Que suis-je censé faire ici Kryeon ?

 

Que suis-je censé faire ici Kryeon ? dans NOUVEAU DEPART image003-300x217 QUESTION : Je suis fatigué d’attendre !

« Cher Esprit, cher Kreyon, quand saurai-je quelle est ma mission ? J’ai cherché longtemps, et bien sûr je suppose que ce que je fais actuellement ne correspond pas à ça ! »

 REPONSE de KryeonVraiment ? Oh, cher humain, laissez-mois vous dire quelque chose que vous n’avez peut-être encore jamais envisagé. Vous êtes trop orienté vers un but ! Vous désirez une portion de temps pour tout ! Vous croyez que vous êtes en train de grimper à une échelle, et qu’une fois en haut, vous pourrez pousser un soupir de soulagement. Vous croyez que vous allez atteindre un sommet ou un plateau. Peut-être y trouverez-vous un berceau dans lequel vous pourrez vous reposer ? Puis vous annoncerez à l’Esprit : « Oh, merci ! Je suis arrivé. Je sais ce que je fais maintenant ! »

 Ce n’est pas ainsi que les choses fonctionnent. Chaque moment de votre vie représente ce que vous faites pour cette planète. Oh oui, certains d’entre vous oeuvrent dans un but bien précis, mais rappelez-vous l’axiome suivant ; pendant que vous travaillez, que vous élevez votre taux vibratoire, que vous marchez sur cette planète, changeant la vibration d’es endroits où vous passez, vous réalisez votre mission. Peut-être est-ce ce qui explique votre fatigue ? 

Plusieurs demandent : « Quand saurai-je pourquoi je sui ici ? » Voici la réponse : vous êtes ici pour le maintenant, non pas pour quelque chose dans le futur. Qu’est-ce qui se passe maintenant que vous aimeriez voir disparaître de votre vie ? Qu’est ce que vous ne comprenez pas ? Peut- être vous posez-vous chaque jour la question : « Cela sera-t-il meilleur demain ? » Très chers, faites de ce jour celui de l’arrivée au sommet. Prenez la situation de ce jour et imprimez-lui une beauté immédiate ; dans l’adversité, dans les circonstances difficiles, ancrez et célébrez tout ce qui vous entoure. Clamez l’amour de Dieu et permettez que vous inonde la compassion de l’Esprit. Puis poursuivez, même dans le doute. Au lieu de vous acharner dans le but d’atteindre quelque chose en haut de l’échelle, efforcez-vous de comprendre le cercle d’énergie qui constitue votre nouvelle réalité du maintenant ; lorsque vous voyez le cercle « JE SUIS CE QUE JE SUIS » comprenez-vous que c’est là un énoncé de temps non linéaire, une affirmation de vous et de la famille ? Soyez chacun l’ange, le phare, à tout moment de votre vie.

 

Kryeon : Tome VII – Un nouveau départ, canalisé par Lee Carroll – page 247. Channeling de Reno, Nevada février 2002.

 

Une nouvelle tolérance

gifs lutinsVous verrez également renaître une très vieille religion orientale et apparaître un, respect sans précédent. Un jour viendra où l’idée de « tuer au nom de Dieu » sera considérée comme barbare. L’approche de cette religion sera plutôt d’évangélise en proposant des systèmes qui fonctionnent et des idées qui créent l’harmonie et s’attirent des adeptes. 

La tolérance s’installera petit à petit, et ce surtout parce que les jeunes deviendront les dirigeants. Ils auront un plan conceptuel très différent de la vieille énergie. Ils comprendront parfaitement que la violence n’instaure pas la paix. Les fondamentalistes de plusieurs autres religions qui ont fait jusqu’ici l’apologie de la violence s’apercevront en outre que celle-ci ne gagne plus d’adeptes. Seule l’harmonie en gagnera. Vous pensez que cela est tout à fait improbable, étant donné ce que vous voyez maintenant, n’est-ce pas ? Cela va se mettre à changer. Laissez faire le temps. Cependant, chers, cela ne se réalisera pas sans le travail des travailleurs de la lumière. 

Voici un dicton qui appartient à votre culture et que mon partenaire Lee Carroll m’a appris ; « Ce qui se passe sous le capot, personne le voit ». C’est votre œuvre. Plus vous éclairerez cette planète avec votre connaissance du Soi supérieur et de l’Akash, plus les autres pourront voir ce qui se trouvait précédemment dans l’obscurité. C’est ainsi que cela fonctionne depuis toujours, mais vous commencez tout juste à  l’appliquer. Vous comprendrez alors pourquoi vous êtes ici. 

Voici le début d’une nouvelle énergie, très chers, et c’est la raison de la présence de chacun et chacune d’entre vous ici. Ecoutez-moi bien : pour certains, la dernière année a été horrible. Ceux et celles dont je parle ici se reconnaissent et je sais qui ils sont. Selon un vieux proverbe, « le fer aiguise le fer ». Comme sur l’enclume d’un forgeron martelant le fer quant il est rouge pour en faire un outil quand il sera refroidi, vous prenez former. Cet outil servira ensuite à en fabriquer d’autres, et ainsi de suite, sans fin. Nous savons quelles difficultés vous avez traversées et nous vous félicitons d’avoir émergé de l’autre côté avec une lumière plus brillante qu’auparavant. 

Kreyon, Transition – Redéfinir la dualité, canalisé par Lee Carroll.2010 

La nouvelle tolérance

gifs lutinsVous verrez également renaître une très vieille religion orientale et apparaître un respect sans précédent. Un jour viendra où l’idée de « tuer au nom de Dieu » sera considérée comme barbare. L’approche de cette religion orientale sera plutôt d’évangéliser en proposant des systèmes qui fonctionnent et des idées qui créent l’harmonie et s’attirent des adeptes. 

La tolérance s’installera petit à petit, et ce, surtout parce que les jeunes deviendront les dirigeants. Ils auront un plan conceptuel très différent de la vieille énergie. Ils comprendront parfaitement que la violence n’instaure pas la paix. Les fondamentalistes de plusieurs autres religions qui ont fait jusqu’ici l’apologie de la violence s’apercevront en outre que celle-ci ne gagne plus d’adaptes. Seule l’harmonie en gagnera. Vous pensez que cela est tout à fait improbable, étant donné ce que vous voyez maintenant, n’est-ce pas ? Cela va se mettre à changer. Laissez faire le temps. Cependant très chers, cela ne se réalisera pas sans le travail des travailleurs de la lumière. 

Voici un dicton qui appartient à votre culture et que mon partenaire Lee m’a appris : « Ce qui se passe sous le capot, personne ne le voit ». C’est votre œuvre. Plus vous éclairerez cette planète avec votre connaissance du Soi supérieur et de l’Akash, plus les autres pourront voir ce qui se trouvait précédemment dans l’obscurité. C’est ainsi que cela fonctionne depuis toujours, mais vous commencez tout juste à l’appliquer. Vous comprendrez alors pourquoi vous êtes ici. 

Voici le début d’une nouvelle énergie, très chers, et c’est la raison de la présence de chacun et chacune d’entre vous ici. Ecoutez-moi bien : pour certains, la dernière année a été horrible. Ceux et celles dont je parle ici se reconnaissent et je sais qui ils sont. Selon un vieux proverbe, « le fer aiguise le fer ». Comme sur l’enclume d’un forgeron martelant le fer quand il est rouge pour en faire un outil quand il sera refroidi, vous prenez forme. Cet outil servira ensuite à en fabriquer d’autres, et ainsi de suite, sans fin. Nous savons qu’elles difficultés vous avez traversées et nous vous félicitons d’avoir émergé de l’autre côté avec une lumière plus brillante qu’auparavant. 

Kreyon, Transition – Redéfinir la dualité, canalisé par Lee Carroll. 2010 

Modidier notre Akash

Modidier notre Akash dans TRANSITION vers le FUTUR daum1147-10Le niveau difficile pour modifier notre Akash  

 

Le niveau difficile représente la partie incroyable. Il s’adresse à celui ou celle qui veut réellement puiser dans l’Akash et changer le futur. En chacun de vous se trouvent tout ce que vous avez été, d’innombrables expériences. Si vous allez puiser dans l’Akash, c’est-à-dire si vous allez chercher ces expériences, vous éliminerez de cette vie-ci celles que vous n’aimez pas. Ce sera là le résultat. Il ne s’agit pas d’aller dans l’ADN pour y déceler quelque chose de différent et vous en doter. En réalité, il s’agit d’échanger une chose contre une autre. C’est ainsi. L’ADN contient tout ce que vous êtes. Ce que vous faites alors, c’est échanger des attributs, mettre dans les archives ceux qui ne conviennent pas à votre énergie et prendre ceux qui lui conviennent. Vous les possédez tous. 

 

Ce n’est pas tout. Chacun de vous possède ce qu’on pourrait appeler une jarre spirituelle. Cette jarre est remplie de tout ce que vous avez appris comme être humain sur la Terre au sujet de Dieu, des guides, des anges, des interactions et de la communication sacrée. Et cette jarre vous appartient. Elle n’a pas à se remplir de nouveau à chaque nouvelle vie. Elle est à votre disposition et vous n’avez qu’à en dévisser le couvercle pour y prendre tout ce que vous avez déjà appris. Elle appartient au système de l’Akash spirituel. C’est la dorure spirituelle de tout ce qui existe, permettant à un apparent novice sur cette planète de devenir un maître du jour au lendemain. Ce « novice » a déjà payé ses redevances et poursuivi sa route. Peut-être même est-il mort pour ses croyances. 

 

Plusieurs parmi vous ont peur de certaines choses parce que ces dernières ont déjà causé leur mort. Certains ne veulent pas toucher à l’ésotérisme parce qu’il suscite chez eux la peur de l’illumination et de la mort. Leur peur est telle qu’ils ne veulent pas ouvrir leur jarre. Plusieurs la rejettent donc entièrement sans y croire. En fait, ils y croient encore, mais ils ne veulent plus y toucher. Je sais qui lit ces lignes. Ainsi, le premier attribut de la troisième catégorie, celle du niveau difficile, consiste à ouvrir la jarre spirituelle et à récupérer tout ce que vous avez déjà appris. Avez-vous peur de faire cela ? Certains parmi vous ont joué un rôle important dans l’histoire de la spiritualité. C’est la vérité. 

 

Non seulement portent-ils dans cette jarre un savoir spirituel, mais aussi le personnage qu’ils ont été. Cette notion est un peu difficile à vous expliquer. Apparemment, des individus qui ne s’intéressent pas du tout aux questions métaphysiques peuvent devenir d’un jour à l’autre de grands instructeurs. Tout sort de leur jarre tout à coup. Ils n’ont qu’à recueillir cette information pur l’utiliser ensuite d’une façon linéaire. Des non-instructeurs deviennent instructeurs. Des individus qui ne possédaient aucun savoir en possèdent maintenant un grand. Des gens qui ne comprenaient absolument rien ont désormais une grande sagesse. La jarre spirituelle représente le niveau difficile. Elle existe, et vous la possédez tous, y compris chaque lecteur et lectrice de ce livre. 

 

Les miracles sont simplement des événements qui se situent en dehors de vos croyances normales. Modifiez ces croyances et les miracles deviendront des événements ordinaires. Parfois, quand ces événements miraculeux se produisent, les humains lèvent les bras au ciel en s’exclamant ; « Merci, mon dieu ! » Ils ne comprennent pas qu’ils ont activé tout simplement leur ADN avec une telle puissance qu’ils ont reçu ce que seuls les maîtres pouvaient donner autrefois. Ils ont tout bonnement échangé ce qu’ils pouvaient d’une façon non linéaire. Ils ont guéri leur propre vie. Ce que l’on pensait disponible aux seuls maîtres l’est maintenant à tous. C’est l’activation de l’espèce humaine. Moins de la moitié de un pour cent y parviendra, mais vous faites partie de ce groupe et vous le savez. 

 

Nous ne vous dirions pas tout cela si c’était inexact. Nous avons seulement ouvert la porte à un enseignement qui doit prendre de l’expansion. Il s’agit ici d’un système selon lequel l’énergie de la famille demeure dans la famille sans même que vous le sachiez. Certains pleurent ceux qu’ils ont perdus ; pourtant, ils ne les ont pas perdus du tout. Dans la linéarité, vous ne comprenez pas l’amour de Dieu ni le système qui existe ici pour votre bien, pour votre amélioration. Ceux que vous avez perdus vous tiendront la main pendant tout le reste de votre vie. Ne le voyez-vous donc pas ? Il ne peut en être autrement. C’est là votre consolation. C’est de là que vient votre paix. Il en est ainsi pour vous aider à vivre. C’est le rôle de la famille ! 

 

Il y a beaucoup à découvrir ici, et le système vous permet d’accéder dès maintenant à l’Akash. Pousser la porte ; prenez la main de votre Soi supérieur et ne regardez jamais derrière. C’est l’invitation qui vous est faite, chères vieilles âmes. 

 

Heureux soit les humains qui lisent ces lignes. 

 

Kreyon, canalisé par Lee Carroll

La conscience humaine

 

Gif cerveau   Nous aimerions vous raconter une courte histoire ayant trait à la conscience humaine, longtemps enterrée quelque part dans votre propre mythologie. 

