MELCHIZEDECH du Temple de la Lumière

 

Je suis Melchizedech. Je suis sa manifestation. Bienvenue. Je viens vous entretenir de l’entrée dans l’unité. Je suis ici pour vous parler de Melchizedech : qui est Melchizedech ? Qu’est-ce que Melchizedech ? Qu’est-ce que l’ordre de Melchizedech ? Et également, du travail de la Terre et, de l’Ecosse et, de tous les autres sujets que j’estimerai appropriés au fur et à mesure que nous avancerons dans cette session.

Avant tout, qui est Melchizedech ? Je suis Melchizedech, le Logos Galactique. Je suis un être qui a été créé par la source Père/Mère, afin de surveiller, d’initier, de promouvoir l’expansion de la conscience et l’avancée de l’ensemble de la création vers le tout. Lorsque je dis l’ensemble de la création, je désigne tous les êtres, qu’ils soient humains, reptiliens, ou bien qu’ils soient devas, anges, les montagnes, les planètes, les mers, les animaux, les insectes. A partir de maintenant, il faut que vous compreniez que je veux dire toute la Vie, sur chaque planète dans chaque univers.

abel-and-melchi

Mon rôle est d’éliminer les structures, d’éliminer les limites, et de briser les systèmes de conditionnement qui retiennent la conscience dans des courants confinés et établis. Ce confinement de la conscience et ce maintien des modèles de pensées dans des courants confinés ont pour résultat une conscience confinante, une expérience confinante, une croissance, un mouvement, un Amour et une unité confinants. Moi, Melchizedech, je travaille pour briser ces confinements, casser les philosophies limitées, briser le contrôle dans les philosophies, et les remplacer par l’information, la connaissance, lesquelles permettent aux êtres de s’étendre dans leur unité et leur gloire, de s’étendre pour rester dans l’Amour, pour être l’Amour.

Cet Amour, bien sûr, est inconditionnel. Beaucoup veulent en savoir davantage sur l’Ordre de Melchizedech. Beaucoup se demandent : fais-je partie de l’Ordre de Melchizedech ? Suis-je associé avec les Melchizedechs ? Beaucoup d’incarnés sur cette planète Terre, la déesse Gaïa au temps présent, sont membres de l’Ordre Alpha et Omega de Melchizedech.

Il y a des prêtres et des prêtresses de tous les niveaux de connaissance, et provenant de tous les ashrams ou nivaux d’initiation, présents sur cette planète maintenant. Beaucoup d’entre eux ne sont toujours pas complètement sûrs de qui ils sont, ou de ce qu’ils sont, ou pour quelle raison ils sont venus sur cette Terre. La raison de votre venue était de faciliter le changement, de briser les ordres sociaux, de briser le contrôle des gouvernements et, le système monétaire, les banquiers, les trafiquants d’armes, les accapareurs de nourriture et les colporteurs de peur et de contrôle. Comment faire cela ?

L’Ordre de Melchizedech n’est pas un Ordre qui accomplit ses plans par la violence. Ce n’est pas une organisation ou un sacerdoce qui réalise ses plans par la guerre. C’est un ordre qui atteint ses buts par l’Amour. Par l’intégration de l’Amour, par le devenir de l’Amour , et au travers de l’enseignement, par exemple, lorsque, en tant que membres de l’Ordre Alpha et Omega de Melchizedech, vous avancez dans l’Amour, les autres se diront : pourquoi cet être est-il si aimant ? Pourquoi cet être est-il si ouvert ? Pourquoi cet être est-il si joyeux ? Il est évident pour ceux qui savent, qu’il est joyeux car il est devenu Amour pur.

Et à travers cet Amour, il est possible de briser tous ces rétrécissements qui gênent l’expansion de la conscience sur votre planète. Je lance maintenant l’appel lumineux à tous ceux de l’Ordre Alpha et Omega de Melchizedech de vous réveiller, de vous réveiller et réaliser que vous vous êtes incarnés ici, maintenant, pour faire partie de cette révolution de la conscience. Pour faire partie de ce mouvement de rupture de barrières et de restriction de la conscience, de sorte que la race humaine puisse avancer sans exception dans l’amour et l’unité. Pour ceux qui sont attirés par l’Ordre Alpha et Omega de Melchizedech, les révolutionnaires de l’Amour, les révolutionnaires de Lumière, les luminaires de la planète Terre et de son environnement, je vous dis que vous pouvez aussi facilement devenir un membre de mon sacerdoce au travers de l’initiation. Il est une chose que tous les candidats en prospection de cet Ordre doivent réaliser, c’est que, une fois initiés à l’ordre de Melchizedech, il n’y a pas de retour en arrière. C’est un processus continu, une tâche assignée continue, sachant qu’une fois le travail terminé ici sur la planète Terre, il y aura encore beaucoup de planètes à promouvoir vers davantage d’unité et de liberté.

Beaucoup de planètes dont les habitants de surface et d’intérieur, souffrent de restriction de conscience et d’avancée dans l’Amour. Alors, ces planètes, ces êtres, ont besoin de notre assistance pour briser ces barrières et contraintes, et pour réaliser leur droit de naissance qui, bien sûr, est l’unité, et l’unité est l’Amour.

J’aimerais maintenant accorder quelques instants à cette autre personne ici présente, que nous connaissons sous le nom de Mahasamatma, afin qu’elle puisse poser quelques questions.

MELCH;

Salutations, et bienvenue à toi, Melchizedech.

Salutations à toi, ami.

J’aimerais pour commencer que tu nous fasses partager quelques informations sur l’Ecosse.

Il a été dit que l’Ecosse est le Géant endormi ; le Géant qui s’éveille. Cette terre connue en tant qu’Ecosse faisait partie de la Lémurie, et plus tard, du pays d’Atlantis. Sur cette terre, beaucoup d’êtres ont fait leur première expérience de vie dans une réalité tridimensionnelle. Sur et à l’intérieur de cette terre ont été intégrés beaucoup, beaucoup d’écoles de mystères, beaucoup de lieux d’enseignement, beaucoup de temples d’Amour. De nombreux temples de Lumière et de nombreux temples d’Amour y furent construits à la fois à la surface de la Terre mère et au niveau de sa grille d’énergie éthérique. Ces endroits sont souvent marqués par ce que vous, humains, appelez des cercles de pierre. Beaucoup de ces cercles ont été désactivés, en fait, dans certains cas, les lignes de la grille ont même été déplacées afin que les énergies puissent s’écouler de ces lieux de pouvoir, de ces lieux de transmutation, de ces lieux de transfiguration. Mais maintenant, nombreux seront ceux qui sauront que la grille de la Terre a de nouveau été déplacée. Et aux endroits où coulaient jadis les lignes d’énergie, maintenant, ces dernières ne coulent plus. Et, comme ces lignes ont été déplacées et réactivées, ces lignes sont connectées à ces lieux sains et temples de Lumière. Donc, à nouveau, elles peuvent recouvrer leur gloire originelle, leur luminosité originelle, leur clarté originelle.

Ainsi, l’énergie peut s’écouler à flot dans la grille de la Terre, et aider à la guérison, et à la transmutation de la Terre mère et de ses habitants. J’en vois beaucoup s’étonner et se demander pourquoi ce pays de l’Ecosse n’a pas été mentionné dans le travail de la terre et dans les travaux sur le travail de la terre et sur les projets qu’il a été demandé à certains d’initier sur la planète. Ceci est, ma sœur, parce que jusqu’à maintenant, les énergies du pays de l’Ecosse et le statut du pays de l’Ecosse, en relation avec le processus de l’Ascension et le devenir de tout le processus de la Terre mère et de ses êtres, était hors de propos – ce n’était pas le moment pour ce Géant de se réveiller et de se déployer. Ce n’était pas le moment pour ce Géant de se réveiller et d’étendre ses énergies à l’intérieur de la grille de conscience Christique multidimensionnelle.

Le temps n’était pas venu car beaucoup d’êtres sur cette planète n’auraient pas été capables de travailler avec les énergies qui auraient été délivrées d’ici, ne travaillant pas avec l’information contenue dans les pierres elles-mêmes et dans les tourbillons de ces lieux et cercles sains. Ceci explique-t-il, ma sœur, pourquoi l’Ecosse est maintenant si importante ?

Oui, merci. Tu avais traité auparavant (et cela m’est revenu également aujourd’hui) de la façon dont ce lieu avait pu être un espace d’incarnation majeure tout comme d’autre lieux autour de la Terre. J’avais aussi le sentiment que beaucoup d’êtres auraient choisi de naître ici alors que l’Ecosse se réveille. Peux-tu commenter ce point ?

Sœur, certains savent que Israël et le Tibet sont les parties gauche et droite du cerveau de la planète Terre. Dans ces endroits sont tenues les énergies des grilles qui jusqu’à maintenant, furent connues comme des grilles d’incarnation majeures pour les âmes spirituelles. Ces âmes spirituelles, ces extensions de la présence du ‘Je suis’, ou monades, concernées par l’avancement spirituel de la planète et de son peuple, ont utilisé ces grilles pour s’incarner. Ceci explique pourquoi il y a beaucoup de conflits et de contrôle dans ces deux zones d’Israël et du Tibet.

