait parfois le geste (dharmacakra mudra). 

Milefo est un moine chauve au ventre rebondi et à la figure réjouie, souvent appelé le Bouddha riant. Comme tous les êtres d’exception, les lobes de ses oreilles sont très longs. Outre son sac, il peut porter une gourde, symbole taoïste de longévité. 

Prétendants et nouvelles interprétations 

Le contexte indien auquel la prophétie de Maitreya fait très naturellement référence, n’a pas empêché de nombreuses personnes de se prétendre son incarnation, et ce dès les premiers siècles. Bodawpaya, souverain du royaume d’ Ava (Myanmar) à la fin du XVIIIème siècle, et Lu Zhongyi, 17ème maitre d’Ikuan Tao, en sont deux exemples. 

Maitreya a aussi été adopté par de nouveaux courants religieux bouddhistes ou syncrétistes, certains nés hors d’Asie. Il existe des mouvements bouddhistes pour qui la personnalité centrale est Maitreya le sauveur ; ils considèrent qu’il atteignit l’illumination avant le boudha Gautama, mais le prit pour maître par respect et renonça temporairement au nirvāna. 

Maitreya est une des formes de la divinité suprême des nouvelles religions chinoises syncrétistes nées du mouvement Xiantiandao. 

Share International (branche française : Partage international), fondé dans les années 70 par Benjamin Creme, influencé par les écrits de la théosophe Helena Blavatsky et d’ Alice Ann Bailey, une pionnière du New Age, prétend que Maitreya est le messie attendu par toutes les religions sous des noms différents, et qu’il aurait déjà fait de nombreuses apparitions publiques et privées. 

Des mentions de Maitreya comme un des candidats possibles pour le rôle de l’Antéchrist peuvent être trouvées ici et là sur des sites chrétiens fondamentalistes. 

 Lire la suite ici…. 

 

Maitreya Bodhisattva

 

Le Maitreya (« affection », « compassion » en sanscrit) est le dernier des cinq Bouddhas à gagner l’Illumination Suprême. Les sources du Theravada et du Mahayana s’accordent pour dire qu’il réside dans le devaloka (paradis) de Tushita.

 

 Maitreya Bodhisattva dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA maitreya

 

Il descendra sur terre quand l’enseignement du Bouddhisme aura pris fin, prendra sa dernière renaissance comme être humain. Il découvrira la voie de l’Illumination et proclamera le Dharma une fois de plus au profit des dieux et des hommes. 

Maitreya, en chinois Milefo, en japonais Miroku, en vietnamien Di-lặc Bồ Tát, est un bodhisattva mentionné entre autres dans la Prophétie de Maitreya (Maitreyavyakarana), qui apparaîtra dans l’avenir et atteindra l’illumination pour devenir le prochain bouddha, le précédent étant Siddhartha Gautama-Shakyamuni. Il règnera sur le monde, unissant toutes les créatures dans l’étude du dharma. La croyance en l’avènement de Maitreya est partagée par les courants hinayana et mahayana du bouddhisme. Il est parfois appelé « bouddha du futur ». 

Le bouddhisme considère que quantité d’êtres sont éveillés ou ont atteint et atteindront l’éveil depuis le Bouddha Shakyamuni, mais que seuls quelques-uns font tourner la Roue de la Loi, le dharma (enseignement). Pour beaucoup d’écoles bouddhistes, depuis la mort de Siddharta Gautama, le monde est entré dans l’ »ère sans bouddha » caractérisée par un désordre croissant et une perte progressive de la Loi. Lorsqu’elle sera totalement perdue, Maitreya apparaîtra. Une caractéristique du bouddhisme est de prévoir sa propre extinction en tant qu’enseignement, comme toute chose : « tout ce qui naît finit par mourir ». 

certains textes comme le Sutra du lotus, le Bouddha Gautama appelle Maitreya Ajita, « invincible ». On considère donc parfois que Maitreya est son nom de famille et Ajita son prénom. Il peut être aussi confondu avec un autre Ajita mentionné dans le Soutra du Parinirvana, grand criminel repenti accepté comme disciple par le bouddha. 

