LA PROSTITUEE, Gardienne de la Foi

 

DSC00072L’acte de prostitution est généralement associé  à la vente de son propre corps pour de l’argent, mais selon moi, c’est peut-être l’exemple le moins important de l’archétype de la Prostituée. La Prostituée a des façons subtiles de s’épanouir dans des circonstances bien ordinaires. Elle intervient surtout lorsque notre survie est menacée. Sa question essentielle, c’est : jusqu’à quel point êtes-vous prêt à vous vendre (à céder votre morale, votre intégrité, votre intellect, votre parole, votre corps ou votre âme) en échange de la sécurité matérielle ?

En outre, l’archétype de la Prostituée incarne et éprouve d’une façon spectaculaire le pouvoir de la foi. Si vous avez la foi, personne ne pourra vous acheter. Vous savez que vous pourrez vous débrouiller et aussi, que le Divin vous protège. Mais sans la foi, vous finirez par vous faire offrir un prix que vous ne pourrez refuser.

La majorité des archétypes de la Prostituée sont des hommes et des femmes qui sont malheureux dans leur vie conjugale ou au travail. Leur incapacité à sortir de leur cadre néfaste est complètement reliée à l’économie. Des femmes m’ont dit qu’elles ne voulaient pas se retrouver seules à l’âge moyen ou perdre leur statut social, ni devoir assurer leur propre survie : elles demeurent donc dans une situation conjugale malheureuse.

Des hommes me disent la même chose, mais en nombre beaucoup moins grand, et les deux groupes prétendent demeurer dans des emplois qui les rendent misérables et malades, trahissent leur éthique personnelle ou leur donnent mauvaise conscience, au nom de la sécurité financière.

Bien des gens se disent insatisfaits et attendent le bon moment pour effectuer un « grand changement » et réaliser leurs rêves. La plupart du temps, ce sont des gens qui se demandent sans cesse : « Mais quel est donc mon Contrat ? Si seulement je le savais, je pourrais me mettre à la tache ». En fait, ces gens espèrent être dirigés sur une voie qui leur garantira l’argent et la paix intérieure. Ils veulent entendre dire que leur Contrat leur donnera tout le temps, tout l’argent dont ils ont besoin,  ne faire que ce qu’ils veulent, une retraite dans une cabane au fond des bois, et surtout une âme sœur. De plus, ils ne  veulent pas vieillir….

Tout pourvoir, qu’il vienne d’un gain à la loterie ou de visions spirituelles, vous attirera un adversaire extérieur qui tentera de vous acheter, de vous utiliser ou de vous contaminer. Lorsque Satan s’adressa à Jésus en prière et jeûnant dans le désert, il lui offrit le monde entier en échange du pouvoir que Jésus détenait en lui. De même, chaque fois que vous faites un pas sur la voie de votre prise de pouvoir personnel, vous rencontrerez quelqu’un qui voudra vous acheter une parcelle de votre âme pour vous enlever du pouvoir et s’en donner.

En général, la psyché humaine possède une caractéristique obscure ; nous voulons trouver des raccourcis, même vers notre propre prise de pouvoir. Si nous repérons quelqu’un dont le pouvoir semble s’acheter ou se partager, nos serons attiré vers cette personne. Un exemple parfait ; le jeu qui consiste à nommer des gens connus (« Je suis un ami d’un ami de M. ou Mme Célèbre »). Pour beaucoup de gens, l’énergie diluée qui leur arrive par ce circuit de célébrité est suffisamment valable pour qu’ils entretiennent une relation longtemps après que l’amitié soit refroidie, et c’est une autre expression d e l’archétype de la Prostituée.

Le fait d’affronter votre Prostituée transforme cet archétype en gardienne. Elle surveillera votre relation à la foi. Considérer la Prostituée comme l’alliée qui vous met en état d’alerte chaque fois que vous envisagez de transférer votre foi du Divin au matériel.

Chaque fois que vous avez une crise de confiance, essayez de rester attentif à vos pensées et à vos peurs. Nommez exactement ce dont vous avez peur, surtout ces craintes qui essayent de vous convaincre de vous compromettre d’une façon quelconque. La Prostituée apparaît lorsque vous commencez à croire que vous pourriez mettre de l’ordre dans votre vie si vous aviez l’argent nécessaire pour dominer le monde qui vous entoure, et pour acheter un peu de chacun de ses occupants.

Ella apparaît lorsque vous demeurez dans une relation néfaste uniquement pour ne pas vous retrouver seul. Elle apparaît lorsqu’on vous demande de faire quelque chose de contraire à l’éthique ou d’illégal « pour le bien de la compagnie ». Les gens qui sont censés réveiller la Prostituée en vous, représentent vos relations les plus pénibles. Parce que les interactions de la prostituée nous confrontent à nos peurs reliées à la survie, elles sont souvent terrifiantes et humiliantes.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

VIVRE DANS L’OMBRE

 

images (1)Bien que nos modèles archétypaux soient essentiellement neutres, ils possèdent un côté lumineux et une part d’ombre. Le mot ombre évoque un visage sombre, secret, malveillant et menaçant, tapi à l’arrière-plan de notre nature, prêt à nuire aux autres autant qu’à nous-mêmes.

Toutefois, on peut mieux saisir les côté sombres de nos archétypes en y reconnaissant la part de notre être la moins familière à notre esprit conscient. « Que l’ombre devienne notre amie ou notre ennemie, cela dépend largement de nous-mêmes », écrivait Marie-Louise van Franz, la collègue et confidente la plus intime de Jung.

« L’ombre n’est pas nécessairement un adversaire. En fait, elle ressemble exactement à n’importe quel être humain avec qui l’on doit s’entendre, parfois en cédant, parfois en résistant, parfois en donnant de l’amour, selon les exigences de la situation. L’ombre ne devient hostile que lorsqu’elle est ignorée ou mal comprise ».

Les aspects sombres de nos archétypes sont nourris par notre relation paradoxale au pouvoir. Nous sommes aussi intimidés par le fait de prendre le contrôle de notre pouvoir que par celui d’en être dépossédés. Il est facile de comprendre que cette perte menace notre bien-être, du moins en surface. Mais pourquoi devrions-nous également craindre de prendre notre pouvoir ?

C’est essentiellement le paradoxe qui nourrit l’ombre. On peut considérer cette dernière comme un pouvoir inexploré. Il s’exprime  travers le comportement qui sabote souvent nos désir set notre image de nous-mêmes. Ces aspects complexes de notre personnalité filtrent jusque dans notre comportement en déjouant notre esprit conscient, après quoi ils assument généralement un rôle dominant. Souvent, nus ne savons pas pourquoi nous agissons, ni pourquoi nous affrontons des peurs inexplicables. Cela engendre des conflits pénibles ; nous sentons une chose et en faisons une autre, ce qui sépare l’esprit du cœur.

Vivre dans la division de l’esprit et du cœur, c’est comme avoir deux cantonnements de guerre en nous, chacun luttant pour avoir autorité sur notre pouvoir de choisir. Isolés l’un d e l’autre, le cœur et l’esprit sont tous deux handicapés ; l’esprit a tendance à devenir hyper-rationnel et le cœur, excessivement émotionnel. Ce déséquilibre des énergies fragmente notre pouvoir. Et comme un pays dans lequel des factions opposées sont en guerre constante l’une contre l’autre, notre nature fragmentée devient vulnérable à la domination de la peur. Comme l’a dit Jésus : « Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume-là ne peut subsister ». (Marc 3 :24)

Même lorsque nous avons que nos gestes sont motivés par la peur, nous choisissons parfois volontairement de l’ignorer. Si je ne sais pas pourquoi j’agis d’une manière négative, il est plus facile d’excuser mon comportement ou de blâme quelqu’un d ‘autre. Mais si j’ai conscience, émotionnellement et intellectuellement, de blesser quelqu’un, je dois non seulement m’en tenir responsable, amis aussi avouer ce choix. Je ne peux plus me cacher derrière la confusion créée par la séparation du cœur et de l’esprit.

Tant que votre esprit et votre cœur ne communiqueront pas clairement, vous n’aurez qu’une idée confuse de la vie que vous voulez vivre. Inévitablement, dès que vous prendrez contact avec la passion de votre vie (ce qui veut dire trouver votre vocation, votre partenaire ou même votre identité sexuelle), vous éprouverez une souffrance spirituelle jusqu’à ce que vous agissiez conformément à cette passion. Cette souffrance est en fait une forme de motivation divine qui vous pousse à mener une vie plus authentique.

La conscience d’une vérité supérieure presse davantage votre psyché et votre âme, car plus vous en savez, plus vous avez besoin de réagir à cette vérité. C’est ce que j’appelle la responsabilité spirituelle ;

Si vous réalisez le tort que provoquent les jugements négatifs, y compris ceux que vous vous infligez, il vous faut aussitôt réévaluer votre comportement. Vous devez également reconnaître les moments où vous justifiez vos actions. Juger les autres et vous justifier tout en sachant que vous pouvez faire autrement, ce ne sont que deux des épreuves spirituelles que comportera votre travail avec vos archétypes de survie. Plus vous serez conscient des exigences de la gestion de votre conscience, moins vous aurez d’échappatoires à la disposition de votre psyché et de votre âme pour le jeu des ombres et l’Enfant de la Victime, de la Prostituée et du Saboteur. Cette relation entre la conscience et la responsabilité a également des incidences sur votre santé.

Lorsque vous voyez à quel point la colère ou la culpabilité empoisonne votre corps et votre esprit, les conséquences de ces énergies toxiques sont plus aggraves que si vous n’en aviez pas conscience – ne serait-ce que parce que vous connaissez désormais leurs effets biologiques ; c‘est l’application de la visualisation négative.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

L’ENFANT GARDIEN DE L’INNOCENCE

 

enfant-cristal-40f03e5L’archétype de l’Enfant est notre point de départ. Il est facile de nous identifier à lui, surtout après des décennies de publications et d’ateliers de psychologie populaire sur l’Enfant Intérieur.

Cet archétype établit nos façon de percevoir la vie, la sécurité, l’affection, la loyauté et la famille. Parmi ses nombreux aspect, mentionnons l’Enfant Blessé, l’Enfant Abandonné ou Orphelins, l’Enfant Dépendant, l’Enfant Innocent, l’Enfant Naturel et l’Enfant Divin.

Ces énergies peuvent émerger en réaction à diverses situations, mais la question commune à tous les archétypes de l’enfant, c’est la dépendance et la responsabilité : quand prendre sa responsabilité, quand entretenir une dépendance saine, quand s’opposer au groupe et quand s’ouvrir à la vie communautaire.

Les étapes de la croissance, de l’âge de raison, vers sept ans, au début de l’adolescence, vers 13, jusqu’à l’âge adulte officiel, 21 ans, représentent des plateaux de maturation spirituelle et physique.

En dépendance totale, de la naissance à l’âge de sept ans, nous développons nos premières habiletés à nous prendre en charge, corps et biens. A sept ans, nous commençons à apprendre à être responsable non seulement de nos biens, mais aussi de nos gestes. De 7 à 13 ans, nous poursuivons notre développement émotionnel, alors que nous sommes confrontés à des questions plus vastes de moralité, d’éthique, de loyauté, et aux règles des relations.

Durant l’adolescence, on devient conscient de soi et centré. On devint conscient du pouvoir de son esprit, d e l’élan de son cœur et de la passion de son corps. Durant ces années mouvementées, des images de tout ce qu’on pourrait être ou de tout ce que l’on craint de ne jamais devenir se projettent également à l’avant-scène. A la fin de l’adolescence et au début de la vingtaine, on découvre ses faiblesses d’adulte en même temps que ses forces et ses talents ; On fait des choix substantiels à propos de la vie et, même s’il ne fait aucun doute qu’on changera l’idée plusieurs fois, ou que les circonstances nous feront bifurquer, c’est le début d’un contact réel avec le monde de la responsabilité matérielle, en dehors de la tribu.

Finalement, le pouvoir de l’esprit émerge vers l’âge de 21 ans, alors que l’on commence à voir au-delà de l’aspect physique de l’existence pour trouver un sens symbolique à ses actions, de l’activisme politique à l’amour et de l’idéalisme social à l’exploration spirituelle.

Vers l’âge de 28 ans, on effectue une transition naturelle vers le prochain cycle de vie, celui de l’adulte responsable et relié à l’ensemble de l’univers.

Le processus de mûrissement que je viens de décrire est bien sûr idéal. Toutefois, à cause des défis complexes de la vie quotidienne, le mûrissement spirituel est variable d’une personne à l’autre. D’un point de vue archétypal, lorsque ces cycles ne sont pas suivis d’une façon précise, les adultes trouveront difficile, sinon impossible, de s’assumer dans le monde matériel et de faire naître des relations heureuses.

Votre Enfant Intérieur montrera des aspects de l’Enfant Blessé ou Orphelin, et reflètera le fait qu’en cours de route, vous n’avez pas reçu l’affection nécessaire pour devenir responsable et indépendant. Ainsi, vous pourriez passer les premières années de votre vie adulte à essayer de guérir et de compenser ces déficiences.

Cet affrontement avec l’archétype de l’enfant Intérieur suscite une nouvelle relation avec la vie, une remise à zéro. Quel que soit l’aspect de l’Enfant qui vous touche le plus intimement, ce modèle archétypal vous met en contact avec des ressources inexploitées et liées à la pensée créatrice. Voilà l’essence de l’Enfant Innocent : le sentiment que tout est possible.

Gardien de votre innocence, l’Enfant aide à guérir, à réparer et à mettre un frein aux supplices de l’Enfant Blessé. Si vous êtes dévoré par la psyché de l’Enfant Blessé, Négligé, Abandonné ou Orphelin, vous avez besoin d ‘identifier une nouvelle relation ou une entreprise créatrice qui vous fera apprécier votre vie. Demandez à votre Enfant ce dont il a besoin pour se guérir ou se sentir nourri ou aimé.

L’Enfant vous inspirera pour agir hors des frontières contraignantes ou pour explorer une aventure dégagée du poids encombrant de la mentalité adulte. Goûtez certains récits inspirants afin de rejoindre votre Enfant Intérieur. Mais ne devenez pas trop attaché à la blessure ; ne surestimez pas l’Enfant au point qu’il devienne  un délinquant intérieur. Donnez-lui cependant l’appui dont il a besoin pour grandir.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

L’EVEIL DE NOTRE POTENTIEL DIVIN

 

Mukesh Singh ChTNous voulons tous connaître notre raison d’être. Quelle est donc notre mission ? Les initiés sont faciles à repérer: leur vie rayonne de sens. Comme ils perçoivent le dessein de leur vie, ils ont la force d’en traverser les périodes difficiles autant que d’en apprécier les meilleures. Mais bien des gens n’en ont pas d’idée précise, ou ignorent tout à fait leur raison d’être. Depuis que je pratique l’intuition médicale (c’est-à-dire la capacité de « lire » l’état psychologique de quelqu’un par l’intuition plutôt  que par l’examen et le diagnostic physiques), on me demande souvent : « Pourquoi suis-je malade, et comment guérir ? » Encore plus souvent et avec plus d’insistance, on me demande : « Pourquoi suis-je ici ? Quelle est ma véritable raison  d’être ? Que faire de ma vie ? » En un sens, ce manque de direction et de compréhension de soi constitue un problème de santé, car il peut engendrer diverses formes de stress émotionnel, comme la dépression, la fatigue et l’anxiété. Lorsque ces tensions et ces émotions négatives s’installent, elles peuvent engendrer la maladie. La connaissance de votre mission n’est  pas qu’une aspiration de l’esprit : elle est également essentielle à votre corps et à votre âme. 