 

 

Il y a très longtemps, soit des milliers et des milliers d’années dans les temps tribaux primitifs, vous étiez une planète matriarcale. Oui, les femmes avaient charge de tout. Elles possédaient tous les actifs de la famille, prenaient toutes les décisions importantes et dirigeaient les hommes dans leurs tâches. Et il en fut ainsi pendant toutes ces années de coexistence paisible menées par le cœur des femmes. La planète et ses habitants étaient dès lors très reliés, beaucoup plus que vous ne l’êtes à présent. En effet, ces gens priaient Mère Terre et Père Ciel en tant que Tout, dans lesquels ils jouaient leurs rôles. A leur simple façon, ils nommaient la conscience humaine de la planète comme ils la croyaient être, et ainsi était-elle, en équilibre, jusqu’à il y a environ cinq mille ans. 

 

Après des siècles et des siècles de cette façon de faire, Père Ciel finit par dire à Mère Terre ; « Tu règnes depuis très longtemps, et je suis fatigué d’être dirigé. Je pense que je devrais avoir une chance de diriger. C’est à mon tour à présent de mener, et je fermerai mon chakra du cœur afin de pouvoir diriger intellectuellement, avec l’esprit ». 

 

Mère Terre réfléchit un moment à sa demande et vit toutes les nouvelles leçons à venir pour ses enfants humains. Le cœur lourd, elle répondit ; « Je suis d’accord, tu devrais mener à ton tour. Mais pour te permettre de le faire sans interférer, je vais fermer mon chakra de la gorge afin d’éviter de parler contre toi ». Ainsi fut dit, ainsi fut fait. Lorsque Père Ciel ferma son cœur, il bloqua le chakra du cœur de chaque homme de la planète. Et lorsque Mère Terre ferma son chakra de la gorge, cela affecta chaque femme sous la forme d’un blocage de la gorge. 

 

Voilà comment les hommes se mirent à régner et abordèrent le froid pouvoir de l’intellect sans l’équilibre affectueux du cœur. L’avidité, le pouvoir et le désir surgirent, rapidement suivis par la guerre. Les femmes devinrent des biens, et traitées en grande partie comme des animaux. Le chakra de la gorge fermé par la peur, elles ne pouvaient parler en leur nom et n’avaient aucune égalité. Encore à ce jour, dans certaines religions, les femmes sont traitées tel des esclaves et ont peut de droits dans leur société, sinon aucun. Ce passage du règne de la femme à celui de l’homme commence enfin maintenant à se défaire lentement. Aujourd’hui, dans la plupart des pays occidentaux, les femmes ont des droits égaux à ceux des hommes. Les religions restrictives ralentiront ce processus dans les pays orientaux, mais elles finiront par dégager les plus polarisées de leurs traditions afin que les hommes et les femmes puissent avoir des droits humains, des droits pour tous. Ce sont ces polarité qui deviendront plus visibles et auront de moins en moins de sens dans les nouvelle s énergies équilibrées qui arriveront et déséquilibreront les vieilles manières de faire. 

 

Lorsque vous adoptez l’Unité, ou le « Tout en Un », vous devez plus qu’équilibrer les relations entre le masculin et le féminin dans votre vie. D’après vous, qu’entraînera une accélération de votre ADN ? Entre autres choses, cela exigera que vous équilibriez vos aspects intérieurs féminins et masculins – dominants et non dominants, yin et yang, positifs et négatifs. Vous devrez faire la paix avec tous ces aspects et les remettre dans un équilibre qui guérit. Rappelez-vous : Vous avez été dans tant de vies à la fois homme et femme que vous avez vécu une vaste gamme d’expérience de vie, d’un point de vue comme de l’autre. 

 

Au cours des quelques dernières années, vous avez défini un niveau beaucoup plus élevé d’ « énergies féminines » qui atteignent votre planète pour la première fois. Que vous les appeliez Mère divine, Quan Yin ou Déesse mère, ces énergies sont en effet venues, et elles étaient fort nécessaires pour équilibrer l’inégalité dans la conscience humaine entre hommes et femmes. Le passage au règne patriarcal a fait de cette planète un grand contraste, et accéléré les leçons de vie pour tous. Une part de ce processus d’ascension exigera que les hommes favorisent l’ouverture du cœur et les femmes, l’ouverture de la gorge. Dans les quelques années à venir, chers praticiens, vous verrez bien des clientes avec la paire de chakras 2 et 5 nécessitant des soins. 

 

Les hommes auront tendance à avoir un blocage dans la paire de chakras 3 et 4, le plexus solaire et le cœur. Bien des travailleurs de lumière féminins ont commencé à dégager leur gorge en 2006 et à travailler avec les chakras 2 et 5 tout au long de 2007. Oui, c’st là le temps qui peut s’avérer nécessaire pour dégager non seulement les schémas génétiques, mais aussi les schémas acquis. 

 

Par « acquis », nous voulons dire que l’existence que vous menez a été choisie par votre Moi supérieur avant votre naissance. Vos parents ont aussi été choisis parce qu’ils étaient les meilleurs pour faire avancer les leçons que votre âme cherchait à apprendre. Chaque vie est « esquissée » au préalable – homme ou femme, riche ou pauvre, l’orientation religieuse, les potentiels d’ouverture, et enfin, la « race ». Vie après vie, vous faites le tour de bien des sociétés et des religions, et ce, afin de vivre des leçons de points de vue masculin et féminin. Votre Moi supérieur se mêle à cet apprentissage imminent et acquiert une nouvelle sagesse à propos de l’essence véritable de l’amour. En étant tantôt homme, tantôt femme, vous avez deux fois plus de potentiel d’apprentissage à propos de l’Amour sur votre planète ! 

 

Peu importe où vous êtes nés, dans quelle famille ou société, vous avez tous le potentiel d e vous redéfinir en tant que Dieu en l’homme, de vous élever au-dessus des vies limitées que vous avez vécues dans l’expression dense. Apprendre à abandonner tous les aspects pénibles de votre passé est essentiel pour élever votre vibration et la tirer de cette densité. Vous avez fait un si beau travail sur les plans spirituel, mental et émotionnel ! 

 

Félicitations, vous êtes arrivés au travail essentiel ! Une dernière fois chers amis, nous vous encourageons à méditer quotidiennement, à faire assez d’exercice, à vous accorder assez de sommeil, à boire beaucoup d’eau et à prendre de petits repas simples aussi souvent que vous aurez faim. Lorsque vous écouterez et honorerez les besoins de votre corps, vous deviendrez plus enracinés, centrés et paisibles. Bien que le drame et la crise puissent se déployer autour de vos, ils ne vous toucheront pas et ne vous affecteront pas. Vous allez entrer et sorti des « poches tridimensionnelles » de l’existence, et ce, sans même le remarquer. 

 

Chers Maîtres en herbe, inoffensifs, chères Consciences christiques en marche sur la Terre, nous bénissons chacun de vous. Vous êtes tous Dieu, et tous tendrement aimés par Dieu

 

La Fraternité de Lumière – Kreyon, canalisé par Lee Carroll. 

Autre facteur d’éveil planétaire

 

Gif coccinelleL’information qui viendra d’au-delà de votre atmosphère, à mesure que vos satellites et vos télescopes capteront plus de preuves de changements galactiques. Oui, vous verrez, émerveillés, d’autres changements dans la gravité et le magnétisme du Soleil et des autres planètes de votre système solaire. Grâce aux efforts de bien des scientifiques, et de quelques politiciens, il se publiera beaucoup d’informations sur ce fameux réchauffement planétaire, lesquelles informations avaient été cachées par plusieurs pays. Lorsque les changements climatiques auront la priorité sur les querelles politiques et financières, la population verra peu à peu la futilité et le gaspillage de la guerre. Vos ressources, votre argent et votre main-d’œuvre devront prendre une autre direction, dans le but de sauver des gens au lieu de vous entretuer. Dès 2008, vous constaterez un « épuisement » mondial concernant la guerre et la vieille politique basée sur la peur. Cette vielle peur pâlira en importance à côté de l’ampleur nouvelle des problèmes climatiques. Des gens de tous les milieux se mettront à exiger que leurs gouvernements écoutent et obéissent, et non l’inverse. 

 

Une part de l’ « éveil des masses » se produira lorsque les gens se réapproprieront leur pouvoir individuel au lieu de s’incliner devant leurs vieilles traditions sociales basées sur la peur. Nous parlons ici de l’Orient comme de l’Occident, car ils doivent se rencontrer et s’entendre, tout comme juste assez de gens doivent exiger un changement avant que la science et la spiritualité puissent se rencontrer et fusionner. Si vous regarder attentivement la plupart des leaders gouvernementaux et religieux, ce sont des adultes d’un certain âge qui ont absorbé les leçons de la guerre froide, la mentalité « eux ou nous ». Un changement majeur viendra des rangs des jeunes adultes, des enfants de la génération du baby-boom, à mesure qu’ils obtiendront des postes d’influence dans la grande industrie et en politique. Tout au long de 2012 et au-delà, ils apporteront la perspective nouvelle et supérieure, qui consiste à voir que tous les gens ne font qu’UN, et ce qui est le mieux pour le bien commun. 

 

Il y aura une preuve claire de cela en 2008, lorsque les Etats-Unis éliront un nouveau président. Après deux mandats présidentiels (huit ans) de mensonges, de duplicité et de camouflage sous le régime Bush, le monde entier poussera un soupir de soulagement. Selon notre perception, il y a de fortes chances que la guerre en Irak soit alors terminée. Entre une guerre futile et honteuse en Irak, une politique étrangère stupide, et l’érosion des droits démocratiques de la citoyenneté américaine, les gens recherchent quelque chose de mieux, de plus noble, de plus intègre et de plus intelligent chez leur prochain leader. Par contraste avec le désintérêt total de Bush pour le bien-être de sa population, le prochain président élu en 2008 aura une intégrité spirituelle et une compassion claires et reconnaissables. Ce nouveau président aura une influence forte sur la politique mondiale : il aidera à jeter de la lumière sur beaucoup d’injustices gouvernementales dans le monde. Il aidera à élever la barre quant à ce qu’il est moralement correct de faire, et visera un consensus mondial sur bien des questions cruciales. 

 

Gif etoilesGif etoilesGif etoiles

La foi et le pardon à l’ancienne, dispensés par un intercesseur humain entre vous et Dieu, commencent à être remis en question (Dieu merci !). Dans les nouvelles énergies spirituelles du « Tous en Un », qui enseignent que Dieu se trouve en chacun de nous, la vieille vision séparatiste ne peut plus tenir. Dans une autre partie de ce texte, il a été question des gens qui cèdent leur pouvoir aux médecins, au lieu de se soigner eux-mêmes. Nous voyons la même chose prévaloir historiquement dans vos communautés religieuses, et non seulement dans les églises. 

 

Certaines religions séparent les hommes des femmes, et cette inégalité aussi a besoin de changer. Oui, en 2007-2008, plus que jamais, la malhonnêteté apparaîtra dans les organisations religieuses, qui relèvent à la fois de l’ère ancienne et de l’ère nouvelle. Cette fois, les choses ne seront pas « balayées sous le tapis », mais traitées autrement, avec une intégrité spirituelle. Lorsque les gens se mettront à croire que Dieu est en eux, et non séparé d’eux, le bien de tous deviendra plus important que le contrôle basé sur la peur qu’ils ont toujours connue. Voyez-vous comment Dieu, l’homme et la nature doivent travailler mains dans la main pour faire avancer le plan divin ? 

 

On fera également la lumière sur les compagnies de produits pharmaceutiques et les compagnies d’assurances. Encore une fois, la vieille façon de céder votre pouvoir aux autres sera remise en question. Les grandes compagnies d’assurances seront examinées de près dans les pays qui ont privatisé la médecine. Ce déséquilibre chez les gens qui ne reçoivent des soins médicaux adéquats que s’ils peuvent se les permettre laisse des millions de pauvres incapables de recevoir  de l’aide au besoin. Cette emprise des compagnies d’assurances sur les patients et les médecins doit changer, car c’est une gestion malheureuse des soins de santé. La médecine socialisée sera aussi examinée pour des raisons différentes, mais dans le même but : accorder une attention médicale adéquate aux gens dès qu’ils en ont besoin, sans attendre des mois. 

 

Chers lecteurs, comprenez que nous applaudissons tous les progrès médicaux et le développement de nombreux médicaments qui sauvent des vies. Hélas, les compagnies pharmaceutiques de nombreux pays sont si puissantes qu’elles peuvent créer une nouvelle maladie pur la « faire avaler » aux gens, tout simplement parce qu’elles ont développé un nouveau médicament. Par exemple, si vous faites de la rechercher sur les troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA ou TDAH), vous ne trouverez aucune information antérieur à 1975. Pourquoi ? Parce que c’est alors que le Ritalin fut développé. Depuis, des millions d’enfants et d’adultes ont été traités au Ritalin ou par des médicaments du genre qui ont rapporté beaucoup de profits aux compagnies pharmaceutiques. Nous ne sommes pas ici pour discuter de la valeur de ce médicament en particulier, nous l’utilisons tout simplement comme exemple de la manière dont les gens sont influencés par l’approbation gouvernementale et médicale de ces médicaments, et même par des publicités télévisées. Encore une fois, il s’agit d’une vieille approche basée sur la peur de « faire des affaires » et qu’il faut restructurer avec plus d’éthique morale. Les soins de santé doivent être basés sur le cœur, non sur le profit. Même si des années seront nécessaire après 2008 avant l’arrivé d’un véritable changement, vous verrez les germes de ce changement se produire en 2008 …… 

 

 

Kreyon, canalisé par Lee Carroll

La grande tempête

  

 

gif lune Mike avançait depuis deux heures à peine lorsqu’il constata que le vent se levait et que le ciel s’assombrissait. Exactement ce dont j’avais besoin, se dit-il, une tempête au paradis ! 

