Christ’al Chaya – message

Bien-aimés de l’Un, chers lecteurs, je vous salue, soyez les bienvenues, chères âmes, soyez accueillies, accueillies dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans cet espace sacré et consacré.

Je suis Christ’al Chaya, Maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech de la Fraternité Dorée d’Orion et je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous accompagner dans ce processus d’ascension, dans ce besoin de réconciliation, dans cette nécessité d’unification de votre Etre.

OLD_TitreCC

Chères âmes, actuellement des particules adamantines spécifiques traversent à nouveau la Terre et traversent également vos différents corps énergétiques. Ces structures adamantines qui descendent se regroupent sur la ligne médiane du corps émotionnel et du corps mental et elles provoquent également une saturation au niveau de vos encodages matriciels involutifs, ceux qui vous ont été insérés, inoculés, sur vos extensions et qui servent de relais, de nourriture, d’énergie à vos systèmes de structures leurres répliquantes. Il est fondamental pour vous, aujourd’hui, de vous libérer de ces formes énergétiques polluantes qui exacerbent la part involutive de votre Etre inscrite dans l’aspect de votre espace masculin. Que vous soyez un homme ou une femme, vous devez rétablir impérativement le lien d’amour à l’intérieur même du triangle sacré de la Trinité. Le lien d’amour, c’est cette respiration consciente entre votre féminin et votre masculin, à savoir, lorsque vous utilisez une polarité féminine, elle doit être équilibrée dans sa polarité masculine et vice et versa.

Pour vous donner un exemple : si vous êtes dans l’aspect du féminin, l’ouverture du cœur, le don de vous-mêmes, l’amour, la compassion, dans le même temps, il vous faut développer le discernement, la clarté, la droiture, l’alignement. Si vous développez la compassion, il vous faut développer en même temps le discernement, la justice, la compréhension et l’application des lois de vie. Apprenez à être présents à chaque instant de votre vie, présents à vous-mêmes, présents au développement de votre Présence Je Suis et dans le même instant, apprenez à être en distance, c’est-à-dire à prendre du recul, à ne pas vous laisser submerger par l’émotionnel, par les croyances, par vos projections multiples.

Lorsque vous recevez des messages venant des Maîtres, vous devrez faire preuve d’attention et de vigilance, ces messages doivent toujours servir d’abord le bien commun, ils ne doivent pas être donnés comme des injonctions pour les autres, car rappelez-vous en, vous n’avez nul pouvoir sur qui que ce soit. Le seul pouvoir que vous pouvez exercer est sur vous-mêmes. Alors, si vous recevez des messages qui conditionnent, qui imposent, eh bien, vous pourrez remarquer que ce sont vos propres projections qui opèrent pour servir vos intérêts, tout en vous donnant l’illusion de croire que vous servez l’intérêt du bien commun.

N’oubliez pas de développer l’humilité. L’humilité dans le lien amoureux n’est pas se placer en dessous, ni au dessus d’ailleurs, l’humilité c’est être « un » avec l’autre, être « un » avec l’autre consiste également à respecter son propre espace et l’espace de l’autre. Vous ne pouvez pas intervenir en vous imposant sur le territoire de quelqu’un sans qu’il ne vous y ait invité, sinon vous outrepassez cette loi d’espace qui fait partie de la loi du vivant. A l’intérieur de vous-mêmes, il y a l’espace du féminin qui est comme une Prêtresse de rédemption et l’espace du masculin qui est comme un chevalier qui doit apprendre à protéger, mais qui doit aussi apprendre à s’incliner face à  la puissance de la Shekinah, de la Shakti universelle qui est amour – amour – amour.

Si le chevalier entre à l’intérieur du temple et agit avec son ancien masculin, entre en concurrence avec la Prêtresse de rédemption, il va d’abord la déifier pour qu’elle puisse lui offrir toute la connaissance dont il a besoin, puis cette connaissance acquise, il va se mettre dans cette concurrence au lieu d’être dans ce partenariat et cette concurrence va lui faire outrager son féminin intérieur. C’est précisément ce qu’il s’est passé depuis des siècles lorsque les familles involutives vous ont éduqués, elles ont mis en opposition le féminin sacré et le masculin sacré à l’intérieur de vous-mêmes comme à l’extérieur de vous-mêmes. Tout le travail du premier portail de solarisation installé au Mont Shasta, consiste précisément à vous libérer de la part dissidente de votre Etre.

La part dissidente c’est cette partie de vous, involutive, qui a quitté les contraintes d’obéissance  aux mentors de l’ombre, mais qui ne sait pas encore s’incliner face à la force d’amour christique et qui opère de façon autonome et indépendante, qui s’installe face aux parties multidimensionnelles christiques de votre Etre et qui tente de les séduire, de les leurrer, de faire croire qu’elle est pur amour, pur service alors qu’elle ne se sert qu’elle-même et qu’elle passe par l’outrage et l’asservissement du féminin. Ces parts dissidentes en vous pourront être éduquées uniquement si vous les amenez dans ce temple qui est le lien d’amour, cette respiration harmonieuse entre le féminin sacré et le masculin sacré.

Pour cela, faites une méditation :

« Imaginez-vous vêtus d’un vêtement ample de couleur blanche sur une plage, un soir de clair de lune. Détendez le corps physique et visualisez, là, un temple éthérique qui est tout simplement le temple des parèdres se trouvant à la fois près du portail d’Antarion sur Orion et qui se trouve également partout et nulle part dans le sens où il sera présent dès que vous l’appellerez.

Imaginez qu’à l’intérieur de ce temple, il y ait votre propre partie féminine qui est comme une Prêtresse de rédemption prête à accueillir le chevalier, celui qui protège, celui qui maintient les univers en cohésion et à l’entrée de ce temple, la Prêtresse accueille ce chevalier. Regardez tous les aspects de ce chevalier, comment il est, de quelle couleur est son vêtement, son armure. Est-elle plutôt claire, plutôt foncée ? Le chevalier, est-il prêt à s’incliner devant la Prêtresse d’amour ? S’il s’incline, que cette Prêtresse d’amour demande s’il est prêt à servir le bien commun, s’il est prêt à renoncer à ses propres intérêts personnels, s’il est prêt à servir plutôt qu’à asservir, s’il est prêt à accepter la puissance de la Shekinah.

S’il manifeste des réticences, eh bien, proposez-lui de visiter le 3ème portail de rédemption à Rapa Nui. S’il n’a aucune résistance, accueillez-le dans le temple et demandez-lui de faire vœu d’allégeance, d’obéissance, à votre nature féminine, celle qui sait, qui connaît les lois de vie.

S’il accepte de faire vœu d’allégeance à la part féminine de votre Etre, demandez-lui s’il est  prêt à s’engager sur la voie de rédemption, d’unification, s’il est prêt à pacifier et à reconnaître toutes ses zones d’ombre. Demandez-lui s’il est prêt à travailler pour le salut global et qu’il dépose, là, dans le temple de la Déesse, tous ses reliquats qui sont comme des formes obscures, elles-mêmes porteuses de codes matriciels falsifiés, truqués, tronqués, qu’il dépose cela aux pieds de la Déesse  à l’intérieur  de votre temple et du Temple d’Antarion et que cette Déesse, gardienne du feu, puisse prendre tous ces éléments obscurcis et les brûler dans le feu sacré du Temple d’Antarion, un feu incandescent, d’une lumière bleu cobalt.

Imaginez votre Déesse intérieure portant toutes ces parts obscurcissantes et obscurcies, tous ces reliquats du passé, toutes ces distorsions et les mettre dans ce feu bleu. Sentez peu à peu également comme ce chevalier est libéré de son ancienne cuirasse et la Prêtresse de lumière offre maintenant un nouveau vêtement à ce chevalier, une nouvelle armure étincelante, lumineuse, une armure couleur or et argent. Peut-être il y a des pierres précieuses sur cette armure : le rubis, l’autorité royale des Melchizédech, le diamant, la pureté du cœur. Peut-être y a-t-il des motifs sur cette armure : un lys représentant la Sainte Trinité, de l’amour, du lien d’amour et de l’amour éternel.

Puis unissez tout simplement ce chevalier nouvellement vêtu, à cette Prêtresse de rédemption à l’intérieur du temple. Imaginez que ces deux Etres s’enlacent, formant ainsi une seule et même énergie, un œuf, un lingam couleur or, c’est comme si cette Déesse de rédemption et ce chevalier sacré n’existaient plus mais formaient une seule cellule souche, un œuf doré, un œuf cosmique couleur or. Cet œuf cosmique couleur or, c’est le féminin et le masculin à l’intérieur de vous qui retrouvent ce lien d’amour.

Et puis revenez à vous-mêmes, qui étiez assis sur cette plage, vêtus d’un vêtement ample de couleur blanche et créez une sonde de lumière qui part depuis cet œuf doré et qui vient se connecter au chakra du cœur et demandez à ce lingam or de rétablir à l’intérieur de vous le lien sacré, le lien d’amour entre votre féminin et votre masculin.

Et puis prenez trois grandes respirations et revenez tout simplement ici et maintenant. Vous êtes amour, vous êtes lien d’amour, vous êtes amour éternel.