L’un des fondateurs supposés de l’école Yogaçara-Cittamatra, nommé Maitreyanatha (270-350), lui est assimilé. Le bodhisattva est parfois représenté avec à ses côtés les deux plus célèbres penseurs de l’école, Asanga et Vasubandhu. Il existe dans le bouddhisme tibétain des illustrations montrant le bouddha avec à sa gauche Manjushri et les philosophes représentant la sagesse détachée, et à sa droite Maitreya, suivi d’Asanga et Vasubandhu devant leurs successeurs représentant la sagesse compatissante. 

Un rapprochement a été fait entre le nom de Maitreya et celui de Mithra, assez difficile à éclaircir néanmoins du fait de la diversité des rôles assignés à ce dieu par les différents courants religieux indo-iraniens et persans. •

Le paradis Tusita 
Maitreya réside dans un paradis nommé Tusita, où vivent les futurs bodhisattvas, divisé en un espace interne consacré exclusivement à l’enseignement du dharma, et un espace externe différent des « terres pures » ou « terres de bouddha » des déités postérieures du mahayana comme Amitabha en ce que les désirs y existent encore, bien que très assagis. Ainsi, la procréation s’y poursuit par contact des mains, les enfants surgissent sans grossesse sur les genoux des parents et grandissent immédiatement. 

Lire la suite ici….

 

 

Maitreya « Le Bienveillant »

Maitreya Maitreya (mot sanskrit signifiant « amical », « bienveillant » ; en Pali Metteya ; en tibétain Jetsun Jampa Gonpo, en chinois Mílè púsà (彌勒菩薩) ou Mílèfó (彌勒佛) ; en japonais Miroku, en vietnamien Di-lặc ) est un Mahābodhisattva qui serait le prochain Bouddha à venir lorsque le Dharma, l’enseignement du Bouddha Shakyamuni, aura disparu.

La croyance en l’avènement de Maitreya est partagée par les courants theravāda et mahāyāna du bouddhisme.

Origines du nom

Dans certains textes comme le Sūtra du lotus, le Bouddha appelle Maitreya « Ajita », invincible. On considère souvent que Maitreya est son nom de famille et Ajita son prénom. Il ne doit pas être confondu avec un autre Ajita mentionné dans le Sūtra du Parinirvāņa, grand criminel repenti accepté comme disciple par le Bouddha.

Un rapprochement a été fait entre le nom de Maitreya et celui de Mithramitra signifiant ami en sanskrit. Ce lien est assez difficile à étayer du fait de la diversité des rôles assignés à ce dieu par les différents courants religieux indo-iraniens et persans.

Le paradis Tuṣita (Tushita)

Selon la tradition, Maitreya règne actuellement au paradis « Tuṣita », le Joyeux, en tant que Bodhisattva de la « dixième terre » appelée Nuées du Dharma, où il travaille à dissiper ses derniers voiles à l’omniscience. Il n’atteindra cependant l’insurpassable parfait éveil (anuttara samyak sambodhi) que par son passage en Akanistha, la plus haute sphère d’existence des mondes de la forme (rūpaloka). S’y absorbant dans le samādhi semblable-au-diamant, il pourra alors devenir un Bouddha et revenir dans la sphère humaine, ainsi que tous les autres domaines où la roue de la loi doit être mise en branle.

L’avènement de Maitreya

Maitreya est le sujet de la Prophétie de Maitreya (Maitreyavyākaraņa). Il y est dit qu’il apparaîtra à Ketumati, « la Resplendissante », autre nom de Varanasi (Bénarès), qu’il y naîtra dans une famille de brahmanes, alors que Shākyamouni était de la caste militaire des kshatriyas. De même, alors que Bouddha Shakyamuni était un bouddha de compassion (karuņā) survenu en un âge de souffrances, Maitreya, comme son nom l’indique, sera un bouddha d’amour bienveillant (maitrī), en un âge d’harmonie, afin de rehausser le bien-être du monde, et l’orienter vers l’Éveil.