Une vie confuse et dépourvue d’orientation peut entraîner d’autres conséquences. L’ignorance de votre mission peut avoir un effet destructeur sur vos  relations. Comme le disait souvent le regretté Howard Thurman, théologien, mystique et professeur à Harvard, nous devons nous poser deux questions : « La première est « Où vais-je ? » et la seconde, « Qui  viendra avec moi ? » Si vous ne vous les posez pas dans cet ordre, vous aurez des difficultés. » Sans cette compréhension de soi, sans ce dessein, nous pouvons porter atteinte à notre entourage et nous faire du tort. Sans une idée claire du « tableau d’ensemble », nous ne pouvons réagir correctement aux événements et aux gens lorsque les choses vont mal. […] 

Après avoir, pendant plus de dix-sept ans, aidé des gens à trouver et à utiliser leur boussole intérieure, j’en conclus que cette absence d’orientation spirituelle et émotionnelle est endémique. En plus de représenter un problème personnel pour bien des gens, c’est aussi une préoccupation mondiale : d’un point de vue cosmico-pratique, à quoi sert à l’univers une  planète remplie d’âmes qui n’ont pas la moindre idée de leur raison d’être ni de leur mission ? 

Lorsqu’on me demandait comment « se réapproprier sa propre existence » ou guérir ses blessures, comment trouver la bonne direction, je recommandais souvent la prière. Mais malgré toutes les qualités de cet exercice, j’ai cherché un autre chemin ou processus précis par lequel on puisse clarifier sa vie et trouver sa raison d’être. Personne ne peut tout prévoir,  bien sûr mais si nous pouvions envisager le sens symbolique de nos expériences, nous serions mieux préparés à affronter les inévitables changements et à nous y adapter. Au lieu de nous opposer à la transformation (tout en accumulant des  cicatrices émotionnelles), nous pourrions choisir, voir les événements sous un jour différent, accepter les changements et profiter de notre vie. Considérant l’importance personnelle et planétaire de la connaissance de notre mission, pourquoi est-elle si difficile à trouver ? Comment peut-on mieux la chercher et s’en informer ? Pourquoi certains la découvrent-ils  facilement, tandis que d’autres peinent sur le moindre indice ? Comment nous en faire une idée ? 

Chacun de nous a intérêt à connaître sa mission, car notre façon d’aborder les diverses circonstances de la vie améliorent ou compromettent notre santé. Comme je l’ai découvert après plus de huit mille lectures intuitives médicales au cours de ces dix-sept années, « notre biographie devient notre biologie » : c’est ce que j’écrivais dans Anatomie de l’Esprit.  Autrement dit, les petits problèmes et les grands traumatismes s’installent et vivent dans notre corps, et affectent ou bloquent notre énergie. Il va sans dire que plus nous nous écartons de notre mission véritable, plus nos frustrations s’accumulent et plus notre énergie est déphasée. Une fois informé de sa mission, on peut vivre de façon à tirer le meilleur parti de son énergie. Lorsqu’on s’accorde à son énergie, on exprime mieux son propre pouvoir. J’appelle cela vivre en accord avec son Contrat sacré.  

Lors de mes lectures intuitives, j’aide des gens à exploiter plus consciemment leur énergie, en repérant les traumatismes ou autres événements de leur vie qui sont restés dans leur champ énergétique. Lorsque je ramène ces souvenirs à leur conscience, ils voient souvent comment ils ont perdu leur énergie ou leur pouvoir en s’identifiant à l’excès à ces blessures ou à ces expériences. En identifiant ces « fuites d’énergie », ils peuvent regagner leur âme. Même si ce rappel est parfois utile, la plupart des gens n’ont pas besoin de mon aide pour se souvenir de ces expériences majeures. Mais là où je crois avoir vraiment aidé certains, c’est dans l’identification et l’interprétation des schémas sous-jacents de pensées et de croyances qui affectent leurs souvenirs. Ces schémas sous-jacents portent les interprétations et les sens que vous assignez à vos expériences. Ces interprétations deviennent des souvenirs cellulaires et traînent la charge d’énergie émotionnelle qui affecte votre biographie et, par conséquent, votre biologie. 

Lorsque vous vous rappelez, par exemple, avoir excellé en mathématiques à l’école, ce souvenir d’une réussite peut stimuler et inspirer votre corps et votre esprit. Mais si votre talent pour les mathématiques a provoqué du ressentiment ou du rejet de la part d’un entourage jaloux, il portera également une charge émotionnelle négative. Celle-ci peut s’attacher à tout succès  subséquent, et vous commencez à associer la culpabilité à l’accomplissement. Supposons, par contre, que votre expérience de ces complications émotionnelles vous ait, en réalité, préparé à affronter des défis ultérieurs. Au lieu d’en vouloir à cet entourage jaloux, vous pouvez lui être reconnaissant d’avoir contribué à votre apprentissage de la vie. En percevant votre propre énergie, en prenant conscience de votre perspective sur votre monde, vous pouvez changer votre point de vue et votre vie. En détectant une charge émotionnelle dans votre biographie, vous voyez comment les fragments rassemblés de votre histoire ont affecté votre passé, votre présent et votre état de santé. Cette perspective, c’est ce que j’appelle la vision symbolique. Entrevoir votre vie à larges traits et en zones de couleurs vives vous permet de redessiner votre conception de l’avenir et d’en interpréter plus clairement et plus consciemment les détails. La vue symbolique vous permet de retrouver votre énergie ou votre âme, pour guérir du point de vue émotionnel, spirituel et parfois même physique. La vision symbolique constituera une façon importante de travailler votre énergie lorsque vous ferez le point sur votre Contrat sacré. 

En faisant la lecture symbolique de quelqu’un, je vois son énergie (dans toutes ses attributions) circuler autour de lui. Mais je la perçois simultanément, comme la somme unifiée de toutes ses parties, et comme une cellule unique reliée à une grande matrice énergétique. Pendant ces lectures, mes sujets deviennent des hologrammes humains. Leur schéma énergétique général se reflète dans chacune de leurs cellules, tout comme chacune de nos âmes bourdonne activement pour former une sorte d’âme planétaire qui englobe toute la vie terrestre. Nos paroles, pensées, actions et visions influencent notre santé individuelle et celle de notre entourage. Parcelles essentielles d’une âme universelle, nous avons tous été placés sur la terre pour remplir un Contrat sacré qui améliore notre croissance spirituelle personnelle tout en contribuant à l’évolution de la grande âme mondiale. 

Notre mission de vie, ou Contrat, ne peut se définir ni se mesurer uniquement à l’aune de notre vie extérieure. Notre raison d’être ne se limite pas à notre carrière, à notre passe-temps ni à notre relation amoureuse. Notre Contrat, c’est notre relation globale à notre pouvoir personnel et spirituel. C’est notre façon de fonctionner avec notre énergie et avec les gens à qui nous la donnons. C’est aussi la mesure dans laquelle on est prêt à se soumettre à la direction du divin. Même si un Contrat ne correspond pas aux détails matériels de notre vie, on peut utiliser ces derniers pour le découvrir. Notre vie comporte de nombreuses facettes qui chatoient et reflètent à la fois notre énergie physique et notre énergie intérieure. En tentant de saisir l’ensemble de ce reflet, vous pouvez discerner et définir votre mission. Tout comme un hologramme contient une image entière en chacun de ses fragments, notre mission se reflète, peut-être sous un angle légèrement différent, en chacun de nos nombreux rayons énergétiques. Mais il faut de l’entraînement pour arriver à percevoir le tableau d’ensemble dans ces fragments et à les combiner pour obtenir la somme de notre mission. La découverte de votre Contrat est susceptible de vous réserver des surprises. Vous vous ferez couper l’herbe sous le pied et serez secoué par des prises de conscience. Mais en cours de route, vous apprendrez à utiliser une vision symbolique, à gérer votre pouvoir personnel et à accomplir votre Contrat sacré. 

Dans mes livres précédents, Anatomie de l’Esprit (Éd. Ariane) et Why people don’t heal and how they can, j’ai expliqué comment fonctionne l’énergie, comment elle s’organise autour de nos sept centres émotionnels ou chakras, et comment vous pouvez apprendre à percevoir votre énergie et à aiguiser votre intuition afin de voir d’où proviennent vos perturbations spirituelles et physiques. J’ai enseigné comment et pourquoi l’énergie pouvait se bloquer ou se dénaturer, et comment se guérir en brisant ce blocage qui provient souvent de comptes à régler. En général, la guérison émotionnelle ou spirituelle est reliée à l’apprentissage d’une leçon prodiguée par le ou les centres émotionnels en cause dans la maladie. Cette leçon, c’est parfois la maladie elle-même, et travailler avec cette forme d’énergie permet de découvrir les changements mentaux et émotionnels nécessaires. 

Au bout de milliers de lectures, j’en conclus qu’un principe organisateur encore plus grand que le jeu des chakras structure notre énergie et, ce faisant, notre vie. J’ai commencé à identifier des formes universelles d’intelligence cosmique directement à l’oeuvre dans l’organisation quotidienne de notre vie. En fait, à chacune des lectures que j’ai faites depuis 1989, un modèle archétypal s’est dégagé des détails et des fragments de chaque vie pour prendre une forme définie, offrant une idée claire de la psyché de cette personne et de la raison de son état. Souvent d’origine ancienne, ces modèles peuplent notre esprit, et leur mode d’existence nous affecte profondément, mais nous en sommes généralement inconscients. Ces modèles  intelligents sont des archétypes, des formes de vie énergétiques dynamiques qui circulent dans les pensées et les émotions de beaucoup de gens, dans toutes les cultures et dans tous les pays. Les archétypes sont les architectes de nos vies. Ils constituent les compagnons énergétiques grâce auxquels nous pouvons apprendre à nous comprendre, comme Laura. Ces modèles psychologiques et émotionnels (notre façon de vivre et les gens que nous aimons) peuvent nous amener à la compréhension profonde de notre raison d’être. Leur énergie peut nous mettre en contact avec notre grand Contrat sacré, avec notre grande mission sur cette planète. Comme je l’ai constaté lors de ma lecture de Laura, aucune relation n’est insignifiante. Chacune de nos expériences inclut un but et un sens. Chaque événement, chaque personne de notre vie   incarne un fragment énergétique de notre psyché et de notre âme. La tâche spirituelle de chacun consiste à reconnaître et à intégrer tout cela dans sa conscience, afin que le modèle général de sa mission puisse briller dans toutes ses dimensions. 

Cette prise de conscience est à l’origine de ce livre, qui révèle un processus de découverte et d’intégration des fragments de la psyché. Ce guide d’exploration de soi permet de découvrir nos compagnons archétypaux et de travailler avec eux pour accomplir notre mission de vie et notre Contrat sacré. 

En développant une vision symbolique et un langage archétypal, vous saisirez l’ensemble de votre vie avec un degré de clarté qui vous permettra de guérir les blessures émotionnelles et spirituelles, et vous remplira d’émerveillement devant l’importance de votre vie pour tous les gens que vous rencontrerez. Soyez assuré que tous les événements et les gens qui sont destinés à croiser votre chemin se présenteront à temps, et que les conseils du divin affluent sans fin vers votre âme. Il ne peut en être autrement : si nous gérons nos Contrats, le Divin s’occupe du Sacré. 

 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

L’ARCHETYPE DU SABOTEUR

 

1460976-10202670883520148-26493897-n-1-Mon Contrat comprend les archétypes de l’Enseignant et du Guérisseur, qui se sont manifestés à travers les événements de ma vie, même si je n’ai jamais reçu de formation académique de guérisseuse ou d’enseignante. J’ai étudié le journalisme et la théologie, mais mon travail d’ « intuitive médicale » s’est « manifesté », tout simplement. Ma première lecture intuitive d’une personne s’est produite presque par hasard, suivie d’une autre, puis d’une autre. Tout le voisinage s’est passé le mot  et bientôt, j’en faisais de dix à quinze par semaine. Ma réputation grandissante m’a valu des invitations à prononcer des conférences et, en retour, on m’a conviée à animer des ateliers. Le plus étonnant, dans mon apprentissage de l’anatomie de l’énergie, c’est la précision avec laquelle s’est organisée ma formation. Elle aussi s’est « manifestée ». Sur une période de sept à dix jours, trois personnes atteintes de la même maladie firent appel à moi. Elles étaient aux prises avec des problèmes similaires, à quelques variantes près, qui avaient contribué au développement de leur condition. Après avoir fait la lecture de ces trois individus, j’avais l’impression d’avoir saisi les facteurs de stress énergétique majeurs qui sous-tendaient leur condition. Peu après ce premier trio, trois autres personnes vinrent me voir coup sur coup. Elles aussi souffraient d’une même maladie. Ma compréhension de l’anatomie énergétique m’amena peu à peu à réaliser que notre biographie devient notre biologie. 

Lorsque je compris ce principe, mon éducation sembla prendre une autre direction. Tandis que mes lectures précédentes retraçaient la chronologie physique et émotionnelle d’un individu, je me mis à percevoir des images sans rapport apparent avec la personne. Face à une femme qui cherchait à comprendre sa douleur au cou, par exemple, je vis dans son champ d’énergie l’image d’un pirate. Comme c’était une ménagère du Midwest, cette information ne lui disait absolument rien. Mais plus tard, en se soumettant à des exercices de relaxation et de visualisation avec un hypnothérapeute, elle sentit elle aussi l’énergie du pirate dans son champ. Elle le « vit » lui trancher la gorge avec son sabre. Curieusement, elle établit aussi des effets plus positifs, comme l’affranchissement et la libération sexuelle. Ces impressions conflictuelles lui disaient qu’elle était étranglée ou dominée par sa situation, aspirant à une liberté qu’elle ne pouvait exprimer consciemment. Peu après, faisant lecture d’une autre femme, torturée par de l’arthrite aux mains, je retrouvais sans cesse l’image d’un artiste.