ET CELA EST.

JE SUIS  -  JE SUIS  -  JE SUIS »

 

Chères âmes, chers lecteurs, soyez remerciés, pleinement remerciés, guidés dans votre processus d’ascension et d’évolution.

OM SHANTI CHAYA

Christ’al chaya juin 2014

christal chaya

Bien-aimés de l’Un, je vous salue, chers lecteurs, soyez les bienvenus, soyez accueillis, accueillis dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An, d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillis dans cet espace sacré et consacré.

Je suis Christ’al Chaya, maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech de la Fraternité Dorée d’Orion et je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous préparer à ce processus d’ascension, pour vous révéler le plan de solarisation, de rédemption qui est en cours, pour vous permettre d’intégrer et de métaboliser cette nouvelle particule adamantine qui descend depuis le Grand Soleil Central Sirius.

Chères âmes, vous êtes actuellement en processus initiatique, en métabolisation de ces nouvelles particules adamantines qui amènent avec elles les chroniques akashiques galactiques, ce qui fait que vous n’êtes plus dans ce temps terrestre tel que vous l’avez connu, où le passé était une projection vers l’arrière et le futur, une projection vers l’avant. Aujourd’hui vous êtes dans ce temps universel galactique où la matrice du temps est circulaire et ce que vous comprenez comme étant des mémoires ayant précédé les incarnations terrestres, ces mémoires galactiques ne sont plus le passé ni même le futur, ces mémoires galactiques s’interpénètrent avec votre incarnation du présent et chacun des volontaires incarnés sur cette Terre, vit simultanément ces parts rayonnantes qui sont les parties multidimensionnelles de l’Etre, qui sont les parties ascensionnées de l’Etre Divin et en même temps, des parts d’extension qui, elles, sont encore enfermées dans des mondes, dans des plans de souffrances, dans des plans de limitations.

Le processus de solarisation et de rédemption consiste précisément à réunifier ces parts involutives avec ces parts multidimensionnelles christiques ascensionnées de l’Etre et ce processus de rédemption demande des qualités à l’aspirant spirituel : l’humilité, la clarté, la transparence et la pureté des intentions. La pureté des intentions consiste à servir et à servir uniquement le bien commun au-delà des intérêts personnels. L’intégrité, la clarté, c’est entrer dans cet amour universel, dans ce lien amoureux, breath to breath, respirer dans votre propre espace, tout en respirant dans l’espace de l’autre, mais pour que la respiration soit harmonieuse, il faut qu’elle soit libre de tout attachement, libre de tout désir, libre de tout intérêt, libre de tout besoin de reconnaissance. S’unir dans cette même respiration, c’est reconnaître chaque élément de la vie, qu’il soit humain, qu’il appartienne au règne animal, qu’il appartienne au règne végétal, au règne minéral, au règne des mondes supérieurs, reconnaître chaque élément de vie comme une manifestation vivante et vibrante de la Divine Présence.

Si je regarde mon ami, mon conjoint, mon animal, mon végétal, mon environnement qui se présente, comme pure manifestation du Divin, aucune prise de pouvoir ne pourra être effectuée. Vous ne donnerez pas votre pouvoir et vous ne prendrez pas le pouvoir, car vous serez dans cette conscience universelle d’amour, celle qui vous a enseigné, il y a longtemps de cela, In Lakesh, celle qui vous a enseigné « je suis toi et tu es moi, aucune différence ». Vos parts christiques sont déjà dans cette conscience unitaire. Bien sûr, ce sont les extensions qui n’ont pas encore atteint ce niveau de conscience et qui sont, soit dans le contrôle, soit dans la dépendance et qui sont enfermées dans tous les phénomènes de manifestations liés au pouvoir et à la soumission.

Ce sont ces parts là de vous-mêmes qui ont le plus besoin de compassion, mais qui ont aussi besoin de comprendre qu’elles ne sont pas maîtres à bord, qu’elles ne doivent plus conditionner vos vies terrestres, car vos vies sont précieuses et elles ne servent pas à répéter inlassablement les mêmes erreurs, ces mêmes erreurs qui ne font que nourrir les familles involutives, des monarques conquérants.

Vous êtes incarnés, humains de la Terre, précisément à cette époque, pour manifester la voie de la rédemption, la solarisation des mondes. Vos mandats personnels ne servent, en réalité, qu’à honorer ce mandat de l’Unique et nous avons besoin de tous les volontaires incarnés sur cette Terre.

A l’heure actuelle, vous vous sentez bousculés intérieurement, parfois dépassés par les formes d’initiations qu’on vous présente. Vous pouvez douter, vous pouvez vous demander si tout cela a un sens réel dans votre évolution. Certains peuvent même se demander « qui je suis » réellement. Tout cela est le signe d’un brassage d’énergie qui vous empêche d’être réellement à l’intérieur du Sacré Cœur, du Cœur Christique. Si vous éprouvez certains types de conflits intérieurs, vous devez, à ce moment là, éviter tout bavardage inutile et pratiquer le silence pour retrouver la Présence dans le silence, la Présence de votre véritable nature qui est amour et volonté.

Comprenez que dans ce temps galactique dans lequel vous vous trouvez aujourd’hui, les repères ont changé. Il y a quelques mois de cela, mon canal de transmission, Rosanna, a vécu une initiation intense en ce qui concerne sa rencontre avec le parèdre. Je vous l’ai déjà expliqué à maintes reprises, le parèdre est d’abord sur un plan galactique. Rosanna doit porter et manifester de plus en plus la présence de Shamira Chaya qui est sa part galactique. Tant qu’elle n’avait pas récupéré ses propres extensions où la Déesse a été maintes fois outragée et manipulée, elle ne pouvait accueillir pleinement la présence de Shamira Chaya.

Aujourd’hui, Shamira Chaya fusionne peu à peu avec la physicalité de Rosanna. Cela amène des troubles dans le corps physique, des maladies, parce qu’il y a d’anciennes structures qui se libèrent. Et puis, Ikyos Merk est le parèdre galactique de Shamira Chaya. Aujourd’hui, Ikyos Merk a trois possibilités pour s’incarner, trois entités qui portent ses fréquences, trois entités, car dans les temps galactiques anciens, une structure holographique appelée « leurre répliquant » a été créée et pour sauvegarder intacts les codes d’Ikyos Merk, Ikyos Merk s’est manifesté en trois entités humaines. Cela ne pouvait être révélé avant l’initiation sur l’Île de Pâques, précisément, parce que le 3ème portail de rédemption a cette faculté de brûler les structures « leurre répliquant » sans entamer les codes matriciels cristallins premiers de la Cellule Mère.

Ainsi, humains de la Terre, vous devez demander vous-mêmes que toutes les structures holographiques de leurres, que les greffes de peaux reptiliennes, soient transmutées et recyclées dans le portail de Rapa Nui afin de lever tout parasitage, demander la restitution de vos codes matriciels premiers originels, demander le plein rayonnement de vos parts multidimensionnelles, des parties de vous-mêmes qui sont déjà ascensionnées, demander la clarté de vos intentions. Plus cette humanité se clarifiera dans ses réels besoins, dans ce besoin de respecter la vie, plus vite les îlots de lumière pourront voir le jour.

Certains évènements récents montrent encore aux différents Maîtres ascensionnés que tant que l’aspect conquérant sera encore une réalité dans les structures vibratoires de l’humain, il n’y aura pas de société christique, tant que cette part conquérante ne sera pas soumise à l’autorité des forces christiques d’amour et d’unité, tant que ces parts conquérantes ne respecteront pas la vie, la matrice de vie, la Déesse, eh bien, les îlots de lumière ne pourront se construire.

J’appelle tous les travailleurs de lumière, les volontaires incarnés, à retrouver leur alignement, à respecter l’énergie de la Déesse Mère, à respecter leur Mère nourricière, la Grande Mère, la Terre. Je les appelle à rentrer dans cette coopération intelligente, plutôt que de nourrir les concurrences, les conflits d’intérêts. J’invite les humains de la Terre à se regarder comme des divinités incarnées, plutôt qu’à se juger à travers le filtre de la personnalité humaine et terrestre.

Dans quelque temps, le Maitreya Cosmique se fera connaître de par le monde. Prema Saï Baba sera bientôt parmi vous, humains de la Terre. Aujourd’hui il demande à tous les Maîtres ascensionnés de se concentrer sur la création de ces îlots de lumière et de donner pleine autorité aux plus jeunes et pour cela, il nous demande à ce que les plus jeunes soient initiés dès l’enfance, initiés par un changement dans l’éducation, dans la transmission des valeurs, dans l’enseignement scolaire. Il nous demande de créer de nouvelles écoles pour ces enfants.

Et aujourd’hui, plus tôt les enfants seront initiés au « savoir être », plus tôt ils seront en mesure de prendre leur pleine responsabilité dans le plan de sauvegarde de la planète Terre. A tous ceux qui lisent la lettre mensuelle de Christ’al Chaya, je vous propose de prendre connaissance du projet « Alice Project », tout simplement en allant sur le site d’Alice Project et de soutenir ce magnifique projet qui est d’installer en France, une école nouvelle dans cet esprit de coopération, dans cet esprit de respect de toutes les cultures spirituelles afin que les générations futures soient des manifestations vivantes de la Conscience christique.

