L’énergie sexuelle

 

 gifs fleursL’énergie sexuelle dépasse en puissance la simple attirance physique fondée sur l’apparence et le statut social, et elle est d’un emploi beaucoup plus complexe ; l’énergie sexuelle est semblable à l’argent ; votre manière de la gérer et la valeur que vous accordez à vos expériences forment la base de votre estime de soi et de votre richesse personnelle. L’attirance sexuelle naît entre deux personnes lorsqu’elles obéissent à un échange télépathique d’énergie et qu’elles reconnaissent leurs intentions de disponibilité mutuelles. L’identité érotique est douée d’une fréquence distincte et vos valeurs sexuelles se diffusent dans la sphère de l’existence, habituellement sans que ni vous ni l’autre ayez conscience du processus. Vous trouverez un partenaire ou un conjoint potentiel en obéissant à vos intérêts et à vos pulsions. Du fait que vos pensées et vos désirs ensemencent de vos intentions le champ de l’existence, vus remarquerez une personne avec qui vous partagez des affinités et serez attiré par elle. La sexualité consiste à former des alliances. Les relations amoureuses enrichissent la croissance personnelle et participent à votre évolution. C’est pourquoi vous attirerez un ou une partenaire qui consentira, d’une certaine manière, à travailler avec vous sur des difficultés spécifiques essentielles à votre croissance personnelle et à votre transformation. Même si les liaisons amoureuses sont parfois semées d’embûches, vous devez vous accorder assez de valeur pour attirer quelqu’un qui vous apprécie, vous et ce que vous avez à offrir. La qualité de l’amour que vous recevrez sera proportionnelle à la valeur que vous vous accordez.

 Grâce à l’intimité que procure l’union charnelle, vous apprenez à vous connaître mutuellement ; ainsi, avec honnêteté et de bonnes intentions, il vous sera possible d’explorer à deux les difficultés non résolues, car il se produit invariablement un échange énergétique. Toute alliance présente un risque car on est alors vulnérable, pouvant même recevoir davantage que l’on ne maîtrise. Ainsi, c’est en vous abandonnant sexuellement (moins attaché à la performance) que vous découvrirez une connexion plus profonde. Le sexe active vos chakras, qui s’ouvrent et tournoient pour s’aligner sur les courants énergétiques du partenaire. Ensemble, vous partagez et fusionnez vos champs énergétiques  par le geste intime d’unir vos organes sexuels ;  avec chaque orgasme partagé, vous sondez plus à fond la forêt psychique de l’autre.

 Les croyances conscientes ou inconscientes que vous entretenez au sujet de votre corps détermineront la nature de vos expériences sexuelles. La crainte ou la honte de votre forme physique indiquent que des souvenirs et des croyances pénible set non résolus influencent votre champ d’intention ; ils caractériseront les conditions de votre disponibilité. L’énergie sexuelle amplifie votre fréquence dans la sphère de l’existence. Si votre relation amoureuse sape votre énergie ou qu’il vous arrive alors fréquemment de vous disputer, il vaut mieux identifier et résoudre ensemble les causes du problème, sachant qu’il s’agit là de symptômes et de symboles d’une énergie bloquée. N’oubliez pas que la peur est à la source de tout blocage d’énergie et que votre pouvoir cesse là où elle commence. Parfois, la solution d’un problème vaut bien le temps et les efforts investis. Parfois même, il vaudra mieux lâcher prise et passer sagement à autre chose. Vous devez discerner ce qui vous convient et ce qui ne vous convient pas. Vos difficultés contiennent diverses couches de significations, mais elles sont toutes liées à votre manière de gérer l’énergie.

 Si vous faites confiance à votre nature sexuelle, vous serez ouvert à l’exploration du plaisir sensuel et vous attirerez un partenaire présentant des affinités avec vous ; ensemble, vous produirez alors une fréquence distincte qui reflétera vos énergies amalgamées. Si vous et votre partenaire considérez qu’une relation réussie doit essentiellement comporter une sexualité heureuse, l’exploration de ce type d’énergie vous apportera alors tous les enseignements et les défis démontrant que le sexe donne accès à la conscience spirituelle, où sont exaltées les qualités de l’amour, de la confiance, du respect, de la réalisation de soi et de l’admiration mutuelle. Rire ensemble atteste l’harmonie de la relation. D’un certain point de vue, le sexe est sacré ; c’est un plaisir divin merveilleux, une activité vivifiante, stimulante et naturelle qui procure un plaisir mental, physique et émotionnel, et qui établit une connexion au mental cosmique. L’expression sexuelle est essentielle à une santé radieuse e tau bien-être ; lorsqu’elle est animée de sincérité, de confiance et d’amour, elle établit votre connexion personnelle au cosmos, débouchant sur les mystères sacrés du multivers.

 Mieux vaut aborder l’énergie sexuelle avec lucidité et comme accord consensuel entre deux personnes, visant à produire le plaisir dans les limites de l’intégrité personnelle, d ans le respect de vos valeurs morales ainsi que de celles de la société. Votre expression sexuelle doit comporter l’honnêteté, l’intégrité et le respect de votre vie privée et de celle d’autrui. Vos expériences sexuelles portent-elles davantage que le simple caractère transitoire du désir ? L’énergie sexuelle est une énergie psychique ; lorsque vous faites l’amour, vous prenez littéralement sur vous le champ énergétique d partenaire. Lorsque deux personnes vivent ensemble, elles entretiennent après un moment un lien télépathique très fort, allant jusqu’à considérer comme tout à fait normale l’aptitude à deviner les pensées de l’autre. Vécue dans la confiance et la familiarité d’un lien amoureux de longue date, l’intimité sexuelle instaure des structures psychiques puissantes, comme des sentiers conduisant de plus en plus loin dans une forêt magique. Vos organes génitaux sont l’équivalent corporel d’un site sacré ; si vous explorez votre sexualité, vous accéderez à la forêt qui vous fera franchir les voies de pouvoir à même votre terrain sacré personnel. La Terre possède des caches de trésors que l’on estime sacrées en raison de la confluence de certaines énergies en ces lieux.

 De tout temps, ceux qui étaient en mesure de concevoir et de mesurer la puissance de ces énergies ont aimé et révéré la terre ; ils se sont enseigné mutuellement à vivre en harmonie et dans le respect des forces de la création. L’énergie sexuelle est tout aussi sacrée car elle incarne le pouvoir de création ; dans votre corps, c’est la source d’énergie la plus puissante qu’il faudra maîtriser. Si vous établissez des frontières nettes et dotez votre sexualité d’intentions précises et délibérées, basées sur des valeurs très claires, l’expérience de votre site sacré sera épanouie.

 

Issu du livre Sagesse des Pléiades – Pour un monde en chaos – Le pouvoir de la sexualité humaine page 168 – de Barbara Marciniak aux éditions Ariane.

Le problème de la preuve 2


b) La preuve objective :

 

Le problème de la preuve 2 dans CERCLE DE GRACEOutre la preuve personnelle, de nature subjective, peut-on envisager la possibilité d’une preuve de nature objective, donc matérielle, susceptible d’emporter l’adhésion de tout le monde, et en premier lieu, bien sûr, celle du monde scientifique ?

 La seule preuve envisageable de cette nature consisterait en la mise au point d’une caméra spéciale permettant de filmer la sortie du corps astral lors de la décorporation ou lors de la mort elle-même.

 Wilfried Chettéoui a publié plusieurs photos où l’on voit distinctement la corde d’argent (reliant les corps physique et « astral ») au chevet d’une mourante. Ce type de photo, bien que fort rare, permet d’envisager la possibilité de la mise au point d’un appareil permettant de filmer dans des bandes de fréquences non perceptibles par nos organes sensoriels et par les instruments de détection des champs physiques connus.

 Signalons à ce propos que l’ésotériste Benjamin Creme considère qu’il devrait être possible de photographier ou de filmer le corps éthérique d’un défunt en lumière ultraviolette. De combien faudrait-il aller dans l’ultraviolet ? Selon Benjamin Creme une « octave de lumière » ne suffit pas, mais quatre « octaves » supplémentaires sont nécessaires.  

 Le biologiste Harry Oldfield, qui mène des recherches dans une clinique proche de Londres, a mis au point la « photographie à interférence polycontrastée » (PIP), en adaptant une ancienne technologie utilisée pour les photos satellite des terres chaudes et froides et des étendues océanographiques. Il a amélioré le procédé après de nombreuses années de recherches sur la photographie Kirlian. L’innovation réside « dans la programmation informatique qui affecte un nombre à chaque degré de lumière et le codifie à l’aide de couleurs ». La technologie d’Harry Oldfield est utilisée dans plusieurs hôpitaux britanniques et cliniques à l’étranger, en conjonction avec le scanner et des appareils de thérapie par les cristaux qu’il a mis au point. Les clichés PIP du corps humain offrent « une représentation graphique des tourbillons et des faisceaux énergétiques correspondant aux chakras décrits en médecine ayurvédique et aux circuits énergétiques suivis par les méridiens de la médecine chinoise ». Nous avons là, « enfin, un outil simple, bon marché et inoffensif, capable de révéler visuellement l’état et les mouvements des champs de force, en utilisant une simple bobine Tesla, un ordinateur et un magnétoscope ».

 Le procédé PIP d’Harry Oldfield, note Diana Holland, « permet de déceler les états pathologiques avant qu’ils ne se manifestent lors d’un diagnostic classique, permettant ainsi au thérapeute de saisir à temps l’apparition de pathologies comme une tumeur du sein ». Le procédé peut également être utilisé afin d’étudier « des formes de médecine vibratoire comme l’acupuncture, l’homéopathie et la réflexologie »…

 Lors d’une étude menée avec trois assistants, dans un lieu où des roturiers britanniques furent exécutés, « l’image de deux soldats de Cromwell apparut puis s’évanouit, restant toutefois clairement visible durant un court instant ».

 « Les empreintes de l’Histoire persistent, selon lui, dans les vieilles gares ferroviaires, les cimetières, etc., et il existe des clichés PIP de formes fantomatiques et de mains tendues, où les actuels propriétaires de ‘‘maisons hantées’’ parlent de points froids et d’une présence ténébreuse. » (D. Holland)

 Harry Oldfield a pris, dans des morgues britanniques, des clichés PIP « du corps de personnes ayant subi une mort soudaine, inattendue et violente, dans un accident de la route ».

 « Dans de tels cas il a pu photographier un champ de force flottant au-dessus ou à proximité du corps étendu. » (D. Holland) (22)

  Source : http://www.mondenouveau.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=80&Itemid=48

 

La guérison et la force vitale

gifs étoilesLa guérison découlant de votre compréhension des priorités de votre vie se produira lorsque vous saisirez cette force vitale nommée sexualité. C’est là un des rétablissements clés qui doivent avoir lieu sur cette planète. 