Quand je le lui dis, elle resta perplexe, affirmant qu’elle n’avait aucun talent artistique. Je lui suggérai néanmoins de faire de la poterie pour se soigner. Elle commença par confectionner de petits vases de terre cuite et, avec le temps, devint une potière douée. Elle produit maintenant des pièces d’art. Enfin, procédant à la lecture d’un représentant des ventes australien nommé Jimmy, en grave dépression depuis des années, je vis apparaître un grand acteur dans son champ d’énergie. Jimmy n’avait aucune expérience du jeu théâtral, même s’il s’y sentait attiré, car, il était gay, se trouvait encore « dans le placard » et craignait de faire son coming out en jouant. En fait, il jouait déjà (à l’hétéro!), mais le blocage de son talent et la dissimulation de son identité avaient produit chez lui un effondrement émotionnel. Quelques années plus tard, j’appris avec reconnaissance que Jimmy s’était tiré de sa dépression et qu’il jouait dans des théâtres d’été. Il prend son travail d’acteur au sérieux et ne cache plus son orientation sexuelle. Lorsque ces images étranges se mirent à émerger, elles semblaient si décalées, si dissociées des gens que je lisais, que je croyais avoir plus ou moins perdu la justesse de mon intuition. Mais ces lectures s’avéraient utiles à chaque personne. Puis, un jour de 1991, tout me parut clair. Au cours de l’un de mes ateliers, j’écoutais une  conversation entre deux femmes. Cinq minutes après avoir fait connaissance, elles s’étaient déjà révélé les détails banals de leurs vies, tels leur lieu d’habitation et leur occupation. Après ces menus propos, elles se mirent à parler des expériences de vie qui les avaient attirées dans un atelier spirituel. Soudainement, elles se découvraient un modèle de vie commun, un lien énergétique immédiatement reconnaissable à l’intensité de leur réaction mutuelle. Leurs enfants avaient grandi, leur mariage était réussi et leur vie se trouvait à un stade de transition naturel : elles en avaient assez d’être la « servante » de tout le monde. Elles voulaient à présent se servir elles-mêmes. Retraitées et libérées, elles comptaient cultiver leurs propres intérêts et développer leur âme. En écoutant ces douces personnes décrire leur modèle de vie, je déchiffrais leur conversation sur le plan symbolique. En tant que bonnes mères et conjointes, elles avaient passé la majeure partie de leur vie au service des autres, mais ayant complété cette première mission, elles volaient de leurs propres ailes, comme doit le faire le Serviteur du mythe et de la légende. 

 Dans la Bible, par exemple, lorsque Joseph est vendu en esclavage par ses frères, il attend le moment opportun en passant des années à accomplir les tâches qu’on exige de lui. Mais par la suite, en utilisant ses dons singuliers pour l’interprétation des rêves, il conquiert sa liberté et devient un grand chef de la nation ; de Serviteur, il devient Maître. Les images vives mais intrigantes que j’avais recueillies au cours de mes dernières lectures prenaient soudain un sens. Le Pirate, l’Artiste, l’Acteur et le Serviteur ne faisaient pas partie de la chronologie individuelle et physique, celle que j’avais l’habitude de lire. Ces images formaient plutôt des aspects de la chronologie spirituelle de chaque individu, une mythologie personnelle existait avant même son incarnation. Ces images étaient des archétypes, des guides énergétiques qui indiquaient à l’individu sa raison d’être spirituelle, son Contrat. La légendaire lanterne qui s’alluma cet après-midi-là luit toujours. Depuis lors, chacune de mes lectures s’ouvre sur une évaluation de la chronologie spirituelle d’une personne, des modèles archétypaux qui  s’expriment à travers sa personnalité et ses expériences de vie. Et tout comme les trois personnes atteintes des mêmes maladies physiques qui m’avaient demandé des lectures intuitives, des personnes partageant des vies semblables  s’adressèrent à moi en un temps relativement court, mais étalé sur des mois plutôt que sur des jours. Par exemple, je fis certaines de mes premières lectures sur des gens dont l’archétype était celui de l’Enfant Blessé, celui qui a tendance à garder des cicatrices émotionnelles depuis l’enfance. Puis, je rencontrai quelques personnes ayant en commun un archétype dominant de Victime. Là encore, chacune d’elles reflétait des aspects légèrement différents de cet archétype, selon leur personnalité et leur expérience.

Lorsque je me mis résolument à travailler les archétypes, dans mes lectures et mes ateliers, je recueillis d’autres observations sur leur fonctionnement dans notre psyché. Lorsque Jung proposa sa théorie de l’inconscient collectif, il signala que ce dernier était peuplé d’innombrables modèles psychologiques tirés de rôles historiques, tels que la Mère, l’Escroc, le Roi et le Serviteur. En plus de notre inconscient individuel et unique, dit-il, « il existe un second système psychique, d’une nature collective, universelle et impersonnelle, identique distinguent de ce grand inconscient collectif pour jouer un rôle beaucoup plus signifiant dans la vie des gens, et que chacun de nous possède son propre assortiment d’archétypes-clés.

 Après un processus de recherche, de réflexion et de tâtonnements, je conclus qu’une combinaison unique de douze modèles archétypaux, correspondant aux douze maisons du zodiaque, est à l’oeuvre en chacun de nous et soutient notre développement personnel. Ces douze modèles affectent tous les domaines de notre vie. Ils peuvent être particulièrement vivants et perceptibles lorsque nous éprouvons des difficultés, ou un sentiment de défaillance ; et particulièrement tout aussi utiles pour guérir des souvenirs pénibles, donner une nouvelle direction à notre vie ou trouver une façon d’exprimer notre potentiel créatif inexploité.

 En un sens, chacun de ces archétypes représente un « visage » et une « fonction » du Divin qui se manifeste  individuellement en chacun de nous. L’humanité a toujours donné des noms aux nombreuses puissances du Ciel et tenté d’identifier les qualités inhérentes à chacune. La puissance archétypale féminine, par exemple, s’exprime sous des formes diverses, de la Vierge Marie à Mère Nature. Les Romains et les Grecs voyaient les puissances féminines universelles dans les traits d’Athéna (déesse du conseil), Vénus (déesse de l’amour) et Sophia (déesse de la sagesse). En Inde, la culture hindoue a donné à la Déesse des noms incarnant divers attributs de la maternité divine, tels que Laxmi (la prospérité), Durga (la fertilité), Uma (l’unité) et Kâli (la destruction et la renaissance). Comme si Dieu s’était présenté en maints aspects  différents pour nous permettre d’aborder ce pouvoir. Puisqu’il portait un nom, nous pouvions l’invoquer, l’assimiler et l’exprimer. 

Les schémas archétypaux réveillent notre potentiel divin. Ils peuvent nous libérer des limites de nos pensées et sentiments, nous aider à éclairer les coins sombres ou peu connus de notre âme, et amplifier notre éclat et nos forces. Les archétypes constituent une source de pouvoir émotionnel, physique et spirituel, et peuvent nous aider à nous libérer de la peur, même si parfois, certains d’entre eux peuvent, au départ, déclencher des peurs en nous. Chaque archétype (ou peur) nous lance un défi spirituel : celui de l’affronter et d’y reconnaître une occasion d’apprentissage et une chance de développer un aspect de notre pouvoir. Lorsqu’un archétype nous paraît difficile ou même malveillant, notre tâche consiste à le reconnaître, à surmonter la faiblesse qu’il souligne et à nous approprier son potentiel divin. La déesse Kâli, par exemple, représente l’énergie destructrice. Elle a le pouvoir de l’archétype du Saboteur, présent en chacun de nous. Mais quel est le revers de la destruction, sinon la reconstruction et la renaissance ? Dans le langage symbolique des Contrats, l’archétype du Saboteur peut nous désarçonner si nous ne résistons pas à son pouvoir, qui est considérable. Nous pouvons aussi utiliser cette énergie consciemment, pour revisiter des lieux de notre vie qu’il nous faut parcourir, aménager ou assainir. Chaque archétype présente toujours deux faces, qui peuvent toutes deux servir à notre avantage. 

Nous avons tendance à nous percevoir, de même que notre univers, sous des aspects doubles : bon ou mauvais, intérieur ou extérieur, moi ou vous, bien ou mal, symbolique ou littéral, joyeux ou triste. Nos forces et nos peurs divisent notre esprit en polarités (ou en dualité, selon la terminologie orientale) : voilà pourquoi la foi et le doute se livrent d’éternelles batailles dans notre psyché. Mais en identifiant et en utilisant nos archétypes, nous pouvons apprendre à consolider les aspects de notre âme et à insuffler sa force à notre vie quotidienne afin d’orienter nos pensées et actions. Ces guides énergétiques nous permettent d’agir d’une façon attentive et honorable ; ils nous aident à gérer notre pouvoir et à nous montrer dignes de notre potentiel divin. Pour ma part, chaque lecture m’a révélé que mon travail archétypal contribuait à ma croissance spirituelle. Les expériences et les révélations que j’ai reçues pendant ces lectures m’ont permis de raffiner mon intuition   médicale et de prendre conscience de mes propres archétypes, et m’ont même aidée en périodes difficiles. Mes rencontres avec ces gens (étudiants, participants à mes ateliers, lecteurs) n’ont rien de banal. Tout comme la façon extraordinairement avisée dont j’ai appris l’anatomie énergétique et, plus tard, la lecture des schémas archétypaux, l’ordre divin se manifeste dans tous les domaines de notre vie.

 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

Comprendre à travers la sagesse ou la difficulté

images (6)Prenons cet exemple: apprendre le pouvoir du pardon est essentiel à votre voie spirituelle. Comme l’apprentissage du pardon indique que vous avez quelqu’un à qui pardonner, supposons que vous ayez besoin de pardonner à vos parents les pressions qu’ils vous ont fait subir ou les exigences qu’ils vous ont imposées. Ou encore que vous ayez à pardonner à un patron qui vous a congédié d’un poste qui vous assurait la sécurité financière mais vous laissait insatisfait et malheureux. Ces gens jouent dans votre vie un rôle qu’il vous faut comprendre. En interaction avec eux, vous apprendrez quelque chose sur votre raison d’être. Vous devrez décider consciemment de leur pardonner ou non.

Sans aucun doute, le choix du pardon représente un plus grand défi que celui du ressentiment, mais cette voie plus difficile vous apportera la paix et la sagesse spirituelle. Bien qu’il convienne à notre sentiment d’indignation vertueuse, le ressentiment coûte plus cher à long terme: il affecte votre santé physique, mentale et émotionnelle. Lorsque vous choisissez de ne pas pardonner à vos parents, à vos employeurs et à d’autres supposés adversaires, vous vous isolez et vous vous aliénez des autres et du monde. Vous vous piégez dans une forme énergétique malsaine qui peut même vous amener, ironiquement, à dépendre des autres à cause de la maladie ou d’autres circonstances de la vie.

Refuser une tâche spirituelle comme le pardon est une voie d’apprentissage pénible, mais, éventuellement, vous l’apprendrez. Et si vous repoussez la leçon, vous la retrouverez à maintes reprises sur votre route.

Dans un contrat sacré, un individu s’engage avec le Divin dans une mission qui promet d’étendre la conscience spirituelle de cet individu ainsi que l’expression du Divin sur terre.

Dans un Contrat sacré, le Divin garantit la fourniture de tous les matériaux ou de l’énergie essentielle à l’exécution complète de votre tâche. Ces dispositions peuvent se rapporter à l’obtention du capital terrestre nécessaire et aller jusqu’à vous orienter vers certaines relations ou vous faire contracter une maladie.

Même si vous respectez toutes les exigences requises pour honorer votre Contrat sacré, vous ne recevrez pas tout ce que vous voulez. Vous devrez probablement repérer vos ressources intérieures nécessaires pour l’exécuter. Vous devrez découvrir vos forces et vos capacités de dépassement.

Dans un Contrat sacré, vous êtes récompensé en capital spirituel : vous recevez des révélations, vous saisissez votre raison d’être, vous vous comprenez et vous développez des qualités spirituelles comme la compassion, le désintéressement et la foi. Votre mission est soutenue par des conseils divins, que nous pourrions appeler un « compte bancaire céleste » duquel vous pouvez retirer l’inspiration et l’énergie nécessaires à l’exécution de votre tâche. En outre, vous pouvez recevoir de temps à autre des infusions inattendues de grâce qui vous aideront à compléter vos tâches.

Comme un Contrat sacré est un processus d’apprentissage, il ne peut être résilié. Il vous oblige à développer votre conscience intérieure et à mieux comprendre comment composer avec des forces indépendantes de votre volonté. Notre croissance personnelle et spirituelle profite à notre entourage. Nous apprenons notamment que nous vivons pour nous aider mutuellement. C’est une occasion de mettre votre âme en valeur; vous êtes tenu par des lois supérieures de poursuivre ce processus. On vous donne souvent plus d’une occasion de compléter un processus d’apprentissage. Chaque fois que vous essayez d’éviter une occasion ou refusez un défi, les conséquences s’alourdissent.

À mesure que vous comprendrez les conditions de votre Contrat et de l’apprentissage auquel vous avez consenti, vous découvrirez peut-être que ce Contrat que vous croyiez destiné au développement de votre potentiel personnel (améliorer vos compétences, par exemple) est en fait destiné à l’épanouissement de votre potentiel divin. Même si votre Contrat ne change pas, vous pouvez mieux le comprendre et avoir l’impression de le renégocier…

Un Contrat sacré comprend également un élément de choix. Concernant tout apport du Divin, vous avez l’entière liberté de considérer les dispositions comme des bienfaits ou des fardeaux. Vous pouvez choisir de retarder l’application des conditions, mais vous ne pouvez les éviter complètement. 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

Nos motivations reflète notre lien intime avec le Divin

 

DélivranceDans d’autres cultures et à d’autres époques, des gens ont vu dans leur Contrat sacré l’action du destin, la grâce de Dieu ou le karma accumulé par les gestes du passé. Le fatalisme sur la vie et la mort pousse certains à dire, par exemple : « Le moment était venu pour lui », « Ils étaient faits l’un pour l’autre » ou « C’est l’emploi pour lequel elle était née ». La culture scientifique moderne attribue de tels événements à une prédisposition génétique, à un facteur de causalité ou au hasard. Les cultures orientales, qui ont étudié les processus intérieurs de l’âme et de la psyché plus longtemps et plus intensément que l’Occident, ont développé une croyance en un continuum de vies, plutôt qu’en une vie unique suivie d’une récompense ou d’une punition éternelle. Selon les lois du karma, votre vie actuelle reflète vos actions passées tout comme vos gestes en cette vie sèment des graines qui, arrivées à maturité, produisent des fruits dans des vies futures. Bien que le système oriental du karma (et de la réincarnation) soit censé être supervisé par des dieux ou par une énergie supérieure, nos récompenses et punitions, ainsi que le rythme de notre évolution spirituelle, reposent presque entièrement sur nos propres efforts. 

L’Occident avait tendance à favoriser un mélange de fatalité et d’ordre divin. La mythologie grecque et nordique rendait hommage aux trois Parques qui filent, tissent et coupent le fil de la vie. Dans les sociétés traditionnelles de la Méditerranée et du Moyen-Orient, on avait recours aux devins, oracles et astrologues pour interpréter le cours de sa vie comme une série d’événements prédéterminés ou « écrits dans le ciel ». Les traditions monothéistes occidentales nées au Moyen-Orient attribuaient un grand pouvoir au rôle de Dieu dans la détermination de nos destinées, et imposaient aux individus l’obligation de suivre ses lois, sous peine d’en subir les conséquences.

