CHANGER, SON IMPORTANCE POUR L’ÂME

 

expérienceJe souhaite vous parler d’un problème à propos du changement et de tous ceux qui font l’expérience actuellement. Changer n’est pas une maladie, pas plus qu’un virus. Changer est nécessaire si l’on veut continuer à croître et à se développer dans la vie, si l’on veut avoir un impact sur la vie. Il est important pour l’âme que nous changions, et plus nous changeons au cours d’une vie, plus grandes sont nos chances de réussir, dans cette vie ci, non pas une vie ultérieure mais une progression qui nous ramène, en montant l’échelle, à Point Zéro. Nous accroissons nos chances de faire cela. Maintenant, beaucoup d’entre vous forcent les changements dans leur vie dans des domaines où vous n’avez pas la maturité suffisante pour changer. Quand je parle de maturité, j’entends par là que vous avez créé dans votre vie des circonstances – des circonstances créées intentionnellement dont vous êtes actuellement en train d’expérimenter les créations.

Une expérience créée intentionnellement ne possède pas de ligne de temps. Par exemple, il se peut que vous viviez une relation qui n’ait pas atteint un niveau de maturité suffisante, un niveau où celle-ci ne vous offre plus les défis vous permettant de grandir; il peut simplement s’agir de la difficulté d’interagir dans l’amour. Si cela a disparu, cette relation a atteint la maturité et il est temps de changer cette relation. Il faudra à certains d’entre vous des années avant d’atteindre ce niveau de maturité.

Lorsque je vous dis de changer, cela ne signifie pas que vous deviez vous débarrasser de ce qui est dans votre vie et qui n’est pas encore maîtrisé, finalisé. Il est facile, simple, de savoir quand quelque chose est maîtrisé. Cela devient fastidieux, prévisible, ennuyeux. Et les avantages peuvent être aussi minimes que le fait d’avoir un toit sur votre tête et à manger dans votre assiette ; là réside le compromis. Il n’est pas difficile de savoir et il est aisé de détecter quand le moment est venu de changer. L’ennui est le signe qu’il est temps de changer.

Beaucoup d’entre vous n’ont pas terminé leurs expériences et ne devraient pas se soucier de les changer alors qu’elles ne sont pas mûres. Elles sont mûres lorsque vous avez récolté tout ce que vous étiez censés récolter de ce que vous avez créé intentionnellement. Combien d’entre vous comprennent? Vous ne voulez pas – et de fait, ce serait tout simplement impossible – vous dégager de l’amour et le rejeter en faveur de quelque chose de plus grand, de meilleur, parce que quand l’amour est présent, l’ennui n’existe pas. L’amour se développe toujours et nourrit.

Maintenant, il est important que vous compreniez qu’il n’est pas requis pour être un maître d’évacuer de votre vie tout ce qu’elle comporte parce que c’est ainsi que vous comprenez le détachement. Ne vous détachez que de votre souffrance, de votre manque et de votre état de victime. Et prenez plaisir, par Dieu, aux fruits, dans votre vie, de l’objet de votre concentration; vous êtes censés vivre cette expérience jusqu’à ce qu’elle atteigne sa maturité. Cette maturité atteinte, elle vous quittera d’elle-même; vous n’aurez rien à faire. Elle vous quittera car il n’y aura plus ni le magnétisme ni la dynamique lui permettant de se poursuivre. Combien d’entre vous comprennent?

Ne vous empressez donc pas de détruire ou d’essayer de détruire ce qui est réel dans votre vie parce que vous n’avez pas compris l’enseignement. Il y a un moment où l’on doit vivre la joie de ce que l’on a fait, et ceci est la beauté du maître dans la vie. Le maître dans la vie est celui qui peut descendre de la montagne et apprécier le festin sur la table, jadis vide, que lui-même ou elle- même, le maître, a intentionnellement créée ; il s’assied et prend part au festin. Il y a un moment où l’on doit cesser de visualiser et commencer à manger et à boire. Comprenez-vous?

Eh bien, certains jours, vous n’allez pas avoir envie de faire votre exercice de concentration. Et pourquoi vous arriverait-il de ne pas vouloir faire votre exercice de concentration ? Peut-être parce que la meilleure chose que vous puissiez faire à votre réveil est de remercier Dieu que vos yeux se soient ouverts pour contempler la splendeur de l’aube, et parce que l’objet de votre concentration est éclos dans votre vie ; « Dieu, donne-moi la largeur d’esprit et la passion d’en apprécier toute la beauté. » La discipline devient alors la vie, cette journée bien vécue. Et d’autres jours, il est temps de retourner sur la montagne, de se remettre au travail, de commencer à changer la vue dans la vallée. Le temps viendra de descendre et d’apprécier sa beauté. Comprenez-vous?

Oui, il est important de changer. Vous ne devriez pas être la même personne, assise ici ce soir, que celle que vous étiez la première fois que vous êtes venu me voir. Si vous êtes la même personne, il y a un problème. Votre vie devrait ressembler à un étoile dansant dans le firmament dirigeant son éclat dans une direction sublime, et dont le souci est l’ampleur et la coloration de cet éclat. Vous savez, vous devriez changer et améliorer l’état de votre esprit, améliorer et aiguiser votre faculté de trouver ce centre sans vous arrêter pour considérer aucune circonstance passée qui vous priverait de la richesse qu’il y a à ne pas avoir de problème. Vous devriez oeuvrer à polir, à polir chaque jour et à assumer la responsabilité de vos actions, et ne mettez rien sur le dos de quelqu’un d’autre. Et lorsque vous ne trouvez plus l’attachement qui sous-tend l’action, elle disparaîtra de votre vie, emportant avec elle l’effet qu’elle avait dans votre vie. Comprenez-vous?

Il existe réellement un soi extraordinaire à l’intérieur de vous. Dans le cours normal de l’évolution, le cultiver prendrait bien plus de vies, simplement du fait qu’il est bloqué sur un petit problème de souffrance. Eh bien, nous savons combien il est aisé de faire tomber d’un coup de pieds les supports de cette souffrance et de se défaire de ses associations et de son passé. Lorsque nous réalisons que c’est aussi simple que cela, il a disparu de notre vie. Lorsque nous avons le courage de faire cela, nous méritons d’être cet être rayonnant qui n’est plus affecté par les choses du passé, les gens du passé, et ne souffre plus selon ces critères. Nous méritons d’être des êtres rayonnants et en vérité nous méritons le pouvoir qui réside dans ce soi radieux. Seules de telles personnes méritent réellement l’honneur de vivre deux cent ans ou plus; ils ne sont pas prêts à mourir de si tôt parce qu’ils n’ont pas souffert au point de détruire leur force vitale. Combien d’entre vous comprennent ? Polissez et cessez de gémir. Regardez pourquoi vous faites cela, le cœur du problème, et purifiez-vous. Cela demande très peu d’efforts. Vous comprendrez alors la science magique de la maîtrise et son effet du nom de longévité.

Et pour terminer, il est vrai que vous saviez que j’existais avant de naître dans cette vie ; moi, cela est certain, je vous connaissais, et vous avez trouvé votre chemin jusqu’ici, chose déterminée avant votre naissance. C’est ainsi que vint à exister cette école, pour ceux dont le choix de l’âme était de découvrir la connaissance qui était à la racine de la cause de leur comportement problématique qui les avait enchaînés irrémédiablemant à renaître vie après vie après vie. Cette connaissance a été donnée dans cette école. Nous avons donc, vous et moi, satisfait une destinée au niveau de l’âme en procurant l’information et en vous inspirant à agir. J’insiste beaucoup là-dessus, mais, si vous n’avez pas la volonté de le faire, cela ne marchera jamais pour vous. Tous ceux d’entre vous qui n’appliqueront pas la connaissance, je vous promets qu’après cette vie, vous allez vous retrouver là-haut dans une autre revue de vie, vous allez regarder vos singeries, vous qui avez choisi de demeurer aigri, attitude véritablement méprisable et déshonorable. Vous préférez vous y accrocher, ne pas la laisser aller, ce qui vous libérerait pour toutes vos vies à venir. Vous allez regarder cela et vous allez être tristes au-delà de tout entendement devant votre arrogance et votre indignité à y être restés accrochés. Cette petite attitude une fois règlée, il y a beaucoup de choses que je peux vous montrer, et, en vérité, beaucoup de choses à faire. Mais ce n’est pas avant que vous veniez dans le centre où j’habite que je peux vous montrer le paysage de manière adéquate. Qu’il en soit ainsi. Je ne suis pas venu ici ce soir simplement pour le plaisir d’être là et de vous donner un brillant enseignement, quoique bien évidemment je l’aie fait. Mais, en tant que le Seigneur du Vent, je fais la loi quand je parle si bien que toutes mes paroles et toutes mes réponses sont emplies du pouvoir de totale manifestation, et j’ai fait cela ce soir. Pour vous, cela signifie que mon enseignement va se manifester dans votre vie, que les opportunités vont vous être présentées dans une abondance glorieuse, parce que je veux que vous ayez la possibilité de voir ce que j’ai essayé de vous montrer ce soir et parce que je veux aussi donner à votre âme une chance d’avoir une rémission. Avec les mots vient le pouvoir. Qu’il en soit ainsi. Je vous aime. C’est tout. Qu’il en soit ainsi.

par RAMTHA Extraits de son livre Le mystère de la naissance et de la mort: le soi redéfini retranscrit par Francescap. 52 aux éditions Adda.

LA VERITABLE DEESSE DE LA GENESE

 

big.3348445Il y a un pouvoir que possède cette femme que vous ne possédez pas : une conscience et un pouvoir absolus ; Il se trouve que ce pouvoir s’exprime dans le corps d’une femme mais sont but est de glorifier la femme, de glorifier les trésors dans votre vie, de glorifier la droiture et la vérité dans votre vie. Il n’est pas un homme qui n’ait besoin d’être glorifié par une femme. Sinon, il ne siègera jamais comme un roi. Il ne siégera jamais comme un homme de la noblesse parce qu’il y a un trait génétique qui qualifie le sang royal ; le sang royal n’est pas transmis par le sperme de l’homme, il est transmis par l’œuf de la femme. Génétiquement, les maisons royales sont transmises par le sexe féminin. 

Eh bien, écoutez, je suppose qu’il faudrait que vous soyez des généticiens pour comprendre que c’est la lignée féminine directe qui pourrait être retracée jusqu’à Eve. C’est la femme qui donne la continuité, non pas l’homme. L’homme possède de la continuité mais ce n’est pas grâce à sa partie masculine, c’est grâce à sa partie féminine que cette continuité existe. Cette femme qui est assise devant vous ici, et vous tous, hommes et femmes assis ici, vous pouvez remonter jusqu’aux Dieux qui vous ont créés à travers votre génétique féminine et le Dieu suprême qui vous a créés fut une femme. Ce fut une femme.

Les hommes, que sont-ils donc ? Chauds, lourds, ayant besoin de s’exprimer tous les jours mais étant les premiers à appeler leur mère quand ils sont proches de la mort .

C’est parce que je ne veux pas que vous me dépréciiez à cause de mon apparence ; Et j’ai aussi un corps, et ce corps a une apparence fort différente de celui-ci. Quel est donc le message au vingt et unième siècle ? C’est que les femmes sont Dieu et qu’elles sont plus proches de Dieu dans leur compassion, leur amour, leur faculté de pardonner, de comprendre et de nourrir que l’homme, qui n’a pas de passion envers sa propre semence. Quelle est donc notre contribution au vint et unième siècle par notre nouveau rassemblement et notre nouvel enseignement ? Un nombre considérable de femmes à qui sont enfin accordées leur divinité et leur importance, qualités qu’elles ont toujours dissimulées car elles n’étaient pas acceptables socialement.

Maintenant, je suis sûre que vous êtes tous familiers avec le Livre de la Genèse, ce document frauduleux du Fichier National. Les Juifs n’ont fait que copier un texte ancien remontant aux Sumériens et à leur histoire, leur histoire de Terra. Terra était le nom que les Dieux donnèrent à la Terre.

Savez-vous quand ils sont venus ici, Enki et Enlil ? Ils sont venus ici il y a 455 000 ans, mais ils ont vraiment tout commencé il y a environ 25 000 ans ; Maintenant, savez-vous ce qu’ils firent entre ces deux époques ? Se disputer, se disputer. Et savez-vous qui mit fin à la dispute ? « Leur grande sœur mit fin à la dispute. C’est elle qui mit fin à la dispute parce qu’elle était la brillante généticienne dans la famille d’Anu. Ce fut leur sœur qui règle le problème ; elle descendit ici et commença à séparer les gènes. Ce que vous êtes sur le point de découvrir au sujet du génome humain, elle le savait déjà il y a 455 000 ans. Elle descendit ici et opéra le croisement entre le sperme d’Enki, d’Enlil et d’Anu et ses enfants de la terre. C’est elle qui fut la mère qui créa ce que vous êtes, l’hybride de l’homme de Cro-Magnon. Qui donc fut le Dieu de la Genèse ? Eh bien, ce ne fut évidemment ni Jéhovah, ni Enlil, ni Enki, ni Anu. Ce fut leur sœur qui fut le Dieu de la Genèse ».

Le Dieu de la Genèse était une Déesse. Son nom était Nisgal ou Ninharsag. Son nom était aussi abrégé et on l’appelait Mammies, d’où Maman. Vous ne me croyez pas ? C’est le vérité. Dans les textes Sumériens – on trouve ces textes dans tous les grands musées du monde – il est dit qui était le Dieu de la Genèse, la sœur des deux frères rivaux. Qui est venu faire le travail ? Leur sœur. C’est pourquoi on l’appelle Mammie.

Et ainsi, quand notre corps nous quitte, quand le souffle de notre vie nous quitte et que notre sang s’est écoulé sur le sol, nous appelons Maman. Nous appelons la Mère des premiers âges, la Déesse qui nous a faits. Et c’est elle qui dit : « Que mes enfants soient qui ils sont ». Et ce furent ses frères qui s’évertuèrent à les diviser, à en abuser et à se complaire en abusant d’eux. Les hommes sont des seigneurs de la guerre. Les mères sont compassion et amour. Et à qui revient le mérite de la survie de l’humanité sur la terre ? A Mammie.

La vérité est toujours stupéfiante. Elle va au-delà de ce que nous savions mais, dans la mort, nous saurons toujours la vérité et qui nous appelons alors est Maman. Voici ce qu’il en est de la grande Déesse qui croisa le singe avec les Dieux et créa l’homme de Cro-Magnon ; c’est à elle que remonte notre génétique la plus remarquable. Il est possible de remonter génétiquement jusqu’à son laboratoire. Ils l’ont déjà fait et prouvé. Pourquoi donc la femme devrait-elle être opprimée ? Parce que les hommes veulent la guerre. Et que veulent les femmes ? L’amour, la compassion et la paix. Dieu n’a jamais été plus virulent lorsqu’il est une femme. Les femmes font les scientifiques les plus brillants. C’est leur nature de comprendre la création. Combien d’entre vous comprennent ? Qu’il en soit ainsi.

Vous ne vous intéressez pas à l’histoire ; ce qui vous intéresse, c’est votre sexualité, vos problèmes, si bien que vous avez un système de croyances fondé sur votre corps émotionnel. Cela est totalement faux et, si vous aviez fait usage de votre cerveau au lieu de votre pénis, vous comprendriez que votre histoire génétique remonte à cette époque en Afrique, la demeure du souffle de vie. Et quel scientifique était à sa tête ? Mammie. C’est à l’Afrique cela remonte, l’Afrique, le berceau de la civilisation. Où ses enfants furent-ils emmenés ? Dans le pays situé entre les deux fleuves, le Tigre et l’Euphrate. Ils furent dispersés sur toute la surface de la terre. Ils deviendraient les esclaves des Dieux . Mammie aimait-elle ses enfants ? Absolument.

Voici de quoi faire votre éducation et du travail à faire à la maison. Vous avez à votre disposition toutes les bibliothèques du monde. La religion la plus ancienne du monde représente la Déesse et ils aiment la Déesse. C’est la religion la plus ancienne du monde, Mammie, la mère suprême.  Mettez-vous en route, la connaissance se trouve dans vos bibliothèques et dans vos musées. Allez-y.

Combien d’entre vous ont compris ? Vous êtes donc en vie à cause de Mammie. Et de la même manière que la plupart des hommes ont la propension de ne porter aucun intérêt à leur progéniture et de la considérer comme un fardeau, le créateur et le progéniteur de votre vie fut une femme, une Déesse qui fut une scientifique brillante, Mammie. Et elle vit. Elle est bien vivante en chacun de vous parce que vous avez tous ses gènes à l’intérieur de vous. C’est vrai. Quel est donc le plus grand ? Si vous avez deux parents comme progéniteurs d’une force entière de l’humanité, qui devrait être le plus grand parent ? C’est une femme qui devrait être le plus grand parent parce qu’elle prendra toujours soin de ses enfants. Compris ? Même votre mère prendrait bon soin de vous. Combien d’entre vous comprennent cela ? Pourquoi donc suis-je dans un corps de femme ? Maman, ma Maman, ma Maman.

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux il y a 455 000 ans» aux Editions AdA.

 

C’EST LE PRESENT SEUL QUI COMPTE

 

images (6)Souvenez-vous , une belle vie pleine d’amour est le don de la sagesse. Et avec chaque incarnation, vous tournez les pages, évoluez, devenez plus remarquables. Vous n’avez pas besoin de faire ce que vous avez fait dans votre dernière incarnation. Et qi vous étiez dans cette dernière incarnation n’était que l’image. C’était le Dieu continu que vous avez toujours été, cette entité sans image, cette force, cette intelligence, cette puissante énergie que vous êtes qui fait que je ne vous vois pas comme ayant des cheveux, un nez et des yeux, comme la couleur de votre peau et de vos vêtements, mais comme une lumière, une brillante lumière consommant l’obscurité, l’inconnu, le subconscient. Tout ce qui siège ici, ce sont des images créées par la lumière dans le dessein d’interagir dans le drame des affaires inachevées de Dieu durant cette incarnation e t d’inscrire dans ce livre ce dont vous n’avez pas fait l’expérience et que vous possédez en tant que perle de sagesse dans ce Livre de Vie. Consommer l’obscurité de l’ignorance et évoluer, c’est cela. 