Lorsque que le Géant endormi s’éveillera et que les grilles de l’Ecosse, les grilles multidimensionnelles d’Ecosse, seront encore une fois activées par la lumière et l’amour ainsi qu’elles commencent à l’être avec vos efforts, ceux de ce ‘channel’ ici présent et d’autres, il (ce Géant) sera attractif pour beaucoup d’âmes, ou sera attractif pour les monades ou ceux de la présence du ‘Je suis’, qui s’incarneront à travers cette grille d’énergie, ici, sur cette terre. Alors que cette terre devient de plus en plus activée, il reste beaucoup de travail à faire. Celui-ci se poursuit en continu, et les grilles commencent, non pas à rayonner avec la lumière et l’amour, mais à pulser avec la lumière et l’amour (cette pulsation pouvant être vue depuis beaucoup d’univers lointains). Cette lumière et cet amour attireront ces êtres qui ont l’énergie, la concentration et l’amour pour accélérer le processus de transformation de votre planète.

Alors, rapidement, oui, beaucoup d’êtres hautement spirituels, à la fois du système solaire dans lequel vous vivez et de beaucoup, beaucoup d’autres systèmes solaires d’univers totalement inconnus en ce moment sur la planète Terre, arriveront ici. Ils n’arriveront pas uniquement par le processus de naissance, par le processus de reproduction des êtres humains mâles et femelles, mais ils commenceront également à arriver dans des corps d’adultes, ils arriveront en tant qu’adolescents sans avoir besoin de passer par le processus de naissance. Beaucoup de choses merveilleuses sont à venir sur cette terre. Les êtres vivant sur cette terre seront parmi les leaders dans la conscience d’expansion de la planète et dans les fondements de l’amour.

MELCHIZEDECH

MAHATMA RHYNIE

TEMPLE DE LUMIERE

 

Transmis par John Armitage le 25 mai 1997 à Rhynie

Traduction de l’anglais par Sophie Lebon

 

Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

Marie-Madeleine d’émanation Arcturienne

 

arcturiens-3-700x452Marie-Madeleine : J’ai su dès ma naissance que j’étais différente et ma mère le savait aussi, Dieu merci, ou devrais-je plutôt dire : Déesse merci ! C’es parce qu’elle a reconnu ma différence qu’elle m’a amenée au temple d’Isis afin que j’y sois instruite des mystères de la Grande Déesse, la Mère cosmique. Cette instruction a consisté en de longues heures de méditation.

Ces séances étaient parfois accompagnées d’une musique de tambours, de harpes et d’autres instruments, au son desquels nous accomplissions des mouvements harmonieux produisant des états de conscience modifiés qui ouvraient les portes intérieures. Libérée des contrainte sud monde physique, je voyageais alors dans le cosmos sur les ailes d’Isis et c’est durant cette période de formation que je me suis retrouvée souvent sur Arcturus. Transportée par Isis, j’y accédais en traversant un trou de ver formant un canal entre deux mondes très distants l’un de l’autre et pourtant très porches dans la conscience.

On m’a appris à harmoniser mon esprit de manière à pouvoir entrer dans ces autres mondes par ma seule volonté.

C’est durant ce cycle de formation et de service au temple que j’ai découvert mes racines arcturiennes. J’ai alors vécu un étrange paradoxe pendant un certain temps puisque j’étais une humaine en formation pour devenir une prêtresse tout en possédant une identité arcturienne ; Il y avait en moi un décalage entre l’humaine et l’émanation. Néanmoins, plus je comprenais le sens de cette émanation, plus j’en appréciais les dons … et les difficultés.

Je me manifeste ici afin d’aider ceux et celles qui possèdent une émanation arcturienne ou autre. Votre destin est unique ; vous devez mener une existence humaine tout en sachant que vous êtes plus que cela et en utilisant vos dons spéciaux sans trop attirer l’attention sur vous. Les humains, n’en doutez pas, se méfient collectivement des émanations provenant des autres mondes. Certains d’entre vous se savent porteurs d’un immense trésor que personne ne reconnaît. D’autres ont dévoilé leurs dons à des personnes qui les ont ensuite trahies par ignorance ou par simple méprise sur ces pouvoirs.

Tous ceux et celles qui portent une émanation font face à ce dilemme, et mon histoire ne diffère pas de la vôtre. J’espère néanmoins que mon récit vous aidera à mieux comprendre votre situation et à trouver en vous une voie par laquelle vous pourrez apprécier pleinement votre émanation.

Sous sa forme la plus simple, une émanation est une énergie possédant sa propre intelligence. Dans mon cas, il s’agissait d’une émanation arcturienne.

Ma réaction énergétique aux situations était donc arcturienne et non humaine, tout comme l’était également l’intelligence que j’employais parfois pour résoudre des problèmes. Pour mes frères et sœurs humains, cela semblait un peu étrange, mais pour ceux qui possédaient des aptitudes psychiques il était évident que j’étais dotée d’une émanation. Les émanations confèrent aux individus des  comportements extérieurs qui diffèrent de la nature humaine et qui lui sont même parfois contraires.

Au Temple d’Isis, j’étais heureuse que la grande prêtresse reconnaisse non seulement mon potentiel, mais aussi mon émanation. Elle était bien préparée pour faire face à un être comme moi. Ce n’était pas facile pour elle car j’étais une tête forte, ce qui résultait de mon émanation car les Arcturiens sont des êtres d’action, toujours prêts à affronter les conflits sans la moindre hésitation. Elle m’apprit donc la patience et me dévoila mon émanation par de profondes méditations que nous faisions ensemble dans le sanctuaire intérieur du temple.

Au bout d’un an, elle m’annonça que ma formation prendrait une nouvelle direction ; je serais initiée à la magie sexuelle d’Isis et aux profonds mystères alchimiques d’Horus. J’ai les larmes aux yeux en relatant cette histoire car je me rappelle tout l’amour et tout le respect que j’avais pour cette instructrice en cette période d’insouciance qui précédait celle de mon travail dans le monde.

La magie sexuelle d’Isis était considérée comme une vois hautement sacrée. Elle impliquait l’utilisation de l’énergie sexuelle pour transformer la conscience personnelle, éveiller le serpent dormant à la base de la colonne vertébrale et lui faire ériger le Djed, la voie sacrée des chakras, dans les centres cérébraux supérieurs, ouvrant ainsi la prote sur d’autres mondes et unifiant la conscience personnelle par le mariage sacré dans le sanctuaire intérieur du cerveau.

Je ne savais pas à l’époque pourquoi mon instructrice avait modifié l’orientation de ma formation, mais je l’ai compris quand j’ai rencontré Yeshua. Je pensais que l’on m’entraînait pour devenir une grande prêtresse. Jamais je n’aurais pensé que je deviendrais une prêtresse de la haute sexualité ni que j’emploierais cette connaissance en union avec un mâle qui deviendrait mon époux. Je croyais avoir adopté le célibat. Les grandes prêtresses cultivaient leur énergie sexuelle jusqu’au paroxysme, jusqu’à ce que la tension les projette dans un autre monde. Je pensais que c’était là ma voie et je fus donc très étonnée quand on me dit que je serais initiée aux mystères de la magie sexuelle d’Isis.

Lorsque j’eus complété ma formation artistique et scientifique en sexualité et en alchimie d’Horus, mes instructrices jugèrent que j’étais bien préparée à la tâche. Après l’initiation finale faisant de mois une grande prêtresse de la magie sexuelle d’Isis, ma principale instruction me conduisit au sanctuaire intérieur, où elle me donna un bracelet en forme de serpent, un symbole faisant de moi, pour ceux qui le connaissaient, une haute initiée et une maîtresse de la magie sexuelle d’Isis.

Le jour où j’ai rencontré Yeshua près d’un puits, je portais ce bracelet et ma mère, Marie, également une initiée d’Isis, l’a reconnu. Quand je les ai regardés tous les deux dans les yeux, j’ai compris pourquoi mon instructrice du temple avait modifié le cours de ma destinée. L’émanation que je portais en moi et qui était dormante depuis toutes ces années entamait alors une mission planifiée longtemps avant mon incarnation de femme humaine et qui impliquait la sainte trinité formée par Yeshua, sa mère et Marie, et moi-même. Ces mots me font d’ailleurs sourire.

La principale caractéristique dont je veux vous faire part au sujet des émanations est l’amnésie. Je savais que j’étais différente des autres, mais j’ignorais pourquoi exactement. Ma mère le savait également et, quand elle m’a amenée au temple d’Isis, la grande prêtresse aussi s’en était aperçue. En passant des soins de ma mère à ceux de la grande prêtresse, j’ai amorcé un nouveau chapitre de mon existence. A ce moment-là, je ne comprenais pas mon émanation et je ne la comprenais pas non plus lorsque j’ai traversé le portail d’Arcturus dans un état de conscience altéré. Quand mon instructrice m’a prise sous son aile et m’a dévoilé progressivement mon émanation, j’ai commencé à en comprendre le sens, mais je trouve encore curieux à ce jour de ne pas l’avoir entièrement compris avant d’avoir regardé Yeshua dans les yeux. J’ai été stupéfaite par ce contact et mon cœur a chaviré d’amour pour lui. Bouleversée, j’ai regardé sa mère dans les yeux et elle m’a aussitôt reconnue. J’ai compris instantanément tout le sens de mon émanation ainsi que le but de ma mission. Quelle ironie du sort !