Lorsque les hormones de l’attirance s’agitent, vous faites l’expérience d’un échange d’énergie entre tous vos chakras et ceux de votre partenaire. Vos énergies se fusionnent. Si vous faites monter l’énergie plutôt que de la garder dans les régions génitales, vous pouvez augmenter la circulation d’énergie et fonctionner en ayant une conscience nouvelle. Apprenez l’un de l’autre à faire monter l’énergie le long de la colonne vertébrale et à la faire circuler dans vos corps, reportant l’orgasme. Pendant l’acte sexuel lui-même, peut-être constaterez-vous que vous passez dans une fissure temporelle. 

L’expérience de l’orgasme diffuse des énergies de guérison et de rajeunissement dans votre corps. Dans plusieurs cas, elle peut susciter une libération émotionnelle intense, et vous vous trouvez inondé de sentiments.

 

Maitrise de l’éjaculation 

De la même manière qu’on a vendu aux femmes l’idée qu’elles ne peuvent empêcher la grossesse si elles ne désirent pas d’enfants, on a vendu aux hommes l’idée que l’éjaculation est la seule forme d’orgasme. Le sperme peut être retenu, transformé dans son énergie, et redistribué dans le corps. Il s’agit d’une forme supérieure de la sexualité pratiquée en Orient depuis plusieurs éons. Si les hommes éjaculent chaque fois qu’ils atteignent l’orgasme, ils perdent leur force vitale, dans l’une des versions de la réalité. 

Si vous êtes un homme, vous pouvez apprendre à retenir le sperme et à ne pas éjaculer pendant l’acte sexuel. Il existe des techniques pour ce faire. En appuyant sur le périnée, la région entre l’anus et le scrotum, la force vitale est retenue à l’intérieur du corps, et l’orgasme se transforme. Les humains ont été amenés à avoir un orgasme génital, qui constitue une expérience localisée à une partie du corps, au lieu d’une expérience impliquant tout le corps et d’élévation spirituelle. Si vous réfléchissez au nombre de corps dont vous êtes constitués (voir article Corps subtils), vous prenez conscience quil vous est possible d’avoir un orgasme dans chacun de ces corps. Alors, lorsque vous reconsidérez et redéfinissez les manières qui vous mènent au plaisir, vous commencez à faire l’expérience de différentes façons de recevoir le plaisir et vous sortez de la région restreinte des organes génitaux. 

Le sperme est une force catalytique d’existence. Chaque fois qu’un homme émet du sperme, il épuise son corps en quelque sorte. Idéalement, un homme devrait éjaculer par choix, lorsqu’il y a besoin de procréation ou désir de l’expérience. On vous a transmis des idées qui vous maintiennent dans un état vibratoire très bas vous menant à la dégénérescence plutôt qu’au rajeunissement.

Les Pléiadiens, issu du livre Terre, canalisé par B. Marciniak 

Facultés du corps spirituel


floatiesLe messager de l’Au-delà Georges Morrannier a donné quelques informations à sa mère à propos des capacités du corps astral.

 Dans une communication datée de mai 1987 il précise qu’il existe un « cerveau spirituel » composé d’un « petit champ d’ondes théoniques, sphérique et limité, maintenu par la substance spirituelle de notre tête ».

Les capacités de ce « véhicule de conscience » qu’est le corps astral sont les suivantes : 

• Une perception visuelle globale permettant de voir à distance et à l’intérieur des objets, ainsi que l’activité des cellules végétales à l’intérieur des plantes et celle des organes à l’intérieur du corps. Un effort de volonté est cependant nécessaire pour parvenir à ce résultat. 

• La perception de l’aura des êtres incarnés.

• La possibilité de lire les pages d’un livre sans l’ouvrir.

• L’audition des voix humaines et des bruits terrestres. Si les oreilles « astrales » ont la même forme que celles du corps physique, l’oreille interne n’existe pas et est remplacée « par un très petit champ de spiritons ».

• Une voix très différente de la voix terrestre, sans timbre :

« Elle n’a pas de son puisqu’elle ne provoque pas d’onde acoustique d’ordre physique. Et cependant elle est très audible. »

 

• Si l’odorat persiste, le sens du goût a par contre disparu car il n’est plus nécessaire de se nourrir. 

• Il ne reste aucune trace des poumons, du cœur, de l’appareil digestif ou de l’appareil génital, ceux-ci étant devenus totalement inutiles. Les références de désincarnés à des banquets, des verres de whisky ou des tasses de thé s’expliquent ainsi : tout ceci n’existe que dans le mental de ces êtres.
• Le corps subtil peut se rendre instantanément où il le désire. Il suffit de visualiser la personne que l’on veut rejoindre ou le lieu que l’on veut visiter. Il est possible de visiter une autre planète habitée, ce voyage s’effectuant en groupe. Il est évidemment possible de visiter toutes les planètes du système solaire, les conditions atmosphériques qui y règnent ne pouvant gêner le corps astral. 

• Le toucher est différent. Les ondes spi * « de nos mains captent les vibrations de la matière ».
• Les communications sont de nature télépathique, cette forme de communication s’avérant nécessaire avec les êtres spirituels ne parlant pas la même langue, ainsi qu’avec les médiums terrestres. 

• Déplacements d’objets à distance, dématérialisations et « re-matérialisations », bruits divers, « font intervenir les ondes théoniques ». Dans les guérisons spirituelles le « prâna » est canalisé vers le malade. Les guérisons de Lourdes sont réalisées par des « guides ». 

• Les « ondes prâniques » sont nécessaires à la vie du corps spirituel ; elles suivent le réseau des « nadis », sont captées et diffusées par les « chakras ». 

• La pensée possède une créativité surprenante et peut donner naissance à des formes, des images, des sons, de la musique. (24) 

(* Les « ondes spi », les « spiritons », les « ondes théoniques », etc., font partie des particules et champs de l’Univ ers spirituel.) 

Source : http://www.mondenouveau.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=80&Itemid=48

Premier Chrakra

 

LA RACINE 

Energies fondamentales ; l’identité et la survie personnelles. 

Paires de chakras ; la racine et la couronne (premier et septième). 

 

Gif plante carnivoreVoyons d’abord la base de votre système, le premier chakra, ou chakra racine, car votre croissance sur tous les plans (physique, émotionnel, mental et spirituel) s’effectue en équilibrant les attributs et en éliminant les leçons que recèle chaque centre énergétique, par ordre ascendant. C’est pourquoi votre corps est conçu pour se purifier de haut en bas, mais c’est aussi pourquoi votre travail de purification doit s’effectuer de bas en haut ! 

 

Le chakra racine se trouve à la base de la colonne vertébrale et du périnée, la zone sensible étant située entre les organes génitaux et l’anus. Il est orienté verticalement, pointant vers la terre. Les membres ou parties corporelles et les organes compris dans la sphère de ce chakra sont les pieds, les jambes, le coccyx, l’anus, l’entrejambe, l’articulation de la hanche et le bassin. Les attributs de ce chakra assurent votre survie sur le plan matériel de l’existence ; ils renvoient à vos besoins physiques d’air, d’eau, de nourriture, d’abri, de sexe et de sécurité. En outre, ce chakra maintient votre lien à la terre et à la réalité tridimensionnelle, où réside et fonctionne votre corps. C’est là que vous hébergez votre identité personnelle, c’est-à-dire qui vous pensez être et comment vous vous percevez. C’est là que sont fondées la valeur personnelle et l’estime de soi, que celles-ci croissent jusqu’à de nouveaux niveaux d’expression pur chaque chakra situé au-dessus de la racine. 

 

Il est essentiel d’être bien relié à la terre pour que les pensées se matérialisent en idées, puis en concepts, et finalement en objets concrets. De plus, sans une adéquate mise à la terre, votre corps ne peut passer à l’hologramme énergétique supérieur qui devient maintenant disponible dans les grilles énergétiques de votre planète. Les leçons traitées là sont liées aux peurs associées à la survie – peur de l’échec, du manque, de la pauvreté – et aux besoins sexuels fondamentaux, dont la peur de l’infertilité. (Votre instinct procréateur est une fonction fondamentale reliée à votre centre physique, dans les deux premiers chakras, ce que vous appelez votre « horloge biologique »). 

 

Quand votre chakra racine fonctionne bien, votre corps conserve un haut niveau de santé et d’énergie. Lorsque ce chakra est encrassé ou déséquilibré, vous vous sentez déconnecté du flux de la vie, seul et isolé de votre entourage. Vous recyclez constamment vos maux et vos douleurs, car le corps ne peut évacuer l’excès de pression de ce chakra et des autres, plus haut. 

 

Les manifestations physiques des problèmes liés au chakra racine sont les accidents ou les maladies aux pieds, aux genoux, aux jambes, au coccyx, à l’entrejambe et aux hanches, les varices, les tumeurs ou cancers au rectum, aux organes génitaux, à la prostate ou aux testicules. Lorsque la maladie survient dans ces parties du corps, ce dernier reflète ainsi physiquement l’incapacité énergétique de votre esprit à avancer (les pieds, les jambes et les hanches), à procréer (les organes génitaux) et à évacuer les déchets (l’anus et l’urètre). 

 

La tâche que nous vous confions ici, si vous choisissez de l’accepter, vise à évacuer vos peurs afin qu’elles n’exercent pas de contrôle sur votre vie. Souvenez-vous que vos peurs bloquent vos pouvoirs ! Sur le plan énergétique, elles empêchent l’expression positive de vos dons et de vos talents en créant des blocages dans votre système de méridiens énergétiques. Sur le plan physique, elles se logent dans le corps et empêchent votre système nerveux central de se purifier. Autrement dit, votre dysfonctionnement physique est directement proportionnel à l’intensité des peurs contenues dans vos chakras. Si vous craignez d’être atteint par la maladie ou d’avoir un accident, vous en créez alors la possibilité. Efforcez-vous de mitiger la force de vos peurs en faisant descendre tous ces blocages par vos jambes pour les évacuer par vos pieds. C’est le moyen le plus rapide d’arriver à marcher droit, la tête haute, le corps en santé, et les yeux, le cœur et l’esprit clairs ! 

 

Message de Kryeon canalisé par Lee Carroll – Fraternité de lumière. Page 133 du livre Le Retour de la Lumière 2007 – L’Année du discernement. 

Deuxième chakra

 

L’ABDOMEN 

Energies fondamentales ; la confiance, la créativité et la motivation 

Paire de chakras ; l’abdomen et la gorge (deuxième et cinquième). 

