L’hologramme de la troisième Terre

3è terre

Un total remodelage de nombreux événements va avoir lieu dans les sept à dix années à venir. Il en résultera que cet hologramme de lumière viendra en surimpression de l’hologramme original de la Terre. La Troisième Terre, que vous avez créée par vos propres pensées et processus, a créé un hologramme qui va maintenant se placer en surimpression de l’hologramme original de la Terre. Lorsque cela commencera à se faire, les organisations et rassemblements d’âmes qui ne sont pas en harmonie avec cet état d’avancement commenceront à s’écrouler et à tomber en morceaux. Certains systèmes n’arriveront pas à passer d’un niveau au suivant, mais cela ne signifie pas une faillite. Tout comme nous vous avons montré que lorsqu’un système disparaît, un autre apparaît pour prendre sa place, il en sera ainsi avec votre système économique. Vous n’avez qu’à garder les yeux ouverts pour voir les possibilités, parce que c’est ce qui les créera. Quand vous vous attendez à un miracle, il se produit.

Nous vous le disons, c’est plus difficile à faire parce que vous idées et concepts des miracles créent des limitations à leur réalisation spirituelle. Souvent, quand vous dites : « J’aimerais cela, je dois donc être précis. Je dois dire exactement ce que je veux, je dois mentionner la couleur, combien cela va coûter et tous les détails. » Mais spécifier est de la vieille énergie. En fait, lorsque vous êtes spécifique, vous limitez la réalisation spirituelle de vos rêves. Saisissez l’essence de votre énergie du coeur concernant cette création et laissez l’esprit la réaliser pour vous, parce qu’il la réalisera d’une manière qui croîtra avec vous et ne vous limitera pas à vos croyances. Voilà les possibilités qui commencent à se produire en ce moment même.

Vous n’avez pas l’habitude de voir la négativité quotidienne aux nouvelles comme des occasions de rayonner la lumière, de sorte que ce message peut être difficile pour certains. Si vous alliez simplement dans cette direction et regardiez ces potentiels et ces possibilités, vous verriez le Ciel se créer sur Terre à la seconde même. Voilà ce qu’est le nouvel hologramme de la Terre, et c’est dans ce sens que vous avancez. Vous verrez aussi de nombreuses personnes qui arriveront sur le devant de la scène dans les temps difficiles, qui demanderont spécifiquement à être les nouveaux guérisseurs avec « les bonnes » réponses. Comprenez s’il vous plaît qu’en avançant, vous n’avez pas besoin de dirigeants pour vous diriger comme ils le faisaient autrefois. Il n’est plus nécessaire d’avoir le genre de dirigeants que vous aviez sur cette planète. Il est temps que vous preniez vous-mêmes votre pouvoir, tout d’abord dans votre propre réalité, et ensuite vos dirigeants verront ce dont vous avez besoin pour vous aider. Voilà les potentiels et la direction que prend l’humanité en ce moment.

Vue d’ensemble

En commençant tous à changer votre structure d’évolution, vous vous dirigerez mieux dans ce que vous êtes venus faire et vous élèverez les vibrations collectives de l’humanité à tous les niveaux. C’est ce qui est en train de se produire en ce moment même. Nous vous le disons, nous vous observons. Nous voyons les fois où vous pleurez parce que vous vous sentez abandonné de votre famille d’âmes, et que peu de gens vous comprennent et vous encouragent. Nous voyons les fois où vous pensez n’avoir rien à dire, et tous les rêves que vous aviez de quelque chose d’important que vous veniez faire ici-bas. Et pourtant, vous ne pouvez voir l’évidence, vous ne pouvez pas voir l’aide qui est là pour vous. Nous voyons toutes les fois où vous ne pouvez croire en vous-mêmes et nous pensons à la magnificence de l’expérience que vous vivez. Nous espérons que vous aimez votre expérience humaine, mais vous devez savoir qu’une âme ne meurt jamais. Vous êtes immortels et chacun de vous peut fonctionner au niveau de l’âme à l’état conscient. 

Vous ne pouvez pas être blessés de la manière dont vous le croyez. Pour nous, c’est un peu comme vous envoyer jouer dans le jardin de la Terre. Il y a certains jouets avec lesquels vous pourriez vous blesser, et cependant, nous ne vous empêchons pas de jouer avec ces jouets. Vous allez vous découvrir vous-mêmes. Vous allez jouer. Vous découvrez votre lumière. Vous découvrez votre obscurité. Vous découvrez le mélange de l’esprit qui est humain. Voilà le plus important de la prochaine étape du travail : être complètement ancré dans votre être physique signifie que l’esprit est ancré dans l’être physique. C’est difficile, parce que vous n’êtes pas nés ainsi. La réalité, c’est que vous n’êtes jamais nés. Vous avez simplement évolué d’une énergie à la suivante et pris une autre forme, parce qu’en quittant une forme, vous entrez dans une autre. Parce que le temps n’existe pas de l’autre côté du voile. L’illusion du temps n’existe qu’ici, et il vous est donc possible de tisser de nombreux sentiers en tant qu’âme prétendant être humaine. Notre seul souci en ce qui vous concerne est que vos croyances et vos jugements puissent vous dire que quelque chose ne va pas, et que vous mettiez une étiquette de polarité – de juste ou de faux – sur cela. Quoi que vous fassiez, vous ne pouvez pas tomber, et nous serions heureux que vous cessiez d’essayer si fort de le faire !

Très chers, ce rire vous permettra toujours de vous recentrer. C’est le langage des anges. C’est ainsi que nous vous parlons à votre coeur. Souvenez-vous de nous quand vous verrez l’obscurité. Souriez, et riez. Plongez-y, parce que c’est une occasion de lumière.

Vous venez vous asseoir dans ces salles. Vous venez pour changer votre vie d’une certaine manière pour vous r-appeler qui vous êtes. Tout comme vous le sentez pendant ces séances que nous vivons ensemble, nous n’avons pas assez de mots ou d’énergie pour vous faire sentir combien cela représente pour nous que vous soyez là à nous écouter. Cela ne s’était encore jamais produit. Vous êtes ces humains réalisés qui progressent et nous vous honorons plus que vous ne le saurez jamais. Soyez-en fiers. Vous êtes les élus. Vous avez fait le choix de prétendre être des humains. Amusez-vous bien.

C’est avec l’honneur le plus grand que nous allons vous quitter avec ces trois simples rappels. Traitez-vous mutuellement avec le plus grand respect. Prenez soin les uns des autres en toute occasion et jouez bien ensemble.

Espavo

Le groupe Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

Source : Steve Rother – www.Lightworker

DIEU EST EN CROISSANCE

Conscience2

Modification du futur

Sachez qu’une grande partie de votre structure s’est modifiée. Aujourd’hui, nous aimerions vous faire part de nouvelles idées à propos de ce qui arrive au corps humain, car les sauts quantiques que vous êtes en train de faire modifient radicalement votre gamme vibratoire. Le sentier de l’évolution se déroule en général très, très lentement et en arrivant à sa fin, il prend des virages plus serrés. Ceux qui travaillent avec la lumière se trouvent sur la voie express…

Il y a peu de temps encore, nous vous montrions les différentes étapes à venir  mais les événements se précipitent tellement que nous sommes déjà au-delà de cette date. Nous commençons déjà à vous faire part de ce qui sera nécessaire pour entrer dans la nouvelle énergie et pour la créer telle que vous l’espérez; pour créer cette énergie de telle manière qu’elle puisse non seulement soutenir votre corps physique actuel, mais aussi votre nouveau système énergétique. Vos nouvelles aptitudes vont bien au-delà de votre corps physique et de votre structure énergétique. Vous faites de gros efforts pour vous débarrasser du modèle humain que vous suiviez jusqu’à présent. Beaucoup l’ont fait consciemment, d’autres l’ont fait inconsciemment, et d’autres encore s’accrochent à l’ancien modèle. Il ne s’agit pas d’une compétition, il n’y a pas à voir qui est le plus rapide. Permettez-nous de vous raconter la suite, parce que nous avons été un peu vagues à ce sujet.

Les règnes s’espacent

Nous vous avons dit qu’il était très important que vous commenciez à abandonner la structure énergétique qui abritait votre énergie dans le corps physique. Même si vous n’abandonnez pas le modèle, le moule, vous en êtes maintenant conscients. Chacun de vous a choisi un corps bien spécifique, un peu comme une maison; vous l’avez organisé selon votre désir et vous le faites fonctionner comme vous le vouliez. Vous en avez fait votre corps bien à vous. Le corps porte aussi, en lui, ce modèle, ce moule énergétique qui contient l’énergie dans un certain cadre et interagit de manière à ce que vous, humains, soyez à l’aise. En commençant à abandonner ce moule, vous rencontrez des difficultés parce que le contenant est en fait ce qui vous donne une forme, ou du moins c’est ce que vous croyez. Par exemple, si vous teniez un verre d’eau et que soudain, le verre disparaissait, vous auriez de l’eau par terre où elle prendrait sa propre forme plutôt que celle du verre. Une situation similaire se présente à chacun d’entre vous. Et votre mental commence à tourbillonner tandis que vous imaginez votre cerveau se répandre sur le plancher. C’est mignon… nous trouvons que vous pensez d’une manière vraiment stupéfiante. Ce qui se passe, c’est que vous éliminez les limites de vos espérances. Vous commencez à abandonner les limites de ce que votre corps était censé pouvoir faire, car il y a maintenant des possibilités de les étendre au-delà de ce que vous avez jamais rêvé. Votre mental va simplement prendre une nouvelle pensée, une nouvelle idée – une nouvelle pièce du puzzle – qu’il peut diffuser dans toute l’humanité pour lui montrer à quoi cela ressemble et comment on peut créer quelque chose de manière consciente.

La première chose à faire est d’abandonner la coquille, le moule; l’idée même que vous avez besoin d’une coquille. Ensuite, c’est de vous habituer aux nouvelles relations que vous aurez avec autrui. Tous, vous avez désiré ces relations profondes, ce contact instantané où vous pouvez immédiatement atteindre un niveau élevé de communication avec autrui. C’est ce qui devient possible avec l’abandon de ces vieux moules. Au début, il y aura de la crainte parce que les choses seront différentes. Vous ressentirez les choses davantage, parce que tous vos filtres se trouvent dans le vieux moule; c’est là que vous avez appris à vous protéger des énergies qui arrivaient jusqu’à vous. Et soudain, vous ressentez l’énergie entrante et vous pensez : « Ouh là, il me faut ma coquille, mon ancien moule. Il faut que je me protège ! » Vous prenez soudain conscience qu’il s’agit d’énergie – et de bonne énergie, parce que toute énergie est bonne et qu’il n’existe rien qui soit de la mauvaise énergie.

Donc, on commence à ressentir la nouvelle énergie, à s’y habituer et à comprendre que c’est ainsi que l’on était  censé être en réalité. Est-ce un changement ? Oui, certainement. Y a-t-il une période d’adaptation? Oui, c’est sûr. Que se passe-t-il, qu’est-ce que cela signifie ? Quel est le but de tout ceci et, plus important, quelle sera la suite ? C’est ce dont nous aimerions vous faire part aujourd’hui. Nous nous refusons à l’appeler un nouveau moule parce que votre conception de ce que vous utilisiez auparavant dans les moules corporels vous donnait une forme. Ces moules vous ont donné un moyen d’exprimer votre énergie en tant qu’esprit dans un corps humain et cela marchait très bien. Cela continuera à marcher même lorsque vous enlèverez les moules, mais ce qui se passera, c’est que vous n’aurez plus les restrictions que vous aviez alors.

Le cycle de la perception

Ces moules ont fixé vos limites et vous saviez où se trouvait votre place. Cela va donc tant soit peu vous paraître difficile au début, quand vous sortirez pour la première fois de votre moule. Vous commencerez à ressentir les choses intensément. Puis la première chose qui se passera lorsque vous commencerez à ressentir, c’est que vous penserez que vous ne devriez pas ressentir les choses aussi intensément. Vous vous direz : « Je n’ai jamais ressenti ceci auparavant; il doit y avoir une erreur quelque part. » C’est là que nous vous demandons d’utiliser votre conscience et votre pensée. Prenez-en conscience, mais n’essayez pas de le maîtriser parce que nous savons que cela ne marchera pas. Nous vous demandons simplement de prendre conscience de ce qui vous passe par la tête. Soyez attentifs à chaque instant à vos réactions et à vos pensées par rapport à un sujet. Dans cet événement particulier, vos pensées en ce qui concerne votre corps physique créent les nouvelles structures qui remplacent vos moules. Lorsque vous sentez que l’énergie arrive très fortement, vous pensez que quelque chose ne va pas, mais ce n’est pas juste. Vous créez exactement ce que vous craignez, et par conséquent, vous rendez encore plus difficile et plus longue que nécessaire la difficulté d’abandonner ce moule. Ce que nous vous demandons de faire, c’est de vous relaxer. Sachez qu’il ne s’agit pas d’un concours; cela signifie simplement que vous n’avez pas encore atteint la limite d’inconfort qui vous obligera à l’abandonner. Ce n’est pas un concours, il n’est pas nécessaire de rivaliser. Prenez tout votre temps et relaxez-vous.

Harmonisation à la glande pinéale

Permettez-nbous de vous en dire davantage à propos de quelque chose qui est en train de se passer et qui est super intéressant. Nous avons parlé de la glande pinéale et du fait que chez 80 à 90% des êtres humains, des cristaux ont commencé à se former autour de leur glande pinéale. Nous avons parlé de cette cristallisation qui, même s’il s’agit d’un processus temporaire,  est en train d’amener l’humanité à une structure cristalline. En abandonnant les vieux moules, elle commence à former la nouvelle structure cristalline dans le corps. La glande pinéale, qui peut se considérer comme votre antenne, ouvre la voie pour de nombreuses raisons. Vous recevez actuellement des informations à travers elle dont vous n’aviez aucune idée, parce que vous n’aviez pas appris à régler votre radio. Vous les recevez instantanément et cela ressemble beaucoup à des parasites mais vous apprendrez très rapidement à vous régler sur une gamme vibratoire spécifique. Toutes ces choses sont rendues possibles grâce au fait que vous abandonnez vos coquilles. Vous abandonnez le filtre qui vous empêchait de ressentir.

Que se passe-t-il lorsqu’on enlève le contenant ? Allez-vous tomber par terre comme le ferait l’eau sans son verre ? Non, vous retrouvez votre vraie nature.Ce qui va maintenant prendre place, c’est que l’amour dans votre être va créer une nouvelle structure énergétique qui va vous aider à contrôler votre corps et à former les nouvelles structures énergétiques pour abriter un nouveau corps. Tout cela prendra place très rapidement, dans les 50 à 100 prochaines années, pour toute l’humanité. Cela survient aussi chez ceux d’entre vous qui ont choisi de le faire les premiers, ceux d’entre vous qui désirent faire ce pas et avancer. Encore une fois, il n’y a pas de compétition; il n’est pas nécessaire d’abandonner votre moule humain. C’est simplement l’une des choses dans lesquelles vous, en tant qu’artisans de lumière, avez décidé de sauter. Vous êtes ici, à attendre ce nouveau saut. Vous êtes ici pour expérimenter toutes ces choses et même si nous vous disons que vous n’avez aucune obligation de le faire, la plupart d’entre vous vont sauter sur l’occasion et le faire tout de même. Pourquoi ? Parce que vous êtes de ceux qui ont accepté d’être ici pour le faire les premiers, pour ouvrir les portes et les tenir ouvertes pour ceux qui vous suivent. Lorsque vous pensez à ceux qui sont partis, à ceux qui se sont effacés pour vous laisser venir ici-bas, sur le siège sur lequel vous êtes assis en ce moment même, sachez qu’ils vous encouragent. Ils sont vraiment fiers de vous et du travail et de l’énergie que vous apportez en ce moment sur la Terre. Ils sont avec vous. C’est votre équipe de soutien et ils vous aideront à créer toute cette énergie à laquelle vous accédez en ce moment.
Des créateurs qui se cachent

Ce que nous vous demandons, c’est d’entrer dans ce nouveau système énergétique et de noter les expériences que vous y faites. Observez ce qui se passe même si vous le trouvez bizarre, car c’est très semblable à ce qui arrive à tous les humains. Si vous découvrez quelque chose de nouveau, comme par ex. quelque chose qui arrive à votre corps, la première chose que vous faites est de vous référer à quelque chose qui s’assimile à ce que vous avez expérimenté. Ce que nous vous disons, c’est qu’il n’y a peut-être pas d’expérience pour ce que vous êtes en train de traverser. Pour aider ceux qui viendront après vous, documentez ce qui se passe. Parlez-en, notez-le, partagez-le. En le faisant, vous initierez un changement de conscience collectif montrant qu’il existe un moyen, qu’il est possible à ce changement de s’étendre à travers toute l’humanité, en commençant par une simple pensée. Une fois que cette pensée sera plantée puis croîtra, vous vous rassemblerez tous autour d’elle et créerez exactement cette pensée. Processus intéressant. Nous n’y avons pas pensé de cette manière, mais vous, sûrement. Une grande partie de ce que vous faites advenir l’a été pour vous cacher que vous êtes des dieux – pour cacher que vous êtes en réalité en train de créer ce que vous voyez devant vous. Pourquoi ? C’est là la grande question. Pourquoi dieu a-t-il joué un tel jeu ? Pourquoi dieu a-t-il joué à cache-cache avec lui/elle-même ?

La croissance de dieu

Pour la simple raison que dieu, lui aussi, évolue. Vous pensez que votre image de dieu ou d’un être supérieur est immuable, mais nous vous disons que ce n’est pas le cas. Vous êtes dieu en évolution ici même, maintenant même, dans cette salle. C’est pour cela que vous êtes venus ici bas les premiers, pour repousser vos limites, et c’est en partie la raison pour laquelle vous êtes ici. Toutes les informations que vous rassemblez au cours de votre magnifique parcours dans ce corps physique est utilisée pour faire évoluer dieu, pour sa croissance, si vous le voulez bien. La vibration collective de vous tous en train de s’ancrer constitue cette énergie à laquelle vous vous référez comme à dieu. L’effet que vous produisez est bien plus grand que vous ne le saurez jamais, parce qu’il vous sera toujours caché partiellement. C’est ainsi que vous avez planifié vos structures énergétiques pour ce parcours. Vous pouvez entendre ces idées et être renforcés par les nombreuses pensées ou énergies qui vous entourent, mais c’est un processus évolutif que de les amener ici-bas et de les utiliser. Cela se fait jour après jour et individuellement, et c’est pourquoi nous vous demandons de documenter votre transformation. Partagez les choses qui se passent en vous. Vous êtes nombreux à avoir une histoire à raconter dont vous n’êtes même pas conscients en ce moment, mais cela vous deviendra clair très rapidement.

Un peu plus tôt au cours de cette séance… quelqu’un a posé une question à propos de ceux qui se sont effacés pour vous laisser venir sur Terre. Nous sommes très fiers de vous ! Vous n’avez aucune idée comme ils sont fiers, même de vos erreurs, même quand vous vous sentez abandonnés, perdus ou en peine, quand vous avez l’impression que tout est de votre faute. Très Chers, vous êtes ici en partie pour ressentir de la souffrance, car c’est de la souffrance que vient une grande partie de votre beauté. Ne le jugez pas bon ou mauvais. Traversez simplement l’expérience comme un esprit fier portant un corps physique, humain. Mais sachez que chaque fois que vous souriez, un peu de cet esprit filtre au-dehors. Vous transformez la personne à qui vous souriez, la personne qui reçoit votre lumière, parce que vous lui rappelez la Source ainsi qu’une partie de lui-même. C’est ce que vous êtes venus faire. C’est pour cela que dieu a prétendu être séparé de lui-même. C’est le but de la grande explosion. Dieu est en train de croître et vous en êtes les jardiniers. Vous faites un magnifique travail. Poursuivez ce travail exceptionnel. .

