Co-création de votre vie suivante

 

 

Avez-vous déjà entendu quelqu’un dire « Ceci est ma dernière vie et je ne vais pas revenir ? »  

Kryeon répond toujours avec beaucoup d’amour et d’humour que les vieilles âmes vont revenir sur la planète et que vous ne pouvez pas attendre d’être ici à nouveau.  

 Que faire si vous pourriez avoir toute la sagesse et de la connaissance, la paix, la compréhension de la façon de créer des relations harmonieuses, la longévité, l’abondance et votre vie plus éclairés ? Voudriez-vous revenir ensuite ?  

Eh bien cela est désormais possible. Ceci est ce que nous pouvons créer et marque la différence entre la nouvelle énergie et de la vieille. 

vie suivante

Kryeon a dit:

Lorsque vous vous réveillerez la prochaine fois sur cette planète, je vous dois une promesse: Dans la nouvelle énergie vous vous rappellerez qui vous êtes. Vous n’aurez pas à passer par ce que vous avez traversé cette période. Vous aurez la sagesse de faire les choix corrects de survie. Vous aurez la sagesse des anciens. Cela signifie que vous saurez quel partenaire est correct pour vous et qui ne l’est pas. Quelles affaires sont correctes et ce qui ne l’est pas.  Le sentiment de confiance en soi pour contrôler votre propre vie sera la vôtre, parce que vous saurez qui vous êtes.

Telle est la promesse. Ne craignez pas l’aiguillon de la mort. Il est temporaire, et certains d’entre vous sont de retour si vite que vous arriverez sur cette planète en pleine conscience. À un certain niveau, que votre cerveau commence à se développer, vous aurez une grande impression de déjà vu. Je suis de retour ! Telle est la différence entre la façon dont vous avez l’habitude d’être, et la façon dont il est aujourd’hui. Jusqu’à maintenant, la sensibilisation est venue et très lentement.

La vieille âme est nécessaire sur la planète, dès maintenant et pour longtemps. Seules les âmes les plus anciennes ont la sagesse, car ils étaient Lémurien et Pléiadien. Nous avons besoin que vous reveniez tout de suite. Alors que nous venons de vous donner une explication linéaire d’un système quantique.

Oh, il y a tellement plus à dire. Qu’est-ce qui va se passer avec la Caverne de la Création maintenant que les cristaux sont de plus en plus quantique ? Qu’est-ce qui va se passer au sein de La Grille Cristalline puisque l’énergie même de ce que les humains y ont mis commence à être, dirons-nous, de l’énergie multidimensionnelle ? 

Êtres, préparez-vous pour l’astrologie quantique – il est proche. La Numérologie Quantum est proche et la guérison quantique a toujours été ici. Donc ceci est le message de la journée.

Ceux dans cette salle et ceux qui, comme vous qui sont à l’écoute et à la lecture, ont besoin de savoir qu’il n’y a pas de hasard si vous entendez et/ou voyez ce message. Encore une fois nous disons, vous êtes l’espoir de la planète dans un système qui est rempli de l’amour de Dieu, et il est beau.

Qu’il en soit ainsi.

Kryeon canaliser : « Le Akash Awakens »

donnée à Orlando, Floride – le 26 Janvier, 2013 

Kryeon2 - Copie

Je voudrais partager une histoire de quelqu’un qui a co-créé sa prochaine vie, alors lorsqu’il était encore sur la planète. Cette histoire figure dans le best-seller classique spirituel Autobiographie d’un Yogi. Il a été écrit par Paramahansa Yogananda, l’une des figures spirituelles éminentes des temps modernes. Ce professeur du monde bien-aimé est né en Inde et a vécu plus tard en Amérique jusqu’en 1920. Il fut le premier grand maître de yoga pour vivre et enseigner dans le monde occidental. Il a profondément affecté la vie de millions de gens par ses enseignements sur la science du Kriya Yoga médiation, l’unité sous-jacente de toutes les vraies religions et l’art de la santé équilibrée et du bien-être de l’esprit, corps et âme. Paramahansa Yogananda est décédé en 1952, mais ses enseignements continuent au sein de la Self-Realization Fellowship en Amérique et le Yogoda Satsanga Society of India. 

Ces Maîtres incarnent complètement le divin Créateur. Les nombreuses histoires dans cette autobiographie fournissent la preuve physique de certaines des choses que Kryeon dit être possibles pour l’éveil et est montré aux Êtres Humains. Une histoire, telle que racontée par Paramahansa Yogananda, qui est alors un jeune garçon qui a co-créé sa prochaine vie. Le nom du jeune garçon était Kashi et lors d’un pique-nique, il demanda à son professeur, Paramahansa Yogananda ce quel serait son sort. La réponse immédiate était qu’il allait bientôt être mort. La divulgation inattendue a choqué et attristé tout le monde, y compris Paramahansa Yogananda qui avait laissé échapper la déclaration avant de réaliser son plein impact. 

Lorsque les élèves sont retournés à l’école Kashi il a immédiatement demandé à son professeur pour lui demander de lui dire quand il renaître, afin qu’il puisse continuer son chemin spirituel dans sa prochaine incarnation. Au début Paramahansa Yogananda trouva difficile d’accepter cette responsabilité. Sans se laisser décourager Kashi posa la question à plusieurs reprises à son professeur pendant des semaines. Enfin Paramahansa Yogananda a cédé et a promis à Kashi que si le Père céleste lui prêtait son aide alors il allait essayer de le trouver. 

Pendant les vacances d’été Paramahansa Yogananda est allé en court voyage où il ne pouvait pas prendre Kashi avec lui. Il a laissé des instructions précises à Kashi afin de rester à l’école car il était convaincu que les vibrations spirituelles de l’école pouvaient empêcher la catastrophe imminente. Malheureusement le père de Kashi est venu à l’école pour le ramener chez lui afin voir sa mère à Calcutta. Pendant quinze jours Kashi a refusé de quitter l’école mais à la fin les menaces de son père et les forces de la police abouti obligèrent Kashi  d’aller avec son père de force. 

Au retour de Paramahansa Yogananda à l’école, il a appris le départ de Kashi et s’est dirigé immédiatement vers Calcutta. Cependant, il était trop tard. Kashi avait mangé des aliments contaminés, contracté le choléra et était décédé. Et a ainsi commencé une recherche mémorable pour Kashi. 

Paramahansa Yogananda décrit en utilisant une technique secrète de yoga (spirituel) pour diffuser son amour pour l’âme de Kashi à travers son troisième œil. Avec ses mains et les doigts levés comme une antenne, il se retourna à plusieurs reprises afin d’essayer de localiser la direction où Kashi allait renaître comme un embryon. Il sentait intuitivement que Kashi serait bientôt de retour à la terre. En continuant son émission, il savait que la moindre impulsion envoyée par Kashi se ferait sentir dans ses doigts, les mains, les bras, la colonne vertébrale et les nerfs. Cette méthode de yoga a été pratiquée de façon constante pendant environ six mois après la mort de Kashi. Un matin, alors qu’il marchait dans un quartier populaire de Calcutta, il leva les mains de la manière habituelle. Pour la première fois il y avait une réponse par impulsions électriques qui se traduit en une connexion puissante pour Kashi. 

En utilisant les impulsions électriques qui tintaient à travers ses doigts, il a été guidé vers un chemin tout près. Il était certain que l’âme de Kashi devait être vivante dans l’utérus d’une femme qui a vécu dans la ruelle. Les vibrations ont augmenté et comme si par un aimant, il est arrivé à une certaine maison. Il frappa à la porte dans un état d’excitation intense. La porte a été ouverte par un serviteur qui est allé trouver son maître. 

Le monsieur est venu à la porte et a demandé si sa femme attendait un enfant. Voyant que la question a été posée par un swami, comme en témoigne le tissu orange traditionnel de Paramahansa Yogananda, le monsieur a déclaré que sa femme attendait effectivement un enfant et a poliment demandé comment le swami savait cela. Quand il  entendit le récit de la promesse faite à Kashi l’homme étonné cru à son histoire. 

Paramahansa Yogananda a visité plus tard l’enfant et a découvert que ses parents lui avaient donné son ancien nom de Kashi. L’enfant était étonnamment similaire à son incarnation précédente et il y avait une attraction instantanée et une certaine affection entre l’enseignant et l’ancien élève. Paramahansa Yogananda avait tenu sa promesse et Kashi était une fois de plus sur son chemin spirituel. Kashi avait co-créé sa prochaine vie et reconnecté avec son maître bien-aimé. 

L’histoire de Kashi est un merveilleux exemple de la façon dont nous pouvons puiser dans le processus de co-création des prochaines expressions de vie de notre âme. Rappelez-vous : notre Akash contient les potentiels de toutes nos vies à venir ! Que ferez-vous de cette connaissance? Voulez-vous commencer à planter les graines pour votre prochaine vie ? Toutes ces choses sont possibles et disponibles pour vous dans cette nouvelle énergie.  

Que faire si vous n’avez aucune idée de l’endroit où vous voulez  commencer à planifier votre prochaine vie ? La plupart d’entre nous sont en mode de survie et travaillent le futur dans cette vie. Mais, ce que dit Kryeon par la co-création de votre prochaine vie se réfère à quand nous abandonnons notre karma et passons à travers nos leçons de vie. Nous créons alors un ensemble différent de potentialités. 

Il y a beaucoup de vieilles âmes, y compris ceux qui lisent ces lignes, ils ont annulé leur karma et travaillent déjà avec les potentiels (qui étaient prévues pour leur prochaine expression de la vie) dans cette vie ! Ce sont les vieilles âmes qui ont trouvé le Divin Dieu à l’intérieur, ils ont un visage paisible et incarnent une joie absolue d’être ici-bas , indépendamment de tout systèmes de croyance. 

Questions pour Kryeon

Est la capacité à planifier notre prochaine vie est disponible uniquement aux âmes qui ont abandonné leur karma dans cette  vie actuelle ?

 

RÉPONSE

C’est une bonne question, et la réponse est oui. Le Karma est une force motrice qui représente un système de vie en cours et inachevé. Aucun humain ne peut planifier leur prochaine vie aussi longtemps qu’ils continuent à travailler leurs problèmes karmiques. Au lieu de cela, il faut que les individus abandonnent leur karma, ce qui est possible et souhaitable dans cette nouvelle énergie sur votre planète. Il y a vingt-quatre ans, ce fut mon message. « Laissez tomber votre ancien système karmique et commencer à créer une nouvelle réalité sur la base de ce que vous voulez de l’avenir, à la place d’un ancien système qui motive votre vie basée sur l’endroit où vous avez été dans le passé. » 

L’idée de co-création de notre prochaine vie est un concept relativement nouveau. Parce que la planification de nos leçons de vie qui se passe de l’autre côté du voile lorsque nous avons la pensée de Dieu… mais quels conseils pouvez-vous nous donner pour aider dans le processus de la création de notre prochaine expression de la vie?

 

RÉPONSE

Profitez de la puissance intuitive qui vient de l’Esprit. Il est toujours là. Plus le niveau du pont que vous construisez avec le Soi-Supérieur sera élevé, plus vous serez en mesure de comprendre le concept de la planification de la prochaine incarnation.  Ne Faites aucune liste de ce que la 3D «veut» ou «souhaite». Au lieu de cela, en utilisant votre intuition, faire cette demande: « Cher Esprit, dites-moi ce que je dois savoir pour aider à planifier où je serai la prochaine fois. » Puis stand-by pour les flashes intuitifs de ce qu’il pourrait être. Si vous êtes vraiment au service de l’humanité, vous ne réagirez plus à l’information.  Mais, comme une vieille âme, vous saurez qui vous êtes et à qui vous appartenez. Vous serez «réveiller» dans votre prochaine vie avec la conscience du but et vous serez à l’aise avec tout autour de vous. Vous allez sourire avec vos nouvelles potentialités et savoir que vous êtes au bon endroit au bon moment.

 

Monika Muranyi sur Sur Blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

L’OMBRE DU SOI

2 Zen

Eh bien, poursuivons notre propos. Beaucoup d’entre vous possèdent ce qu’on a appelé communément dans ce groupe un côté sombre à leur personnalité. Ce côté sombre se réfère à votre double, un filamant, un fil non poli et fruste. Ce fil, je dirais pour le décrire au mieux que c’est la carte d’un de vos réseaux neurologiques. vous chérissez cet aspect de vous-même avec un plaisir tel que vous ne laissez rien y pénétrer. En effet, ce filou, cette ombre du soi est le soi qui possède à la fois le fardeau et le pouvoir de votre état de victime – réactions, haine, ressentiment, amertume, jalousies, colère, toutes émotions pitoyables dont le seul effet est de détruire la santé du corps – et qui fait que vous allez revenir une fois de plus afin de redresser ces problèmes avec ces mêmes personnes dans un état futur. Ceci n’est en aucun cas une situation désirable. Votre personnalité possède cet aspect, et vous le protégez, vous le chérissez et l’utilisez comme un fouet et un aiguillon. C’est un aspect de vous-même qui est laid, très laid, et je le vois en vous.

Ceci n’est rien d’autre qu’une carte spécifique que vous possédez là-haut et que vous préservez, que vous protégez. Seul un maître voit ce qui existe réellement derrière ce joli petit visage car la plupart des gens sont occupés à courir en tous sens dans leur tentative de faire bon visage afin de cacher cet aspect ombrageux de leur personnalité. Comme tout le monde fait la même chose, personne ne voit que tout le monde fait de même. Comprenez- vous?Parlons un peu maintenant de ce petit personnage.

Cette facette de l’ego altéré que vous avez dans votre cerveau, qui est têtue – cette partie de vous-même dont vous refusez de vous départir – est protégée du fait qu’elle possède sa vie à elle; elle peut montrer du doigt les circonstances de sa vie qui l’ont fait être ce qu’elle est : trahison, abandon, tromperies, on en a profité, abusé et on l’a négligé, toutes ces choses que vous dites dans vos conversations les uns avec les autres. Et, vous savez, ce petit ego altéré si laid a été l’entité la plus difficile à changer dans cette école. Savez-vous pourquoi ? Parce que vous ne voulez pas la changer, et je vous ai donné les clés pour le faire. Et pourquoi ne voulez-vous pas la changer? Parce qu’elle vous offre un cortège de protections contre les personnes qui, croyez-vous, en ont après vous ou veulent abuser de vous. Elle vous procure donc l’aiguillon, le venin, la laideur, la manipulation, le ressentiment, l’habileté et tout ce dont vous estimez avoir besoin dans le but de votre propre survie.

Mais je souhaite vous parler de cette petite et obscure créature. C’est à cause d’elle que vous allez ne pas saisir le message le plus important de cette école, et c’est pour apprendre cela que votre âme vous a amené ici. La raison en est qu’au moment où nous nous attachons à dissoudre le démon intérieur – cette créature ombrageuse en nous, comme je l’ai fait : j’ai déposé mon épée – nous devenons assurément vulnérable, mais nous ne devenons vulnérable que quelques instants, lorsque naît notre peur des représailles d’avoir fait un tel choix. Cette peur est vaine en face de la connaissance.

Qu’est ce donc qui maintient en vie votre petit démon? Votre mauvais caractère. Vous dites: « J’ai mauvais caractère à cause de ceci, ceci, ceci et ceci.» Mais imaginez un instant que l’on supprime ceci, ceci, ceci et eci; ce mauvais caractère existerait-il toujours? Il n’existerait plus. Qu’advient-il alors de l’énergie du mauvais caractère? Elle est libre; c’est l’espace libre.

Imaginons maintenant que vous disiez: « Je ne fais confiance en personne parce que j’ai été trahie. » Je vous regarderais en disant :« En fait, la personne en qui vous devriez avoir confiance est vous-même; personne ne vous trahira jamais plus que vous ne vous êtes vous-même trahi. » Pourquoi en est-il ainsi? Parce que vous avez une attitude de protection, vous refusez de neutraliser l’association existant avec cette attitude, ce qui vous en libèrerait. Vous voyez, faire confiance à quelqu’un ne devient un problème que si vous avez du mal à vous faire confiance à vous-même. S’il n’existe aucun problème de confiance par rapport à soi-même, ceci n’est jamais un problème car il n’existe aucune association à laquelle on puisse faire appel. Combien d’entre vous comprennent. Si l’on fait cela, on commence à désarmer la partie de vous qui est en réalité responsable de faire parvenir dans votre vie bien des choses merveilleuses – en face d’un pouvoir absolu – qui ne surviennent pas parce que vous portez toujours ce bouclier, ce bouclier qui ne vous permet jamais de vivre dans le moment présent. Vous n’êtes pas vraiment ici ce soir avec moi; en réalité, vous êtes ailleurs dans un autre temps.

Cette petite créature que vous possédez en vous – créature que l’on a à juste titre appelée le diable ou le démon, le démon intérieur – est la personne qui possède une multitude d’informations justifiant sa manière d’être. Toutes ces informations sont liées à beaucoup de personnes et à beaucoup de lieux, à beaucoup de choses et à beaucoup d’événements, mais il s’agit du même démon avec ses multiples tentacules. Une résistance énorme à la beauté de la vie est requise pour nourrir ce monstre. Par exemple, quand je dis résistance à la vie, il y a des gens ici qui préfèrent s’accrocher à cela que le dissoudre. Comment sais-je cela? Le seul fait d’avoir simplement, comme je leur ai appris, à regarder ce que c’est sans y attacher aucune personne, aucun lieu, aucun événement et aucun temps, ils ne purent le faire et retournèrent dans leur passé. Ils y sont toujours attachés. Les associations avec le passé sont des attachements. Elles seules et rien d’autre donnent validité à ce qui n’existe pas en réalité. Le manque est une illusion. Ce qui est réel est l’attitude qui lui donne validité. Comprenez-vous?

La maîtrise de soi est un dessein noble et digne, mais une telle entreprise vous conduit dans les corridors existant à l’intérieur de vous, pour ainsi dire, et vous oblige à regarder des parties de vous- même qui ont jusqu’ici été votre personnage, la manière dont vous perçoivent les autres. Et, vous savez, il y a un élément de peur en cela ; en effet, en imaginant que vous vous défaisiez de ce personnage, les gens ne vont pas vous prendre au sérieux, ou bien encore, vous n’allez pas être suffisamment gros ou suffisamment mauvais pour vous faire remarquer. Mais ceci est un mensonge car tant que vous vous appesantissez sur un problème insignifiant, par exemple une seule attitude qui a été la cause d’un si grand nombre de réincarnations et qui a gâché tellement de relations, gâché tellement de magnifiques occasions, gâché tellement de jours de votre vie, apparus et disparus pour ne jamais revenir, gâché totalement le paysage de la vie, tant que ceci restera dans votre vie, l’espoir de vies futures est très réduit. Et la faculté de vous exprimer comme un maître est sabotée du fait que vous êtes attaché à quelque chose qu’il est nécessaire que vous laissiez tomber. Celle-ci n’a pas d’existence.

C’est une maladie de la conscience humaine. Et, vous que j’aime, je veux que vous sachiez que je vous pousse, je vous invite fortement, à pénétrer cette arène centrale, et m’efforce de vous montrer quelque chose qui est si doux et si beau, en vérité : vous montrer que toutes les choses dont vous aviez si peur à votre encontre et que vous croyiez être vraies n’existent même pas. La seule chose qui existe est l’association que vous y croyez liée. Combien d’entre vous comprennent? C’est précisément cette association qui doit être éradiquée.

Les insuffisances personnelles n’existent pas, la haine n’existe pas et, en vérité, la méchanceté n’existe pas. La souffrance n’existe pas. Le manque n’existe pas et même la mort n’existe pas. Ils n’existent pas. En y réfléchissant bien, nos démons, vos démons – les nôtres, parce que je me trouve parmi vous et je n’aime pas cela – sont réellement dus au fait que vous ressentez le besoin de valider vos attitudes afin de survivre alors qu’en fait ce sont ces attitudes mêmes qui amputent totalement votre vie.

Qu’existe-t-il de l’autre côté? Eh bien, vous savez, un homme valeureux, et je sais les reconnaître. Il me suffit de le regarder et je vois en lui cette substance de qualité qui fait qu’il est valeureux. Être valeureux, ne signifie pas être gros, mauvais, et audacieux. Est valeureux celui qui possède la force absolue de retrancher de lui la pensée cancéreuse qui affaiblit un individu et ses accomplissements dans la vie en tous domaines. C’est cela être fort et aussi être valeureux. Je peux aussi dire en regardant une femme si dans cette poitrine vibre un amour et une affection sincères, car un amour et une affection sincères sont l’incarnation même de Dieu; la déesse en effet nourrit la vie, elle ne la prend jamais; elle donne l’amour et ne le mutile jamais; la femme est la plus suave fleur de Dieu. Et je peux regarder une femme et vous dire si cet amour habite ou non en elle. Et ce qui fait qu’une femme est belle n’est pas sa peau, ses yeux, son âge. Ce qui fait qu’une femme est belle est sa faculté d’aimer sans relâche et sans conditions. Voilà une femme que je considère belle. Et pourquoi ?

Parce que, lorsque l’on retire du manque l’association qui la maintient en place – vous voyez, on peut comparer le manque à une boule de cristal soutenue par une triade de pieds; ce que l’on voit n’est pas en réalité une boule de cristal mais la triade de pieds qui la soutiennent – on peut donc considérer le manque comme une boule de cristal transparente qu’on ne parvient pas en fait à voir. Mais ce que l’on voit ce sont les pieds qui la maintiennent en position. Et si on retire ces pieds qui soutiennent l’association – et, permettez-moi de vous le rappeler, l’association dit que vous êtes comme vous êtes à cause de ce qui vous est arrivé quand vous étiez petite fille ou petit garçon et puis vous vous déplacez avec ce fardeau durant toute votre vie, et colorez chaque jour de votre vie de ses couleurs car vous ne connaissez pas d’autre manière de vivre; cet événement, ce temps, ces gens, et ce lieu sont les « pieds » qui maintiennent l’existence du manque – si on retire ces pieds, il n’y a pas de boule de cristal. Seule existait l’association. Le manque n’existe même pas. Il ne peut exister dans un royaume d’abondance absolue.

Vous savez pourquoi vous avez un sentiment d’insécurité? Parce que quelqu’un – qui que ce soit – vous a dit et vous a fait ressentir cette insécurité. Et vous retournez sans cesse à ce moment-là ; cela vous fait toujours mal. Si vous regardiez maintenant l’insécurité sans ses supports, vous ne trouveriez rien que vous puissiez appeler insécurité. Comprenez-vous? Et savez-vous que ce qui existe dans le non-espace est l’amour? Eh bien, comment peut-on définir l’amour? L’amour est la glu qui assure la cohésion de toutes choses. Là réside le pouvoir.

par RAMTHA Extraits de son livre Le mystère de la naissance et de la mort: le soi redéfini sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/ -  p. 41 aux éditions Adda.

L’histoire d’Ana et l’Oiseau

 

Pour illustrer le changement de vibrations que vous êtes en train de vivre, nous souhaitons vous raconter l’histoire d’Ana et l’Oiseau. Installez-vous confortablement pour écouter cette histoire.