Cependant, la doctrine protestante de la prédestination, prêchée par John Calvin et d’autres au XVIe siècle, a donné la prépondérance à Dieu. Selon ces croyances, notre vie a pour but l’accomplissement des devoirs et l’acceptation des responsabilités que Dieu nous a assignés, mais comme la nature humaine est essentiellement corrompue, nous ne pouvons atteindre le salut (la récompense du Ciel) que par la Grâce. De plus, pour les Calvinistes, Dieu a prédestiné certaines personnes plutôt que d’autres à recevoir cette grâce, ce qui nous  laisse dépendants d’une sorte d’invitation du Divin, qui a déjà décidé de notre sort. L’action morale se réduit à l’espoir de déjà faire partie des élus. Pour vous aider à prendre part à ma vision des Contrats sacrés, j’utilise des comparaisons provenant des croyances orientales et occidentales sur les rôles relatifs du destin, du libre-arbitre et de la volonté divine.  Mais selon moi, nous avons une relation profondément intime avec le Divin et une relation très impersonnelle avec l’ordre cosmique. Les lois universelles, telles que la causalité et l’électromagnétisme, s’appliquent également à tout le monde. 

L’orbite des planètes et le rythme des marées ne nécessitent aucune intervention de ma part. En réalité, nous incarnons les lois de l’univers chaque fois que nous exerçons notre pouvoir de choisir : lorsque j’opère tel choix, il y a telle conséquence, peu importe qui je suis. Mais je peux influencer la qualité de cette conséquence en demeurant consciente de mon intention. Cette capacité de déterminer nos motivations reflète notre lien intime avec le Divin. Mes intentions ne changent pas les lois, car chacun de mes choix aura tout de même des conséquences. Mais si mes motivations sont empreintes de compassion et de sincérité, elles auront des conséquences vraisemblablement positives. Et un simple geste peut entraîner une cascade inestimable d’effets physiques, émotionnels et spirituels. 

Dans le cadre de notre relation intime avec le Divin, ce dernier nous incite à tirer des leçons et à travailler à notre croissance spirituelle selon une méthode à laquelle nous résistons parfois. Cela peut paraître contradictoire : puisque nous avons co-créé notre Contrat avec le Divin, pourquoi y résister ou l’ignorer ? Parce qu’avant de naître, nous oublions les détails de notre entente. Nous devons nous rappeler notre dessein, le chercher. Ce n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît, car lorsque vous vivez en accord avec votre Contrat, vous savez habituellement que vous êtes sur la bonne voie. Cependant, nous

nous écartons tous de la bonne voie à un moment ou à un autre, peut-être en essayant, comme le disaient les religieuses qui m’ont enseigné, de prendre la voie de la facilité. Ironiquement, ce peut être la plus ardue à long terme si l’on déroge à son Contrat. En définitive, nous faisons tous les jours des choix, conscients ou non, qui honorent notre Contrat en nous gardant sur la voie ou nous y ramenant. Nous pouvons également choisir de faire appel à des archétypes, à des guides  spirituels et même à la grâce de Dieu, par la prière et la méditation, pour tenter de remplir plus promptement nos engagements. Si vous préférez ne pas croire en un véritable contrat prénatal ni en la réincarnation, ni même au pouvoir de la grâce, vous pouvez envisager votre vie sous un angle métaphorique, tel un voyage que vous avez accepté  ’entreprendre. Dans la thérapie fondée sur la régression dans les vies antérieures, par exemple, on invite des patients sous hypnose à se replonger dans des événements qui ont eu lieu au cours d’existences précédentes. Mais comme l’ont démontré les principaux partisans de cette méthode, il n’est pas nécessaire de prendre ces récits vécus au sens littéral pour en bénéficier sur le plan émotionnel, car on peut les envisager sous l’angle symbolique. Les gens qui « se rappellent » les blessures, les croyances, les révélations et les histoires familiales des vies passées ont tous le sentiment d’avoir tiré de ces souvenirs des révélations sur leur inconscient et sur leur situation personnelle. 

Vous pouvez également envisager votre Contrat sacré comme votre contribution unique à la vie qui vous entoure et qui découle de votre situation, de de vos relations, de votre famille. Peu importe comment nous apparaît notre Contrat, nous devons, pour le décoder, accepter que tous nos gestes aient un but qui nous dépassera toujours, que chacune de nos actions affecte notre vie et celle des autres, pour le meilleur ou pour le pire. Comme l’enseigne Thich Nhat Hanh, nous sommes un et d’autres en même temps. Croire à un ordre invisible, à un ordre divin ou implicite, comme l’appelle la physique quantique, ou au désordre qui contient de l’ordre décrit par la théorie du chaos, est un choix plus sain et plus intéressant que de n’entrevoir aucun sens à la vie. Le fait de découvrir et de travailler avec vos archétypes et d’autres éléments de votre Contrat changera votre point de vue sur votre destinée. Vous donnerez un nouveau sens à votre vie et, au lieu de la considérer comme un amas aléatoire et pêle-mêle, vous accepterez de la voir habilement planifiée et dirigée, et d’en être un participant actif. 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

LA KUNDALINI EST NOTRE ENERGIE

 

0_0_0_0_210_235_csupload_949404De temps en temps, vous regardez dans les yeux de quelqu’un et vous y voyez l’image de l’être plein de pouvoir que vous êtes devenu après des efforts considérables. C’est l’énergie de la kundalini qui fait  surface et peut facilement être confondue et improprement orientée.

La Kundalini est l’une des énergies les plus puissantes habitant votre corps. Vous lui avez donné le nom d’ »énergie sexuelle » car elle stimule tous vos sens sans exception. En réalité, elle fait s’ouvrir tous les centres-chakras afin de pouvoir circuler à travers le corps tout entier. Lorsque cela se produit pour la première fois, c’es bien sûr une sensation qui vous est étrangère. Cette impulsion dans votre corps vous place momentanément au sommet de votre pouvoir et cela peut s’avérer effrayant.

Beaucoup attribuent cette montée d’énergie à leur partenaire au lieu de l’accepter comme étant la leur en propre. Il s’agit d’un éveil naturel qui se produira plus fréquemment à mesure que vous élèverez vos vibrations. La sensation de cette énergie que vous percevez dans les yeux de quelqu’un est en réalité le reflet de Dieu en vous-mêmes. C’est un événement éminemment puisant qui vous change à tout jamais.

Un grand nombre d’entre vous font actuellement l’expérience de l’éveil de la Kundalini. Recevez-la sans honte et remerciez ceux qui la reflètent pour vous. Eprouvez cette joie. La plupart de ces contacts sont induits par des contrats passés il ya fort longtemps. Ils servent à vous rappeler vos pouvoirs et la direction que vous devez prendre. L’exultation qui accompagne l’expérience est souvent confondue avec le fait de tomber amoureux et ceux que cela touche en sont troublés. Sachez qu’ mesure que vous vous habituerez à véhiculer cette énergie, elle deviendra comme une seconde nature vous apportant plus de joie que vous ne pourriez l’imaginer. Avec de la pratique, vous serez en mesure de regarder dans le miroir et de voir le Divin dans vos propres yeux, tout en acceptant simplement la joie que cela vous procure. Ce sera le sommet de l’appropriation formelle de votre héritage. Ceci est le véritable VOUS. 

Nous vous demandons d’accueillir les mots et les pensées qui vous sont présentés et de leur appliquer votre discernement. Si le message fait écho dans votre cœur, prenez-le, il est pour vous. Sinon, laissez-le sans jugement, c’est qu’il est destiné à d’autres. Cela a été un grand honneur pour nous que de vous présenter ce message.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Steve Rothier, intitulé « R-APPELEZ-VOUS »  aux éditions Hélios.

Les Contrats sacrés et notre potentiel divin

 

 

buddhasmile21Le jour où la lumière jaillit dans ma tête et où je compris que les archétypes font partie de notre chronologie spirituelle, je réalisai également qu’ils sont anciens, probablement antérieurs à notre naissance physique. Notre héritage archétypal est préhistorique, primitif. Il vient de nos origines énergétiques dans le Divin, qui est aussi la source de notre Contrat sacré, le plan, guide de notre vie. Ce Contrat, que nous co-créons en tenant compte des indications du Divin, comprend de nombreuses ententes individuelles (ou accords de sous-traitance) qui nous feront rencontrer certaines personnes et travailler avec elles, à certains endroits, à certains moments. Voilà pourquoi, dans ce livre, j’utilise indifféremment les mots Contrats et ententes. Tous deux représentent les engagements terrestres, les tâches qui nous échoient et les leçons que nous avons accepté de tirer de cette incarnation afin de réaliser notre potentiel divin. 

Ces expériences et ces relations, nous sommes destiné à les vivre avec nos parents, nos enfants, nos amis intimes et toute personne avec laquelle nous partageons une passion. Ces gens (de même que nos adversaires) se trouvent dans notre vie parce qu’au préalable, nous avons conclu avec eux un accord de soutien mutuel concernant notre croissance spirituelle. En effet, chaque relation et chaque expérience est une occasion de croissance et de transformation. Certaines relations peuvent même nous en fournir plusieurs. Pour chacune, nous devrons déterminer de quelle façon exercer notre pouvoir. 

Comme je le souligne dans tout mon travail, ce choix est vraiment notre plus grand pouvoir. Il est encore plus grand que l’amour, car pour aimer, il faut d’abord le vouloir. Prenons un cas simple : quelqu’un s’excuse de vous avoir parlé d’une façon irréfléchie ou blessante. À cet instant, le pouvoir de transformation est entre vos mains. Vous pouvez transcender l’intensité de votre colère et choisir de pardonner, et métamorphoser cet instant en un échange qui rétablisse l’énergie entre vous deux. Ou vous pouvez réprimer votre nature divine et faire de cette chance de guérison une transaction énergétique   négative. La décision d’agir en fonction de votre potentiel divin consolide le pouvoir de vos nombreux « visages », de vos mondes, intérieur et extérieur. Notre potentiel divin se fait souvent entendre par l’intermédiaire de notre conscience morale, qui nous signale nos gestes inopportuns. Nous avons tous ressenti la lourde et poignante sensation de culpabilité qui vient du fait d’avoir jugé quelqu’un, trahi notre parole ou laissé passer une bonne occasion. En observant ce sentiment, nous devinons qu’il nous vient du fait d’avoir réprimé notre potentiel divin, ou d’y avoir fait obstacle. Nous reconnaissons inversement le sentiment d’équilibre qui ressort d’un geste d’amour, de compassion, de générosité et d’amitié. 

Grâce à notre intuition, notre potentiel divin nous procure toujours un surcroît d’énergie au moment d’un choix contractuel, ou lorsque nous reconnaissons une personne avec laquelle nous avons une entente. Chaque relation contractuelle porte un fragment de notre âme, tout comme nous portons un fragment de l’âme des autres : ainsi, lorsque nous réagissons  fortement à une personne, à un endroit ou à une situation, c’est que nous avons rencontré une part de notre âme à l’extérieur de notre être. L’atmosphère autour de nous et en nous s’intensifie ! Nos émotions et notre pouls s’accélèrent, et notre raison s’éclaire ou fonce dans le brouillard. Notre corps transmet des signaux éloquents. Comme je le dis dans mes ateliers, si nous nous arrêtions à ce moment précis pour procéder à une lecture symbolique, nous interpréterions les événements ou les liens immédiats d’une toute autre façon. Par exemple, nous verrions notre Guerrier intérieur émerger de notre accès de colère, ou l’Amoureux combler nos sens alors que nous sommes en parfaite harmonie avec la beauté tranquille d’un coucher de soleil. 

Notre potentiel divin nous parle aussi à travers nos rêves. C’est un désir de vivre plus intensément, mais au-delà de la performance ou du gain matériel, bien que ces choses fassent souvent partie de l’accomplissement de notre potentiel. Notre potentiel divin est l’expression intégrale de notre âme ; c’est la découverte de notre profonde capacité à créer et à exprimer l’amour, la compassion, le pardon, la générosité et la sagesse. Notre potentiel divin devient plus sensible à mesure que nous étanchons notre soif de comprendre. Il devient plus perceptible lorsque nous décidons de dépasser l’aspect matériel de la vie, ce que les Hindous et les Bouddhistes appellent la maya ou l’illusion. Ne révélant jamais sa pleine mesure d’un seul coup, notre potentiel nous incite à découvrir la raison d’être et la signification supérieures de votre vie. Nous ne savions pas, à la naissance, à quel point nous pouvions aimer et prendre soin de quelqu’un. Nous devons apprendre à agir avec foi, courage et confiance en nous. Ce potentiel, nous devons le découvrir en nous-même. Ces qualités spirituelles doivent se mériter. Tels les héros d’un périple mythique, nous sommes censés nous efforcer d’opérer les bons choix. Notre potentiel divin nous appelle à transcender les besoins de survie primaire du Soi dans le monde matériel. Nous sommes appelés à dépasser notre Soi. Mais pour grandir spirituellement, nous devons user de notre intellect. La logique et l’ordre divins diffèrent de la logique et de la raison terrestres, mais notre esprit ne les perçoit pas toujours. Songez aux nombreux récits bibliques ou mythiques dans lesquels le Divin s’est révélé dans toute sa grandeur. Lorsque le Seigneur apparut sur le mont Sinaï, il dit à Moïse d’avertir les gens de ne pas Le regarder, sous peine de périr. Saint Paul fut jeté de son cheval et temporairement aveuglé par la vision du Christ ressuscité. 

La tête humaine de Ganesh, la déité hindoue à tête d’éléphant, fut réduite en cendres lorsque sa mère, Parvâti, invita le dieu Shani à le regarder, oubliant dans son orgueil le pouvoir destructeur du regard de Shani. Ces récits révèlent une vérité profonde : nos facultés humaines n’appréhendent pas facilement la conscience divine. C’est ici que vos archétypes peuvent vous aider. Pour accomplir votre potentiel divin et même résoudre les nombreuses questions de votre vie quotidienne (comme les jeux de pouvoir au bureau ou la guérison des blessures anciennes), vous devez faire appel à un niveau de conscience plus élevé. Vous devez dépasser la raison pour arriver à « voir » et à « comprendre » la signification symbolique ou supérieure de ces expériences. Vos archétypes vous guident dans cet univers symbolique. Votre quête de sens est en soi une forme de pratique spirituelle. Des questions telles que « Pourquoi suis-je né ? » et « Comment trouver la voix de Dieu en moi ? » sont en fait des invocations spirituelles, des prières qui trouvent réponse non pas dans des paroles, mais dans l’expérience. Ces questions activent votre potentiel divin, énergisent vos archétypes et vous obligent à compléter vos ententes, ou Contrats, avec d’autres gens. 

