Le voyage astral appartient à l’humanité

 

Revenons à des vérités essentielles… Le voyage astral, comme n’importe quelle expérience, ne dépend ni du degré d’instruction, ni des origines, ni du sexe, ni de la culture. D’ailleurs beaucoup n’étaient même pas préparés, la première fois qu’ils vécurent cette expérience !

Le voyage astral n’est pas plus périlleux que n’importe quelle activité humaine. Seule l’ignorance est dangereuse. Ceux qui vivent des expériences hors du commun sont souvent confrontés à l’hostilité du corps médial, et même parfois des religieux qui ont du mal à accepter le surnaturel. Leurs amis peuvent se montrer goguenards, dévalorisants. Il leur devient alors difficile d’intégrer ces phénomènes, de comprendre leur sens et de les rendre bénéfiques par manque de confiance en soi. C’est pourquoi il faut rechercher la compagnie gratuite des personnes qui vous apprécient, qui cherchent eux-aussi, pour puiser confiance et encouragement.

nature

Beaucoup de rumeurs circulent à ce sujet afin de créer la peur. Si une sortie du corps se produisait spontanément pour vous, pensez à votre corps physique, de toute façon vous reviendriez naturellement durant une période de sommeil, et bien là c’est pareil.

Des rumeurs circulent également au sujet de personnes prétendument possédées durant une expérience de ce genre. Durant leur dédoublement, une entité se serait approprié leur corps physique. Cette croyance n’a guère de fondement. En général, ce sont de tels préjugés qui produisent les expériences. Ainsi, un psychiatre aillant eu vent de l’expérience de sa patiente annonça un jour qu’une de ses clientes avait de « multiples personnalités », chacune ignorant les activités des autres et il ne tarda pas à être submergé de cas semblables. L’épidémie se propage… Les patients à multiples personnalités envahissent les cabinets médicaux… Il en va des idées et des maladies psychiques comme des modes, et elles changent. Un individu n’est pas un bloc, c’est une force animée par divers courants qui se réveillent selon les circonstances. L’humain est habité par des croyances, des pulsions, des blocages, parfois même opposés.

L’idée d’être possédé est assez effrayante il faut en convenir, cependant, de tels cas sont rapportés dans l’Ancien Testament et dans les Evangiles.  Certains se croient envoûtés ou victimes de mauvaises intentions. Il est vrai que les humains peuvent se montrer hostile, notre espèce appartient au groupe des prédateurs les plus redoubles, mais ne sous-estimons pas notre autodéfense inconsciente.

Sortir de son corps est moins dangereux que de rouler en voiture. Vous êtes protégés par votre corps de lumière, votre corps physique, votre corde d’argent. Bien sûr, il a pu arriver de ressentir un malaise ou éprouver du mal à réintégrer son corps ; mais l’expérience facilite le passage. Un voyage astral, c’est comme quitter son corps pendant le sommeil. La véritable difficulté n’est pas de craindre que le corps physique soit possédé ou de ne pas revenir, le seul obstacle est de ne pas réussir à rester à l’extérieur. Retrouver le chemin est aussi facile que de se rappeler des souvenirs. Si vous évoquez l’image de vos dernières vacances, votre esprit retourne spontanément à l’endroit où vous vous trouviez. C’est pareil pour une sortie de corps.

La force d’attraction de la terre, de la chair, du monde matériel, est souveraine. Nous avons sur les entités et les personnes que nous rencontrons, un avantage considérable, nous évoluons dans plusieurs réalités à la fois, alors qu’elles ne vivent que dans la réalité astrale.

La sortie de corps contribue au développement de l’esprit humain. L’expansion de conscience réduit ou évite le recours aux drogues. Cela permet aux deux hémisphères de notre cerveau de remplir leur rôle et de bénéficier pleinement de l’apport de notre respiration. Si la réalité peut être vue comme un ensemble d’énergies qui s’associent, luttent, s’opposent, se créent et se détruisent pour trouver un équilibre plus ou moins provisoire, il est logique de penser que nous baignons dans un bain d’énergie.

 Les bébés ont d’autant plus de facilité à quitter leur corps qu’ils l’habitent depuis peu. Ils dorment énormément, comme dans une moindre mesure, les adolescents. La réalité extérieure est complexe, la croissance intense. Il leur est indispensable de dormir pour laisser l’inconscient assimiler ce que le conscient apprend. Leurs rêves ont aussi pour fonction de réguler le chaos extérieur. Imaginez la tâche énorme qui consiste, pour un petit enfant, à apprendre à être propre, à marcher, à parler, à se déplacer dans ce monde. L’adolescent lui-même doit affronter des changements physiologiques et développer une stratégie de séduction envers l’autre … ce qui n’est pas rien non-plus. Par chance, nous sommes un peu moins néophytes dans l’astral que nous ne l’étions en arrivant sur terre…

Bien des animaux, notamment à sang chaud comme les oiseaux et les mammifères dont on est certain qu’ils rêvent, voyagent hors de leurs corps eux aussi.

Le voyage astral est une expérience psychologique et spirituelle ; des forces inconscientes et surconscientes échappent à la volonté mais également à toute emprise matérialiste : on sait que des espèces animales sont capables de parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres, alors cessons de sous-estimer toutes catégories. Dès lors que l’on admet l’intelligence, comment ne pas reconnaître que les animaux soient pourvus de conscience. Ce n’est pas dévaloriser l’âme humaine que d’admettre que la conscience, substance magique de la vie, circule en eux comme en l’homme ….  Des personnes ont pu communiquer ainsi avec des animaux disparus, en se dédoublant, ils nous protègent, nous avertissent et témoignent de leur amour.

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, à condition que vous en respectiez l’intégralité et de citer l’Auteur-Source Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Intégration de la notion d’HOMME-NOUVEAU

 

Dans son développement humain, l’être de Lumière ainsi incarné, cherchera à développer par son expérience d’incarnation sa personnalité propre. En utilisant la formule « avec lui, en lui et par lui » il développera parmi ses semblables une identité propre à sa personne. Voilà comment on pourrait appeler la personnalité ou la personnalisation d’une entité incarnée, l’être humain. 

l'homme nouveau

Cette étape est importante et non remplaçable car c’est dans celle-ci que le nouvel être se développe réellement. En effet, un humain a besoin d’autres humains pour exister puisque l’expérience de l’incarnation se veut une expérience de communication et d’échange. Si vous relisez mon second texte vous comprendrez mieux le pourquoi de ceci. Comprenez que pour être un adulte il vous faut plusieurs années de croissance qui incluent un ensemble d’étapes dont certaines sont aussi simple que la formation du corps. Même si vous pensez que cela se fait tout seul, il faut quand même prendre le temps de le faire ou de le vivre, car c’est essentiel pour arriver à être un adulte. Je veux dire qu’un être humain ne pourrait ni ne saurait être complet si son corps n’a pas fini sa formation physique, alors vous pouvez donc imaginer que toutes les autres formations sont aussi importantes, quoique moins évidentes. Je dis souvent que plusieurs humains ont sauté des étapes de leur formation et c’est important pour vous d’apprendre à analyser qui vous êtes, pourquoi vous êtes de tel type et comment vous vous sentez dans ce que vous êtes. 

Voilà une façon simple pour vous de savoir si vous avez sauté une ou plusieurs étapes. L’Homme-Nouveau devra se faire un devoir de savoir qu’il est affranchi des étapes de développement d’un Humain, sinon, il sera toujours bloqué en quelque part dans son travail d’intégration de la Lumière. Il faut comprendre que l’Homme-Nouveau reviendra vivre sur la Terre pour assister la race humaine. Je dis bien reviendra, car cette forme d’intelligence-créatrice qui habite l’Homme-Nouveau connaît déjà cette planète pour y avoir vécu et appris ce qu’il lui fallait apprendre afin de continuer son évolution personnelle. Vous devinez donc que se sont tous des vétérans de cette planète qui sont revenus LIBREMENT et par Amour. Par amour pour vous, humains et pour la planète. Je crois que la grande majorité de ces Hommes-Nouveaux ont été invités personnellement par une personnalisation du Régent de notre univers local, à revenir sur cette sphère afin de collaborer par leur expérience personnelle à imprégner la race humaine d’une nouvelle vibration d’Amour et de Lumière vibrant à des taux supérieurs tout ce qu’elle a déjà connu pendant le présent cycle évolutif (la race présente). 

La Terre est un incubateur d’âmes. Voilà une grande vérité à savoir pour l’Homme qui l’habite. La Terre est communément appelée dans l’univers local une planète mère, comme par exemple Terre-Mère. Ce qui prouve que cette planète est une sphère intelligente qui est capable de vous aider à évoluer personnellement et individuellement. Cela semble banal mais sachez que peu de planètes offrent à leurs habitants de pouvoir travailler sur deux plans d’évolution dans un même temps d’incarnation. C’est une particularité de votre belle et merveilleuse sphère d’enseignement que vous nommez Terre. Moi, Shannaton devant tous, affirme et dis que j’admire cette planète, que je l’aime de tout mon être et avec une grande dévotion. Que c’est une grande joie et un honneur pour moi de participer personnellement et à ma façon, à l’évolution de ce monde et de ses habitants en cette période grandiose. 

Sachant ces choses vous comprendrez que le développement de la personnalité est une étape nécessaire pour une Energie Intelligente Créatrice personnelle, en fait un humain incarné en pleine croissance car toutes les entités de ce type sont à la base, unifiées. C’est normal puisqu’elles sont de provenances Divines et non pas produites. Ici, il faut savoir qu’il y a majoritairement deux types de créatures dans le grand Univers, les créatures Divines qui sont créées directement de la Source ou de ses créations directes et les créatures infinies, qui sont créées par des entités créatrices en développement personnel, comme l’humain. Etant unifiées elles ne sont pas personnalisées et c’est une bonne raison de s’être incarné, non ? 

Ouvrons une autre parenthèse ; les créatures Divines sont produites à partir du centre du Super Univers et leur fonction principale est de s’extérioriser du centre vers les confins de l’Univers. C’est en voyageant d’un monde à l’autre qu’elles participent à l’évolution de l’autre type de créatures. Elles parcourent l’Univers pour apprendre et partager leurs connaissances avec les créatures qu’elles rencontrent dans leur vie qui est de durée illimitée. 

Quant aux créatures infinies, elles ont été crées par la première sorte de créatures et leur vie se fait en partant du point où elles ont commencé à vivre et en revenant vers le centre de l’Univers. L’une apprend par l’expérience de l’autre et vice versa. Ainsi l’Univers, qui est en expansion, continue de produire des nouveaux êtres qui partent de son centre vers l’infini en même temps qu’il continue de recevoir des êtres qui arrivent de l’infini avec une connaissance immense de vie acquise par toutes leurs expériences personnelles et individuelles. Ainsi ces créatures infinies deviennent de plus en plus finies et peuvent partager avec la Source chacune de leurs connaissances. Pendant ce moment elles deviennent unies à la Source et deviennent conscientes de l’ensemble des connaissances de l’Univers. 

homme nouveau (2)

Voilà en gros comment cela fonctionne. C’est pourquoi l’homme a besoin de l’Homme pour apprendre et évoluer et c’est aussi pourquoi ce même Homme doit un jour arriver à s’individualiser afin de pouvoir prendre conscience de sa propre expérience de Vie et décider de commencer à remonter son univers local, c’est à dire, celui où il est né, jusqu’à l’Univers Central et jusqu’au Paradis, le Centre de toutes choses afin de vivre sa propre fusion avec la Source. Je comprends que cela est très résumé mais c’est pour nous en ce moment une première approche dont je reparlerai en détail plus tard. 

Il me suffit pour le moment de vous laisser seul avec vous-même, seul avec votre être de Lumière, seul dans la sécurité d’un univers grandiose qui vous appartient car, en dedans de votre chair vous êtes, tout comme nous, AMOUR.

 

Shannaton 

Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/       

MESSAGE DU MAITRE SAINT GERMAIN AUX VOYAGEURS DE GOBI

 

Nous vous avons conviés à un périple initiatique qui sera pour plusieurs une redécouverte. En effet, puisque la faculté de se propulser dans l’univers et un attribut naturel de l’humain, plusieurs d’entre vous découvriront qu’ils ont déjà fait ce périple, même si cela n’est pas encore conscient.

francesca blogs0

D’entrée de jeu, nous vous invitons à éviter tout effort mental, tout effort physique et toute attente concernant des sorties potentielles du corps. Il sera toutefois important que vous délaissiez maints poids et croyances qui créent vos propres limites. Il est aussi important de réaliser que ces limites sont les vôtres et non pas celles de la vie sur la Terre ou dans le cosmos. En prenant conscience de cela, vous cesserez d’argumenter que ces limites sont réelles et pourrez alors les franchir plus aisément. D’ailleurs, c’est ce que vous faites chaque nuit, même si plusieurs s’obstinent à rendre réelles ces limites le jour venu.

D’ici le départ pour Gobi, consacrez chaque jour un moment d’intimité avec vous-mêmes. Accueillez aussi en votre cœur l’accompagnement qui vous est offert.

L’état de paix est essentiel pour voyager sans contraintes et sans bagages, car même si vous avez la faculté de circuler entre les mondes avec de leurs bagages, ceux-ci influencent les espaces dans lesquels vous circulez et ce que vous en récolterez. Autrement dit, vous avez tout avantage à être en paix. Vous pouvez bien sûr choisir d’utiliser les trois prochaines années pour faire la paix avec vous-même et avec la vie autour de vous, comme vous pouvez utiliser les trois prochaines secondes pour la choisir, l’affirmer et la vivre.

De par votre nature, vous êtes tous des êtres multidimensionnels. Vous êtes chacun une Ame, l’expression de l’Ame universelle, l’expression de la Lumière en mouvement et l’expression de l’amour. Votre Ame est le souffle de l’énergie universelle que souvent vous avez nommée DIEU. Vous êtes le souffle de Dieu, de l’énergie universelle. Vous êtes aussi un Esprit. Il est le mandataire, le représentant de l’Esprit universel ou de l’Esprit saint définissant l’orientation suivie par le mouvement de la conscience. L’Esprit saint et la pure connaissance existent en tout. Et s’ils existent en tout, ils existent bien sûr aussi en vous. Ainsi, vous êtes Ame et Esprit, pure lumière et pure connaissance manifestée sur un des plans de conscience de la troisième dimension et cet univers parmi les univers.

Par votre nature, vous êtes au-delà de l’humain. Par contre, vous demeurez libre de vous y identifier, mais sachez que cela est associé à la création de frontières autour de vous. C’est encore plus vrai en ce qui concerne l’identification au corps de chair. Ces frontières, tant et aussi longtemps que vous avez la conscience et la sensation qu’elles définissent une réalité parmi bien d’autres, ne causent pas de difficultés particulières. C’est tout comme si nous vous disions qu’autour de votre demeure vous avez construit une barrière. Il n’y a pas de souci réel à créer une barrière tant et aussi longtemps que celle-ci définit une réalité, soit celle qui est associée à la vie autour de cette demeure. Si toutefois, vous demeurez cloîtré dans vote demeure, entouré de cette barrière, là vous êtes en difficulté. De même, il n’y a pas de problème au fait d’avoir des frontières nationales tant que celles-ci ont pour but d’identifier par exemple certaines cultures et que vous pouvez à loisir les traverser. Il y a un souci dès l’instant où vous êtes prisonnier de celles-ci.

Il en est de même pour vous. En tant qu’Ame et Esprit, votre corps est une frontière été vos valeurs peuvent en constituer d’autres. Tout cela définit des réalités les unes dans les autres. Ce qui importe, c’est que vous sachiez emprunter les portes dans ces barrières pour éviter qu’elles deviennent vos prisons. Bien sûr, une multitude d’humains sont emprisonnés dans leurs frontières et sont convaincus des limites qu’ils ont créées dans leur représentation du monde et leur vision de l’univers.

Nous vous convions à un voyage interdimensionnel. Cela signifie donc que vous devez être disposés à ouvrir des portes.

        Canalisation de Pierre Lessard sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr

A La naissance d’un être de lumière

 

Comme tout humain, vous êtes à l’origine un être de lumière. Votre Ame et votre Esprit sont lumière. Loin d’être des concepts philosophies, ils sont bien vibrants en vous et ont fait en sorte que vous soyez un être de lumière incarné.

Durant le processus d’incarnation, ils créent par concentration vibratoire une onde de forme lumineuse qui s’inscrit tout autour de l’embryon et le pénètre de sa lumière. L’âme et l’Esprit se manifestent ainsi dans la chair et lui insufflent la conscience.

Particules

Le moment de l’implantation de la conscience peut avoir lieu entre la septième et la quatorzième semaine de croissance, mais le plus souvent cela arrive autour de la troisième semaine. C’est là une expérience capitale pout tout humain, celle de la fusion de l’Ame, de l’Esprit et du corps faisant émerger l’Unité en soi, d’où naît la pulsion de l’Unité avec le Tout. Cela déclenche une élévation du taux vibratoire à la fréquence fondamentale individuelle. A cette fréquence, l’individu se ressent et se reconnaît en tant qu’être de cristal lumineux uni à toutes les formes de vie de l’univers. Il se nourrit de lumière et transmet sa lumière à la vie qui l’entoure.

Ainsi, le corps physique et ses corps subtils sont des structures d’énergie issues de la lumière. Le flux lumineux les constitue et leur permet d’exister. Vos corps sont composés d’énergie qu’ils utilisent pour se développer. Seule l’énergie de la lumière peut augmenter leur vitalité. Votre évolution depuis quelques millénaires, ou depuis l’Atlantide par exemple, a fait en sorte que votre fréquence vibratoire collective a diminué. Des incompréhensions et des souffrances en ont résulté. La lumière devient alors plus importante que jamais pour favoriser une hausse de votre taux vibratoire individuel jusqu’à retrouver le niveau élevé originel de votre fréquence fondamentale.

Voyez votre âme come étant fondamentalement une étoile éclatante, scintillante, rayonnante et libre. Elle est lumière. Votre Esprit est lumière. Et lorsqu’ils s’unissent, imaginez-les comme une étole multidimensionnelle dont des rayons modulent leurs fréquences selon les dimensions dans lesquelles ils se manifestent. Les éclats de lumière de votre être, de votre Ame et de votre Esprit sont aussi libres que l’Ame divine universelle, océan d’Amour infini, et l’Esprit saint, émanation de pure conscience.

Imaginez un éclat lumineux de votre être stellaire, tel un puissant et flamboyant rayon de lumière, traversant instantanément la galaxie jusqu’à votre système solaire, puis pénétrant la matrice terrestre pour venir énergiser dans les entrailles d’une femme une cellule déjà porteuse d’une semence universelle fécondée par l’union de deux humains. Par leur accouplement, deux êtres de lumière incarnés ont engendré une cellule.

Votre éclat lumineux nourrit alors le germe universel de cette cellule et lui permet de syntoniser une fréquence unique, tout en demeurant sensible à d’autres fréquences. C’est le moment de l’insertion de la conscience. Un fœtus est maintenant animé d’une vibration consciente. Ce qui n’était qu’un embryon est devenu un fœtus conscient, votre véhicule d’incarnation dans la matrice terrestre.

Ce fœtus se déploie alors et vit une croissance extraordinaire. Il évolue et grandit. Il retrouve la forme juste, harmonieuse, équilibrée du véhicule humain. C’est la lumière qui a permis à la forme de naître, de croître, de se développer, de s’équilibrer, de s’harmoniser. Au début, tout était de lumière – une lumière infinie. Au-delà de la forme, sachez la voir et la ressentir.

Chacune de vos cellules comporte une membrane cellulaire périphérique externe et une membrane nucléaire enveloppant le noyau de la cellule ; les molécules qui les constituent se sont formées à partir d’atomes, eux-mêmes formés de particules subatomiques ; ces membranes émettent des vibrations sous forme d’éclats lumineux et sonores, lesquels sont les outils de l’intelligence cellulaire et universelle qui permettront aux cellules de communiquer entre elles et avec le système nerveux central. Ils transmettent ainsi votre fréquence naturelle dans vos divers corps et permettent que la connaissance de l’univers y circule également.

Votre corps de matière est né des particules de lumière, à l’instar de toute forme dans l’univers. Ainsi, vous êtes constitué de lumière et vous générez et émettez de la lumière. Il n’en faut pas davantage pour que vous réalisiez que la lumière est naturellement votre première nourriture. Votre corps se nourrit tant de l’intérieur, parce qu’il produit de la lumière, que de l’extérieur, à partir de la lumière générée par les différentes sources de vie. Seule la lumière peut générer l’énergie vitale de premier niveau. Bien sûr, dans votre monde comme dans tout l’univers, il y a différentes sources, différentes modulations d’énergie. L’énergie de la lumière, l’expression même de l’énergie pure, engendre la vie, permet sa croissance et son déploiement.

Parmi toutes les sources de lumière où l’être peut s’abreuver, il y a celle du Soleil. Bien sûr, il n’y a pas que le Soleil qui soit une source de lumière. La source première pour vous est votre Ame et votre Esprit réunis vibrant en chaque cellule de votre corps physique et dans chaque cellule photo-lumineuse de vos corps de lumière. En soi, l’être humain a naturellement la faculté de se nourrir par lui-même de la lumière qu’il produit. Et plus il en est conscient, plus il en est amoureux, plus il fusionne avec sa propre lumière.

Ainsi, son énergie s’accroît, le rendant plus intensément vivant et vibrant.

Sanctus Hermanus canalisé par Pierre Lessard

Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/        

En présence de Sanctus Hermanus

 

Notre Œuvre est celle de l’éveil de tous les Êtres humains. Lorsqu’ils s’éveillent, ils transcendent leurs mémoires, leurs blessures, leurs croyances et leurs désirs et évoluent vers les retrouvailles de l’Unité. Ils retrouvent la conscience et la sensation du Maître en eux et nourrissent l’union de la trilogie sacrée Âme, Esprit et corps. L’Unité en soi retrouvée, ils voguent allègrement vers l’union de la fraternité humaine et cosmique et des Maîtres de lumière qui vibrent aussi en eux. 

Notre présence vibratoire sera ressentie plus que jamais dans la lumière et la matière. Elle sera celle de la Sainte Fraternité, Sanctus Hermanus. Le moment est venu pour que tous parmi vous puissent ressentir et comprendre que Sanctus Hermanus, Saint-Germain et la Sainte Fraternité ne sont pas l’expression d’un alchimiste incarné au dix-huitième siècle, mais plutôt celle d’une énergie de l’univers qui toujours exista et existera. 

Chez Francesca

Sanctus Hermanus se présente comme un égrégore de lumière dans l’Univers de même que dans l’atmosphère terrestre. Il réunit des Maîtres qui furent incarnés à différents épisodes de votre humanité comme des humanités précédentes. 