 

Depuis une heure environ, il cheminait péniblement, accablé par sa charge, et devait s’arrêter de plus en plus souvent pour se reposer. Non seulement sa charge était-elle très lourde, mais elle était encombrante. Mike en était irrité au plus haut point, et voilà qu’à son inconfort venait s’ajouter une tempête. Il devait rapidement trouver un abri pour se protéger de la pluie. Il ne voulait pas abîmer ses bagages et craignait que son armure ne soit attaquée par la rouille. 

 

Il s’arrêta encore et regarda derrière lui une première fois. Elle était là ! La forme verte se précipita derrière un amis de roches. Cette fois, Mike l’avait aperçue. Elle était évidente et énorme ! Son corps fatigué fut envahi d’appréhension en constatant que la forme ne l’avait pas abandonné depuis qu’il s’était arrêté à la dernière maison. Il se rappela qu’Orange lui avait indiqué le danger et le mal qui le guettaient. Tout en se reposant, il ne cessait de surveiller la route derrière lui. Il se devait de rester alerte, sans savoir encore jusqu’à quel point. 

 

Le vent s’éleva, rendant sa progression encore plus pénible. Un voyageur moins encombré n’aurait pas eu la moindre difficulté à se déplacer dans ces conditions, mais le bouclier avait presque l’effet d’une voile dans son dos. S’il n’avait pas transporté tant de bagages, Mike n’aurait eu qu’à le garder en équilibre comme il l’avait appris et se serait déplacé sans doute plus vite, se servant du bouclier pour assurer sa stabilité dans le vent. Mais, avec tous ses sacs, il n’y arrivait pas. Mike comprit qu’il devait se mettre rapidement à l’abri jusqu’à ce que le temps se calme et redevienne tel qu’il l’avait connu depuis son départ. 

 

Michaël n’avait jamais rien vu de semblable. La température changea remarquablement dans un très court laps de temps. Toujours sur le qui-vive à cause de son poursuivant, il découvrit avec horreur que la chose se rapprochait de lui malgré le vent et la pluie battante. Elle était rapide. Comment pouvait-elle se déplacer si vite par un tel vent ? 

 

De plus en plus inclémente, la température poussa Mike à prendre des mesures appropriées. Les choses se gâtaient à vive allure. Il continua d’avancer, légèrement courbé, espérant ainsi offrir moins de résistance au vent. Finalement, il dut s’arrêter et s’allonger au sol, tout mouvement vers l’avant étant devenu absolument impossible. 

 

La tempête devenait de plus en plus forte et mugissait sous le vent, dont la violence croissait. Là où l’armure ne le protégeait pas, la pluie l’attaquait comme des aiguilles violemment plantées dans la chair. Mike se sentait en danger. Il regarda prestement derrière lui, mais la vision était en grande partie obstruée par la pluie battante et le brouillard. Il pouvait tout de même voir la silhouette vert foncé, maintenant droite comme un fil et dont les yeux rouges flamboyaient. Elle commença à avancer, nullement retardée par la tempête. Comment était-ce possible ? Mike était terrifié. 

 

La voix de bleu, claire, s’adressa à Mike. 

-       SERS-TOI DE LA CARTE ! Quelle clarté ! se dit Mike. 

Il est vraiment avec moi. La furie de la tempête égalait maintenant tout ce qu’il n’avait jamais connu au Minnesota. Il aurait aussi bien pu se trouver au cœur d’une tornade. Etendu sur le sol, il déployait d’immenses efforts pour éviter d’être balayé par la force incroyable de la tempête. Plus il pouvait s’aplatir, mieux c’était. Le bourdonnement des éléments déchaînés était devenu assourdissant ! La peur de Mike aurait pu le déstabiliser et le faire basculer dans la terreur mais, d’une façon manifeste, la situation présentait un certain sens. Si seulement, il pouvait sortir sa carte ! 

 

Malheureusement, Mike ne parvenait pas à extraire sa carte de son sac, trop préoccupé par sa survie. La férocité des éléments attaquait son être le plus profond. D’une main, il s’agrippait littéralement aux plantes, à même le sol, tandis qu’il tenait sa précieuse cargaison de livres et de photos de l’autre main. Le sac contenant la carte était suspendu à son cou et tout froissé – en sécurité, mais tout à fait inaccessible. Michaël sentit soudain son corps soulevé par la force violente du vent et le bouclier sur son dos qui la découplait. Telle une brute, la tempête féroce l’attisait et l’incitait à l’action. Mike s’enfonça encore plus dan le sol et, par la force de sa volonté, enfonça ses orteils dans la boue, s’agrippant encore plus solidement d’une main à une racine tenace. 

 

Le temps était devenu très sombre. Les amas de nuages qui s’étaient accumulés dans le ciel étaient suspendus juste au-dessus de l’endroit où Mike gisait, et sa vue s’en trouvait limitée. Il pouvait à peine ouvrir les yeux puisqu’il devait les protéger du vent et de la pluie mais, de toute façon, il n’y avait rien à voir. Il arrivait à peine à percevoir le sol sous lui. Où la silhouette sombre se trouvait-elle ? Venait-elle vers lui ? Devait-il bouger ou serait-il emporté par la tempête ? Tout comme l’alarme d’un exercice d’incendie, chacune des cellules de son corps vibrait à un point qu’il n’avait jamais connu auparavant. De peur ? Non, sa volonté de survivre et de combattre la situation dominait tout. Il était déterminé à trouver une façon de s’emparer de sa carte. 

 

La voie d’orange se fit entendre en lui comme un immense soulagement. Comment peut-on entendre un son si doux dans un tel vacarme ? se demanda-t-il. 

 

-       Michaël Thomas, abandonne tes bagages ! 

 

Mike savait qu’il devait le faire, sinon la mort l’attendait. Sous son armure, ses vêtements étaient entièrement trempés, et il commençait à grelotter. Par-dessus le hurlement du vent déchaîné, il entendit et sentit un lourd bruit de chute. Qu’était-ce donc ? Le sol en vibrait. Cette chose se rapprochait-elle ? Il devait suivre le conseil d’Orange. Mike savait qu’elle se rapprochait vraiment. 

 

Un à un, Michaël se débarrassa méthodiquement des sacs renfermant les précieux souvenirs qu’il avait emballés si minutieusement. Ce furent d’abord les livres qui volèrent. Avec deux doigts, il dégagea la courroie du premier sac. Le vent l’emporta tel un véritable déchiqueteur. Le mouvement brusque poussa Mike à regarder ses doigts, croyant qu’ils avaient été fracturés. Il entendait le bruit des coutures du sac qui se fendaient et le déchirement de centaines de pages de souvenirs qui s’éparpillaient à quelques centimètres de lui. C’était le son le plus horrible qu’il lui fut donné d’entendre : ses livres si chers à son cœur. Sans s’attarder, il dégagea l’autre sac de la même façon. Ce fut encore pire. La tempête avait pris l’aspect d’un combattant acharné et lui arracha le sac des mains, le clouant encore davantage au sol. Il se prit même à se demander si la chose sombre ne l’avait pas finalement rattrapé et n’avait pas entrepris de le déchiqueter. La force de la tempête s’acharnait contre lui telle une armée de soldats faisant les cent pas sur son dos ! 

 

A l’encontre des livres, les photos disparurent dans un bruit. Subitement, elles n’étaient plus là, ce qui mit Mike en colère. Ses racines mêmes, les souvenirs précieux de ses parents disparus, étaient disséminées par une tempête ingrate qui, d’autre part, persistait à s’acharner contre lui. 

 

Il aurait pu croire que l’enfer se déchaînait autour de lui. Il essaya de soulever légèrement afin de glisser sa main livre sous lui dans l’espoir d’atteindre la carte. Il faillit lâcher prise alors qu’encore une fois la force du vent prenant dans son bouclier le souleva légèrement. Mais il avait réussi à saisir sa carte. En se servant de son pouce et de son index, il parvint à la dérouler et à repérer le point rouge. Instinctivement, il remonta le parchemin sur sa poitrine, ramenant du même coup un peu de terre humide et de saleté collées au métal sur de son armure. Il était en équilibre précaire ; il pressait son corps fortement sur le sol boueux tout en ramenant vers le torse la main qui tenait la carte. Il frôla sa main sur un petit caillou en essayant de remonter la carte au niveau de ses yeux. Il se demandait bien comment il allait parvenir à la lire. Il faisait tellement noir qu’il n’y voyait rien ! Et même s’il réussissait, le parchemin serait sans doute détrempé. L’autre main qui s’agrippait toujours à cette racine commençait à lâcher prise sous le bombardement de la pluie et du vent. Le bras de Mike s’engourdissait, et il avait du mal à maintenir sa position. 

 

 

 

La tempête ne l’affectait aucunement. En tant que visiteur aux vibrations inférieures dans un milieu supérieur, la misérable créature n’était pas atteinte par le vent, la pluie et le déchaînement de la tempête qui s’abattait autour d’elle. Debout, Elle poursuivait lentement son chemin au centre du sentier vers Michaël Thomas qui, menacé et rampant, arrivait à peine à résister aux mêmes éléments. 

 

L’entité négative n’était pas déséquilibrée par l’incroyable force du vent mugissant. Rien ne semblait toucher la sombre silhouette, sinon peut-être le manque de visibilité. En approchant de Mike, au rythme dégagé d’un marcheur dans un parc, elle commença à croire que le sort lui était favorable aujourd’hui. Mais il fallait compter avec la noirceur et, bientôt, elle ne pourrait mieux voir que sa proie. Elle était tout de même déterminée à achever le travail entrepris par la tempête et se préparait à éparpiller me corps de Mike en mille miettes sur cette terre de conte de fées insensée et tellement détestée. 

 

L’intuition de Mike ne l’avait pas trompé. Cette chose approchait. La noirceur avait envahi l’espace, comme si les entités de l’endroit avaient demandé que ses yeux soient bandés. La masse sombre avançait instinctivement et semblait savoir où Mike se trouvait. Elle attaqua avec force et détermination, mais rata son but et déchira le sol tout près de Mike. Celui-ci l’avait entendu, mais avait aussi entendu quelque chose d’autre : le bruit des pages de livres qu’il avait laissé aller. L’horrible forme se retourna rapidement vers ce nouveau bruit. Maintenant, elle savait où Mike était et s’en trouvait ravie ! 

 

Elle se rapprocha puis, dans la noirceur de la grande tempête en colère contre laquelle il ne pouvait rien, elle repéra Michaël Thomas qui gisait, une main sous lui et l’autre agrippée à cette racine entêtée. Si elle avait pu sourire, elle l’aurait fait avec plaisir à l’instant. 

 

Elle s’abattit sur le dos de Michaël Thomas avec la force de douze hommes musclés. Aussitôt, ce fut comme si un million de dars lui perçaient la carcasse verruqueuse. Dans un éclair aveuglant de pure lumière blanche et argent, l’entité négative fut repoussée par une force terrible, comme expulsée de la bouche d’un canon. Elle suivi tune longue trajectoire avant d’atterrir sans façons à son point de départ ou presque. Extérieurement, elle dégageait une fumée qui semblait avoir été produire par un contact avec un élément extrêmement chaud. Elle essayait de saisir ce qui s’était passé. A tout le moins sidérée, l’horrible forme était pour l’instant affaiblie par la force qui l’avait projetée avec tant de puissance. 

 

Le bouclier de Michaël Thomas était fermement attaché à son dos et couvrait la majeure partie de son corps. L’objet qu’il croyait destructeur, son bouclier, était soudain devenu son protecteur. Il avait fait son travail sans directives de la part de Mike il faisait partie de lui. La rencontre de la sombre créature aux vibrations inférieures et de la haute vibration du bouclier avait immédiatement causé une puissante réaction physique. Le bouclier da la connaissance avait repoussé l’attaque d’une force opposée à la sienne. 

 

 

 

Michaël Thomas avait réussi à remonter la carte jusqu’à sa gorge. Il regarda vers le bas, espérant y voir malgré cette noirceur intense. Soudain, la lumière fut ! Il sembla à Mike qu’une poussée de vent particulièrement violente l’avait assailli, mais elle s’accompagnait d’un miracle : une lumière si brillante qu’il importait peu que ses yeux soient complètement fermés pour se protéger du vent et de la pluie. La lumière fut tellement intense qu’elle éclaira tout autour de lui et suffisamment longtemps pour qu’il puisse voir clairement par ses yeux à demi fermés. La section de la carte qu’il avait déroulée avec précaution pendant que la tempête faisait rage se trouvait là, devant lui ! Fouillant vivement la carte, ses yeux y décelèrent le VOUS ETES ICI. Mike ne tenait pas compte de l’odeur de fumée et d’ozone qui se dégageait autour de lui. La carte lui indiquait la voie. En fait, au prochain détour se trouvait une grotte. A quelques mètres à  l’est, il serait en sécurité ! 