Pour accéder au plan symbolique, pour suivre vos intuitions, il faut de l’entraînement, et ce livre a pour but de vous aider à développer ces capacités. Selon moi, la meilleure façon de favoriser votre santé spirituelle sera de décoder votre Contrat sacré qui est inscrit dans votre langage archétypal. Apprendre à identifier vos modèles énergétiques vous permettra de mieux comprendre vos nombreuses expériences et relations. En faisant la lecture symbolique du contenu de votre vie, vous pourrez effectuer des choix nettement meilleurs. Lorsque vos projets de vie seront soudainement interrompus, vous pourrez délibérément considérer cet événement comme une « intervention contractuelle » et non comme une crise. La vision symbolique vous donne surtout un choix : celui de considérer les événements comme des faits arbitraires et antagonistes, ou comme les bienfaits d’un plan dans lequel vous avez votre mot à dire. La vision symbolique vous aide à comprendre le quotidien et favorise l’épanouissement spirituel de votre vie. 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

LE LIEN SE FORME ENTRE NOUS ET LE DIVIN

 

050Selon le récit biblique de la Genèse, Abraham rencontra Yahvé sept fois. La première, Seigneur parla à Abraham, mais dans les directives subséquentes, il lui « apparut » sept fois et  » la parole de Yahvé fut adressée à Abraham, dans une vision ». C’est lors de son baptême que Jean, au Jourdain, que Jésus vécu l’éveil ; « Les cieux s’ouvrirent ; il vit l’Esprit de Dieu descendre dans une colombe et venir sur lui » (Mathieu 3,16)

Abraham, Jésus, Mahomet et le Bouddha partagèrent une processus d’éveil qui constitue un périple archétypal. L’étape qu’ils franchirent en accédant à l’éveil correspond à celle que chacun de nous traversera tôt ou tard, car il semble que le périple soit ainsi déterminé. Même les biographies fragmentaires présentées évoquent des profils ont ne peut plus humains, plutôt que des vies ne requérant ni direction spirituelle, ni introspection, ni prière, ni autodiscipline. Et nous retrouvons des profils semblables dans la vie de mystiques plus contemporains, tels qu’Hilda Charlton et Bernie Glassman. En comparant nos propres doutes, nos questions, nos peurs et nos résistances aux leurs, nous comprenons que le parcours archétypal créé par leur éveil spirituel est déjà à l’œuvre en nous. Nous n’avons peut-être pas progressé autant qu’eux, mais nous sommes sur la même voie ; ils ne vivent pas dans une stratosphère trop éloignée de nous.

A un moment donné, chacun de ces maîtres spirituels a reçu un appel de l’âme et la révélation du sens profond de sa vie. Chacun à sa façon avait besoin de conseils et de conscientisation, et chacun fut amené à une série de «marques d’abandon », des épreuves qui lui permirent de vérifier si sa foi était devenue plus forte que son besoin de pouvoir matériel. En complétant ces étapes de l’éveil spirituel, ils maintinrent tous une profonde pratique spirituelle tout en enseignant à leurs proches. Même après son éveil, le Bouddha, par exemple, aurait continué à méditer tous les jours. Jésus et Mahomet prièrent également jusqu’à la fin de leur vie, et Abraham accomplit même les rituels de sa tradition religieuse naissante.

Notre voie, comme la leur, comporte des devoirs et des épreuves qui font partie du processus d’apprentissage spirituel par lequel nous avons la possibilité de dépasser nos illusions sur les mérites relatifs du pouvoir extérieur et du pouvoir intérieur. Nous ne devons jamais considérer le parcours trop long ou, à l’inverse, croire que le but est atteint et croire que nous pouvons cesser de pratiquer les vertus quotidiennes de la compassion et de l’attention.

Il y a une dernière leçon, la plus importante, à tirer de ces parcours. Dans son contrat, chaque maître spirituel reçut la mission de rencontrer non seulement ses disciples les plus fidèles, mais aussi ceux qui feraient ressortir ses ombres et ses peurs : les « petits tyrans ». Chacun dut vivre de la résistance et de la trahison. Surtout Jésus, qui fut trahi par l’un de ses plus proche disciples, et Mahomet, qui fut mener une guerre contre les éléments de la société arabe décidés à mettre fin à l’islam, avant qu’il n’étende ses réformes sociales radicales. Et il a été démontré que même le Bouddha, qui menait une vie relativement tranquille de prêcheur itinérant, ne saisissait pas le rôle des femmes dans l’ordre spirituel qu’il voulait établir. Pour lui, la sexualité féminine menaçait le célibat et la sérénité de ses moines et, même si les femmes se consacraient à cette vie d’austérité, elles l’abandonneraient bientôt. Il résista donc, au départ à l’idée de permettre aux femmes de former des ordres monastiques

Mais sa mère adoptive, Prajapati, qui s’était occupée du Bouddha lorsque sa mère était mort peu après l’avoir mis au monde, et Ananda, l’un de ses plus proches disciples, en discutèrent avec lui, exposant ainsi l’ombre du Bouddha dans ce domaine, et finirent par le convaincre d’accepter les femmes comme nonnes.

Les grands chefs religieux durent découvrir leurs Contrat sacrés pour surmonter leurs propres limites, leurs peurs et leurs ombres. Vous et moi ne deviendrons peut-être jamais des êtres pleinement accomplis, du moins en cette vie, mais nous devons raiment nous efforcer d’exploiter tout notre potentiel divin. Ce n’est peut-être pas celui des maîtres que nous avons étudiés ; il peut être plus ou moins considérable, mais c’est notre potentiel, et c’est tout ce qu’on attend de nous.

La vie de ces quatre grands maîtres spirituels fournit un schéma pour établir les étapes de votre propre transformation spirituelle. Tous les schémas vous permettront d’interpréter la signification de votre Contrat et d’envisager votre vie d’une façon tout à fait nouvelle. Mais nous devrons d’abord explorer la nature des archétypes de leur rôle dans votre vie.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

LES CONTRATS DES MAITRES

 

470f5a38La Bible hébraïque, ou Ancien testament, constitue avec le Nouveau Testament chrétien une mine d’informations sur les ententes contractuelles que Dieu ratifia avec le peuple d’Israël, et plus tard avec les disciples de Jésus. En effet, le mot testament désigne un accord juridique, comme dans l’expression « dernières volontés et testament ». Aux premiers chapitres de la Genèse, Yahvé conclut un accord avec Adam ; « Tu peux manger de tous les arbres du jardin » sauf celui de la connaissance du bien et du mal, « car le jour où tu en mangeras, tu deviendras mortel » dit Yahvé. Adam et Eve ne respectèrent pas leur entente et en subirent les conséquences ; la mort et sa connaissance préalable. Selon l’étonnante théorie du rabbin Harold Kushner, Adam et Eve ne furent pas vraiment punis pour avoir mangé de l’arbre de la connaissance, mais pour avoir accédé à la conscience qui nous sépare des animaux, car ceux-ci n’ont pas à prendre les sortes de décisions morales et éthiques qui font partie de la vie des êtres pensants… ou d’un Contrat sacré. Mais comme les ennuis d’Adam et Eve débutèrent lorsqu’ils contrevinrent à leur part de l’entente avec le Divin, cela montre l’importance accordée aux Contrats par nos ancêtres spirituels en Occident. Et le Contrat de Dieu avec Noé, ne proposait rien de moins que la survie et l’épanouissement de l’espèce humaine.

Nombre d’entre nous estiment qu’il suffit d’être brillant, plus dévoué ou plus saint pour savoir ce que nous sommes venus faire sur terre, car alors, Dieu ou l’univers nous éclaireront sur notre missions véritable. Nous croyons à tort que les grands chefs spirituels, tels. Mais aucun de ces personnages n’a vraiment vu son Contrat au préalable. La trajectoire de leur vie n’était pas évidente, mais a exigé qu’ils développent la confiance et la force nécessaires pour s’abandonner sans condition à la volonté du Ciel. En général, cela n’arrive pas à un enfant, ni à un adolescent, ni même à un jeune adulte. Ni d’un seul coup. C’est par étapes que nous développons la foi et d’autres capacités, et notre progrès se manifeste davantage vers le milieu de notre vie. Il est vrai, cependant que certains reçoivent une révélation soudaine. Par exemple, des gens par ailleurs ordinaires, ayant vécu une expérience de mort imminente, rapportent un éveil instantané qui leur a permis de voir le plan global de leur vie, qu’ils vivront désormais autrement. Dans la tradition hindoue, les gens, spirituels ou non, ont décri tune extraordinaire montée d’énergie, l’éveil de la kundalini, qui jaillit le long de la colonne vertébrale jusqu’au sommet de la tête et, qui a souvent orienté leur vie vers le service spirituel.

En tant qu’hommes, ces chefs spirituels ont vu Dieu et la vérité. Dans leur humanité, ces prophètes, comme d’innombrables saints et saintes, ont éprouvé de la confusion et de la peu en découvrant le sens de leur mandat. Ils furent souvent guidés, au besoin, mais cela ne les empêcha pas de douter d’eux-mêmes et de se sentir abandonnés, et même désespérés, en cherchant à remplir leur mission, que certains d’entre eux connurent assez tard dans la vie. Chacun fut aux prises avec son ego et mis à l’épreuve parfois à maintes reprise s, afin de déterminer s’il pouvait enfin se relier à la divinité qui était en lui. Collectivement, leur vie forme le prototype archétypal du processus de révélation d’un Contrat sacré.

Quatre des prophètes renoncèrent à leur vie passée pour renaître sous une nouvelle identité. Chacun reçut également un nouveau nom, afin de confirmer cette réalisation spirituelle. Un rituel de changement de nom a lieu lorsqu’un individu ne peut plus être reconnu sous son identité originelle par la société qu’il sert, lorsqu’il a dépassé sa fonction humaine pour devenir un Soi éternel, un chef universel ou l’incarnation d ‘une vérité supérieure. Abram devint Abraham lorsque le Seigneur scella leur alliance ; Jésus fut appelé le Messie et après sa mort, le Christ (l’Oint celui qui a reçu l’onction). Après sa transformation spirituelle, Siddhârta Gautama devint le Bouddha (l’Eveillé). Et Mahomet, fils d’Abd Allah, fut appelé le Prophète.

On donne également un nouveau nom à une âme pour souligner l’accomplissement conscient des tâches nécessaires ; le Contrat sacré. L’individu est arrivé à son plein pouvoir, même s’il n’a pas encore terminé son Contrat ni sa vie. Désormais, il ne fait appel qu’au pouvoir de l’âme et ne parle qu’avec la voix de l’âme. Alors, c’est l’âme qui reçoit un nom. L’ego ou l’ancienne identité ne domine plus, mais devient un fidèle serviteur, un véhicule pour lequel l’âme communique les messages du Divin.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

LE CHOIX DES RELATIONS A LONG TERME

 

402522_274067122659172_204743842924834_746716_423082200_n1Pour diverses raisons, plusieurs d’entre vous qui ont choisi de s’éveiller à ce moment-ci ont décidé de ne pas avoir de relations à long terme. Il était important pour vous de trouver cotre identité et d’épurer votre énergie. Vous vous êtes donc concentrés là-dessus. Dans une relation à long terme, la dynamique est très différente. Il aurait été très facile de vous brancher sur la conscience de masse et sur toutes les croyances qui lui sont associées.

A mesure que s’élève votre fréquence vibratoire, certains de ces programmes prennent fin. Avec la transformation qui s’est produite en 2012, les contrats de cette nature ont changé puisque vous activez maintenant ceux qui relèvent de la cinquième dimension. Il est toutefois vital de travailler sur l’amour de soi afin d’obtenir le genre de relation dès que vous recherchez. Comme vous désirez qu’elles soient d’un niveau de conscience supérieur, vous devez travailler à vos aspects intérieurs masculin et féminin. Pour ce faire, il vous faut d’abord et avant tout établir une connexion avec vous-même. Vous n’avez pas le choix. Les gens de l’extérieur sont simplement là pour ajouter à l’expérience. Ils ne la complètent pas ni e la définissent. Ce que vous cherchez à faire, c’est vous connecter à l’Energie source, et pour y arriver vous devez d’abord vous connecter à vous-mêmes.

Dans une relation intime, une ouverture se crée généralement, et c’est cette ouverture et cette volonté de ressentir l’amour qui vous rapprochera de l’Energie source. Ce merveilleux sentiment de bonheur et d’amour que vous éprouvez n’existe pas à cause de l’autre,  il provient de vous-même. Cela vous étonne, n’est-ce pas ?

En réalité, vous ressentez plus profondément en quoi consiste la nature même de l’Energie source simplement parce que vous avez bien voulu vous ouvrir à cette énergie. Toutefois, quand cette relation se termine, vous pensez que vous ne connaîtrez plus jamais un tel bonheur. C’est pourtant possible par l’amour de soi et la réceptivité. Pourriez-vous l’éprouver sans être dans une relation ? Absolument. Dans ce cas, vous ne l’éprouverez pas seulement envers une autre personne, mais envers tout le monde et toutes choses.

Notre objectif est de vous aider à trouver cet amour de soi et nous vous suggérons de commencer par écrire une lettre spécifiant ce que vous appréciez chez vous, vos qualités et vos gentillesses. Auriez-vous peur de dire à quelqu’un que vous aimez ce que vous pensez d’elle ou de lui ? Pourquoi donc ne pas le faire pour vous-même ?

Concentrez-vous maintenant sur vos qualités. Elles appartiennent déjà votre champ vibratoire et la gratitude que vous éprouverez pour elles facilitera leur apparition dans votre vie. Ressentez-les bien dans votre corps au lieu de laisser votre critique intérieure vous dire que vous n’êtes pas assez bon, pas assez aimable ou pas assez intelligent. Si vous concentrez votre énergie sur les qualités que vous appréciez, vous les verrez apparaître davantage dans votre vie. De plus, votre critique intérieure aura moins l’occasion de vous donner des pensées négatives.

Qu’arrivera-gt-il au bout d’une semaine ? Vos interactions avec les autres seront très différentes car, comme nous l’avons dit plus haut, elle reflèteront l’amour de soi. Par exemple, si vos vous concentrez sur la quiétude, les gens vous diront des choses comme celle-ci : « Je me sens en paix en votre présence » Si quelqu’un est très agité au moment où il  entre en contact avec votre champ énergétique, il deviendra plus calme. Si vous êtes quelqu’un d’affectueux, vous aurez davantage d’occasions de l’être et des gens plus affectueux entreront dans votre champ parce que vous vous serez concentré sur l’affection.

Nous vous invitons à travailler sur le modèle de la cinquième dimension plutôt que sur celui de la troisième. Sachez qu’il y a un aspect de l’esprit humain qui ne peut lâcher prise, à moins qu’un certain degré de conscience ne soit présent. Une fois ce niveau atteint, le lâcher-prise pourra avoir lieu. Cela fait partie du jeu que vous avez établi. C’est le modèle tridimensionnel. Le modèle de création de la cinquième dimension consiste à correspondre à la fréquence vibratoire ; en travaillant avec ce modèle, vous vous mettrez simplement en harmonie avec l’essence de vos désirs. C’est en partie ce vers quoi nous vous guidons en faisant ressortir les qualités que vous appréciez en vous-même, ce qui vous aidera à moins prêter attention à celles que vous ne voulez pas. Comme vous avez élevé votre fréquence vibratoire, vous êtes maintenant en mesure d’activer la technologie intérieure de la création liée à la cinquième dimension.