Sanctus Hermanus est un archétype multidimensionnel qui n’a pas de début et de fin, qui accueille les sages, les Maîtres de tous les univers puisque, à l’heure actuelle, quatre univers se déploient dans l’infinité des Maîtres de toutes les dimensions, de tous les plans de conscience. Sanctus Hermanus est un archétype, un vaisseau de lumière hôte de la vie. Tous peuvent s’y unir et en accueillir l’éclairage. 

Ainsi, actuellement, Sanctus Hermanus est François, qui représente l’harmonie, la légèreté, le vent… Sanctus Hermanus est aussi Jean le Baptiste et il était auparavant Élie, qui tous deux représentent le feu, la puissante manifestation de la lumière sur terre. Il est aussi Myriam, Isis, qui représente le Féminin sacré et la pulsion créatrice en chaque Être. Il est aussi Jésus, Pur Amour. Il fut O, Akhenaton, Abraham, et il vibre en chacun de vous. 

Maintenant, Sanctus Hermanus se manifestera plus clairement encore que jamais dans le messager enseigneur (Pierre Lessard). À l’heure qu’il est, celui-ci transmet de plus en plus nos enseignements dans un état d’éveil  ; en état altéré il intensifiera aussi ses projections dans les autres dimensions et les autres univers pendant que nous emprunterons ses corps de chair et de lumière et leurs attributs afin de vous faire ressentir la présence de Sanctus Hermanus à plus d’un niveau. En d’autres termes, le messager enseigneur transmettra nos enseignements dans un état d’éveil, plus encore que par le passé, répondant ainsi aux invitations de différentes associations d’Êtres humains, tant celles qui ne sont pas encore disposées à accepter notre présence que celles qui nous reconnaissent et nous accueillent tout en appréciant les éclairages du messager en état d’éveil. 

En outre, nous intensifierons la présence de nos énergies dans ses corps alors qu’il les quittera, se propulsant dans d’autres dimensions. Si, par moments, il peut entendre et ressentir ce que nous vous livrons, dans d’autres circonstances il en sera inconscient car totalement investi vibratoirement ailleurs. 

Sanctus Hermanus se présentera très souvent à vous par l’intermédiaire de son messager l’enseigneur, dans des vibrations de Pur Amour : en Occident, elles seront celles de Jésus le Prophète, et en Orient, celles du Bouddha de la Compassion. Toutefois, quelles que soient les vibrations ou la teinte, vous reconnaîtrez et ressentirez Sanctus Hermanus. 

Les Énergies de Maître Saint-Germain et S.Hermanus canalisées par Pierre  LESSARD

sur le Blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr

Dans LE CERCLE DE GRÂCE : Nous sommes des ETRES énergétiques

Chacun d’entre vous est une expression de Dieu, complète et entière en soi. C’est une partie intégrante de la loi du libre arbitre qui gouverne votre coin de la création.

Vous avez été conçus originellement pour que Dieu fasse l’expérience directe de sa création physique à partir du domaine terrestre. Votre couche émotionnelle traduit les merveilles de votre plan d’existence, pour vous permettre d’apprécier et de trouver le bonheur dans la lumière du soleil, les fleurs, le rire d’un petit enfant. Et lorsque vous vous sentez triste ou que vous – ou l’un de vos proches – subissez un traumatisme physique, c’est par la voie des émotions que vous souffrez et guérissez.

art japonais

Même alors, dans votre langage, on dit : « Il s’est vautré dans sa peine. » Qu’est-ce que cela signifie? Qu’il est resté « coincé » à ce stade du processus émotionnel. Vous stagnez émotionnellement lorsque vous consacrez toute votre énergie consciente à un passé auquel vous ne pouvez plus retourner pour le changer. Vous devez dépasser ce stade et trouver la compassion par le pardon, afin de tourner la page. C’est alors seulement que vous pourrez rassembler toute votre énergie dans le Présent.

La compassion, le pardon, une attitude positive, ce sont là des facettes du corps émotionnel. Il en est ainsi des émotions plus primaires, comme la colère, l’avidité, la convoitise, l’envie et la vengeance. Nous utilisons le mot  » primaires » au sens littéral, car les émotions s’expriment dans une gamme ascendante de fréquences, allant de la plus basse à la plus haute. La colère vous rend malade ? Absolument. Le rire guérit ? Oui, en effet ! La colère scie l’aura aussi sûrement qu’un couteau tranche la chair. Toutes les émotions de basse fréquence, fondées sur la peur, abîment l’aura, causant des blocages qui mènent à la maladie et au vieillissement. Les émotions plus hautes, fondées sur l’amour, rechargent vraiment votre corps et l’aident à guérir rapidement.

Lorsque vous comprendrez comment fonctionne ce processus, il deviendra un simple choix que vous ferez chaque fois que vous répondrez au lieu de réagir, que vous pardonnerez et tournerez la page, que vous embrasserez au lieu de vous battre. L’ascension exige une refonte totale, un changement d’attitude et de comportement. Lorsque vous apprendrez à aimer tous les humains, tout ce qui vit, vous passerez au Moi supérieur, et le Moi supérieur vivra en vous !

Chaque couche du corps énergétique humain est essentielle au changement total. Le corps émotionnel porte une grande part de la charge, car c’est l’émotion qui nourrit la méditation, la prière et la foi. Vous pourriez dire que tout cela relève plutôt du corps spirituel et vous auriez raison, mais on ne peut séparer les couches en fonctions distinctes. Chacune contribue à l’être énergétique total que vous êtes. Veuillez examiner la phrase suivante pendant un moment et déterminer ce qu’elle signifie pour vous: une prière dite avec la joie au cœur monte tout droit vers l’Esprit.

Maintenant, relisez-la avec notre point de vue plus élevé. Une prière (couche spirituelle) dite avec (couches mentale et physique) la joie au cœur (couche émotionnelle) monte tout droit vers l’Esprit. Ce sont là les étapes physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles par lesquelles vous apprendrez à matérialiser ce que vous désirez. C’est le pouvoir de la Divine Création que vous portez en vous!

Vos pensées, portées par votre intention et alimentées par la gratitude de la foi totale, susciteront dans la réalité tout ce sur quoi vous aurez concentré votre attention. Chaque création commence sur un plan vibratoire élevé, où les pensées évoluent et forment des idées. À mesure que vous  » solidifiez » votre but, vous le faites descendre vers une fréquence plus basse. Vous créez votre propre réalité par des changements de fréquence vibratoire tout autour de vous. Tel est le pouvoir de l’Être humain!

Alors, gardez votre corps émotionnel pur et lumineux. Comment ? Focalisez-vous sur le bonheur. Ne le cherchez pas à l’extérieur, mais en vous. Agrémentez de joie votre journée, ayez des occupations utiles et fructueuses, et vous serez heureux. Il est beaucoup plus facile de cultiver une attitude positive qu’une attitude négative. Il faut beaucoup moins d’énergie et c’est beaucoup plus enrichissant.

L’attitude négative est un obstacle considérable sur la voie métaphysique. Si vous avez une telle attitude, vous devez d’abord le reconnaître, ce qui est difficile. Pourquoi? Parce que vous passez alors au territoire de l’ego, qui n’est pas prêt à admettre qu’il fait (ou que vous faites) quelque chose de mal. Encore une fois, le bien, le mal, le bon ou le mauvais, tout cela fait partie d’un ensemble qui n’a pas besoin de ces catégories. Ne vous jugez pas et ne jugez pas les autres; ce mode de pensée porte une vibration négative. Il vaut bien mieux imaginer que chaque personne est en voie d’atteindre son potentiel le plus élevé, car c’est la plus belle vision que vous puissiez avoir d’elle. Ce qu’elle fait présentement n’est peut-être pas en harmonie avec son plus grand bien, mais ce n’est plus votre problème.

Le détachement est essentiel à l’abondance de la compassion.

Ces courts rappels, vous les avez sans doute déjà entendus. Et voici une autre pensée : le détachement est un relâchement de l’ego, qui fait en sorte que vous n’attachez plus d’importance au résultat d’une situation. Lorsque vous lâchez tout attachement personnel à ce que vous avez à gagner, cette situation n’a plus aucune emprise sur vous. N’ayez que de la gratitude dans votre cœur et laissez tomber tout le reste.

Oui, la route vers l’ascension peut être aussi simple que cela!

Edna G. Frankel La fraternité de Lumière sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

COMMUNICATION AVEC LES MAÎTRES DE LUMIÈRE

 

Votre respiration est douce et profonde, et vous vous projetez dans votre temple sacré intérieur. Vous ouvrez symboliquement votre couronne et invoquez la Flamme violette, une émanation de la Présence Je Suis. Elle s’inscrit dans tout votre être et crée la sensation que votre dimension terrestre s’unit à votre dimension céleste.

Puis, joyeux, allez à la rencontre du Je Suis véritable, votre rendez-vous quotidien. Projetez votre attention sur votre hara, au cœur de vos entrailles. Ressentez-y l’être vrai. Intensifiez votre énergie de vie, une énergie de création. Reconnaissez en elle votre essence. Que vos sensations du Je Suis véritable se transforment en inspirations de qui vous êtes, de ce que vous êtes venu être et réaliser dans cette incarnation.

maitre lumière

De la rencontre avec le Je Suis véritable, l’être vrai en vous se manifeste. Il stimule et oriente vos vibrations et toutes vos expressions. Lorsque l’être vrai vibre en vous sans résistance, il est uni aux Maîtres de lumière, aux anges et aux archanges, à tous les Êtres de lumière qui permettent, dans l’Univers tout entier, l’harmonie et l’équilibre.

C’est ainsi que nous vous proposons de retrouver en vous l’inspiration pour communiquer quotidiennement avec les Êtres de lumière. Les Maîtres ascensionnés sont des maîtres qui se sont présentés dans l’incarnation à moult reprises dans des humanités antérieures fort lointaines et même dans votre humanité. Ils ont collaboré afin que la conscience de l’Univers s’inscrive dans la matière et chez les humains comme dans toutes les formes de vie.

Les Maîtres de lumière ascensionnés ont accompagné l’évolution de la Terre depuis des millions d’années terrestres. Comme ils ont connu l’incarnation et vibré dans un corps de chair, ils portent la conscience et la sensation de ce que les humains vivent sur la Terre. Ils sont les guides de votre évolution, de l’évolution de l’humanité et des autres formes de vie qui participent à la création sur terre.

Ils vous indiquent la voie. Puisqu’ils furent incarnés, puisqu’ils furent des hommes, ils vous éveillent à votre parcours réel, celui de la reconnaissance du Maître de lumière en vous. Lorsque vous reconnaissez leur présence, vous retrouvez la conscience de qui vous êtes réellement, soit un Être de lumière, et que non seulement vous avez la possibilité, la faculté de vivre l’illumination, l’ascension, mais que tel est votre parcours naturel. Votre rythme vibratoire s’élève et votre fréquence se transforme.

Tous les Maîtres ascensionnés sont unis. Si leur communication est nuancée, distincte, c’est pour éclairer de multiples facettes des humains et les diverses possibilités qui s’offrent au cœur de la voie vers la maîtrise. Les Maîtres ascensionnés sont tout amour. Leur communication est vibrante d’amour et leur éclairage est véritablement présent et concret pour chacun de vous.

Les Maîtres de lumière ascensionnés ne répondent point aux désirs des humains et n’accomplissent point pour eux leur mandat, non plus que la transcendance de leurs ombres ou de leurs thématiques karmiques. Les Maîtres de lumière ascensionnés qui vous accompagnent à chaque instant, s’ils éclairent la voie, reconnaissent, bien sûr, le Maître de lumière en vous et privilégient son existence et sa puissance.

C’est ainsi que leurs communications ne sont point des révélations mystiques ni des offrandes qui vous libèrent de manière que vous soyez à l’instant illuminé. En éclairant votre voie, les Maîtres de lumière vous accompagnent en stimulant l’énergie créatrice, l’énergie d’amour, l’énergie de la conscience en vous lorsque vous êtes devant un choix réel. Ce faisant, vous n’êtes point victime ni dans l’attente. En somme, ils vous accompagnent afin d’intensifier l’énergie de vie et son ascension en vous.

Nous vous proposons de communiquer avec les Êtres de lumière qui sont des Maîtres ascensionnés. Très souvent, les humains les ont priés, les ont invoqués, leur ont demandé d’accomplir pour eux des miracles, de faire en sorte qu’ils soient dans l’abondance de la matière et affranchis de leurs thématiques karmiques lourdes, qu’ils retrouvent la santé, que leurs Âmes sœurs leur soient présentées. Et les Maîtres de lumière accueillent toutes les demandes et répondent à toutes. Cependant, ils ne répondent point en fonction des désirs des hommes ou de leur compréhension quelquefois limitée de l’Univers. Ils répondent par des éclairages.

manifestations

Ainsi, que votre première communication quotidienne avec les Maîtres de lumière soit l’offre de votre être, une offre de contribution. Offrez-leur d’être vibrant dans votre lumière et d’accompagner les éclairages. L’offre de votre lumière aux Maîtres de lumière consiste à vous exprimer dans la compassion sur cette planète. Communiquez aux Maîtres de lumière que votre choix est de reconnaître en chaque humain un Maître de lumière. Communiquez cela jour après jour et, bientôt, vous constaterez comment leurs éclairages si fins sont si puissants et omniprésents dans votre vie. Vos demandes se transformeront en des intentions pures et claires d’exprimer l’amour et la joie en vous et tout autour de vous. Le parcours est simple. Vous n’avez qu’à offrir votre collaboration en étant compassion pour les autres, et voilà que vous n’aurez même plus à exprimer des demandes, que vous saurez vous-même répondre aux Maîtres de lumière qui éclairent la voie des hommes.

Les archanges Michaël, Gabriel, Raphaël, au même titre que tous les anges, sont des manifestations de la pure lumière de l’Univers, d’une fréquence si élevée qu’ils transcendent toute forme de vie. Ils représentent des niveaux vibratoires et des niveaux de conscience. Leur communication est constante. Chaque ange, chaque archange est en soi une expression de pure lumière et éveille en l’homme des expressions de sa lumière, soit ses facultés de guérison, de purification, de création, de communication et de communion subtile avec les autres hommes, de projection de la vibration et de transmutation. Tous s’associent aux Maîtres de lumière ascensionnés pour transmettre des vibrations dans tous les plans et ainsi accompagner les Esprits.

Vous pouvez tenter de les distinguer, de les nommer, d’identifier leur mission, leur pouvoir. Vous pouvez également tenter de créer une hiérarchie entre eux – les Maîtres de lumière, les anges, les archanges, et les entités. Lorsqu’il vous fut communiqué, en tant qu’humain, qu’ils se présentent dans une hiérarchie, vous avez identifié cette dernière à une hiérarchie des hommes, c’est-à-dire que certains étaient supérieurs à d’autres ou au service d’autres. Il n’en est point ainsi. La hiérarchie des Êtres de lumière est une structure universelle qui répond aux lois de l’Univers. Les anges, les archanges répondent à ces lois, et les séraphins transmettent les grandes lois de l’Univers qui s’inscrivent dans les éclairages des Maîtres et dans les vibrations des anges et archanges.

Par ces termes, nous entendons que la hiérarchie des Êtres de lumière est une représentation de la façon dont la lumière se manifeste en plusieurs rayons, chacun représentant la puissance et les facultés de la lumière dans toutes les dimensions de l’Univers. Ainsi, vous comprenez que tous Les Êtres de lumière vous offrent non seulement leur présence, mais des vibrations ressenties comme des vibrations transformées en voix intérieures.

Chaque instant, leur communication est unie à celle de votre Âme et de votre Esprit, d’une part pour stimuler en vous la sensation et La conscience de vos facultés, de vos pouvoirs réels, et d’autre part pour éclairer la voie, la manière pour chacun de retrouver ses pouvoirs, de les utiliser.

Les Maîtres ascensionnés guident chacun des individus incarnés. Les anges et les archanges transmettent des vibrations qui les éveillent. Dès lors, au lieu de demander, voire de prier ou d’exiger, invoquez leur présence, ce qui signifie pour vous non point de faire appel à leur présence, parce qu’ils s’étaient éloignés de vous, mais d’invoquer leur vibration pour que tout votre être ressente le Maître de lumière en lui. Lorsque vous êtes vrai, vous sentez que, de chacune de vos cellules, tous ces Êtres de lumière émergent. Ils sont en vous et autour de vous, car ils vibrent dans toutes les dimensions. Jamais ils ne vous quittent. Toutefois, rappelez-vous ceci : s’ils sont unis à l’Être de lumière en vous, ils le reconnaissent dans toute sa magnificence et savent qu’il a la toute-puissance de transcender tous les personnages, toutes les ombres, toutes les peurs, toutes les croyances. Si un Maître de lumière ou un ange allait, pour vous, dissoudre une peur, éliminer une croyance, vous épurer d’une dimension karmique, cela signifierait qu’il ne reconnaît pas en vous le Maître de lumière, votre puissance pour être et manifester qui vous êtes! Ils sont tous l’expression de votre dimension la plus élevée.

Lorsqu’un enfant tente de se lever et de marcher, vous ne lui dites pas :  » Reste assis, reste au sol, je vais me lever pour toi et aller quérir ce que tu nécessites. » Vous lui tendez la main, vous éclairez son parcours, vous lui indiquez un obstacle … Votre vibration, votre énergie, votre main se tendent pour l’aider à se lever. Toutefois, votre aide devient de plus en plus subtile, sans quoi il ne marcherait jamais! Si vous marchez pour un enfant, veillant à ce que jamais il ne puisse le faire, cela signifie que vous ne reconnaissez pas sa puissance ni qu’il est un humain dans toute sa capacité de marcher. Et même si vous faisiez cela pour un enfant, il chercherait malgré tout à se lever et à marcher, mu par sa fibre universelle.

134-etoiles-bleues

Voilà bien comment les Maîtres de lumière, les anges, les archanges et tous les Êtres de lumière éclairent votre passage, tendent la main, stimulent vos facultés, contribuent avec vous à l’épuration de vos entraves. Et même s’ils faisaient pour vous ce qu’ils ne feront pas, la puissance de la vie en vous chercherait malgré tout à se manifester. L’autonomie n’est pas une division, mais l’expression de toute la puissance de l’être à vivre dans l’union.

Ainsi, Chères Âmes, nous vous invitons à faire en sorte que votre communication soit d’abord une offrande claire. Parlez! À haute voix, même! N’ayez crainte que les autres vous entendent et vous jugent. Lorsque vous vous adressez à la lumière, certains individus auront l’impression que vous êtes en déséquilibre. Parlez à haute voix dans la forêt, dans votre demeure, et si les gens vous observent curieusement, parlez à voix basse ou intérieurement. Mais quand vous parlez intérieurement, faites-le avec plus d’intensité et de force pour que vos paroles soient des vibrations lumineuses et qu’elles contribuent aussi à l’éveil de tous ces gens qui pourraient vous juger. Et que vos paroles de lumière soient aussi les expressions de votre compassion, de votre reconnaissance de tous ces individus qui ne saisissent point à qui vous vous adressez.

Vous n’avez pas à défier ni à convaincre les humains autour de vous que les Maîtres de lumière sont présents partout. Faites-le à partir de vos vibrations et de votre création. Il est inutile d’expliquer intellectuellement ou de tenter de convaincre des gens qu’ils sont en communication avec des Maîtres de lumière ou que ces derniers sont toujours présents. Soyez vous-même une lumière dans votre vie. Soyez vous-même un Maître de lumière incarné. Que chacun de vos regards, de vos gestes, que chacune de vos paroles soit vibrante d’amour et que chaque regard sur les hommes soit une reconnaissance du Maître en eux. Dès lors, votre contribution sera constante, permanente et vraie.

Rappelez-vous que les Maîtres de lumière transmettent leurs communiqués par les voies de votre Âme et de votre Esprit et que jamais ils ne vous inviteraient à des actions, des comportements ou des paroles qui déséquilibreraient ou iraient à l’encontre de l’harmonie de votre être, de votre collectivité humaine ou de toute la vie sur cette planète. Ces maîtres se manifestent dans toutes les dimensions, dans l’atmosphère terrestre et sur terre.

Lorsque, dans l’amour de tous ces Êtres de lumière qui vous éclairent, vous guident et collaborent à l’éveil de vos facultés, vous voulez vous exprimer, soyez tous des humains vibrants d’amour, et créez un Nouveau Monde!

Jour après jour, communiquez avec les Êtres de lumière. Invoquez-les, demandez-leur une guidance, une présence, et soyez UN avec eux.

MAÎTRE SAINT-GERMAIN, PIERRE LESSARD ET JOSÉE CLOUÂTRE

Extraits du livre Manifester ses pouvoirs spirituels – Tome II, p. 169 à 174
Ariane Éditions, 2010 sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

Qui est Melchitsedek

MELCHISEDEK1

Melchitsedek, Maître de la hiérarchie planétaire.

Aux Indes, il est appelé Markandé. Melchitsedek est un personnage mystérieux dont on retrouve assez rarement la trace dans les écritures sacrées occidentales. Mais c’est lui le gardien des plus hautes initiations et il est impossible d’accéder aux plus hauts degrés de la conscience sans entrer en relation avec lui et bénéficier de son enseignement qui ouvre les mondes du Saint-Esprit, du Fils et du Père.

Melchitsedek signifie Roi de Justice en hébreu. La Tradition dit qu’il est Roi de Salem qui veut dire Paix (Shalom). C’est lui le Roi de Justice et de Paix, chargé de manifester le Royaume de Dieu et sa justice sur la Terre et l’Âge d’Or parmi les humains. Melchitsedek ne s’incarne pas.

C’est le gardien du flambeau de la conscience de l’humanité. Il a été chargé de maintenir la conscience divine éveillée chez les humains malgré la descente dans la matière. C’est le plus haut représentant de Dieu sur Terre. Dans la Genèse, il est dit qu’il apporte la communion avec le pain et le vin d’Abraham.

Saint Paul dit de lui dans l’épître aux Hébreux (6,7): « Ce Mechitsedek… qui n’a ni père, ni mère, ni généalogie, ni commencement pour ses jours, ni fin pour sa vie, mais qui est assimilé au Fils de Dieu, reste à perpétuité ». Il est dit aussi plus loin que Jésus est dans la ligne de Melchitsedek et qu’il est prêtre pour l’éternité à la manière de Melchisedek.

Melchitsedek n’a donc ni père, ni mère, ni généalogie. Il était avant Abraham et il accompagne l’humanité dans toutes ses pérégrinations. Ce n’est pas symbolique. C’est ainsi. Il fallait qu’il y eu un grand prêtre chargé de préserver la flamme de l’esprit pour l’humanité, un hiérophante d’éternité. Cela n’a rien d’impossible. A partir du moment où on n’est pas assujetti aux lois de la matière dense, on ne subit pas l’obscuration de la conscience, et l’être alimenté par la flamme brûlante de son soleil intérieur et de tous les soleils de l’univers ne se consume plus. Il resplendit dans le printemps de l’Eternel présent de la Toute-puissance de l’Amour divin.

