La vie au CENTRE DE LA TERRE

 

 

Les entités qui vivent dans l’intérieur sont vos frères supérieurs. Ce sont ceux qui ont survécu à une époque qui a pour ainsi dire contourné cette époque-ci et ils ont en vérité maîtrisé la technologie et la paix. Ils prospèrent à l’intérieur. Ce sont en vérité ceux qui découvrirent un paradis à l’intérieur, alors qu’ils n’ avaient nulle part ailleurs où aller. La connaissance des Atlantes, de leurs vaisseaux spatiaux et de leur technologie fut, en vérité, emportée avec eux, permettant pour ainsi dire leur salut dans le cœur de la Terre.

Ramtha.

images (5)Ils voient les choses et entrent en toutes choses, et réalisent toutes choses qui font l’objet de leur contemplation. Ils ont en vérité la faculté de devenir partie de ce qu’ils créent, ce qui leur permet assurément de créer un objet plus parfait. Ils ont créé des vaisseaux spatiaux en devant ce que sont les oiseaux. Et si le vaisseau se déplaçait de manière maladroite, ils imaginèrent en vérité des formes matérielles qui puissent réguler leur mouvement, réguler ce qu’on appelle les champs de force. Ainsi, maître, ils ont pu accomplir en eux-mêmes toutes les choses qu’ils ont accomplies. Leurs vaisseaux voyagent, en vérité, à partir de ce qui est connu comme des portes et des portails et nombreuses sont les entités, qui se sont placées ou implantées sur ce plan, ayant conçu des portes leur permettant d’entrer et de sortir à la dérobée. 

Non seulement ont-ils des choses comme ce qu’on appelle des vaisseaux spatiaux, mais également des choses comme en vérité des transports mobiles ; ceci veut dire qu’ils peuvent se déplacer eux-mêmes d’un endroit à un autre sur ce qu’on appelle un rayon de lumière en un instant. Ces entités sont en vérité vos ancêtres ou vos frères supérieurs uniquement en ce qui concerne la technologie, mais ils vous sont semblables. 

Pour ce qui est de la couleur de leurs vaisseaux, ils ont en vérité tout un flamboiement de couleurs auquel on peut donner le nom de vert et de rouge. Et la couronne extérieure de leur sphère est en vérité d’une couleur, d’une teinte jaune vif. Leurs vaisseaux fonctionnent en vérité sur ce qu’on appelle en vérité un champ magnétique et électrique visible dans les champs les plus élevés de la couleur. Telles qu’elles sont connues, les couleurs de la lumière sont en vérité les couleurs des vibrations des systèmes de support ; les couleurs les plus sombres sont en vérité les systèmes les plus faibles, les projectiles permettant en vérité d’atterrir en sécurité ou bien de rester en stationnement. Les lumières les plus vivres qui entourent la sphère de ce vaisseau sont en vérité ces choses qui ont la faculté de projection la plus rapide dans une éternité. En vérité, tel que cela est vu et connu dans votre temps, plus la lumière est blanche et claire, plus grande est la force qu’elle contient. 

En vérité, ces entités qui sortent à la surface sortent pour l’expérience et uniquement pour l’expérience de voir la coquille extérieure de leur demeure et, voir comment elle se comporte. Ils sont en vérité fort inquiets. Il y a eu en vérité des explosions à l’intérieur de la Terre ; il y en a eu dans les mers et en vérité également dans les atmosphères. Les explosions qui ont lieu dans la Terre sont en vérité ressenties dans leurs cieux. Comprenez bien cela. Ce qu’on appelle les volcans – ce qu’on appelle en vérité le tremblement de la surface de la Terre – sont des points de compression conçus en vérité par vos frères dans des lieux où de telles énergies peuvent être libérées de sorte à éviter que leur royaume ne soit en vérité détruit ; Les choses en sont ainsi. 

Cette société n’est pas de nature guerrière.Elle ne l’a jamais été, car ces entités se sont échappées en vérité pour se réfugier dans le sanctuaire intérieur de ce lieu-ci. Leur but en vérité était d’échapper à ce qu’on appelle la guerre et les machines de guerre. Au cours de leur évolution, maître, en vérité au cours du processus de leur évolution, ils sont en vérité devenus pacifiques et comprennent et aiment le fait que tous soient égaux. Si d’aucuns sont simples d’esprit, aussi tendres que le plus tendre des agneaux, ils sont considérés aussi importants à cause des tâches qu’ils accomplissent que le philosophe qui expose ses idées clairement et franchement. 

Tous ceux qui vivent en ce lieu sont reliés par une force commune faite d’amour. Bien qu’ils n’aient pas fait l’expérience de l’éclat de la lumière de cette stratosphère comme vous l’avez-vous-même faite, la lumière de leurs êtres a illuminé leur plan, leurs cœurs et leurs êtres. En ce qui concerne leurs religions, je peux vous dire ceci : ils n’en ont aucune, aucune religion. Ce qu’en vérité ils aiment par-dessus tout sont les objets qu’ils deviennent, car ils ont découverte en cela une réalité en laquelle croire. En devenant ces choses en lesquelles ils croient, maître, ils s’ouvrent en vérité à davantage de choses encore. 

En vérité, ils croient que la force – aussi grande ou dense qu’elle devienne dans la matière, aussi insaisissable qu’elle devienne dans la lumière – est un élément dominant de leur être tout entier de même que de toutes choses comprises et non comprises par vous. Maître, ils en aiment et en adorent l’idéal, ce qui leur ouvre en vérité une avenue comme vous le dites, leur permettant de voir de plus grandes réalisations et compréhensions. 

Dans cette existence, la couleur de leur peau n’appartient pas à ce que vous appelez des tons blancs ou bruns mais est en vérité un mélange des deux. En pénétrant en vérité dans la portion oxydée des gaz qui recouvrent les parois de la Terre intérieure, ils se sont harmonisés et accoutumés en vérité à ce qui ressemble en vérité à une teinte verte ou turquoise, ce qui est dû en vérité aux eaux qu’lis consomment dans leur corps et qui ne reçoivent qu’une quantité limitée de lumière de leur soleil diffus. Ils sont en vérité de couleur verte du fait de leur régime et de ce que l’on appelle la haute teneur en cuivre de l’eau qu’ils consomment. Revenus sur la surface de ce plan, entité, revenus dans cet environnement, ils perdraient rapidement cette couleur.

 Ayant pour la plupart souffert d’un grand nombre de traumatismes, les Atlantes ayant des difficultés du fait que leur type de peau prenait facilement un aspect ridé et tendu, ils transmirent ces traits génétiquement dans tous leurs gènes. 

Ceux qui vivent à l’intérieur sont vos frères plus avancés. Ce sont des entités qui sont en vérité étonnamment grandes et étonnamment petites ; Ils comprennent en vérité deux civilisations. Ceux que l’on appelle en vérité les nains et qui sont allés comme vous le dites dans le centre de la Terre. Ceux que dans vos langages on appelle les fées sont allés dans le centre de la Terre. Ceux que l’on appelle les elfes sont allés dans le centre de votre Terre. Telles sont les entités qui vivent en ces lieux. Ce sont les entités qui ont survécu à une époque qui a pour ainsi dire contourné cette époque-ci et ils ont en vérité maîtrisé la technologie et la paix. Ils prospèrent à l’intérieur. Et un jour en vérité, lorsque la grande lumière sera visible dans le ciel, vous les reverrez. 

Les Esprits de ces entités se sont élevés à des proportions plus vastes que ceux de leurs frères qui occupent les espaces extérieurs. C’est ce qui fait qu’ils appartiennent à une race supérieure.  Ils vous considèrent comme des primitifs. Ils sont en contact avec les frères habitant les autres espaces dans cette région de l’univers grâce à la Lumière. Ce qui est engendré de la pensée est la lumière. Ils se sont harmonisés au point où ils peuvent en vérité projeter leurs pensées sur un rayon fixe de lumière. La lumière se déplace en vérité en lignes parfaites qui ne dévient jamais en aucune autre direction que celle où elle doit aller. Et assurément, ils sont accordés avec tout ce qui reçoit la lumière. 

  retranscrit par Francesca

Ramtha  Extrait du Chapitre : « L’avenir de notre civilisation » aux Editions AdA.

 

La Science Intellectuelle des Atlantes

 

ramtha-02Il y a 35 000 mille ans, il existait un grand continent ; on l’appelait le continent de l’Atlantide. C’était la demeure des hommes à la peau rouge, entités à l’intellect superbe dont les connaissances de la superscience surpassaient de loin ce que votre communauté scientifique est à l’aube de découvrir de vos jours. Ces entités adoraient trois Dieu, tous des Dieux de l’intellect. Elles possédaient des vaisseaux qui se déplaçait en ligne droite, d’où l’importance de créer sur leur continent des sites d’atterrissage en divers lieux car la lumière ne suit pas la courbure de la Terre ; elle se déplace en ligne droite. Ces vaisseaux qui se déplaçaient sur la lumière allaient d’un point à un autre, car ils ne pouvaient pas se mouvoir le long d’une courbe. Cette science était due à l’intercommunication qui existait avec des entités d’un autre lieu, d’une autre étoile, si vous voulez. Bien que les vaisseaux des Atlantes aient été très primitifs, ils étaient néanmoins mobiles et pouvaient décoller. 

Les Atlantes communiquaient couramment avec d’autres formes de vie. A cause de leur technologie, ils commencèrent à adorer l’intellect et à oublier le grand pouvoir latent existant en eux-mêmes. Ils oublièrent qu’ils étaient Dieu. Pour parler en termes de temps, à chaque moment où vous détachez Dieu de vous-mêmes, le séparez de vous-mêmes, vous écartez de vous vos aspects divins et rendez Dieu inatteignable. La science intellectuelle devint la religion des Atlantes. 

Les Atlantes avaient des bases sur la Lune, ils avaient des bases sur Mars, la planète de la guerre comme vous l’appelez aujourd’hui. La raison pour laquelle la planète rouge est appelée la planète de la guerre est que les seigneurs de la guerre venaient de là pour faire la guerre aux colonies existant sur la surface de la Terre. Je ne parle pas d’armes primitives mais de vaisseaux qui se déplacent sur un rayon lumineux, qui se déplacent sur ce rayon, le transcendant et suivent sa trajectoire dans quelque direction que le rayon soit projeté. Ces peuples étaient si avancés technologiquement qu’ils entrèrent en guerre avec leurs semblables. La colonie qui demeurait sur le continent de l’Atlantide était donc en conflit avec la colonie qui demeurait sur la Lune. Et la colonie de l’Atlantide dirigeant un rayon laser sur le campement lunaire, détruisant son centre le plus puissant.  

Les Lémuriens du Pacifique étaient des géants – des géants. Je mesure moi-même plus de deux mètres cinquante dit Ramtha, mais certains de mes ancêtres mesuraient trois mètres cinquante ou quatre. C’était les grands Lémuriens. C’étaient des êtres hautement spirituels et leurs ancêtres venaient d’au-delà de l’Etoile polaire ; Ils n’étaient pas apparentés aux Atlantes, qui étaient plus petits et qu’on appelait les peaux rouges. Les Lémuriens avaient la peau couleur de cannelle – des êtres magnifiques, spirituels, ce qui signifie qu’ils possédaient toute la technologie, mais n’adoraient pas la technologie. Ils aimaient leur héritage. 

La Lémurie, la Mère patrie, Mu, était fort différente. C’était un paradis merveilleux avec ses feuillages, ses couleurs, ses teintes. Elle était encore protégée par une couche de nuages ; son tempérament égal faisait que la température était pratiquement la même partout, aussi loin que vous alliez vers le nord ou le sud, ce qui était propice à toute forme de vie végétale ou animale ; Le continent était comme un paradis. Le soleil ne fut jamais visible sur Mu car la couche nuageuse, les grands océans qui demeuraient dans les strates, diffusait la lumière ; ainsi, la lumière était diffuse. N’étant pas soumis à un rayonnement direct, tout prospérait et les soirées étaient comme un crépuscule éternel. 

La Terre entière était comme un jardin d’Eden, car la Terre entière avait des plantes tropicales ; Ce qui faisait défaut à ces deux civilisations y fut apporté de leurs patries et de leurs systèmes solaires respectifs, car tout pouvait pousser ici, sur la planète humide. Elle vivait dans une matrice de nuages et personne ne vit jamais le soleil à moins de voyager au-delà de la couverture nuageuse. 

Le Lémuriens, les Blancs, vivaient sous terre. Ils ne pouvaient vivre sur la surfe de leur continent car ils auraient été dévorés en grand nombre par les grandes bêtes qui fréquentaient la terre en ces temps-là. Ils bâtissaient donc des temples sur le sommet de très hautes montagnes ; là, ils pouvaient adorer dans les temples au crépuscule, c’est à dire le soir pour vous. Ils vivaient sous terre et leur système social tout entier commença à être fondé sur les communications à partir de perceptions extrasensorielles. Ils communiquaient par la pensée ; ils y étaient contraints. Ils ne possédaient pas les progrès de la technologie. Ils avaient seulement un grand Esprit car, vous voyez, les Lémuriens aimaient le Dieu Inconnu, ils révéraient le Dieu Inconnu ; c’est cela qu’ils révéraient. 

Les animaux commencèrent alors à envahir et à traverser les marécages des Amériques ; leur passage était devenu une menace pour l’Atlantide dont les terres étaient très sèches, humides, c’était de l’argile rouge ; les animaux commencèrent alors à traverser les déserts et les marécages de ce qui est aujourd’hui votre grand pays. Ils commencèrent à représenter une menace pour l’intégrité de la superbe Atlantide. Ce sont eux qui, de leur grande lumière perçante qui se déplaçait en ligne droite, brisèrent les stades au dessus de Mu ; quand ils dirigèrent la force de la lumière au-dessus des states de la Lémurie, celles-ci furent brisées et le déluge fut intense ; La couche nuageuse brisée, une chose remarquable se produit : lorsque les eaux se déversèrent et que la lumière directe du soleil se trouva exposée, les zones tempérées changèrent en un clin d’oeil car ce qui avait connu une température modérée sur le continent de la Lumérie dans sa totalité devin alors soumis à la lumière directe du soleil plutôt qu’à sa lumière diffuse. 

Lorsque les ondées se déversèrent, elles gelèrent immédiatement dans les régions septentrionales ; les océans qui étaient au-dessus de la Terre étaient si vastes que les eaux gelées créèrent instantanément des zones tempérées qui causèrent ce qu’on appelle votre Ere Glaciaire. Et en quelque chose comme dis minutes, les jungles tropicales de ce qu’on appelait jadis le Nord gelèrent. Les animaux qui vivaient là furent congelés en pergélisol et même les fleurs qu’ils avaient dans la gueule furent préservées. Tels furent les jours que connu Ramtha. 

En Lémurie, comme on l’appelait, une fois le gel commencé et lorsque les eaux commencèrent à fondre, le territoire de Mu fut recouvert. Il n’y eut pas de tremblement de terre ; C’était une vaste, énorme vallée avec des montagnes brumeuses qui perçaient les nuages, le lit parfait pour ce qui demeurait à l’extérieur de la Terre, l’océan. Tels furent les événements. Toute chose vivante fut prise. Là où existaient les grandes cités de l’Atlantide au Nord, rien ne survécut, tout fut recouvert. 

Lorsque tout ceci se produisit, le soleil fit son apparition pour la première fois jusque dans les régions les plus éloignées du monde. Certains endroits étaient encor grandement recouvert par les nuages ; C’est alors que les scientifique purent mesurer le temps selon ce qu’ils appellent la radioactivité des os ou d’un quelconque vestige – ce qu’ils appellent tune méthode de datation – parce que le soleil commença alors à pénétrer toute vie animée de ce que l’on appelle ses propulseurs de lumière, assaillant directement de radioactivité ce qu’on appelle cette planète. Les scientifiques ont donc pu dater votre plan selon la lumière qui toucha les fossiles qui furent découvert. Mais, entité, votre plan-ci existait avant ces événements, il y a plus de cinq millions et demi d’années. 