Dans la chambre, juste avant l’aube, on n’entendait rien d’autre que les sanglots d’une âme en profonde détresse. Ana était une enfant indigo agée de douze ans, qui vivait sa vie sur le Terrain de jeux du libre arbitre dans un profond trouble. Elle avait peu d’amis et des relations difficiles avec les autres enfants de sa classe. Ses professeurs voyaient en elle un enfant à problème. Elle avait la constante impression d’être étrangère à son milieu. Anna avait une difficulté particulière à s’entendre avec sa mère et elles se querellaient souvent. Bien qu’elle fût douée de connaissance intérieure, elle était abattue et avait presque abandonné tout espoir. A douze ans, Anna avait envie de retourner à la source.

1 aigle

Sentant son trouble, l’Esprit lui parla directement. « Ana, tu peux partir si tu le souhaites, mais d’abord, tu dois sortir dans le jardin et pointer ton doigt devant toi. » Ana fut bouleversée d’entendre l’Esprit lui parler si directement, parce que cela ne s’était encore jamais produit. Elle repensait à ce que l’Esprit lui avait dit et ne voyait pas en quoi cela pouvait l’aider, mais elle décida d’essayer. Sortant dans l’air frais du matin, elle vit le soleil poindre dans le ciel et un bleu nuancé de rouge teinter toutes choses. Regardant alentour pour être sûre que personne ne l’observait, elle ferma les yeux et pointa le doigt devant elle comme le lui avait dit l’Esprit. Au bout d’un instant, elle sentit un léger chatouillement sur son doigt et elle ouvrit les yeux. Un petit oiseau brun était perché sur son doigt. « Bonjour Ana », dit l’oiseau. Ana sentit immédiatement les larmes lui monter aux yeux et le souvenir de la source, presque oublié, lui revint à flots en mémoire.

Séchant ses larmes, elle regarda autour d’elle pour vérifier que personne d’autre ne l’observait. Etait-elle en train de rêver ou était-ce réel ? L’oiseau avait-il bel et bien parlé ? A cet instant, l’oiseau reprit: « Je suis ici pour t’aider à te rappeler, Ana, car tu es venue ici-bas dans un but bien précis et si tu repars maintenant, ton but ne sera pas accompli. » Des larmes de joie lui remontèrent derechef aux yeux et pour la première fois, Ana ressentit une étincelle d’espoir. Rien que de savoir qu’elle avait un but aidait Ana. L’air du jardin devint magique et l’oiseau et Ana dialoguèrent pendant plus d’une heure. La plupart du temps, Ana ne pouvait que pleurer, tant elle avait de choses à libérer. Puis Ana entendit dans la cuisine les bougonnements de sa mère qui commençait sa journée. Ana craignit que ses moments avec l’oiseau ne se terminent. « Ne crains rien, Ana, nous nous reverrons. Je serai toujours là pour toi. Tu n’as qu’à sortir dans le jardin et pointer ton doigt, et je répondrai. »

Ce jour-là, à l’école, ses professeurs ne comprirent pas pourquoi elle pleurait sans arrêt. Ils pensèrent que quelque chose n’allait pas, mais Ana, elle, savait que tout allait bien désormais. Parfois, elle doutait de ce qui s’était produit. Se faisait-elle des idées ? Puis elle réalisa que même si l’oiseau avait été un produit de son imagination, cela n’aurait fait aucune différence. Le sentiment de la source que lui avait donné l’oiseau lui permettait de se sentir complète et elle n’était pas disposée à abandonner ce sentiment.

Désormais, chaque matin, Ana se levait à l’aube, sortait dans le jardin et parlait avec l’oiseau. Ils parlaient de beaucoup de choses et l’oiseau lui donnait des leçons de vie à compléter. Ana s’en acquittait avec joie, bien que certaines d’entre elles impliquent qu’elle devait modifier certaines choses assez difficiles à propos d’elle-même. L’oiseau lui rappelait sans cesse qu’elle avait le pouvoir de modifier sa réalité par ses choix. Ce petit oiseau brun insufflait de la magie dans la vie de la jeune Ana. Les jours succédèrent aux jours et bientôt, la vie d’Ana changea. A l’école, Ana avait maintenant des amis qui l’admiraient et la respectaient. Comme par magie, l’attitude de ses professeurs se transforma et devint amicale. Même sa mère et elle s’entendaient bien maintenant et elles communiquaient pour la première fois. La vie d’Ana prenait un sens.

Un matin, Ana fit un petit retour sur elle-même et réalisa les progrès qu’elle avait réalisés en si peu de temps. En quelques mois à peine, elle avait progressé vers le bonheur plus que dans ses douze années de vie. En réalisant cela, elle remercia l’oiseau du don de magie qu’il lui avait fait. L’oiseau lui répondit: « Très chère, je ne peux pas te donner ce que tu possèdes déjà. Mon travail a été d’être ton miroir, afin que tu puisses voir ton Soi réel et te rappeler ton pouvoir. Ne perds jamais de vue que le pouvoir de changer réside en toi et non au-dehors de toi. Tu as choisi d’exercer ce pouvoir et en conséquence, tu as changé ta réalité. »

Les meilleurs moments de la vie d’Ana étaient ces petits moments passés chaque matin avec l’oiseau qui lui rappelait son véritable pouvoir. Elle était submergée d’amour pour cette simple et merveilleuse créature. Qu’il pleuve ou fasse beau, Ana passait chaque matin dans le jardin pour harmoniser sa journée avec le maître qu’elle avait appris à tant aimer. La vie d’Ana était belle.

Un matin, Anna s’éveilla plus tôt que d’habitude. Elle ressentit un changement d’énergie mais ne savait pas ce qui se passait. Elle se rappela que l’oiseau lui avait dit, à propos des changements d’énergie, que c’était ainsi que les humains évoluaient. Elle se rappela que l’oiseau lui avait dit que le changement était nécessaire pour avancer spirituellement et que sans le changement, toutes choses seraient vouées à la mort. C’est en fait le changement qui produit la magie que nous recherchons. Ces pensées tourbillonnaient dans sa tête et elle réfléchit soigneusement aux questions qu’elle allait poser à l’oiseau pendant leur rendez-vous magique du matin. Quand le moment arriva, Ana sortit, pleine d’impatience, dans le jardin et pointa son doigt devant elle. Ce matin-là, l’oiseau ne vint pas.

Avec l’aide de l’oiseau, Ana avait appris à suivre ses sentiments intérieurs plutôt que ses pensées. C’était le bon moment pour employer cette aptitude et, d’une façon ou d’une autre, elle sut intérieurement que son compagnon chéri allait bien. Elle sut aussi dans son coeur qu’elle-même allait bien et que rien de grave n’était arrivé. Même si l’oiseau et le temps merveilleux qu’ils passaient ensemble lui manquait. Ana repensa à toutes les choses que l’oiseau lui avait dites et qu’elle avait intégrées dans sa vie. Elle était perplexe parce qu’une des choses que l’oiseau lui avait dites était qu’il ne l’abandonnerait jamais. Voilà qu’elle était à nouveau assise dans le jardin ce matin, pendant que le soleil se levait. Elle essaya même de reparler à l’oiseau, faisant comme s’il était là. Elle pouvait même ressentir le picotement familier de l’oiseau perché sur son doigt. Elle fut surprise de constater qu’elle connaissait déjà la réponse à chacune des questions qu’elle avait pensé poser à son ami imaginaire.

Chaque matin Ana recommença son rituel : elle allait dans le jardin et pointait son doigt devant elle. Pour la première fois depuis bien longtemps, Ana versa des larmes de tristesse. Et pendant plusieurs semaines, Ana sortit chaque matin dans le jardin en pensant à son ami, mais le doigt d’Ana ne porta plus jamais l’oiseau.

Le temps passant, Anna se mit à jouer un rôle-clé a l’école. Les professeurs comprirent finalement qu’Ana n’était pas une enfant à problème mais qu’elle était, comme d’autres, très en avance sur ce que l’école enseignait. Ana aida à instaurer une nouvelle approche dans l’enseignement, elle aida les professeurs à ajuster leur mode de pensée pour accueillir les nouveaux enfants qui arrivent maintenant. Le jour où Anna reçut son diplôme fut un jour vraiment heureux. Il y avait eu un temps où elle n’aurait jamais pu imaginer cela et où elle voulait repartir. Maintenant, elle savait qu’elle avait joué un rôle très important. Avec ses moyens limités, elle avait apporté une contribution à l’humanité tout entière et avait aidé à ajuster l’énergie pour tout ce qui allait suivre.

Ana croissait en âge et en stature. Ana devint une grande guérisseuse et aidait des milliers d’autres gens à trouver en eux leur propre pouvoir et à changer leur réalité. Ana utilisait son coeur pour les guider. A mesure qu’elle grandissait en pouvoir, Ana découvrit que des réponses lui étaient données au moment même où elle posait des questions. C’était différent parce que les réponses semblaient venir de l’intérieur d’elle-même plutôt que d’une source extérieure. Elle n’oublia jamais ce que l’oiseau lui avait dit. Elle pensait souvent à son ami chéri et s’entourait d’oiseaux de toutes sortes. Elle fit construire un sanctuaire d’oiseaux sur son terrain et le visitait souvent. L’oiseau devint le symbole personel d’Ana et des représentations d’oiseaux ornaient chaque chambre de sa demeure. Elle en avait tant que ses amis l’appelaient la dame aux oiseaux. Ana accepta ce titre avec une grande fierté. Anna avait été touchée et elle ne l’oublia jamais. Elle choisit mettre le don de sagesse de l’oiseau en tout ce qu’elle faisait. Ana marchait avec l’Esprit.

Des années plus tard, Ana se retrouva à veiller sur son petit-fils. Cet enfant lui était très cher et ils avaient un lien qui remontait bien plus loin que cette vie. Du jour où il était né, elle avait su qu’ils étaient liés par un contrat. Elle attendait juste de voir où il les mènerait. Billy était un petit garçon de sept ans aux yeux vifs qui regardait sans crainte jusqu’au tréfonds de l’âme d’Ana. Il lui rappelait le rôle important qu’elle avait joué dans la redéfinition du système scolaire. Il voulait maintenant continuer dans la voie qu’elle avait ouverte. Anna fut alors très reconnaissante d’être restée. Un jour que ce jeune homme chéri était en visite chez sa grand’mère et qu’il examinait avec curiosité la multitude de statuettes d’oiseaux qu’Ana avait dans sa maison, son attention fut attirée par la statuette d’un petit oiseau brun. Ana vit son petit-fils regarder attentivement la petite statue. Elle sut dans son coeur que quelque chose de merveilleux allait arriver. Elle retint son souffle et attendit. Alors son petit-fils de sept ans se tourna vers elle et lui dit : « Tu sais, grand-maman, ça ressemble à l’oiseau que tu as toujours sur l’épaule. »

Les mots de son petit-fils la touchèrent avec tellement de force qu’elle vacilla sur ses jambes. Il était soudain répondu à toutes ses questions et, pour Ana, les morceaux du puzzle se mettaient toutes en place. Elle repensa au jour où l’oiseau n’était pas venu et elle réalisait maintenant qu’elle avait alors progressé jusqu’à une vibration assez haute pour que l’oiseau aille se nicher sur son épaule plutôt que sur son doigt. Ana avait tellement l’habitude de chercher l’oiseau sur son doigt qu’elle ne savait pas que l’oiseau était maintenant assez près pour lui parler directement à l’oreille. C’est à ce moment que le contrat qui la liait à son petit fils fut rempli. Pour la première fois de sa vie, ce qu’elle savait dans sa tête correspondait à ce qu’elle savait dans son coeur et la vie d’Ana fut complétée.

Après toutes ces années, le long silence se brisait enfin et des larmes de joie revinrent aux yeux d’Ana. Le petit oiseau brun de l’enfance d’Ana lui reparlait de nouveau :  »Oui, chère Ana, je t’avais dit que je ne t’abandonnerais jamais et je ne l’ai jamais fait. Je suis très fier de toi parce que le jour où j’ai passé de ton doigt à ton épaule, tu avais le choix : tu aurais pu rester là à regarder ton doigt pour l’éternité, attendant les conseils que tu avais l’habitude de recevoir de l’extérieur. Mais tu as décidé de continuer à avancer avec la connaissance que tu avais en toi. C’est l’intégration de l’Esprit et l’ouverture à ton Soi supérieur. Tu n’es pas séparée de l’Esprit comme tes yeux humains voulaient te le faire croire. Tu n’es pas séparée de moi, car nous sommes UN. Dans le quotidien, marche avec l’Esprit sur ton épaule et ose créer la magie que tu recherches. Chère Ana, tu as bien agi. Tu as atteint ton but supérieur en apprenant à avancer avec l’Esprit. » En entendant ces paroles, Anna fut comblée.

Et il en est ainsi…

Le Group. sur Famille de Lumière de Francesca  http://francesca1.unblog.fr/

LA PERMISSION D’ÊTRE VOUS-MÊME

 

images (18)Votre enfant intérieur a besoin que vous lui donniez la permission inconditionnelle d’être lui-même et, dans cet ordre d’idées, la discipline éducative que je viens d’exposer lui fera faire de grands pas vers le rétablissement de son moi. Cependant, vous pouvez l’aider encore davantage en lui donnant la permission d’abandonner le(s) rôle(s) rigide(s) qu’il a endossé(s) afin d’équilibrer son système familial et de sentir qu’il était important aux yeux des autres. J’ai déjà suffisamment parlé des rôles et de la façon dont ils se mettent en place dans un système familial dysfonctionnel. Vous avez commencé à permettre à votre enfant intérieur d’abandonner ces rôles figés quand vous avez retrouvé votre moi de bambin puis votre moi d’enfant d’âge préscolaire, et vous allez maintenant pouvoir aller plus loin. Dans cette démarche, les rubriques suivantes pourront vous servir de modèle général pour travailler tous les rôles que joue votre faux moi. Laissez tomber les rôles de votre faux moi

Première étape

Tout d’abord, vous avez besoin de vous faire une image plus claire de vos divers rôles au sein de votre système familial. Comment avez-vous appris à vous sentir important lorsque vous étiez enfant? Que faisiez-vous pour maintenir les liens de la famille et combler ses besoin ? Voici quelques-uns des rôles les plus couramment adoptés: le Héros, la Vedette, le Perfectionniste, le Petit Homme de maman, l’Époux Substitut de maman ou l’Épouse Substitut de papa, la Petite princesse de papa, le Copain de papa, la Complice de collège ou la Soeur de sang de maman, le Soutien ou le Protecteur de maman ou papa, la Mère de maman, le Père de papa, le Pacificateur, le Médiateur, l’Enfant Sacrifié, le Bouc Émissaire ou le Rebelle de la famille, l’Incapable, l’Enfant Problème, l’Enfant Perdu, la Victime. Les rôles sont inépuisables, mais chacun remplit la même fonction: garder le système familial en équilibre, immobile et à l’abri du changement.

Chaque rôle fournit également à la personne qui le joue un moyen de dissimuler sa honte toxique. Le rôle nous structure et nous définit; il prescrit un ensemble de comportements et d’émotions. Ainsi au furet à mesure que nous jouons nos rôles, notre moi authentique devient de plus en plus inconscient. Comme je l’ai expliqué précédemment, au fil des ans, nous développons une accoutumance à nos rôles.

Soutenir votre enfant intérieur, c’est lui permettre de choisir ce qu’il veut préserver dans ses rôles et ce qu’il désire laisser tomber. Il importe que vous lui montriez clairement que ses rôles n’ont vraiment servi à rien. Pour ma part j’ai demandé ceci à mon enfant intérieur blessé: «En jouant tes rôles de Vedette, de Perfectionniste et de Protecteur, est-ce que tu as réellement sauvé quelqu’un dans ta famille !» La réponse immédiate a été «Non». Je lui ai aussi demandé: «Le fait d’être une Vedette, un Perfectionniste et un Protecteur t’a-t-il procuré une paix intérieure durable?» Encore une fois, sa réponse a été «Non» ; il se sentait encore vide, seul et déprimé la plupart du temps.

Finalement, je lui ai demandé: «Quelles émotions as-tu été obligé de refouler afin de jouer tes rôles de Vedette, de Perfectionniste et de Protecteur?» Il m’a répondu que j’avais dû taire ma peur et ma colère; je devais toujours être fort, gai et positif. Derrière mes rôles surhumains se terrait un petit garçon seul, effrayé et pétri de honte.

Deuxième étape

Vous êtes maintenant prêt à laisser votre enfant intérieur éprouver les émotions que lui interdisaient ses rôles. Dites-lui que c’est bien de se sentir triste, apeuré, seul ou fâché. Vous avez déjà accompli une bonne part de ce travail dans la deuxième partie de ce livre mais, en tant que nouveau défenseur de votre enfant blessé, vous devez lui faire savoir qu’il a la permission d’éprouver les sentiments précis que ses rôles rigides prohibaient. Vous lui donnerez ainsi la permission d’être lui-même.

Il est particulièrement important que vous le protégiez à cette étape-ci, car les sentiments refoulés sont si redoutables à partir du moment où ils commencent à émerger qu’ils pourraient accabler votre enfant intérieur. Vous devrez procéder lentement et lui donner beaucoup d’encouragements affectueux. Chaque fois que nous changeons un vieux schéma acquis dans notre famille d’origine, cela nous semble peu familier (littéralement, c’est «non familial »). Nous ne nous sentons pas «chez nous» dans notre nouveau comportement. Le fait d’éprouver de nouvelles émotions semblera étrange, peut-être même fou, à votre enfant intérieur. Soyez donc patient avec lui, car il ne se risquera pas à faire l’expérience de ces nouveaux sentiments s’il ne sent pas qu’il jouit d’une sécurité absolue.

Troisième étape

Pour explorer votre liberté nouvellement acquise, vous devrez chercher les nouveaux comportements qui vous permettront d’expérimenter votre moi dans un contexte différent. En ce qui me concerne, par exemple, j’ai fait appel à la créativité de mon adulte afin qu’il me dise les trois choses que je pouvais faire pour échapper à mes rôles de Vedette et de Perfectionniste. Demandez vous aussi à l’adulte créatif en vous de choisir trois attitudes précises. Voici ce que le mien m’a proposé:

    1. Je peux me rendre à un séminaire ou bien à un atelier où personne ne me connaît et m’attacher à n’être qu’un membre du groupe, un participant comme les autres.

    2. Je peux faire un travail médiocre pour m’acquitter d’une tâche quelconque. Je l’ai fait alors que j’écrivais un article pour un journal.

    3. Je peux seconder les efforts d’une autre personne qui est le centre d’intérêt d’un groupe ou d’une assemblée. Je l’ai fait en partageant l’estrade avec un collègue à Los Angeles. Les feux de la rampe étaient braqués sur lui.

Toutes ces expériences ont été bénéfiques pour moi. J’ai découvert comment je pouvais me sentir en faisant partie d’un groupe plutôt qu’en étant la Vedette. Je me suis laissé le choix de ne pas viser la perfection. J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer un rôle de soutien auprès de quelqu’un d’autre. Quant à mon enfant intérieur, il a aimé accomplir ces choses. Il était si fatigué de toujours devoir être une Vedette ou un Perfectionniste.

À cette étape, je savais que mon rôle de Protecteur était encore plus influent, car il représentait mon moyen le plus significatif de compter aux yeux des autres. La perspective de modifier ce rôle était d’autant plus inquiétante. La première fois que je m’y suis attaqué, je me suis proposé les nouveaux comportements suivants:

    1. Je réduis le temps que je consacre à la consultation de cinquante à quarante heures par semaine.

    2. Je change le numéro de téléphone de mon domicile (que j’avais donné à mes clients) afin d’obtenir un numéro confidentiel. J’installe un répondeur téléphonique pour les consultations urgentes.

    3. Je refuse de consacrer mes temps libres à des réunions sociales au cours desquelles j’ai l’habitude de répondre aux questions des participants relatives à leurs problèmes personnels.

Quand j’ai adopté un de ces comportements pour la première fois, je me suis senti coupable. Il me semblait que j’étais égoïste. Mais petit à petit, mon enfant intérieur en est arrivé à constater que les gens m’estimaient et me respectaient toujours. Lorsque j’ai découvert que j’étais digne d’estime et d’amour sans devoir faire ces choses pour les autres, j’ai franchi une étape importante dans ma croissance personnelle.

Quatrième étape

Enfin, vous devez aider votre enfant intérieur à choisir ce qu’il désire conserver dans ses rôles. Moi, par exemple, j’adore parler à des centaines de personnes quand je donne des conférences ou des séminaires. Mon enfant intérieur aime raconter des blagues et entendre rire les gens. Il aime aussi les moments où les applaudissements fusent à la fin d’une causerie ou d’un atelier. C’est pour cette raison que lui et moi avons décidé de continuer à faire ce travail.

Mon enfant intérieur m’a fait savoir que je le faisais mourir avec mes rôles de Gentil Garçon, de Protecteur et de Vedette. Au cours de mes ateliers ou de mes séminaires, par exemple, j’avais l’habitude de ne jamais prendre de repos. Pendant toutes les pauses, je parlais avec les gens, je répondais à leurs questions, j’essayais de les faire profiter d’une thérapie en trois minutes et je dédicaçais des livres. Je pouvais également rester une heure et demie de plus après avoir terminé une conférence ou un atelier. Résultat, je travaillais parfois douze heures de suite.

Un soir que je rentrais chez moi, dans l’avion qui me ramenait de Los Angeles, mon enfant intérieur a tout simplement éclaté en sanglots. Je ne parvenais pas à croire que cela m’arrivait, mais j’ai compris le message. Mon enfant intérieur voulait bien que nous gardions le rôle de Vedette, mais le Protecteur devait s’effacer. J’ai donc effectué certains choix qui lui plaisent. Depuis quelques années, nous nous envolons toujours en première classe. On vient fréquemment nous chercher en limousine. Durant les ateliers, au moment de la pause, plusieurs personnes sont chargées de s’occuper de nous. Nous utilisons ce moment pour nous reposer et manger un fruit frais ou toute autre nourriture légère.

Maintenant, mon enfant intérieur et moi donnons une attention de qualité aux autres. Néanmoins, nous prenons aussi bien soin de nous-mêmes. Et nous laissons les autres s’occuper de nous. Nous avons choisi d’être une Vedette, mais pas au prix de notre conscience d’être. Nous avons choisi de nous occuper des autres, mais nous ne sommes pas obsédés par cette tâche. Nous ne croyons plus que nous perdrions notre importance si nous ne prenions plus soin des autres. Je me préoccupe de mon enfant intérieur; je l’appuie et je lui dis que je l’aime exactement tel qu’il est. Mon enfant ne croit plus désormais qu’il doit renoncer à son moi authentique afin d’être aimé. Nous savons tous deux que la relation la plus décisive dans notre vie est celle que nous entretenons l’un avec l’autre.

Je lui ai donné la permission d’être qui il est et c’est cela qui a fait toute la différence.

John Bradshaw

Extraits de son livre RETROUVER L’ENFANT EN SOI
Les Éditions de l’Homme, 2004

Les enfants du Nouveau Monde

images (4)On me pose souvent des questions dans les conférences et ateliers sur les enfants du Nouveau Monde. Est-ce qu’ils sont si différents de ce qu’on a été? Ont-ils plus de dons? Sont-ils plus ouverts? Et surtout, comment les reconnaître dans leur singularité?