Tous les Maîtres dans leur corps de lumière ou dans leur habit de chair, selon les nécessités des époques, participent à ce gouvernement dont le but est d’installer ici sur la Terre le Royaume de Dieu et sa justice dont Melchitsedek est l’instigateur et l’inspirateur. En temps que Roi de Salem, il va présider à l’instauration de cette nouvelle Jérusalem dont parle St Jean et qui est la Cité Royale de Melchitsedek. Cette ville, chacun de nous porte en lui un coin de terre où il l’appelle de tous ces voeux.

Voilà, chers amis, en espérant que cela vous convienne !

Par SEPTIMUS sur le Forum LA VIE DEVANT SOI http://devantsoi.forumgratuit.org/

La pratique ancestrale chez les Esséniens

 

2ème partie : Cet interview de Daniel Meurois et de Marie-Johanne Croteau-Meurois, réalisé par le magazine Sacré-Planète et publié dans le n°44, qui développe le concept des Thérapies égypto-esséniennes, met en évidence l’origine des Soins Esséniens et Égypto-esséniens et le concept de Vie qui les soutient.
Ce savoir et ces valeurs font partie de l’enseignement que Daniel et Marie-Johanne diffusent en France dans leur concept de « Soins à sensibilité essénienne et égyptienne ».

Bonne lecture
Jean-Paul Thouny

A

SP : Quel était pour les Esséniens – et les Égyptiens qui ont précédé ceux-ci – le rôle de la maladie chez l’être humain ?

Daniel Meurois. : Dans leur Tradition comme dans toutes les grandes Traditions du monde, les thérapeutes ayant une vision globale de la maladie ont toujours perçu celle-ci comme un rendez-vous de l’être avec lui-même. La maladie indique inévitablement un carrefour dans la vie d’une personne, un carrefour qui lui suggère de repenser sa façon d’être, essentiellement son hygiène de vie intérieure. Celle-ci est émotionnelle et mentale. Elle est aussi en rapport avec ses croyances, car ces dernières deviennent vite des conditionnements qui orientent le comportement. En termes modernes, on pourrait dire que la maladie, vue sous cet angle, est perçue comme un clignotant rouge sur le tableau de bord d’un véhicule. Elle est le signe d’un désordre à repérer, dont les racines sont peut-être éloignées du symptôme qui se manifeste, ou apparemment sans rapport avec lui.

Pour en revenir aux Esséniens et aux Égyptiens, je dirais qu’ils accordaient beaucoup d’importance aux masses énergétiques engendrées par les pensées humaines. Ils voyaient, dans ces masses qu’on appelle de nos jours « Forme-Pensées », les germes de la plupart des troubles de santé. Ils avaient remarqué, d’une part que ces masses affaiblissent ou déstructurent l’aura humaine mais que, d’autre part, elles aimantent des organismes toxiques émanant du bas-astral, les « entité-maladies ». Leur première préoccupation était donc de nettoyer l’organisme subtil du malade par toutes sortes de méthodes, puis d’y lever certains barrages énergétiques, avant même de tenter d’y rétablir un courant de vie réparateur.

Des sortes de mantras, puis des pratiques de « reconstruction mentale » par visualisation, étaient ensuite enseignées aux malades capables de se prendre en charge afin qu’ils modifient leur rapport à la vie, et ne retombent pas dans le même problème. De manière générale, passer à travers une maladie, digne de ce nom, était pour ces anciens peuples comme franchir le cap d’une initiation. On était idéalement tenu d’essayer d’en comprendre le sens. Ce qui ne veut pas dire que c’était toujours fait et réussi.

Cette approche préfigurait incontestablement ce que nous appelons aujourd’hui les psychothérapies… hormis le fait que l’existence de l’âme en était le pivot majeur… « détail » qui n’est pas nécessairement le cas de nos jours, loin s’en faut, hélas. L’être est une globalité indivisible, ce qui veut dire que, si on l’ampute de l’une de ses dimensions, on ne résout aucun problème en profondeur.
On ne fait que le déplacer et on lui donne alors un autre nom.

 

SP : Les thérapeutes étaient à l’époque des prêtres car soigner était un acte sacré. Aujourd’hui, les choses ont évidemment changé et on ne conçoit plus que la prêtrise ait nécessairement quelque chose à voir avec les thérapies. À qui s’adressent les formations en soins esséniens que vous donnez, Marie-Johanne, en collaboration avec Daniel ?

Marie-Johanne Croteau-Meurois : Notre formation en soins esséniens ne s’adresse évidemment pas à tous. Nous pensons très honnêtement que tout le monde ne possède, hélas, pas en soi les qualités de base d’un bon thérapeute. Les qualités essentielles que nous recherchons dans notre école de formation sont, entre autres, celles de la réelle compassion – beaucoup de gens ignorent d’ailleurs le véritable sens de ce mot – la volonté sincère d’aider, la capacité d’écoute et d’accueil de la personne malade. À cela, il faut ajouter l’honnêteté, le discernement, une démarche spirituelle évidente et ce qu’on appelle la foi. Enfin, l’idéal est aussi de manifester certains dons particuliers propres à faciliter l’approche de ce type de thérapie comme, par exemple, une sensibilité particulière aux niveaux des mains, de la clairaudience, de la clairvoyance, etc.

Il ne s’agit pas de dire : « Pour soigner, on injecte de la lumière, de la lumière qui est autour, dans les corps subtils… » car, à mon sens, c’est une formulation incohérente dans le cadre de la Tradition essénienne. Elle semble ignorer absolument tout de l’aspect sacré des soins, et est réductrice quant à leur principe de base : celui de la recherche intérieure chez le thérapeute d’une « qualité » de Lumière spécifique. Le but est de canaliser celle-ci et ensuite de l’infuser avec le Cœur et toute la Conscience requise dans le corps du malade… en n’omettant pas de demander l’assistance et l’aide des Présences célestes, des Guides de Lumière.

Il faut préciser que l’acte de soigner est un acte de symbiose totale avec le « Ciel ». Une trinité composée de la Présence divine, du thérapeute et du malade doit se manifester. L’énergie thérapeutique circule donc du Ciel vers le thérapeute, son outil et son canal. Le thérapeute, de par ses mains, transmet ensuite au corps du malade « l’Onde sacrée de Guérison », dont la Lumière retourne ensuite au « Ciel ». Il s’agit d’un mouvement trinitaire et continu de régénération de la circulation de l’Énergie de Guérison et d’Amour des sphères célestes.

SP : Quelle place accordez-vous au sacré dans ces soins ?

MJCM : J’y accorde toute la place car soigner est un acte sacré en lui-même. Pas d’appel à l’aide d’une Présence de Lumière ? Pas de reconnaissance du Sacré ? Alors pas de réelle guérison possible.
C’est aussi clair et simple que cela. Tout résultat positif, en soins esséniens-égyptiens, repose sur la foi du thérapeute et le respect de l’aspect sacré du soin, donc sur une vraie connexion avec l’Onde divine universelle.

Daniel et moi-même n’enseignons pas qu’un ensemble de données à intégrer mentalement. Nous enseignons à désapprendre le mental pour se connecter à la Source et au Cœur de celle-ci en soi ainsi qu’à l’extérieur de soi, afin de laisser s’exprimer le Courant thérapeutique sur le corps malade. Nous essayons de faire sentir à nos étudiants l’existence d’une autre « marche » à gravir, celle qui dépasse le simple niveau du thérapeute et qui mène à celui du thérapeute-guérisseur.

Nous recommandons.par ailleurs de travailler en parallèle avec la médecine officielle de notre société, car aucune médecine ne devrait en exclure une autre. Les thérapies esséniennes résultent d’une communion sacrée et intime de l’âme et du cœur. La sagesse et la maîtrise sont de savoir manier intelligemment l’une et l’autre. Si nos enseignements souhaitent donner tous les outils de cette méthode, ils espèrent par-dessus tout faire toucher son côté mystique en permettant aux mains du thérapeute et à son cœur d’intégrer en eux l’Onde de la Guérison et de multiplier ainsi l’impact d’une simple technique. « L’amour seul ne suffit pas, il lui faut ce Souffle qui s’appelle Vouloir (1). Sans lui vous ne rêvez rien, vous n’accomplissez rien » est-il dit dans « Les Enseignements premiers du Christ » (2).

SP : Le Christ occupe manifestement une place très importante dans ce que vous enseignez. Le considérez-vous comme un thérapeute essénien ?

MJCM : Oui, le Christ occupe effectivement une très grande place dans ce que nous enseignons mais certainement pas parce que nous considérons qu’Il était un thérapeute essénien. Certes, Il avait été formé par « la Grande Fraternité des Frères en Blanc » dès son tout jeune âge au Krmel mais Il avait été aussi initié en Égypte et y avait enseigné dans les temples de thérapies.

Daniel Meurois a donné de multiples témoignages à ce sujet dans ses écrits et séminaires mais pour en un bref rappel, il a dit à peu près ceci : « De retour de son long voyage de 17 ans en Inde et dans les Himalayas, le Maître Jeshua, lors d’une mort initiatique dans la grande pyramide de Chéops, fut investi par la supra-conscience solaire du Christ. Suite à cet événement majeur, Il fut investi par une autre Force au cours d’une seconde initiation, lors de la fameuse cérémonie du Baptême dans le Jourdain. À la supraconscience du Christ s’est ajoutée Celle du Logos de notre Galaxie. Lorsqu’on parle du Christ, on parle donc du Christ-Jésus. On évoque trois puissances en une : la première, celle du Maître de sagesse incarné, la deuxième, celle de l’Être le plus réalisé de notre système solaire, la troisième comme étant issue de la Grande Présence manifestée dans notre Galaxie ».

Marie-Johanne ajoute : « Jai eu la chance d’être un témoin féminin proche du Christ, il y a deux mille ans. Vous faire un portrait de qui « Il » était et de « Ce » qu’Il est toujours,
pour moi, m’est tellement difficile… les mots sont trop petits ou insignifiants… Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à décrire ni à exprimer tout ce qui agissait et irradiait « de » et « par » Lui. Non, le Christ n’était pas un thérapeute essénien, Il était le Christ ! C’est par mon propre souvenir des enseignements du Maître Jeshua en personne reçus avec d’autres disciples en petit comité que j’enseigne maintenant. Je le fais donc avec la mémoire vive de mon âme. C’est par ce souvenir de Lui que je colore tous mes enseignements. Je n’oublie pas bien sûr, la source de base de ces soins reçus directement des Elohims (ou Frères des Étoiles) et revivifiés par Daniel ».

SP : Les thérapeutes esséniens étaient-ils plus souvent des hommes ou des femmes ?

Est-ce que les femmes avaient des fonctions spécifiques à l’aide, par exemple, d’huiles et de plantes ?

MJCM : Les Traditions des Églises sont essentiellement patriarcales et ont toujours eu tendance à laisser toute la place aux hommes. Le Maître Jeshua avait au contraire privilégié ou encouragé une tradition matriarcale. Ses premiers disciples étaient incontestablement des femmes, sa mère Myriam, Marie-Madeleine, Marie-Salomé, Marie-Jacobé… Ces femmes disciples s’appliquaient à soigner comme Lui au moins autant que les hommes.

Cela n’empêchait pas certaines d’entre elles de travailler à l’élaboration d’huiles précieuses utilisées en soins, de parfums spécifiques, et d’utiliser des plantes médicinales selon les méthodes ancestrales esséniennes et égyptiennes. Il ne faut cependant pas s’imaginer que tous les disciples du Maître Jeshua avaient tous des dons pour la guérison ou des connaissances dans ce domaine… comme il serait faux de croire qu’ils étaient tous des orateurs capables de rassembler des foules. C’est leur rayonnement qui a opéré l’essentiel de la transmission de sensibilité christique, qu’ils aient été hommes ou femmes, thérapeutes ou non.

SP : Daniel Meurois, y a-t-il eu une évolution des soins entre thérapeutes égyptiens et esséniens ? Est-il exact de dire que les soins esséniens étaient un peu plus éthérés ou peut-être plus dépouillés ?

D. M. : Il y a nécessairement eu une évolution ou plutôt un ensemble d’adaptations. C’est logique et rassurant car tout ce qui est figé, meurt. Chaque peuple, chaque culture a sa propre sensibilité, ses points forts et ses faiblesses. Une même connaissance qui voyage d’une tradition à l’autre se colore donc inévitablement au contact de la terre qui la reçoit. Elle peut s’enrichir dans certains domaines ou se fragiliser dans d’autres, c’est ce qui la rend vivante. Il ne faut pas oublier que la tradition de ces soins était d’abord orale. D’un enseignant à l’autre, de l’Égypte à la Palestine, on y trouvait par conséquent quelques variantes.

En réalité, affirmer que les soins étaient plus éthérés ou plus dépouillés chez les Esséniens que les Égyptiens serait un peu simpliste. Cela dépendait essentiellement du maître qui enseignait et du contexte dans lequel il communiquait sa connaissance. Je reconnais toutefois que les Esséniens craignaient un peu plus le contact du corps que les Égyptiens en raison de leur appartenance au Judaïsme. Je dirais aussi que les Égyptiens se montraient moins dualistes qu’eux à ce propos, car ils voyaient plus facilement le corps physique comme un temple à respecter que comme une manifestation pesante de la vie.

À ce niveau, Jeshua se montrait certainement plus Égyptien qu’Essénien car il ne craignait aucun des aspects du corps humain ; Il ne répugnait absolument pas au contact de la chair, contrairement à ce que toute la Tradition chrétienne a cherché à nous faire croire. À ses yeux, la vie était une globalité dont aucun des niveaux de manifestation n’était à exclure. C’est ce que Marie-Johanne et moi tentons de faire comprendre dans la façon dont nous communiquons les thérapies. Le subtil et le dense sont étroitement imbriqués et ne doivent pas se repousser ou s’exclure l’un l’autre.

SP : La science actuelle découvre des notions dont les Égyptiens avaient, semble-t-il, connaissance il y a plusieurs milliers d’années. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

D. M. : j’ai effectivement évoqué, dans « Ainsi soignaient-ils« , l’existence dans le cœur humain d’un point précis que les Égyptiens du temps d’Akhenaton appelaient « le point-vie ». Un tel point paraît bien correspondre avec une zone mise en évidence depuis peu dans le cœur humain par les chercheurs de l’Institut Heartmath, aux États-Unis. Il s’agit d’une zone hyper-sensible constituée d’environ 40 000 cellules à laquelle il ne faudrait toucher en aucun cas, lors d’une chirurgie cardiaque, sous peine de provoquer la mort instantanée du patient.

Les chercheurs en parlent clairement comme d’un cerveau cardiaque doté de mémoire. En ce qui me concerne, ce point me fait nécessairement penser au prolongement ou à l’expression physique de ce que l’on nomme l’atome-germe.

L’atome-germe, je le rappelle, est un atome subtil fait de condensé d’Akasha. Il constitue, en quelque sorte, la base fondamentale de données – ou, si on préfère, le « disque dur  » – de chaque être humain. Il est sa mémoire totale depuis l’origine de ce qu’il est. Il véhicule donc les éléments karmiques de chacun, son histoire et son architecture profonde. Je ne doute pas que cette découverte moderne – qui est en réalité une redécouverte – puisse susciter beaucoup d’intérêt dans les années à venir et participer finalement au rapprochement du subtil et du dense. Finira-t-on par comprendre que l’intelligence du cœur n’est pas qu’un beau concept métaphorique et poétique ?

SP : Un tome II d’« Ainsi soignaient-ils ? » est-il en préparation ?

D. M. : À vrai dire, peut-être bien plus qu’un simple tome II… mais ce sera une surprise. Il y a tant à dire pour « ressusciter » tout cela !

Interview de Daniel Meurois et Marie-Johanne Croteau-Meurois

www.danielmeurois.com

Les 16 degrés de l’Être dans notre dimension

 

 couleurs

Le 1er degré se rapporte à la prise de conscience d’Être, un socle à partir duquel les degrés d’expression se déploieront. Il détermine le cadrage d’une individualité en autonomie, en distinguo de la communauté. Je Suis différent des autres, et néanmoins si complémentaire et précieux à l’ensemble. Je Suis à travers une personnalité unique, résultat d’une Volonté divine dans un large Plan d’Ensemble. JE m’exprime d’après mes expériences en liant mes émotions à mon environnement.

Les 12 prochains degrés sont doubles. Ils s’appuient sur deux pôles exprimés, miroir l’un de l’autre dans lequel chacun se regarde amoureusement, compléments indissociables qui ramènent au Centre où se niche la Sagesse. Je les présente sans ordre déterminé, ni hiérarchie. La numérotation n’est que facilité d’énumération. Chaque degré est une leçon inter-reliée aux autres se jouant au rythme de notre compréhension. Aucun n’est prédominant, et chacun s’apprécie sur une palette d’émotions ou de sentiments en relation avec notre chemin.

Le 2ème degré prend ses racines dans la Peur et la Confiance. La Peur parle de survie dans un domaine dangereux, de méfiance et de trahison. Les autres sont des prédateurs ou des voleurs. L’individu se ressent prioritaire afin d’assurer ses besoins vitaux dans un monde où tout peut manquer. A contrario, la Confiance se déploie dans un monde Juste où tout est en résonance avec l’évolution vers le meilleur, où l’Abondance est Justice pour tous.

Le 3ème degré concerne la Paix et le Désordre. La Paix est le repos, le soulagement de l’être qui s’abandonne à cette partie de Lui-même qui lui assure le détachement : l’Observateur. Il accepte la Vie comme elle vient avec Confiance. Le Désordre est la préemption des émotions dans l’expression de l’être. L’individu réagit sans prise de recul. Il est sans cesse en recherche de contrôle car il se perd entre ses croyances et ses ressentis. Il est dans les prévisions et les cadres, schémas qui s’écroulent invariablement car bâtis sur des sables mouvants, les émotions incomprises.

Le 4ème degré parle de Compassion et d’Égoïsme. La Compassion ouvre l’individu à l’écoute aimante de l’autre, dans une communication totalement ouverte et dédiée à l’autre, d’empathie alliée à la sagesse que le détachement offre dans une perspective étendue. L’Égoïsme prend sa charge dans un repli sur soi, un refus de partage par peur de s’y perdre, de se voir frustré d’une reconnaissance en tant qu’égal et donc la négation de ses besoins fondamentaux.

Le 5ème degré s’appuie sur le Contrôle et le Lâcher-prise. Contrôler son corps, ses choix, sa vie. Le mental est placé en exergue et dirige selon des données apportées par la société et  l’environnement proche. Le corps est sous tension constante, et s’épuise à maintenir les fonctions vitales coupées de la fluidité de la Vie. Tous les sens sont obstrués. Le Lâcher-prise accepte qu’il n’y a rien à savoir ou à avoir, à contrôler. Le mental reprend sa place de communiquant aimant et est guidé par le cœur. La sérénité apporte la Vitalité dans le corps. L’accueil est base de Vie.

Le 6ème degré dessine l’Attachement et la Haine. L’Attachement est communément ressenti comme de l’amour. Je t’aime donc tu m’appartiens, tu me dois fidélité et réconfort, répondre à mes attentes et me donner un soutien inconditionnel. La condition régente le couple. Tant que l’un obtient de l’autre ce qu’il désire, le sentiment amoureux perdure. Une certaine harmonie s’installe. La Haine est paradoxalement la contrepartie de l’Attachement car elle relie par la violence deux êtres, groupes, nations. L’énergie se canalise dans un flux continu entre ces deux entités où sont déversés la colère, la rancœur et un sentiment d’injustice. L’un détient quelque chose désiré ardemment par l’autre (un bien ou une qualité, le pouvoir ou la reconnaissance …), ce qui génère une frustration chez ce dernier. L’un devient dépendant de l’autre. Généralement, les positionnements de l’un nourrissent l’acharnement de l’autre jusqu’à ce qu’un des deux se place dans le Pardon puis la Gratitude.

Le 7ème degré présente l’Oubli et l’Obsession. L’Oubli émane du Lâcher-prise. Accepter que la vie soit changement et innocence. L’Oubli s’ancre dans la Paix puisqu’il n’y a pas de rétention, de rancœur ou de souvenirs douloureux. Tel l’enfant qui joue et qui est conscient qu’il s’agit d’un jeu, les émotions éphémères sont offertes à l’univers afin que l’énergie soit redistribuée. Il n’y a que Pardon. L’Oubli permet de rester au Centre, de ne pas s’investir dans une émotion et de tourner en boucle. A l’inverse, l’Obsession refuse de pardonner, de lâcher. Elle prédomine et enchaîne. Pour cela, elle utilise l’extérieur qui devient prétexte pour valider cette prison. La Haine et l’Attachement accompagnent souvent l’Obsession.

Le 8ème degré apporte la Possession et la Liberté. La Possession demande à accaparer, dominer, se défier de l’autre. Elle créé un sentiment de manque et de perte, et place la personne à se comparer sans cesse aux autres. Susciter l’envie ou l’admiration. Cela amène l’individu à être en quête permanente, que ce soit en savoirs ou en biens. La Liberté ouvre la personne à accueillir en toute fluidité, à être détachée. Ne rien posséder ou ne rien savoir (ignorance) soulage l’être et lui donne accès à l’Abondance de la Vie par son humilité et sa réceptivité à tout ce qui lui est offert. La Liberté chemine avec la Confiance, l’individu sait qu’il recevra ce qui est Juste en synchronicité. Et comme la Vie est généreuse, l’être reçoit en permanence des encouragements et de l’Amour.

Le 9ème degré s’ouvre sur le Changement et la Stagnation. Le Changement est mouvement, fluidité. La Vie est Changement, transformation, et aussi Inconnu. Reconnaître que tout change pour le meilleur, faire Confiance. Mais le Changement se base aussi sur le Cœur, pont direct de l’âme. S’en remettre à son âme. La Stagnation refuse le changement qui l’effraie. Les peurs liées au manque d’amour de soi, à la mésestime personnelle, filtrent les informations et présentent la Stagnation comme une sécurité, des repères expérimentés et validés. La Possession en est une variante.

Le 10ème degré se développe sur l’Ouverture et le Rejet. L’Ouverture alimente le Changement et la Liberté. Elle s’appuie sur la Confiance et la Paix. Accepter de remettre en question, de se remettre en question. Élargir son cercle de confort pour ensuite le transcender en profondeur. Regarder la Vie et les autres avec objectivité et bienveillance. Cheminer vers sa Transparence. Le Rejet nie tout intérêt à ce que la vie apporte à la conscience. Il se manifeste dans la Peur et le Désordre. L’être ressent tout changement ou nouveauté comme une attaque personnelle. Il se place en équilibre précaire au bord d’un précipice dans lequel le Vent du Changement peut l’y faire basculer. Il n’y perçoit que néant.