Les Lémuriens devinrent donc les pèlerins pour les illustres habitants de l’Atlantide ; Ces derniers les méprisèrent ; Savez-vous pourquoi ? Parce que la science intellectuelle était leur Dieu. ils considéraient les enfants de Lémurie comme dépourvus d’âme. Ils ne possédaient pas ce qu’on appelle la compréhension cosmique des rapports des gaz et de la lumière. Du fait qu’ils ne possédaient pas la mécanique intellectuelle, ils furent bientôt réduits à l’esclavage. Et cependant, ils arrivaient en masse à Onai. 

Un enfant lémurien d’alors était considéré moins qu’un chien dans la rue. Un chien dans la rue était l’objet de plus de respect qu’un enfant innocent né Lémurien. Les Atlantes les haïssaient et les rendirent bientôt victimes de leurs abus. Les actes de brutalité devinrent chose courante – femmes violées, enfants brutalisés, battus, sur lesquels ils urinaient ou crachaient. Les abus perpétrés contre les Lémuriens étaient des spectacles habituels dans les rues d’Onai. Que firent-ils d’eux ? Ils les mirent dans les champs. La technologie perdue dans le Nord, la vie devenait primitive dans le Sud. 

C’est ainsi que je naquis Lémurien et fis pèlerinage vers Onai avec ma mère et ce qu’on appelle mon frère bien aimé. Ma mère fut prise et abusée par de nombreux hommes, de nombreuses fois. Elle fut l’instrument de leurs abus. Et ma mère fut enceinte d’un enfant dont le père était inconnu. Et comme elle avait été fécondée, elle fut battue, abusée et jetée aux hyènes pour être dévorée. Le frère de mon être et moi-même sauvèrent ce qu’on appelle notre mère bien-aimée et bâtirent ce qu’on appelle une cabane. Nous nous mimes à voler dans les rues, à ramasser les graines dans les champs et nous cachâmes notre mère ; Cependant, à cause de tous les efforts qu’elle dut faire pour donner naissance au bébé qui avait grandi dans son ventre, hélas, elle mourut de faim et l’enfant, le petite fille qui se nourrissait à son sein, mourut aussi. 

Ce qu’on appelle l’amour et la blessure et l’avilissement de ma famille firent croître en moi une immense haine. Ce qu’on appelle en vérité la maison de ma maison et de l’enfant qu’elle nourrissait à son sein devenu desséché fut incendié. Alors que la fumée emplissait en vérité la vallée entière de sa suave puanteur, je m’interrogeai à propos de Dieu Inconnu de mon peuple ; j’étais empli de haine envers lui car, vous voyez, un enfant tient à ce qu’il aime ; un enfant essaie de faire la part de ce qui est juste ou injuste. Comment un grand Dieu qui régnait dans la grande nuit pouvait-il créer les monstres qui haïssaient tant mon peuple et moi-même ? Qu’avait donc fait ma mère pour mériter la mort horrible qu’elle avait endurée ? 

J’avais 14 ans, ou presque, selon le calendrier des années solaires de cette Terre, quand moururent ma mère et ma petite sœur et quand mon frère fut enlevé par un satrape, mutilé et molesté. Je mis le feu au logis de ma mère. Je brûlai ma mère et ma petite sœur qui étaient mortes de faim. Et moi qui étais considéré moins qu’un chien dans la rue par les intelligents Atlantes – Ma mère, une servante – Elle était belle, grande, royale et emplie d’autorité – avait servi un petit, tout petit homme de descendance atlante qui n’avait jamais vu les gloires de ses ancêtres (hommes et femmes). Il lui avait suffi de naître sur une planète ancienne éloignée d e sa propre patrie. Il n’avait jamais connu les aventures que ses ancêtres avaient connues pour conquérir et venir sur cette planète qui vacille de façon irrégulière. 

Je brûlai donc ma famille et versai des torrents de larmes. Je gravis alors la montagne  pour mourir, mais avec la détermination de tuer le Dieu qu’aimait ma mère.                                  

  retranscrit par Francesca

 

Ramtha  Extrait du Chapitre : « Les dieux nés sous forme humaine » aux Editions AdA.

L’exil de Dieu hors de la personne

 

 

images (6)La compréhension qu’a eue de Dieu l’humanité à travers l’histoire a malheureusement été modelée par la tendance à percevoir les limitations et les défauts de l’humanité plus que la personne en tant que source de ces limitations. En outre, l’humanité a perçu ces limitations comme une partie intrinsèque et fixe de sa nature plutôt que comme les défis et les situations qu’elle n’a pas encore surmontés, développés, et qu’elle n’a pas fait connaître. 

Les différentes descriptions traditionnelles de Dieu et du divin démontrent que Dieu a été créé à notre image, non pas l’inverse. Nous avons placé Dieu en dehors de nous afin d’échapper à la responsabilité de nos actes et de notre évolution dans la vie. Ramtha explique cette tendance commune en la comparant à une épée à deux tranchants ; si nous plaçons Dieu en dehors de nous, nous échappons à la responsabilité de notre destinée mais nous renions également notre véritable nature, notre faculté de changer et de créer grâce au pouvoir de notre conscience et de notre énergie. D’un autre côté, reconnaître notre identité véritable de Dieux immortels ayant entrepris un voyage d’évolution et d’exploration personnelle nous place face au défi colossal et effrayant d’assumer notre totale responsabilité de créateurs de notre propre destinée. Lorsque nous prenons en main notre vie, il s’ensuit un sens doux-amer de liberté car il n’existe alors plus personne que nous puissions blâmer ou montrer du doigt concernant notre vie, excepté nous-mêmes. 

Ramtha a dit, je cite : « Eh bien, débutants, c’est une épée à deux tranchants. L’épée est la raison pour laquelle nous avons créé Dieu à notre image ; nous avons créé une personne, un être, un être surnaturel, qui jugerait tout ce que nous faisons. Nous aurions alors la liberté de faire toutes ces choses au cours de notre vie, ne faisant appel à cette personne, cette force divine, que lorsque nous serions à nos dernières ressources. Une fois l’énergie de notre corps épuisée, une fois la santé de notre corps épuisée, après avoir refusé d’accorder à notre famille toute tendresse et tout amour, nous faisons appel à lui. Et la raison pour laquelle nous ne faisons pas appel à lui plutôt est que nous ne pensons pas que Dieu est ce que nous sommes fondamentalement. Pourtant, Dieu est le battement de notre cœur, il est notre souffle fondamental ». 

Il existe de nombreux récits de la Création et de nombreuses explications sur la nature de la réalité, depuis les très anciens textes de la civilisation Sumérienne, les traditions du Moyen-Orient, les philosophes Grecs, la Genèse et les traditions judéo-chrétiennes, es penseurs et scientifiques modernes, jusqu’aux archéologues et historiens impliqué dans une recherche alternative comme Zcharia Sichin. Tous tendent cependant à identifier la véritable identité de la personne au corps physique ; dans le Genèse par exemple, le récit de la création de l’homme et de la femme relate la création du corps physique. Ceci n’est que la moitié de l’histoire ; ce postulat commun comporte d’énormes implications. Ce même postulat est responsable de la confusion existant entre  le créateur de l’espèce humaine et le créateur ultime, source de toute existence ; Ramtha insiste continuellement sur l’importance d’être conscient de cette distinction, ce qui est une de ses contributions les plus précieuses en ce qui concerne la compréhension de Dieu, de l’humanité et du soi. 

De nombreux chercheurs modernes qui découvrir des preuves de l’intervention dans l’évolution humaine de races technologiquement avancée, venues de l’extérieur de la Terre avancent le même postulat erroné, négligeant de poser la question de la source ultime commune de ces deux races. Cette omission commune et ce manque de clarté ont créé beaucoup de confusion au sujet de notre véritable identité. De nombreuses religions et idéologies populaires de par le monde qui ont eu des répercussions importantes dans l’histoire de l’humanité ont été bâties sur cette confusion. Dans sa présentation, Ramtha là encore ne laisse aucun doute sur le fait que nous ne sommes en aucune manière subordonnés ou moindres que ces civilisations qui ont déclenché le commencement de l’évolution de la race humane en croisant leur ADN avec la nôtre ; l’ADN est comme le Livre de Vie de l’âme qui contient le récit et la sagesse du voyage de l’évolution. Néanmoins, notre véritable identité est le voyageur, l’invisible qui passe, l’observateur qui regarde au travers du masque de l’acteur, le personnage non identifié derrière le costume et qui joue un rôle sur la scène de la vie.

 

Réflexion suite aux lectures de Francesca  sur RAMTHA 

Que dire du partage d’âme ou des âmes

 ainsi que des « walk-ins » ?

images (7)Je vais maintenant vous parler d’une chose qui va grandement défier votre perception de la « collectivité ». Nous abordons le sujet complexe du partage de l’âme ou du partage des âmes, selon votre libre choix des mots. Cela va peut-être fragmenter une sorte de paradigme de vos pensées traditionnelles.

Nous allons commencer par le plus simple, puis nous passerons au plus complexe. Le partage de l’âme ! Avez-vous déjà entendu parler d’un walk-in ? Beaucoup d’entre vous en ont entendu parler ou lu des articles sur ce sujet. Parlons de ce qu’est un walk-in, de ce que vous pensez, de ce que vous avez appris et de ce que l’on vous enseigné à leur sujet. Ajoutons-y les problèmes de logique et de singularité qui existent, à cause de ce sujet.

Voici une notion ou un concept qui vous a souvent été enseigné. Un Être Humain décède et revient. Mais, pour revenir rapidement et éviter de passer par la prime enfance et/ou l’enfance [NDIT - Prime enfance = 0 (naissance) à 7 ans, et enfance = 7 à 12 ans], cette entité entre dans le corps physique d’un Être Humain dont l’âge varie, généralement, de 7 à 15 ans. Donc, il y a un corps physique qui est habité par deux âmes ou entités, pour ainsi dire.

Afin d’accomplir des choses spirituelles plus rapidement, il y aurait un accord commun pour ce partage d’âmes, pour cette entrée d’une autre âme, dans le même véhicule biologique d’une âme déjà en incarnation qui a, généralement 13 ans. Maintenant, vous avez, soi-disant, deux âmes dans le même corps physique. Me suivez-vous, jusqu’à maintenant ?

[NDIT – En anglais, l’écriture et la prononciation des chiffres 13 à 19 inclusivement, finissent toutes par « teen ». Voilà d’où vient le mot « teen-ager ». L’âge de « teen ». Larousse = Teen-ager [tined¥œr] nom (anglo-américain -teen, suffixe employé dans les chiffres de 13 à 19, et âge) [pluriel teen-agers] Fam. Adolescent.)]

Maintenant, imaginons cette situation. L’âme walk-in est-elle aux commandes ou non ? Qui est aux commandes ? Si une âme s’appelle Marie et que l’autre s’appelle Jean, que feront-elles ? Quel cheminement spirituel Marie veut-elle poursuivre et quel est celui de Jean ? Ceci porte à confusion, n’est-ce pas ? Qui va progresser et qui va stagner ? Qui va s’asseoir sur la banquette arrière ? Quelle est la raison d’être, quel est le processus de cette situation ?

Les Êtres Humains qui sont ésotériques vont se tordre les mains et avoir des discussions intenses. Ils soutiendront et diront : « Comment est-ce possible, que doit-on faire ? » Alors, que dites-vous de ce sujet ? Est-ce un problème ? Si oui, est-ce qu’il y a une solution ?

Vous êtes devant un imbroglio, et toutes les machinations de votre logique révèlent que votre limitation humaine 3D vous place dans un état de perception faussée. Marie et Jean sont bien à l’aise, dans cette situation. Voyez-vous, ce que vous ne savez pas et n’avez pas compris, c’est qu’il n’y a pas deux âmes dans un même corps physique. Il y en a seulement une, et elle est appelée Dieu.

Marie et Jean ne font qu’un partage d’âme [non pas de Divinité Intérieure]. C’est seulement votre mental humain, qui voit une séparation. Une âme qui se réunit et partage avec une autre, est comme Dieu avec Dieu. C’est vous avec vous. Vous êtes simplement plus gros, puisque vous avez réuni vos « soupes individuelles ».

Imaginons les pensées et les questions qui vont « trotter dans la tête » de beaucoup d’Êtres Humains : « Alors, Kryeon, que dis-tu des attributs akashiques de Marie et Jean ? » Si je vous disais qu’ils les ont combinés ou harmonisés, me croiriez-vous ? Si je vous disais qu’il s’agit simplement d’une amplification qui n’est ni supérieure ni inférieure, me croiriez-vous ? Serait-ce acceptable, selon votre vérité ? Si je vous disais que la raison d’être des « walk-ins » est de combiner les attributs akashiques, me croiriez-vous ? Saviez-vous que des attributs akashiques ou « expériences de vies en incarnation », peuvent se combiner, s’unifier, selon votre choix des mots ? Oui, je sais que cela porte à confusion, puisque vous pensez ou cherchez à être « Unique », autant du côté Esprit que celui de l’Âme. Voyez-vous que vous êtes peut-être plus grandioses que vous ne le pensez ?

Vous n’avez pas besoin « de fendre les cheveux en quatre, de chercher midi à quatorze heures », pour comprendre la majesté de votre Divinité Intérieure, de ce que vous appelez « Dieu », sur la planète Terre. Les situations dites « Walk-ins » sont très fréquentes, surtout avec une ancienne âme ou âme expérimentée qui revient rapidement dans une âme en incarnation qui a déjà atteint un certain âge biologique. Il s’agit d’un système de bienveillance et d’un système accéléré qui permettent que les expériences de vie se réalisent mieux que si elles s’étaient effectuées autrement. Cela prend moins de temps, selon la notion de temps linéaire. C’était la partie facile de notre message. La suite sera peut-être plus « abracadabrante » !

 L’âme-sœur/partage d’âme

[NDIT – Sans commentaires ;  http://www.eveildelaconscience.ca/ramthaamesoeur.htm    ]

Parlons maintenant de l’âme-sœur. Ce n’est pas toujours ce que vous pensez. Voici un exemple. Vous rencontrez une personne étrangère et il s’établit rapidement une connexion impulsive, sans raisons apparentes. Peu importe que ce soit une connexion romantique ou non. Cela crée parfois un sentiment de confusion. Cela provient peut-être d’une vie dite antérieure, où vous jouiez le rôle de sœur ou frère, de mère ou père, mais vos pensez ne pas vous connaître. Pourtant vous ressentez que vous avez des « atomes crochus », des affinités avec cette personne. Vous êtes sur la « même longueur d’ondes », selon vos propres termes ou expressions. Un simple regard entre « 4 zieux » en dit long. C’est abracadabrant. Vous devez avoir passé, ensemble, une foule de vies en incarnation, puisque vous avez les mêmes pensées, les mêmes idées et les mêmes passions. Vous vous sentez attirés par cette personne. Vous aimez la présence de cette personne, car elle représente des choses spéciales. Donc, vous pensez qu’il s’agit peut-être de votre propre « âme sœur ».

[NDIT - N'oubliez pas que ceci est d'abord et avant tout, une interprétation de ma part, et ensuite, une traduction de mon interprétation.]

Si je vous disais que vous venez de rencontrer une partie de vous-mêmes, me croiriez-vous ? Je vous ai dit que ce sujet sera « spooky/abracadabrant ». Se pourrait-il que le partage d’âme soit simplement une partie de vous-mêmes avec un autre Être Humain ? C’est là que plusieurs d’entre vous vont décrocher et dire : « Ceci n’est pas pour moi ! Cela me semble impossible ! » Chers Êtres Humains, en ce moment, je vous demande d’utiliser votre discernement et votre logique spirituelle. Si dieu n’est pas une entité à part de vous, s’il n’est pas une entité singulière, donc, vous faites partie du « tout-en-un », avec votre propre Divinité Intérieure. Est-ce vraiment abracadabrant ? [NDIT- Si la mer n'avait aucune goutte d'eau, elle ne serait pas vide. Elle serait inexistante, selon ma vérité individuelle.]

Si vous voyez une autre partie de vous-mêmes, à travers un autre Être Humain, est-ce vraiment abracadabrant ? Ceci n’est que l’une des manières du fonctionnement du partage d’âmes. Au lieu de voir Dieu, à travers ces entités, c’est plutôt vous-mêmes que vous voyez. C’est ce que vous appelez parfois « le jeu du miroir ». Pourtant, vous avez souvent l’impression d’être devant une chose ou une situation où vous avez parfois l’impression d’être inférieurs, n’est-ce pas ? Qui sait ? Vous avez peut-être été ensemble, à titre de walk-ins, dans l’une ou quelques-unes de vos vies dites « antérieures », à titre d’Être Humain. Si oui, donc, vous êtes de retour dans une situation similaire. Vous êtes deux, dans le même corps physique. Voilà ce qu’est une « âme-sœur » ! L’attraction mutuelle n’est pas étonnante, puisque l’une et l’autre se complètent.