Chers lecteurs, volontaires de lumière incarnés sur Terre, soyez remerciés, pleinement remerciés, guidés dans votre évolution et dans votre processus d’ascension.

OM SHANTI CHAYA

www.christalchaya.com

La Grande Pyramide d’Égypte

 

Jésus lève le voile… 

Grâce à une scène de la vie de Jésus captée dans la mémoire du temps, je vous offre des clés afin de percer le mystère des pyramides d’Égypte. En effet, dans le cinquième tome de la collection « A travers les yeux de Jean », j’ai pu assister à l’initiation de Jésus dans la grande pyramide. En voici quelques extraits.

 

C’est au cours d’une soirée privée à laquelle Jean et ses compagnons assistent que Jésus évoque son initiation en Egypte. Il a souhaité que ses proches soient présents afin qu’ils bénéficient de sa rencontre avec différents Sages. Il précise d’emblée qu’en Egypte, tout est évocation. Les fonctions cosmiques ne sont jamais représentées directement. Elles sont incarnées en toute vie et l’être humain doit les appréhender pour les vivre. L’Egypte est un livre de pierre où sont gravées des histoires mystiques. Les temps, les tombeaux, les dieux et les déesses, Pharaon lui-même, tous sont des représentations des lois universelles en action. L’apprentissage de la connaissance ne repose donc pas sur un e loi divine révélée comme dans les religions du Livre, mais sur l’expérience des Anciens qui ont vécu conformément à la Maât et ont montré la voie des vertus indispensables à son respect. Grâce aux scènes et aux hiéroglyphes issus de tous les éléments qui composent la nature – animaux, végétaux et minéraux – l’étudiant s’ouvre progressivement aux lois de l’univers. A travers son récit, Jésus évoquera donc lui –même des scènes et des symboles permettant à chacun de vivre sa propre initiation qui respectera son éveil et sa sensibilité. C’est aussi le rôle de la tradition orale de vous inviter à partager cette initiation orale de vous inviter à partager cette initiation de Jésus dans la Pyramide que j’ai enregistrée sur le CD joint au volume 5 de la collection « A travers les yeux de Jean ».

DANS LE TEMPLE

Avant d’être initié, Jésus fait d’abord un séjour dans un temple afin de se familiariser avec cette tradition. Jésus est admiratif de l’ornementation du temps dont le rôle est uniquement initiatique : Sachez que tout y est symbolique et se rapporte à La Science magique et à l’Immortalité. Ici, tout est évocation pour éveiller la conscience du Divin en l’homme. La connaissance sacrée est exprimée à travers des scènes et non pas des mots… En Egypte, tout ce qui se rapporte à la connaissance et au monde invisible est construit en pierre afin d’en montrer la pérennité. En revanche, tout ce qui est éphémère est abrité dans des construction faites de terre crue et de paille. Le temple dans lequel Jésus se rend est un lieu qui reflète en tout point l’harmonie. L’ensemble de ce qui est dessiné, gravé et peint évoque les lois cosmiques. Tout y est donc chargé d’énergie set d’ondes de formes.

 

La Grande Pyramide d’Égypte dans LEVEE DU VOILE 9782919537112_1_75-248x300

DESTINATINATION SACREE

Quand Jésus dit que dans ce lieu tout est symbolique et se rapporte à la Science magique et à l’Immortalité, cela doit nous rappeler que dans la pensée pharaonique, l’Egypte était la représentation de l’Au-delà et le gigantisme de ses constructions entretenait cette idée. 

L’architecture sacrée de tous les sanctuaires indique une destination mystique matérialisée par un axe qu’il convient de suivre en se conformant à la Maät. La direction indiquée est le Naos, le Saint des saints, partie centrale où se trouve la statue de dieu. De nos jours, les touristes y accèdent directement, mais l’initiation imposait que l’on chemine selon un itinéraire symbolique permettant de devenir soi-même l’offrande lors de l’ultime étape de la rencontre avec la divinité. Le temple est une invitation permanente à rejoindre l’invisible, en allant « au-delà » de l’humain vers l’âme qui, elle, ne quitte jamais le monde invisible, comme la statue du dieu résidait en permanence dans le sanctuaire. Quant à la Science magique évoquée par Jésus, il s’agit principalement de l’art de laisser l’âme agir en tout occasion et de réaliser ce que le profane nomme des prodiges.

 

CARTOGRAPHIE VIBRATOIRE

Lorsque Jésus dit : ici, tout est évocation pour éveiller la conscience du Divin en l’homme, il parle de la conscience que nous sommes des êtres divins. Dans les lieux sacrés, tout incite l’âme à la beauté et ce que l’homme vit doit lui transmettre cette beauté mais aussi la grâce et l’émerveillement afin de la maintenir dans son efficacité créatrice. L’initiation est une forme d’éducation supérieure qui pousse le récipiendaire à aller toujours plus loin dans la connaissance de lui-même et des mystères de la création. La connaissance des fonctions spirituelles en l’homme est accessible sous forme de représentations scéniques mais reste cachée au regard profane. En parcourant le temple, la sensibilité de l’initié agit tel un scanner et transforme dessins et hiéroglyphes en un parcours intérieur, sorte de cartographie vibratoire de la montée vers Dieu. A l’intérieur du temps, reflet de l’intérieur de soi, tout est magique et invite à sentir vibrer la divine présence. Entrer dans un temple, c’est donc entrer dans une « image » qui parle du Soi : les hiéroglyphes, les scènes et leur orientation, les couleurs et les sculptures, tout nous montre qui nous sommes.

 

AU-DELA DES APPARENCES

Jésus évoque alors le symbole Oudjat : Puis un prêtre d’une grande dignité, royal dans ses vêtements dorés est arrivé. Ses yeux étaient soulignés : croyez-moi, là-bas, on les souligne avec différentes couleurs et c’est à la fois curieux et très beau. Pour certains dignitaires, la portée symbolique est évidente. L’initié est entraîné à voir au-delà des apparences. Vous l’avez compris, le symbolisme est le langage de l’intelligence du cœur. Celui qui peint et souligne ses yeux change les traits de son visage et donne à voir l’être spirituel qui dépasse son apparence humaine pour s’imposer : l’œil est la demeure de l’âme du dieu et fait référence à l’œil. Ondjat qui révèle la création.

 

LA SOURCE DE TOUTE VIE

Puis on m’a parlé de la fonction du Soleil et de la puissance bénéfique des dieux et des déesses qui sont des représentations des Principes divins. De tous temps, le Soleil a représenté la richesse cosmique, la lumière de la connaissance et un point de reliance avec le Divin. Ce symbole permet de mieux appréhender notre quête d’élévation vers la lumière de la création. Source de tout vie dans le monde manifesté, le soleil représente l’ouverture sur les mystères de l’origine. Quant aux dieux et aux déesses, ils illustrent les principes divins et n’ont de véritable existence que dans l’imaginaire de celles et ceux qui les font vivre comme des modèles capables, en retour, de guider spirituellement leur existence afin de maintenir l’ordre sur Terre jusque dans l’organisation sociale. En s’appuyant sur ces représentations, la foi reste vive et les êtres reliés à leur part divine. Dieux et déesses peuplent donc les temples, véritables livres de pierre destinés au culte et à l’initiation.

 

IMAGES ANIMEES

La vie est une vaste bande dessinée que nous parcourons de nos émotions afin que l’âme se souvienne de son désir d’incarnation. Elle attire dans notre existence les événements majeurs dont nous n’avons pas conscience d’avoir besoin. Dans le quotidien, nous apprécions certaines scènes parce que nous savons les lire. Elles nous rendent valeureux et créatifs et s’inscrivent facilement dans notre « œuvre spirituelle ». D’autres scènes nous déplaisent et nous font travailler quand nous acceptons de les voir ! Rappelez-vous ce que j’ai précisé dans les volumes précédents : les situations et les personnes sont les images animées de notre propre rayonnement. Tout parle de nous, mais à des niveaux différents ; sensoriel, psychologique, émotionnel, spirituel, etc. Notre quête personnelle nous fait rechercher et donc choisir les scènes qui nous rapprochent toujours plus de notre vérité. Toute scène – symbolique, rappelez-vous – qui nous fait réagir, comprendre et ressentir, nous rend un peu plus vivants de l’interprétation de son message.

 

PUISSANCE D’EVOCATION

A ce stade du récit, jésus sensibilise son auditoire : Ecoutez bien car il est nécessaire que vous ressentiez mes paroles afin qu’elles agissent en vous comme il se doit. Il sait qu’en relatant son initiation, il la revivra afin qu’elle soit partagée. Chacun doit être touché dans son cœur et dans sa compréhension. Jésus parle de la puissance évocatrice des mots quand ceux-ci traduisent une vérité millénaire vécue. Personne ne connaissant l’intérieur de la pyramide, cette puissance assurera l’évocation des images. Alors, l’intelligence sera sollicitée, elle fera participer le corps aux émotions et tout l’être aux ambiances vibratoires. Comme il le fait depuis le début de son récit, Jésus transmet son ressenti afin que le voyage au cœur de l’initiation soit possible pour chacun.