En nous découvrant mutuellement, il devint vitre évident pour Yeshua et pour moi que nous avions une mission commune à remplir. Il le ferait publiquement tandis que je resterais dans l’ombre, ce qui ne me posait aucun problème et ne m’en pose toujours pas. La mission impliquait que je transfère à Yeshua les pouvoirs cosmiques qui m’avaient été conférés par les mystères d’Isis.

Dans nos relations intimes, nous entrions tous les deux en tantra supérieur et nous nous retrouvions plusieurs fois à deux endroits en même temps, nos corps extatiques entrelacés dans l’extase sexuelle tout en accomplissant aussi des rituels de puissance sur Arcturus. Nous entrions parfois dans une chambre de régénération, utilisant ainsi la technologie arcturienne pour nous renforcer sur le plan humain. Lors deux personnes ayant une émanation semblables s’unissent, elles peuvent accéder à un grand pouvoir et à une intense créativité. Quand nous étions seuls ensemble, nos partagions des états extatiques que les mots ne sauraient décrire. Nous volions ensemble dans les plus hautes sphères. Lorsque j’étais seule avec Yeshua, lion du monde, je vivais les moments les plus satisfaisants de ma vie.

Nous étions toutefois en mission dans ce monde et je pourrais en parler longtemps, mais ce n’est pas le sujet de cet entretien. 

En tant que femme humaine, je comprends les besoins du cœur et je suis contente que la civilisation arcturienne prête enfin attention à ce dilemme. J’ignore comment il sera résolu, mais j’ai confiance que la solution qui viendra de cette civilisation sera intelligent et éminemment créative.

A tous ceux et celles qui portent une émanation d’un autre monde, je souhaite à la fois la grâce et le bonheur sur cette planète des plus intéressantes, bien qu’encore primitive. Puisse votre émanation se révéler une bénédiction pour l’humanité et puisse votre expérience sur cette Terre se révéler une bénédiction pour vous.

Marie-Madeleine 

Extrait du message de Marie-Madeleine retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

Le Haut Conseil des HATHORS : message

 

Denderah-Hathor

Nous sommes dix individus appartenant à une civilisation de quelque smillions d’êtres. Nous comptons parmi nous un médecin, un scientifique, quelques enseignants et des historiens. L’un de nous est également un mystique ou un philosophe, selon vos conceptions, bien que nous le soyons tous par nature. Notre groupe comporte donc divers ponts de vue. Nous affectionnons nos frères et sœurs humains. Nous voyons se produire un grand changement sur votre planète : la naissance à une nouvelle conscience. Comme notre civilisation aussi a vécu ce processus, nous connaissons parfaitement ces douleurs de la naissance à une réalité supérieure que vous éprouver en traversant le portail spatio-temporel. Par amour et compassion pour les humains, nous vous apportons donc avec joie l’enseignement dans l’espoir qu’il vous aidera.

VOTRE PLUS GRAND POTENTIEL

En tant qu’êtres humains, votre plus grand potentiel est de fusionner vos pensées avec vos sentiments pour percevoir le monde extérieur non seulement par l’esprit, mais aussi par le cœur. Votre cœur/esprit possède une sagesse innée favorisant la plus haute destinée humaine qui soit car il est lié à toute vie par son pouvoir d’empathie.

De plus, cette union du cœur et d e l’esprit peut conduire à des résultats magnifiques car elle vous connecte aux aspects hautement dimensionnels d e l’intelligence humaine ; Cependant, votre capacité de développement votre cœur/esprit est bloquée depuis des millénaires par des mensonges perpétrés par plusieurs de vos religions et traditions « spirituelles ».

Selon nous, les mensonges qui enferment l’esprit humains dans la honte, la culpabilité et le regret sont parmi les pires obstacles à l’expression de ce potentiel. Le déni de l’existence d’une réalité intergalactique, d’intelligences extraterrestres et d’êtres non corporels limite votre connaissance, votre compréhension du cosmos.

La manipulation de l’esprit humain par un nombre croissant de grandes entreprises internationale recherchant le profit financier au détriment du  bien-être des humains et de la planète elle-même constitue un autre obstacle au développement de la destinée supérieur de l’humanité. Heureusement, les intentions inavouées de plusieurs de vos institutions et les demi-vérités de plusieurs présuppositions culturelles sont dénoncées. Certains préfèrent continuer à dormir en faisant semblant que tout va bien. Pour eux, la Mâyâ (l’illusion) électroniquement améliorée de votre monde ne fera que s’accentuer ; Pour ceux d’entre vous qui désirent s’éveiller de ce rêve collectif tenant parfois du cauchemar, le courage doit être un compagnon constant.

Ce type de courage vous permet de percevoir, à travers les distorsions culturelles et sociales, votre véritable identité de créateurs multidimensionnels.

Mise au point sur les canalisateurs des Hathors

Nous sommes en contact avec les humains depuis l’époque de l’Atlantide et de la Lémurie, où nous avons œuvré par le truchement des initiés, des prêtres et des prêtresses des temples d’Hathor, déesse de la fertilité. Le savoir que nous avons alors transmis concernant l’élévation de la force vitale est toujours symboliquement inscrit à ce jour dans les oeuvres d’art du temple d’Hathor de Dendérah.

Nous n’avons jamais cessé de communiquer avec les humains depuis cette époque. Notre canalisateur actuel descend directement des initiés de l’ancien temple d’Hathor de Dendérah et sa tâche est très spécifique.

Note plus grand savoir se communique principalement par la vibration sonore, et notre canal, en l’occurrence Tom Kenyon   , s’y est formé depuis très longtemps, au cours de plusieurs vies, afin d’entreprendre cette tâche. Sa voix convient parfaitement pour véhiculer les signatures vibratoires de nos codes sonores.

Vous savez, un channel qui se branche sur un champ d’information vibratoire accède aux champs d’information correspondant à son plus haut taux vibratoire. Sa propre nature ainsi que ses idiosyncrasies – c’es à dire ses distorsions mentales, émotionnelles et spirituelles – affectent invariablement la qualité de l’information reçue. Pour employer une métaphore du domaine technologique : l’excellente qualité de l’antenne est indispensable à la bonne réception d’une information vibratoire. Si l’antenne est encombrée ou déformée, la réception en souffrira.

Ainsi, il appartient à l’individu qui lit l’information canalisée d’en déterminer la qualité et l’exactitude. Ne lisez pas passivement l’information canalisée. Soyez proactif et réfléchis.

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

CE LIVRE EN VENTE ICI  / http://bibliothequecder.unblog.fr/

Les Hathors par Kryeon

Les Hathors par Kryeon dans GRANDE TRANSFORMATION passage-caireOn nous a dit que c’est Sanat Kumara, un superviseur bienveillant de cette portion de l’univers, qui y a invité les Hathors. Il sentait qu’ils pouvaient y servir sans faire d’intervention. Il les invita pour qu’ils exercent précisément cette fonction d’aide, à cause de leur nature équilibrée sur le plan alchimique, c’est-à-dire leur équilibre masculin/féminin. 

Au cours d’un dialogue avec Sanat Kumara, le 6 février 2007, il nous a dit ceci au sujet des Hathors et du déséquilibre de notre univers : « La dualité de l’univers, à quelques exceptions près, est telle que le principe masculin surclasse le principe féminin. Il en est de même sur d’autres planètes et dans d’autres systèmes solaires de votre galaxie et de l’univers. J’ai donc demandé l’assistance de la civilisation des Hathors à cause de leur nature équilibrée. » 

En observant la trame temporelle, il semble que ce qui se produit présentement sur cette petite planète bleue au seuil de la création affectera tout l’univers au cours des prochaines décennies. Il savait que, en tant que civilisation, ils avaient atteint ce que nous avions la possibilité d’atteindre ; l’ascension et l’équilibre collectifs. Ils y sont parvenus en écoutant les maîtres instructeurs de leur civilisation et en se focalisant tous simultanément sur le bonheur. Peut-être avons-nous ou avions-nous cette potentialité, mais les facteurs de contrôle et de peur qui nous ont été imposés au cours des quelques dernières années ont scellé notre destin au profit d’autres méthodes de changement de dimension qui ne sont pas toutes folies. Les Hathors disent que nous pourrons accomplir cet exploit jusqu’à la toute dernière seconde. Le comportement que j’observe cependant chez mes congénères ne m’encourage guère à penser que nous réaliserons cette potentialité. 

Les Hathors sont surtout connus pour leurs activités et leurs représentations en Egypte ancienne, mais ils nous disent aussi qu’ils ont étroitement  contribué aux activités de Sanat Kumara au cours de l’existence qu’il a vécu sur l’île qui constitue maintenant le Japon. Ils ont également exercé une influence sur l’ancienne tradition Bon de ce qui constitue maintenant le Tibet, et plus loin au sud, en Afrique. 

Tout comme Sanat Kumara, ils sont entrés dans cet univers il y a dix millions d’années et demi. 