Le 11ème degré chemine sur le Courage et la Désillusion. Le Courage est une valeur partagée par tous, car il en faut du courage pour s’incarner dans une dimension dissociée en sachant que nous irions jusqu’à nier notre divinité afin d’expérimenter la dualité. Malgré l’Oubli de Qui Nous Sommes, malgré la privation temporaire de notre souveraineté, nous avons continué à croire en notre capacité à transcender ce qui nous sépare. La Désillusion, quant à elle, vide la personne de tout espoir. Elle s’accompagne de cynisme camouflée en logique, et dépeint la vie comme un aller sans retour à nous-mêmes, sans but véritable, un « accident ». L’individu chemine avec un profond sentiment de trahison et d’abandon. Croire devient le fanion de l’utopie naïve. Le Rejet s’impose.

Le 12ème degré parcourt l’Humilité et l’Orgueil. L’Humilité rime avec Simplicité et Egalité. L’individu est dans l’accueil sans attentes ni préjugés. Comme il a intégré qu’il ne sait rien mais que la Vie pourvoit à ses besoins, que ce soit spirituels, intellectuels ou matériels, il est dans sa Liberté d’action et est détaché de liens restrictifs. L’autre est son égal, un compagnon de voyage avec qui partager la Joie de l’évolution. L’Orgueil se bat avec la Vie et est insatiable. Sur une échelle personnelle de supériorité, l’être se mesure sans cesse aux autres qui sont ainsi des adversaires déclarés ou potentiels, et craint de perdre ce qu’il croit avoir gagné ou mérité. Le Contrôle est son obsession car l’Orgueil se nourrit d’un désamour qui lui fait rechercher l’admiration et l’estime des autres. Ainsi, l’être est plongé dans la peur que chacun le perçoit tel qu’il se croit être : indigne.

Le 13ème degré annonce l’Empathie et la Manipulation. L’Empathie est la résonance avec l’autre. Être empathe signifie vibrer sur les émotions de l’autre. Et ce n’est possible que si la personne empathique a expérimenté elle-même ce que vit l’autre. L’Empathie salutaire est compagne de la Compassion. Cette dernière apporte la compréhension des leçons et le respect de la souveraineté de l’autre et de ses choix de vie, le détachement aimant. La Manipulation crée un cercle dans lequel la recherche de pouvoir sur l’autre s’exerce : victime-bourreau-sauveur. Savoir ce que l’autre ressent pour l’utiliser à ses fins, s’en nourrir ou dominer l’autre.

Les 3 degrés suivants s’illuminent en l’être lorsque l’intégration des 12 leçons active les figures géométriques en cohérence. Vous abreuvez votre fleur de Vie qui s’épanouit simultanément. Là encore, nulle hiérarchie. Selon votre Intention et ouverture de cœur, vous y avez accès à tout moment par touches progressives. Les notions de « masculin » et « féminin » doivent être comprises en tant que pôle, avec la connotation d’égalité et d’interpénétration l’un dans l’autre.

Le 14ème degré s’écoule dans l’intégration du Christ en Soi. Être Lumière dans sa Transparence, avoir réconcilié les pôles pour que se déverse l’Essence même de notre Être à travers nos différents corps. L’Unité de notre multiplicité nous redonne toute notre Intégrité. Nous retrouvons toute la Cohérence de notre incarnation et la Joie de faire partie de l’Humanité. L’incarnation de chair exalte le Verbe. L’action de vivre se réjouie dans la compassion envers Soi et les autres.

Le 15ème degré est l’Amour dans son émanation féminine, maternelle, inconditionnelle bien sûr, et protectrice. Ici nous nous découvrons dans le flux intemporel de la tendresse qu’est la Substance divine. Notre cœur s’expanse jusqu’à englober la Création elle-même, et nous illustrons notre Volonté par la conscience que nous sommes en tout ce qui émane de la Vie. Nous exprimons l’Un dans la multiplicité des potentialités, nous nous fragmentons à l’infini afin d’emplir Tout ce qui Est de notre Amour. L’âme est magnifiée.

Le 16ème degré rejoint la Connaissance. Celle-ci soutient la Création, elle encadre la Géométrie sacrée et le Son divin en apportant une Direction. Elle est la reconnaissance de la Cohérence, elle valide et justifie la Vie en ses possibilités infinies. Elle en est le sens et l’essence. Nous contactons ici l’Amour dans son émanation masculine : l’action par la transmutation. Le Soi illumine le Chemin.

Préambule de Magali du groupe Miriadan : « ceci n’est en aucun cas La Vérité, mais exprime simplement un regard. Les mots appliqués ici sont ceux qui me paraissent justes d’après la vibration reçue et mes expériences. Aussi voyez-y un support de départ pour votre propre expression. Apportez vos propres définitions. »

Voir également « La géométrie sacrée et Vous« .

bannieremiriadan

Message Christ’al Chaya du 2 avril 2015

Fraternité-de-la-Rose-02Bien-aimés de l’Un, je vous salue, soyez les bienvenues, chères âmes, soyez accueillies, accueillies dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An, d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans cet espace sacré et consacré.

Je suis Christ’al Chaya, Maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech de la Fraternité Dorée d’Orion et je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous accompagner dans ce processus d’ascension, dans ce besoin d’intégration mémorielle et cellulaire.

Et je commencerai cet enseignement par une histoire. Un enfant ressent à l’intérieur de son cœur, à l’intérieur de son corps, deux énergies qui s’affrontent, l’une le pousse vers le bien, le service, le don et l’autre le met dans des états de comparaison, de frustration, de convoitise et puis, il va voir son père et lui dit : « je sens à l’intérieur deux forces qui s’opposent, comme le bien et le mal. » Et son père lui dit : « Oui, tu sais c’est comme s’il y avait deux voix à l’intérieur de toi qui s’affrontent. » Et l’enfant dit à son père : « Mais qui va gagner de ces deux ? » Et le père lui répond : « Celui que tu nourriras. »

Quelle est la part à l’intérieur de vous que vous allez nourrir ? Est-ce ce don total d’amour, cette rectitude du cœur, cet engagement, cette responsabilité aussi, ce devoir d’amour ou est-ce la part de vous qui se sent séparée, qui veut conquérir, qui veut prendre, qui en a assez d’être dominée et qui voudrait dominer, celle qui calcule, qui vit l’amour, l’amitié, selon des rapports d’intérêt ? Alors, il y a une partie de vous qui dit : « Je veux être dans le don d’amour, dans le don total. » Mais il y a des mémoires lointaines, très lointaines qui ont même généré le « pourquoi vous vous êtes incarnés » – le « pourquoi cette Terre a été créée » : des extensions, des parties mémorielles de votre Etre qui ont subi des traumatismes dans d’autres dimensions, dans d’autres univers. Et ces extensions se souviennent qu’à chaque fois qu’elles sont allées vers les familles involutives en leur tendant la main, en leur disant « vous êtes nos frères, cessons la lutte », ceux là sont venus et se sont servis, ont fait croire à des trêves et ont trahi. Alors cette partie souffrante de votre Etre, cette extension, se rappelle de cela et a peur, a peur d’être trahie une fois encore. Et parfois cette part de vous-mêmes, est exténuée, fatiguée, parce qu’elle se demande : « quand ce monde changera-t-il réellement ? »

Et puis, il y a parfois dans vos extensions, un sentiment d’injustice, de colère, d’impuissance, parce qu’il y a la mémoire de ces planètes que vous avez vu exploser, de ces Temples divins d’immortalité, où des êtres sont venus et se sont servis pour asservir leur prochain.

Et sur Terre, vous n’avez fait que répéter, d’incarnation en incarnation, cette grande fracture qui est née dans le système d’Orion, vous l’avez revécue encore et encore, vous avez traversé des temps féodaux, vous avez aussi traversé des guerres, des luttes et échoué à certains moments quand, par exemple, les blancs ont rencontré les rouges : au lieu d’apprendre, de venir en toute humilité, ils sont venus prendre et ont dit à l’homme rouge : « toi tu n’es rien, je vais t’anéantir, tu n’es pas enfant divin », alors que précisément l’homme rouge vivait en communion, parce qu’il n’était pas dans la limitation des territoires, mais dans l’infini, car finalement, rien ne vous appartient, mais vous êtes responsables de ce que vous empruntez : la terre, l’air, votre corps est précieux.

Alors, comment allez-vous faire, humains de la Terre, parce qu’il est vrai, il y a un état d’urgence. Car aujourd’hui, vous avez une technologie relativement avancée, encore ce n’est pas le bon terme : je dirais une technologie dangereuse, dangereuse parce qu’elle est basée sur la fission de l’atome. Mais finalement, cette fission n’est que le reflet de cette fracture intérieure avec vous-mêmes, avec la Source. Et tant que vous n’élevez pas votre conscience, eh bien, il y a des risques pour pérenniser la race humaine.

Alors à cause de cela, plusieurs Conclaves ont eu lieu et dans son immense sagesse, le grand Maître de la Fraternité Dorée, le Maître Shinta Naya Horus Kron, a proposé des solutions pour que l’humain arrive aujourd’hui à comprendre cette rédemption. Tout d’abord, vous êtes un univers fils, appelé à devenir un univers Père/Mère, donc vous êtes en phase de mutation intérieure, pour vous donner une image : comme des têtards qui sont appelés à devenir des grenouilles. Seulement vous n’allez pas devenir des grenouilles, parce que nous vous envoyons de l’information qui va stimuler aussi cette part de Conscience christique, qui va la nourrir.

En même temps, toutes ces particules lumineuses qui descendent, elles amènent avec elles la mémoire de votre karma racine et dans ce karma racine, il n’y a pas que les implants qui vous ont réduits dans vos perceptions, dans votre compréhension et dans votre interprétation de la vie. Pire que cela : dans vos mémoires galactiques, vos extensions sont soumises à des structures leurres répliquantes où l’on a copié les signatures de vos codes matriciels originels et on en a changé l’organisation pour leur donner une autre structure, une autre forme, autrement dit, on a modifié le plan de construction de votre ADN. Et en plus de cela, on vous a éduqués dans un système de survie où l’on a détruit le féminin jusque dans la genèse génétique où l’on vous présente Eve comme la chute, la perdition, où l’on bannit toute une descendance, Caïn et Abel : Caïn qui tue Abel. Caïn des lettres masculines, Abel des lettres féminines, le masculin qui tue le féminin, l’outrage à la Déesse parce que la Déesse c’est le mouvement circulaire, c’est le souffle de vie. Souvenez-vous en ancienne Egypte où l’on retrouve sur les stèles Isis qui met la clé de longévité dans la bouche d’Osiris, elle transmet le souffle de vie, elle est cette puissance d’amour et l’énergie féminine est la matrice des mondes, elle est la connaissance de la vie, des lois de vie.

Et le masculin qui vient s’unir au féminin, amène aussi sur Terre et dans tous les univers, la structure, l’organisation de la matière.

Humains de la Terre, vous êtes sur le point de quitter toute l’ancienne trame énergétique du féminin et l’ancienne trame énergétique du masculin. Et ce portail de solarisation qui va s’ouvrir au Mont Shasta, va aussi accélérer ce travail. Comprenez cela car CELA EST. Mais pour ceux qui désirent s’unir dans cette étreinte sacrée du souffle divin, doivent retrouver d’abord le lien amoureux avec le Maître, ce lien qui vous dit « In Lakesh – tu es un autre moi et je suis un autre toi » Je n’attends rien de toi, je ne projette rien sur toi, je respire avec toi, parce que nous sommes de même Essence et nous grandissons ensemble dans cette connaissance du cœur, du Sacré Cœur d’amour christique, dans la voie Melchizédech.

Il y a 2.000 ans de cela, Jésus Christ Sananda disait cette phrase sacrée en ancien grec :

« EFFATA THALITA KOUM ACCOULOUTEÏ MOÏ. »

Ne viens pas avec ta tête et ton mental, ne viens pas pour prendre, mais assieds-toi auprès du Maître, incline toi. Lorsque tu t’inclines, tu présentes ta nuque, tu es en état de fragilité, mais tu as confiance dans le Maître et le Maître a confiance en toi, parce que tu viens aussi dans cette humilité, dire au Maître que tu ne feras jamais de mal, parce que tu es prêt à recevoir. Ne viens pas avec ta tête et laisse monter cette vibration d’amour du cœur, laisse la monter en toi dans cet axe de ta colonne vertébrale. Et puis ainsi tu t’uniras à la conscience du soi et la Terre vit cela, elle aussi, aujourd’hui.

Lorsque tous les grands portails de solarisation seront activés, la kundalini terrestre va monter, monter dans tous ses vortex majeurs et faire rayonner ces îlots de lumière, de paix, d’harmonie, pour éveiller la Conscience christique. Mais n’attendez pas le Maître extérieur : aujourd’hui, dans cette respiration, vous le rencontrerez à l’extérieur de vous-mêmes, mais aussi, vous vivrez cette union mystique à l’intérieur de vous. Car cette nouvelle Arche, c’est cette 2ème naissance du Christ, vous êtes cellule composant ce Corps christique de l’humanité.

Alors on ne peut pas servir deux Maîtres et vous devez passer les initiations du choix. Les portails de rédemption vous accompagnent dans ces initiations. Le premier portail, dans le siège de la nouvelle kundalini terrestre, soigne le féminin, soigne ces parties blessées de vous qui ont peur d’être dans le don total, parce que outragées, parce que trahies. Dans le 2ème portail, vous vous libérez des pouvoirs anciens falsifiés, dogmatiques, des religions qui ne sont pas « religio », qui ne sont pas le chemin pour rejoindre la Conscience des Maîtres, mais qui sont des verrous pour l’initié.

Et puis, toutes vos extensions qui sont éduquées dans ces portails de rédemption, vont devoir vivre l’initiation du renoncement de la mort, renoncement à vos croyances limitantes, renoncement à vos désirs, renoncement à vos projections, à votre personnalité humaine, à vos résistances, pour être ici et maintenant, dans cette respiration sacrée du Un, pour mourir à vous-mêmes et être recyclés dans la Source Première et ensuite vous diriger vers ces portails de solarisation et devenir vous-mêmes une manne, une source de particules de lumière rayonnante. Car voyez-vous, tous les Maîtres et les Avatars que vous avez côtoyés dans des vies, étaient eux-mêmes source de particules lumineuses, de particules adamantines cristal, de particules adamantines or et précisément lorsque vous étiez en contact dans leur aura, eh bien, ils nourrissaient dans vos Urims et vos Thummims, dans vos codes matriciels cristal au centre de la cellule, ils nourrissaient cette part christique, cette Essence primordiale de votre Etre pour que malgré toutes les expériences de face à face avec les familles involutives, vous n’oubliiez pas ce que vous êtes et pourquoi vous êtes venus depuis des siècles sur Terre.

Car voyez-vous, vous devriez vous réjouir aujourd’hui d’être incarnés à cette époque précise de l’humanité, vous vous êtes donné rendez-vous pour vous rassembler en unités de lumière, mais aussi vous rassembler avec ces familles involutives pour les éduquer, en éduquant l’involution en vous, en trouvant votre propre voie de rédemption à l’intérieur de vous-mêmes.

Voyez-vous, humains de la Terre, qu’est-ce que la rédemption ? Lorsque Jésus a été sur la croix et que certains ne comprenaient pas pourquoi lui, qui avait sauvé tant de vies, ne sauvait pas la sienne, certains pleuraient aussi à ses pieds, ils étaient à la fois en colère et malheureux parce qu’on ne l’avait pas reconnu ou pire encore, on l’avait reconnu et précisément pour cela on l’avait tué. Mais lui sur cette croix, lorsqu’il regardait ses bourreaux en tant que Christ, alors qu’il vivait la souffrance dans sa chair, il a su dire « Père/Mère pardonne-leur ».

Voyez-vous lorsque les familles involutives vous font vivre des traumatismes, ils se nourrissent de vos émotions dissonantes et vous les enfermez quand vous les avez maudits, quand vous avez vécu de la colère, des sentiments d’impuissance, vous les avez maintenus dans leur sphère involutive et vous vous êtes enfermés vous-mêmes avec eux. Et à cause de cela, vous avez répété, répété et répété encore, alors que cette voie du cœur, du Sacré Cœur, ce mouvement de rédemption, eh bien, vous permet de libérer ces sphères involutives, de recréer le lien avec la Source Première et vous êtes appelés à devenir des rédempteurs.

Le don de soi ce n’est point le sacrifice, le don de soi c’est être présent, présent à vous-mêmes et présent dans cette écoute. Et rappelez-vous, vous n’êtes pas vos souffrances, vous n’êtes pas votre personnalité humaine, vous êtes ce que Je Suis : étincelle de vie et vous ne pouvez pas continuellement aller à contre courant de la vie, car la vie est trinitaire et la vie est une respiration SO HAM – je suis cela – Je Suis ce que Je Suis.

Alors, humains de la Terre, même si demain nous ouvrons la cage et nous vous offrons le chemin de la libération, vous devrez vous engager avec vous-mêmes, vous engager pour ce plan d’unité. Rappelez-vous que vous êtes venus il y a des éons de cela, sur la Terre, parce que peut-être qu’à cette époque, dans vos consciences vous n’aviez pas le choix, vous ne pouviez plus ascensionner avec votre planète d’origine parce que vous aviez trop d’extensions, vous étiez fragmentés et vous vous êtes dit : « finalement le plan Terre, je n’ai pas d’autre choix que d’y aller et de servir, cela va me permettre à la fois de revivre et de comprendre ce que je n’ai pas compris dans mon processus d’ascension ».

Mais aujourd’hui, là où vous en êtes, nous vous demandons de changer de conscience, de ne plus dire « je n’ai pas le choix » mais de dire « je fais le choix », ce qui est différent. Je fais le choix de servir, parce que  je suis amour, parce que je suis conscience d’amour en expansion et je fais le choix de me révéler en tant que Christ rédempteur dans cette humanité. Je fais le choix d’accompagner cette Terre Mère dans son processus d’ascension afin qu’elle devienne, elle aussi, une nouvelle matrice pour les humanités futures. Cette Terre est amour et sagesse dans son logos, ce sont ses deux ailes d’ascension et d’unification, elle devient, elle aussi, un prolongement de la Conscience Unitaire de la Source, elle devient une cellule de réconciliation, de guérison. Et vous oeuvrez tous actuellement, que vous en ayez conscience ou non, pour la paix globale.

Ne vous découragez pas, humains de la Terre, parce que parfois vous ne percevez qu’un fragment du Plan, mais ce n’est pas parce que vous ne percevez qu’un fragment, que vous devez vous identifier à cela. Ne vous identifiez à rien, soyez dans ce vide qui est source de vacuité, mais soyez également conscients que la vie prend soin de chacun d’entre vous, parce que la vie est trinitaire, parce qu’elle est une respiration. Etre dans ce mouvement de vie, c’est vous dépouiller de ce mental, c’est vous présenter aux pieds du Maître, le Maître du cœur, sans ce mental pour retrouver la fréquence d’amour, parce que vous portez tout cela en vous : on vous l’a dit depuis des siècles, « la connaissance est à l’intérieur de vous ».

Voyez-vous, il y a 2.000 ans de cela, certains groupes attendaient le Messie, mais ils projetaient beaucoup de choses parce qu’ils s’étaient identifiés à leurs souffrances, ils souffraient face aux Romains, etc., alors ils s’imaginaient un Christ qui allaient les délivrer des Romains et lorsque Jésus s’est présenté et leur a dit « la bonne nouvelle, c’est que la loi est inscrite dans vos coeurs », ils ont dit « c’est ça le Christ, c’est ça qu’on nous propose ? » C’est parce qu’ils ne l’ont pas accueilli, parce qu’ils ne se sont pas présentés dans ce vide, sans ce mental, sans projection, sans identification à leurs souffrances, ils n’ont pas compris le message christique, ils n’ont pas métabolisé, ils n’ont pas pu recevoir ses fréquences. Elles ont traversé, elles ont touché leur système cellulaire, mais elles n’ont pas germé, ces semences christiques, elles sont retournées au réservoir de vie parce qu’ils ont fait obstacle à la loi de résonance et se sont empêchés de recevoir.

Alors préparez-vous, humains de la Terre, pour cette ascension, préparez-vous à recevoir et vous ne serez jamais déçus, vous ne serez jamais dans l’attente, vous serez présents à vous-mêmes, incarnant ce que vous êtes, agissant dans votre mandat de volontaire incarné et toujours dans la reliance du cœur, du Sacré Cœur.

Voilà ce que je voulais partager ce soir avec vous, c’est suffisant, laissez-vous pénétrer par ces fréquences qui vous entourent, cessez les agitations, parce que les particules adamantines, avec toutes les structures qu’elles transportent, peuvent vous faire vivre des densités, des cristallisations qui stagnent dans les corps mental et émotionnel et cela peut vous déstabiliser quelque fois, vous agiter, surtout quand vos extensions passent les portails de rédemption, vous ressentez comme une forme de mort, non pas une mort comme vous, vous connaissez, d’autres sensations. Alors à ce moment là, restez centrés, accueillez et acceptez parce qu’à travers vous, on façonne un nouvel ADN, un ADN de rédemption. Gardez cela en vous, cette information précieuse, elle vous guidera, elle vous aidera lorsque vous serez par moment découragés, restez en contact avec votre motivation, c’est la véritable sadhana, la véritable discipline au-delà de tout mantra, de toute prière, de tout décret, c’est cette intention d’amour, c’est cette intention pure, ce don total. Restez dans cette vibration, respirez dans la conscience du cœur.

Et je vais tout simplement faire descendre des fréquences au niveau du chakra du cœur pour chacune et chacun d’entre vous, au niveau du chakra 6 également. Acceptez de mourir à l’ancien dans ce passage de Pâques, du portail de vie de Pâques.