Lors de chacune de vos incarnations, vous ne sauriez même pas qui vous étiez deux incarnations auparavant. Vous ne reconnaîtriez pas l’image que vous aviez créée pour vous-mêmes parce que vous avez parcouru un long chemin depuis cette personne. C’est comme le fait que vous ressemblez bien peu à qui vous étiez il y a cinq ans. Vous avez bien peu en commun avec cette personne – est-ce exact ? – du fait de l’expansion de ce que vous êtes devenus. Vous avez grandi, vous êtes devenus davantage.

Il en est de même en ce qui concerne les incarnations. Bien qu’il existe toute une religion fondée sur la réincarnation, c’est le passé. Une personne éclairée a fermé les livres du passé et il s’agit de maintenant. C’est le présent seul qui compte. Une âme éclairée sait cela. Une âme ignorante ne le sait pas. Une âme ignorante adore ce qu’elle pense avoir peut-être été et n’est pas dans cette incarnation-ci.

Chaque vie est comme chaque jour ; nouvelle journée, nouvelle incarnation, nouvelle image. Et l’image procure la friction permettant de grandir, de croître, de révéler ce Dieu sans image qui se dissimule derrière le personnage que vous avez créé car c’est lui qui est immortel. Votre apparence, votre ego altéré, votre étroitesse d’esprit, votre petitesse, vos jugements – tout ce qui a constitué ce que vous êtes dans cette incarnation – s’évanouiront. Et seuls demeureront les hoyaux de cette vie, la sagesse que vous avez glanée, car ce qui survivra à la chair et au sang est le Dieu invisible qui l’a voulu ainsi pour la gloire de la lumière que vous êtes tous. C’est lui l’être éternel. Et c’est ce à qui je m’adresse lors de chaque session d’enseignement ; je ne m’adresse pas à l’image mais à la lumière qui est en vous.

En vérité, l’esprit subconscient est l’espace. L’esprit subconscient n’est pas ce que vous avez oublié et réprimé lors de vos incarnations. Cela est le Livre de Vie. L’esprit subconscient est l’inconnu, les probabilités non réalisées qui vous permettent de jouer la pièce de théâtre de l’image pour apprendre d’elle. L’esprit subconscient, l’obscurité, est ce que consomme la lumière. La conscience n’est la conscience que parce qu’elle possède la polarité du grand esprit dont elle peut se nourrir. 

C’est dans l’inconnu que repose l’abstrait absolu. Le lendemain, l’incarnation prochaine, la semaine prochaine, la nouvelle idée de génie, brillante, le prochain souffle de liberté, la prochaine poésie à vous couper le souffle, la prochaine grande œuvre d’art, la prochaine magnificence de la couleur d’une rose, la prochaine expérience du soi, tous reposent dans l’esprit subconscient. Et vous êtes comme des lumières flottant sur l’infini, dont l’opportunité entière est d’embrasser la réalité physique, d’en faire l’expérience, d’en acquérir la sagesse afin de l’identifier et de croître. Vous grandissez à partir de l’esprit subconscient. Et cet esprit subconscient est éternel.

Voyons les temps anciens ; il y avait les écoles anciennes qui étaient établies dans divers lieux sur ce rivage, ce globe-ci. Et ces écoles étaient l’objet d’une grande interaction – êtes-vous prêts pour cette vérité extraordinaire ? – une grande interaction de la part de vos frères qui vivent dans d’autres galaxies. Et les leçons apprises étaient grandes, c’était une exploration. Eh bien, les frères primitifs qui vivaient ici avaient perdu de vue leur destinée à cause de leur besoin de survivre. Ils étaient souvent inspirés à de plus hautes pensées par leurs frères qui étaient venus de loin aider les professeurs à leur enseigner la droiture, la manière juste.

Ceci était très commun. Il existait donc l’école secrète du soleil dans laquelle les écoles rendaient hommage au soleil et aux peuples venus de l’autre côté de lui. Et certains de ces temples existent encore aujourd’hui. Ils ne furent pas tous détruits. Mais la raison pour laquelle il existait des écoles – elles ressemblaient beaucoup à celle-ci excepté le fait que ces écoles duraient souvent sept ans, chaque année étant dédiés à un niveau d’évolution – la raison en étai qu’il fallait sept ans à l’étudiant qui devenait transparent la septième année.

Il est vrai que des êtres humains existent partout dans les univers interdimensionnels. Il y en a qui existent au-delà du soleil. Ils sont éparpillés partout dans votre Voie Lactée, des civilisations entières. Et ils sont pourtant le même Dieu sans image qui a créé la même image du corps avec lequel faire des expériences, sur la page de leur vie, le pas suivant dans la conscience pure car c’est cela qui est notre motivation à tous.

Certaines de ces écoles  situées dans les plaines, d’autres près de hautes montagnes qui n’existent plus, qui sont sous les océans. Ces écoles duraient sept ans, calendrier quelque peu différent de celui que vous avez aujourd’hui, mais leur temps égalait sept années de votre temps. Et une multitude de personnes suivaient chaque année de leur éducation et, à la fin de sept ans, avaient tourné toutes les pages de leur livre relatives au fait de rendre leur réalité physique transparente. C’est de là que vient le Christ. C’est de là que viennent les Dieux qui marchèrent sur la surface de la terre.

Il est vrai qu’il existait toujours des primitifs qui rongeait les os, qui se guérissaient avec des feux anciens et sentaient mauvais, qui étaient toujours à faire paître leurs troupeaux. Mais il y avait ceux qui apprirent, évoluèrent durant cette période de temps. C’était acceptable ; Et nombreux sont ceux parmi eux qui sont partis depuis longtemps car ils ont tout maîtrisé. Ils sont dans une autre dimension, dans une autre aventure. Il fallait vouloir aller à l’école, pour ainsi dire. C’est le terme que vous employez. C’étaient les temps anciens de l’illumination. Que vos vêtements soient faits de peaux ou qu’ils soient semblables à ceux que vous portez aujourd’hui n’importait pas. L’homme et la femme n’ont pas changé depuis ces temps-là, seule la technologie a changé.

La même ignorance qui existe aujourd’hui existait alors. La même quête de l’illumination qui existe aujourd’hui existait alors. Nombreux sont ceux qui partirent à cette époque qui n’existent plus maintenant. Et ce qui existe maintenant est le même besoin qui existait alors.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Connaissance sacrée des écoles de sagesse» aux Editions AdA.

 

La MEMOIRE GENETIQUE de REPRESSION PROFONDEMENT ENRACINEE

 

images (6)Eh bien, mes maîtres magnifiques, et en particulier mes femmes qui ont été les personnes contre lesquelles ont existé le plus de préjugés – après avoir fait toutes ces déclaration extravagantes qui sont vraies – retournons en arrière et revisitons le domaine des femmes, le fait que les femmes furent l’objet de tellement d’oppression alors que la plus grande Déesse qui ait jamais habité la terre – Terra est une Déesse, pas un homme, car la terre est une immense matrice ; l‘énergie est la matrice de la réalité.

Ainsi, la Déesse, le plus suprême des Dieux qui ait jamais vécu ici, ne fut pas un Dieu mâle ; ce fut un Dieu femme. Les plus grands scientifiques qui aient jamais vécu, les scientifiques qui sont d’importance, sont des femmes. Si Einstein avait été une femme, il aurait admis publiquement la théorie du champ unifié et au-delà. Ce fut son côté masculin qui lui fit rejeter publiquement la théorie de la mécanique quantique de la physique quantique. Le féminin aurait compris cela facilement ;

Pourquoi avons-nous ce problème ? Nous avons ce problème parce que la femme créatrice la plus remarquable, le Dieu  féminin le plus remarquable qui ait jamais été ici, fut en réalité responsable du croisement de l’Homo erectus avec le sperme des Dieux, les œufs des Dieux. Ce fut une femme ; ce ne fut pas un homme. Une femme. Ce sont les hommes qui penseraient seulement en termes de servitudes, alors que la science d’une femme vise la création. Les hommes sont portés à l’oppression. Vous devriez comprendre cela. Vous devriez le comprendre.

Il est donc peu étonnant que l’on parle de la lune comme de l’Enchanteresse. J’en parlais ainsi dans ma vie. C’était une femme. Il est clair que la lune est une femme. Réfléchissez-y. Elle vous regarde, vous la cherchez, vous ne voyez que ses contours. Si vous continuez à regarder, elle commencera à vous montrer un peu plus et encore un peu plus d’elle-même. Et quand enfin elle est pleine e t vous en enivrés, vous êtes grisés à la vue de ses rayons. Et puis elle s’enfuit. C’est une femme. C’est une femme. Il est clair que la lune est une femme. Il est clair que la terre est une femme. La terre n’est pas un homme. La terre est une vaste matrice. Les hommes sont les fourmis sur la matrice. Imaginez un œuf ; la matrice est grande comme cela. Elle est pure nature. La nature est la vérité.

Nous voyons donc maintenant l’oppression qui règne dans une société dominée par les hommes. IL n’était pas dans l’intention de la Déesse que les enfants qu’elle avait créés soient asservis et utilisés. Ce sont seulement les hommes, les Deux hommes, qui en abusèrent ; Les femmes ne le firent pas. Elles sont l’Esprit nourrissant de Dieu. Et, après le départ des Dieux, on voit donc que l’aspect féminin de la mère divine fut totalement remplacé par le contrôle rigoureux du prêtre, le mentor qui parle à son étudiant, le pont menant à Dieu. Et l’on comprend que tous ceux qui avaient été laissés derrière ne savaient rien. Ce n’étaient que des esclaves qui faisaient leur devoir, qui ne possédaient pas la connaissance. Ils servaient c’es tout. Et, quand ils se retrouvèrent seuls, ils transformèrent leurs devoirs en religion car ils ne savaient pas.

Ecoutez-moi. Les femmes ont été traitées comme du bétail, comme des objets sexuels, même quand elles n’étaient que des petites filles. Même chez les petites filles, c’est comme si les petites filles deviennent la propriété des fantasmes sexuels d’un homme quelconque. Et pourquoi ? Il s’agit d’une émotion sexuelle qui a été transmise génétiquement de génération en génération qui fait que les femmes doivent être réprimées à tout prix. Elles doivent être réprimées. Comme vous feriez avec du bétail, rassemblez-les quelque part et servez-vous d’elles, et ayez des rapports sexuels avec elles, des bébés avec elles, sans ne jamais leur donner droit à la parole. Il n’est pas surprenant que ce soit la race la plus réprimée qui soit.

Eh bien vous savez, la sœur de cette illustre famille d’Anu, c’est elle qui était la véritable héroïne de la famille entière. C’est une femme qui était sérieusement dédiées au désir de projeter la vie ici. Il se peut qu’aucune de ses créatures n’ait été issue de sa propre matrice, mais elle prit et mêla le sperme et l’œuf, créant éventuellement, de ses mains aimantes, le parfait Adam. Croyez-vous qu’elle n’aimait pas ce petit garçon ? Elle aimait ce petit garçon, et c’est sous bonne supervision de sa part qu’ils eurent la permission d’être nus. Les femmes ne molestent pas les enfants quand ils sont nus, mais les hommes le font. Ce fut elle qui leur permit d’être nus devant elle et elle les aimait ; Tout changea quand les deux frères entrèrent en conflit.

Ainsi, alors que nous somme s l’aube des changements dans le monde – ils ont déjà lieu dans l’hémisphère Sud et vont atteindre l’équateur et l’hémisphère Nord – je vais vous dire ceci, que à la fin des temps, les enseignements viennent du corps du Christ, oui car je sais tout ce qu’i fit partie de l’initiation de ce professeur du fait que j’ai préparé une partie de son ordre du jour. Et je viens dans le corps d’une femme –une femme – qui est le groupe le plus calomnié dans le monde aujourd’hui car elles ne sont pas naturellement des créatures sexuelles. Elles sont des créateurs, c’est ce qu’elles sont. Du fait qu’elles sont des créateurs, elles aiment car elles créent, et ce qu’elles créent fait partie d’elles. C’est pourquoi elles ont tant d’amour pour leurs enfants.

Les hommes sont plus éloignés. Le chemin est plus long pour un homme, car il doit dépasser la femme vers le haut ; il doit posséder la femme en lui pour s’élever. Il doit posséder cette compassion, cet amour, cette sincérité, ce souci des autres et monter. Il doit comprendre comme le comprend la femme que, parmi tous les actes sexuels qu’elle vit, certains ne sont pas faits pour son plaisir. La plupart sont pour le plaisir de son amant et pour l’occuper. Si l’homme a été une femme, il comprendra comment donner du plaisir à la femme. Mais son acte naturel est de porter des enfants et la responsabilité de cet acte. Une fois qu’elle l’aura fait, elle ne sera plus jamais son amante ; elle sera de nouveau l’amante de l’enfant.

C’est pourquoi il y a tant de mariages adultères. Une fois que la femme a eu des enfants, parce que son amour va à son enfant, l’homme sorte et baise avec d’autres femmes qui sont heureuses simplement du fait de l’enlever à cette femme idyllique qu’elles ne sont pas encore. C’est comme le fait que vous êtes le fruit de la matrice de votre mère et que votre mère a tout fait pour vous – tout – et que vous êtes devenus le centre d’attention dans sa vie. Et puis, il faut en outre faire marcher un mariage chancelant, un mari chancelant, la responsabilité des enfants, la responsabilité de l’amour envers eux ; et il faut aussi descendre dans ce premier sceau simplement pour satisfaire le mari, juste pour qu’il continue à la faire vivre ainsi que ses enfants. Elle mourra plutôt de faim que de voir ses enfants ne pas avoir de lait. Tel est l’amour d’une mère. Très peu d’hommes ont une telle qualité. C’est pourquoi, lorsque les hommes meurent sur le champ de bataille, ils n’appellent pas leur père. Et quand leurs parents meurent, c’est la mère qui revient généralement à eux.

Je suis un être ancien. Je channelle parfaitement au travers de ce corps féminin. C’est un corps que j’ai chois. C’est un corps qui célèbre les personnes envers lesquelles existent le plus de préjugés, les femmes – quelle que soit leur couleur – les femmes, il n’existe aucun doute là-dessus. Et la nouvelle vague aujourd’hui qui insiste pour qu’elles se fassent mourir de faim et soient des porte-manteaux, qui veut qu’elles ressemblent à des petits garçons avec des seins artificiels et des visages artificiels, est l’œuvre du Dieu masculin Jéhovah. Il s’agit d’asservir, de prostituer et de corrompre leur corps au nom d e la gloire, de la fortune et de la célébrité. Cela n’a rien à voir avec un lieu privé ou l’ingéniosité de l’Esprit leur a été accordée à la conception et à la naissance ; c’est pour célébrer la femme avec ses hanches arrondies, son corps doux, ses seins remplis, un toucher doux et qui ne ressent rien de ce que ressent un homme, mais a le sentiment d’être la matrice de la terre – de la terre – puissante, orageuse, d’humeur changeant et merveilleuse. Le temps a des humeurs changeantes, vous savez. Le climat est d’humeur changeante. Ce sont tous des signes de l’influence féminine de la Déesse. 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux il y a 455 000 ans» aux Editions AdA.

L’HABITUDE DE LA MANIPULATION ET DE LA SURVIE

 

 

images (13)Habituellement, les vaincus n’ont même jamais la possibilité d’exposer leur vison des événements. Ajoutons que les personnes qui tiennent des positons de pouvoir au sien de la communauté, que ce soit dans les domaines religieux ou politique, se souviennent de l’histoire d’une manière qui est favorable à la prolongation de leur positon. Cela n’est pas nécessairement le fait d’une mauvaise intention, mais simplement l’exercice de la loi de la survie. 

Il est aisé de constater à quel point l’histoire du monde au cours des derniers six à sept mille ans, et en particulier au cours des derniers deux mille ans, a été l’objet de multiples omissions et manipulations dans le but d’être fidèle à un enchaînement de faits qui puisse être accepté par la population, assurant la continuation de son style de vie et de ses systèmes de croyances. Il est intéressant de constater que, malgré l’émergence de nouvelles preuves en déniant la véracité, les vues et croyances traditionnelles sont toujours demeurées les critères et les références de leur validité et la base de leur interprétation. Par exemple, bien que les preuves archéologiques en soient fort nombreuses, personne n’aime entendre l’histoire selon laquelle la race humaine est issue d’une manipulation génétique accomplie par une race extraterrestre avancée. Aucun archéologue ne veut admettre qu’il y a de cela quelques milliers d’années existaient des individus qui jouaient avec l’énergie nucléaire et des technologies qui n’ont pas leurs rivales aujourd’hui. 

Aucun anthropologue traditionnel ne veut croire qu’il y a trente-cinq mille ans, l’homme de Cro-Magnon fut capable d’un discours sophistiqué, d’une pensée intellectuelle, encore moins de pensées éclairées, du fait que les cavités crâniennes de cette époque ne semblent permettre ni l’articulation de sons consonantiques ni de mots complexe. Aucun pasteur d’aucune religion ne veut admettre la possibilité qu’il n’existe aucun lieu quelconque dans l’univers dénommé l’enfer ou admettre que le Dieu d’Abraham et de Moïse fut un être aux humeurs changeantes, sanguinaire et brutal, totalement opposé au Dieu que notre Père. Il n’existe aucun physicien ni même aucun philosophe qui veuille clarifier ou envisager la possibilité que ce que nous considérons être la réalité, le continuum de l’espace temps, puisse être en fait un rêve ou une illusion créés non pas par une force extérieure ou une quelconque déité mais maintenus en existence par la conscience – l’Observateur de la mécanique quantique – dans le but de notre exploration personnelle et pour faire connaître l’inconnu. 