 

Gif artificeCe chakra sacré est situé à trois doigts de largeur sous votre nombril. Servez-vous de vos propres doigts pour en mesurer la distance, puisque nous ne pouvons appliquer ici une norme générale en pouces ou en centimètres, tout le monde n’ayant pas la même taille ni la même forme. Le deuxième chakra est orienté horizontalement et aligné de l’avant à l’arrière du corps. Sa fonction pratique est d’emmagasiner l’énergie pour les diverses couches de votre corps (PEMS). Les parties du corps et les organes sous le champ d’influence du chakra sacré sont le basin, les vertèbres sacrées, le gros intestin, les organes sexuels (féminins), la vessie et l’appendice. Permettez-nous de souligner ici la beauté intrinsèque de votre corps. Votre zone de stockage d’énergie chevauche votre espace reproductif (l’utérus). C’est votre zone de profonde création et de procréation ! Ce n’est donc pas un hasard si votre instinct créateur est également ancré là et a à voir avec votre succès matériel et financier. 

 

Lorsque ce chakra sacré est équilibré avec un chakra racine solide et purifié, vous développez une forte image de vous-même qui propulse votre confiance et votre motivation vers de nouveaux sommets dans vos efforts créatifs et financiers. Comme nous vous l’avons souvent répété, c’est ainsi que vous êtes tous construits ; tels des cercles inscrits dans des cercles se trouvant dans des cercles. Et c’est ainsi que nous vous instruisons. Un chakra sacré en santé vous permet d’avoir une perspective optimiste, le respect de vous-même et des autres, et du discernement dans les relations amoureuses et dans la sexualité. Cette intimité personnelle révèle un raffinement de l’instinct sexuel inné et brut du chakra racine. 

 

Quand votre deuxième chakra est bloqué, votre corps est sous-carburé physiquement, et ce  de manière chronique. Certaines personnes ont toujours froid, car elles sont incapables  alors de retenir la chaleur dans leur abdomen. Il s’agit donc ici de leçons énergétiques liées au manque – manque de valeur personnelle et matérielle, manque d’intimité personnelle – lequel se traduit par une incapacité à se motiver, à fonctionner et à créer afin de gagner sa vie. Une douleur chronique au bas du dos reflète souvent un manque financier. Les abus verbaux, physiques et sexuels ont tendance également à encrasser ce chakra et sont porteurs de leçon de persécution, d e manipulation et d’impuissance, autant sexuelles que financières ou basées sur l’intolérance (raciale, religieuse ou sexuelle). 

 

Traditionnellement, les femmes ont des leçons à apprendre à l’avant du corps, et les hommes, à l’arrière. L’avant est sous la domination des émotions, et l’arrière, du mental. Maintenant qu’un plus grand nombre de femmes doivent être autonomes financièrement, vos statistiques révèlent une nette augmentation du mal de dos et des crises cardiaques chez les femmes. Chez celles qui subissent des leçons d’abandon, un veuvage ou un divorce, on remarque des cas typiques de colite, d’iléite ou de perméabilité intestinale attestés par la communauté médicale. Le gros intestin est entravé dans sa capacité d’assimiler la nourriture et de filtrer les toxines, ce qui indique le manque émotionnel de soutien et de sécurité. 

 

Il y a une raison énergétique à tout symptôme physique. Les dysfonctionnements féminins comprennent la stérilité, les troubles menstruels, l’endométriose, les infections vaginales, les kystes, les tumeurs et/ou cancers des organes reproducteurs. Les hommes comme les femmes sont susceptibles de développer des douleurs au bassin ou en bas du dos, des troubles du gros intestin, de la vessie et/ou de l’urètre, des maladies et/ou des problèmes sexuels, ainsi que des affections du bas de la colonne. 

 

Il est crucial que votre valeur personnelle soit enracinée (pardonnez le jeu de mots !) dans votre identité personnelle intérieure, et non mesurée par rapport à votre richesse matérielle. Si elle dépend de la quantité d’argent et de biens que vous possédez, vous ne dépasserez jamais le stade des leçons de survie liées à l’avoir et au dénuement. L’argent peut être gagné, dépensé, perdu et regagné. Si vous mesurez votre valeur personnelle à votre richesse monétaire, vous risquerez toujours de la perdre. 

 

Message de Kryeon canalisé par Lee Carroll – Fraternité de lumière. Page 134 du livre Le Retour de la Lumière 2007 – L’Année du discernement. 

Troisième Chakra

 

LE PLEXUS SOLAIRE 

Energies fondamentales :  l’instinct, le pouvoir personnel, la volonté, l’estime de soi, l’identité sociale. 

Paire de chakras : le plexus solaire et le cœur (troisième et quatrième) 

 

Gif artificeLe troisième chakra est situé au milieu de la région stomacale, ou trois doigts de largeur au-dessus du nombril. Il est orienté horizontalement, de l’avant vers l’arrière. Les parties du corps et les organes qui lui sont associés sont, devant, l’abdomen, le plexus solaire, l’intestin grêle, la vésicule biliaire, le foie, le pancréas et la rate ; derrière, les reins, les grandes surrénales et les vertèbres lombaires. Ce chakra maintient l’équilibre de la digestion physique. Il assure également l’équilibre émotionnel, vous permettant de faire confiance à votre instinct, de prendre des décisions et de conserver votre valeur personnelle à l’abri des interférences de l’ego (le vôtre ou celui des autres !) Le plexus solaire est votre chakra social ; son énergie soutient vos relations interpersonnelles et votre capacité de travailler en collaboration à l’intérieur d’un groupe. 

 

Si le troisième chakra est en santé, l’individu est émotionnellement équilibré et peut donc traiter honnêtement et efficacement, d’une manière positive, avec le monde extérieur. Les gens qui possèdent un troisième chakra fort deviennent d’excellents dirigeants sociaux, économiques ou religieux. Leurs frontières personnelles sont bien définies et ils sont guidés par un « flair instinctif » qui leur fournit de l’information intuitive sur les questions pratiques quotidiennes. Quand deux personnes se rencontrent et que leurs champs auriques se mêlent, les premières impressions énergétiques ont lieu à presque deux mètres de distance, bien avant la poignée de main ! En toutes choses, le succès ou l’échec sont fonction de la confiance que vous accordez à votre intuition énergétique. (Ne pas confondre avec le chakra du troisième œil, qui est le siège de l’intuition supérieure, de l’information provenant de votre Soi supérieur). 

 

Quand le troisième chakra est bloqué ou souffrant, l’individu devient indécis et inquiet ; il se sent inapte à gérer ses principales responsabilités et devient en proie à l’opinion ou à la volonté des autres. Le plexus solaire est le siège de votre volonté, ou de votre impuissance, mesurée d’après votre efficacité dans le monde extérieur. Quand vous cédez à la peur, vous intériorisez le mal et vous vous l’infligez. Quand vous cédez à la colère, vous extériorisez votre mal en impliquant les autres dans le processus. Certains tombent sous la domination des autres que certains ressentent, au contraire, le besoin de contrôler les autres. Certains craignent les critiques et les jugements, ou bien critiquent et jugent les autres d’un ton acrimonieux. Quelle est la différence ? 

 

Le vortex postérieur du troisième chakra est gouverné par le corps mental, qui exprime la volonté logique dénuée d’émotion. Son blocage a pour résultat l’expression de la colère. Quant au vortex antérieur, il est gouverné par le corps émotionnel ; quand celui-ci est bloqué, il engendre une attitude de victime qui s’exprime émotionnellement, sans aucune logique. Ce sont encore là, chers enfants, les deux côtés d’une médaille déséquilibrée ; la colère naît de la peur, laquelle doit être éliminée de votre structure énergétique multicouche. Vous êtes réellement plus que votre noyau physique ! 

 

Les maladies associées à cette région sont les troubles digestifs (la nausée, l’indigestion chronique, la gastrite, les ulcères, les allergies alimentaires et l’intolérance au lactose), les maladies du côlon et de l’intestin grêle, les dysfonctions de la vésicule biliaire, du foie, du pancréas et de la rate, comme le diabète, la pancréatite, l’hépatite, les calculs biliaires ou rénaux et les tumeurs ou les cancers. Les troubles rénaux et surrénaux sont également logés là, ainsi que les affections spinales médianes. 

 

Les problèmes émotionnels liés au pouvoir et au contrôle sont intrinsèquement associés à la région du troisième chakra ; c’est le cas de l’anorexie et de la boulimie en Occident. Le plexus solaire est aussi le sommet du « système de chakras inférieurs » par lequel votre héritage tribal s’est constitué pendant des milliers d’années, dominé par la peur. N’est-il pas ahurissant, chers enfants, que votre santé physique reflète directement vos progrès énergétiques ? 

 

Message de Kryeon canalisé par Lee Carroll – Fraternité de lumière. Page 136 du livre Le Retour de la Lumière 2007 – L’Année du discernement. 

Sixième Chakra

 

LE TROISIEME ŒIL 

Energies fondamentales : l’intuition supérieure. 

Paire de chakras : le troisième œil et le but de l’âme (sixième et huitième) 

 

Gif ventilateursLe sixième chakra est situé au bas du front, centré au-dessus de l’arête du nez, entre les arcades sourcilières. Il est orienté horizontalement de l’avant vers l’arrière. Le troisième œil est votre source de perception extrasensorielle, le siège de la vue psychique et de la sagesse. L’intuition spirituelle entre par là dans vos systèmes, vous offrant ainsi une « vision globale » de la vie, avec tous ses niveaux d’interaction énergétique. Ici résident votre clairvoyance, votre intuition et votre éveil personnel, votre porte d’accès au savoir intérieur et supérieur. Ce chakra travaille d’une façon unique avec tous les autres, car il possède une connexion « de contrôle » au chakra racine, au chakra sacré, au plexus solaire, à la gorge et à la couronne. 

 

Le troisième œil gouverne les yeux, les oreilles, les sinus, le nez ainsi que la glande pituitaire et l’hypothalamus. Quand ce sixième chakra fonctionne bien, vous communiquez adéquatement à  la fois avec le soi intérieur et le Soi supérieur ; dès lors, vous pouvez accomplir davantage sur les plans de la guérison intérieure et de la croissance spirituelle. Ce chakra vous permet de voir clairement vos problèmes et vos leçons énergétiques, de sorte que vous pouvez en assumer la responsabilité. La plupart des praticiens thérapeutes ont un troisième œil très fort et très sensible, car ils s’appuient sur lui pour établir leur diagnostic dans leur travail holistique. Comme pour l’harmonisation de votre corps physique, plus vous « exercez » vos sens psychiques, plus ils s’affinent ! Le sixième chakra est également connecté énergétiquement et d’une façon unique au système entier, offrant la signification supérieure de tout ce qui se passe dans les autres chakras. 