 

Voici donc la pyramide, d’une pureté et d’une beauté saisissantes. Tout en elle est perfection, dans les proportions comme dans la profondeur et dans la masse. Sa forme, issue des Eaux primordiales, évoque l’ordre du monde et sa force incarne les mystères du cosmos et de la vie sur cette Terre.  Tout en elle traduit le monde des Idées supérieures. Matrice de toutes les formes futures, elle montre ce que nous sommes intérieurement : le mouvement d’un devenir !… Elle est si impressionnante que tout s’élève en soi ; les valeurs s’imposent et des pensées différentes relient directement à l’essence de tout chose. Elle est le lieu de la transmutation de l’âme.

 

S’OUVRIR AU MYSTERE

Bien que ce récit date d’une bonne trentaine d’année, je garde intactes les images gravées dans mon esprit au moment de la découverte de la pyramide. Au fur et à mesure que Jésus s’en approchait, elle s’imposait dans toute sa magnificence. Toutefois, je ne saurais dire s’il s’agit ou non de Khéops car je ne voyais d’elle que sa blancheur immaculée. La pureté dont parle Jésus est une sensation incomparable qui vous fait accepter d’emblée de vous ouvrir au mystère. Cette construction est d’une telle démesure et d’une telle pureté de lignes, elle est si différente des temples que tout en vous est saisi. Encore de nos jours, même après de très nombreuses visites, vous êtes humbles à ses pieds, avec un étrange sentiment de reconnaissance pour ceux qui ont déposé là cette œuvre grandiose. Votre pensée est littéralement « soufflée » et vous ne revenez à la raison que lorsqu’on vous parle techniques de constructions, nombres d’années et d’ouvriers, etc. mais revenons à ce que Jésus nous en dit :

 

GEOMETRIE COSMIQUE

La pyramide lui apparaît comme l’aboutissement d’une géométrie cosmique dont il ressent la divine proportion à travers ses propres corps subtils. Il entre en résonance avec sa majesté, comme sait le faire tout initié. Sa forme, issue des Eaux primordiales qui évoque l’ordre du monde. Dans bien des traditions, l’apparition du monde créé, mais non, encore manifesté, est figurée par un monticule de terre dont la pyramide est la représentation la plus parfaite. De plus, quand vous l’apercevez, votre regard file immédiatement vers le sommet où vous attend le pyramidion qui parachève l’œuvre. Recouvert d’or, la lumière divine semble s’y refléter. On dirait qu’il perce le ciel afin que les « Eaux de la connaissance » s’écoulent en cascade dans votre cœur. Recueillies et transmises par les initiés, elles maintiennent l’ordre du monde en l’homme et sur Terre. Ainsi la pyramide est-elle le symbole du Ciel sur la Terre !

 

LIEU DE TRANSMUTATION

Tout en elle traduit le monde des Idées supérieures. En effet, tout nous ramène au cosmos et donc à nos origines. Quand nous la regardons, le ciel nous appelle et nous pouvons le contempler. Elle est si imposante et sa pureté si énigmatique qu’elle nous interroge ; elle semble venue du ciel pour se poser sur terre, rappelant la possible origine extraterrestre de notre humanité. Mais si nous revenons au symbole de perfection qu’elle inspire, il y a bien été choisi comme lieu de l’initiation pour rappeler que nous sommes partout à la fois par notre corps de lumière. Notre âme emplit le cosmos, le nombre d’or nous y relie comme les valeurs mystiques nous accordent à toutes les dimensions d entre âme. Un tel symbole nous fait ressentir notre complétude, il satisfait toutes les attentes, comble tous les ressentis tant son élévation nous place au cœur même du cosmos, donc au cœur de la vie.

 

Quand jésus qualifie la pyramide de matrice de toutes les formes futures qui montrent ce que nous sommes intérieurement : le mouvement d’un devenir ! il nous rappelle que, dans la forme, nous sommes des êtres en devenir afin d e rendre grâce à ce qui est immuable en nous. Le vrai prodige de cette pyramide n’est pas de nous faire spéculer sur sa construction mais de nous interroger sur notre devenir mystique, celui de la transmutation de l’âme. Et Jésus nous dit : Elle est si impressionnante que tout s’élève en soi : les valeurs s’imposent et des pensées différentes relient directement à l’essence de toute chose. Elle est le lieu de la transmutation de l’âme. Et Jésus nous dit : Elle est si impressionnante que tout s’élève en soi : les valeurs s’imposent et des pensées différentes relient directement à l’essence de toute chose. Elle est le lieu de la transmutation de l’âme.

 

L’OFFRANDE A SON AME

La pyramide nous soulève d’émotion, nous place au cœur de notre intelligence et, par un ressenti, nous percevons la majesté de l’invisible en nous et autour de nous. Céder au vertige serait possible si les valeurs ne nous gardaient en équilibre. Devant la pyramide, le chercheur pense différemment, son ordinaire s’efface et ses habitudes ne sont plous tenues. Placé en son cœur, il se découvre : Elle est le lieu de la transmutation de l’âme. Encore faut-il que l’être qui, comme Jésus, se rend dans la pyramide, soit devenu « offrande à son âge » car elle seule est concernée par l’initiation. E profane peut toujours la visiter, se coucher dans la cuve du sarcophage, y passer la nuit à prier, à psalmodier des mantras et même penduler ou jouer de la musique, sans la profondeur des valeurs de l’âme, une fois le frisson passé, que reste-t-il ? Sans l’intelligence du cœur, on ne pense à rien et on ne fait rien, si bien qu’on ne perçoit rien et qu’on ne devient rien ? Quant à l’initié, il s’inscrit dans ce lieu de la transmutation de l’âme comme dans un athanor afin d’en vivre les différentes étapes. L’initiation est alors résumée dans cet aphorisme : « Il faut qu’il croisse et que je diminue ». C’est ce processus que Jésus va suivre avec sa  conscience d’initié et il sera accompagné et guidé à chaque étape.

 

AU CŒUR DE LA NUIT

Le point culminant de l’initiation arrive. Il est d’une extrême simplicité : rester allongé toute la nuit dans le sarcophage ! Cela pourrait manquer d’attrait mais ce serait oublier leurs grandes connaissances en astrologie qui ont permis aux sages d’identifier une nuit aux configurations exceptionnelles. L’être humain étant un être d’énergies évoluant dans un monde d’énergies. Jésus a été reconnu comme la personne choisie pour que l’alchimie de l’initiation s’accomplisse d’elle-même, au cœur de la nuit et du cosmos représenté par la pyramide. Le corps de Pharaon et l’esprit de Jésus vont ainsi voyager toute la nuit dans le monde de l’Au-delà.

 

Le moment om le couvercle se referme est particulièrement solennel. Jésus se retrouve seul dans le silence absolu d’un gigantesque vaisseau de pierre. Il peut maintenant s’abandonner totalement au ressenti car aucun de ses cinq sens ne lui est utile. C’est pourquoi, dans osn récit, Jésus précise : Essayez d’imaginer une force, une émotion, une paix… et dans tout notre corps des énergies qui circulent. Elles passent si puissamment que vous les visualisez sans peine et, progressivement, vous n’êtes plus qu’énergie… En vérité, vous êtes seuls avec vous-mêmes, seuls comme je l’étais dans ce sarcophage.

 

VIVANT DE SON AME

Ce moment privilégié, Jésus le vit pleinement car, peu à peu, il devient ce qu’il ressent : mélange de force, de paix, peut-être même de crainte. Et le taux vibratoire qui s’élève le rend conscient de la vie qui coule en lui ! C’est la vie créatrice son âme qui le porte dans la continuité de sa mission. Puis tout bascule et il finit par oublier le corps, la mission… Je n’étais qu’énergie et ressentais des impulsions me traverser. Dans la première salle, il s’était senti « vide » jusqu’à en oublier son corps. Là, il oublie tout pour être vivant de son âme. Jésus fait donc l’expérience de la mort initiatique qui n ‘est que transmutation de la vie. Son corps, devenu sacré, n’est plus une limite et chacune des cellules qui le composent est une ouverture sur un univers de vibrations dans lequel son esprit s’aventure. Le voyage commence et Jésus nous en révèle la destination : Ce phénomène vibratoire m’élevait à la rencontre d’autres énergies lumineuses, dorées, fortifiant la mienne et la soulevant davantage par vagues pour me présenter à d’autres lumières et d’autres plans de conscience. J’intégrais la vérité de chacun d’eux et, en même temps, la puissance et la majesté du Créateur semblaient prendre positon en moi. Peu à peu, je devenais Cela. Alors, j’ai compris ma place dans cette éternité et comment en manifester la puissance. J’étais en train de naître, de naître à mes racines, élevé, comme attiré dans mes profondeurs pour regarder, dans ce face à face, l’Origine qui contient la vision du futur.