LE MYSTERE DE LA TRANSCENDANCE DIVINE ET LE SOI 

Les théologiens ont expliqué que, par nature, l’essence de Dieu, la source ultime de tout être, la divinité et la transcendance elle-même ne peuvent être nommées, définies ou comprises en termes humains car elles seraient alors moins que Dieu pour devenir seulement humaines. Un tel point de vue pose un problème, car il affaiblit et limite le pouvoir qu’a l’esprit humain pour la connaissance. La représentation que se font traditionnellement du concept de Dieu les théologiens sépare radicalement ce dernier du concept de la personne humaine au point où toute possibilité de réelle unité est exclue. Il est intéressant de noter que l’une des manières poétiques traditionnelles d’exprimer cette transcendance intégrale du divin par rapport à la nature humaine fournit en fait un aperçu de la nature divine de la personne non apparent à première vue. Il y est dit que le divin, le sacré, est un « mysterium tremendum et fasinans » – le divin est un mystère fascinant, enchanteur et absolument extraordinaire. 

Si l’on applique cette affirmation au mouvement de l’évolution, au déroulement de la vie, à l’expansion et à l’expression de la conscience et à l’esprit humain, il devient alors évident que le mystère de la conscience est innommable, indéfinissable, car il est en mouvement, en évolution. Il n’est ni statique ni fini mais dynamique et se manifeste perpétuellement en de nouvelles formes d’expression et d’exploration personnelles. Cela ne signifie pas que la nature de la conscience ne puisse pas porter à définition mais statue que la caractéristique fondamentale de la conscience et de l’existence est son dynamisme fascinant et extraordinaire – sa créativité, son devenir – en bref, le fat qu’elle porte les traces de la réalité divine qu’elle est fondamentalement. 

Ramtha voulut enseigner à son peuple ces réalisations et ces idées en établissant les fondations des Ecoles de Sagesse Ancienne. L’objet de l’enseignement n’était ni des lois ni des interdits, mais un éveil, une ouverture vers le savoir et la compréhension de la simplicité de la vie de même que le lien existant entre toutes choses. Après son ascension, il continua  à apporter sa connaissance à l’humanité par l’intermédiaire de diverses écoles, divers mouvements, poètes, philosophe et scientifiques qui en firent part dans leurs œuvres et leurs créations artistiques. En un mot, l’approche de Ramtha vise à mettre l’accent sur l’importance de la redéfinition de notre concept du soi. Il conclut que l’humanité est « la gloire de savoir qui et ce que nous sommes ».

 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

 

INITIATIONS A LA CONNAISSANCE SACREE

 

 

images (7)Les enseignements de Ramtha constituent un système de pensée métaphysique unique.une étude et un examen très rigoureux sont nécessaires pour saisir toute la signification et l’impact de son contenu. Nous disons que les enseignements de Ramtha sont de nature métaphysique car ils posent les questions fondamentales sur l’existence humaine et la personne humaine, sur notre destinée et nos origines, sur la nature du bien et du mal, l’âme, la mort et la vie, le monde et nos relations avec les autres. 

La forme sous laquelle les enseignements de Ramtha sont transmis est intrinsèque au message lui-même. Les enseignements ne sont pas simplement une dissertation sur des sujets spécifiques ou leur analyse intellectuelle. Ils ne sont pas non plus une forme de vérité révélée qui requiert l’allégeance aveugle de la foi. Les enseignements de Ramtha ne sont ni une nouvelle religion ni les fondements d’une nouvelle église. Ils constituent un système de pensée qui comporte, dans son approche de la  réalité, les éléments et les mécanismes qui permettent à l’individu d’embrasser la philosophie de Ramtha, de vérifier et de faire l’expérience directe de son contenu. En d’autres termes, l’aspect unique des enseignements nous permet de faire l’expérience de la philosophie ou des concepts de la réalité, qui se transforment ainsi en sagesse quant à   la nature de la réalité. 

Cet aspect particulier du système de pensée de Ramtha ressemble aux initiations à la connaissance sacrée pratiquées dans les écoles de mystère anciennes de la Grèce, de l’Egypte et du Moyen-Orient ainsi que dans les écoles gnostiques anciennes du Moyen-Orient et de l’Europe. Il est important de remarquer que cette caractéristique distingue les enseignements de Ramtha des écoles philosophies traditionnelles du monde occidental. 

En d’autres termes, la nature de l’humain et de la réalité ne sont rien de plus que leur état physique et leur matérialité. La psychanalyse de Sigmund Freud et son profil de psyché humaine en sont un exemple évident. Dans la pensée de Ramtha, le corps physique et le monde matériel ne sont qu’un aspect du monde réel. En fait, ils ne sont que le produit et l’effet du monde réel qui est constitués par la conscience et l’énergie. Le meilleur moyen de décrire la personne humaine est de la définir comme étant la conscience et l’énergie créant la nature de la réalité. Le monde  physique n’est qu’un des sept niveaux où s’expriment la conscience et l’énergie. Ramtha utilise le concept d’Observateur issu de la théorie quantique pour expliquer son concept de conscience et d’énergie. Il utilise aussi le concept de Dieu créateur et souverain pour décrire la personne humaine en tant que conscience et énergie. 

Aujourd’hui, nombreux sont ceux, dans de nombreux secteurs de la société, qui rejettent à priori les enseignements de Ramtha du fait de la manière fort inhabituelle selon laquelle ils sont transmis. Malheureusement, juger un message sur la forme selon laquelle il est présenté, plutôt que sur son contenu, est devenu chose pat trop usuelle. Le marketing, les communications et les techniques utilisées par la publicité, le commerce et la propagande en sont d’excellents exemples. 

Le but visé par les techniques d’enseignement de Ramtha est souvent de défier l’individu tout en lui offrant les outils lui permettant de prendre conscience de ces idées préconçues qui façonnent et définissent les frontières d e notre perception normale de la réalité. Le but en est de permettre, en conséquence l’émergence d’une perspective d’esprit plus vaste qui nous permettrait de faire l’expérience de la réalité de manière plus significative, illimitée, avec une conscience accrue et de façon plus extraordinaire tout en nous offrant un spectre de potentialités beaucoup plus large qu’auparavant pour nos expériences. 

En présentant sa philosophie comme étant le fruit de sa propre vérité et de son expérience personnelle, Ramtha veut souligner le fait qu’il est lui-même l’incarnation de la philosophie, la représentation et la manifestation vivante de sa pensée. Il déclare qu’il est un Dieu immortel, conscience et énergie et qu’il a vécu il ya trente cinq mille ans sur le continent de la Lémurie, disparu depuis longtemps. (Comme beaucoup d’entre-nous d’ailleurs soit-dit en passant). Il  explique que durant sa vie, il s’interrogea sur l’existence humaine et sur le sens de la vie et que, grâce à son observation, à sa réflexion et à sa contemplation, il atteignit l’illumination et parvint à conquérir le monde physique et la mort. Il a enseigné qu’il était parvenu à amener son corps jusqu’à un niveau d’esprit où son essence véritable, en tant que conscience et énergie pouvait demeurer consciente, complètement libre et illimitée pour vivre l’expérience de tous les aspects de la création et continuer de faire connaître l’inconnu. Il fait référence à ce processus comme étant son ASCENSION

La forme sous laquelle il communique ses enseignements est le phénomène que l’on appelle le « channel ». En fait, c’est Ramtha lui-même qui a fait connaître le terme. Il utilise le corps de JZ Knight comme channel et enseigne sa philosophie en personne. 

Le choix de Ramtha de faire connaître son message par le biais du corps d’une femme plutôt que d’utiliser son propre corps physique est une façon d’affirmer que Dieu et le divin ne sont pas la prérogative unique des hommes et que les femmes aussi sont de riches manifestations du divin, capables de génie et d’être Dieu réalisé. C’est également une façon de démonter que l’important dans sa philosophie n’est pas d’adorer le messager ou un visage ou une image – ce qui a anéanti une grande partie des efforts fournis dans le passé pour éclairer les hommes – mais d’écoute le message lui-même. C’est également une façon de déclarer que la véritable essence de la personne humaine ne se limite pas au simple corps physique ou à un sexe spécifique. Le phénomène du « channelling » trouve par conséquent sa place dans le cadre du système de pensée de Ramtha. En d’autres termes, le phénomène de channel tel qu’il se produit dans la personne de JZ Knight n’est possible que si les enseignements de Ramtha sont vrais. 

Quelle est l’essence de toutes choses ? Quelle en est la source ? Quelle en est la nature ? Quelle en est la destinée ? Ramtha aborde ces questions en commençant avec le concept du Néant ; le Néant est la source d’où provient tout ce qui existe. Il décrit le Néant comme un vaste rien matériel mais toutes choses potentielles. Dans le Néant, il n’y a rien. Ni mouvement ni action. En ce qui a trait à la question de Dieu, de nombreux courants philosophiques, y compris les théologies des religions monothéiste, ont conçu Dieu comme un être d’une intelligence suprême, infini, absolu, transcendent et immuable. Dans le système de Ramtha, les attributs de l’absolu, de l’infini et de l’immuable sont les caractéristiques du Néant. Le Néant est complet en lui-même, il se suffit à lui-même, il est dans un état de repos et sans aucun besoin. Même si le Néant est considéré comme une immensité qui englobe tout, dans son état original il ne sait rien de lui-même car la connaissance est une action. 

Le concept de Dieu créateur, « cause première » et instigateur immobile du mouvement que nous retrouvons dans la philosophie d’Aristote et dans la théologie de Thomas d’Aquin est décrit par Ramtha comme le Néant se contemplant lui-même et se connaissant lui-même. Cet acte de contemplation représente un mouvement unique dans le Néant qui produisit un point d’éveil – de conscience – et de connaissance de soi. On fait référence à ce point d’éveil comme étant le Point Zéro, l’Observateur, la conscience primaire, la conscience et l’énergie, et Dieu. Le Point Zéro porte en lui l’intention primordiale d e faire connaître et de faire l’expérience de tout ce qui est inconnu et de toutes choses potentielles au sien de l’immensité du Néant. C’est la base de l’évolution. Le Néant se contemplant lui-même est la source et l’origine de la personne humaine. L’affirmation de Ramtha : « vous êtes Dieu » fait référence à la personne en tant qu’Observateur, l’incarnation du Point Zéro et en tant que conscience et énergie créatrice. 

La voie de l’illumination passe par le chemin de l’évolution qui nous ramène au Point Zéro. En accomplissant cette tâche, la personne remplit le mandat de faire connaître l’inconnu et apporte au Nant son expérience personnelle afin que celle-ci se transforme en sagesse perpétuelle. Toutes les disciplines du Grand Œuvre conçues et utilisées par Ramtha pour initier ses étudiants aux enseignements sont forgés selon le processus – qu’elles imitent d’une certaine manière – du Néant se contemplant lui-même, donnant naissance à la conscience t à l’énergie, créant à son tour la nature de la réalité. 

En conclusion, les quatre pierres angulaires de la philosophie de Ramtha sont le concept du Néant, la conscience et l’énergie qui créent les sept niveaux de la réalité, l’affirmation : « >Vous êtes Dieu » et le mandat de faire connaître l’inconnu. On trouve de nombreuses traces de la pensée de Ramtha dans les traditions anciennes. Cependant, dans la plupart des cas ce ne sont que de faibles échos qi ont très mal résisté au passage du temps et à la disparition du contexte qui aurait permis leur interprétation. Parmi ces traditions se retrouvent les philosophies des anciens Egyptiens et du pharaon Akhenaton, la description que Bouddha fit de lui-même en tant qu’être éveillé, la notion de Socrate sur la vertu et l’immortalité de l’âme, le concept des formes universelles de Platon, la vie et les enseignements de Yeshua ben Joseph, les oeuvres de l’apôtre saint Thomas, l’Hymne d el Perle, l’Hymne de la Parole Divine dans l’Evangile selon saint Jean, Apollonius de Tyrane, Origène, les Cathares et les Albigeois, François d’Assise, les mystiques juifs et chrétiens, le dessin de l’ascension du mont Carmel pour saint Jean de la Croix, où le sommet de la pyramide se trouve placé au sommet de la tête du sujet, les œuvres d’art de divers artistes comme Michel Ange et  Léonard de Vinci, les écrits et les expériences mystiques de sainte Thérèse d’Avila, les œuvres de Frey Luis de Léon, les humanistes du mouvement de la Renaissance en Europe, les Rosicruciens, les maîtres de l’Extrême Orient et plusieurs autres. 

Ces enseignements peuvent élargir le champ de l’expérience humaine bien au-delà des frontières établies jusqu’à maintenant par la science et les diverses religions du monde ; le système de pensée de Ramtha n’est ni une religion ni une interprétation philosophique de la réalité. C’est la vérité acquise et confirmée par l’expérience d’un membre de la race humaine. C’est la connaissance de Ramtha, la science de Ramtha. Et maintenant que la route a été tracée, les portes sont ouvertes à ceux qui désirent l’explore et s’aventurer dans l’inconnu. 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

REVER LE REVE DE L’IMMORTALITE

 

 

images (2)Eh bien, les maîtres ne sont pas au cimetière. Ce sont ceux qui sont éternels. Excepté en ce qui concerne les grands êtres reconnus par l’histoire, il n’existe aucune preuve de leur vie car il n’existe aucune preuve de leur mort. Et, comme on le sait, l’archéologie est fondée sur les principes de la datation au carbone qui détermine l’existence d’une personne dans le temps et ses habitudes particulières d’après les ossements et les fragments découverts dans l’environnement. Si dans un millier d’années, ils creusaient dans un cimetière – espérons qu’ils seront beaucoup plus évolués qu’aujourd’hui, archéologiquement parlant – ils pouvaient déterminer qui vous avez été, ce que vous mangiez et ce que vous faisiez, ils pourraient dire : ils savaient décidément quelque chose, mais ils furent incapables de le mettre en application dans un environnement qui leur aurait permis d’avoir une durée de vie plus longue. 

Ce que je représente, il n’y a aucune preuve de notre présence ici excepté ce que nous avons exprimé oralement, dans la pierre et dans les textes sur papyrus. La découverte de certains sites anciens, alors que le monde change, depuis le Temple des Archives dans la patte du Sphinx – ceci a déjà été découvert et l’événement sera rendu public … Il y est fait état des civilisations fabuleuses qui existaient il ya 455 000 ans et il y est révélé qui étaient ls entités dotées d’une connaissance transcendante de la chair. 

En ce qui vous concerne, vous savez déjà que la conscience et l’énergie créent la nature de la réalité. Ceci ne veut pas dire, et c’est indiscutable, que ce sont le corps et l’énergie qui créent la nature de la réalité car, si nous plaçons les choses dans un tel contexte, nous allons énouer alors les structures biologiques qui dictent la vie. Autrement dit, il existe une hormone de la mort qui est déversée dans le corps grâce à la glande pituitaire. Si nous adorons le corps, nous adorons une expérience temporelle limitée ; Par contre, si notre conscience est ouverte à ce qu’on appelle l’aspect surnaturel de notre être – ce que la science appelle l’Observateur, ce qui fait que ces plantes peuvent réagir simplement à notre présence – selon la science, c’est la manière dont nous observons l’énergie du monde autour de nous qui précipite notre intention en la collaboration d’une particule. La coopération de cette énergie précipitée en particules n’est rien d’autre que la réalité. Le corps ne peut faire cela, car il est en lui-même le sujet de la loi de l’Observateur. 

On regarde donc dans le cimetière et on voit des gens qui étaient plus beaux que vous avez rêvé être vous-mêmes et ils sont pourtant enterrés là, des gens qui avaient des rêves semblables à la vision que vous avez eue de vos rêves. Ils sont enterrés là de même que les générations qui les suivirent. Croyez-vous qu’il y ait quelqu’un au cimetière qui n’ai pas eu les mêmes rêves que vous ? La seule chose qui diffère entre vos rêves et les leurs, ce sont les progrès technologiques qui ont eu lieu depuis leur mort et lors de votre vie. A part cela, les principes sont les mêmes. 

Où se trouve donc la preuve de l’existence des grands êtres ?

La preuve réside dans le fait qu’ls ne sont pas au cimetière ; ils ne sont pas enterrés. Si l’objectif de la science est de retracer les éléments historiques de l’homme, alors, l’une des grandes preuves serait la structure squelettique du corps enterré et préservé par le temps. Mais qu’en est-il des Maîtres ? Le fait qu’ils ne soient pas enterrés signifie-t-il qu’ils n’ont pas existé et que la seule chose que l’on puisse dire est qu’ils appartiennent au mythe ? Je vous assure que ceci est inexact et illogique ; en effet, la mécanique quantique suggère que, si l’on comprenait les lois de la physique et le simple point de l’Observateur, ceux qui comprennent cela ne seraient jamais morts car, dans le monde quantique, tous les potentiels existent simultanément. 

En vérité, si le cerveau humain peut concevoir le concept de la vie en termes de longévité – la vie sans mort, la vie dans l’immortalité, la vie dans la jeunesse éternelle – si le cerveau peut le concevoir, ceci ne peut exister en dehors du théorème selon lequel l’Observateur dans le champ quantique précipite la réalité. Si tel est le cas, il manquerait à la mécanique quantique un paradigme plus englobant qui reconstruirait complètement ce qu’on appelle ses constructions mathématiques et son agencement de la matière. Ceci est pour dire que la mécanique quantique dit que l’Observateur détermine la réalité et, bien sûr, la réalité sera alors relative  la faculté qu’a l’Observateur de la rêver. Que dire d’un Observateur qui aurait la capacité de transcender l’horloge biologique – Comment s’étonner que Dieu était considéré grand parmi ses prophètes et ce qui parlait du royaume des cieux, car ils comprenaient la science. Si on peut rêver de quelque chose, on le vit, et si on le vie, l’Observateur précipite une vie immortelle. 