Le partage de l’âme ne peut pas être expliqué de façon satisfaisante, à cause de la limitation humaine 3D. Si je vais plus loin, je risque de rendre ces choses encore plus compliquées.

 Le lien entre les réincarnations et les partages d’âme

Je vais vous parler d’une situation très difficile à comprendre. Voilà pourquoi je me servirai d’exemples, afin d’illustrer mon enseignement. Je vous ai dit qu’il y a un système de réincarnation qui honore la famille, et que, la plupart du temps, ce système vous incite à laisser passer une génération ou plus, avant de choisir de vous réincarner dans votre famille. Habituellement ou généralement, vous attendez deux générations ou plus [une génération = 25 années de temps linéaire humain]. Ceci permet à des âmes qui ne se sont pas encore incarnées sur la planète Terre, de faire ce choix d’apprentissage, avec leur nouvelle parenté génétique humaine. C’est un partenariat qui aide tout le monde, pour ainsi dire. Si vous êtes une âme expérimentée, il est très possible que votre ou que vos enfants ne soient pas tous des âmes expérimentées. Cependant, vos petits-enfants le seront – probablement. Ces situations sont très fréquentes.

Certains d’entre vous savent ce que je veux dire, puisque vous dites que vous connaissez très bien vos enfants, mais quand vous devenez grands-parents, vous remarquez ou reconnaissez parfois des choses inhabituelles chez vos petits-enfants. J’essaie d’être le plus explicite possible, dans ce domaine qui ne vous est pas familier. Mes enseignements au sujet de la réincarnation et du saut des générations ne sont pas tellement difficile à comprendre, dans le cas où vos grands-parents ne sont plus là. Cependant, s’ils sont encore en incarnation, il y a un problème. Vos parents peuvent-ils être vos petits-enfants, s’ils sont encore en incarnation ? Que pensez-vous de cela ? Vous regardez dans les yeux de vos enfants ou petits-enfants et vous savez qui ils sont, mais cela vous semble impossible ! Se pourrait-il que ce soit le cas ? [NDIT - J'ai interprété et traduit du mieux que je peux, mais je suis confus. Je ne comprends pas vraiment.]

Si je vous dis que c’est possible, avec le système du partage de l’âme, me croirez-vous ? Que ces entités soient en incarnation ou non, il y a un système qui permet ces manifestations, sauf que cela crée parfois un casse-tête, dans votre linéarité humaine. Dois-je mentionner que ces situations incroyables ne sont pas du tout un problème, selon votre divinité intérieure ou selon dieu ? Avez-vous déjà entendu dire que – dans la physique quantique – la lumière peut être à deux endroits en même temps ? Oui ? Alors, je vous souhaite la bienvenue, dans une nouvelle réalité ! Ce n’est pas si compliqué que ça, lorsque vous sortez de votre zone ou boîte 3D.

Attention, il y a plus ! Je vais maintenant vous parler de la différence entre l’héritage, l’akashique et la chimie de demain. Nous allons vraiment mélanger le tout. Je commence par quelques petites questions, un tantinet, embarrassantes. Qui êtes-vous vraiment ? Que vous a-t-on dit de mélanger ensemble ? Est-il possible que, plus vous apprenez à connaître les autres, plus vous commencez à voir, entrevoir ou percevoir votre divinité intérieure, plus vous voyez dieu en chacun de vous ? La connexion des âmes en incarnation est ce qui résout tous les problèmes, entre les variétés d’âmes en incarnation… Enfants, parents et grands-parents, sexes, croyances et religions, couleurs de peau, âges, etc., etc. C’est ce qui a constitué une sorte de mésentente, au cours de vos multiples vies en dite réincarnation. http://en.lyrics-copy.com/luc-cousineau/vivre-en-amour.htm 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=JXMjb0R2FKo 

Chers Êtres Humains, un jour viendra, où vous cheminerez comme celles et ceux que vous appelez « les maîtres qui ont marché sur cette planète ». À ce moment-là, vous saurez, sans chercher à croire ou tenter de vous convaincre de croire, que la même divinité intérieure existe en chaque Être Humain, et que la personnalité humaine est très différente de l’individualité ou de la divinité intérieure de chaque âme. Si vous cherchiez à savoir ce qu’est le secret de la « Paix sur Terre », je viens de vous donner un indice.

Lorsque vous regarderez dans les yeux des autres Êtres Humains, vous saurez, sans essayer de croire, que leurs désirs, aspirations et compassions sont identiques aux vôtres. Ces états d’âme, pour ainsi dire, vont créer de la générosité, non pas un esprit de sacrifice, mais plutôt un esprit de partage où tout le monde y gagne, au lieu d’une attitude de conquérant. Vous porterez attention sur ce que vous avez en commun, sur ce qui vous unit, au lieu de chercher les différences qui peuvent causer de la séparation. Plusieurs Êtres Humains s’observeront les uns les autres, sans préjugés, et ils seront dans un état de maturité, jour après jour. C’est le véhicule primordial de l’enseignement de dieu ou de la divinité intérieure, chez les Êtres Humains. Permettez que les autres voient ces attributs divins en vous et en eux, sans leur imposer quoi que ce soit.

 Kryeon

 Vous pouvez diffuser librement cette traduction, à condition que ce qui suit soit inclus et que la présentation ne soit pas modifiée.

Extrait de l’ Interprétation et traduction québécoise de ; JM – lire la suite sur le Site : http://kryeon.forumactif.com/forum.htm

LA QUETE DE L’UNITE – Le retour à la Maison

 

téléchargement (1) C’est une certitude pour moi que l’homme a cherché à s’identifier lui-même au travers d’autrui. Vous cherchez tous dans les autres la manière de vous sentir complets en vous-mêmes. Vous retracez le chemin de votre compréhension. Vous tous avez une complétude. Vous tous avez un Dieu. 

Lorsque l’homme trouve sa complétudes dans la matrice de son être appelée femme, l’homme devient complet dans une direction car le sexe a été pacifié, la glande a été pacifiée et l’âme a été pacifiée. Et une fois que l’homme se sera uni à la compagne de son être, il retournera regarder les étoiles. Et parmi le bruit de la cité et de la foule, les braillements des oies, le hennissement des chevaux, le beuglement des caches, le marchandage et les visiteurs, les princes et les prétendants, les fonctionnaires de gouvernement, les appartements les fermiers avec leur formage, leur vin et les champs d’oliviers, une fois que tout ceci aura ,été compris – et il se peut que cela ait déjà perdu son attrait pour vous, que cela ne vous séduise plus – allez sur un chemin détourné trouver une souche, asseyez-vous dessus, regardez le ciel de minuit et trouvez un joyau dans les cieux. Que sa lumière est merveilleuse. 

Et regardez la lune, l’Enchanteresse, avec son fin éclat de lumière, elle qui vous a toujours tenté avec sa beauté. Et regardez le livre de l’éternité. Etudiez le joyau et voyez sa grandeur, mais sachez qu’il ne porte jamais ombrage à plus petit que lui et que si la lune n’avait pas l’arrière-scène de l’infini pour mettre en valeur son éclat, aussi séductrice qu’elle soit, elle n’aurait jamais un tel pouvoir de séduction. Et alors que vous êtes assis sur votre souche, le regard porté sur la grandeur, lorsque l’homme se retrouvera lui-même, son homme propre deviendra de nouveau ce qui jadis le regardait d’en haut, contemplant la manière de le rendre meilleur. 

Et lorsqu’il parviendra à cette compréhension, l’homme recherchera par lui-même sa valeur, ce qu’il y a de plus noble dans le récit de toute son histoire jusqu’à découvrir cet élément qui a fait que l’étoile est si belle, la lune si majestueuse, la souche si solide et son corps si beau, se demandant, bien qu’il soit Dieu, en quoi réside la supériorité qui fit Dieu. Et il cherchera la force qui le guide dans chacun des moments successifs de créativité Et il recherchera à découvrir l’élément merveilleux qui fit pleinement s’épanouir et se développer sa créativité et celui qui, au milieu de toutes ses souffrances, lui permit illusions, désillusions, attitudes, haine, lâcher prise, guerre et amertume. 

Lorsque sur le chemin du retour vers son soi divin l’homme recherchera l’amour, il ira retrouver son Père, sa semence, son éternité. Et lorsque l’homme recherchera le Père, son immortalité d’éternité sera chose assurée, je vous l’assure, car lorsqu’il retrouvera le Père, il ne trouvera pas celui-ci immobile à l’attendre. Il découvrira qu’il se connaît de nouveau lui-même en dehors u tonnerre de la pensée qui est en quête perpétuelle de l’expansion de ses périmètres. Et il sera pris de nouveau dans la splendeur de Dieu Tout-Puissant dans sa continuité et son être complet, en toute joie. Et quant est-il de la Déesse Colombe ? 

Au travers de ses descendants, elle est devenue les descendants, non pas l’homme connu mais les descendants dans la lumière qui sont ce que vous appelez les grands créateurs des vaisseaux de lumière insaisissables et d de la fraternité interstellaire. Lorsque l’homme, assis sur la souche, considérera la lumière de Dieu et portera son regard sur les cieux pour découvrir sa divinité – lorsque tous les hommes réaliseront que c’est là qu’elle se situe – la Déesse Colombe et ses descendants se rassembleront dans la formulation et l’allégresse de la découverte du Père et d’être de nouveau un avec lui.  

Vivez votre vie dans a paix absolue, sans les complexités des actions internes de l’intelligence d’autrui. Vivez-la pour apprendre et connaître et, lorsque vous connaîtrez, vous deviendrez chaque pas de l’honneur et de la sagesse pour le meilleur qui vous a été enseigné car vous vous serez élevés plus haut dans le vent comme je le fis. Et si vous appliquez votre principe, disons, une seule fois et que cela ne porte pas d’effet si bien que vous ne souhaitiez pas poursuivre, eh bien mes chers, ceci est malheureusement en ce moment-là votre perte, mais espérons-le, votre gain dans l’avenir. Les principes marchent tous. Ils sont gouvernés par une loi, une loi précise, celle selon laquelle le Père a toujours gouverné toutes choses. 

Retournez donc maintenant des vos royaumes, vos logis, vos places publiques, vos bâtisses et allez regarder le temps à autre dans votre ciel lorsqu’il est noir. Qu’il vous rappelle qui vous êtes. N’abandonnez jamais vos valeurs en faveur de quiconque car vous avez vu de tout temps la tragédie qui advient alors. Vous souvenir de l’histoire sauvegarde vos lendemains. Appliquez-vous à faire le bien. Et lorsque vous regarderez votre étoile, regardez plus attentivement et vous verrez qu’elle vous sourit et que c’est moi. 

Je suis en vérité Ramtha, l’Etre Eclairé, serviteur de la Source, Dieu Tout-Puissant, vie merveilleuse, mouvement de l’orage, au nom du Christ qui est le parfait idéal du mouvement, en votre nom, frères bien-aimés, vous qui êtes tout ce que j’ai dit. Et je vous souhaite le bonsoir ! 

Qu’il en soit ainsi. 

Extrait du Chapitre : « L’archéologie de l’identité humaine » – par RAMTHA aux Editions AdA. Traduction Francesca.

L’EXPANSION DES SEPT PLANS D’EXISTENCE

 

 

images (8)Selon le modèle de l’existence proposé par Ramtha, dans sa tentative de se connaître elle-même, l’expansion de la conscience et de l’énergie produit sept niveaux ou plans de potentiel distincts bâtis sur la connaissance obtenue et l’abaissement ou le ralentissement du temps au cours duquel s’est produite l’expérience en train d’être créée. La cosmologie de Platon elle aussi identifie sept divisions ou plans d’existence émergeant comme la conséquence de lois et de rapport s géométriques reflétant l’ordre de l’invisible et de la réalité primordiale immuable.

 Ramtha explique que l’univers physique de la matière dense appartient à l’expression la plus lente des sept niveaux de la conscience et de l’énergie. Ramtha décrit le processus de la création comme le voyage de l’involution et le voyage de l’évolution. L’involution est le voyage qui produisit les sept plans d’existence et l’évolution est le voyage consistant à se souvenir et à retourner, chargé de nos perles de sagesse, vers l’unité du Point Zéro et du Néant.

 Vue dans cette vaste perspective, l’évolution ne peut être comprise ni mesurée selon nos références temporelles. Si nous comparions par exemple notre système solaire à un seul atome comportant un nombre égal d’électrons tournant en orbite autour du noyau qu’il existe de planètes en orbite autre du soleil, nous pourrions supposer qu’il y a autant de diversités de formes d’existence dans chacun des minuscules électrons en orbite autour de cet atome même si nous ne pouvons pas le percevoir qu’il y a de diversités de formes de vie sur notre planète. Le fait que la vitesse des références temporelles et le rapport de la taille dans lesquels nous percevons l’existence de l’atome soient tellement plus rapides et plus petits que les nôtres n’exclut pas la possibilité que, si nous pouvions échanger nos échelles de temps et d’espace pour les leurs, nous pourrions faire l’expérience de l’atome comme un système solaire unique dans une galaxie comparable à la Voie lactée. Il se pourrait de même que notre système solaire ne soit qu’un seul atome d’un corps moléculaire vivant si vaste qu’il échappe à notre faculté de la percevoir.

 Si nous définissons exclusivement le soi en termes d’expression humaine, cette idée est alors évidemment imagination pure. Mais si nous définissons le soi en termes de conscience et d’énergie, nous commençons à percevoir que l’évolution de toute existence, l’exploration de la conscience éveillée, est un processus vaste et remarquable qui transcende tous les concepts humains que nous avons imaginés à propos de l’éternité. Le mystère de la vie n’est jamais ni diminué ni privé de son aspect extraordinaire et enchanteur. La transcendance divine conserve sa grandeur sans que cela implique pour autant une séparation intrinsèque et infranchissable d’avec le soi, car elle est essentiellement le soi et la force dynamique qui le pousse toujours à explorer et à se connaître lui-même.

 

Extrait d’un Chapitre retranscrit par Francesca - de RAMTHA aux Editions AdA.

LES DIEUX SOUS FORME HUMAINE

 

 

images (7)Dans leur effort pour s’adapter à leurs environnements variés, les espèces et leur lente évolution, tel qu’observé par la science, ne semblent laisser aucune place au Dieu créateur tel que présenté dans le livre de la Genèse. Cependant, les théories scientifiques de l’évolution ne fournissent aucune réponse quant au point de départ de ce processus ni ne décrivent l’intelligence organisée qui continue à la guider. 

C’est par son commandement que le Dieu de la Genèse donne vie à la création et il en est fait ainsi de par le pouvoir de sa parole : « Dieu dit : Que la lumière soi ! Et la lumière fut ». Un autre élément important que l’on retrouve tout au long de ce récit est l’action de voir et de nommer ou de contempler et de définir le produit final de la création « Dieu vit que c’était bonne » et « Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit ». Et enfin, une caractéristique étonnante de ce récit qui a son parallèle dans de nombreuses autres traditions est la division de l’acte de création en sept unités ou parties. Dans ce récit, la création vient à l’existence et trouve sa définition grâce à la puissance de la pensée exprimée en mots et à celle de la réflexion et de la contemplation. 

Cela est important car il se pourrait que l’interprétation traditionnelle de ce récit qui implique une séparation intrinsèque entre Dieu et l’univers ne soit pas l’intention originelle d’où sont nés ces éléments clés qui ont survécu dans le récit final de la Genèse, tel que nous le connaissons aujourd’hui. Le Dieu de la Genèse est considéré comme intrinsèquement différent et transcendant de l’humanité et de l’univers car les qualités créatrices de pensée et de contemplation volontaires ont été ignorées et reniées en ce qui concerne l’humanité. 