Ils sont venus d’un autre univers, par le portail de Sirius, jusqu’à Vénus et ensuite jusqu’à la Terre. Ils y ont été actifs avant l’existence de leurs temples en Egypte ancienne, mais on les connaît surtout pour le travail qu’ils ont effectué à partir de ces temples. Hathor est/était une déesse à qui les Egyptiens vouaient un immense respect ; chaque ensemble de temples en comportait un qui lui était consacré. Elle était extrêmement déifiée. Elle était un être individuel, une déesse, et non un membre de la civilisation des Hathors. Comme c’est souvent le cas, la connaissance était détenue par un cercle d’initiés et l’image en était transmise aux masses. Celles-ci venaient aux temples d’Hathor pour adorer la déesse et lui demander des faveurs. Au sein du cercle d’initiés, les prêtres et les prêtresses savaient que les Etres étaient différents de la déesse. Les Hathors oeuvrent dans la cinquième dimension de la conscience et jusqu’à la douzième. Nous leur avons demandé récemment de qui sont les représentations qu’li nous reste, puisque l’être connu sous le nom de déesse Hathor n’appartenait pas à leur civilisation. Ils nous ont répondu que ce sont des représentations d’eux-mêmes, les Hathors. 

 La déesse Hathor n’a pas de représentation artistique anthropomorphique. (L’Egyptologie traditionnelle considère cependant que les représentations se trouvant en Egypte sont celles de la déesse Hathor, avec des oreilles de vache, ce qui est interprété par un symbole de  sa fertilité). 

Tom Kenyon possède la remarquable capacité d’ « accorder » son cerveau à n’importe quelle fréquence et d’appeler un être. Dans le cas des Hathors, il les reconnaît parce qu’ils l’approchent toujours par le cœur. Après avoir transcrit leurs paroles mot à mot depuis maintenant huit ans, je peux les reconnaître facilement. Ils ne voient pas le monde comme nous. Ils disent que leur état d’existence le plus bas correspond à ce que nous appellerions le bonheur. Ils vivent généralement en extase, un état qui n’est encouragé chez les êtres humains, ni par les religions ni par les gouvernements, ce qui explique peut-être pourquoi nous n’avons pas évolué davantage que l’illustrent nos actions actuelles dans le monde. Ils oeuvrent aussi en Lémurie et en Atlantide, bien que plus fortement en Lémurie, où l’on était centré sur le cœur. 

Ce sont des maîtres du son et de l’amour. Je ne suis donc pas étonnée qu’ils aient chois Tom pour transmettre leur témoignage en cette époque importante. Quand il est en forme, Tom peut communiquer avec eux en quelques minutes. Ils parlent distinctement et je transcris leurs paroles en direct, telles qu’ils les émettent. Je suis assez rapide  au clavier, et ils ont adapté une caractéristique de Madeleine. Ils me font maintenant tout relire afin de déterminer si c’est conforme à ce qu’ils désirent présenter collectivement. La civilisation des Hathors comprend des millions d’êtres et eux ne sont que treize. Ce sont des maîtres instructeurs désignés comme porte-parole de la collectivité et non un simple groupe de treize être choisis au hasard ; ce qu’ils ont à dire a donc beaucoup plus de poids. Ils travaillent directement pour la plus haute autorité de leur civilisation et ils ne disent donc rien qui ne soit permis de révéler. 

Je les trouve très attentionnés, mais non sentimentaux. Ils sont intellectuellement et scientifiquement brillants, et ils ont le sens de l’humour : ils trouvent très drôle la vie sur la Terre. (Nous présumons que c’est parce qu’ils n’ont pas à payer le loyer ni à voter). Bien que leurs paroles soient très utiles, ce sont leurs sons émis par l’intermédiaire de Tom qui transforment la vie et qui ont le pouvoir de guérir. Je vois cela comme une simple science du cerveau. 

Quand Tom donne un atelier, que ce soit sur le taoïsme, sur le bouddhisme tibétain, sur l’hindouisme, sur la haute la chimie égyptienne ou sur le christianisme ésotérique, il fournit une bonne quantité d’informations qui va à l’hémisphère gauche du cerveau de l’auditeur, qui la déchiffre selon ses capacités de compréhension et son degré d’évolution. Cette information reste toutefois dans l’hémisphère gauche. Elle peut créer un moment d’émerveillement lorsque certains éléments de dogme sont exposés à la lumière de la vérité et que les gens sont libérés des contraintes qui les retenaient, mais cela reste une expérience de l’hémisphère gauche, tout comme lorsque vous lisez ces lignes. 

C’est le son – le son pur, sans paroles déchiffrables – qui active l’hémisphère droit. Tom l’enseigne dans ses ateliers de sons guérisseurs, et je suis toujours étonnée de constater que la plupart des gens ne voient pas à quel point cette information peut changer la vie. Il peut se produire de la magie quand quelqu’un enseigne en combinant les mots et le son pur. Avec un tel instructeur, vous avez non seulement la potentialité de comprendre ce qui est enseigné par la parole, mais aussi celle de vivre un changement énorme, une transformation majeure ou une guérison, ou les deux, durant une méditation par le son qui active l’hémisphère droit. C’est ce que font les Hathors. Ils utilisent la voix de Tom pour livrer des codes sonores qui ouvrent les portes et les fenêtres de la perception, de la transformation et de la guérison. C’est ce qu’ils veulent dire quand il s affirment qu’ils sont des maîtres du son et de l’amour. 

En huit ans, je ne les ai jamais vus, ni eux ni Madeleine, fournir de l’information inexacte. Aucun être d’une autre dimension ne peut réellement comprendre le temps tel que nous devons en faire l’expérience, mais aussi loin que l’information canalisée puisse aller dans cette direction, les Hathors et Marie Madeleine ont été très précis dans leurs messages et dans leur synchronisation. Les Hathors ont commencé à nous transmettre ce qu’ils appelaient des « mises à jour planétaires » il y a environ quatre ans, ainsi que des instructions claires sur l’holon de l’équilibre, qui selon eux est crucial pour conserver notre équilibre. Ils affirment que le tétraèdre  étoilé est un excellent véhicule pour voyager à travers les diverses sphères ou dimension. Toutefois, pour trouver l’équilibre au sein du chaos, l’holon d’équilibre , cet octoèdre imaginaire placé autour du corps, est excellent. Ils nous encouragent à le maîtriser afin de pouvoir le placer autour de nous à volonté. Ils nous encouragent aussi continuellement à trouver la joie et à la conserver par l’extase du cœur. 

Les Hathors et Tom Kenyon - Issu du livre : 2009 La Grande Transformation – L’année de la cocréation – série Kryeon canalisé par Lee Carroll - 

Grandir à Telos

Gif feesCette section est en partie une communication d’Adama canalisée par Aurelia Louis Jones. L’autre source d’information provient de Sharula Dux, de Telos ; elle date de 1996. 

 A Telos, seuls les couples qui se sont unis par les liens sacrés du mariage sont autorisés à procréer. Puisque l’éducation d’un enfant y est un projet de longue haleine, les couples qui souhaitent devenir parents doivent d’abord recevoir une formation spéciale à cet effet. A la surface, pour conduire une voiture, chaque personne doit d’abord suivre un cours de conduite ; par contre, vous permettez à n’importe quel adolescent de seize ans, ignorant, perturbé et irresponsable, sans préparation aucune ni expérience de la vie, d’accéder librement à cette responsabilité capitale qui consiste à introduire une vie nouvelle en ce monde. 

Les enfants qui naissent chez nous passent deux ans sous la supervision constante de leurs deux parents. Ce passage est absolument nécessaire pour que chaque enfant se structure bien psychologiquement. Le père s’absente de ses devoirs civiques pendant les deux premières années de la vie de son nourrisson, de façon que celui-ci passe un temps égal avec les représentants terrestres du Dieu Père/Mère. Puisque le gouvernement subvient à tous les besoins vitaux, le Temple s’assure que tous les parents se plient à cette exigence. 

Peu après la naissance d’un nouveau-né, dix parrains et marraines lui sont attribués. c’est là une prérogative tout à fait avantageuse. Dans notre cité, l’enfant ne manquera donc jamais d’attention, puisque vingt figures parentales le guideront au fil de ses premières années. D’habitude, les parrains et marraines choisis sont eux-mêmes parents d’un nouveau-né. C’est pourquoi, même les enfants uniques ont des frères et des sœurs de substitution avec qui jouer et échanger. A mesure que l’enfant grandit, il passe du temps – un jour ou deux ici et là – auprès de ses parrains et marraines. Cette coutume lui insuffle la conviction subconsciente que Dieu Père/Mère sera toujours présent auprès de lui puisqu’il aura reçu beaucoup d’amour de plusieurs sources différentes. Les jeunes apprennent très tôt qu’ils seront toujours chéris sans condition, que l’on s’occupera d’eux et que l’on pourvoira à leurs besoins. 

L’école commence à trois ans, et l’instruction de base se poursuit jusqu’à l’âge de dix-huit ans. De trois à cinq ans, les enfants apprennent, cinq demi-journées par semaine, les aptitudes sociales de base et développent des habiletés artistiques dans un cadre récréatif. Les notions fondamentales telles que les couleurs et les chiffres sont assimilées grâce à des jeux divertissants. A partir de cinq ans, les bambins vont à l’école toute la journée, comme ceux de la surface. 