À Varanasi, il est censé manifester le plein Éveil afin, lui aussi, de faire tourner la « Roue du Dharma », le Dharmacakra. Son avènement ne devrait survenir que très longtemps après la mort de Shākyamouni ; les estimations de la durée entre les deux événements varient grandement selon les théories, dépendant de la version choisie pour le calcul des trois âges du bouddhisme.

Son rôle dans le Mahāyāna

Asanga, un des fondateurs du Yogācāra, insatisfait des enseignements du Hīnayāna, et ne pouvant comprendre le sens dePrajñāpāramitās, les soutras traitant de la vacuité, a médité plus de douze ans sur Maitreya, sa déité de méditation, jusqu’à ce qu’il le rencontre en vision. Maitreya lui enseigna ce qui deviendra les Cinq traités de Maitreya sur la nature réelle des phénomènes. Une version plus prosaïque y voit plutôt les enseignements de son guruMaitreyanātha (270-350); ce qui ferait finalement de ce dernier le réel initiateur de l’école Yogācāra.

La Prophétie de Maitreya a fait l’objet en Chine à certaines époques d’une interprétation nettement millénariste, et inspiré la rédaction de nombreuses versions apocryphes. Elle offre un espoir à des populations qui ont le sentiment de vivre dans la période finale du dharma où l’ordre social et religieux se dégrade et les catastrophes et désastres se multiplient, et qui attendent un sauveur inaugurant une ère nouvelle. Cette croyance est responsable de la popularité de Maitreya auprès des sectes syncrétistes (bouddhisme – manichéisme – taoïsme) dont certaines furent impliquées dans des rébellions, comme celle des Turbans rouges qui mit fin à la dynastie mongole. Maitreya est également attendu par de nouveaux courants religieux chinois.

La prolongation (historiquement évidente) du délai prévu par l’estimation courte qui semble avoir prévalu aux débuts du bouddhisme (avènement de Maitreya 500 à 1500 ans après le parinirvana) est parfois expliquée par le fait que le bodhisattva aurait choisi la plus lente des trois voies permettant de parvenir à l’illumination parfaite : la sagesse, la foi et l’effort, par ordre décroissant de rapidité. Pour accélérer sa venue, il est conseillé de redoubler de piété et de multiplier les offrandes aux moines et les visites aux temples. Certains courants s’écartant du bouddhisme orthodoxe estiment au contraire que Maitreya a déjà atteint l’état de bouddha mais diffère sa venue, ou qu’il est déjà dans ce monde incognito.

Milefo, son appellation chinoise

Maitreya sous sa forme de Milefo entouré de disciples à Feilai Feng (Pic venu en volant) près de Hangzhou

Maitreya était connu en Chine dès le iiie siècle. Il y trouva une incarnation historique, phénomène courant dans le contexte religieux chinois, qui contribua à lui donner un aspect physique et un rôle autres que ceux que le bouddhisme lui avait jusque-là prêtés.

225px-kushanmaitreya-128x300 dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYASous la dynastie Liang vivait un moine errant Chan, de nom religieux Qici (契此), originaire de la préfecture de Mingzhou dans le Zhejiang. Transportant tout son nécessaire dans une besace en toile, il se distinguait par sa corpulence et un comportement loufoque et imprévisible mais bienveillant; on lui prêtait de plus des dons de voyance exceptionnels. Il serait mort en méditation au temple Yuelinsi (嶽林寺), dans sa province d’origine, en 916, en prononçant ces mots : « Ce Maitreya est le vrai Maitreya, il est présent sous des milliards de formes; il se montre constamment, mais personne ne le reconnaît. » Une légende en faisait l’incarnation de Maitreya : on prétendit l’avoir aperçu après sa mort, des images pieuses le représentant commencèrent à circuler.