Et soyez remerciés, pleinement remerciés et guidés dans votre processus d’ascension, dans ce travail d’alchimie cellulaire, dans ce travail de conscientisation de votre Etre.
Hod Ha Melek Zedek Melchizédech Meschiah


Cliquez ici pour accéder à l’espace d’étude des lettres mensuelles réservé aux abonnés

LES RESERVOIRS D’ENERGIE

 

galaxieAntennes_premsImagesALMA_sept2011Vous vous apercevrez que la base du sacré est identique d’un peuple à l’autre et que nous faisons simplement un travail afin d’amener ce sacré à un autre niveau de conscience de lui-même. Aussi, dans votre quotidien je souhaite vous voir intégrer quelques gestes sacrés : la reconnaissance du Feu, de l’Air, de la Terre et de l’Eau, comme une salutation aux Maîtres d’énergies, serait en ce sens souhaitable et bienvenue. Vous déplorez que certains groupes de votre humanité aient perdu le respect de l’essentiel, mais chacun de vous a oublié ces actes sacrés, ces gestes essentiels : la salutation au Soleil, les pensées d’amour envoyées à la Terre, à vos frères et sœurs (de famille ou non). Des gestes essentiels en vue d’une reconnexion avec les forces qui sont là, en réserve, chacune représentant un réservoir d’énergie en attente d’utilisation. Jusqu’ici, vous n’aviez même pas imaginé une seconde que des réservoirs d’énergie destinés à chacun étaient là, prêts à être exploités. Ces forces sont à votre disposition, il suffit simplement de les appeler.

Il y a d’autres réservoirs d’énergie qui, aujourd’hui, ne sont pas connectés avec cette planète. Reliés avec la conscience qui descend maintenant vers cette terre, ils ont d’abord besoin de s’ancrer afin d’être employés pour le bien de chacun, de l’ensemble de cette humanité et de la Terre.

Si je vous en parle présentement, c’est simplement pour que vous commenciez à songer à cette puissance que nous vous avons réservée afin que ces pensées deviennent les appels puis les racines de ces réservoirs.

Quand un plan de conscience est proposé dans un lieu particulier des univers, nous offrons une grille magnétique, des réservoirs d’énergie, de nouveaux mots clés, des sons revisités et des couleurs, afin que cette grille devienne opérationnelle et que ce plan de conscience puisse être intégré entièrement. Le temps nécessaire à l’intégration de celui-ci varie selon les périodes.

En ce qui a trait à cette grille magnétique ancienne, en train de partir et de vous saluer, plusieurs millénaires ont été nécessaires, plusieurs conflits intérieurs aussi. Désormais, un nouveau plan de conscience va émettre sa lumière, son savoir, et nos espoirs résident justement dans un temps beaucoup plus comprimé pour assimiler ces nouvelles données. Ce sont nos espoirs ; nous souhaitons que vous n’aurez pas besoin de plusieurs millénaires d’intégration quant aux données venant vers vous. Nous espérons que quelques dizaines d’années suffiront ; c’est un travail immense et nous le savons, mais nous connaissons votre potentiel et pensons que la réalisation peut être rapide. Nous savons que l’espace et le temps vont redevenir vos alliés et nous comptons sur cette alliance nouvelle avec ces deux forces pour l’assimilation rapide des plans de conscience que nous vous avons réservés.

Le Triangle d’Or où je réside représente la haute forme de conscience du triangle d’or qui s’installe entre le Canada, le Brésil et la France, ces trois pays détenant eux-mêmes un triangle d’or. Ainsi la conscience, notre conscience, pourra s’incarner par étapes, sur cette planète.

Cela signifie aussi que les influences en relation avec l’ancienne grille magnétique disparaissent.

Pour les thérapeutes, il est bon de signaler que la Rose des vents va donc se déplacer et qu’il faudra retrouver sa bonne position et travailler désormais avec ces champs d’énergie correctement placés.

Les pôles se déplaçant, cela signifie que tout être vivant va réagir en fonction de ce déplacement ; le Sud ne sera plus au sud ni le Nord au nord, ni l’Est à l’est et l’Ouest à l’ouest. Il y aura toujours le Nord, le Sud, l’Ouest et l’Est, mais vous allez devoir les replacer. Cela signifie aussi que l’observation des planètes qui forment des géométries dans votre ciel, véhiculant des énergies que vous aviez réussi à coder sous le nom d’astrologie, devient caduque puisque votre ciel entre aussi en mutation. Par l’effet de résonance et d’appartenance, si votre planète bouge, votre système solaire suit ainsi que toutes les planètes.

Pendant quelques mois (c’est ce que nous espérons), vous serez donc un  peu perturbés par ces changements puisque vous n’aurez plus de points de repère. Toutefois, certains d’entre vous reçoivent déjà des impulsions de façon à retrouver justement de nouveaux codes afin d’aider ceux qui le souhaiteront.

Mais avant toute chose, vous devez savoir qu’à l’intérieur de vous nous avons déposé tous les codes, tous les sons, toutes les lumières, toutes les formes géométriques dont vous avez besoin pour traverser cette période de troubles.

Celle-ci peut être très agréable et pourra alors se faire en douceur si vous vous centrez en permanence sur l’instant présent et gardez en présence le pouvoir de votre corps, de votre mutation, celui de rentrer à l’instant présent dans le changement. Si vous résistez et voulez vous accrocher aux vieilles références, alors, obligatoirement, vous aurez des conflits intérieurs. Nous essayons de  vous amener en douceur, sans trop d’inconfort, vers ces changements. Nous avons nos souhaits, nos espérances, mais il y a votre volonté. Et, en dernier ressort, vous seuls avez le dernier mot. Cela signifie que le grand maître de tous les grands maîtres, c’est vous. J’ai tous les pouvoirs et je peux tout mais, en réalité, je ne peux rien si vous fermez les portes. Et il en est ainsi avec tous les autres maîtres car le maître suprême, c’est le maître incarné, celui qui a revêtu un vêtement de chair et qui est allé dans cette dualité afin d’ancrer, d’incarner la Lumière de Vie ; le maître suprême, c’est ce maître-là, c’est-à-dire vous.

Vous êtes tous aimés et respectés pour le travail et l’audace d’avoir quitté votre identité, votre confort dans le but d’endosser un vêtement de chair, ’accepter de descendre dans cette dualité pour y installer ce qui existe là où nous sommes, ce que vous connaissez, ce que vous avez toujours vécu. Vous n’allez pas mettre en place quelque chose de nouveau, vous allez simplement installer ce que vous connaissez. Par cet effort même, vous allez nourrir ce que vous connaissez déjà et lui offrir une mutation qui sera bénéfique pour nous qui sommes ici.

Retranscrit par Francesca du Blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait de Cercles de Paroles de Regine Francoise Fauze (Soria) aux éditions Ariane

C’EST LE PRESENT SEUL QUI COMPTE

 

images (6)Souvenez-vous , une belle vie pleine d’amour est le don de la sagesse. Et avec chaque incarnation, vous tournez les pages, évoluez, devenez plus remarquables. Vous n’avez pas besoin de faire ce que vous avez fait dans votre dernière incarnation. Et qi vous étiez dans cette dernière incarnation n’était que l’image. C’était le Dieu continu que vous avez toujours été, cette entité sans image, cette force, cette intelligence, cette puissante énergie que vous êtes qui fait que je ne vous vois pas comme ayant des cheveux, un nez et des yeux, comme la couleur de votre peau et de vos vêtements, mais comme une lumière, une brillante lumière consommant l’obscurité, l’inconnu, le subconscient. Tout ce qui siège ici, ce sont des images créées par la lumière dans le dessein d’interagir dans le drame des affaires inachevées de Dieu durant cette incarnation e t d’inscrire dans ce livre ce dont vous n’avez pas fait l’expérience et que vous possédez en tant que perle de sagesse dans ce Livre de Vie. Consommer l’obscurité de l’ignorance et évoluer, c’est cela. 

Lors de chacune de vos incarnations, vous ne sauriez même pas qui vous étiez deux incarnations auparavant. Vous ne reconnaîtriez pas l’image que vous aviez créée pour vous-mêmes parce que vous avez parcouru un long chemin depuis cette personne. C’est comme le fait que vous ressemblez bien peu à qui vous étiez il y a cinq ans. Vous avez bien peu en commun avec cette personne – est-ce exact ? – du fait de l’expansion de ce que vous êtes devenus. Vous avez grandi, vous êtes devenus davantage.

Il en est de même en ce qui concerne les incarnations. Bien qu’il existe toute une religion fondée sur la réincarnation, c’est le passé. Une personne éclairée a fermé les livres du passé et il s’agit de maintenant. C’est le présent seul qui compte. Une âme éclairée sait cela. Une âme ignorante ne le sait pas. Une âme ignorante adore ce qu’elle pense avoir peut-être été et n’est pas dans cette incarnation-ci.

Chaque vie est comme chaque jour ; nouvelle journée, nouvelle incarnation, nouvelle image. Et l’image procure la friction permettant de grandir, de croître, de révéler ce Dieu sans image qui se dissimule derrière le personnage que vous avez créé car c’est lui qui est immortel. Votre apparence, votre ego altéré, votre étroitesse d’esprit, votre petitesse, vos jugements – tout ce qui a constitué ce que vous êtes dans cette incarnation – s’évanouiront. Et seuls demeureront les hoyaux de cette vie, la sagesse que vous avez glanée, car ce qui survivra à la chair et au sang est le Dieu invisible qui l’a voulu ainsi pour la gloire de la lumière que vous êtes tous. C’est lui l’être éternel. Et c’est ce à qui je m’adresse lors de chaque session d’enseignement ; je ne m’adresse pas à l’image mais à la lumière qui est en vous.

En vérité, l’esprit subconscient est l’espace. L’esprit subconscient n’est pas ce que vous avez oublié et réprimé lors de vos incarnations. Cela est le Livre de Vie. L’esprit subconscient est l’inconnu, les probabilités non réalisées qui vous permettent de jouer la pièce de théâtre de l’image pour apprendre d’elle. L’esprit subconscient, l’obscurité, est ce que consomme la lumière. La conscience n’est la conscience que parce qu’elle possède la polarité du grand esprit dont elle peut se nourrir. 

C’est dans l’inconnu que repose l’abstrait absolu. Le lendemain, l’incarnation prochaine, la semaine prochaine, la nouvelle idée de génie, brillante, le prochain souffle de liberté, la prochaine poésie à vous couper le souffle, la prochaine grande œuvre d’art, la prochaine magnificence de la couleur d’une rose, la prochaine expérience du soi, tous reposent dans l’esprit subconscient. Et vous êtes comme des lumières flottant sur l’infini, dont l’opportunité entière est d’embrasser la réalité physique, d’en faire l’expérience, d’en acquérir la sagesse afin de l’identifier et de croître. Vous grandissez à partir de l’esprit subconscient. Et cet esprit subconscient est éternel.

Voyons les temps anciens ; il y avait les écoles anciennes qui étaient établies dans divers lieux sur ce rivage, ce globe-ci. Et ces écoles étaient l’objet d’une grande interaction – êtes-vous prêts pour cette vérité extraordinaire ? – une grande interaction de la part de vos frères qui vivent dans d’autres galaxies. Et les leçons apprises étaient grandes, c’était une exploration. Eh bien, les frères primitifs qui vivaient ici avaient perdu de vue leur destinée à cause de leur besoin de survivre. Ils étaient souvent inspirés à de plus hautes pensées par leurs frères qui étaient venus de loin aider les professeurs à leur enseigner la droiture, la manière juste.

Ceci était très commun. Il existait donc l’école secrète du soleil dans laquelle les écoles rendaient hommage au soleil et aux peuples venus de l’autre côté de lui. Et certains de ces temples existent encore aujourd’hui. Ils ne furent pas tous détruits. Mais la raison pour laquelle il existait des écoles – elles ressemblaient beaucoup à celle-ci excepté le fait que ces écoles duraient souvent sept ans, chaque année étant dédiés à un niveau d’évolution – la raison en étai qu’il fallait sept ans à l’étudiant qui devenait transparent la septième année.

Il est vrai que des êtres humains existent partout dans les univers interdimensionnels. Il y en a qui existent au-delà du soleil. Ils sont éparpillés partout dans votre Voie Lactée, des civilisations entières. Et ils sont pourtant le même Dieu sans image qui a créé la même image du corps avec lequel faire des expériences, sur la page de leur vie, le pas suivant dans la conscience pure car c’est cela qui est notre motivation à tous.

Certaines de ces écoles  situées dans les plaines, d’autres près de hautes montagnes qui n’existent plus, qui sont sous les océans. Ces écoles duraient sept ans, calendrier quelque peu différent de celui que vous avez aujourd’hui, mais leur temps égalait sept années de votre temps. Et une multitude de personnes suivaient chaque année de leur éducation et, à la fin de sept ans, avaient tourné toutes les pages de leur livre relatives au fait de rendre leur réalité physique transparente. C’est de là que vient le Christ. C’est de là que viennent les Dieux qui marchèrent sur la surface de la terre.

Il est vrai qu’il existait toujours des primitifs qui rongeait les os, qui se guérissaient avec des feux anciens et sentaient mauvais, qui étaient toujours à faire paître leurs troupeaux. Mais il y avait ceux qui apprirent, évoluèrent durant cette période de temps. C’était acceptable ; Et nombreux sont ceux parmi eux qui sont partis depuis longtemps car ils ont tout maîtrisé. Ils sont dans une autre dimension, dans une autre aventure. Il fallait vouloir aller à l’école, pour ainsi dire. C’est le terme que vous employez. C’étaient les temps anciens de l’illumination. Que vos vêtements soient faits de peaux ou qu’ils soient semblables à ceux que vous portez aujourd’hui n’importait pas. L’homme et la femme n’ont pas changé depuis ces temps-là, seule la technologie a changé.

La même ignorance qui existe aujourd’hui existait alors. La même quête de l’illumination qui existe aujourd’hui existait alors. Nombreux sont ceux qui partirent à cette époque qui n’existent plus maintenant. Et ce qui existe maintenant est le même besoin qui existait alors.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Connaissance sacrée des écoles de sagesse» aux Editions AdA.

 

LES LECONS D’UN TEMPS ANCIEN

 

 

images (14)Je veux vous parler ce soir de votre vie spirituelle. Cette soirée est appropriée car, comme l’annonça la prophétie, nous avons eu une éclipse du soleil, une éclipse totale de la une durant cette décennie comme on dit. La prophétie est la suivante : dans les derniers jours, il y aura un nouveau ciel et une nouvelle terre. Et ce qu’on appelle ces événements cosmiques, prévus par ce qu’on appelle de véritables prophètes qui virent les changements, se produiraient. Ces entités des temps anciens savaient que, lorsque l’amant de l’Enchanteresse la recouvrirait de son ombre, elle deviendrait un être nouveau. C’est ainsi que ces événements furent spirituellement compris à savoir que le soleil mourant en son cycle et renaissant de son éclipse, de même cela représentait le fait d’entrer dans une matrice cyclique et d’en ressortie avec une nouvelle destinée. Ces événements annonçaient la vision lointaine qu’il adviendrait un nouveau ciel, prophétie accomplie maintenant. Et il y aura une nouvelle terre ; cela ne manquera pas de se produire, comme le promet la prophétie. 

Vous devez garder à l’esprit qu’à l’époque où je vécus, il y a de nombreux, nombreux éons – il y a trente cinq mille ans et quelques jours – le cosmos et le plan terrestre avaient un aspect fort différent d’aujourd’hui et les forces dynamiques qui existaient entre deux lunes qui étaient en relation avec la terre créaient un environnement bien différent de celui dont vous jouissez aujourd’hui ; cependant, même dans ces temps-là, à cause du chaos créé par l’homme dû à son manque de sensibilité envers la nature et sa propre humanité, advint une condition des plus infortunées qui amena ce qu’on appelle une épuration du monde entier. 

En ces temps-là, la gloire des rayons de Râ se trouvait répandues à travers la couche nuageuse, ce qui rendait la lumière diffuse et non directe et empêchait de voir les étoiles et les lunes. Nous ne pouvions les voir qu’à travers un voile, un voile épais, et la lumière nous apparaissait comme piégée à travers ce voile. Lorsque les deux lunes se trouvaient en même temps dans les cieux, si nous regardions le voile, nous pouvions voir de grandes lumières diffusée s à différents points de l’horizon. C’est ce que voyaient les gens ordinaires, qui n’avaient pas la faculté d’aller au-delà de la couche nuageuse pour voir cette enfant extraordinaire de la terre dans ce qu’on appelle sa nouvelle matrice. Et, avant mon époque, elle avait déjà été dans des matrices, mais elle s’était émergée de nouveau dans une matrice, se purifiant avant de naître à nouveau. 

Quel est donc le problème de la datation au carbone ? La datation au carbone n‘est efficace que s’il existe un rayonnement solaire. Mais s’il n’existait pas de radiation solaire directe il y a trente-cinq mille ans, vous allez vous trouver devant un petit problème avec la datation au carbone. Combien d’entre vous comprennent cela ? Bien. Le fait est donc qu’à mon époque la négligence de gens très intelligents qui se faisaient la guerre les uns aux autres provoqua la déchirure de la protection nuageuse, cause de grands déluges, alors qu’ils tentaient d’écarter les bêtes sauvages de leurs territoires avec des lasers chauds et directs. Mes ancêtres et les Anciens savaient que cela allait se produire ; ils l’avaient prévu. J ne survécu que parce que ma mère, de même que de nombreux pèlerins de ce qu’on appelle la Lémurie traversèrent les régions marécageuses de ce que vous appelez le Pacifique jusqu’à ce qu’on appelle l’isthme, les marécages du Mexique et du Yucatan qui étaient des forêts humides, pour atteindre le territoire d’Onai. Nous survécûmes à ce qui frappa notre patrie. 

La notion de survie existait car la nature préserve ce qui est en harmonie avec elle, ce qui demeure à l’unisson avec elle. La nature ne préserve pas ce qui n’est pas en harmonie avec elle, ce qui nous amène à ce soir et à l’éclipse de lune. C’est un nouveau ciel qui est rendu manifeste ici à la fin de ce siècle. C’est un nouveau ciel. Exactement comme les prophètes d’antan le virent, de manière comparable à ce dont je fus moi-même le témoin et à quoi je pris part, vous aussi allez être mêlés à des changements formidables, les plus formidables d’entre eux venant de l’arrière-scène de l’infini. Ce sera un événement formidable s’il en est douze jours de lumière et une grande intimidation. Mais la nouvelle terre, qu’est-elle donc ? 

La nouvelle terre sera occupée par des entités qui ont le pouvoir en conscience de jeter un pont dans le temps. Tels sont ceux qui seront préservés. Cela paraît relativement métaphysique et simple, mais ça ne l’est pas. Ceux qui savent enjamber le pont d temps sont ceux qui vivront dans ces temps-là. Ceux qui ont la faculté de semer leur propre graine là-bas seront là-bas. Ceux qui  se voient impliqués avec les monstres de l’avenir n’y seront pas. 

Eh bien, je m’appelle Ramtha, l’Etre Illuminé, c’est ainsi que je fus appelé de mon temps et ainsi que j’existe dans les mémoires jusqu’à ce jour. Même les Egyptiens se souviennent de moi, les Perses se souviennent de moi et toutes les cultures anciennes se souviennent de moi, car mon peuple devint la race qui ensemença toutes les cultures. Leurs lois, ce dont ils avaient été les témoins, ils les apportèrent partout où ils s’établirent, car je représentais un haut point de l’histoire, pour ainsi dire un temps qui fut le siège non seulement de changements cataclysmiques mais également de la chute de l’arrogance et de l’orgueil, et la montée de ce qu’on appelle le barbarisme et de ce qu’on appelle l’illumination finale, la véritable illumination. 

Cette nuit où nous sommes ensemble dans un nouveau ciel et une nouvelle terre, je l’ai rêvée. Je suis une entité étrange car je viens avec de riches souvenirs d’un temps étrange et éloigné. Les scientifiques en doutent à l’exception de ceux qui ne craignent pas de regarder les choses telles qu’elles sont. Vous ne me voyez pas mais vous m’aimez et vous m’écoutez, peut-être même plus que quiconque dans votre vie. Ceci est une bonne chose parce que j’en sais plus qu’aucun autre. Mais cette affirmation ne se rapporte-t-elle pas à vous-même ? Je suis un être spirituel, ce que vous ne voyez pas plus que vous ne voyez le vent. Vous n’en voyez que les effets. Eh bien, vous êtes mes effets. Je suis le vent qui se meut dans votre vie et affecte votre vie de ce fait. C’est ce qu’on appelle l’Esprit. C’est ce que je suis. 

Définir ce qui sépare l’humanité et l’Esprit ! définition claire, inviolable. La raison en est de vous permettre d’être de nouveau en possession de tout votre pouvoir, Esprit omniscient capable d’organiser et de vivre pleinement dans son corps physique, prenant pleinement part à la vie jusqu’à des frontières qui vous paraissent à vous-même infranchissables. C‘est ce que vivre pleinement signifie pour moi. Vous ne savez pas encore de quoi il s’agit. Et ce n’est que lorsque l’être spirituel sera défini également, comme séparé de l’être physique, lorsqu’ils seront séparés l’un de l’autre, que nous serons entièrement dignes d’être préservés et incorruptibles. C’est alors que, dotés du pouvoir, vous serez capable de ne jamais mourir et de pouvoir aller voir les étoiles que vous avez regardées ce soir, voir toutes les choses que j’ai déjà vues moi-même, visitées, où j’ai moi-même séjourné au-delà de l’Etoile Polaire de mon peuple. 

La prophétie dit que la chair et le sang ne peuvent entrer dans le royaume des cieux, qu’afin d’entrer dans le royaume des cieux vous devez être vêtu d’un nouveau manteau, ce nouveau manteau étant le manteau de l’Esprit. Cela est très clair. Cela ne signifie pas que vous soyez dans l’obligation de mourir pour entrer dans ce qu’on appelle le paradis. Cela signifie que le corps ne peut y aller. Le corps est condamné à son royaume aussi longtemps que l’Esprit n’est pas éveillé. Mais lorsque l’Esprit est éveillé et qu’il possède un pouvoir clair, le royaume des cieux descend de l’Esprit dans le physique. Alors, nous quittons tout, nous quittons tout. La chair et le sang ne peuvent entrer dans le royaume des cieux. Mais la raison pour laquelle je suis revenu ici avec toutes les difficultés que cela implique – mon aspect extraordinaire est à un certain degré aujourd’hui vérifié par la science qui dit que je suis un énigme ; en effet, je ne peux être pesé – la raison est de vous enseigner méthodiquement comment le faire ; cette discipline on l’appelle la vie spirituelle. 

Vous êtes ici non pas pour être des personnes physiques ; vous êtes ici pour être des personnes spirituelles. Bien que le labyrinthe soit physiquement épuisant, c’est à partir de là, du champ que l’Esprit est cultivé. Le corps peut être épuisé mais l’Esprit peut se lever et être suprême au milieu de cela, c’est alors que vous connaissez la différence entre les deux. Un instant vous ne pouvez plus faire un pas de plus ou faire un autre souffle. Nous savons maintenant que c’est la chair et le sang. Et l’instant suivant quelque chose de surnaturel vous submerge et l’accomplit, c’est l’Esprit. Il existe une différence entre les deux. 