Je ne détiens pas la Vérité avec un grand V, mais voici ce qu’on m’a transmis au fil des ans à ce sujet. Il y a plusieurs catégories d’enfants différents qui s’incarnent actuellement sur notre plan. La première génération à sortir des rangs a été celle des enfants indigo, qui ont en moyenne 20-25 ans. Je dis « en moyenne » parce que une poignée d’entre eux sont dans la cinquantaine, une groupe plus grand ont autour de 40 ans, une autre groupe toujours plus nombreux en ont 30 et ainsi de suite jusqu’à la base de la pyramide, qui représente le groupe le plus important composé aujourd’hui de jeunes adultes. Ce sont ceux qui vous avez vu descendre dans la rue au printemps érable. Pas ceux qui ont tout cassé, mais les autres, ceux qui portent la réelle conviction que le monde dans lequel ils vivent ne fait plus sens et qu’il est grand temps d’y apporter des changements. Cette génération de jeunes aux facultés sensorielles plus développées ont été souvent catalogués comme TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité), ou simplement turbulents. Ils ont en effet accepté dans cette incarnation le rôle de « casser la baraque », pour provoquer ces fameux changements, sans pour autant avoir recours à la violence, bien sûr. On m’a expliqué que ces enfants sont si perceptifs qu’ils peuvent capter plusieurs niveaux d’information en même temps. Leur mode d’apprentissage est plus conceptuel, ce qui tend à les distraire de la matière linéaire qu’on essaie encore de leur imposer à travers les méthodes d’enseignement traditionnel qui ne leur conviennent plus. L’image qu’on m’a transmise est celle d’un être qui peut recevoir simultanément des informations par perception extra-sensorielle, d’autres par sensation, d’autres encore par clairvision ou clairaudience, tout ça en même temps que le professeur tente de capter son attention. Voyez le défi, tant pour l’enseignant que pour l’élève?

Le channel américain Lee Carroll (qui canalise Kryeon) a coécrit un ouvrage fort instructif au sujet des enfants indigo. Sachez que certains ont aussi 10 ans et d’autres, moins nombreux, naissent actuellement, puisque le concept s’applique à l’inverse pour les tranches d’âge qui suivent, quand on a atteint la base de la pyramide.

On a par la suite appris qu’une nouvelle génération d’enfants, nommés enfants cristal, arrivait en grand nombre sur la Terre. Ils auraient en moyenne 10-15 ans et se distinguent par un taux vibratoire un peu plus élevé qui les rend très sensibles et encore plus médiums. Mais le trait qui les distingue le plus est leur capacité à se brancher naturellement dans l’espace du cœur solaire. Ce sont des enfants qui tentent de retrouver sur le plan de la matière le niveau d’amour qu’ils portent en eux, ce qui semble impossible parfois en cette ère dualiste qui tire à sa fin. Ils peuvent donc trouver très difficile de s’incarner, parce que le monde dans lequel ils évoluent ne ressemble en rien aux mémoires cellulaires qu’ils portent des autres plans de conscience, plus amoureux. On m’a transmis que j’avais deux enfants cristal, mais je n’ai évidemment aucun moyen de le vérifier… et je ne cherche pas à le faire non plus. Ces théories sont intéressantes pour comprendre que le genre humain évolue, mais certainement pas pour entretenir les étiquettes et la comparaison.

Enfin, on nous a transmis qu’une nouvelle génération, identifiée comme étant des enfants diamants, avait maintenant la possibilité de s’incarner, parce que le taux vibratoire s’est élevé suffisamment sur la planète pour permettre leur venue. Ces enfants sont en majorité très jeunes, de 0 à 5 ans, mais certains ont 20 ans, puisque le même principe pyramidal de groupes de plus en plus nombreux à arriver sur le plan de la matière s’applique pour eux également. La caractéristique principale de ces enfants est leur maîtrise innée, puisqu’ils n’auraient plus de gros thèmes karmiques à dissoudre. Un de mes amis est père d’un petit garçon de 4 ans qui serait un de ces enfants maîtres. Encore une fois, je ne peux prouver ce genre d’affirmation, mais cela résonne pour moi, puisque je peux le ressentir. Cet enfant n’est pas moins tannant , plus intelligent ou plus doué que les autres, juste complètement rayonnant!

J’ai reconnu cette fréquence chez le jeune Yoann qui a remporté au Québec le populaire concours télévisé La Voix, concept connu partout dans le monde. Chaque fois que je le voyais chanter, je ne pouvais m’empêcher de sourire à pleines dents, parfois même de m’éclater de rire, tellement il brille sur scène. La vibration qui émane de sa voix, mais surtout de son Être, éveille la joie pure, qui est l’ingrédient de base de la maîtrise. Ma petite explication sur facebook au sujet des enfants maîtres a soulevé les passions, mais qu’à cela ne tienne, je persiste et je signe, ce jeune homme est un bel exemple de ce à quoi vont ressembler les enfants-maîtres lorsqu’ils auront atteint l’âge de 18-20 ans. Ils sont habités par une pureté, une force tranquille et une assurance déstabilisante, basée sur la confiance que notre humanité se dirige réellement vers une ère d’unité, de fraternité et de paix !

Pour ce qui est des enfants autistes ou autres différences, ils sont aussi nos maîtres incarnés sur ce plan pour nous enseigner entre autres à mieux aimer, dans le détachement, sans condition. J’ai aussi la chance d’avoir un de ces maîtres dans mon entourage proche et son regard sur la vie est une source inépuisable d’inspiration pour moi. On m’a également transmis au sujet de ces enfants très perceptifs qu’ils sont un pont vers les mondes invisibles. Naturellement en contact avec les plans parallèles et les autres dimensions, ils vont nous permettre dans un avenir rapproché de prouver entres autres l’existence de la vie après la mort… Avis aux chercheurs intéressés! 

Grâce à ces nouveaux enfants, j’ai espoir qu’un jour, pas si loin que ça, les êtres humains vivront sur une planète d’avatars qui sauront naturellement reconnaître leur lumière et s’unir pour créer ici, maintenant, la fameuse « Terre Promise » !

ARTICLE DE France Gauthier

Le processus de domestication et le rêve de la Planète

 

 

téléchargement (7)Ce que vous voyez et entendez en ce moment précis n’est qu’un rêve. Vous rêvez à l’instant même, le cerveau éveillé.

Rêver est la fonction principale de notre esprit qui fait cela vingt-quatre heures par jour. II rêve lorsque le cerveau est éveillé et également lorsque ce dernier dort. La différence c’est que, durant l’état de veille, le cadre de référence matériel nous fait percevoir les choses de façon linéaire. Lorsque nous nous endormons, nous n’avons plus ce cadre de référence, aussi le rêve a-t-il tendance à changer constamment.

Les humains rêvent en permanence. Avant notre naissance, les humains nous précédant ont crée un grand rêve extérieur que l’on appelle le rêve de la société ou le rêve de la planète. Le rêve de la planète est le rêve collectif résultant des milliards de rêves personnels plus petits qui, ensemble, forment le rêve d’une famille, le rêve d’une communauté, le rêve d’une ville, le rêve d’un pays, et finalement le rêve de toute l’humanité. Le rêve de la planète comprend toutes les règles de la société, ses croyances, ses lois, ses religions, ses différentes cultures et modes de vie, ses gouvernements, ses écoles, ses événements sociaux, et ses jours fériés.

Nous naissons avec la capacité d’apprendre comment rêver, et les humains qui nous précèdent nous apprennent à le faire de la façon dont rêve la société. Le rêve de la planète a tellement de règles que lorsqu’un nouvel être humain naît, on capte son attention et on introduit ces règles dans son esprit. Le rêve de la planète se sert de papa et maman, des écoles et de la religion pour nous enseigner comment rêver.

L’attention est la capacité à être sélectif et à se concentrer exclusivement sur ce que l’on veut percevoir. Nous sommes capables de percevoir des millions de choses simultanément, mais en utilisant notre attention, nous pouvons maintenir ce que nous voulons au premier plan de notre conscience. Les adultes qui nous entouraient, lorsque nous étions enfants, ont donc capté notre attention et introduit des informations dans nos esprits par la répétition. C’est ainsi que nous avons appris tout ce que nous savons.

En nous servant de notre attention, nous avons assimilé toute une réalité, tout un rêve. Nous avons appris comment nous comporter en société : que croire et ne pas croire ; ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas ; ce qui est bon et ce qui est mauvais ; ce qui est beau et ce qui est laid ; ce qui est juste et ce qui est faux. Tout était déjà là : toute cette connaissance, toutes ces règles, tous ces concepts concernant la façon de se comporter dans le monde existaient avant notre naissance.

Lorsque vous alliez à l’école, vous étiez assis sur une petite chaise et votre attention se portait sur ce que le professeur vous enseignait. Lorsque vous alliez à l’église, votre attention se concentrait sur ce que le prêtre ou le pasteur vous disait. La même chose se produisait avec papa et maman, vos frères et vos soeurs. Tous s’efforçaient de capter votre attention.

Nous avons également appris à capter l’attention des autres, et développé un besoin d’attention qui est devenu très compétitif. Les enfants se disputent toujours l’attention de leurs parents, de leurs professeurs, de leurs amis : « Regardez-moi ! Regardez ce que je suis en train de faire ! Hé oh, je suis là !». Le besoin d’attention devient ainsi de plus en plus fort et se perpétue à l’âge adulte.

Le rêve de la planète capte notre attention et nous enseigne ce que l’on doit croire, à commencer par la langue que nous parlons. Le langage est le code de compréhension et de communication entre êtres humains. Chaque lettre, chaque mot de chaque langue représente un point sur lequel on s’est mis d’accord. On dit que ceci est une page dans un livre ; le mot page est un terme sur lequel on s’est mis d’accord. Une fois que l’on comprend le code, l’attention est captée et il y a transfert d’énergie d’une personne à l’autre.

Vous n’avez pas choisi de parler français. Vous n’avez pas choisi votre religion ni vos valeurs morales : elles étaient déjà là avant que vous ne soyez né. Nous n’avons jamais eu l’occasion de choisir ce que nous croyons ou non. Nous n’avons pas choisi la plus infime des choses à laquelle nous avons donné notre accord. Nous n’avons même pas choisi notre nom.

Enfants, nous n’avons pas eu la possibilité de choisir nos croyances, mais nous avons donné notre accord à l’information qui nous était transmise sur le rêve de la planète. La seule façon de conserver de l’information, c’est d’être d’accord avec elle. Le rêve de la planète peut capter notre attention, mais si nous ne sommes pas d’accord, nous ne retenons pas cette information. Du moment que nous sommes d’accord, nous croyons : c’est ce que l’on appelle la foi. Avoir la foi signifie croire sans conditions.

Voilà comment on apprend quand on est enfant. Nous croyons tout ce que les adultes nous disent. Nous sommes d’accord avec eux, et notre foi est si forte que le système de croyances contrôle tout le rêve de notre vie. Nous n’avons pas choisi ces croyances, et nous pouvons même nous rebeller contre elles, mais nous ne sommes pas assez forts pour réussir cette rébellion. Il en résulte une soumission aux croyances, avec notre accord.

J’appelle cela le processus de domestication des humains. Grâce à cette domestication, on apprend comment vivre et comment rêver. Au cours de notre domestication, l’information du rêve de la planète est transmise à notre rêve interne et construit tout notre système de croyances. Enfant, on nous apprend d’abord le nom des choses : maman, papa, lait, bouteille. Jour après jour, à la maison, à l’école, à l’église et par la télévision, on nous dit comment vivre, quels sont les comportements acceptables. Le rêve de la planète nous enseigne comment être des humains. Nous avons un concept de ce qu’est la « femme » et un de ce qu’est « homme ». Et nous apprenons aussi à juger : nous nous jugeons nous-mêmes, nous jugeons les autres, les voisins.

Les enfants sont domestiques comme les chiens, les chats, ou tout autre animal. Pour instruire un chien, on le punit et on le récompense. De manière analogue, nous formons nos enfants, que nous aimons tant, exactement comme on dresserait un animal domestique : par un système de punitions et de récompenses.

Enfant, on nous disait : « Tu es un gentil garçon » ou « Tu es une gentille file » lorsque nous faisions ce que papa et maman voulaient. Lorsque ce n’était pas le cas, on nous qualifiait de « méchant garçon » ou de « méchante file ».

Chaque fois que nous enfreignions les règles, nous étions punis ; lorsque nous les respections, on nous récompensait. On nous punissait plusieurs fois par jour, et nous recevions également plusieurs récompenses quotidiennes. Bientôt nous avons commencé à avoir peur d’être puni ou de ne pas recevoir de récompense, celle-ci consistant à obtenir l’attention de nos parents ou d’autres personnes telles que nos frères et soeurs, professeurs et amis. Nous avons donc eu besoin de capter l’attention des autres pour obtenir cette récompense. Comme elle nous faisait du bien, nous aussi avons continué de faire ce que les autres attendaient de nous pour l’obtenir. Ayant peur d’être puni et peur de ne pas être récompensé, nous nous sommes mis a prétendre entre qui nous n’étions pas, juste pour faire plaisir aux autres, juste pour paraître assez bien a leurs yeux. Nous nous efforcions de faire plaisir à papa et maman, nous voulions plaire aux maîtres d’école, plaire a l’église, alors nous avons commencé à jouer des rôles. Nous prétendions être autres que nous n’étions, par peur d’être rejetés. Cette peur est ensuite devenue celle de ne pas être comme il faut, assez bon. Au bout du compte, nous sommes devenus quelqu’un d’autre que nous-mêmes : des copies des croyances de maman, des croyances de papa, des croyances de la société et de la religion.

Toutes nos tendances naturelles se sont perdues au cours de ce processus de domestication. Et lorsque nous avons été assez âgés pour commencer à comprendre, nous avons appris le mot non. Les adultes disaient : Ne fais pas ceci, ne fais pas cela. Alors nous nous rebellions et disions « non ! » pour défendre notre liberté. Nous voulions être nous-mêmes, mais nous étions trop petits, et les adultes étaient grands et forts. Au bout de quelque temps, nous avons commencé à vivre dans la peur, car nous savions que chaque fois que nous ferions quelque chose de faux, nous serions punis.

La domestication est si forte, qu’arrivés à un certain point de notre vie, nous n’avons plus besoin de personne pour nous domestiquer : ni papa et maman, ni l’école ou l’église. Nous sommes si bien dressés que nous devenons nos propres dresseurs. Nous sommes des animaux autodomestiqués. Nous pouvons désormais nous domestiquer nous-mêmes selon le même système de croyances que l’on nous a inculqué, en utilisant le même processus de punition et de récompense. Nous nous punissons lorsque nous ne respectons pas les règles de notre système de croyances ; nous nous récompensons lorsque nous sommes un « gentil garçon » ou une « gentille fille ».

Ce système de croyances est comme un Livre de la Loi qui dirige notre esprit. Tout ce qui se trouve dans ce Livre de la Loi est notre vérité, sans l’ombre d’un doute. Tous nos jugements se fondent sur lui, même s’ils vont à l’encontre de notre propre nature intérieure. Même des lois morales telles que les Dix Commandements sont inscrites dans notre psychisme au cours du processus de domestication. Un par un, tous les accords que nous concluons s’ajoutent au Livre de la Loi puis dirigent notre vie.

Une part de notre esprit juge toute chose et chacun, y compris le temps, le chien, le chat : tout. Ce Juge intérieur utilise ce qu’il y a dans le Livre de la Loi pour juger tout ce que nous faisons et ne faisons pas, tout ce que nous pensons et ne pensons pas, tout ce que nous ressentons et ne ressentons pas. Tout est soumis à la tyrannie de ce Juge. Chaque fois que nous faisons quelque chose de contraire au Livre de la Loi, le Juge nous déclare coupables, nous devons être punis et avoir honte. Cela se produit plusieurs fois par jour, jour après jour, durant toutes les années de notre vie.

Une autre part de nous-mêmes reçoit ces jugements : on l’appelle la Victime. La Victime subit la réprimande, la culpabilité et la honte. C’est cette partie de nous qui dit : « Pauvre de moi, je ne suis pas assez bon, je ne suis pas assez intelligent, je ne suis pas assez beau, je ne mérite pas d’amour. Pauvre de moi ». Le Juge est d’accord et dit: « Oui, tu n’es pas assez bon ». Et tout cela découle d’un système de croyances auquel nous n’avons jamais choisi de croire. Ces croyances sont d’ailleurs si fortes que même des années plus tard, lorsqu’on découvre de nouveaux concepts et qu’on essaye de prendre ses propres décisions, on réalise qu’elles contrôlent toujours notre vie.

Tout ce qui va à l’encontre du Livre de la Loi vous fait ressentir une drôle de sensation dans le plexus solaire, que l’on appelle la peur. Contrevenir aux règles du Livre de la Loi rouvre vos plaies et votre réaction est de produire du poison émotionnel. Puisque tout ce qu’il y a dans le Livre de la Loi doit être vrai, tout ce qui remet en question vos croyances provoque un sentiment d’insécurité. Même si le Livre de la Loi est faux, il vous donne un sentiment de sécurité.

Voilà pourquoi il faut beaucoup de courage pour remettre en question ses propres croyances. Car même si on ne les a pas choisies, il est néanmoins vrai qu’on leur a donné notre accord.


 

 


Source : Les quatre accords toltèques, Don Miguel Ruiz, Éditions  Poches Jouvence, ISBN 978-2-88353-461-2, P. 19-26

OU EST LE PARADIS

 

images (17)A ce stade, je crois utile et approprié de vous raconter une histoire.

C’est une histoire vraie, car la réalité est trop riche pour que la nécessité d’inventer se fasse sentir. Sans compter que beaucoup de choses que vous croyez sincèrement créer sont en vérité de très vieux souvenirs, enfouis dans votre mémoire ancestrale, qui font surface, par bribes, tout en gardant un certain flou.

Ce n’est pas une histoire gaie. Cependant, je vous crois assez forts à présent pour faire face à des événements durs, surtout s’il ne s’agit pas e vous déprimer mais bien de vous épauler dans des missions parfois épineuses.

Ils étaient une dizaine d’adolescents, il y a déjà quelques bonnes années de votre temps. Mais ils auraient pu être là, aujourd’hui, dans votre ville et même parmi vos voisins. Car leur histoire est, malheureusement, toujours d’actualité. Comme tant d’autres êtres confrontés aux problèmes de la puberté, ils traversaient des moments difficiles. Certains étaient issus de familles monoparentales, de foyers en déséquilibre. Certains ne pouvaient pas communiquer avec des parents trop sévères, ou trop distants, trop occupés pour leur prêter attention. Alors ils se serraient les coudes entre eux, partageant leurs désillusions, leur frustration devant un monde qui ne leur apportait rien de bon. Leur phrase favorite était : There is no future (Il n’y a pas d’avenir). Phrase importée avec les pratiques que les plus de quarante ans connaissent bien.

Dans les collèges ils apprenaient des tas de choses qui, en leur opinion, ne leur serviraient jamais. Alors ils s’en désintéressaient. Ceci était logique, d’une certaine façon. Pourquoi étudier quand on pense que l’on n’a pas d’avenir ? Et le moment arriva où ils se sont trouvés prêts pour n’importe quelle folie ou acte désespéré. Ils auraient pu se suicider, comme certains l’ont fait, ou devenir des criminels, des voleurs, des assassins. La rencontre d’un « grand », un garçon, leur aîné de quatre ou cinq ans, allait décider de leur sort.

Voyez-vous, c’est flatteur pour un groupe de jeunes entre 13 et 15 ans, livrés à eux-mêmes la plupart du temps, d’attirer l’attention de quelqu’un qu’ils considèrent comme un adulte. Celui-ci (appelons-le Gilles) leur expliqua que l’école était une prison conçue pour les piéger et les obliger à entrer dans les rangs, à mener la même existence sans joie de leurs parents, laquelle se résumait au slogan : « métro-boulot-dodo ». Il leur dit qu’ils pouvaient choisir une autre vie, de liberté, qu’ils pouvaient atteindre une autre réalité, plus belle, plus heureuse, rien qu’en consommant quelques grammes d’une herbe ou d’ne poudre. « Cela vous permettra de faire des trips (voyages) extraordinaires, d’échapper à la triste monotonie de cette ville pourrie ».

Le plus jeune, Laurent, s’insurgea. Il avait compris qu’il s’agissait de drogues et trouvait cela mauvais. Son père l’avait mis en garde contre ces produits, maladroitement il est vrai, car les enjeux réels lui échappaient. Gilles riposta que le père en question, comme tous les autres parents, n’avait qu’une envie : celle de voir son fils endosser le harnais et tirer avec lui le lourd charriot familial. Qu’il ne voulait pas que son fils soit libre ou heureux. Et il ajouta que les américains avaient découvert ces produits, utilisés depuis très longtemps par les chamans indiens, de vrais sorciers qui savaient appeler la pluie et communiquer avec les animaux. Le jeune Paul, que l’on surnommait l’OVNI depuis qu’il s’intéressait particulièrement aux phénomènes spatiaux, si décriés à l’époque, annonça à son tour qu’il ne voyait pas l’intérêt d’appeler la pluie qui, à son avis, ne faisait que de la gadoue dans le quartier, et qu’il s’entendait bien avec son chien sans avoir recours à des « cochonneries ».

Mais Gilles avait l’avantage de ses 4 ans de plus que l’aîné des autres et comptait bien en tirer profit. Il leur expliqua que le plus important n’était pas cela, mais que c’étaient les endroits étranges et fantastiques où ils allaient pendant les « trips ». Il finit par dire qu’il y avait même des gens qui composaient de la musique à ces moments-là, sans jamais l’avoir apprise.  Avec cet argument de poids il l’emporta définitivement. Une dizaine d’adolescents sans histoire prit un ticket pour le « paradis ».  Bien entendu, personne ne leur signala que ce paradis était, en vérité, le seuil de l’enfer, un enfer d’où ils seraient bientôt incapables de sortir car il s’installerait à l’intérieur de leur tête et de leur cœur, le corps émotionnel étant le plus atteint par ce type de forces.

Les plus chanceux furent deux d’entre eux qui éprouvèrent des maux de tête et des nausées à leur toute première expérience, et donc en restèrent là. Le reste du groupe, ceux qui eurent quelques belles visions pour mieux se faire prendre et ceux qui eurent cherché une fois et une autre à les expérimenter, ne se releva plus. A treize ans, Laurent, par exemple, commença à chercher le paradis. A quinze il était déjà devenu un autre, menteur, voleur, dealer pour pouvoir se payer sa dose. Et à vingt ans il n’y avait plus de Laurent ; juste une loque qui marchait dans les rues de la ville, à moitié inconscient, ne se réveillant que pour chercher les moyens de nourrir son terrible besoin.

Ils n’ont pas tous sombré pour de bon. Un d’entre eux a décroché assez tôt, après quelques six ou sept ans d’enfer. Il a mené une existence marginale, se battant jour et nuit avec ses fantômes, et petit à petit a réussi à regagner son propre respect, à travailler, à relever la tête. Il n’est pas encore entièrement guéri, mais il se remettra. Il a eu, tout au long de son calvaire, une mère aimante et dotée d’une large dose de bon sens, qui était toujours là pour lui, mais ne le harcelait pas, n e faisait jamais peser sur lui son inquiétude ; un de ces êtres qui ne désespère jamais et à qui l’amour donne une endurance presque surhumaine.