Puisque Telos est une civilisation lémurienne, nos institutions enseignent, il va sans dire, cette langue. Elle dérive de la langue universelle de notre galaxie, le Salara Maru. Certaines langues planétaires originelles, telles que le sanskrit, l’hébreu et l’égyptien découlent également du Solara Maru. L’anglais n’est pas obligatoire à l’école, on l’enseigne comme langue seconde. Naturellement, nous souhaitons ardemment que notre peuple l’apprenne, et une majorité y arrive, car Telos se situe sous un continent anglophone. D’ailleurs les enfants prennent grand plaisir à écouter certaines émissions de radio et de télévision de la surface qui auront été, auparavant, supervisées par nous. 

Tous les élèves ont, sur leur pupitre, un ordinateur qui les relie à l’intelligence centrale. Notre système informatique utilise les acides aminés, une dynamique vivante ; de ce fait, il est alimenté par les annales akashiqes et les éléments supérieurs des directives du Christ, et ne peut être corrompu. En conséquence, nos ordinateurs contiennent un savoir historique précis et véridique. Ils sont exempts de données faussées par des conquérants partiaux ou des historiens ignares et ne présentent que les faits véritables ! 

Les enseignants des écoles de Telos sont tous prêtres et prêtresses formés à la tradition de Malchizedek. Cette spécialisation permet aux enfants de s’initier en très bas âge aux instruments simples du temple, comme la projection astrale. 

Quand les jeunes de Telos atteignent l’âge de se mettre les pieds dans les plats, vers douze ans, et qu’ils préfèrent la compagnie de leurs pairs, ils entrent dans ce que l’on nomme le « groupe ». Il s’agit d’une sororité/fraternité d’enfants du même âge regroupant habituellement de dix à douze jeunes qui découvriront ensemble les prodiges de la puberté et de l’adolescence. Ce « groupe », formé d’un nombre égal de garçons et de files, tissera des liens qui perdureront jusqu’à l’âge adulte, et bien après. Un prêtre et une prêtresse de Malchizedek appartenant au Temple seront choisis en vue de guider les jeunes gens au travers des différents stades de la croissance ; ils tiendront un rôle très proche de celui de tuteur auprès des adolescents. 

Le processus scolaire se poursuivra, intégré à l’évolution du groupe et à l’épanouissement conjoint de ses membres. Ceux-ci affrontent ensemble tous les problèmes inhérents à l’adolescence et partagent, expérimentent, discutent et mûrissent par l’expérience commune des difficultés traversées. Le groupe s’avère particulièrement efficace pour contrer l’attitude classique de l’adolescent ; le ressentiment. Il favorise la participation de chacun et fournit un exutoire créatif à ce comportement. Les jeunes restent généralement amis pour la vie ; très proches, ils partageront les grands moments de leur existence. 

A l’âge de dix-huit ans, lorsqu’ils ont terminé leur instruction de base, les jeunes adultes choisissent la direction qu’ils souhaitent donner aux prochaines années de leur vie. La possibilité d’études supérieures dans un domaine qui les intéresse est offerte à chacun. De vastes encyclopédies élaborées par des civilisations avancées et archaïques sont conservées sous forme de cristaux servant à la préservation d’annales dans les bibliothèques de Telos. Rarement, un adolescent choisira d’entrer directement au Temple de Melchizedek comme novice. 

Les jeunes diplômés peuvent également se joindre directement à la Flotte d’argent (l’armada télosienne de vaisseaux spatiaux). Puisque toutes les cités souterraines sont membres actifs de la Confédération, il est du devoir de chaque citoyen vivant à Telos de servir au moins six mois dans la Flotte d’argent. Il existe des dizaines d’armadas desservant ce secteur de la galaxie. Dans notre système solaire, les trois qui prédominent sont la Flotte d’argent, la Flotte améthyste et la Marine arc en ciel. La Flotte d’argent, pour sa part, se compose presque exclusivement de Terriens. Règle générale, ils proviennent surtout de Telos et de Posid (la cité atlante située sous le Matto Grosso au Brésil). 

La plupart des éclaireurs, plus fréquemment désignés sous l’appellation d ‘ovnis par les humains qui les aperçoivent dans les cieux, sont des patrouilles de la Flotte d’argent de Telos et de Posid. Plusieurs Télosiens y font carrière, alors que d’autres se contentent d’y faire leur service et bifurquent ensuite vers une profession autre. Une autre option s’offre à eux : celle de se former pour le travail qu’ils accompliront à Telos toute leur vie. En tant que jeunes adultes, ils doivent s’intégrer à la structure globale de la société télosienne. A partir d’un certain âge, chaque citoyen se doit de contribuer à la main-d’œuvre. Cinq journées de quatre à six heures sont consacrées au travail, favorisant ainsi le bon fonctionnement de la cité. Chacun choisit l’activité dans laquelle il souhaite investir ses énergies ; ainsi nous évitons l’ennui et préservons un certain enthousiasme. Par exemple, un adolescent qui affectionne particulièrement la terre, les plantes et les fleurs, peut travailler dans les jardins hydroponiques afin d’assurer à la cité une abondance de fruits et de légumes. Si une jeune fille affiche une forte prédisposition pour la danse, elle peut entrer au Temple afin d ‘acquérir une formation auprès des artistes du sanctuaire. D’autres carrières sont ouvertes dans le domaine des communications, du transport, de la nutrition, de la production manufacturière, des produits domestiques. A dix-huit ans, nos rejetons commencent la valse de la vie ! 

Je suis Adama, et nous sommes près de vous. 

Message de ADAMA deTelos, canalisé par Aurelia Louise Jones 

Les temples d’Isis

Quand je dis que le  seul ordre formel auquel j’ai appartenu était le temps d’Isis, je fais référence à l’instruction que j’ai reçue et à la mission que j’ai entreprise quand j’ai été admise aux mystères d’Isis. 

Les temples d’Isis dans GRANDE TRANSFORMATION xtra_2558

J’ai commencé mon instruction des mystères d’Isis à l’âge de douze ans, sous le tutorat de ma mère. Puisqu’elle était égyptienne, elle désirait me transmettre cette connaissance qu’elle possédait et elle commença à le faire à ma puberté ; a dix-huit ans, je suis entrée dans les temples d’Egypte pour recevoir mon instruction directement des prêtresses, ce qui mit fin à celle que je recevais de ma mère ; elle avait rempli mission. 

Sous plusieurs aspects, j’étais un drôle d’oiseau, comme vous dites. J’étais juive, mais en même temps, j’étais initiée aux mystères de la déesse égyptienne Isis. Si cela vous semble étrange, voici un exemple qui vous aidera à comprendre. A votre époque, si vous appartenez à une famille riche et cultivée, vous êtes peut-être d’une confession religieuse particulière, mais vous avez peut-être aussi étudié dans une autre région du monde que votre pays natal. Ma famille était riche et cultivée ; dans le monde ancien, ceux qui en avaient les moyens visitaient communément les centres de pouvoir culturel, dont la Grève et l’Egypte, ainsi que d’autres régions de la Méditerranée. Comme ma famille avait des racines en Egypte, j’y fus envoyée pour m’instruire ; 

Alors que j’étais en Egypte pour recevoir cette éducation formelle, je fus initiée dans les temples d’Isis avec laquelle j’entretins alors une relation directe selon la compréhension de l’époque ; je trouvais intéressant le fait qu’Isis ait certaines similarités avec l’aspect féminin judaïque, la Shekinah

La Shekinah  est l’expression du pouvoir de transformation féminin primordial. Elle surmonte les obstacles et les empêchements. Elle révolutionne tout en étendant l’équilibre féminin, dont elle est l’aspect ardent, passionné, et non une douce et gentille présence. La Shekinah est brute, explosive, pleine d’un pouvoir trépidant. Elle ne fut jamais un être physique, mais elle existe énergétiquement, tout comme Isis. 

Comme vous le voyez, je m’efforçais donc, sur le plan personnel, d’équilibrer les connaissances culturelles que j’avais acquises, dont la Shekinah, l’énergie féminine transformatrice, avec ce que j’avais appris d’Isis par les temples et par contact direct. Ce contact direct avec Isis avait lieu durant ce que vous appeler la méditation. On nous entraînait à entrer dans des fenêtres de l’esprit – ce que vous appelez des états altérés – d’où on accédait directement à Isis ou à d’autres déités. Sous certains aspects, ce n’était pas différent de votre channeling quant à la manière de revoir de l’information d ‘Isis, sauf que je ne la communiquais pas à d’autres. Les seules occasions où je partageais ce que j’avais reçu, c’était quand je devais, pour examen, rapporter aux prêtresses ce que j’avais obtenu par contact direct, car j’étais admise si j’avais reçu la même information qu’elle set j’étais refusée si l’information était différente. 