Lorsque vous aurez reçu la totale initiation de la discipline spirituelle et pourrez l’accomplir, vous pourrez manifester une pièce de monnaie dans votre main. Vous pourrez manifester du pain dans votre main. Vous serez alors l’Esprit, totalement et entièrement. Vous serez alors entré dans le royaume des cieux car il n’y aura rien que vous ne puissiez faire. Et vous aurez été soustrait pour toute éternité – soustrait pour toute éternité – à la médiocrité de l’homme et à ses modes d’action. Vous ne serez plus jamais un homme. Vous serez toujours un être divin, car vous ne pourrez jamais enlever à un être divin d’être un être spirituel entrant dans le royaume des cieux et mangeant à la table de Dieu. Une fois cela accompli, vous ne retournerez plus jamais en arrière pour être de nouveau un être humain normal. Les voies du monde ne vous tenteront plus. 

Il n’est pas besoin d’une vie entière pour développer le remarquable. Nous aurions pu le développer en sept jours avec une humilité absolue, passion et dévouement. Mais cela exige d’agir. Vous êtes paresseux. Que puis-je dire ? Un nouveau ciel et une nouvelle terre arrivent. A vous de choisir de quel côté vous voulez être. Je vous demande de faire cela avec sincérité, totale focalisation et certitudes absolue. Cela ne prend pas longtemps ; peut-être une heure, quelques minutes, peu importe. Il vous suffit de le faire avec régularité. Vous allez devoir ne plus jeter votre ancre dan le corps. Vous allez devoir jeter cette ancre dans le ciel et la jeter dans votre Esprit, et déclarer que c’est ce que vous voulez plus que toute autre chose dans votre vie ; vous allez devoir vouloir être si noble, au-delà de tout reproche, magnifique, posséder la faculté de rêver au-delà des limites de l’homme ordinaire ; vous allez devoir être capable tous les jours de rester assis la main tendue, tirant du ciel une pensée jusqu’à ce que votre main en devienne chaude, jusqu’à ce que vous en ayez eu la sensation dans la main. Lorsque l’objet de votre focalisation apparaîtra devant vous, sur votre chemin ou dans votre voiture, vous allez devoir également savoir que vous faites le travail. Et puis il faut y travailler, travailler tous les jours et un jour, vous pourrez faire n’importe quoi. Devenir un être spirituel, c’est cela. Guérir votre corps, votre vue, votre cerveau, vos reins, votre cœur peut être accompli de la même manière. C’est ce que je vous enseigne cette semaine et si vous ne le faites pas, cela veut dire que vous n’avez pas défini ce pouvoir.

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

 

COMMENT RECONNAITRE QUE NOUS SOMMES DES DIEUX

 

 

téléchargement (10)Combien d’entre vous sont prêts à admettre que l’une des raisons pour lesquelles vous ne voulez pas vous défaire des tyrans présents dans votre vie est qu’en réalité vous êtes vous-même le plus grand tyran de tous et que vous les utilisez pour blâmer ? Oh, la confession est salutaire pour l’âme. Je vous connais. Mon Dieu, je serai heureux le jour où vous vous connaîtrez vous-même. 

En Dieu, il n’est pas nécessaire de ressembler à des archanges. En fait, j’en ai un comme ami ailleurs, là où je vais dîner avec eux. J’ai une petite entité grande comme ça qui s’assied sur la table. Elle porte une robe couleur lavande. Trois gouttes de vin et elle est ivre, partie. Assis à côté d’elle se trouve une entité fort voyante mais à l’air religieux, un gros et grand ange bien masculin dont les ailes prennent la place d’un plus grand nombre de chaises que celles qu’il est capable d’occuper. Il possède toute la fanfare. Elle est la seule à pouvoir le faire se tenir correctement. Trois gouttes de vin dans son verre et il réfléchit à deux fois. Ce sont mes amis. Je les aime tous ; je suis le seul à table à être vêtu de noir. 

Eh bien, tous ces êtres apprennent et ont appris ce que vous apprenez. C’est là qu’ls sont allés. Ils sont partis d’ici. Ils sont partis et se rassemblèrent où se rassemblent les aigles, où se rassemblent les maîtres ; Depuis la Voie lactée et onze milliards de terres possibles, il existe beaucoup d’êtres qui montent. Leur apparence va être fort différente de la vôtre mais tous sont Dieu. Vous voyez, c’est cela qui est important. Dieu n’a même pas de visage. La beauté a un visage mais Dieu n’en a pas. Vous devriez vous en souvenir. 

Lorsque nous apprenons à définir et à réaliser Dieu, nous commençons à nous battre pour le droit à l’intégrité. Autrement dit, nous devenons réellement conscients de nos choix. Nous nous battons contre la vieille habitude des émotions. Les émotions sont habituelles. Les gens qui ont des habitudes ont des habitudes à cause des sentiments qu’elles leur procurent. Eh bien, il n’est pas nécessaire de prendre des drogues pour avoir une habitude émotionnelle. Vous pouvez vous masturber tous les jours et créer une habitude du premier sceau. Ceci est aussi dangereux pour le corps que les drogues parce que vous vieillissez chaque fois que vous le faites. Vous pourrez. Chaque fois que vous devez stimuler artificiellement des émotions, vous vieillisse un peu plus. Je ne veux pas dire que vous devenez plus sage, mais que vous devenez plus vieux. 

 Je connais le monde quand il avait deux lunes ; je sais à quoi il ressemblait. Je connais combien il existait de constellations que l’on ne peut plus voir aujourd’hui. Je connais des continents dont vus entendez à peine parler aujourd’hui si vous avez jamais été un investigateur de la connaissance historique et non pas quelqu’un qui obéit à la ligne d’un parti, si vous vous y êtes réellement appliqué, l’avez sérieusement investigué. Je eux dire qu’il y a des civilisations qui ont existé ici il ya plus de 455 000 ans mais, si vous suivez la ligne d’un parti – Vous pourriez adhérer à la ligne de l’Eglise, vous savez ; la création eut lieu il y a 4000 ans. Eh bien nous savons maintenant que le berceau de la civilisation que l’on a renvoyé à l’Afrique du Sud à l’Arabie Saoudite et à la Chine remonte au minimum à dix millions d’années – dix millions au moins ; Où allons-nous ? Que dire donc avec les concepts de Bruno annonçant 6000 ans, concepts qui le menèrent au bûcher ? Et pourtant, j’en ai vu !

 Eh bien, je veux maintenant parler d’un sujet particulier, car il y a eu une telle propagande merveilleuse perpétrée au cours des siècles stipulant que vous portez génétiquement les croyances de vos parents. Autrement dit, en tant que débutants de cette année et de l’année dernière, vous devriez comprendre que le secret de la génétique – Qu’est-ce qui produit la différenciation environnementale des espèces génétiques ? Le fait de vivre l’environnement, le changement. Quels sont les éléments rudimentaires clés ? Quel est l’élément clé nécessaire pour créer l’ADN ? Les émotions. Sur quoi les émotions sont-elles basées ? L’environnement ; C’est là la véritable expérience. Chaque jour, vous changez votre semence génétique. L’enfant que vous auriez créé il y a un an ne sera pas doté comme l’enfant que vous créez aujourd’hui parce que vous êtes maintenant plus vieux et plus sage. Vos enfants portent vos émotions. 

Combien d’entre vous ont entendu ce dicton, dans son acceptation biblique, que les fils portent les péchés de leurs pères ? Que pensez-vous donc que cela signifie ? Pourquoi les enfants seraient-ils damnés alors que ce n’était pas eux mais leurs pères, leurs grands-pères et leurs grands-mères ? Pourquoi souffraient-ils d’une malédiction ? Si la conscience et l’énergie créent la réalité, comment peut-on expliquer ce mystère extrêmement intéressant ? En disant que toute émotion dont vous faites l’expérience, vos enfants vont la porter en tant que corps. Vous portez les péchés de vos parents. Autrement dit, votre corps est constitué du croisement de l’ADN. Vous portez leurs peurs. Vous portez leurs manques. Vous portez leurs sentiments d’insécurité. Vous portez l’échec. Vous portez le succès. Vous portez le bonheur. Vous portez la tristesse. Comment avez-vous pris un corps aussi hétéroclite ? 

En allant dans la lumière lors de votre vie précédente, en ayant une revue dans la lumière, en allant dans le Plan de la Béatitude et en réalisant que vous n’allez pouvoir aller nulle part avant d’achever vos affaires ici. Ainsi, le seul corps que vous ayez est un corps qui comporte en vous ce que vous n’avez pas karmiquement finalisé. 

Vous êtes des êtres immortels. Vous avez vécu – au-delà du temps ; vous avez vécu depuis le Point Zéro. Le corps n’est qu’une phrase dans le Livre de Vie ; une vie entière n’est qu’une phrase. Vous avez déjà vécu ; vous vivrez de nouveau. Vous n’êtes pas la totalité des parties de votre corps mises ensemble. Les parties de votre corps – Votre corps n’est que l’outil que vous êtes capables d’utiliser et qui vous permet de grandir. 

De mémoire humaine, personne n’a encore jamais eu un champ comme celui dans lequel vous avez travaillé sur vos cartes. Les labyrinthes n’ont pas été inventés autour des années 1700. Les labyrinthes sont aussi anciens que les fondations du monde. Un labyrinthe est dimension, gravité ; c’est le champ unifié. Personne ne le sait. Et personne n’a jamais enseigné quelle est la vraie nature de Shiva et du Corps Bleu (Blue Body). Les toiles bleues ne viennent de personne d’autre que de moi Ramtha, le souffle que vous pratiquez ne vient de nulle part. Aucune forme de yoga n’est aussi puissante que ce souffle. Il ne s’agit donc pas – absolument pas – de plagiat d’un quelconque Nouvel Age, de sucer des cristaux, de manger des graines d’oiseau ou d’hypocrites au linge blanc. Nous n’avons pas non plus de choses en or sur les murs, bien que nous devions peut-être considérer cela un jour. Nous ne sommes pas assis sur des bancs d’église. Nous fumons la pipe. Nous ne brûlons pas d’encens, sauf celui qui sort de votre nez. Nous ne nous nourrissons pas non plus de crackers secs et de jus de raison en substitution pour la chair du Christ et le vin. Nous nous mettons juste au travail. Regardez bien cependant, après que ces paroles auront été connues dans le monde, combien de gens vont essayer de plagier ce qui fut enseigné ici. Souvenez-vous alors ; cet enseignement ne vient pas d’eux et ils n’ont donc ni le pouvoir, ni l’autorité, ni la magie. 

Personne qui n’est un Dieu ne va vous enseigner rien de ce que vous avez appris. Vous êtes dans l’Ecole de Sagesse Ancienne la plus inestimable qui ait jamais existé. Femmes, hommes et enfants sont ensemble ici. Ces singes sacrés des Himalaya ne traitent pas les femmes ainsi. Il est aisé de comprendre pourquoi. Mais, s’ils sont aussi fragiles, vous savez, ils ne peuvent aller à Dieu s’ils ont peur des femmes. Il est certain aussi que les femmes ne vont pas aller à Dieu non plu si elles abusent et maltraitent qui elles sont. Remarquez quelle couleur ? Dieu n’est pas blanc. Savez-vous quelle est la couleur de ma peau ? Couleur cannelle foncée ; cheveux noirs, yeux noirs et très grands. Yeshua ben Joseph avait les cheveux roux. Vous savez, juste un petit fait ici. Et voici Dieu. Nous sommes tous semblables. 

Oh, je vis Dieu en toutes ces choses. Si belles. Je compris que, si nous sommes possédés ne serait-ce que d’un seul préjugé, notre souffrance est de ne pas être proches de ce contre quoi nous possédons le préjugé car en cela nous nous sommes séparés de la beauté de Dieu. 

Comment allons-nous devenir cette déité extraordinaire ? Combattez l’injustice en vous-mêmes, de même que les mensonges, les tromperies et cessez de jouer à tous ces jeux. Pardonnez, pardonnez. Ne suivez pas l’opinion des autres sur la manière dont vous devriez être, parce que vous avez peut-être utilisé cette opinion pour obtenir toutes sortes de décadences du fait que vous pouvez toujours leur en faire porter la responsabilité. Il est peut-être temps de grandir et de penser à vivre 200 ans. En faisant cela, vous prenez la défense de cette déité. Chaque jour, nous irons, nous faisons chanter cette harpe avec une telle harmonie, une telle magie, et tous les jours où nous créons notre journée, nous avons davantage de pouvoir. Et toute journée où nous nous confessons, aussi douloureux et humiliant que cela soit, nous recouvrons notre pouvoir car cela nous redonne notre liberté. Nous nous rapprochons alors davantage de Dieu, nous le défendons et vivons impeccablement. 

Puisque le monde ne le fait pas, vous devriez pensez en vous-mêmes ; comment puis-je savoir qu’il existe des maîtres ? Parce que nous sommes les seuls qui restent. Je veux aller où ils sont allés et je veux savoir ce qu’ils savent. Et il est évident que ce qu’ils savent n’est pas ce qu’en pensent tous ces gens. Je veux que vous vous aimiez vous-même. Aimez-vous suffisamment pour vous nettoyer, suffisamment pour pardonner et permettre, pour réaliser que même vos parents sont des Dieux, des êtres humains, des Esprits luttant pour être humains et cherchant tellement à être approuvés. Souvenez-vous de cela. La compréhension mène loin dans ce monde-ci, mais nous devons d’abord nous la donner à nous-mêmes. 

Ainsi, si quelqu’un vous dit : « Eh bien, en quoi crois-tu » ?

Dites : « La seule religion que je connaisse, qui est la seule que je sache que Dieu m’ai donnée, c’est ma vie. Ma vie est ma religion. Et vivre heureux est ma prière quotidienne ». 

Qu’il en soit ainsi. 

  retranscrit par Francesca du blog  http://francesca1.unblog.fr/

Ramtha  Extrait du Chapitre : « Jéhovah, Dieu de la Guerre et de la Vengeance » aux Editions AdA.

Ce que veut dire guérir

 
fleurs-fleurs-roses loveL’humanité a des maux. Guérir c’est justement soigner les maux de l’humanité. Mais que sont les maux de l’humanité ? Et si l’on répond à la question, que sont les maux de l’humanité, alors on répond à la question et à l’énigme , qu’est l’humanité ? Parce que selon ce que tu es, les maux sont équivalents. Si tu es par exemple de l’électricité, la seule maladie que tu puisses avoir, c’est un court-circuit. Si tu es par exemple de la terre, la seule maladie que tu puisses avoir, c’est l’inondation ou la sécheresse. Si tu es un nuage, la seule maladie que tu puisses avoir c’est de disparaître et de ne plus jamais renaître.

Donc, ne vous éloignez jamais, tout en essayant de porter aide, dans la chair, dans l’esprit ou dans l’âme, dans tout ce que vous voudrez, quelle que soit votre motivation, lorsque vous voulez porter aide et soin à quelqu’un, ne vous éloignez jamais de la pierre primordiale, la connaissance de l’autre, la connaissance de vous-même, la connaissance exacte de votre situation.

Pourquoi ne peut-on pas dissocier la connaissance de l’acte de guérison ?

Parce que si l’on dissocie la connaissance de l’autre, c’est-à-dire de ce qu’il est dans sa nature, de ce que sont ses enveloppes, de ce qu’est son niveau d’évolution, où il en est dans son évolution, ce qu’est la terre, à quel niveau d’évolution est la terre, si l’on dissocie cette connaissance de l’acte de guérir, alors, l’acte de guérir n’est pas un acte de guérison. Il est un acte d’ignorance qui essaie, avec une certaine exaltation d’émotivité, de porter secours à un autre qui est encore plus aveugle. Donc, le seul qui puisse mener un aveugle, comme il a été dit, hors des ténèbres, ce n’est pas celui qui est bien intentionné mais qui est aveugle aussi qui pourra l’aider. C’est celui qui a une bougie, ou une lanterne, ou un phare, ou qui est la lumière lui-même.
C’est pour cela que j’ai dit : quelle que soit l’œuvre entreprise, il faut toujours faire l’œuvre en connexion avec la hiérarchie, ou le Maître que vous aimez et auquel vous vous dévouez. Parce que si au bout de votre entreprise il n’y a pas une source de lumière, une source d’énergie, vous ne ferez rien qui puisse être un bénéfice pour quelqu’un ou pour vous-même. Et selon votre état, vous deviendrez désespéré parce qu’il n’y aura pas de fruit.

Pourquoi n’y aura-t-il pas de fruit à cet arbre que vous essayez de faire pousser ?

Parce qu’il n’y aura pas eu d’eau. Quelle est la seule eau du ciel ? La Lumière, la bénédiction, l’énergie, qu’importent les mots, qu’importe l’image, qu’importe le principe même.
Ce qu’il faut, c’est donner la main aux plus grands, parce que c’est un problème énergétique. Cela n’a rien à voir avec le fait que le petit soit inférieur et que le grand soit supérieur. Ce n’est pas cela, ce n’est pas de l’esclavage qu’on vous demande. Ce que l’on vous demande, c’est que pendant encore un temps, pendant un moment de la vie de la planète, de nous donner la main comme vous l’avez fait depuis des milliers d’années. C’est un phénomène vibratoire et vous n’avez pas encore la potentialité énergétique d’effectuer toutes les matérialisations, toutes les concrétisations, tous les miracles qui vous ont été promis et que vous possédez à l’état potentiel.

Pourquoi ces choses-là ne peuvent-elles pas être manifestées, même si votre émotion ou votre foi sont exaltées pour secourir l’autre, pour sauver le monde ?

Parce que même, si votre cœur vous y poussait, votre sacrifice ne servirait à rien. C’est un problème vibratoire, un problème de circuit énergétique, un problème de préparation.

Comment cette préparation s’acquiert-elle, par quel système, par quelle ascèse presque ? Cette ascèse-là, n’est pas du monde physique, elle est du monde de l’esprit. C’est pour cela que j’ai toujours essayé d’éveiller la flamme dans votre esprit.

Vous venez ce soir et vous me dites : « Grand Frère on a bien réfléchi. On vient te proposer nos mains pour que tu guérisses. Tu n’as qu’à venir, tu n’as qu’à descendre, tu mets tes mains dans nos mains comme tu les mettrais dans des gants, tu n’as qu’à toucher les malades, tu n’as qu’à toucher les malheureux et tout le monde sera content. » Naturellement ce n’est pas exactement ce que vous avez pensé, mais dans vos espoirs, c’est l’image qui a jailli. Parce que c’est votre côté émotionnel qui a été suscité.

Lorsque vous voudrez guérir, la première des choses qu’il vous faudra avoir, c’est justement tout le contraire. Une forme de dureté, pour savoir accepter que l’autre doive souffrir s’il ne peut pas ou ne doit pas guérir. Alors, est-ce avec le cœur exalté que vous me présentez ce soir que vous pourrez endurer cette loi ? Non. Vous m’accuserez de ne pas avoir guéri celui-là et il en est mort. C’est ce que vous me direz, si je ne vous apprends pas d’abord, à vivre comme les Maîtres vivent et comme les Maîtres guérissent.

Parce que nous sommes là-haut, croyez-vous que nous soyons insensibles à vos souffrances ? On vous voit mourir, on vous voit pleurer, on voit pourrir certains corps alors que l’esprit est encore à l’intérieur. Croyez-vous que cela nous plaise ? Croyez-vous que cela nous procure une quelconque réjouissance de laisser les choses aller ainsi ? Non. Cela ne nous fait aucun plaisir et pourtant cela continue depuis des milliers d’années et cela durera encore. Parce qu’avant d’être un cœur plein de compassion, nous sommes la loi et qu’avant d’être un cœur plein d’émotions, plein d’amour émotif, plein d’humanité, nous sommes la vérité.

L’humain est un être merveilleux, mais l’humanité a fait de lui un objet difficile à manipuler. Lorsque l’on met le poids de l’humanité face au poids de la vérité, qui est toute lumière, toute légèreté, la vérité ne peut pas contrecarrer le poids de l’humanité de l’homme, qui est émotion, peur, crainte, douleur, ignorance. Il faut donc que l’homme devienne aussi léger que la lumière.

Issu des écrits de Pastor, source : http://www.conscienceuniverselle.fr/

L’ARBRE DE VIE

 

images1L’homme est considéré comme un arbre mobile ; en effet si l’homme ne s’enracine pas en terre à l’image de l’arbre végétal, il tire, malgré tout sa nourriture terrestre de la même source. Il tire sa nourriture spirituelle ou céleste de la lumière et du soleil captée par l’intermédiaire de ses sens et de ses chakras.

Pour se ressourcer, l’homme peut se mettre à la terre en se promenant pieds nus sur l’herbe où perle la rosée du matin, ainsi en contact avec les éléments Terre, Air, Eau et Feu (soleil), il rééquilibre ses différents corps énergétiques. D’autre part,
lorsque l’homme désire se ressourcer spirituellement, il peut le faire dans un temple ; immobile et recueilli, il connecte ses énergies subtiles à la terre et par la prière il communie avec Dieu. L’homme devient ainsi l’arbre, le lien vivant par lequel circule les énergies subtiles et spirituelles entre le ciel et la terre. La fonction de mobilité de l’homme-arbre confère à l’être humain d’avoir conscience de sa propre vie.

       L’homme vertical représente le lieu de la manifestation métaphysique de la volonté divine. L’homme devient un élément fondamental de la manifestation de Dieu sur terre. L’homme est comme un fusible entre le plan spirituel et le plan terrestre.

       Lorsqu’il surcharge sa vie de considérations matérialistes, il se « déconnecte », en quelque sorte de Dieu. Il rompt le courant descendant, divin en lui. Lorsqu’il observe une surcharge de spiritualité, il se détache de la réalité matérialiste, qui est en réalité une illusion de l’esprit, il se met à vivre sur un plan différent, plus subtil, presque irréel.

     Dans l’homme spirituel, l’axe vertical est symbolique de la « Voie Personnelle » qui conduit à la perfection. Cet axe figure également la « Voie Universelle » par laquelle nous pourrons et devrons accéder au plan divin un jour ou l’autre.

L’Arbre de la Connaissance

Au sein du jardin d’Eden l’Arbre de Vie et l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal sont un seul et même arbre qui contient ces deux aspects. L’arbre de vie est le
support de la Connaissance. Puisque la conscience de la vie est le propre de l’homme, cette Connaissance est la prise de conscience des opposés qui séparent la vie. L’homme primordial a découvert la dualité, l’opposition Bien-Mal, Lumière-Ténèbres, Beauté-Laideur, Positif-Négatif, etc…

Tant que l’homme ne hisse pas son niveau de conscience au-delà de cette dualité, l’ignorance règne en lui. C’est l’extinction de l’être primordial, l’Adam des origines. Ils faut transmuter dans notre esprit les opposés en complémentarité. L’homme, qui en principe est condamné à l’existence terrestre, doit faire l’effort pour accéder à la vie éternelle.