Sachez que nous sommes toujours avec vous. Pensez à nous et nous sommes à votre côté. Demandez et vous aurez la réponse. Il vous faudra tout de même décider si cette réponse vous convient, mais nous vous le disons, vous avez un lien très direct avec chacun de nous, avec nous tous. Nous sommes dans votre coeur et vous êtes dans le nôtre. Et nous vous en remercions.

C’est avec le plus grand honneur que nous vous quittons avec ces trois petits rappels.

Traitez-vous mutuellement avec le plus grand respect.

Prenez soin des uns des autres en chaque occasion.

Jouez bien ensemble. 

Espavo.
Le groupe Steve Rother
http://transbeacon.lightworker.com/french_translations.html

LE CADEAU qu’est l’EPUISEMENT

 

«JE PEUX À PEINE TRAVERSER LA PIÈCE.» «Le simple fait de passer la journée est maintenant un vrai supplice.» «Je ne peux plus faire ce que je faisais avant. Me jeter sur le canapé devient vraiment trop habituel!» «Je suis encore fatigué en me levant le matin». Si vous avez eu l’une ou l’autre de ces pensées, vous n’êtes pas seul.

2

Le processus d’ascension éprouve grandement nos organismes et l’épuisement en est une conséquence fréquente et souvent ressentie. Nous sommes vraiment mis à rude épreuve tandis que nous commençons à vibrer à une fréquence de plus en plus élevée pendant que notre corps et tout le reste sont en train de se restructurer. Ce n’est pas un mince exploit de changer notre structure cellulaire. Non seulement nous sommes épuisés physiquement, mais nous sommes aussi épuisés émotionnellement. Dieu merci, il a été prévu que je ne travaillerais pas pendant les phases les plus intenses de mon processus d’ascension. Sinon j’aurais été en congé de maladie la plupart du temps! Comme pour tout dans l’Univers, il y a un ordre divin juste, même avec cette expérience d’épuisement intense et indiscutable. La libération de beaucoup d’éléments au travers du processus d’ascension laisse derrière elle une pépite d’or pur. Cette pépite d’or est le reliquat de ce qui vibre à une fréquence plus élevée… c’est ce qui reste lorsque nous laissons derrière nous nos sois  » responsables  » ou dé-connectés. Par conséquent, être épuisé crée un état où nous ne pouvons tout simplement pas  » faire  » ce que nous avions l’habitude de « faire ».

Dans les dimensions supérieures, nous sommes dans un état d’être. À travers un grand nombre d’étapes étranges de l’ascension, nous sommes en formation, en préparation pour être le tout Nouvel Humain qui réside dans les dimensions supérieures. Ce Nouvel Humain sait comment se comporter à partir d’un état d’être. Ne pas faire les choses nous-mêmes, ne pas les faire advenir nous-mêmes… car les énergies de création et de mouvement arrivent de notre connexion beaucoup plus élevée et beaucoup plus solide à la Source.

Par conséquent, lorsque nous sommes constamment épuisés, nous ne pouvons plus tout faire. Nous sommes littéralement forcés à un état d’abandon et à un état d’être. Nous n’avons tout simplement pas le choix. Cet état d’épuisement a aussi d’autres conséquences. Dans les dimensions supérieures, nous ne faisons pas tous les genres de travaux. Nous ne sommes pas le comptable, le vendeur, la mère, le père, le jardinier, le peintre en bâtiment, par exemple. Dans les dimensions supérieures, nous n’avons à porter qu’une seule « casquette ». Nous avons chacun un don particulier et une contribution spéciale à apporter. En étant constamment épuisés, nous sommes finalement d’accord pour lâcher la volonté que tout soit fait à notre manière. Nous sommes tellement fatigués que nous ne pouvons pas porter toutes les casquettes. Nous sommes alors beaucoup plus ouverts pour permettre aux autres de faire ce que nous ne pouvons plus faire.

Le processus d’ascension est conçu pour permettre à l’unique pépite d’or de notre but de filtrer dans les dimensions supérieures. Puisque chacun de nous apporte sa contribution unique et spéciale, tout est alors accompli et fourni. Échanger le cadeau d’un but, d’une passion et d’une joie contre un autre, voilà comment tous nos besoins sont satisfaits. Ce que nous ne pouvons pas faire ou accomplir, quelqu’un d’autre se fera un plaisir de le faire ou de l’accomplir. De cette manière, nous sommes constamment connecté parce que nous sommes dans notre joie.

J’étais un jour en train d’écrire sur mon portable et je pensais que j’aurais vraiment besoin de couper les bordures de mon jardin. Je venais d’acheter un coupe-bordures, j’en avais fait une partie, mais j’étais trop fatiguée et pas assez motivée pour faire le reste. Je n’avais jamais vraiment voulu faire ça en premier. J’y avais pensé récemment mais je l’avais mis en dernier sur ma liste. C’est alors que j’ai soudainement entendu dehors, comme sorti de nulle part, le bruit sonore d’un coupe-bordures. En regardant par la fenêtre j’ai vu une équipe d’ouvriers en combinaisons oranges en train de couper les bordures de la route dans tout le quartier. L’un de ces messieurs pénétra sans hésiter dans mon jardin pour couper toutes mes bordures ! Mission accomplie sans avoir besoin de lever le petit doigt !

Ainsi, en étant épuisés, nous perdons tout simplement notre désir de faire beaucoup de choses. Nous ne pouvons simplement pas faire ce dont nous avions l’habitude. Nous sommes trop éreintés. Redisons-le, cet état d’épuisement nous met dans un état de consentement et de reddition qui nous connecte encore davantage. Il semble que cet état d’épuisement se fasse donc sentir un certain temps. C’est comme cela que nous allons nous enraciner fermement et devenir très compétents dans la manière de, simplement, être, tout en laissant les autres et l’Univers prendre soin de tout. Sortir des sentiers battus grâce à l’épuisement fait partie de notre formation en vue de notre résidence dans les dimensions supérieures.

Si vous avez choisi cette page, vous êtes encouragé à considérer ce qu’apporte le cadeau de l’épuisement. Alors que vous vous sentez beaucoup trop fatigué pour faire grand-chose, sachez que vous vous êtes en train de vous connecter désormais plus solidement à la Source et aux dimensions supérieures. Sachez que votre guide d’ascension veille tendrement sur vous tandis que vous vous reposez et que vous vous re-câblez en Nouvel Humain. Votre guide s’assurera que tous vos besoins seront satisfaits, car les êtres non-physiques ont un immense respect pour ce que nous avons entrepris. Et sachez que nous les aidons grandement nous aussi.

Par Karen Bishop SOURCE: Site web www.emergingearthangels.com

 

L’histoire d’Ana et l’Oiseau

 

Pour illustrer le changement de vibrations que vous êtes en train de vivre, nous souhaitons vous raconter l’histoire d’Ana et l’Oiseau. Installez-vous confortablement pour écouter cette histoire.

Dans la chambre, juste avant l’aube, on n’entendait rien d’autre que les sanglots d’une âme en profonde détresse. Ana était une enfant indigo agée de douze ans, qui vivait sa vie sur le Terrain de jeux du libre arbitre dans un profond trouble. Elle avait peu d’amis et des relations difficiles avec les autres enfants de sa classe. Ses professeurs voyaient en elle un enfant à problème. Elle avait la constante impression d’être étrangère à son milieu. Anna avait une difficulté particulière à s’entendre avec sa mère et elles se querellaient souvent. Bien qu’elle fût douée de connaissance intérieure, elle était abattue et avait presque abandonné tout espoir. A douze ans, Anna avait envie de retourner à la source.

1 aigle

Sentant son trouble, l’Esprit lui parla directement. « Ana, tu peux partir si tu le souhaites, mais d’abord, tu dois sortir dans le jardin et pointer ton doigt devant toi. » Ana fut bouleversée d’entendre l’Esprit lui parler si directement, parce que cela ne s’était encore jamais produit. Elle repensait à ce que l’Esprit lui avait dit et ne voyait pas en quoi cela pouvait l’aider, mais elle décida d’essayer. Sortant dans l’air frais du matin, elle vit le soleil poindre dans le ciel et un bleu nuancé de rouge teinter toutes choses. Regardant alentour pour être sûre que personne ne l’observait, elle ferma les yeux et pointa le doigt devant elle comme le lui avait dit l’Esprit. Au bout d’un instant, elle sentit un léger chatouillement sur son doigt et elle ouvrit les yeux. Un petit oiseau brun était perché sur son doigt. « Bonjour Ana », dit l’oiseau. Ana sentit immédiatement les larmes lui monter aux yeux et le souvenir de la source, presque oublié, lui revint à flots en mémoire.

Séchant ses larmes, elle regarda autour d’elle pour vérifier que personne d’autre ne l’observait. Etait-elle en train de rêver ou était-ce réel ? L’oiseau avait-il bel et bien parlé ? A cet instant, l’oiseau reprit: « Je suis ici pour t’aider à te rappeler, Ana, car tu es venue ici-bas dans un but bien précis et si tu repars maintenant, ton but ne sera pas accompli. » Des larmes de joie lui remontèrent derechef aux yeux et pour la première fois, Ana ressentit une étincelle d’espoir. Rien que de savoir qu’elle avait un but aidait Ana. L’air du jardin devint magique et l’oiseau et Ana dialoguèrent pendant plus d’une heure. La plupart du temps, Ana ne pouvait que pleurer, tant elle avait de choses à libérer. Puis Ana entendit dans la cuisine les bougonnements de sa mère qui commençait sa journée. Ana craignit que ses moments avec l’oiseau ne se terminent. « Ne crains rien, Ana, nous nous reverrons. Je serai toujours là pour toi. Tu n’as qu’à sortir dans le jardin et pointer ton doigt, et je répondrai. »

Ce jour-là, à l’école, ses professeurs ne comprirent pas pourquoi elle pleurait sans arrêt. Ils pensèrent que quelque chose n’allait pas, mais Ana, elle, savait que tout allait bien désormais. Parfois, elle doutait de ce qui s’était produit. Se faisait-elle des idées ? Puis elle réalisa que même si l’oiseau avait été un produit de son imagination, cela n’aurait fait aucune différence. Le sentiment de la source que lui avait donné l’oiseau lui permettait de se sentir complète et elle n’était pas disposée à abandonner ce sentiment.

Désormais, chaque matin, Ana se levait à l’aube, sortait dans le jardin et parlait avec l’oiseau. Ils parlaient de beaucoup de choses et l’oiseau lui donnait des leçons de vie à compléter. Ana s’en acquittait avec joie, bien que certaines d’entre elles impliquent qu’elle devait modifier certaines choses assez difficiles à propos d’elle-même. L’oiseau lui rappelait sans cesse qu’elle avait le pouvoir de modifier sa réalité par ses choix. Ce petit oiseau brun insufflait de la magie dans la vie de la jeune Ana. Les jours succédèrent aux jours et bientôt, la vie d’Ana changea. A l’école, Ana avait maintenant des amis qui l’admiraient et la respectaient. Comme par magie, l’attitude de ses professeurs se transforma et devint amicale. Même sa mère et elle s’entendaient bien maintenant et elles communiquaient pour la première fois. La vie d’Ana prenait un sens.

Un matin, Ana fit un petit retour sur elle-même et réalisa les progrès qu’elle avait réalisés en si peu de temps. En quelques mois à peine, elle avait progressé vers le bonheur plus que dans ses douze années de vie. En réalisant cela, elle remercia l’oiseau du don de magie qu’il lui avait fait. L’oiseau lui répondit: « Très chère, je ne peux pas te donner ce que tu possèdes déjà. Mon travail a été d’être ton miroir, afin que tu puisses voir ton Soi réel et te rappeler ton pouvoir. Ne perds jamais de vue que le pouvoir de changer réside en toi et non au-dehors de toi. Tu as choisi d’exercer ce pouvoir et en conséquence, tu as changé ta réalité. »

Les meilleurs moments de la vie d’Ana étaient ces petits moments passés chaque matin avec l’oiseau qui lui rappelait son véritable pouvoir. Elle était submergée d’amour pour cette simple et merveilleuse créature. Qu’il pleuve ou fasse beau, Ana passait chaque matin dans le jardin pour harmoniser sa journée avec le maître qu’elle avait appris à tant aimer. La vie d’Ana était belle.

Un matin, Anna s’éveilla plus tôt que d’habitude. Elle ressentit un changement d’énergie mais ne savait pas ce qui se passait. Elle se rappela que l’oiseau lui avait dit, à propos des changements d’énergie, que c’était ainsi que les humains évoluaient. Elle se rappela que l’oiseau lui avait dit que le changement était nécessaire pour avancer spirituellement et que sans le changement, toutes choses seraient vouées à la mort. C’est en fait le changement qui produit la magie que nous recherchons. Ces pensées tourbillonnaient dans sa tête et elle réfléchit soigneusement aux questions qu’elle allait poser à l’oiseau pendant leur rendez-vous magique du matin. Quand le moment arriva, Ana sortit, pleine d’impatience, dans le jardin et pointa son doigt devant elle. Ce matin-là, l’oiseau ne vint pas.

Avec l’aide de l’oiseau, Ana avait appris à suivre ses sentiments intérieurs plutôt que ses pensées. C’était le bon moment pour employer cette aptitude et, d’une façon ou d’une autre, elle sut intérieurement que son compagnon chéri allait bien. Elle sut aussi dans son coeur qu’elle-même allait bien et que rien de grave n’était arrivé. Même si l’oiseau et le temps merveilleux qu’ils passaient ensemble lui manquait. Ana repensa à toutes les choses que l’oiseau lui avait dites et qu’elle avait intégrées dans sa vie. Elle était perplexe parce qu’une des choses que l’oiseau lui avait dites était qu’il ne l’abandonnerait jamais. Voilà qu’elle était à nouveau assise dans le jardin ce matin, pendant que le soleil se levait. Elle essaya même de reparler à l’oiseau, faisant comme s’il était là. Elle pouvait même ressentir le picotement familier de l’oiseau perché sur son doigt. Elle fut surprise de constater qu’elle connaissait déjà la réponse à chacune des questions qu’elle avait pensé poser à son ami imaginaire.

Chaque matin Ana recommença son rituel : elle allait dans le jardin et pointait son doigt devant elle. Pour la première fois depuis bien longtemps, Ana versa des larmes de tristesse. Et pendant plusieurs semaines, Ana sortit chaque matin dans le jardin en pensant à son ami, mais le doigt d’Ana ne porta plus jamais l’oiseau.

Le temps passant, Anna se mit à jouer un rôle-clé a l’école. Les professeurs comprirent finalement qu’Ana n’était pas une enfant à problème mais qu’elle était, comme d’autres, très en avance sur ce que l’école enseignait. Ana aida à instaurer une nouvelle approche dans l’enseignement, elle aida les professeurs à ajuster leur mode de pensée pour accueillir les nouveaux enfants qui arrivent maintenant. Le jour où Anna reçut son diplôme fut un jour vraiment heureux. Il y avait eu un temps où elle n’aurait jamais pu imaginer cela et où elle voulait repartir. Maintenant, elle savait qu’elle avait joué un rôle très important. Avec ses moyens limités, elle avait apporté une contribution à l’humanité tout entière et avait aidé à ajuster l’énergie pour tout ce qui allait suivre.

Ana croissait en âge et en stature. Ana devint une grande guérisseuse et aidait des milliers d’autres gens à trouver en eux leur propre pouvoir et à changer leur réalité. Ana utilisait son coeur pour les guider. A mesure qu’elle grandissait en pouvoir, Ana découvrit que des réponses lui étaient données au moment même où elle posait des questions. C’était différent parce que les réponses semblaient venir de l’intérieur d’elle-même plutôt que d’une source extérieure. Elle n’oublia jamais ce que l’oiseau lui avait dit. Elle pensait souvent à son ami chéri et s’entourait d’oiseaux de toutes sortes. Elle fit construire un sanctuaire d’oiseaux sur son terrain et le visitait souvent. L’oiseau devint le symbole personel d’Ana et des représentations d’oiseaux ornaient chaque chambre de sa demeure. Elle en avait tant que ses amis l’appelaient la dame aux oiseaux. Ana accepta ce titre avec une grande fierté. Anna avait été touchée et elle ne l’oublia jamais. Elle choisit mettre le don de sagesse de l’oiseau en tout ce qu’elle faisait. Ana marchait avec l’Esprit.

Des années plus tard, Ana se retrouva à veiller sur son petit-fils. Cet enfant lui était très cher et ils avaient un lien qui remontait bien plus loin que cette vie. Du jour où il était né, elle avait su qu’ils étaient liés par un contrat. Elle attendait juste de voir où il les mènerait. Billy était un petit garçon de sept ans aux yeux vifs qui regardait sans crainte jusqu’au tréfonds de l’âme d’Ana. Il lui rappelait le rôle important qu’elle avait joué dans la redéfinition du système scolaire. Il voulait maintenant continuer dans la voie qu’elle avait ouverte. Anna fut alors très reconnaissante d’être restée. Un jour que ce jeune homme chéri était en visite chez sa grand’mère et qu’il examinait avec curiosité la multitude de statuettes d’oiseaux qu’Ana avait dans sa maison, son attention fut attirée par la statuette d’un petit oiseau brun. Ana vit son petit-fils regarder attentivement la petite statue. Elle sut dans son coeur que quelque chose de merveilleux allait arriver. Elle retint son souffle et attendit. Alors son petit-fils de sept ans se tourna vers elle et lui dit : « Tu sais, grand-maman, ça ressemble à l’oiseau que tu as toujours sur l’épaule. »

Les mots de son petit-fils la touchèrent avec tellement de force qu’elle vacilla sur ses jambes. Il était soudain répondu à toutes ses questions et, pour Ana, les morceaux du puzzle se mettaient toutes en place. Elle repensa au jour où l’oiseau n’était pas venu et elle réalisait maintenant qu’elle avait alors progressé jusqu’à une vibration assez haute pour que l’oiseau aille se nicher sur son épaule plutôt que sur son doigt. Ana avait tellement l’habitude de chercher l’oiseau sur son doigt qu’elle ne savait pas que l’oiseau était maintenant assez près pour lui parler directement à l’oreille. C’est à ce moment que le contrat qui la liait à son petit fils fut rempli. Pour la première fois de sa vie, ce qu’elle savait dans sa tête correspondait à ce qu’elle savait dans son coeur et la vie d’Ana fut complétée.

Après toutes ces années, le long silence se brisait enfin et des larmes de joie revinrent aux yeux d’Ana. Le petit oiseau brun de l’enfance d’Ana lui reparlait de nouveau :  »Oui, chère Ana, je t’avais dit que je ne t’abandonnerais jamais et je ne l’ai jamais fait. Je suis très fier de toi parce que le jour où j’ai passé de ton doigt à ton épaule, tu avais le choix : tu aurais pu rester là à regarder ton doigt pour l’éternité, attendant les conseils que tu avais l’habitude de recevoir de l’extérieur. Mais tu as décidé de continuer à avancer avec la connaissance que tu avais en toi. C’est l’intégration de l’Esprit et l’ouverture à ton Soi supérieur. Tu n’es pas séparée de l’Esprit comme tes yeux humains voulaient te le faire croire. Tu n’es pas séparée de moi, car nous sommes UN. Dans le quotidien, marche avec l’Esprit sur ton épaule et ose créer la magie que tu recherches. Chère Ana, tu as bien agi. Tu as atteint ton but supérieur en apprenant à avancer avec l’Esprit. » En entendant ces paroles, Anna fut comblée.