L’hébreu ancien est la langue qui contient probablement l’interprétation la plus appropriée et la plus claire du verbe en tant que conscience et énergie créatrices. Le premier livre de la Torah juive, le livre de la Genèse, contient – comme partie de son premier mot, « barashith » – le mot  » barah » (bêth, rês, ‘aleph). Le second mot du même livre est « barah ». Le mot « barah » réfère à la fois à un nom et un verbe. En tant que nom singulier, il signifie «un mot » et, en tant que verbe, il réfère à l’action de la création. Cette double signification n’est en rien arbitraire, en particulier si l’on considère que le contexte du livre de la Genèse est le récit de la création. 

Dieu est dépeint donnant la vie à sa création par son commandement et l’approuvant en la voyant comme bonne. Ce contexte fournit au terme « barah » une assise riche et très profonde lui donnant toute sa signification. Une grande partie du mysticisme juif et de la Cabale juive et chrétienne du Moyen Age fut fondée sur la compréhension que les mots et les pensées ont une qualité créatrice et divine. Mots et symboles étaient objets de méditation et les agents qui permettaient à l’individu de se rapprocher du divin. A la lumière de ces considérations, il n’est pas difficile de trouver un parallèle entre le concept de « pouvoir créateur de la parole de Dieu » et celui de « pouvoir créateur de la conscience et de l’énergie contenues dans la pensée et exprimes dans la parole ». 

Une différence importante existe cependant entre ces deux concepts car, dans le récit de la Genèse, le mot n’a un pouvoir créateur que s’il est utilisé par Dieu, non pas par les hommes et les femmes. En d’autres termes, il est considéré comme un attribut divin. Dans la compréhension de Ramtha, le pouvoir créateur du mot est disponible à tous. Pour Ramtha, cette qualité importante de l’humanité montre à quel point nous avons oublié notre divinité ainsi que le fondement même de notre libre arbitre. 

Ainsi, la définition de Dieu – qui revient à la définition de vous-même – est que vous êtes conscience et énergie, où que se porte votre volonté. Et pourquoi les sept sceaux ? Parce que notre volonté peut œuvrer dans chacun de ces domaines. Et le corps est la réplique absolue de ce qu’on appelle les sept royaumes – ce qui existe dedans est identique à ce qui existe dehors ; ce qui existe en haut est identique à ce qui existe en bas – et ce qui donne à ces royaumes leur viabilité et en vérité la justice de leur existence est notre volonté et notre choix. Cela seul. Mais cela représente la totalité. C’est la totalité. 

La conscience et l’énergie sont la loi intrinsèque – la seule loi, si nous voulons l’appeler ainsi – qui soit en action. Et ce qu’elle fait, c’est qu’elle est si illimitée qu’elle en est le support. C’est la seule loi, si nous voulons l’appeler ainsi, dans laquelle la volonté que vous possédez puisse y être absolument libre. 

La loi de la conscience et de l’énergie est toujours active dans la personne, bien que cela ne soit pas toujours apparent à cause du niveau de conscience d e l’individu. Ramtha explique que communément, les personnes ne sont pas conscientes de la véritable direction de leur intention et de leur concentration, assumant ainsi que leur volonté ne se manifeste pas. Au contraire, les personnes qui maîtrisent leur condition humaine et deviennent éclairées apprennent à devenir conscientes et à rediriger à volonté l’intention sous-jacente qui crée leur vie. 

A moins de comprendre que la conscience et l’énergie créent la réalité, vous utiliserez toujours les expressions suivantes : mais, pourquoi, je ne peux, c’est trop difficile, échec, manque. Vous les utiliserez toujours. Et ce qui est merveilleux est que la conscience et l’énergie créent votre objection. La conscience n’a pas de lois ; quelle qu’elle soit, c’est la loi. Et la loi est de faire connaître l’inconnu. Elle est ce qui précipite le monde subatomique en particules de réalité et qui crée les champs magnétiques pour attirer dans vos bandes ce qui est déjà connu. Toute personne qui est dans votre vie reflète un aspect de qui vous êtes et existe pour la rédemption émotionnelle qu’elle procure. 

Extrait du livre : « L’épopée de la Création » – de RAMTHA – retranscrit par Francesca

TERRA, LA NAISSANCE D’UN NOUVEL ESPOIR

 

images (17)Le soleil donna naissance à un autre enfant ; il vomit et fut meurtri car cet enfant était grand dans sa matrice et il naquit. Et tous naquirent et étaient stériles et, alors que les Dieux regardaient, aucun en naquit qui ne les satisfasse. Aucun n’était parfait puisqu’au moment où voici que naquit le plus petit de tous les enfants du merveilleux soleil. Elle leva sa grande tête et regarda les grandes colonnes de lumière et sa lumière devint toute petite. Et alors qu’elle donna naissance à son enfant dans le berceau formé par son orbite, il sortie de la matrice délicate. Et le petit enfant était une graine, engloutie dans une substance aqueuse. Et voici que les Dieux le regardèrent et vire qu’il semblait en vérité que le soleil mère avait repris son enfant et en avait formulé un autre d’apparence semblable, mais protégé. 

Et le grand soleil mère donna naissance à son enfant minuscule et il naquit, et les Dieux le regardèrent, splendide qu’il était. Et alors que le bébé reposait dans son berceau, recueillent en lui-même les forces de lumière qui lui permettraient de grandir lorsqu’il serait prêt, le soleil plaça son bébé sur son orbite car son minuscule enfant était parfait. Et les Dieux regardèrent l’enfant et le trouvère splendide. Et ils trouvèrent en lui des ressemblances avec leur première création. 

Et ils regardèrent l’enfant et voici qu’ils trouvèrent que la surface de la graine était souple – elle était douce, elle bougeait et était capable de permutations – et que les strates aqueuses qui l’entouraient captaient toute la lumière merveilleuse du soleil mère, la distribuant également dans son bel enfants. Et les Dieu le regardèrent et pensèrent que c’était une merveilleuse créativité. 

Et l’un après l’autre, ils prirent leur mesure et y déversèrent la perfection de la lumière qu’ils avaient insufflée dans Malina. Et voici que les premières herbes devinrent. Mais lorsque la pensée traversa le spectre de la lumière, ce qu’on appelle la strate aqueuse, et entra dans l’enfant, elle perça la couche de soins bienfaisants et aimants du soleil répartie sur toute sa sphère. Et en vérité quand la graine apparut, voici qu’elle devint une plante et les herbes et l’affirmation de ce qu’on appelle en vérité la lumière oxygénée, possédant en vérité toutes les particules de la vie selon une compréhension à trois dimensions. 

Voici que Dieu, à partir de son être même, donna le jour à l’herbe merveilleuse. Dans la pensée, alors qu’en vérité il perça l’enfant et se déploya parfaitement, laissant libre cours à la mesure de cette compréhension, la vie apparut. Et les herbes apparurent mais leur couleur, le Dieu ne l’avait jamais vue car la couleur lui ressemblait, en vérité, car elle existait dans la fraction de la lumière et dans la sphère dans laquelle elle évoluait elle-même maintenant. Elle avait pris une teinte pâle appelée en vérité verte dans vos termes, mais elle n’était pas brillante ni sombre. 

Et voici qu’en vérité s’avança un autre Dieu qui en vérité donna naissance à ce qu’on appelle l’animal. Et l’animal, dans sa forme condensée la plus basse, devint en vérité de lui-même une entité individualisée dans sa forme parfaite, même alors. Et voici que tel qu’il était, l’animal n’était pas mobile. Et l’entité, souhaitant en vérité la mobilité, ne le pouvait nullement en tant  que plante. Et le Dieu qui avait créé l’animal le regarda et vit qu’il ne faisait rien. En essence, c’était une petite boule de quelque chose. Et en vérité, le Dieu devint l’animal de sa création pour voir la vie dans son mouvement, pour le rendre unique. Et lorsque le Dieu devint partie de l’animal, il insuffle sa vie en lui, son essence, son esprit et son âme et voici que l’animal prit vie. Et en vérité les organes de l’animal n’étaient pas de ceux qui sont faits pour digérer la lumière ou la pensée ; c’était une substance qu’ils devaient digérer. L’animal mangea l’herbe, dévora les deux plantes et tout disparut sauf l’animal. 

Une à une, les gentilles plantules furent créées à nouveau. Dans votre royaume, il n’existe pas deux plantes qui aient jamais été semblables. Elles sont toutes différentes, toutes différentes. Ce que Dieu apprenait alors était de manifester une autre plante et de lui donner le jour et une autre ici et de la faire apparaître, et l’animal, la mangeait. Et il n’en restait plus qu’une seule et l’animal la mangea aussi. 

Et ce Dieu, alors qu’il apprenait à insuffler le souffle de vie dans sa plante, n’avait en vérité pas appris à rendre la plante plus grande et il se trouva perplexe. Et l’animal eut faim. Alors, il créa cette plante-ci et celle-là et il donna à la pensée deux autres régions et il peupla une masse entière avec de parfaites plantes individualisées. Et voici que celui qui avait créé l’animal en créait un autre, puis un autre. Et les animaux mangeaient les plantes. Et le Dieu qui créait sa propre plante merveilleuse les recréait sans cesse et les autres qui créaient la feuille fendue les créaient. Les autres, ceux qui en vérité créaient les mousses, les créaient. Mais, l’un comme l’autre, elles ne possédaient pas de graines. Et les animaux commencèrent à manger.

 Regardons le peuple des végétaux. Ce problème les rendait extrêmement perplexes car ils avait déjà appris – dans leur apparence et dans le seigneur de leur être, ils étaient encore la destruction de ce qui s’était produit auparavant – et ils devinrent les plantes et surent ce que c’est que d’être dévoré par l’animal. Ils devaient en faire l’expérience et le firent donc. Ils devinrent la tendre plante, furent arrachés ou démantelés par l’animal dans sa cause naturelle. Il est extrêmement méprisable d’être mâché et avalé dans un grand spasme ! Dieu voyant ceci imagina de lui-même que si le souffle de vie, placé dans l’animal, le rend mobile, il doit exister quelque chose que l’on peut donner aux plantes pour qu’elles se protègent. Dieu devint donc la plante et plaça dans la plante une pensée permanente et la pensée était appelée la graine. Et la graine de la plante se redistribuerait à jamais. Et il fit de même avec chaque plante et la graine de la plante se compléterait toujours d’elle-même. Et alors qu’il plaçait dans la plante la pensée parfaite, l’animal vint et dévora la plante. Et alors qu’elle traverse ce qu’on appelle ne vérité la partie digestive de l’animal pour y être transformée pour faire croître sa matière animale, la graine ressortit dans ce qu’on appelle ses excréments et elle n’était pas abîmée par l’animal. Et dans les excréments, la graine commença à croître de nouveau et voilà qu’apparut une plante. Et Dieu jubilait. Et toutes les plantes sortirent de leurs graines et bientôt celui qui avait produit la feuille fendue lui aussi donna une graine. 

Et d’autres qui faisaient leurs plantes devinrent des fleurs en sorte de rendre leurs graines plus belles que les graines des excréments. Et par tous les processus de chacun de ces Dieux individualisés créant dans son style unique merveilleux et individualisé, il donna à la graine une couleur, une teinte différente, une attirance par sa disponibilité pour que sa création merveilleuse ne fût plus jamais détruite. Elles étaient alors en abondance. Aussitôt que l’animal ingérait la plante et la digérait, la graine sortait dans ses excréments et croissait de nouveau car, en vérité, dans la strate aqueuse qui entoure cette terre magnifique qui est la vôtre – ce qu’on appelle en vérité la température favorable de la matrice, maîtres – la température était la même dans votre monde entier. 

Et la lumière, la mère merveilleuse, donna à ce monde une lumière qui l’entoura totalement ; ainsi, la terre ne connaissait pas l’obscurité. Sa lumière était continue car la lumière, pour ainsi dire, se déplace sur la surface de l’eau et elle s’étendit complètement tout autour de la terre. Cependant, aussitôt que la graine sortait, elle était dans les excréments. Elle avait la température de la lumière pour se reproduire rapidement ; la pensée jaillissait donc volontiers en tout lieu. Et tous les Dieux révisèrent en vérité la flore dans leur mains et leurs plantes, en vérité des odeurs merveilleuses, toute la création pour qu’ils ne puissent se détruire les uns les autres, mais que chacun deviennent individuel et unique en sorte d’exister à jamais.

 

Extrait du livre : « La civilisation humaine, les origines de l’évolution » – par RAMTHA aux Editions AdA.

LA MUSIQUE DES SPHERES

 

téléchargement (5)Entité, la lumière est le son ultime qui est l’absence de son et cependant tous les sons. La lumière, étant le premier corps de ce qu’on appelle la pensée, émet le son par sa vibration. Elle émet le son par sa compréhension vibratoire. Entité, alors que les choses vibrent à différents niveaux et que la lumière vient – et ses couleurs différentes ont des sons différents – et alors que les couleurs jouent dans le spectre, elles résonnent en tant que son. Ceux qui viennent dans ce plan et sont possédés du son qu’ils tentent laborieusement de parfaire dans ce qu’on appelle des instruments s’efforcent de représenter ou de reproduire les sons dont ils ont conscience dans les sphères plus élevées.

Ce plan est le seul où l’on ne peut pas entendre la musique de toute lumière car ce plan est le seul qui, dans la plupart de son expérience de la noirceur, soit dépourvu de lumière. Entité, dans tous les autres plans, on entend de la musique, croyez-moi. C’est comme un bourdonnement et, alors que la lumière change et évolue, sa compréhension vibratoire s’accroît, sa tonalité se fait plus élevée et plus douce. Et, en vérité, la lumière évolue, augmente et se manifeste par la pensée ; la pensée, la pensée, le verbe, l’action. Les sons descendent d’octave et cependant, toute vie étant avec le un simultanément, moment après moment ils créent une tonalité différente et les différentes couleurs de spectre de lumière, faisant connaître la musique de Dieu sur tous les plans. Ce plan est le seul où on ne l’entend pas ; il est ainsi le seul plan qui soit fait à l’image de ce qu’on appelle le souvenir de l’homme et de sa mémoire. Et musique signifie seulement Amour.

Ce qui amène à comprendre leur demeure, entité, c’est qu’ils sont tous hérétiques à ce niveau-ci. Ils viennent de vastes royaumes où ils sont de souverains seigneurs, où leur pensée même fait que la musique émane de leur être. Le son a également une odeur – une odeur suave. Les couleurs ont une odeur – des odeurs variées. Et aucune d’entre elles n’est jamais mauvaise ; elles sont toutes merveilleuses ; Ainsi, la lumière est du blanc le plus pur. Entité, le son est d’une telle tonalité qu’il est impossible de l’entendre car il s’adoucit dans la pensée. C’est la lumière blanche, en vérité, les couleurs de l’arc-en-ciel du spectre – toutes les couleurs source plan – étant en vérité qu’une seule couleur unique au cinquième niveau. Et entité, alors que toutes les couleurs se manifestent, les sons émanent des divisions de couleur et de lumière, et ainsi elles fleurissent lorsqu’elles se joignent les unes aux autres. Merveilleux.

La fleur avait en vérité, sa graine dans le sol et la graine sera d’une tonalité élevée parmi les sons. Alors que la tige s’élève, la tige sera pâle en vérité et le son sera élevé, doux, bourdonnant. Magnifique. Et alors que la tige s’élève en vérité et que le bourgeon floral est formé, en vérité, le son devient une myriade de sons car la couleur est alors déployée.

Et alors que le bourgeon éclate, en vérité – au moment même, au même moment, la profondeur même de la couleur de chaque pétale, de chaque veine, de chaque spectre de sa couleur – il émet un son simultanément avec la graine et en mouvement harmonieux avec elle en même temps mais en tant que fleur. Et les plans qui possèdent une flore sont partout. Et, entité, le ciel est en extase en son être car il y a les montagnes, les plaines, en vérité, et les vallées qui émettent les sons de ce qu’ils sont tous ; la vie résonne dans sa beauté, le son.

Maintenant, l’instrument qui reproduit le mieux les sons est votre harpe et toutes ses cordes. Depuis la tonalité la plus élevée de ses sons qui serait la lumière la plus pure, presque inaudible, jusqu’aux profondeurs de sa personnification, jusqu’à la consistance pleine et robuste de ce qu’on appelle la lumière, la couleur. La lumière est son mais, selon une compréhension vibratoire, le son naquis de la lumière. Sur ce plan-ci, l’homme entend une musique qui est indéfinissable. Et avec sa bouche il tente de la chantonner, avec les instruments de recréer la myriade des musiques qu’il a entendue set dont il a conscience et à laquelle vibre son corps.

