LA MAISONS ASTROLOGIQUES DANS LA ROUE ARCHETYPALE

 

ROUE ARCHETYPALE

PREMIERE MAISON : EGO ET PERSONNALITE (Premier et troisième chakras)

Dans une carte du ciel, les douze maisons correspondent aux douze signes du zodiaque et aux quatre énergies cosmiques : terre, aire, feu et eau. Les maisons de la Roue archétypale partagent certaines des mêmes caractéristiques. La première maison de la Roue archétypale, par exemple, correspond au signe astrologique du Bélier, première maison du zodiaque. Dès le premier jour du printemps, elle représente le renouveau. Et puisque le sentiment que tout était possible et qu’il voyait la lumière même dans les pires situations. L’archétype en résidence dans la cinquième maison de Will était l’Enfant. Et c’était exactement cela : presque un personnage de contes de fée qui inspirait les gens pour voir le beau dans la vie.

Le besoin de créer est un aspect essentiel de la conscience et de l’âme. Mais il est illusoire de définir notre capacité créative selon nos accomplissements professionnels, même artistiques. Will incarnait l’énergie de la créativité dans son expression la plus élevée parce qu’il canalisait cette électricité pour mettre en marche l’âme de tous ceux qu’il rencontrait. Il représente aussi un autre profil de la créativité : la nature créative du soi qui se contente d’être soi pour être reconnu et validé.

DEUXIEME MAISON : VALEURS PEROSNNELLES (Deuxième chakra)

La deuxième maison de la Roue archétypale correspond au Taureau, un signe de terre qui gouverne votre relation à la terre, au sens large. Elle préfigure ce que vous appréciez et chérissez le plus. En termes énergétiques, la deuxième maison représente la prochaine étape de la formation du soi : « Maintenant que je suis là, qu’est-ce qui m’appartient ? Qu’est-ce que je veux retirer de la vie ? Quel pouvoir est essentiel à mon interaction avec la vie matérielle ?  Cette maison représente votre appréciation de la nature physique de la vie ; les objets de ce monde qui touchent votre ego et votre âme et ce dont vous avez le plus besoin pour vous sentir enraciné dans le monde. Cette maison reflète surtout les objets ou l’énergie que vous associez au pouvoir terrestre : argent, statut, propriété, oeuvres d’art, capacité de dominer les autres, sensualité, beauté. Ce sont les moyens les plus séducteurs par lesquels l’âme s’attache à la forme physique. Par conséquent, l’archétype qui réside dans cette maison est mieux accordé à votre relation au pouvoir physique et à ses icônes.

Cette maison vous met au défi d’envisager vos valeurs spirituelles par-delà la forme physique de votre attachement aux objets, à l’argent, au statut, au pouvoir et à toutes les autres manifestations du monde matériel. Les gens souffrent généralement d’une grande anxiété parce qu’ils croient devoir posséder, pour être heureux, une personne, un lieu ou un objet. Mais la capacité d’aimer inconditionnellement nécessite le détachement.

TROISIEME MAISON : EXPRESSION DE SOI, FRERES ET SŒURS ( Troisième et cinquième chakras)

Lorsque vous avez établi vos valeurs, vous passez à l’expression de soi : votre façon d’affirmer au monde qui vous êtes et ce qui vous est cher. La maison 3, alignée avec les Gémeaux, un signe d’air qui gouverne la communication, représente votre capacité de vous exprimer en tant qu’individu, et représente aussi os frères et sœurs. Le lien symbolique entre frères et sœurs et les communications représente le processus naturel de la spécialisation, ou de la découverte de votre voix parmi les autres « enfants ». Par conséquent, les frères et soeurs doivent signifier non seulement les membres de vote famille biologique, mais aussi ceux qui vous aident à grandir. Parce que l’énergie de votre troisième maison renferme à la fois votre sentiment d’estime de soi et votre expression personnelle, elle résonne avec les troisième et cinquième chakras. Elle contient les leçons inhérentes à l’apprentissage des causes et effets de vos choix ; votre façon de gérer votre propre pouvoir. Elle révèle comment vous dirigez votre énergie dans le monde, comment vous la mettez en mouvement et comment vous vous engagez avec les lois de l’attraction magnétique et de la cause à effet. Vous devrez prendre conscience de vote façon d’utiliser votre énergie et votre pouvoir personnels de façon à assumer les conséquences de vos pensées et de vos actions. Devenir conscient veut dire vous éveiller à votre propre pouvoir et apprendre à le diriger d’une façon responsable.

L’archétype résident dans votre troisième ainsi influence votre façon de soupeser vos décisions. Les choix qui visent à nuire aux autres ou à les blesser représentent la part d’ombre ou la difficulté de la troisième maison.

La troisième maison vous met au défi de vous rendre compte de vos motivations. Chaque pensée, parole, action et geste est une expression de votre pouvoir et, en définitive, seules deux motivations authentiques touchent la psyché : la valorisation ou la dévalorisation de soi et des autres.

QUATRIEME MAISON : CHEZ SOI ( Premier et quatrième chakras)

La quatrième maison correspond au Cancer, le premier des trois signes d’eau du zodiaque. Comme l’eau est un élément associé à notre nature émotionnelle, l’archétype de notre quatrième maison  a l’influence la plus forte sur le fondement de votre nature émotionnelle. Votre expression de vous-même, que ce soit en tant qu’individu ou sur le plan créatif, doit être enracinée, avoir un chez-soi. La quatrième maison est reliée à la fois au chez-soi d’où vous venez et à votre maison actuelle. Le mot ou l’image Maison possède de nombreuses significations et, dans l’état de rêve, il est souvent associé à la véritable résidence du cœur, ou à votre passion la plus profonde. Le thème qui gouverne cette maison comprend vos liens à la famille biologique et élargie. L’archétype qui réside dans cette maison exerce une influence prédominante sur vos énergies émotionnelles associées à cette maison. Parce que la quatrième maison est reliée à la fois à vos racines familiales et à vote vie émotionnelle, elle correspond aux énergies de vos premier et quatrième chakras.

Les aspects douloureux de la quatrième maison peuvent comprendre des souvenirs et émotions toxiques, dont les conséquences peuvent être la dépression et la mélancolie.

La quatrième maison vous met au défi de régler les comptes de votre enfance et d’établir des foyers sains pour vous-mêmes en tant qu’adultes. Vous avez le choix de transmettre à vos enfants et à vos proches soit vos blessures et vos drames familiaux, soit l’optimisme et l’amour de la vie. il est donc essentiel, pour la santé du foyer, de guérir votre histoire personnelle et de ne pas léguer vos propres blessures.

CINQUIEME MAISON : CREATIVITE ET CHANCE (Sixième chakra)

La séquence du feu, de la terre, de l’eau et de l’air se répète dans la Roue Archétypale et zodiacale. Le Lion, deuxième signe de feu, se rapporte à la cinquième maison, qui gouverne l’expression créatrice, la sexualité, les enfants et la chance. C’est également la maison de l’amour, de la spontanéité, et de l’abondance. L’archétype qui réside dans cette maison représente les forces qui vous aideront le plus à engendrer des projets. Après vous être enraciné dans un foyer, vous passez instinctivement à l’exploration du pouvoir de créativité. Parce que la cinquième maison gouverne la créativité, elle correspond au sixième chakra, qui régule l’intelligence et l’imagination.

La part d’ombre de la cinquième Maison se manifeste sous la forme de l’expression débridée du feu créatif ou sexuel, comme le mauvais usage du pouvoir sexuel ou créatif, à des fins égoïstes, ou manipulatrices. On peut utiliser le talent créatif pour des activités illégales ou contraires à l’éthique, ou pour la séduction et la manipulation sexuelles. Le besoin de créer est un aspect essentiel de la conscience et de l’âme. Mais il est illusoire de définir notre capacité créatrice selon nos accomplissements professionnels, même artistiques. Il représente aussi un autre profil de la créativité : la nature créative du soi qui se contente d’être soi pour être reconnu et validé.

SIXIEME MAISON : PROFESSION ET SANTE (Deuxième chakra)

La sixième maison correspond au deuxième signe de terre, la Vierge, et gouverne votre profession et votre santé. L’énergie terrestre de la Vierge diffère de celle du Taureau en ce qu’elle vous sert d’ancrage pour transformer votre vie différemment des cycles naturels, propres à votre deuxième maison. Cette maison focalise sur la profession dans un objectif de survie, et l’archétype qui réside ici influence votre recherche de la sécurité. Lorsque vous êtes en pleine transaction commerciale, par exemple, votre modèle archétypal de la sixième maison joue un rôle très important dans votre façon d’interpréter les conversations et les occasions d’affaires. La sixième maison vous met au défi de maintenir l’équilibre entre travail et santé. Un archétype pourrait indiquer des habitudes malsaines ou destructives qui ne servent pas votre bien-être physique. Il peut aussi indiquer comment vous négocier l’éthique et vote morale pour la sécurité financière et professionnelle. Parce que cette maison est reliée à l’argent et aux valeurs matérielles, elle correspond plus étroitement au deuxième chakra.

SEPTIEME MAISON : MARIAGE ET RELATIONS (Deuxième et quatrième chakras)

La septième maison comprend le mariage, de même que d’autres formes de partenariat, telles les amitiés intimes et les relations d’affaires. Cette maison est sous le signe astrologique de la lance, le deuxième signe d’air. A la différence des Gémeaux, qui gouvernent la communication en général, la Balance représente les types de communication les plus intimes entre individus. La qualité essentielle associée à la Balance est l’équilibre, symbolisée par une femme portant une balance. Cette maison est également un territoire de choix pour les gestes de trahison, qui révèlent si souvent les parts d’ombre de la relation. Parce que la septième maison gouverne à la fois les partenariats commerciaux et le mariage, elle correspond aux énergies des deuxième et quatrième chakras, qui gouvernent l’argent, les valeurs et les affaires du cœur.

Notre biologie même nous incite aux partenariats physiques, émotionnels et psychologiques. Nos relations, les uns avec les autres sont des domaines privilégiés dans lesquels apercevoir nos Contrats. Nous pouvons également les voir dans nos partenariats archétypaux : Parent-Enfant, Mentor-Etudiant, Serviteur-Maître.

Durant le cours normal d’une journée, au fil de nos occupations, des dialogues extraordinaires se déroulent entre nos âmes. Les partenariats peuvent également entrer en jeu dans des situations plus terre-à-terre. Nous investissons beaucoup d’énergie dans la jouissance, le maintien ou la guérison de nos relations et, en cours de route, nous apprenons davantage sur nos motivations. L’un des cadeaux les plus sains que nous puissions nous offrir est de constamment surveiller nos raisons d’être critiques et autoritaires. L’épreuve consiste à permettre aux autres d’être eux-mêmes, malgré notre peur et notre insécurité. C’est d’entretenir votre relation essentielle envers vous-même et de vivre en accord avec cette vérité ; le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à quelqu’un, c’est d’être vous-même en pleine santé.

HUITEME MAISON : LES RESSOURCES DES AUTRES (Deuxième et sixième chakras)

Cette maison correspond au Scorpion, le deuxième signe d’eau, et l’eau, est l’élément le plus proche de notre nature émotionnelle. Le Scorpion gouverne également les secrets et les activités secrètes, de même que les énergies passionnées associées à la sexualité érotique. A la différence de la deuxième maison, qui concerne la propriété personnelle, la huitième maison gouverne votre usage de l’argent dans le domaine public. le thème de l’héritage dans cette maison est en rapport avec vos intérêts financiers et juridiques, votre bagage génétique et votre mémoire biologique ancestrale. Comme les questions juridiques et financières impliquent à la fois votre intellect et votre sens des valeurs, cette maison est donc influencée par les énergies des deuxième et sixième chakras.

Les questions de la maison huit sont nos ombres les plus obscures car, cette maison fait ressortir nos questions reliées au pouvoir, marquant un passage plus grand dans le domaine public du pouvoir extérieur.  Vous devez comprendre la nature émotionnelle de cette maison, car l’argent, la sexualité et la connaissance secrète sont des moyens de séduction qui peuvent bloquer la poursuite de votre potentiel divin. Il peut être extrêmement difficile de résister à ces énergies. Il est difficile de demeurer émotionnellement centré et en possession de son pouvoir lorsque les questions financières et sexuelles sont en jeu. Comme l’argent, le sexe et le pouvoir représentent l’autorité et la sécurité, lorsque ces domaines de la vie sont menacés ; nous devenons extrêmement craintifs et pouvons agir d’une façon irrationnelle. Les expressions de l’ombre de cette maison se présentent dans le domaine de l’inconduite juridique et financière y compris entre autres la mauvaise appropriation des fonds commerciaux et les conflits familiaux sur les questions d’héritage. Dans cette maison, nous découvrons également la valeur magnifique de notre force et de notre courage au cours des expériences les plus vulnérables de notre vie.

Un grand nombre de Contrats que vous avez avec d’autres gens viennent à cause de l’argent, du sexe et du pouvoir et cette maison aussi présente le potentiel de trahison et d’incompréhension. Mais les liens familiaux et affectueux sont également des qualités héritées et cette maison et son archétype peuvent être une grande source de force pour vous.

L’archétype associé à votre maison huit est celui qui vous guide à travers vos peurs, vos épreuves et vos forces en ce qui concerne l’argent, l’héritage et la sexualité. Gardez à l’esprit que le fond de vos peurs ne peut se comprendre pleinement dans les limites d’une seule maison. Les archétypes et les maisons auxquelles ils sont associés sont des points d’entrée dans votre carte. Chaque point d’entrée vous fournit une perspective particulière différente, mais pour voir votre Contrat dans son ensemble, vous devez en définitive considérer toute la carte. Si vous étiez en crise à propos de l’importance de l’argent pour vous, ou de votre résistance au fait de vivre pleinement, vous vous pencheriez sur la maison deux, car ce sont des questions de valeurs personnelles. Mais iso vus examiniez une relation commerciale ou financière, vous commenceriez le processus d’interprétation par votre archétype de la maison huit. Puis, étudiez cette même relation avec un autre archétype et une autre maison, en les examinant un à un, en faisant un tour de Roue. C’est comme voir votre psyché et votre âme avec un objectif grand angulaire.

NEUVIEME MAISON : SPIRITUALITE (Septième chakra)

La neuvième maison, qui correspond au Sagittaire, le troisième signe de feu, gouverne la spiritualité, la religion, le voyage et la sagesse. L’énergie du Sagittaire est associée à l’audace et à l’indépendance, qualités qui mettent en valeur les quêtes que vous êtes incité à poursuivre. L’élément feu du Sagittaire allume l’inspiration, la dévotion et la passion de réaliser une relation intime au Divin. Tandis que le Lion, autre signe de feu qui gouverne la cinquième maison, est fortement lié aux caractéristiques et au théâtre de la personnalité dramatique, le feu du Sagittaire élève l’âme d’une personne jusqu’à des voies transcendantes, en accord avec le symbolisme du Centaure dirigeant sa flèche vers le cosmos. Les parts d’ombre inhérentes à cette maison sont liées à la difficulté de gérer votre ego spirituel souvent caractérisé par l’archétype appelé le complexe messianique.