Et il en est ainsi…

Le Group. sur Famille de Lumière de Francesca  http://francesca1.unblog.fr/

Accepter les enfants Indigos parmi nous

 

VOICI MAINTENANT LES 25 CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES QUI DISTINGUENT LES ÊTRES INDIGO, QU’ILS SOIENT ENFANTS, ADOLESCENTS OU ADULTES. (Il n’est pas nécessaire d’avoir toutes ces caractéristiques pour être un indigo.)

1.Se sentir étranger. (Ne pas reconnaître le décor planétaire, social, culturel, s’y sentir mal à l’aise.)

2.Se souvenir de façon floue d’appartenir à une Famille spirituelle souvent plus importante que sa famille biologique. (Une Famille formée d’êtres intelligents, amoureux et créatifs dont on a une grande nostalgie.)

 3.Avoir beaucoup de difficulté à s’adapter à la densité. (Trouver le corps physique emprisonnant et encombrant, trouver étrange de devoir manger des aliments denses pour survivre, se sentir mal à l’aise face aux selles et à l’urine, ne pas être attiré vers les activités très physiques…)

 4.Ressentir fréquemment une angoisse de séparation. (Et être réactivé chaque fois qu’une petite séparation anodine survient dans les relations interpersonnelles, cela, puisque l’âme se souvient de façon floue mais intense, d’avoir été séparée de la Source, ou d’une grande Sphère de vie lumineuse et infiniment belle, amoureuse et intelligente.)

5.Sensation d’indignité ou de honte spirituelle. (Car incompréhension de sa raison d’être sur cette Terre et imagination qu’il s’agit d’une punition alors qu’en fait, il s’agit d’une mission d’aide et d’élévation humanitaire.)

6.Perceptions de barbaries. (Se sentir en présence d’êtres barbares, monstrueux, dangereux, et parfois en être apeuré ou traumatisé.)

 7.Imagination très vaste. (Imaginer facilement la vie sur d’autres planètes, dans d’autres systèmes solaires ou d’autres galaxies, ou dans d’autres dimensions plus subtiles – imagination généralement nourrie par des souvenirs d’expériences véritables sur ces autres sphères de vie et dans les nombreuses réalités multidimensionnelles.)

 8.Hypersensibilité. (Pleurer ou rire très facilement, ressentir rapidement les états d’âme des êtres près de soi ou vivant sur un autre continent.)

9.Persévérance. (Sentir l’importance des élans internes qui propulsent et les suivre malgré les obstacles ou conditionnements externes.)

10.Visions grandioses ou mégalomanes. (Être habité de projets, de rêves, d’idées… qui font rire les autres, que les autres considèrent impossibles, alors qu’en soi on les voit déjà entièrement réalisés ! – et on sait qu’on fera tout ce qui est possible pour les matérialiser).

11.Mental ingénieux. (Talent naturel pour les inventions, les solutions, les innovations technologiques… car son âme a déjà vécu là où cela existe déjà et fait que son propre mental est le mental futur de la Terre.)

12.Grande curiosité. (Être un enfant qui pose constamment des questions, qui veut tout comprendre, et un adulte qui ne se lasse jamais d’apprendre.)

13.Rapide et souvent hyperactif. (Reflet de ses habitudes d’une autre incarnation à créer efficacement et rapidement – souvent aussi les créations sont plus rapides dans les plans plus subtils – donc grande difficulté à accepter la lenteur des gens et du fonctionnement du plan physique de la planète Terre.)

14.Apprentissage rapide. (Capable de grande concentration et d’assimilation très rapide de la nouveauté – cela fait souvent des enfants qui s’ennuient à l’école ou qui voient rapidement les faiblesses des éducateurs ou même qui les dépassent en compréhension.)

15.Sensation d’être un missionnaire. (Souvenir floue dans son âme d’avoir une mission, un mandat, une oeuvre bien particulière et bien importante à réaliser pour la transformation de la Terre – Flavio, 6 ans, disait: les âmes missionnées sont là pour aider à la transition de la Terre dans une dimension plus subtile.)

16.Incapacité à mentir. (Sentir la valeur de dire la vérité, même lorsque l’égo des gens en est choqué ou blessé – et grande tristesse face aux mensonges des gens qui mentent, et aux paroles de ces gens qui disent que tout le monde ment et que c’est normal.)

17.Grande créativité. (Sensation de mort interne dans les schémas de routine.)

18.Thérapeute inné. (Facilité et ardeur naturelle à débloquer les émotions et les pensées en soi ou chez les autres.)

19.Paradoxe interne entre le sentiment d’égalité et le sentiment de supériorité. (Sensation que tous les êtres sont d’essence semblable et égale, donc de même valeur, et en même temps, confusion en voyant les personnalités des gens en général grandement inconscientes et présence d’un sentiment de supériorité ou d’orgueil spirituel – ce paradoxe se résout quand l’être découvre sa nature d’indigo et son rôle sur la Terre.)

20.Jardin secret. (Maintenir privé, secret, juste pour soi, une grande partie de sa connaissance, ses expériences, ses conclusions sur les événements… pour éviter d’être rejeté, blessé, ridiculisé par les êtres moins éveillés qui l’entourent – certains indigo vont sombrer très jeunes dans une ou plusieurs de ces situations: la dépression, l’apathie, les drogues, l’alcoolisme, la boulimie… pour compenser tout ce qu’ils sont encore incapables d’accepter de leur vie ici ou ils sont si souvent rejetés et mal aimés.)

21.Réformateur de systèmes planétaires. (Certains appellent les indigo « les mercenaires du Divin » puisqu’ils viennent pour aider l’Humanité à sortir des conditionnements, enfermements et assoupissements, ils agissent et parlent de façon souvent confrontante pour ôter les oeillères, les muselières, ouvrir les yeux, les oreilles et les coeurs; ils sont des empêcheurs de tourner en rond.)

22.Direction intérieure. (Savoir intérieurement ce qui est à faire, et ne pas apprécier de se faire forcer ou pousser dans le dos pour quoi que ce soit, respecter son rythme, son « timing », ses heures, et ne pas accepter de discipline imposée de l’extérieur.)

23.Alimentation marginale. (S’alimenter à des heures non-fixes, uniquement quand le corps en ressent vraiment le besoin, souvent, sauter des repas ou même des journées de nourriture, manger le souper au déjeuner et le déjeuner au souper, le dessert en premier et la soupe en dernier, et bien souvent refuser de manger de la viande, être végétarien ou respirien – se nourrir de Lumière uniquement-.)

24.Facultés extrasensorielles. (Facultés activées ou encore inactivées qui s’activeront à des moments clés de leur existence, facultés de lecture dans les pensées des autres, de télépathie, de télékinésie, de clairvoyance ou clairaudience – voir les auras et les êtres des autres plans et entendre la musique des sphères -, voyages astral la nuit pour aller dans des « Écoles de nuit » ou des Vaisseaux spatiaux pour recevoir ou transmettre des informations.)

25.Karma minime. (Être dont la vie est allégée de conséquences karmiques lourdes puisque les actes sont presque en accord continuel avec les Lois Cosmiques Universelles. Certains indigo sont de très vieilles âmes, d’autres de très jeunes, d’autres encore, ne sont pas passé par la naissance et ont pris un corps, un véhicule physique au moment ou quelqu’un désincarnait, ils sont alors ce qu’on appelle des « walk-in », certains indigo viennent sur la Terre pour la toute première fois et ne connaissent aucune âme de cette planète, autrement dit, ils n’ont pas d’expériences de ressouvenance ou de retrouvailles spirituelles en rencontrant les êtres sur leur route, comme ceux et celles qui se sont incarnés plusieurs fois sur Terre, cela génère un sentiment de solitude encore plus grand et une soif bien particulière de retrouver sa Famille interplanétaire et intergalactique, donc une soif très difficile à comprendre pour tous les êtres qui sont des habitués de la Terre. Les êtres indigo sont également appelés les « semences d’étoile » ou les « enfants des étoiles » – les « starkids » !)

indigo1

 

 VOILÀ ! ET CE N’EST QU’UN RÉSUMÉ D’INFORMATIONS !

J’imagine que tu t’es reconnu dans plusieurs de ces éléments, et j’espère que cela t’aidera à t’apprécier à ta juste valeur et à reconnaître que tu n’es pas seul: Tu es extrêmement précieux(se), et malgré toute la difficulté à vivre ici, tu découvriras dans quelques années toute la Beauté, la Splendeur, de ce que nous sommes venus créer sur cette magnifique planète ! Tu peux imprimer ce texte ou donner l’adresse web à d’autres personnes ou d’autres indigo, qui selon toi, pourraient apprécier de connaître ces précieuses informations. Je te souhaite une formidable journée !

Ecrit par Julie MORIN

Pour me contacter afin de lui raconter votre expérience : Julie Morin vit à Montréal, au Québec. Par courriel: juliedemontreal@gmail.com

LA GUERION EST ALCHIMIQUE ET INSTANTANEE

 

7dhUcuf« Le changement est immédiat, mais c’est la résistance au changement qui prend parfois une vie à se briser », dit un vieux proverbe hébreu. C’est dans les champs énergétiques de votre esprit, de votre cœur et de votre volonté que vous pouvez transformer le plomb de la matière (le contenu énergétique compact et dense de vos souvenirs, de vos attitudes, de vos croyances et de vos expériences) en or. Tout comme les anciens alchimistes cherchaient la pierre philosophale qui transformerait le vil métal en or, vous pouvez utiliser vos connaissances sur les archétypes pour trouver les raisons d’être et le sens profond des événements qui se produisent dans votre vie physique.

Par exemple, le pardon permet de transformer le plomb des souvenirs pénibles en l’or du discernement. Inversement, si vous savez que vous devriez pardonner, mais choisissez de ne pas le faire, vous ajouter du plomb à votre esprit et à votre psyché, et il s’accumule au fil du temps comme un poids mort dans vos cellules. Le plomb, ce sont toutes ces questions non résolues, entre autres la haine, l’amertume, l’amour non partagé et le regret, qui viennent taxer votre corps ainsi que votre esprit. Plus les questions restent en suspens, plus le plomb est lourd.

Le poids énergétique de votre histoire a un impact sur la résistance de l’être biologique. Les mémoires des cellules « plombées » ralentissent la vitesse du fonctionnement des cellules saines, ralentissement qui augmente les risques de développement des maladies. Personnellement, je vois cette corrélation sous forme de l’équation suivante : poids = attente. Toutes les situations non réglées sur les plans psychique, émotionnel et mental augmentent le poids que vous portez dans votre champ énergétique. Attendre pour que le changement s’effectue dans votre vie. ceci signifie que vous remettez sans le savoir à plus tard une solution ou que vous vous empêchez de guérir une maladie.

C’est dans l’ouvrage Contes de Noël de Charles Dickens que l’analogie au plomb que l’on porte en soi est le plus clairement mise en évidence. Dans cette histoire bien connue, Ebenezer Scroog reçoit, le soir de Noël, un avertissement de mauvais augure l’informant qu’il doit changer ses attitudes, sinon il lui en cuira. Le cauchemar de Scrooge commence lorsque le fantôme de son ancien associé, Jacob Marley, lui rend visite. Ce dernier traîne derrière lui tout un poids de lourdes chaînes. Scrooge, qui s’enquiert de quoi il s’agit, se fait répondre par le fantôme qu’il porte les chaînes qu’il s’est forgé dans sa vie sur Terre.

« J’ai fabriqué chacun des chaînons, mètre après mètre. J’en ai ceint mes reins de mon propre chef et c’est mon livre arbitre qui me les a fait porter. Ceci vous semble-t-il étrange » ?

Scrooge se mit à trembler. « Connais-tu le poids et la longueur de la chaîne que toi-même tu portes ? poursuivit le fantôme. Elle était aussi lourde et longue que celle-ci il y a sept Noëls. Sans oublier que tu as continué à y œuvrer depuis. Quelle est lourde cette chaîne » !

Marley avait sans doute forgé sa chaîne par manque de générosité et de compassion envers son associé, Scrooge, de la même façon que nous nous forgeons nos propres chaînes maille après maille à force d’accumuler du plomb chaque fois que nous choisissons de « faire le mort ». Ce que Marley propose à Scrooge, ce n’est rien d’autre que de transformer son plomb en or. Cette histoire de Dickens nous présente la transformation personnelle de l’archétype de l’Avare en l’archétype de l’Enfant divin. Après cette rencontre qui le secoue, Scrooge plonge dans son laboratoire intérieur, où il reçoit la visite des esprits des Noëls passés, présents et futurs. Ces derniers lui font voir ses erreurs, comment il en est arrivé là, où il se situe à cette étape, ce qui lui arrivera s’il ne prend pas garde.

Le travail que nous devons accomplir ressemble à celui de Scrooge : il faut cesser de forger du plomb dans notre présent et commencer à transmuter celui que nous portons en or. Une fois que nous avons pris conscience de cette règle, il nous est plus aisé de comprendre la raison pour laquelle la médecine énergétique et les traitements médicaux ont parfois des effets limités sur les maladies.

La médecine énergétique est une vieille méthode de guérison qui fait appel au massage, à l’aromathérapie, à l’acupuncture, la chromothérapie et autres méthodes pour activer et libérer les blocages énergétiques qui se sont formés avec le temps. L’objectif de ces méthodes de guérison est de dissoudre la lourde énergie du passé pour faciliter le flot de l’énergie présente. En prenant conscience des attitudes et des croyances négatives, ainsi que des souvenirs traumatisants qui maintiennent votre énergie dans le passé, vous ramenez cette réalité énergétique dans le présent, lui permettant ainsi d’augmenter la force vibratoire de tout votre système.

Plus vous êtes dans le moment présent, plus les fréquences de la conscience dans le présent sont élevées. Et dans le processus, votre champ énergétique se branche sur le champ énergétique cosmique. Quand vous vivez dans le moment présent, les parfums de l’aromathérapie se transforment en odeurs de guérison. Le pardon transforme les poisons de colère et du ressentiment. Votre guérison s’accélère et toutes les limites imposées par la « tribu » en ce qui a trait aux maladie (« il faut au moins six mois pour se guérir de telle maladie et cinq ans pour guérir telle autre« ) se dissolvent. Vos épaules sont délestées du fardeau du passé et, avec lui, le temps d’attente de résultats est réduit.

Cependant, pour avoir accès à l’état d’intemporalité, il faut remettre notre volonté au Divin et vivre en fonction de ce choix. L’exemple le plus flagrant de cette démarche est Jésus, un maître que l’on associe le plus aux guérison spontanées. Jésus a en effet souvent réprimandé ceux qui lui demandaient de l’aide, leur disant qu’ils devraient avoir la foi et revenir dans l’instant présent…

Les comptes rendus des guérisons faites par Jésus semblent indiquer qu’il existe un lien étroit entre la capacité à accepter une guérison intemporelle et celle à faire abstraction du temps linéaire. Ces guérisons prouvent que nous pouvons passer de la réalité physique à la réalité symbolique et que nous travaillons alors dans les creusets de notre laboratoire intérieur, où nous transformons le vil métal en or. Mais pour cela, il nous faut accepter de vivre en fonction du mystère des lois de l’intemporalité, de servir l’esprit avant tout, de renoncer aux seules perceptions sensorielles des trois premiers chakras, c’est-à-dire ceux de la survie sur le plan physique. La reddition de Jésus à la volonté divine se reconnaît à la façon dont il accepte constamment ce qui doit se passer l’instant suivant. Ainsi, dans les jardins de Gethsémani, même s’il demande à Dieu de le libérer de ce qui l’attend, l’instant d’après, il accepte la volonté de Dieu.

Les cas de guérison et de rémissions spontanées, souvent qualifiés de miracles, ne se comptent plus. Chaque fois, la guérison est précédée d’une décision de lâcher prise, de pardon, de volonté de changer et, en général, d’une acceptation à cheminer de façon différente dans le vie. chez les gens qui ont fait des choix d’intemporalité, il émane une énergie et un charisme qui attirent les autres dans leur champ d’énergie protectrice divine, un témoignage de foi manifesté.

Chacun des contrats qui nous lient tacitement à la vie est une expérience temporelle qui comporte une part d’intemporel. Vous pouvez être assuré que tout ce que vous faites et que toutes les personnes avec qui vous entretenez des relations échapperont à un moment donné à votre contrôle. Lorsque vous serez rendus là, vous seriez bien avisé de délaisser les perceptions de la première colonne pour, ainsi que je le dis aux gens qui participent à mes ateliers, passer à la troisième colonne afin de percevoir une réalité intemporelle. Vous devez considérer les circonstances dans lesquelles vous vous trouvez comme étant en dehors du temps et de l’espace, comme une histoire archétypale animée par un thème, des personnages et résultant d’un apprentissage.

Cette histoire doit en quelque sorte vous donner l’occasion de rendre les armes devant le Divin. Tout acte de renoncement se traduit par une intervention intemporelle : le temps s’amenuise alors que l’intemporalité augmente dans votre champ énergétique. Les pensées se forment beaucoup plus rapidement lorsque vous ne suivez pas le temps linaire, l’histoire chronologique, qui ressemblent aux chaînes de Marley. Votre énergie augmente, votre vieillissement ralentit et votre corps génère la santé. Toutes ces choses ne sont que mathématique, purement divines.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

COMPRENDRE LES SEMENCES DE NOTRE PASSE

 

images (2)C’est avec un immense plaisir que nous sommes réunis ici pour parler à une assemblée toujours grandissante. La tâche vous réalisez peut, aux yeux de vo sois individuels, paraître limitée mais ce n’est pas le cas et nous vous disons maintenant qu’elle s’étend bien au-delà de ce que vous pouvez en comprendre. Honneur à vous et au travail intérieur que vous accomplissez, car il s’agit de la première tâche pour quiconque a chois d’être appelé « Artisan de la Lumière ».

C’est depuis cette perspective que vous pouvez le plus aisément transformer ce qui vous entoure. Pour changer l’agencement des blocs qui assemblent l’univers, vous pouvez soit tout reprendre depuis le début et transporter chacun de ces blocs dans vos mains, soit semer des graines intérieurement et laisser vos co-créations se matérialiser naturellement. Sincèrement, nous rendons hommage aux choix que vous avez faits d’avancer sur ce sentier. Le moment est juste et chacun d’entre vous est maintenant nécessaire.

La portée de votre travail ici est beaucoup plus vaste que vous ne l’imaginez et nous vous remercions  pour tout ce que vous faites.

Le temps est venu à présent de comprendre un peu votre histoire. Cette connaissance vous aidera à rejoindre le chemin de la Source qui s’étend devant vous. Dans les débuts, quand le Jeu était encore une nouveauté, une faction originaire d’une planète voisine essaya de contrôler votre race. A l’époque, vous les appeliez des « dieux » car vous les perceviez comme supérieurs à vous. Ils vous permirent de leur abandonner votre pouvoir et de les appeler ainsi. Leurs plans consistaient à vous maintenir dans l’ignorance de votre véritable héritage, donc de vos pouvoirs. Comme vous les leur aviez cédés, ils semèrent de nombreuses graines en vous dans le but de vous dominer.

Jusqu’à aujourd’hui certaines de ces semences gardent en vous des racines profondes et, à l’occasion, elles refont surface. Notre intention est de vous rendre totalement conscients de ces graines et donc de vous permettre une plus grande liberté de choix, de pensées et d’actions.

L’intention originelle des ravisseurs était de créer une race de serviteurs. Les semences qu’ils ont introduites ont germé plusieurs fois dans votre histoire sans que vous ne le sachiez et ainsi, inconsciemment, vous avez continué à perpétuer ce schéma. A ces époques de votre histoire vous avez autorisé ce que vous appelez l’esclavage comme étant un comportement acceptable dans votre Jeu. Ceci, conjugué au racisme, est un effet direct de ces graines qui refont surface et, comme vous l’avez découvert, il n’est pas pour votre plus grand bien. Le fait de comprendre la raison de vos tendances vous aidera à déterminer votre futur chemin. Des semences qui ont alors été plantées en vous sont la cause de prédispositions dans certains domaines.