 

Les gens dont le troisième œil est encrassé se sentent coupés de leur intuition et nient souvent l’existence des niveaux supérieurs. Certains ne croient à rien d’autre qu’à ce qu’ils ont appris, senti ou expérimenté dans le monde physique. Leur capacité à gérer les hauts et les bas de l’existence est sévèrement diminuée, de sorte qu’ils répètent sans cesse les mêmes leçons sans comprendre pourquoi ni comment ils devraient les dépasser. La peur est ici celle de la connexion au soi intérieur et de l’obligation d’affronter les devoirs « spirituels ». Cela crée une boucle de culpabilité, de blâme et de honte qui les empêche d’assumer la responsabilité de ce qu’ils ont créé. L’incapacité intellectuelle et créative, ainsi que l’envie peuvent s’installer chez ces gens, qui ne progressent pas alors que d’autres avancent. Ainsi, l’esprit inférieur évite de croître pour entrer dans un cadre de réalité supérieur. 

 

Il est essentiel de purifier le sixième chakra, sinon vous continuerez à vous faire obstacle ! 

 

Les problèmes émotionnels liés à cette partie du corps sont l’anxiété, la paranoïa et le comportement psychotique, y compris la schizophrénie, la dépression, l’instabilité mentale et émotionnelle. Quant aux déséquilibres physiques, ils surviennent dans la région des yeux, des oreilles, des sinus, du nez ; ils affectent également le fonctionnement de la pituitaire et de l’hypothalamus. La pituitaire régule le système endocrinien (les glandes qui sécrètent les hormones directement dans le système sanguin) et, par conséquent, plusieurs processus corporels. L’hypothalamus régule la pituitaire, la température du corps, ainsi que vos besoins alimentaires et sexuels, et votre besoin de sommeil. Les migraines se logent là ; physiquement, elles proviennent des organes situés dans cette région ou sont dues aux problèmes hormonaux déséquilibrant les autres chakras. Les incapacités d’apprentissage conceptuel ou fonctionnel sont également gouvernées par le troisième oeil, bien qu’elles originent souvent de la couronne, qui régule le cerveau et les fonctions du système nerveux central. 

 

Vous rendez-vous compte maintenant de l’incroyable complexité de l’être humain ? Nous parlons ici de l’être énergétique holographique, multicouche que vous êtes, au-delà du corps physique que vous voyez dans votre miroir. Quand vous superposez votre être énergétique à votre être physique, n’est-il pas étonnant de voir à quel point votre corps physique reflète votre état énergétique ? 

 

Chers enfants, lorsque vous évacuerez vos blocages éthériques et résoudrez vos problèmes émotionnels, mentaux et spirituels, votre cœurs se rééquilibrera et rayonnera de santé ! 

 

Message de Kryeon canalisé par Lee Carroll – Fraternité de lumière. Page 141 du livre Le Retour de la Lumière 2007 – L’Année du discernement. 

Septième Chakra

 

LA COURONNE 

Energies fondamentales ; l’altruisme, la connexion spirituelle, la source d’énergie universelle. 

Paire de chakras : la couronne et la racine (septième et premier). 

 

Gif ventilateursSitué au sommet du crâne, le chakra couronne est orienté verticalement vers le haut. Il gouverne la glande pinéale (qui produit l’hormone appelée mélatonine), le cerveau et les systèmes physiques majeurs : le système nerveux central, le système épidermique, le système musculaire et le système osseux. Ce chakra est votre connexion divine, la source principale de l’énergie universelle qui aliment les quatre couches de votre système biologique et corporel. Quand ce chakra est fort et en santé, il s’étend à la mesure de votre croissance spirituelle, s’élargissant comme un casque qui finit par couvrir entièrement le crâne. 

 

Ce centre d’énergie est votre connexion spirituelle au soi éternel. Les personnes dont le chakra couronne est en santé possèdent la force et le courage d’être aussi à l’aise dans le monde terrestre que dans le monde spirituel. Elles se sont détachées de la focalisation sur elles-mêmes et ressentent de la compassion pour tous, sans compter qu’elles ne craignent pas la mort physique. Parce qu’elles ont vaincu leurs peurs, elles n’ont aucune attente conditionnelle vis-à-vis des autres. Elles sont aussi bien dans leur soi intérieur que dans leur soi extérieur. Elles possèdent une solide valeur personnelle et savent comment dépenser leur énergie avec une intention et une focalisation claires. Elles vivent dans le champ énergétique de l’éthique et de la moralité supérieures, des attitudes et des valeurs supérieures. Elles ont donc une énergie claire et craie, un but clair et vrai, et elles mènent une vie tout aussi claire et vraie. 

 

Quand votre chakra couronne est encrassé, votre corps reflète un manque général d‘énergie. C’est là que les croyances négatives obstruent votre système et vous isolent de l’aide supérieure que plusieurs cherchent désespérément. Surviennent alors des crises de foi, un manque de confiance en soi et en l’Esprit. Le déni de votre propre divinité vous fait craindre le changement, vous enferme dans la réalité-dualité tridimensionnelle et empêche votre ascension spirituelle. 

 

Les maladies associées à la zone de ce chakra sont les désordres génétiques ; les maladies du cerveau, comme les caillots, les hémorragies, le coma, les attaques, les tumeurs et les cancers ; les désordres musculaires et la paralysie ; les malades et les cancers de la peau et des os ; l’insomnie et les troubles du sommeil ; les dysfonctions du système nerveux et les maladies neurologiques associées ; les lésions au système nerveux et les blessures à la colonne vertébrale, et les attaques d’apoplexies. 

 

De loin le plus difficile à guérir ici, ce sont vos systèmes de croyances limités, particulièrement en ce qui concerne la capacité du corps à se guérir lui-même. Vous avez été élevés dans la croyance que vous ne pouvez régénérer vos organes et vos membres, ni avoir de nouvelles dents d’adulte, ni faire repousser les cheveux perdus, ni guérir une colonne vertébrale endommagée, i renverser le processus de vieillissement. Ces croyances sont inscrites si profondément en vous que les codes d’ADN qui contrôlent ces fonctions se sont refermés. Oui, l’Esprit domine la matière et vos croyances gouvernent le fonctionnement chimique de votre corps ! Plus vous croirez en la vie éternelle, plus vous vous libérerez facilement des peurs qui vous empêchent de vous connecter à votre Soi supérieur. Et où se trouve cette connexion ? Directement au-dessus de la couronne ! Elle est donc très près, chers enfants ! Surtout, veuillez bien croire que l’esprit est plus proche de vous que votre propre peau. 

 

Message de Kryeon canalisé par Lee Carroll – Fraternité de lumière. Page 143 du livre Le Retour de la Lumière 2007 – L’Année du discernement. 

Maladie et traitements

Gif abeilleLes médecins s’accordent maintenant sur le fait que toute maladie est le résultat d’un stress intérieur. Lorsqu’ils se trouvent devant une maladie, ils ne peuvent la repérer que là où elle est apparue dans le corps, puis la cataloguer selon la région, le système ou l’organe affecté. Si vous n’améliorez pas les circonstances de votre vie qui ont causé le stress au départ, votre guérison sera ratée ou incomplète, ou votre rémission ne sera que temporaire. Eliminez cette « poche de stress » et la situation qui l’a créée, et les symptômes physiques se retireront du corps. 

On est en train de développer et de raffiner de nombreuses méthodes de guérison par les mains, destinées à dégager le stress de l’aura avant qu’il n’engendre une maladie physique. Le reiki (mais également le magnétisme spirituel) est la méthode fondamentale la mieux connue qui utilise l’énergie universelle pour purifier et équilibrer l’aura. Vous êtes d’ailleurs en train de prendre conscience de plusieurs autres merveilleuses méthodes énergétiques. En outre, certaines méthodes plus anciennes, comme l’acupuncture, le shiatsu et la réflexologie, agissant directement sur les méridiens physiques afin de dégager les blocages. Ce sont là, chers lecteurs, des outils de guérison énergétique à appliquer au processus de dégagement du Cercle de grâce. 

Une fois qu’une maladie s’est manifestée dans le corps, il est plus difficile de la dégager. Si vous guérissez l’aura endommagée, vous ne tomberez pas malade. 

Les gens tombent malades de deux façon : ou bien une maladie s’établit dans la région du chakra non fonctionnel, ou bien un excès de stress (c’est-à dire de tension engendrée par un blocage) surcharge l’organisme, qui se détraque là où vous avez une prédisposition génétique à la maladie. Nous parlons ici des maladies héréditaires, comme le cancer, le diabète etc… Très souvent la meilleure façon de traiter une maladie aigue, c’est d’avoir recours à la chirurgie (comme dans le cas des tumeurs cancéreuses), ou d’attaquer l’infection au moyen d’antibiotiques (comme pour la pneumonie ou les ulcères), ou de réparer par ostéopathie l’os fracturé et d’y mettre un plâtre. Nous sommes tous favorables à l’usage de la technologie moderne actuellement disponible ; les médecins rendent à l’humanité un servie inappréciables. 

Mais que se passerait-il si vous alliez vois le médecin en disant : « Docteur, j’ai dans telle région du corps une douleur que vous ne verrez pas. S’il vous plait, aidez-moi ! » Voilà la situation qu’affrontent la plupart des thérapeutes modernes, que leur approche soit scientifique ou holistique. La mentalité scientifique ignore ce qui ne peut être vu ni mesuré. 

La mentalité holistique s’efforce de localiser la douleur et de remonter à sa source véritable : des zones de blocages de faible densité, dus à la tension dans le champ aurique et que vous appelez douleur et stress. Vos guérisseurs qui oeuvrent par imposition des mains travaillent largement à l’aveuglette, car leurs sens quadridimensionnels enregistrent à peine l’information parvenant de l’aura, qui vibre dans les dimensions supérieures. Plusieurs praticiens holistiques reçoivent des « impressions diagnostiques » dans les mains et trouvent intuitivement comment réparer les dommages subis par l’aura. Il s’agit véritablement d’une lecture physique de l’aura. Certains d’entre vous sont maintenant en train de développer leur vision intérieure, ou le feront bientôt ; c’est là un autre don qui croîtra avec votre expansion dans votre nouveau registre sensoriel de la 4-5D ! 

Extrait du Livre le Cercle de Grâce  d’Edna G.Frankel aux éditions Ariane – Fréquence Et Physicalité – page 7 du chapitre 1. 

Les miracles

Lorsqu’il nous arrivait de pouvoir presser le Maître Jeshua de questions, tôt ou tard nous en venions à aborder la nature, le pourquoi et le comment de ses miracles. Très souvent, cela semblait L’amuser… Il ne faudrait pas s’imaginer que la plupart des prodiges qu’Il  accomplissait se déroulaient dans une atmosphère religieuse, compassée ou encore méditative. Tout se faisait généralement très vite, au sein d’une ambiance joyeuse, un peu à la façon d’un musicien qui improviserait une brève mélodie par enthousiasme à chaque détour de chemin. 