Les autres finiront par décrocher aussi, mais peut-être leur faudra-t-il une ou deux vies de maladie et de handicap pour apprendre à respecter leur corps, l’outil le plus précieux qui leur a été donné.  Et je vous rappelle que ce ne sera pas le Ciel qui leur donnera ces vies-là mais eux-mêmes qui les choisiront, dans la sagesse de leurs âmes.  Les familles, à l’époque ne se rendaient compte de la situation que lorsqu’il était trop tard. En la découvrant, elles se trouvaient désemparées et incapables d’arracher leurs enfants à leur triste condition. Sont-elles plus armées, plus efficaces aujourd’hui ?

Ce n’est pas sûr. Qui dit aux enfants que tout le bonheur auquel ils aspirent est au fond de leur cœur, qu’ils n’ont pas besoin de « paradis » artificiel ? Qui leur dit qu’ils sont des Enfants Divins sur le chemin de retour au Foyer ? Qui leur dit qu’ils sont aimés, chéris du Ciel, y compris lorsque sur Terre personne ne les aime, et qu’ils ont des amis dans ces autres réalités qu’ils veulent atteindre et auxquelles ils auront accès simplement par l’amour et la confiance ? Qui leur dit que la vie peut être elle, que la joie existe, que la paix sera créée pour eux s’ils le décident et se mettent à œuvrer avec les êtres de paix dans ce monde ? Qui leur dit que les produits frelatés qu’ils achètent très chers n’ont rien à voir avec les herbes sacrées des chamans, et que celles-ci n’étaient consommées qu’au cours de certaines cérémonies, avec beaucoup de respect et en doses infimes.

Qui leur donne l’exemple d’une âme en paix, dans l’amour, la joie, la lumière, sans recours à aucun artifice ? Qui leur dit qu’un monde de beauté et d’harmonie est en train d ‘être façonné pour eux et qu’ils n’ont qu’à le vouloir et contribuer à sa création par leurs propres capacités, aussi limitées que celles-ci puissent leur sembler ?

Dites-le leur, vous, chers enfants, car ils vous écouteront peut-être. Dites-le leur le plus tôt possible, avant qu’ils ne rencontrent un Gilles sur leur chemin, car après ce sera sans doute trop tard. Et surtout soyez des exemples vivants pour eux, par votre amour, votre paix, votre lumière et la joie qui est dans vos cœurs. Et soyez mille fois bénis pour vos efforts dans le sens de sauver la jeunesse de cette planète, de lui épargner des siècles supplémentaires de souffrance. Et il en sera ainsi.

Extrait de « Le Temps des Maîtres » – transmis par Marlice d’Allance 2012- - recopié par Francesca  aux Editions HELIOS

Les enfants super-psychiques

Les enfants super-psychiques dans ENFANTS INDIGO enfants-superpsychiques-300x220

Les enfants super-psychiques constituent peut-être le type d’humains le lus charismatique qui puisse exister sur cette terre. Leurs capacités époustouflantes les distinguent des deux autres catégories (enfants Indigo et enfants Sida) .

Ces enfants  sont capables de faire des choses que l’on ne peut voir que dans les films, grâce aux nouvelles techniques d’animation sur ordinateur. Mais le plus étonnant, c’est que c’est réel ! Si ces enfants ne peuvent pas changer notre monde, alors rien d’autre ne pourra le faire. Notez que leurs capacités ressemblent beaucoup aux manifestations de conscience déjà connues, pendant le changement de dimension. Ce à quoi vous pensez se manifeste ! Ces êtres sont capables de démontrer que ce à quoi ils pensent devient réalité.

Paul Dong et Thomas E.Raffill ont écrit un livre surprenant, Chinas Super Psychics ( Les superpsychiques de la Chine). Cet ouvrage rapporte ce qui se passe en Orient à propos de ces nouveaux enfants psychiques qui ont commencé à apparaître dès 1974, l’année au cours de laquelle ce jeune garçon qui pouvait lire avec ses oreilles a été découvert. En fait, les membres du gouvernement chinois affirment que lorsqu’on bandait les yeux de ces enfants, ils pouvaient parfaitement voir avec leurs oreilles, leur nez, leur bouche, leur langue, leurs aisselles, leurs mains ou leurs pieds. Chaque enfant était différent, mais sa vision par une des parties du corps déjà nommées était jours parfaite. Il ne s’agissait pas de tests dont un certain pourcentage seulement était correct et les résultats, peu concluants, pendant le restant des séances. Tous les résultats étaient chaque fois parfaits.

J’ai commencé à parler de ces enfants en 1985, quand j’ai mentionné l’article écrit à leur sujet dans le magazine Omni , dont une équipe avait été invitée à se rendre en Chine pour observer quelques-uns de ces petits génies. La direction d’Omni présumait que les officiels trichaient. Par conséquent, quand on leur présenta les enfants, ils les testèrent avec leurs propres méthodes, sans rien laisser au hasard. Un des tests débutait comme suit : les enfants étant présents, le représentant d’Omni prit une pile de livres, en choisit un au hasard, l’ouvrit à une page, également au hasard, qui fut ensuite déchirée du livre et froissée jusqu’à en faire une petite boule. Il la plaça enfin sous l’aisselle d’un des sujets – qui se mit à réciter chaque mot du texte imprimé, alors que quelqu’un prenait des notes. Après comparaison des deux textes, ils furent déclarés parfaitement semblables ! L’équipe d’Omni était dorénavant convaincue que le phénomène était bien réel, mais personne ne pouvait expliquer au juste comment ces charmants rejetons s’y étaient pris. L’article fut publié dans le numéro de janvier 1985.

Omni ne fut d’ailleurs pas le seul à envoyer une équipe de chercheurs pour observer tout cela. Plusieurs autres magazines avaient fait la même chose, notamment Nature, un des plus prestigieux. Tout le monde était d’accord pour reconnaître l’authenticité du phénomène.

Dans la ville de Mexico, nous avons également découvert plus de 1000 jeunes ayant les mêmes capacités, et il pourrait même y en avoir beaucoup plus. Eux aussi pouvaient lire avec différentes parties du corps. Ce qui est remarquable, c’est que ces enfants mexicains peuvent voir avec les mêmes parties du corps que les enfants chinois. Il semble donc que la mutation de l’ADN a traversé l’océan, tout comme dans le cas du centième singe. Selon Paul Dong dans son livre Chinas Super Psychics,  chiansuperpsychics dans ENFANTS INDIGO  la possibilité de voir avec différentes parties du corps fut une capacité qui attira l’attention du gouvernement chinois, mais il y avait bien plus. Ces jeunes démontrèrent peu à peu d’autres capacités psychiques vraiment difficiles à accepter dans notre réalité « habituelle ». Monsieur Don rapporte qu’à plusieurs reprises, une assemblée d’environ 1000 personnes et plus était entrée dans l’auditorium, chaque spectateur ayant reçu un bouton de rose à l’entrée. Lorsque tout le monde fut calmement assis, la démonstration débuta. Une petite fille d’environ six ans marché toute seule jusqu’au milieu de la scène et fit face à l’auditoire. Sans dire un mot, elle fit un petit signe de la main et chaque bouton commença lentement à s’ouvrir jusqu’à devenir une rose magnifique en pleine floraison, sous les yeux mêmes de chaque personne dans la salle.

Paul Dong rapporte aussi comment 5000 jeunes enfants ont accompli en public un autre exploit à laisser tout le monde bouche bée. On doit prendre conscience ici qu’ils étaient tous testés avec soin par les représentants du gouvernement chinois, qui désiraient s’assurer personnellement que ce que je vais maintenant raconter est véridique et qu’il ne s’agit absolument pas d’une supercherie. Ces officiels en sont désormais tout à fait convaincus. Un gamin choisissait au hasard une bouteille remplie de capsules, de cachets ou de pilules sur une étagère, comme des capsules de vitamine C, par exemple. La bouteille était encore scellée et le couvercle en métal ou en plastique ne pouvait être dévissé sans que le sceau se brise. Cette bouteille était ensuite placée au centre d’une table dont la surface était complètement dégagée. Une caméra avait été installée sur le côté pour enregistre la séance. Le petit garçon ou la petite fille avertissait les gens qu’il ou elle commençait, mais rien n’était encore visible. Soudain, les pilules à l’intérieur de la petite bouteille scellée semblaient se dématérialiser, travers le verre et se rematérialiser sur la table, juste à côté du flacon maintenant vie mais toujours scellé. Dans de nombreux cas, le jeune opérateur prenait alors un autre objet, une petite pièce de monnaie par exemple, qu’il posait simplement sur la table et se concentrait à nouveau. Peu de temps après, la pièce se retrouvait à l’intérieur de la bouteille scellée, ayant apparemment effectué le même processus, mais à l’inverse. Ce genre dé monstration s’apparente de très près à ce que  j’appelle la conscience de la quatrième dimension. Ce à quoi vous pensez et ce qui arrive sont apparentés.

Selon ce livre,  plusieurs autres facultés psychiques ont été démontrées. Si vous êtes intéressés, lisez vous-mêmes les rapports. Vous pourriez penser qu’il ne s’agit que de trucs de magie, mais quand vous voyez une telle chose de vos propres yeux, cela reste très difficile à expliquer ou à nier. Pendant dix ans, le gouvernement chinois n’y a pas cru non plus, et ceci, jusqu’à ce que le nombre de ces jeunes surdoués augmente considérablement dans la population. Au moment de la publication de Chinas Super Psychics, en 1997, le gouvernement chinois avait dû admettre que tout ceci était vrai dès 1985.

Réalisant ce que tout cela pouvait signifier, le pays établit des écoles d’entraînement pour aider cette nouvelle génération. De nos jours, chaque fois q’un enfant ayant des pouvoirs psychiques est découvert, il est envoyé dans une de ces écoles. La chose importante décelée depuis est la suivante : Si l’on prend des jeunes qui ne sont pas psychiques et qu’on les met en présence de ces surdoués qui, eu, le sont naturellement, les enfants antérieurement non psychiques deviennent capables d’accomplir les mêmes exploits. Ceci nous remémore Uri Geller, le célèbre sensitif israélien qui peut tordre des objets en métal simplement en les regardant. Dans son livre Uri Geller, My Stori, il parle des démonstrations de ses capacités psychiques en Europe.

macc-a1knomaeonghtiuyoa

Par exemple, au cours d’une émission de télévision, il demanda aux spectateurs de placer des couteaux, des cuillères ou des fourchettes devant leur poste. Avec plusieurs millions d personne comme témoins, il parvint à tordre non seulement les objets en métal qui avaient été disposés sur une table dans le studio et devant les caméras, mais également tous les couverts placés devant les postes de  télévision dans chaque foyer concerné. Cette démonstration à une grande échelle avait provoqué d’ailleurs un effet secondaire intéressant. D’après les coups de téléphone reçus immédiatement après l’émission et dans les quelques jours qui suivirent, on découvrit que plus de 1500 jeunes des deux sexes avaient été capables de faire la même chose, simplement en voyant le phénomène se produire une seule fois devant leurs yeux. La plupart des gens, et tout spécialement les scientifiques, étaient cependant convaincus que M. Geller était un magicien et qu’il avait un truc qui lui permettait d’obtenir ces résultats. Le Stanford Research Institute (Institut de Stanford pour la recherche) lui demanda s’il accepterait de soumettre sa magie à un examen scientifique. Il acquiesça à leur requête, et pendant un certain temps, fit ce que les ingénieurs de cette université renommée le priaient de faire, ceci dans le but de prouver une fois pour toutes que ces capacités psychiques n’étaient pas de simples trucs de magie. […]

Chose encore plus impressionnante, en admettant que ce soit possible, c’est qu’environ quinze enfants européens ayant les mêmes pouvoirs furent testés après M. GELLER, avec les mêmes tests les plus stricts qui soient, et que chacun d’eux put effectuer exactement ce que M. Geller avait fait. Par conséquent, s’il s’agissait d’un truc de magicien, ces quinze enfants étaient également des « maîtres magiciens », mais les gens de l’institut de Stanford pour la recherche, malgré toute leur propre magie scientifique, ne purent jamais détecter la moindre fraude. Les résultats de ce test, ainsi que le restant de cette recherche de la part de la grande université, furent publiés dans le magazine Nature d’octobre 1974. Le New York Times produisit immédiatement un article de fond dans lequel on pouvait lire ceci : « La communauté scientifique a été mise en demeure d’accepter que quelque chose est digne de leur attention et de leurs examens dans le domaine des perceptions extrasensorielle ». Pourtant, nous sommes à ce jour parvenus au troisième millénaire, et la science ne veut pas encore admettre que les capacités psychiques sont une choses vraie chez l’être humain. Ce vieux paradigme n’a nulle part où aller et il devra bien se dissoudre un jour ou l’autre.

En Juillet 1999, à Denver, au Colorado, je parlai de ces nouveaux enfants devant un large auditoire et demandai à une jeune femme mexicaine du nom de Inge Bardor de démontrer directement sa capacité de voir avec les mains ou les pieds. Cette année-là, elle avait 18 ans. On lui mit un bandeau sur les yeux en s’assurant qu’elle ne pouvait absolument plus rien voir, et elle accepta des photographies de participants dans la salle pendant environ une heure, décrivant parfaitement leur contenu aux propriétaires et à l’assemblée, qui pouvaient facilement tout vérifier. Elle décrivait d’abord correctement la photo, comme si elle l’avait regardée avec ses yeux, mais les choses ne s’arrêtaient pas là. Elle devenait beaucoup plus précise quant à la personne représentée sur le cliché, donnant sur elle des informations exactes qu’il lui était impossible de connaître par des moyens normaux. Elle fournissait même des renseignements justes sur les lieux où la photo avait été prise et sur ce qui se trouvaient en dehors du champ de la caméra, comme la présence d’un lac ou d’un bâtiment particulier. Inge pouvait aussi décrire la personne qui avait tenu l’appareil, ainsi que les vêtements qu’elle portait ce jour-là, et même ce que chaque personne pensait au moment de la scène. Quand on lui présenta une photo prise à l’intérieur d’une maison, elle fut capable de se promener psychiquement à l’intérieur et décrivit au propriétaire tout ce qui se trouvait dans le hall, ainsi que sur une table installée là.

Pour terminer, quelqu’un plaça un journal sous les pieds d’Inge, et même avec ses chaussures à talons hauts, elle fut capable de le lire comme s’i l avait été entre ses mains et qu’elle le parcourait des yeux. En réalité, elle avait les yeux bandés et ne pouvait absolument rien voir. (Si vous désirez vous procurer la vidéo, adressez-vous au Lightworks Video, au 1800 795-8273, et demandez les deux cassettes intitulées Through the Eyes Ofa Child (A travers les yeux d’un enfant).

Le gouvernement chinois a observé ces jeunes surdoués changer une molécule d’ADN dans une boîte de Petri, devant les caméras et avec tout l’équipement scientifique nécessaire pour pouvoir enregistrer ce tour de force apparemment impossible. Si cela est vrai, ce que les officiels chinois qui ont conduit l’expérience affirment, ne serions-nous pas nous-mêmes capables de changer notre propre ADN si nous comprenions bien le processus ? Je pense que oui. Suivez simplement l’exemple de ces enfants. Comment se fait-il que 60 millions d’individus de par le monde aient déjà changé leur ADN par mutation génétique spontanée de manière à considérablement améliorer leur système immunitaire, tout spécialement contre le virus du sida, si le processus n’est pas très semblable à ce que les jeunes superpsychiques de la Chine ont déjà démontré ? Nous vivons vraiment tous dans des temps extraordinaires, des temps historiques pour la planète – et vous êtes tous encore vivants pour pouvoir en profiter !

En septembre 1999, alors que j’étais en Russie, j’eus l’occasion de parler à de nombreux scientifiques russes au sujet de ces enfants ; j’eus ainsi des conversations avec des gens qui me demandèrent de ne pas citer leur nom ? mais quelques-uns d’entre eux avaient été membres de conseils d’administration qui contrôlaient plus de 60 communautés scientifiques ? y compris leur programme spatial ; ils me confirmèrent en privé que ce qui se passe en Chine se produit aussi en Russie. De nos jours, des milliers de jeunes Russes font montre du même genre de capacités psychiques. Je suis convaincu que ces trois nouveaux types d’humains (enfants Indigo – enfants Sida – enfants Superpsychiques et peut-être plus) constituent vraiment un phénomène mondial, quelque chose qui changera l’expérience humaine sur la planète Terre à tous jamais.

Extrait de l’Ancien Testament de la Fleur de Vie – Tome 2 – de Drunvalo Melchizédek

les enfants du Sida

les enfants du Sida dans ENFANTS INDIGO images-9les enfants du sida sont tous ceux qui ont changé leur ADN à cause d’un problème différent. Dans leur cas il ne s’agit pas simplement du changement d’alimentation (si telle est la cause), mais aussi du virus du sida. 

Je vous recommande ici la lecture du livre de Gregg Braden intitulé : Walking between the Worlds : The Science of Compassion (Marcher entre les mondes, la science de la compassion – Ariane Editions). M Braden a été le premier à mentionner cette nouvelle race dans un livre destiné au grand public, et je cite : « si nous nous définissons génétiquement, ce nouvelle espèce semble différente en ce qui concerne l’ADN, même si l’apparence physique de ces personnes, qui pourront être nos amies ou même nos propres enfants, est normale et sans caractéristiques visibles particulières. Au niveau moléculaire et au-delà de ce que les yeux peuvent percevoir, ces enfants se sont mis à incarner en eux-mêmes des possibilités génétiques qui n’existaient pas il y a quelques années. Il y a, dans la littérature scientifique, un phénomène que l’on appelle La Mutation Génétique Spontanée. « Spontanée » parce que cette mutation semble s’être passée au cours de la vie présente de l’individu pour parer à quelque menace, plutôt que d’apparaître comme un nouveau code à la naissance. Dans ces cas précis, il semble que le code génétique a appris à s’exprimer d’une nouvelle manière, ce qui permet à l’individu de pouvoir survivre ». 

Dans le même livre, Gregg braden révèle le contenu d’un rapport sur un jeune enfant mâle né avec le virus du sida, et je cite : « Des chercheurs de l’école de médecin de l’université de Californie à Los Angeles produisent une preuve sans équivoque d’un garçon dont le test a démontré sa séropositivité deux fois – à dix neuf jours après sa naissance et un mois plus tard. Mais selon toute mesure, ce garçon semble séronégatif depuis au moins quatre ans (extrait d’un article dans le magazine Science News d’avril 1995). L’étude est rapportée par Yonne J.Bryson et ses collègues dans le New Journal of Médecine du 30 mars 1996… Le virus n’a pas sommeillé dans le corps en attendant l’opportunité de redevenir actif ; il en a bel et bien été extirpé ! » 

L’immunité contre une infection par le virus du sida est devenue tellement forte chez ces enfants que dan s quelques cas elle l’est 3000 fois plus que chez une personne normale. Et dans tous les cas, le système immunitaire entier est beaucoup plus efficace que d’habitude. S’il ne s’agissait que d’un petit garçon démontrant tous ces changements, nous n’aurons là qu’un phénomène intéressant, mais les faits sont tout autres. dans Marcher entre les mondes, on peut lire ce qui suit : « Les résultats d’une étude, publiés dans le Science News du 17 août 1996, confirment qu’environ un pour cent de la population testée a maintenant développé des mutations génétiques qui la rendent résistante à l’infection par le VIH ». En octobre 1999, les Nations unies ont rapporté que la population mondiale venait d’atteindre les six milliards. Cela signifie donc que 60 000 000 d’enfants et d’adultes de par le monde (un pour cent de la population mondiale) ont trouvé moyen de changer leur ADN et de s’immuniser complètement contre le sida. 

On sait même ce qui a changé l’ADN de ces enfants, et cela a trait à ses codons. Il u a, dans l’ADN humain, quatre acides nucléiques qui se combinent par jeux de trois pour former 64 codons. Dans un ADN humain normal, 20 de ces codons sont en activité, plus trois autres qui agissent un peu comme les codes « réactivés – désactivés »  en programmation. Les codons restants sont inactifs. Les hommes de science ont toujours pensé que ces codons inutiles viennent de notre passé génétique, mais cette théorie est aujourd’hui remise en question. Ils viennent peut-être de notre futur. Les enfants dont nous parlons ici ont trouvé moyen de réactiver quatre codons qui faisaient jadis partie des codons inactifs. Partant, ils ont donc maintenant un total de 24 codons actifs, ce qui a rendu leur système immunitaire totalement imperméable à toute infection par le virus du sida. 

Les conséquences de ce nouveau développement sont énormes. Ces enfants paraissent avoir un système immunitaire super-actif. Ils ont été testés pour d’autres infections et il est dorénavant certain qu’ils peuvent résister à la plupart des maladies connues, sinon toutes, et même s’immuniser contre-elles. Mais beaucoup de tests restent encore à faire. 

 

Extrait de l’Ancien Testament de la Fleur de Vie – Tome 2 – de Drunvalo Melchizédek

Les Enfants du nouveau rêve

Une interview de Drunvalo Melchizedek par Diane Cooper.

Les Enfants du nouveau rêve dans ENFANTS INDIGO images-8Diane : Ainsi Drunvalo, qui sont ces « Enfants du nouveau rêve » à propos desquels vous êtes si enthousiaste ?

Drunvalo – Il y a trois différentes sortes d’enfants qui émergent dans le monde aujourd’hui que j’ai pu identifier. Les premiers sont appelés : « les enfants super psychiques de Chine ». Les seconds sont appelés les «  enfants Indigo  », et les troisièmes « les enfants du sida ». Nous avons déjà parlé des premiers, « les super psychiques de Chine », dans les séminaires « Fleurs de Vie ». Si vous vous souvenez, ces enfants ont été découverts en 1984, alors que l’un d’entre eux a été trouvé avec des facultés psychiques incroyables. Les chercheurs ont réalisé tous les tests psychiques que vous pouvez imaginer qui furent, à chaque fois, à 100% justes. Quand bien même vous retourniez des cartes dans la pièce d’à côté, il pouvait parfaitement savoir ce qu’il y avait sur les cartes. Aussi le magazine Omni a été en Chine et a écrit un article sur cette découverte. Ils trouvèrent un enfant, puis un autre. Lorsque cela survint en 1984, ils crurent que c’était un canular. Aussi firent-ils des expériences comme mettre 100 enfants dans une pièce, prendre un livre, en déchirer une page au hasard, la froisser et la mettre sous leur bras – ces enfants pouvaient en lire chaque mot. Ils ont fait test après test, et la réponse était toujours parfaite. La réponse ne s’est pas arrêtée là. Ces enfants ne se trouvent pas seulement en Chine. Ils sont répandus partout dans le monde. J’ai personnellement parlé à des parents qui m’ont demandé « que devons nous faire… j’ai un enfant qui sait tout ? ».

Je crois que Lee Caroll appelle les enfants qui sont nés ici, aux Etats Unis, « les enfants Indigo ». Je pense personnellement que ces enfants proviennent de la même source, mais je n’en suis pas assuré. Cela paraît être deux groupes séparés, incroyablement psychiques et surprenants. C’est le troisième groupe qui m’intéresse le plus, celui des « enfants du sida ».