Afin de mieux vous contrôler, une méthode choisie par ces êtres consista à introduire en vous des graines pour vous faire appréhender la sexualité comme quelque chose d’inconvenant. Vos ravisseurs n’autorisaient pas le sexe dans la mesure où il vous aurait fourni la connaissance de vos capacités de création. il vous a donc été signifié que « les dieux n’approuvent pas le sexe ». A cette période de votre histoire, la plupart de vos pouvoirs vous ayant été retirés, c’était le seul que vos dominateurs ne pouvaient pas vous occulter complètement. C’était votre pouvoir de pro-création, une impulsion biologique tout simplement impossible à réfuter. En ce temps-là, furent ensemencées des graines mentales dont le rôle était de vous faire croire que le sexe était mauvais et que c’était quelque chose que vous deviez apprendre à contrôler. Les conséquences de cette situation persistent et se prolongent encore dans l’humanité aujourd’hui. Ces semences ont refait surface tout au long de l’histoire dans votre vision de la société et là se trouve la principale raison pour laquelle le sexe n’a jamais été considéré comme un sentier spirituel. Nous vous disons maintenant qu’il est directement relié à la Source. 

Au bout d’un certain temps, vous avez commencé à découvrir quelques-unes de vos capacités à travers la pro-création. Tandis que chacun de vous se mettait à ré-cupérer ses pouvoirs, vous deveniez « dépravés » aux yeux de vos dominateurs, voilà comment ils vous mirent à l’écart. Dans la mesure où ils étaient préoccupés de l’influence qu’ils pouvaient exercer sur autrui en captivité, ils rechignèrent à vous accorder votre liberté. Ceci, plus tard, fut relaté dans vos textes anciens comme l’épisode de l’expulsion du jardin.

Nombre d’histoires de cette époque sont évoquées dans les premiers récits que vous appelez « ancien Testament ». Avec le temps, un nombre croissant d’entre vous commencèrent à redécouvrir leurs pouvoirs par l’intermédiaire de la sexualité. Finalement, l’idée d’une race de subalternes fut complètement abandonnée. C’était une époque extraordinaire pour vous car, pour la première fois, vous commenciez à utiliser vos aptitudes. Les renégats qui avaient essayé de vous dominer s’étaient, eux aussi, réunis avec leurs anciens. Ce fut l’occasion de grandes guérison tant pour eux que pur vous et des enseignements essentiels, furent tirés de cette leçon universelle. Dans les derniers temps, avant de quitter la planète, les renégats et leurs sages vous aidèrent activement à vous émanciper. Ils sont maintenant revenus pour vous assister dans la transition qui s’annonce.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Steve Rothier, intitulé « R-APPELEZ-VOUS »  aux éditions Hélios.

Message d’Adama : Les mots sont très puissants

 

Royaume_céleste « Tout ce qui arrive à un niveau personnel ou global, que cela soit un volcan en éruption, un tremblement de terre, une émeute dans une de vos ville ou une guerre, reflète toujours l’énergie déséquilibrée ou refoulée que les gens ont à l’intérieur d’eux-mêmes. Elle reflète la colère, les peurs, les déceptions, l’avidité, les injustices humaines, le chagrin, etc., que les personnes portent dans leur âme. Ce n’est rien d’autre que le reflet de ce qui n’est pas aligné au niveau humain. Le problème est que les gens n’ont pas encore compris ou réalisé comment ils créent. Ainsi, leurs créations ne découlent pas nécessairement de cette incarnation, chacun doit purifier son karma et son manque de compréhension pour que le nouveau et la perfection soient manifestés. 

Dès leur réveil, les personnes créent constamment avec leurs pensées et leurs sentiments, leurs paroles et leurs actions ainsi qu’avec leurs dialogues intérieurs Elles peuvent bien affirmer qu’elles veulent un corps ou un mariage parfait, seulement les pensées et les sentiments qu’elles nourrissent la plupart du temps ne soutiennent pas leurs désirs. . Si quelqu’un leur montrait, seconde après seconde, la nature réelle de leurs pensées et sentiments, et dans quel état de conscience elles sont lorsqu’elles créent leur propre réalité, elles comprendraient pourquoi elles n’ont pas la santé ou le corps parfait, la relation parfaite ou l’abondance qu’elles désirent.

Les gens doivent vraiment prendre conscience de leurs pensées, sentiments, paroles et actions. 

Les mots sont très puissants et vous renforcez constamment leur énergie avec vos sentiments. Vous pouvez dire que vous désirez davantage d’argent mais à l’intérieur vous vous sentez pauvre. Vous aimeriez vivre une relation plus épanouissante, mais au fond de vous, vous pensez que vous ne la méritez pas, et vous n’êtes pas prêts à désherber le jardin de votre âme afin d’attirer le partenaire qui vous convient..

 

Vous dites que vous désirez un corps parfait, mais intérieurement vous ne vous aimez pas. Vous n’aimez pas votre corps tel qu’il est et vous n’êtes pas prêts à accueillir les leçons qu’il vous donne dans sa forme actuelle. Le corps ne répond qu’à l’Amour, et presque tous parmi vous n’aimez pas ou ne prenez pas assez soin de votre corps   comme nous à Telos. Peu d’entre vous avez suffisamment d’amour pour vous nourrir de manière consciente et

appropriée. La plupart ne donne pas au corps la nourriture adéquate dont il a besoin pour se régénérer et rayonner une santé parfaite (nous évoquons ici toute forme de nourriture). Comment alors espérez-vous créer un corps parfait ? 

Vous réaffirmez constamment ce que vous ne voulez pas au lieu de dire ce que vous désirez vraiment !!

Vous vivez dans une maison des miroirs et l’univers vous renvoie ce que vous créez par vos pensées, sentiments et verbes. Quand vous décrétez : « je suis malade et fatigué de ceci et cela », vous créez des affirmations très puissantes qui ramènent vers vous les énergies de ce que vous venez juste de nommer. Vous créez constamment des affirmations de ce que vous ne désirez pas. Prenez conscience que l’Univers vous écoute et honore ce que vous dites. « Si elle dit qu’elle est fatiguée et malade, et ce, avec tant de force et de puissance, cela doit être ce qu’elle désire. Donnons-le-lui ». 

Et ainsi, vous obtenez davantage de la même chose et le miroir continue à le refléter. Les évènements qui semblent être injustes ou inappropriés sont habituellement les miroirs de la conscience des individus. Ils sont toujours créés avec les énergies de la conscience collective. Si vous voulez obtenir quelque chose à votre propre façon, l’univers vous le donnera, mais vous découvrirez quelques mois plus tard que vous avez manqué une meilleure opportunité. Souvenez-vous, le manque de confiance a été à l’origine de la chute de conscience de l’humanité et les  expériences qui ont fait suite à ce manque de confiance ont été vraiment douloureuses. 

Ce besoin d’être toujours aux commandes au lieu d’être dans l’accueil de ce qui est a créé beaucoup de disharmonie. L’aspect supérieur de votre Être vous aime  inconditionnellement et désire plus que tout votre bonheur et désire vous ramener à la maison vers l’Illumination et la Vraie Maîtrise. Je vous demande de vous centrer sur le cœur et d’exprimer l’intention d’être baignés des énergies d’Amour de votre Présence Divine

Êtes-vous prêts à laisser les commandes à votre magnifique Présence JE SUIS ? 

Je vous y invite, seconde après seconde et observez le résultat. Nous vous honorons pour votre ouverture… »

D’Aurélia Louise Jones paru au Magazine Vivre Sa Légende 

Comment fonctionne votre esprit

téléchargement

 

TOUT EST DANS L’ATTITUDE par RAMTHA

Vous vous réveillez un beau matin, l’air est frais et beau, le soleil perce la brume épaisse de ses rayons d’or, les oiseaux du matin vaquent à leurs occupations habituelles alors que vous êtes là, allongé dans votre lit et, soudain, l’idée d’aller travailler devient insupportable. Combien d’entre vous ont jamais ressenti cela ? Oui, bien sûr.

Eh bien, pour l’instant, disons juste que, plus vous pensez à quel point vous trouvez cela insupportable d’aller travailler, plus votre corps montre de réels signes de fatigue. Combien d’entre vous ont fait l’expérience de cette seconde réaction, se sont sentis réellement fatigués? Votre corps ressentit la fatigue et, alors qu’il était envahi par la fatigue, vous vous êtes dit  » Je suis fatigué » et, alors que vous disiez  » Je suis fatigué « , la fatigue se fit sentir encore davantage. Combien d’entre vous se souviennent de cela? Ce que vous dites alors, c’est:  » Je ne me sens pas très bien aujourd’hui.  » Donc, plus vous pensez à quel point vous ne vous sentez pas bien, plus vous commencez à vous sentir mal. Combien d’entre vous ont eu cette expérience? Oh, oui! Vous vous mettez alors à vous tâter la gorge, ici, et puis vous avalez un bon coup pour vous assurer que tout va bien et, mince alors, vous avez comme le sentiment que quelque chose ne va pas. Vous vous levez alors et allez devant le miroir; vous tirez la langue et regardez tout ce qui pousse dessus aussi profondément que vous le pouvez. Combien d’entre vous ont fait une chose pareille? Et alors, soudain, vous tirez la conclusion que vous avez une angine.  » Oh ! Je ne peux pas aller travailler maintenant.  » Vous appelez alors votre employeur et dites:  » Je me suis levé ce matin et je suis tellement malade.  » Voyons, avant d’appeler, vous n’étiez pas si malade que cela mais, maintenant que vous y pensez et que vous lui dites la vérité, vous allez réellement de plus en plus mal. Combien d’entre vous ont eu une telle expérience?  » Eh bien, il paraît qu’il y a un virus qui traîne par ici. C’est cela; je crois que j’ai attrapé ce virus.  »

Eh bien, ce qui se passe, c’est que, c’est vrai, vous ne vous sentez pas très bien – et honnêtement, vous ne vous sentez pas bien – et puis vous prenez une petite tasse de thé et un peu de confiture et vous pouvez à peine avaler. Vous retournez alors au lit et vous vous endormez. Vous vous réveillez alors, oh ! à peu près à l’heure où la circulation est meilleure, vous vous réveillez et vous vous sentez un peu mieux. Combien d’entre vous ont vécu cela? Au fur et à mesure que la journée s’avance, vous vous êtes senti mieux? La façon dont vous vous êtes rétabli a été tellement remarquable que vous êtes même allé dehors, vous avez fait deux ou trois choses dans le jardin, vous avez téléphoné à votre famille, vous avez traîné un peu, vous savez, des choses comme cela. Cela vous semble-t-il familier? Votre corps a-t-il réagi à votre volonté? Oui ou non? Combien d’entre vous sont d’accord? Absolument.

Une autre petite situation maintenant: quelqu’un vous a déçu. Bien sûr, les gens vous déçoivent toujours parce qu’après tout vous les tenez dans une certaine estime. Ce qui est intéressant à propos des gens dans votre vie, c’est que vous ne connaissez jamais réellement les gens dans votre vie. Vous ne connaissez que ce qu’ils représentent pour vous dans votre vie; vous ne les connaissez jamais réellement. Ce sont des miroirs pour vous; ils reflètent des aspects de vous-même. C’est la raison pour laquelle ils sont dans votre vie. Vos ennemis mesurent cet aspect de vous-même qui n’est pas très gentil. Un ennemi, c’est cela. Vous voyez, si vous aimiez votre ennemi, il n’existerait pas d’ennemi. Mais ce n’est pas ce que vous faites; vous ne les aimez pas; vous les méprisez. Cela doit donc venir de vous, car vous ne pouvez voir dans la vie que ce à quoi vous êtes égal.

Souvenez-vous, vous créez la réalité, n’est-ce pas? Et, tous les jours, dans votre inconscience, vous pensez; c’est ici que cela se trouve et, tous les jours, c’est ce qui réaffirme votre vie. Si vous cessez de penser, vous mourez. Ainsi, tous vos amis, la condition dans laquelle vous aimez les voir est ce qu’ils représentent en vous. Vous ne les connaissez réellement jamais. Vous ne connaissez que ce que vous êtes capable de connaître de vous-même et c’est ainsi que vous les voyez. Combien d’entre vous comprennent? Les choses sont ainsi.

Donc, quand je dis que les gens vous déçoivent, eh bien, nous comprenons maintenant pourquoi, parce que, mon Dieu, les gens ont un esprit qui leur est propre. Vous ne le saviez pas, n’est-ce pas? Ils ont un esprit à eux. En outre, ils pensent parfois différemment de la manière dont vous pensez. Épouvantable, n’est-ce pas ? Et quand ils se comportent comme eux-mêmes et commencent soudain à penser d’une façon à laquelle vous n’êtes pas accoutumés, vous êtes choqués par leur comportement et déçus. En réalité, maîtres, ils ont toujours été ainsi.

Ainsi donc, un jour, quelqu’un vous choque. Il fait quelque chose que vous n’approuvez pas. Souvenez-vous que l’approbation provient de cette personnalité dans le cerveau qui ne peut s’empêcher de tout juger – qui accepte et rejette – donc, jusqu’ici, vos amis ont fait partie de la catégorie de ce qui est approuvé, car vous approuvez leur manière d’être du fait qu’ils sont une partie de vous-même. Et soudain, un jour, ils font quelque chose qui ne vous plaît pas. Votre cerveau et votre personnalité disent:  » C’est vraiment trop.  » Ce qui se passe alors, le restant de la journée, vous pensez à cette personne et peut-être qu’il ne s’agit que d’une toute petite chose qu’ils ont faite. Il suffit d’une toute petite chose par laquelle ils ne sont pas la réflexion de vous-même mais seulement eux-mêmes.

Ainsi donc, au cours de la journée, votre cerveau commence à les soumettre à un code. Quand je dis un code, je veux dire qu’il commence à les relier à l’autre côté du cerveau qui contient toutes les sottises existant dans votre vie que vous n’aimez pas. Votre neurone se met bientôt à traverser le pont pour aller déterrer des ordures. Et vous voilà bientôt à relier vos amis aux parties de votre cerveau que vous n’aimez pas. Autrement dit, vous faites une montagne de rien. Combien d’entre vous comprennent? Ainsi, quand arrive la fin de la journée, vous êtes totalement frénétique. Et vous êtes tellement incapable de vous contrôler que vous appelez tous vos bons amis pour leur parler de votre ami devenu mauvais.

Combien d’entre vous ont fait cela? J’ai raison ou pas, qu’en pensez-vous ? Vous l’avez tous fait. Donc, à la fin de la journée, non seulement avez-vous gâché votre journée à cause de quelque chose que quelqu’un a fait et qui n’a pas été de votre goût, mais vous avez commencé à réunir des forces contre cette personne et à trouver d’autres personnes qui soient d’accord avec vous; exact? Ainsi donc, cette nuit-là, lorsque vous allez au lit, vous êtes troublé, vous n’êtes pas heureux, vous faites de mauvais rêves et, quand vous vous réveillez le matin, c’est même encore pire.

Et puis, quelqu’un vous appelle et dit :  » Eh bien, tu sais, je ne voulais pas te dire ça sur un tel, mais je vois que les choses sont maintenant au grand jour et je peux te dire quelque chose d’autre à son sujet.  » Vous savez ce qui se passe toute la journée ? Vous entretenez des pensées de haine envers quelqu’un qui ne les mérite pas. Vous créez haine, méchanceté et malheur sur un aspect de cette personne qui n’était pas vous-même et avec lequel vous n’étiez pas d’accord mais finalement, par la manière dont vous y réagissez, vous les cataloguez dans votre propre cerveau comme étant des aspects de vous-même.

Autrement dit, personne ne veut jamais considérer l’étendue de sa propre méchanceté, de sa colère, de son égoïsme, de son arrogance et du fait qu’il est centré sur lui-même, jamais. Aucun d’entre vous ne le veut. Vous ne voulez pas que quiconque vous dise que vous êtes une entité emplie de haine, méchante, jalouse, colérique, malveillante et vindicative. La vérité est pourtant qu’à la fin de la deuxième journée, c’est exactement ce que vous avez fait. Ce que vous avez créé en pensée, vous l’êtes devenu, n’est-ce pas? En effet, vous ne pouvez penser à ces choses à moins qu’elles ne soient qui vous êtes.

Et voilà maintenant que l’agitation monte. Et alors que l’agitation va bon train, la personne qui vous a déçu découvre ce qui se passe et elle est offensée, car elle ne comprend pas ce qu’elle a bien pu faire de mal. Et plutôt que – plutôt que – de se diriger vers la compréhension, vous êtes le genre à tenir à votre colère, car elle a été attisée en vous émotionnellement.

Elle est maintenant en vous. C’est maintenant votre réalité et il n’est pas si facile de la jeter par la fenêtre. Ainsi, plutôt que de comprendre, vous avez du ressentiment. Ainsi donc, les jours suivants, il se trouve que la même chose vous arrive. Alors que vous agissiez de cette manière envers cette autre personne, quelqu’un d’autre qui vous regardait n’avait jamais vu ce côté de vous. Cette personne commença donc à vous faire exactement ce que vous avez fait à cette autre personne et maintenant… Le monde devient alors fou. On vous met au ban de la société, on vous blâme, on parle de vous, on vous met tout sur le dos et on vous cloue sur la croix; et vous sentez que vous ne méritez rien de tout cela. En réalité, vous le méritez, car vous avez travaillé dur pour créer une telle réalité. Comprenez-vous? Combien d’entre vous comprennent ? Qu’il en soit ainsi.

Tous ceux que nous rencontrons ne sont-ils pas ce que nous sommes? Si nous commençons à avoir une plus grande estime de nous-mêmes, ne serait-il pas alors dans notre propre intérêt d’être capables de voir le plus grand bien en tous et de trouver Dieu en eux si nous le cherchons en nous-mêmes? Combien d’entre vous seraient d’accord? Absolument. Nous sommes tous dotés de l’Esprit divin – tous. Peu importe qui 1 ils sont. Même la pire entité du monde possède Dieu en elle; elle n’est pas dépourvue d’âme. Si nous nous embarquons dans une vie qui nous montre ce que nous voulons voir de nous-mêmes, comment cela nous sert-il? Maîtres, comment cela nous sert-il? Au lieu de trouver ce qu’il y a de pitoyable dans les gens, nous cherchons Dieu en eux. Au lieu de chercher ce qu’il y a de mal dans les gens, nous cherchons le bien commun dans les gens. Comment cela nous sert-il ? Tournez-vous vers votre voisin et dites-lui.

images (2)

L’attitude porte en elle-même sa propre récompense.

Souvenez-vous de cela. L’attitude porte en elle-même sa propre récompense et cette récompense est juste. C’est ce que j’appelle la vraie justice. Si, à partir de ce soir, nous choisissons de nous voir comme un Esprit divin, portant le vêtement de l’humanité – si, ce soir, nous disons donc:  » Je peux approcher toute personne et toute chose dans ma vie de deux manières: je peux tout voir dans ma vie comme l’aspect de mon humanité, ce qui est ennuyeux et soumis à la polarité ou bien je peux commencer à voir tout comme l’aspect divin de moi-même et le traiter comme tel « . Si vous choisissez donc, ce soir, d’élire, de voir toute chose dans votre vie comme une réflexion du divin en vous parce que c’est ce que vous voulez devenir, ce choix vous récompensera justement car toute personne avec laquelle vous interagirez à partir de ce soir, toute situation dans laquelle vous tendrez pour le plus grand bien, tout jugement que vous étiez jadis prompt à porter, si, au lieu de cela, vous cherchez à comprendre et à voir la beauté en chacun, à voir la divinité en chacun, réagissant avec compassion et gentillesse, si vous faites cela, non seulement vous vous récompensez vous-même en devenant plus grand que votre passé mais votre récompense tient au fait que cet acte signifie que l’énergie du corps s’élève des trois premiers sceaux (la sexualité, la souffrance, la manipulation) au quatrième centre dans le corps (l’amour inconditionnel). Si vous commencez à faire monter l’énergie qui exprimait jadis haine, amertume, jugement et arrogance hors du troisième centre et qu’elle commence à se déplacer grâce à des actes de bonté, de gentillesse, de tendresse et de compréhension, votre énergie atteint le quatrième centre.