Les maisons neuf et dix sont situées au sommet de la carte et représentent les forces directrices qui nous aident à nous rappeler, même inconsciemment, que la vie est un voyage spirituel et que notre rôle est de développer continuellement notre potentiel le plus élevé. C’est pour cette raison que les deux maisons sont fortement influencées par l’énergie du septième chakra, qui régule notre relation au Divin. L’éveil spirituel appelé « la nuit noire de l’âme » résonne fortement avec le profil énergétique de la neuvième maison. Notre culture contemporaine est largement passée de la pratique en groupe de la religion, à la recherche profondément intime, d’une voie spirituelle individuelle. Même s’il s’agit d’un mouvement positif dans notre évolution, bien des gens tentent aujourd’hui de vivre selon les normes intérieures exigeantes jadis réservées aux moines, sans toutefois bénéficier de l’environnement privilégié qui, jadis, permettait aux religieux de focaliser uniquement sur leur pratique spirituelle.

La part d’ombre de cette migration vers la culture ambiante de pratique spirituelle jadis cloîtrées présente des risques de crise spirituelle ou même de folie. L’approfondissement du moi pour tenter de prendre contact avec le Divin exigeait traditionnellement la présence d’un conseiller suffisamment évolué, du point de vue spirituel, pour vous tenir la main à travers les points de passage dans l’âme : nommément, un directeur spirituel, un gourou, un abbé ou une mère supérieure. Durant ce processus d’introspection spirituelle, vous descendrez peut-être dans les profondeurs de la solitude et de la vie, vous vous détacherez des émotions et de la notion du quotidien et même, ironiquement, vous développerez un sentiment d’absurdité.

Cependant, bien des gens se trouvent présentement dans un état de détachement émotionnel, tout en s’efforçant d’entretenir la vie extérieure, en allant travailler et en remboursant l’hypothèque. Souvent la fardeau de vivre dans deux dimensions aussi opposées peut presque paralyser les gens dépressifs. Mais comment distinguer la dépression clinique ou psychologique conventionnelle de la crise spirituelle, dont les symptômes peuvent paraître similaires ? Tout d’abord, toute dépression provient de sentiments de dévalorisation. L’équilibre du pouvoir change et vous avez l’impression de ne plus dicter la loi. La dépression clinique provient généralement d’événements extérieurs ou matériels. Elle peut provenir d’un déséquilibre clinique ou d’un changement de vie traumatique ; du divorce à la perte d’un proche, en passant par un diagnostic de maladie grave. Une telle dépression engendre souvent une incapacité de fonctionner efficacement et doit être traitée par un professionnel de la santé mentale.

Par contraste, la dépression spirituelle est plus souvent déclenchée par une plongée dans des questions métaphysiques que par des soucis matériels. Vous avez peut-être l’impression d’avoir atteint une impasse, d’avoir été abandonné par Dieu ou d’avoir perdu l’espoir d’atteindre à l’union divine. Les crises spirituelles sont parfois causées par un choc, tel qu’une maladie grave ou un divorce, si cela vous conduit à remettre en question la signification et la valeur de votre vie au lieu de focaliser entièrement sur votre infortune matérielle. Il est clair que la distinction est parfois subtile entre une dépression clinique et une crise spirituelle. Une autre façon de la reconnaître consiste à observer votre façon de réagir à une crise.  Si vous réagissez en vous demandant comment vous trouverez un jour quelqu’un pour remplacer le conjoint dont vous avez divorcé, ou suffisamment d’argent pour vivre, votre dépression est sans doute psychologique au départ. Si vous réagissez précisément au sentiment d’avoir été rendu impuissant par le fait d’être consumé par la colère, le ressentiment ou le blâme envers les autres, il est fort possible que vous ne soyez pas atteinte d’une dépression spirituelle. Si toutefois vous vous posez des questions sur le sens de la vie ou la raison pour laquelle Dieu vous paraît si distant, vous avez toutes les chances de subir une crises spirituelle et vous avez peut-être besoin de voir un directeur spirituel plutôt qu’un psychothérapeute.

Si vous déterminez que votre dépression est largement spirituelle, une solution possible consiste à abandonner au Divin toutes vos craintes et soucis profanes, à « lâcher prise et laisser faire Dieu ». Vous pouvez émettre une simple déclaration au Divin pour signifier que vos propres tentatives de direction de votre vie spirituelle n’ont rien donné et que vous avez besoin de l’assistance divine. Vous abandonner aux mains du Divin, c’est différent de l’abandon de tous vos biens matériels comme dans le cas du vœu traditionnel de pauvreté. Mais le fait de réaliser que vous vivez dans le champ protecteur d’un Contrat Sacré, qui vous fournit tout ce que la vie exige pour l’évolution de votre âme, peut vous permettre de clore le conflit entre votre volonté personnelle et celle du Divin. Le geste de s’abandonner est une affirmation qui dit : « Je permets au Divin de faire mes investissements en fonction d’une sagesse plus grande que la mienne ».

LES-MAISONS-ASTROLOGIQUESDIXIEME MAISON : POTENTIEL LE PLUS ELEVE (Cinquième et septième chakras)

La dixième maison est gouvernée par le Capricorne, le troisième signe de terre du zodiaque. L’énergie de cette maison agit sur votre potentiel le plus élevé. Elle vous pousse à l’atteindre dans votre monde physique et votre vie spirituelle. Quel est votre potentiel le plus élevé de compassion ou de générosité ? Quel est votre potentiel le  plus élevé de valorisation des autres ? Quel est votre potentiel le plus élevé que vous puissiez atteindre par votre talent ? Votre potentiel le plus élevé, c’est ce que votre Contrat vous force à reconnaître et à accomplir. Puisque cela exige des choix concernant votre destinée spirituelle, la maison correspond aux énergies des cinquième et septième chakras.

L’archétype qui réside dans cette maison est votre point de départ dans le déchiffrement des choix qui vous sont ouverts et de la qualité de vos motivations. La part d’ombre de votre potentiel le plus élevé est le sabotage de soi, le doute ou le manque de confiance. La peur de l’échec, de même que celles du succès et de la responsabilité, caractérise les épreuves inhérentes à cette maison. Ce sont surtout des peurs de vos propres pouvoirs et de votre prise de pouvoir personnelle et les changements qu’ils vous demandent de faire dans votre vie. Vous aurez besoin de vérifier si vous empêchez délibérément votre potentiel le plus élevé d’émerger et pourquoi. Vous devrez également lutter pour demeurer humble, en même temps que vous développez votre pouvoir. 

La poursuite de votre potentiel supérieur est le marathon le plus difficile. A chaque mise à niveau, qu’elle soit personnelle ou professionnelle, quelque chose ou quelqu’un viendra éprouver la profondeur et la solidité de votre croissance intérieure. Sur le plan matériel, cette rencontre pourrait se présenter comme une confrontation avec une autre personne qui ne veut pas vous voir changer. Ou une relation avec quelqu’un dont vous devenez jaloux, qui mettra à l’épreuve votre capacité de soutenir le talent et les dons d’un autre. Ou l’on vous donner a peut-être la possibilité d’aspirer à la transformation intérieure, pour découvrir par la suite que ces occasions exigent toujours le sacrifice d’une partie de votre vie. Certaines personnes estiment que le sacrifice et le changement demandent trop d’effort, et cessent de poursuivre ou de réaliser l’accomplissement de leur potentiel.  L’archétype de votre dixième maison indique de quelle façon votre inconscient organise vos pensées lorsque vous êtes aux prises avec des choix susceptibles de vous amener à remplir votre mission. Rappelez-vous ceci : bien que tous vos compagnons archétypaux aient de l’influence sur chaque aspect de votre vie, l’archétype qui réside en cette maison représente le langage symbolique à utiliser pour déchiffrer tout ce que recèle votre potentiel le plus élevé.

L’une des manifestations de la part d’ombre de la troisième maison est la façon dont nous communiquons, non seulement avec d’autres mais avec nous-mêmes, notre psyché, notre âme et notre intuition, avec l’essence même de notre vie.

ONZIEME MAISON : RELATION AU MONDE (Cinquième et sixième chakras)

La onzième maison correspond au Verseau, le troisième signe d’air, et gouverne votre relation au monde extérieur et votre conception du périmètre. Votre vision générale de la vie est liée à l’énergie de cette maison. Ces sentiments reflètent la vision de votre sentiment de pouvoir à l’œuvre dans l’environnement social ou planétaire. Les gens attirés vers le service à l’échelle mondiale, comme les causes écologiste ou pacifistes, ont des liens forts avec l’énergie de cette maison. L’optimisme ou le pessimisme quant à l’avenir de l’humanité est une extension de l’énergie spirituelle de la onzième maison. La maison onze gouverne votre façon de relier votre créativité à l’humanité et engage les énergies de vos quatrième et sixième chakras, qui régulent votre cœur et votre esprit.

La course présidentielle entre George W.Bush et Al Gore fut une partie de souque à la corde archétypale typique de la maison onze. Les difficultés que posait la proclamation du gagnant ont concentré l’attention du pays sur le pouvoir qu’ont les individus de changer l’avenir de l’humanité. Par conséquent, les Américains ont évalué avec plus de sérieux que jamais l’importance de chaque vote.  Les gens qui sont valorisés par une attitude qui dit que tout est possible vivent dans un champ d’énergie ayant le pur potentiel de la maison onze. Ils sont souvent imposants, précisément parce qu’ils pensent en termes mondiaux. Pour eux, les perceptions de la maison onze envahissent leurs premières pensées du jour et sont les dernières à quitter leur esprit lorsqu’ils retournent au lit, le soi. Les gens comme Martin Luther King et Mahatma Gandhi, qui ont provoqué une nouvelle conscience dans l’esprit de l’âme de toute l’humanité, incarnent l’influence de la maison onze. En observant le village planétaire par la fenêtre de leur onzième maison, un changement positif.

Ce ne sont pas tous les gens qui ont besoin de lancer ou de participer à une cause afin d’apporter une énergie positive à la planète. Les maîtres spirituels, les leaders populaire s, les génies scientifiques et les grands artistes qui se consacrent au service de l’humanité illustrent, tous, le bien que l’on peut faire en consacrant son âme à l’incarnation d’une seule perception. Par exemple, Copernic changea la compréhension qu’avait l’humanité des mouvements planétaires en contestant l’idée que la terre était au contre du système solaire. Cette seule pensée démantela le paradigme scientifique de son époque : un jour, la terre paraissait plate, le lendemain, elle était ronde ; une seule perception refaçonna la vision collective du globe. Vous aussi, vous êtes peut-être le canal grâce auquel une toute nouvelle compréhension de la réalité se manifestera. Repassez votre vie et vos relations. Cherchez des changements que vous avez inspirés chez d’autres qui ont réussi à déplacer des montagnes dans leur propre vie. la plupart des difficultés que nous surmontons ne provoquent pas nécessairement d’énormes mouvements mondiaux, mais sont des défis quotidiens ou des forces invisibles, telles les attitudes.

Des générations profitent de l’initiative d’un seul parent de devenir un père plus actif ou de cesser de haïr les gens différents de lui. Lorsque John Lennon se retira de la vie publique pour s’occuper de son bébé Sean, par exemple, le concept d’ »homme au foyer » était essentiellement inconnu. Lennon se fit copieusement injurier pour avoir disait-on, d’échangé sa guitare pour un tablier, mais son exemple constitua un modèle que des millions d’hommes ont depuis accueilli, au grand plaisir de leurs épouses ou compagnes comme celui de leurs enfants. Le fait d’entretenir cette seule forme de pensée, de la nourrir d’attention amoureuse et d’une appréciation toujours plus profonde de ce que veut dire vivre dans un univers interreliés, transmet un courant spirituel au système collectif. Les grands maîtres spirituels ont continuellement amené leurs étudiants à prendre conscience du pouvoir de leur propre esprit. Afin d’éclairer ceux-ci sur leur potentiel intérieur, ces leaders reprennent les paroles du patriarche bouddhiste Bodhidharma : « Je ne suis qu’un doit pointant vers la lune. Ne me regardez pas ; regardez la lune ». Lorsque Jésus dit de ses guérisons miraculeuses : « Tout ceci et davantage, vous pourrez le faire si vous avez la foi », son message était clair : chaque personne peut devenir une force de changement pour toute l’humanité : il suffit de reconnaître la vraie nature de la Divinité en soi et de vivre en accord avec elle. Le monde extérieur n’est qu’une manifestation de l’autorité de notre vie intérieure.

L’archétype qui réside dans votre maison onze est symbolique de la façon dont vous considérez le pouvoir de votre esprit en relation avec l’ensemble de la vie. L’archétype de la Victime de cette maison peut vous suggérer que le monde est intimidant, car chacun a plus d’autorité que vous sur votre vie. D’autre part, j’ai également vu la Victime dans cette positon dans les carte du ciel de gens qui sont armés de courage et d’optimisme. Pour eux, la Victime symbolise l’énergie négative à laquelle ils refusent de céder, se poussant jusqu’à la limite pour s’aider et aider les autres à éviter la persécution.  Les archétypes de la maison onze nous incitent  évaluer notre façon de percevoir notre place dans ce monde et de mesurer notre sentiment de pouvoir. La part d’ombre du pouvoir d’un seul esprit se manifeste chez les gens tels qu’Adolf Hitler, Joseph Staline, Charles Manson et Jim Jones. Les caractéristiques de la part d’ombre de la onzième maison se nourrissent d’un ego qui laisse croire que l’on peut transformer toute la planète en vertu des diktats de ses désirs. La psyché des gens chez lesquels cette ombre est active ressemble à une toile d’araignée. Ils épient et piègent les foules qui recherchent celui qui leur dira ce que pourrait être la vie si eux, les démunis, détenaient l’autorité sur d’autres. Comme nous le confirme l’histoire, de telles perceptions négatives de la maison onze finissent inévitablement par imploser en emportant leur partisans. 

DOUZIEME MAISON : L’INCONSCIENT (Sixième et septième chakras)

La douzième maison correspond au troisième signe d’eau, les Poissons, qui est le signe de l’intuition, de l’instinct viscéral. C’est la maison de Perséphone, les enfers gouvernés par Pluton, ou ce que j’appellerais le canal majeur de la direction profonde. La douzième maison gouverne l’inconscient ainsi que nos peurs les plus secrètes. La nature énergétique de cette maison renvoie nos images souterraines à notre esprit à travers tous les portails disponibles : rêves, conversations, rencontres en synchronicité, ou toute occasion d’apercevoir un fragment de notre Contrat en action. Le fait de dévoiler votre inconscient exige votre intellect, votre intuition et vos aspirations spirituelles ; cette maison résonne donc de l’énergie des sixième et septième chakras.