Il y a 10 ou 11 ans un enfant est né au Etats Unis avec le Sida. A la naissance, puis à 6 mois, il fût testé positif. Une année plus tard il était encore positif. Alors ils ont cessé de le tester jusqu’à ce qu’il ait 6 ans. Ce qui fût surprenant c’est que le test indiquait qu’il était complètement libéré du sida. En fait, il n’y avait aucune trace qu’il ait pu avoir le sida ou le virus HIV un jour.
Il fût emmené à Ucla (Université de Los Angeles) pour voir ce qu’il en était et les tests montrèrent qu’il n’avait pas un ADN humain normal. Dans l’ADN humain nous avons 4 acides nucléiques qui se combinent par groupes de 3 formant 64 schémas – ou patterns – différents, appelés codons. Où que ce soit sur la planète, l’ADN humain comporte 20 codons « branchés »(activés), les autres étant « débranchés »(désactivés), excepté 3 d’entre eux qui sont les codes d’arrêt et de démarrage, tout à fait comme pour un ordinateur. La science a toujours supposé que ceux qui étaient débranchés étaient de vieux programmes du passé. Pour ma part, j’ai toujours considéré cela comme les programmes d’application d’un ordinateur. Cependant ce garçon avait 24 codons branchés, 4 de plus que n’importe quel autre être humain. Après ils ont testé ce garçon pour voir la force de son système immunitaire. Ils mirent une dose de sida véritablement léthale dans une boite de Petri et la mélangèrent avec quelques unes de ses cellules, et elles demeurèrent complètement indemnes. Ils cherchèrent à atteindre la dose léthale de la préparation et en vinrent à 3000 fois plus qu’il n’en fallait pour infecter un être humain, et ses cellules restèrent complètement indemnes. Puis ils commencèrent à tester son sang avec d’autres choses comme le cancer et ils découvrirent que cet enfant était immunisé contre toutAlors ils ont trouvé un autre enfant avec ces codons branchés, puis un autre, puis un autre, puis 10 000, puis 100 000, puis 1million et, arrivés à ce point l’Université de Los Angeles, en analysant des tests ADN du monde entier, estime que 1% de la population du globe a le nouvel ADN. Ce qui correspond approximativement à 60 millions de personnes qui ne sont pas humaines selon les vieux critères. (note webmaster : et ceci est écrit début 1999. Que peut il en être aujourd’hui en 2008 ?)

Diane – A-t-on trouvé cette activation de nouveaux codons chez les enfants nouveau-nés seulement ?

Drunvalo – Bien, c’est surtout chez les enfants, mais maintenant on trouve aussi des adultes avec cela – tout à fait comme la théorie du centième singe. Maintenant toutes sortes de personnes sont concernées par cela et c’est en train d’augmenter rapidement. Souvenez-vous, cela a commencé il y a juste 5 ans avec presque personne et maintenant cela se répand comme une maladie. C’est comme une épidémie – ça n’en est seulement qu’à son commencement. Un autre aspect de cette question concerne le nouveau livre intitulé « Le Code de la Bible » qui traite la version hébraïque de la Bible à travers un programme informatique spécial. Si vous allez à la page 164 de ce livre cela montre ce qui advint quand ces chercheurs mirent le mot « sida » dans le programme. Lorsqu’ils ont fait cela le programme de décodage fournissait des mots comme « HIV », « dans le sang », « le système immunitaire », « mort » – toutes choses que vous pouvez penser voir autour du mot « Sida ». Mais, en bas dans un coin, il y avait une phrase qu’ils n’ont pas compris et qui disait : « La fin de la maladie ». Je crois que c’est ce qui arrive ici.

La science a établi qu’on trouve tant de gens disposant de ce nouvel ADN étranger, qu’ils croient maintenant qu’une nouvelle race humaine est en train de naître sur Terre aujourd’hui et qui, apparemment, ne peut tomber malade. Maintenant, ce qui est réellement inconcevable – ils croient que c’est une réponse très spécifique des corps émotionnel et mental – une onde de forme venant de l’extérieur du corps produit la mutation de l’ADN d’une certaine manière.
Nous nous sommes rencontrés avec Gregg Braden qui fût un des premiers à écrire sur ce sujet et nous croyons qu’il y a 3 parties dans ce phénomène. La première est celle de l’esprit qui voit l’unité. Il voit la  Fleur de Vie . Il voit toutes choses interconnectées dans tous les cas. Aucune chose n’est vue comme séparée. La deuxième partie correspond à être centré dans le cœur – à être dans l’amourEt la troisième chose est de rester en dehors de la polarité – de ne jamais juger le monde. Aussi longtemps que nous jugeons le monde comme bon ou mauvais, nous sommes dans la polarité et nous restons dans la condition de chute. Je crois que ces gens (dotés du nouvel ADN) se tiennent hors de tout jugement et sont dans un état où ils voient toute chose comme une dans un ressenti d’amour. Quoiqu’ils fassent à l’intérieur d’eux-mêmes, cela produit une onde de forme qui, lorsqu’elle est vue sur l’écran d’un ordinateur, semble presque identique à une molécule d’ADN. Au point que les chercheurs pensent que c’est par la véritable expression de leurs vies que ces gens élaborent les programmes de leur ADN – par résonance – et changent ces 4 codons, et ce faisant, deviennent immunisés contre la maladie. Ce qu’ils ne savent pas, et c’est à cela que beaucoup de chercheurs aboutissent, c’est que peut-être ils sont immunisés, mais peut être il y a-t-il autre chose. Ils pourraient être immortels, qui sait. Peut-être qu’il y a d’autres caractéristiques auxquelles nous n’avons pas encore songé. Je me demande s’ils sont tous reliés les uns aux autres ? Est-ce que ce n’est pas sous forme de connexion télépathique que ça se passe ?

Diane – Avez-vous rencontré certaines de ces personnes ? Sont-elles accessibles ?

Drunvalo – Eh bien ! Je connais cela depuis 2 ans et j’ai personnellement suivi ce chemin, et je pense que je me suis installé dans ce qu’ils font. Je suis allé dans le merkabah et j’ai demandé à mon esprit subconscient de changer mes codons de la même façon, et depuis que j’ai commencé à faire cela il y a 2 ans, je n’ai pas été capable de tomber malade. Je ne sais pas si j’ai été capable de les changer ou non, mais je me doute que le seul moyen de le savoir serait de faire un test ADN.

Cependant j’ai été exposé à toutes sortes de choses et quand quelqu’un tombe malade, je me mets tout près exprès et j’essaie d’attraper sa maladie. J’ai essayé de tomber malade et je n’ai pas pu. Je ressens quelque chose qui vient. Ca pourrait durer une heure peut-être, et après ça s’en va. Ce qui est intéressant c’est que l’on a à peine trouvé ce nouvel ADN chez les enfants « super psychiques » de Chine – zéro à peu de chose près. On en a cependant trouvé en Russie et aux Etats Unis. Il semble y avoir des « poches » de cela, et si ce que nous pensons est vrai, cela a quelque chose à voir avec une réponse très spécifique due au fait que de plus en plus de personnes sont dirigées vers le Nouvel Age.

Diane – Pensez-vous que ces gens créent inconsciemment un changement dans l’ADN ?

Drunvalo – Je pense que quelqu’un a fait le chemin – un enfant l’a fait quelque part. Et puis cela s’est installé dans la grille et maintenant c’est dans le subconscient de la terre et se trouve accessible à n’importe qui. A chaque fois que cela arrive je pense que, d’une façon ou d’une autre, les gens ont connecté cela à un niveau subconscient au cours d’une profonde méditation et prière, et réalisé le changement. Une nouvelle race est en train de naître et c’est un des plus remarquable phénomène qui soit arrivé sur cette planète ! C’est incroyable que personne ne semble connaître quelque chose à ce propos jusqu’à maintenant.

Diane – Bien, vous êtes le seul que je n’ai jamais entendu parler à ce sujet !

Drunvalo – Bien, j’ai fait des recherches sur cela pendant 2 années, et j’ai attendu pour en parler d’être sûr que cela soit réel. Dans le livre appelé « Les enfants Indigo » il y a eu une recherche très étendue sur ces enfants. Il y a des sites [web] où vous pouvez aller, si vous êtes parents, et où ils peuvent commencer à vous interviewer pour savoir exactement ce qui se passe avec votre enfant. Comme je l’ai dit précédemment, ces enfants savent exactement ce que vous ressentez et ce que vous pensez. Vous ne pouvez rien leur cacher. C’est réellement stupéfiant ! Je vois ça comme un phénomène semblable au phénomène E.T., si ce n’est qu’ils ne sont pas venus ici en vaisseaux de l’espace – ils sont venus ici avec leur corps spirituel en réalisant personnellement cela dans le cadre d’un cycle évolutif de la Terre et en se joignant à nous. J’ai souvent pensé que lorsque l’esprit vient du côté droit de la planète – Japon, Chine ou Tibet par exemple – l’être incarné en prend les caractéristiques psychologiques (de ces gens), et s’ils viennent du côté Ouest – le côté logique (c’est-à-dire les caractéristiques physiques) - alors l’ADN engage un changement. Mais c’est juste une spéculation de ma part. Je suis seulement en train d’observer cela et d’essayer. Pour les ateliers, je vais à Seattle et à Denver en juin, et je vais amener quelque chose que j’ai appris avec d’autres et je vais enseigner aux gens la façon d’accéder actuellement à cela et de réaliser le changement. Je pense que je sais – ou que j’en suis très près.

Diane – Est-ce que cela a quelque chose à voir avec le fait de vous mettre vous-même dans un certain état de conscience ?

Drunvalo - Oui, c’est vraiment un état spécifique de conscience qui produit un changement dans votre ADN - et je pense que c’est le commencement de beaucoup plus que cela. Le fait que cela soit la fin de la maladie est juste un petit aspect du tableau total.

Diane – Comment cette sorte de travail particulier et cette découverte affectent l’activation de l’ADN qui semble surgir de partout ?

Drunvalo – Bien ! Si vous connaissez votre corps de lumière et comment fonctionne votre énergie psychique, et si vous comprenez la connexion du subconscient avec toute vie sur cette planète, alors vous pouvez pénétrer cela et questionner votre subconscient. Votre subconscient sait exactement quels codons ces enfants ont changé, et si vous demandez que ces choses vous arrivent à travers votre corps de lumière et en présence de Dieu, cela arrivera. Cela requiert aussi de laisser tomber la polarité – de ne plus penser en termes de bon et de mauvais mais de voir la totalité, la complétude et la perfection de la vie. C’est une réponse émotionnelle, mentale et physique très définie. La réponse du corps est celle par laquelle il ne reconnaît plus le bon ou le mauvais, mais voit qu’il y a un objectif beaucoup plus élevé derrière tout cela.

Nous savons toutes ces choses – n’importe qui depuis [Y’eshua] jusqu’à Krihsna ou Saï Baba, a entendu parlé de cela depuis longtemps ! Mais c’est la première fois que je suis conscient de ce que quelque chose change dans notre environnement extérieur. L’ADN des gens est réellement en train de changer. [Barbara Marciniak] a parlé du fait que nous allions vers un ADN à 12 brins. Et j’ai parlé des changements chromosomiques. Beaucoup d’entre nous ont entendu parlé de cela, mais rien n’en avait été regardé par la science. Maintenant cela a été vu et il y a de la documentation à ce propos.

Diane – Alors, si c’est le cas, quelle signification cela peut prendre dans notre vie de tous les jours ?

Drunvalo – Je pense que chacun d’entre nous a choisi de suivre ce modèle (pattern) particulier que les enfants ont mis en place, ou non. Il est dit que ce sont les enfants qui nous montrent le chemin. Si nous le désirons et si nous leur faisons confiance – comme je le fais moi-même – l’un des effets est l’immunité à la maladie.

Diane – Il y a beaucoup d’entre nous qui vont choisir l’immortalité ! Cependant certaines personnes vous diront qu’être immunisé à la maladie c’est bouleverser le cycle de la vie et de la mort supposé garder la planète en équilibre. Comment pouvez-vous répondre à cela ?

Drunvalo – Je vais juste ne pas juger cela. C’est ce qui est en train d’arriver et si c’est sur le point de bouleverser le cycle – ce qui va arriver d’une certaine façon – toute chose qui arrive dans la vie a sa raison et son but pour cela. Peut-être que ces gens qui ne tombent plus malades ne vont-ils plus jamais mourir, et qu’il se puisse que leur conscience soit si alignée avec le but originel de la terre que cela signifierait ultimement une terre pleine et achevée et non plus une terre polluée, mortelle et surtaxée. Nous pourrions aisément vivre avec 6 billions de personnes, ou 20 billions… si … nous vivions différemment. Il y a plein d’espace, et c’est seulement lorsque nous utilisons nos ressources comme nous le faisons que nous sommes en train de tuer la planète. Si nous choisissions de vivre d’une manière différente, cela pourrait changer. Peut-être les réponses vont-elles devenir apparentes à travers ces gens.

Pour quelqu’un qui vit un état d’immunité envers toute maladie, cela est une indication très puissante que nous sommes définitivement en harmonie avec la vie d’une façon ou d’une autre. Nous pouvons comparer ce processus avec la mutation des bactéries et des virus. Nous attaquons leurs systèmes avec des polluants tels la pénicilline et ça les tue, excepté certains. Ceux-là vont devenir plus forts. Maintenant, ce qui arrive, c’est que ces bactéries sont en train d’arriver au point d’être immunisées contre les poisons que nous leur donnons. Et ne sommes-nous pas en train de faire la même chose ? Nous sommes arrivés à un point où nous ne sommes plus affectés par la pollution, les virus ou la maladie. Et vous savez, il y a une autre chose qui est arrivée l’année dernière : le sida à chuté de quelque chose comme 47% – c’est la plus grande chute pour une maladie dans l’histoire du monde. Je crois que cela à quelque chose à voir avec ce dont nous parlons.

Diane – C’est passionnant !

Drunvalo – Oui, tout à fait. Je laisse juste la terre m’indiquer là où je dois aller. Evidemment, c’est important de savoir que nous avons des corps de lumière et comment les utiliser.
Mais les enfants sont très précautionneusement en train de nous dire : « prenez ce chemin et voyez où il mène ! « .
Mars 1999 – Diane Cooper – Traduction française de Sélène et Cyrille Odon

Les « Glyphes » dans les champs

 

Confirment la base 12 de l’ADN

 

NDT : Les « cercles dans les champs de blé » sont des formations géométriques très élaborées qui font leur apparition, de nuit, en quelques instants, dans les champs de cultures diverses. Les plantes sont couchées, comme foulées aux pieds, et ce foulage détermine le dessin qui est surtout visible à partir d’un point culminant ou depuis un avion. Ces « cercles », apparus à l’origine en Angleterre, se répandent maintenant dan le monde entier et leurs motifs deviennent de plus en plus sophistiqués. Ils représentent, à ce jour, une énigme complète pour le monde scientifique.

 Le 17 juin 1996, un cercle d’environ 200 mètres de longueur apparut au cours de la nuit, dans le fameux East Field d’Alton Barnes, près d’Oxford, au Royaume-Uni. Son motif est reproduit ici :

 

Les

 

Y a-t-il le moindre doute que ce motif représente une double hélice ? Si vous ne croyez pas que les « glyphes dans les champs » ou crop circles représentent une véritable tentative de communication venue d’ailleurs, vous pouvez simplement passer ce chapitre, mais vous devrez aussi sauter la prochaine section, qui explique comment les spécialistes en mathématiques et de la géométrie euclidienne eurent quelque s surprises ; a vous de choisir. 

Cette « empreinte énergétique », expression de Kryeon désignant les glyphes, est l’une des meilleures confirmations de l’ADN et de la Base-12 mathématique qu’il m’ait été donné de voir et que Kryeon présente dans son tome III  . Vous vous souvenez peut-être d’un channeling qui eu lieu à Sedona, en Arizona, où Kryeon commença à parler de l’élégance de la Base12 en mathématique en citant ses rapports avec de nombreuses choses nous concernant, tels la géométrie, l’astrologie, le calendrier juif, le nombre sacré des tribus d’Israël, la musique, les aspects spirituels (comme le 12 :12 et les 144 000) et, finalement, l’ADN humain.

 Qu’il soit bien clair, à ce propos, que Kryeon ne souhaite pas que vous arrêtiez brusquement de compter sur vos doigts (base-10). Cependant, il utilise la base-12 pour tout ce qui concerne la physique ; il veut nous faire savoir que beaucoup de choses qui nous entourent sont en base -12. Il nous fournit des éléments au sujet des lois physiques et même des mathématiques difficiles à comprendre jusqu’à ce jour et que le calcul en base-12 rendra désormais accessible. Du calcul des nombres premiers à une meilleure compréhension de la technologie de Tesla, Kryeon nous encourage à expérimenter ce mode de calcul. Heureusement, dans le prochain livre de la série, j’airai des nouvelles à vous annoncer à ce sujet ; il ne peut être dissimulé plus longtemps.

 Le « glyphe dans le champ » représente visiblement la structure de l’ADN. Si vous souhaitez une interprétation résumée de cette formation, la voici :

« Nous comprenons votre ADN et elle est en base-12 »Que pensez-vous d’une telle interprétation ? »

 Kryeon nous affirme que les empreintes énergétiques nous sont adressées par « ceux que nous devons rencontrer ».Je voudrais ici apporter une précision quant aux glyphes dans les champs et aux ET. Ces glyphes ne sont pas fabriqués par les « petits gris » aux yeux bridés qui nous kidnappent ou qui, depuis peu, essaient de gagner notre confiance. Ces êtres tentent désespérément de connaître notre ADN (en particulier les constituantes cachées, non biologiques). Si vous avez suivi les histoires concernant les communications avec le s ET, vous savez que toute leur quête consiste à nous examiner.

 Le message laissé dans les champs d’Alton Barnes provient de ceux qui connaissent parfaitement notre biologie. De ceux qui représentent les véritables semences de notre ADN. Tout, dans cette formation « hurle » la base-12. Au début, Kryeon nous a rappelé que notre ADN était de base -4, répétée trois fois – une base-12 évidente. Au cours de la même communication, il parla des douze rangées de l’ADN – rien que des 12 ! Voici maintenant la confirmation de ce fait.

 La double hélix mesure 648 pieds de long (au passage, je signale que cela fait deux fois la longueur d’un terrain d e football, pour vous donner une meilleure idée de la taille de cette formation). Ce ne faut pas l’œuvre de deux garçons équipé de bâtons, de ficelle et d’une caisse de bières. Pensez-y. les mathématiques et la numérologie sont des facteurs importants. L’analyse montre que 648 (longueur de la formation en pieds) est divisible par douze. Cela donne 54.

 Et 54 se réduit à 9 en numérologie (5 + 4 = 9) qui est l’énergie de l’achèvement. Si vous avez lu le commentaire de Peter Roensen qui accompagne l’article sur les cercles, vous savez que le nombre total de cercles est 93. Ce nombre se réduit à 12 (9 + 3) qui, lui-même, se réduit à 3, qui est l’énergie du catalyseur. Vous souvenez-vous du pouvoir du 3 dans le tome 1 de Kryeon, La Graduation des Temps ,

 Cet article dit ceci : Cette spectaculaire formation apparut le 17 juin 1996, dans le fameux East Fied d’Alton Batnes , orienté vers Adam’s Grave au nord et vers Woodborough Hill, au sud. Sa longueur officielle est de 648 pieds (environ 200 mètres) et son motif comprend 89 cercles formant une double rangées de 77 bulles disposées en spirale autour d’un axe central de 12 grands cercles alignés verticalement ; quiconque voit cette formation pense aussitôt à la structure de l’ADN. Remarquez qu’à l’endroit où chaque rangée croise l’autre, on comprend qu’en réalité et en 3D, la rangée du dessus recouvre celle du dessus et dissimule ainsi le cercle du dessous. Il devrait donc y avoir deux cercles dans chacune des huit boucles, exceptée celle indiquée par une petite main qui en a onze. De ce fait, si nous totalisons tous les cercles, il y en a 93.

 En somme, il y a aussi douze cercles principaux qui sont autant de chakras le long de l’axe vertical de la formation du diagramme, invitant à nouveau à considérer l’importance du nombre 12. Ce fut une excellente communication, en effet.

 Si vous êtes intéressés par les « glyphes dans les champs » et autres sujets galactiques, reportez-vous à la page web suivante : http://www.cosmic-connection.com

 

Extrait de la série Kryeon, canalisé par Lee Carroll. TOME 4, page 348 de : Partenaire avec le divin. Aux Editions Ariane. 

L’Enfant qui vient de Mars

 

Cet article de l’écrivain russe Gennady Belimov, professeur d’université et chercheur, relate sa rencontre avec un jeune garçon russe, Boriska, et ses révélations étonnantes sur ses expériences et ses visions de vies antérieures :

L'Enfant qui vient de Mars dans ENFANTS INDIGO images-2La première fois que j’ai entendu parler de l’étrange garçon Boriska, c’est par les dires des participants à une expédition vers une zone assez peu ordinaire au nord de la province Volgograd, connue sous le nom de  » Medveditskaya Ridge. »

Imagine, quand tout le monde s’est réuni autour du feu de joie pour la soirée, ce jeune garçon a brusquement demandé le silence : il allait nous parler des habitants de Mars et de leurs voyages sur la Terre. »

L’un de témoins m’a fait part de ses impressions.

»Et bien, quelqu’un continuait à bavarder, à mi-voix, quand le garçon a exigé notre attention complète, ou alors, il n’y aurait pas d’histoire.  »

Les conversations se sont tues. L’enfant aux grands yeux et au visage rond, vêtu d’un t-shirt d’été et coiffé d’une casquette de baseball, nullement craintif des adultes, a commencé un récit incroyable. Sur la civilisation martienne, sur des cités mégalithiques et des vaisseaux martiens, sur des vols vers d’autres planètes, et sur la Lémurie sur Terre, sur la vie de quelqu’un qu’il connaissait, l’ayant rencontré alors que lui, venait de Mars, sur ce grand continent au milieu de l’océan, et comment il avait des amis, là….Le feu crépitait, la nuit nous entourait et le ciel aux milliers d’étoiles était silencieux comme s’il gardait un grand secret.

Une heure et demi ont passé avec des histoires étonnantes. L’un des participants a eu la présence d’esprit d’aller chercher un dictaphone, donc, quelque part dans Moscou, il y a un enregistrement de cette histoire. Seul le Ciel sait si un jour elle sera publiée, tout le monde n’a pas les compétences d’un journaliste. Nombreux ceux qui reçurent un choc, ou plutôt deux.

Le premier : la connaissance inhabituelle qu’un enfant de 7 ans n’aurait pas dû posséder. Alors que tous les professeurs d’histoire ne peuvent parler clairement de la Lémurie légendaire et des lémuriens, vous ne trouverez personne dans une école ou une université avec ces mémoires là. La science n’a pas prouvé l’existence d’autres civilisations et n’a pas l’air pressée de prouver ceci, préférant rester proche de l’idée que l’homme est unique dans l’univers.

Deuxièmement : le langage de Boriska… ce n’était pas du niveau d’un enfant de cours élémentaire, il utilisait une telle terminologie, des détails, des faits du passé de Mars et de la Terre que tous étaient sidérés. C’est seulement à cause d’emportements émotifs que vous pouviez dire qu’un enfant parlait.

» Pourquoi Boriska s’est mis à parler comme ça?  » s’est demandé mon interlocuteur.  » Apparemment, l’environnement a provoqué cela en lui. C’était une réunion de personnes intéressées, l’esprit ouvert, cherchant les nombreux secrets de la Terre et du Cosmos, et Boris, qui a entendu la journée de conversations a ressorti dans son langage ce qui était enfoui depuis longtemps dans sa mémoire.