Jeune fille juive allant se faire instruire en Egypte, j’étais reconnue par ma famille et par mes éducateurs comme une personne d’une « grand qualité ». On reconnaissait donc mon calibre, mais personne ne savait que je me trouverais là-bas sous l’égide d’Isis. J’allais donc en Egypte simplement pour m’élargir l’esprit, acquérir les connaissances d’une autre culture, et c’est ainsi que je fus mise en contact avec Isis. 

Les Hathors et Marie Madeleine – issu de La grande transformation de Kryeon canalisé par Lee Carroll 

Manuscrit de Marie-Madeleine

LE MANUSCRIT DE MARIE MADELEINE (initiation à la Magie sexuelle d’Isis) 

Manuscrit de Marie-Madeleine dans LIBERTE des MAITRES flecheUN 

« J’ai été élevée dans une famille pour qui la magie était familière. Mon père venait de Mésopotamie et ma mère était égyptienne. Avant ma naissance, elle avait adressé des prières à Isis pour avoir un enfant. Cet enfant, c’est moi. On me connaissait sous le nom de Marie Madeline.

Lorsque j’ai eu douze ans, on m’a envoyée étudier dans une communauté secrète d’initiés protégés par Isis. J’ai reçu les enseignements secrets de l’Egypte, les alchimies d’Horus et la magie sexuelle du culte d’Isis. Lorsque j’ai rencontré celui que vous appelez Yeshua, j’avais déjà reçu toutes les initiations. Je m’étais préparée à faire sa rencontre au puits. Les Evangiles font de moi une prostituée, car tous les initiés de mon ordre portaient un bracelet en or représentant un serpent ; cela signifiait que nous pratiquions la magie sexuelle, par conséquent, aux yeux des Hébreux nous étions des prostituées.

Lorsque j’ai vu Yeshua et que nos regards se sont rencontrés, j’ai su que nous étions destinés l’un à l’autre. Ce que je m’apprête à vous dire n’est connu que de ceux qui étaient avec moi. Bien des légendes ont couru concernant ce qui est arrivé. Mais pour moi c’est l’histoire d’un très grand amour. Que Yeshua ait eu une vision du monde, cela ne me concerne pas. Mon histoire est une histoire d’amour. Beaucoup de gens ont suivi Yeshua. Et les occasions que nous avons eues d’être ensemble n’ont pas été nombreuses. Les Evangiles n’évoquent pas ces faits, car seuls ceux qui étaient avec nous le savaient. Avant que Yeshua se rendre au jardin de Gethsémani, nous avons conçu un enfant, dont le nom devait être Sarh.

fleche dans LIBERTE des MAITRESDEUX 

L’histoire que je m’apprête à vous raconter va paraître fantastique. Je me souviens des roseaux de Saintes-Maries-de-la-Mer, bien qu’évidemment l’endroit ne portait pas ce nom à l’époque. C’est là que notre bateau a approché du rivage. Sar’h était encore très jeune. Elle n’avait pas un an. J’étais déchirée entre le chagrin et l’ébahissement le plus total. J’étais présente quand Yeshua a été crucifié. Avec sa mère, nous l’avons accompagné jusqu’à sa tombe et nous l’avons enveloppé. Je me souviendrai toujours de l’odeur de la myrrhe. C’est l’un des onguents que nous avons utilisés. Yeshua m’est apparu dans son corps de lumière. Je ne pouvais en croire mes yeux ; voilà pourquoi j’ai touché ses blessures. Les disciples étaient jaloux du fait qu’il soit venu à moi en premier.

C’est très bizarre d’un côté, mon bien-aimé était transporté dans une autre dimension, un autre monde, de l’autre côté, moi et notre fille traversions la Méditerranée seules, sans lui. Nous n’étions plus en sécurité et nous avions dû quitter l’Egypte où nous nous étions réfugiées. Lorsque nous avons fait la traversée et sommes arrivées sur les rives de ce qui allait devenir la France, tout était encore sauvage. Ce sont les prêtresses du culte d’Isis qui nous accueillirent, et nous nous sommes mises en chemin en direction du nord pour nous placer sous la protection des druides, car Isis les avait avertis ; ils avaient entendu son appel qui leur demandait de protéger sa fille, Sar’h. C’est ainsi que nous avons cheminé jusqu’à une autre vaste étendue d’eau, que nous avons traversée pour nous retrouver dans ce qui est aujourd’hui l’Angleterre. Et là, on nous a mises au secret dans le saint des saints des druides, au Tor et à Glastonbury. Nous étions moins en danger ici qu’en Israël ou en Egypte, mais l’influence de Rome s’étendait  jusqu’en Angleterre et nous avons dû nous cacher.

Nous avons vécu là pendant des années, et c’est à cet endroit que Sar’h a épousé un homme dont les descendants sont les chevaliers du Temple. Pour ma part, je suis allée vers le nord au Pays de Galles, là où j’ai vécu jusqu’à la fin de mes jours. Je dois dire que pendant ces années où j’ai vécu seule au bord de la mer. Yeshua m’a souvent rendu visite. Bien entendu, pas comme avant, car son était constitué davantage d’énergie et de lumière que de chair, mais c’était tout de même extraordinaire de me trouver de nouveau avec lui. A ma mort, il était là et m’a emportée vers ce que certains appellent le paradis qui, en vérité, est simplement un espace dans l’âme.

flecheTROIS 

Je commence mon récit par la rencontre à la margelle du puits, car par bien des côtés, c’est ici que ma vie a commencé vraiment. Toutes les années auparavant n’ont été qu’une préparation à cette rencontre. Ce matin-là, je sentais que quelque chose se préparait. Il y avait en moi un sentiment d’excitation –une sorte de tremblement des bras et des jambes – même avant notre rencontre. J’étais déjà au puits avant qu’il arrive. J’avais déjà descendu mon seau dans le puits, et il est venu me prêter main-forte. Certains des disciples, voyant le bracelet en serpent d’or, ont pris pour acquis que j’étais une prostituée et furent consternés que leur maître vienne en aide à une personne comme moi. Mais cela ne me toucha point. J’étais dans un autre monde, transportée par les yeux de Yeshua. Nos regards se rencontrèrent, et ce fut comme si je contemplais l’éternité entière. A ce moment-là, je sus que c’était pour lui qu’on m’avait préparée – et lui aussi le savait.

Je l’accompagnais, me tenant aux derniers rangs de ceux qui le suivaient, et le soir venu nous nous éloignions ensemble ; pas tous les soirs cependant, car il était très recherché. Moi qui avait été formée aux alchimies d’Horus et à la magie sexuelle d’Isis, et qui était considérée comme une adepte avancée par mes maîtres, la première fois que je fus dans les bras de Yeshua, je tremblais comme une feuille et je dus lutter pour retrouver dans mon désir le chemin central qui mène au trône  le plus élevé, chemin qui avait fait l’objet de ma formation. En mariant les techniques que j’avais apprises et les méthodes qu’il avait assimilées en Egypte, Yeshua et moi avons réussi à charger son corps ka, son corps énergétique d’une lumière et d’une force plus importante, de façon à ce qu’il lui soit plus facile de travailler avec ceux qui venaient le voir. Et voilà exactement ce qui est arrivé. Et ce n’est pas sans ironie que les Evangiles rapportent que j’étais au puits lorsque Yeshua est arrivé. Mais, ces nombreuses nuits où Yeshua et moi étions seuls, c’est lui qui vint à mon puits, pour s’abreuver par moi aux puissances d’Isis se recharger et se renforcer.

flecheQUATRE 

Je m’arrête un instant pour contempler tout ce qui est arrivé ; on dirait un rêve, un rêve d’une clarté extraordinaire encore aujourd’hui. A raconter cette histoire, mon cœur tremble comme si c’était hier. Ma première nuit avec Yeshua se dessine dans mon esprit aussi clairement que les cieux au-dessus de Jérusalem.

Après avoir réussi à vaincre mes désirs de femme et m’être élevée dans l’alchimie spirituelle à laquelle j’étais formée, j’ai pu voir la forme spirituelle de Yeshua – déjà lumineuse, déjà resplendissante de lumière. Une colombe se tenait au-dessus de sa tête, et des rayons dorés en émanaient. Sa forme spirituelle reculait les sceaux de Salomon, Hator, Isis, Anubis et Osiris, confirmant qu’il avait subi ces initiations. Il présentait aussi d’autres symboles que je ne comprenais pas, car ils provenaient de cultures qui m’étaient inconnues ou sur lesquelles je n’avais pas reçu d’enseignement ; mais à partir des sceaux égyptiens que je reconnaissais, je conclus qu’il était sur le sentier du dieu suprême Horus. Il n’était toutefois pas encore passé par son initiation à la mort, et je savais que c’était justement la raison pour laquelle j’avais été attirée vers lui cette fois-ci – afin de consolider son âme grâce aux pouvoirs d’Isis et de la Mère cosmique, de sorte qu’il puisse traverser le portail des ténèbres et atteindre Horus.