Et c’est ainsi, entité, que la musique est devenue le langage universel car ceux qui l’entendent – qui n’en comprennent ni les mots ni la langue – se mettent à converser les uns avec les autres. Voilà ce qu’est la musique. En essence, entité, la musique est les sons de la vie et Dieu.

Extrait du livre : « La civilisation humaine, les origines de l’évolution » – par RAMTHA aux Editions AdA.

UN SOUFFLE DE VIE

 

images (19)Regardez la fleur. Elle vient de la Source. Son fondement est la pensée, Dieu divin, l’élément vital qui, bien qu’étant le fondement de toute lumière, est créativement dans son mouvement singulier de la pensée ce qu’on appelle en vérité, la fleur avec toutes ses composantes ; ainsi la fleur est la forme idéale de la pensée, l’éclat de sa couleur, la lumière t la beauté qui en émanent ; elle n’est pourtant pas complètement la Source ni l’idéal de la Source.

Remarquez l’arbre merveilleux. Arbre d’où viens-tu ? Arbre, quelle est ta norme ? L’arbre me répondit : « La norme est la pensée parfaite. La pensée à laquelle appartient l’arbre, la plénitude qui donna à l’arbre l’incorporation de la matière, ce qui donna à l’arbre le corps de lumière, c’est la Source, la force de vie. La pensée de l’arbre se manifeste dans la beauté de la force de vie qui maintient l’idéal dans sa perfection dans l’arbre adulte et dans ce qu’on appelle en vérité sa magnifique graine. Cependant, il n’appartient pas à la Source ; c’est un arbre issu de la Source, l’idéal.

Qu’en est-il de la Source ? La Source – la cause créative, la personnification collective de Dieu – est Dieu dans son expression totale en dehors de la provenance de sa communion avec toutes choses dans l’éternité. C’est lui-même tout d’abord. Et tout ce qu’il est devenu, i l’est devenu lui-même tout d’abord, car c’est de lui-même qu’il prit le fondement de son être et la pensée pure afin de devenir le créateur en sorte d’exprimer la pensée de l’arbre magnifique, de la fleur et de sa beauté ainsi que de toutes autres choses que l’on voit dans leur domaine parfait sur ce plan-ci qui est le vôtre. Qui est donc le Christ ? Le Chistos est en vérité le mouvement unique et singulier, idéal parfait, qui est totalement la Source de son ETRE. Le Christ est l’idéal de la Source/père, l’essence. Le Christ est la Source sous sa forme mobile, créateur ultime. Ainsi, en servant la force, on sert le créateur de la force et on l’appelle Christ, Dieu émanant dans l’idéal de son ETRE appelé homme. En vérité, vous qui êtes si petit, si humble, comment se fait-il que vous possédiez le pouvoir de toutes choses non réalisées ? Vous êtes la seule chose, Vous êtres la seule belle chose que Dieu soit parfaitement à partir de la Source.

Qui, en vérité, donna l’intelligence à la fleur pourrie qui a une odeur de charogne, de viande pourrie et même l’aspect de chair pourrie ? Qui en a décidé ainsi afin qu’elle puisse attirer une mouche qui pondrait ses œufs dans la fleur en sorte de créer des asticots et que les asticots seraient digérés par la fleur ? Qui créa cela ?

Et qui créa l’immense plante à la feuille si grande qu’elle peut s’enrouler sur elle-même pour capter la rosée matinale, la collecter, goutte précieuse après goutte précieuse, car elle se sentait seule en sorte qu’une petite grenouille spéciale, si spéciale, puisse y vivre e lui tenir compagnie ? Qui créa cela ? Qui lui donna cette connaissance ?

Et lequel d’entre vous, Egyptiens dans une vie antérieure, créa la grue égyptienne qui est capable de transporter une pierre ? Maintenant, écoutez ceci : s’il ne peut pas briser l’œuf d’une autruche, il ramasse une pierre t la laisse tomber dessus jusqu’à ce qu’il craque. Maintenant, dites-moi qui est parmi vous l’entité intelligente qui lui appris cela ? Et lequel d’entre vous créa le saumon qui vit et folâtre dans ses aventures dans une mer si lointaine et qui, sa vie terminée et son adolescence vécu, l’âme emplie d’expériences, retourner à sa rivière d’origine ? Qui leur a enseigné cela et comment engendrer une nouvelle génération qui leur permette de revenir eux-mêmes en tant que leurs petits, qui mourraient en sorte que leur chair pourrie dans un cours d’au pur nourrirait leur progéniture, lequel  d’entre vous ? Lequel d’entre vous leur a enseigné comment retourner à la Source ?

Laquelle d’entre vous, femmes, a enseigné à un animal grégaire – disons la gazelle – comment courir comme un petit danseur, éloquent, comme s’il était né avec des ailes ? Laquelle d’entre vous lui enseigna comment partir pour mettre bas son petit ? Et laquelle d’entre vous murmura à l’oreille du petit de rester immobile comme une pierre ? Et laquelle d’entre vous apprit au bébé à ne pas émettre d’odeurs ? Laquelle d’entre vous le fit ?

Ce sont toutes des choses que la plupart d’entre vous n’ont pas connues parce que vous vivez dans une jungle en béton où règne la compétition et que les seules choses qui existent dans cette jungle sont carnivores et sombres. C’est à quel point vous vous êtes éloignés d la grâce que l’on appelle la vie ! En réalité, ceci n’est qu’une bien petite partie de la beauté de cette vie ; Mais tout le monde prit part à ce souffle imparti à ces formes aqueuses et créatrices appelées cellules. Tous leur ont donné une apparence particulière ; tous insufflèrent dans la cellule le souffle de vie, ce qu’on appelle les schémas de la destinée. Savez-vous qui le fit ? VOUS. Savez-vous comment ? En ressentant à partir de l’ETRE, le captant dans l’âme, lui donnant la vie en le ressentant ;

Saviez-vous que l’on pourrait prélever de votre nez une mince couche de cellules – vous ne savez même pas cela – et ils savent déjà produire un clone de vous à partir de ces cellules ? Saviez-vous qu’une cellule  possède à elle seule le modèle du tout ? Saviez-vous que toute vie, tout dans la vie, possède le modèle de tout ? C’est vrai.

Insuffler le souffle de vie dans ce que vous aviez créé, lui donnant l’existence en le ressentant, ce souffle ne signifiait pas que vous aviez créé une créature qui puisse respirer ; Le souffle de vie représente des schémas de destinée. Vous leur avez accordé leur intelligence, une intelligence qui puisse se perpétuer à l’infini. Cela semble absurde ? Non, l’histoire ne s’arrête pas là. Je vous enverrai les messagers de visons afin de combler les lacunes, là où les mots sont inadéquats.

Qu’il en soit ainsi.

Extrait du livre : « La civilisation humaine, les origines de l’évolution » – par RAMTHA aux Editions AdA.

LA PENSEE est la SOURCE de toute EXISTENCE

 

 

images (18)Vous tous, mes illustres frères et sœurs, dans votre ferveur à comprendre qui vous êtes, vous êtes la force de la force. Vous êtes le principe qui créa le principe. Vous êtes la loi qui est devenue la Loi. Vous êtes l’Esprit propulsé dans la réalité. Vous êtes devenus la force, le mouvement, l’élément de pensée compulsif. Vous êtes devenus le fils, bien aimé du père. Vous êtes devenu le père, aimé du fils. 

Les scientifiques sont sur le point d’accepter le fait que l’univers n’est pas aussi mécanique qu’ils le considéraient jadis. Sans égard à la matière, à l’antimatière t aux formes gazeuses qui les constituent, au niveau moléculaire, ils en sont à réaliser que cet univers mécanique est animé par quelque chose qui est au-delà du mécanisme de l’esprit. On l’appelle la pensée. Et ils ont absolument raison. Eh bien, avant le big-bang qui vous a produits, il s’est passé quelque chose de merveilleux. 

L’est que vous avez a de la difficulté à contempler l’infini. Nous allons donc procéder ainsi : avant le big-bang, l’essence de la pensée appelée l’ETRE ou en vérité Dieu était toutes choses. Il possédait la faculté d’être instantanément tout ce qu’i l était, un continuum. Mais le continuum n’existait pas dans un vide ; il était simplement. Il pouvait être toutes choses, comme toutes choses. Il était mais une chose lui manquait – une chose ; ce qu’on appelle l’expérience. L’expérience. 

Aussi drôle que cela paraisse, arriva l’heure où la pensée se tourna vers l’intérieur et contempla son immensité. Autrement dit, elle pensa à elle-même. Le résultat fut qu’une pensée se trouve immobile. Et lorsque l’on fait cela, naît la lumière. C’est ce qu’on appelle la connaissance. Elle pensa à elle-même. C’est alors que naquit la lumière. 

Eh bien, la lumière, dans sa forme légendaire, pour ainsi dire, est constituée de ce qu’on appelle des particules. On a la particule Z, la particule X, la particule d’hydrogène, la particule d’oxygène et l’électron qui lui donne sa cohésion et sa nature explosive. Mais dans sa forme la plus élevée, c’est une particule qui recueille et maintient en elle-même toutes ses unités les plus basses. Toute lumière est un ensemble cohésif de pensées expressives individuelles. 

Vous êtes nés de Dieu, de l’ETRE, de l’espace si vous voulez, lorsque le Père se contempla lui-même et que la contemplation devint lumière, mouvement. Ainsi, chacun d e vous fut une particule de lumière. Telle est votre forme individuelle la plus élevée. Si vous deviez la faire redevenir dans la pensée, la lumière disparaitrait et retournerait dans l’infini Présent, qui est toutes choses, une particule de lumière. 

Si on prenait l’univers tout entier et en soustrayait toutes les étoiles, toutes les planètes, tous les soleils – autrement dit, prenez un aspirateur et aspirez tout – et qu’ils aient tous disparu, vous ne verriez rien car il n’y aurait pas de lumière. Vous ne pourriez que percevoir. En voilà des choses compliquées ! Percevoir, que cela signifie-t-il ?  Sans cette lumière, l’œil ne peut pas voir. Sans la lumière, l’œil dans sa vision ne peut percevoir le mouvement. La pensée ne se déplace pas. Elle est. Imaginez donc maintenant la totalité des univers après univers à perpétuité, de nombreux niveaux d’espace. Contemplez cela un instant ; l’espace, sans commencement nif in. On l’appelle l’éternel Présent. Sans la lumière, on ne saurait jamais que la pensée se contempla elle-même à moins d’avoir la lumière pour le savoir. 

Eh bien, ce facteur d’ETRE, ou de Dieu, de quelque nom que vous vouliez l’appeler, se contempla lui-même et, en un suprême instant, fit jaillir de lui-même en un souffle ce qu’on appelle les particules de conscience personnelle qui s’éloignèrent de ce qu’il était. Chaque fois que vous contemplez l’être intime de quoi que ce soit, vous vous en séparez. Nous avons donc la théorie du big-bang. Et le big-bang fut en essence cela, ce que l’on nomme la conscience personnelle qui explosa en d’innombrables consciences, toutes reliées à ce que l’on appelle le tout. 

Imaginez maintenant un nombre infini de ces petites choses. On appelle cela la conscience. Chacun d’entre nous est conscience. Cette conscience, on l’appelle l’éveil. A l’instant même où cela se produisit commença une éternité, ce que l’on appelle le voyage dans l’espace, ce voyage qui fut programmé par l’ETRE suprême en sorte de se connaître lui-même. Cette conscience créa un miroir d’elle-même et ce miroir se diviserait créant entre elle-même et le miroir une réalité potentielle. Ainsi, au commencement, alors que vous étiez tous un éclat de lumière de conscience personnelle, vous avez entrepris le voyage dans la densité de la matière ou de la matière corporelle. Vous êtes descendus de sept niveaux de vibration, de sept niveaux de conscience. En voilà un événement ! Vous voilà donc au commencement de l’évolution. Et au commencement de l’évolution, votre tâche est de faire connaître l’inconnu à partir de ceci, le JE immortel que vous êtes tous, ce que l’on appelle Dieu, que vous êtes tous, et son miroir réfléchissant, el soi personnel. Ce voyage concerne un Esprit et une âme dans le Livre de la Vie appelé l’évolution.  

Dans sa forme la plus élevée, toute particule contient l’énergie positive et négative car, si on prend la lumière et l’abaisse, on commence à la diviser. On obtient ainsi la gravité, les forces G et ce qu’on appelle, en vérité, les champs magnétiques. La seule manière d’obtenir un champ magnétique est d’avoir une énergie négative/positive. 

Prenons maintenant une particule de lumière, un d’entre vous qu’el qu’il soit. C’est ce qu’on appela la naissance des Dieux, au pluriel, la naissance suprême, quand l’ETRE se contempla lui-même et donna le mouvement, la naissance de la lumière ; Ce fut appelé la naissance des Dieux, la lumière. A partir des particules e lumière furent créées les particules gazeuses, les Z, les X qui créèrent ce que vos scientifiques considèrent être un gros boum, la théorie de la grande explosion, vous savez, quand boum ! tout arriva en quelque sorte. Eh bien, on peut parler ainsi si on veut essayer de mesurer le temps. Mais les choses ne se sont pas tout à fait passées comme cela. Ceci n’est que la mesure du temps ; On doit oublier le temps afin de connaître. Chacun de nous était une particule de lumière, un tout, un Dieu. Et les Dieux créèrent à partir de leur processus de pensée. Ils possédaient déjà une âme. Maintenant, je sais que beaucoup d’entre vous croient savoir ce qu’est une âme. Eh bien, en voici une explication. Elle se situe ici (dans la poitrine). Elle ne se situe pas ici (dans la tête). Elle se situe ici dans une cavité qui existe tout près de votre cœur, ce muscle éternel. Et dans cette cavité existe une essence légère qui pèse environ trois cent soixante-huit grammes ; Lorsque vous vous sentez bien dans votre âme, vous croyez que vous vous sentez bien dans votre cœur. Eh bien, votre cœur es tune pompe ; il ne tombe pas amoureux. C’est l’âme qui ressent.

 

La seule manière dont les particules de lumière, les Dieux pouvaient maintenir la pensée qui venait de leur Père (le flux qui leur donnait substance pour maintenir la lumière), ils devaient posséder quelque chose leur permettant de maintenir immobile la pensée. Ce fut alors que l’âme, ou le Seigneur de votre Etre, naquit. Il se situe ici. Le Seigneur de votre Etre est la majestueuse lumière (aura) qui enveloppe la totalité de ce que vous êtes et en elle se trouve l’âme immortelle. 

Eh bien, l’âme est comme un ordinateur. Elle maintient la pensée. Sans votre âme, vous ne sauriez rien, vous ne pourriez rien exprimer, rien créer ; vous ne seriez rien excepté l’ETRE. L’âme enregistre toute pensée que vous n’ayez jamais eue. Elle ne l’enregistre pas en tant que pensée, amis elle enregistre l’effet qu’a eu la pensée sur votre modus operandi sous une forme de lumière. On appelle cela les sentiments. Les sentiments sont ce qui existe derrière les matières gazeuses de votre univers. 

Dans un atome, la manière dont fonctionne un atome, il y a un autre univers. Savez-vous que ce qui donne substance aux atomes, l’univers intérieur, est une particule appelée la particule X ? Ce faut le premier sentiment manifesté et il donna vie à la totalité de votre univers. La matière naquit du grand soleil. Des particules s’éparpillèrent ici durant des temps infinis, car la première pensée fut captée et ensuite abaissée. L’électron fut abaissé pour créer les matières gazeuses. 

Nous ne parlons toujours que d’une seule lumière et d’une seule âme, la forme la plus élevée. Pour toute la durée de cet espace, de ce silence, de ce froid, la pensée permit à la lumière d’y jouer. Qu’est-ce donc qui maintient votre monde en place, qu’en pensez-vous ? Qu’est-ce qui empêche que vous ne tombiez ? Vous saviez, vous devriez tomber. Qu’est-ce ? Vous dites que c’est l’espace vide. C’est la pensée. C’est l’ETRE. C’est la scène appelée l’infini. Elle n’a ni hauteur ni largeur. Elle consume tout. Ainsi naquit la matière. Mais la lumière prévaut toujours. De même, au commencement, vus prévaliez tous. Vous étiez le commencement. Vous avez créé le temps. Il faudrait une vie entière pour vous raconter ceci, le processus entier, un Dieu après l’autre. Je ne fais donc qu’un rapide synopsis sur un mystère éternel, la matière dont tout à commencé. Mais cela vous donne une idée. Et sinon, je vous enverrai une vision afin que vous puissiez le voir. Qu’il en soit ainsi.