Les miracles dans PARABOLES aux MIRACLES 61653849

Cela ne signifie pas que le Christ enchaînait miracle sur miracle dès qu’Il croisait un malade ou un misérable; cela veut dire que ses prodiges furent bien plus nombreux que ceux qui nous sont contés dans les Évangiles et qu’ils n’étaient pas tous imbibés de sérieux. Il yen eut des centaines – la plupart des guérisons – tant et si bien qu’ils étaient devenus une sorte d’oxygène que nous avions pris l’habitude de respirer et qui nous galvanisait. 

Par bonheur, dans le petit cénacle de proches que nous formions, vivre au coeur du Merveilleux ne prit jamais la couleur de la banalité. Nous vivions les miracles comme le complément ou la conséquence inévitable et naturelle des enseignements reçus. Les uns appelaient les autres et vice versa dans un mouvement dynamique qui n’était certainement pas étranger à cette sensation de vivre dans un état vibratoire différent telle que je la décrivais précédemment.  Par la joie avec laquelle Il accomplissait ses prodiges, le Maître voulait nous faire toucher du doigt deux vérités. La première était que la démarche qui nous pousse vers l’Esprit doit être synonyme de vie, donc de bonheur. La seconde était que l’Acte divin de  création représente avant tout un Jeu et que nous rapprocher de ce Jeu équivaut, par conséquent, à rechercher la fusion avec le Divin. Je puis dire que la légèreté de coeur et d’âme avec laquelle Il accomplit, par exemple, certaines guérisons était de nature à irriter une bonne partie du clergé de la Palestine pour laquelle, si manifestation du Très-Haut il y avait, celle-ci ne pouvait se concevoir que parmi le décorum et la solennité. Je me souviens qu’on accusait régulièrement Jeshua de supercherie à cause de la simplicité même avec laquelle Il opérait. Pas d’encens, pas de longues prières, pas de mortifications telles que les prescrivaient souvent la plupart de ceux que l’on disait thaumaturges ou encore magiciens du désert. 

Le Maître arrivait, soufflait sur une plaie, déposait un peu de sa salive, imposait une main ou prononçait un seul mot… et tout s’accomplissait alors qu’Il souriait ou même riait. Ensuite, Il passait son chemin et chacun se demandait s’il n’avait pas rêvé. Ce qui est notable, c’est que le miracle en tant que réalité envisageable était accepté par tout le monde. La Présence et l’Action du Divin à chaque instant dans l’univers n’était niable par personne. C’était un état de fait sur lequel nul n’aurait imaginé polémiquer. Notre maladie à nous, quelque deux mille ans plus tard, n’est pas que nous ayons cultivé le doute car le principe de la remise en question est constructif et indispensable ; le problème est que la fréquentation incessante du doute nous a fait basculer dans la négation systématique. Dès qu’il se trouve aujourd’hui un homme ou une femme capable d’accomplir des prodiges, on s’acharne, non pas à tenter de comprendre ce qui peut se passer, mais à tout mettre en oeuvre pour prouver la supercherie dont on  se dit persuadé. 

C’est le phénomène classique de la projection… Une conscience pauvre ne peut avoir de la vie qu’une vision appauvrie. Celui qui a pris l ‘habitude de détourner son regard de la nature profonde du Vivant et de tricher avec sa propre réalité première projette sur l’autre l’idée de la tricherie. Ce faisant, il participe au rétrécissement du monde. Depuis quelques dizaines d’années, je ne cesse de m’étonner du plaisir peu honorable qu’éprouvent un certain nombre de personnes à tenter de briser systématiquement tout ce qui repousse les limites de la conscience et de la vie, bref tout ce qui nourrit l’espoir et donne des raisons d’envisager un Infini lumineux. Incapables de s’élever par eux-mêmes, ces briseurs d’ailes ne voient inconsciemment pas d’autre remède à leur infirmité de coeur que d’annihiler ou ridiculiser les élans de ceux qui pressentent l’existence d’autre chose que leur enclos terrestre. Sur quel principe se basait le Christ pour réaliser ses miracles? Nous ne manquions évidemment pas de le Lui demander… Rappelons qu’il y avait globalement deux types de prodiges : les guérisons et les matérialisations. Pour ce qui est  du rappel à la vie, par exemple celui de Lazare, il s’agit d’autre chose. J’en parlerai plus loin. Le cas des guérisons est certainement le plus fascinant car il nous fait plonger – avec les perspectives découvertes ces dernières décennies – directement au coeur des lois de la génétique et de la conception holographique de l’univers. Dans des termes simples et par l’emploi d’analogies très parlantes, le Maître tentait de nous faire comprendre qu’il y avait, au coeur même de notre coeur, l’image parfaite de notre corps et de tout ce que nous sommes. Cette image, que nous identifierions aujourd’hui comme une mémoire de type cellulaire, était selon Lui inaltérable. 

Ainsi, lorsqu’Il se trouvait face à un malade, à un infirme ou à un paralysé dont il souhaitait la guérison, Il affirmait qu’un rayon émanant de sa conscience allait stimuler une zone de l’image en question, lui offrant l’impulsion capable de régénérer sa contrepartie physique souffrante. En termes actuels, Il nous disait qu’Il touchait chez le malade une banque de données absolue, celle que tout être porte en lui, une sorte d ‘hyper-cellule-souche située en un point précis de son coeurl Selon Lui, toujours en termes d’aujourd’hui, ce point contenait toute la programmation de l’être. Si un organe était par exemple déficient, Il allait chercher l’information de sa perfection initiale dans la zone en question afin de la transmettre à sa contrepartie physique souffrante. Afin de nous faire approcher avant la lettre l’idée de l’hologramme et des fractals, il Lui arrivait de nous faire nous allonger sur le sol, le nez collé à de la mousse, à des lichens ou encore à certaines roches rongées par les eaux et le vent. Il nous invitait alors à y plonger le regard jusqu’à ce que nous y découvrions des univers à part entière. Un morceau de roche érodé devenait ainsi une montagne à lui seul avec ses cimes escarpées, ses crevasses et ses grottes. Nous comprenions de cette façon, bien que ce fût d’une manière un peu simpliste et naïve, qu’il y avait en chacun de nous une sorte d’autre « nous », microscopique et aussi inaltérable que le diamant qui était comme la réserve inépuisable de tout ce qui est nécessaire à notre santé ou à notre régénération. 

Poursuivant dans cette direction, le Maître Jésus nous dit un jour de façon très explicite que, pour stimuler cette zone-mémoire dans le coeur malade, Il faisait converger de Lui deux rayons. Le premier émanait de Son propre coeur, le second était issu d’une réalité de son être située au-delà du huitième chakra. Cette réalité, nous confia-t-Il, correspondait à ce niveau de conscience où l’être humain commence à devenir véritablement Humain et où la lumière de son corps évoque les contours d’une coupe. Peut-on voir ici, dans cette information, un autre symbole  du Graal de la Tradition, c’est-à-dire du plein déploiement d’un chakra situé sur l’un de nos corps subtils encore embryonnaires? C’est mon opinion… Pour en conclure avec ce point, je voudrais signaler qu’il ne suffisait pas de demander au Maître une guérison et d’avoir une foi totale en l’obtention de celle-ci pour qu’elle soit accordée. Jeshua nous enseignait que nul ne devait connaître la guérison d’une maladie avant que sa fonction éducatrice n’ait pleinement parachevé son œuvre sur les différents corps.  Puisqu’Il nous parlait de la loi de cause à effet, celle du karma, en en faisant l’un des rouages majeurs de notre univers, nous comprenions à l’aide de ses indications qu’il n’était pas souhaitable d’arrêter un mécanisme avant que celui-ci ne se soit épuisé de lui-même. Le Maître ne voyait absolument pas le moteur karmique qui entraîne une maladie ou une infirmité comme une fatalité mais en tant qu’élément souvent indispensable à l’être à des moments précis de son cheminement. Il nous disait alors en substance qu’il y avait des périodes de notre vie ou de notre évolution où nous avions besoin de tel type d’instructeur plutôt que de tel autre… même si celui-ci déclenchait en nous la souffrance ou nous donnait l’impression de nous briser. Il affirmait donc que si son Père Lui avait accordé le pouvoir de toute guérison, sa Sagesse, c’est-à-dire sa perception de là où en était l’autre faisait qu’Il n’utilisait pas une telle capacité inconsidérément. En termes d’aujourd’hui, je dirais que son oeil intérieur scannait en un instant tout l’historique du malade qui se présentait à Lui et qu’Il savait ainsi si oui ou non il était juste d’intervenir. Les messages Esséniens – Daniel Meurois-Givaudan  - les  enseignements premiers du Christ. 

Manuscrit de Marie-Madeleine

LE MANUSCRIT DE MARIE MADELEINE (initiation à la Magie sexuelle d’Isis) 

Manuscrit de Marie-Madeleine dans LIBERTE des MAITRES flecheUN 

« J’ai été élevée dans une famille pour qui la magie était familière. Mon père venait de Mésopotamie et ma mère était égyptienne. Avant ma naissance, elle avait adressé des prières à Isis pour avoir un enfant. Cet enfant, c’est moi. On me connaissait sous le nom de Marie Madeline.

Lorsque j’ai eu douze ans, on m’a envoyée étudier dans une communauté secrète d’initiés protégés par Isis. J’ai reçu les enseignements secrets de l’Egypte, les alchimies d’Horus et la magie sexuelle du culte d’Isis. Lorsque j’ai rencontré celui que vous appelez Yeshua, j’avais déjà reçu toutes les initiations. Je m’étais préparée à faire sa rencontre au puits. Les Evangiles font de moi une prostituée, car tous les initiés de mon ordre portaient un bracelet en or représentant un serpent ; cela signifiait que nous pratiquions la magie sexuelle, par conséquent, aux yeux des Hébreux nous étions des prostituées.