Nous allons vous initier à cette technologie.

Pensez tout d’abord à quelque chose que vous aimeriez créer. Quelle en est l’essence ? Quelle en est la fréquence vibratoire ? (C’est-à-dire ce que cette chose représente sur le plan vibratoire : la liberté, la joie, l’enthousiasme, la stabilité, etc).

Imaginez ensuite votre corps physique en accord avec cette fréquence. Vous n’avez pas besoin de penser à un moment précis ni à un lieu en particulier. Vous n’avez qu’à être en harmonie avec l’essence, la fréquence vibratoire de ce que vous désirez.

Ce modèle de création est beaucoup plus facile parce que vous travaillez avec une fréquence vibratoire, on pas avec une image mentale. N’oubliez pas que vous êtes un être vibratoire. Dans la cinquième dimension, vous éliminez simplement la composante mentale. Ainsi, si vous voulez créer un changement dans votre existence, c’est là que vous devez commencer ; par une lettre d’amour adressée à vous-même. Nous vous recommandons de le faire pendant les sept prochains jours en prenant dix minutes tous les matins pour l’écrire. Concentrez-vous ensuite sur les qualités que vous y aurez mentionnées.

!si vous sentez une résistance, retournez au modèle tridimensionnel et demandez-vous pourquoi vous résistez ? Est-ce pour ne pas accéder davantage à votre pouvoir ou à l’amour ? S’agit-il d’une question de contrôle ? Vous verrez alors quels sont vos programmes de basse fréquence.

Le flux naturel de toute chose est d’aller vers la Source. Par conséquent, si quelque chose est difficile à faire, c’est qu’il y a de la résistance.Lorsque vous êtes dan les flux divin, cet extrêmement facile.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

L’AMOUR DE VOTRE VIE, C’EST VOUS-MEME

 

 

rester-motivé-dans-un-environnement-négatifSachez que toutes vos relations sont d’abord fondées sur l’amour de soi et qu’elles en sont le reflet. Nous considérons l’absence d’amour de soi comme le problème numéro Un sur la planète actuellement, suivi de près par le sentiment de persécution.

Soyons bien précis : il ne s’agit pas des relations avec les autres, mais d’abord et avant tout, de la relation avec soi-même. C’est un point extrêmement important que nous aimerions travailler avec vous. La conscience collective comporte plusieurs programmes qui vous enferment dans des systèmes de croyances. le premier système est très problématique car il vous prépare à l’échec et à la séparation. C’est celui des âmes sœurs ou âmes jumelles. Nous ne disons pas qu’elles n’existent pas, mais nous affirmons que le phénomène est très rare dans cette existence particulière que vous avez choisie. Même si ce n’était pas le cas, cela n’a pas vraiment d’importance car la relation avec une âme sœur ou jumelle ne diffère en rien de toute autre relation que vous pouvez entretenir avec votre entourage. L’idée d’âmes sœurs et d’âmes jumelles n’est qu’une étiquette que vous avez placée sur vos relations à un moment où il y avait très peu d’individus dans votre vie pour vous faire apprendre des leçons.

Dans la plupart des relations à long terme, il existe environ une centaine de points communs et autant de questions que vous pouvez choisir de travailler ensemble ou pas. Dans ces relations, une trentaine de ces points sont bien alignés entre eux. Dans les relations à court terme, une dizaine le sont. Dans cette vie-ci, vous êtes tous en mesure de régler ces questions très rapidement ; Par contre, dans vos passées le rythme était beaucoup plus lent et la vibration générale était beaucoup plus basse, de sorte qu’il vous  a fallu beaucoup plus de temps pour identifier certains programmes. Dans une autre vie, vous avez peut-être choisi d’œuvrer sur quatre ou cinq grandes questions, tandis que dans cette vie-ci, en raison du soutien universel et du fait que ce secteur de l’univers est très riche en énergie photonique pouvant servir à des fins d’intégration, vous travaillez beaucoup plus vite. Dans d’autres existences, vous disposiez d’une quantité restreinte de lumière et d’information pour travailler, et c’était donc très difficile. C’est pourquoi les relations duraient plus longtemps. Vous aviez tous besoin d’être liés davantage.

Aujourd’hui, parce que le rythmes est accéléré, vous tentez d’intégrer le plus de questions possible. Avant de vous incarner, vous saviez peut-être que les personnes A, B et C seraient disponibles pour une relation amoureuse lorsque vous seriez dans la vingtaine. Et si jamais la personne A n’était pas prête, la personne B pourrait la remplacer, ou la personne C, et ainsi de suite. Vous avez établi vos contrat ainsi parce que la synchronisation est beaucoup plus difficile dans cette vie-ci puisque vous êtes tous très affairés. Il se pourrait également que vous ayez déjà réglé toutes ces questions et que vous n’ayez plus besoin de vous lier aux personnes A, B ou C  avec qui vous vouliez y travailler. Dans ce cas, vous passerez au problème suivant en sachant que vous êtes ici en avance sur votre « temporalité ».

Votre deuxième système de croyances consiste à croire que les « contrats » sont éternels et difficiles à modifier. Au contraire, ils sont très souples ; Vous pensez qu’ils sont « lourds » et que vous raterez une occasion si vous ne vous trouvez pas à tel endroit à tel moment. Cela est simplement du à la peur, au sentiment de manque et à l’absence de connexion. Vous ne ratez jamais une occasion. La fréquence que vous émettez vous revient toujours. Il s’agit d’y être réceptif. L’événement peut se présenter sous une forme légèrement différente mais la fréquence dont vous désirez faire l’expérience sera identique à la fréquence originelle. N’est-ce pas logique ?

Cela est très important car vous avez souvent tendance dans vos relations à rechercher une personne précise au lieu de rester ouvert à la forme. C’est pourtant quand vous êtes ouvert à la forme que la personne qui vous correspond le mieux sur le plan vibratoire peut se présenter. Les problèmes surgissent lorsque vous désirez être en relation avec une personne qui ne vous correspond pas réellement. C’est malheureusement très fréquent.

Respirez profondément pour assimiler ce qui suit……….

Vous avez en effet conclu des ententes avec plusieurs individus, et votre idée d’avoir une âme sœur sur cette planète vous nuit un peu. Sachez que vous pouvez entretenir de merveilleuses relations avec absolument tout le monde quand vous exécutez le programme d’amour de soi. Plus vous serez intimement liés à la Source, plus vous éprouverez d’amour pour vous-même.

Plusieurs d’entre vous ont peur de se lier avec d’autres individus parce qu’ils craignent de se connecter ainsi à leur aspect dysfonctionnel. Or, en élevant votre fréquence vibratoire et en vous reliant à la Source, vous vous connecterez à leur aspect divin. Toute relation pourra alors ressembler à une relation amoureuse. Il n’est pas nécessaire que ce soit difficile, que ce soit une lutte. Les difficultés et les luttes proviennent des programmes de peur, les quels sont tous illusoires. Plus vous resterez présent, plus vous pourrez les identifier et vous abstenir alors de juger. Vous serez en mesure de modifier la fréquence que vous émettez. Vous avez tous tendance à retourner dans le passé et à répéter les mêmes vieux schémas car ce sont vos points de référence. Vous vous dites ceci : « C’est ce qui m’est arrivé par le passé et c’est ce qui va m’arriver dans ma prochaine relation ». Vos relations amoureuses représentent le domaine où vous faites particulièrement cela. Combien d’entre vous ont eu cette pensée ?

Si vous changez votre relation avec vous-mêmes, vous changerez alors vos relations avec les autres. Ceux-ci n’ont pas à modifier leur comportement pour que vous puissiez modifier la dynamique de la relation, peu importe qu’il s’agisse d’un membre de la famille, d’un collègue de travail, d’un conjoint ou d’un ami. Les semblables s’attirent.

Lorsque vous modifierez votre programmation et que les autres continueront à exécuter leur vieux programme qui ne correspond plus au votre, ils ne pourront plus le faire avec vous. Rappelez-vous qu’une situation ne peut exister que s vous y êtes attiré. En ce moment même, vous entrez dans une période créative sans précédent. Vous devez vous concentrer sur la fréquence vibratoire de la joie, de l’abondance, de l’amour de soi et de l’harmonie. C’est une question de création et non d’apparences. Ce faisant, vous vous libérerez du fardeau de l’attente et du désir de connexion extérieure avec l’autre moitié, celle qui est censée vous compléter !

Cette attitude est solidement ancrée dans votre structure sociale et les femmes ont plus de difficulté à cet égard, à cause de leur conditionnement social. Pourquoi ? E raison des valeurs sociales établies : être une épouse et avoir des enfants. Pendant des milliers d’années, on leur a dit que c’était cela qui importait et qu’elles n’étaient pas censées vouloir autre chose. Ainsi, si vous n’êtes pas dans une relation, vous avez moins de valeur aux yeux de la société.

Pour les hommes, le conditionnement est différent : les valeurs établies sont celles du travail et de l’argent. Si vous manquez d’argent et si vous perdez votre emploi, c’est le problème de l’estime de soi qui apparait. Pour les hommes, c’est donc concret, tandis que pour les femmes, c’est émotionnel. Elles s’enferment dans le désir d’une relation tandis que les hommes ont de la difficulté à identifier cette fréquence vibratoire puisqu’ils ne sont pas censés éprouver d’émotions. Dès leur plus jeune âge, on leur a dit qu’ils devaient « camoufler » leurs sentiments et ne jamais les exprimer réellement.

L’amour de soi, vous le possédez déjà en vous. Vous n’avez pas à l’atteindre, mais plutôt à éliminer les programmes ou les filtres qui vous empêchent de le vivre. Le reflet que vous renverra le monde extérieur vous le démontrera. Vous pourrez le vérifier sur les plans physique, émotionnel et mental.

L’amour de soi fait resplendir le corps de santé. Si vous vous donnez de l’amour, vous vous donnez de l’énergie en provenance de la Source. Les cellules peuvent alors maintenir la santé car elles reçoivent une énergie de haute fréquence. Le corps physique est créé selon le modèle physique, de sorte que toute maladie y est un reflet de votre modèle énergétique ou d’une basse fréquence. Si vous éprouvez une émotion inférieure telle que l’anxiété, la dépression, la colère ou la peur, c’est que vous manquez d’amour de soi. Si, mentalement, vous entretenez des pensées négatives comme « je ne suis pas assez bon » ou « je ne mérite pas ça » cela va à l’encontre de l’amour de soi. Vous n’accédez pas l’amour de soi qui se trouve en vous.

Depuis un quart de siècle, on vous dit qu’il est temps de vous réveiller. Nous allons donc vous aider à vous exercer à ce réveil. Vous devrez le faire au quotidien, possiblement chaque heure du jour et même chaque minute. Voilà sur quoi nous nous concentrerons en cette période.

Plusieurs parmi vous prétexteront qu’ils sont trop occupés pour le faire. Nous vous demandons : êtes-vous réellement trop occupés pour vous aimer ? La théorie est une chose, la pratique en est une autre….. Un autre aspect de la création dont nous n’avons pas encore parlé est le maintien de la fréquence vibratoire. Quand vous émettez une vibration de haute fréquence, la même fréquence de haut calibre doit être présente pour être reçue. Vous ne pouvez pas émettre une haute fréquence et en recevoir une basse. Les deux doivent correspondre. Si c’est le cas, vous recevrez ce que vous aurez demandé. Dans le cas contraire, soyez reconnaissant car c’est une occasion de constater où se trouvent les basses fréquences. Considérez cela comme un cadeau.

Pour changer la situation dans laquelle vous vous trouvez, vous devez d’abord accepter le fait d’y être. Si vous continuez à rejeter ce dont vous ne voulez pas, vous ne faites que l’attirer à vous. Si vous vous ouvrez, si vous reconnaissez cette basse fréquence sans la rejeter et si vous en êtes reconnaissant, vous en neutraliserez la charge. Vous ne jouerez plus le jeu de victime/bourreau et le problème sera résolu.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

 

Notre Contrat Spirituel se déroule graduellement

 

images (6)Votre Contrat sacré peut vous permettre de traverser les périodes sombres de votre vie, tout comme la minuscule poupée de Vasilisa dirigeait ses pas dans la forêt. Ainsi, on vous présente des tâches apparemment ardues et on vous donne l’intuition nécessaire pour les accomplir. Et comme les grands maîtres spirituels, vous pouvez parfois mettre en question les intentions du Divin ou avoir l’impression de ne pas pouvoir faire ce qu’on attend de vous. Vous devez alors vous rappeler à quel point les maîtres se sont débattus avec leurs Contrats, et rester confiant de posséder déjà, l’intuition et les qualités intérieures voulues pour remplir le vôtre.

Même si les événements vous semblent parfois se présenter par hasard, votre Contrat se déroule graduellement, et chaque aspect se présente lorsque vous êtes prêt et vous donne de nombreuses occasions de répondre à ses défis. Avec le temps, vous discernerez une progression dans la révélation de votre propre Contrat. Même si votre vie peut vous paraître différente de celle d’Abraham et des autres maîtres, son déroulement obéit à un modèle semblable.

Comme toute forme de croissance, le développement spirituel se déroule par étapes ; mais il nous faut parfois un certain temps pour prendre conscience d’en avoir franchi une. L’un des plus grands mystiques occidentaux contemporains, Ram Dass, originaire d’une famille aisée, poursuivait déjà une prometteuse carrière de professeur et chercheur en psychologie lorsque sa vie bascula. Dès le début des années 1960 à Harward, Richard Alpert (c’était son nom à l’époque) s’intéressait à la conscience humaine. Avec Timothy Leary, il mena une recherche intensive sur le LSD, la psilocybine et autres drogues psychédéliques, à l’intérieur d’un cercle qui comprenait Aldous Huxley et Allen Ginsberg. Ces expériences psychédéliques retournèrent sans dessus dessous l’univers rationaliste d’Alpert et lui donnèrent accès à des champs de conscience différents de tout ce qu’il avait connu lors de ses études et de sa recherche en psychologie…. 

Bien d’autres mystiques, comme Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, traversèrent aux aussi les nombreux stades de l’éveil ou de la connaissance : sainte Thérèse comparait sa progression au fait de parcourir les pièces d’une demeure, et saint Jean, à l’ascension d’une montagne. A partir de leurs expériences et de celles d’autres mystiques de traditions spirituelles différents, l’universitaire Evelyn Underhill, dans son ouvrage classique intitulé Mysticisme, ramène le processus de l’éveil à cinq étapes. Elle les appelle :

-         les étapes de l’éveil,

-         de la purification,

-         de la lumière,

-         de l’obscure nuit de l’âme

-         et de l’union divine.