Il existe donc bien un mouvement ascendant-descendant, le descendant du ciel vers la terre qui est lié à la connaissance des opposés et l’ascendant de la terre au ciel qui est lié à l’arbre de vie. La descente symbolise la dualité, les piliers latéraux de l’arbre des séphiroth, l’ascension symbolise la vie qui est l’axe central de cet arbre, le point d’équilibre par lequel on remonte vers nos origines.

Dans la kabbale, nous apprenons que l’homme primordial est l’Adam Kadmon, qui est le schéma ou le plan par lequel Dieu créa l’homme. Au jardin d’Eden Adam était seul. Il possédait en lui les deux sexes. Durant son sommeil, ou son inconscience, par l’une de ses côtes Eve fut créée, ce fut la première division, la manifestation de la dualité au sein du paradis. Dés lors ils sont tous les deux exposés à la mort. Mais il n’y a mort que s’il y a naissance car la vie ne s’oppose pas à la mort, elle se situe au-delà, sur un plan plus élevé.

Tous les corps de chair sont appelés à se décomposer, la mort dont nous parlons ici est la mort de l’esprit. Aussi, dans le christianisme, l’arbre de mort mène à l’arbrede vie tandis qu’au jardin d’Eden le sens en est inversé.

« Jésus, portant sa croix arrive au lieu du crâne, qui se dit en hébreu « Golgotha ». C’est là qu’il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu ».

C’est sur le plan de la conscience que l’arbre prend toute sa signification. Quelle image et quel enseignement significatif que les trois croix du Mont du Crâne,
le « Golgotha » ! La croix du Christ est entourée d’un bon larron et d’un mauvais larron (le Bien et le Mal). Elle  est un arbre « mort » qui reprend vie en servant de support au sacrifice de Dieu fait homme. Le Christ Jésus redonne ainsi vie à l’arbre central et symbolique, à la conscience des hommes par son sacrifice qui est une ascension vers Dieu.

La croix du bon larron, celle du Bien, est dite « d’équilibre ». C’est celle de l’équilibre antérieur à la chute. La croix du mauvais larron, celle du Mal, est dite « d’énergie » car elle concerne le futur qui prend naissance dans le présent. C’est la représentation exacte du schéma divin de l’Arbre des Séphiroth, c’est la voie du sacrifice qu’il faut suivre en devenant un feu salvateur, l’Esprit issu de la pensée, le cinquième élément, la Quintessence qui remonte vers Dieu par le pilier central, l’Arbre de Vie.

         L’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal est à la fois équilibre et énergie, passé
et futur, alors que l’Arbre de Vie est Esprit, instant présent. Il n’était pas convenable de traiter du symbolisme de l’Arbre sans en aborder l’un des aspects les plus mystérieux, l’Arbre de Vie. Cet Arbre est constitué par des réceptacles dans lesquels la lumière divine est reçue puis par lesquels elle émane et révèle l’essence divine.

Les séphiroth ne sont pas des êtres mais des émanations qui constituent le fondement du monde des idées divines. Le mot « Séphiroth » (pluriel de Séphira) a pour racine Samech-Pé-Resch. Cette racine procure trois significations : nombre, discours et écriture. L’Arbre des séphiroth constitue l’ensemble de la numération par laquelle Dieu se fait connaître aux hommes par la transition de l’unité vers le nombre. L’univers tout entier est régit par le nombre.

        « Sache qu’avant la création, seule existait la lumière supérieure qui, simple et infinie, emplissait l’univers dans son moindre espace. Il n’y avait ni premier ni dernier, ni commencement, ni fin. Tout était douce lumière harmonieusement et uniformément équilibrée  en une apparence et une affinité parfaites, quand par sa volonté furent créés le monde et ses créatures, dévoilant ainsi sa perfection – source de la création du monde – ,
voici qu’il se contracta en son point central, il y eut alors restriction et retrait de la lumière, laissant autour du point central entouré de lumière un
espace vide formé de cercles.

Après cette restriction, d’en haut vers en-bas un rayon s’est étiré de la lumière infinie puis est descendu graduellement par évolution dans l’espace vide. Epousant le rayon, la lumière infinie dans l’espace vide est alors descendue, et tous les mondes parfaits furent émanés.

Avant les mondes, il n’y avait que Lui, dans une Unité d’une telle perfection, que les créatures ne peuvent en saisir la beauté, car aucune intelligence ne peut Le concevoir, car en aucun lieu Il ne réside, Il est infini, Il a été, Il est et Il sera. Et le rayon de lumière est descendu dans les mondes, dans la noirevacuité, chacun de ces mondes étant d’autant plus important qu’il est proche de la lumière, jusqu’à notre monde de matière, au centre situé, à l’intérieur de tous les cercles, au centre de la vacuité scintillante, bien loin de Celui qui est Un, bien plus loin que tous les autres mondes, alourdi à l’extrême par la matière, car à l’intérieur des cercles Il est, au centre même de la vacuité scintillante… »

Dans le principe les séphiroth sont des réceptacles de la lumière divine la plus pure. En traversant ces réceptacles la lumière se densifie comme un voile coloré qui l’alourdit et lui donne sa couleur. L’Arbre est constitué par dix séphiroth qui nous ramènent à la tétraktis divine par les quatre mondes que celui-ci traverse (1 + 2 + 3 + 4 = 10).

Les quatre mondes traversés par l’arbre de vie sont les mondes de :

1-     ATSILUTH :
Le monde de l’émanation. C’est le niveau de la conscience pure, le niveau le plus élevé des quatre, le plus proche de la source créatrice où le divin est parfaitement exprimé. Il est le monde de la volonté première où s’élabore l’intention de créer, il est positif.  Il est encore dans l’infinité de « l’Aïn –Soph ».

2-     BERIAH :
Le monde de la création. La notion du « Je » s’extrait du non être. La possibilité de créer devient effective. C’est à ce niveau que se constituent les archétypes de la création contenus dans le récit de la Genèse. C’est le monde passif. BERIAH est le monde de la manifestation universelle.

3-     YETZIRAH :
Le monde de la formation, le monde de la manifestation subtile. C’est également le monde intermédiaire angélique. La création devient intelligible, et les formes s’élaborent. Il est neutre.

4-     ASSIAH :
Le monde de l’action. Celui des faits et des phénomènes. L’effectivité de l’existence. C’est la construction proprement dite de l’univers, le monde matériel. Sur le plan humain, les séphiroth sont la source des dix puissances de l’âme ; les trois supérieures sont la conscience pure et les sept autres les forces émotionnelles de l’être. C’est l’avènement d’une nouvelle étape. ASSIAH est le stade final du processus créateur.

« Les quatre mondes et leurs sept palais sont dans l’homme ses différentes formes d’existence, disons ses différents corps, dont le plus dense du monde d’ASSIAH est le corps physique ».

     Les dix étapes qu’empreinte la lumière pour se manifester donnent à l’homme la possibilité d’en comprendre  l’aspect infini. Chaque séphira devient la représentation d’une vertu de la divinité.

Elles sont un principe universel, une représentation des lois de la nature dont les données régissent l’infiniment petit et l’infiniment grand. Cette organisation est adaptable à tous les êtres. Elle se nomme « numérotation » parce qu’elle fait tomber l’univers sous la gouverne du nombre.

 Dans l’ordre de la plus élevée, ou plus subtile, nous avons :

1-     KETER
« La Couronne ». Elle est le siège de la conscience. La lumière y est la plus pure. Elle est l’origine de tout, le lien avec Dieu.

2-     HOCHMAH
« La Sagesse ». Elle est la matière première, l’origine des puissances intellectuelles. Dans l’homme, c’est l’intuition, l’imagination.

3-     BINAH
« L’Intelligence ». Elle permet de comprendre Hochmah et d’intellectualiser ou de spéculer la sagesse.

4-     HESSED
« La Clémence » est la bienveillance illimitée. C’est le partage, l’expansion.

5-     GEBURAH
« La Rigueur », la restriction, l’intransigeance, la discipline.

6-     TIPHERET
« La Beauté », l’harmonie des forces émotionnelles énergiques de l’être.

7-     NETZACH
« La Victoire », elle structure l’ouverture de Hessed, permet de produire l’acte qui réalisera l’intention.

8-     HOD
« La Splendeur », qui contrôle et maîtrise l’acte pratique de Netzach.

9-     YESSOD
« Le Fondement » ou fondation sur qui reposent les forces émotionnelles de l’âme, si Yessod est stable, l’édifice se maintient.

10- MALKUTH

« Le Royaume » ou la matérialisation. C’est le support physique des émotions, l’acte exprimé.

Les séphiroth sont reliées entre elles par des canaux, 22 branches au total, qui portent chacun une lettre de l’alphabet hébreu. Les dix séphiroth et les vingt-deux canaux constituent les trente-deux sentiers de la sagesse.

L’attribution des lettres aux sentiers est issue d’un ancien commentaire du Sépher Yetzirah ; elle peut être différente de l’ordre alphabétique le plus communément adopté, mais au regard de la Genèse, tout devient clair. Dans le premier chapitre de la Genèse, le nom d’HELOHIM est dit 32 fois, allusion sans doute aux nombres des sentiers. L’expression « Dieu a dit » apparaît 10 fois comme les 10 paroles qui présidèrent à la création du monde. 32 sentiers moins 10 séphiroth donnent 22. Il reste 22 fois le nom d’HELOHIM, qui se décomposent ainsi :

-   L’expression « Dieu fit » revient 3 fois et peut se
rattacher aux 3 lettres mères.

-   L’expression « Dieu vit » revient 7 fois et peut se
rattacher aux 7 lettres doubles.

-   Les 12 noms qui restent sont en relation avec les 12 lettres
simples de l’alphabet.

images (1)La composition de l’arbre des séphiroth et des sentiers révèlent la chronologie des actions des ELOHIM. Chacun des sentiers expriment un aspect particulier de la création. L’homme étant considéré comme un microcosme, les six jours de la création décrivent les deux bras, les deux jambes, le tronc et le sexe. C’est pour cette raison que le texte de la Genèse dit : « créons l’homme à notre image ». A l’image du système nerveux du corps humain, la fonction des sentiers est de permettre à l’Esprit un contrôle sur la création, l’autre de permettre à la création d’accéder à l’Esprit. Pour l’être, contrôler les sentiers, c’est pénétrer l’Esprit de Dieu et pour cela, il doit voyager le long des 32 sentiers.

L’arbre de vie est donc la construction non visible du schéma du plan divin. En effet, comme on vient de le voir, c’est par un engagement religieux, voire mystique, que l’être humain peut reconstruire son corps de gloire, son corps lumineux, son corps divin. Au terme d’un voyage au long des sentiers de la sagesse, l’être va ouvrir sa conscience à la lumière divine. Cet arbre est comme un schéma psychologique où chaque couloir, où chaque pièce doivent être visités pour comprendre la création de Dieu et réintégrer le Divin.

L’arbre est un plan archétype de l’homme primordial que Dieu a créé avant la chute d’Adam, création émanant du ciel vers la terre. Aussi le seul moyen de remonter vers Dieu est de refaire le chemin inverse, depuis la terre vers le ciel, en cheminant sur les 32 sentiers de l’arbre de vie. La méditation sur les séphiroth permet de parvenir à la Connaissance et de pouvoir mettre en pratique celle-ci, car la kabbale n’est pas qu’une pratique mystique, c’est également une pratique magique.

C’est ce en quoi le symbolisme de l’arbre est si important ; il nous révèle que nos véritables racines sont célestes et non terrestres, que nous ne vivons qu’une vie illusoire en ce bas monde et que la vraie vie est celle promise par la remontée de l’arbre. Au fils des incarnations nous franchissons de nouveaux paliers qui nous mènent vers la perfection.

Cette démarche demande de la volonté et de la persévérance. Nous pouvons comprendre la création en méditant chacune des séphira et en cheminant sur les divers sentiers. C’est une quête qui demande beaucoup de temps, c’est pourquoi le meilleur moyen d’y parvenir est la méditation qui permet d’accéder à un autre plan de conscience.

Nous ne pouvons connaître Dieu uniquement par ses multiples aspects mais en étudiant l’ensemble de ceux-ci simultanément, car Dieu est indivisible. Les kabbalistes parlent d’une onzième séphira, mystérieuse et invisible, née du mariage de Binah et d’Hochmah.

Cette séphira, qui se nomme Daath, représente la Connaissance Intérieure, son nombre est 11 et onze est un nombre solaire ; c’est donc la représentation du Christ en soi, le Cœur, siège de l’Ame, le Soleil Intérieur qu’il nous faut reconquérir…

« Au milieu de la place de la cité et des deux bras du fleuve, est un arbre de vie, produisant douze récoltes. Chaque mois il rend son fruit, et son feuillage sert à la guérison des nations »

(Apocalypse de Saint Jean ch 22, v2) 

« Heureux qui a trouvé la sagesse, et qui possède l’intelligence, car sa possession vaut mieux que possession l’argent et son revenu est meilleur que l’or. Elle est plus estimable que le corail et rien de ce que l’on peut désirer ne l’égale. Dans sa droite, longueur des jours, dans sa gauche, richesse et gloire. Ses voies sont des voies délicieuses et ses sentiers sont paisibles. Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, et bienheureux ceux qui la possèdent »

(Proverbes ch.3, 13 et 3, 18)

 

source / http://chevalerietemplieretraditionnelle.fr/

UN SOUFFLE DE VIE

 

images (19)Regardez la fleur. Elle vient de la Source. Son fondement est la pensée, Dieu divin, l’élément vital qui, bien qu’étant le fondement de toute lumière, est créativement dans son mouvement singulier de la pensée ce qu’on appelle en vérité, la fleur avec toutes ses composantes ; ainsi la fleur est la forme idéale de la pensée, l’éclat de sa couleur, la lumière t la beauté qui en émanent ; elle n’est pourtant pas complètement la Source ni l’idéal de la Source.

Remarquez l’arbre merveilleux. Arbre d’où viens-tu ? Arbre, quelle est ta norme ? L’arbre me répondit : « La norme est la pensée parfaite. La pensée à laquelle appartient l’arbre, la plénitude qui donna à l’arbre l’incorporation de la matière, ce qui donna à l’arbre le corps de lumière, c’est la Source, la force de vie. La pensée de l’arbre se manifeste dans la beauté de la force de vie qui maintient l’idéal dans sa perfection dans l’arbre adulte et dans ce qu’on appelle en vérité sa magnifique graine. Cependant, il n’appartient pas à la Source ; c’est un arbre issu de la Source, l’idéal.

Qu’en est-il de la Source ? La Source – la cause créative, la personnification collective de Dieu – est Dieu dans son expression totale en dehors de la provenance de sa communion avec toutes choses dans l’éternité. C’est lui-même tout d’abord. Et tout ce qu’il est devenu, i l’est devenu lui-même tout d’abord, car c’est de lui-même qu’il prit le fondement de son être et la pensée pure afin de devenir le créateur en sorte d’exprimer la pensée de l’arbre magnifique, de la fleur et de sa beauté ainsi que de toutes autres choses que l’on voit dans leur domaine parfait sur ce plan-ci qui est le vôtre. Qui est donc le Christ ? Le Chistos est en vérité le mouvement unique et singulier, idéal parfait, qui est totalement la Source de son ETRE. Le Christ est l’idéal de la Source/père, l’essence. Le Christ est la Source sous sa forme mobile, créateur ultime. Ainsi, en servant la force, on sert le créateur de la force et on l’appelle Christ, Dieu émanant dans l’idéal de son ETRE appelé homme. En vérité, vous qui êtes si petit, si humble, comment se fait-il que vous possédiez le pouvoir de toutes choses non réalisées ? Vous êtes la seule chose, Vous êtres la seule belle chose que Dieu soit parfaitement à partir de la Source.

Qui, en vérité, donna l’intelligence à la fleur pourrie qui a une odeur de charogne, de viande pourrie et même l’aspect de chair pourrie ? Qui en a décidé ainsi afin qu’elle puisse attirer une mouche qui pondrait ses œufs dans la fleur en sorte de créer des asticots et que les asticots seraient digérés par la fleur ? Qui créa cela ?

Et qui créa l’immense plante à la feuille si grande qu’elle peut s’enrouler sur elle-même pour capter la rosée matinale, la collecter, goutte précieuse après goutte précieuse, car elle se sentait seule en sorte qu’une petite grenouille spéciale, si spéciale, puisse y vivre e lui tenir compagnie ? Qui créa cela ? Qui lui donna cette connaissance ?

Et lequel d’entre vous, Egyptiens dans une vie antérieure, créa la grue égyptienne qui est capable de transporter une pierre ? Maintenant, écoutez ceci : s’il ne peut pas briser l’œuf d’une autruche, il ramasse une pierre t la laisse tomber dessus jusqu’à ce qu’il craque. Maintenant, dites-moi qui est parmi vous l’entité intelligente qui lui appris cela ? Et lequel d’entre vous créa le saumon qui vit et folâtre dans ses aventures dans une mer si lointaine et qui, sa vie terminée et son adolescence vécu, l’âme emplie d’expériences, retourner à sa rivière d’origine ? Qui leur a enseigné cela et comment engendrer une nouvelle génération qui leur permette de revenir eux-mêmes en tant que leurs petits, qui mourraient en sorte que leur chair pourrie dans un cours d’au pur nourrirait leur progéniture, lequel  d’entre vous ? Lequel d’entre vous leur a enseigné comment retourner à la Source ?

Laquelle d’entre vous, femmes, a enseigné à un animal grégaire – disons la gazelle – comment courir comme un petit danseur, éloquent, comme s’il était né avec des ailes ? Laquelle d’entre vous lui enseigna comment partir pour mettre bas son petit ? Et laquelle d’entre vous murmura à l’oreille du petit de rester immobile comme une pierre ? Et laquelle d’entre vous apprit au bébé à ne pas émettre d’odeurs ? Laquelle d’entre vous le fit ?

Ce sont toutes des choses que la plupart d’entre vous n’ont pas connues parce que vous vivez dans une jungle en béton où règne la compétition et que les seules choses qui existent dans cette jungle sont carnivores et sombres. C’est à quel point vous vous êtes éloignés d la grâce que l’on appelle la vie ! En réalité, ceci n’est qu’une bien petite partie de la beauté de cette vie ; Mais tout le monde prit part à ce souffle imparti à ces formes aqueuses et créatrices appelées cellules. Tous leur ont donné une apparence particulière ; tous insufflèrent dans la cellule le souffle de vie, ce qu’on appelle les schémas de la destinée. Savez-vous qui le fit ? VOUS. Savez-vous comment ? En ressentant à partir de l’ETRE, le captant dans l’âme, lui donnant la vie en le ressentant ;

Saviez-vous que l’on pourrait prélever de votre nez une mince couche de cellules – vous ne savez même pas cela – et ils savent déjà produire un clone de vous à partir de ces cellules ? Saviez-vous qu’une cellule  possède à elle seule le modèle du tout ? Saviez-vous que toute vie, tout dans la vie, possède le modèle de tout ? C’est vrai.

Insuffler le souffle de vie dans ce que vous aviez créé, lui donnant l’existence en le ressentant, ce souffle ne signifiait pas que vous aviez créé une créature qui puisse respirer ; Le souffle de vie représente des schémas de destinée. Vous leur avez accordé leur intelligence, une intelligence qui puisse se perpétuer à l’infini. Cela semble absurde ? Non, l’histoire ne s’arrête pas là. Je vous enverrai les messagers de visons afin de combler les lacunes, là où les mots sont inadéquats.

Qu’il en soit ainsi.

Extrait du livre : « La civilisation humaine, les origines de l’évolution » – par RAMTHA aux Editions AdA.

Message des vénusiens aux peuples de la Terre

 

images (3)A l’école des Sages 

Nous pénétrons dans une habitation qui dégage une sensation de paix et d’harmonie indicibles. Dans une salle de dimensions modestes un homme nous attend. Il paraît un peu plus âgé que mes compagnons, mais si peu, que je suis étonnée lorsqu’il m’accueille de la sorte :

« Sois la bienvenue ici. Je t’attendais, et j’ai des éléments à te donner qui pourront peut-être montrer aux hommes de la Terre un chemin qu’ils soupçonnent déjà au fond d’eux-mêmes. Je suis maintenant très vieux, plus de cinq cents de vos années terrestres et j’ai bien souvent eu des missions sur la planète Terre.»

L’homme s’arrête quelques instants, pendant lesquels il nous fait signe de nous asseoir autour d’une table ovale entourée de sept sièges confortables. Il est vêtu d’une longue robe blanche, serrée à la taille par un lien souple, dont je ne détermine pas la matière. Un petit boîtier y est accroché. A ses pieds, des sandales d’une matière souple font corps avec lui. J’avais déjà remarqué sans y prêter attention, qu’aucun des vêtements ne comportait de couture. Tous semblaient faits d’un seul tenant et je rapprochai cela des robes esséniennes que nous portions il y a deux mille ans. Je m’aperçois alors que le sol est comme un grand miroir aux multiples reflets.

« Chacune de ces missions, continue-t’il, a eu pour but d’entrer en contact avec certains des vôtres d’une façon très physique, et aussi de manifester notre présence aux êtres qui vivent à l’intérieur de votre terre. Là encore, il n’y a pas les bons et les méchants, mais des êtres qui évoluent à leur façon. Certains d’entre eux ont des connaissances plus avancées que celles qui ont cours à la surface de la terre. Ils connaissent les lois de la gravitation, de l’antimatière et ont aussi des vaisseaux que vous pourriez appeler intra-terrestres.

Parmi eux, il est des êtres d’une grande sagesse, qui pendant longtemps ont cependant refusé de manifester leur présence à ceux de la surface. Ils ne souhaitaient pas entrer en communication avec les humains qu’il sconsidéraient comme trop orgueilleux. Il y a de cela nombre de vos années, un pacte s’est enfin établi, et la compassion de certains d’entre eux fit qu’ils acceptèrent d’entrer dans la grande opération d’aide que nous avions alors envisagée pour la Terre. Leur action est encore souterraine, ajouta-t’il avec un sourire, mais elle n’en est pas moins efficace, et ils éveillent sur terre tout ce qui est connaissance occulte, de façon à rendre lumineuses les grandes lois cachées, jusqu’à présent réservées aux seuls initiés. »

Le grand être blond s’est tu quelques instants et disparaît, pour réapparaître aussitôt avec un plateau de fruits et des verres remplis d’un liquide odorant.