Lorsque j’ai vu Yeshua et que nos regards se sont rencontrés, j’ai su que nous étions destinés l’un à l’autre. Ce que je m’apprête à vous dire n’est connu que de ceux qui étaient avec moi. Bien des légendes ont couru concernant ce qui est arrivé. Mais pour moi c’est l’histoire d’un très grand amour. Que Yeshua ait eu une vision du monde, cela ne me concerne pas. Mon histoire est une histoire d’amour. Beaucoup de gens ont suivi Yeshua. Et les occasions que nous avons eues d’être ensemble n’ont pas été nombreuses. Les Evangiles n’évoquent pas ces faits, car seuls ceux qui étaient avec nous le savaient. Avant que Yeshua se rendre au jardin de Gethsémani, nous avons conçu un enfant, dont le nom devait être Sarh.

fleche dans LIBERTE des MAITRESDEUX 

L’histoire que je m’apprête à vous raconter va paraître fantastique. Je me souviens des roseaux de Saintes-Maries-de-la-Mer, bien qu’évidemment l’endroit ne portait pas ce nom à l’époque. C’est là que notre bateau a approché du rivage. Sar’h était encore très jeune. Elle n’avait pas un an. J’étais déchirée entre le chagrin et l’ébahissement le plus total. J’étais présente quand Yeshua a été crucifié. Avec sa mère, nous l’avons accompagné jusqu’à sa tombe et nous l’avons enveloppé. Je me souviendrai toujours de l’odeur de la myrrhe. C’est l’un des onguents que nous avons utilisés. Yeshua m’est apparu dans son corps de lumière. Je ne pouvais en croire mes yeux ; voilà pourquoi j’ai touché ses blessures. Les disciples étaient jaloux du fait qu’il soit venu à moi en premier.

C’est très bizarre d’un côté, mon bien-aimé était transporté dans une autre dimension, un autre monde, de l’autre côté, moi et notre fille traversions la Méditerranée seules, sans lui. Nous n’étions plus en sécurité et nous avions dû quitter l’Egypte où nous nous étions réfugiées. Lorsque nous avons fait la traversée et sommes arrivées sur les rives de ce qui allait devenir la France, tout était encore sauvage. Ce sont les prêtresses du culte d’Isis qui nous accueillirent, et nous nous sommes mises en chemin en direction du nord pour nous placer sous la protection des druides, car Isis les avait avertis ; ils avaient entendu son appel qui leur demandait de protéger sa fille, Sar’h. C’est ainsi que nous avons cheminé jusqu’à une autre vaste étendue d’eau, que nous avons traversée pour nous retrouver dans ce qui est aujourd’hui l’Angleterre. Et là, on nous a mises au secret dans le saint des saints des druides, au Tor et à Glastonbury. Nous étions moins en danger ici qu’en Israël ou en Egypte, mais l’influence de Rome s’étendait  jusqu’en Angleterre et nous avons dû nous cacher.

Nous avons vécu là pendant des années, et c’est à cet endroit que Sar’h a épousé un homme dont les descendants sont les chevaliers du Temple. Pour ma part, je suis allée vers le nord au Pays de Galles, là où j’ai vécu jusqu’à la fin de mes jours. Je dois dire que pendant ces années où j’ai vécu seule au bord de la mer. Yeshua m’a souvent rendu visite. Bien entendu, pas comme avant, car son était constitué davantage d’énergie et de lumière que de chair, mais c’était tout de même extraordinaire de me trouver de nouveau avec lui. A ma mort, il était là et m’a emportée vers ce que certains appellent le paradis qui, en vérité, est simplement un espace dans l’âme.

flecheTROIS 

Je commence mon récit par la rencontre à la margelle du puits, car par bien des côtés, c’est ici que ma vie a commencé vraiment. Toutes les années auparavant n’ont été qu’une préparation à cette rencontre. Ce matin-là, je sentais que quelque chose se préparait. Il y avait en moi un sentiment d’excitation –une sorte de tremblement des bras et des jambes – même avant notre rencontre. J’étais déjà au puits avant qu’il arrive. J’avais déjà descendu mon seau dans le puits, et il est venu me prêter main-forte. Certains des disciples, voyant le bracelet en serpent d’or, ont pris pour acquis que j’étais une prostituée et furent consternés que leur maître vienne en aide à une personne comme moi. Mais cela ne me toucha point. J’étais dans un autre monde, transportée par les yeux de Yeshua. Nos regards se rencontrèrent, et ce fut comme si je contemplais l’éternité entière. A ce moment-là, je sus que c’était pour lui qu’on m’avait préparée – et lui aussi le savait.

Je l’accompagnais, me tenant aux derniers rangs de ceux qui le suivaient, et le soir venu nous nous éloignions ensemble ; pas tous les soirs cependant, car il était très recherché. Moi qui avait été formée aux alchimies d’Horus et à la magie sexuelle d’Isis, et qui était considérée comme une adepte avancée par mes maîtres, la première fois que je fus dans les bras de Yeshua, je tremblais comme une feuille et je dus lutter pour retrouver dans mon désir le chemin central qui mène au trône  le plus élevé, chemin qui avait fait l’objet de ma formation. En mariant les techniques que j’avais apprises et les méthodes qu’il avait assimilées en Egypte, Yeshua et moi avons réussi à charger son corps ka, son corps énergétique d’une lumière et d’une force plus importante, de façon à ce qu’il lui soit plus facile de travailler avec ceux qui venaient le voir. Et voilà exactement ce qui est arrivé. Et ce n’est pas sans ironie que les Evangiles rapportent que j’étais au puits lorsque Yeshua est arrivé. Mais, ces nombreuses nuits où Yeshua et moi étions seuls, c’est lui qui vint à mon puits, pour s’abreuver par moi aux puissances d’Isis se recharger et se renforcer.

flecheQUATRE 

Je m’arrête un instant pour contempler tout ce qui est arrivé ; on dirait un rêve, un rêve d’une clarté extraordinaire encore aujourd’hui. A raconter cette histoire, mon cœur tremble comme si c’était hier. Ma première nuit avec Yeshua se dessine dans mon esprit aussi clairement que les cieux au-dessus de Jérusalem.

Après avoir réussi à vaincre mes désirs de femme et m’être élevée dans l’alchimie spirituelle à laquelle j’étais formée, j’ai pu voir la forme spirituelle de Yeshua – déjà lumineuse, déjà resplendissante de lumière. Une colombe se tenait au-dessus de sa tête, et des rayons dorés en émanaient. Sa forme spirituelle reculait les sceaux de Salomon, Hator, Isis, Anubis et Osiris, confirmant qu’il avait subi ces initiations. Il présentait aussi d’autres symboles que je ne comprenais pas, car ils provenaient de cultures qui m’étaient inconnues ou sur lesquelles je n’avais pas reçu d’enseignement ; mais à partir des sceaux égyptiens que je reconnaissais, je conclus qu’il était sur le sentier du dieu suprême Horus. Il n’était toutefois pas encore passé par son initiation à la mort, et je savais que c’était justement la raison pour laquelle j’avais été attirée vers lui cette fois-ci – afin de consolider son âme grâce aux pouvoirs d’Isis et de la Mère cosmique, de sorte qu’il puisse traverser le portail des ténèbres et atteindre Horus.

Cette nuit-là, après avoir fait l’amour et ainsi maniés nos corps spirituels et les avoir fusionné l’un à l’autre, et l’alchimie ayant déclenché ses effets en nous, Yeshua se laissa gagner par le sommeil. Tandis que je le tenais dans mes bras je sentis un changement s’amorcer en moi, un désir de le protéger, l’espoir d’être toujours avec lui, et j’eus en même temps, conscience que nous serions séparés par des forces plus puissantes que ma volonté.

flecheCINQ 

L’Eglise prétend que j’étais une prostituée ; moi je vous  dis que c’est l’Eglise qui est la prostituée, car elle voudrait vous faire croire que la femme est un être impur et que la passion sexuelle entre l’homme et la femme est mauvais. Pourtant, c’est dans le magnétisme de la passion qu’est engendrée la matrice de l’ascension.

Le secret des secrets était connu de tous les initiés d’Isis, mais je n’avais pas imaginé que ce pourrait être moi qui serais appelée à le réaliser pleinement avec un être tel que Yeshua. Pour moi, c’est un cheminement de l’esprit et du cœur. Pour ceux qui aimeraient savoir quel a été notre parcours physique cependant… Après la crucifixion de Yeshua, Marie, la mère de Yeshua, Joseph d’Arimathie, Aaron, son fils, alors âgé de douze ans, deux autres jeunes femmes et moi-même avons pris la route de l’Egypte du nord. Ironiquement,  nous avons d’abord été entraînés vers l’Est puis nous avons dû faire halte en chemin pour le ravitaillement, car notre bateau était minuscule. Ensuite, notre périple passa d’abord par Malte et la petite Ile d’Oudish, puis par la Sardaigne et la pointe de ce qu’on appelle aujourd’hui Cinque Terra. Finalement, nous avons abouti à Saintes-Maries-de-la-Mer, cheminé vers le nord de la France en passant par Rennes-le-Château, puis traversé la Manche pour se rendre en Angleterre comme on l’appelle aujourd’hui. Pour finir, nous nous sommes installés à Glastonbury pendant plusieurs années, jusqu’à ce que Sar’h ait douze ans.

Lorsqu’elle a eu douze ans, nous sommes retournées parmi les roseaux du bord de la Méditerranée, là où nous avions accosté en provenance d’Egypte. C’était le point le plus proche de l’Egypte qui soit aussi sans danger pour nous. Là, j’ai initié ma fille au culte d’Isis, et l’ai fait prendre un bain dans les eaux de la Méditerranée, comme l’indiquent les enseignements que j’avais reçus. Nous sommes ensuite retournées à Glastonbury, jusqu’à ce que ma fille – et fille de Yeshua – ait l’âge de se marier, à 16 ans. Elle a épousé le fils d’une famille bien connue, dont les descendants devaient donner naissance aux Templiers,  bien qu’à cette époque-là, les Chevaliers du Temple n’existaient pas. Le sang dont Sar’h est issue a donc couru dans les veines des Templiers eux-mêmes. Une fois Sar’h mariée et installée dans sa nouvelle vie, je suis partie vers le nord pour le Pays de Galles, où j’ai vécu le reste de mes jours dans une petite maison en pierre près de la mer.

Derrière ma maison coulait un ruisseau qui jaillissait du flanc de la colline. Bien souvent, je me suis assise auprès de ce ruisseau qui se divisait en deux. Sur une certaine distance, les deux bras affluaient parallèlement, puis l’un obliquait vers la gauche et l’autre vers la droite. Et je réfléchissais, assise entre les deux ruisseaux, au courant qui entraînait ma vie et à celui qui avait emporté la vie de Yeshua, et au fait que, pendant un moment, les deux courants avaient filé ensemble, puis s’étaient séparés.

flecheSIX 

Je me rappellerai toujours la première fois que Yeshua est venu à moi après sa résurrection. C’était un soir de nouvelle lune, le ciel était limpide. Une légère brume flottait sur les bruyères et tout était baigné de la lumière argentée de la lune et des étoiles. Je vis une forme s’approcher sur le chemin venteux qui menait à ma maison. Par une ironie du sort, je venais de sortie pour puiser de l’eau au puits, et c’est là qu’il se tenait. Il avait la même apparence, mais il rayonnait –impossible de ne pas le reconnaître. Mes yeux se sont remplis de larmes, mon cœur tremblait. Je courus vers lui, mais je m’arrêtai net, me souvenant de ses paroles, prononcées juste après la résurrection. « Ne me touche pas encore, avait-il dit alors, car je ne suis pas encore monté jusqu’au Père ». O Combien l’initiée d’Isis en moi, pendant toutes ces années, a désiré rétablir les faits ! Qu’a-t-il voulu dire par ces paroles ? car les chrétiens n’ont reçu en héritage qu’une partie de la vérité. La part la plus importante est demeurée cachée au milieu des mystères de la Grande Mère ; et comme l’Eglise a cherché à priver de ses droits tout ce qui est féminin, la vérité est restée scellée et inaccessible.