 

A SUIVRE…….. Je viens de vous donner de larges extraits de cette cérémonie initiatique dont je vous propose de découvrir la suite en écoutant le CD complet de ce récit. Vous y découvrirez d’autres révélations sur la fonction de la pyramide et comment la tradition égyptienne s’inscrit dans les douze notes de la grande tradition primordiale. Jean-Claude Genel.

issu de : articles-presse Planète Gaïa n°14 

-  Par J.Claude Genel, Spécialiste de la démarche mystique, des états de conscience élargis et de la quête de sens. Jean-Claude Genel s’inscrit dans la lignée de ceux qui ont su trouver, au-delà des traditions et des dogmes, l’enseignement direct du guide intérieur. Il anime depuis 1985 des activités d’éveil aux valeurs de l’âme.  Contact : www.gproductions.fr

La danse des dimensions

 

 La danse des dimensions dans PLEIADIENS (TERRE) pour-ton-anniv-claude-225x300Vous êtes venus ici afin de maîtriser la version humaine du processus d’évolution spirituelle pour vivre celui-ci, pour fusionner avec diverses réalités et pour laisser ces réalités émerger en vous. Eventuellement, vous interceptez la fréquence de la conscience des dieux créateurs de qui vous êtes issus. Ce sera comme de tourner le bouton d’une radio pour capter diverses fréquences. Accordez-vous de comprendre que les corps physiques particuliers que vous occupez en ce moment sont des centres d’émission et de réception, des unités de diffusion existant dans plusieurs réalités. Toute création est conçue pour être influencée et pour être une pièce d’un casse-tête qui s’emboîte et s’ajuste avec les autres pièces. En tant qu’humains, vous avez été maintenus dans l’ignorance du nombre de vos appendices qui s’assemblent avec d’autres réalités. Vous ignorez complètement les sources intelligentes provenant d’autres réalités qui captent votre fréquence et vous affectent.

 Rien n’existe qui ne soit pas partie du tout, et le tout est conçu comme zone de libre arbitre offrant un espace illimité pour les échanges et les influences. Votre tâche et votre responsabilité consistent à établir des alliances et des choix. Vos parents vous ont peut-être dit : « Joue avec de gentils enfants. Ne joue pas avec les enfants qui frappent, crachent, mordent, donnent des coups de pieds ou jurent. Il faut que tu aies de bons amis ». Ils vous ont enseigné comment choisir vos amis. L’un des aspects du processus d’éducation était celui d’enseigner ce qu’on doit rechercher chez les gens. Cependant, personne ne vous a jamais appris à établir des amitiés et des alliances dans les mondes invisibles qui vous entourent.

 En tant qu’humains, votre tâche consiste à posséder et à vous occuper de la Bibliothèque vivante. Par le passé, ceux qui souhaitent faire l’expérience de la Bibliothèque vivante devaient, avec une permission, regarder par les yeux des êtres  humains. Lorsqu’on utilisait leur regard, les humains devenaient les dieux et les déesses en charge, les guides touristiques de cette réalité, pour ainsi dire. Il fut un temps sur terre où les humains occupaient des postes honorables et hautement évolués. Vous aviez des formes magnifiques, vivantes, qui dégageaient de l’énergie et de la lumière. Tout comme les chefs cuisiniers se spécialisent dans différentes préparations, les humains possédaient des modes spécialisés en vue de faire l’expérience de la Bibliothèque vivante et d’accéder à l’information. Ceux qui désiraient la connaissance venaient découvrir la bibliothèque de la Terre et en faire l’expérience. Ils se fusionnaient aux humains, qui servaient de cartes de bibliothèque valides pour la Terre et toute sa majesté. Le  fait de fusionner avec d’autres énergies et de leur permettre de regarder à travers vos yeux pour accéder à une plus vaste expérience constituaient un dessein divin. Les humains se sont rendus disponibles à ce processus.

 Une information illustre et absolument nécessaire à l’existence se trouve conservée ici, sur Terre. Au fil de la réorganisation de la lumière qui s’opère sur Terre, une fusion collective d’êtres très bienveillants, nobles et aimants surviendra. Ces êtres viendront et opéreront à travers vos corps. Vous maintiendrez votre intégrité et votre identité ; toutefois, ils se mêleront à vous comme nous nous mêlons à notre véhicule. Ils auront accès aux codes et aux maîtres nombres détenus dans vos corps.

 Alors que la Terre est propulsée dans une fréquence qui permettra à la Bibliothèque vivante de revenir à son plein fonctionnement, les expériences nécessaires seront partagées par tous. En vue de redevenir des atouts précieux, en tant que clés d’accès à la Bibliothèque vivante empruntant plusieurs points de vue cosmiques, vous serez doués d’un ADN à douze chaînes et d’une capacité cérébrale entière. Et, de façon à partager un partenariat de cartes de bibliothèque, vous devez comprendre que vous êtes plus qu’humains. Dans toute existence, tout en étant multidimensionnels dans votre forme la plus authentique, vous possédez plusieurs manières d’agir. Vous rassemblez des énergies sensibles qui sont ensemencées par la totalité de ce système universel. Vous formez un bassin de consciences qui s’assemblent avec d’autres consciences douées d’intention et de desseins pour découvrir les choses.

Extrait de Terre, clés pléiadiennes de la Bibliothèque vivante – Les Pléiadiens canalisés par Barbara Marciniack page 139.

 

Les 7 Déesses de cristal de la création

 

 

Les 7 Déesses de cristal de la création dans RETOUR DE LA LUMIERE 4d907e5e88384ea9273eea4d7Nous sommes les forces féminines et cristallines qui oeuvrent pour la Création. Nous sommes les aspirations profondes, ces réalisations intimes de paix en la substance universelle qui abreuve toute vie cosmique.

Chacune d’entre nous est reliée à une sphère céleste vibratoire qui porte les caractéristiques de l’ère du Verseau pour la Terre.

Chacune d’entre nous est donc une vibration, une force-lumière à elle seule, et pourtant nous sommes interreliées puisque notre substance n’est qu’Une.

Lorsque l’on vous dit de laisser couler en vous l’énergie de la Déesse, c’est à nos qualités que l’on fait référence. Celles-ci sont au nombre de sept. Sept qualités féminines prédominantes, dirons-nous. Il y en a d’autres, sous-jacentes, sur lesquelles nous reviendront plus loin. Et nous sommes donc au nombre de sept.

Il est temps pour vous tous, de la Terre, de retrouver en vous ces aspects, ces qualités que nous déversons en vous depuis la lumière cosmique qui vous entoure. Il ya quelques années déjà que nous avons été appelées à agir, puisque la concordance galactique et cosmique le permet, pour que l’ère du Verseau puisse entièrement succéder à celle des Poissons, qui vous a portés, façonnés, depuis plus de deux mille ans déjà. L’heure n’st plus à vous porter, à vous façonner ou à vous modeler ; vous savez dorénavant que votre expérience vous est propre et vous avez pris conscience de l’ampleur de cette incarnation.

Au même titre que les archanges, nous sommes porteuses chacune d’une flamme particulière possédant les qualités, la couleur et la note de notre vibration respective. Ces flammes, ou qualités, si vous préférez, sont des dons divins que chacun d’entre vous a reçus à son premier souffle de vie, c’est à dire lorsque sa lumière originelle est essentielle s’est « détachée » de la Source pour mener l’expérience. Ces flammes qui nous sont propres correspondent à de nouveaux rayons cristallins et cosmiques qui s’ajouteront à ceux que vous connaissez déjà. Il s’agit en réalité de vibrations célestes que vous que vous serez amenés à concrétiser en cette expérience de vie. Vous savez bien que tout s’accélère, que les changements sont imminents. Eh bien, qu’adviendra-t-il de toute cette réalité terrestre telle que vous la connaissez, une fois que toutes les étapes du processus auront eu lieu pour la Terre ? Pensez-vous que vous allez quitter ce plan en laissant derrière vous tout ce que votre humanité a bâti depuis des millénaires ? croyez-vous que vous allez être amenés dans les cités de lumière des hautes sphères et que toute votre expérience, celle que vous aurez connue au fil de vos incarnations, sera oubliée ? Non, il n’en sera point ainsi, car vous avez choisi de passer par toute cette série d’expérience, par tout ce grand cycle karmique qui, bien que long et laborieux, nous vous l’accordons, vous a appris à reconnaître en vous la divinité, pour que vous puissiez créer à votre tour des mondes en évolution, interagir avec eux depuis le plan sur lequel vous allez bientôt rayonner, mais aussi être les guides de ces êtres qui devront également, tout comme vous dans le passé, venir s’incarner sur une sphère de vie de troisième dimension. Alors la Terre, lorsqu’elle sera couronnée de lumière, s’élèvera tout comme chacun de vous dans la lumière de la réalisation divine, mais cela ne veut pas dire que la Terre de troisième dimension disparaîtra complètement. Après avoir connu ces modifications qui l’attendent, elle demeurera une sphère de vie de troisième dimension dans l’immensité du cosmos, et il faudra alors tout un cycle, c’st à dire des millénaires, pour que, dans l’élan de vie de la Création cosmique portée par le souffle du Créateur, une nouvelle expérience puisse permettre à des êtres tels que vous de se construire dans un monde tridimensionnel et d’accéder à la divinité ultime après tout un périple dans l’incarnation selon la loi karmique. Et vous serez là, parce que aurez vécu vous-mêmes l’expérience humaine, pour éclairer la voie à ces êtres afin qu’ils puissent, eux aussi, retrouver le chemin qui les ramènera à la SOURCE.