Cette nuit-là, après avoir fait l’amour et ainsi maniés nos corps spirituels et les avoir fusionné l’un à l’autre, et l’alchimie ayant déclenché ses effets en nous, Yeshua se laissa gagner par le sommeil. Tandis que je le tenais dans mes bras je sentis un changement s’amorcer en moi, un désir de le protéger, l’espoir d’être toujours avec lui, et j’eus en même temps, conscience que nous serions séparés par des forces plus puissantes que ma volonté.

flecheCINQ 

L’Eglise prétend que j’étais une prostituée ; moi je vous  dis que c’est l’Eglise qui est la prostituée, car elle voudrait vous faire croire que la femme est un être impur et que la passion sexuelle entre l’homme et la femme est mauvais. Pourtant, c’est dans le magnétisme de la passion qu’est engendrée la matrice de l’ascension.

Le secret des secrets était connu de tous les initiés d’Isis, mais je n’avais pas imaginé que ce pourrait être moi qui serais appelée à le réaliser pleinement avec un être tel que Yeshua. Pour moi, c’est un cheminement de l’esprit et du cœur. Pour ceux qui aimeraient savoir quel a été notre parcours physique cependant… Après la crucifixion de Yeshua, Marie, la mère de Yeshua, Joseph d’Arimathie, Aaron, son fils, alors âgé de douze ans, deux autres jeunes femmes et moi-même avons pris la route de l’Egypte du nord. Ironiquement,  nous avons d’abord été entraînés vers l’Est puis nous avons dû faire halte en chemin pour le ravitaillement, car notre bateau était minuscule. Ensuite, notre périple passa d’abord par Malte et la petite Ile d’Oudish, puis par la Sardaigne et la pointe de ce qu’on appelle aujourd’hui Cinque Terra. Finalement, nous avons abouti à Saintes-Maries-de-la-Mer, cheminé vers le nord de la France en passant par Rennes-le-Château, puis traversé la Manche pour se rendre en Angleterre comme on l’appelle aujourd’hui. Pour finir, nous nous sommes installés à Glastonbury pendant plusieurs années, jusqu’à ce que Sar’h ait douze ans.

Lorsqu’elle a eu douze ans, nous sommes retournées parmi les roseaux du bord de la Méditerranée, là où nous avions accosté en provenance d’Egypte. C’était le point le plus proche de l’Egypte qui soit aussi sans danger pour nous. Là, j’ai initié ma fille au culte d’Isis, et l’ai fait prendre un bain dans les eaux de la Méditerranée, comme l’indiquent les enseignements que j’avais reçus. Nous sommes ensuite retournées à Glastonbury, jusqu’à ce que ma fille – et fille de Yeshua – ait l’âge de se marier, à 16 ans. Elle a épousé le fils d’une famille bien connue, dont les descendants devaient donner naissance aux Templiers,  bien qu’à cette époque-là, les Chevaliers du Temple n’existaient pas. Le sang dont Sar’h est issue a donc couru dans les veines des Templiers eux-mêmes. Une fois Sar’h mariée et installée dans sa nouvelle vie, je suis partie vers le nord pour le Pays de Galles, où j’ai vécu le reste de mes jours dans une petite maison en pierre près de la mer.

Derrière ma maison coulait un ruisseau qui jaillissait du flanc de la colline. Bien souvent, je me suis assise auprès de ce ruisseau qui se divisait en deux. Sur une certaine distance, les deux bras affluaient parallèlement, puis l’un obliquait vers la gauche et l’autre vers la droite. Et je réfléchissais, assise entre les deux ruisseaux, au courant qui entraînait ma vie et à celui qui avait emporté la vie de Yeshua, et au fait que, pendant un moment, les deux courants avaient filé ensemble, puis s’étaient séparés.

flecheSIX 

Je me rappellerai toujours la première fois que Yeshua est venu à moi après sa résurrection. C’était un soir de nouvelle lune, le ciel était limpide. Une légère brume flottait sur les bruyères et tout était baigné de la lumière argentée de la lune et des étoiles. Je vis une forme s’approcher sur le chemin venteux qui menait à ma maison. Par une ironie du sort, je venais de sortie pour puiser de l’eau au puits, et c’est là qu’il se tenait. Il avait la même apparence, mais il rayonnait –impossible de ne pas le reconnaître. Mes yeux se sont remplis de larmes, mon cœur tremblait. Je courus vers lui, mais je m’arrêtai net, me souvenant de ses paroles, prononcées juste après la résurrection. « Ne me touche pas encore, avait-il dit alors, car je ne suis pas encore monté jusqu’au Père ». O Combien l’initiée d’Isis en moi, pendant toutes ces années, a désiré rétablir les faits ! Qu’a-t-il voulu dire par ces paroles ? car les chrétiens n’ont reçu en héritage qu’une partie de la vérité. La part la plus importante est demeurée cachée au milieu des mystères de la Grande Mère ; et comme l’Eglise a cherché à priver de ses droits tout ce qui est féminin, la vérité est restée scellée et inaccessible.

Et cette vérité concerne le corps ka même -  ce que les initiés nomment ; le double éthérique ou le jumeau spirituel, car chargé d’une quantité suffisante de vitalité et d’énergie, il ressemble au corps physique. Contrairement à celui-ci toutefois, le ka n’est pas constitué de matière, mais d’énergie – d’énergie et de lumière. Et lorsque Yeshua est venu à moi après sa résurrection, il est venu dans son ka. Cependant, son ka n’avait pas encore été stabilisé, car Yeshua ne s’était pas élevé jusqu’au Père – c’est-à-dire jusqu’à l’Esprit suprême de sa propre âme. Avant d’y parvenir, il devait passer par le portail de la mort et parcourir son chemin dans l’inframonde de son propre être. Il faisait cela pour deux raisons, d’après moi. Premièrement, en tant qu’âme maîtresse, c’était une façon d’apporter un important afflux de pouvoir à son ka. En second lieu, il lui fallait ouvrir le passage par la mort, afin que d’autres puissent le suivre et traverser les ténèbres plus facilement en suivant son sillage de lumière. Ainsi, cette première nuit de nos retrouvailles, mon cœur s’est rempli de la joie d’être de nouveau avec lui et je le ressens aujourd’hui aussi clairement et fortement qu’alors. Il est venu un peu avant minuit pour repartir au point du jour. Pendant ces heures où nous étions étendus tous les deux, nos corps ka s’entremêlèrent une fois de plus, nul besoin de parler. Nous communiquions par télépathie. Et sans l’acte sexuel physique, le pouvoir serpentin en lui s’unissait au pouvoir serpentin en moi, et ils montaient en suivant le trajet sacré le long de notre épine dorsale jusqu’au siège au sommet du crâne (le coronal) ; cela me plongeait dans une extase de béatitude pure. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés des années durant. Il venait me voir sous cette forme plusieurs fois par année. Parfois, nous bavardions. La plupart du temps nous étions tout simplement en union.

Je lui ai demandé où il allait quand il n’était pas avec moi. Il a répondu qu’il avait visité de nombreux lieux sacrés sur la terre, et qu’il avait rencontré bien des gens différents. A son dire, il traçait un chemin de lumière. Lors de l’un de ses visites, je lui ai demandé d’expliquer. Il traça un cercle sur la terre battue de ma maison, et je reconnus les deux triangles du sceau de Salomon, dont  l’intersection forme l’étoile de David. Il me dit que plusieurs régions du monde existaient dont nous nous n’avions pas connaissance dans notre région. Bon nombre présentaient des points qui correspondaient aux points du sceau de Salomon. En se rendant en ces lieux, il s’assurait que son œuvre s’enracinerait mieux dans le sol de ce monde.

flecheSEPT 

Parmi toutes les fois où Yeshua m’a rendu visite, celle dont le souvenir est le plus vif est la fois où il est venu alors que Sar’h était chez moi. Elle venait de tomber enceinte de voulait recevoir ma bénédiction. J’étais toute à ma joie de la retrouver et de recevoir ses compagnons de voyage. Elle m’avait fait prévenir par les druides, mais la nouvelle de sa visite ne m’était parvenue que la veille de son arrivée. Elle demeura avec moi trois jours, et Yeshua apparut le second jour.

Pouvez-vous vous rendre compte à quel point la situation était particulière ? Sar’h n’avait jamais rencontré son père, et Yeshua n’avait jamais connu sa fille. Et voilà qu’ils étaient l’un face à l’autre. Le corps de son père était retourné à l’état d’éléments en un éclair de lumière au moment de la résurrection. Donc, maintenant il avait la forme de son ka, qui émettait une lumière unique. Tous deux étaient très émus. Sar’h jusqu’aux larmes, Yeshua jusqu’au pathos. Ils ont passé une heure à marcher ensemble dehors. J’ignore de quoi ils ont discuté, mais du début à la fin de leur conversation, le ciel était zébré d’étoiles filantes. Avant de partir ce matin-là, juste avant l’aurore, Yeshua mit ses mains sur l’estomac de Sar’h et bénit l’enfant. Sar’h repartit le lendemain, rayonnant d’une paix incomparable. Tout est maintenant dit sur ce que je voulais établir à propos de ma vie de mère. Subséquemment, je vais parler en tant qu’initiée aux secrets d’Isis, dans les alchimies d’Horus.

flecheHUIT 

Je me tourne maintenant vers ma chère sœur, ma sœur en esprit, la mère de Yeshua, connue aussi sous le nom de Marie. Marie était une initiée de haut rang dans le culte d’Isis. Elle avait reçu sa formation en Egypte. C’est pourquoi Joseph et elle, fuyant la colère du roi en Israël, prirent la fuite vers l’Egypte. Marie était en sûreté parmi les prêtresses et les prêtres d’Isis. Sa formation avait été différente de la mienne, mais nous servions la même cause. Pour préciser comment je comprends Marie, je dois révéler l’un des secrets les mieux dissimulés du culte d’Isis. Selon notre croyance, et la mienne, dans certaines conditions, la déesse elle-même s’incarne, soit en naissant, soit par initiation spirituelle. Marie, la mère de Yeshua fut reconnue très jeune pour sa pureté d’esprit par les prêtresses des temples d’Isis. Elle reçut la formation, devint une initiée et atteint les niveaux les plus élevés. Mais plutôt que de devenir une prêtresse, elle suivit l’entraînement pour devenir ce qu’on appelle une incarnation.