 

En y repensant, Michaël Thomas se dit que Dieu lui avait envoyé un éclair au moment opportun. Il ne comprit pas que seule la force négative déterminée à le détruire avait été responsable de ce miracle d’illumination au moment nécessaire. Sans le savoir, Michaël Thomas de l’Intention pure venait d’expérimenter sa première cocréation. Orange lui avait appris à utiliser le présent qui l’aiderait « à l’endroit approprié et au moment opportun » mais il n’avait pas pensé que ce moment était déjà venu. 

 

Pour un geste de force et de courage, Mike réussit à ramper à pas de tortue d’une racine à l’autre, d’une pierre à l’autre, utilisant ses orteils plantés fermement dans le sol pour se maintenir et changer de direction. Il lui fallu vingt minutes pour se rendre, toujours aplati sur le sol humide et luttant contre la force de la tempête. Tant d’efforts pour franchir seulement quelques mètres ! Mais il fallait le faire. Malgré la noirceur presque totale, il trouva l’entrée de la petite grotte qui le protégerait d’une mort certaine. A chaque mouvement pénible qu’il parvenait à effectuer il remerciait Dieu que la sombre entité ne l’ait pas rattrapé. Lorsqu’il se glissa enfin dans l’entrée, la tempête s’intensifia, et il fut ébahi par le bruit assourdissant autour de lui. Cette terre magique n’est pas à l’abri des difficultés, se dit-il. 

 

La grotte respirait la tranquillité, mais Mike était plutôt en mauvais état. Sa main, égratignée par la pierre, saignait. Ses vêtements étaient couverts de boue et de saleté, mais il faisait trop froid dans ce lieu pour les enlever. Il se leva lentement pour mieux évaluer son position. 

 

On aurait pu croire que Michaël Thomas serait envahi de reconnaissance à l’idée d’avoir pu échapper à la tempête et au mystérieux ennemi qui l’avait presque vaincu. En réalité, il était furieux ! Il ne tremblait pas de froid, mais de rage. Il avait été dépouillé de ses précieux biens. Il savait qui avait la maîtrise des éléments et il cria sa fureur à qui voulait l’entendre. 

 

-       Vous m’avez eu ! Il  se dirigea vers l’entrée de ce refus et hurla devant le vent mugissant. 

« M’entendez-vous ? » Son visage se tordait de colère. Son indignation devant le fait d’avoir été tenu d’abandonner ses biens si chers dominait toute sa pensée. Il avait été la victime de ceux qui régnaient sur cette prétendue terre sacrée. 

 

-       Je vois comment ça fonctionne maintenant, continua-t-il en hurlant toujours. Si je n’accepte pas les suggestions des anges, ils FONT CE QU’ILS VEULENT DE MOI ! 

Mike tremblait de froid et de rage, debout à l’entrée de la grotte. Il ressentit la peine reliée à la perte des photos laissant voir ses parents. Il se mit à pleurer à chaudes larmes, tordu de douleur, jusqu’au bout de sa peine. Il se sentit violé et dépouillé. 

Mike ressentit soudain une chaleur derrière lui et put voir le vacillement subtil d’une flamme discrète sur les murs de la grotte. Il se retourna, et une douce voix s’adressa à lui. 

 

-       Je t’ai donné de bons conseils, Michaël Thomas de l’Intention pure. 

Orange se tenait au fond de la grotte. Devant lui brûlait un petit feu invitant Michaël Thomas à partager sa chaleur. Calmé, Mike s’approcha lentement du feu devant lequel il s’assit, tête penchée et songeur. Puis, les larmes inondant toujours ses yeux, il se résolut enfin à regarder Orange et à l’interroger. 

-       Etait-ce vraiment nécessaire ? 

-       Non. C’est bien évident. 

-       Pourquoi m’avez-vous enlevé mes choses ? 

-       Nous sommes sur une terre de libre choix. Michaël Thomas. En dépit de ce que tu penses, l’être humain en est le point central et il est honoré plus que toute autre créature qui s’y trouve. 

-       Libre choix ! Si je n’avais pas laissé aller mes sacs, je serais mort ! 

 

-       Exactement. Tu avais chois de ne pas abandonner tes sacs au moment où tu en avais l’occasion. Si tu avais suivi mon conseil, tu en aurais appris beaucoup plus. Les sacs auraient été en sécurité. Tu ne peux avoir une vision d’ensemble de cet endroit. C’est la raison pour laquelle nous sommes ici et ce pour quoi ces présents et ces outils t’on été remis. 

 

-       Je ne comprends toujours pas. Pourquoi ne pouvais-je pas garder quelques-unes des choses que j’aime ? ça n’aurait fait de mal à personne. C’était tellement important pour moi ! 

-       Elles ne servaient pas les fins de ton voyage, dit Orange en s’assoyant sur une pierre près du feu. Les choses que tu transportais représentaient la partie terrestre en toi. Elles constituaient ton ancien soi et te gardaient en un point incompatible avec la nouvelle vibration que tu découvres et que tu acceptes. Tout en toi se transforme et nous savons que tu le sens. 

-       Tu aurais pu simplement me le dire. Je me serais épargné plusieurs ennuis. Mike regardait sa main blessée et ses vêtements souillés. 

 

-       Tu as rejeté une occasion, Michaël Thomas. Et tu devais apprendre ta leçon. Mike admettait la sagesse des paroles d’orange. 

 

-       Si je n’avais pas laissé aller mes choses, que ce serait-il passé ? 

 

-       Tu ne pouvais poursuivre ta route en transportant des objets empreints d’une ancienne énergie. Le vent t’aurait replacé dans un centre de ta conscience d’avant. Tu t’en serais éventuellement tiré, mais tu aurais perdu tout ce que tu avais appris et acquis sur cette voie sacrée. Ç’aurait été la mort du nouveau Michaël Thomas, et tu aurais quitté cette place. Orange fit une pause pour mieux marquer ce qu’il venait de dire et poursuivit : 

 

-       C’est à un point important, Michaël Thomas de l’Intention pure. Tu ne peux pas embrasser ton ancienne énergie, même dans ce que tu estimes de plus précieux, et progresser vers la nouvelle. Elles ne sont pas compatibles. Tu es en train de passer dans une nouvelle dimension, et la physique de l’ancienne ne correspond pas à la physique de la nouvelle. Permet-moi de t’interroger : une partie de toi aime-t-elle toujours ses parents et s’en souvient-elle malgré que tu aies laissé filer les souvenirs que tu en gardais ? Ton sentiment a-t-il disparu dans la tempête ? 

 

-       Je l’ai toujours, répondit Mike, sachant très bien où ce dialogue allait le mener. 

 

-       Alors, où est la perte ? demanda Orange. 

Mike ne parlait pas. Il était conscient d el ‘enseignement qu’il recevait. Orange poursuivit, comme un père transmettant une sagesse toute simple à son enfant curieux. 

-       Les souvenirs des êtres que tu as aimés se situent dans l’énergie de ton expérience de vie et non dans les objets. Lorsque tu désires te rappeler d’eux, fais-le en utilisant la conscience d’amour et les présents du nouveau Michaël Thomas. Tu constateras alors que tes perceptions sont différentes de ce que tu croyais par le passé. Tu gagnes une nouvelle sagesse à propos de tes parents et de toi-même. Les nouveaux outils et les présents vont en fait clarifier tes souvenirs. Les événements du passé ne font que t’entraîner vers une époque où tu étais incapable de saisir la vision d’ensemble des choses. 

-        

Mike ne comprenait toujours pas ce langage et ce discours spirituel. Orange percevait ses pensées et ajouta : 

-       Lorsque tu auras visité les sept maisons, tu comprendras tout. 

 

Mike ne saisit qu’en partie les paroles d’Orange, mais il lui semblait que les choses s’éclaircissaient un peu. Tout comme il n’avait pu conserver la nourriture, il réalisait qu’il ne pouvait rien conserver ayant appartenu au Mike d’autrefois. Il pleurait cette perte et se sentait encore trahi par ses amis les anges qui n’avaient pas été plus précis. Toutefois, il se rendait compte de la métamorphose qu’on exigeait de lui et constatait qu’on lui avait déjà adressé deux suggestions sur la route. Bleu lui avait recommandé de ne prendre aucune nourriture avec lui et Orange, de laisser ses sacs derrière. Chaque fois, il n’en avait pas tenu compte et avait dû en subir les conséquences désagréables. 

 

Michaël se promit d’écouter dorénavant les conseils des anges. Il se trouvait en une terre étrange aux multiples facettes et, alors qu’il détenait les données biologiques, les anges possédaient la connaissance spirituelle. Son voyage deviendrait beaucoup plus facile s’il écoutait sans rien supposer. Même s’il ne comprenait pas tout leur langage et plusieurs de leurs concepts, il devait faire confiance à leur vision d’une terre qu’ils connaissaient tout en accomplissant lui-même le périple qui le mènerait à son but. 

 

-       Orange, pourquoi y a-t-il des tempêtes ici ? 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, je vais encore te donner une réponse que tu ne comprendras pas, mais qui est vraie. 

Orange se dirigea vers l’entrée de la grotte avant de se retourner et d’jouter : « Lorsqu’il  n’y a pas d’humains ici, il n’y  a pas de tempêtes. » Mike n’avait pas la moindre idée de ce pour quoi ce devait être ainsi et se préparait à interroger sur la sombre silhouette qui le poursuivait, lorsqu’il se rendit compte… que l’ange était parti ! 

-       Au revoir mon ami orangé, dit Mike à l’espace vide où se trouvait l’esprit d’Orange quelques instants auparavant. Pour la première fois, il reçut une réponse à son adieu. Dans son esprit, entendit clairement la voix apaisante, sage et aimante d’Orange. 

-       Quand tu comprendras pourquoi nous ne disons pas au revoir, tu sauras que tu fais partie de notre dimension. Encore des paroles compliquées, mais tout de même rassurantes? songea Mike. 

Il se rapprocha du feu en quelque sorte fourni par Orange pour se chauffer et sécher ses vêtements, qui’l enleva avant de les déposer sur une pierre près de la flamme. Il constata que l’armure et le bouclier n’avaient subi aucun dommage et les plaça avec précaution près de ses vêtements. Il s’assoupit doucement, ne sachant plus si c’était le jour ou la nuit et dormit plusieurs heures durant. La tempête persista, mais elle avait totalement disparu lorsque Mike se réveilla. 

 

Michaël jeta un coup d’œil à l’extérieur et observa le crépuscule du soir. Il avait sommeillé tout l’après-midi pendant que la tempête prenait fin et se sentait maintenant plein d’énergie. Lentement, et  en y mettant un grand soin, il rassembla ses outils de combat, les enfila comme on le lui avait appris, mit le sac contenant sa carte sur son épaule et sortit. Tout était si paisible ! Il regarda derrière lui et ne sentit aucun danger ni ne vit d’ombre courant se cacher derrière un buisson ou une pierre. Il était en pleine forme ! 

 

Même s’il faisait presque noir, Mike savait que la prochaine maison serait là sous peu. Il avait raison. Il descendit bientôt une pente et la vit, dans le haut d’une colline. Il se sentait si léger ! Il avait les deux mains libres et, dépourvu de ses cas, il n’avait pas à subir le bruit clinquant de ses habits de combat. Il oubliait presque qu’il en était vêtu. Il avançait d’un pas agile. Michaël Thomas avait accepté la perte de ses effets comme appropriée à son voyage et avait laissé cette expérience derrière lui. Il essaya de revoir les photos de ses parents dans son esprit et fut récompensé par un souvenir intégral. Il ressentait de l’amour et les mêmes émotions qui surgissaient lorsqu’il regardait ces photos. Orange avait raison. Ce qui lui appartenait vraiment était dans son esprit. C’était là tout ce dont il avait besoin. 

 

 

 

Plusieurs mètres derrière lui, une silhouette sombre et révoltée se remettait d’une expérience pénible? Chaque fois que la forme verte bougeait, une douleur cuisante lui rappelait la brûlure subie, une blessure qui ne guérirait jamais. Elle se sentait perplexe, mais était toujours déterminée à barrer la route à Michaël Thomas. Tout comme si la vie même était en jeu. L’horrible forme savait que même, si elle devait se sacrifier au combat, il y aurait bientôt un instant où Michaël Thomas fixerait ses yeux rouges et flamboyants, sentirait son haleine chaude et connaîtrait la véritable peur avant même de pouvoir faire un autre pas en direction de chez lui

 

 

 

Kreyon, canalisé par Lee Carroll 

L’exploitation de l’Akash

avatar fleur    « Mais, Kryeon, comment pouvons-nous modifier notre Akash ? » 

Première étape : vous devez y croire. N’y croyez pas simplement parce que je vous ai dit que cela existait. Vous devez y croire si fortement que ce sera pour vous aussi réel biologiquement que l’est votre bras. Quand vous regardez votre bras, vous vous dites : « J’ai un bras, il est là et je le vois ». Il n’y aucun doute possible et votre cerveau le sait aussi. La matière qui vous entoure le sait et, en guise de preuve, vous pouvez vous servir de ce bras pour saisir des objets. Il n’y a vraiment aucun doute possible. C’est votre bras. 