Aurait- il pu tout fabriquer ? Avoir vu tous les films Star Wars et commencé à inventer? Ça n’en a pas l’air… ça n’avait pas l’air d’une fantaisie  » m’a dit mon collègue. » C’était plus comme un souvenir du passé, des mémoires de ses incarnations passées. Ce genre de détails ne peut être inventé, ils doivent être connus personnellement…. »

La mention des réincarnations passées a décidé de tout : je compris que je devais rencontrer Boriska. Maintenant, après ma rencontre avec lui et ses parents, j’essaie d’organiser les éléments dans un ordre cohérent pour comprendre le mystère de la naissance de cet être parmi nous. Il est curieux qu’il vienne au monde dans la ville de Volzhk, dans un hôpital de province- quoique sur son certificat de naissance, le lieu de naissance soit Zhirnovsk, Province de Volgograd pour la déclaration.

Son anniversaire est le 11 janvier 1996, à 8.30 heures du matin. Cela peut parler à un astrologue.

Ses parents sont des gens simples et bons. Nadezhda Kipryanovich, la mère de Boris est dermatologue dans une clinique de la ville, elle a obtenu sa licence de l’Institut Médical de Volgograd en 1991. Son père, Yuri Tovstonev, est un officier à la retraite, diplômé de l’Institut Militaire Supérieur de Kamishinski et a un emploi de contremaitre à présent. Ils seraient heureux si quelqu’un pouvait les aider à résoudre le phénomène mystérieux de leur fils, mais pour l’instant, ils observent leur miracle avec curiosité.

» Quand Boriska est né, j’ai remarqué qu’à 15 jours, il tenait déjà sa tête droite. Son premier mot : Baba (grand-mère) il l’a dit à quatre mois et depuis, on peut dire qu’il a commencé à parler. Il a fait sa première phrase à 7 mois, en disant: ‘je veux un clou’ – il avait vu un clou dans le mur- habituellement, les enfants parlent beaucoup plus tard.

Les plus remarquables parmi ses capacités étaient intellectuelles. »

»Comment se sont-elles manifestées ? »

» Quand Boris avait 1 an, je lui ai donné les lettres, en suivant la méthode Nikitin et à 1an et demi, il pouvait lire les gros titres du journal. Il a appris à reconnaître les couleurs dans une variété de tons très tôt et facilement. Il a commencé à dessiner à l’âge de 2 ans et à peindre à 2 ans et demi. C’est à 2 ans qu’il est allé à la crèche, les nourrices disaient qu’il était doué pour parler, et qu’il avait un développement cérébral inhabituel. Elles remarquaient sa mémoire phénoménale. »

Ses parents se sont aperçu que le moyen qu’avait leur fils d’assembler des connaissances n’était pas seulement dans l’observation de ce qui l’entourait, mais on aurait cru d’autres sources : il obtenait bien des informations de quelque part.

» Personne ne lui a appris  » se souvient Nadezhda,

» mais il avait pris l’habitude de s’asseoir dans la position du lotus et il fallait l’écouter! Il y avait de telles perles et de tels détails sur Mars, sur les systèmes planétaires et les autres civilisations, c’était étonnant…

Mais comment l’enfant pouvait savoir tout ça? … l’espace, les sujets cosmiques dans ses histoires, c’était le principal sujet dès ses 2 ans. Au même moment, Boriska nous a annoncé qu’il avait vécu sur Mars, que la planète était habitable, et qu’elle a survécu la pire des catastrophes de son histoire, la perte de son atmosphère, et maintenant, quelques habitants qui sont restés vivent dans des villes souterraines. A cette époque, il venait souvent sur Terre lors de missions de recherches scientifiques ou bien lors de missions d’échanges.

Il était lui même pilote d’un vaisseau spatial. C’était au moment de la civilisation Lémurienne,  il avait un ami lémurien qui est mort en sa présence….

» Une catastrophe gigantesque est arrivée sur Terre, des montagnes ont explosé, un énorme continent s’est brisé et a coulé sous les eaux et tout d’un coup une pierre gigantesque est tombée sur l’immeuble où se trouvait mon ami, » raconte Boriska.

» je ne pouvais pas le sauver, et maintenant sur Terre, nous allons nous rencontrer de nouveau… »Boriska voit toute la destruction de la Lémurie comme si ça arrivait devant lui et il pleure son ami le terrien comme s’il était lui même responsable.

Un jour, sa mère lui a apporté un livre:  » De Qui Venons Nous?  » de Ernst Muldashev. Il a fallu voir l’effet que ça a eu sur l’enfant. Il a regardé les dessins des lémuriens, les photographies des pagodes tibétaines, et 2 heures plus tard il parlait en détail de la race lémurienne et de leurs découvertes à un niveau élevé.

»Mais la Lémurie a été détruite il y a au moins 800,000 ans  », j’ai dit tranquillement,

» et les lémuriens mesuraient plus de 9 mètres de haut, et en dépit de tout ça, tu te souviens?  »

» Oui, je me souviens  » Boris répondait, en ajoutant,  » personne ne m’a rien dit. »

Une autre fois, de nombreux souvenirs lui sont remontés après qu’il ait vu les illustrations d’un autre livre de Muldashev,  » A la recherche de la cité des Dieux  » au sujet des chambres funéraires et des pyramides. Il dit qu’un savoir sera trouvé , non pas sous la pyramide de Khéops, mais sous une autre pyramide. Ils ne l’ont pas encore trouvé.

»La vie changera quand ils ouvriront le Sphinx » dit-il en ajoutant que le Sphinx s’ouvrira derrière l’oreille, il ne se souvient pas où exactement. L’inspiration le pousse à parler avec assurance sur la civilisation Maya, les gens connaissent très peu ce peuple fascinant. Boriska pense que nous sommes à une période de grands changements sur Terre, ce qui cause la venue d’enfants spéciaux car de nouvelles connaissances s’étendant au delà de la mentalité des terriens seront nécessaires.

»Comment sais- tu  pour ces enfants là, et pourquoi cela arrive- t-il? » ai-je demandé lors de notre entretien,  » sais-tu qu’on les appelle les enfants indigo?  »

Réponse:  » Je sais qu’ils naissent dans ce monde mais je n’en ai pas rencontré dans notre ville. Julia Petrova elle, me croit, ce qui signifie qu’elle ressent quelque chose. Les autres rient quand je raconte des histoires. Quelque chose va se passer sur Terre, 2 catastrophes, donc la naissance de ces enfants. Ils devront aider les gens. Les pôles vont s’inverser, en 2009, la première grande catastrophe, sur un grand continent, et en 2013 il y en aura une autre encore plus importante. »

»Tu n’as pas peur malgré que ta vie en soit affectée aussi?  »

»Non, je n’ai pas peur, nous vivons pour toujours. Il y a eu une catastrophe sur Mars où je vivais avant. C’était les mêmes gens que nous, mais il y a eu une guerre nucléaire et tout a brulé. Des gens ont survécu et des abris ont été construits, ainsi que de nouvelles armes. Il y avait eu aussi un changement de continent là-bas. Cependant, ce continent n’était pas grand. Les martiens respirent de l’air composé principalement de dioxyde de carbone, s’ils venaient ici , ils resteraient toujours près des conduits de sortie de fumées.  »

Et toi si tu es de Mars, tu peux respirer notre air facilement ou as-tu besoin de dioxyde de carbone? »

» Une fois que vous êtes dans le corps terrien, alors vous respirez cet air. Mais, on n’aime pas l’air terrien parce qu’il est la cause du vieillissement. Sur Mars les gens sont toujours jeunes , environ 30 – 35, et il n’y a pas de vieilles personnes. Chaque année qui vient, ces enfants de Mars naîtront sur Terre, dans notre ville ils seront au moins une vingtaine. »

»Te souviens- tu de ton ancien nom, ou ceux de tes amis? » »Non, je ne peux jamais me souvenir des noms  »

»Tu te souviens de toi même à partir de quel âge? »

»Je me souviens de mon ancienne vie à partir de 13 ans, et ici, je me souviens depuis ma naissance sans oublier d’où je viens. On avait des lunettes spéciales là- bas et on se battait tout le temps. Sur Mars, il y avait un truc désagréable: une base qui devait être détruite. Mars peut être ressuscitée, mais cette base l’en empêche. C’est un secret. Je peux dessiner à quoi ça ressemble, nous étions à coté. Cette base est contre nous. »

» Boris, pourquoi nos plateformes spatiales meurent plus souvent qu’elles ne durent lorsqu’elles se posent sur Mars?  »

» C’est un signal qui vient de Mars, et ça essaie d’anéantir les plateformes. Il y a des rayons dangereux sur ces bases. »

J’étais étonné pour les rayons dangereux de Fobosov. C’est exactement ainsi. En 1988, un homme avec des pouvoirs extrasensoriels, de Volzhsk, a essayé de contacter le programme spatial de l’USSR, afin de prévenir les dirigeants soviétiques de l’échec imminent des sondes spatiales soviétiques Phobos 1 et Phobos 2, spécifiquement à cause de batteries et de rayons radio actif qui étaient étrangers à la planète. Ils n’ont pas écouté ses avertissements et n’ont pas jugé utile de répondre, ce jusqu’à ce jour; malgré que pour réussir selon Lushnichenko, il est nécessaire de changer de tactique pour approcher la surface de Mars.

» Que sais- tu des dimensions multiples ? Tu sais pour voler, pas la peine de suivre une trajectoire en ligne droite, mais la possibilité de traverser l’espace multidimensionnel?  »

En faisant attention, je me renseignais en posant des questions assez osées du point de vue de la science traditionnelle. Boriska a rebondi avec une énergie renouvelée et s’est mis à parler de la construction des ovnis.

» On venait de décoller et on était déjà proche de la Terre !  » puis, il a pris une craie pour dessiner un triangle sur le tableau.

» Il y a 6 couches » dit-il d’un ton enthousiaste. » La couche extérieure comprend 25% de matériau solide, la 2ème couche est de 30% et ressemble à du caoutchouc, la troisième: encore 30% et c’est de nouveau du métal, il y a une couche de 4% de propriétés magnétiques  » Il écrivait les chiffres sur le tableau.

» Si vous énergisez la couche magnétique, l’appareil peut voler partout dans l’univers…. »

Nous, les adultes, nous sommes regardés. Dans quelle classe ils apprennent les pourcentages? Bien sûr, ils n’en sont pas encore là à l’école, mais Boriska semble être en difficulté en classe. Ils l’ont mis directement en 2ème année après des évaluations, mais ils essayaient de se débarrasser de lui.

Dites moi qui voudrait qu’un enfant interrompe la classe pour dire:  » Maria Ivanovna, vous ne dites pas la vérité, vous ne nous enseignez pas correctement!  »Et cela arrive plus d’une fois par jour…Maintenant, c’est un professeur qui a enseigné à l’Académie Schetinin spécialisée pour les enfants surdoués, qui étudie avec Boriska, et le garçon passera ses examens en extérieur. Il aura et a déjà des problèmes relationnels avec les enfants normaux.

» Quelle est la mission de Boriska ? La connait-il ?  » lui ai-je demandé ainsi qu’à sa mère.  » Il a dit qu’il devinait  » m’a dit Nadezhda,  » il sait des choses sur le futur de la Terre. Par exemple, que le savoir serait donné selon le niveau et la qualité de l’état de conscience. Le nouveau savoir ne parviendra jamais aux personnes malveillantes qui ont des vices mesquins: voleurs, bandits, alcooliques et aussi ceux qui ne veulent pas s’améliorer. Ils quitteront la planète. Il pense que l’information aura le rôle le plus important. Une ère d’unité et de coopération commencera sur Terre. »

» Boris, d’où tiens tu tout cela?  »

» De l’intérieur de moi même » il répondit sérieusement. Une fois, quand il avait 5 ans, il a surpris ses parents quand il a entamé une conversation sur Proserpine, une planète morte depuis maintenant des centaines de milliers d’années sinon des millions d’années. Et ce mot  » Proserpine  » il l’a prononcé sans jamais l’avoir entendu parce que c’était la première fois que ses parents l’entendaient. » Un rayon l’a coupée en deux, et elle est partie en morceaux  » a t-il expliqué.

» Physiquement la planète n’existe plus, mais ses habitants se sont téléporté vers la 5ème dimension, que vous appelez un monde parallèle. On a regardé la mort de la planète, de Mars… »Et tout d’un coup, il a mentionné l’inimaginable… il a dit que la Terre, en tant qu’être vivant conscient, a accepté les enfants de Proserpine afin de les instruire. Occasionnellement, des enfants sont nés ici, qui se souviennent de leur planète d’origine, et se considèrent eux même extraterrestres.

Mais bien sûr, ce phénomène a été remarqué par le monde scientifique, et moi même, j’ai déjà rencontré Valentina Gorshunova (Kainaya) qui, non seulement se souvient de Proserpine, mais de plus rencontre ses camarades proserpiniens dans ses rêves. Et voilà qu’elle se trouve dans la même ville que Boriska, et ils faisaient tous deux partie de la randonnée de la région extraordinaire de Medvedit Skaya Ridge.

Voici ce que la mère de Boriska écrivit dans son journal:  » Tu es un précurseur. Tu as déblayé le terrain pour nous. Dans les hautes sphères, tu es considéré comme un héros. Tu portes le plus lourd des fardeaux sur les épaules. J’ai vu  » l’ère nouvelle  ». Un code holographique est déjà visible, surimposé dans l’espace. La lumière sera faite sur tout cela dans un nouvel élan de pensée, très rapidement… La transition d’un monde à l’autre prendra place au travers de la substance du temps. J’ai apporté la nouvelle information…

» C’est ce que Boris avait dit à sa mère. »

Boris, dis moi de quoi souffrent les gens?  »

» De ne pas vivre correctement et de ne pas être capable d’être heureux…Il faut attendre pour vos moitiés cosmiques, ne vous mêlez pas de la destinée des autres, ne détruisez pas votre intégrité, ne souffrez pas à cause des erreurs d’aujourd’hui mais reliez vous à votre destin, terminez le cycle de développement et approchez vous de nouveaux sommets. » ce sont ses mots.

Il vous faut devenir bons. Si vous êtes battus, vous allez vers eux les bras ouverts, s’ils vous couvrent de honte, n’attendez pas leurs excuses, demandez de vos assaillants qu’ils vous pardonnent. S’ils vous insultent et vous rabaissent, dites leur merci et souriez leur. S’ils vous détestent, aimez les tels qu’ils sont. C’est la relation d’amour, d’humilité et de pardon qui est importante pour les gens. »

Sais -tu pourquoi les lémuriens sont morts ?

J’en suis aussi un peu coupable. Ils n’avaient plus le désir de se développer spirituellement, ils s’écartaient du chemin et à cause de cela ont détruit l’intégralité de la planète. La voie du Magicien les a conduit dans une impasse. La Vraie Magie c’est l’Amour… »

»Comment connais-tu ces mots: intégrité, cycles, cosmos, magie, lémuriens,?  »

» Je sais… Keilis…  »

» Qu’as-tu dit?  »

» J’ai dit: ‘ Je te salue!’ c’est la langue de ma planète… »

Cette fois ci, nous nous sommes séparés là dessus, en me promettant que je suivrai la destinée de ce garçon aussi longtemps que je le pourrais.

eau1 dans MESSAGES EVENEMENTS

Environ une année plus tard, j’ai rencontré Boriska à Zhirnovsk  pour connaître les derniers détails de sa vie. Tout d’abord en discutant avec sa mère.

» Jai regardé dans sa chambre car j’entendais Boriska parler à quelqu’un, mais je savais qu’il était seul. Il y avait une mosaïque colorée faite de jeux de construction pour enfants et c’était la double hélice de l ‘ADN que j’ai clairement reconnue de mes études à l’Institut Médical. »

Et il disait à quelqu’un: ‘ je suis le pilote d’un vaisseau de recherche, un scientifique, mais je ne fais jamais de reproduction croisée d’ADN humain et reptilien! C’est en contradiction avec les lois de la sélection naturelle… »

et quelques autres mots en latin ont suivi. Je n’en revenais pas… et au lieu d’écouter, je l’ai secoué: ‘ qu’est- ce qui t’arrive ? A qui tu parles? ‘ et Boriska est sorti de sa transe d’un coup, confus, en bredouillant :  » je jouais… »

» Là encore, j’ai réalisé que je ne connaissais pas très bien mon fils…il est vrai que quand je lui ai demandé plus tard, il m’a répondu que cette information là n’est pas pour les gens et que lorsqu’il vivait sur Mars, ils avaient des différences légères d’ADN. Ils avaient une petite différence avec l’ADN de la race lémurienne. »

Fondamentalement, je compris que s’il se rappelait la période martienne de sa vie, alors c’était du point de vue de différents moments dans le temps. Je veux dire qu’il semblait avoir vécu sur Mars de nombreuses vies et se souvenait de différents moments de ses vies, probablement échelonnées sur des milliers d’années.  »

» Alors vous ne pensez pas que ce sont des contes enfantins?  »

» Peut-être que je serai heureuse de le dire, mais ça ne colle pas… il y a trop de connaissances totalement inhabituelles ici, il n’avait pu apprendre tout ça nulle part. »

» C’est vrai, je ne pense pas qu’il se souvienne de ses vies antérieures de la façon dont on se souvient de la journée d’hier. Bien sûr que non. Sa mémoire est très fragmentée, et se révèle sous certaines conditions, il est possible que tout s’amoindrisse jusqu’à disparaître. Oui, il peut se relier à des sources extérieures d’informations et être leur transmetteur, mais 10 minutes plus tard il peut tout simplement oublier l’information, comme un enfant normal. »

Il est exact que cette connexion arrive de plus en plus rarement, soit le conduit se ferme peu à peu, soit il y a d’autres raisons… et le dictaphone, que ses parents ont acheté spécialement pour enregistrer l’histoire des vies passées de Boriska, est de moins en moins utilisé. Les occasions se raréfient. Les enregistrements des mois derniers sont des souvenirs curieux sur des cataclysmes sérieux sur Mars.

Par exemple, il insiste pour dire que durant les dernières centaines de milliers d’années, ou peut- être millions d’années, il y a eu des problèmes sérieux avec l’eau. Mars a tragiquement commencé à perdre son atmosphère et son eau. Il dit qu’il y avait des vaisseaux spéciaux qui allaient sur la planète la plus proche, la Terre, pour chercher de l’eau. Ces vaisseaux ressemblaient à des cylindres et servaient de vaisseaux mères. Il parlait beaucoup de ses responsabilités et de son travail dans l’espace. Il n’aime pas les films américains sur les aventures et guerres spatiales car tout est fabriqué et dénaturé. Les vaisseaux martiens pouvaient voyager dans tout le système solaire, ils avaient un bon nombre de bases sur les planètes et leurs  satellites.

Apparemment il n’était pas un mauvais pilote, avec de bonnes aptitudes professionnelles car dans ses récits, il a souvent participé à des vols vers Saturne, ou le plus difficile est de naviguer dans la ceinture d’astéroïdes. Il a perdu beaucoup d’amis lors de leur approche de Saturne.

» Tu sais maman, je ne faisais pas qu’apporter de l’eau sur Mars!  » a déclaré le garçon un jour.  » Tu dis toujours ‘ Mars ceci, Mars cela,’ mais j’étais responsable de Jupiter! On avait un projet spécial pour la création d’un nouveau Soleil dans notre système solaire, et ce deuxième Soleil était supposé être Jupiter. Mais il fallait une telle masse physique pour accomplir ça, il n’y en avait pas assez dans tout le système solaire. Le projet n’est jamais parvenu à terme. »

Une autre fois il a dit que les scientifiques de la Terre seraient intéressés de savoir qu’il n’y a pas 9 planètes dans notre système solaire mais 2 de plus. Elles se situent derrière Pluton. D’après lui, Mars était plus proche de Jupiter et la Lune était la Lune de Mars. Mais après un cataclysme gigantesque, Mars a changé son orbite, ce qui a donné son satellite ( la Lune) à la Terre, mais il ne se souvient d’aucun autre détail de cette période. La question de s’il avait une famille, telle que nous l’entendons, Nadezhda ne le sait pas. Boriska n’a jamais parlé de relations familiales dans ses incarnations martiennes.

Cependant, une fois, alors qu’il regardait Discovery Channel à la télévision, il a commencé à parler avec enthousiasme de la civilisation des gris, les petits humanoïdes aux grands yeux.

» Ils ne sont pas martiens  » disait-il en montrant le téléviseur,  » on n’est pas comme ça, on est plus proche des lémuriens et des atlantéens. D’abord nous sommes grands, eux sont des nains. Deuxièmement les gris sont cruels. Ils sont d’une autre galaxie., et s’autorisent à faire des expériences sur les gens. On a même eu à les combattre, parce que ce sont des agresseurs. Notre race était bonne, moins agressive, et la plus intellectuelle, vu que nous pouvions utiliser l’énergie psychique… »

Lâchant ses mots, parfois par saccades, le tout énoncé rapidement, le garçon retourne à ses jeux vidéo et le problème des gris n’est jamais revenu. C’est comme un flash de mémoire qui peut ne jamais se répéter. Mais les ufologues modernes sont plus ou moins au courant pour les gris. Les abductions, les expériences sur les humains, les expériences de sélection de caractère génétique, les vivisections d’animaux, tout cela est principalement associé aux gris par les chercheurs.

Boriska s’était soudainement rappelé et prévenait de leur nature dangereuse…Mais, si nous aurons quelque chose de nouveau sur la vie dans l’espace, sur Mars, ou dans le système solaire, j’en doute. Le garçon, d’après les spécialistes se referme. Les difficultés de notre réalité humaine sont la cause de cette fermeture. C’est difficile pour les enfants Indigo. La Terre, Quotidiennement. Boriska regarde l’écran sans se distraire et tape rapidement sur le clavier. Sur l’écran, une sorte de combat dans un château souterrain. J’ai essayé de lui parler, d’attirer son attention pendant un moment, sans succès. La passion du garçon de 9 ans pour le jeu a persisté malgré qu’il ait joué durant 3 heures déjà, juste avant.

Sa mère, sa meilleure amie Valentina Rubstovaya- Gorshunova, et moi-même, avons parlé de tout ce qui était arrivé dans le courant de l’année passée, mais Boriska n’a pas immergé de son jeu vidéo et n’a pas voulu participer à la conversation sur la vie martienne. Il y a un an, il parlait beaucoup plus, répondait à mes questions avec entrain, et c’est vrai qu’à ce moment là il m’avait dit:  » C’était ta dernière question!  » et n’écoutant rien de plus il avait commencé un nouveau jeu vidéo. J’étais sidéré d’avoir entendu le verbe ‘ était’…

Maintenant, Boriska n’a pas le temps pour des souvenirs d’anciennes vies. L’ouverture et la façon ingénue du garçon ont joué un rôle négatif dans sa vie. Les enfants de son âge et les plus âgés ont réagi avec envie et jalousie, comme c’est l’habitude dans notre société. Les coups de poing et les insultes lui sont tombés dessus plus souvent qu’à un autre. Alors Boriska a appris à se défendre, bien qu’il y a moins d’un an il disait calmement:  » si quelqu’un t’injurie, demande lui son pardon… » La prose de la vie terrienne ne colle pas très bien avec ce degré de bonté dans les relations.