Ceci signifie que vos bandes font circuler la conscience du quatrième plan jusqu’à la base du cerveau. Si ceci se produit, votre réalité, que nous appelons votre vie dans sa totalité, devient alors grandement modifiée. Alors que vous étiez jadis abject, ne démontrant aucun respect même envers vous-même, vous commencez à découvrir que les gens gravitent vers vous. Beaucoup de gens vont vous éviter mais beaucoup d’autres vont graviter vers vous. Où n’existe aucune polarité mais seulement compréhension, ce que vous créez dans votre vie n’est pas la polarité mais l’unité et l’union totale. Tout ce qui vient à vous sera égal à cette attitude qui résulte de vous-même et à partir de laquelle vous vivez chaque jour.

Ceci signifie que vous ne réussirez plus jamais, plus jamais, dans la vie. C’est ce que cela signifie. Vous devriez savoir que la réussite est le résultat de l’échec. À la racine de la réussite existe l’échec. Et je devrais vous dire que la racine de tout échec est la réussite. L’un n’existe pas sans l’autre. Comprenez-vous? Non seulement vous n’allez plus jamais, jamais, échouer dans aucune de vos entreprises mais vous ne réussirez jamais. Que reste-t-il donc? Vous voyez, la réussite – la réussite – est issue de l’échec. Lorsqu’une personne veut réussir, ce qu’elle dit réellement est qu’elle est un échec. La racine de sa réalité est l’échec, ce qu’elle crée partout autour d’elle. Plus une personne veut réussir, plus le risque est grand et plus sa chute est profonde car c’est ainsi qu’elle voit les choses. Réveillez-vous. Comprenez-vous?

Lorsqu’une personne réussit, quelle est la chose dont elle est le plus terrifiée? D’échouer. Combien ont vendu leur âme pour demeurer sur le haut du pavé? Vous comprenez? C’est un piège. Les entités qui font monter leur énergie jusqu’au quatrième sceau ne réussissent ni n’échouent jamais ; elles sont simplement. Tout ce qu’elles touchent est de l’or – tout, ce qui n’est pas réussir mais créer. Comprenez-vous ? Combien d’entre vous comprennent la différence? Tournez-vous vers votre voisin et expliquez brièvement.

Donc, comment un état d’être peut-il être sa propre récompense? Parce que le fait d’être plus grand que votre passé est une récompense. Lorsque vous vous coucherez le soir, vos rêves ne seront pas troublés. Lorsque vous vous réveillerez le matin, vous ne serez tracassé par aucune culpabilité, aucune souffrance et ne serez aucunement hanté par votre passé. Vous ne vous soucierez pas du fait que quiconque pourrait vous attraper ou si le cosmos va vous rendre votre récompense parce que cela ne vous tracasse plus. Pourquoi ? Parce que vous n’avez fait de mal à personne, causé de tort à personne. Toute cette attitude, vous l’avez abandonnée. Ce sont les trois premiers sceaux à l’œuvre; la racine en est la survie. Vous avez totalement abandonné cela.

Dans votre profonde sagesse, la façon dont les gens se comportent à votre égard est sans importance. Seule importe la façon dont vous vous comportez à leur égard. Ceci est ce qu’on appelle récompense personnelle, amour de soi, respect de soi et noblesse personnelle. Lorsque le monde réclame la justice et que vous devez faire une pause pour regarder la situation, si vous comprenez que la justice la plus grande que vous puissiez exercer est le pardon, si vous en faites preuve, si vous voyez que tout est finalement pour le meilleur et lâchez prise, qu’importe ce que pense le monde ? Vous avez agi conformément au respect et à l’amour de vous-même.

Faites aux autres comme vous voudriez qu’ils vous fassent. Ce que les autres nous font est sans importance; c’est ce que nous leur faisons qui est important. C’est cela qui devient le créateur ultime. Et, après un certain temps, vous connaissez cette joie que vous avez recherchée toute votre vie. On ne peut jamais trouver la joie dans les trois premiers sceaux. De plus, c’est un peu comme piéger un mari et une femme grâce à la luxure. Vous ne pouvez vivre l’un sans l’autre et vous ne pouvez pas sortir du lit. C’est la luxure, c’est un magnétisme chimique. Lorsque cela commence à décliner et que la fatigue s’installe, lorsque vous devez regarder votre vie, les choses ne sont pas tout à fait comme auparavant. Les personnes qui se marient parce qu’elles sont affamées sexuellement et qui ne pourraient pas vivre sans l’amour de cette autre personne, une fois la fleur de la passion passée, le monde réel s’installe. Nous sommes alors irrités et emplis de ressentiment.

Les personnes qui grandissent spirituellement sont maîtres de leur passé, ce qui signifie que leur passé n’existe plus pour elles. La meilleure manière que je connaisse pour vous le dire est que la plupart des gens ici ne connaissent jamais la joie car ce qu’ils recherchent toujours dans une relation amoureuse, c’est ce qui ne va pas, ce qu’ils recherchent toujours dans une amitié, c’est ce qui ne va pas et ce qu’ils recherchent toujours dans la vie, c’est ce qui ne va pas parce que c’est ainsi qu’ils ont été élevés. La joie est donc éphémère et toujours liée à la trahison.

Lorsque vous abandonnez votre passé, ce qui signifie que vous cessez de vous y référer – votre mère ne vous doit rien, votre père ne vous doit rien, vos ennemis ne vous doivent aucune excuse quelle qu’elle soit et vos enfants ne vous doivent aucune excuse non plus, comme cette personne qui a abusé de vous quand vous étiez jeune. Laissez-les tomber afin de pouvoir être libre. Cela vous semble-t-il logique ? Laissez-les tomber. En faisant cela, en leur pardonnant, vous devez vous dire à vous-même, comme apprend à le faire un vrai maître dans cette école:  » En regard de toute l’éternité, cela vaut-il la peine de maintenir ce ressentiment et de perdre le royaume des cieux? Cette personne vaut-elle que je meure et me réincarne afin de payer une dette ici ?  » Cela paraît un peu différent quand vous placez les choses dans cette perspective, n’est-ce pas? Qui dans votre vie vaut la peine que vous mainteniez regret, angoisse, souffrance, chagrin, trahison, ressentiment, abandon? Personne.

Réfléchissez. Vous pouvez avoir le royaume des cieux. Qu’est-ce que cela implique? Cela implique que vous obtenez le pouvoir de manifester quoi que ce soit et tout ce que vous vous appliquez à manifester, que vous pouvez manifester une richesse plus grande que le nombre de zéros que vous êtes capable d’aligner, que vous pouvez redonner la jeunesse à votre corps, que vous pouvez guérir le cancer de votre corps. Vous pouvez être une personne libre, non perturbée par les cauchemars, non encombrée par les responsabilités. Mettons maintenant cela en perspective. Que préféreriez-vous, tous ces zéros ou la trahison? Tournez-vous vers votre voisin et répondez à cette question.

Extraits de Une réflexion du maître sur l’histoire de l’humanité : la redécouverte de la perle de sagesse ancienne, p. 309 … – RAMTHA aux Editions AdA 2007

La symbolique des arbres

 

 images (6)L’Homme accorde souvent à ses rêves ainsi qu’aux phénomènes, objets ou faits qu’il observe autour de lui, ne serait-ce que par leur forme ou par leur nature, des associations d’idées spontanées ou des correspondances analogiques avec quelque chose d’abstrait ou d’absent. 

Ce sont ces correspondances ou ces associations qu’on appelle « symbole ». Il s’agit souvent d’objets ou d’images qui évoquent parfois, dans notre imaginaire, des valeurs magiques, mystiques, divinatoires et surnaturelles. Lorsque l’analogie est naturelle avec l’objet auquel elle se rapporte, le symbole est habituellement plus facile à saisir. 

L’Arbre n’a pas échappé aux règles du sens et de la signification car il renferme à lui seul des thèmes symboliques parmi les plus riches et les plus répandus. On peut distinguer chez lui plusieurs interprétations symboliques qui gravitent à peu près toutes autour de l’idée du Cosmos vivant, autour de notre planète en perpétuelle régénérescence. En effet, sa nature cyclique (ex. mort et régénération des organes, des individus, d’un peuplement ou d’une forêt entière; changements dans le feuillage au fil des saisons) en fait un symbole par excellence de la vie en pleine évolution. De plus, sa verticalité aérienne et souterraine ne symbolise-t-elle pas l’ascension vers le ciel et la descente aux enfers? 

Notre perception visuelle ou imaginaire de l’Arbre répond peut-être à celle de son mystère en nous. Parce qu’il participe entre le visible et l’invisible, que ce soit physiquement ou par abstraction, l’Arbre impose un questionnement éternel. Sa puissance ou sa fragilité sont la nôtre. Être comme un arbre, n’est-ce pas être fort et solide comme un chêne. Juste le fait de penser que l’on puisse épouser son tronc et ses feuilles, constitue autant d’invitations à épouser notre corps, notre énergie intérieure et nos pensées. 

L’Arbre représente donc notre destin soudé dans une seule vie, et pourtant divergent en mille branches. Nous ne pouvons échapper à l’Arbre pas plus qu’à nous-mêmes. Si l’Arbre est notre reflet, c’est qu’il nous ressemble dans sa diversité la plus extrême. À cet égard, la façon dont nous entretenons les arbres et les forêts ne correspond-t-elle pas à l’image que nous avons de nous-mêmes comme société? À l’image que nous offrons aussi aux étrangers qui viennent nous visiter? 

Notre attachement à l’Arbre, c’est l’attachement et le désir qui nous nouent littéralement à cette planète: comme si notre destin ou notre présence sur la Terre consistait précisément à comprendre ce qu’il y a d’étrange et d’inexprimable dans nos enracinements. C’est-à-dire être capables de vibrer sous le vent, de nous courber dans la tempête et de résister sans briser, d’entendre ou sentir la vibration entre le Ciel et la Terre et de percevoir l’énergie formidable qui monte et descend entre les racines et la cime de l’Arbre. 

L’Arbre met en relation les trois niveaux du cosmos que sont le souterrain, la surface et le milieu atmosphérique. Ses racines fouillent effectivement les profondeurs cachées du sol dans lequel elles se développent. Près de la surface, on retrouve son tronc et ses branches maîtresses et, enfin, dans les hauteurs cosmiques ou atmosphériques se balancent ses branches et ses ramures. L’Arbre réunit donc à lui seul tous les éléments, à savoir l’eau circulant dans sa sève, la terre envahie par ses racines, l’air pénétrant par ses feuilles et le feu jaillissant de son bois.

 En Chine, on considère d’ailleurs le bois comme un cinquième élément en soi.

L’arbre de vie L’Arbre est universellement considéré comme un symbole des rapports qui s’établissent entre le ciel et la terre. En ce sens, il possède un caractère central au point de faire de l’Arbre du monde un synonyme de l’Axe du monde: un ferme soutien de l’univers, un lien entre toutes les choses et un support de la terre habitée. 

Ainsi en est-il en Chine de l’Arbre Kien-Mou dont les Dieux, les esprits et les âmes empruntent le chemin dressé au centre du monde, puisqu’il possède neuf branches et neuf racines avec lesquelles il touche aux neuf cieux, c’est-à-dire aux neuf sources de vie. C’est par lui que montent et descendent les souverains: ces médiateurs entre le Ciel et la Terre. 

L’Arbre central qui, du cosmos jusqu’à l’Homme, couvre tout le champ de la pensée par sa puissance et sa présence, c’est l’Arbre de vie puisqu’il est chargé de forces sacrées dû au fait qu’il est vertical et qu’il se régénère, meurt et renaît d’innombrables fois. 

La Bible mentionne que les arbres sont créés au troisième jour, c’est-à-dire avant la vie animale qui apparaît au cinquième jour et la vie humaine, au sixième jour. Il paraît que l’Arbre de vie qui se trouvait au centre du Paradis terrestre, possédait douze fruits: un chiffre symbolique qui est signe d’un renouvellement cyclique. Cet Arbre de la Connaissance ou de la Science du Bien et du Mal, était l’instrument de la chute d’Ève et d’Adam; comme l’Arbre de vie sera plus tard celui de leur rédemption par le biais de la crucifixion de Jésus. 

À propos des aïeuls du genre humain, il est intéressant de constater que c’est par l’entremise de l’Arbre qu’ils ont pris conscience de leur vulnérabilité face à Dieu, et que c’est avec les feuilles d’un arbre qu’ils cachèrent leur nudité pour la première fois. Ces organes auraient-ils donc servi de premier vêtement pour la race humaine, bien avant la fourrure et d’autres fibres végétales? 

Le parallèle entre l’Arbre de vie et l’évolution biologique fait de l’Arbre un symbole de fertilité dont on peut encore observer des témoignages de nos jours. En effet, les jeunes femmes de certaines tribus iraniennes s’ornent parfois le corps d’un arbre tatoué dont les racines partent de leurs sexes et dont les frondaisons aboutissent aux seins. Une très ancienne coutume du bassin Méditerranéen et de l’Inde, fait en sorte qu’il est possible d’apercevoir, isolés dans la campagne et près d’une source, des arbres couverts d’une floraison de mouchoirs rouges, que des femmes stériles ont posé à leurs branches pour conjurer leur sort. 

Mais le symbolisme de l’Arbre est ambivalent en ce qui a trait au sexe. Au plan du monde phénoménal, le tronc dressé vers le ciel, symbole de force et de puissance solaire, serait le Phallus ou l’image archétypale du père. C’est particulièrement le cas des arbres au port fastigié qu’il est inutile de nommer. De son côté, l’arbre creux ou celui au feuillage dense et enveloppant dans lequel nichent les oiseaux, et qui se couvre périodiquement de fruits, évoque l’image archétypale et lunaire de la mère fertile. D’ailleurs, dans les légendes des peuples, l’abondance des arbres-pères et des arbres-mères conduit à l’arbre ancêtre dont l’image, dépouillée peu à peu de son enveloppe mythique, représente aujourd’hui l’arbre généalogique. L’Arbre est presque toujours associé à la naissance, à la généalogie ou à des cycles antérieurs de vie des individus et des communautés. C’est peut-être ce qui explique qu’on le plante aujourd’hui pour commémorer la naissance et la mort d’un être cher. 

L’Arbre de la Boddhi sous lequel, paraît-il, Bouddha atteignit l’illumination, est aussi un Arbre de vie. Une inscription sur l’un des nombreux temples d’Angkor, mentionne que ses racines sont Brahmâ, ses branches Vishnu et son tronc Shiva. Or, Brahmâ est une des principales divinités hindou. Il a été le premier dieu créé et il est le créateur de toute chose. Vishnu représente le principe même de la création du monde et Shiva, le dieu de la destruction. Nous revenons donc à la représentation de l’Arbre de vie chez l’hindou. L’association de l’Arbre de vie avec le divin se retrouve évidemment dans les traditions chrétiennes, ne serait-ce que par l’Arbre de la première ou de la nouvelle Alliance, par l’Arbre de vie de la Genèse ou par l’Arbre de la croix. Le symbole de la Croix érigée sur une montagne, au centre du monde, ramène entièrement l’image antique de l’Arbre cosmique. 

En Orient comme en Occident, l’Arbre de vie est souvent renversé. Cette conception serait attribuable au rôle du soleil et de la lumière dans la croissance des êtres, puisque le haut est source de vie et le bas l’endroit où l’Homme s’efforce de la faire pénétrer. La vie vient du ciel et pénètre dans la terre. Il est à remarquer que cette conception signifie que ses racines sont le principe même de la manifestation et ses branches, la manifestation qui s’épanouit.

Texte de Pierre-Émile Rocray, ingénieur forestier et responsable de la Maison de l’arbre du Jardin botanique de Montréal Communication présentée en février 1997 dans le cadre des déjeuners-causeries de la Société de l’arbre du Québec

Comment travailler avec les Maîtres

images (10)À l’heure actuelle, le travail le plus important, celui qui nous réclame et monopolise le plus d’énergie, c’est celui de la libération de la pensée, et la libération de l’âme. Parce que l’universalité ne peut pas arriver dans une humanité où la pensée est chargée de croyances, de dogmes, d’interdits, de problèmes affectifs, de traumatismes etc. C’est pour cela que je vous ai dit tout à l’heure : « Pour que ces Sages puissent venir occuper leur poste, il faudra aussi un changement social. » Changer la pensée chez les hommes, veut dire aussi changer leur société, nouvel homme, nouveau monde, nouvelle société. Tout doit être changé, et à l’heure actuelle, je vous le dis, ce qui réclame et concentre le plus nos énergies c’est la libération de la pensée, la libération de l’âme, parce que pour faire descendre l’universalité il faut que les pensées soient pures. C’est une évidence. Pour que la coupe reçoive le ciel il faut qu’elle soit vide, heureuse d’être vide et en attente. Il en est de même pour l’esprit. Pour que l’esprit universel descende il faut que les humains aient un esprit plus pur.

Notre action se situe à tous les niveaux, et pas simplement au niveau spirituel. Cela veut dire que la forme, dont je vous ai parlé tout à l’heure, travaille notamment à la libération des mœurs. Ce qui ne veut pas dire que la forme dirige les gens à aller dans une débauche sexuelle de plus en plus grande, ou qu’elle pousse l’enfant à répondre et à bafouer ses parents, ou qu’elle pousse les mères et les pères à ne plus avoir de responsabilité maternelle et paternelle.

L’homme reçoit l’inspiration comme il a reçu l’inspiration de l’église de Jésus, et il en a fait ce qu’il a voulu. Avec le drapeau de Jésus, les hommes sont allés tuer des hommes dans d’autres continents. Des hommes se sont enrichis, ils se sont engraissés d’or. Alors, Jésus tue lui-même son église, mais il ne tue pas l’essence Christique. Il tue le mur de mensonges, mais il ne tue pas ses justes.

Il en est de même pour toutes les inspirations. Ce que les hommes ont été capables de faire avec la parole de Jésus, ils le font aussi avec l’inspiration venue de la forme dont je vous ai parlé. Et lorsque cette forme leur dit : « Essayez d’envisager la liberté affective. Vous aimez un être, dites-le lui. Ne pensez pas qu’il est homme, ou qu’elle est femme, qu’il y a une moralité et que vous ne pouvez pas dire et pas toucher. Découvrez la fraternité. Osez dire “amour” à quelqu’un qui n’est que votre frère et voyez cette personne sous l’angle de la fraternité. »
Mais quand les individus reçoivent l’inspiration et qu’ils ne sont pas tout à fait prêts parce qu’ils n’ont pas réussi à régler certains de leurs problèmes sur un plan psychologique ou sur un plan physique, ils vivent l’inspiration sur un plan très profane, et la personne qui était inspirée pour découvrir la fraternité en chacun de vous, lorsqu’elle échoue, elle se débauche tout simplement. Il en va de même pour toutes les inspirations.