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’hommes et femmes sont constitués de deux pouvoirs distincts. L’un d’eux est la conscience corps/esprit, encore appelée la personnalité ; il est produit par la génétique et l’environnement, de la même manière que l’on crée un programme sur un ordinateur ; il est basé sur le cerveau. L’autres est l’Esprit saint, le voyageur dans le temps, qui n’est jamais mort, celui que vous n’avez jamais connu, celui qui, après la mort, est le spectateur de la revue de vie et la voit avec non seulement des sentiments de honte et de souffrance, mais avec une nouvelle force, créant la prochaine vie encore plus grande. En effet, on n’avance jamais au-delà de cette vie avant d’avoir maîtrisé ce que l’on a créé émotionnellement ici, le transformant en sagesse. Le jour où nous en avons terminé avec cette vie est le jour où nous pouvons voir la vie avec un sentiment de détachement dépourvu d’émotions. 

Qui estes-vous donc pour suggérer, depuis votre corps émotionnel que Dieu n’a pas de sentiments pour la création entière qu’il est lui-même ? Qui êtes-vous donc pour dire que e n’est rien, alors que je dis que ceux d’entre nous qui l’ont vécu peuvent dire que le point de vraie béatitude et de libération est bien plus puissant et réel que ce qu’on appelle les réactions chimiques se produisant dans le corps biophysique, par exemple la douleur, la souffrance, la culpabilité, le bonheur, le malheur, ce qu’on appelle la sécurité et l’insécurité. Ces derniers sont des peptides biologiques qui provoquent une réaction dans le corps, rien de plus. Par contre, lorsque nous vivons depuis le point de vue de l’Observateur, alors, selon ce qu’on appelle la loi de la physique, on choisit de vivre depuis un niveau de pensée plus élevé et c’est alors cette pensée, et non pas nos émotions, qui devient la loi de notre vie. 

Votre défi est de créer un monde, une vie qui ne soient pas basés sur les émotions – les émotions ne sont rien de plus que le passé du rêve – de ne pas re-créer sans cesse le passé émotionnellement mais de créer de nouveaux paradigmes, de nouveaux modèles de vie qui ne soient pas créés dans les émotions et qui n’aient rien à voir avec la conscience corps/esprit, mais tout à voir avec l’esprit extraordinaire qui commence à ne connaître aucune frontière. Le dernier enseignement que je vous enseignerai porte sur l’Observateur et cette année est l’année de l’Observateur. 

Maintenant, veuillez nous tourner vers votre voisin et lui expliquer ce que je viens de vous enseigner. 

Ramtha 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA  Chapitre : « L’étape suivante de la création » aux Editions AdA.

LA LIBERATION DES HOMMES

 

ramtha

Voici un enseignement remarquable qui exprime l’essence de la sagesse ancienne de tous les temps en la rendant accessible à l’époque actuelle grâce au cadre pratique dans lequel elle est située, nous permettant facilement de nous y référer et de la comprendre. Comme Ramtha l’indique lui-même : «  Non ceci n’est pas un enseignement lourd et ésotérique, c’est réel ». 

Il existe un élément sur lequel Ramtha insiste énormément dans ses enseignements ; la restauration de la souveraineté des femmes en tant que Dieux et individus libres, ce qui devrait être clair à présent. Dans ce remarquable enseignement, Ramtha équilibre son effort en expliquant l’autre face de la médaille de la libération des femmes, à savoir la libération des hommes. 

L’évolution du mouvement de libération des femmes n’a pas toujours été équilibrée et proportionnée. L’abus et la répression excessive des femmes au cours de l’histoire dans toutes les cultures et toutes les religions ont souvent coloré le mouvement de libération des femmes d’une attitude de dédain et de haine envers les hommes ; C’est une réalité psychologique qu’un grand nombre de femmes haïssent les hommes inconsciemment et confondent fréquemment les objectifs de la libération des femmes avec le sexisme. Ceci est parfaitement compréhensible. Cependant, aucune solution significative et durable à ce problème ne saurait être trouvée si l’on ne regarde pas au-delà d’un simple inversement des rôles entre tyrans et victimes. 

L’histoire que raconte Ramtha va au-delà de la surface de la disharmonie commune existant dans les relations entre les hommes et les femmes ; sa compréhension de la psychologie de la nature humaine est remarquable, simple et indéniablement vraie. Il a déjà présenté ailleurs, de manière extensive, le problème du point de vue féminin. Cette histoire-ci présente la perspective masculine, souvent restée dans l’oubli. L’importance de cette approche ne tient pas au fait qu’elle exalte les hommes, mais qu’elle définit les véritables racines du problème. Quelle est la nature commune aux hommes et aux femmes ? Quelle est la signification du vrai bonheur ? Quelle est la signification de la vie ? Qu’est-ce qui est véritablement important dans la vie ? 

Deux hommes découvrirent une véritable amitié en or l’un pour l’autre lorsqu’ils se rendirent compte que l’abondance du monde extérieur ne pourrait jamais combler leur aspiration innée et intime au bonheur. La simplicité d’un esprit suffisamment conscient pour comprendre un autre esprit et y faire face, en dehors de toute considération d’identité sexuelle, de statut social, de race, d’âge ou de croyance religieuse était le secret de l’antiquité découvert par ces deux hommes, à leur manière. Autrement, ils réalisèrent leur vraie identité et leur vraie nature en termes qui transcendent l’image superficielle de la personnalité humaine ou les anticipations propres à la conscience sociale. 

L’essence de la connaissance de la sagesse ancienne qui dit : « Vous êtes des Dieux, les créateurs de la réalité », en termes de pensées courantes et d’attitudes qui influencent et façonnent nos expériences quotidiennes, Ramtha résume souvent les complexités de l’enseignement sur la fonction du cerveau et l’impact de la neurophysiologie sur le système nerveux jusqu’au niveau du comportement des particules subatomiques en citant la maxime : « Tout est dans l’attitude ». Ce n’est pas une expression simpliste, mais une affirmation de grande profondeur de la pensée de Ramtha qui peut passer le test de la science dans le champ de la physique quantique. 

Il y a des temps futurs que vous avez besoin de vivre pour pouvoir les voir car vous appartenez à ces temps véritablement. Il ne s’agit pas d’aller nulle part méditer, chanter et faire qui que ce soit. Quelqu’un peut dire, c’est ici, voici comment le faire, ou bien, c’est avec cette connaissance que vous avez appris ici et comment exploiter cette connaissance en comprenant les degrés de l’ego altéré et le trésor qu’est l’ego. Lorsque vous comprendrez cela et comprendrez l’évolution et comment changer un inconnu, vous traversez ces temps difficiles et cela vous rendra heureux car c’est l’inconnu qui s’approche. Et ce pourvoir… oh Celui de saisir la rose – ce pouvoir lui aussi élève. Il met en valeur, il voit, il manifeste. Oui et il ouvre cet esprit à des réalités plus grandes. Tout cela marche de la même manière. 

Malheur à l’homme qui reste assis sur son arrière-train et dit : « Jésus prendra son de moi ». Il ne vivra pas assez longtemps pour le voir. Malheur également à l’homme qui dit « Rien de tout cela ne va arriver. Nul besoin de faire quoi que ce soit. Je suis Dieu ». Continuez de rêver, car la réalité est le mélange du divin et de la vie, et vous vous apprêtez à faire l’expérience des tyrans, de la divinité et de la vie, et votre consécration vous aidera à traverser ces temps et à être préservé. 

Je désire donc, si vous le choisissez, que vous contempliez cette histoire vraie, simple, longue et haute en couleur de ces deux hommes et la manière dont à la fin ils furent livres. Ils l’étaient ; ils ne mendièrent auprès de personne, n’échangèrent rien avec personne ; ils étaient libres. Je veux que vous réfléchissiez dans le cadre de tout ce que vous avez appris et que vus l’ajoutiez à votre connaissance qui vous libère de la captivité. Ceci n’est pas un enseignement ésotérique difficile. Ceci est réel. Ajutez-le à ce que vous avez accumulé dans votre richesse, mêlé à l’inconnu que vous avez manifesté jusqu’ici. Je désirerais vraiment que vous le fassiez. 

Ramtha 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du Chapitre : « Enseignement de sagesse réel et pratique » aux Editions AdA.

 

COMMENT RECONNAITRE QUE NOUS SOMMES DES DIEUX

 

 

téléchargement (10)Combien d’entre vous sont prêts à admettre que l’une des raisons pour lesquelles vous ne voulez pas vous défaire des tyrans présents dans votre vie est qu’en réalité vous êtes vous-même le plus grand tyran de tous et que vous les utilisez pour blâmer ? Oh, la confession est salutaire pour l’âme. Je vous connais. Mon Dieu, je serai heureux le jour où vous vous connaîtrez vous-même. 

En Dieu, il n’est pas nécessaire de ressembler à des archanges. En fait, j’en ai un comme ami ailleurs, là où je vais dîner avec eux. J’ai une petite entité grande comme ça qui s’assied sur la table. Elle porte une robe couleur lavande. Trois gouttes de vin et elle est ivre, partie. Assis à côté d’elle se trouve une entité fort voyante mais à l’air religieux, un gros et grand ange bien masculin dont les ailes prennent la place d’un plus grand nombre de chaises que celles qu’il est capable d’occuper. Il possède toute la fanfare. Elle est la seule à pouvoir le faire se tenir correctement. Trois gouttes de vin dans son verre et il réfléchit à deux fois. Ce sont mes amis. Je les aime tous ; je suis le seul à table à être vêtu de noir. 

Eh bien, tous ces êtres apprennent et ont appris ce que vous apprenez. C’est là qu’ls sont allés. Ils sont partis d’ici. Ils sont partis et se rassemblèrent où se rassemblent les aigles, où se rassemblent les maîtres ; Depuis la Voie lactée et onze milliards de terres possibles, il existe beaucoup d’êtres qui montent. Leur apparence va être fort différente de la vôtre mais tous sont Dieu. Vous voyez, c’est cela qui est important. Dieu n’a même pas de visage. La beauté a un visage mais Dieu n’en a pas. Vous devriez vous en souvenir. 

Lorsque nous apprenons à définir et à réaliser Dieu, nous commençons à nous battre pour le droit à l’intégrité. Autrement dit, nous devenons réellement conscients de nos choix. Nous nous battons contre la vieille habitude des émotions. Les émotions sont habituelles. Les gens qui ont des habitudes ont des habitudes à cause des sentiments qu’elles leur procurent. Eh bien, il n’est pas nécessaire de prendre des drogues pour avoir une habitude émotionnelle. Vous pouvez vous masturber tous les jours et créer une habitude du premier sceau. Ceci est aussi dangereux pour le corps que les drogues parce que vous vieillissez chaque fois que vous le faites. Vous pourrez. Chaque fois que vous devez stimuler artificiellement des émotions, vous vieillisse un peu plus. Je ne veux pas dire que vous devenez plus sage, mais que vous devenez plus vieux. 

 Je connais le monde quand il avait deux lunes ; je sais à quoi il ressemblait. Je connais combien il existait de constellations que l’on ne peut plus voir aujourd’hui. Je connais des continents dont vus entendez à peine parler aujourd’hui si vous avez jamais été un investigateur de la connaissance historique et non pas quelqu’un qui obéit à la ligne d’un parti, si vous vous y êtes réellement appliqué, l’avez sérieusement investigué. Je eux dire qu’il y a des civilisations qui ont existé ici il ya plus de 455 000 ans mais, si vous suivez la ligne d’un parti – Vous pourriez adhérer à la ligne de l’Eglise, vous savez ; la création eut lieu il y a 4000 ans. Eh bien nous savons maintenant que le berceau de la civilisation que l’on a renvoyé à l’Afrique du Sud à l’Arabie Saoudite et à la Chine remonte au minimum à dix millions d’années – dix millions au moins ; Où allons-nous ? Que dire donc avec les concepts de Bruno annonçant 6000 ans, concepts qui le menèrent au bûcher ? Et pourtant, j’en ai vu !

 Eh bien, je veux maintenant parler d’un sujet particulier, car il y a eu une telle propagande merveilleuse perpétrée au cours des siècles stipulant que vous portez génétiquement les croyances de vos parents. Autrement dit, en tant que débutants de cette année et de l’année dernière, vous devriez comprendre que le secret de la génétique – Qu’est-ce qui produit la différenciation environnementale des espèces génétiques ? Le fait de vivre l’environnement, le changement. Quels sont les éléments rudimentaires clés ? Quel est l’élément clé nécessaire pour créer l’ADN ? Les émotions. Sur quoi les émotions sont-elles basées ? L’environnement ; C’est là la véritable expérience. Chaque jour, vous changez votre semence génétique. L’enfant que vous auriez créé il y a un an ne sera pas doté comme l’enfant que vous créez aujourd’hui parce que vous êtes maintenant plus vieux et plus sage. Vos enfants portent vos émotions. 

Combien d’entre vous ont entendu ce dicton, dans son acceptation biblique, que les fils portent les péchés de leurs pères ? Que pensez-vous donc que cela signifie ? Pourquoi les enfants seraient-ils damnés alors que ce n’était pas eux mais leurs pères, leurs grands-pères et leurs grands-mères ? Pourquoi souffraient-ils d’une malédiction ? Si la conscience et l’énergie créent la réalité, comment peut-on expliquer ce mystère extrêmement intéressant ? En disant que toute émotion dont vous faites l’expérience, vos enfants vont la porter en tant que corps. Vous portez les péchés de vos parents. Autrement dit, votre corps est constitué du croisement de l’ADN. Vous portez leurs peurs. Vous portez leurs manques. Vous portez leurs sentiments d’insécurité. Vous portez l’échec. Vous portez le succès. Vous portez le bonheur. Vous portez la tristesse. Comment avez-vous pris un corps aussi hétéroclite ? 

En allant dans la lumière lors de votre vie précédente, en ayant une revue dans la lumière, en allant dans le Plan de la Béatitude et en réalisant que vous n’allez pouvoir aller nulle part avant d’achever vos affaires ici. Ainsi, le seul corps que vous ayez est un corps qui comporte en vous ce que vous n’avez pas karmiquement finalisé. 

Vous êtes des êtres immortels. Vous avez vécu – au-delà du temps ; vous avez vécu depuis le Point Zéro. Le corps n’est qu’une phrase dans le Livre de Vie ; une vie entière n’est qu’une phrase. Vous avez déjà vécu ; vous vivrez de nouveau. Vous n’êtes pas la totalité des parties de votre corps mises ensemble. Les parties de votre corps – Votre corps n’est que l’outil que vous êtes capables d’utiliser et qui vous permet de grandir. 

De mémoire humaine, personne n’a encore jamais eu un champ comme celui dans lequel vous avez travaillé sur vos cartes. Les labyrinthes n’ont pas été inventés autour des années 1700. Les labyrinthes sont aussi anciens que les fondations du monde. Un labyrinthe est dimension, gravité ; c’est le champ unifié. Personne ne le sait. Et personne n’a jamais enseigné quelle est la vraie nature de Shiva et du Corps Bleu (Blue Body). Les toiles bleues ne viennent de personne d’autre que de moi Ramtha, le souffle que vous pratiquez ne vient de nulle part. Aucune forme de yoga n’est aussi puissante que ce souffle. Il ne s’agit donc pas – absolument pas – de plagiat d’un quelconque Nouvel Age, de sucer des cristaux, de manger des graines d’oiseau ou d’hypocrites au linge blanc. Nous n’avons pas non plus de choses en or sur les murs, bien que nous devions peut-être considérer cela un jour. Nous ne sommes pas assis sur des bancs d’église. Nous fumons la pipe. Nous ne brûlons pas d’encens, sauf celui qui sort de votre nez. Nous ne nous nourrissons pas non plus de crackers secs et de jus de raison en substitution pour la chair du Christ et le vin. Nous nous mettons juste au travail. Regardez bien cependant, après que ces paroles auront été connues dans le monde, combien de gens vont essayer de plagier ce qui fut enseigné ici. Souvenez-vous alors ; cet enseignement ne vient pas d’eux et ils n’ont donc ni le pouvoir, ni l’autorité, ni la magie. 

Personne qui n’est un Dieu ne va vous enseigner rien de ce que vous avez appris. Vous êtes dans l’Ecole de Sagesse Ancienne la plus inestimable qui ait jamais existé. Femmes, hommes et enfants sont ensemble ici. Ces singes sacrés des Himalaya ne traitent pas les femmes ainsi. Il est aisé de comprendre pourquoi. Mais, s’ils sont aussi fragiles, vous savez, ils ne peuvent aller à Dieu s’ils ont peur des femmes. Il est certain aussi que les femmes ne vont pas aller à Dieu non plu si elles abusent et maltraitent qui elles sont. Remarquez quelle couleur ? Dieu n’est pas blanc. Savez-vous quelle est la couleur de ma peau ? Couleur cannelle foncée ; cheveux noirs, yeux noirs et très grands. Yeshua ben Joseph avait les cheveux roux. Vous savez, juste un petit fait ici. Et voici Dieu. Nous sommes tous semblables. 

Oh, je vis Dieu en toutes ces choses. Si belles. Je compris que, si nous sommes possédés ne serait-ce que d’un seul préjugé, notre souffrance est de ne pas être proches de ce contre quoi nous possédons le préjugé car en cela nous nous sommes séparés de la beauté de Dieu. 