 

Propos de HILDON, CHANDRA et ALEX dans les Messages de Kryeon canalisé par Lee Carroll – Fraternité de lumière. Issu de la Page 256 du livre Le Retour de la Lumière 2007 – L’Année du discernement.

Manuscrit de Marie-Madeleine

LE MANUSCRIT DE MARIE MADELEINE (initiation à la Magie sexuelle d’Isis) 

Manuscrit de Marie-Madeleine dans LIBERTE des MAITRES flecheUN 

« J’ai été élevée dans une famille pour qui la magie était familière. Mon père venait de Mésopotamie et ma mère était égyptienne. Avant ma naissance, elle avait adressé des prières à Isis pour avoir un enfant. Cet enfant, c’est moi. On me connaissait sous le nom de Marie Madeline.

Lorsque j’ai eu douze ans, on m’a envoyée étudier dans une communauté secrète d’initiés protégés par Isis. J’ai reçu les enseignements secrets de l’Egypte, les alchimies d’Horus et la magie sexuelle du culte d’Isis. Lorsque j’ai rencontré celui que vous appelez Yeshua, j’avais déjà reçu toutes les initiations. Je m’étais préparée à faire sa rencontre au puits. Les Evangiles font de moi une prostituée, car tous les initiés de mon ordre portaient un bracelet en or représentant un serpent ; cela signifiait que nous pratiquions la magie sexuelle, par conséquent, aux yeux des Hébreux nous étions des prostituées.

Lorsque j’ai vu Yeshua et que nos regards se sont rencontrés, j’ai su que nous étions destinés l’un à l’autre. Ce que je m’apprête à vous dire n’est connu que de ceux qui étaient avec moi. Bien des légendes ont couru concernant ce qui est arrivé. Mais pour moi c’est l’histoire d’un très grand amour. Que Yeshua ait eu une vision du monde, cela ne me concerne pas. Mon histoire est une histoire d’amour. Beaucoup de gens ont suivi Yeshua. Et les occasions que nous avons eues d’être ensemble n’ont pas été nombreuses. Les Evangiles n’évoquent pas ces faits, car seuls ceux qui étaient avec nous le savaient. Avant que Yeshua se rendre au jardin de Gethsémani, nous avons conçu un enfant, dont le nom devait être Sarh.

fleche dans LIBERTE des MAITRESDEUX 

L’histoire que je m’apprête à vous raconter va paraître fantastique. Je me souviens des roseaux de Saintes-Maries-de-la-Mer, bien qu’évidemment l’endroit ne portait pas ce nom à l’époque. C’est là que notre bateau a approché du rivage. Sar’h était encore très jeune. Elle n’avait pas un an. J’étais déchirée entre le chagrin et l’ébahissement le plus total. J’étais présente quand Yeshua a été crucifié. Avec sa mère, nous l’avons accompagné jusqu’à sa tombe et nous l’avons enveloppé. Je me souviendrai toujours de l’odeur de la myrrhe. C’est l’un des onguents que nous avons utilisés. Yeshua m’est apparu dans son corps de lumière. Je ne pouvais en croire mes yeux ; voilà pourquoi j’ai touché ses blessures. Les disciples étaient jaloux du fait qu’il soit venu à moi en premier.

C’est très bizarre d’un côté, mon bien-aimé était transporté dans une autre dimension, un autre monde, de l’autre côté, moi et notre fille traversions la Méditerranée seules, sans lui. Nous n’étions plus en sécurité et nous avions dû quitter l’Egypte où nous nous étions réfugiées. Lorsque nous avons fait la traversée et sommes arrivées sur les rives de ce qui allait devenir la France, tout était encore sauvage. Ce sont les prêtresses du culte d’Isis qui nous accueillirent, et nous nous sommes mises en chemin en direction du nord pour nous placer sous la protection des druides, car Isis les avait avertis ; ils avaient entendu son appel qui leur demandait de protéger sa fille, Sar’h. C’est ainsi que nous avons cheminé jusqu’à une autre vaste étendue d’eau, que nous avons traversée pour nous retrouver dans ce qui est aujourd’hui l’Angleterre. Et là, on nous a mises au secret dans le saint des saints des druides, au Tor et à Glastonbury. Nous étions moins en danger ici qu’en Israël ou en Egypte, mais l’influence de Rome s’étendait  jusqu’en Angleterre et nous avons dû nous cacher.

Nous avons vécu là pendant des années, et c’est à cet endroit que Sar’h a épousé un homme dont les descendants sont les chevaliers du Temple. Pour ma part, je suis allée vers le nord au Pays de Galles, là où j’ai vécu jusqu’à la fin de mes jours. Je dois dire que pendant ces années où j’ai vécu seule au bord de la mer. Yeshua m’a souvent rendu visite. Bien entendu, pas comme avant, car son était constitué davantage d’énergie et de lumière que de chair, mais c’était tout de même extraordinaire de me trouver de nouveau avec lui. A ma mort, il était là et m’a emportée vers ce que certains appellent le paradis qui, en vérité, est simplement un espace dans l’âme.

flecheTROIS 

Je commence mon récit par la rencontre à la margelle du puits, car par bien des côtés, c’est ici que ma vie a commencé vraiment. Toutes les années auparavant n’ont été qu’une préparation à cette rencontre. Ce matin-là, je sentais que quelque chose se préparait. Il y avait en moi un sentiment d’excitation –une sorte de tremblement des bras et des jambes – même avant notre rencontre. J’étais déjà au puits avant qu’il arrive. J’avais déjà descendu mon seau dans le puits, et il est venu me prêter main-forte. Certains des disciples, voyant le bracelet en serpent d’or, ont pris pour acquis que j’étais une prostituée et furent consternés que leur maître vienne en aide à une personne comme moi. Mais cela ne me toucha point. J’étais dans un autre monde, transportée par les yeux de Yeshua. Nos regards se rencontrèrent, et ce fut comme si je contemplais l’éternité entière. A ce moment-là, je sus que c’était pour lui qu’on m’avait préparée – et lui aussi le savait.

Je l’accompagnais, me tenant aux derniers rangs de ceux qui le suivaient, et le soir venu nous nous éloignions ensemble ; pas tous les soirs cependant, car il était très recherché. Moi qui avait été formée aux alchimies d’Horus et à la magie sexuelle d’Isis, et qui était considérée comme une adepte avancée par mes maîtres, la première fois que je fus dans les bras de Yeshua, je tremblais comme une feuille et je dus lutter pour retrouver dans mon désir le chemin central qui mène au trône  le plus élevé, chemin qui avait fait l’objet de ma formation. En mariant les techniques que j’avais apprises et les méthodes qu’il avait assimilées en Egypte, Yeshua et moi avons réussi à charger son corps ka, son corps énergétique d’une lumière et d’une force plus importante, de façon à ce qu’il lui soit plus facile de travailler avec ceux qui venaient le voir. Et voilà exactement ce qui est arrivé. Et ce n’est pas sans ironie que les Evangiles rapportent que j’étais au puits lorsque Yeshua est arrivé. Mais, ces nombreuses nuits où Yeshua et moi étions seuls, c’est lui qui vint à mon puits, pour s’abreuver par moi aux puissances d’Isis se recharger et se renforcer.

flecheQUATRE 

Je m’arrête un instant pour contempler tout ce qui est arrivé ; on dirait un rêve, un rêve d’une clarté extraordinaire encore aujourd’hui. A raconter cette histoire, mon cœur tremble comme si c’était hier. Ma première nuit avec Yeshua se dessine dans mon esprit aussi clairement que les cieux au-dessus de Jérusalem.

Après avoir réussi à vaincre mes désirs de femme et m’être élevée dans l’alchimie spirituelle à laquelle j’étais formée, j’ai pu voir la forme spirituelle de Yeshua – déjà lumineuse, déjà resplendissante de lumière. Une colombe se tenait au-dessus de sa tête, et des rayons dorés en émanaient. Sa forme spirituelle reculait les sceaux de Salomon, Hator, Isis, Anubis et Osiris, confirmant qu’il avait subi ces initiations. Il présentait aussi d’autres symboles que je ne comprenais pas, car ils provenaient de cultures qui m’étaient inconnues ou sur lesquelles je n’avais pas reçu d’enseignement ; mais à partir des sceaux égyptiens que je reconnaissais, je conclus qu’il était sur le sentier du dieu suprême Horus. Il n’était toutefois pas encore passé par son initiation à la mort, et je savais que c’était justement la raison pour laquelle j’avais été attirée vers lui cette fois-ci – afin de consolider son âme grâce aux pouvoirs d’Isis et de la Mère cosmique, de sorte qu’il puisse traverser le portail des ténèbres et atteindre Horus.