Maintenant, que ressentez-vous quand vous dire : « Il y a des Annales Akashiques dans mon ADN. J’ai en moi l’enregistrement de tout ce que j’ai été et je peux y accéder ». Quelles parties de votre corps refuse cette affirmation ? Toutes les parties linéaires. La logique vous dit que c’est choses impossible, que vous ne pouvez modifier ce que vous êtes, mais elle tort. 

Vous avez tous la possibilité de le faire. Cette prérogative est offerte à ceux qui sont dans la nouvelle énergie, et sachez que plusieurs d’entre vous l’ont déjà fait. Cela peut se faire lentement, par petites quantité. Cela peut aussi se faire tout en douceur sans que personne ne le remarque, mais cela peut également être assez évident pour que vos meilleurs amis ne vous reconnaissent plus. L’énergie en cause provient de la banque mémorielle que vous constituez. C’est dans votre ADN, dans chacun des trillons de fragment synchronisés avec votre volonté. 

Il y a trois niveaux de difficulté : facile, moyen et difficile. Laissez-moi vous expliquer ce qui se passe à chacun de ces niveaux. Comprenez-vous chers humains, que vous n’avez rien à demander à Dieu ? Que vous n’avez qu’à vous modifier suffisamment pour aller chercher en vous ce que vous avez déjà appris, ce pour quoi vous avez déjà travaillé ? La clé du processus ? Comprendre et croie que l’unique Soi supérieur était avec vous chaque fois. En d’autres mots, votre conscience centrale était associée à chacune de vos existences terrestres. Vous n’êtes pas des entités différentes cette fois. Vous êtes simplement  de nouvelles expressions du même Soi supérieur. Par conséquent, vous étiez là pour tout ce dont il est question maintenant. Vous devez le croire. Le Soi supérieur sait-il ce qui se passe ? Dois-je vraiment répondre à cette question ? Le Soi supérieur a simplement attendu que vous intégriez cette croyance. 

Kreyon, canalisé par Lee Carroll

La deuxième Maison

 

bougie

 

Il ne fallu pas longtemps avant que Mike se rende compte de la transformation du paysage qui s’étalait devant lui. Il avait avancé sans effort depuis le début et n’avait jamais songé qu’il aurait à faire face à un choix quelconque. De plus, il avait la désagréable impression d’être épié. 

 

Droit devant lui, la route laissait voir un embranchement. Mike devait choisir le chemin qui le mènerait à la prochaine maison. Il haussa les épaules et s’arrêta, perplexe. 

 

Qu’est-ce qui se passe ? se dit-il. Comment suis-je censé trouver ma route en ce pays de maisons et d’anges de couleur ? Il n’attendait pas de réponse, la question s’adressant à son esprit, mais il restait troublé. C’est alors qu’il se souvint de la carte. Il s’assit en bordure de la route. Il avait placé la carte dans le sac contenant le pain et se préparait à la sortir lorsqu’il fut presque asphyxié par l’odeur qui se dégageait du sac. Qu’est-ce qui est mort là-dedans ? dit-il à haute voix. 

 

La puanteur infecte le faisait hésiter à essayer d’en trouver la cause. C’était hors de tout doute une odeur organique ; aussi, pensa-t-il que le pain en était responsable. Il avait raison. 

 

Mike retira doucement la carte de son sac. La traitant précieusement est espérant que l’odeur n’avait pas atteint cet objet sacré bien apparemment inutile. Elle était encore d’une seule pièce, mais on ne pouvait en dire autant du pain. Il vida le contenu de son sac par terre et grimaça à sa vue. Sur le sol, gisaient les restes pourris du bagel et des baguettes qui avaient l’air d’avoir passé un mois sous la pluie d’une forêt tropicale. Il n’en restait qu’une matière putride noire tachetée de moisissures, envahie d’un type d’insecte de cette terre étrange que Mike voyait pour la première fois et il y en avait des milliers ! Une véritable cité de larves grouillantes. Mike laissa tomber son sac avec dégoût et se leva d’un bond. De la vraie charogne ! Comment est-ce possible ? D’autant plus que j’ai quitté la maison il y a à peine quelques heures. Même une viande n’aurait pas pourri si rapidement. Qu’est-ce qui se passe

 

Se pinçant le nez, Mike se pencha pour y voir de plus près. La masse noire qui gisait sur le sol continuait à se détériorer devant ses yeux. Il vit les petites créatures grouillantes fourmiller en dévorant le reste de la répugnante matière en décomposition et se dévorer ensuite entre elles. Dégoûté par ce qu’il voyait, Mike détourna la tête de cette vision d’horreur lorsque quelque chose capta son attention derrière lui. 

 

Il y a bien quelque chose là ! Il était certain d’avoir vu une forme verte et floue se dérober de son regard et se cacher dans les buissons. Il sentit des frissons lui parcourir l’échine et sut instinctivement qu’il était dangereux de rebrousser chemin pour aller voir de quoi il s’agissait. Il demeura donc sur place. Une fourche devant lui ? Un animal ou une créature quelconque derrière ? Qu’est-ce qui se passe dans cette place sacrée ? Qu’est-il arrivé au pain ? 

 

Mike voulut jeter un dernier coup d’œil sur la masse nauséabonde qu’il avait jetée sur le sol et constata avec stupeur qu’il ne restait plus qu’un tas de poussière. Pas de vermine, pas de pain, aucune odeur. La matière avait repris sa forme initiale et avait même commencé à se disperser sous la brise. 

 

Que signifiait tout cela ? Mike se rappela les consignes de l’ange à l’effet qu’il ne devait pas prendre de nourriture avec lui. Mais il n’avait pas cru que l’interdiction englobait une petite collation ! Les aliments si appétissants à l’intérieur des maisons ne résistaient peut-être pas au sentier ! Il regarda sa carte, inquiet, et la souleva soigneusement, craignant encore d’y trouver quelque vermine. Elle était sans tache, telle qu’il l’avait placée dans son sac. Il n’y comprenait rien. Elle était tout à côté du pain, mais n’avait pas été touchée. Afin de vérifier autre chose, il prit son sac et s’en approcha avec précaution pour le sentir. Aucune trace ne restait de l’effroyable odeur qui lui avait transpercé les narines quelques instants plus tôt. Il ne savait pas vraiment ce qui s’était passé, mais il en tirait une excellente leçon : jamais plus il ne prendrait de nourriture des maisons qui longeaient le sentier. 

 

Il y eut un autre mouvement derrière lui ! Il lui semblait que son cerveau lui envoyait des signaux d’alarme. Avance ! Il se sentit désespéré. Il eut l’idée de dérouler sa carte, espérant y trouver des indices sur la route à prendre. Mais il n’y lu que VOUS ETES ICI, le point rouge et rien d ‘autre. La fourche ne figurait pas sur la carte. Quel objet inutile ! 

-       sapristi ! s’écria-t-il . 

C’était quelque peu déplacé, mais il avait besoin d’exprimer sa frustration. 

-       Toute une carte, vraiment, Bleu ! 

 

Encore une fois, il sentit un mouvement derrière. Cela se rapprochait-il ? Pourquoi ne pouvait-il rien voir ? C’était donc si rapide ? Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? Son cerveau alarmé criait panique. Il se leva rapidement et poursuivit sa route, se retournant pour jeter un coup d’œil par-dessus son épaule à tous les deux pas. La forme floue ne se laissait pas voir lorsqu’il regardait derrière lui. Comment savait-elle que Mike allait vers l’avant ? Après chaque regard vers l’arrière, Mike pressait le pas, et la forme en faisait autant. Il franchit la courte distance qui le séparait de la fourche en un temps record. Il avait peur. 

 

Une fois devant l’embranchement, Michaël haletait de fatigue et de peur. Il n’avait pas la moindre idée de la direction à suivre et son indécision l’angoissait. Immobile, envahi par la panique, il clama vers le ciel, désespéré : 

-       Bleu, quelle direction ? 

 

Mike ne s’attendait pas vraiment à recevoir une réponse de l’ange de sorte que la voix douce qu’i entendit et qui semblait surgir de sa tête lui causa un choc. 

-       Sers-toi de la carte, Michaël, vite. 

 

Mike n’était pas d’humeur à s’interroger sur le caractère étrange de l’ordre ni sur son illogisme puisqu’il avait consulté la carte quelques instants plus tôt. D’un geste devenu familier, il la déroula rapidement. Le point rouge et la mention VOUS ETES ICI se trouvaient toujours à la même place, au centre de la carte. Mais qu’est-ce donc ça ? Mike regarda de plus près, la sueur perlait sur son front. 

 

Le point indiquait maintenant la fourche, à l’intersection où il se tenait ! La carte était donc à jour ! L’esprit de Mike ne se rappela pas l’humour de l’ange à cet égard. Il examina la carte de plus près. Une flèche y indiquait clairement de bifurquer vers la droite ! 

 

Sans hésiter et tout en enroulant sa carte, il prit cette route et grimpa une petite colline. Il continuait de regarder derrière lui de temps à autre, sentant et sachant qu’on le suivait. La forme verte se glissait entre les roches et les buissons et maintenait le rythme accéléré de Mike. En atteignant le haut de la colline, Mike soupira d’aise : devant lui se dressait une autre maison ! Il voyait un répit droit devant. Jetant tout de même quelques coups d’œil derrière lui, il pressa le pas puis s’élança en courant sur le sentier menant au refuge où il trouverait nourriture et sécurité. 

 

L’entité sombre et vile qui suivait Mike était furieuse ! Si seulement ce dernier avait hésité plus longuement, elle l’aurait rattrapé. Elle fulminait devant l’occasion ratée et grimpa à un arbre devant la maison de couleur orange dont Michaël Thomas venait de franchir le seuil. La forme répugnante se préparait à une longue attente, mais elle était prête à tout. 

 

 

 

De l’autre côté de la porte de la maison orange se trouvait un ange, comme prévu. Les premières paroles d’Orange, comme Mike décida de le nommer, eurent sur lui un effet renversant. 

 

-       Salut à toi, Michaël Thomas de l’Intention pure ! Nous t’attendions. 

-       Salut à toi ! Michaël essayait de cacher son soulagement et sa difficulté à reprendre son souffle. Sa voie avait tressailli. Il dut se retenir pour ne pas serrer dans ses bras l’imposante entité orange qui l’accueillait. Il était tellement heureux de se sentir de nouveau protégé. 

 

-      Par ici, lui dit son hôte orange, en se retournant pour le guider dans la MAISON DES PRESENTS ET DES OUTILS. Mike s’assura que la porte était bien fermée derrière lui et suivit l’ange, encore tremblant et à bout de souffle à la suite de ce qui venait de se passer. Il demeurait effrayé et des tas de questions lui venaient à l’esprit à propos de cette terre de contrastes surprenants. 

 

Comme les autres, cet ange était magnifique. Mike fut encore une fois impressionné par la haute stature de l’entité et par la bonté qu’elle dégageait. Il se sentit accueilli et aimé comme en présence des autres anges qu’il avait rencontrés. Je suppose qu’ils sont tous faits de la même manière, se prit-il à imaginer. 

 

-       En fait, nous faisons tous partie de la même famille, lui dit l’ange. 

Mike éprouve de la honte à l’idée d’avoir déjà oublié le mécanisme de communication chez ces créatures. 

-       Je m’excuse, réussit-il à balbutier. Orange s’arrêta et se retourna. Il pencha la tête sur le côté, amusé. Mike affronta son regard. 

-       Tu t’excuses de m’avoir complimenté sur ma magnificence ! De te sentir aimé ? De te demander qui tu es ? L’ange sourit. Nous recevons beaucoup d’invités, Michaël Thomas. De tous ceux qui ont visité la deuxième maison, tu es celui qui a posé le moins de questions. 

-       La journée commence à peine, répondit Mike en soupirant. Il voulait interroger l’ange à propos de la peur et de la panique qu’il avait connues quelques instants plut tôt. Qu’est-ce qui le suivait ? L’ange savait qu’il poserait cette question. 

-       Je ne peux te dire ce que tu veux savoir, Michaël, lui dit l’ange. 

-       Ne peux ou ne veux ? demande Mike respectueusement. Il savait qu’il jouait avec les mots et poursuivit : « Je sais que tu le sais ». Après une brève hésitation, Mike décida de poser ses questions à un rythme plus rapide. 

-       Pourquoi ne peux-tu pas me le dire ? 

-       Tu en sais plus long que moi là-dessus. 

-       Comment est-ce possible ? 

-       Les apparences sont parfois trompeuses, ici. 

-       Est-ce que ce sera encore là quand je repartirai ? 

-       Oui. 

-       Cela fait-il partie de ce monde ? ça me semble déplacé dans ce décor spirituel. 