Comment allons-nous devenir cette déité extraordinaire ? Combattez l’injustice en vous-mêmes, de même que les mensonges, les tromperies et cessez de jouer à tous ces jeux. Pardonnez, pardonnez. Ne suivez pas l’opinion des autres sur la manière dont vous devriez être, parce que vous avez peut-être utilisé cette opinion pour obtenir toutes sortes de décadences du fait que vous pouvez toujours leur en faire porter la responsabilité. Il est peut-être temps de grandir et de penser à vivre 200 ans. En faisant cela, vous prenez la défense de cette déité. Chaque jour, nous irons, nous faisons chanter cette harpe avec une telle harmonie, une telle magie, et tous les jours où nous créons notre journée, nous avons davantage de pouvoir. Et toute journée où nous nous confessons, aussi douloureux et humiliant que cela soit, nous recouvrons notre pouvoir car cela nous redonne notre liberté. Nous nous rapprochons alors davantage de Dieu, nous le défendons et vivons impeccablement. 

Puisque le monde ne le fait pas, vous devriez pensez en vous-mêmes ; comment puis-je savoir qu’il existe des maîtres ? Parce que nous sommes les seuls qui restent. Je veux aller où ils sont allés et je veux savoir ce qu’ils savent. Et il est évident que ce qu’ils savent n’est pas ce qu’en pensent tous ces gens. Je veux que vous vous aimiez vous-même. Aimez-vous suffisamment pour vous nettoyer, suffisamment pour pardonner et permettre, pour réaliser que même vos parents sont des Dieux, des êtres humains, des Esprits luttant pour être humains et cherchant tellement à être approuvés. Souvenez-vous de cela. La compréhension mène loin dans ce monde-ci, mais nous devons d’abord nous la donner à nous-mêmes. 

Ainsi, si quelqu’un vous dit : « Eh bien, en quoi crois-tu » ?

Dites : « La seule religion que je connaisse, qui est la seule que je sache que Dieu m’ai donnée, c’est ma vie. Ma vie est ma religion. Et vivre heureux est ma prière quotidienne ». 

Qu’il en soit ainsi. 

  retranscrit par Francesca du blog  http://francesca1.unblog.fr/

Ramtha  Extrait du Chapitre : « Jéhovah, Dieu de la Guerre et de la Vengeance » aux Editions AdA.

L’Humanité est davantage qu’elle ne le paraît

 

 

images (3)Il peut être démontré scientifiquement que tout objet sphérique qui est assujetti aux forces centrifuges du fait de son mouvement spécifique est creux, qu’il n’est pas solide par nature. Ramtha insiste pour dire que toutes les planètes de cette galaxie sont creuses et que les civilisations les plus avancées ont toujours vécu à l’intérieur de la sphère et non à l’extérieur. La force centrifuge de l’orbite d’une planète autour d’un soleil central pousse tout ce qui existe à l’intérieur vers sa structure externe. Ceci semble quelque chose de simple et de logique à admettre. Cependant, ce phénomène ne fait pas partie de la connaissance courant enseignée par les systèmes éducatifs d’aucun pays. La raison en est que, comme le dit Ramtha : « Personne ici ne sait rien par lui-même ni ne pense par lui-même. Quelle atrocité » ! 

Chacune des planètes existant dans un système solaire spécifique est née de son soleil mère central. Alors que la planète s’éloigne du soleil, elle se refroidit en termes de fréquence, s’abaissant dans la densité depuis la lumière, perdant sa chaleur ; Le soleil n’est pas de manière primordiale une énergie thermique. Il est essentiellement une forme plus élevée d’énergie appelée lumière. Lorsqu’une nouvelle planète est émise depuis le soleil, elle occupe l’orbite qui est la plus proche du soleil, comme celle de Mercure que l’on appelle l’orbite berceau. Une planète est parvenue à maturité lorsqu’elle se trouve sur l’orbite où Vénus est actuellement ; C’est alors que l’intérieur devient creux et stable. 

Le concept d’une terre creuse semble être un postulat scientifique tellement simple qui contient d’énormes implications pour la société moderne et qui demande à être étudié et vérifié. Il est stupéfiant de considérer que l’avenir de notre civilisation réside peut-être tout près de nous, à l’intérieur de la terre et non pas au loin, sur une planète ou une galaxie située à des années-lumière de nous. 

La civilisation qui vit à l’intérieur de la terre a survécu à la guerre qui eut lieu sur le continent de l’Atlantide ainsi qu’aux divers changements cataclysmiques de la nature qui, à diverses époques, ont menacé la civilisation sur sa surface. Ces entités ont développé et maîtrisé la science de l’électromagnétisme et de la modulation de fréquence au point qu’elles peuvent sortir et entrer librement au travers de portails. Ce sont nos ancêtres qui possèdent une technologie très avancée. 

Leur société n’est pas de nature guerrière. Pour éviter la guerre, ils s’échappèrent en allant à l’intérieur. Les valeurs de la paix et de l’harmonie sont les principales lignes de conduite de leur culture, valeurs qui sont instillées en eux dès la naissance. Ils entretiennent des relations d’égalité entre tous, sans distinction de rang social, de race, de sexe ou de savoir-faire. C’est leur esprit créatif et évolutionnaire qui a soutenu leur culture, pas une religion. Ils n’ont pas de religion. 

Leur peau est de couleur verte ou turquoise, ce qui est dû à la constitution de leur sol, à la quantité de cuivre de l’eau et à la quantité limitée de lumière existant à l’intérieur. Les contes folkloriques qui parlent de royaumes perdus, de fées, de mains et d’elfes vivant aux côté des hommes et des femmes ont leurs racines historiques dans cette civilisation. Ils nous considèrent primitifs et la seule raison pour laquelle ils se rendent à l’extérieur est de s’assurer de l’état de la coquille extérieure de leur demeure et d’en sauvegarder l’intégrité. Ils ont la faculté d’utiliser les volcans et de provoquer des tremblements de terre de sorte à réguler et à protéger la stabilité de leur territoire ; Ce sont eux qui furent les premiers à venir d’au-delà du soleil et qui prirent part à la construction des grandes pyramides. Ce furent les premiers à aller à l’intérieur de la terre lorsque la surface se désintégrait et que des continents entiers basculaient. Ce sont eux, ainsi que les autres groupes qui se rendirent à l’intérieur de la Terre, qui sont les vestiges des anciennes civilisations perdues lors de la chute de l’Atlantide et de la Lémurie. 

Il existe de nombreuses portes menant à l’intérieur. Les Lémuriens vivaient sous la surface du sol dans des grottes et dans un réseau sophistiqué de tunnels qui recouvraient la longueur totale de leur continent. Certains de ces tunnels débouchaient très profondément à l’intérieur de la terre. Les deux régions polaires de la terre sont les principaux portails menant aux territoires intérieurs. Certaines montagnes, comme le mont Shasta, les montagnes de la Superstition et l’Himalaya servent aussi de portails. Ces entités possèdent également la faculté de créer une force G. capable d’ouvrir des portails en créant un vide en dessous de la mer du Japon, des Caraïbes et de l’Argentine. De même que la courbure de la terre n’est pas apparente sur la surface de la terre, l’intérieur apparaît, lui aussi, aplati. 

Les célèbres expéditions en direction du Pôle Nord et de l’arctique menées par l’amiral Richard E.Byrd en 1947 et 1956 sont les sources les mieux connues permettant de soutenir la possibilité de l’existence d’une civilisation vivant à l’intérieur de la terre. Néanmoins, les récits de ces expéditions qui sont disponibles sont quelque peu enveloppés de mystère et manquent de clarté. Durant son vol au-dessus de l’arctique au-delà du pôle Nord en 1947, l’amiral envoya des communiqués radio qui firent état de la présence, en-dessous de lui, non pas de glace et de neige, mais de régions de terre ferme recouvertes de montagnes, de forts, d’une végétation verte, de lacs et de cours d’eau ; il déclara également voir dans les sous-bois un étrange animal ressemblant à l’ancien mammouth. 

Les cartes du continent de l’Antarctique sont trompeuses. Selon Ramtha, la meilleure façon de se rendre à l’intérieur de la Terre est le pôle Sud. Plus l’on s’approche de l’ouverture plus la température est élevée, ce qui est contraire à toutes les prévisions traditionnelles. La plus grande difficulté qu’il y ait à voyager dans ces régions vient du fait que ce lieu n’apparaît sur aucune carte et que les instruments disponibles ne fournissent pas de mesures exactes. Les aiguilles d’un compas ne sont pas dirigées vers le vrai nord ou le vrai sud. Elles sont censées indiquer le nord magnétique ; Pour diverses raisons cependant, le champ électromagnétique de la terre fluctue et varie plus l’on s’approche des régions polaires. 

Ramtha indique que, lorsque notre civilisation trouvera une base d’amitié authentique avec l’ennemi intérieur », ils partageront avec nous la science et la technologie qui rendent les voyages interstellaires possibles en un clin d’œil. La guerre comme moyen de défense et de protection contre la menace potentielle que posent d’autres cultures en possession de technologies époustouflantes telles que celles-ci est dénuée de sens et inadéquat. Le Docteur Steven Greer, qui a mené la recherche la plus complète et la mieux documentée sur les apparitions d’extraterrestres, recueillant des données de douzaines de témoins militaires, gouvernementaux et des services de renseignement, fait la même observation. Le fait qu’ils n’aient pas utilisé leur situation avantageuse pour envahir et dominer la race humaine, comme cela est dépeint dans diverses formes de divertissement, démontre que la guerre ne fait pas partie de leur ordre du jour et n’est pas une priorité pour eux, mais qu’elle fait partie des fantasmes existant dans les esprits de leurs auteurs. 

La vérité cachée derrière les mythes et les légendes des civilisations perdues faisant état de populations étranges qui connaissent une joie contagieuse, possèdent le donc de la longévité et l’amour de la simplicité possède peut-être le secret que la race humaine a besoin de découvrir de sorte à survivre à la prochaine étape de  sa croissance et de son évolution. 

  retranscrit par Francesca

Ramtha  Extrait du Chapitre : « L’avenir de notre civilisation » aux Editions AdA.

Que dire du partage d’âme ou des âmes

 ainsi que des « walk-ins » ?

images (7)Je vais maintenant vous parler d’une chose qui va grandement défier votre perception de la « collectivité ». Nous abordons le sujet complexe du partage de l’âme ou du partage des âmes, selon votre libre choix des mots. Cela va peut-être fragmenter une sorte de paradigme de vos pensées traditionnelles.

Nous allons commencer par le plus simple, puis nous passerons au plus complexe. Le partage de l’âme ! Avez-vous déjà entendu parler d’un walk-in ? Beaucoup d’entre vous en ont entendu parler ou lu des articles sur ce sujet. Parlons de ce qu’est un walk-in, de ce que vous pensez, de ce que vous avez appris et de ce que l’on vous enseigné à leur sujet. Ajoutons-y les problèmes de logique et de singularité qui existent, à cause de ce sujet.

Voici une notion ou un concept qui vous a souvent été enseigné. Un Être Humain décède et revient. Mais, pour revenir rapidement et éviter de passer par la prime enfance et/ou l’enfance [NDIT - Prime enfance = 0 (naissance) à 7 ans, et enfance = 7 à 12 ans], cette entité entre dans le corps physique d’un Être Humain dont l’âge varie, généralement, de 7 à 15 ans. Donc, il y a un corps physique qui est habité par deux âmes ou entités, pour ainsi dire.

Afin d’accomplir des choses spirituelles plus rapidement, il y aurait un accord commun pour ce partage d’âmes, pour cette entrée d’une autre âme, dans le même véhicule biologique d’une âme déjà en incarnation qui a, généralement 13 ans. Maintenant, vous avez, soi-disant, deux âmes dans le même corps physique. Me suivez-vous, jusqu’à maintenant ?

[NDIT – En anglais, l’écriture et la prononciation des chiffres 13 à 19 inclusivement, finissent toutes par « teen ». Voilà d’où vient le mot « teen-ager ». L’âge de « teen ». Larousse = Teen-ager [tined¥œr] nom (anglo-américain -teen, suffixe employé dans les chiffres de 13 à 19, et âge) [pluriel teen-agers] Fam. Adolescent.)]

Maintenant, imaginons cette situation. L’âme walk-in est-elle aux commandes ou non ? Qui est aux commandes ? Si une âme s’appelle Marie et que l’autre s’appelle Jean, que feront-elles ? Quel cheminement spirituel Marie veut-elle poursuivre et quel est celui de Jean ? Ceci porte à confusion, n’est-ce pas ? Qui va progresser et qui va stagner ? Qui va s’asseoir sur la banquette arrière ? Quelle est la raison d’être, quel est le processus de cette situation ?

Les Êtres Humains qui sont ésotériques vont se tordre les mains et avoir des discussions intenses. Ils soutiendront et diront : « Comment est-ce possible, que doit-on faire ? » Alors, que dites-vous de ce sujet ? Est-ce un problème ? Si oui, est-ce qu’il y a une solution ?

Vous êtes devant un imbroglio, et toutes les machinations de votre logique révèlent que votre limitation humaine 3D vous place dans un état de perception faussée. Marie et Jean sont bien à l’aise, dans cette situation. Voyez-vous, ce que vous ne savez pas et n’avez pas compris, c’est qu’il n’y a pas deux âmes dans un même corps physique. Il y en a seulement une, et elle est appelée Dieu.

Marie et Jean ne font qu’un partage d’âme [non pas de Divinité Intérieure]. C’est seulement votre mental humain, qui voit une séparation. Une âme qui se réunit et partage avec une autre, est comme Dieu avec Dieu. C’est vous avec vous. Vous êtes simplement plus gros, puisque vous avez réuni vos « soupes individuelles ».

Imaginons les pensées et les questions qui vont « trotter dans la tête » de beaucoup d’Êtres Humains : « Alors, Kryeon, que dis-tu des attributs akashiques de Marie et Jean ? » Si je vous disais qu’ils les ont combinés ou harmonisés, me croiriez-vous ? Si je vous disais qu’il s’agit simplement d’une amplification qui n’est ni supérieure ni inférieure, me croiriez-vous ? Serait-ce acceptable, selon votre vérité ? Si je vous disais que la raison d’être des « walk-ins » est de combiner les attributs akashiques, me croiriez-vous ? Saviez-vous que des attributs akashiques ou « expériences de vies en incarnation », peuvent se combiner, s’unifier, selon votre choix des mots ? Oui, je sais que cela porte à confusion, puisque vous pensez ou cherchez à être « Unique », autant du côté Esprit que celui de l’Âme. Voyez-vous que vous êtes peut-être plus grandioses que vous ne le pensez ?

Vous n’avez pas besoin « de fendre les cheveux en quatre, de chercher midi à quatorze heures », pour comprendre la majesté de votre Divinité Intérieure, de ce que vous appelez « Dieu », sur la planète Terre. Les situations dites « Walk-ins » sont très fréquentes, surtout avec une ancienne âme ou âme expérimentée qui revient rapidement dans une âme en incarnation qui a déjà atteint un certain âge biologique. Il s’agit d’un système de bienveillance et d’un système accéléré qui permettent que les expériences de vie se réalisent mieux que si elles s’étaient effectuées autrement. Cela prend moins de temps, selon la notion de temps linéaire. C’était la partie facile de notre message. La suite sera peut-être plus « abracadabrante » !

 L’âme-sœur/partage d’âme

[NDIT – Sans commentaires ;  http://www.eveildelaconscience.ca/ramthaamesoeur.htm    ]

Parlons maintenant de l’âme-sœur. Ce n’est pas toujours ce que vous pensez. Voici un exemple. Vous rencontrez une personne étrangère et il s’établit rapidement une connexion impulsive, sans raisons apparentes. Peu importe que ce soit une connexion romantique ou non. Cela crée parfois un sentiment de confusion. Cela provient peut-être d’une vie dite antérieure, où vous jouiez le rôle de sœur ou frère, de mère ou père, mais vos pensez ne pas vous connaître. Pourtant vous ressentez que vous avez des « atomes crochus », des affinités avec cette personne. Vous êtes sur la « même longueur d’ondes », selon vos propres termes ou expressions. Un simple regard entre « 4 zieux » en dit long. C’est abracadabrant. Vous devez avoir passé, ensemble, une foule de vies en incarnation, puisque vous avez les mêmes pensées, les mêmes idées et les mêmes passions. Vous vous sentez attirés par cette personne. Vous aimez la présence de cette personne, car elle représente des choses spéciales. Donc, vous pensez qu’il s’agit peut-être de votre propre « âme sœur ».

[NDIT - N'oubliez pas que ceci est d'abord et avant tout, une interprétation de ma part, et ensuite, une traduction de mon interprétation.]

Si je vous disais que vous venez de rencontrer une partie de vous-mêmes, me croiriez-vous ? Je vous ai dit que ce sujet sera « spooky/abracadabrant ». Se pourrait-il que le partage d’âme soit simplement une partie de vous-mêmes avec un autre Être Humain ? C’est là que plusieurs d’entre vous vont décrocher et dire : « Ceci n’est pas pour moi ! Cela me semble impossible ! » Chers Êtres Humains, en ce moment, je vous demande d’utiliser votre discernement et votre logique spirituelle. Si dieu n’est pas une entité à part de vous, s’il n’est pas une entité singulière, donc, vous faites partie du « tout-en-un », avec votre propre Divinité Intérieure. Est-ce vraiment abracadabrant ? [NDIT- Si la mer n'avait aucune goutte d'eau, elle ne serait pas vide. Elle serait inexistante, selon ma vérité individuelle.]

Si vous voyez une autre partie de vous-mêmes, à travers un autre Être Humain, est-ce vraiment abracadabrant ? Ceci n’est que l’une des manières du fonctionnement du partage d’âmes. Au lieu de voir Dieu, à travers ces entités, c’est plutôt vous-mêmes que vous voyez. C’est ce que vous appelez parfois « le jeu du miroir ». Pourtant, vous avez souvent l’impression d’être devant une chose ou une situation où vous avez parfois l’impression d’être inférieurs, n’est-ce pas ? Qui sait ? Vous avez peut-être été ensemble, à titre de walk-ins, dans l’une ou quelques-unes de vos vies dites « antérieures », à titre d’Être Humain. Si oui, donc, vous êtes de retour dans une situation similaire. Vous êtes deux, dans le même corps physique. Voilà ce qu’est une « âme-sœur » ! L’attraction mutuelle n’est pas étonnante, puisque l’une et l’autre se complètent.