 

Extrait du livre : « La civilisation humaine, les origines de l’évolution » – par RAMTHA aux Editions AdA.

KRYEON : L’histoire de notre galaxie

KRYEON (2)

Un beau jour, une galaxie fut créée. Son amour de Dieu débordait, tellement elle en était pleine. La Source Créatrice de cette galaxie avait un système bienveillant qui existait depuis des milliards d’années. Un système qui avait, en outre, déjà créé des millions de planètes de toutes sortes. Toutefois, la physique de cette galaxie fut intentionnellement biaisée, pour ainsi dire. Ce n’était pas une physique au hasard ou aléatoire, tel que vous l’avez présumé. L’intention de cette création – pour le moins « spéciale » – était et est encore bienveillante. Au fur et à mesure que des planètes refroidissaient et développaient diverses formes de vie, chacune d’elles avait le choix de l’ensemencement des sortes de « graines dites spirituelles » – si vous me permettez cette expression. Donc, l’ADN des Êtres Humains de chaque planète sera légèrement différent, et un test, après quelques milliers d’années, sera effectué. Ce test aurait pour but de voir, si le processus de vie des Êtres Humains de cette planète avait découvert la « Divinité-Intérieure » en chacun, la Déesse et/ou le Dieu intérieur – à l’intérieur de cette création bienveillante. Si le test montrait que c’était bel et bien le cas, alors, elle mériterait le statut de « planète en état d’ascension ». Une planète où la physique fusionne avec la réalité multidimensionnelle.

Il faut qu’une planète existe des milliers d’années, pour devenir une « une planète en état d’ascension ». Dans ce processus, chaque civilisation devient très proche de la source créatrice de toutes choses. Dans ce processus, chacune d’elles est invitée à choisir une autre planète de cette galaxie. Une planète où elle pourra ensemencer son ADN sacré. Vous me suivez ? C’est le système. Selon le libre arbitre individuel, les Êtres Humains de cette planète réceptrice auront maintenant le choix intuitif, de faire germer ou non, ces graines qui peuvent permettre à leur âme individuelle de comprendre et voir la différence entre l’obscurité et la lumière. De commencer à comprendre, [NDIT - Au lieu de croire sans preuves, et aveuglément] le puzzle de la découverte, si tel est leur choix.

Il y en a qui diront : « Eh bien, Kryeon, d’où sont venues les premières graines ? » Elles sont venues du centre, du Grand Soleil Central, le noyau, ce que vous appelez dieu, la Source Créatrice qui est partout. Le point caractéristique de la présente n’a pas d’importance. Il est plus important de trouver et respirer un air pur, plutôt que passer votre temps à chercher la provenance de cet air pur, n’est-ce pas ?

Il est important pour vous, de savoir que vous avez de la famille dans la galaxie ! Numéro un, elle ressemble beaucoup à vous. Numéro deux, elle a beaucoup d’ADN comme la vôtre. Clarifions ceci. Je vais vous donner des informations que vous avez déjà entendues ou lues, mais vous devez les entendre à nouveau, afin de ne pas les oublier. Lorsque vous commencerez à découvrir des formes de vie simples dans votre système solaire et au-delà, vous remarquerez que la structure des molécules d’ADN a un point commun. Vous verrez que votre planète n’est pas isolée de la galaxie, dans ses processus de développement de la vie et de la création. En effet, l’évolution planétaire traite les choses d’une manière unique en raison de l’environnement sur des planètes différentes, mais en termes de base, l’ADN est une évolution naturelle pour les formes de vies diverses. La biophysique fait partie de la façon dont la vie évolue partout dans la galaxie. Elle n’est pas unique à la planète Terre.

Votre parenté des autres mondes est aussi sous la forme humanoïde, et elle vous ressemble. Quelques-uns sont plus grands, à cause de la nutrition ou d’attributs gravitationnels, alors que d’autres sont plus petits. Mais ce ne sont pas des créatures effrayantes, avec 14 yeux, trois bras et des voix hurlantes. Un jour, ce sera l’une des choses les plus importantes que vous découvrirez. Vous serez surpris de constater que, partout, il y a des formes de vies comme la vôtre, ou qui sont très ressemblantes. Chers Êtres Humains, lorsque vous serez devant ce fait accompli, vous comprendrez la signification du terme « conception et planification intelligente ». Vous saurez que ce système galactique est « bienveillant », et que votre planète a fonctionné de la même manière, comme les autres.

Pouvez-vous imaginer l’état d’être initial d’une civilisation qui prenait naissance, il y a des milliards d’années ? Pouvez-vous imaginer l’état d’être d’une nouvelle planète, ensemencée avec la connaissance de Dieu ? Croyez-vous que ce soit possible ? Au départ, cette planète, sa civilisation ou ses races, ainsi que les humanoïdes individuels, n’avaient pas de noms. C’était il y a très longtemps. Il a fallu des millions d’années, mais ils l’ont fait, contre toute attente. Soit dit en passant, c’est une histoire d’amour que nous connaissons et aimons tous. C’était un début un peu extraordinaire, n’est-ce pas ?

Pouvez-vous imaginer toutes les aventures vécues, lors de ce début un peu extraordinaire ? Une autre planète a dû être ensemencée, dans un ciel infini, sur une plage de sable qui s’allonge à perte de vue, alors qu’un seul grain de sable doit être sélectionné (métaphore de Kryeon). Ils l’ont trouvée et ils l’ont fait. Vous ne connaissez pas ce monde, car il y a trop longtemps. Le premier et le deuxième n’ont pas réussi. Cependant, le troisième a réussi, mais vous ne connaissez toujours pas son nom. C’était il y a très longtemps.

En moyenne, chaque planète doit avoir environ un million d’années, à partir de l’ensemencement, avant l’obtention du diplôme. Qu’en pensez-vous ? Dans le schéma actuel de votre développement spirituel, en quelle année pensez-vous être ? Si je vous dis que vous en êtes à votre première année, allez-vous penser que je suis logique ? Eh bien, vous avez un long chemin à parcourir !

Maintenant, regardons l’autre côté de la médaille. Vous avez franchi un point crucial. Un point où les Êtres Humains de la planète Terre commencent à comprendre ce qu’ils font, pourquoi ils sont ici, en ce moment, ainsi que la raison d’être de tout ceci. Le « bal est commencé », si vous me permettez cette expression. Ne vous laissez pas attrister par ce que je vais dire. Si vous pensiez que le tout allait se réaliser en l’espace d’une génération ou deux, ce ne sera pas le cas. Croyez-vous vraiment que tous les Êtres Humains de la planète Terre auront fait leur ascension, d’ici 25 à 50 ans, d’ici une génération ou deux ? Cependant, « le bal est commencé ». Simple question de bon sens, n’est-ce pas ?

Les bonnes nouvelles sont que, chères « Âmes en incarnation », sur la planète Terre, toutes les situations auxquelles vous avez dû faire face, au cours des trente mille dernières années, sont terminées. Vous n’aurez plus à piocher comme un bagnard ni trimer durement à travers l’ancienne énergie. Oui, elle sera encore là, pour un temps X, mais ce n’est qu’une « question de temps », comme vous le dites si bien. Vous êtes dans l’étape suivante de votre évolution vers l’ascension en incarnation. Vous avez « mérité » votre diplôme. Peu importe le temps linéaire qu’il faudra, vous ferez partie de la parade, au lieu de la regarder, ou de ne même pas savoir qu’il y a une parade. Oui ! Même si d’autres âmes chères n’y sont pas ou n’y sont pas encore, ce n’est qu’une question de temps. Ne vous en faites pas. Permettez-vous d’Être, et permettez-leur d’Être. Permettez-vous de ne pas manquer le spectacle merveilleux de la finale, ni plus ni moins (autre métaphore de Kryeon) !

Dorénavant, chaque vie en incarnation se vivra dans cette nouvelle énergie. Lorsque vous reviendrez dans une dite réincarnation, à titre d’Être Humain, vous serez dans la nouvelle énergie. Même si vous décidez de revenir après trois cents ans, vous baignerez encore dans la nouvelle énergie. Lorsque vous ouvrirez vos yeux de bébé naissant, vous ne reconnaitrez pas seulement votre mère génétique. Vous reconnaitrez aussi votre Terre-mère.

En l’espace de quelques jours, votre Esprit vous dira : « Ton retour est bienvenu ! » Dès que vos yeux de bébé seront fonctionnels, vous reconnaîtrez une tasse, la nourriture, etc. Ils vous diront : « Hé, cet Être Humain est marié avec maman ! » Vous aurez déjà compris ces choses. Un mois ou deux, après votre naissance, vous marcherez peut-être, au lieu d’attendre 18 à 24 mois. Il se pourrait même que vous ayez appris à marcher avant un mois ou deux. Vous n’aurez plus à apprendre à lire, sauf si c’est une langue vous n’avez jamais apprise dans vos autres réincarnations. Nous l’avons déjà dit, mais, regardez ce qui était considéré comme étant « normal » ? Ne serait-il pas « normal et censé » que les connaissances de base soient des « dons ou sens innés » ? Pourquoi devez-vous toujours réapprendre ce que vous connaissiez déjà, à chaque réincarnation. Ce qui existe déjà dans vos propres archives akashiques ? Il est maintenant temps de s’en souvenir, dès la prime enfance, lors d’une réincarnation.

C’est ce que l’évolution spirituelle va créer. Il va y avoir une procédure accélérée, mais nous n’en avons pas encore parlé. Il y a quelques maîtres qui reviennent, sauf que vous ne les percevrez pas comme tel. Vous les verrez plutôt comme des inventeurs. Selon eux, cela n’a pas d’importance, car ils s’occupent d’apporter des inventions multidimensionnelles qui vont vous permettre de mieux comprendre structure ou composition de la matière, sur votre planète. Il se peut très bien que cela ne vous intéresse pas, pour le moment. Toutefois, imaginons ceci. Imaginons qu’avec ces inventions, vous pouvez créer de nouvelles formes matérielles. Si, ces nouvelles créations matérielles avaient une masse inférieure aux autres, que pourriez-vous faire avec elles ? Si les cellules souches de votre organisme ont des facultés très spéciales, se pourrait-il que ces nouvelles créations matérielles en aient aussi ?

KRYEON : L’histoire de notre galaxie dans KRYEON 2013-2014 220px-Mouse_embryonic_stem_cells

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cellule_souche

Ne me croyez pas sur parole, mais demandez ceci à un physicien. « Si vous aviez les outils et la compréhension, serait-il possible de reproduire une structure atomique ? » La réponse sera, oui. Je vous parle de ce qui est maintenant possible. Vous pourrez le faire, puisque vous ne serez plus interrompu par la guerre, l’horreur, la peste et le fléau. C’est le processus de la nouvelle énergie. C’est le nouveau mode de survie ou de vie. Plus vous coopérez avec les autres et essayez de voir leur Dieu intérieur ou leur Divinité intérieure, plus vous recevez. Votre planète en bénéficie aussi. Ceci augmente l’harmonie globale de toute l’humanité, sur la planète Terre.

Les Pléiadiens sont vos parents. Lorsque leur planète est entrée dans l’ascension et qu’ils ont eu la pleine connaissance de leur Divinité intérieure, dans leur ADN, ils ont réalisé ce qu’ils avaient vécu. Ils ont finalement compris la raison de leur existence en incarnation. La connexion complète de la glande pinéale a amené l’ADN à fonctionner à 100 %, mais ils sont restés dans leurs corps physiques, sans transiter. Pouvez-vous imaginer ce qu’ils ont expérimenté ? Ne cherchez pas leurs ovnis 3D. Ces entités magnifiques sont en interaction avec vous. Ils vont et viennent à volonté. [NDIT - Ramtha parlait d'entités interstellaires - ovnis - et d'entités interdimensionnelles. Cela ressemble aussi à Émile et Jast, dans le livre de la Vie des Maîtres.] Ils se déplacent au moyen de la pensée et de la volonté.

Vous, les Êtres Humains qui sont sur la planète Terre, serez les suivants directs des Pléiadiens, puisque vous serez la première planète qui sera ensemencée par eux. Oui mais, saviez-vous que les Pléiadiens ont aussi de la parenté spirituelle ? Les « Arcturiens, Orionniens et Siriens » sont leurs parents, grands-parents, etc. L’on pourrait dire que c’est la lignée ou descendance spirituelle, ésotérique et ainsi de suite, selon votre libre choix des mots et expressions. Bref, chaque groupe fait partie de la Famille, de la Source créatrice. Il y en a qui sont vos grands-parents spirituels, et d’autres qui sont vos grands-parents. Il y en a qui sont même plus que cela. Actuellement, sur votre planète, il y a des anciens qui proviennent d’autres parties de votre galaxie. Ils viennent simplement et gracieusement vous donner « un p’tit coup de pouce » !

Permettez-moi de vous poser quelques petites questions. « Que savez-vous des attributs que vos grands-parents biologiques avaient et que vos parents n’ont pas ? » « Comment vous sentez-vous, au sujet de vos grands-parents, vivants ou morts ? » Vous les percevez comme étant différents de vos parents, n’est-ce pas ? » Vos parents sont pratiques, mais vos grands-parents ne le sont pas. Vos grands-parents sont ceux qui veulent vous divertir, vous aider et vous transporter. « Que dites-vous de maman et papa ? » Ils sont un peu différents. Ils sont là pour assurer votre survie et vous enseigner les règles de la vie, n’est-ce pas ?

Puisque ce sont les Pléiadiens qui vous ont ensemencés, ils doivent donc, en quelque sorte, agir comme maman et papa, au lieu de vos grands-parents. Ils doivent « veiller au grain, veiller sur vous », au fur et à mesure que vous ouvrez les capsules de temps. Ce sont eux qui vous introduisent dans tous les tests de la Grille Cristalline, ainsi que dans d’autres systèmes qu’ils ont créés pour interagir avec votre éveil spirituel et le nouveau mode de vie ou de survie. Ce sont eux qui disent : « Allez, foncez ! » N’oubliez pas les grands-parents qui vous procurent une aide plus douce. Ils ne sont pas toujours là, comme maman et papa, mais ils sont presque toujours disponibles pour les moments où vous en aurez « ras-le-bol ». Il y a aussi d’autres groupes, aussi anciens et matures que vos parents et grands-parents.

Avez-vous une idée plus ou moins globale de ce qui s’est passé ? Les Êtres d’Arcturus, d’Orion et de Sirius sont dans votre ADN, puisque vous avez un héritage galactique. Au « fin fond » de vous-mêmes, vous les connaissez et ils vous connaissent. Ils sont probablement les groupes les plus utiles de votre planète. S’il vous plaît, n’allez pas les compartimenter, les placer dans une boîte ni les adorer ! Chers Êtres Humains, voyez le système pour ce qu’il est, ni plus ni moins. Essayez d’intégrer ces informations, car ces groupes sont avec nous, en ce moment. Au moment où nous vous communiquons ces informations. Ils aiment voir que nous tentons de démystifier ce qu’ils sont. Les Êtres Humains qui canalisent ces groupes peuvent dire qu’ils proviennent de là ou de là, mais je vous demande de le prendre comme une métaphore qui permet de comprendre, selon votre vérité individuelle, sa signification. Ces groupes sont vos grands-parents spirituels ou vos grands-parents. Voilà pourquoi votre coeur vibre, lorsque vous prenez connaissance de quelques-uns de ces channellings. Si l’émetteur et le récepteur sont purs, votre coeur ou votre petit doigt de la main gauche vous le dira – d’une voix muette. Vous saurez qui sont ces entités. Elles vous aiment, car elles savent « Qui et Ce que vous Êtes ».