Le moine ventripotent et souriant est devenu la représentation de Maitreya la plus courante et la plus populaire en Chine. Son ventre plein et son sourire sont gages de bonheur et de prospérité, de même que son sac que l’on prétend inépuisable. Ces caractéristiques n’ont pas fait une impression favorable sur les voyageurs français du xixe siècle, qui ne trouvaient en Milefo (appellation chinoise signifiant Bouddha maitreya) qu’un homme gros au physique peu avenant. Le moine Qici est devenu au Japon Hotei (de Bùdài 布袋 « sac de toile »), un des Sept dieux du bonheur. Pour les Chinois qui ne s’intéressent pas à la théologie bouddhiste, Milefo est l’un des Dieux de la fortune.

Représentations

Maitreya est généralement représenté en saint homme ou en prince. Lorsqu’il est assis, ses deux pieds reposent sur le sol, ce qui peut s’interpréter de deux façons : il n’est pas encore « assis » comme bouddha, ou au contraire il se prépare à se lever et descendre sur terre. Il peut d’ailleurs avoir la tête légèrement baissée, signifiant qu’il regarde le monde. Il porte quelquefois un petit stupa dans sa coiffure. On voit souvent dans sa main droite une roue posée sur un lotus, et dans la gauche une fiole contenant le nectar du Dharma. Étant le prochain qui mettra en marche la roue de la Loi, il en fait parfois le geste (dharmacakra mudrâ).

Le grand bodhisattva est parfois représenté avec à ses côtés les deux plus célèbres penseurs de l’école YogācāraAsanga et son frère Vasubandhu. Il existe dans le bouddhisme tibétain des illustrations montrant le Bouddha avec à sa gauche Mañjuśrī et les philosophes représentant la sagesse détachée, et à sa droite Maitreya, suivi d’Asanga et Vasubandhu devant leurs successeurs représentant la sagesse compatissante.

Milefo est un moine chauve au ventre rebondi et à la figure réjouie, souvent appelé le Bouddha riant. Comme tous les êtres d’exception, les lobes de ses oreilles sont très longs. Outre son sac, il peut porter une gourde, symbole taoïste de longévité.

Prétendants et nouvelles interprétations

270px-Maitreya_and_disciples_carving_in_Feilai_Feng_CavesLe contexte indien auquel la prophétie de Maitreya fait très naturellement référence, n’a pas empêché de nombreuses personnes de se prétendre son incarnation, et ce dès les premiers siècles. Bodawpaya, souverain du royaume d’Ava (Birmanie) à la fin du xviiie siècle, et Lu Zhongyi, 17e maître d’Ikuan Tao, en sont deux exemples.

Maitreya a aussi été adopté par de nouveaux courants religieux bouddhistes ou syncrétistes, certains nés hors d’Asie. Il existe des mouvements bouddhistes pour qui la personnalité centrale est Maitreya le sauveur ; ils considèrent qu’il atteignit l’illumination avant le bouddha Gautama, mais le prit pour maître par respect et renonça temporairement au nirvana.

Maitreya est une des formes de la divinité suprême des nouvelles religions chinoises syncrétistes nées du mouvement Xiantiandao.

Share International (branche française : Partage international), fondé dans les années 1970 par Benjamin Creme, influencé par les écrits de la théosophe Helena Blavatsky et d’Alice Ann Bailey, une pionnière du New Age, prétend que Maitreya est le messie attendu par toutes les religions sous des noms différents, et qu’il aurait déjà fait de nombreuses apparitions publiques et privées. Lorsque Creme annonça que Maitreya était arrivé à Londres depuis le 19 juillet 1977 puis qu’il s’était finalement présenté à la télévision américaine le 14 janvier 2010, impliquant involontairement l’écrivain économiste Raj Patel, il crée un buzz médiatique qui fit connaître la figure de Maitreya au monde entier.

SOURCE http://fr.wikipedia.org/wiki/Maitreya

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...