Vos capacités intuitives font partie de l’énergie de cette maison. Référez-vous à la signification de la première maison et refaites le périple circulaire de la Roue archétypale ; notez que les autres maisons se rapportent aux aspects rationnels et émotionnels de votre nature. La formation de votre identité et le choix de vos valeurs sont largement des produits du monde matériel. Vous unir à une autre personne, et évaluer si vous voulez continuer à porter en vous l’ADN symbolique de votre tribu, est une question fortement émotionnelle et psychologique. Cependant, le fait de compléter ce cercle vous mène à votre voix intuitive.

L’intuition est notre sens primal ? bien avant de faire connaissance avec la pensée rationnelle, nous sentons la vie. Bébés, nous absorbions le climat énergétique du monde dans lequel nous vivions, y compris les émotions de nos parents et l’atmosphère de notre maison. En grandissant, les capacités de l’esprit se développent et les expériences intuitives que bien des enfants décrivent, telle la vision des anges, sont rejetées et mises au compte de l’imagination. Ces forces physiques se terrent alors dans un souterrain, bien qu’habituellement, elles ne se taisent pas complètement. Je suis convaincue que la polarité entre notre être rationnel et notre être intuitif crée une atmosphère intérieure propice à une souffrance et à une dépression intenses. Sentir l’information énergétique, mais ensuite réprimer cette information faut d’appui rationnel, c’est inviter la folie.

Apprendre le langage des archétypes et la vision symbolique permet d’éveiller et d’utiliser votre intuition. Le modèle archétypal qui réside dans votre douzième maison est le guide de votre souterrain. Bien que vos peurs semblent multiples, chacune n’est en définitive qu’une version différente de la peur du changement, qui est de loin l’obstacle le plus puissant à l’ultime acte irrationnel de l’abandon spirituel de soi. Vos expériences de la maison douze portent le thème de l’abandon de soi, comme dans la scène de La Vie est belle dans laquelle George Bailey (joué par Jimmy Stewart), envisageant de se précipiter du haut d’un pont surplombant une rivière glacée, finit par atteindre son point de rupture  et implore en pleurant l’aide de Dieu.

La part d’ombre de la maison douze peut ressembler beaucoup à une chambre d’horreurs médiévale, précisément parce qu’elle est si étroitement liée aux nombreux fragments e notre psyché. Un grand nombre de nos dépendances et de nos compulsions sont enracinées dans nos peurs les plus profondes d’être abandonné, celles qui poussent abondamment dans l’ombre de cette maison.

Maintenant que vous êtes familiarisé avec la nature et le rôle de chacune des douze maisons qui composent la Roue archétypale, il est temps de créer votre propre Roue. En suivant le processus intuitif. Vous placerez chacun de vos douze archétypes dans une maison différente de la Roue. Cette Roue archétypale personnelle deviendra la carte routière la plus importante pour travailler avec vos archétypes et comprendre votre Contrat Sacré. 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

La MEMOIRE GENETIQUE de REPRESSION PROFONDEMENT ENRACINEE

 

images (6)Eh bien, mes maîtres magnifiques, et en particulier mes femmes qui ont été les personnes contre lesquelles ont existé le plus de préjugés – après avoir fait toutes ces déclaration extravagantes qui sont vraies – retournons en arrière et revisitons le domaine des femmes, le fait que les femmes furent l’objet de tellement d’oppression alors que la plus grande Déesse qui ait jamais habité la terre – Terra est une Déesse, pas un homme, car la terre est une immense matrice ; l‘énergie est la matrice de la réalité.

Ainsi, la Déesse, le plus suprême des Dieux qui ait jamais vécu ici, ne fut pas un Dieu mâle ; ce fut un Dieu femme. Les plus grands scientifiques qui aient jamais vécu, les scientifiques qui sont d’importance, sont des femmes. Si Einstein avait été une femme, il aurait admis publiquement la théorie du champ unifié et au-delà. Ce fut son côté masculin qui lui fit rejeter publiquement la théorie de la mécanique quantique de la physique quantique. Le féminin aurait compris cela facilement ;

Pourquoi avons-nous ce problème ? Nous avons ce problème parce que la femme créatrice la plus remarquable, le Dieu  féminin le plus remarquable qui ait jamais été ici, fut en réalité responsable du croisement de l’Homo erectus avec le sperme des Dieux, les œufs des Dieux. Ce fut une femme ; ce ne fut pas un homme. Une femme. Ce sont les hommes qui penseraient seulement en termes de servitudes, alors que la science d’une femme vise la création. Les hommes sont portés à l’oppression. Vous devriez comprendre cela. Vous devriez le comprendre.

Il est donc peu étonnant que l’on parle de la lune comme de l’Enchanteresse. J’en parlais ainsi dans ma vie. C’était une femme. Il est clair que la lune est une femme. Réfléchissez-y. Elle vous regarde, vous la cherchez, vous ne voyez que ses contours. Si vous continuez à regarder, elle commencera à vous montrer un peu plus et encore un peu plus d’elle-même. Et quand enfin elle est pleine e t vous en enivrés, vous êtes grisés à la vue de ses rayons. Et puis elle s’enfuit. C’est une femme. C’est une femme. Il est clair que la lune est une femme. Il est clair que la terre est une femme. La terre n’est pas un homme. La terre est une vaste matrice. Les hommes sont les fourmis sur la matrice. Imaginez un œuf ; la matrice est grande comme cela. Elle est pure nature. La nature est la vérité.

Nous voyons donc maintenant l’oppression qui règne dans une société dominée par les hommes. IL n’était pas dans l’intention de la Déesse que les enfants qu’elle avait créés soient asservis et utilisés. Ce sont seulement les hommes, les Deux hommes, qui en abusèrent ; Les femmes ne le firent pas. Elles sont l’Esprit nourrissant de Dieu. Et, après le départ des Dieux, on voit donc que l’aspect féminin de la mère divine fut totalement remplacé par le contrôle rigoureux du prêtre, le mentor qui parle à son étudiant, le pont menant à Dieu. Et l’on comprend que tous ceux qui avaient été laissés derrière ne savaient rien. Ce n’étaient que des esclaves qui faisaient leur devoir, qui ne possédaient pas la connaissance. Ils servaient c’es tout. Et, quand ils se retrouvèrent seuls, ils transformèrent leurs devoirs en religion car ils ne savaient pas.

Ecoutez-moi. Les femmes ont été traitées comme du bétail, comme des objets sexuels, même quand elles n’étaient que des petites filles. Même chez les petites filles, c’est comme si les petites filles deviennent la propriété des fantasmes sexuels d’un homme quelconque. Et pourquoi ? Il s’agit d’une émotion sexuelle qui a été transmise génétiquement de génération en génération qui fait que les femmes doivent être réprimées à tout prix. Elles doivent être réprimées. Comme vous feriez avec du bétail, rassemblez-les quelque part et servez-vous d’elles, et ayez des rapports sexuels avec elles, des bébés avec elles, sans ne jamais leur donner droit à la parole. Il n’est pas surprenant que ce soit la race la plus réprimée qui soit.

Eh bien vous savez, la sœur de cette illustre famille d’Anu, c’est elle qui était la véritable héroïne de la famille entière. C’est une femme qui était sérieusement dédiées au désir de projeter la vie ici. Il se peut qu’aucune de ses créatures n’ait été issue de sa propre matrice, mais elle prit et mêla le sperme et l’œuf, créant éventuellement, de ses mains aimantes, le parfait Adam. Croyez-vous qu’elle n’aimait pas ce petit garçon ? Elle aimait ce petit garçon, et c’est sous bonne supervision de sa part qu’ils eurent la permission d’être nus. Les femmes ne molestent pas les enfants quand ils sont nus, mais les hommes le font. Ce fut elle qui leur permit d’être nus devant elle et elle les aimait ; Tout changea quand les deux frères entrèrent en conflit.

Ainsi, alors que nous somme s l’aube des changements dans le monde – ils ont déjà lieu dans l’hémisphère Sud et vont atteindre l’équateur et l’hémisphère Nord – je vais vous dire ceci, que à la fin des temps, les enseignements viennent du corps du Christ, oui car je sais tout ce qu’i fit partie de l’initiation de ce professeur du fait que j’ai préparé une partie de son ordre du jour. Et je viens dans le corps d’une femme –une femme – qui est le groupe le plus calomnié dans le monde aujourd’hui car elles ne sont pas naturellement des créatures sexuelles. Elles sont des créateurs, c’est ce qu’elles sont. Du fait qu’elles sont des créateurs, elles aiment car elles créent, et ce qu’elles créent fait partie d’elles. C’est pourquoi elles ont tant d’amour pour leurs enfants.

Les hommes sont plus éloignés. Le chemin est plus long pour un homme, car il doit dépasser la femme vers le haut ; il doit posséder la femme en lui pour s’élever. Il doit posséder cette compassion, cet amour, cette sincérité, ce souci des autres et monter. Il doit comprendre comme le comprend la femme que, parmi tous les actes sexuels qu’elle vit, certains ne sont pas faits pour son plaisir. La plupart sont pour le plaisir de son amant et pour l’occuper. Si l’homme a été une femme, il comprendra comment donner du plaisir à la femme. Mais son acte naturel est de porter des enfants et la responsabilité de cet acte. Une fois qu’elle l’aura fait, elle ne sera plus jamais son amante ; elle sera de nouveau l’amante de l’enfant.

C’est pourquoi il y a tant de mariages adultères. Une fois que la femme a eu des enfants, parce que son amour va à son enfant, l’homme sorte et baise avec d’autres femmes qui sont heureuses simplement du fait de l’enlever à cette femme idyllique qu’elles ne sont pas encore. C’est comme le fait que vous êtes le fruit de la matrice de votre mère et que votre mère a tout fait pour vous – tout – et que vous êtes devenus le centre d’attention dans sa vie. Et puis, il faut en outre faire marcher un mariage chancelant, un mari chancelant, la responsabilité des enfants, la responsabilité de l’amour envers eux ; et il faut aussi descendre dans ce premier sceau simplement pour satisfaire le mari, juste pour qu’il continue à la faire vivre ainsi que ses enfants. Elle mourra plutôt de faim que de voir ses enfants ne pas avoir de lait. Tel est l’amour d’une mère. Très peu d’hommes ont une telle qualité. C’est pourquoi, lorsque les hommes meurent sur le champ de bataille, ils n’appellent pas leur père. Et quand leurs parents meurent, c’est la mère qui revient généralement à eux.

Je suis un être ancien. Je channelle parfaitement au travers de ce corps féminin. C’est un corps que j’ai chois. C’est un corps qui célèbre les personnes envers lesquelles existent le plus de préjugés, les femmes – quelle que soit leur couleur – les femmes, il n’existe aucun doute là-dessus. Et la nouvelle vague aujourd’hui qui insiste pour qu’elles se fassent mourir de faim et soient des porte-manteaux, qui veut qu’elles ressemblent à des petits garçons avec des seins artificiels et des visages artificiels, est l’œuvre du Dieu masculin Jéhovah. Il s’agit d’asservir, de prostituer et de corrompre leur corps au nom d e la gloire, de la fortune et de la célébrité. Cela n’a rien à voir avec un lieu privé ou l’ingéniosité de l’Esprit leur a été accordée à la conception et à la naissance ; c’est pour célébrer la femme avec ses hanches arrondies, son corps doux, ses seins remplis, un toucher doux et qui ne ressent rien de ce que ressent un homme, mais a le sentiment d’être la matrice de la terre – de la terre – puissante, orageuse, d’humeur changeant et merveilleuse. Le temps a des humeurs changeantes, vous savez. Le climat est d’humeur changeante. Ce sont tous des signes de l’influence féminine de la Déesse. 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux il y a 455 000 ans» aux Editions AdA.

Histoire des Zéta-Réticuliens (vague Pléiadienne 6)

Histoire des Zéta-Réticuliens (vague Pléiadienne 6) dans PLEIADIENS (TERRE) images-17Bien que l’évolution de leur race ne se soit pas déroulée de manière linéaire, nous raconterons les évènements de manière linéaire. Commençons en arrière il y a de cela des centaines de milliers d’années dans le système de la Lyre. Les racines de la race humanoïde dans notre secteur de la galaxie ont toutes émergé à partir du système de la Lyre. Les Zeta-Réticuliens ne font pas exception. 

Commençons dans le système de la Lyre quand la civilisation fleurissait et que les nouvelles cultures explosaient à travers le cosmos. La variété des cultures que ces premières humanités avaient créé était vaste. Il y avait une planète que nous appellerons la planète Apex que nous citerons comme l’ancienne origine de la race Zéta-Réticulienne.

La planète Apex était très similaire à la Terre. Les êtres vivants sur Apex étaient un mélange génétique comme nous le sommes nous-mêmes, parce que les premières races Lyriennes avaient déjà commencé à coloniser. Apex est devenue un mélange des génétiques des races Lyriennes. Aussi leur société manifestait une grande quantité d’individualité et d’imprévisibilité. Ces caractéristiques étaient mêmes plus prononcées qu’aux jours présents de ce qu’est la Terre. Il y avait ceux qui étaient pacifiques. Il y avait ceux qui étaient guerriers. Il y avait ceux qui étaient orientés sur la technologie et ceux qui rejetaient la technologie en faveur de la spiritualité intérieure. Chaque tendance à laquelle on pourrait imaginer était présente sur cette planète Apex, bien plus dramatiquement que ça ne l’est sur notre présent plan terrestre. 

Leur culture fleurissait depuis des milliers d’années. Cependant, sous la surface des masses de conscience il y avait une grande disharmonie parce que la croissance spirituelle de la planète n’était pas en parallèle avec la croissance technologique de ses habitants.

Le gouffre a commencé à s’élargir. Sur la surface de la planète le cataclysme a commencé : toxicité importante et irradiation grave des explosions atomiques encore plus destructrices que sur notre planète aujourd’hui. Il y avait toujours plus de pollution. L’atmosphère a commencé à se détériorer et la vie végétale a été par voie de conséquence rapidement incapable de produire assez d’oxygène pour continuer le cycle du dioxyde de carbone/oxygène qui gardait l’écosystème en équilibre. 

Il y avait ceux qui dans le système étaient conscients de ce qui se passait. Ils ont commencé à prendre des mesures pour préserver la vie.

Ils ont construit des abris souterrains et se sont préparés pour la destruction totale de la surface de leur planète. Ils ne savaient pas si cela allait se produire, mais ils voulaient être en sécurité. Ils savaient qu’ils avaient une marge de sécurité et que s’ils étaient préparés, leur race survivrait. Ils commençaient à apprendre à utiliser des sources d’énergie alternatives qui pourraient être utilisées en souterrain sans dépendre de la lumière solaire ou de l’oxygène de la surface. Donc, ils ont créé un monde qui était totalement indépendant de l’écosystème de surface. 

