Le retour à l’Unité

 

transcendanceSortir de l’infantilisme de la confusion moi/non-moi est un défi que peu d’êtres humains relèvent. L’état embryonnaire est celui de l’unité, et peut-être en portons-nous la trace ou la nostalgie. Nous pouvons retrouver l’extase de cette unité prénatale à un niveau supérieur. C’est la réalisation du Soi, que René Guénon appelle la Délivrance, et qu’on nomme aujourd’hui Eveil, pour recouper les différentes expériences des sages et des maîtres qui sont passés par là. Le sujet et l’objet sont identiques, comme le bébé d’avant six mois qui se prend encore pour sa mère. On aura donc, comme le dit Lao-Tseu, accompli le chemin du retour. La croissance de l’enfant révèle que l’esprit homogène identifié au non-moi par le moment même (lune) se dédouble avec l’apparition du discours, vers deux ans (Mercure), qui permet de mettre en scène le vécu et d’imaginer, puis se subdivise avec l’apparition du sentiment du moi par le caractère vers l’age de sept ans (Saturne), suivi de l’apparition du désir sexuel à l’adolescence (Mars), accompagné de près par l’apparition de l’idéalisme existentiel (Vénus), qui oppose au vécu un référentiel intérieur pour le gouverner, tandis que la tentation des rôles (Jupiter) viendra concilier les instances déjà apparues.

L’esprit possède sa propre embryogenèse. Les juridictions surgissent, tourbillonnent, instrumentalisent le moment, et parfois se l’arrachent. Les humeurs primordiales l’attestent, de la tristesse à la joie, en passant par toutes sortes de nuances. Nous avons toujours inventorié les mouvements de l’esprit, vertus cardinales et péchés capitaux, émotions-types comme celles répertoriées par exemple par le docteur Bach, mais peu d’êtres humains pratiquent la sadhana ou l’alchimie qui restitue l’esprit dans son pouvoir originel de s’unir au non-moi, rassemblé dans le soleil vainqueur des forces d’écartèlement centrifuge.

  Désengrammer l’enfance

A l’age de six ans, ma mère me montrait comme un singe savant à ses amies, chez le coiffeur, car j’avais des yeux immenses, et elles s’esclaffaient toutes comme au zoo, une impression indéchiffrable d’agacement venant dilater encore mon regard, tandis que je faisais la moue. Ma mère faisait systématiquement ce numéro avec moi, alors qu’elle avait dû s’apercevoir que cela me perturbait. Aucune de ses amies, rencontrées chez le meilleur coiffeur de la bourgade, et encore moins ma mère, ne prêtait la moindre attention au fait que leurs jacasseries me dérangeaient, même si je me mettais à pleurer. Je me suis habitué à être peu écouté et pris en compte, mais en même temps je me suis rendu compte que les mots ne voulaient pas dire grand-chose, et j’ai renoncé à percevoir le monde avec le langage, et comme les sensations ne suffisaient pas, la présence de l’absence est devenue un compagnon de route, de sept à vingt-trois ans. Quand on reconnaît le caractère meuble de l’enfant, le pouvoir absolu du non-moi sur le moi par les chocs qui laissent des traces, on s’étonne beaucoup moins de voir autant d’adultes incompétents dans le domaine de la conscience. Celle-ci se sera spécialisée outre mesure dans certains secteurs et restera faible dans d’autres, mais l’ensemble fournit une adaptation sociale suffisante pour que la vie fonctionne ainsi, avec des hommes et des femmes qui sont, d’un point de vue supramental, inachevés.

Il est bienvenu de revoir son enfance où de nombreux mécanismes de grippage des fonctions psychologiques se sont effectués, quand le moment s’est présenté sous forme indigeste pour le moi, et que le sujet n’a pas su communiquer, ou empêcher le préjudice. Le grippage est tout à fait naturel, et nous en traiterons les formes essentielles plus tard. Le présent pur a toujours le pouvoir de nettoyer l’obscurité d’un passé très ancien, mais le patient ou le chercheur n’est pas toujours suffisamment convaincu du bénéfice de remonter aussi loin. Le supramental le fait de par sa propre autorité, et il est donc certain que la réhabilitation de la petite enfance permet de retrouver une spontanéité propice à saisir le moment éternel. Le but d’une analyse est, entre autres choses, de parvenir à extraire du plan émotionnel les préjudices et les trauma pour les abstraire et les objectiver, puis les intégrer dans une partie supérieure de l’être qui a davantage de moyens de les transformer ou de les dissoudre que les parties postées plus bas. Mais il n’est pas nécessaire de s’attacher à une forme thérapeutique, et le travail peut parfois s’effectuer seul, en particulier pour ceux qui savent respirer correctement et qui retrouvent facilement les états d’esprit d’un lointain passé.