Cette nuit-là, après avoir fait l’amour et ainsi maniés nos corps spirituels et les avoir fusionné l’un à l’autre, et l’alchimie ayant déclenché ses effets en nous, Yeshua se laissa gagner par le sommeil. Tandis que je le tenais dans mes bras je sentis un changement s’amorcer en moi, un désir de le protéger, l’espoir d’être toujours avec lui, et j’eus en même temps, conscience que nous serions séparés par des forces plus puissantes que ma volonté.

flecheCINQ 

L’Eglise prétend que j’étais une prostituée ; moi je vous  dis que c’est l’Eglise qui est la prostituée, car elle voudrait vous faire croire que la femme est un être impur et que la passion sexuelle entre l’homme et la femme est mauvais. Pourtant, c’est dans le magnétisme de la passion qu’est engendrée la matrice de l’ascension.

Le secret des secrets était connu de tous les initiés d’Isis, mais je n’avais pas imaginé que ce pourrait être moi qui serais appelée à le réaliser pleinement avec un être tel que Yeshua. Pour moi, c’est un cheminement de l’esprit et du cœur. Pour ceux qui aimeraient savoir quel a été notre parcours physique cependant… Après la crucifixion de Yeshua, Marie, la mère de Yeshua, Joseph d’Arimathie, Aaron, son fils, alors âgé de douze ans, deux autres jeunes femmes et moi-même avons pris la route de l’Egypte du nord. Ironiquement,  nous avons d’abord été entraînés vers l’Est puis nous avons dû faire halte en chemin pour le ravitaillement, car notre bateau était minuscule. Ensuite, notre périple passa d’abord par Malte et la petite Ile d’Oudish, puis par la Sardaigne et la pointe de ce qu’on appelle aujourd’hui Cinque Terra. Finalement, nous avons abouti à Saintes-Maries-de-la-Mer, cheminé vers le nord de la France en passant par Rennes-le-Château, puis traversé la Manche pour se rendre en Angleterre comme on l’appelle aujourd’hui. Pour finir, nous nous sommes installés à Glastonbury pendant plusieurs années, jusqu’à ce que Sar’h ait douze ans.

Lorsqu’elle a eu douze ans, nous sommes retournées parmi les roseaux du bord de la Méditerranée, là où nous avions accosté en provenance d’Egypte. C’était le point le plus proche de l’Egypte qui soit aussi sans danger pour nous. Là, j’ai initié ma fille au culte d’Isis, et l’ai fait prendre un bain dans les eaux de la Méditerranée, comme l’indiquent les enseignements que j’avais reçus. Nous sommes ensuite retournées à Glastonbury, jusqu’à ce que ma fille – et fille de Yeshua – ait l’âge de se marier, à 16 ans. Elle a épousé le fils d’une famille bien connue, dont les descendants devaient donner naissance aux Templiers,  bien qu’à cette époque-là, les Chevaliers du Temple n’existaient pas. Le sang dont Sar’h est issue a donc couru dans les veines des Templiers eux-mêmes. Une fois Sar’h mariée et installée dans sa nouvelle vie, je suis partie vers le nord pour le Pays de Galles, où j’ai vécu le reste de mes jours dans une petite maison en pierre près de la mer.

Derrière ma maison coulait un ruisseau qui jaillissait du flanc de la colline. Bien souvent, je me suis assise auprès de ce ruisseau qui se divisait en deux. Sur une certaine distance, les deux bras affluaient parallèlement, puis l’un obliquait vers la gauche et l’autre vers la droite. Et je réfléchissais, assise entre les deux ruisseaux, au courant qui entraînait ma vie et à celui qui avait emporté la vie de Yeshua, et au fait que, pendant un moment, les deux courants avaient filé ensemble, puis s’étaient séparés.

flecheSIX 

Je me rappellerai toujours la première fois que Yeshua est venu à moi après sa résurrection. C’était un soir de nouvelle lune, le ciel était limpide. Une légère brume flottait sur les bruyères et tout était baigné de la lumière argentée de la lune et des étoiles. Je vis une forme s’approcher sur le chemin venteux qui menait à ma maison. Par une ironie du sort, je venais de sortie pour puiser de l’eau au puits, et c’est là qu’il se tenait. Il avait la même apparence, mais il rayonnait –impossible de ne pas le reconnaître. Mes yeux se sont remplis de larmes, mon cœur tremblait. Je courus vers lui, mais je m’arrêtai net, me souvenant de ses paroles, prononcées juste après la résurrection. « Ne me touche pas encore, avait-il dit alors, car je ne suis pas encore monté jusqu’au Père ». O Combien l’initiée d’Isis en moi, pendant toutes ces années, a désiré rétablir les faits ! Qu’a-t-il voulu dire par ces paroles ? car les chrétiens n’ont reçu en héritage qu’une partie de la vérité. La part la plus importante est demeurée cachée au milieu des mystères de la Grande Mère ; et comme l’Eglise a cherché à priver de ses droits tout ce qui est féminin, la vérité est restée scellée et inaccessible.

Et cette vérité concerne le corps ka même -  ce que les initiés nomment ; le double éthérique ou le jumeau spirituel, car chargé d’une quantité suffisante de vitalité et d’énergie, il ressemble au corps physique. Contrairement à celui-ci toutefois, le ka n’est pas constitué de matière, mais d’énergie – d’énergie et de lumière. Et lorsque Yeshua est venu à moi après sa résurrection, il est venu dans son ka. Cependant, son ka n’avait pas encore été stabilisé, car Yeshua ne s’était pas élevé jusqu’au Père – c’est-à-dire jusqu’à l’Esprit suprême de sa propre âme. Avant d’y parvenir, il devait passer par le portail de la mort et parcourir son chemin dans l’inframonde de son propre être. Il faisait cela pour deux raisons, d’après moi. Premièrement, en tant qu’âme maîtresse, c’était une façon d’apporter un important afflux de pouvoir à son ka. En second lieu, il lui fallait ouvrir le passage par la mort, afin que d’autres puissent le suivre et traverser les ténèbres plus facilement en suivant son sillage de lumière. Ainsi, cette première nuit de nos retrouvailles, mon cœur s’est rempli de la joie d’être de nouveau avec lui et je le ressens aujourd’hui aussi clairement et fortement qu’alors. Il est venu un peu avant minuit pour repartir au point du jour. Pendant ces heures où nous étions étendus tous les deux, nos corps ka s’entremêlèrent une fois de plus, nul besoin de parler. Nous communiquions par télépathie. Et sans l’acte sexuel physique, le pouvoir serpentin en lui s’unissait au pouvoir serpentin en moi, et ils montaient en suivant le trajet sacré le long de notre épine dorsale jusqu’au siège au sommet du crâne (le coronal) ; cela me plongeait dans une extase de béatitude pure. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés des années durant. Il venait me voir sous cette forme plusieurs fois par année. Parfois, nous bavardions. La plupart du temps nous étions tout simplement en union.

Je lui ai demandé où il allait quand il n’était pas avec moi. Il a répondu qu’il avait visité de nombreux lieux sacrés sur la terre, et qu’il avait rencontré bien des gens différents. A son dire, il traçait un chemin de lumière. Lors de l’un de ses visites, je lui ai demandé d’expliquer. Il traça un cercle sur la terre battue de ma maison, et je reconnus les deux triangles du sceau de Salomon, dont  l’intersection forme l’étoile de David. Il me dit que plusieurs régions du monde existaient dont nous nous n’avions pas connaissance dans notre région. Bon nombre présentaient des points qui correspondaient aux points du sceau de Salomon. En se rendant en ces lieux, il s’assurait que son œuvre s’enracinerait mieux dans le sol de ce monde.

flecheSEPT 

Parmi toutes les fois où Yeshua m’a rendu visite, celle dont le souvenir est le plus vif est la fois où il est venu alors que Sar’h était chez moi. Elle venait de tomber enceinte de voulait recevoir ma bénédiction. J’étais toute à ma joie de la retrouver et de recevoir ses compagnons de voyage. Elle m’avait fait prévenir par les druides, mais la nouvelle de sa visite ne m’était parvenue que la veille de son arrivée. Elle demeura avec moi trois jours, et Yeshua apparut le second jour.

Pouvez-vous vous rendre compte à quel point la situation était particulière ? Sar’h n’avait jamais rencontré son père, et Yeshua n’avait jamais connu sa fille. Et voilà qu’ils étaient l’un face à l’autre. Le corps de son père était retourné à l’état d’éléments en un éclair de lumière au moment de la résurrection. Donc, maintenant il avait la forme de son ka, qui émettait une lumière unique. Tous deux étaient très émus. Sar’h jusqu’aux larmes, Yeshua jusqu’au pathos. Ils ont passé une heure à marcher ensemble dehors. J’ignore de quoi ils ont discuté, mais du début à la fin de leur conversation, le ciel était zébré d’étoiles filantes. Avant de partir ce matin-là, juste avant l’aurore, Yeshua mit ses mains sur l’estomac de Sar’h et bénit l’enfant. Sar’h repartit le lendemain, rayonnant d’une paix incomparable. Tout est maintenant dit sur ce que je voulais établir à propos de ma vie de mère. Subséquemment, je vais parler en tant qu’initiée aux secrets d’Isis, dans les alchimies d’Horus.

flecheHUIT 

Je me tourne maintenant vers ma chère sœur, ma sœur en esprit, la mère de Yeshua, connue aussi sous le nom de Marie. Marie était une initiée de haut rang dans le culte d’Isis. Elle avait reçu sa formation en Egypte. C’est pourquoi Joseph et elle, fuyant la colère du roi en Israël, prirent la fuite vers l’Egypte. Marie était en sûreté parmi les prêtresses et les prêtres d’Isis. Sa formation avait été différente de la mienne, mais nous servions la même cause. Pour préciser comment je comprends Marie, je dois révéler l’un des secrets les mieux dissimulés du culte d’Isis. Selon notre croyance, et la mienne, dans certaines conditions, la déesse elle-même s’incarne, soit en naissant, soit par initiation spirituelle. Marie, la mère de Yeshua fut reconnue très jeune pour sa pureté d’esprit par les prêtresses des temples d’Isis. Elle reçut la formation, devint une initiée et atteint les niveaux les plus élevés. Mais plutôt que de devenir une prêtresse, elle suivit l’entraînement pour devenir ce qu’on appelle une incarnation.

