L’enthousiasme d’Omraam

L’enthousiasme (en- : dans, -theos : Dieu), c’est le divin en nous : il éclaire le sens de la vie, donne la joie et stimule le désir de travailler pour l’avenir.

floatiesVisualiser le bonheur de l’humanité. Chants de la FBU (édition 1998) p. 267

Consacrez chaque jour quelques minutes à penser comment le monde entier formera un jour une grande famille dont tous les membres s’aiment, se comprennent, se sourient. Oui, il y a tellement de bonnes choses auxquelles on peut penser pour le bonheur du genre humain ! Que toute la terre chante et danse… Que toute la terre va le matin voir le lever du soleil… Ou que toute la terre adresse un hymne de joie et de reconnaissance au Créateur. N’est-il pas merveilleux de s’occuper de cela, au lieu de penser à tellement d’autres choses prosaïques et égoïstes ?

 L’idéal de ressembler au soleil. Coll. Izvor, n° 201, VIII, 1

L’image de la perfection, c’est le soleil, et si vous le prenez pour modèle, si comme lui vous ne pensez qu’à éclairer, chauffer et vivifier les créatures, c’est alors que vous allez vraiment vous transformer. Car même si vous n’obtenez jamais la lumière, la chaleur et la vie du soleil, le désir seulement de les acquérir vous projettera dans les régions célestes où vous ferez vraiment des merveilles. Ce désir d’éclairer, de chauffer et de vivifier les créatures vous rendra vous-même plus lumineux, plus chaleureux et plus vivant.

Le divin en nous. Pensées Quotidiennes???

Celui qui veut réaliser sur la terre le Royaume de Dieu peut lui aussi être un soleil parmi les humains, quand son intelligence commence à rayonner, à briller, à éclairer les êtres, à les guider sur le chemin de la gloire divine, quand des couleurs lumineuses sortent de lui, quand son cœur est brûlant d’amour, quand partout sur son passage il anime, ressuscite et vivifie les êtres, et même les plantes et les rochers, devenant ainsi infatigable, invulnérable et inépuisable pour le bien du monde entier.

Omraam Mikhaël Aïvanhov – Editions Prosveta.

Le bonheur par Omraam

Comment trouver le bonheur ? C’est un don de l’amour. On peut le chercher sans cesse, et cette quête d’un bien qui échappe donne au moins le goût de vivre. On peut cesser de le chercher : alors, sans attendre d’être aimé, on aime soi-même d’un amour inconditionnel, illimité. 


Le bonheur par Omraam dans OMRAAM nous parle ecouteVivre dans l’éternel printemps l Format Real audio l 

C’est la quête d’un idéal qui rend heureux – Extrait de la Collection Izvor N° 231  

OMA_Lyon_1966 dans OMRAAM nous parleChercher le bonheur, c’est comme courir après une balle à laquelle, au moment de l’attraper, on donne un coup de pied. Pourquoi ? Pour pouvoir continuer à courir après elle ! C’est dans cette course qu’on se sent stimulé ; c’est dans cette recherche, cet élan pour toucher au but que l’on trouve en réalité le bonheur. Alors, quand vous avez un désir, ne vous pressez pas de le satisfaire, car c’est lui qui vous soulève, qui vous remplit. Tâchez donc de comprendre cette loi et mettez dans votre âme, dans votre esprit, des désirs que vous ne pourrez jamais réaliser : ce sont ces désirs qui vous feront vivre. Oui, voilà le secret. Pourquoi demander quelque chose qui pourra se réaliser en quelques mois, en quelques années ? Mettez-vous à la recherche de ce qui est le plus lointain et le plus irréalisable : la perfection, l’immensité, l’éternité, et en chemin vous trouverez tout le reste : la connaissance, la richesse, la puissance, l’amour… Vous les aurez sans même les demander. 

  

Trouver le bonheur en soi-même – Pensée du 9 février 2001  

Combien d’hommes et de femmes ont mis fin à leurs jours alors que, comme on dit, « ils avaient tout pour être heureux » : la jeunesse, la beauté, l’intelligence, la richesse, une famille et des amis qui les aimaient. Ils avaient tout, sauf l’essentiel : le goût de vivre ; et cela, aucun des avantages qu’ils possédaient ne pouvait le leur donner. C’est donc dans l’homme lui-même qu’il faut d’abord changer quelque chose, c’est intérieurement qu’il doit chercher ce dont il a besoin. Lorsqu’on est capable de trouver le bonheur en soi-même, on sera fort dans n’importe quelle condition. Oui, dans les pires conditions, on pourra communier avec les entités célestes et se sentir comblé, rempli de lumière. Si la cause de votre bonheur est au-dedans de vous, rien ni personne ne pourra vous en priver. Le jour où vous arriverez à envisager les choses ainsi, ce sera pour vous le commencement de la liberté, de l’immortalité, de l’éternité. 