Une fois son histoire devenue publique, les gens ont commencé à traiter Boriska différemment. La majorité a réagi avec intérêt et curiosité, mais 15 -17 % des réactions furent hostiles, de façon incompréhensible. Malheureusement, ces réactions sont des persécutions malveillantes. Cela rappelle les temps de Jésus-Christ qui était venu enseigner quelque chose sur le bien et le mal, que d’autres ont trouvé scandaleux.  » Crucifiez  Le  » ont crié Ses persécuteurs et Il le fut…

Le 21ème siècle a débuté, mais nous sommes retournés à ces jours barbares, il y a si peu en nous qui a changé. Les ufologues rêvent toujours d’un contact avec les extraterrestres… quel contact ? Nous sommes prêts à crucifier notre prochain, à l’exterminer parce qu’il est différent! Hélas, nos visiteurs nous connaissent mieux, il me semble et ne sont pas pressés de nous connaître un peu plus…

Et peut-être que si les professeurs de Boriska montraient un peu plus de sagesse humaine, dans leur relation avec cet enfant unique, mais…

» oh, c’est juste un idiot!  » un médecin psychiatre s’est exclamé très sérieusement après avoir conversé avec le garçon pendant quelques jours. Hélas, le garçon ne rentrait pas dans ce que l’on accepte comme un enfant normal, et cette histoire du phénomène de Boriska a fait le tour du monde.

Il n’ y a pas si longtemps une mère a envoyé un message à l’école  » Retirez le de la classe, il apprend à nos enfants comment mourir… »Une enquête fut conduite, le garçon avait parlé à ses camarades de classe, de la réincarnation de l’âme ( dont il est exemple et témoin) mais l’ idée véhiculée était inconnue de la majorité dans l’école, ils ont donc été inquiets de la possibilité de suicide parmi les enfants.  » ah, si ce n’était pas si triste, on en rirait.  » Au fait, Boriska  » répond comme les autres  » quand le sujet ne l’intéresse pas ( russe, maths, ..)

Pour ajouter à ses problèmes, ses parents ont divorcé. Il y a eu les disputes, la séparation et le lieu de l’habitat qui a changé. Dans ce combat là, il n’y avait pas de place pour l’enfant et ses problèmes d’enfant: affamé, il venait souvent chez  » Tante Valya  » pour manger bien que ce n’était pas près de sa maison. Combien de temps la période de divorce prendra est imprévisible , c’est une source de stress pour tous. » Oui, en ce moment Boriska se trouve dans une période difficile,  » dit Valentina Gorshunova- Rubtsova, un membre de l’expédition  » Space Research  » et l’une des amies les plus proches du garçon.

» Il s’est ouvert aux gens, il essaie de nous aider à apprendre sur nous même et sur la Terre; mais peuvent-ils seulement le comprendre et se servir de cette connaissance pour créer ?

De tous temps les prophètes reçoivent des pierres ou sont crucifiés. Maintenant, les pierres et les croix ont changé d’apparence mais l’attitude envers les visionnaires est la même.  »Les premières pierres lui furent lancées et il a commencé à se refermer. La raison principale est l’attitude des gens. Peut-on avoir des fruits mûrs d’une jeune pousse ? Ce qui lui arrivera et s’il le supportera reste à deviner. »

En d’autres mots, on peut dire que Boriska n’aura pas une vie facile.

L’Intérêt de La Science

Que les scientifiques soient réellement intéressés par Boriska est indéniable. Professeur Vladislav Lugovenko, docteur en Sciences Physique et Mathématiques, de l’Institut du Magnétisme de la Terre, de l’Académie Russe des Sciences( IZMIRAN) a rencontré Boriska et l’a invité à Moscou pour l’observer plus attentivement. Certains des collègues de Lugovenko  ont participé à cette recherche.

Lugovenko conduit des recherches sur les enfants indigo de Russie et d’autres pays. Il considère qu’ils naissent sur notre planète depuis une vingtaine d’années pour une raison. Apparemment ces enfants ont une connexion avec le développement d’une civilisation terrienne future. Boriska et sa mère sont donc invités à un séjour dans un lieu d’éducation spéciale, dans la Provincede Tulskaya à Atalsky Lake.

Là, se trouve un endroit où l’énergie de la Terre a un effet particulier sur les gens. J’ai lu un rapport scientifique, avec les mesures du champ bioenergétique des membres de l’expédition. Je peux dire en premier lieu que le garçon a un champ bioénergétique vraiment plus fort que tous les participants et deuxièmement, son champ augmentait après l’expérience plus que pour les autres.

Les photographies de son aura en disent aussi beaucoup, pour citer un rapport:

» Avant l’expérience, la couleur principale de la photo était jaune, ce qui indique la force intellectuelle d’une personne heureuse et avenante. Dans le coin inférieur droit, on voit une tache rouge vif, ce qui suggère une activité d ‘amour et d’énergie dirigée vers les autres. Après l’expérience, la photo a très peu changé. Dans le coin inférieur gauche, une lumière verte est apparue, qui suggère la force vitale, la tendance positive et l’amabilité du garçon. »

Vladislav a l’intention de poursuivre les observations de Boriska et est allé récemment se familiariser avec le quotidien du garçon. Il s’est également rendu sur la zone particulière de Blue Mountain qui est à quelques douzaines de km de Zhirnovsk. » J’étais sûr qu’au sens moral, les enfants indigo sont très différents de ceux de leur âge,  » dit Dr. Lugovenko.  » Ils ont une sensibilité extraordinaire à tout ce qui est faux, un développement de l’intuition, des pouvoirs télépathiques et une connexion au cosmos. Nous espérons que le garçon accomplira sa mission sur Terre, telle qu’en était l’intention, qu’aucun de nous ne connait.  » Si les forces du mal ne l’en empêchent pas… » je rajouterais….mais peut-être, j’ai l’espoir : que les problèmes de Boriska l’aident à se renforcer.

Après tout, le destin n’a pas été facile non plus pour Albert Einstein ! Le garçon vivait pauvrement, était mal nourri, a à peine terminé l’école parce que ses parents n’avaient pas assez d’argent pour payer son instruction mais il a résisté à tout cela et s’est élevé aux sommets de la pensée et de la science mondiale. Sa vie difficile a engendré en lui une persévérance et une endurance incroyable .

Nous souhaitons autant d’endurance pour l’envoyé de Mars, né à la frontière d’un nouveau millénaire dans les profondeurs de la Russie. Une chose est très claire après mes discussions avec Boriska: Il y a un fondement à l’assomption que ces enfants sont insérés dans nos sociétés terriennes avec des pouvoirs qui sont au delà du contrôle des gens.

Ce phénomène est porteur d’une intention et a été remarqué dans de nombreux pays pendant la même période. Les enfants indigo présentent des différences dans leurs capacités inhabituelles, en particulier leur vision du monde. Ils connaissent leur propre mission sur Terre et sont capables d’extraire et de rassembler de la noosphère l’information et le savoir à l’aide de leur conscience inoubliablement ouverte et accessible.

Leur rôle, leur mission, dans le processus d’évolution de l’humanité n’est pas encore clair, on peut cependant deviner que ce n’est pas moindre. Ma recherche m’a mis en contact avec ces enfants. Sur ce chemin, j’ai vu des choses de nature différentes. Par exemple, dans les écrits de l’Institut Académique Vernadsky, j’ai lu qu’un nombre important des personnes les plus influentes sont sous le contrôle de Pouvoirs de l’au delà, et ils accomplissent une sorte de mission particulière sur Terre.

A travers le témoignage de Boriska, remercions toutes ces âmes avancées qui acceptent de s’incarner ici bas pour aider l’évolution de cette planète et  l’élévation de ses habitants.

Source: http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=2618.0

http://lapressegalactique.net/2013/02/25/boriska-lenfant-qui-vient-de-mars/

Le Plan Directeur…

 

Le Plan Directeur... dans Les MESSAGERS de l'AUBE 75px-wpva-khamsa.svg_Nombreux parmi vous sont ceux et celles qui connaissent déjà leur plan directeur et ce vers quoi ils seront guidés. Chacun de vous connaît son plan au plus profond de son être. Ce qui fait obstacle à ce savoir est la pensée logique vous incitant à croire que vous n’avez pas les talents nécessaires pour mener à bien votre plan ou que vous ne pouvez le faire. Si vous entrez en état de méditation, vous recevrez une image de votre identité et de votre réalité et vous verrez au jour le jour quelle est la prochaine étape prévue de votre mission. La méditation est un état vous permettant d’entrer en communication; ce n’est pas un moyen pour aller quelque part et vous y perdre. La méditation est une façon d’être informé et de vous retrouver dans un état intérieur qui vous nourrit.

Vous passerez à l’action pour réaliser ce pour quoi vous êtes là, et il est fort probable que cela concernera le fait de rendre la fréquence plus accessible, de la transposer de niveau pour la mettre à la portée des autres, de l’expliquer, de l’utiliser pour guérir les autres, et de la stabiliser pour la race humaine. Lorsque chacun de vous sera en mesure de conserver une fréquence d’information sans perdre les pédales et que l’on pourra se fier sur votre constance, dès lors vous ancrerez la fréquence sur la planète. Cette fréquence est reconnue. On ne peut retracer exactement d’où elle vient, mais elle peut être reconnue et elle est de fait reconnue en ce moment. C’est pourquoi il y a eu une recrudescence d’efforts frénétiques pour altérer cette fréquence. Vous verrez un plus grand contrôle de fréquence partout où vous regarderez, sauf que dorénavant vous serez capables de reconnaître ce contrôle pour ce qu’il est.

Vous allez vous rendre compte que tout dans votre vie vous a préparé étape par étape pour ce que vous aurez à faire. À une certain moment, vous étiez peut-être un chef scout et vous avez appris comment travailler avec de jeunes garçons. Peut-être qu’à un autre moment vous avez travaillé dans un restaurant et vous avez appris à cuisiner et à servir aux tables. Grâce aux emplois que vous avez occupés, vous avez créé certains aspects de la réalité de sorte que plus tard, lorsque vous devrez enseigner à ces systèmes à se dépasser, vous aurez une bonne idée de la nature de la vie humaine.

Nous nous adressons à vous comme si vous n’étiez pas des humains, car à nos yeux, vous ne l’êtes pas. Pour nous, vous êtes des membres de la Famille de la Lumière, et nous connaissons les aspects multidimensionnels de votre soi. Nous vous parlons de la façon de traiter avec les humains parce que cela fait partie de votre mission de vous intégrer avec eux, de les apaiser, et d’éveiller en eux une étincelle de lumière afin qu’ils ne soient pas tous détruits et pour que cet endroit puisse héberger une nouvelle espèce et un nouveau royaume d’activité.

Enseignements de notre Famille de Lumière des Pléiades – BARBARA MARCINIAK – les messagers de l’aube

L’enfant intérieur

 

 Entendez-vous la voix de ce petit enfant ?

gifs fillettes et garçonsVous voyez, cet enfant sait quelque chose de précis. Il sait que maman est gentille. Il sait que, quelques que soient ses besoins, maman y pourvoira. Il sait parfaitement cela. Et comme beaucoup d’êtres humains, il peut s’agiter jusqu’à ce qu’il reçoive une réponse, mais il sait que maman est gentille. Au niveau cellulaire, même à son âge, il sait que tout sera fait pour prendre soin de lui. Même s’il ne marche pas encore, ses besoins, quels qu’ils soient, seront satisfaits. On le transportera, on le nourrira, on prendra soin de lui, on le couchera, il sera aimé, choyé, en toute sécurité ! 

Il y a un enfant semblable à celui-ci en chacun de vous. Nous l’appelons l’enfant de Dieu. Et au lieu de savoir que maman est gentille, cet enfant sait que Dieu est  bon. Cet enfant sait qu’on prendra soin de lui. Il sait qu’il sera dorloté et que rien ne pourra lui arriver durant sa vie, même s’il se trouve un jour seul dans un endroit où l’étreinte de Dieu et son affection seront apparemment absents. Oh, si vous pouviez revenir en arrière et revivre votre enfance afin de vous rappeler combien maman était gentille à cette époque ! C’est ce que nous souhaitons que vous ressentiez, en tenant compte de cet enfant en chacun de vous. Sachez que Dieu est bon, que votre foyer se trouve là où vous êtes, que vous êtes choyés jour après jour, que vous n’êtes jamais seuls. Que des entités vous sont assignées – peu importe que vous leur donniez le nom de guides ou d’anges – qu’elles sont à vos côtés et qu’elles vous aiment. Ces entités sont vos meilleurs amis. Vous n’avez ni à les voir ni à les appeler par leur nom. Elles sont là, de toute façon. Et ceux d’entre vous qui ressentent des picotements ou qui ont des intuitions les incitant à aller ici ou là ressentent, en fait la présence de ces entités affectueuses à leurs côtés. Aucun être humain n’est seul ! Jamais ! Grâce à l’enfant intérieur.

 Voici une importante source de sérénité, très chers, une réelle source de sérénité. Nous vous demandons de revenir à cette époque et de ressentir à nouveau ce sentiment. Et lorsque vous l’aurez retrouvé, savourez-le et n’oubliez pas la façon de revenir là-bas. Car c’est là que se trouve la paix. L’enfant intérieur représente la santé de votre Moi spirituel, car il n’a jamais peur et n’éprouve aucune inquiétude au sujet du lendemain. Il représente le concept de la sécurité.

Extrait série Kryeon, canalisé par Lee Carroll. TOME 4, page 131 de : Partenaire avec le divin. Editions Ariane. 

Crâne de cristal

Patricia Cori, scribe des porte-paroles  du Haut Conseil de Sirius. http://www.patriciacori.com/   

-       Patricia, pourriez-vous nous raconter comment vous avez récupéré votre existence de gardienne du crâne de cristal en Atlantide . J’imagine que le Conseil vous y a aidée. 

Crâne de cristal dans TRANSITION vers le FUTUR Trophee-CristalComme nous l’apprennent les véritables maîtres spirituels de toutes les traditions, nous devons trouver nos propres réponses à la question de notre immortalité, tout comme nous devons trouver nous-mêmes, notre chemin autour du pendule oscillant entre l’obscurité et la lumière afin de gravir la spirale du retour. Sinon, nous obtenons des autres de l’information subjective à partir de laquelle nous créons souvent de notre propre expérience un mythe que nous transformons facilement en souvenir. Parfois, ces impressions sont exactes, mais elles sont parfois aussi de simples conjectures, même si elles nous ont été données avec une bonne intention, et elles ne sont donc pas nécessairement représentatives de notre véritable voyage. 

Dès le début de mon travail avec les porte-paroles de Sirius, je savais que les questions au sujet de ma propre réalité ne seraient pas abordées, hormis celles qui étaient liées à mon service. Ils m’ont toujours encouragée à trouver « ma propre vérité », comme tous ceux qui se connectent à eux par l’intermédiaire des livres. Ce message valorisant, mais parfois frustrant, a eu un impact incroyable sur ma croissance comme être humain et comme enseignante spirituelle. S’ils m’avaient fourni cette vérité, je ne l’aurais sans doute jamais trouvée toute seule et j’aurais ainsi raté l’une des plus importantes découvertes de ma vie. 

Les souvenirs appartenant à des vies antérieures refont souvent surface dans les rêves récurrents et les cauchemars, par lesquels une expérience habituellement traumatique continue à se présenter dans cet état altéré de conscience ; parfois, une idée soudaine, un événement spécifique semble donc nous hanter et solliciter notre attention. D’autres fois, des histoires complètes émergent, avec des personnages formulant des répliques précises et semblant vouloir être reconnus. Très jeune, je disais déjà  à ma mère que je venais de l’Atlantide. A l’époque, dans les années cinquante, il n’y avait presque pas d’informations sur cette île mythique, et ma mère était un peu troublée chaque fois que j’insistais pour lui raconter mon histoire, toujours la même, celle d’une mort traumatique. 

Je me souvenais parfaitement de m’être noyée au cours d’une énorme inondation, comme je l’ai raconté dans mon livre Atlantis Rising, et c’est pourquoi, quand j’étais adolescente, j’avais tellement peur des ponts et de la mer. En vieillissant, j’ai récupéré un autre souvenir de l’Atlantide, celui d’une existence glorieuse où j’étais prêtresse et je pratiquais la guérison dans les cavernes et des grottes. Mais aussi, au cours de ces premières années de ma jeunesse (et même plus tard), je faisais ce rêe récurrent et troublant qui refusait tout simplement de disparaître. C’était toujours la même histoire, avec les mêmes détails, se terminant toujours par ma noyade au cours d’une grande inondation. 

C’est après avoir vécu plusieurs années avec ces images obsédantes d’un enfant perdu sous les débris que je me suis rendu compte que j’avais très bien pu être cette prêtresse dans une lointaine vie antérieure, tout comme j’avais très bien pu être ce jeune garçon, dans une autre réalité à laquelle j’étais toujours liée. Ce scénario comporte peut-être plusieurs niveaux, mais il est en fait un composé de plusieurs événements et de plusieurs plans de conscience. 

Le Conseil nous amène à comprendre que nous existons simultanément dans toutes ces réalités et que, bien que nous tentions de les classer temporellement en référence à des vies antérieures, nous les vivons toujours depuis notre situation contemporaine, tout autant que nous faisons l’expérience de cette vie-ci dans ces autres contextes, en une conceptualisation futuriste. 

« Je suis une prêtresse dans les derniers jours de l’Atlantide. Je semble faire partie d’un groupe qui a travaillé avec les crânes de cristal. Je suis à regarder au loin et je sais que la fin approche ; puis, je vois une immense vague arriver. Je sais que je dois sauver au moins un crâne de cristal. Toute cette connaissance qui risque d’être perdue à jamais ! Je vois du chaos partout. Les gens crient et meurent autour de moi… ma famille, mes amis. Ensuite, je me vois nageant dans l’océan en tenant d’une main un crâne de cristal hors de l’eau. Je suis très fatiguée et je ressens du désespoir. Je me demande si je vais y arriver ou mourir noyée comme tous les autres ; puis j’aperçois une île un peu plus loin… je sais que je vais  y arriver. C’est l’île de Poséidon. Je veux regarder derrière moi, mais je n’ose pas…  Haut Conseil de Sirius – série Kryeon, Transition 2010 – Redéfinir la dualité, canalisé par Lee Carroll – Page 115. 

Résultats de la croissance spirituelle (Kryeon)

 

Dans une vie humaine remplie de tumultes, d’inquiétudes et d’une impression d’inadéquation, les tests semblent souvent négatifs. Qu’en est-il maintenant du résultat de la croissance spirituelle ?

 

GIFS PAPILLONVous disposez d’un endroit sûr – un sanctuaire où vous pouvez être et proclamer vote divinité, un lieu où vous pouvez sentir les câlins de la famille. C’est un endroit comme celui-ci, dans cette salle, ou dans la pièce où vous lisez ceci. Qu’y avez-vous apporté ? Quelles pensées vous habitent en cet instant ? Concernent-elles un sanctuaire ? Etes-vous en train de fêter la rencontre qui se tient actuellement ? Je vous y invite.

 

Certains parmi vous sont venus à cette réunion (ou à cette page) ce soir, afin d’être guéris. A présent, nous déclarons : « Que commence la guérison ! » En effet, ce cadre énergétique recèle un divin catalyseur qui la favorise. Elle n’est pas limitée à certains scénarios préétablis sur la Terre, selon lesquels vous devriez vous rendre à certains endroits ou accomplir des choses précises. La guérison peut se produire ici et maintenant. Les seuls ingrédients indispensables, vous les connaissez très bine : il s’agit des mécanismes de l’intention, de la cocréation, et de l’opportunité de l’intervention. Que commence la guérison. D’abord celle de votre passé, qui habite votre présent, ce qui par ricochet modifiera la biologie de votre être éternel.

 

Lors de notre dernière rencontre, nous avons évoqué un certain attribut de l’être humain. Etes-vous au courant de l’évolution spirituelle de l’Humanité ? Tous ensemble, ceux qui gardent leurs patins dans le placard, ceux qui patinent et ceux qui ne savent pas comment, tous ensemble, vous avez participé à un phénomène remarquable. La dernière fois que nous fûmes en votre présence, nous avons abordé le mythe de Camelot, en le renommant la Nouvelle Jérusalem. Nous avons expliqué le sens et la profondeur du message du jeune-garçon-qui-voulait-devenir-roi : il symbolise la croissance spirituelle de l’Humanité, l’évolution de la divinité spirituelle qui soulève le voile, modifie la grille magnétique et favorise l’éveil de milliers de gens qui ne se seraient jamais préoccupés de leur propre divinité.

 

Selon la mythologie en question, une épée était fichée dans le roc ; ils semblaient tous deux à jamais soudés. La poignée de l’épée dépassait du rocher, mais ils étaient si solidement soudés qu’ils auraient fort bien pu être constitués du même matériau. Pourtant, à son heure passa le jeune-garçons-qui-voulait-devenir-roi, et il pratiqua l’alchimie afin de métamorphoser le roc et l’épée. Sous l’impulsion de son énergie, le rocher s’ouvrit. Ayant extrait l’épée, le jeune garçon déclara : « Contemplez Excalibur, l’épée de la vérité ! » Excalibur était vivante et chantait la notre fa, celle du chakra du coeur, de l’amour. Cette épée symbolise la lutte menée contre la vieille énergie. Et ainsi, le jeune-garçon-qui-voulait-devenir-roi créa la sagesse de la Table Ronde et la paix représentée par Camelot. Nous avions peut-être déclaré que c’était là un mythe, mais à présent, sur la planète, il s’est réalisé en tant que métaphore de l’être humain de l’an 2001. En effet, le jeune-garçon-qui-voulait-devenir-roi, c’est vous.

 

Vous détenez les secrets de l’alchimie, de la magie. Dans les années à venir, vous serez témoins de faits jadis inimaginables sur les plans spirituel et scientifique. Vous vivrez en définitive dans un monde nouveau. Tout au long de votre cheminement spirituel, vous acquerrez la capacité d’ausculter votre passé afin d’y trouver des solutions pour l’avenir. Vous pourrez engendre l’intégrité nécessaire à des prises de décisions éclairées ; le jeune-garçon-qui-voulait-devenir-roi – chacun de vous – sera investi d’une nouvelle responsabilité, d’une nouvelle dimensionnalité. Les patins dans le placard symbolisent le catalyseur de l’alchimie, l’intention en germe et le pouvoir d’extraire l’épée du roc.

 

Chers anges, voici venu le moment le plus pénible pour nous, celui de vous quitter, surtout lorsque des guérisons sont en cours. Certains d’entre vous ne dormiront pas cette nuit, d’autres quitteront cet endroit en rayonnant d’une vibration encore jamais ressentie. D’autres, venus ici dans le doute, repartiront en se demandant si leurs patins se trouvent dans leur placard ! Ecoutez : vous n’avez pas à revenir écouter (ou à  relire) un seul channeling de Kryeon. En effet, tus les attributs de la croissance spirituelle dont nous avons causé ce soir vous sont disponibles n’importe où. Il s’agit de vous et de Dieu, de votre éveil spirituel, de votre découverte de la divinité en vous, du Soi supérieur qui vous habite, et enfin de la joie de l’enfant, depuis longtemps enterrée pour certains et qu’ils ont bien l’intention de redécouvrir.