-       Cette chose a le même droit d’être ici que toi. 

-       Cela peut-il me causer du tort ? 

-       Oui. 

-       Puis-je me défendre ? 

-       Oui. 

-       M’aideras-tu ? 

-       C’est la raison pour laquelle je suis ici. L’ange ne broncha pas, et Mike cessa subitement son interrogatoire. 

 

Par les réponses qu’il fournissait, Mike comprit que l’ange savait tout. Il se défendit un peu. S’il sait tout, j’ai la possibilité d’en savoir aussi plus long. Je n’ai qu’à me montrer patient. Je suis certain que j’en apprendrai éventuellement davantage. Ça semble être la façon dont les choses se déroulent ici. Mike se rappela tout à coup combien il avait jugé la carte inutile une heure plus tôt et comment elle l’avait subitement sauvé au moment opportun. 

 

-       Dieu est toujours à jour, tu sais, dit l’ange en retenant son rire. Encore une fois, il suivait les pensées de Michaël Thomas. L’entité orange se retourna et guide Mike plus avant dans la maison. 

-       Je commence à m’habituer, dit Mike en marchant. On reçoit ce dont on a besoin au moment où on en a besoin. 

-       C’est peu près ça, répondit l’ange. La fréquence du temps humain la plus faible est linéaire, mais pas le temps angélique. Décidément, cet ange était aussi un enseignant. 

-       Mais comment percevez-vous le temps ? tout en poursuivant la conversation, Mike se retrouva dans un entrepôt. Eh oui ! Comme la première maison, celle-ci était gigantesque à l’intérieur. 

 

Mike demeura bouche bée devant des douzaines de rangées de caisses empilées dans une pièce dont le plafond devait s’élever à quinze mètres. 

 

-       Nous n’avons ni passé ni futur, répondit l’ange. Votre notion du temps se conçoit selon une ligne droite tandis que la nôtre est comme une table tournante se déplaçant dans le sens des aiguilles d’une montre alors que le moteur ne tourne pas. Nous percevons constamment l’étendue de notre temps puisqu’il est toujours près de nous. Par conséquent, nous sommes sans cesse au présent. Notre mouvement tourne toujours autour d’un centre connu. Parce que votre temps est linéaire et que vous allez vers l’avant, vous ne faites jamais l’expérience complète du présent. Vous regardez derrière et voyez où vous étiez, et vous regardez devant et voyez où vous allez. Vous ne pouvez jamais expérimenter l’état d’être de votre existence, mais vous expérimentez une existence d’action. telle est l’expression de votre vibration inférieure, et cela est conforme à votre dimension. 

 

-       Ça explique alors le fonctionnement de votre carte, dit Mike en se rappelant que le point rouge et la mention VOUS ETES ICI se trouvaient au centre et que les événements de sa nouvelle existence se mouvaient à l’intérieur et à l’extérieur d’un point. ‘est tout à fait à l’opposé d’une carte humaine, se dit-il. 

 

-       Tout à fait ! lui dit Orange en continuant de le guider. Dans votre notion du temps, la carte est stable. C’est l’humain qui se déplace. Vous percevez le temps et la réalité comme une constante, et l’humain comme la variable. Lorsque vous vous approchez de notre notion du temps et de notre vibration, vous devenez la constante, et la carte, ou la réalité devient la variable. 

 

Mike devrait réfléchir pour bien saisir ces notions. C’était à la fois confus et familier. Son expérience à l’embranchement qui menait à la maison orange lui avait montré la valeur de sa carte spirituelle, même si ce n’était pas ce à quoi il s’attendait. Il savait que la prochaine fois qu’il se retrouverait devant une alternative semblable, il ne s’inquiéterait pas avant de se trouver vraiment confronté à son choix et que la carte viendrait à son aide. 

 

Tout comme Bleu l’avait fait, Orange guida Mike dans un dédale de pièces toutes aussi bien décorées les unes que les autres avant de le mener à une pièce conçue pour le repos où il pourrait également se nourrir. La grandiose demeure contenait des caisses portant des noms au lieu de cavités en bois identifiées comme dans la Maison des cartes. Ici aussi les noms étaient en caractères arabes que Mike ne parvenait pas à lire, mais il devinait qu’il devait se trouver quelque part une caisse portant son nom. 

 

-       Voilà tes appartements, lui dit Orange. Nous commencerons demain. Tes repas seront servis dans la pièce de gauche, et tu peux te rafraîchir dans la pièce de droite. Sur ce, Orange referma la porte et se retira. 

 

Mike regardait la porte fermée. Tu as beau être un ange, tes manières laissent à désirer, pensa-t-il en regrettant le manque de salutations. Je suppose que je ne peux m’attendre à ce qu’ils comprennent tout à fait le comportement humain

 

Mike fit un repas somptueux. Encore une fois, il se régala de la délicieuse nourriture en s’émerveillant devant les ustensiles de bois sculpté. Il trouvait étrange de ne pas nettoyer après son repas mais la tâche lui répugnait toujours autant. Il savait que même s’il ne pouvait les voir, d’autres entités étaient affectées à ces travaux. Quelle étrange combinaison, se dit-il, que ce jeu angélique où des entités s’astreignent à nourrir les humains aux vibrations inférieures. 

 

Mike s’interrogeait sur les systèmes d’égout lorsqu’une réalité le frappa soudain. Il n’avait pas utilisé de toilettes depuis des jours ! Il n’y avait pas de toilettes. Il se rendit compte qu’il n’avait aucun besoin du genre depuis qu’il avait franchi les portes d’entrée du chemin. Il pouvait concevoir l’élimination de… l’élimination, mais c’était tout de même une idée étrange. 

 

Le lendemain matin, Mike se senti frais et dispos. Il déjeuna en solitaire de fruits et de pain et savoura chaque miette de ce succulent repas. Il constata que cette nourriture angélique était quelque peu différente de la précédente et se promis d’en parler à Orange. 

 

-       C’est une nourriture de notre espace temporel, dit l’entité par la porte entrebâillée. Bien sûr, il avait saisi les pensées de Mike et poursuivit : « Elle ne peut exister dans une vibration plus faible et contient des attributs spirituels interdimensionnels. Voilà pourquoi elle ne produit aucun déchet humain et ne se conserve pas. Elle n’a ni futur ni passé. Elle a été créée quelques instants avant que tu la dégustes et ne résistera pas à l’extérieur de la maison ». 

 

-       oui, je m’en suis rendu compte, dit Mike, se rappelant le dégât sur la route qui avait failli lui occasionner de sérieux problèmes. 

 

L’ange conduisit Mike vers une grande pièce circulaire bien éclairée. Plusieurs caisses avaient été ouvertes, et quelques bancs orange attendaient les visiteurs. Mike vit aussi ce qui lui semble être un autel, de l’encens et quelques colis d’apparence étrange. 

 

-       Bienvenue à la Maison des présents et des outils, Michaël Thomas de l’Intention pure, lui dit l’ange en le regardant droit dans les yeux. Assieds-toi, car tu vas passer quelque temps ici. 

Ce fut là le commencement d’une longue suite de séances d’enseignement qui seraient suivies d’une période encore plus longue de séances pratiques d’utilisation des présents et des outils d’un mode vibratoire nouveau. Lorsqu’il aura terminé, Mike aura passé plus de trois semaines dans la maison orange. 

 

-       Tu élèves lentement ta vibration, Michaël Thomas, lui répétait régulièrement Orange durant la formation. Nous t’offrons les présents nécessaires à l’accomplissement de cette transformation. Ils sont à toi, selon ton intention. Tu ne pourrais pénétrer fans la prochaine maison sans connaître le fonctionnement de chacun et tu ne pourras absolument pas entrer chez toi sans être devenu habile à les manier. 

Mike écoutait attentivement. Il savait qu’il se préparait au retour et se rappelait qu’on l’avait prévenu de la nécessité de cette formation. Orange déballait les présents sous le regard attentif de Mike. Certains semblaient taillés dans un cristal pur et, dans un mouvement d’intention et un geste cérémonial, ils étaient comme par magie incorporés au corps de Mike, s’ajoutant à son pouvoir spirituel. Orange lui expliquait entièrement chacun et lui accordait le temps de bien assimiler ‘l’enseignement. Il lui demanda ensuite de réexpliquer l’usage de chaque présent reçu, ce qui n’était pas facile pour Michaël puisqu’il devait parler de concepts et avoir recours à des termes inconnus de lui jusqu’à présent. 

Orange expliqua comment les humains arrivaient sur cette planète avec certains attributs acquis dans dives champs d’existence, dans des vies antérieures. Mike avait déjà entendu cette notion, mais il n’avait jamais prévu l’entendre de la bouche même d’un ange. Il avait peut-être pensé qu’un jour, un gourou des Indes aux cheveux longs lui en aurait fait part, mais un ange ? Les vie passées constituaient des étapes de l’humanité, lui dit Orange, et les directives d’une vie antérieure se transmettaient à la suivant sous forme de leçons à la naissance. C’est ce qu’on appelle le karma ou, selon certains, le souvenir ou l’expérience. Le karma favorise l’apprentissage humain et, dans une certaine mesure, aide la planète. C’est ainsi que se passaient les choses chez les humains d’une vie à l’autre. Orange expliqua à Mike que s’il désirait passer à un autre niveau vibratoire, il devait se défaire de certains attributs du passé, dont les leçons karmiques transmises à sa naissance. Le chemin qi menait chez lui ne les endurait pas, pas plus qu’il ne supportait la nourriture qu’il avait essayé de conserver. 

 

Mike se vit tout à coup sous la forme d’une masse de chair pourrie sur la route, comme quelqu’un qui n’avait pas écouté l’enseignement de son maître. Il redoublé d’attention pour ne pas se retrouver dans une situation semblable. 

 

Orange perçut les pensées de Mike et en rit ouvertement, dans un merveilleux élan d’allégresse. Mike fut étonné de se sentir si près d’Orange. Quel maître magnifique ! Il était un compagnon merveilleux, même s’il ne savait dire ni bonjour ni au revoir ! Mike apprit à formuler des pensées créatrices d’énergie. 

-       C’est ainsi que tu assures la maîtrise de ta réalité, lui dit Orange. Utilise ta pensée spirituelle permanente et ta connaissance pour te projeter dans des situations que tu mérites et que tu as planifiées. Mike n’arrivait absolument pas à saisir la signification de tout ceci mais il suivit les instructions et réussit tous les tests. 

 

Il reçut le pouvoir spirituel de la cocréation et le don d’éliminer le karma de ses incarnations passées. Chaque don s’accompagnait d’une cérémonie et d’une verbalisation, et chacun passait d’un plan physique e u plan spirituel au moment où il était absorbé par son corps sous la direction habile et minutieuse du grand ange orange. Mike avait l’impression de poursuivre des études menant à une forme de prêtrise. Chaque fois qu’il répétait un enseignement d’Orange, celui-ci regardait en direction de son cœur ! Orange devenait très intense, et à trois reprises pendant que Mike énonçait des promesses et exprimait l’intention qu’un don particulier se répande en son centre spirituel, il eut l’impression qu’Orange lisait dans son âme. D’abord, il se sentit mal à l’aise, puis il se rendit compte que l’entité vérifiait l’intégrité des paroles qu’il prononçait. Si Mike avait feint d’être sincère, Orange l’aurait immédiatement perçu et n’aurait pas permis que l’enseignement se poursuive. 

 

Après deux semaines, tous les colis avaient été ouverts, expliqués et intégrés au soi spirituel de Mike, qui avait réussi toutes les épreuves. En fait, il avait trouvé une épreuve particulièrement difficile. Mike avait peur des espaces confinés. Il ne savait pas pourquoi mais, très jeunes, il avait constaté que la panique s’emparait de lui s’il se trouvait dans un espace réduit. Un des présents d’Orange lui permit de surmonter cette phobie. Mike avait alors exprimé une intention et effectué la cérémonie appropriée. Orange lui expliqua que son sentiment de peur dans un espace confiné était un résidu karmique et que le fait d’en débarrasser éliminait plusieurs autres expériences de vies antérieures qui accompagnaient Mike dans sa vie actuelle. 

 

Quelques jours plus tard, une immense caisse fut ouverte durant la séance de formation. Plutôt que d’en sortir quelque chose, l’ange demandé à Mike de grimper dans la caisse ! Il en referma ensuite le couvercle, et Mike se retrouva dans la noirceur, recroquevillé à l’intérieur. Il entendit le bruit de chacun des clous qu’Orange enfonçait dans la caisse pour bien la refermer. Puis, plus rien que le silence et une noirceur totale. 

 

Il entendait distinctement son souffle dans cet espace réduit, et sa position exiguë était loin d’être confortable. Il entendait même les battements de son cœur. Orange ne lui donna aucune explication ; ce n’était pas nécessaire. En réalité, Mike ne pouvait feindre cette autre épreuve. 

 

Pendant environ dix secondes, les battements cardiaques de Mike s’accélérèrent au souvenir de sa peur. Et puis, au moment où son corps entier aurait dû se mettre à trembler de panique, la sensation de claustrophobie s’atténua entièrement et il se détendit. Dans un élan de joie, Mike constata que le don fonctionnait et que son corps avait d’abord réagi comme autrefois, mais que son esprit avait mis fin à ce mouvement. La paix s’était installée ; Mike fredonna une chanson avant de s’assoupir. Ravi, Orange ouvrit la caisse et fit ressortir Mike une heure plus tard. 