C’est pour cela que toutes les inspirations, un jour, sont dénaturées. Mais qu’importe, il faut qu’elles soient envoyées. Lorsqu’une inspiration est envoyée, si mille personnes la reçoivent, six cents ou huit cents la dénaturent, le nombre qui reste fait le bien et fait le juste. Ceux qui font le contraire de ce qui est juste et bon à propos de l’inspiration, concluront eux-mêmes, à la fin, que ce n’était pas bien et qu’il fallait voir la chose sous un autre angle.

La vie est initiatique et l’homme est libre de prendre l’initiation ou pas. C’est pour cela que vous pouvez faire de l’inspiration ce que vous voulez. L’initiation n’appartient qu’à vous, et vous pouvez vous initier dans le sens du bien comme dans le sens du mal. C’est pour cela que les sorciers existent. Sinon comment pourraient-ils exister ? Je vous le demande. Comment la lumière, puisqu’elle est divine, la puissance, puisqu’elle est énergie divine, pourrait-elle accepter d’être utilisée pour le mal, pour aller ensorceler quelqu’un ou aller tuer des millions d’hommes ?

C’est parce que la lumière est la lumière. N’est-il pas dit que l’homme est Roi et qu’il devra diriger tout ce qui existe, et qu’il en est capable ? De la même manière que l’homme peut faire de lui-même un ange, il peut faire de lui-même un diable, et la Lumière obéit.

N’y a-t-il donc pas une loi ? 

Mais oui, il y a des lois. Et on sait très bien qu’un jour le diable rencontrera Dieu et qu’ils ne se combattront pas. Le Diable va comprendre parce que Dieu va l’aimer. Mais avant que cette rencontre se fasse, il faut que l’homme se fasse pleinement diable et prenne sa forme définitive.
L’homme a un laps de temps pour évoluer et n’a-t-on pas parlé de jugement dernier ? Pendant tout un cycle, un cycle très lent, puisqu’il s’agit de la naissance, du développement, de l’avènement d’une humanité, il s’agit donc de milliers et de milliers d’années, l’humanité pendant ce temps-là est nourrie d’énergies, nourrie d’enseignements, etc. Mais l’homme est libre. Il fait de lui-même ce qu’il veut. Dieu lui a donné son âme, mais l’homme donne la couleur qu’il veut à son âme. Ensuite, il va présenter son âme à Dieu ou à celui que l’on peut nommer Dieu, et c’est là, où il est pris ou refusé. C’est cela le jugement dernier.

Pourquoi attend-on si longtemps ?

Parce que l’on ne peut pas juger un homme à un moment donné de son développement. Il n’a pas les bases nécessaires, la connaissance nécessaire pour que l’on puisse le juger. C’est pour cela que le jugement se trouve à la fin du cycle, et non pas après la mort, après chaque mort. C’est pour cela que le karma existe, parce que le jugement est à la fin du cycle de l’humanité. Le karma étant là, pour chaque fois éduquer les humains à se préparer à ce jugement.
Alors, ce jugement, est-il aussi important que cela ?

Non, il n’est pas important. Dieu n’a pas envoyé des petites âmes sur la terre, en espérant qu’elles soient bien obéissantes, qu’elles poussent dans de belles fleurs, et que le jour où il descendra dans son jardin, il cueillera les belles et écrasera les mauvaises.

En fait, il n’y a pas véritablement de jugement. Ce n’est pas un jugement dans le terme de bon ou de mauvais. C’est une présentation que vous faites de vous-même face aux anges pour savoir si vous pouvez devenir des anges et entrer dans la confrérie, ou retourner sur la terre ou sur une autre planète pour un autre cycle d’apprentissage et d’illumination. Il ne faut pas penser qu’il n’existe que les initiations décrites dans les livres, qu’il n’existe que les initiations connues et données par la hiérarchie planétaire. Les initiations se retrouvent dans tout le cosmos et pendant toute votre vie cosmique. Alors il y a des initiations planétaires et des initiations cosmiques et le jugement dernier qui concerne toute une humanité et en même temps les individualités. C’est la première des initiations cosmiques.

Les hommes sont très contents dès qu’ils ont une initiation planétaire. Une initiation planétaire c’est un grain de sable sur une plage, naturellement. Voyez les millions d’autres grains de sable qui existent sur cette plage. L’humain est très content il se dit : « J’ai une initiation » et il se sent très fier de lui, alors que cela est risible, non pas que l’initiation soit quelque chose d’inutile. Absolument pas.
Ce que je veux, c’est détruire la fausse attitude que vous avez face à l’initiation. C’est pour cela que je la tourne en ridicule. Sitôt que l’homme a un dé à boire, il a tellement soif, qu’il en devient saoul. Et pourtant on ne lui a donné à boire qu’un dé à coudre. Alors vous comprenez que l’on hésite beaucoup à lui donner le tonneau.

Il y a une phrase fantastique d’un frère que nous aimons énormément parce que son esprit était pur et qu’il avait compris toute chose dans sa réalité. Il a dit : « Plus on savait de choses et plus on pouvait conclure que l’on ne savait rien. » C’est pour cela que nous rions lorsqu’un humain s’extasie d’avoir reçu une initiation planétaire. Je veux que vous deveniez adultes.

Lorsqu’un individu a eu une initiation planétaire, qu’il en est très heureux, qu’il le dit à tout le monde, qu’il se proclame même gourou, il est de la même espèce que ceux qui croyaient il y a longtemps, que la terre faisait tourner l’univers. Il se dit : « Moi, je. » Allez disciples tournez autour de mon aura, et il satellise de pauvres âmes qui n’en finissent pas de tourner et qui finalement ne savent plus où elles sont.

Voilà ce qui se passe. Je le dis en souriant, mais c’est un gros problème. Mais le problème ne vient pas uniquement de celui qui pense cette erreur, le problème vient aussi des individus qui l’ont cru. Ce qui veut dire qu’ils ne sont pas plus avancés que celui qui a créé l’erreur et ensemble ils peuvent perpétuer l’erreur. Mais c’est en les laissant dans la confrontation, qu’un jour, celui qui a été malencontreusement happé par ce soit disant gourou, par ce soit disant initié, va finir par voir qu’il a été abusé, et tout s’arrêtera.

Je pourrais vous parler de tous ces problèmes pendant des heures, mais revenons au plan de la hiérarchie.

source : http://www.conscienceuniverselle.fr/

SOYEZ UN PUR CANAL DE LUMIÈRE

images (16)Suite au dernier message sur le jardin intérieur, j’ai reçu plusieurs courriels de personnes qui s’inquiètent pour notre belle planète et qui n’osent pas s’enraciner, de crainte de « siphonner » l’énergie dont Gaïa a besoin pour effectuer sa propre transmutation cellulaire. De même, certains d’entre vous hésitent à se purifier en « nettoyant » leur aura du haut vers le bas, car ils ont peur de transmettre des « énergies néfastes » à notre bonne vieille Terre. 

Or, au contraire, vous ne pouvez imaginer à quel point votre enracinement est important pour l’humanité toute entière ! En réalité, c’est même de par votre disponibilité à canaliser les énergies « discordantes » pour les « épurer » et les « illuminer », que vous participez le plus activement à l’Ascension de la planète tout entière !!! Voici d’ailleurs les précisions que j’ai reçues cette semaine à ce sujet par Bianca Gaïa : 

« Vous êtes le sel de la terre, est-ce que cela vous rappelle quelque chose ? Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde. En ces simples mots, le Christ a su résumer la mission de chaque individu et celle de l’humanité toute entière. « Vous êtes le sel de la terre, et si le sel vient à s’affadir, qui donc l’assaisonnera ? » Comprenez-vous le sens profond de cette interpellation viscérale ? VOUS ÊTES celui ou celle qui peut faire TOUTE LA DIFFÉRENCE ! VOUS ÊTES la saveur même de toute cette expérience qu’est la vie sur terre. Sans votre participation active, sans votre décision de vous incarner ici-bas, la vie elle-même n’aurait plus sa raison d’être ! 

Vous êtes invité, à chaque seconde, à chaque inspiration, à ÊTRE un PUR CANAL DE LUMIÈRE. A capter la lumière dans chacune de vos cellules vivantes pour ensuite en rayonner partout où vos posez les pieds. À emmagasiner le plus d’énergie possible au cœur de tout votre être, pour ensuite pouvoir la transmettre à tout venant, sans jamais vous sentir vidé ou épuisé. 

Imaginez que vous voulez construire un gratte-ciel ou un château en Espagne : plus l’édifice que vous voulez bâtir est gros, plus les fondations devront être solides. Un édifice de 100 étages devra compter plusieurs sous-sols, et pas seulement pour avoir plusieurs places de stationnement étagé… mais pour asseoir ses bases, pour consolider ses assises ! Il en est de même pour ces hautes vibrations que vous aspirez à rejoindre. Si c’est vous qui vous « élevez » vers elles, vous pouvez peut-être goûter à quelques moments d’extase ou de pur délice spirituel, mais ô combien la marche est haute quand vous « retombez » dans votre routine tridimensionnelle ! 

Au contraire, si vous laissez l’énergie de lumière venir à vous, que vous vous appliquez à la faire pénétrer par chacun de vos centres d’énergie pour ensuite aller se « loger », se « cristalliser » dans chaque cellule vivante, c’est tout votre être qui s’illumine et se purifie ! En vous enracinant profondément dans le sol, tout « surplus » ou « excès » d’énergie se transmet donc automatiquement à l’ensemble de la planète qui, vous le savez tous, en a bien besoin ! 

De même, lorsque vous emmagasinez de l’énergie lumineuse dans chaque partie de votre corps, tous les blocages énergétiques, les toxines, les scories et les blessures du passé se voient transmutés, nettoyés et épurés par la paix qui s’installe en vous. Vos pensées elles-mêmes peuvent se voir transformées du fait que vous goûtez chaque jour davantage à l’illumination et que vous reconnaissez enfin QUI VOUS ÊTES ! 

Actuellement, autour de vous pullulent d’innombrables pensées chargées de dualités et de conflits. Vous-même, lorsque vous nourrissez de telles préoccupations ou êtes confrontés à des situations qui vous déstabilisent, avez souvent tendance à « évacuer » ces pensées en tentant de les éloigner le plus loin possible de vous. Si vous parvenez à les entourer de lumière et que vous les projetez jusqu’au soleil afin qu’elles y soient « brûlées » et « détruites », il n’y a aucun problème, tout se passe selon votre désir. 

Mais si vous vous contentez de « faire abstraction » de toutes ces réflexions tourmentées, de les « sublimer » en les chassant de votre esprit, en fait, elles continuent de « roder » autour de vous et de « polluer » les sphères mentales de l’humanité. Vous le savez sans doute déjà, mais certaines de ces pensées se regroupent et finissent par créer des « égrégores », des « masses critiques » de pensées négatives qui, inconsciemment, maintiennent les gens dans la peur, les perturbent et influencent leurs décisions au quotidien. 

Sans que vous vous en rendiez compte, toutes ces pensées de « séparation » d’avec votre Moi divin, toutes ces illusions que vous entretenez de ne pas être encore assez « lumineux » ou assez « parfait » tel que vous êtes, contribuent à ralentir le processus ascensionnel global. 

Toutes vos critiques envers vous-même, vos jugements sur les autres et vos perceptions altérées de la pseudo réalité dans laquelle vous vous emprisonnez agissent sur l’équilibre du système planétaire, comment autant de « virus » et « parasites » qui l’affaiblissent et retardent son ultime « guérison », la création du Nouveau Monde… Ces pensées limitatives qui foisonnent dans votre environnement énergétique, forment ainsi un « dépotoir » d’énergies perturbatrices et aliénantes qui vous « re-contaminent » régulièrement à votre insu. 

C’est d’ailleurs ce qui explique que certaines personnes qui méditent régulièrement, qui atteignent de puissants « sommets » énergétiques ou qui communiquent assidûment avec les dimensions supérieures, se sentent parfois déséquilibrées ou fragilisées sur le plan humain : si vous n’êtes pas assez enracinés, que vous n’avez pas encore « fait la paix » avec vos choix d’incarnation ou qu’il vous arrive de temps en temps de « ressasser » le passé, vous demeurez vulnérables à cet « inconscient collectif » qui vous relie irrémédiablement les uns aux autres ! 

Or, vous pouvez y changer quelque chose. Vous avez tout ce qu’il faut en dedans de vous-même pour « recycler » ces pensées et les transformer en un formidable « combustible énergétique planétaire ». Imaginez ceci un instant : que toutes les pensées « polarisées » de l’humanité en flottement dans la 4e dimension puissent être captées, concentrées, transmutées et transformées en énergie lumineuse. Que les « dépotoirs » de peurs, d’inquiétudes, de limites et de résistances inavouées se voient purifiés par l’intervention collective de tous les travailleurs de lumière… qui choisiraient d’agir tels de puissants « composteurs interdimensionnels» afin de réduire le tout en « purin », en « engrais » énergétique et, ainsi, contribuer à « accélérer » le processus ascensionnel plutôt que de l’entraver ! 

Vous êtes le sel de la terre. Votre intervention fait toute la différence. C’est donc vous qui décidez de la saveur qu’aura votre futur, tout comme celui des générations à venir. À travers votre pur canal de lumière, vous avez la possibilité de reconnecter, aligner et FAIRE UN avec toutes les parties de vous-même, intérieures ET extérieures. Le monde qui vous entoure n’est que le reflet de vous-même : purifiez-vous, illuminez-nous, et enracinez l’énergie ascensionnelle au plus profond de votre ÊTRE et il en sera de même pour toutes les dimensions auxquelles vous êtes relié ! 

Vos pensées créent. Choisissez-les avec circonspection. Nourrissez-les de paix, d’amour et de lumière. Entourez-les de joie et de simplicité. Voyez toutes les résistances et les blocages en vous et autour de vous être dissous et transformés en « compost »… que vous enfouirez profondément dans la terre dans le but d’« enrichir » la qualité du sol et de « fertiliser » les efforts de transmutation de la planète toute entière… 

Pour aller plus loin encore dans cette voie de purification ultime, choisissez de ne voir que le bien et le bon en vous et partout autour de vous. Le « mal » n’existe pas : il n’y a que des humains qui, maladroitement, font de leur mieux pour faire advenir ce qu’ils croient être « le meilleur » dans leur propre existence. Les avenues qu’ils ont empruntées peuvent être discutables, voire même néfastes pour l’humanité à certains égards ; les méthodes qu’ils utilisent peuvent vous paraître douteuses ou même déplorables pour vos semblables, mais si vous tentiez de vous « brancher » seulement sur leur « intention », vous pourriez aisément vous rendre compte que tous ces gens, même ceux qui vous paraissent les plus « controversés », aspirent tous sans exception à une vie de plénitude, d’émerveillement et d’abondance infinie. 

A défaut de rechercher la vie éternelle et l’illumination interdimensionnelle, ils privilégient les outils les plus « bénéfiques » pour eux à court terme, ne cherchant qu’à alléger le poids de leur existence. Certains feront tout en leur pouvoir pour accéder à la richesse et à la « pseudo sécurité » qui en découle, croyant que cela leur permettra de mieux « jouir » de la vie et même, d’en faire profiter leur entourage. En fait, tous, sans exception, s’exercent à devenir « co-créateur » et à « régner en maître » sur la parcelle de terre qui est la leur. Tous, sans en être pleinement conscients, aspirent ainsi à reconnecter avec leur divinité intérieure. Seuls les moyens employés pour y parvenir divergent et vous pouvez convenir qu’ils ne vous correspondent pas personnellement… 

Toutefois, ne sont pas les gestes posés ou les décisions unilatérales qui vous aliènent et vous maintiennent dans ces polarités dualistes, ce sont vos jugements et vos critiques envers ceux qui ne pensent pas comme vous. Ce sont les pratiques même que vous condamnez qui vous maintiennent dans une position d’opposition… qui ne peut qu’alimenter les conflits et engendrer de nouveau la discorde. Revenez donc à l’essentiel : choisissez de ne retenir ce qui vous rend semblable aux autres plutôt que ce qui vous distingue d’eux. Connectez-vous à ce qui, au cœur de chaque individu, vous apparaît comme réellement « compatible » avec votre énergie. 

N’y a-t-il pas, en chaque être humain, tout comme en vous, quelques parcelles d’amour, ne serait-ce qu’envers sa famille et ses amis proches,?  Ne subsiste-t-il pas, en chaque personne, quelques étincelles d’espoir en un monde meilleur où régnerait la paix et l’abondance accessible pour tous ? Tous et chacun ne visent-ils pas à goûter au bonheur sous toutes ses formes, à être bien dans leur peau et à vivre en harmonie avec leurs semblables ? 

Concentrez-vous sur ce qui vous assemble plutôt que ce qui vous différencie et vous distancie les uns des autres. TOUS, vous faites UN avec l’Univers dans lequel vous vivez. Votre paix intérieure est la seule garantie d’équilibre pouvant véritablement se propager à tout le système planétaire au sein duquel vous évoluez. C’est pourquoi il vous faut vous enraciner et prendre bien soin de « recycler » toute pensée perturbatrice AVANT qu’elle n’aille « polluer » l’esprit de vos pairs. 

Ainsi, en vous reconnectant avec le but d’incarnation de chaque personne que vous côtoyez, focalisant votre attention sur la pureté de ses intentions plutôt que les limites de sa personnalité, vous l’invitez à opter pour les meilleures ressources dont il dispose pour mener à bien ses objectifs. En « recyclant » consciemment vos pensées limitatives communes ou respectives, vous favorisez l’avènement de solutions constructives, bénéfiques et justes pour chacun d’entre vous. En ne cherchant plus à « contrôler » ou à « imposer » votre vison des choses, vous ouvrez la porte aux compromis acceptables et permettez de faire advenir « le meilleur » dans chacune de vos vies. En maintenant votre attention sur la lumière qui circule en vous et autour de vous, vous invitez les autres à faire de même et c’est ce qui, ultimement, aura le plus d’impact sur le mouvement ascensionnel déjà enclenché. 

téléchargement (11)Soyez en tout temps un pur canal de lumière. Laissez la lumière vous pénétrer et illuminer chaque parcelle de votre être. Visualisez que l’amour circule en abondance dans vos veines et émane par tous les pores de votre peau. Rayonnez de joie dans toutes les dimensions de votre être ; dans vos corps physique, émotionnel, mental, causal et supra-causal. Aménagez tout l’espace nécessaire en vous-même pour que les hautes vibrations subtiles s’incarnent, se densifient et s’enracinent dans tout votre être, afin qu’elles puissent ensuite fleurir de par toute la planète et dans toutes les sphères de votre vie. 

Votre luminescence s’intensifie à chaque instant. Vous êtes plus qu’un simple canal lumineux, VOUS ÊTES pure lumière et vie éternelle ! Vous êtes cet Être Divin auquel vous aspirez tant à ressembler !  Imprégnez-vous d’énergie christique et vibrez au rythme de la résurrection pascale ! Votre Quintessence s’exprime librement et teinte désormais chacun de vos gestes et chacune de vos paroles. Fusionnez dans l’amour infini, goûtez à la plénitude infinie et rayonnez d’allégresse ! 

… Ainsi, vous reconnaîtrez ENFIN que vous êtes DÉJÀ entrés dans la 5e dimension ! SOYEZ HEUREUX !!! »

 Message de Bianca Gaïa, canalisé par Diane LeBlanc

La beauté est dans la coopération consciente

images (1)compte rendu de lecture de McNair Ezzard – Partage International

Quand on fait un bilan rapide de l’état de notre monde, le nombre et la gravité des problèmes – pauvreté, guerre, faim, catastrophe environnementale – semblent insurmontables. Nous sommes si enracinés dans notre conditionnement d’autodestruction qu’une vision optimiste de l’avenir est inimaginable. La perspective d’un monde meilleur a autant de consistance que la brume du matin sous les premiers rayons du soleil.