Et cette vérité concerne le corps ka même -  ce que les initiés nomment ; le double éthérique ou le jumeau spirituel, car chargé d’une quantité suffisante de vitalité et d’énergie, il ressemble au corps physique. Contrairement à celui-ci toutefois, le ka n’est pas constitué de matière, mais d’énergie – d’énergie et de lumière. Et lorsque Yeshua est venu à moi après sa résurrection, il est venu dans son ka. Cependant, son ka n’avait pas encore été stabilisé, car Yeshua ne s’était pas élevé jusqu’au Père – c’est-à-dire jusqu’à l’Esprit suprême de sa propre âme. Avant d’y parvenir, il devait passer par le portail de la mort et parcourir son chemin dans l’inframonde de son propre être. Il faisait cela pour deux raisons, d’après moi. Premièrement, en tant qu’âme maîtresse, c’était une façon d’apporter un important afflux de pouvoir à son ka. En second lieu, il lui fallait ouvrir le passage par la mort, afin que d’autres puissent le suivre et traverser les ténèbres plus facilement en suivant son sillage de lumière. Ainsi, cette première nuit de nos retrouvailles, mon cœur s’est rempli de la joie d’être de nouveau avec lui et je le ressens aujourd’hui aussi clairement et fortement qu’alors. Il est venu un peu avant minuit pour repartir au point du jour. Pendant ces heures où nous étions étendus tous les deux, nos corps ka s’entremêlèrent une fois de plus, nul besoin de parler. Nous communiquions par télépathie. Et sans l’acte sexuel physique, le pouvoir serpentin en lui s’unissait au pouvoir serpentin en moi, et ils montaient en suivant le trajet sacré le long de notre épine dorsale jusqu’au siège au sommet du crâne (le coronal) ; cela me plongeait dans une extase de béatitude pure. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés des années durant. Il venait me voir sous cette forme plusieurs fois par année. Parfois, nous bavardions. La plupart du temps nous étions tout simplement en union.

Je lui ai demandé où il allait quand il n’était pas avec moi. Il a répondu qu’il avait visité de nombreux lieux sacrés sur la terre, et qu’il avait rencontré bien des gens différents. A son dire, il traçait un chemin de lumière. Lors de l’un de ses visites, je lui ai demandé d’expliquer. Il traça un cercle sur la terre battue de ma maison, et je reconnus les deux triangles du sceau de Salomon, dont  l’intersection forme l’étoile de David. Il me dit que plusieurs régions du monde existaient dont nous nous n’avions pas connaissance dans notre région. Bon nombre présentaient des points qui correspondaient aux points du sceau de Salomon. En se rendant en ces lieux, il s’assurait que son œuvre s’enracinerait mieux dans le sol de ce monde.

flecheSEPT 

Parmi toutes les fois où Yeshua m’a rendu visite, celle dont le souvenir est le plus vif est la fois où il est venu alors que Sar’h était chez moi. Elle venait de tomber enceinte de voulait recevoir ma bénédiction. J’étais toute à ma joie de la retrouver et de recevoir ses compagnons de voyage. Elle m’avait fait prévenir par les druides, mais la nouvelle de sa visite ne m’était parvenue que la veille de son arrivée. Elle demeura avec moi trois jours, et Yeshua apparut le second jour.

Pouvez-vous vous rendre compte à quel point la situation était particulière ? Sar’h n’avait jamais rencontré son père, et Yeshua n’avait jamais connu sa fille. Et voilà qu’ils étaient l’un face à l’autre. Le corps de son père était retourné à l’état d’éléments en un éclair de lumière au moment de la résurrection. Donc, maintenant il avait la forme de son ka, qui émettait une lumière unique. Tous deux étaient très émus. Sar’h jusqu’aux larmes, Yeshua jusqu’au pathos. Ils ont passé une heure à marcher ensemble dehors. J’ignore de quoi ils ont discuté, mais du début à la fin de leur conversation, le ciel était zébré d’étoiles filantes. Avant de partir ce matin-là, juste avant l’aurore, Yeshua mit ses mains sur l’estomac de Sar’h et bénit l’enfant. Sar’h repartit le lendemain, rayonnant d’une paix incomparable. Tout est maintenant dit sur ce que je voulais établir à propos de ma vie de mère. Subséquemment, je vais parler en tant qu’initiée aux secrets d’Isis, dans les alchimies d’Horus.

flecheHUIT 

Je me tourne maintenant vers ma chère sœur, ma sœur en esprit, la mère de Yeshua, connue aussi sous le nom de Marie. Marie était une initiée de haut rang dans le culte d’Isis. Elle avait reçu sa formation en Egypte. C’est pourquoi Joseph et elle, fuyant la colère du roi en Israël, prirent la fuite vers l’Egypte. Marie était en sûreté parmi les prêtresses et les prêtres d’Isis. Sa formation avait été différente de la mienne, mais nous servions la même cause. Pour préciser comment je comprends Marie, je dois révéler l’un des secrets les mieux dissimulés du culte d’Isis. Selon notre croyance, et la mienne, dans certaines conditions, la déesse elle-même s’incarne, soit en naissant, soit par initiation spirituelle. Marie, la mère de Yeshua fut reconnue très jeune pour sa pureté d’esprit par les prêtresses des temples d’Isis. Elle reçut la formation, devint une initiée et atteint les niveaux les plus élevés. Mais plutôt que de devenir une prêtresse, elle suivit l’entraînement pour devenir ce qu’on appelle une incarnation.

Pour devenir une incarnation, il faut être une âme très avancée, il faut un entraînement spirituel et une discipline considérables. A l’initiation finale, Marie dépositaire d’un courant énergétique provenant d’Isis elle-même. De ce point de vue, elle était donc une incarnation de la Mère cosmique. Tout se passe comme s’il y avait deux Marie : Marie l’humaine, pure d’esprit et de cœur, cachant par-devers elle un portail direct menant à la Mère Suprême, créatrice de toute matière, du temps et de l’espace.

Les conditions étaient réunies pour la conception d’un être aux qualités remarquables, qui allait devenir son fils Yeshua. Lors de ce que l’Eglise appelle l’Immaculée Conception, Marie fut le témoin et le siège d’un processus d’insémination céleste et galactique, grâce auquel le principe du Père, ou Esprit, tel que nous le concevons dans le culte d’Isis, transféra son essence en Isis, la Mère recevant l’essence du Père, la matière recevant l’impulsion de l’Esprit. Et c’est cette énergie spirituelle raffinée et puissante qui prit racine dans la matrice de Marie et donna naissance à Yeshua.

flecheNEUF 

Marie parmi les disciples lorsqu’ils vinrent vers moi auprès du puits. Elle me reconnut aussitôt comme initiée, du fait que je portais à mon bras le bracelet d’or en forme de serpent et aussi en raison du sceau d’Isis qui étincelait dans mon corps ka, car Marie était tout à fait clairvoyante et télépathe.

La personne dont j’ai d’abord croisé le regard fut Yeshua et comme je l’ai rapporté, sa présence immense me transporta dans d’autres mondes. Par la suite, mon regard a rencontré celui de Marie, sa mère. Dans ses yeux, j’au lu qu’elle reconnaissait mon statut de consoeur initiée dans le culte d’Isis, et bien que sa formation n’ait pas été dans le domaine de la magie sexuelle comme moi, elle comprit que j’avais été préparée pour Yeshua. Entre eux deux, je me sentis soulevée sur les ailes transcendantes de l’amour. Mon esprit a pris son envol. Il est ironique que j’aie ensuite rencontré les yeux de ceux qui furent ceux des disciples, et qui me jugèrent et décidèrent que j’étais une prostituée ; cette opinion est perpétuée au fil de générations de croyants.

Mais je déclare, aux yeux de Yeshua et de sa mère, je n’étais pas une prostituée, mais le vase apportant les pouvoirs curatifs et nourrissants d’Isis elle-même. Dans la vie d’un homme, qui’l soit humain ou divin, vient un temps où sa mère ne peut plus lui donner l’essentiel. Son amour pour lui est toujours là, mais ce qu’il lui faut, c’est une nourriture d’une autre nature, soit celle d’une autre femme. J’ai été cette femme. Marie m’a reconnue et a admis mon statut, et m’a confié son fils en cet instant auprès du puits. Marie et moi avons passé beaucoup de temps ensemble, à discuter des besoins de Yeshua et de sa place dans ma vie. Il était entendu que j’étais la servante d’un pouvoir qui me dépassait. J’avais été formée pour ce rôle, mais je dois vous avouer que cette reconnaissance m’émeut encore aujourd’hui. Lorsque je pense au fait qu’il m’a reconnue, je frémis. Au fil de ces journées et ces nuits passées ensemble, Marie et moi nous sommes consacrées à la tâche de subvenir aux besoins de Yeshua et de ses disciples. A cette période, Marie et moi sommes devenues très proches car je l’aimais, et je l’aime toujours pour sa grande beauté, pour sa pureté de cœur et d’esprit et pour la douceur avec laquelle elle s’est occupée du monde.