  

Bonheur et travail intérieur – Pensée du 22 février 2003  

Vous voulez être heureux ? Travaillez. Le vrai bonheur se trouve dans l’activité, mais évidemment une activité supérieure à celle qui permet de gagner un peu d’argent pour subvenir à ses besoins ou à ceux de sa famille. Ce travail-là est nécessaire, mais insuffisant. Pour être heureux, l’homme doit apprendre à faire un travail avec la pensée, le sentiment, l’imagination, la volonté, afin de préparer dans l’invisible la venue d’un monde de paix, d’harmonie, de lumière. C’est ce travail qui lui donnera la plénitude, et quels que soient les événements, il aura toujours ce travail. 

  

Le véritable bonheur est un bonheur sans cause – Extrait des Oeuvres Complètes – Volume 20 

Quelqu’un dit: «Je suis heureux parce que..» Eh bien, le seul fait qu’il donne une cause à son bonheur est la preuve qu’il ne possède pas le bonheur véritable. Car le véritable bonheur est un bonheur sans cause. Oui, vous êtes heureux et vous ne savez pas pourquoi. Vous trouvez qu’il est merveilleux de vivre, de respirer, de manger, de parler et vous ne savez pas pourquoi. Rien ne vous est arrivé, ni cadeaux ni héritage, ni jolies femmes. Vous êtes heureux, parce que c’est quelque chose qui vient s’ajouter d’en haut, un élément spirituel qui ne dépend même pas de vous.., comme une eau qui coule du ciel. …Voilà le vrai bonheur. 

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov – Editions Prosveta – Maître de la Fraternié Blanche Universelle. 

Le nom Omraam

Le nom Omraam dans OMRAAM nous parle 12814_photo_fiche_aivanhov_omraam_mikhael   » Ce nom, commente Georg Feuerstein, est composé de Om et Ram, deux mantras bien connus en Inde qui sont des mots sanskrits chargés de pouvoirs.

  • Om est le mantra le plus sacré des Hindous. Il représente l’Absolu ou le Divin. 
  • La syllabe Ram, écrite en français «  Raam  » pour qu’elle soit correctement prononcée, est le mantra qui représente l’élément feu. 

Le Maître expliquait le sens initiatique de son nom comme suit :
« D’ailleurs le nom que l’on m’a donné dans l’Inde, Omraam, correspond aux deux processus « solve » et « coagula » des alchimistes : Om dissout les choses, les rend subtiles, et Raam les matérialise, les concrétise. Le nom Omraam est donc tout un processus de concrétisation : l’idée invisible, impalpable qui doit s’incarner sur la terre pour que le monde entier puisse la voir, la toucher. » 

Jusqu’à ce jour, Frère Mikhaël avait refusé d’être appelé Maître par ses disciples. Il s’était toujours considéré lui-même comme disciple de son propre Maître, Peter Deunov. Maintenant tout était changé. Ses disciples, qui le suivaient déjà depuis 22 ans, insistaient pour lui témoigner le respect qui lui était dû et, finalement, il accepta qu’on l’appelle « Maître ». 

Un vrai Maître, dit-il, est quelqu’un qui connaît la vérité, qui comprend parfaitement bien les lois et les principes de l’existence et les respecte. Il a aussi la volonté et la capacité de maîtriser son monde intérieur et d’utiliser cette maîtrise dans le seul but de « manifester toutes les qualités et les vertus de l’amour désintéressé. » 

Le désintéressement est l’amour non égoïste dont la plus haute expression dans notre univers immédiat, selon Aïvanhov, est le soleil. Il ajoute : 


« L’idéal du disciple est de se dégager de toutes les limitations, de rejeter toutes les entraves, pour devenir comme la lumière.» 
Les entraves dont parle Aïvanhov, sont les limites établies par l’égo-personnalité, qui nous empêchent presque totalement de voir les choses telles qu’elles sont, et de penser, sentir et agir en accord avec la Réalité... «  

Georg Feuerstein
Le mystère de la lumière – Editions Prosveta 


 Dans les années qui suivirent et jusqu’à son départ pour l’autre monde le 25 décembre 1986, le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov donna, toujours gratuitement, des milliers de conférences en France et dans de très nombreux pays. 

Son enseignement a une envergure universelle, et les méthodes qu’il donne répondent de plus en plus au changement des mentalités et aux problèmes posés par la vie quotidienne. Sa préoccupation constante a toujours été, comme il le disait lui-même, d’être utile à ses contemporains, de les aider à trouver en eux-mêmes les forces qui y ont été déposées par le Créateur, et de participer à la réalisation d’une famille planétaire profondément fraternelle, d’un âge d’or pour l’humanité.   

bt_listes-ecouter dans OMRAAM nous parleExtrait de conference   

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...