Dans son dixième livre, L’Art de la Coopération 1 , l’auteur britannique Benjamin Creme s’élève contre cette vision pessimiste. Pour ceux qui considèrent l’avenir avec consternation, L’Art de la Coopération est un livre d’espoir qui nous présente les défis qui sont les nôtres et les mesures que nous devons prendre face à cette situation. D’après B. Creme, les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont la conséquence d’un système qui est en train de mourir. Les structures politiques et économiques du passé s’effondrent – mais, dans un avenir pas si lointain, une autre civilisation nous attend. Comment nous rendre de l’ancienne à la nouvelle ? Par le sentier de la coopération, dit Benjamin Creme.

Le livre commence par l’analyse pénétrante de nos problèmes, telle qu’elle nous est proposée par le Maître de Benjamin Creme dans deux articles sur la coopération. Dans le premier article, dont le livre a emprunté le titre, le Maître présente la coopération comme la clé de notre salut. On pourrait penser que le seul apprentissage de la coopération est bien peu de chose, mais, à en croire le Maître, il constitue pourtant la solution à nos problèmes et c’est lui qui nous conduira à un monde meilleur : « … par la coopération, et par elle seule, les hommes apprendront le véritable art de vivre [...] Par la coopération, la nouvelle civilisation se construira, la nouvelle science se révélera, la nouvelle compréhension se manifestera. Ainsi les hommes grandiront-ils ensemble dans la découverte de leur divinité. Ainsi connaîtront-ils la joie et le bonheur de vivre ensemble en unité » (p. 18).

La réponse est simple, mais nous avons du mal à en saisir le sens. Il y a une barrière qui nous empêche de comprendre l’importance de la coopération. Cette barrière est une attitude matérialiste profondément ancrée, qui se reflète dans notre comportement compétitif dans presque tous les domaines de la vie – dans la famille, dans les groupes et entre les nations au niveau international. Elle se construit dans notre petite enfance lorsque nous apprenons à lutter pour obtenir l’affection de nos parents, et elle se renforce quand nous grandissons du fait de l’impact sur notre personne des structures sociétales et économiques. Benjamin Creme ajoute : « [...] la compétition [est] répandue de nos jours. C’est la nature même de nos systèmes politiques et économiques qui est en cause » (p. 22).

Mais la compétition n’est pas seule. Elle est fondée sur la peur, qui sous-tend tous les aspects de notre approche de la vie. Nous pensons que nous n’en avons pas assez pour vivre, que le créateur n’a pas pris en compte tous nos besoins. En conséquence, nous saisissons tout ce que nous pouvons et prenons beaucoup plus que ce dont nous avons besoin, individuellement comme collectivement. C’est une situation où tout le monde est perdant, parce que notre quête du « toujours plus » conjuguée avec la surpopulation et la diminution des ressources nous a conduits à une impasse.

Selon B. Creme, il nous faut aborder la vie de façon différente si nous voulons nous libérer de la peur et de la compétition pour aller vers la coopération. Il nous faut adopter le partage. Maitreya nous dit : « Faites-moi confiance, faites confiance à la vie, faites-vous confiance, faites confiance à votre divinité intérieure, et partagez les ressources de la Terre » (p.41). Lorsque l’humanité acceptera le partage comme mode de vie et instituera la justice, la compétition prendra fin et notre confiance en la vie s’en trouvera renouvelée.

Maitreya et les Maîtres nous montreront ce que la vraie coopération signifie. Comme dit le Maître de B. Creme : « Les Maîtres, ne sont pas des novices en matière de coopération. Dans tout ce qu’ils font, la coopération occupe une place centrale. Il ne pourrait en être autrement dans la Fraternité manifestée, où le chancre de la compétition est inconnu. Nous formons sincèrement le vœu que les hommes apprennent l’art de la coopération, et à cette fin nous ferons office de mentors, enseignant par l’exemple » (pp. 18-19).

Nous ne sommes pas pour autant obligés d’attendre Maitreya. Nous pouvons commencer de coopérer. Ce sera sans doute difficile, particulièrement pour les adultes qui sont profondément engoncés dans leurs habitudes, mais, selon B. Creme, c’est plus facile pour les enfants, qui sont malléables, et auxquels les parents peuvent enseigner la coopération. Nous n’avons pas vraiment le choix. Ou nous apprenons à coopérer, ou il faut nous préparer à un avenir difficile.

L’unité

Des mots comme unité et amour , qui font aujourd’hui partie intégrante du vernaculaire du nouvel âge, sont souvent utilisés par des personnes qui n’en appréhendent pas le sens profond. Mais le lecteur qui veut saisir l’unité dans le sens où Benjamin Creme l’utilise doit comprendre que ce mot est une idée sacrée. Bien plus qu’une idée, l’unité est une réalité. C’est une grâce que d’en faire l’expérience et de connaître cette qualité qui a son origine dans le Mental de Dieu. L’unité est d’une grande beauté quand elle s’épanouit, écrit B. Creme. Nous sommes un. Le fait que tous les atomes soient interconnectés en est la démonstration. Et nous sommes tous constitués de la matière de ces mêmes atomes. C’est pourquoi rien n’est jamais séparé de rien dans le cosmos. « Il n’existe rien d’autre que la structure atomique de tout le cosmos. C’est de lui que nous venons, écrit B. Creme. Il est, comme le dit le Maître « la source de tout notre être » (p. 257). Quand nous regardons autour de nous, nous voyons des myriades de formes. Mais, en raison d’un conditionnement erroné, nous pensons qu’il n’existe que la diversité, qui se caractérise par la séparation. Il s’agit d’une illusion. Notre nature même, notre réalité, est exactement le contraire de la séparation. Elle est unité.

Nous sommes des âmes, explique B. Creme. L’âme connaît l’unité de la vie. Et le reflet de l’âme, la personnalité, qui sait à un niveau plus profond que cela est vrai, cherche à exprimer cette unité. Que nous en soyons conscients ou non, nous recherchons l’unité lorsque nous nous identifions avec quelque chose de plus important que nous – notre famille, un parti, ou une famille de nations. Il est facile de constater ce que le manque d’unité entre nations a généré. Chaque nation ne voit que son intérêt national, sans se préoccuper de l’effet de son action sur le monde. Heureusement, Maitreya et les Maîtres de sagesse sont venus sur la Terre pour nous aider : les choses peuvent donc commencer à changer. La préoccupation du plus grand bien commence à devenir un critère important dans nos actions. La synthèse et l’unité peuvent devenir l’objectif premier. Comme B. Creme le fait remarquer, le choix de l’unité dépend de nous. Les Maîtres ne portent jamais atteinte à notre libre arbitre. Mais une fois que l’unité sera choisie et que nous travaillerons pour la mettre en œuvre, nous devrons continuer de la nourrir sous peine de la voir dépérir rapidement. Comme dit le Maître, nous devons prendre soin de l’unité « comme un sage jardinier [qui] cultive son jardin, veillant attentivement sur chaque bourgeon et chaque nouvelle pousse» (p. 235).

Le travail de groupe

Le travail de groupe est un thème important dans de nombreux ouvrages de B. Creme ; il en est de même dans L’Art de la Coopération . La coopération et l’unité sont d’une importance vitale si l’on veut que l’effort de groupe soit couronné de succès. De même que la compétition porte atteinte aux relations internationales, de même elle nuit au travail de groupe, dont elle peut gravement compromettre l’efficacité. Quand, dans un groupe, des individus entrent en compétition pour des questions de prestige et de reconnaissance, lorsqu’ils rivalisent pour imposer leurs idées, le vrai visage de la compétition apparaît. L’existence de la compétition dans un groupe signifie que c’est la personnalité à l’œuvre et non l’âme. Et quand la personnalité est à l’œuvre, le conflit est inévitable.

A la question de savoir quelle mesure de conflit un groupe peut tolérer sans que son unité n’en soit menacée, B. Creme répond : « Aucun conflit. Toute manifestation de conflit menace l’unité du groupe » (p. 267). Les membres d’un groupe doivent apprendre à s’élever au-dessus du conflit, au-dessus des réactions des personnalités, répondre à partir du plan de l’âme et donner ainsi à la coopération et à l’unité l’occasion de grandir.

Le mirage

Selon B. Creme, le mirage est une forme de brouillard. Il constitue le plus grand obstacle à la coopération et à l’unité. Le Maître Djwhal Khul a lui aussi décrit le mirage comme un brouillard qui se caractérise par l’accumulation de tous les aveuglements, ainsi que de toutes les conceptions fausses et toutes les interprétations erronées que l’on peut connaître dans la vie. Tant que nous ne sommes pas parvenus à un certain niveau de conscience, nous ne nous apercevons même pas que le mirage est un problème. Et tant que nous ne le voyons pas à l’œuvre dans notre vie et ne nous efforçons pas de nous en débarrasser, le mirage continue de nous faire agir contre notre véritable intérêt. Nous passons d’une vie à l’autre, incapables de distinguer le vrai du faux. C’est pourquoi nous souffrons.

B. Creme donne des exemples de la façon dont le mirage peut aller jusqu’à affecter le travail de groupe. Il parle également de l’Amérique, de ses mirages et de leurs effets sur les plans intérieur et extérieur dans les relations avec les autres nations. Ces exemples sont une preuve très perturbante du caractère envahissant du mirage.

Le but est de nous libérer du mirage. Pour ce faire, nous devons devenir polarisés mentalement. Une fois cette polarisation réalisée, la lumière de l’âme peut agir par l’entremise du corps mental pour dissoudre le mirage. Mais nous devons faire un effort pour avoir accès à la lumière de l’âme. Nous y parvenons grâce au service et à la méditation, spécialement la méditation de transmission, nous apprend B. Creme. La polarisation mentale est le résultat d’un processus d’élévation du niveau de conscience. Au début, nous nous retrouvons dans une sorte d’impasse : tant que nous sommes plongés dans le mirage, nous n’en sommes pas conscients, mais devons en prendre conscience pour pouvoir en sortir. Il nous faut donc nous entraîner à devenir conscients – des pensées, des réactions émotionnelles et des conditionnements qui constituent le mirage – mais sans jamais juger ni le mirage, ni notre propre personne. B. Creme conclut : « Quand vous en devenez conscients, le mirage disparaît » (p. 133). Et quand le mirage disparaît, coopération et unité émergent tout naturellement.

Notre force

Unité et coopération sont des synonymes qui reflètent la volonté divine. Quand nous coopérons, nous créons l’unité. Quand l’unité est réalisée, la coopération en est le résultat naturel. Toutes les deux mènent au même résultat : une vie sans division, une vie où le partage et la justice sont devenus réalité. Car quand nous vivons dans l’unité, quand nous coopérons, les besoins du soi séparé perdent de leur importance, et les besoins du groupe, les besoins supérieurs prévalent.

La coopération et l’unité sont notre force. Elles sont la voie de l’avenir. Les mettre en œuvre, c’est ouvrir grand l’espoir. Les perdre, c’est nous mettre gravement en danger. Le philosophe britannique Bertrand Russel a dit : « La seule chose qui rachètera l’humanité est la coopération. » Ce livre de B. Creme, nous montre qu’elle est la seule voie de l’avenir.

Benjamin Creme, L’Art de la Coopération. Partage Publication, 2 e édition, 2006.

Les relations et la Flamme violette

 

 

Les relations et la Flamme violette dans LEMURIENS de TELOS images-61Les relations humaines sont une source de grands défis pour la majorité d’entre nous. J’aimerais vous donner quelques conseils à ce sujet. 

Si vous voulez apporter des changements dans vos relations afin d’obtenir gain de cause ou un résultat spécifique, vous risquez l’échec. Voilà pourquoi il vaut toujours mieux invoquer la solution divine parfaite. Si vous désirez préciser le résultat espéré, il est important de libérer l’espace pour qu’il en soit autrement en ajoutant à votre prière ou requête : « Que ce soit ainsi ou mieux, selon la volonté divine ». Votre Soi supérieur perçoit et connaît la situation d’ensemble qui reste voilée à vos yeux. Si, par exemple, un mariage semble sur le point d’éclater, sur le coup vous dites : « Oh mon Dieu ! J’ai prié et invoqué cette Flamme violette, j’ai fait tout en mon pouvoir pour être aimant, compatissant et résoudre la situation avec amour et clémence, mais j’ai l’impression d’avoir affaire à une catastrophe encore pire ». Et si ce mariage se dissout quand même, cela signifie-t-il un échec pour autant ? 

Je vous assure que non. Ce n’était pas le résultat espéré parce qu’il s’agissait d‘une relation karmique ayant atteint son terme, et votre Soi supérieur est désormais prêt à ouvrir votre vie à quelque chose de plus approprié à votre voie et à votre bonheur. En raison de l’excellente qualité du travail intérieur accompli, vous avez obtenu le droit de passer à une liaison plus épanouissante. Où est donc la catastrophe, si ce n’est dans l’illusion éphémère qu’entretient l’humain ? 

Dans une situation difficile avec votre partenaire, votre rôle n’est pas de décider de l’issue voulue, parce qu’il pourrait alors s’agir d’une attitude de contrôle ne servant pas votre bien suprême ; toutefois, en faisant appel à cette énergie violette, en bénissant ce qui est, en l’inondant d’amour, de tolérance, de compassion dans toutes les circonstances sur votre route et en acceptant la solution divine, vous êtes assuré du meilleur résultat pour vous-même et pour les personnes concernées. On dit aussi de la Flamme violette qu’elle est « faiseuse de miracles ». 

Vous devez vous rappeler que l’intelligence divine sait toujours ce qui servira à votre bien suprême. Vouloir que les choses se passent comme vous le désirez, cela revient à dire : « Eh bien, Dieu, je veux ce truc, mais il faut que ça se passe à ma façon, même s’il ne s’agit pas, en fin de compte, de mon bien suprême ». Et par la suite, si vous insistez pour n’en faire qu’à votre tête, ne soyez pas surpris d’obtenir ce que vous désirez. Mais bientôt, vous vous apercevrez que ce n’était pas vraiment ce dont vous aviez besoin. 

L’humanité va devoir assimiler ces enseignements de manière beaucoup plus vaste. Des événements surviendront en ce monde qui exigeront de graves décisions, les plus graves que vous aurez eu à prendre depuis plusieurs vies. Sous peu, votre Terre-Mère ne tolérera plus le type de séparation qui sévit ici en son corps, et les gens devront s’adapter ou se retirer. Le nouvel « ordre mondial » sur cette planète n’est pas celui que projettent vos dirigeants ; ce sera une vie en union totale avec le Soi divin et le Créateur. L’ordre divin sera établi ici sous peu, que vous le vouliez ou non. 

Toutes vos relations, que ce soit avec votre famille, votre conjoint ou encore en société, sont des miroirs de votre Soi. Tout ce qui se passe sur le plan personnel ou global, dans une ville, lors de l’éruption d’un volcan ou d’un tremblement de terre, est toujours le reflet d’une énergie négative que les gens portent en eux. C’est le miroir de leur colère, de leurs peurs, de leurs déceptions, de leur avidité, des injustices humaines, du chagrin, etc… ce ne sont rien de plus que des reflets de ce qui a été engendré à l’échelle humaine. 

Les gens créent constamment, par leurs pensées et leurs émotions, ainsi que par leurs paroles et leurs actions et par les dialogues intérieurs qui se poursuivent incessamment lorsqu’ils sont éveillés. Ils affirment vouloir le corps parfait, le mariage idéal, et ainsi de suite, mais s’ils surveillaient leurs pensées et leurs sentiments, s’ils en prenaient conscience, ils découvriraient que leur création ou les énergies qu’ils émettent dans leur champ aurique ne peuvent corroborer leurs désirs. Si quelqu’un leur montrait, instant par instant, le caractère de leurs pensées et de leurs sentiments depuis, disons, les derniers cinq à dix ans, et à partir de quelle négativité ils ont tissé leur réalité, ils comprendraient sur le champ pourquoi ils n’ont pas la santé ou le corps parfait qu’ils désirent, pourquoi ils essuient des échecs amoureux et pour qu’elle raison leur situation financière laisse à désirer. 

Chacun doit prendre conscience de ses pensées, de ses sentiments et de ses paroles, pas uniquement de ses actes. Les paroles sont puissantes, et vous renforcez sans cesse la négativité par des mots, particulièrement par le biais de vos émotions. En effet, vos paroles ne correspondent pas toujours à ce que vous ressentez. Vous affirmez peut-être vouloir plus d’argent, mais intérieurement vous êtes un indigent. Vous rêvez d’une relation amoureuse plus heureuse, mais intérieurement vous ne croyez pas la mériter et n’être aucunement disposé à désherber le jardin de votre âme afin d’attirer le partenaire idéal. Vous souhaitez un corps parfait, mais intérieurement vous ne vous appréciez pas, vous n’aimez pas votre corps tel qu’il est, vous n’admettez pas les leçons qu’il vous enseigne. Vous n’acceptez même pas que ce que vous vivez correspond à ce que vous avez façonné par le passé, que ce soit en cette vie ou dans une autre. Le corps ne répond qu’à l’amour ; vous ne l’aimez pas et n’en prenez pas soin comme nous tous à Telos. Très  peu parmi vous s’apprécient suffisamment pour s’offrir les soins nécessaires, la plupart ne donnent pas au corps les nourritures dont il a besoin pour rajeunir et rayonner de santé. Comment donc espérez-vous avoir un corps parfait ? 

Quand vous décrétez que vous êtes malades, fatigués, que vous en avez marre de ceci ou de cela, vous préparez un puissant décret qui vous renvoie les énergies que vous venez d’affirmer. Vous affirmez constamment avec autorité ce que vous ne voulez pas. L’univers entend ; « Oh, elle est malade, fatiguée, elle en a marre, elle a créé toute cette énergie avec tant d’intensité et de puissance, alors on va la lui offrir, c’est certainement ce qu’elle désire ». et du coup, c’est ce que vous obtenez : le reflet de votre miroir. 

Invoquer la Flamme violette est un magnifique rituel à observer chaque jour. Et en vous y livrant, vous n’accumulez pas d’autres énergies déséquilibres. Vous pouvez utiliser cette Flamme pour nettoyer les négativités amassées. Ainsi, il n’y a jamais de surcharge. Chaque humain sur cette planète doit rembourser des dettes à la vie, contractées lors d’incarnations présentes ou passées. Si vous aviez manifesté davantage l’état de maître au cours d’existences antérieures, vous seriez peut-être ici-bas dans une forme physique ne subissant aucune difficulté et menant une vie relativement facile. Deux aspects sont à travailler lorsque vous êtes incarnés sur terre. En premier lieu, vous travaillez avec le quotidien au jour le jour ; en deuxième lieu, vous devez également rééquilibrer vos dettes à la vie datant de votre passé immédiat ou lointain. Le karma joue un certain rôle dans vos expériences humaines. Quand vous acceptez et vous abandonnez à votre lot quotidien, faisant appel aux propriétés purificatrices de la Flamme violette, vous chevauchez la vague de la vie beaucoup plus facilement et avec grâce ; votre karma prend dès lors le caractère d’une bénédiction et non d’un désastre.

 

Extrait de TELOS III – Message de Adama, Maître Lémurien, canalisé par Aurélia Louise Jones – page 233

 

LA TERRE AUSSI…

 

La planète malade de l’homme

et le cycle dégénératif de l’oxygène

 LA TERRE AUSSI… dans PLEIADIENS (TERRE) telechargement-10

Une approche selon la clairvoyance éthérique. Bilan : la race humaine devra quitter la Terre où elle s’auto-étouffe tout en dénaturant un milieu originellement conçu pour l’évolution des espèces non humaines. En s’accrochant à une dimension qui n’est pas la sienne, l’âme humaine se dénature, devient malade et perturbe l’harmonie planétaire. Il faut donc concevoir une véritable écologie spirituelle, et mettre en place une civilisation qui nous permettrait de retrouver notre nature originelle. Mais nous allons en sens contraire en nous accrochant au plan physique  par oubli de notre origine. 