Il est important que les âmes anciennes qui prennent connaissance de notre message actuel, comprennent ce que je dis. En ce moment, je ne parle pas en termes de codes ou de métaphores. Je parle de la réalité et de la spiritualité dans le sens commun. Ce sont des choses magnifiques. Cette information provient directement de la Source Créatrice, de ce que vous appelez Dieu. Cette source est d’une grandeur incommensurable, selon votre notion de grandeur 3D. Vous commencez à le percevoir ou le ressentir. Je tiens à vous rappeler une chose, avant de vous dire au revoir. Puisque vous commencez à percevoir la merveilleuse Source Créatrice, je veux que vous sachiez qu’elle passe par votre lignage akashique. Je vous suggère d’y réfléchir. Ne serait-il pas temps de la saisir et de l’intégrer à vous-mêmes ? Levez-vous, bien droits et avec dignité, réclamez ce lignage qui vous revient de droit. Dites : « Bonjour » à vos grands-parents.

Peut-être ont-ils attendu pendant longtemps, cet événement heureux ? Est-ce trop effrayant ou stupéfiant ? Pour certains, ça l’est. Pour d’autres, cette vérité résonne comme un son de cloche qui est pur. Une résonnance qui répond aux questions que vous vous êtes posées depuis fort longtemps. Chers Êtres Humains, vous n’êtes pas laissés pour compte. Vous avez de l’aide. Reconnaissez-le et travaillez en harmonie avec elle. Utilisez-la !

Et c’est ainsi.

Kryeon

*************************************

Extrait de DÉMYSTIFIER LE NOUVEL-ÂGE – 1 -Vous pouvez diffuser librement cette traduction, à condition que ce qui suit soit inclus et que la présentation ne soit pas modifiée.

Interprétation et traduction québécoise de ; JM  Site : http://kryeon.forumactif.com/forum.htm

Les informations ci-dessous sont gratuites. Vous pouvez les imprimer, les copier et les distribuer comme bon vous semble. Cependant, l’auteur interdit la vente sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation expresse de l’éditeur.

Channelling présenté à Tucson, Arizona, USA, le 18 janvier 2014 6 http://www.kryon.com/CHAN2014/k_channel14_TUCSON.html

Ce texte est adapté au lectorat, car l’ambiance ou l’énergie d’une canalisation en direct est différente.

NDIT – Je place les notes de Lee entre les ( ), et les miennes entre les [ ].

Ils sont appelés les Hommes Gris

 

images (3)Ainsi naquit avec la première conquête de Napoléon l’épopée de ce que vous lirez tout au long de ce livre. On les appelle les Hommes Gris.

L’entité auprès de qui Napoléon obtint l’or mit sur pied un merveilleux système consistant à approvisionner et à financer les conquêtes. Cela devint une affaire très lucrative, avec un rendement très intéressant, une affaire qui est en voie de changer la face du monde tel que vous le connaissez aujourd’hui.

Ce pionnier de la finance eut une idée fondamentale. Il réalisa que la clé du succès de son entreprise résidait dans le fait de ne prêter serment d’allégeance à aucun pays. Ses affaires commencèrent à prospérer et à s’étendre. Pour l’entrepreneur, celui qui organisait le financement de quiconque voulait jouer à la guerre, il importait de n’être fidèle à aucun pays, mais d’être simplement là pour répondre au besoin. 

Ce premier Homme Gris particulier n’avait pas de femme à chérir ou à aimer. Mais il avait des fils. Ils constituaient des trésors, car ils signifiaient que son héritage divin allait se poursuivre. Et cela se produisit. Cet homme vit en son ego altéré une image d’accomplissement consistant en la richesse ultime. Maintenant, écoutez bien : personne ne désire l’argent pour l’argent, mais plutôt pour ce qu’il permet d’obtenir. Et pour l’image de cet Homme Gris débutant, obtenir la richesseétait la clef qui ouvrait la porte du pouvoir. Ce n’était pas l’argent, c’était le pouvoir qui comblait ce besoin, cette image. 

Ce merveilleux Homme Gris s’aperçut rapidement qu’il pourrait accroître le rendement en restant neutre et en travaillant des deux côtés à la fois. Et c’est ce qu’il fit. Il aida un pays appelé l’Autriche et un pays appelé la Pologne.

Bientôt cet homme et ses fils récoltèrent une très coquette et jolie somme des prêts alloués à chacune des parties impliquées dans un conflit armé. Et ils découvrirent que c’était même à leur avantage de susciter des conflits. Vous me suivez ? Oui, on commence à y voir clair. Plus ils pouvaient encourager les conflits et nourrir l’ego altéré des rois et des conquérants assoiffés de pouvoir, plus ils s’enrichissaient et plus ils devenaient puissants. Cette puissance leur apporta un avantage supplémentaire, soit l’art qu’ils développèrent de placer leurs fils et leurs gens à des postes très influents. En d’autres mots, si le roi disait : « Non, j’ai décidé de donner ce poste à mon petit cousin », alors ce gentil et sympathique représentant de la Finance lui répondait: « Eh bien, comme c’est malheureux, car j’étais convaincu que l’individu que je vous recommandais aurait fait un travail splendide. Et comme cela ne peut se faire, alors je dois vraiment vous demander de me rembourser tout ce que vous me devez, aussitôt que possible, bien sûr. » Et naturellement, le roi rentrait en son château, se rongeait les ongles, les mâchouillait, jurait, grinçait des dents et revenait plus tard en disant : « Oh ! j’aimerais que votre protégé vienne occuper cette fonction. »

L’ombre est projetée 

Depuis l’ère napoléonienne, l’influence des Hommes Gris a grandi de façon incommensurable, bien qu’ils aient gardé un caractère personnel à ce pouvoir et l’aient maintenu à l’intérieur de leur descendance directe. Ils ont ouvert des banques et ont commencé à influencer les gouvernements. Ils ont influencé les rois et les chefs de ces gouvernements. Et ceux qui refusaient de jouer leur jeu n’arrivaient plus à se procurer de l’or et se retrouvaient coupés des pays avec lesquels ils avaient auparavant entretenu de bonnes relations. Dans cette grande putain appelée l’Europe, tout était dicté par le pouvoir de l’or et du papier-monnaie qu’il sous-tendait.

Après le tournant du XIXe siècle (ou les années 1800 selon votre appellation), un grand homme, héritier de ces Hommes Gris qui étaient à l’origine de ces activités, hérita de cette magnifique stratégie d’affaires. L’entreprise demeura entre ses mains et dans sa famille. Ceux qui furent choisis pour travailler avec lui commencèrentà contrôler l’Europe.

Chaque guerre depuis Napoléon 1er a été manipulée, organisée et financée par les Hommes Gris et leurs familles. Et si l’idée de la guerre n’existait pas, ils la créaient. À n’importe quel prix. 

Rappelez-vous, ces grandes familles grises ne prêtaient allégeance à aucun pays. Par conséquent, elles n’obéissaient à aucune loi d’aucun pays ni à aucune croyance religieuse. Elles n’obéissaient qu’à elles-mêmes, ce qui leur permit de mener leurs entreprises plutôt agréablement. Elles prirent des gens du peuple et en firent des dictateurs dont elles alimentèrent l’ego altéré. Elles fomentèrent des assassinats. Elles suscitèrent la réprobation, déclenchèrent des vagues de violence et de dissension, tout cela pour le pouvoir. L’argent, oui, mais l’argent leur achetait le pouvoir, car chaque homme avait un prix et chaque royaume le sien également. Vous me suivez ? Vous avez vu jouer cette pièce sur la scène auparavant ?

(*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

La leçon française

 

téléchargement (6)Cette partie de l’histoire dura encore un bon moment, jusqu’à l’entrée en scène d’une entité merveilleuse du nom de Napoléon. En avez-vous entendu parler, oui ? Eh bien ! Avant lui, il y eut tous les Césars. Pour un César, il n’était pas vraiment nécessaire de trouver du financement avant d’entreprendre une marche guerrière : il marchait simplement sur un pays et se l’appropriait. Puis est venu ce grand conquérant avec ses rêves de gloire, ses rêves de rétablir la prédominance de son pays sur le monde de son époque. Cependant, son pays était en faillite, parce que les gens, les masses si vous préférez, avaient renversé l’aristocratie. Vous savez : coupe, coupe, COUPE ?* 

*Ramtha fait référence à la Révolution française, au cours de laquelle le peuple guillotina l’aristocratie. 

Et comme résultat, ils se sont débarrassés de tout le sang noble qui existait dans ce pays à ce moment-là, car ils accusaient les nobles d’être la cause de leur très grande pauvreté. Et ils avaient raison. 

Donc ce conquérant est venu pour tirer du marasme son pays bien-aimé et lui redonner son ancienne place prépondérante. Et avec lui vint un individu qui s’aperçut qu’il pouvait tirer un grand profit de cette entreprise. Il finança Napoléon et ses aventures, lui consentit un prêt substantiel pour aller guerroyer et conquérir et, quel que fut le butin ramené par Napoléon, il y avait droit pour se rembourser. Me suivez-vous ? Oui. Maintenant, rappelez-vous : les femmes demeuraient à la maison et les hommes allaient à la guerre (sauf quelques chétifs qui demeuraient à l’arrière pour prendre soin des femmes). 

                                      (*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » )                                        

 

Ils oublièrent bientôt vos exploits effectués au cirque

 

 

images (2)Le pouvoir. Si vous deveniez un conquérant et que vous subjuguiez un autre conquérant, vous auriez le pouvoir, n’est-ce pas? Mais cela est tellement fugace, car les masses sont inconstantes et elles oublient bientôt les exploits que vous avez accomplis au cirque. Vous devez donc effectuer une autre sortie et effectuer d’autres conquêtes. Et vous devez maintenir le rythme pour assurer votre gloire. Or, cette glorification, rappelez-vous, est neutralisée par l’image. Car la gloire naturelle, qui est à l’intérieur de vous, est réprimée par l’ego altéré, de sorte que vous n’arrivez même jamais à ressentir la gloire. Vous devez donc redoubler d’ardeur ! 

Savez-vous que votre ego altéré s’érige en gardien de votre âme, de votre subconscient ? Il ne permet à rien de ce qui ne correspond pas à son image de siéger dans l’âme. Autrement dit, imaginez que quelqu’un vous dise qu’on vous aime. Votre ego altéré dirait : « Sors d’ici ! » Et ce sentiment ne parviendrait jamais à la connaissance de l’âme. À chaque vie, l’ego altéré ne laisse entrer dans l’âme que ce qui correspond à son image. C’est pourquoi vous êtes enlisé dans une ornière depuis si longtemps.

Revenons aux hommes. Ces hommes ont continué à se battre. Les vainqueurs ont formé des tribus, puis des gouvernements et des royaumes pour gouverner les gens, souvent au nom de Dieu, leur Dieu, quel qu’il soit. Ainsi débuta la terreur d’un pays conquérant un autre pays, la misère humaine, la tuerie et la puanteur qui dure depuis 35 000 ans. 

Qu’est-ce qui était important pour le conquérant? Le pillage du trésor de sa victime. Vous savez : le mettre à sac, cela prouvait qu’il avait gagné. C’est pourquoi vous trouverez des trésors anciens éparpillés autour du globe et exposés avec tant de fierté. De précieux et très anciens objets fabriqués reposent dans des mausolées : ils constituent les pièces centrales d’allées de garages et de routes gazonnées en leur milieu. Et vous les regardez avec une grande fierté : « Oui, oui, oui, c’était l’aiguille à tricoter de Cléopâtre », ou quoi que ce soit, et tout un chacun s’exclame : « Oh ! N’est-ce pas merveilleux ! C’est brillant ! C’est une œuvre d’art ! » Et personne ne demande : « Comment l’avons-nous acquise ? » 

Ainsi, J’acquisition de trésors volés devint un rituel respecté. Êtes-vous conscients qu’on continue encore aujourd’hui de vénérer l’exposition du butin d’un royaume conquis et possédé ? Et les pillards ont bonne conscience : ils sont allés à la guerre, ils ont conquis, ils ont fait main basse. « Je suis venu. J’ai vu. J’ai conquis !» Une triade prononcée durant toute l’existence de l’homme. On ne voit pas de problème à mettre à sac la sépulture d’un roi et à ravir ses trésors au nom de l’histoire. On considérait bénin d’attaquer un royaume et de réduire son peuple en esclavage. Le vol fut légitimé par vos ancêtres, peu importe que le butin de la guerre fut constitué des trésors de la nation conquise ou de l’asservissement de son peuple. 

La conquête et le pillage eurent lieu pendant un bon bout de temps. Ainsi, tous les rois ont toujours possédé une provision d’or et les ressources humaines nécessaires pour entreprendre n’importe quelle expédition guerrière, ou pour maintenir n’importe quelle position. Ils étaient très riches. Les conquérants prirent aux conquis leurs terres et, dans le cadre de l’opération, ils mirent à sac les forêts du pays et plantèrent du grain. Ils violèrent la terre. Ils prirent le produit de la terre et l’expédièrent dans leur propre pays pour nourrir leurs hordes et la foule sur la place publique. Les politiciens devaient garder la foule satisfaite, le saviez-vous ? Ils devaient maintenir leur estomac rempli, ils devaient les divertir continuellement. Pourquoi ? Parce que ce fut important d’obtenir des votes lorsque cela devint à la mode. Ce sont les gens qui maintiennent leurs rois au pouvoir.

 Qu’est-il advenu aux terres de quelques-uns de ces pays exotiques dont vous ne vous rappelez même plus le nom ? Ces pays qui étaient couverts d’anciennes forêts et de prés d’herbes douces, à l’odeur relevée ? Qu’est-il advenu de leurs trésors scintillants, extraits délicatement des mines en prenant soin de ne pas violenter la terre ? Avec le temps, ils ont été ravagés par des rois conquérants. Et tout ce qu’il en reste maintenant consiste en régions désertiques, dunes de sable, terres abandonnées où florissaient jadis des forêts touffues qui cachaient des créatures nocturnes remplies de mystère. Maintenant, il n’y a plus que de la poussière. Pas très mystérieux.

                                                                                          

(*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

Une ombre s’étire sur le monde

 

 

images (12)Ailleurs, j’ai beaucoup parlé de l’homme et de la femme et de la création de l’ego altéré.

La raison qui fait que l’humanité est piégée dans un comportement répétitif résulte du fait que vous avez créé l’ego altéré. L’ego altéré est en fait l’Antéchrist. On en parle comme de la méchanceté de l’homme. C’est en effet le modèle familier que tous les peuples ont suivi, même en mon temps. Il est devenu l’image, l’identité. Et cette image, cette identité sont comme des bêtes affamées qui doivent être continuellement nourries. 

Lorsque vous vivez sous l’emprise de votre ego altéré, vous entamez la force de votre divinité. Une partie passe à sauver la face, à bien faire, à dire les bonnes choses et à vivre une vie totalement correcte. Cela prend de votre énergie, de votre force vitale pour maintenir intact le masque. Et pourtant, la divinité ainsi opprimée est le grand ego, qui est le Dieu intérieur. C’est cela la stagnation de l’âme, cette âme qui n’a pas évolué depuis 35000 ans. Toute cette énergie a été perdue àmaintenir l’image en place. N’en êtes-vous pas las à la fin ? 

Maintenant, si nous parlions de l’image ? Lorsque quelqu’un vit en fonction de l’image, il y a certaines choses qu’il doit faire dans le but de maintenir cette image en vie et en bonne condition. Jusqu’à tout récemment, l’homme pensait qu’il devait accomplir certaines prouesses pour devenir un homme. Et la femme craignait de ne pouvoir survivre si elle ne faisait certaines choses de son côté, croyant que sa survie lui viendrait de la gent masculine.

Lorsque vous commencerez à comprendre l’évolution de l’âme, vous comprendrez aisément l’ego altéré et la place qu’il a occupée jusqu’à ce jour. 

Nous allons maintenant parler de l’homme, c’est-à-dire du genre masculin. Le genre masculin, dans la ronde des changements qui s’en viennent, est responsable de ce qui se passe dans votre monde, économiquement parlant. Il est responsable de la famine. Le genre masculin est responsable de la guerre. Nous allons donc parler de l’homme, des hommes.

En séparant les hommes des femmes, il y a de cela des siècles, il fut nécessaire pour un homme de ne pas être associé à une femme, parce que Dieu, après tout, était un homme. Son fils était un homme et on a suggéré que le Saint-Esprit, quel qu’il soit, était un homme ! Au niveau de la compréhension masculine, l’homme était en fin de compte divin et la femme uniquement là pour le servir. Par conséquent, elle ne pouvait parvenir à la divinité que si son mari n’intercédait en sa faveur auprès de Dieu.