La préparation s’est déroulée sur plusieurs générations. Ils étaient clairvoyants, parce qu’ils étaient certains que ce changement devait se produire. Ils se sont ralentis et ont bougé lentement. Ils ont commencé à voir qu’ils évoluaient intérieurement à un rythme si rapide que la taille du crâne Apexien s’est rapidement accrue. Le processus de naissance naturelle est devenu difficile, parce que la taille du crâne était en expansion plus rapidement que le pelvis femelle ne pouvait s’y adapter. Aussi il y eut de nombreux décès durant les naissances, à la fois de la mère et de l’enfant. Puisque ce que nous appelons la césarienne ne faisait pas partie de leur système de croyance, ils étaient face à une crise de leur espèce à coup sûr. 

Ils étaient face à un dilemme. Leur population diminuait. Il est devenu évident qu’ils devaient se préparer pour une catastrophe planétaire de même que la mort de leur propre espèce.

Alors ils ont commencé à mettre en œuvre des techniques de clonage afin de ne plus être dépendants du processus de naissance.

Ils pourraient ainsi véritablement reproduire leur espèce en laboratoire sans la nécessité de l’acte de reproduction, de la conception ou de la naissance par voie naturelle. Ils ont présumé que cette technique leur permettrait de se conserver. 

Les Apexiens essayèrent d’inverser certaines des conditions négatives qui se produisaient sur la surface de la planète avant d’avoir pris refuge en sous-sol. Cependant, cela était allé trop loin. Beaucoup d’Apexiens mourraient de maladies résultant de l’irradiation ou de la pollution de l’air. Ils savaient qu’il était temps de se réfugier dans le sous-sol de leur planète. 

Petit à petit, ces individus ont poursuivi leur évolution sous la surface de la planète et ont commencé à habiter des villes souterraines. C’était un grand choc pour beaucoup. Imaginez-vous savoir que vous ne pourrez plus jamais regarder le ciel à nouveau… que vous ne pourriez plus jamais vous allonger sous les étoiles…. Que vous serez piégés dans un environnement rocheux pour le reste de votre vie. Imaginez la peur et la douleur que ces gens éprouvaient. 

Finalement, ils sont tous descendus dans le sous-sol. Ils ont appris à s’adapter. Grâce à leurs capacités de clonage (sur lesquelles ils avaient travaillé pendant 100 de leurs années), ils ont commencé à comprendre comment un corps pourrait s’adapter à un nouvel environnement comme le leur. Ils ont commencé à altérer leur système génétique de manière à ce que lorsqu’un bébé naissait, il était bien adapté à l’écosystème souterrain. 

Ceci a occasionné la restructuration de leurs corps de manière à absorber des fréquences lumineuses au-delà du spectre visible, et  transformé ces fréquences en chaleur.

Ceci requerrait un mode de fonctionnement du corps complètement différent et un nouvel apprentissage de la manière d’absorber des nutriments. Leurs corps ont commencé à apprendre à ingérer des nutriments à partir de quelques rochers luminescents souterrains.

Ils avaient apporté de la surface des plantes luminescentes aussi. Ils étudiaient ces plantes (basées sur la chlorophylle) et se sont rendus capables d’incorporer ces caractéristiques.

Tout ceci s’est produit durant des centaines d’années. Beaucoup d’Apexiens sont morts.

Il y avait des succès et des échecs. Ils sont finalement arrivés jusqu’au point où la population s’est accrue et le taux de décès a diminué. Les méthodes par lesquelles ils absorbaient les nutriments et les recyclaient dans l’écosystème sont parvenues à une symbiose et se sont équilibrées. Ils savaient qu’ils pouvaient survivre de cette manière durant une période indéfinie de temps. 

Alors que ceci se passait sous la surface de la planète, des changements profonds eurent lieu en surface. Les Apexiens ne réalisaient pas que la toxicité de la planète avait mis en marche une réaction en chaîne. Les radiations puissantes avaient commencé à détruire le champ énergétique planétaire sur un niveau subatomique. Ceci créa un voile électromagnétique dans le tissu spatio-temporel entourant la planète Apex. Pendant qu’ils étaient sous le sol, Apex changeait en fait de position dans le continuum espace-temps, à cause de la destruction dramatique de l’énergie subatomique. 

Le temps et l’espace, c’est un peu comme un fromage suisse. Une planète est connectée à travers une série de réseaux multidimensionnels et de passages vers d’autres zones de notre galaxie. Quand ce voile a commencé à s’étendre autour de leur planète, elle s’est déplacée à travers le tissu spatio-temporel vers un autre continuum espace-temps qui était à une distance importante de son point d’origine.

Nous terriens, nous avons appelé cette zone « le groupe d’étoiles de Reticulum ».

La planète Apex a été insérée dans le système Reticulum autour de l’une des plus faibles étoiles de ce groupe d’étoile. Ceci s’est produit simplement parce que le glissement planétaire a suivi le tissu spatio-temporel. Les Apexiens souterrains étaient totalement inconscients de ceci et ils continuaient leur vie sous la surface. Ils ont continué de sauvegarder leur espèce. 

Si quelque chose de ce type se produisait sur terre, il y aurait plusieurs factions de peuples vivant sous terre qui n’auraient aucune communication les unes avec les autres. Ces factions pourraient développer des cultures très différentes au cours de centaines d’années. C’est ce qui s’est produit sur Apex. Ces différentes factions représentaient les variations qui ont été observées dans le groupe des Zéta-Réticuliens. Quelques individus disent qu’ils sont très négatifs ; d’autres disent qu’ils sont bienveillants. Mais en fait ce n’est pas si noir, ni si blanc que cela.

Au cours des centaines d’années pendant lesquelles ils furent confinés en sous-sol, ils ont délibérément manipulé leurs organismes pour qu’il s’adapte à leur environnement souterrain. Ils se sont fait devenir eux-mêmes moins grands qu’ils ne l’étaient originellement afin de pouvoir faire un meilleur usage de l’espace disponible dans les cavernes. C’était seulement une volonté de conservation. Puisqu’ils ne procréaient plus physiquement, leurs organes de reproduction se sont atrophiés. Leurs organes digestifs se sont atrophiés parce qu’ils ne prenaient plus de nutriments solides. Ils avaient muté pour pouvoir absorber des nutriments à travers la peau. Leurs yeux se sont adaptés à l’environnement à travers la mutation de la pupille qui s’est mise à couvrir tout l’œil en entier. Ceci leur permettait d’absorber certaines fréquences lumineuses de lumière au-delà du spectre visible. Ils devaient le faire de manière à faire une utilisation optimale de leur environnement souterrain. La description de leurs changements est générale, puisque les différentes factions, isolées les unes des autres, ont eu des altérations légèrement différentes dans leur structure génétique. 

Durant cette époque, ils ont réalisé ce qu’ils avaient fait à leur planète. Ils en ont conclu que les émotions étaient largement responsables, aussi ils ne se sont plus autorisés d’émotions durant leur existence. Ils ont également décidé qu’ils ne permettraient plus de diversité dans leur culture. Aussi ils ont délibérément supprimé les variations dans les réactions émotionnelles aux différents stimuli. Ils étaient inflexibles sur le fait que leurs passions ne devaient plus jamais les diriger.

Ils ont commencé à créer une structure neurochimique dans laquelle chaque stimulus externe produisait la même réaction dans chaque individu. Ils sentaient que ceci leur permettrait d’abolir le sens de l’individualité dans une personne et d’éliminer les passions et les désirs guerriers de leur culture passée. 

D’une manière générale, les factions souterraines séparées ont suivi le même raisonnement. La plupart d’entre eux se sont adaptés biologiquement de la même manière. Ce fut une progression naturelle : ils suivaient une équation. Mais la différence entre les factions était plus appréciable au niveau de leurs orientations philosophiques. 

Chaque faction avait différents points de vue à propos du sens de l’existence. Les uns, que nous appellerons les Zéta-Réticuliens neutres sont les plus doux et bienveillants. Les autres que nous pouvons appeler les Zéta-Réticuliens négatifs proviennent d’une faction qui était intéressée par le gain du pouvoir. 

Ils ont intégré ce désir à partir des racines Lyriennes dans leurs mutations. Il y a d’autres groupes que nous avons appelé les « Gris » qui étaient du monde Apex mais qui ont des structures génétiques légèrement différentes.

Les extra-terrestres qui jouent un rôle dans les histoires d’abduction (prélèvements d’organes), viennent principalement de cette planète Apex. C’est pourquoi il y a tant de controverses pour savoir qui fait quoi. 

Bien qu’ils soient de la même lignée, leurs motivations sont assez variées.

Finalement les Apexiens ont réalisé qu’un temps suffisant s’était écoulé et qu’ils pouvaient revenir à la surface de leur planète. L’atmosphère n’avait pas été totalement régénérée, aussi leur temps de retour sur la surface de leur planète fut de durée limitée. Mais ils s’autorisèrent à émerger. 

Quand ils l’eurent fait, ils ont eu un choc. En observant le champ des étoiles, ils virent que leur planète avait changé de position dans le cosmos. Les étoiles étaient différentes. Les astronomes qui avaient étudié les cieux sur les cartes durant leur retrait de la surface étaient étonnés. Ils ont alors compris ce qu’ils avaient fait. Les Zéta-Réticuliens les plus pacifiques étaient maintenant fermement déterminés à s’unir pour retrouver ce qu’ils avaient perdu durant leur période souterraine. Aussi ils ont diligemment appris à comprendre les pliures de l’espace-temps. Ils ne savaient même pas où ils étaient. Ils voulaient savoir ce qui s’était passé. Ils voulaient apprendre sur eux-mêmes à travers d’autres cultures. Leur volonté était que personne d’autre ne recommence ce que eux-mêmes avaient fait. A cette époque, ce fut leur première motivation. 

Les autres, les plus négatifs, ou groupes au service-de-soi (égocentrisme), ont également émergé à la surface de la planète et réalisé ce qu’ils avaient fait. Alors , les Zéta-Réticuliens du groupe négatif se sont donnés les moyens, à l’aide de la technologie qu’ils avaient par le passé, de construire des vaisseaux et de voyager vers d’autres planètes du système Reticulum où ils ont développé leur culture.

Ils ont réussi à explorer l’univers, bâtissant des colonies dans plusieurs systèmes incluant Orion (à Bételgeuse) et dans le système ternaire de Sirius. 

Sur le plan de l’incarnation, un bon nombre d’entre eux sont sur la Terre aujourd’hui. Plusieurs des Apexiens qui ont disparu étaient opposés à l’idée de manipuler la structure génétique Apexienne. Mais en même temps, ils étaient inflexibles sur le refus de pollution et de toxicité et ils savaient que le planète Apex devait changer. Aussi, ils se sont incarnés à travers la famille galactique, spécialement quand ils ont vu une planète dériver vers le même genre de destruction que celle qu’ils avaient engendré dans leur passé.

C’est leur souhait de partager leur expérience de la catastrophe passée de manière que d’autres n’aient pas besoin de tout recréer.

Après qu’Apex ait glissé vers le système Reticulum, les Zétas ont parcouru des milliers d’années d’évolution. Ils ont été si longtemps dans Reticulum que la planète Apex est seulement un lointain souvenir pour eux. 

Les Apexiens possédaient des vaisseaux au moment de leur catastrophe, et ils auraient pu partir s’ils l’avaient voulu. Mais comprenons leur nature : ce sont des pionniers. Ils avaient les mêmes motivations que les individus qui ont colonisé l’Amérique. Même quand les pionniers étaient face aux menaces indiennes, ils ne voulaient pas partir. Les Apexiens ont vu ceci comme un grand challenge. Ils ont ressenti qu’en allant sous le sol et en changeant leur espèce, ils pourraient guérir leur passé. Ils ne voulaient pas tout recréer à nouveau. La majorité d’entre eux se disaient que s’ils partaient ailleurs, ils continueraient à recréer le même schéma. Certains d’entre eux sont partis et sont allés dans les systèmes de la Lyre, mais seulement en petit nombre.

Pour la plupart, ils sont restés, sentant que c’était une opportunité de guérir leur société. 

Leur cerveau grandissait de plus en plus et la structure de leur œil aussi car leur désir de connaissance facilitait l’élargissement de la pupille. Mais ils se sont aussi génétiquement modifiés. Sur une longue période de temps, cela s’est passé naturellement parce que la surface de leurs yeux n’était pas assez large pour capter la lumière nécessaire. De même les Lyriens qui étaient leurs ancêtres avaient des yeux plus larges que les humains terriens. 

Aujourd’hui leur planète Apex est toujours dans le Reticulum. Les cavernes souterraines servent toujours de foyer à beaucoup d’entre eux, bien qu’un bon nombre passe son temps dans leurs vaisseaux spatiaux. 

Dans l’état actuel de notre utilisation de la puissance atomique, il n’est pas encore possible d’en arriver là, mais en continuant à utiliser l’atome sans évoluer de la connaissance atomique vers autre chose, nous pourrions parvenir à ce même scénario. 

Il faut comprendre qu’il y a une certaine échelle d’évolution qu’une civilisation doit suivre. Nous sommes maintenant arrivés à un niveau critique avec le nucléaire. Il y a une évolution de l’utilisation de la technologie atomique qui nous amène au seuil dangereux. Nous en sommes au point où l’on peut décider de nous éloigner de ce niveau dangereux. Nous devons décider si nous allons suivre le processus d’évolution naturelle qui éloigne de la puissance atomique. 

La plupart des Zéta-Réticuliens actuels sont quasi-physiques et d’autres non physiques. Cet état provient de leur évolution souterraine, mais aussi de leur avancée technologique, qui leur permet de muter physiquement.

images-18 dans PLEIADIENS (TERRE)Ils peuvent aller jusqu’au point non physique. Cependant, ils ne désirent pas quitter le plan physique parce qu’il y a encore quelque chose qu’ils ont besoin d’apprendre. 

Il ne faut jamais publier qu’il y a différentes factions de Zétas. Quelques uns d’entre eux sont altruistes. D’autres sont ici uniquement pour leurs propres besoins, et ces raisons peuvent être positives ou négatives, ou bien un intermédiaire entre les deux.

Ils veulent certaines choses de notre part dont ils pensent manquer. Ils pensent qu’ils ont commis des erreurs dans ce qu’ils ont éliminé à travers le clonage. Ils essaient maintenant de nous observer pour apprendre comment ils peuvent intégrer ces choses en eux-mêmes. 

D’une certaine manière nous pourrions dire que nous sommes leur passé de même qu’ils sont notre futur. C’est comme si à chaque coin où ils tournent, ils sont face à nous. Nous représentons leur passé, nous représentons aussi leur seul espoir de futur. 

Auteur : Yasmine ROONEY – LE PROJET PLEIADIEN – l’Assistance pléiadienne dans la vie humaine. 