Pour devenir une incarnation, il faut être une âme très avancée, il faut un entraînement spirituel et une discipline considérables. A l’initiation finale, Marie dépositaire d’un courant énergétique provenant d’Isis elle-même. De ce point de vue, elle était donc une incarnation de la Mère cosmique. Tout se passe comme s’il y avait deux Marie : Marie l’humaine, pure d’esprit et de cœur, cachant par-devers elle un portail direct menant à la Mère Suprême, créatrice de toute matière, du temps et de l’espace.

Les conditions étaient réunies pour la conception d’un être aux qualités remarquables, qui allait devenir son fils Yeshua. Lors de ce que l’Eglise appelle l’Immaculée Conception, Marie fut le témoin et le siège d’un processus d’insémination céleste et galactique, grâce auquel le principe du Père, ou Esprit, tel que nous le concevons dans le culte d’Isis, transféra son essence en Isis, la Mère recevant l’essence du Père, la matière recevant l’impulsion de l’Esprit. Et c’est cette énergie spirituelle raffinée et puissante qui prit racine dans la matrice de Marie et donna naissance à Yeshua.

flecheNEUF 

Marie parmi les disciples lorsqu’ils vinrent vers moi auprès du puits. Elle me reconnut aussitôt comme initiée, du fait que je portais à mon bras le bracelet d’or en forme de serpent et aussi en raison du sceau d’Isis qui étincelait dans mon corps ka, car Marie était tout à fait clairvoyante et télépathe.

La personne dont j’ai d’abord croisé le regard fut Yeshua et comme je l’ai rapporté, sa présence immense me transporta dans d’autres mondes. Par la suite, mon regard a rencontré celui de Marie, sa mère. Dans ses yeux, j’au lu qu’elle reconnaissait mon statut de consoeur initiée dans le culte d’Isis, et bien que sa formation n’ait pas été dans le domaine de la magie sexuelle comme moi, elle comprit que j’avais été préparée pour Yeshua. Entre eux deux, je me sentis soulevée sur les ailes transcendantes de l’amour. Mon esprit a pris son envol. Il est ironique que j’aie ensuite rencontré les yeux de ceux qui furent ceux des disciples, et qui me jugèrent et décidèrent que j’étais une prostituée ; cette opinion est perpétuée au fil de générations de croyants.

Mais je déclare, aux yeux de Yeshua et de sa mère, je n’étais pas une prostituée, mais le vase apportant les pouvoirs curatifs et nourrissants d’Isis elle-même. Dans la vie d’un homme, qui’l soit humain ou divin, vient un temps où sa mère ne peut plus lui donner l’essentiel. Son amour pour lui est toujours là, mais ce qu’il lui faut, c’est une nourriture d’une autre nature, soit celle d’une autre femme. J’ai été cette femme. Marie m’a reconnue et a admis mon statut, et m’a confié son fils en cet instant auprès du puits. Marie et moi avons passé beaucoup de temps ensemble, à discuter des besoins de Yeshua et de sa place dans ma vie. Il était entendu que j’étais la servante d’un pouvoir qui me dépassait. J’avais été formée pour ce rôle, mais je dois vous avouer que cette reconnaissance m’émeut encore aujourd’hui. Lorsque je pense au fait qu’il m’a reconnue, je frémis. Au fil de ces journées et ces nuits passées ensemble, Marie et moi nous sommes consacrées à la tâche de subvenir aux besoins de Yeshua et de ses disciples. A cette période, Marie et moi sommes devenues très proches car je l’aimais, et je l’aime toujours pour sa grande beauté, pour sa pureté de cœur et d’esprit et pour la douceur avec laquelle elle s’est occupée du monde.

Je puis affirmer, car c’est limpide dans mon esprit, que Marie, après avoir servi comme initiée d’Isis incarnée, était un maître accompli. Son service, sa maîtrise et sa perfection – sa perfection spirituelle – sont stupéfiants.

flecheDIX 

Marie habite dans les royaumes célestes. Sa compassion et son amour se répandent sur l’ensemble de l’humanité. Chacun peut s’adresser à elle, quelles que soient ses croyances. Si quelqu’un l’invoque, qu’il sache qu’il est entendu. Il faut maintenant que je clarifie ma compréhension des choses. Je veux parler de la magie sexuelle du culte d’Isis et des alchimies d’Horus. J’ai l’intention de révéler des secrets qu’un initié n’aurait jamais dévoilés, même sous menace de mort. Mais les temps ont changé. Il ne reste plus beaucoup de temps, comme vous le savez et j’ai reçu la permission de la déesse – en fait c’est la déesse elle-même qui m’a demandé de vous révéler certains des secrets les mieux gardés de tous les temps. Ils vous sont divulgués dans l’espoir de vous voir vous élever.

flecheONZE 

Les alchimies d’Horus sont un corps de connaissance et de méthodes visant à modifier le ka. Selon ces enseignements, si notre ka incorpore ou acquiert plus d’énergie ou de lumière, il se produit une intensification de notre champ magnétique, qui permet au désir de l’initié de se manifester plus rapidement. Toutefois, lorsque nous nous abandonnons à notre âme céleste, ou , la poursuite de désirs personnels, sans être abandonnée, n’est plus le centre de notre existence entière. Notre regard se tourne vers les hauteurs, pour ainsi dire, vers les capacités supérieures de notre être, telles qu’elles sont justement perçues par le Bâ, ou âme céleste.

Cette âme céleste, ou bâ, existe à un niveau vibratoire beaucoup plus élevé que le corps physique (le khat) ou le ka (le jumeau spirituel ou éthérique du corps physique). Au sien du ka, il existe des conduits que l’on peut stimuler et ouvrir. L’activation de ces passages secrets du ka lui confère un pouvoir très accru. Les alchimies d’Horus ont pour objet de les consolider, et d’activer les pouvoirs latents et les talents de l’initié par ce qui est désigné par le nom de Djed, les sept sceaux ascendants que les yogis et les yoginïs de l’Inde appellent les chakras.

flecheDOUZE 

Dans l’école où j’ai reçu ma formation, nous avons appris à activer le pouvoir serpentin, la kundalini, en faisant se mouvoir certains canaux de l’épine dorsale et en ouvrant certains circuits dans le cerveau. Ce procédé engendre ce qu’on l’appelle l’uroeus.

L’uroeus est généralement un feu de couleur bleue qui se diffuse dans l’épine dorsale horizontalement et verticalement ; il ondule suivant les altérations énergétiques dans ces conduits. L’activation de l’uroeus accroît l’intelligence potentielle du cerveau, la créativité et surtout la réceptivité, car la tâche de l’initié est de changer la qualité de son être même, de façon à ce que l’entrée en résonance avec le ka, l’âme céleste, soit libre et non obstruée.

flecheTREIZE 

Lorsque j’ai rencontré Yeshua pour la première fois, au puits, sa simple présence a activé mes alchimies internes. La kundalini est montée le long de l’épine dorsale, comme si je m’étais livrée aux disciplines apprises.

La première nuit où nous nous sommes retrouvés seuls, dans les bras l’un de l’autre, étendus côte à côte, nous avons pratiqué la magie sexuelle d’Isis. Cette forme spécifique de magie charge le corps ka d’une extraordinaire force magnétique en utilisant le pouvoir de l’orgasme physique, car lors d’un orgasme, il se produit une décharge considérable d’énergie magnétique dans les cellules. Au moment où cette énergie se diffuse, elle dégage un potentiel magnétique que l’on peut mettre à profit. Je désire exposer ce processus spécifique en détail, mais pour ce faire, il faut d’abord expliquer un peu davantage certaines notions de base ayant trait à la sexualité et la réalisation spirituelle, car ce secret a été dérobé par l’Eglise.

flecheQUATORZE 

Lorsque je me suis unie à Yeshua en tant qu’initiée d’Isis, il y avait des canaux particuliers que je devais ouvrir en moi. Je fus pourtant stupéfaite de découvrir que ces conduits s’ouvraient spontanément en sa présence. Au début de mon récit, j’ai mentionné combien la femme en moi tressaillait et devait lutter contre ses passions et ses désirs, car le sentier de l’initié consiste à utiliser l’énergie de la passion d’une manière très précise et non pas de se laisser simplement emporter par elle. L’alchimie exige que l’énergie, en vue d’être transformée, soit d’abord maîtrisée.

(suite…)

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...