 

[…] Entre plusieurs d’entre vous existe un ancien karma énorme, mais il n’aura plus à se manifester, maintenant que l’Humanité a extrait l’Epée du rocher. Cela n’est plus nécessaire, car vous avez transformé la réalité du test. Et le plus drôle, c’est que vous ne vous reconnaissez pas les uns les autres. En fait, il ne se représentera jamais un groupe semblable à celui-ci : il est absolument unique.

 

Et c’est ainsi, chère famille, que nous quittons cet espace. Il s’y est répandu une grande densité d’amour et d’énergie, dont une partie ne peut être effacée. Les auditeurs, comme les lecteurs, ont perçu une énergie très inhabituelle. Ce que vous avez reçu vous suivra dans vos demeures, c’est promis, parce que certains ont décidé de revêtir le manteau afin de découvrir en eux-mêmes la divinité. Un beau matin, peut-être, l’être humain se lèvera, esquissera quelques pas hésitants vers la salle de bains, et la première chose qu’il verra dans le miroir sera l’ange ! alors, il saura que la Terre a changé. C’est là tout le potentiel de la Nouvelle Jérusalem.

 

 

Série Kryeon : Un nouveau départ, canalisé par Lee Carroll – Tome VII page 133

David le Bien-aimé

Nous désirons maintenant vous raconter en terminant l’histoire d’une personne venue sur Terre sans aucun karma, mais seulement David le Bien-aimé dans ALCHIMIE DE L'ESPRIT HUMAIN garconavec une mission, celle de David le Bien-aimé. David vint au monde avec certaines parties de son cerveau en moins. Il était un enfant intelligent. Il disposait de toutes ses facultés conscientes, mais les parties manquantes étaient celles qui contrôlaient la croissance. Et c’est ainsi que les médecins surent qu’l ne vivrait pas très longtemps, car cela s’avérait absolument impossible étant donné les parties manquantes. Le bu même de l’existence de David était une mission. Même si elle n’était pas encore évidente elle allait bientôt le devenir. David avait de jeunes parents qui l’aiment tendrement, et il s’entoura d’autres personnes qui elles aussi l’aimaient tendrement. 

C’est ainsi que David eut une vie extraordinaire pendant les quelques années où il fut sur la planète. Des gens l’emmenèrent à des endroits que jamais une jeune personne n’avait la chance de voir. Il fut comblé d’amour et eut toutes les occasions possibles d’apprendre. Et pourtant il mourut dans sa douzième année. Car la mission de David sur Terre était de faire un don à ses parents. 

Oh ! si vous aviez dit à ses parents que c’était un cadeau, ils auraient été insultés ! Il n’y eut pas de pire moment dans leur vie en raison du chagrin que leur causa sa mort. Connaître la nature de la mission de David n’aurait pas suffi à soulager la douleur de leur cœur. C’est tout comme pour vous, mes chers amis, lorsque vous apprenez la nouvelle de la mort de quelqu’un, cela ne vous aide pas sur le moment de savoir que c’est approprié. Car, sur le moment, la souffrance est très présente et aucune dose de sagesse astrale ne pourrait alors remplacer la montée de l’émotion. 

Le jeune David leur manqua donc cruellement. Et c’est ainsi que ses parents pleurèrent sa perte comme il se doit en de telles circonstances. Mais voyez-vous, David avait pris une entente avec ces parents et ces jeunes parents s’étaient également entendus avec David. La mort de David ouvrit aux deux jeunes parents une possibilité, alors même qu’ils avaient le moral très bas, pour découvrir une voie rapide vers l’illumination, soit une démarche qu’ils entreprirent alors dans leur recherche de paix, ce qu’ils n’auraient jamais fait si ce n’eut été du don de David. Et c’est ainsi que ces parents vécurent tous deux une vie pleine de lumière et devinrent des guérisseurs dispensant leurs soins à bien des gens au fil des ans. Leur peine fut transmutée en joie et en guérison. Ils parvinrent donc à l’illumination totale. Et c’est ainsi que leur karma put se réaliser, grâce au don de David le Bien-aimé. 

Car la mission de David était essentiellement de permettre l’illumination et la guérison de centaines d’humains dans un avenir que David ne devait jamais connaître. Cet amour fut son cadeau à ses jeunes parents, et leur amour fut leur capacité de voir le cadeau qu’il leur faisait et d’en comprendre le sens. Le sacrifice apparent de l’un engendra donc la joie de beaucoup d’autres. La beauté spirituelle de ceci est que David est éternel, et que les douze années qu’il a passées à transmettre son don ne représentaient qu’un très court moment dans la séquence de temps d’un événement beaucoup plus grand… l’élévation de la planète Terre. 

Nous sommes assis ici, rayonnant d’amour pour chacun de vous, et nous vous disons qu’il y en a parmi vous qui ont l’occasion de pouvoir changer leur vie en raison de votre affectation ici. Vous êtes-vous jamais demandé quelle pouvait être votre mission ? 

Pourquoi avez-vous les antécédents que vous possédez ? Quel lien y a-t-il entre votre formation et votre mission ? 

Si vous vous heurtez à un mur de brique, comme le dit mon partenaire Lee, en ce qui concerne votre vie, et que vous ne comprenez pas pourquoi, peut-être est-il alors temps de réexaminer pourquoi vous avez les connaissances que vous possédez. Je m’adresse maintenant de manière individuelle à au moins huit d’entre vous ayant affaire à une telle situation dans leur vie. C’est le temps de vous asseoir et de jouir de l’énergie de l’Esprit. Il y en aura deux ce soir qui partiront d’ici guéris. C’est une des premières fois où nous disons cela, mais l’intention a déjà été donnée ces quelques derniers instants et l’action est déjà implantée. Vous l’avez fait vous –même ! Nous invitons chacune des personnes ici présentes à assumer la pleine et entière responsabilité de la situation où elles se trouvent en ce moment. Ce n’est qu’après cela que votre mission vous sera dévoilée. 

Et même s’il vous faut procéder par tâtonnements pour découvrir ce qui vous convient le mieux, dirigez-vous vers la voie dont les portes sont ouvertes. Même les portes qui semblent les plus menaçantes et celles qui semblent si hermétiquement fermées peuvent s’ouvrir toutes grandes lorsque vous y frappez. C’est alors que vous saurez quelle est votre mission. 

C’est avec un grand amour que nous venons à vous ce soir, afin de vous donner ces vies humaines en exemple et vous parler de l’expérience humaine du karma. Car voyez-vous, l’entité de Kryeon n’a pas l’honneur qui vous revient de choisir une telle voie. Par conséquent, vous pouvez voir l’admiration et le respect que j’ai pour vous lorsque je dis que JE VOUS AIME TENDREMENT. Vous êtes en train de faire un travail universel et toutes vos difficultés sont honorées. Pourtant, nous vous disons que nous savons tout ce que vous devez endurer, et nous accordons un honneur tut spécial ce soir à celles et ceux ayant le cœur blessé. Nous avons des messages spécifiques à votre intention vous demandant de vous rappeler que la vie est éternelle. Le passage d’un humain de ce plan à un autre n’est rien d’autre qu’un changement d’énergie ! Celui qui est décédé dispose de trois jours dans la caverne de la création et, durant ce temps, il est clairement avec vous. Même après que ce moment soit terminé, il conserve la capacité de vous visiter. Vous devez donc savoir qu’il n’est pas du tout parti ; il a simplement changé de forme. 

Et c’est ce qui a permis aux parents de David le Bien-aimé de poursuivre sereinement leur existence. Car lorsqu’ils ont pris conscience du don qu’il leur avait fait, ils se sont également rendu compte que la communication avec ce petit être n’avait jamais cessé. Et c’est ainsi que nous espérons que vous réaliserez vous aussi, mes chers amis, que la communication avec l’Esprit ne cessera jamais. Et s’il vous arrive pour une quelconque raison d’avoir l’impression que l’Esprit de dieu s’est éloigné de vous, n’en croyez rien. Car nous vous promettons que, si vous le demandez, nous serons là. Si vous en exprimez l’intention, nous serons là. Alors que cette séance de channeling tire maintenant à sa fin, nous vous demandons de demeurer en silence car nous allons demander à notre partenaire (Lee) de vous raconter son karma pour cette vie et ce qui lui est arrivé. Nous lui demandons ceci afin que vous puissiez comprendre comment la voix de Kryeon en est venue à se manifester et comment elle aurait pu facilement être négligée si mon partenaire avait choisi plutôt de suivre la voie de son résidu

Kryeon canalisé par Lee Carroll dans Alchimie de l’Esprit humain. 

Grandir à Telos

Gif feesCette section est en partie une communication d’Adama canalisée par Aurelia Louis Jones. L’autre source d’information provient de Sharula Dux, de Telos ; elle date de 1996. 

 A Telos, seuls les couples qui se sont unis par les liens sacrés du mariage sont autorisés à procréer. Puisque l’éducation d’un enfant y est un projet de longue haleine, les couples qui souhaitent devenir parents doivent d’abord recevoir une formation spéciale à cet effet. A la surface, pour conduire une voiture, chaque personne doit d’abord suivre un cours de conduite ; par contre, vous permettez à n’importe quel adolescent de seize ans, ignorant, perturbé et irresponsable, sans préparation aucune ni expérience de la vie, d’accéder librement à cette responsabilité capitale qui consiste à introduire une vie nouvelle en ce monde. 

Les enfants qui naissent chez nous passent deux ans sous la supervision constante de leurs deux parents. Ce passage est absolument nécessaire pour que chaque enfant se structure bien psychologiquement. Le père s’absente de ses devoirs civiques pendant les deux premières années de la vie de son nourrisson, de façon que celui-ci passe un temps égal avec les représentants terrestres du Dieu Père/Mère. Puisque le gouvernement subvient à tous les besoins vitaux, le Temple s’assure que tous les parents se plient à cette exigence. 

Peu après la naissance d’un nouveau-né, dix parrains et marraines lui sont attribués. c’est là une prérogative tout à fait avantageuse. Dans notre cité, l’enfant ne manquera donc jamais d’attention, puisque vingt figures parentales le guideront au fil de ses premières années. D’habitude, les parrains et marraines choisis sont eux-mêmes parents d’un nouveau-né. C’est pourquoi, même les enfants uniques ont des frères et des sœurs de substitution avec qui jouer et échanger. A mesure que l’enfant grandit, il passe du temps – un jour ou deux ici et là – auprès de ses parrains et marraines. Cette coutume lui insuffle la conviction subconsciente que Dieu Père/Mère sera toujours présent auprès de lui puisqu’il aura reçu beaucoup d’amour de plusieurs sources différentes. Les jeunes apprennent très tôt qu’ils seront toujours chéris sans condition, que l’on s’occupera d’eux et que l’on pourvoira à leurs besoins. 

L’école commence à trois ans, et l’instruction de base se poursuit jusqu’à l’âge de dix-huit ans. De trois à cinq ans, les enfants apprennent, cinq demi-journées par semaine, les aptitudes sociales de base et développent des habiletés artistiques dans un cadre récréatif. Les notions fondamentales telles que les couleurs et les chiffres sont assimilées grâce à des jeux divertissants. A partir de cinq ans, les bambins vont à l’école toute la journée, comme ceux de la surface. 

Puisque Telos est une civilisation lémurienne, nos institutions enseignent, il va sans dire, cette langue. Elle dérive de la langue universelle de notre galaxie, le Salara Maru. Certaines langues planétaires originelles, telles que le sanskrit, l’hébreu et l’égyptien découlent également du Solara Maru. L’anglais n’est pas obligatoire à l’école, on l’enseigne comme langue seconde. Naturellement, nous souhaitons ardemment que notre peuple l’apprenne, et une majorité y arrive, car Telos se situe sous un continent anglophone. D’ailleurs les enfants prennent grand plaisir à écouter certaines émissions de radio et de télévision de la surface qui auront été, auparavant, supervisées par nous. 

Tous les élèves ont, sur leur pupitre, un ordinateur qui les relie à l’intelligence centrale. Notre système informatique utilise les acides aminés, une dynamique vivante ; de ce fait, il est alimenté par les annales akashiqes et les éléments supérieurs des directives du Christ, et ne peut être corrompu. En conséquence, nos ordinateurs contiennent un savoir historique précis et véridique. Ils sont exempts de données faussées par des conquérants partiaux ou des historiens ignares et ne présentent que les faits véritables ! 

Les enseignants des écoles de Telos sont tous prêtres et prêtresses formés à la tradition de Malchizedek. Cette spécialisation permet aux enfants de s’initier en très bas âge aux instruments simples du temple, comme la projection astrale. 

Quand les jeunes de Telos atteignent l’âge de se mettre les pieds dans les plats, vers douze ans, et qu’ils préfèrent la compagnie de leurs pairs, ils entrent dans ce que l’on nomme le « groupe ». Il s’agit d’une sororité/fraternité d’enfants du même âge regroupant habituellement de dix à douze jeunes qui découvriront ensemble les prodiges de la puberté et de l’adolescence. Ce « groupe », formé d’un nombre égal de garçons et de files, tissera des liens qui perdureront jusqu’à l’âge adulte, et bien après. Un prêtre et une prêtresse de Malchizedek appartenant au Temple seront choisis en vue de guider les jeunes gens au travers des différents stades de la croissance ; ils tiendront un rôle très proche de celui de tuteur auprès des adolescents. 

Le processus scolaire se poursuivra, intégré à l’évolution du groupe et à l’épanouissement conjoint de ses membres. Ceux-ci affrontent ensemble tous les problèmes inhérents à l’adolescence et partagent, expérimentent, discutent et mûrissent par l’expérience commune des difficultés traversées. Le groupe s’avère particulièrement efficace pour contrer l’attitude classique de l’adolescent ; le ressentiment. Il favorise la participation de chacun et fournit un exutoire créatif à ce comportement. Les jeunes restent généralement amis pour la vie ; très proches, ils partageront les grands moments de leur existence. 

A l’âge de dix-huit ans, lorsqu’ils ont terminé leur instruction de base, les jeunes adultes choisissent la direction qu’ils souhaitent donner aux prochaines années de leur vie. La possibilité d’études supérieures dans un domaine qui les intéresse est offerte à chacun. De vastes encyclopédies élaborées par des civilisations avancées et archaïques sont conservées sous forme de cristaux servant à la préservation d’annales dans les bibliothèques de Telos. Rarement, un adolescent choisira d’entrer directement au Temple de Melchizedek comme novice. 

Les jeunes diplômés peuvent également se joindre directement à la Flotte d’argent (l’armada télosienne de vaisseaux spatiaux). Puisque toutes les cités souterraines sont membres actifs de la Confédération, il est du devoir de chaque citoyen vivant à Telos de servir au moins six mois dans la Flotte d’argent. Il existe des dizaines d’armadas desservant ce secteur de la galaxie. Dans notre système solaire, les trois qui prédominent sont la Flotte d’argent, la Flotte améthyste et la Marine arc en ciel. La Flotte d’argent, pour sa part, se compose presque exclusivement de Terriens. Règle générale, ils proviennent surtout de Telos et de Posid (la cité atlante située sous le Matto Grosso au Brésil). 

La plupart des éclaireurs, plus fréquemment désignés sous l’appellation d ‘ovnis par les humains qui les aperçoivent dans les cieux, sont des patrouilles de la Flotte d’argent de Telos et de Posid. Plusieurs Télosiens y font carrière, alors que d’autres se contentent d’y faire leur service et bifurquent ensuite vers une profession autre. Une autre option s’offre à eux : celle de se former pour le travail qu’ils accompliront à Telos toute leur vie. En tant que jeunes adultes, ils doivent s’intégrer à la structure globale de la société télosienne. A partir d’un certain âge, chaque citoyen se doit de contribuer à la main-d’œuvre. Cinq journées de quatre à six heures sont consacrées au travail, favorisant ainsi le bon fonctionnement de la cité. Chacun choisit l’activité dans laquelle il souhaite investir ses énergies ; ainsi nous évitons l’ennui et préservons un certain enthousiasme. Par exemple, un adolescent qui affectionne particulièrement la terre, les plantes et les fleurs, peut travailler dans les jardins hydroponiques afin d’assurer à la cité une abondance de fruits et de légumes. Si une jeune fille affiche une forte prédisposition pour la danse, elle peut entrer au Temple afin d ‘acquérir une formation auprès des artistes du sanctuaire. D’autres carrières sont ouvertes dans le domaine des communications, du transport, de la nutrition, de la production manufacturière, des produits domestiques. A dix-huit ans, nos rejetons commencent la valse de la vie ! 

Je suis Adama, et nous sommes près de vous. 

Message de ADAMA deTelos, canalisé par Aurelia Louise Jones 

Les Hopis

Les Hopis (paix en français) font partie du groupe des Indiens Pueblos d’Amérique du Nord, voisins des Apaches, des Navajos, des Papagos, et des Zuñis, Les Hopis vivent dans le nord-est de l’Arizona, dans la région des Four Corners une région très aride. Dans des textes anciens, le peuple est souvent appelé Moki ou Moqui. 

On recensait 7 494 Hopis répartis en 7 pueblos en 1775. Alors qu’il n’y avait plus que 6 500 en 1990. 

Les Hopis dans PEUPLES ANCIENS Hopi_house_year_1896

Le chant de l’aigle  : Eagle_Song_of_the_Hopi_Indians_of_AZ.ogg((Fichier son Ogg Vorbis, durée 2m 9s, 433kbps))

Le récit des origines du monde des Hopis raconte la création qui s’est faite par étapes : 

  • le premier monde Tokpela (l’espace infini). À partir de l’infini, le créateur Taiowa créa le monde fini avec les terres, les animaux et des humains. Quand les humains sont devenus mauvais, ce monde a été détruit par le feu. Les hommes épargnés ont été guidés vers un nouveau monde au-dessus ; 
  • Tokpa (minuit sombre) le deuxième monde, qui a finalement été couvert de glace après que les hommes ont grimpé au troisième monde ; 
  • Kuskurza (la signification du terme s’est perdue), ce troisième monde auquel sont associées la direction est et la couleur rouge a été englouti sous les eaux. Les hommes ont dû chercher eux-mêmes le passage vers un nouveau monde ; 
  • Tuwaqachi (le monde entier) le quatrième monde est celui que les humains habitent toujours, sa direction est le nord, sa couleur sikyangpu un jaune-blanc. 

Une prophétie prédit la fin de ce quatrième monde, les survivants grimperont vers un cinquième 

Les Hopis sont un peuple d’agriculteurs, vivant dans un pays aride. Leurs cultures étaient adaptées à cet environnement désertique, où il faut tenir compte des chemins d’écoulement des eaux de pluie pour en profiter pour l’irrigation naturelle. 

La société Hopi est matrilocale et exogame. Elle est organisée en clans avec des phratries. Les clans les plus importants étaient : clan des ours, clan des perroquets, clan des aigles, clan des blaireaux. 

Après le mariage l’homme aménage chez sa femme, c’est elle qui est propriétaire du logement et des terres. Les clans sont propriétaires des rituels, leurs objets et des kivas. Les sociétés des kivas ont la responsabilité des très nombreuses cérémonies qui rythme l’année.  Les rituels qui impliquent des katchinas, souvent plus que 30 différents, ont tous lieu entre le solstice d’hiver et le solstice d’été, durent plusieurs jours. Par exemple, en février, on célèbre Powama[9] (la danse du Haricot). Durant 16 jours, les danseurs masqués priaient les esprits katchinas de la pluie pour avoir de bonnes récoltes. 

 

220px-Hopi_woman_dressing_hair_of_unmarried_girl dans PEUPLES ANCIENS

La cérémonie du mariage 

Les filles en âge de se marier portaient une coiffure très élaborée comportant des macarons. Les mères des promis se lavaient les cheveux ensemble dans le même récipient pour sceller l’union. 

La future mariée hopi passait d’abord trois jours à moudre du grain chez ses beaux-parents. Après la célébration, elle attendait sa tenue de mariage, tissée par son futur mari et les hommes de sa belle-famille. Elle rentrait ensuite chez elle avec sa parure rangée dans un étui en roseau. 

Le jour de son mariage, le garçon hopi se parait de colliers de perles.  À leur mort, les femmes étaient enterrées dans leur robe de mariée afin d’être convenablement vêtues pour rejoindre le monde des esprits. 

Voir le dossier complet……  

Diabète

-       QUESTION – Cher Kryeon, j’ai un fils pour lequel on vient de diagnostiquer un diabète. Je veux honorer la décision de son esprit d’avoir cette maladie dans cette vie, mais en même temps je souhaite désespérément qu’il se porte bien. Il a seulement quatre ans et la pensée qu’il doive être sous contrôle médical et recevoir des piqûres pour le restant de sa vie, m’est insupportable. S’il est mal soigné, cela risquerait aussi d’entraîner la cécité, un mauvais fonctionnement des reins, une maladie du coeur, jusqu’à amputation d’un membre du corps. 

-       Je souhaite qu’il soit en bonne santé et cependant je me sens incroyablement impuissant. Ma question est celle-ci : quelle approche dois-je adopter face à la maladie de mon enfant ? Est-ce que je devrais juste l’accepter ou essayer de l’aider à se guérir lui-même ? Je suis perdu dans mes réflexions et celle du but de sa maladie dans sa vie. 

-       Merci de bien vouloir m’accorder de ton temps. 

-       Bryan 

gifs automne   KRYEON – D’une certaine manière, tu as répondu à ta propre question. Tu comprends parfaitement le principe en question : l’enfant a choisi d’apporter ceci dans votre vie collective. Tu sais aussi que tu es impuissant à pouvoir changer sa biologie… Que lui seul peut changer ce qu’il a décidé d’apporter dans sa vie. Cependant en tant que père plein d’affection, tu ferais n’importe quoi pour l’aider. Tu es, par conséquent, frustré à la pensée de demeurer un observateur impuissant face à la situation. 

Mon cher, rien ne peut être plus loin de la réalité. Souviens-toi que la décision spirituelle de ton fils d’autoriser cette maladie dans sa vie, vous concerne tous DEUX. Ainsi commence à changer cela : en premier, lâche prise, face à ce qui EST. Tu comprends déjà le principe de ta tâche, ainsi va de l’avant ! Envoie de la lumière tous les jours. Vis de telle sorte que ce garçon comprenne que les Êtres humains peuvent se transformer ! Sois un exemple sage pour lui et vis dans la joie ! Raconte-lui souvent comment l’être humain est capable de changer sa propre biologie et qu’un jour, s’il le souhaite, il pourra le faire aussi. Inculque-lui les graines de l’habilitation… Les paroles sages du père qui l’honore et l’aime tendrement. Ne lui montre pas des signes de peur ou d’inquiétude, mais ceux de l’encouragement. 

Puis, cher Bryan, lorsque tu t’y attendras le moins… Ou peut-être même quand tu t’en seras allé… Cet enfant se souviendra de la joie de son père et de ses sages paroles. Peut-être regardera-t-il autour de lui et se posera-t-il la question divine : “est-ce que je peux changer vraiment mon ADN ?” Cela sera le début du processus curatif qui peut et éliminera ce déséquilibre biologique de sa structure cellulaire. Il y a des précédents à ceci ! C’est possible et beaucoup l’ont fait.  (Extrait d’une question posée au début du chapitre deux du livre de Kryeon “Alchimie de l”Esprit Humain”) 

12

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...