Les illusions de la conscience de l’ego

 

Venez me rejoindre sur le FORUM :

http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Lorsque vous entrez dans la réalité de la conscience fondée sur l’ego, telle qu’elle est représentée par vos parents, vous avez affaire à un certain nombre d’illusions prégnantes, parmi lesquelles je voudrais en mentionner trois.

La perte de la maîtrise

La première illusion est celle de la perte de la maîtrise. Cette illusion vous fait oublier, en grandissant et en devenant adulte, que vous êtes le créateur de tout ce qui arrive dans votre vie. La plupart des gens ne reconnaissent pas ce qu’il se passe dans leur vie comme leur création. Ils ont souvent l’impression qu’ils sont victimes de « puissances supérieures » qui font et façonnent leur vie. Telle est la perte de la maîtrise.

La perte de l’unité

Les illusions de la conscience de l'ego dans CHEMIN le MOINS FREQUENTE abAvec le plongeon dans la conscience collective humaine, telle que décrite par vos parents, vous perdez aussi le sens de votre unité avec tout ce qui existe. L’évidence fondamentale de l’unité de toutes choses est lentement éliminée de votre conscience. On vous encourage à construire votre ego personnel. Selon la conscience fondée sur l’ego, nous sommes tous essentiellement des êtres séparés, qui luttons pour la survie, la nourriture et la reconnaissance. Nous avons l’impression d’être confinés dans notre corps et enfermés dans notre réalité psychologique sans aucune connexion à « l’autre ». Telle est l’illusion de la séparation et du sentiment tragique de solitude qui l’accompagne.

La perte de l’amour

Vient ensuite la perte de l’amour, c’est-à-dire le sentiment de joie et de sécurité inconditionnelles qui vous appartient en propre, comme un droit de naissance naturel. En passant au plan de la terre, où l’énergie de l’amour n’est pas évidente du tout, vous commencez peu à peu à confondre l’amour avec toutes sortes d’énergies qui ne sont pas l’amour, telles que l’admiration, la richesse ou la dépendance émotionnelle. Ces notions confuses de l’amour influencent vos relations et, fondamentalement, vous font rechercher continuellement quelque chose au-dehors de vous pour retrouver ce sentiment d’amour inconditionnel qui est en fait au fond de vous.

La façon dont ces illusions ou pertes vous influence dépend de l’énergie spécifique du foyer parental et de votre entourage familial. Généralement, la conscience parentale est un composé d’ego et de coeur, de peur et de lumière. Il y a des domaines dans lesquels vos parents sont vraisemblablement très attachés ou accrochés  aux illusions mentionnées ci-dessus. Mais sur d’autres points, il se peut qu’ils soient très éclairés, par exemple en ayant fait une expérience spécifique de la souffrance et de la croissance intérieure qui leur a ouvert le coeur. La manière particulière dont ils sont fixés aux illusions de l’ego est différente pour chaque parent ou chaque famille. Lorsque vous entrez dans cette configuration spécifique d’énergies qui compose votre famille natale, votre conscience est grande ouverte et possède encore très peu le sentiment de ses limites personnelles. En tant que bébé, vous absorbez les énergies de vos parents en profondeur, comme une impression de fond qui a un grand effet sur la façon dont vous vivez les choses plus tard. Il n’y a pas encore de filtre. C’est seulement beaucoup plus tard, lorsque vous devenez conscient de vous-même, grosso modo au moment de la puberté, que vous acquérez la conscience nécessaire pour filtrer ces énergies et découvrir ce qui vous semble bon et naturel et ce qui ne l’est pas.

Vous vous attachez d’abord au paradigme de vos parents, puis à mesure que vous grandissez et que vous  devenez plus conscient de vous-même, vous commencez à remettre en question leur conception des choses en cherchant votre identité personnelle. Ce processus de croissance psychologique est très proche de la transition de l’ego au coeur. Les stades naturels de la vie terrestre, les cycles biologiques et psychologiques, les saisons, sont en corrélation avec les stades de croissance naturelle au sens spirituel. La transition entre l’ego et le coeur se déroule souvent en parallèle avec le dépassement des énergies restrictives liées à la peur, qui contrôlaient votre famille natale.

Le trauma de naissance cosmique que vous avez vécu lors de votre naissance d’âme individuelle est, jusqu’à un certain point, répété chaque fois que vous débutez une nouvelle vie terrestre. Au moment de votre naissance, vos parents appartiennent à l’énergie de la terre. Ils se sont déjà adaptés à cette dimension, aux lois en vigueur ici. Bien souvent, ce sont des lois restrictives qui ne sont pas du tout évidentes pour l’enfant. Les parents représentent alors la conscience fondée sur l’ego pour l’enfant, l’énergie des trois illusions. L’enfant les rencontre par l’entremise du foyer parental, et la façon dont elles ont pris forme chez les parents influencera fortement l’enfant pour le reste de sa vie.

C’est surtout au cours des trois premiers mois que l’enfant absorbe très profondément son environnement. Les énergies de ses parents se déposent au fond de sa conscience, sans que l’enfant puisse s’en défendre par une pensée rationnelle. D’autre part, il y a encore un « morceau de ciel » dans sa mémoire, une parcelle de sa conscience non-teintée par les illusions, qui connaît l’amour, la maîtrise et l’unité comme état d’être naturel. Cette évidence entre en collision avec les énergies fondées sur l’ego qui l’environnent et cela crée un conflit très douloureux. Cela peut donner envie à l’enfant de repartir et de rentrer « chez lui »; cela peut causer une grave résistance envers la vie au tout début. En fait, c’est le trauma de naissance cosmique qui se répète.

Comment l’enfant gère-t-il cette collision ou ce conflit d’énergies ? La plupart du temps, il ferme des parcelles de lui-même. Des parcelles de la conscience de l’enfant vont se cacher. L’enfant va se conformer  aux énergies de ses parents, s’y adapter, car il dépend entièrement d’eux dès le départ. L’enfant est dans un état physique très vulnérable et il a un grand désir d’être nourri et aimé de ses parents. Sa mémoire de l’état naturel d’unité, d’amour et de maîtrise est en fait le don de l’enfant à ses parents mais ils sont bien souvent incapables de recevoir ce don, aveuglés comme ils le sont par l’énergie des illusions. Ils sont alors incapables de recevoir véritablement l’enfant.

Bien sûr, les parents ont été enfants eux aussi et sont passés par le même processus. Les parents ne font pas entrer de force leurs peurs et leurs illusions dans leurs enfants. Mais, comme adultes, ils ont absorbé involontairement de nombreuses énergies de la conscience fondée sur l’ego.

Au moment de la naissance de l’enfant, les parents vivent souvent un éveil temporaire. Regarder cette petite créature innocente sortir de l’utérus et s’aventurer dans le monde, si confiante et vulnérable, fait vibrer un sentiment profond de respect chez pratiquement tout le monde. Cet instant sacré ouvre toutes grandes les portes du Foyer dans la conscience des parents et, à leur insu, ils ont accès au noyau divin en eux qui connaît l’amour inconditionnel et l’unité. Ils entrent pour un temps dans un espace sacré et ils perçoivent ce qu’ils sont au-delà des illusions. Mais bien souvent, ce n’est qu’un état de félicité temporaire car, après, les choses se calment et reviennent à la normale. Leurs modes de pensée et de sentiment ont tendance à retomber dans leurs schémas habituels. Et alors, cette ouverture à une conscience fondée sur le coeur se referme.

Que se passe-t-il pour l’enfant qui grandit ? La plupart des enfants choisissent de s’adapter si fortement au cadre de référence de leurs parents qu’ils perdent contact avec l’énergie originelle de leur âme dont ils étaient encore très conscients au début de leur incarnation. Dans cette première phase de la vie, jusqu’à la puberté, ils sont tellement occupés à se concentrer sur ce monde et à obtenir l’amour et l’attention de leurs parents qu’ils oublient eux-mêmes qui ils sont.

Comment cela affecte-t-il l’enfant ? Celui-ci a un désir insatiable d’amour et de sécurité et lorsqu’il trébuche sur des parcelles d’énergie parentale pleines de peur ou bloquées, il en est bouleversé. Il en souffre et se sent abandonné. Mais il va se cacher ses émotions à lui-même, car elles sont trop douloureuses à vivre consciemment lorsqu’on est dans un tel état de vulnérabilité et d’ouverture. Ce que fait l’enfant, c’est qu’il va  se mettre des oeillères et créer des images de l’amour illusoires. Afin de survivre émotionnellement, il va se permettre d’être trompé par les fausses images de ses parents, parce qu’en l’absence d’amour inconditionnel, l’amour conditionnel semble mieux que rien. Généralement, l’enfant va se replier sur lui-même pour obtenir l’amour et la sécurité dont il a besoin et qu’il garde en mémoire du Foyer. Et donc, il va prendre de fausses énergies pour de l’amour. Par exemple, il va confondre la fierté d’un parent pour certaines de ses réussites ou le besoin émotionnel d’un parent à son égard avec de l’amour.

Lorsque l’enfant accomplit quelque chose dont ses parents sont fiers et pour lequel il reçoit des compliments, il peut sentir son coeur s’ouvrir grâce au plaisir d’être aimé et apprécié. Mais si la fierté des parents ne provient pas d’une véritable compréhension de l’enfant, si elle ne repose pas sur ce à quoi l’enfant aspire mais plus sur ce que la société attend de lui, alors cette fierté est vraiment une sorte de poison. L’enfant est récompensé pour se conformer à des critères externes, alors que l’amour signifie que l’on se mette à l’écoute des critères intérieurs de l’enfant, ce qu’il veut accomplir pour lui-même dans cette vie. Lorsque l’attention est systématiquement portée sur des réussites extérieures, l’enfant sera dupé, il croira que la réussite est égale à l’amour et il aura tendance à se sentir coupable lorsqu’il ne fait pas « ce qui est bien », ce qu’il est censé faire selon des critères externes. Adulte, il se peut qu’il ne reconnaisse pas lorsque ses limites sont franchies ou quand il travaille trop. Il trouvera simplement qu’il se sent poussé à accomplir davantage, ne comprenant pas pourquoi l’excès de travail est devenu une dépendance.

Une autre déformation de la véritable énergie de l’amour se produit lorsque l’enfant commence à confondre l’amour avec la dépendance émotionnelle. Beaucoup d’enfants ont le sentiment d’être aimés quand leurs parents ont besoin d’eux. En fait, ils comblent un vide dans le coeur de leurs parents, un vide dont les parents n’ont pas pris soin et quand l’enfant y entre, il s’offre en substitut parental. Il cherche à procurer l’amour et le soutien dont les parents manquent. Il veut leur plaire de cette façon et obtenir d’eux l’amour dont il manque si cruellement. Mais cette sorte de service n’est bien sûr pas de l’amour. C’est un dangereux enchevêtrement d’énergies qui créera beaucoup de difficultés plus tard à la fois dans les relations entre les parents et l’enfant et dans les relations intimes que l’enfant entretiendra une fois adulte.

Beaucoup de parents ont vécu un manque d’amour inconditionnel dans leur enfance. Ils n’ont pas non plus été vraiment reçus par leurs parents. Cela leur a laissé une souffrance profonde et un sentiment d’abandon. Quand à leur tour, ils ont un enfant, ils l’accueillent avec des signaux mitigés. D’une part, il y a de l’amour vrai en eux mais d’autre part, il y a ce désir subconscient de se dédommager de ce manque. Les parents essaient souvent de soigner leurs blessures émotionnelles grâce à leur relation avec leur enfant. Quand ils le font inconsciemment, ils se servent de l’enfant comme d’un substitut parental, l’enfant est censé leur donner l’amour qui leur a si cruellement manqué lorsqu’ils étaient enfants.

Quand cela arrive, les messages « je t’aime » et « j’ai besoin de toi » se trouvent complètement confondus pour l’enfant. L’énergie de l’enfant ne sera plus la sienne, parce qu’elle sera aspirée par le besoin du parent, et l’enfant trouvera cela très bien ! Cela lui procurera un sentiment de sécurité qui l’amènera, une fois adulte, à avoir le sentiment d’être profondément aimé par une personne quand son énergie est épuisée et possédée par cette personne. Il (ou elle) aura le sentiment d’être aimé lorsqu’il étire ses limites au maximum de ce qu’il peut donner. Il interprètera la dépendance émotionnelle et même la jalousie et la possessivité comme une forme d’amour alors que ces énergies lui sont diamétralement opposées. Cette perte tragique de soi naît de la confusion de l’amour avec le besoin.

Jusqu’à présent, j’ai insisté sur le fait qu’en venant sur la terre comme enfant, vous êtes submergés par un océan d’oubli, un filet d’illusions qui au premier abord, semble vous enchaîner très profondément. Mais cependant, du point de vue de l’âme, vous vous permettez consciemment d’être dévoyé. Tout au fond de vous, lorsque vous vous incarnez sur la terre, vous avez la confiance de trouver la solution pour vous en sortir. C’est votre mission de trouver au sein même du monde, une voie pour sortir des illusions et apporter l’énergie de la solution, l’énergie de l’amour et de la clarté et la mettre à la disposition des autres.

A certains moments de votre vie, vous aurez des opportunités et des possibilités qui vous aideront à remplir cette mission. A mesure que vous grandissez, vous rencontrerez des gens ou des situations qui vont vous inviter ou vous mettre au défi de découvrir qui vous êtes. Vous serez gentiment poussé ou, si vous êtes têtu, violemment provoqué par la vie à « démêler le noeud ». Vous avez besoin de lâcher prise des fausses images de l’amour qui ont fait partie de votre éducation, de l’énergie de vos parents. Cela peut susciter une crise d’identité, semblable à ce qui est décrit dans la première partie de ce livre comme le premier stade de la transition de l’ego au coeur. Vous pouvez avoir l’impression que plus rien n’est certain et que tout ce en quoi vous croyez est remis en question. C’est vrai, votre âme retournera chaque caillou pour vous ramener au Foyer. Elle frappera sans cesse à votre porte jusqu’à ce que vous ouvriez et que vous vous libériez.

Les évènements majeurs de votre vie s’arrangent toujours pour vous offrir des opportunités de grandir et de revenir à ce que vous êtes. Mais il faut du courage et de la détermination pour aller au bout de cette quête et regagner les énergies du nouveau-né, non-teintées par les illusions de la perte de la maîtrise, de l’amour et de l’unité. Probablement, vous allez vous trouver en opposition avec l’énergie de votre âme pour un temps, car elle peut vous détourner de ce que vous considériez comme normal et approprié pour vous. Votre âme peut vous paraître une invitée bizarre, puisque vous êtes habitué aux usages du monde, ceux de votre famille natale.