 

-       Tu es remarquable, Michaël Thomas de l’Intention pure, lui dit l’imposante entité angélique au large sourire. Mike pouvait lire la fierté dans les yeux d’Orange. « Certains d’entre vous ne se rendent pas si loin ». 

Pour la première fois, Mike réalisa vraiment qu’il n’était pas le seul qui avait demandé à entreprendre le chemin du retour. Le fait avait été mentionné à quelques reprises mais il n’en avait pas saisi tout l’importance. Il y pensa souvent, le soir. Pendant ce temps, Orange poursuivait l’ouverture des présents et commençait à distribuer les plus imposants. C’est durant la troisième semaine de formation qu’il sortit la grosse caisse. 

 

-       il y a trois outils dont tu auras besoin pour ton voyage, dit Orange en insistant bien sur chaque mot. Il se dirigea vers la caisse et l’ouvrit. Chaque fois que l’ange ouvrait une caisse, Mike s’assoyait sur le banc qu’on lui avait fourni et, rempli d’impatience, se demandait quel objet magique allait contribuer à augmenter sa conscience spirituelle, sa connaissance ou son pouvoir. Il n’avait absolument pas prévu la surpris qu’Orange lui réservait cette fois. 

Orange tournait le dos à Mike, de sorte que ce dernier ne pouvait voir ce qu’il s’affairait à retirer de la caisse. Au moment où il se retourna afin de lui présenter le premier outil, Mike vit le reflet d’un métal argenté. NON ! Ce n’était pas possible : Orange tenait à la main une pépée immense ! 

 

-       reçois l’épée de la vérité, déclara l’ange orange en présentant l’arme à Michaël Thomas. L’épée semblait immense dans la main de l’ange mais elle était gigantesque dans celle de Mike. De fait, elle était extrêmement lourde et encombrante. Mike n’en croyait pas ses yeux ! 

-       - c’est une véritable épée ! 

-       Aussi réelle que les autres présents, à l’exception que tu devras la porter sur toi en chemin vers les quatre prochaines maisons. 

Mike tenait l’épée dans ses mains et en admirait la beauté. Eh oui ! elle portait son nom, crut-il remarquer. Elle était gravée de dessins aux significations spirituelles. Sa poignée était grande et, pour la tenir, il fallait agripper une pierre d’un bleu cobalt éclatant. D’une beauté incomparable, l’épée arborait deux tranchants bien aiguisés. 

 

-       Essaie de bouger, dit l’ange en reculant. 

Michaël obéit et l’épée, transperça l’air ici et là pratiquement d’elle-même. Son pouvoir imprévisible fit tomber Michaël par terre ! Il se sentit stupide et gauche en se relevant avec l’intention de recommencer. Orange leva la main pour mettre fin à ce manège. 

 

-       Attend un peu, quelque chose pourrait peut-être l’aider. Il retourna à la caisse pour en ressortir autre chose, un autre objet aux reflets argentés. C’était un immense bouclier ! Mike secoua la tête, incrédule. Qu’est-ce que ça signifiait ? C’était plutôt étrange. Des armes en guise de présents spirituels ! Me prépare-t-on à jouer le rôle du roi Arthur dans une vie antérieure. 

 

-       Les apparences sont parfois trompeuses, Michaël Thomas e l’Intention pure. Orange se tenait devant lui, le bouclier à la main et répondant à ses pensées confuses. « Essaie ceci ». 

Orange enseigna à Mike à fixer le bouclier à son bras et lui donna quelques trucs quant à l’équilibre de l’épée et du bouclier de façon qu’il parvienne à bouger l’épée sans tomber à la renverse. Une excellente leçon ! 

 

-       Michaël, le bouclier représente la connaissance de l ‘esprit. Associé à la vérité, l’équilibre est tout-puissant. La noirceur se dissipe par la connaissance. Aucun secret ne survit à la lumière, et la lumière jaillit lorsque la vérité est révélée par l’examen de la connaissance. Il n’existe pas de combinaison plus importante. Toutes doivent être utilisées conjointement. 

-       Quoi d’autre dans cette caisse, demanda Mike en plaisant tout en trébuchant sous le poids de l’épée et du bouclier. 

-       C’est amusant que tu le demandes, dit l’ange en se dirigeant vers la caisse sous le regard incrédule de Mike. L’ange se pencha pour en ressortir un objet encore plus grand que les autres et aux mêmes reflets d’argent. 

-       Reçois l’armure, s’exclama-t-il d’un ton espiègle. Il était sur le point d’éclater de rire devant le regard médusé de Mike. 

-       Je n’y comprends rien, dit Mike en s’assoyant sur le banc. Comment vais-je pouvoir transporter tout ça ? 

-       Il te faudra apprendre. Laisse-moi te montrer. 

Orange prit l’épée et le bouclier. Il aida Mike à revêtir la lourde armure chargée d’ornements. C’était comme une veste qui recouvrait son torse. Elle lui allait comme un gant ! Il ajusta les agrafes, et Orange revêtit Michaël d’un fourreau servant à engainer l’épée de la vérité. Ensuite, il lui enseigna comment attacher le bouclier sur son dos pour voyager. Lorsque tout fut prêt, l’ange recula. 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, tu es maintenant en possession de la triade d’outils qui te permettra de passer à une autre vibration. Tu as l’épée de la vérité, le bouclier de la connaissance et l’armure de l’esprit. L’armure porte le nom de « manteau de Dieu ». Elle symbolise la sagesse nécessaire à l’utilisation juste des deux autres outils. Demain, tu commenceras ta formation à titre de Guerrier de la Lumière. La triade t’accord un grand pouvoir. N’utilise jamais ces outils séparément. 

Orange dégagea Mike de ses armes pour le conduire à sa chambre, là où il pourrait se rafraîchir, manger et se reposer. Mike demeura un long moment allongé sur son lit, réfléchissant aux contradictions flagrantes qu’il percevrait sur cette terre unique. Il s’endormit, la tête pleine d’idées opposées. 

Le lendemain matin, Mike se retrouva de nouveau dans la salle de formation. C’est seulement au cours des jours suivants qu’Orange entreprit de lui apprendre le maniement habile des armes qu’il lui avait remises. Il fallait d’abord lui enseigner l’équilibre. L’ange lui fit monter et descendre les escaliers en courant, vêtu de son armure et encombré de son épée et de son bouclier. Il lui apprit à tomber à se relever rapidement, se servant du bouclier comme contrepoids. Malgré tous ces exercices, Mike remarqua que les outils ne se salissaient et ne s’ébréchaient jamais. Paré de ses armes et de son armure, il courut, marcha, tournoya, mais ne combattit jamais. Il acquérait lentement le sens de l’équilibre. Avec le temps, un phénomène étrange se produisit. Un soir, alors qu’il enlevait son armure, Michaël ne ressentit pas l’impression de s’être libéré d’une lourde charge. Il se senti petit, sans défense et beaucoup trop léger ! 

 

Plusieurs jours s’écoulèrent avant qu’Orange n’entreprenne la formation au combat avec l’épée de la vérité. Mike s’attendait à ce que l’entité se transforme en véritable samouraï dans le but de lui enseigner à combattre. Mais la formation fut tout à fait différente. 

-       Tu as maintenant prêt à apprendre à utiliser ton épée. Michaël Thomas. Sors-là de son étui. 

D’un mouvement qui aurait animé la fierté de tout chevalier, Mike dégaina facilement sa longue épée gigantesque devant le regard approbateur de l’ange. 

-       Maintenant, lève-la vers Dieu. Michaël obéit. « Avant d’exprimer ta vérité, Michaël Thomas, ressens ton épée ». 

 

Mike n’avait pas la moindre idée du sens des paroles de l’ange. Ressentir l’épée ? Il la tenait entre ses mains ; comment pouvait-il ne pas la ressentir ? 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, tiens ton épée bien haut et exprime ta vérité. Est-ce que tu aimes Dieu ? 

Michaël commençait à saisir le sens de ces mots. La même question, encore une fois. Seulement, cette fois, il tenait une lourde arme spirituelle pointée vers les cieux, et on attendait presque un discours de sa part. Michaël répéta sa réponse habituelle. 

 

-       Oui Orange, comme tu peux le lire dans mon cœur – Mike ne pouvait croire ce qui se produisait. L’épée commençait à vibrer. 

Elle chantait presque en même temps qu’elle répandait une chaleur intense le long de son bras et dans sa poitrine. Le bouclier murmurait doucement en guise de réponse, Mike en était sûr. Et la chaleur de l’armure augmentait ! Les outils qu’il avait appris à transporter avec aise s’animaient soudain par son intention. Il se sentait envahi d’un sentiment de puissance dégagé par les éléments qu’il portait et maniait. Il se rappela qu’il devait parler : « J’aime Dieu, très certainement ». 

 

Mike tenait l’épée au bout de son bras et sentait sa vibration accompagner la sincérité de son intention. Il s’anima de puissance. Il se sentait illuminé et capable de rester immobile une autre heure encore, tenant la lourde épée frémissante à bout de bras, énonçant son intention de rentrer chez lui. Il sentait les trois éléments vibrer sur un fa faisant écho à son cœur. Des larmes coulèrent sur son visage lorsqu’il comprit le sens de la cérémonie qui se déroulait. Les éléments acceptaient sa biologie. Ils s’intégraient à son esprit, et son intention sincère catalysait la cérémonie ! Voilà qui expliquait la présence de l’épée, du bouclier et de l’amure. Ils étaient des symboles. Quoi d’autres ? Cette explication satisfaisait Michaël Thomas, et il se sentait transplanté à un autre niveau d’engagement et de conscience. 

 

Orange et Michaël Thomas se communiquèrent des sentiments d’amour ce jour-là. Mike savait que le moment du départ approchait. Orange ne lui avait jamais appris à combattre et Mike sut que c’était parce que les armes servaient seulement de symboles. Mike interrogea Orange sur le retour et sur le chemin à suivre. Il ne cessait de manifester son étonnement devant la présence d’armes terrestres sur cette terre sacrée et spirituelle. Orange évitait adroitement toutes les questions, sauf celles dont Mike pouvait obtenir la réponse, et encore là, il demeurait vague. 

 

-       Orange, tu aurais fait un politicien habile sur la terre, plaisanta Mike. 

-       Qu’ai-je fait pour mériter une telle insulte, plaisanta Orange à son tour. 

-       Je me sens vraiment lié à toit. Mike était ému. Il ne voulait pas quitter ce grand maître angélique. 

-       N’en dis pas plus, Michaël Thomas de l’Intention pure. Je vais te communiquer un secret du royaume des anges. Il se pencha pour mieux le regarder dans les yeux et poursuivit : « Toi et moi appartenons à la même famille. Nous ne disons pas au revoir parce que nous ne nous quittons jamais. Je suis toujours avec toi et à ta disposition. Tu verras. Maintenant, il est temps de te retirer ». 

 

Mika était étonné de la nature directe de ce message d’orange. La même famille ? Comment est-ce possible ? Puis Mike se sentit ridicule, se rappelant qu’à son arrivée, Orange avait sans doute entendu sa plainte à l’effet que les anges ne saluaient jamais. Quelle réponse ! Toute une révélation en effet ! Ils ne me quittent jamais ? 

Pour la première fois depuis son arrivée dans la maison orange, Mike se rappela son hésitation lorsqu’il s’étai trouvé à l’embranchement de la route et le fait que Bleu lui avait en quelque sorte suggéré d’utiliser sa carte. Il avait véritablement entendu la voix de l’ange dans sa tête. 

 

-       Tu connais Bleu ? se risqua-t-il à demander à Orange. 

-       Aussi bien que moi-même, répondit celui-ci. 

Sans répondre, Mike se retira dans la pièce qu’il avait appris à apprécier, là où il mangeait et dormait. Bien qu’il n’ait pas été question de son départ, il  entreprit d’emballer ses effets dans ses sacs qu’il avait presque oubliés, se préparant à quitter au matin. Il jeta d’un coup d’œil sur ses photos et ses livres, soupirant devant ces précieuses possessions et au souvenir de ses expériences terrestres. Jusqu’à un certain point, les photos et les livres semblaient de trop. 

 

C’est un Michaël Thomas songeur qui se présenta à la porte, près au départ, après le petit déjeuner du lendemain. Orant l’avait silencieusement accompagné dans cette direction. Cette fois, Michaël était plus lourdement charge ; le sac contenant la carte, les nouveaux outils résonnant au rythme de ses mouvements et les deux sacs de livres et de photos. 

-       Michaël, est-u certain de vouloir prendre tous ces bagages avec toi. Il serait mieux que tu ne les aies pas, lui dit Orange. 

-       Ils représentent toutes mes possessions terrestres, répondit Mike. J’en ai besoin. 

-       Pourquoi ? 

Mika réfléchit à la question, mais sans pouvoir se résoudre à abandonner ces objets. 

 

-       En souvenir et en l’honneur de ma vie antérieure, dit-il. 