Une caractéristique distinctive commença à se dessiner chez l’homme à partir du moment où on commença à considérer que les femmes n’avaient pas d’âme, il y a de cela des siècles. L’homme, par peur de retrouver une partie de lui-même chez la femme, dut s’efforcer de développer certains traits émotionnels susceptibles d’exalter son soi, tout en se maintenant séparé de la femme. Et toutes ces émotions qui constituent votre image se retrouvent aujourd’hui refoulées dans le corps. 

Maintenant, nous allons parler de l’image. Par exemple, un homme ne pouvait pas pleurer. Il ne pouvait exprimer de la compassion ni de la tendresse. Il ne pouvait verser une larme dans la douceur d’un moment ni s’arrêter pour humer le pétale soyeux d’une fleur sauvage. Car s’il le faisait, il était considéré comme un faible, donc comme une femme qui, nous le savons maintenant, n’était pas considérée comme divine. L’homme devait accomplir des exploits, il devait être gagnant, il ne pouvait se permettre l’échec. L’insuccès était associé aux femmes.

L’homme commença à considérer qu’il était de son devoir non seulement de féconder de sa semence le monde entier, mais également de s’occuper de ses autres affaires. Donc l’homme se mit à concevoir et à créer une image dans laquelle la soif de l’accomplissement personnel devenait l’ultime pouvoir. Ce fut ce pour quoi il a travaillé, ce qu’il a désiré, ce qu’il a convoité. Dans son sommeil, ses rêves tendres n’étaient pas peuplés de petits enfants ni de lilas. Il rêvait de conquérir d’autres hommes et d’apparaître puissant à leurs yeux. 

Bien que cela dure depuis 35000 ans, selon votre échelle du temps, chaque vie, chaque génération cimente la division entre hommes et femmes ainsi que leurs stéréotypes. Même vos enseignements sur Dieu, dans le cadre de la religion, ont séparé les hommes des femmes, jusque dans la prière. L’accomplissement ultime de l’homme n’était pas s’aimer, en référence à cette image qu’il avait créée, mais d’obtenir le pouvoir, car ce pouvoir renforçait son image et lui donnait de la crédibilité. 

Alors que l’accomplissement ultime chez la femme serait d’être aimée par son homme parfait, chez l’homme de sa vie, l’ultime accomplissement (en accord avec son image) serait les affaires et le pouvoir et non d’aimer une femme. Vous comprenez donc maintenant pourquoi les hommes prirent leurs aventures, selon votre expression, tellement à la légère, forniquant et se roulant dans le foin. Comprenez-vous ?

Cela ne voulait rien dire pour eux. Cela représentait uniquement une gratification sexuelle et une relaxation. 

Avec le déroulement des siècles, cette image devint de plus en plus puissante. C’était l’homme qui était le roi et c’était lui, en effet, le guerrier. Il était le conquérant. Les hommes étaient toujours en train de créer des guerres, les uns contre les autres, prétextant souvent l’excuse que c’était la volonté de Dieu. Pour apaiser leur ego altéré, cette grandiose image à la mesure de laquelle ils de valent vivre. A chaque vie, le but de cette âme serait d’acquérir le pouvoir, non pas l’amour. L’amour n’a pas facilement sa place dans l’ego altéré. L’amour réside dans le Dieu intérieur, l’ego. Non pas dans l’image de l’ego. Non pas dans l’image qui recouvre chacun d’entre vous qui lisez ce livre. 

 (*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

Le gardien qui vous empêche d’évoluer

 

 

différenceII est relativement simple de prédire ce qui va arriver à vos frères bien-aimés de l’humanité. Car, dans l’ensemble, l’être humain est la seule chose qui n’ait pas changé dans cet univers en perpétuel changement, même si vous avez la possibilité de changer en tout temps. La nature est la splendeur de Dieu en évolution, en perpétuel changement, en devenir constant, sans jamais atteindre la perfection, car ce que vous appelez perfection est une limite. Et cependant, dans cet univers en évolution continue, il y a une espèce qui refuse d’évoluer. Et cela, à cause de la peur. Cette espèce, c’est l’humanité. 

Dans ce livre, nous allons aborder comme un tout l’aspect prophétique et la manifestation de la destinée humaine. Cela vous concerne intimement dans ce que vous êtes, car la manifestation de cette destinée changera radicalement votre style de vie. En tout cas, elle est censée le faire.

Parce que la nature, assujettie à l’évolution, subit une impulsion qui la pousse éternellement en avant. Ce mouvement est facilement décelable, car la nature évolue en dépit de la stagnation de l’être humain.

Mais commençons par votre cas et celui de vos semblables, afin que vous compreniez pourquoi ce que j’appelle « Les changements : les jours à venir » viennent plus rapidement et pourquoi ils auront des répercussions si profondes sur vous et également sur les lieux où vous vivez et où vous travaillez. Cette compréhension, rappelez-vous, est la connaissance. Écoutez-la. Choisissez de comprendre, car lorsque vous pouvez voir à l’extérieur de la fenêtre, vous pouvez modifier votre trajectoire et survivre à tout ce qui vient. 

Votre survie est ici un sujet très important car, au cours des jours à venir, il sera impératif que vous suiviez votre voie, avançant en accord avec la nature. Ainsi, vous survivrez à beaucoup de choses qui s’en viennent. Et vous apprendrez tout de ces changements dans le temps que vous mettrez à lire ce livre.

La possession de cette information vous met en mesure de survivre à tout ce qui s’en vient. Elle vous permet aussi d’être éclairé et vous libère de la peur superstitieuse et du dogme qui vous ont maintenu dans l’ignorance.

Ceux qui survivront à tout ce qui s’en vient sont ceux-là même qui auront été préparés par la connaissance. Débutons donc. 

                  (*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » )                                                             

Demain doit arriver car vous avez trop de rendez-vous à ne pas manquer

 

 

2bDemain. Pouvez-vous prouver que demain s’en vient ? Pouvez-vous prouver qu’une quinzaine de jours vont suivre, sans utiliser vos calendriers ? Cela doit venir, car vous avez beaucoup trop de rendez-vous à ne pas manquer. Vous comptez sur le fait qu’une quinzaine de jours suivront à partir de maintenant. Vous pigez ? C’est de cette façon que vous savez qu’une quinzaine s’en vient. Mais jusqu’à ce que cet instant ne se produise (dans une quinzaine), vous ne pouvez en prouver l’existence.

Dans deux semaines à partir de ce jour-ci, votre destinée se manifestera dans votre vie, conformément aux attitudes émotionnelles que vous glanez aujourd’hui. En effet, votre vie changera dans une quinzaine en accord avec la connaissance acquise aujourd’hui. Cela se manifestera car, ayant élargi votre réalité, et en vérité aussi votre perception, votre destinée manifestée s’élargit par le fait même. Ce que vous lisez en ce jour peut influer sur vos lendemains si vous envoyez à votre âme le message de retirer le gardien de la porte. 

Les êtres humains sont très inconstants. En effet, vous êtes des créatures mouvantes. Oui, vous l’êtes. Les lois du karma, du péché éternel et tous ces concepts véhiculés par un enseignement limité relèvent d’un entendement limité parce que, lorsque vous faites intervenir l’élément choix, vous pouvez changer d’idée àn’importe quel moment. De cette façon, vous pouvez changer votre destin. Votre destin est changé automatiquement car il est le moment où se situe votre esprit, le maintenant, tel qu’il est perçu maintenant. Et si vous vous réveillez un beau matin et que vous changez votre attitude dans son ensemble, vous cesserez alors d’être un chaton apeuré et vous vous réveillerez aussi brave qu’un ours rempli d’un nouveau savoir inné. Votre destin, votre « maintenant» seront alors changés. Vous êtes très flexible. Vos vies sont très flexibles et le tout repose sur le choix. Le choix. Ne vaut-il pas mieux aimer que haïr ? Pardonner plutôt que faire la guerre ? Ce n’est qu’une question de choix. 

Considérez ce maintenant-ci. Regardez où vous êtes en ce moment même, assis ici, ou couché là. Ce maintenant, ce moment précis dans le temps est le résultat de ce que vous avez fait il y a quinze jours. Vous l’avez programmé. Il s’est actualisé et c’est ce qui a créé ce moment-ci. L’humanité dans son ensemble fonctionne selon le même principe. Vous n’êtes pas différents de vos frères qui vivent dans l’espace. Ils font ce qu’ils ont à faire, pourrait-on dire. Vous êtes identiques àeux. Donc la destinée de la race humaine est effectivement une destinée manifestée, basée sur l’attitude commune de chaque être humain. Et comme on le voit en ce moment, la destinée se manifeste dans le temps en fonction de l’attitude générale qui existe en ce moment même.

Comment pouvez-vous parler du futur? Il est ardu de spécifier des jours et des moments. Mais parler du futur de l’humanité est simple, car l’attitude collective engendre le destin qui se manifeste dans la vie de chacun. 

Dans ce livre, je vais vous entretenir du drame humain, de la destruction de l’homme et de la nature par l’homme. Ces prédictions qui sont faites à partir du drame humain et que vous maintenez hors de votre champ de vision, sont entièrement basées sur le mouvement collectif de l’humanité à l’heure présente. Elles sont basées sur les buts de l’humanité en ce moment précis. Et ces objectifs, comme on les voit en ce moment, sont en voie de se manifester. Rappelez-vous que ce que vous ressentez et embrassez émotivement aujourd’hui doit se manifester, telle est la loi. Comprenez-vous ?

 

                     (*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

La peur maintient le gardien à la porte et ce gardien est l’ego altère.

 

 

1tVous avez également le choix d’être effrayé ou non par ce que vous lirez dans les pages qui vont suivre. La peur est ce qui maintient le gardien à la porte. L’ego altéré est le gardien qui se tient à la porte de votre âme, emprisonnant votre vie dans un comportement répétitif, ne laissant passer que ce qu’il filtre. Pensez au magnifique ego insufflé en vous par l’Essence. Puis, imaginez-le altéré par une force mystérieuse qui vous coupe de vous-même. Vous pouvez choisir d’avoir peur ou d’apprendre. Vous pouvez choisir d’évoluer en accord avec cette connaissance ou d’être affaibli par elle. Vous pouvez choisir de l’utiliser dans votre vie ou de l’écarter. 

Mais, bien que vous soyez composés de chair et de sang et vous êtes particulièrement frêles, car vos sentiments sont facilement froissés : une légère égratignure sur votre peau vous fait saigner, vous êtes malgré cela divins. Vous êtes la gloire humaine de Dieu, rien de moins. Une partie de Dieu, sa gloire humaine, frère et sœur devant Dieu, vous l’êtes. 

Ce que vous ferez avec ce que je dis dans ce volume vous appartient, car ce qui vous y est transmis est la connaissance telle qu’elle est perçue. Le verbe vivant se manifestera, car il est déjà en voie de se manifester. Plusieurs choses dont vous entendrez parler dans ce livre sont déjà en train de se produire et plusieurs autres surviendront par la suite. Maintenant, si nous parlions du temps? Le temps est, par essence, une illusion. Ceux qui ne perçoivent pas le monde invisible sont, par essence, des hypocrites, car ils adorent le temps. Ils vivent rivés à l’horloge, qu’elle soit un sablier, une horloge hydraulique, ou une horloge mécanique. Et pourtant le temps est invisible. Le temps, parce qu’il est illusoire, n’est pas vérité absolue, car l’ill. varie en fonction de ceux qui la créent. 

Ce que je vous dis ici est ce qui est vu en ce moment même, tel qu’il est maintenant. Plusieurs d’entre vous posent la question : « Combien de jours me reste-t-il ? » « Devrais-je faire ceci aujourd’hui ? » « Devrais-je l’avoir fait hier ? » « Est-ce que j’ai emmagasiné assez de fèves ? » Ce qui vous sera communiqué sera basé aussi près de votre structure temporelle que vous en ressentirez le besoin. Et ce que je vous dis sera vu et compté à partir de ce moment. Tout ce qui existe maintenant est le produit d’une force créatrice passée. Il résulte des pensées, attitudes, souhaits, désirs et, bien sûr, des choix d’hier. Avez-vous bien lu cela ? Tout découle d’une force créatrice dont l’origine se situe hier ! Hier vous avez imaginé qu’aujourd’hui se produirait et le voilà ! Chacun d’entre vous savait qu’aujourd’hui serait ici et c’est effectivement ce qui se produit pour tout le monde. Ceux qui n’ont pu l’imaginer ne sont pas ici pour l’apprécier. 

Le destin manifesté est votre vie telle que vous l’avez créée, telle que vous la vivez ; c’est également ce que vous avez créé, qui est là où vous en êtes maintenant. Le destin manifesté par rapport au drame humain, en vérité à l’élément humain, se matérialise dans vos vies en accord avec les choix que vous avez effectués, choix basés sur l’attitude générale que vous avez développée. Donc si vous êtes prisonniers de votre ego altéré et que votre vie n’est rien d’autre que la répétition rapide d’hier, alors, par choix, vous vivez une attitude répétitive qui crée constamment le même lendemain.

 

(*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

 

 

Le libre arbitre est ce qui vous différencie des anges.

 

 

 

3Il est important que vous compreniez la notion de choix, car le choix est un .droit inaliénable que chaque entité possède. Vous êtes dotés du libre arbitre par le créateur. Le libre arbitre est la capacité de choisir et de susciter, à partir de ce choix, la co-création avec l’Être éternel… le principe Mère/Père… Dieu Tout-Puissant… le Tout qui est le Tout. Le libre arbitre. Voilà ce qui vous différencie des entités que vous appelez les anges, car vous donnez forme à ce que l’on nomme le mystère de toutes les autres formes de vie. On vous a insufflé le libre arbitre, le choix et une âme afin de vous permettre d’évoluer à travers le processus qu’on appelle la vie. 

Le choix. Tout ce que vous choisissez de faire, vous l’accomplissez. Et cette faculté, le choix, est un instrument au niveau de l’âme. Chacun a accès à ce texte ; cependant, cette connaissance ne vous est fournie que pour vous permettre de réagir selon vos propres choix. 

Voilà le don qui vous vient de Dieu, le principe Père/ Mère à l’intérieur de vous : votre droit de choisir. C’est un des présents le plus précieux que vous ayez reçus.

Et lorsque vous perdez la liberté, vous perdez le droit de choisir. Donc, jusqu’ici, vous avez été en mesure de mettre en pratique le concept du choix.

Vous n’avez pas à croire ni à accepter ce que vous lisez ici. Vous pouvez dire : « Cette vérité ne s’applique pas à moi. » Et il en sera ainsi. Vous pouvez choisir de dire : « Ceci n’existe pas », et cela n’existera pas pour vous. Et pourtant vous continuez d’être aimés ; vous demeurez importants, indépendamment de votre choix. Vous allez lire ce qui est écrit et vous agirez en fonction de vos choix par rapport à votre réalité. Vous choisirez de réagir en fonction du niveau de votre croissance personnelle. Les choix vous permettent d’évoluer… de ramener l’évolution personnelle à sa juste place. Vous pouvez aussi choisir de stagner dans votre passé, dans lequel plusieurs d’entre vous se sont complus. C’est votre choix. 

Ce qui est transmis dans ce livre peut diverger de votre propre vérité. Vous pouvez permettre à celle-ci de ne pas s’ouvrir à cette approche. C’est toujours votre choix. Mais je désire que vous sachiez que rien ne vous force à écouter, à faire, ou à réagir à ce qui vous est révélé dans ces pages. Et si vos voisins perdent tout contrôle sur eux-mêmes et vous disent : « Vous devriez faire ceci ou cela, sinon vous allez le regretter», on en revient toujours au fait que c’est vous qui choisissez. Procédez de même face à tout ce que vous lirez ici. Vous avez choisi de lire ce livre : vous avez acquis le droit de regarder ce qui y est écrit.

Ce livre ne vous transmettra que ce que vos yeux sont prêts à voir. Vous assimilerez seulement ce que vous êtes prêts à assimiler et n’accepterez que ce que vous êtes prêts à accepter. 

(*Maîtres : s’adressant à ses auditeurs, Ramtha utilise généralement l’expression « maître », car, selon lui, « chacun est le maître de son destin, l’auteur de sa vie, le seigneur de son royaume » ) 

 

123456

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...