Cela requiert à la fois l’énergie masculine de la conscience de soi et du discernement et l’énergie féminine de l’amour et de la compréhension pour se libérer de la conscience fondée sur l’ego. En ce qui concerne vos parents, le discernement signifie que vous prenez de la distance avec les énergies restrictives gouvernées par la peur qui vous ont nourri. Souvenez-vous de l’importance de l’énergie de l’épée que j’ai mentionnée au début. Afin de lâcher prise de votre famille natale au sens spirituel, il vous faut être capable de distinguer entre leur énergie et la vôtre et de couper les liens qui vous limitent et vous étouffent.

Cela ne passe pas forcément par l’expression de votre colère ou de votre frustration à vos parents ou bien en leur disant leurs torts à votre égard. Cela peut être une bonne chose parfois d’éclaircir votre position ou de leur parler de vos sentiments envers eux. Mais bien souvent, ils ne comprendront pas ce que vous essayez de leur dire. Ils peuvent ne pas être en résonance avec la part de vous qui est différente et en conflit avec leur mode de vie. Vous libérer des liens à l’énergie parentale signifie d’abord et avant tout libérer votre mental et vos émotions de cette énergie. C’est regarder en vous et découvrir à quel point vous vivez implicitement selon les illusions de vos parents, selon leurs préceptes et leurs interdits reposant sur la peur et le jugement.

Quand vous serez clair à ce sujet et que vous lâcherez prise, vous serez libre de leur pardonner et de quitter réellement la maison parentale. C’est seulement après avoir tranché les liens intérieurement et pris la responsabilité de votre vie personnelle que vous pouvez vraiment laisser vos parents mener leur vie. Vous aurez clairement dit « non » à leurs peurs et à leurs illusions (l’épée du discernement), mais en même temps vous verrez que vos parents ne sont pas identiques à leurs peurs et leurs illusions. Ce sont eux aussi des enfants de Dieu qui essaient de remplir leur mission divine. Quand vous percevez cela, vous pouvez voir leur innocence et leur pardonner.

Dans un sens, vous avez été victimes de vos parents, quand ceux-ci représentaient la conscience de l’ego dans votre enfance. Vous avez vécu temporairement et partiellement selon leurs illusions. Vous étiez leur enfant et vous n’aviez pas le choix. Mais vous avez là une des meilleures occasions de votre vie pour transcender votre sentiment d’être une victime. Reconnaître les profondes empreintes énergétiques datant  de votre enfance et choisir consciemment celles qui vous font du bien et celles qu’il vaut mieux laisser tomber, fait de vous une personne libre. C’est cela la maîtrise.

Alors, vous ne vous adaptez plus subconsciemment aux désirs et aux attentes de vos parents quand ils ne sont pas les vôtres. En même temps, vous n’êtes plus en rébellion contre eux. Vous avez la capacité de reconnaître les fausses images qu’ils vous ont offertes comme ne vous appartenant pas, point final. Vous n’avez pas besoin de juger vos parents pour vous avoir chargé de ces aspects. Vous pouvez être à la fois dans l’amour et dans le discernement.

On pourrait le dire ainsi : vous êtes introduits à la conscience de l’ego par vos parents et c’est aussi par eux que vous la transcendez, en les libérant dans l’amour et le pardon et en vous reconnaissant comme le maître indépendant que vous êtes.

Lire la suite sur le site d’origine …. 

Le fonctionnement de Telos

Le fonctionnement de Telos dans CITE INTRATERRESTRE 75px-WPVA-khamsa.svg_Concernant leur système économique et commercial : Les Agarthiens ont mis au point un système de comptabilité en unité qui n’intègre pas la notion de spéculation. Les notions de compétitivité et d’échelles de valeur n’existent pas. Aussi les salaires sont inutiles. Néanmoins, les besoins de base sont pris en charge par la collectivité. Tout ce qui est luxe est échangé via un système sophistiqué de troc. (Chez nous en surface, après sa grave crise l’Argentine a mis au point récemment une telle monnaie appelée, ‘‘ Open monnaie ‘‘ .) Les moyens de transport dans les cités souterraines sont des trottoirs mobiles, ascenseurs inter-niveau et traîneaux électromagnétiques ressemblant à nos motoneiges. Pour voyager entre les villes, les résidents utilisent “ Le Tube “, un système de métro souterrain électromagnétique pouvant atteindre une vitesse de 4.000 km/h.

Concernant la politique  : Les Agarthiens sont membres de la Confédération des Planètes. Ils peuvent bénéficier ainsi de l’organisation politique intergalactique. Les voyages dans l’espace ont été perfectionnés ; Leurs nouveaux vaisseaux intergalactiques sont inter dimensionnels et ils sont devenus indétectables par nos systèmes en 3 D de surface.
Sur le plan des divertissements et des arts : Ils produisent des pièces de théâtre, des concerts et une large variété de jeux.

Concernant la naissance et la mort : Leur mode de conception diffère du nôtre. Il y a bien rapport sexuel et fécondation mais les grossesses durent trois mois et sont sans douleur. Il s’agit d’un processus complètement oublié pour nous en surface. Dès la conception, une femme va au temple pour trois jours, souhaitant immédiatement la bienvenue à l’enfant avec de la belle musique, de belles pensées et de belles images. La naissance dans l’eau accompagnée des deux parents est la norme. Sur le plan morphologique, les origines des Agarthiens étant diverses, les tailles sont variables, généralement de 1,60m à 1,90m à Télos, elles sont à près de 3m à Shamballa. La mort par dégénérescence ou par accident n’existe absolument pas en Agartha.

 La plupart des Agarthiens choisissent d’avoir l’apparence correspondant à un âge de 30 à 40 ans et peuvent rester ainsi pendant des milliers d’années selon leur demande. Cependant la volonté et la décision d’atteindre d’autres plans dans d’autres sphères est devenue très facile. l suffit de suivre un stage au sein du Temple pour qu’Il apprenne comment ascensionner et diriger leur transfert. Puisque tous les Agarthiens peuvent quitter facilement leur position intra-terrestre, pourquoi sont-ils demeurés aussi longtemps dans cet enfermement souterrain ? Leur réponse est simple, c’est par solidarité avec le reste de la famille humaine en surface. Ils attendent patiemment la fin de la dictature reptilienne et que nous-mêmes arrivions à réaliser que la guerre et la violence sont des impasses. Ils attendent que nous nous libérions de notre Gouvernement Occulte Tyrannique qui bien que composé d’une infime minorité d’êtres nous maintient tous sous hypnose et dans une mentalité animale de très basse vibration. C’est bien le caractère violent, belliqueux et dangereux de nos races de surface qui empêche encore ces retrouvailles. Ils savent très bien où nous en sommes à ce niveau car les émissaires qui s’infiltrent à l’intérieur de nos sociétés en surface savent très bien les renseigner sur notre évolution.

Les vibrations des deux sexes

 

Les vibrations des deux sexes dans SAGESSE des PLEIADES snakeMême si vous êtes principalement de sexe féminin ou masculin, vous portez en vous des vibrations appartenant aux deux sexes.

Le côté gauche de votre corps est féminin et régi par l’hémisphère droit du cerveau ; le côté droit est masculin, régi par l’hémisphère gauche. Biologiquement, ce sont vos organes génitaux qui sécrètent l’identité que vous endossez, même si le degré d’énergie mâle ou femelle varie. La nature ne fait pas d’erreur, et il n’y a pas d’erreur non plus dans ce que vous êtes ou dans l’identité que vous avez choisie. Vous avez eu votre mot à dire. Chacune de vos incarnations est entrelacée avec nombreuses raison d’être et de multiples plans liés à une perspective beaucoup plus vaste de la réalité. Vous avez été homme ou femme au fil de votre odyssée multidimensionnelle sous la forme humaine, et même si vous ne vous souvenez pas consciemment de vos diverses identités, vos annales temporelles personnelles sont conservées dans diverses couches du mental subconscient ou inconscient. Parfois, des talents et des aptitudes qui proviennent d’autres incarnations engendrent des qualités plus masculines chez une femme et des caractéristiques féminines chez un homme. L’acceptation de soi n’st pas qu’une clef importante pour comprendre votre identité ; c’est aussi le signe d’un esprit qui s ‘éveille. Vous êtes l’expression autosélectionnée d’une forme plus vaste de conscience qui apprend sur elle-même grâce aux merveilles complexes du jeu de l’existence. A un certain niveau, vous êtes prédisposé à définir votre vie comme femme ou comme homme. Cependant, la manière dont vous gérez l’énergie au fil  de vos diverses allées et venues dans la réalité matérielle et au-delà déterminera définitivement ce pour quoi vous êtes disponible.

La sexualité et les sensibilités psychiques s’allient naturellement les unes aux autres et, avec l’accélération de l’énergie suscitant un éveil spirituel au sein de l’humanité, les femmes et les hommes du monde entier se délestent des croyances et des schèmes de pensée restrictifs qui ont emprisonné et étouffé leur créativité. Actuellement, les femmes ont généralement tendance à reporter leur attention d’une réalité à l’autre ; la plupart s’y livrent toutefois sans s’en rendre compte. Cette aptitude est inhérente à la forme humaine. Les femmes sont également enclines à établir un lien plus étroit avec leur structure biologique et sont naturellement plus intuitives, en raison de leur cycle menstruel, qui débute normalement vers l’âge de douze ou treize ans et qui prend fin vers la quarantaine, la cinquantaine, voire la soixantaine. Au début de l’âge adulte, l’apparition des règles engendre un vortex énergétique intuitif, un portail personnel accordé sur les cycles lunaires. La grossesse et l’enfantement intensifieront encore le lien de la femme avec son corps ; malheureusement, plusieurs femmes se privent de ces plaisirs car on leur a appris depuis fort longtemps, comme aux hommes, d’ailleurs, à considérer négativement les menstruations, tout en admettant paradoxalement le sang profané et odieux qui coule à la guerre. Lorsque les femmes condamnent les fonctions naturelles de l’organisme, elles s’attirent des problèmes physiques puisque leurs cellules obéissent à leurs directives. Leur mépris et leur ignorance de ce processus qui sonne la vie ont engendré toutes sortes de maux contemporains typiquement féminins. Le cycle de saignements menstruels est la caractéristique même du corps féminin ; il incarne l’énergie fertile et maternelle de la mère-déesse et, au cours de la période du mois où les règles se produisent, il est possible de transcender la réalité tridimensionnelle.

Au fil de l’histoire, les hommes ont démontré sans l’ombre d’un doute leurs propres facultés extrasensorielles. Néanmoins, tout comme pour les femmes au cours des deux derniers millénaires, la souffrance mentale, physique, émotionnelle et spirituelle – à cause de la guerre et de la persécution des pratiques magiques – a gravé dans le capital génétique de terribles souvenirs de peur et de douleur, notamment dans la vibration mâle. Les hommes doivent désormais accepter que leur sensibilité et leur vulnérabilité sont effectivement de véritables atouts intérieurs et que l’honnêteté est indispensable à une conscience claire et à la tranquillité d’esprit. Ils sont également mis au défi d’accepter la responsabilité de leur puissance sexuelle, qui possède une charge énergétique complètement différente de celle des femmes. Ils doivent comprendre que leur pouvoir personnel réside dans la capacité d’activer et d’admettre leurs sentiments, un aspect d’eux-mêmes auquel ils n’ont pas vraiment réfléchi. Si les sentiments d’un homme sont étroitement liés à son énergie sexuelle, il connaîtra de nouveaux degrés d’intimité. Même s’il est de toute première importance d’avoir un corps bien structuré, la force véritable consiste à se faire confiance à soi-même, à sa famille, à son partenaire, aux hommes et aux femmes en général. La tâche des hommes consiste à confier aux autres leur vérité, à reconnaître l’ignorance et l’absurdité de la guerre, et à respecter toute vie.

La pulsion procréatrice anime votre corps afin que vous puissiez apprendre directement à gérer l’énergie de la création. La grossesse symbolise la croissance, la promesse du renouveau et la responsabilité. Si un homme et une femme jouissent d’une sexualité saine, sans complexes, qu’ils occupent pleinement leur corps et prennent plaisir aux délices qu’il leur procure, tout en s’amusant et en aimant jusqu’à l’expérience cosmique, ils enrichiront énormément leur lien mutuel et leur connexion au cosmos. Un enfant conçu dans une telle atmosphère deviendra un phare de la race humaine, notamment si l’énergie sensuelle de la nature contribue à l’acte ; faire l’amour dehors, dans un cadre intime, à la lueur de la lune argentée ou sous les rayons vivifiants du soleil, ne peut être que bénéfique. L’acte sexuel qui vise à donner la vie doit déborder de  plaisirs joyeux car il conditionnera la relation entre l’homme, la femme et l’enfant. Pendant le processus de la conception, l’ovule et le spermatozoïde gazouillent tendrement l’un pour l’autre au moment où le sperme se précipite pour apporter son chant à la déesse. L’ovule produit effectivement un chant inaudible, comme un cri d’accouplement. Le spermatozoïde qui correspondra le mieux aux exigences de l’être immatériel désirant prendre naissance par cette union résonnera avec le chant et s’ajustera à la vibration de l’ovule. La résonance l’attirant, il semblera prendre le dessus sur les autres spermatozoïdes. Si seuls les spermatozoïdes les plus robustes l’emportaient, vous aurez alors des bébés parfaits physiquement, mais non alignés spirituellement. N’oubliez pas que comme vous vous qualifiez pour votre ligne généalogique et pour le moment de votre naissance, la grossesse et l’enfantement impliquent plusieurs niveaux d’accords. Si vous souhaitez avoir des enfants, il vaut mieux prendre d’abord contact avec eux dans l’état de rêve ; avant de vous endormir, concentrez-vous sur votre intention de communiquer avec des énergies spirituelles vouées à devenir vos enfants. Appelez-les et accueillez-les dans votre vie.

 

Issu du livre Sagesse des Pléiades – Pour un monde en chaos – Le pouvoir de la sexualité humaine page 182 – de Barbara Marciniak aux éditions Ariane.

Illusion des pertes…

La perte de la maîtrise – 1ère illusion 

cliparts fleurs 

La première illusion est celle de la perte de la maîtrise. Cette illusion vous fait oublier, en grandissant et en devenant adulte, que vous êtes le créateur de tout ce qui arrive dans votre vie. La plupart des gens ne reconnaissent pas ce qu’il se passe dans leur vie comme leur création. Ils ont souvent l’impression qu’ils sont victimes de « puissances supérieures » qui font et façonnent leur vie. Telle est la perte de la maîtrise. 

La perte de l’unité – 2ème illusion 

cliparts fleursAvec le plongeon dans la conscience collective humaine, telle que décrite par vos parents, vous perdez aussi le sens de votre unité avec tout ce qui existe. L’évidence fondamentale de l’unité de toutes choses est lentement éliminée de votre conscience. On vous encourage à construire votre ego personnel. Selon la conscience fondée sur l’ego, nous sommes tous essentiellement des êtres séparés, qui luttons pour la survie, la nourriture et la reconnaissance. Nous avons l’impression d’être confinés dans notre corps et enfermés dans notre réalité psychologique sans aucune connexion à « l’autre ». Telle est l’illusion de la séparation et du sentiment tragique de solitude qui l’accompagne. 