Nous constatons une semblable progression dans le déroulement des Contrats sacrés des grands maîtres spirituels. Ces étapes mystiques représentent un modèle archétypal de progression vers la « clarté de l’âme », c’est-à-dire la capacité de reconnaître que la matière et les relations, dans notre monde physique, ne sont que des accessoires ou des aspects du respect de notre Contrat. Les étapes grâce auxquelles les maîtres spirituels prirent conscience de la nature de leurs Contrats sont identiques aux cinq qui nous échoient. En effet, la résistance que les prophètes ont ressentie à l’égard de ce qu’on pourrait appeler l’ « appel divin » apparaît dans notre propre résistance à la voix intérieure de l’intuition. Il s’agit surtout d’une différence de degré.

Arrêtez-vous un instant pour réfléchir à toute communication, coïncidence ou intuition que vous ayez reçues au fil des ans. Consignez-les dans votre journal ou dans un cahier. Notez si elles vous sont venues en rêve ; d’un commentaire, d’un avertissement ou d’un compliment provenant d’un proche ou d’un inconnu ; à travers les paroles d’une chanson d’un sentiment suscité en vous par de la musique ou par la nature ; ou d’une chose que vous avez vécue ou apprise au travail ou grâce à un passe-temps. Comment avez-vous réagi à ces idées, au départ ? Les avez-vous accueillies ou ignorées ? Les avez-vous mises en pratique ? Que s’est-il passé par la suite ? Votre façon de recevoir l’intuition, l’appel ou les conseils vous aidera à déterminer des forces archétypales à l’œuvre dans votre vie et, en définitive, à reconnaître votre Contrat sacré.

L’éveil d’Abraham à la nature de son Contrat sacré correspond aux cinq étapes exposées ci-dessus… En général, comme dans tout apprentissage, celles-ci se chevauchent et se poursuivent tout au long de notre vie, selon notre croissance ou le développement d’une habileté ou de la réflexion. Ces étapes ne constituent pas une progression strictement linéaire, mais un processus continu de croissance et d’épanouissement que vous pouvez vivre un certain nombre de fois dans votre vie, lorsque vous affrontez de nouvelles épreuves ou de nouvelles conditions d’existence.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

LES CONTRATS MYTHIQUES QUI ONT ETE PASSES

 

IMG_9216La croyance aux Contrat sacrés a un certain nombre d’antécédents historiques. Les Ecritures du monde entier rapportent que Dieu a parlé directement à bien des gens, depuis Adam, Noé et Jésus en Occident, et à un grand nombre de prophètes et de mystiques orientaux. Mais le Divin nous envoie aussi d’extraordinaires messages spirituels afin d ‘attirer notre attention et de nous amener à respecter son plan. Parmi les messagers célestes prodiguant conseils et soutien, nommons l’ange Gabriel,  qui joue un rôle clé, à la fois dans les Evangiles et dans le Coran, de même qu’une longue série d’anonymes anges gardiens, d’esprits, de sylphes, de djinns, d’asuras, de fées et de « petits êtres ». Les messagers spirituels constituent la base d’une grande part de la littérature religieuse du monde, depuis l’Ange du Seigneur qui parla à Abraham, à Jacob et à Mahomet, jusqu’à l’ange Moroni des Mormons, ils transmettent des bénédictions, des avertissements, des messages de sagesse et des requêtes aux humains, soit directement, par des voix et des apparitions, ou indirectement, à travers des rêves ou des révélations qui traversent notre conscience «à brule pourpoint ». 

Bien des gens ont rapporté des rencontres divines avec des anges dans lesquelles ils recevaient de l’assistance, de la consolation ou des guidances profondes sur la façon de mener leur vie. Et bien des gens ont décrit les interventions divines lors desquelles ils ont reçu un avertissement.

Il ne fait aucun doute que nous sommes entourés d’anges, d’invisibles êtres de lumière qui nous guident à travers les mystères de notre vie… Dans les cultures anciennes, les messages angéliques provenaient d’une source supérieure ; le ou les dieux, qui ont l’habitude de communiquer des avertissements et des demandes. Plusieurs de ces cultures furent modelées en partie par leur croyance en un système d’ordre cosmique imposé par une déité. Dans leur univers, les individus étaient censés servir la volonté de ce dieu ou du moins se trouver sous sa supervision. Les Aryens qui envahirent l’Inde et établirent la religion védique (précurseur de l’hindouisme) dans la vallée de l’Indus, vers le deuxième millénaire avant JC appelaient leur dieu de l’ordre Mitra. En Perse, envahie par d’autres groupes d’Aryens, cette même déité s’appelait Mithra. Des siècles plus tard, les Romains l’appelèrent Mithras. Le point commun entre ces trois conceptions de la force divine était la croyance que tous les humains avaient conclu des contrats avec le Ciel et devaient s’y conformer.  Et ils ne furent pas les seuls….

Que les récits fascinants de Platon et de Paul nous apparaissent comme des reportages, des mythes ou des métaphores, nous pouvons en tirer des leçons valables. Platon dit clairement que le choix de notre « condition dans le vie » est un effort de coopération avec le Divin. A travers une série d’assistants ou de messagers, comme le « prophète », les trois Parques et notre « daimôn » personnel, le Divin nous offre un éventail de vies possibles. Chaque vie variera en nature t en durée, mais il nous appartient d’en définir le cadre, avec ses défis concomitants. Notre statut social et économique , notre apparence physique, notre santé et notre prédisposition génétique, tout cela fait partie d’un ensemble. Nous pouvons même, semble-t-il, choisir des «partages moyens », et même une vie d’égocentrisme et de mégalomanie.

Mais la clé du mythe et de la métaphore, c’est que ces « vies » potentielles sont essentiellement des gabarits sans « caractère déterminé ». Chacun de nous précise ce caractère dans son interaction avec la vie et les défis qu’il accepte. Selon Platon, le libre choix est donc un processus continu qui commence au moment où nous choisissons les conditions de notre vie, et se poursuit jusqu’à notre dernière action sur terre. Nous avons vraiment la maîtrise de notre sort. « La vertu n’a point de maître, écrit Platon ; chacun de vous, selon qu’il l’honore ou la dédaigne, en aura plus ou moins. La responsabilité appartient à celui qui choisit. Dieu n’est point responsable ».

Cette liberté peut même sembler redoutable, comme si nous étions « condamnés à être libres », comme l’affirme Jean-Paul Sartre : même si nous acceptons le principe de la grâce et des conseils divins, nous pourrions tout de même avoir besoin d ‘une carte routière précise, d’un guide pour l’exécution de notre Contrat. Selon moi, on peut trouver cette carte routière en étudiant la vie des plus grands maîtres spirituels qui, même s’ils ont atteint un niveau de réalisation élevé, ont vécu sur cette terre et affronté un grand nombre des mêmes doutes et des mêmes peurs que nous.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

 

CONTRATS DE MYTHES ET DE MAITRES

 

imagesVotre contrat, de même que toutes les ententes de sous-traitance qui le constituent, n’est pas une fin en soi. C’est un moyen, un plan destiné à vous aider à développer votre potentiel divin. Vous pouvez considérer votre Contrat sacré comme un « cours sur la vie » dont vous êtes censé tirer nombre d’enseignements. En commençant à explorer un cours, mieux vaut ne pas tenter outre mesure de le définir en une seule phrase ni de le réduire à une seule leçon. Il vous faudra un certain temps avant de pouvoir dire que vous étiez né dans un but précis, comme Mère Teresa, car vous allez tenter de découvrir les nombreuses ententes et leçons de votre mission.

En bref, c’est une entente que votre âme conclut avant la naissance. Vous promettez d’accomplir certaines choses pour vous-mêmes et pour les autres, de même qu’ des fins divines. Une partie de votre mission vous oblige à découvrir ce que vous êtes venu faire sur Terre. Le Divin, en retour promet de vous fournir les indications nécessaires à travers votre intuition, vos rêves, vos prémonitions, les coïncidences et autres indices.

Les contrats juridiques nous rendent responsables des nombreuses clauses et conditions de l’entente générale. Le simple fait de prendre une hypothèque pour acheter une maison, par exemple, vous oblige à plus qu’un simple paiement mensuel. Vous devez conserver la maison et la propriété en bon état, payer les taxes et l’assurance, et généralement pour ce faire, conclure des ententes avec de nombreuses autres parties. Vous acceptez aussi de respecter la loi du pays dans lequel vous signez un accord ou prenez l’hypothèque.

De même, votre Contrat Sacré vous assujettis aux lois d’un plus grand Etat ; celui du Divin. En fait, toute la création obéit à des règles qui gouvernent et entretiennent le flux de l’énergie et de la vie, de la loi de la gravitation à celles de la thermodynamique. Depuis l’aube de la civilisation, l’humanité reçoit des directives et accepte la nécessité de les respecter. Parmi les plus fréquentes, celles qui peuvent être considérées comme des clauses de votre Contrat Sacré, figurent les Dix Commandements. 

Imaginez que vous ayez accepté, avant votre naissance de maîtriser l’usage d’un couteau. Avant votre naissance, votre guide vous a offert un sage conseil : « Si tu le saisis par la lame, tu vas te couper et saigner, et tu mettras du temps à guérir. Tu seras en colère contre ton couteau et, le prenant pour une arme, tu l’utiliseras pour blesser les autres. Si par contre tu le saisis par le manche, tu considéreras ce couteau comme un outil de création, en tant que cuisinier, sculpteur, concepteur ou chirurgien. D’une façon ou d’une autre, lorsque tu reviendras aux cieux, tu auras maîtrisé l’usage de ce couteau. Mais le mode d’utilisation et les conséquences qu’il entraîne repose entre tes mains, littéralement et symboliquement »

Vous pouvez comprendre à travers la sagesse ou la difficulté. Comme l’apprentissage du pardon qui est essentiel à votre voie spirituelle. Le pardon indique que vous savez quelqu’un à qui pardonner, supposons que vous ayez besoin de pardonner à vos parents les pressions qu’ils vous ont fait subir ou les exigences qu’ils vous ont imposées. Ou encore que vous ayez à pardonner à un patron qui vous a congédié d’un poste qui vous assurait la sécurité financière mais vous laissait insatisfait et malheureux. Ces gens jouent dans votre vie un rôle qu’il vous faut comprendre. En interaction avec eux, vous apprendrez quelque chose sur votre raison d‘être. Vous devrez décider consciemment de leur pardonner ou non. Sans aucun doute, le choix du pardon représente un plus grand défi que celui du ressentiment, mais cette voie plus difficile vous apportera la paix et la sagesse spirituelle.

Bien qu’il convienne à notre sentiment d’indignation vertueuse, le ressentiment coûte plus cher à long terme ; il affecte votre santé physique, mentale et émotionnelle. Lorsque vous choisissez de ne pas pardonner à vos parents, à vos employeurs et à d’autres supposés adversaires, vous vous isolez et vous vous aliénez des autres et du monde. Vous vous piégez dans une forme énergétique malsaine qui peut même vous amener, ironiquement, à dépendre des autres à cause de la maladie ou d ‘autres circonstances de la vie. Refuser une tâche spirituelle comme le pardon est une voie d’apprentissage pénible, mais éventuellement, vous l’apprendrez. Et si vous repoussez la leçon, vous a retrouverez à maintes reprises sur votre route. 

 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

LE BUT DE LA TRANSFORMATION SPIRITUELLE

 

path-to-jesus-300x249La plupart d’entre nous avouerions probablement que le changement positif (et le fait d’aider les autres) est l’une de nos raisons d’être. Sans cette possibilité d’apprendre, de grandir ou d’être une force bénéfique, la vie serait plutôt stagnante. La connaissance de votre Contrat Sacré vous permet de voir comment des événements et des rencontres apparemment aléatoires (positifs ou négatifs) font partie, en réalité, d’un scénario de vie qui vous fournit d’innombrables occasions de transformation spirituelle.

On croit souvent à tort que la transformation spirituelle doit être déclenchée par un traumatisme ou une tragédie ; une maladie grave, la perte d’un être cher, une catastrophe financière ou personnelle. La plupart d’entre nous avons de la difficulté à croire qu’un changement de perspective majeur puisse être motivé par le simple contenu d’un livre ou par les sujets de conversation d’un déjeuner entre amis. Les changements de vie peuvent être catalysés par des rencontres apparemment accidentelles.

Parce que la vie est si complexe et qu’il y a tant à « voir » (de nous-mêmes, du monde et du Divin), nous avons des Contrats avec bien des gens dans notre vie. Imaginez qu’en s’incarnant, chaque âme se divise en innombrables fragments qui passent instantanément à l’exploration de l’âme globale. Vous le savez quand vous rencontrez des gens qui dégagent quelque chose de profondément attirant pour vous, et vous vous sentez peut-être « vide » lorsqu’ils partent. Le terme populaire âme-sœur appliqué à un partenaire romantique idéal reflète à peine cette vérité ; en fait, nous avons plusieurs âmes-sœurs qui jouent des rôles fort différents dans la vie. Noble ami est peut-être un meilleur terme.

Ce sont les gens que vous êtes non seulement destiné à rencontrer mais que vous devez rencontrer. Peu importe le nombre d’occasion de les rencontrer qui vous échapperont, si vous avez un Contrat vous finirez par les rencontrer, peut-être plusieurs fois, jusqu’à ce que vous ayez complété tout ce que vous aviez à régler dans l’échange de vos âmes.

D’un point de vue symbolique, de même que de la position traditionnelle d’une grande part de la pensée orientale, personne ne se trouve dans votre vie par hasard. Cela étant dit, cependant il semble que certaines personnes comptent davantage. Vos intimes, tels que votre famille, vos amis, vos partenaires, vos amants, vos collègues proches, et même vos adversaires, font tous partie de vos ententes d’apprentissage sur terre. Mais parce que votre Contrat concerne l’ensemble de votre vie, on ne peut qualifier d’insignifiantes certaines autres relations qui semblent brèves ou banales.

A l’inverse, vous avez probablement déjà tenté de « provoquer » une relation sans que, malgré tous vos efforts, le lien ne se forme. Il y a des gens avec qui vous êtes censé vous trouver, et d’autres qui, quoi que vous fassiez, ne seront pas de votre vie. De même, certains ont beau frapper bruyamment à la porte de notre vie, mais malgré leurs efforts pour nous plaire ou attirer notre attention, nous ne somme spas ouvert à l’idée de les accueillir. Aucun d’entre nous n’appartient à la vie d’un autre. Voici un indice qui vous aidera à déterminer si quelqu’un a sa place dans votre vie : devenez sensible à ce que j’appelle le facteur d’ »animation ». J’entends par le mot animation une sorte de courant électrique qui circule entre deux personnes lorsque l’énergie vitale fait irruption, comme entre des amants qui s’adorent absolument.

L’absence d’électricité entre les gens est aussi évidente que sa présence. Sans ce courant, rien ne pourrait vous rapprocher pour former une relation. Vous serez peut-être à même d’établir un lien temporaire, mais à moins qu’il ne circule un flux naturel entre vous, vote lien sera instable et embrouillé.