Le partage de l’âme ne peut pas être expliqué de façon satisfaisante, à cause de la limitation humaine 3D. Si je vais plus loin, je risque de rendre ces choses encore plus compliquées.

 Le lien entre les réincarnations et les partages d’âme

Je vais vous parler d’une situation très difficile à comprendre. Voilà pourquoi je me servirai d’exemples, afin d’illustrer mon enseignement. Je vous ai dit qu’il y a un système de réincarnation qui honore la famille, et que, la plupart du temps, ce système vous incite à laisser passer une génération ou plus, avant de choisir de vous réincarner dans votre famille. Habituellement ou généralement, vous attendez deux générations ou plus [une génération = 25 années de temps linéaire humain]. Ceci permet à des âmes qui ne se sont pas encore incarnées sur la planète Terre, de faire ce choix d’apprentissage, avec leur nouvelle parenté génétique humaine. C’est un partenariat qui aide tout le monde, pour ainsi dire. Si vous êtes une âme expérimentée, il est très possible que votre ou que vos enfants ne soient pas tous des âmes expérimentées. Cependant, vos petits-enfants le seront – probablement. Ces situations sont très fréquentes.

Certains d’entre vous savent ce que je veux dire, puisque vous dites que vous connaissez très bien vos enfants, mais quand vous devenez grands-parents, vous remarquez ou reconnaissez parfois des choses inhabituelles chez vos petits-enfants. J’essaie d’être le plus explicite possible, dans ce domaine qui ne vous est pas familier. Mes enseignements au sujet de la réincarnation et du saut des générations ne sont pas tellement difficile à comprendre, dans le cas où vos grands-parents ne sont plus là. Cependant, s’ils sont encore en incarnation, il y a un problème. Vos parents peuvent-ils être vos petits-enfants, s’ils sont encore en incarnation ? Que pensez-vous de cela ? Vous regardez dans les yeux de vos enfants ou petits-enfants et vous savez qui ils sont, mais cela vous semble impossible ! Se pourrait-il que ce soit le cas ? [NDIT - J'ai interprété et traduit du mieux que je peux, mais je suis confus. Je ne comprends pas vraiment.]

Si je vous dis que c’est possible, avec le système du partage de l’âme, me croirez-vous ? Que ces entités soient en incarnation ou non, il y a un système qui permet ces manifestations, sauf que cela crée parfois un casse-tête, dans votre linéarité humaine. Dois-je mentionner que ces situations incroyables ne sont pas du tout un problème, selon votre divinité intérieure ou selon dieu ? Avez-vous déjà entendu dire que – dans la physique quantique – la lumière peut être à deux endroits en même temps ? Oui ? Alors, je vous souhaite la bienvenue, dans une nouvelle réalité ! Ce n’est pas si compliqué que ça, lorsque vous sortez de votre zone ou boîte 3D.

Attention, il y a plus ! Je vais maintenant vous parler de la différence entre l’héritage, l’akashique et la chimie de demain. Nous allons vraiment mélanger le tout. Je commence par quelques petites questions, un tantinet, embarrassantes. Qui êtes-vous vraiment ? Que vous a-t-on dit de mélanger ensemble ? Est-il possible que, plus vous apprenez à connaître les autres, plus vous commencez à voir, entrevoir ou percevoir votre divinité intérieure, plus vous voyez dieu en chacun de vous ? La connexion des âmes en incarnation est ce qui résout tous les problèmes, entre les variétés d’âmes en incarnation… Enfants, parents et grands-parents, sexes, croyances et religions, couleurs de peau, âges, etc., etc. C’est ce qui a constitué une sorte de mésentente, au cours de vos multiples vies en dite réincarnation. http://en.lyrics-copy.com/luc-cousineau/vivre-en-amour.htm 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=JXMjb0R2FKo 

Chers Êtres Humains, un jour viendra, où vous cheminerez comme celles et ceux que vous appelez « les maîtres qui ont marché sur cette planète ». À ce moment-là, vous saurez, sans chercher à croire ou tenter de vous convaincre de croire, que la même divinité intérieure existe en chaque Être Humain, et que la personnalité humaine est très différente de l’individualité ou de la divinité intérieure de chaque âme. Si vous cherchiez à savoir ce qu’est le secret de la « Paix sur Terre », je viens de vous donner un indice.

Lorsque vous regarderez dans les yeux des autres Êtres Humains, vous saurez, sans essayer de croire, que leurs désirs, aspirations et compassions sont identiques aux vôtres. Ces états d’âme, pour ainsi dire, vont créer de la générosité, non pas un esprit de sacrifice, mais plutôt un esprit de partage où tout le monde y gagne, au lieu d’une attitude de conquérant. Vous porterez attention sur ce que vous avez en commun, sur ce qui vous unit, au lieu de chercher les différences qui peuvent causer de la séparation. Plusieurs Êtres Humains s’observeront les uns les autres, sans préjugés, et ils seront dans un état de maturité, jour après jour. C’est le véhicule primordial de l’enseignement de dieu ou de la divinité intérieure, chez les Êtres Humains. Permettez que les autres voient ces attributs divins en vous et en eux, sans leur imposer quoi que ce soit.

 Kryeon

 Vous pouvez diffuser librement cette traduction, à condition que ce qui suit soit inclus et que la présentation ne soit pas modifiée.

Extrait de l’ Interprétation et traduction québécoise de ; JM – lire la suite sur le Site : http://kryeon.forumactif.com/forum.htm

Une ombre s’étire sur le monde

 

 

images (12)Ailleurs, j’ai beaucoup parlé de l’homme et de la femme et de la création de l’ego altéré.

La raison qui fait que l’humanité est piégée dans un comportement répétitif résulte du fait que vous avez créé l’ego altéré. L’ego altéré est en fait l’Antéchrist. On en parle comme de la méchanceté de l’homme. C’est en effet le modèle familier que tous les peuples ont suivi, même en mon temps. Il est devenu l’image, l’identité. Et cette image, cette identité sont comme des bêtes affamées qui doivent être continuellement nourries. 

Lorsque vous vivez sous l’emprise de votre ego altéré, vous entamez la force de votre divinité. Une partie passe à sauver la face, à bien faire, à dire les bonnes choses et à vivre une vie totalement correcte. Cela prend de votre énergie, de votre force vitale pour maintenir intact le masque. Et pourtant, la divinité ainsi opprimée est le grand ego, qui est le Dieu intérieur. C’est cela la stagnation de l’âme, cette âme qui n’a pas évolué depuis 35000 ans. Toute cette énergie a été perdue àmaintenir l’image en place. N’en êtes-vous pas las à la fin ? 

Maintenant, si nous parlions de l’image ? Lorsque quelqu’un vit en fonction de l’image, il y a certaines choses qu’il doit faire dans le but de maintenir cette image en vie et en bonne condition. Jusqu’à tout récemment, l’homme pensait qu’il devait accomplir certaines prouesses pour devenir un homme. Et la femme craignait de ne pouvoir survivre si elle ne faisait certaines choses de son côté, croyant que sa survie lui viendrait de la gent masculine.

Lorsque vous commencerez à comprendre l’évolution de l’âme, vous comprendrez aisément l’ego altéré et la place qu’il a occupée jusqu’à ce jour. 

Nous allons maintenant parler de l’homme, c’est-à-dire du genre masculin. Le genre masculin, dans la ronde des changements qui s’en viennent, est responsable de ce qui se passe dans votre monde, économiquement parlant. Il est responsable de la famine. Le genre masculin est responsable de la guerre. Nous allons donc parler de l’homme, des hommes.

En séparant les hommes des femmes, il y a de cela des siècles, il fut nécessaire pour un homme de ne pas être associé à une femme, parce que Dieu, après tout, était un homme. Son fils était un homme et on a suggéré que le Saint-Esprit, quel qu’il soit, était un homme ! Au niveau de la compréhension masculine, l’homme était en fin de compte divin et la femme uniquement là pour le servir. Par conséquent, elle ne pouvait parvenir à la divinité que si son mari n’intercédait en sa faveur auprès de Dieu.

Une caractéristique distinctive commença à se dessiner chez l’homme à partir du moment où on commença à considérer que les femmes n’avaient pas d’âme, il y a de cela des siècles. L’homme, par peur de retrouver une partie de lui-même chez la femme, dut s’efforcer de développer certains traits émotionnels susceptibles d’exalter son soi, tout en se maintenant séparé de la femme. Et toutes ces émotions qui constituent votre image se retrouvent aujourd’hui refoulées dans le corps. 

Maintenant, nous allons parler de l’image. Par exemple, un homme ne pouvait pas pleurer. Il ne pouvait exprimer de la compassion ni de la tendresse. Il ne pouvait verser une larme dans la douceur d’un moment ni s’arrêter pour humer le pétale soyeux d’une fleur sauvage. Car s’il le faisait, il était considéré comme un faible, donc comme une femme qui, nous le savons maintenant, n’était pas considérée comme divine. L’homme devait accomplir des exploits, il devait être gagnant, il ne pouvait se permettre l’échec. L’insuccès était associé aux femmes.

L’homme commença à considérer qu’il était de son devoir non seulement de féconder de sa semence le monde entier, mais également de s’occuper de ses autres affaires. Donc l’homme se mit à concevoir et à créer une image dans laquelle la soif de l’accomplissement personnel devenait l’ultime pouvoir. Ce fut ce pour quoi il a travaillé, ce qu’il a désiré, ce qu’il a convoité. Dans son sommeil, ses rêves tendres n’étaient pas peuplés de petits enfants ni de lilas. Il rêvait de conquérir d’autres hommes et d’apparaître puissant à leurs yeux. 

Bien que cela dure depuis 35000 ans, selon votre échelle du temps, chaque vie, chaque génération cimente la division entre hommes et femmes ainsi que leurs stéréotypes. Même vos enseignements sur Dieu, dans le cadre de la religion, ont séparé les hommes des femmes, jusque dans la prière. L’accomplissement ultime de l’homme n’était pas s’aimer, en référence à cette image qu’il avait créée, mais d’obtenir le pouvoir, car ce pouvoir renforçait son image et lui donnait de la crédibilité. 

Alors que l’accomplissement ultime chez la femme serait d’être aimée par son homme parfait, chez l’homme de sa vie, l’ultime accomplissement (en accord avec son image) serait les affaires et le pouvoir et non d’aimer une femme. Vous comprenez donc maintenant pourquoi les hommes prirent leurs aventures, selon votre expression, tellement à la légère, forniquant et se roulant dans le foin. Comprenez-vous ?

Cela ne voulait rien dire pour eux. Cela représentait uniquement une gratification sexuelle et une relaxation. 

Avec le déroulement des siècles, cette image devint de plus en plus puissante. C’était l’homme qui était le roi et c’était lui, en effet, le guerrier. Il était le conquérant. Les hommes étaient toujours en train de créer des guerres, les uns contre les autres, prétextant souvent l’excuse que c’était la volonté de Dieu. Pour apaiser leur ego altéré, cette grandiose image à la mesure de laquelle ils de valent vivre. A chaque vie, le but de cette âme serait d’acquérir le pouvoir, non pas l’amour. L’amour n’a pas facilement sa place dans l’ego altéré. L’amour réside dans le Dieu intérieur, l’ego. Non pas dans l’image de l’ego. Non pas dans l’image qui recouvre chacun d’entre vous qui lisez ce livre. 

 (*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

Demain doit arriver car vous avez trop de rendez-vous à ne pas manquer

 

 

2bDemain. Pouvez-vous prouver que demain s’en vient ? Pouvez-vous prouver qu’une quinzaine de jours vont suivre, sans utiliser vos calendriers ? Cela doit venir, car vous avez beaucoup trop de rendez-vous à ne pas manquer. Vous comptez sur le fait qu’une quinzaine de jours suivront à partir de maintenant. Vous pigez ? C’est de cette façon que vous savez qu’une quinzaine s’en vient. Mais jusqu’à ce que cet instant ne se produise (dans une quinzaine), vous ne pouvez en prouver l’existence.

Dans deux semaines à partir de ce jour-ci, votre destinée se manifestera dans votre vie, conformément aux attitudes émotionnelles que vous glanez aujourd’hui. En effet, votre vie changera dans une quinzaine en accord avec la connaissance acquise aujourd’hui. Cela se manifestera car, ayant élargi votre réalité, et en vérité aussi votre perception, votre destinée manifestée s’élargit par le fait même. Ce que vous lisez en ce jour peut influer sur vos lendemains si vous envoyez à votre âme le message de retirer le gardien de la porte. 

Les êtres humains sont très inconstants. En effet, vous êtes des créatures mouvantes. Oui, vous l’êtes. Les lois du karma, du péché éternel et tous ces concepts véhiculés par un enseignement limité relèvent d’un entendement limité parce que, lorsque vous faites intervenir l’élément choix, vous pouvez changer d’idée àn’importe quel moment. De cette façon, vous pouvez changer votre destin. Votre destin est changé automatiquement car il est le moment où se situe votre esprit, le maintenant, tel qu’il est perçu maintenant. Et si vous vous réveillez un beau matin et que vous changez votre attitude dans son ensemble, vous cesserez alors d’être un chaton apeuré et vous vous réveillerez aussi brave qu’un ours rempli d’un nouveau savoir inné. Votre destin, votre « maintenant» seront alors changés. Vous êtes très flexible. Vos vies sont très flexibles et le tout repose sur le choix. Le choix. Ne vaut-il pas mieux aimer que haïr ? Pardonner plutôt que faire la guerre ? Ce n’est qu’une question de choix. 

Considérez ce maintenant-ci. Regardez où vous êtes en ce moment même, assis ici, ou couché là. Ce maintenant, ce moment précis dans le temps est le résultat de ce que vous avez fait il y a quinze jours. Vous l’avez programmé. Il s’est actualisé et c’est ce qui a créé ce moment-ci. L’humanité dans son ensemble fonctionne selon le même principe. Vous n’êtes pas différents de vos frères qui vivent dans l’espace. Ils font ce qu’ils ont à faire, pourrait-on dire. Vous êtes identiques àeux. Donc la destinée de la race humaine est effectivement une destinée manifestée, basée sur l’attitude commune de chaque être humain. Et comme on le voit en ce moment, la destinée se manifeste dans le temps en fonction de l’attitude générale qui existe en ce moment même.

Comment pouvez-vous parler du futur? Il est ardu de spécifier des jours et des moments. Mais parler du futur de l’humanité est simple, car l’attitude collective engendre le destin qui se manifeste dans la vie de chacun. 

Dans ce livre, je vais vous entretenir du drame humain, de la destruction de l’homme et de la nature par l’homme. Ces prédictions qui sont faites à partir du drame humain et que vous maintenez hors de votre champ de vision, sont entièrement basées sur le mouvement collectif de l’humanité à l’heure présente. Elles sont basées sur les buts de l’humanité en ce moment précis. Et ces objectifs, comme on les voit en ce moment, sont en voie de se manifester. Rappelez-vous que ce que vous ressentez et embrassez émotivement aujourd’hui doit se manifester, telle est la loi. Comprenez-vous ?

 

                     (*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

Personne ne vaut d’être jugé.

 

ramthaAucune couleur de peau, aucune action, aucun n’importe quoi ne vaut que vous vous altériez, que vous vous soustrayez de l’état de Dieu, d’Être. Tout entité quelle qu’elle soit, quelle que soit son expression, aimez-les en vertu du Dieu en eux qui leur permet d’être tels qu’ils sont. Du seul fait qu’ils existent, ils méritent d’être aimés. Le fait qu’ils existent vaut plus que n’importe lequel de leurs actes. Aimez-les parce qu’ils sont, car tant qu’ils seront vous pouvez être assurés que vous serez également. Si vous les aimez faisant fi de qui ils sont et laissant votre amour être, tout simplement, alors vous serez constamment pur en votre être.

Quel est le moyen le plus simple d’ôter les jugements de vos mécanismes de pensée ? Prendre conscience de vos sentiments et des pensées responsables de leur existence. Le simple fait d’en avoir conscience vous apprendra à être plus affiné dans votre manière de penser.

Lorsque vous vous sentez malheureux, tristes, en colère, emplis de peur, pressé, séparé – ou tout autre sentiment qui vous est désagréable examinez la manière dont vous pensez. Vous ne tarderez pas à remarquer le lien entre vos pensées altérées – jugements portés sur vous-même ou les autres, perspectives fragmentaires de la vie et ces émotions déplaisantes. Et bientôt, quand vous serez lassés de ces sentiments, vous commencerez à affiner votre manière de pensée et à abandonner les jugements qui vous tiennent séparés de la vie. Alors que vous vous permettrez de faire l’expérience de pensées de plus en plus illimitées en votre être, vous commencerez aussi à remarquer qu’il existe un lien entre vos pensées illimitées et les sentiments de paix, de joie, d’harmonie et de légèreté corporelle. Et n’allez jamais vous juger pour les jugements que vous avez portés. Soyez indulgents envers vous et laissez simplement la conscience de vos pensées et de vos sentiments vous enseigner. Je peux vous assurer qu’elle le fera.

De tous les mots qui aient jamais créés, il en existe un qui convient admirablement à ces enseignements, le mot ” être “. Être.
Que signifie-t-il ? Il signifie vous permettre d’être, de quelque manière que ce soit, et de vous aimer totalement en cette manière d’être. Ressentir tout sentiment qui puisse se faire jour en vous et vivre cette émotion. Être, c’est vivre totalement dans le moment présent parce que vous savez que seul le Présent existe. Faire tout ce que vous avez envie de faire, c’est-à-dire vivre l’aventure à laquelle vous convie votre âme.