Quand le moi est séparé du non-moi, il est traversé dans toutes ses parties, la souffrance est mentale (je ne trouve pas la solution), affective (il me manque quelque chose), émotionnelle (l’évocation de l’objet manqué ou perdu provoque des larmes ou des angoisses) et physique enfin: une contrainte évolutive fait somatiser, une partie du corps en prend pour son grade. En revanche, des signes avant-coureurs se manifestent chez l’adepte, qui n’attend pas que tous les plans soient contaminés pour intervenir. La quête, puisqu’elle est attentive, prévient de nombreux troubles, mais soulève des résistances qui resteraient endormies sans elle, du passé, personnel, familial, karmique, ou de la configuration énergétique astrale à modifier.

  Unir Distance et Présence

Le vrai caractère ne s’exprime pas avant que des antagonismes puissants ne soient résolus, et ils apparaissent systématiquement à la lecture de l’horoscope, puisque les tendances psychiques s’écartèlent dans les quatre directions, nous mettant au défi de trouver au centre le soleil ou le soi, pour les harmoniser. Des virages s’imposent au cours de l’existence pour mieux équilibrer les forces et amorcer une manière plus subtile de se nourrir du temps. Une unité se révèle à un niveau plus conscient après les fractures événementielles qui imposent des remises en question profondes, dont la conscience aura profité. Ceux qui ont le sentiment d’avoir frôlé la mort, (et depuis peu j’en fais partie), trouvent très souvent que les personnes qui n’ont pas une expérience similaire «chipotent pour un oui on pour un non». La bataille contre la mort, sauf exception, tord le coup à la complaisance. Nous autres rescapés, nous nous reconnaissons entre nous, parfois d’un simple regard, nous bénéficions d’un gadget évolutif enviable: nous sommes à la fois plus présents et plus distants dans le moment. Je n’incite personne à jouer à la roulette russe sous prétexte que cela remet le prix de la vie à sa place, alors cherchons d’autres moyens pour bénéficier du regard du rescapé.

Là où beaucoup se noient dans un verre d’eau ou s’arrachent les cheveux, le survivant d’une part, et l’aspirant spirituel de l’autre, s’y prennent autrement. Il n’y a plus de fausse urgence, de petites peurs pratiques ni de désirs pressés. Mars est dompté et la lune apaisée, tandis que les attentes compulsives de Venus ont foncièrement diminué. L’alchimie commence bien par les tendances qui correspondent aux planètes qui encadrent la Terre. L’inépuisable lune qui correspond aux émotions, à la sensibilité, mais aussi à la sensiblerie, s’est décrotté de la peur de manquer de sécurité, le désir n’est plus avide de trouver son objet, les décisions sont réfléchies, les réactions de défense diminuent, Mars est plus éclairé, l’action plus homogène. Et tous les mouvements qui cherchent une adhérence fusionnelle au non-moi, qui idéalisent le moment et le nouveau, se remplissent maintenant d’une exigence supérieure, et d’une hauteur qui les dispense de s’identifier sans vergogne aux apparences gratifiantes, et Venus trouve un raccourci vers Neptune. Si les événements vraiment pénibles obligent l’esprit au recul (appelant l’arbitrage du soleil et de Saturne), ils agissent comme la méditation qui permet de se distinguer du non-moi.

Le sujet tire le rideau pour observer ses comportements d’une manière détachée, s’il médite, mais parfois c’est la vie elle-même qui donne cette leçon comme un enfant qui apprend à nager en tombant dans l’eau pour survivre. L’être humain se trouve alors harcelé par son propre mental, soudain, sans échappatoire, faute d’avoir su auparavant l’utiliser pour des remises en question régulières. L’évolution humaine, c’est le moi qui transforme sa position vis-à-vis du temps qu’il avale et qui l’avale. Car les deux se nourrissent l’un de l’autre, thème qui sous-tend la Bhagavad-Gîta, pour laquelle l’action pure, inspirée du non-agir. soustrait l’âme du chercheur de feu au prédateur du temps Kala. Tout ce qui arrive devient le moyen d’intervenir en profondeur sur notre propre existence en investissant les forces qui nous traversent. Nous refusons alors de manger le temps n’importe comment, et nous refusons au temps le privilège de nous avaler selon son bon plaisir. Le mariage du soleil et de la lune, après qu’ils auront été identifiés, séparés, opposés et réconciliés, constitue l’expérience alchimique primordiale, appelée conjonction dans les textes anciens. Ceux qui ignorent ou refusent la leçon de l’accident, de l’échec, du deuil, manquent les nouveaux seuils adaptatifs et risquent de voir pousser en eux certaines fonctions psychologiques occupant l’espace vital des autres, aliénant le présent aux obsessions du passé et aux compensations de toutes sortes, alors qu’un simple moment de sincérité permettrait d’ouvrir le chantier psychologique.

 

extrait du Traité d’alchimie vu sur  : http://www.supramental-astrologie.fr/

 

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...