Par les liens riches en animation, mentionnons les relations avec des gens pour qui vous ressentez une aversion immédiate ou avec qui vous tombez dans une forme instantanée de jeu de pouvoir. Dans ces cas, vous pouvez être assuré d’avoir également quelque chose à apprendre d’eux, bien que ce soit plus difficile que l’attraction mutuelle. Selon Carlos Castaneda, les gens qui nous en apprennent le plus dans la vie sont les « petits tyrans », ceux qui nous font réagir et nous font voir chez eux les qualités que nous détestons le plus en nous-mêmes. Gurdjieff jouait souvent ce rôle avec ses propres disciples, en leur faisant passer une journée entière à creuser un énorme trou dans le sol, pour ensuite leur dire de le remplir.

Selon les termes de votre Contrat, les petits tyrans de votre vie sont aussi utiles et importants que vos nobles amis les plus chers. Vous avez des accords à conclure de part et d’autre, car tous ont à vous enseigner sur vous-même quelque chose que vous ne pourrez apprendre nulle part ailleurs.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

QUAND ARRIVE LA GRACE ET LE CHARISME

 

2 (2)Les philosophes et théologiens occidentaux se sont longuement interrogés sur la nature de la grâce et les modalités de sa réception. La grâce m’apparaît comme une forme d’énergie vitale en provenance du Divin, l’équivalent occidental de ce que les Indiens appellent le prâna (littéralement le « souffle de vie ») et les chinois, le chi. Le chi a plusieurs sens, comme l’air, le souffle, le tempérament et la force, mais il désigne habituellement l’énergie vitale qui circule dans le cops, emmagasinée par celui-ci et par le souffle même ; ce sont deux aspects du chi considérés comme étant inséparables. On conçoit souvent cette énergie vitale comme une force impersonnelle émanant de la Source d’énergie magnétique de l’Univers ; selon les croyances taoïstes, elle arrive directement de l’Etoile polaire et de la Grande Ourse.

La différence essentielle entre les conceptions orientale et occidentale de cette force vitale, c’est que les Orientaux croient pouvoir favoriser le lux du prâna et du chi par la méditation et par des exercices physiques comme la maîtrise de la respiration, le yoga et le qigong.

Bien que la plupart des Occidentaux croient que la grâce coule du Divin, la religion occidentale est divisée quant à la nature de ce qui déclenche le processus. Selon certains, la grâce est nécessaire à notre santé spirituelle et à notre salut ultime, mais nous dépendons complètement d’un Dieu capable de nous l’accorder ; cette perspective semble diminuer le rôle du libre-arbitre. D’autres estiment que nous ne pouvons compter que sur nos propres efforts en vue du salut, mais trouvent difficile d’expliquer ces infusions soudaines et inattendues d’énergie et d’intuition qui peuvent retourner notre vie sens dessus dessous d’une façon constructive. Pour certains chrétiens, la grâce est un supplément spirituel qui nous est donné lorsque nous le demandons par la prière ou le méritons par l’usage de rituels sacramentaux. D’autres croient que la grâce nous vient de Dieu sans qu’on la demande, tout comme elle afflue dans le cœur d’un enfant que l’on baptise, ou qu’elle agit comme une sorte de force secrète, dans le cœur d’un pécheur, pour l’amener au repentir.

Mais quels que soient le moyen et le moment de son arrivée, la grâce, selon la plupart des gens, accroit notre force vitale et nous confère pouvoir, protection et courage lorsque nous en avons besoin. Elle peut guérir des maladies et prodiguer des bienfaits. Je crois que nous pouvons mériter la grâce par la prière, la méditation et d’autres pratiques spirituelles qui accroissent la présence en nous. Mais je  crois également qu’une forme divine de grâce nous prodigue la force et l’orientation spirituelles, et afflue en nous au besoin, sans nécessairement que nous la demandions. Cette énergie divine, c’est notre charisme, une expression unique de la grâce qui nous donne le pouvoir de remplir notre Contrat Sacré. Le mot charisme vient d’une racine grecque qui signifie « don ». Il dérive de l’ancienne théologie chrétienne, dans laquelle il désigne un certain don divin accordé aux croyants pour démontrer la force de la présence divine dans leur vie. Un don était censé prouver l’intimité de la présence divine dans la tâche à accomplir en cette vie.

Parfois, nous prenons conscience d’avoir reçu ce don de grâce qu’après en avoir constaté les effets dans notre vie. Mais à certaines occasions, nous pouvons faire l’expérience d’une épiphanie (du grec signifiant « manifester ») une soudaine illumination de notre union intime au Divin. Lors d’une épiphanie, votre relation à Dieu passe du doute ou de la peur à la confiance profonde. Vous comprenez soudainement que tout dans votre vie, découle de l’intervention divine, de la grâce de Dieu. Un peu comme la fin soudaine du chaos intérieur et du manque d’orientation ou de sens… Par une subite infusion de charisme, vous perdez votre incapacité de trouver un sens aux difficultés de la vie, incapacité qui était associée au poids émotionnel d’une vie apparemment sans but ni raison, et vous savez que chaque instant de vote vie est soumis à l’ordre divin.   

Les groupes comme les individus possèdent leur propre charisme. Les tribus et les autres organisations communautaires ont une grâce collective par laquelle elles identifient leur dessein spirituel particulier. Les rituels et les cérémonies tirés du centre d’intérêt et d’un groupe s’appuient sur le charisme qui les guide : ils constituent également une façon pour ce groupe de savoir s’il est approprié d’y admettre telle personne.

Certains essaient d’ignorer cette grâce divine, alors même qu’elle circule en eux.

Dans la mesure où vous pourrez reconnaître et accepter la grâce et les conseils qui vous parviennent, votre vie deviendra plus gratifiante. Le fait d’envisager la vie sur le plan symbolique veut dire toujours chercher le sens élargi et profond de n’importe qu’el événement. Cette vision transcende le plan physique et, surtout en période de stress et d’affrontements, vous permet de transcender des événements et de les considérer dans le contexte de votre vie entière – du point de vue de vote esprit guide, par exemple.

Même si vous n’avez pas ressenti la présence d’un esprit guide ou que vous ne soupçonnez pas d’être en train de vivre une mission qui vous a été confiée avant la naisse, vous avez peut-être remarqué certains schémas récurrents de problèmes ou d’événements apparaissant dans votre vie. Peut-être éprouvez-vous des difficultés avec vos parents ou vivez-vous des relations troublées avec d’autres hommes ou femmes. Certaines maladies ou difficultés se répètent peut-être au cours de vote carrière. Même si votre vie est satisfaisante dans l’ensemble, peut-être avez-vous le sentiment qu’il vous manque quelque chose. Vous devez peut-être essayer de voir  ces choses d’un point de vue différent.

Pour ce faire, il vous faut être sensible non seulement à votre environnement physique, mais aussi à des lieux où le paysage est plus symbolique  qu’authentique. L’un de ces plans, qui nous est tous familier, est le domaine des rêves.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

L’EQUILIBRE ENTRE DESTIN ET LIBERTE

 

images (4)Dans le cadre de notre relation intime avec le Divin, ce dernier nous incite à tirer des leçons et à travailler à notre croissance spirituelle selon une méthode à laquelle nous résistons parfois. Cela peut paraître contradictoire ; puisque nous avons co-créé notre Contrat avec le Divin, pourquoi y résister ou l’ignorer ?

Parce qu’avant de naître, nous oublions les détails de  notre entente. Nous devons nous rappeler notre dessein, le chercher. Ce n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît, car lorsque vous vivez en accord avec votre Contrat, vous savez habituellement que vous êtes sur la bonne voie. Cependant, nous nous écartons tous de la bonne voie à un moment ou à un autre, peut-être en essayant, comme le disaient les religieuses qui m’ont enseigné, de prendre la voie de la facilité. Ironiquement, ce peut-être la plus ardue à long terme si l’on déroge à son Contrat.

En définitive, nous faisons tous les jours des choix, conscients ou non, qui honorent notre Contrat en nous gardant sur la voie ou nous y ramenant. Nous pouvons également choisir de faire appel à des archétypes, à des guides spirituels et même à la grâce de Dieu, par la prière et la méditation, pour tenter de remplir plus promptement nos engagemetns.si vous préférez ne pas croire en un véritable contrat prénatal ni en la réincarnation, ni même au pouvoir de la grâce, vous pouvez envisage votre vie sous un angle métaphorique, tel un voyage que vous avez accepté d’entreprendre.

Dans la thérapie fondée sur la régression dans les vies antérieures par exemple, on invite des patients sous hypnose à se replonger dans des événements qui ont eu lieu au cours d’existences précédentes. Mais comme l’ont démontré les principaux partisans de cette méthode, il n’est pas nécessaire de prendre ces récits vécus au sens littéral pour en bénéficier sur le plan émotionnel, car on peut les envisager sous l’angle symbolique. Les gens qui « se rappellent » les blessures, les croyances , les révélations et les histoires familiales des vies passées ont tous le sentiment d’avoir tirer de ces souvenirs des révélations sur leur inconscient et sur leur situation personnelle.

Vous pouvez également envisager votre Contrat sacré comme votre contribution unique à la vie qui vous entoure et qui découle de votre situation, de vos relations, de votre famille. Peu importe comment nous apparaît notre Contrat, nous devons pour le décoder, accepter que tous nos gestes aient un but qui nous dépassera toujours, que chacune de nos action affecte notre vie et celle des autres, pour le meilleur ou pour le pire.

Comme l’enseigne Thich Nhat Hanh , nous sommes Un et d’Autres en même temps. Croire à un ordre invisible, à un ordre divin ou implicite, comme l’appel la physique quantique, ou au désordre qui contient de l’ordre décrit par la théorie du chaos, est un choix plus sain et plus intéressant que de n’entrevoir aucun sens à la vie.

Le fait de découvrir et de travailler avec vos archétypes et d’autres éléments de votre Contrat changera votre point de  vue sur votre destinée. Vous donnerez un nouveau sens à votre vie et, au lieu de la considérer comme un amas aléatoire et pêle-mêle, vous accepterez de la voir habilement planifiée et dirigée, et d’en être un participant actif. 

 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

LE COUPLE PAR EXCELLENCE

 

 

nouvelle-luneLe Soleil et la Lune représentent le couple par excellence ; le Soleil a toujours été honoré et la Lune aussi, mais aujourd’hui ces deux astres entrent en mutation afin de vous donner la nourriture, la lumière dont vous avez besoin pour ancrer cette réalité dans laquelle nous vivons nous-mêmes. Durant cette mutation, vous ne pourrez pas enterrer votre passé ni renier vos forces antérieures ; vous les amènerez plutôt dans les nouvelles énergies et leur rendrez grâce parce qu’ils acceptent de rentrer en mutation pour vous aider et d’accomplir ce geste dont vous avez besoin pour nourrir, ensemencer cette sphère de visions nouvelles. Vous êtes porteurs de visions et de réalisations que cette Terre n’a pas encore connues. Ce n’est pas de votre ressort ni du nôtre. Nous sommes nés avec ces visions parce que le Grand Constructeur nous les a données, ce sont SES visions.

Dans votre quotidien, la lumière de votre cœur va commencer à émettre.

Si vous acceptez ce rayonnement nouveau, vous traverserez avec aisance les perturbations à venir. Si vous le refusez, vous créerez vous-mêmes des perturbations de manière à casser cette rigidité qui vous empêche de rentrer de plein droit dans votre royaume, dans votre identité.

Les épreuves ne servent qu’à casser les schémas construits, acceptés lorsque l’on s’incarne. Vous n’avez plus besoin de ces patterns restrictifs et pouvez les déposer, simplement les honorer, les remercier et les aimer ; ils ont effectué tout leur travail, vous ayant conduits à ce que vous êtes aujourd’hui, c’est-à-dire à un retour dans la conscience de vous-mêmes, dans la grandeur de vous-mêmes, dans la divinité de vous-mêmes, dans la maîtrise de vous-mêmes.

Je n’apporte rien de nouveau, je suis celle qui détient des énergies particulières ; à votre demande, je viens vous restituer le dépôt que vous avez fait il y a un temps déjà. Alors j’emploie des mots, des mots clés, réveillant cette mémoire à l’intérieur de vous qui est la vôtre et non la mienne.

Ce premier jour se termine et, encore une fois, j’espère que vous avez repris conscience un petit peu plus de cette géométrie sacrée qui est en vous, qui forme cette identité que vous portez et que vous allez amener à sa plus haute expression, du moment peut-être, mais ce sera bien ainsi.

Nous n’attendons de vous rien d’autre que ce que vous avez décidé. Aussi, si mes mots soulèvent des mémoires, c’est que vous avez choisi à travers eux d’ouvrir cette porte que vous allez franchir et que vous travaillerez avec cette mémoire, cette énergie.

J’ouvre des portes, des canaux, des réservoirs, mais les énergies, les dépôts, vous seuls les avez placés, et personne d’autre. Si vous vous retrouvez dans la situation de devoir vous adresser aux autres, c’est que vous avez opté pour cette place ; si vous avez décidé de travailler avec vos mains, c’est toujours en réponse à ces premiers choix . Au fil de ces trois jours, je vais relier chacun de vous à son contrat suprême.

Celui-ci est ce qu’il est, c’est le vôtre. Par conséquent, chacun recevra une force correspondant à l’ouverture de ce contrat. Certains l’auront immédiatement en conscience, d’autres l’auront dans une semaine, un an ou dix ans, eux seuls le détermineront. Chose certaine, j’effectuerai ce travail pendant ces trois jours. Nous avons déjà commencé, déversant vers cette planète, par le cœur de ce cercle, une qualité d’amour visant à l’aider à reconstituer ses forces et ainsi à lui éviter d’entrer en trop profonde mutation pour rétablir ses forces.

Il y a un temps pour la parole, il y en a un aussi pour le silence et, aujourd’hui, le silence vous nourrira de manière à intégrer les énergies déjà descendues vers vous. Les cercles de paroles sous notre directive ou celle d’un autre maître, d’une autre entité recevront toujours notre appui, car ils représentent tous une matrice forte en service et que nous animerons des meilleures pensées possibles.

Nous voulons simplement terminer cette journée en vous disant que nous vous aimons beaucoup et que ce beaucoup ne reflète pas la réalité. Nous vous aimons et vous remercions de tout votre travail conscient et inconscient.

Soyez en paix avec vous-mêmes. Vous avez trouvé votre place, même si vous n’avez pas encore réussi à y mettre un mot ou un visage. Demain, nous reviendrons et partagerons encore ces instants, de façon à ancrer davantage l’ouvrage effectué aujourd’hui. Pour l’heure, la charge d’énergie reçue étant déjà forte, nous clôturons cette première journée.

Retranscrit par Francesca du Blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait de Cercles de Paroles de Regine Francoise Fauze (Soria) aux éditions Ariane

123456

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...