Pourquoi être ? Lorsque vous vivez de cette manière, vous ne vous jugez pas ni ne jugez les autres, ni aucune des pensées qui surviennent en votre esprit. Alors n’existent ni juste ni faux, ni possible ni impossible, ni parfait ni imparfait, ni positif ni négatif. L’illusion du temps disparaît qui vous empêche de ressentir et de savourer la beauté de l’instant. Lorsque vous vivez en état d’être, seuls existent l’Être de la vie et la perpétuité du Présent.

Lorsque vous êtes, vos pensées ne traînent plus ni dans le passé ni dans le futur, à se préoccuper de culpabilité et de remords, de devoirs et d’obligations. Dans l’être, vous ne vous attachez pas à aucune vérité en particulier mais vous êtes le réviseur de toutes vérités. Vous voyez toutes vérités comme Étant et vous permettez de les examiner toutes afin de déterminer si elles sont appropriées à votre état d’être. Lorsque vous vivez ainsi, vous examinez toutes les pensées qui se présentent à vous et, par l’intermédiaire de votre cerveau, celles-ci sont comprises par votre corps en tant que sentiments ; ceci donne naissance à plus de connaissance, plus de pensée, plus d’Être.

Lorsque vous êtes, simplement, vous êtes alignés avec l’Être de toutes choses. Étant ainsi alignés, vous pouvez avoir tout objet de votre désir, et, pour ce faire, il vous suffit d’être. Le Dieu de votre être attirera à vous toute chose dont vous avez la pensée, toute chose que vous désirez, immanquablement. Ceux qui s’occupent d’essayer d’effectuer selon tous les principes extérieurs bafouent quelque peu le principe intérieur. Si vous êtes, vous avez déjà et vous êtes tout.

Lorsque vous êtes, simplement, et vous permettez de capter toutes pensées, alors vous pouvez entendre la voix de Dieu. Alors, tout ce que vous avez toujours voulu connaître, vous pouvez le connaître en un clin d’œil. En ne jugeant pas vos pensées, les laissant se manifester comme émotion en votre âme, vous vivez comme un Dieu illimité, du seul fait que vous êtes ouvert à l’être et à tout ce qui est. Vous devenez alors le pur canal de votre propre divinité et vous vous rapprochez de la pure simplicité de l’esprit de Dieu.

Extrait du livre ” Ramtha, Le livre blanc “
traduit par Chantal Lafont
Chapitre 19 – Ouvrir son esprit, 
Editions AdA Inc. Varennes (Qc)

NOS MOTIVATIONS SECRÈTES


par
RAMTHA

NOS MOTIVATIONS SECRÈTES dans RAMTHA nous parle oracle_celteRÉVÉLATION DE NOS MOTIVATIONS SECRÈTES

Le Plan de la Béatitude est, pour ainsi dire, ce lieu doré merveilleux dont je vous ai fait connaître l’existence où, après la mort du corps physique si vous avez la chance d’aller plus loin – certains ne vont pas plus loin, mais si vous avez la chance d’aller plus loin – vous allez alors dans la lumière où vous êtes dépouillés et revoyez toute votre vie depuis votre conception dans la matrice jusqu’au jour de votre mort parce que tout acte, souvenez-vous, est le résultat direct d’une intention consciente, n’est-ce pas? L’action, en réalité, est l’énergie d’une intention consciente. Une intention consciente devient donc un concept vivant, viable, par l’action, l’énergie. Lorsque je vous dis que la conscience et l’énergie sont étroitement associées, ceci est une vérité, parce que ce que vous faites est l’acte de ce que vous savez. Ceci est ce que l’on appelle l’acte de faire l’expérience de la réalité.

Toutes ces expériences sont inscrites ici (le réseau neurologique ou « neuronet ») et dans ces bandes qui entourent votre corps. Ces bandes qui entourent votre corps sont gouvernées, si vous voulez, par l’âme. Vous allez apprendre cela ce soir. Lors de la revue dans la lumière, c’est l’âme qui révèle sa connaissance. Autrement dit, le Livre de Vie est ouvert. Ce Livre étant ouvert, on peut voir ce dont on ne peut parler selon les références du temps; le temps qu’il faut pour voir ceci n’est qu’un bref moment et pourtant c’est un million d’années. Lors de la revue de cette vie ici vécue, vous êtes à la fois l’Observateur, le participant et le récepteur. Ceci est intéressant car cela revient à dire que nous sommes toutes les choses présentes dans notre réalité, y compris toutes les personnes, et que ces personnes et notre affection – ce que l’on appelle en vérité notre magnétisme envers elles – sont des aspects d’eux-mêmes que nous sommes. C’est cela qui constitue le lien que nous avons avec eux. Tout comme les choses existant dans notre réalité sont des réflexions de nous-mêmes, là où nous nous trouvons est une réflexion de notre réalité. Tout ce qui existe autour de nous est donc ainsi l’action dans leur actualisation des pensées que nous entretenons là-haut (le neuronet).

Les êtres humains ont un problème car ils considèrent ceci dans leur vie comme séparé de ce qu’ils font. Ils se perçoivent séparés des choses qui sont présentes dans leur vie. Ils se perçoivent séparés des personnes qui sont présentes dans leur vie. Autrement dit, lorsque quelqu’un dit: « Voilà un individu remarquable, un individu qui est un Dieu souverain », la noblesse qu’il perçoit est semblable à la noblesse qu’il est lui-même. La raison pour laquelle il est présent dans sa vie est qu’il reflète parfaitement et de manière exquise un aspect de lui-même.

La voie royale menant à la perfection est de nettoyer notre vie de toute imperfection et de la remplir de la réflexion la plus élevée que nous souhaitons en nous-mêmes. Agir autrement revient à vivre un mensonge – un mensonge hypocrite – ou bien une vie où nous avons prostitué les aspects les plus nobles de nous-mêmes en faveur du dénominateur commun de la survie, ce qui est assurément le drame humain vécu selon les trois premiers sceaux: l’activité sexuelle, la naissance, la souffrance, le pouvoir et l’état de victime. Si nous nous laissons séduire et vivons ici, ayant réduit notre noblesse, que ce soit un homme ou une femme, il nettoie sa vie et se débarrasse des rebuts, de ce qui est imparfait. Il se débarrasse de la séduction, se débarrasse du mensonge, de 1 ‘hypocrisie, de son état de victime, de la tyrannie, il se débarrasse de tout cela et ne met dans sa vie – si ce n’est qu’une seule chose étincelante et belle – la chose étincelante et belle qui est le reflet exquis de sa faculté, à son plus haut point, d’actualiser la réalité. Ceci est exactement ce qui est présent là-haut (le neuronet)…

Voyons, pour en revenir à la revue dans la lumière, ce qui est exquis lors de la revue dans la lumière est le fait que – à cause de la manière dont l’âme utilise l’énergie – la comédie n’est pas jouée sur trois dimensions seulement; elle est en réalité jouée sur sept dimensions car nous la voyons depuis le principe divin qui représente chacun des acteurs de la comédie. Nous la voyons depuis l’Observateur, qui est l’Esprit de la comédie. Nous la voyons depuis le point de vue de l’âme, qui représente la personnalité de l’individu avec le sens qu’elle a d’être individuelle. Nous la voyons donc sur chacun de ces plans depuis un niveau sacré. Et votre vie entière commence à passer devant vos yeux. Toute pensée crée une action. Vous devenez la pensée. Vous, en tant que personnalité, ressentez l’action. Mais ensuite, étant le principe divin, l’Esprit, vous êtes la réaction de cette action dans l’environnement tout entier si bien que vous en faites l’expérience sur chaque niveau. N’est-ce pas là comment nous apprenons véritablement, car nous savons alors l’effet de nos pensées et de nos actions sur les autres, sur d’autres formes de vie?

Ce processus est douloureux mais le Dieu en nous nous soutient de son amour et maintient en place la vision avec ses multiples facettes en sorte d’éviter que nous ne nous effondrions, ne tombions en pleurs et ne soyions pris au piège de notre individualité à qui il est donné de voir la comédie qu’elle a créée. Elle voit la souffrance qu’elle a créée chez un autre individu, une autre forme de vie. Elle voit la difficulté occasionnée dans l’environnement, créée pour des raisons égoistes, voulant être reconnue en tant qu’individu. Elle voit son pouvoir et la manière dont ce pouvoir tord et plie les choses. Mais ce Dieu, dans son amour, maintient côte à côte toutes les perspectives. Durant cette revue, il maintient l’intégrité de l’Esprit, l’intégrité de l’âme – qui représente la personnalité dans cette revue – et le Dieu; ils restent tous ensemble.

Ainsi, à un moment donné, nous tombons en larmes, pouvant à peine supporter la vue qui nous est présentée. Mais l’amour de Dieu qui est toutes choses nous submerge alors, nous donnant la force de continuer la revue suivant ses différentes perspectives. Sans cela, vous ne pourriez jamais aller jusqu’au bout; il suffit que vous ayez créé un intense regret dans cette vie-ci. Il va être difficile, lors de la revue dans la lumière, de voir quelles ont été vos intentions envers les autres, l’environnement et les formes de vie. Ultimement, qui en supporte les conséquences? Vous-mêmes. Cela vous est tous arrivé, et cela va vous arriver de nouveau…

Certains, dans leur fanatisme, prostituent l’enseignement de RAMTHA, ce qui est fort fâcheux. Ils professent une philosophie qui n’a pas été vécue dans la réalité, excepté à un degré où elle leur servait personnellement. Combien d’entre vous comprennent cela? Si cela sert la personne, c’est vécu dans la réalité. Sinon, cela demeure une philosophie. Autrement dit, certaines personnes jouent parfois avec la spiritualité lorsque cela est à leur avantage. Cela leur sert, mais ce n’est pas un élément stable de leur vie comme l’est le pain dont ils se rassasient dans leur vie. Leur compréhension demande à être élargie. Dans la lumière, nous commençons à percevoir à quel point nos intentions ont profondément affecté tout le monde et, si nous avons de quelconques motivations secrètes dans une quelconque de nos actions, de quelle manière ces motivations secrètes sont le crime à la fois sous-jacent et dominant.

La motivation secrète – secrète, la motivation réelle derrière l’action – c’est sur cela que nous sommes jugés. Nous ne sommes jamais jugés sur la surface; nous sommes jugés et pesés selon nos motivations secrètes – celles qui sont secrètes. Ceci est la raison pour laquelle j’insiste tellement pour que mes étudiants soient impeccables. N’ayez pas de motivations secrètes. Si vous en avez, débarrassez-vous de l’emballage et regardez-les. C’est cela que nous devons affiner, les motivations secrètes derrière nos actions et non pas l’emballage. Être impeccable, c’est vivre depuis ce lieu secret car c’est lui qui est le moteur derrière tout ce que nous faisons.

Cela est-il commun? Eh bien, en voici un exemple commun: vous êtes gentil avec quelqu’un, exceptionnellement gentil alors que votre intention n’est pas la gentillesse en elle-même; il lui est attaché une motivation secrète. Vous avez tous fait cela et la motivation secrète est que vous voulez obtenir quelque chose de cette personne. Vous voulez obtenir quelque chose, que ce soit une relation à quelque niveau que ce soit ou quelque chose à proprement parler. Habituellement, la motivation secrète est ce que vous voulez et la gentillesse est le véhicule qui va vous l’apporter. Combien d’entre vous comprennent? Vraiment? Vous comprenez donc tous maintenant ce qu’est une motivation secrète, n’est-ce pas?

C’est la motivation secrète en nous que nous devons affiner; nous devons l’affiner, et le faire sans émotion. Autrement dit, elle a déjà un attachement émotionnel qui lui est associé. Devenir son émotion revient à le redevenir de nouveau. Nous devons l’affiner en dehors des gens, lieux, choses, temps et événements. Si nous faisons cela ainsi, vous avons changé la substance de notre être. Nous sommes devenues une personne impeccable. Nous agissons exactement comme le dit notre motivation secrète. Nous sommes notre motivation secrète. Les signaux envoyés ne sont pas confus. Nous sommes ce que nous sommes.

Ce qui rend la revue dans la lumière compliquée est que la motivation secrète – la motivation secrète – est ce dont nous allons faire l’expérience en tant que personnalité. Ce dont nous faisons l’expérience en tant qu’objet de notre motivation secrète est la tromperie, la tromperie étant cette intention non impeccable.

Comprenez-vous? Combien d’entre vous comprennent? Autrement dit, il nous est donné d’être la personne envers laquelle nous avons été gentils: nous nous trouvons contraint à donner quelque chose, nous nous sentons utilisé, trahi comme un pion sur un échiquier. Alors que nous avons donné de nous-même par pure gentillesse, nous nous sommes rendu compte que nous avons été manipulés comme un pion en vue d’obtenir quelque chose de nous, que la gentillesse n’était pas authentique. Combien d’entre vous comprennent? Comment se fait-il que vous compreniez cela? Parce que nombre d’entre vous se sont trouvés du côté de celui qui a reçu d’une personne non sincère qui vous a donné ce que vous vouliez afin d’obtenir quelque chose de vous.

On peut parler de cela en termes très élémentaires et mentionner alors le pouvoir des femmes sur les hommes. Les femmes possèdent un pouvoir absolu sur les hommes parce qu’elles règnent sur la sexualité des hommes. Ceci est un fait, ne vous y trompez pas. Ceci est vrai et là est leur pouvoir. Est-ce de l’amour? Non, c’est de la séduction. La séduction, qu’est-ce que c’est? Une motivation secrète pour quelque chose d’autre; l’activité est donnée en tant que pouvoir pour soumettre l’énergie masculine à une force dominante qui a un plan tout à fait différent. C’est en ce domaine que nous voyons ce phénomène dans sa forme la plus nue, la plus animale, là où nous en voyons l’abus: nous voyons là d’un côté l’ignorance de l’homme – l’ignorance et la stupidité de l’homme envers ses attributs sexuels – au point où, à vrai dire, son cerveau se trouve dans son pénis et de l’autre un opérateur puissant et adroit, une femme fatale et, dans la lumière, nous sommes tout cela, nous savons ce que c’est lorsque quelqu’un profite de nous.

Vous voyez, on peut appliquer cela au niveau de la souffrance et de la douleur – la souffrance et la douleur. Quelqu’un qui souffre a le pouvoir sur quelqu’un en bonne santé. Quelqu’un qui démontre un certain pouvoir – une personne qui s’exprime avec facilité, avec pouvoir – est responsable de personnes moins fortes. Ceci explique pourquoi nous avons des principautés et des royautés, des états, des pays et des communautés locales. Les hommes politiques représentent le pouvoir sur les gens. Lorsque l’on parle des hommes et des femmes, il s’agit de la même chose.

Extraits de son livre Le mystère de la naissance et de la mort: le soi redéfini, p. 144-167.
Editions AdA, 2003

J.-Z. KNIGHT pour Ramtha

 

Judy Zebra Knight (née Judith Darlene Hampton le 16 mars 1946) est la directrice de JZK, Inc. en charge de la Ramtha’s School of Enlightenment. Le 7 février 1977, une entité appelée Ramtha, The Enlightened One, serait apparue à Knight dans sa cuisine. Depuis, elle diffuse les messages de Ramtha lors de transes particulières durant lesquelles elle s’exprime avec une voix gutturale dans un anglais ancien, et ses ouvrages, grâce à ses apparitions à la télévision et la promotion que lui a faite Shirley MacLaine, sont devenus les plus populaires du channelling américain. 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube

Extrait de l’Interview de J Z Knight 

Interview exclusive en français de l’enseignante spirituelle américaine J Z Knight ‘Channel’ à travers qui Ramtha, maitre ascensionné lemuro-atlante communique ses enseignements… 

Ramtha dit ‘Le Pouvoir est en Toi’.
N’est-il pas dangereux de dire cela à des gens qui n’ont peut-être pas fait de travail spirituel au préalable ? 

Ce message a depuis si longtemps été supprimé, nous devons seulement regarder l’état actuel du Monde et de la Nature pour voir ce qu’a produit cette tendance. Le message de Ramtha donne le Pouvoir aux individus de chercher et trouver les réponses en eux, et non pas chez les autres. Il permet de grandir et d’évoluer selon sa propre volonté, ses rêves et le désir d’en prendre conscience. Ce message encourage également les gens à découvrir ce qu’il insinue : qu’il faut prendre conscience des capacités innées de notre Cerveau ; ce qui donne tout son sens à la phrase décriée ‘ the Power Is in You’. 

En fait développer la capacité de créer la réalité à volonté fait évoluer l’Etre Humain pour le meilleur et non le pire. Un des effets parallèles représente le fait d’être plus consciencieux vis-à-vis de nous même et du monde qui nous entoure. 

Dans les Enseignements de Ramtha, développer cette capacité innée, naturelle, et inhérente à chacun est le véritable parcours spirituel vers la découverte de Soi et ce dont le monde a définitivement besoin en ce moment pour avancer vers un futur meilleur. 

Naissance de la Sagesse Ancienne

gif et floatiesEh bien, vous savez, les cultures qui vinrent ici n’avaient jamais eu une école ancienne. Ils n’en avaient jamais eu. Le concept d’école ancienne, bien qu’on le retrouve partout dans tous les univers, est originaire d’ici ; c’est ici qu’il existe réellement. Pourquoi donc ? 

  

Parce que les personnes de la terre sont dans une telle confusion par rapport à ce qui vaut d’être préservé du fait de leur mixage particulier entre les Dieux et la nature elle-même ; ils ne savent pas ce qui est désirable pour la voyage de  dans un costume humain. Leurs pensées à ce sujet sont fort troubles ; elles sont emplies de confusion. Le voyage d’une école ancienne de sagesse est par conséquent important car les gens ici oublient réellement qu’ils sont des créatures spirituelles. Ils l’oublient. Ils sont davantage enivrés par l’enchantement de leur humanité que nulle part ailleurs. 