Pour devenir une incarnation, il faut être une âme très avancée, il faut un entraînement spirituel et une discipline considérables. A l’initiation finale, Marie dépositaire d’un courant énergétique provenant d’Isis elle-même. De ce point de vue, elle était donc une incarnation de la Mère cosmique. Tout se passe comme s’il y avait deux Marie : Marie l’humaine, pure d’esprit et de cœur, cachant par-devers elle un portail direct menant à la Mère Suprême, créatrice de toute matière, du temps et de l’espace.

Les conditions étaient réunies pour la conception d’un être aux qualités remarquables, qui allait devenir son fils Yeshua. Lors de ce que l’Eglise appelle l’Immaculée Conception, Marie fut le témoin et le siège d’un processus d’insémination céleste et galactique, grâce auquel le principe du Père, ou Esprit, tel que nous le concevons dans le culte d’Isis, transféra son essence en Isis, la Mère recevant l’essence du Père, la matière recevant l’impulsion de l’Esprit. Et c’est cette énergie spirituelle raffinée et puissante qui prit racine dans la matrice de Marie et donna naissance à Yeshua.

flecheNEUF 

Marie parmi les disciples lorsqu’ils vinrent vers moi auprès du puits. Elle me reconnut aussitôt comme initiée, du fait que je portais à mon bras le bracelet d’or en forme de serpent et aussi en raison du sceau d’Isis qui étincelait dans mon corps ka, car Marie était tout à fait clairvoyante et télépathe.

La personne dont j’ai d’abord croisé le regard fut Yeshua et comme je l’ai rapporté, sa présence immense me transporta dans d’autres mondes. Par la suite, mon regard a rencontré celui de Marie, sa mère. Dans ses yeux, j’au lu qu’elle reconnaissait mon statut de consoeur initiée dans le culte d’Isis, et bien que sa formation n’ait pas été dans le domaine de la magie sexuelle comme moi, elle comprit que j’avais été préparée pour Yeshua. Entre eux deux, je me sentis soulevée sur les ailes transcendantes de l’amour. Mon esprit a pris son envol. Il est ironique que j’aie ensuite rencontré les yeux de ceux qui furent ceux des disciples, et qui me jugèrent et décidèrent que j’étais une prostituée ; cette opinion est perpétuée au fil de générations de croyants.

Mais je déclare, aux yeux de Yeshua et de sa mère, je n’étais pas une prostituée, mais le vase apportant les pouvoirs curatifs et nourrissants d’Isis elle-même. Dans la vie d’un homme, qui’l soit humain ou divin, vient un temps où sa mère ne peut plus lui donner l’essentiel. Son amour pour lui est toujours là, mais ce qu’il lui faut, c’est une nourriture d’une autre nature, soit celle d’une autre femme. J’ai été cette femme. Marie m’a reconnue et a admis mon statut, et m’a confié son fils en cet instant auprès du puits. Marie et moi avons passé beaucoup de temps ensemble, à discuter des besoins de Yeshua et de sa place dans ma vie. Il était entendu que j’étais la servante d’un pouvoir qui me dépassait. J’avais été formée pour ce rôle, mais je dois vous avouer que cette reconnaissance m’émeut encore aujourd’hui. Lorsque je pense au fait qu’il m’a reconnue, je frémis. Au fil de ces journées et ces nuits passées ensemble, Marie et moi nous sommes consacrées à la tâche de subvenir aux besoins de Yeshua et de ses disciples. A cette période, Marie et moi sommes devenues très proches car je l’aimais, et je l’aime toujours pour sa grande beauté, pour sa pureté de cœur et d’esprit et pour la douceur avec laquelle elle s’est occupée du monde.

Je puis affirmer, car c’est limpide dans mon esprit, que Marie, après avoir servi comme initiée d’Isis incarnée, était un maître accompli. Son service, sa maîtrise et sa perfection – sa perfection spirituelle – sont stupéfiants.

flecheDIX 

Marie habite dans les royaumes célestes. Sa compassion et son amour se répandent sur l’ensemble de l’humanité. Chacun peut s’adresser à elle, quelles que soient ses croyances. Si quelqu’un l’invoque, qu’il sache qu’il est entendu. Il faut maintenant que je clarifie ma compréhension des choses. Je veux parler de la magie sexuelle du culte d’Isis et des alchimies d’Horus. J’ai l’intention de révéler des secrets qu’un initié n’aurait jamais dévoilés, même sous menace de mort. Mais les temps ont changé. Il ne reste plus beaucoup de temps, comme vous le savez et j’ai reçu la permission de la déesse – en fait c’est la déesse elle-même qui m’a demandé de vous révéler certains des secrets les mieux gardés de tous les temps. Ils vous sont divulgués dans l’espoir de vous voir vous élever.

flecheONZE 

Les alchimies d’Horus sont un corps de connaissance et de méthodes visant à modifier le ka. Selon ces enseignements, si notre ka incorpore ou acquiert plus d’énergie ou de lumière, il se produit une intensification de notre champ magnétique, qui permet au désir de l’initié de se manifester plus rapidement. Toutefois, lorsque nous nous abandonnons à notre âme céleste, ou , la poursuite de désirs personnels, sans être abandonnée, n’est plus le centre de notre existence entière. Notre regard se tourne vers les hauteurs, pour ainsi dire, vers les capacités supérieures de notre être, telles qu’elles sont justement perçues par le Bâ, ou âme céleste.

Cette âme céleste, ou bâ, existe à un niveau vibratoire beaucoup plus élevé que le corps physique (le khat) ou le ka (le jumeau spirituel ou éthérique du corps physique). Au sien du ka, il existe des conduits que l’on peut stimuler et ouvrir. L’activation de ces passages secrets du ka lui confère un pouvoir très accru. Les alchimies d’Horus ont pour objet de les consolider, et d’activer les pouvoirs latents et les talents de l’initié par ce qui est désigné par le nom de Djed, les sept sceaux ascendants que les yogis et les yoginïs de l’Inde appellent les chakras.

flecheDOUZE 

Dans l’école où j’ai reçu ma formation, nous avons appris à activer le pouvoir serpentin, la kundalini, en faisant se mouvoir certains canaux de l’épine dorsale et en ouvrant certains circuits dans le cerveau. Ce procédé engendre ce qu’on l’appelle l’uroeus.

L’uroeus est généralement un feu de couleur bleue qui se diffuse dans l’épine dorsale horizontalement et verticalement ; il ondule suivant les altérations énergétiques dans ces conduits. L’activation de l’uroeus accroît l’intelligence potentielle du cerveau, la créativité et surtout la réceptivité, car la tâche de l’initié est de changer la qualité de son être même, de façon à ce que l’entrée en résonance avec le ka, l’âme céleste, soit libre et non obstruée.

flecheTREIZE 

Lorsque j’ai rencontré Yeshua pour la première fois, au puits, sa simple présence a activé mes alchimies internes. La kundalini est montée le long de l’épine dorsale, comme si je m’étais livrée aux disciplines apprises.

La première nuit où nous nous sommes retrouvés seuls, dans les bras l’un de l’autre, étendus côte à côte, nous avons pratiqué la magie sexuelle d’Isis. Cette forme spécifique de magie charge le corps ka d’une extraordinaire force magnétique en utilisant le pouvoir de l’orgasme physique, car lors d’un orgasme, il se produit une décharge considérable d’énergie magnétique dans les cellules. Au moment où cette énergie se diffuse, elle dégage un potentiel magnétique que l’on peut mettre à profit. Je désire exposer ce processus spécifique en détail, mais pour ce faire, il faut d’abord expliquer un peu davantage certaines notions de base ayant trait à la sexualité et la réalisation spirituelle, car ce secret a été dérobé par l’Eglise.

flecheQUATORZE 

Lorsque je me suis unie à Yeshua en tant qu’initiée d’Isis, il y avait des canaux particuliers que je devais ouvrir en moi. Je fus pourtant stupéfaite de découvrir que ces conduits s’ouvraient spontanément en sa présence. Au début de mon récit, j’ai mentionné combien la femme en moi tressaillait et devait lutter contre ses passions et ses désirs, car le sentier de l’initié consiste à utiliser l’énergie de la passion d’une manière très précise et non pas de se laisser simplement emporter par elle. L’alchimie exige que l’énergie, en vue d’être transformée, soit d’abord maîtrisée.

(suite…)

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...