La perte de l’amour -  3ème illusion 

Vient ensuite la perte de l’amour, c’est-à-dire le sentiment de joie et de sécurité inconditionnelle qui vous appartient en propre, comme un droit de naissance naturel. En passant au plan de la terre, où l’énergie de l’amour n’est pas évidente du tout, vous commencez peu à peu à confondre l’amour avec toutes sortes d’énergies qui ne sont pas l’amour, telles que l’admiration, la richesse ou la dépendance émotionnelle. Ces notions confuses de l’amour influencent vos relations et, fondamentalement, vous font rechercher continuellement quelque chose au-dehors de vous pour retrouver ce sentiment d’amour inconditionnel qui est en fait au fond de vous. cliparts fleurs

La façon dont ces illusions ou pertes vous influence dépend de l’énergie spécifique du foyer parental et de votre entourage familial. Généralement, la conscience parentale est un composé d’ego et de coeur, de peur et de lumière. Il y a des domaines dans lesquels vos parents sont vraisemblablement très attachés ou accrochés aux illusions mentionnées ci-dessus. Mais sur d’autres points, il se peut qu’ils soient très éclairés, par exemple en ayant fait une expérience spécifique de la souffrance et de la croissance intérieure qui leur a ouvert le coeur. La manière particulière dont ils sont fixés aux illusions de l’ego est différente pour chaque parent ou chaque famille. Lorsque vous entrez dans cette configuration spécifique d’énergies qui compose votre famille natale, votre conscience est grande ouverte et possède encore très peu le sentiment de ses limites personnelles. En tant que bébé, vous absorbez les énergies de vos parents en profondeur, comme une impression de fond qui a un grand effet sur la façon dont vous vivez les choses plus tard. Il n’y a pas encore de filtre. C’est seulement beaucoup plus tard, lorsque vous devenez conscient de vous-même, grosso modo au moment de la puberté, que vous acquérez la conscience nécessaire pour filtrer ces énergies et découvrir ce qui vous semble bon et naturel et ce qui ne l’est pas. 

Vous vous attachez d’abord au paradigme de vos parents, puis à mesure que vous grandissez et que vous devenez plus conscient de vous-même, vous commencez à remettre en question leur conception des choses en cherchant votre identité personnelle. Ce processus de croissance psychologique est très proche de la transition de l’ego au coeur. Les stades naturels de la vie terrestre, les cycles biologiques et psychologiques, les saisons, sont en corrélation avec les stades de croissance naturelle au sens spirituel. La transition entre l’ego et le coeur se déroule souvent en parallèle avec le dépassement des énergies restrictives liées à la peur, qui contrôlaient votre famille natale.  par © Pamela Kribbe   

Manuscrit de Marie-Madeleine

LE MANUSCRIT DE MARIE MADELEINE (initiation à la Magie sexuelle d’Isis) 

Manuscrit de Marie-Madeleine dans LIBERTE des MAITRES flecheUN 

« J’ai été élevée dans une famille pour qui la magie était familière. Mon père venait de Mésopotamie et ma mère était égyptienne. Avant ma naissance, elle avait adressé des prières à Isis pour avoir un enfant. Cet enfant, c’est moi. On me connaissait sous le nom de Marie Madeline.

Lorsque j’ai eu douze ans, on m’a envoyée étudier dans une communauté secrète d’initiés protégés par Isis. J’ai reçu les enseignements secrets de l’Egypte, les alchimies d’Horus et la magie sexuelle du culte d’Isis. Lorsque j’ai rencontré celui que vous appelez Yeshua, j’avais déjà reçu toutes les initiations. Je m’étais préparée à faire sa rencontre au puits. Les Evangiles font de moi une prostituée, car tous les initiés de mon ordre portaient un bracelet en or représentant un serpent ; cela signifiait que nous pratiquions la magie sexuelle, par conséquent, aux yeux des Hébreux nous étions des prostituées.

Lorsque j’ai vu Yeshua et que nos regards se sont rencontrés, j’ai su que nous étions destinés l’un à l’autre. Ce que je m’apprête à vous dire n’est connu que de ceux qui étaient avec moi. Bien des légendes ont couru concernant ce qui est arrivé. Mais pour moi c’est l’histoire d’un très grand amour. Que Yeshua ait eu une vision du monde, cela ne me concerne pas. Mon histoire est une histoire d’amour. Beaucoup de gens ont suivi Yeshua. Et les occasions que nous avons eues d’être ensemble n’ont pas été nombreuses. Les Evangiles n’évoquent pas ces faits, car seuls ceux qui étaient avec nous le savaient. Avant que Yeshua se rendre au jardin de Gethsémani, nous avons conçu un enfant, dont le nom devait être Sarh.

fleche dans LIBERTE des MAITRESDEUX 

L’histoire que je m’apprête à vous raconter va paraître fantastique. Je me souviens des roseaux de Saintes-Maries-de-la-Mer, bien qu’évidemment l’endroit ne portait pas ce nom à l’époque. C’est là que notre bateau a approché du rivage. Sar’h était encore très jeune. Elle n’avait pas un an. J’étais déchirée entre le chagrin et l’ébahissement le plus total. J’étais présente quand Yeshua a été crucifié. Avec sa mère, nous l’avons accompagné jusqu’à sa tombe et nous l’avons enveloppé. Je me souviendrai toujours de l’odeur de la myrrhe. C’est l’un des onguents que nous avons utilisés. Yeshua m’est apparu dans son corps de lumière. Je ne pouvais en croire mes yeux ; voilà pourquoi j’ai touché ses blessures. Les disciples étaient jaloux du fait qu’il soit venu à moi en premier.

C’est très bizarre d’un côté, mon bien-aimé était transporté dans une autre dimension, un autre monde, de l’autre côté, moi et notre fille traversions la Méditerranée seules, sans lui. Nous n’étions plus en sécurité et nous avions dû quitter l’Egypte où nous nous étions réfugiées. Lorsque nous avons fait la traversée et sommes arrivées sur les rives de ce qui allait devenir la France, tout était encore sauvage. Ce sont les prêtresses du culte d’Isis qui nous accueillirent, et nous nous sommes mises en chemin en direction du nord pour nous placer sous la protection des druides, car Isis les avait avertis ; ils avaient entendu son appel qui leur demandait de protéger sa fille, Sar’h. C’est ainsi que nous avons cheminé jusqu’à une autre vaste étendue d’eau, que nous avons traversée pour nous retrouver dans ce qui est aujourd’hui l’Angleterre. Et là, on nous a mises au secret dans le saint des saints des druides, au Tor et à Glastonbury. Nous étions moins en danger ici qu’en Israël ou en Egypte, mais l’influence de Rome s’étendait  jusqu’en Angleterre et nous avons dû nous cacher.

Nous avons vécu là pendant des années, et c’est à cet endroit que Sar’h a épousé un homme dont les descendants sont les chevaliers du Temple. Pour ma part, je suis allée vers le nord au Pays de Galles, là où j’ai vécu jusqu’à la fin de mes jours. Je dois dire que pendant ces années où j’ai vécu seule au bord de la mer. Yeshua m’a souvent rendu visite. Bien entendu, pas comme avant, car son était constitué davantage d’énergie et de lumière que de chair, mais c’était tout de même extraordinaire de me trouver de nouveau avec lui. A ma mort, il était là et m’a emportée vers ce que certains appellent le paradis qui, en vérité, est simplement un espace dans l’âme.

flecheTROIS 

Je commence mon récit par la rencontre à la margelle du puits, car par bien des côtés, c’est ici que ma vie a commencé vraiment. Toutes les années auparavant n’ont été qu’une préparation à cette rencontre. Ce matin-là, je sentais que quelque chose se préparait. Il y avait en moi un sentiment d’excitation –une sorte de tremblement des bras et des jambes – même avant notre rencontre. J’étais déjà au puits avant qu’il arrive. J’avais déjà descendu mon seau dans le puits, et il est venu me prêter main-forte. Certains des disciples, voyant le bracelet en serpent d’or, ont pris pour acquis que j’étais une prostituée et furent consternés que leur maître vienne en aide à une personne comme moi. Mais cela ne me toucha point. J’étais dans un autre monde, transportée par les yeux de Yeshua. Nos regards se rencontrèrent, et ce fut comme si je contemplais l’éternité entière. A ce moment-là, je sus que c’était pour lui qu’on m’avait préparée – et lui aussi le savait.

Je l’accompagnais, me tenant aux derniers rangs de ceux qui le suivaient, et le soir venu nous nous éloignions ensemble ; pas tous les soirs cependant, car il était très recherché. Moi qui avait été formée aux alchimies d’Horus et à la magie sexuelle d’Isis, et qui était considérée comme une adepte avancée par mes maîtres, la première fois que je fus dans les bras de Yeshua, je tremblais comme une feuille et je dus lutter pour retrouver dans mon désir le chemin central qui mène au trône  le plus élevé, chemin qui avait fait l’objet de ma formation. En mariant les techniques que j’avais apprises et les méthodes qu’il avait assimilées en Egypte, Yeshua et moi avons réussi à charger son corps ka, son corps énergétique d’une lumière et d’une force plus importante, de façon à ce qu’il lui soit plus facile de travailler avec ceux qui venaient le voir. Et voilà exactement ce qui est arrivé. Et ce n’est pas sans ironie que les Evangiles rapportent que j’étais au puits lorsque Yeshua est arrivé. Mais, ces nombreuses nuits où Yeshua et moi étions seuls, c’est lui qui vint à mon puits, pour s’abreuver par moi aux puissances d’Isis se recharger et se renforcer.

flecheQUATRE 

Je m’arrête un instant pour contempler tout ce qui est arrivé ; on dirait un rêve, un rêve d’une clarté extraordinaire encore aujourd’hui. A raconter cette histoire, mon cœur tremble comme si c’était hier. Ma première nuit avec Yeshua se dessine dans mon esprit aussi clairement que les cieux au-dessus de Jérusalem.

Après avoir réussi à vaincre mes désirs de femme et m’être élevée dans l’alchimie spirituelle à laquelle j’étais formée, j’ai pu voir la forme spirituelle de Yeshua – déjà lumineuse, déjà resplendissante de lumière. Une colombe se tenait au-dessus de sa tête, et des rayons dorés en émanaient. Sa forme spirituelle reculait les sceaux de Salomon, Hator, Isis, Anubis et Osiris, confirmant qu’il avait subi ces initiations. Il présentait aussi d’autres symboles que je ne comprenais pas, car ils provenaient de cultures qui m’étaient inconnues ou sur lesquelles je n’avais pas reçu d’enseignement ; mais à partir des sceaux égyptiens que je reconnaissais, je conclus qu’il était sur le sentier du dieu suprême Horus. Il n’était toutefois pas encore passé par son initiation à la mort, et je savais que c’était justement la raison pour laquelle j’avais été attirée vers lui cette fois-ci – afin de consolider son âme grâce aux pouvoirs d’Isis et de la Mère cosmique, de sorte qu’il puisse traverser le portail des ténèbres et atteindre Horus.

Cette nuit-là, après avoir fait l’amour et ainsi maniés nos corps spirituels et les avoir fusionné l’un à l’autre, et l’alchimie ayant déclenché ses effets en nous, Yeshua se laissa gagner par le sommeil. Tandis que je le tenais dans mes bras je sentis un changement s’amorcer en moi, un désir de le protéger, l’espoir d’être toujours avec lui, et j’eus en même temps, conscience que nous serions séparés par des forces plus puissantes que ma volonté.

flecheCINQ 

L’Eglise prétend que j’étais une prostituée ; moi je vous  dis que c’est l’Eglise qui est la prostituée, car elle voudrait vous faire croire que la femme est un être impur et que la passion sexuelle entre l’homme et la femme est mauvais. Pourtant, c’est dans le magnétisme de la passion qu’est engendrée la matrice de l’ascension.

Le secret des secrets était connu de tous les initiés d’Isis, mais je n’avais pas imaginé que ce pourrait être moi qui serais appelée à le réaliser pleinement avec un être tel que Yeshua. Pour moi, c’est un cheminement de l’esprit et du cœur. Pour ceux qui aimeraient savoir quel a été notre parcours physique cependant… Après la crucifixion de Yeshua, Marie, la mère de Yeshua, Joseph d’Arimathie, Aaron, son fils, alors âgé de douze ans, deux autres jeunes femmes et moi-même avons pris la route de l’Egypte du nord. Ironiquement,  nous avons d’abord été entraînés vers l’Est puis nous avons dû faire halte en chemin pour le ravitaillement, car notre bateau était minuscule. Ensuite, notre périple passa d’abord par Malte et la petite Ile d’Oudish, puis par la Sardaigne et la pointe de ce qu’on appelle aujourd’hui Cinque Terra. Finalement, nous avons abouti à Saintes-Maries-de-la-Mer, cheminé vers le nord de la France en passant par Rennes-le-Château, puis traversé la Manche pour se rendre en Angleterre comme on l’appelle aujourd’hui. Pour finir, nous nous sommes installés à Glastonbury pendant plusieurs années, jusqu’à ce que Sar’h ait douze ans.

Lorsqu’elle a eu douze ans, nous sommes retournées parmi les roseaux du bord de la Méditerranée, là où nous avions accosté en provenance d’Egypte. C’était le point le plus proche de l’Egypte qui soit aussi sans danger pour nous. Là, j’ai initié ma fille au culte d’Isis, et l’ai fait prendre un bain dans les eaux de la Méditerranée, comme l’indiquent les enseignements que j’avais reçus. Nous sommes ensuite retournées à Glastonbury, jusqu’à ce que ma fille – et fille de Yeshua – ait l’âge de se marier, à 16 ans. Elle a épousé le fils d’une famille bien connue, dont les descendants devaient donner naissance aux Templiers,  bien qu’à cette époque-là, les Chevaliers du Temple n’existaient pas. Le sang dont Sar’h est issue a donc couru dans les veines des Templiers eux-mêmes. Une fois Sar’h mariée et installée dans sa nouvelle vie, je suis partie vers le nord pour le Pays de Galles, où j’ai vécu le reste de mes jours dans une petite maison en pierre près de la mer.