Je puis affirmer, car c’est limpide dans mon esprit, que Marie, après avoir servi comme initiée d’Isis incarnée, était un maître accompli. Son service, sa maîtrise et sa perfection – sa perfection spirituelle – sont stupéfiants.

flecheDIX 

Marie habite dans les royaumes célestes. Sa compassion et son amour se répandent sur l’ensemble de l’humanité. Chacun peut s’adresser à elle, quelles que soient ses croyances. Si quelqu’un l’invoque, qu’il sache qu’il est entendu. Il faut maintenant que je clarifie ma compréhension des choses. Je veux parler de la magie sexuelle du culte d’Isis et des alchimies d’Horus. J’ai l’intention de révéler des secrets qu’un initié n’aurait jamais dévoilés, même sous menace de mort. Mais les temps ont changé. Il ne reste plus beaucoup de temps, comme vous le savez et j’ai reçu la permission de la déesse – en fait c’est la déesse elle-même qui m’a demandé de vous révéler certains des secrets les mieux gardés de tous les temps. Ils vous sont divulgués dans l’espoir de vous voir vous élever.

flecheONZE 

Les alchimies d’Horus sont un corps de connaissance et de méthodes visant à modifier le ka. Selon ces enseignements, si notre ka incorpore ou acquiert plus d’énergie ou de lumière, il se produit une intensification de notre champ magnétique, qui permet au désir de l’initié de se manifester plus rapidement. Toutefois, lorsque nous nous abandonnons à notre âme céleste, ou , la poursuite de désirs personnels, sans être abandonnée, n’est plus le centre de notre existence entière. Notre regard se tourne vers les hauteurs, pour ainsi dire, vers les capacités supérieures de notre être, telles qu’elles sont justement perçues par le Bâ, ou âme céleste.

Cette âme céleste, ou bâ, existe à un niveau vibratoire beaucoup plus élevé que le corps physique (le khat) ou le ka (le jumeau spirituel ou éthérique du corps physique). Au sien du ka, il existe des conduits que l’on peut stimuler et ouvrir. L’activation de ces passages secrets du ka lui confère un pouvoir très accru. Les alchimies d’Horus ont pour objet de les consolider, et d’activer les pouvoirs latents et les talents de l’initié par ce qui est désigné par le nom de Djed, les sept sceaux ascendants que les yogis et les yoginïs de l’Inde appellent les chakras.

flecheDOUZE 

Dans l’école où j’ai reçu ma formation, nous avons appris à activer le pouvoir serpentin, la kundalini, en faisant se mouvoir certains canaux de l’épine dorsale et en ouvrant certains circuits dans le cerveau. Ce procédé engendre ce qu’on l’appelle l’uroeus.

L’uroeus est généralement un feu de couleur bleue qui se diffuse dans l’épine dorsale horizontalement et verticalement ; il ondule suivant les altérations énergétiques dans ces conduits. L’activation de l’uroeus accroît l’intelligence potentielle du cerveau, la créativité et surtout la réceptivité, car la tâche de l’initié est de changer la qualité de son être même, de façon à ce que l’entrée en résonance avec le ka, l’âme céleste, soit libre et non obstruée.

flecheTREIZE 

Lorsque j’ai rencontré Yeshua pour la première fois, au puits, sa simple présence a activé mes alchimies internes. La kundalini est montée le long de l’épine dorsale, comme si je m’étais livrée aux disciplines apprises.

La première nuit où nous nous sommes retrouvés seuls, dans les bras l’un de l’autre, étendus côte à côte, nous avons pratiqué la magie sexuelle d’Isis. Cette forme spécifique de magie charge le corps ka d’une extraordinaire force magnétique en utilisant le pouvoir de l’orgasme physique, car lors d’un orgasme, il se produit une décharge considérable d’énergie magnétique dans les cellules. Au moment où cette énergie se diffuse, elle dégage un potentiel magnétique que l’on peut mettre à profit. Je désire exposer ce processus spécifique en détail, mais pour ce faire, il faut d’abord expliquer un peu davantage certaines notions de base ayant trait à la sexualité et la réalisation spirituelle, car ce secret a été dérobé par l’Eglise.

flecheQUATORZE 

Lorsque je me suis unie à Yeshua en tant qu’initiée d’Isis, il y avait des canaux particuliers que je devais ouvrir en moi. Je fus pourtant stupéfaite de découvrir que ces conduits s’ouvraient spontanément en sa présence. Au début de mon récit, j’ai mentionné combien la femme en moi tressaillait et devait lutter contre ses passions et ses désirs, car le sentier de l’initié consiste à utiliser l’énergie de la passion d’une manière très précise et non pas de se laisser simplement emporter par elle. L’alchimie exige que l’énergie, en vue d’être transformée, soit d’abord maîtrisée.

(suite…)

Jeshua Maître tantrique

Jeshua Maître tantrique dans LIBERTE des MAITRES Fee-Fleur-12Cette coloration qui a marqué la Parole du Christ il y a deux millénaires me vaut de revenir non seulement sur le rôle occupé par Myriam de Magdala mais encore sur le côté le plus secret de la vie du Maître. Secret parce que difficilement compréhensible dans son principe à la majorité des humains que nous sommes; secret aussi parce que faisant appel à une pureté d’âme que peu d’entre nous peuvent manifester. Je veux parler ici de Jeshua en tant que Maître tantrique. 

Cette particularité de son enseignement me vaut de demander de la part de ceux qui me lisent la plus grande liberté d’esprit – donc l’absence de préjugés – et le coeur le plus ouvert possible. Aujourd’hui comme autrefois, nous sommes extrêmement peu nombreux à pouvoir poser un regard sain sur la discipline tantrique en tant qu’outil de propulsion de la conscience vers des horizons insoupçonnables. 

Dans les faits, nous fûmes un tout petit noyau de disciples à pouvoir approcher cet enseignement, aussi bien dans sa partie métaphysique que dans sa mise en pratique. Ce groupe ne dépassait guère les dix ou douze personnes auxquelles il était naturellement demandé la plus grande des discrétions ainsi que l’engagement le plus total. 

La voie révélée par la pratique tantrique telle que nous en a entretenu le Maître est en effet d’une exigence qui ne permet pas le moindre faux pas. Elle requiert un mental si centré, un coeur si dénué d’impuretés majeures et un rapport avec le corps si libre qu’elle ne souffre pas l’à peu près. Elle brûle puis calcine ceux qui n’y sont pas vrais. Ce que le Maître en savait, Il l’avait développé au Cachemire après en avoir retrouvé les bases dans les hauteurs himalayennes auprès du yogi-avatar Babaji qui fut son instructeur dans ce domaine pendant plus d’une année. 

L’approche « kashmiri » du Tantrisme est sans doute la plus large et la moins sèche de toutes celles qui se sont développées de par le monde. C’est du moins de cette façon que nous en parlait le Christ. Je dois dire que le tout petit nombre que nous étions à pouvoir bénéficier de la Parole du Maître dans ce domaine ne fut pas surpris de l’ouverture de l’enseignement dans cette direction. En effet, dans la pensée de Jeshua, il a toujours été inconcevable d’opposer, comme deux ennemis, le corps et l’esprit, contrairement à ce que l’Église a tenté de nous inculquer au fil des siècles. Bien que notre monde ne fût pas le sien de par la « couleur terne » de ce qui s’y manifeste, Il le reconnaissait avant tout comme le prolongement de celui de son Père, comme son outil et son tremplin. Il faisait partie, disait-Il, du Plan d’Ascension mis en place par la Vague de Vie issue de l’Éternel. 

Le Maître nous apprenait donc à en respecter toutes les expressions et les contingences par le développement du regard pur et l’approche du feu sacré, d’origine éminemment divine, donnant naissance et structurant l’être humain, en commençant par sa réalité corporelle. Dans les sphères de la spiritualité, il n’y a guère d’image plus classique – et donc plus dévitalisée – que celle qui consiste à affirmer: « Votre corps est un temple ». Parole de vérité mais aussi parole sur laquelle on s’attarde peu ou du moins trop partiellement. .. juste ce qu’il faut pour ne 

pas déranger. Le Christ, quant à Lui, était un être dérangeant… 

Lorsqu’Il nous parlait du corps, Il ne craignait pas d’en parler réellement, c’est-à-dire certainement pas comme d’une globalité floue. Chacun de ses organes devenait alors un monde à part entière avec ses fonctions évidentes mais nécessaires et aussi ses contreparties plus subtiles établissant toutes un pont avec le monde divin. Le Maître ne censurait rien à ce propos. Pour Lui, il n’y avait pas, d’un côté, les parties nobles du corps et, de l’autre, ses zones basses ou viles, indignes d’intérêt. Tout, dans un organisme, traduisait la Présence de l’Éternel et exprimait la Vie en développement, telle que Celui-ci l’ avait conçue dans Son coeur. C’est ainsi que Jeshua nous apprit à découvrir puis à respecter ce qu’Il appelait l’âme des sens, c’est-à-dire le fil sacré qui unit ceux-ci à une forme d’intelligence subtile. En sa compagnie, nous passâmes donc de longues heures à nous promener tout au long de ce lien secret qui relie la réalité physique de chaque sens à sa racine céleste. 

Nous en venions à pénétrer ainsi plus profondément au coeur des chakras, expérimentant en eux de véritables systèmes stellaires. Après nous avoir conduits en état de vacuité, Jeshua avait ensuite pour principe d’émettre un son généralement fait de deux ou trois syllabes. Nous répétions ce son à sa suite jusqu’à ce que sa vibration mette en éveil l’un de nos sens. Nous ignorions toujours lequel allait être sollicité mais lorsque cela survenait, c’était toujours dans de telles proportions que notre âme et notre coeur s’en trouvaient incroyablement dilatés. 

Notre corps aussi, bi91 sûr, réagissait; cependant ce n’était jamais dans la direction de l’animalité. Nous le sentions aspiré dans un mouvement de sublimation tel qu’aucun mot ne nous venait pour le décrire lorsque le moment arrivait de partager notre vécu autour du traditionnel feu nocturne et d’une galette de pois chiches. Le Maître, alors, souriait en silence et nous laissait nous endormir sans rien ajouter de plus. Par cet enseignement adjoint à des pratiques de souffle assez complexes, Il nous permit de prendre conscience que chaque fonction corporelle et chaque sens étaient semblables à un portail donnant accès à une sphère émanant d’un aspect de la Divinité. 

Est-il besoin de préciser que cela nous mena rapidement à une communion profonde avec tout ce qui nous entourait quotidiennement ? Que ce tout soit animé ou non nous importait peu car nous ressentions alors progressivement du dedans l’Onde de Vie qui y circulait en réalisant qu’elle était aussi la nôtre. Le but était de nous amener relativement vite à une prise de conscience de la sacralité de l’incarnation et de la puissance infiniment respectable de ce Feu d’ascension déjà évoqué qui sommeille à la base de chaque corps et que l’on nomme  kundalini. Arrivé à cette perception, nous recevions alors un enseignement précis relatif à la maîtrise de la force sexuelle et à l’orientation de celle-ci. Ainsi que le Maître nous l’avait fait pressentir, le corps devenait notre tremplin et la plante de nos pieds touchait aux étoiles … Dans les pratiques qui en dérivaient naturellement, nous fonctionnions par couples d’affinités, selon ses conseils toujours extrêmement précis qui n’autorisaient aucune fausse note. 

Les messages Esséniens – Daniel Meurois-Givaudan  - les  enseignements premier du Christ. 

12

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...