C’est ainsi que de ces temps de chaos il y a trente-cinq mille ans naquit d’un barbare et de son peuple l’amorce du concept d’un enseignement spirituel, mystique, par exemple la niton de trouver la vérité sur le Dieu Inconnu non pas dans une machine mais dans les mécanismes de la nature et l’importance d’observer l’oiseau nocturne sur un nid près de moi et toutes les générations qui revenaient faire là leur nid. Grâce à la nature, j’appris ce qu’est la vie, non pas la vie fanatique mais la vie. Et, lorsque je fus descendu de mon rocher, je m’appliquai au cours de notre marche à donner à mes généraux cette connaissance. Et nous trouvâmes une grande forêt que je nommai Sambhala, avec un grand arbre en son centre. Et je pris mes généraux et les fis se tenir la main autour de ce géant. Et ils étaient si petits en comparaison avec cette créature magnifique. Et je les priai de répondre à cette énigme : cet arbres, que sait-il que vus ne savez pas ? 

Naissance de la Sagesse Ancienne dans RAMTHA nous parle shambhala

cette grande et merveilleuse question marqua, il y a trente cinq mille ans, le début de l’éveil spirituel car il s’agissait d’un éveil par rapport à la vie et du fait que nous sommes interconnectés avec elle. L’extase comme dans les bras du Seigneur de la Forêt, cela et ma blessure, firent que des cendres de la technologie et de fabuleuses créatures – l’espèce humaine issue de différentes régions du Néant – que des cendres de cette convergence s’éleva cette question, que sait-il que vous ne savez pas, ce qui sonna naissance à une quête spirituelle pour l’humanité. Cessez de vous battre cessez vos récoltes assez longtemps pour méditer sue la valeur de la vie. Cessez vos divertissements assez longtemps pour méditer sur vote mortalité. Cessez tout ce que vous êtes en train de faire assez longtemps pour poser une question ; « lorsque je ne serai plus, le ciel et la lune seront-ils toujours ici ? » Oui. « Ces arbres seront-ils toujours ici ? » Quelques-uns. « Le sol sera-t-il toujours ici ? Oui. Que sait-il donc que vous ne savez pas, vous qui êtes mortels face à l’immortalité ? Que sait-il que vous ne savez pas ? 

Belle question à poser à des gens occupés qui n’ont jamais pris le temps de penser à leur vie. 

[…] J’enseignai donc à mon peuple comment vivre leur vie, non pas en s’en abstenait mais en s’éloignant de ce qui est ennuyeux et fastidieux – parce que nous fîmes cela en chemin ; noue levions le camp et marchions. Je leur appris à vivre d’une manière plus simple, car la simplicité contient en elle-même la promesse d’une conscience supérieure. Je leur enseignai à être conscients, à sentir le vent, à sentir les changements subtils de la terre, des saisons, à être à l’unisson avec la terre. Ils devinrent ainsi à l’unisson avec la nature. Ils étaient dignes d’être préservés. Bien sûr, ils vivaient toujours leur vie mais ils étaient plus nobles, plus sages. Ils n’étaient pas hypocrites. Ils n’étaient pas fanatiques. Leur vie était magnifique et c’était lu choix de rester en arrière. Si tel est votre choix, si vous voulez avoir des enfants, ayez des enfants et soyer un père remarquable pour eux, une mère remarquable pour eux. Enseignez-leur la vérité, non pas la philosophie. Si vous voulez rester ici et cultiver les champs, cultivez les champs mais faites-le dans la joie, pas comme un fardeau car vous imprégnez la terre de graines d’espoir ; telle est l’attitude que vous devez avoir. Et ne prenez jamais à quiconque rien qui ne soit pas à vous. Créez-le pour vous-même. Voici ce que je leur enseignai de même que le fait qu’ils étaient eux-mêmes l’élément divin et qu’ils devaient appliquer cette connaissance dans leur vie. 

Voilà une vie spirituelle, une vie où l’Esprit passe en premier, le corps en second

Issu du livre de Ramtha : La civilisation humaine, les origines et l’évolution – aux éditions AdA – Introduction : la réalité n’est qu’un rêve – page 50… 

Vérité et Sagesse Ancienne

 

gif et floatiesRamtha met l’accent sur le fait que la seule manière de recouvrer totalement notre pouvoir en tant qu’êtres humains, de surmonter la difficulté et la fragilité de notre condition humaine, est de connaître la vérité sur nos origines et son histoire. Lorsque nous savons la vérité, nos peurs et nos démons intérieurs perdent leur pouvoir sur nous et ne peuvent nous maintenir dans une servitude aveugle. Nos origines remontent aux éons, non pas à un événement singulier de manipulation génétique d’un récent passé ou à un big-bang cosmique sans cause intelligente apparente. 

 

Ramtha se présente comme un être hors du temps qui s’est levé de la tombe de l’Antiquité, de l’oubli et de la désinformation pour créer un nouveau paradigme de sorte que les individus puissent célébrer non pas leur héritage, mais leur histoire spirituelle, leur évolution suprême. De même que Ramtha qui vécut lors d’événements cataclysmiques qui jouèrent un rôle dans son illumination, l’humanité s’avance vers une période de changements cosmiques, le soulèvement de la nature et de la société. Les changements de la Terre qui ont été prophétisés ne sont ni la rétribution des péchés de l’humanité par une force externe ou déité, ni la fin des temps ou du monde. Ces changements font partie du mouvement et de l’évolution de la création. Ils représentent une opportunité d’incorporer la sagesse gagnée dans le passé pour construire une nouvelle société qui soit plus alignée pour construire une nouvelle société qui soit plus alignée avec la Mère Nature et notre nature divine transcendantale. 

 

L’élévation de la conscience spirituelle à l’époque de Ramtha donna naissance au concept des Ecoles de Sagesse Ancienne. Il s’agit d’un élément très important qui a joué un rôle décisif dans l’évolution de l’humanité ; Ramtha l’intégra à sa réflexion sur notre histoire. La connaissance de notre véritable origine depuis le mouvement de contemplation sur soi du Néant et de notre nature de Dieux créant la réalité est ce qui est continuellement perdu au cours de l’histoire, ce qui a empêché l’évolution naturelle de la race humaine vers une totale conscience d’elle-même. 

 

La guerre que mena Ramtha contre l’arrogance et la tyrannie des Atlantes fut une rébellion contre la difficulté de la condition dans laquelle s’est immergée l’humanité. Le corps physique ou l’intellect devinrent l’identité de la personne plutôt que le véhicule de l’exploration du monde matériel. La chute des Dieux dans la masse physique leur a fait oublier leur véritable origine et leur véritable nature au point où cette vie perdit son aspect sacré, où la technologie et l’intellect humain furent adorés comme une déité. Le Dieu Inconnu des ancêtres de Ramtha demeura un personnage distant, muet et inaccessible dans la vie des gens comme i l’est dans de nombreuses religions aujourd’hui. La haine  qu’avait Ramtha pour le Dieu Inconnu fut le fil directeur de sa vie, le menant ultimement à comprendre ce Dieu d’une manière toute nouvelle. Il apprit que ce dernier n’était pas séparé de lui mais était le souffle de vie, le battement de son tambour intérieur, la scène de toute pensée et de toute existence. 

 

Ramtha voulut enseigner à son peuple ces réalisations et ces idées en établissant les fondations des Ecoles de Sagesse Ancienne. L’objet de l’enseignement n’était ni des lois ni des interdits mais un éveil, une ouverture vers le savoir et la compréhension de la simplicité de la vie de même que le lien existant entre toutes choses. Après son ascension, il continua à apporter sa connaissance à l’humanité par l’intermédiaire de diverses écoles, divers mouvements, poètes, philosophes et scientifiques qui en firent part dans leurs œuvres et leurs créations artistiques. En un mot, l’approche de Ramtha vise à mettre l’accent sur l’importance de la redéfinition de notre concept du soi. Il conclut que l’illumination est « la gloire de savoir qui et ce que nous sommes ». 

 

« Mais, vous voyez, la joie est un laisser-aller et c’est aussi une sagesse ; elle nous est donnée lorsque nous nous aimons suffisamment pour faire face à nos difficultés. Espérer que quelqu’un le fasse pour nous ne mène à rien. Moi-même, qui suis votre professeur, ne vous rendrait jamais heureux. Je suis ici pour vous dire qui vous êtes – à vous de faire vos choix en conséquence de cela – pour vous fournir une excellente connaissance que vous pourrez commencer à intégrer et pour vous apporter l’espoir ; je suis ici pour vous rappeler sans relâche que je m’adresse à des Dieux ici. Je m’adresse à des immortels qui possèdent une puissance telle qu’ils peuvent, du fait de leurs croyances, se damner eux-mêmes à une mort éternelle. Tel est le degré de votre puissance. Je m’adresse à des Dieux ». 

 

Issu du livre de Ramtha : La civilisation humaine, les origines et l’évolution – aux éditions AdA – Introduction : la réalité n’est qu’un rêve – page 37… 

Ramtha et le Point Zéro

 

fee2Le Point Zéro accomplit sa nature, faire connaître l’inconnu et évoluer, en imitant l’acte de contemplation du Néant. Ce faisant, le Point Zéro produisit un point d’éveil – de conscience – comme référence qui lui servit de miroir et grâce auquel il pourrait devenir conscient de lui-même ; Ramtha réfère à cette conscience miroir come étant la conscience secondaire ; le Point Zéro repose au sein du Néant et il n’existe aucune limite à ce qu’il peut connaître. La réflexion entre le Point Zéro et la conscience miroir crée un environnement, un plan tangible d’existence dans le temps et l’espace. L’Esprit est l’aspect dynamique du Point Zéro. C’est la volonté ou l’intention qui désire connaître et faire l’expérience de l’inconnu. La création des sept niveaux de conscience et des sept niveaux correspondants de temps et d’espace, ou fréquence, est le résultat de l’exploration des potentialités du Néant par le Point Zéro et la conscience miroir. Ce cheminement et cet acte de création lors de la descente de ces sept niveaux de conscience et d’énergie sont connus comme le cheminement de l’involution. Le cheminement de retour vers Dieu et le Néant est appelé le cheminement de l’évolution. L’âme est différente de l’Esprit. Ramtha parle de l’âme comme étant le Livre de Vie. L’âme enregistre toutes les expériences et la sagesse gagnée au cours du voyage dans l’involution et l’évolution. 

 

La condition de l’être humain est décrite en termes d’oubli, d’amnésie et d’ignorance de ses origines et de sa destinée. Le voyageur ou conscience miroir, s’est tellement identifié au plan d’existence le plus dense et le  plus lent qu’il en a oublié son immortalité et sa propre divinité. L’humanité est devenue une inconnue pour elle-même, pour le Dieu qui vit en nous et que nous sommes et elle a recherché assistance, signification et rédemption dans une source extérieure. En agissant ainsi, l’humanité renie sa propre divinité et prévient toute chance de libération de sa condition présente. 

 

Il est important de noter que, dans le système de pensée de Ramtha, le monde matériel – le plan d’existence le plus dense – et le corps physique ne sont jamais considérés comme néfastes, indésirables ou intrinsèquement mauvais. L’interprétation dualiste de la réalité typique des traditions gnostiques – qui souligne la lutte entre le bien et le mal,  le bon et le mauvais, la lumière et l’obscurité, le péché et la vertu – est totalement exclue du système de pensée de Ramtha. Ce qui devient une condition indésirables  est de demeurer dans un état d’ignorance et de reniement quant à notre nature et à notre destinée véritables. Il est absurde de défendre nos limites quand nous en sommes, en tant que conscience et énergie, els créateurs. 

 

La voie de l’illumination passe par le chemin de l’évolution qui nous ramène au Point Zéro. En accomplissant cette tâche, la personne remplit le mandat de faire connaître l’inconnu et apporte au Néant son expérience personnelle afin que celle-ci se transforme en sagesse perpétuelle. 

 

[…] En conclusion, les quatre pierres angulaires de la philosophie de Ramtha sont le concept du Néant, la conscience et l’énergie qui créent les sept niveaux de la réalité, l’affirmation : « Vous êtes Dieu » et le mandat de faire connaître l’inconnu. On retrouve de nombreuses traces de la pensée de Ramtha dans les traditions anciennes. Cependant, dans la plupart des cas ce ne sont que de faibles échos qui ont tès mal résisté au passage du temps et à la disparition du contexte qui aurait permis leur interprétation. Parmi ces traditions se retrouvent les philosophies des anciens Egyptiens et du pharaon Akhenaton, la description que Bouddha fit de lui –même en tant qu’être éveillé, la niton de Socrate sur la vertu et l’immortalité de l’âme, le concept des formes universelles de Platon, la vie et les enseignements de Yeshua ben Joseph les œuvres de l’apôtre saint Thomas, l’Hymne de la Perle, l’Hymne de la Parole Divine dans l’Evangile selon saint Jean, Apollonius de Tyrane, Origène, les Cathares et les Albigeois, François d’Assise, les mystiques juifs et chrétiens, le dessin de l’ascension du mont Carmel par saint Jean de la Croix, où le sommet de la pyramide se trouve placé au sommet de la tête du sujet, les oeuvres d’art de divers artistes comme Michel Ange et Léonard de Vinci  , les écrits et les expérieinces msytiques de Sainte Thérèse d’Avila, les œuvre de Fray Luis de Leon, les humaniste du mouvement de la Renaissance en Europe, les Rosicruciens, les maître de l’Extrême-Orient et plusieurs autres

 

Issu du livre de Ramtha : La civilisation humaine, les origines et l’évolution – aux éditions AdA – Note de l’éditeur– page 20… 

Le choix de Ramtha

 

Un channel est différent d’un médium du fait qu’un channel n’est pas l’intermédiaire entre la conscience dont il est le véhicule et le public. Un channel ne demeure pas dans un état altéré, comme neutralisé, lorsqu’il channelle. Au contraire, il quitte son corps arbre, écolo,gifcomplètement et permet à la conscience qu’il exprime d’utiliser pleinement ses fonctions et ses mouvements corporels. Lorsqu’il se présente à travers le channel qu’est JZ Knight, Ramtha a la faculté d’ouvrir les yeux, de marcher, de danser, de manger et de boire, de rire, de parler, de converser et d’enseigner à ses étudiants de manière personnelle. JZ.Knight est le seulet unique channel qu’il ait choisi et qu’il utilise pour transmettre son message. 

 

Le choix de Ramtha de faire connaître son message par le biais du corps d’une femme plutôt que d’utiliser son propre corps physique est une façon d’affirmer que Dieu et le divin ne sont pas la prérogative unique des hommes et que les femmes aussi sont de riches manifestations du divin, capables de démontrer que l’important dans sa philosophie n’est pas d’adorer le messager ou un visage ou une image – ce qui a anéanti une grande partie des efforts fournis dans le passé pour éclairer les hommes – mais d’écouter le message lui-même. C’est également une façon de déclarer que la véritable essence de la personne humaine ne se limite pas au simple corps physique ou à un sexe spécifique. Le phénomène du « channelling » trouve par conséquent sa place dans le cadre du système de pensée de Ramtha. En d’autres termes, le phénomène de channel tel qu’il se produit dans la personne de JZ Knight n’est possible que si les enseignements de Ramtha sont vrais. 

 

La véracité de ce phénomène souligne la vérité du message de Ramtha. Il est important de prendre ceci en considération car les progrès réalisés par la science ont permis le développement de tests et d’équipements capables d’analyser ce phénomène et de l’étudier du oint de vue de la physiologie de la neurologie et de la psychologie. Il existe aujourd’hui des techniques scientifiques permettant d’étudier le phénomène du channelling tel que réalisé par JZ Knight et d’éliminer tout risque de supercherie. Ces études scientifiques eurent lieu en 1996 lorsqu’un distingué comité composé de douze érudits – des scientifiques, des psychologues, des sociologues et des experts religieux – étudia JZ Knight avant, pendant et après le channeling de Ramtha . 

 

Les enseignements de Ramtha couvrent un grand nombre de sujets qui servent tous à exposer les concepts fondamentaux de son propre système de pensée. En de multiples occasions, il insista sur le fait que la totalité de son message pourrait se résumer à cette phrase : « Vous êtes Dieu. » Mais comment devons-nous interpréter cette affirmation ? Il existe probablement autant de définitions du terme « Dieu » qu’il y a de personnes sur la terre. Afin de comprendre les enseignements de Ramtha correctement, il est crucial que nous prenions conscience à la fois de notre propre concept de Dieu et du contraste qu’il représente avec l’explication et la définition de Dieu et de la nature de la réalité données par Ramtha. 

 

Quelle est l’essence de toutes choses ? 

Quelle en est la source ? 

Quelle en est la nature ? 

Quelle en est la destinée ? 

 

Ramtha aborde ces questions en commençant avec le concept du Néant. Le Néant est la source d’où provient tout ce qui existe. Il décrit le Néant comme un vaste rien matériel, mais toutes choses potentielles. Dans le Néant, il n’y a rien. Ni mouvement ni action. En ce qui a trait à la question de Dieu, de nombreux courants philosophiques, y compris les théologies des religions monothéistes, ont conçu Dieu comme un être d’une intelligence suprême, infini, absolu, transcendant et immuable. Dans le système de Ramtha, les attributs de l’absolu, de l’infini et de l‘immuable sont les caractéristiques du Néant. Le Néant est complet en lui-même, il se suffit à lui-même, il est dans un état de repos et sans aucun besoin. Même si le Néant est considéré comme une immensité qui englobe tout, dans son état orignal il ne sait rien de lui-même, car la connaissance est une action… 

 

Issu du livre de Ramtha : La civilisation humaine, les origines et l’évolution – aux éditions AdA – Note de l’éditeur– page 15… 

12

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...