-       Our te relier aux anciennes façons de faire, Michaël ? 

Mike était irrité par toutes ces questions. L’ange poursuivit. 

 

-       Pourquoi ne me laisses-tu pas tes sacs ? Je t’aime et je vais te les conserver précieusement au cas où tu reviendrais par ici. 

-       Non ! Mike ne voulait plus en entendre parler; c’était à lui, et il les garderait le plus longtemps possible ; il avait besoin d’objets de son ancienne vie pour lui rappeler comment il était alors; 

L’ange acquiesça. Mike arrivait toujours à ses fins. Il savait que tous les anges avaient respecté ses choix et n’avaient jamais contesté ses décisions. 

 

Ce matin-là, Michaël Thomas ne dit pas au revoir à Orange. Debout sur le palier devant l’ange avec qui il venait de passer plusieurs semaines, il se rappela l’explication d’Orange à propos des adieux. 

 

-       A bientôt, dit-il donc, n’y croyant pas vraiment. 

Orange rentra en refermant la porte derrière lui. Je me demande comment ils font ça. Les seuls « adieux » consistent à fermer les portes ! se dit Mike. 

 

Mike s’aventura sur le sentier, dans une nouvelle direction. Il parvenait difficilement à garder son équilibre, surchargé par tout ce qu’il portait. L’ajout de l’épée, du bouclier et d e l’armure aux livres et aux photos qu’il transportait déjà l’alourdissait à un point presque insupportable. Il regrettait d’avoir à trimbaler ces lourds symboles du Nouvel Age. Quel marché stupide : se dit-il, agacé. Je dois avoir l’air ridicule. Ces armes sont-elles vraiment nécessaire ? je ne les utiliserai jamais en combat. Je ne saurais même pas m’y prendre. Orange ne me l’a jamais appris. Ils ne servent que d’apparat et d’objets de cérémonie. Cela n’aurait-il pas suffi d’en connaître l’existence ? 

 

Tout préoccupé qu’il était à maintenir son équilibre entre ses bagages nouveaux et anciens, il avait oublié les difficultés éprouvées sur le sentier menant à la maison orange. Il ne se rappelait plus que quelque chose l’attendait. Pendant qu’il cheminait bruyamment, traînant ses sacs et équilibrant ses armes, une forme sinistre d’un vert foncé l’épiait entre les arbres. La chose examinait Mike avec un nouvel intérêt. Ce n’était plus l’ancien Mike. Il était devenu un être plein de pouvoirs et armé ! Ce ne serait pas facile. Il faudrait songer à une nouvelle stratégie, à une tactique qui confondrait Michaël Thomas à une puissance et à une rigueur encore plus forte. Le temps ferait la différence, mais d’ici là, la masse sombre le suivrait à distance, attendant l’occasion de frapper. Elle entreprit sa filature, de façon à ne pas être vue, suivant Michaël Thomas dans son périple. Elle avait confiance que cet être humain ne se rendrait jamais chez lui

 

 

Kreyon, canalisé par Lee Carroll 

Confusion des choix

 smiley ange

Certains d’entre vous affrontent d’importantes décisions de vie et se trouvent dépassés par les choix, puis par les doutes. Comment vor clairement ? Comment choisir intelligemment ? Oh, chers petits cœurs, quel effrayant méli-mélo de pensées ! Votre esprit peut dire : « Je dois aller ici ou faire cela », mais votre cœur ou votre ventre se serre alors et dit : «  Non ça ne me semble pas bon, ça ne vas pas bien fonctionner ». Vos pieds sont enfoncés dans l’indécision, et vous êtes paralysés par vos doutes ? Nous disons : « Vous n’êtes pas en train de lire cette information correctement chers amis, et c’est la raison de votre confusion. » 

 

Ce que vous avez étiqueté comme des « doutes » représente en fait votre intuition –l’aura qui communique avec votre couche émotionnelle en disant : « Beurk, c’est une énergie inférieure à celle dans laquelle je veux m’immerger ». C’est votre couche spirituelle qui dit : « Attention ! Tu as affaire à une autre leçon ! Tu n’as pas besoin de celle-ci, car ce serait reculer sur la voie, et non avancer ! » Vos sens supérieurs ne parlent pas votre langue, chers amis, seul votre corps mental le fait ! Le reste de vos couches communique avec vous par vagues de bien-être et de mal-être, un radar aurique qui vous guide vers plus de lieux, d’activités et d’amis qui sont inspirant, épanouissants. 

 

Alors, lorsque vous doutez de vos choix ou de votre capacité de choisir avec sagesse, vous ne mettez pas de l’avant ce qui vous donnerait un meilleur sentiment et une impression de justesse. Vous ne douter pas de vos doutes, chers amis, vous ne reconnaissez pas ni n’acceptez votre propre intuition ! En fait, vous doutez de votre propre connaissance supérieure, ce qui vous laisse patauger dans des choix inférieurs uniquement. Mais vous êtes chacun votre meilleur guide et juge. Si le fait de vous éloigner d’une situation rend votre cœur plus léger et vous emplit de soulagement, continuez de marcher jusqu’à ce que vous trouviez quelque chose qui résonne en douceur et vous attire ! Vous saurez quand vous l’aurez trouvé, car cela vous semblera bon. Suivez votre intuition, elle ne vous laissera jamais tomber ! Ne doutez pas de votre Moi supérieur. 

 

Une autre raison explique pourquoi les gens deviennent confus : c’est qu’ils ne voient qu’un oui ou un non en guide de réponse. S’il vous plaît, rappelez-vous aussi le « moment divin », qui arrive quand c’est le « bon » moment. Il y a donc toujours un troisième choix ; celui de ne pas prendre de décision encore ! Ou… d’autres questions ont peut-être besoin de réponses d’abord pour que vous puissiez ensuite prendre une décision finale. Patience, chers amis, patience. Lorsque vous vous sentirez confus et dépassés, étendez-vous un peu, reposez-vous, faites appel à nous et refaites vos forces pendant que nous nous occupons affectueusement de vous. Par la suite, vous serez beaucoup plus en paix et productifs, vous aurez les idées claires. 

 

 

Tout en douceur, nous vous rappelons que nous sommes toujours avec vous, autour de vous, et que nous attendons que vous avanciez positivement afin que nous puissions soutenir et guider votre progrès tout au long de votre existence. Si vous ne faites pas ce premier pas et le suivant, et un autre encore, nous ne pourrons rien pour vous, sauf attendre patiemment et retenir vos potentiels pour vous. Ne vous attendez pas à voir tomber la manne sur vos têtes. Pas avant de pouvoir la créer vous-mêmes et la guider ! Travaillez à ce que vous aimez, gardez vos pensées et sentiments harmonisés sur le plan vibratoire le plus élevé, et vous réussirez ce que vous faites ! nous vous offrons humblement la perspective suivante : Peu importe où vous êtes et ce que vous choisissez de faire, la véritable quête de votre âme consiste tout simplement à devenir un meilleur humain, un être pleinement aligné sur les Lois universelles et la volonté de Dieu, qui consistent à donner et à recevoir uniquement de l’amour. C’est ça l’unité

 

Kreyon, canalisé par Lee Carroll. 

Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas

 

Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas dans AU-DELA DU VOILE... zz8f41zoNous aimerions terminer cette partie concernant le corps en disant que les humains sont le « pont » entre l’Esprit et la matière, entre les énergies terrestres et divines, et qu’ils doivent intégrer les deux en équilibre. Oui, maintenant que vos sens s’ouvrent, vous êtes en train de devenir plus « sensibilisés » à tous les fonctionnements de votre corps ! 

 

Chaque personne qui est sur une voie d’ascension trouvera le même obstacle à franchir – partir d’une existence physique « sous la ceinture » (à partir des trois chakras inférieurs) et aller jusqu’à vivre à partir du cœur en tant que creuset d’intégration des sept chakras et des autres. Nous avons dit que la joie est l’émotion humaine la plus élevée vers la vibration de Dieu. Ici, nous ajoutons que l’orgasme est le niveau le plus élevé d’Energie divine que le corps humain peut contenir sans subir de tort. Cela vous donnera une nouvelle perspective sur la véritable intensité de la vibration de Dieu ! Lorsque nous disons que plus votre corps est dégagé, plus élevée sera la vibration que vous pourrez maintenir, comprenez-vous ? 

 

Encore une fois, tout cela est affaire de perspective – la vôtre. Laquelle choisissez-vous ? Le corps ne disparaîtra pas, chers amis, c’est votre véhicule pour cette existence-ci. Maintenant que vous êtes en train de vous étendre jusqu’à votre taille véritable dans votre conscience, vous en viendrez à voir que la meilleure façon – en fait la seule – de véritablement fonctionner, c’est lorsque toutes vos couches font tout en équilibre, tout le temps. Alors, vous serez pleinement dans le présent ! En vérité, vous saurez lorsque vous serez pleinement équilibrés ; vous n’aurez pas à nous le demander ! Lorsque vous vous serez engagés dans cet « état d’esprit supérieur », vous en serez conscients, nous vous le garantissons ! Comprenez que lorsque vous faites le travail du Cercle de Grâce, vous dégagez d’abord la pression actuelle, puis la pression chronique, puis sous celle-ci, les lésions éthériques des schémas de vie passés. Ce processus n’est pas un simple outil qui servirait à traiter un mal de tête ; c’est un engagement à libérer des vies de poches de pression à faible densité qui vous empêchent de devenir chacun l’ « être plus léger » qui est le but de votre âme. 

 

L’intensité de la vie, du drame et du temps, tout cela augmente. La confusion que vous ressentez est transitoire, comme le bruit blanc entre les stations radiophoniques. On peut l’assourdir en focalisant ailleurs. De temps à autre, faites quelque chose que vous aimez. Sortez au soleil, faites quelques courses, trouvez un meilleur équilibre entre le travail et le jeu, entre le souci et le plaisir. 

 

Rappelez-vous ! Vous créez ce sur quoi vous vous concentrez. 

Cessez de tant vous inquiéter et accordez-vous plus de plaisir ! 

Sachez que vous allez tous très bien ! Soyez patients, ce n’est qu’une autre étape. Chaque fois, vous atteignez un nouveau plan et vous vous cognez la tête sur le plan d ‘en haut, et il y en a tellement d’autres au-dessus ! Si vous étiez catapultés à cet instant même vers la Source, vous ne pourriez survivre au voyage dans l’état actuel de votre corps physique. 

 

Nous vous invitons à suivre les étapes une à une, afin de ne subir aucun tort. Le plan divin évolue en fonction du progrès effectué par chacune d’entre vous, en tant qu’être divin découvrant qui il est. Vous êtes tous éternels et chacun d’entre vous est aimé par l’Esprit. Comme vous êtes Dieu au même titre que nous, nous sommes tous Un 

 

Kreyon, canalisé par Lee Carroll

 

La Mère

 
La Mère dans DOUZE COUCHES DE L'ADN coccinelleToute chose doit être en équilibre, tous ceux qui bâtissent des Églises le savent bien. Certains inventent même des choses pour y arriver. Il faut un équilibre… Pas nécessairement entre le masculine et le féminin. Je vais vous le dire. Il faut que ce soit la Mère. Il faut qu’il y ait de la Mère. Ce qui nourrit. Pensez un instant à la mère. L’amour d’une mère…. Vous ici, qui avez un petit enfant, oh mes très chers, est-ce que vous n’aimez pas ce petit bout de chou ? Est-ce que vous ne feriez pas tout pour lui ? Il vous regarde dans les yeux à partir de votre propre biologie. Forte et féminine, voilà la Mère. Il faut qu’elle soit là, et il y a longtemps qu’elle n’était plus là, n’est-ce pas ? C’est la Mère.
 
 

Même l’Église s’en rend compte. Regardez l’une des plus grandes Églises de la Terre. C’est ce que nous allons faire tout de suite parce que ça concerne quelque chose que vous n’avez jamais entendu jusqu’à aujourd’hui. Les prêtres catholiques ont décidé que ce qu’il fallait, c’était le célibat. Il n’y a rien de mal là-dedans car cela a été fait dans l’esprit d’honorer la relation à Dieu en évitant les distractions. Vous allez peut-être dire : « Mais où est l’équilibre ? » et moi je vais vous dire qu’il est dans la religion, c’est Marie. Ils lui vouent un culte. Il ne s’agit pas seulement du vicaire du Christ, du pape, du Christ, mais de Marie. Dieu-Mère. 

Le pape Jean-Paul II aimait Marie à tel point qu’un de ses vœux les plus chers – je vais vous le dire, je vais vous le révéler – ne pouvait pas être réalisé à cette époque. Il le savait et il en était peiné. Il aurait voulu voir des femmes prêtres. Mais ceux qui étaient autour de lui, dont le pape actuel, disaient : « Vous ne pouvez pas faire ça, parce que ça rompt avec toute l’histoire de ce que nous avons fait ». Le pape Jean-Paul II était un peu plus que ce que vous imaginiez. Il était un Lémurien. Vous savez ce qu’il voulait ? La paix sur Terre. La paix sur Terre. Voilà la couche numéro 11

Kreyon, canalisé par Lee Carroll 

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...