« Lorsque mon passage sur terre devait durer plus de quelques mois, il me fallait alors une identité spécifique et un travail qui me permette de m’intégrer et de rester les deux ou trois années prévues. Actuellement, certains hommes de la Terre qui connaissent notre action souhaiteraient contrôler tout cela, et vos puces, vos cartes de crédit, vos identités et la façon dont chacun peut être surveillé même chez lui, vont contribuer à nous identifier. Ceci étant, nous ne craignons pas la technologie terrienne. Mais il est pourtant parmi vous des êtres d’autres planètes qui eux savent comment nous détecter et nuire à notre action. Cependant, aucune peur ne nous habite car ce qui doit être sera, dans un sens comme dans l’autre.

De votre réveil, de la croissance de votre cœur, dépendra la suite de votre histoire, et par répercussion de la nôtre. Nous ne craignons pas la mort et jamais nous n’enlevons la vie. C’est une évidence pour nous tous ici, aussi nos missions sont-elles un don joyeux que nous faisons quelles qu’en soient les conséquences. Lorsque nous atteignons l’atmosphère terrestre, il arrive que nos vaisseaux densifiés soient susceptibles d’accident. Il en est même qui sont sur votre Terre dans des zones interdites ou seules quelques hautes personnalités ont accès.

Les hommes de pouvoir cherchent comment ouvrir nos engins spatiaux sans succès, car ils ne connaissent pas le pouvoir du son et celui du cœur qui, combinés à des symboles, ouvrent les portes invisibles. Ces hommes savent seulement comment emprisonner des évidences. Ils connaissent aussi les champs d’énergie qui peuvent affaiblir notre action… Un jour viendra, où vous n’aurez plus la possibilité de penser et d’agir d’une autre façon que celle qui vous sera dictée. Les marginaux, les révolutionnaires de l’Amour seront des exclus qui ne pourront vivre sur le sol de la Terre, car tout y sera contrôlé, prévu, pour ceux qui voudront bien être fichés et suivis. Ces temps sont proches, mais ils ne seront que ce que vous accepterez d’en faire. Nul ne peut obliger une âme à vivre ce qui est contraire à ses décisions. Encore faut-il choisir et ne pas laisser choisir qui que ce soit pour vous ! »

Un sentiment de tristesse mêlé à une confiance profonde m’habite. Je sais que nous avons la responsabilité de notre futur et que ce qui arrivera sera voulu par nous, mais en même temps un sentiment de lassitude m’envahit. Nous allons, peu à peu, vers une pensée, une monnaie, une uniformité générale qui permettront à toute forme d’autorité de gérer un groupe, et non des individus. Quelle facilité pour imposer et soumettre qui que ce soit ! Je lève les yeux vers les murs qui m’entourent, pour m’apercevoir que deux d’entre eux sont décorés de ce qui pourrait paraître une fresque ou un grand tableau… Rien de figuratif pourtant, mais des circulations d’ondes qui dansent et rendent l’ensemble très vivant.

« Chez nous, l’art a souvent une fonction précise. Ce que tu vois sur ces murs est une porte du temps. Selon tes pensées et tes recherches, les cristaux qui composent ces ensembles te permettent un contact avec telle ou telle période de n’importe quelle planète et à n’importe quelle époque de son humanité. Les cristaux sont de grands Êtres à la mémoire fabuleuse. L’une de leurs capacités est d’enregistrer la mémoire du temps. Sur Terre, les hommes savent très rarement collaborer avec eux. En effet, ils imaginent à peine une partie des pouvoirs de ce règne minéral et pensent l’exploiter, sans savoir qu’ils peuvent y perdre leur âme. Je ne parle pas ici, du port de pierres en bijoux ou des utilisations momentanées que l’on peut en faire : je fais allusion aux objets de pouvoir que vous croyez détenir à travers eux. Leur puissance est tellement supérieure à la vôtre, que si votre alignement avec vos divers corps n’est pas parfait, si vos pensées elles-mêmes ne sont pas totalement claires, c’est lui qui sera votre maître et fera de vous son esclave !…

Certains êtres de l’Atlantide ont cru avoir atteint un niveau suffisant pour contraindre le cristal à les servir. Ils ont oublié que cette simple pensée de pouvoir créait en eux une faille et une faiblesse. Ce fut l’une des causes de la chute de cette grande civilisation. »

Un grand silence paisible occupe l’espace. Le Sage nous regarde tous trois, et il émane de ce regard une tendresse immense, sans barrière, sans attente. J’ai, l’espace d’un instant, la sensation de plonger dans ce regard irisé et de me perdre dans un ciel constellé d’étoiles. J’y suis tellement bien que j’aimerais rester là indéfiniment, car c’est l’infini, le non créé qui m’habitent alors ! Au fond de ma nuit étoilée j’entends la voix du Maître :

« Ici, la mort n’est rien d’autre qu’un passage semblable à une naissance. Les êtres de la Terre en ont oublié l’Essence et ils ont tellement peur de cette mort, qu’ils vivent d’elle et la produisent à tout moment ! Il est rare de voir une planète dont les habitants tuent tout ce qui peut avoir forme de vie, soit pour se protéger, soit pour s’en nourrir. Ces actions renforcent en vous la peur de votre propre mort, car ces morts que vous provoquez vous habitent en permanence, et vous vivez ainsi en symbiose étroite avec la souffrance que vous créez. Mais regarde plutôt… »

Sur l’écran de ma nuit, apparaît alors une scène à l’intérieur d’un édifice semblable à celui de l’École de Sagesse. Là, dans une salle aux lumières douces et dans toute la gamme des bleus violets, je perçois, allongé dans une sorte de lit en forme de coquille, un homme blond du même âge que le Sage chez qui nous sommes. Une musique qui semble être une musique des sphères, s’écoule doucement dans l’air parfumé de la pièce. Tout ce qui émane du lieu est empreint de beauté, d’harmonie, de sérénité. Sur le mur qui fait face au lit, apparaissent des symboles lumineux, des lettres… L’homme allongé sourit à une personne qui, assise à côté de lui, semble lui parler par télépathie.

« Nous nous trouvons dans l’une des salles du temple des désincarnations. Celui qui est dans le lit va quitter son enveloppe physique. Il l’utilise depuis plus de cinq cents ans et souhaite maintenant en prendre une nouvelle afin de se régénérer et de continuer avec d’autres données plus récentes. Il a pris soin de terminer ce qui lui paraissait important pour cette vie et pour les quelques mois que vous appelez curieusement d’après-vie, où il sera en préparation pour ses nouvelles fonctions. Ses proches l’ont laissé maintenant avec l’accompagnateur de son choix. Ils savent que celui qui part a besoin de calme et de sérénité, pour que le voyage soit le plus agréable possible. Avant d’arriver dans ce lieu, l’habitant de ce corps a contacté ses futurs parents. Ils ont préparé son départ et son retour avec minutie. La famille d’accueil sait qu’elle n’est là que pour un temps, celui durant lequel le nouvel incarné aura besoin de soutien et de présence physique… Mais cela dure très peu chez nous, contrairement à la Terre.

Là-bas, sur Terre, les êtres s’extasient devant un enfant et essaient de le maintenir dans cet état le plus longtemps possible, si bien que la dépendance est souvent très longue par rapport au peu d’années d’activité restantes. Un Humain passe 21 années au moins à se construire sur un plan subtil, 30 années à travailler, et le reste à vivre ce qui n’a pas été vécu jusqu’à sa mort. La lenteur vibratoire de la planète explique ces faits. Ici, un être s’incarne et passe cinq à huit des années terrestres tout au plus, à réapprendre ce qui est nécessaire à sa croissance intérieure et au projet pour lequel il s’est incarné. À partir de ce moment-là, il devient complètement autonome et le restera durant toute sa vie active, c’est-à-dire, une moyenne de cinq cents ans… jusqu’à ce qu’il sente que son corps et son âme ont besoin d’un nouveau vêtement.

Les familles d’accueil ont donc un rôle important, de par les qualités et les possibilités qu’elles pourront offrir à celui qui s’incarne, mais ce rôle n’a rien à voir avec celui que se donnent les parents sur terre. Il n’y a aucune idée de possession, aucun orgueil de créateur, aucun lien privilégié dû au rôle de géniteur. Il s’agit bien davantage d’offrir des possibilités à des entités qui n’appartiennent qu’à elles-mêmes et qui, dès le moment de leur naissance savent où elles vont et ce qui les attend. Il n’y a aucune obligation ou contrainte dans cette relation parentale. L’expression la chair de ma chair nous fait beaucoup sourire ici, surtout vu la compréhension qu’en ont les parents terriens. Ici, la chair est simplement le vêtement que l’on construit dans un acte d’amour, et à travers lequel se glissera l’entité à un moment précis. Ce vêtement est tissé au fil du temps avec tendresse, mais ne donne aucune priorité à ceux qui sont à son origine.

Les Grands Êtres de la nature qui contribuent à construire le véhicule, sont un peu semblables à ceux qui interviennent sur terre, même si nos corps sont plus subtils. A ce niveau, il y a peu de différences. Au moment de sa naissance, l’être qui s’incarne a pour objectif d’être au plus tôt utile et actif. En accord avec son âme, il passera donc les premières années à devenir autonome et prêt pour ses fonctions futures. C’est en ce sens aussi qu’il a encore besoin de l’aide de ses parents. L’amour ou l’affection sont pour nous des évidences mais il n’est guère besoin d’être parent pour en donner, et la qualité de ce don ne sera pas différente qu’il s’agisse d’enfants que nous faisons, d’enfants auxquels nous enseignons, ou d’adultes que nous rencontrons.

Sur Terre, posséder fait croire que l’on peut mieux aimer. Ce n’est guère le cas ici, et notre cœur est ouvert selon ses propres capacités, et non selon que l’on soit attaché ou non à une famille. Nous savons tous que notre famille n’est jamais que provisoire et pour une incarnation présente. Nous savons aussi combien nous sommes tous reliés les uns aux autres par des liens changeant au fil de nos incarnations. Sur Terre, il en est de même, et si vous saviez quelle parenté vous avez eu au fil de vos nombreuses vies les uns avec les autres, vous seriez surpris de vous considérer encore comme des ennemis ! »

Dans la pièce des désincarnations, l’homme allongé pense et de lui émanent des ondes colorées, des visages, des scènes. Tout semble fluide. C’est un peu comme si, avant de prendre son envol, il faisait le bilan de sa vie sur le point de se terminer. J’y vois des événements heureux, d’autres moins, mais à chaque séquence, l’accompagnateur qui l’assiste, écoute et dénoue les fils restants lorsque cela s’avère nécessaire. Les couleurs qui environnent celui qui s’en va deviennent de plus en plus pastel, de plus en plus transparentes, de plus en plus lumineuses. Les scènes s’arrêtent tout à coup comme si le film était fini. L’accompagnateur se lève et va se placer à la tête de l’homme blond qui semble dormir très légèrement. Je perçois alors une brume légère qui enveloppe son corps, ou plutôt qui en sort par le haut de la tête . Peu à peu, cette brume prend forme : c’est la silhouette de l’être allongé qui quitte son enveloppe physique.

Tandis que durait tout ce processus, les symboles se sont éclairés et éteints les uns après les autres. Ils sont au nombre de 12 et leur couleur va du rouge au blanc cristal, mais je n’en comprends pas encore toute l’utilité. L’être est maintenant face à nous, son accompagnateur et moi, et avec beaucoup de douceur, il nous fait de la main un signe amical. La silhouette a disparu et l’accompagnateur reste en méditation quelque temps encore…

« Il accompagne celui qui part durant quelques instants, comme l’on fait parfois un bout de chemin avec un ami cher. Puis celui qui s’en va continue seul sa route, et durant quelques semaines, parfois quelques mois, il va se construire une nouvelle personnalité, de nouvelles bases sur lesquelles il pourra s’appuyer. Il va contacter les sept Sages de la Vie, et d’autres menant de planètes et d’univers différents de celui-ci. Cela va lui permettre d’apprendre ce qui sera nécessaire à sa future incarnation, sur tous les plans de son être. Il saura précisément les liens qui lui restent à affiner, à libérer, car son âme continue son évolution et l’apprentissage de l’amour total. Il va faire le point comme tu aimes à le dire. Puis viendra le temps de sa nouvelle incarnation qu’il acceptera avec joie, car il sait que la vie continue tantôt sous une forme, tantôt sous une autre*.

Ce futur corps est un cadeau de l’Amour à la Vie, à sa vie, sans limite de temps, de matière ou d’espace. Il : retrouvera ses futurs parents et avec eux il construira les bases de ce que sera sa vie. Les rencontres seront fréquentes entre eux. Mais tu vas voir cela bientôt. »

La nuit étoilée s’estompe peu à peu ; notre hôte, qui nous fait signe de le suivre, m’invite à sortir. Nous empruntons un chemin bordé d’une végétation verte, rosé et blanche qui nous mène à un petit bâtiment : arrondi au toit en coupole fait d’une matière cristalline en irisée.

 

Extrait du livre de Anne Givaudan: ‘ALLIANCE’ - Message des vénusiens aux peuples de la Terre - Chapitre 11 – Le passage

 

 

La non-ingérence par Kryeon

téléchargementDonc, dans cette énergie, après la précession des équinoxes, nous vous disons qu’il y a quelques bonnes nouvelles. Premièrement, il nous fait plaisir de vous parler de ce que nous appelons, « les lois de la création ». Attention, elles ne sont peut-être pas ce que vous pensez ! Soyons encore plus précis. Nous les appellerons « les lois de la Divinité intérieure de chaque Être Humain ».

Ces lois sont inchangeables, puisque ce sont des lois de base, et, même si nous le pouvions, nous ne le ferions pas. Nous ne les violerions jamais. L’Esprit ou votre Divinité Intérieure n’agit pas selon votre mental d’Être Humain, selon votre mental d’Âme et Esprit en incarnation. La linéarité est un accessoire, un outil, non pas une conscience avec des règles et des lois auxquelles il vous faut « fatalement obéir » ! Bref, ce ne sont pas des lois ou règles. Ce sont des choses naturelles, innées et déjà acquises ou méritées. Voici un exemple. Les lois de la physique sont, pour ainsi dire, absolues, car elles se rapportent à la matière et à la réalité de vos corps physiques. Voyez-vous que les lois ou règles de la physique ne sont pas les mêmes que celles de votre propre conscience ou divinité intérieure ? Si la Déesse et Dieu sont toutes choses, elles doivent nécessairement être toutes ces lois et règles, n’est-ce pas ? Voyez-vous qu’il y a des lois et règles, dites « spirituelles » ?

Alors, permettez-moi de vous parler de certaines d’entre elles. Premièrement, toutes ces lois ou règles honorent les Êtres Humains, en plus d’être magnifiques et bienveillantes. Votre propre Source Créatrice pourrait-elle agir différemment ? Nous sommes toujours près de vous, mais nous ne faisons rien, sauf si vous nous y invitez. C’est plus que de la liberté de choix, c’est la loi du créateur. Nous respectons ces lois, mais nous aimerions bien pouvoir vous dire : « Salut, cher Être Humain, nous sommes là, tout près de toi ! » C’est notre manière d’honorer votre libre choix. Si nous agissions selon ce que notre coeur souhaite, vous changeriez immédiatement, mais ce serait la fin de votre test d’évolution en incarnation. Le choix de réaliser que nous sommes toujours là, près de vous, doit absolument provenir de vous-mêmes et individuellement, pendant que vous êtes sur la planète Terre.

Chères Âmes Expérimentées, l’ancienne énergie vous a fait travailler avec toute votre énergie et tout votre acharnement, mais, sachez qu’elle a aussi été difficile pour nous. Dans cette ancienne énergie, vous étiez éveillées, dans un monde en mode de survie physique. La majorité de l’humanité n’était pas intéressée à l’éveil spirituel ou à la prise de conscience de la divinité intérieure de chaque Être Humain. Donc, il ne nous était pas permis de nous rapprocher de vous. Nous devions rester plus distants, pour ainsi dire.

Pouvez-vous imaginer que vos enfants deviennent soudainement différents, au point où ils ne savent plus QUI vous êtes ? Pouvez-vous imaginer leur désarroi ? Ils sont dans le noir absolu, ou presque. Ils sont affolés et courent en tous sens. Ils se frappent contre les murs et ils sont effrayés, car il y a seulement une lampe de poche, et c’est vous qui l’avez. Oui mais, la loi dit que vous ne pouvez pas utiliser votre lampe de poche, s’ils ne le demandent pas. Ils n’ont jamais fait appel à vous, puisqu’ils ne connaissent pas ou ne se rappellent même plus de votre nom ! Ils sont « spirituellement amnésiques » ! Même si, « humainement et génétiquement parlant », vous leur avez donné naissance et vous êtes occupés d’eux, ils ne savent plus que vous existez. Pouvez-vous imaginer une telle situation ? Voyez-vous ce qu’est la loi bienveillante de non-ingérence ? Cette loi s’applique aussi à nous, de l’autre côté du voile.

Voici une autre loi. Lorsque vous jouez le rôle ou le rêve d’Être Humain [NDIT - Le rêve est peut-être une illusion, mais la rêveuse et le rêveur sont bel et bien réels], tendez la main et ouvrez votre coeur à votre propre divinité intérieure… Permettez que vos expériences de vie vous prouvent que vous êtes beaucoup plus qu’une simple masse de chair de sang et d’os, qui « pense, ressent ou éprouve des émotions ». Plusieurs d’entre vous, ont un lignage akashique de souvenirs, à ce sujet. Lorsque vous vous posez l’une des questions existentielles, telle que : « Est-ce qu’il y a plus ? Suis-je plus ? » vous nous permettez d’entrer. À ce moment-là, tout commence à changer, puisque vous nous avez, indirectement, autorisés ou permis de communiquer avec vous. C’est notre loi. Si, de plus en plus d’Êtres Humains le font, cela permet également aux autres attributs de votre environnement, de se développer. Donc, ils peuvent commencer à changer. Lorsqu’il y a suffisamment d’Êtres Humains qui entament ce processus, toute la planète commence à changer. C’est ce qui est appelé « évolution ou cheminement rapide d’un système ou processus quelconque ».

Maintenant, c’est là que ça devient intéressant. Le changement a aussi un effet sur ce que vous avez appelé « la sensibilité de l’énergie d’un Être Humain ». Lorsque vous entrez dans un champ de bataille où la grille cristalline se souvient de ce qui s’est passé, vous ressentez le drame de cette situation. Ceci est en train de changer, et nous en a parlé. Cependant, disons que vous entrez dans ce champ de bataille avec un autre. Vous le ressentez, mais l’autre ne le ressent pas. Le dialogue pourrait être comme ceci ;

Lui – « Qu’est-ce qui ne va pas avec toi ? »
Toi – « Ne ressens-tu pas l’énergie qu’il y a ici ? »
Lui – « Quelle énergie ? De quoi parles-tu ? »
Toi – « Quelque chose s’est passé ici. Ne le ressens-tu pas ? »
Lui – « Non, je ne ressens rien ! »

L’autre – Être Humain – vous regardera et pensera peut-être que tu fais semblant, que tu veux attirer l’attention ou que tu joues le rôle de la personne « spirituelle et hypersensible ». Quelle est la différence entre lui et toi ? La réponse est la suivante : Tu permets cette prise de conscience, alors qu’il la bloque [consciemment ou non ?] Nous allons parler de blocages, dans un moment.

Certains d’entre vous se promènent dans la forêt et ressentent cette énergie. Elle vous entoure, en tout amour et en toute beauté. Gaia vous parle ! Les arbres produisent de l’oxygène avec le système bienveillant de la photosynthèse [NDIT - Photosynthèse, nom féminin - Chez les végétaux et certaines bactéries, processus de fabrication de matière organique utilisant la lumière solaire comme source d'énergie. Syn. (vx) : assimilation chlorophyllienne]. Les arbres vous procurent de l’oxygène, et, en échange, vous leur offrez du dioxyde de carbone, avec votre respiration dite humaine.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Respiration

Selon vous, est-ce un système magnifique et bienveillant ? Regardez autour de vous. La science dira que ce système ou phénomène est aléatoire. Qu’en dites-vous ? Quel beau système ! Croyez-moi ou non, les arbres savent Qui vous êtes. Vous marchez dans la forêt et vous sentez qu’elle vous enlace tendrement, qu’elle vous fait une accolade chaleureuse. Toutefois, il y aura peut-être d’autres Êtres Humains – aussi divins que vous – qui arriveront avec leurs tronçonneuses ! Évidemment, ils ne se soucient pas de votre « état d’âme », puisqu’ils n’ont aucune idée de ce que vous ressentez. Selon leurs vérités individuelles, la forêt n’est qu’une ressource naturelle. Quelle est la différence entre vous et eux ?

Ce n’est pas une question tendancieuse de notre part. Voici notre réponse. Vous êtes conscients des dimensions multiples et ces chers Êtres Humains ne le sont pas. Vous êtes plus conscients, non pas, plus intelligents, de ces dimensions, puisque vous avez ouvert le canal de la « communication de l’âme ». Sachez que, votre « communication de l’âme » est plus avancée que celle des chers Êtres humains avec leurs tronçonneuses… Plus « avancée », ne veut pas dire « supérieure ». Cela signifie, tout simplement, que d’autres parties de vous, sont plus conscientes des communications multidimensionnelles entre vous et Gaia.

Lorsque vous choisissez de ressentir cette énergie, elle sera là. La plupart des Êtres Humains n’ont pas encore fait ce choix. Ils la bloquent. La règle dit que cette communication peut se faire seulement si vous le permettez ou si vous faites ce choix. Dès que vous ouvrez la porte, vous pouvez commencer à la ressentir.

Ce n’est pas seulement le choix d’ouvrir la communication avec la source créatrice, car il y a aussi un grand nombre de ce que vous appelleriez, des « énergies bienveillantes ». Ces énergies proviennent des groupes auxquels vous leur avez attribué un nom. Évidemment, ils ne peuvent pas venir vers vous, de leur propre chef, car vous devez le leur permettre. Ce sont aussi leurs lois. Vous dites que ce sont des Pléiadiens, Arcturiens, Siriens, Orioniens, Hathors, etc. La liste est très longue, mais c’est la même loi qui s’applique à tous. Vous devez leur donner la permission de communiquer avec vous.

Si vous ne vous sentez pas bien et que vous l’exprimez, la plupart des Être Humains de votre environnement seront attentifs et chercheront à vous aider, ils seront bienveillants, n’est-ce pas ? Ces groupes bienveillants agissent de la même manière, mais vous devez l’exprimer, en choisissant de leur donner votre permission. Ils représentent l’essence de votre ADN (Lee – Ce qui a été ensemencé dans votre propre ADN). Ils savent Qui et Ce que vous Êtes, et ils sont nombreux. Les possibilités d’aide sont énormes, sur votre planète, mais la majorité des Êtres Humains ne s’ouvre pas encore à cette prise de conscience. Donc, elle ne permettra pas à ces groupes d’entrer dans leur réalité.

KRYEON

lire la suite ici http://francesca1.unblog.fr/category/kryeon-2014/

123

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...