Derrière ma maison coulait un ruisseau qui jaillissait du flanc de la colline. Bien souvent, je me suis assise auprès de ce ruisseau qui se divisait en deux. Sur une certaine distance, les deux bras affluaient parallèlement, puis l’un obliquait vers la gauche et l’autre vers la droite. Et je réfléchissais, assise entre les deux ruisseaux, au courant qui entraînait ma vie et à celui qui avait emporté la vie de Yeshua, et au fait que, pendant un moment, les deux courants avaient filé ensemble, puis s’étaient séparés.

flecheSIX 

Je me rappellerai toujours la première fois que Yeshua est venu à moi après sa résurrection. C’était un soir de nouvelle lune, le ciel était limpide. Une légère brume flottait sur les bruyères et tout était baigné de la lumière argentée de la lune et des étoiles. Je vis une forme s’approcher sur le chemin venteux qui menait à ma maison. Par une ironie du sort, je venais de sortie pour puiser de l’eau au puits, et c’est là qu’il se tenait. Il avait la même apparence, mais il rayonnait –impossible de ne pas le reconnaître. Mes yeux se sont remplis de larmes, mon cœur tremblait. Je courus vers lui, mais je m’arrêtai net, me souvenant de ses paroles, prononcées juste après la résurrection. « Ne me touche pas encore, avait-il dit alors, car je ne suis pas encore monté jusqu’au Père ». O Combien l’initiée d’Isis en moi, pendant toutes ces années, a désiré rétablir les faits ! Qu’a-t-il voulu dire par ces paroles ? car les chrétiens n’ont reçu en héritage qu’une partie de la vérité. La part la plus importante est demeurée cachée au milieu des mystères de la Grande Mère ; et comme l’Eglise a cherché à priver de ses droits tout ce qui est féminin, la vérité est restée scellée et inaccessible.

Et cette vérité concerne le corps ka même -  ce que les initiés nomment ; le double éthérique ou le jumeau spirituel, car chargé d’une quantité suffisante de vitalité et d’énergie, il ressemble au corps physique. Contrairement à celui-ci toutefois, le ka n’est pas constitué de matière, mais d’énergie – d’énergie et de lumière. Et lorsque Yeshua est venu à moi après sa résurrection, il est venu dans son ka. Cependant, son ka n’avait pas encore été stabilisé, car Yeshua ne s’était pas élevé jusqu’au Père – c’est-à-dire jusqu’à l’Esprit suprême de sa propre âme. Avant d’y parvenir, il devait passer par le portail de la mort et parcourir son chemin dans l’inframonde de son propre être. Il faisait cela pour deux raisons, d’après moi. Premièrement, en tant qu’âme maîtresse, c’était une façon d’apporter un important afflux de pouvoir à son ka. En second lieu, il lui fallait ouvrir le passage par la mort, afin que d’autres puissent le suivre et traverser les ténèbres plus facilement en suivant son sillage de lumière. Ainsi, cette première nuit de nos retrouvailles, mon cœur s’est rempli de la joie d’être de nouveau avec lui et je le ressens aujourd’hui aussi clairement et fortement qu’alors. Il est venu un peu avant minuit pour repartir au point du jour. Pendant ces heures où nous étions étendus tous les deux, nos corps ka s’entremêlèrent une fois de plus, nul besoin de parler. Nous communiquions par télépathie. Et sans l’acte sexuel physique, le pouvoir serpentin en lui s’unissait au pouvoir serpentin en moi, et ils montaient en suivant le trajet sacré le long de notre épine dorsale jusqu’au siège au sommet du crâne (le coronal) ; cela me plongeait dans une extase de béatitude pure. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés des années durant. Il venait me voir sous cette forme plusieurs fois par année. Parfois, nous bavardions. La plupart du temps nous étions tout simplement en union.

Je lui ai demandé où il allait quand il n’était pas avec moi. Il a répondu qu’il avait visité de nombreux lieux sacrés sur la terre, et qu’il avait rencontré bien des gens différents. A son dire, il traçait un chemin de lumière. Lors de l’un de ses visites, je lui ai demandé d’expliquer. Il traça un cercle sur la terre battue de ma maison, et je reconnus les deux triangles du sceau de Salomon, dont  l’intersection forme l’étoile de David. Il me dit que plusieurs régions du monde existaient dont nous nous n’avions pas connaissance dans notre région. Bon nombre présentaient des points qui correspondaient aux points du sceau de Salomon. En se rendant en ces lieux, il s’assurait que son œuvre s’enracinerait mieux dans le sol de ce monde.

flecheSEPT 

Parmi toutes les fois où Yeshua m’a rendu visite, celle dont le souvenir est le plus vif est la fois où il est venu alors que Sar’h était chez moi. Elle venait de tomber enceinte de voulait recevoir ma bénédiction. J’étais toute à ma joie de la retrouver et de recevoir ses compagnons de voyage. Elle m’avait fait prévenir par les druides, mais la nouvelle de sa visite ne m’était parvenue que la veille de son arrivée. Elle demeura avec moi trois jours, et Yeshua apparut le second jour.

Pouvez-vous vous rendre compte à quel point la situation était particulière ? Sar’h n’avait jamais rencontré son père, et Yeshua n’avait jamais connu sa fille. Et voilà qu’ils étaient l’un face à l’autre. Le corps de son père était retourné à l’état d’éléments en un éclair de lumière au moment de la résurrection. Donc, maintenant il avait la forme de son ka, qui émettait une lumière unique. Tous deux étaient très émus. Sar’h jusqu’aux larmes, Yeshua jusqu’au pathos. Ils ont passé une heure à marcher ensemble dehors. J’ignore de quoi ils ont discuté, mais du début à la fin de leur conversation, le ciel était zébré d’étoiles filantes. Avant de partir ce matin-là, juste avant l’aurore, Yeshua mit ses mains sur l’estomac de Sar’h et bénit l’enfant. Sar’h repartit le lendemain, rayonnant d’une paix incomparable. Tout est maintenant dit sur ce que je voulais établir à propos de ma vie de mère. Subséquemment, je vais parler en tant qu’initiée aux secrets d’Isis, dans les alchimies d’Horus.

flecheHUIT 

Je me tourne maintenant vers ma chère sœur, ma sœur en esprit, la mère de Yeshua, connue aussi sous le nom de Marie. Marie était une initiée de haut rang dans le culte d’Isis. Elle avait reçu sa formation en Egypte. C’est pourquoi Joseph et elle, fuyant la colère du roi en Israël, prirent la fuite vers l’Egypte. Marie était en sûreté parmi les prêtresses et les prêtres d’Isis. Sa formation avait été différente de la mienne, mais nous servions la même cause. Pour préciser comment je comprends Marie, je dois révéler l’un des secrets les mieux dissimulés du culte d’Isis. Selon notre croyance, et la mienne, dans certaines conditions, la déesse elle-même s’incarne, soit en naissant, soit par initiation spirituelle. Marie, la mère de Yeshua fut reconnue très jeune pour sa pureté d’esprit par les prêtresses des temples d’Isis. Elle reçut la formation, devint une initiée et atteint les niveaux les plus élevés. Mais plutôt que de devenir une prêtresse, elle suivit l’entraînement pour devenir ce qu’on appelle une incarnation.

Pour devenir une incarnation, il faut être une âme très avancée, il faut un entraînement spirituel et une discipline considérables. A l’initiation finale, Marie dépositaire d’un courant énergétique provenant d’Isis elle-même. De ce point de vue, elle était donc une incarnation de la Mère cosmique. Tout se passe comme s’il y avait deux Marie : Marie l’humaine, pure d’esprit et de cœur, cachant par-devers elle un portail direct menant à la Mère Suprême, créatrice de toute matière, du temps et de l’espace.

Les conditions étaient réunies pour la conception d’un être aux qualités remarquables, qui allait devenir son fils Yeshua. Lors de ce que l’Eglise appelle l’Immaculée Conception, Marie fut le témoin et le siège d’un processus d’insémination céleste et galactique, grâce auquel le principe du Père, ou Esprit, tel que nous le concevons dans le culte d’Isis, transféra son essence en Isis, la Mère recevant l’essence du Père, la matière recevant l’impulsion de l’Esprit. Et c’est cette énergie spirituelle raffinée et puissante qui prit racine dans la matrice de Marie et donna naissance à Yeshua.

flecheNEUF 

Marie parmi les disciples lorsqu’ils vinrent vers moi auprès du puits. Elle me reconnut aussitôt comme initiée, du fait que je portais à mon bras le bracelet d’or en forme de serpent et aussi en raison du sceau d’Isis qui étincelait dans mon corps ka, car Marie était tout à fait clairvoyante et télépathe.

La personne dont j’ai d’abord croisé le regard fut Yeshua et comme je l’ai rapporté, sa présence immense me transporta dans d’autres mondes. Par la suite, mon regard a rencontré celui de Marie, sa mère. Dans ses yeux, j’au lu qu’elle reconnaissait mon statut de consoeur initiée dans le culte d’Isis, et bien que sa formation n’ait pas été dans le domaine de la magie sexuelle comme moi, elle comprit que j’avais été préparée pour Yeshua. Entre eux deux, je me sentis soulevée sur les ailes transcendantes de l’amour. Mon esprit a pris son envol. Il est ironique que j’aie ensuite rencontré les yeux de ceux qui furent ceux des disciples, et qui me jugèrent et décidèrent que j’étais une prostituée ; cette opinion est perpétuée au fil de générations de croyants.

Mais je déclare, aux yeux de Yeshua et de sa mère, je n’étais pas une prostituée, mais le vase apportant les pouvoirs curatifs et nourrissants d’Isis elle-même. Dans la vie d’un homme, qui’l soit humain ou divin, vient un temps où sa mère ne peut plus lui donner l’essentiel. Son amour pour lui est toujours là, mais ce qu’il lui faut, c’est une nourriture d’une autre nature, soit celle d’une autre femme. J’ai été cette femme. Marie m’a reconnue et a admis mon statut, et m’a confié son fils en cet instant auprès du puits. Marie et moi avons passé beaucoup de temps ensemble, à discuter des besoins de Yeshua et de sa place dans ma vie. Il était entendu que j’étais la servante d’un pouvoir qui me dépassait. J’avais été formée pour ce rôle, mais je dois vous avouer que cette reconnaissance m’émeut encore aujourd’hui. Lorsque je pense au fait qu’il m’a reconnue, je frémis. Au fil de ces journées et ces nuits passées ensemble, Marie et moi nous sommes consacrées à la tâche de subvenir aux besoins de Yeshua et de ses disciples. A cette période, Marie et moi sommes devenues très proches car je l’aimais, et je l’aime toujours pour sa grande beauté, pour sa pureté de cœur et d’esprit et pour la douceur avec laquelle elle s’est occupée du monde.

Je puis affirmer, car c’est limpide dans mon esprit, que Marie, après avoir servi comme initiée d’Isis incarnée, était un maître accompli. Son service, sa maîtrise et sa perfection – sa perfection spirituelle – sont stupéfiants.

flecheDIX 

Marie habite dans les royaumes célestes. Sa compassion et son amour se répandent sur l’ensemble de l’humanité. Chacun peut s’adresser à elle, quelles que soient ses croyances. Si quelqu’un l’invoque, qu’il sache qu’il est entendu. Il faut maintenant que je clarifie ma compréhension des choses. Je veux parler de la magie sexuelle du culte d’Isis et des alchimies d’Horus. J’ai l’intention de révéler des secrets qu’un initié n’aurait jamais dévoilés, même sous menace de mort. Mais les temps ont changé. Il ne reste plus beaucoup de temps, comme vous le savez et j’ai reçu la permission de la déesse – en fait c’est la déesse elle-même qui m’a demandé de vous révéler certains des secrets les mieux gardés de tous les temps. Ils vous sont divulgués dans l’espoir de vous voir vous élever.

flecheONZE 

Les alchimies d’Horus sont un corps de connaissance et de méthodes visant à modifier le ka. Selon ces enseignements, si notre ka incorpore ou acquiert plus d’énergie ou de lumière, il se produit une intensification de notre champ magnétique, qui permet au désir de l’initié de se manifester plus rapidement. Toutefois, lorsque nous nous abandonnons à notre âme céleste, ou , la poursuite de désirs personnels, sans être abandonnée, n’est plus le centre de notre existence entière. Notre regard se tourne vers les hauteurs, pour ainsi dire, vers les capacités supérieures de notre être, telles qu’elles sont justement perçues par le Bâ, ou âme céleste.

Cette âme céleste, ou bâ, existe à un niveau vibratoire beaucoup plus élevé que le corps physique (le khat) ou le ka (le jumeau spirituel ou éthérique du corps physique). Au sien du ka, il existe des conduits que l’on peut stimuler et ouvrir. L’activation de ces passages secrets du ka lui confère un pouvoir très accru. Les alchimies d’Horus ont pour objet de les consolider, et d’activer les pouvoirs latents et les talents de l’initié par ce qui est désigné par le nom de Djed, les sept sceaux ascendants que les yogis et les yoginïs de l’Inde appellent les chakras.

flecheDOUZE 

Dans l’école où j’ai reçu ma formation, nous avons appris à activer le pouvoir serpentin, la kundalini, en faisant se mouvoir certains canaux de l’épine dorsale et en ouvrant certains circuits dans le cerveau. Ce procédé engendre ce qu’on l’appelle l’uroeus.

L’uroeus est généralement un feu de couleur bleue qui se diffuse dans l’épine dorsale horizontalement et verticalement ; il ondule suivant les altérations énergétiques dans ces conduits. L’activation de l’uroeus accroît l’intelligence potentielle du cerveau, la créativité et surtout la réceptivité, car la tâche de l’initié est de changer la qualité de son être même, de façon à ce que l’entrée en résonance avec le ka, l’âme céleste, soit libre et non obstruée.

flecheTREIZE 

Lorsque j’ai rencontré Yeshua pour la première fois, au puits, sa simple présence a activé mes alchimies internes. La kundalini est montée le long de l’épine dorsale, comme si je m’étais livrée aux disciplines apprises.

La première nuit où nous nous sommes retrouvés seuls, dans les bras l’un de l’autre, étendus côte à côte, nous avons pratiqué la magie sexuelle d’Isis. Cette forme spécifique de magie charge le corps ka d’une extraordinaire force magnétique en utilisant le pouvoir de l’orgasme physique, car lors d’un orgasme, il se produit une décharge considérable d’énergie magnétique dans les cellules. Au moment où cette énergie se diffuse, elle dégage un potentiel magnétique que l’on peut mettre à profit. Je désire exposer ce processus spécifique en détail, mais pour ce faire, il faut d’abord expliquer un peu davantage certaines notions de base ayant trait à la sexualité et la réalisation spirituelle, car ce secret a été dérobé par l’Eglise.

flecheQUATORZE 

Lorsque je me suis unie à Yeshua en tant qu’initiée d’Isis, il y avait des canaux particuliers que je devais ouvrir en moi. Je fus pourtant stupéfaite de découvrir que ces conduits s’ouvraient spontanément en sa présence. Au début de mon récit, j’ai mentionné combien la femme en moi tressaillait et devait lutter contre ses passions et ses désirs, car le sentier de l’initié consiste à utiliser l’énergie de la passion d’une manière très précise et non pas de se laisser simplement emporter par elle. L’alchimie exige que l’énergie, en vue d’être transformée, soit d’abord maîtrisée.

(suite…)

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...