Les défenseurs de la nature sont très gentils, mais leur rêve d’une planète idéale provient de leur ignorance du cycle dégénératif constant. La consommation d’oxygène entraîne l’émission de  gaz carbonique qui est réassimilé par les autres règnes, qui à leur tour dégagent un oxygène de plus en plus dégradé selon son essence éthérique. Donc, la qualité spirituelle de l’air que notre âme absorbe et dont dépend sa santé est en chute continue. Ce processus est lent mais irréversible. Il est invisible à l’observation normale qui ne s’alarme que de la pollution chimique, sans voir qu’un auto empoisonnement définitif nous menace à  long terme. Bien entendu, il s’agit là d’une position qui semble plus philosophique que scientifique, car l’humanité ne s’est jamais souciée de la qualité spirituelle de l’oxygène quelle respire. Les naturistes et idéalistes voudraient que la nature soit originellement pure et dans un état d’équilibre parfait. Mais c’est ignorer les  raisons métaphysiques de la présence de l’être humain ici-bas.

Les mythes racontent que nous avons été déportés de l’Eden initial sous une forme spirituelle d’abord, et que nous avons progressivement cristallisé notre enveloppe matérielle. Qu’importe si l’on rejette l’hypothèse spirituelle de l’origine de l’humanité, mais le fait de la constante dégradation du cycle de l’oxygène demeure.  Les ésotéristes pouvant lire dans la mémoire de la nature, sont seuls capables de détecter la raison métaphysique du problème. L’empoisonnement est de nature éthérique. Il découle directement de la présence anormale de l’humanité sur une dimension qui n’était pas originellement la sienne. L’on peut appeler cela « évolution », mais il s’agit en réalité d’une entropie, d’une chute constante dont la conséquence finale sera l’impossibilité de respirer sur cette dimension. C’est là l’origine de nos problèmes existentiels, lesquels ne sont pas créés par des prédateurs ou par un esprit mauvais inhérent à notre nature humaine, mais par notre présence anormale sur le plan terrestre. C’est pourquoi, quoi que nous fassions, en bien ou en mal, sur cette terre, nous l’usons et la détruisons. Nous la dégradons par le simple fait de respirer. Comment est-ce possible diront les gentils naturistes si fiers de leur planète bleue ?

Voilà le secret. L’être humain était à l’origine un être spirituel qui a été déporté dans une zone galactique réservée aux règnes végétaux et animaux pour lesquels la Terre est un paradis. Ce paradis éthérico-organique a accueilli les entités humaines en quête d’un lieu de refuge et leur a fourni des corps extraits de son milieu. Ces organismes corporels sont terrestres mais l’entité spirituelle qui les habite est d’une autre nature. Il y a incompatibilité.

C’est là l’origine de notre malaise existentiel, de notre folie, de notre incapacité de vivre heureux comme les animaux dans le vert paradis des bêtes, des plantes et des fées.

Nous usons lentement notre milieu d’accueil par notre souffle même, et finalement, nous le détruirons par notre science qui est une tentative désespérée pour survivre.

C’est pourquoi, le salut de l’homme et de la planète terre serait que nous retrouvions notre état spirituel afin de ne plus dépendre des conditions physiques, en soulageant ainsi les autres règnes de notre présence incongrue.

La nature retrouverait alors sa qualité éthérique d’harmonie, et le monde retrouverait son état originel de « jardin de plaisance des dieux », alors qu’il en est devenu le dépotoir.

Mais qui se soucie de la qualité éthérique des éléments vitaux ? Et pourtant, c’est là où réside la pollution irréversible, celle qui fera qu’un jour l’humanité ne pourra plus se maintenir sur le plan terrestre. 

L’homme est semblable à une pile qui assimile et transforme des forces éthériques présentes dans l’atmosphère et dans les quatre éléments chimiques : hydrogène, oxygène, azote et carbone. A chacun de ces éléments correspond une force éthérique. L’oxygène est une condensation de « l’éther lumineux ». L’âme humaine assimile ces quatre nourritures éthériques correspondant à l’hydrogène, l’oxygène, l’azote et le carbone.

Notre vitalité, notre énergie vitale provient de ces substances éthériques que nous convertissons en forces dans notre organisme.

Prenons l’exemple de la respiration.

La substance que nous inhalons est différente de celle que nous exhalons. Nous exhalons entre autres du gaz carbonique, oxyde de carbone qui est un produit de la combustion, une transformation de son double vital « l’éther chimique ».

Nous connaissons différentes propriétés du gaz carbonique. L’atmosphère en contient naturellement, attendu qu’il se forme par la respiration des hommes et des animaux et par la combustion et la décomposition de matières organiques. Si rien ne l’empêchait, notre atmosphère contiendrait toujours davantage de gaz carbonique, ce qui nous serait funeste ; car une flamme s’éteint immédiatement dans ce gaz. Tout processus de combustion deviendrait donc impossible dans une atmosphère ainsi surchargée et toute vie y serait littéralement étouffée.

Pour parer à cette menace, le règne végétal intervient. Les feuilles de la plante absorbent le gaz carbonique et rejettent de l’oxygène.

Le règne végétal prévient donc notre asphyxie par un produit de notre propre pile humaine !

Des observateurs ont déterminé dans quelle mesure l’atmosphère peut être saturée de gaz carbonique sans entraîner la mort.

Un homme normal peut, dit-on, supporter 5% de gaz carbonique. Or, remarquez que ce gaz est toujours présent dans l’atmosphère, quoiqu’à un degré moindre !

Pensez maintenant à votre maison, à votre chambre, à votre jardin. Vous passez une très grande partie de votre vie dans votre habitation. Vous y respirez et y produisez du gaz carbonique que vos plantes absorbent avidement. C’est une bénédiction pour vous et pour les plantes aussi. Car, sans gaz carbonique, pas de plantes et sans plantes, vous étoufferiez !

Le règne végétal et le soin qu’il exige est donc de nécessité vitale pour tout homme de la nature. Plus il y a de décomposition et de combustion, plus il y a de gaz carbonique ; plus il y a de gaz carbonique, plus il y a de plantes ; et plus il y  a de plantes et plus il y a d’assurance- vie pour nous.

Donc, en retour du gaz carbonique qu’elles reçoivent de vous et de votre chat, vos plantes vous fournissent de l’oxygène. Cependant, ce n’est pas un oxygène complet mais un sous-produit.

Sur le plan éthérique, on observe que la qualité de cet oxygène est toujours un éther lumineux, mais plus sombre, de vibration très ralentie. Cet oxygène végétal déficient se mélange de nouveau à l’oxygène de l’atmosphère, après quoi, nous l’inhalons de nouveau et produisons du gaz carbonique…

Considérez cette chaîne de vie et comprenez que vous vivez à la faveur du règne végétal !

Vous découvrirez peut-être également que tout ceci est un processus alarmant et très critique, parce qu’il est dégénératif.

D’autres facteurs interviennent simultanément avec le cycle de l’oxygène. Le sous-produit du carbone rend nécessaire le règne végétal, et  cela pour notre salut. Mais les sous-produits de l’azote, de l’hydrogène et de l’oxygène rendent nécessaires, outre le règne végétal et animal, celui des insectes et des microbes, et celui des êtres élémentaux. Et ceci à notre attention ! En effet, ces règnes assimilent tout ce qui nous ferait mourir. Ils vivent, et existent littéralement de nos radiations de mort, et nous donnent en retour le produit de la dissociation de ces radiations.

Dès lors, trouvez-vous étrange que ces règnes naturels qui vivent des exhalaisons de mort de notre existence coupée de la source originelle, s’épient, se chassent, s’entre-dévorent, se mutilent et se souillent mutuellement dans la lutte pour la survie ? Comment est-il possible d’y voir de la beauté et la main de Dieu ? Comment est-il possible d’en espérer une perfection ? Voyez-vous clairement la tragédie de cette loi naturelle inexorable ? Vous qui cherchez la « santé » sur le plan matériel, ne réalisez-vous pas qu’il s’agit d’un enfer qui ne produit que de la souffrance ?

Avez-vous compris que votre état actuel provient d’une « chute », une rupture avec la loi universelle,  et que cet état vous oblige à contribuer à cette dégénérescence ?

Combien réalisent que l’humanité est entraînée à une vitesse vertigineuse dans une abomination lorsqu’elle produit de l’énergie en dissociant l’atome d’hydrogène qui est sur le plan spirituel le milieu de naissance de l’âme ?

Si les écologistes pouvaient comprendre la véritable écologie spirituelle, ils cesseraient de protester pour ce qui semble des broutilles en comparaison du drame fondamental.

Comprendrons-nous à temps que nous collaborons à une catastrophe cosmique ?

L’homme originel reçut le souffle de vie, mais il exhale à présent un souffle de mort.

Un enfant pourrait comprendre que les règnes naturels qui sont là pour nous protéger, ne peuvent suffire à la tâche. L’homme consomme de la nourriture synthétique; des contrées toujours plus étendues sont déboisées et défrichées ; le danger microbien et le venin des insectes, combattus de façon de plus en plus massive ; les maladies sont refoulées par les vaccins et les médicaments ; les animaux des campagnes remplacés par des machines…que ne fait l’homme dans sa rage d’assurer son existence conservatrice ?

Il combat les dangers en en déchaînant d’autres. C’est la mer à boire ! Les forces génératrices de mort engendrées par ces piles vitales que sont les humains, ces forces dégradées que les règnes protecteurs de la nature ne peuvent plus absorber entièrement, s’étendent et se multiplient. Sans cesse, le souffle  de mort gagne du terrain et le résultat ne peut être qu’une explosion atomique sous forme d’une crise :  une « révolte cosmique ».

Toutes les maladies qui accablent l’humanité sont occasionnées par l’un des règnes naturels sous-humains ; ces règnes étant nécessaires à l’absorption des dangereux produits de nos piles vitales.

Prenons par exemple, le moustique qui n’est rien qu’un bout de venin piquant, et qui est la cause de maladies dans de nombreux pays. Cet insecte vit à partir des produits atomiques de notre pile vitale. Il nous recherche et nous pique par réaction aveugle, car pour se maintenir, toute créature se tourne vers son créateur. (Nous ne développerons pas ici comment les pensées humaines finissent par se matérialiser au fil de longues périodes, sous formes de monstres qui reviennent vers la source de leur existence, nous-mêmes…)

Que faire pour contrer les moustiques ?

Ils sont exterminés et cela est compréhensible. D’autres insectes qui succèdent à cette tâche sont également combattus. Les microbes et virus qui, pour les mêmes raisons reviennent vers nous et rongent nos corps, sont combattus. Nous devons le faire, parce que nous ne pouvons pas faire autrement !

Mais quand nous réussissons à exterminer ces agents d‘infection, alors, c’est du super venin que nous produisons nous-mêmes, et dont nous devenons entièrement la proie, tandis que, jusqu’ici, grâce aux fonctions biologiques de ces règnes sous-humains, nous n’en subissions, sous forme de maladies, qu’une réaction ralentie, donc affaiblie !

Peut-on imaginer tragédie plus profonde ?  Combattre des maladies, rechercher la santé et, par là même, inhaler à larges traits nos propres miasmes de mort.

Celui qui comprend clairement tout ceci et l’éprouve en pleine conscience : celui qui parvient à cette connaissance, commence à se connaître lui-même. Il s’engage alors dans une recherche sérieuse sur l’origine et la destination de l’humanité. 

Au bout de son enquête, il ferme ses livres et ses oreilles aux élucubrations des spécialistes et des réformateurs. Il n’y a plus en lui qu’une aspiration : retourner à la source de la Vie.  Mais, il doit d’abord abandonner ses croyances idéalistes, philosophiques, scientifiques et religieuses pour parvenir à une totale lucidité.

Ce travail de déconditionnement des idées reçues est une tâche que bien peu veulent effectuer car notre culture ne nous apprend pas à aller au fond des choses. Il y a toujours une restriction, un préjugé, une crainte pour nous détourner de la lucidité. Et lorsque nous commençons à comprendre, alors, les marchands d’espoir rappliquent avec leurs évasions, leurs fausses solutions et leurs bricolages messianiques.

Or, il y a une espérance. Il y a une issue, mais elle implique une profonde connaissance de soi et un profond désir de libération.

Heureusement, l’humanité n’est pas abandonnée à son ignorance et aux mauvais bergers qui lui font miroiter un bonheur artificiel dans leur camp de concentration planétaire.

Les lois universelles corrigent les situations déviantes qui mettent en péril les systèmes planétaires sur toutes les dimensions. 

Une telle correction est à l’oeuvre dans le système solaire. Ce qui nous paraît infiniment long à cause de notre dimension ralentie est  l’effet d’un règlement cosmique immédiat.

C’est pourquoi les hiérarchies conservatrices terrestres et d’autres races parasitaires sont très actives aujourd’hui.

Se sentant menacés, ces groupes tentent de plaquer l’humanité au sol par la violence politique ou à l’aide d’illusions diverses. Mais, peut-on tricher avec les lois universelles ?

Le jugement tombera inéluctablement car il a été prononcé dès le tout début de la déviation.

L’univers enregistre parfois des expériences négatives du point de vue de l’harmonie divine, expériences se déroulant sur des dimensions éloignées de la Source. Mais la correction est inéluctable, sauf qu’elle est enregistrée sur une dimension de vibration ralentie, telle cette longue période qui est l’histoire du monde.

Ainsi, le risque n’est pas de manquer le salut ultime, mais plutôt de chercher à l’anticiper par toutes sortes d’artifices. Ces tentatives spéculatives nées de la douleur et de l’espoir qui en découle, sont plus pernicieuses que le mal qu’elles tentent de combattre. Ne prenant pas en compte le Plan divin, ces expériences politiques et scientifiques « humanistes » aggravent la situation planétaire.

L’on peut dire que la grande trahison provient de la théologie qui a interprété à rebours les textes sacrés. C’est la racine de l’illusion dans notre culture. Nous avons été manipulés à croire le contraire de la vérité, et quoique nous commencions à ouvrir les yeux, ces croyances enracinées forment notre structure mentale.

Il faut donc remettre en question ce que l’on a voulu nous faire croire dans le but de nous maintenir plaqués au sol.

Dans l’état actuel de notre conscience, dépendante de son support physique programmé pour une survie aveugle, il est difficile de VOIR la situation avec lucidité.

Cela est même impossible si l’on réalise combien notre conscience est tributaire de la forme. Cette forme physique capte toute notre énergie pour son entretien et sa survie.  Lorsque nous nous « spiritualisons », ce désir de survie prend un caractère plus noble mais tout au fond, c’est la peur sécuritaire qui parle.

Cette peur enracinée dans le subconscient nous sollicite afin que nos efforts soient détournés vers une spiritualisation de la matière, telle la politique des loges occultes, mais pas vers une émancipation réelle.

Les lois universelles en ont décidé autrement  et la vérité va faire craquer le système. Ceux qui ne pourront pas s’ouvrir aux rayonnements cosmiques qui corrigent la situation, seront toujours plus malades et deviendront quasi déments. On ne peut exister contre l’univers.

Il y a un salut pour la race humaine si elle accepte de se défaire de ses fausses croyances. Alors, les processus de redressement s’accélèrent et l’homme retrouve sa puissance originelle.

Il se délivre et délivre la création « malade de l’homme » en même temps.

 

Auteur : Yasmine ROONEY – LE PROJET PLEIADIEN – l’Assistance pléiadienne dans la vie humaine. 

Un déclencheur du lâcher prise

Un déclencheur du lâcher prise dans CERCLE DE GRACE zen-150x150Voici un truc qui semble facile, mais qui demande un peu de pratique. C’est un excellent déclencheur du lâcher prise. Il s’agit de vivre le moment présent. Cela nous fait automatiquement couper court aux pensées parasites, qu’elles concernent le passé, l’avenir, les problèmes, les faux buts et les mauvais moyens. Ici et maintenant libère, permet de décrocher et d’être sensible aux alternatives. Trouvez un moyen qui vous permette d’être dans le moment présent. Pourquoi ne pas vous mettre à la photo pour vous forcer à regarder ou à l’observation des oiseaux ou des papillons ou au jardinage ou même à la méditation ?

 

 

LE LACHER PRISE

(Note: cet article est adapté du chapitre 12 du livre Oser changer: mettre le cap sur ses rêves. BÉRUBÉ, Marie & VACHON, Marc. Éditions Oserchanger.com. 2010.) 

Le concept du lâcher prise peut s’expliquer et s’appliquer de bien des façons. Une manière très simple de l’apprivoiser consiste à l’opposer à son contraire : le contrôle.

 Tous, à des degrés divers, nous aimons bien avoir le contrôle, que ce soit sur notre travail ou des parties de celui-ci, sur notre vie personnelle, sur nos émotions, sur les autres peut-être. Nous aimerions bien parfois avoir le contrôle sur des événements qui, justement, sont hors de notre contrôle. Lorsque nous réalisons que nous ne pouvons changer ni les événements ni les autres et que nous pouvons seulement changer notre façon de les percevoir, nous sommes dans le lâcher prise. Nous nous donnons alors une chance de vivre moins de stress. De la même façon, lorsque nous modifions notre action pour arriver à un résultat, nous faisons preuve de flexibilité et de notre habileté à décrocher d’une conduite stérile.

 Dans tous les événements qui nous arrivent, il est important de faire la différence entre ce que nous pouvons contrôler, ce que nous pouvons influencer et ce que nous ne pouvons ni contrôler, ni influencer. Faire une distinction entre les trois est sans doute une première étape dans le lâcher prise. 

Marie Bérubé, psychologue

 

TELOS entretien de J.C Genel

 

TELOS entretien de J.C Genel dans LEMURIENS de TELOS lumier10-225x300Les très nombreux entretiens que j’ai depuis plus de quinze ans me confortent dans l’hypothèse que, selon notre disposition d’esprit, nous portons parfois un peu du fardeau des autres afin qu’ils bénéficient d’un peu de répit, d’in ciel plus clément, juste le temps de recouvrer la force de poursuivre le chemin. Nous n’en tirons aucune gloire car l’échange est permanent et bien au-delà de notre conscience humaine. Cette hypothèse me plaît car elle rend les relations avec autrui plus légères, plus fluides, plus aimantes.

 Les temps sont venus pour nous d’accomplir la pensée d’un sage amérindien ; « Nous ne sommes pas des êtres humains venus vivre une expérience spirituelle, mais des êtres spirituels venus vivre une expérience humaine ». Voilà qui peut nous aider à réfléchir différemment à notre condition et à quitter les croyances millénaires qui renforcent, générations après générations, l’illusion. Notre besoin de nous libérer n’a jamais été aussi tenace et le message lémurien nous encourage à franchi le pas, à devenir responsables de nos vies.

 Aurélia Louise Jones insiste sur le fait que nous devons rêver une vie nouvelle. Que serait cette nouvelle vie ? Peut-être voir au-delà de l’aspect humain, au-delà de l’illusion. Etre capable de sentir la vie des autres, les aider à réaliser leurs rêves parce qu’au fond, ils sont un peu les nôtres. Nous entretenons tous l’idée de retrouver le paradis perdu, d’être heureux et de vivre en bonne intelligence, d’être dans la lumière et la sagesse de nos frères lémuriens. Et si cela était possible maintenant ? Partout sur la planète, des vortex d’énergie s’ouvrent ou son réactivés. Des descentes de lumière venant des mondes subtils nous inondent. Les scientifiques reconnaissent que de profondes transformations magnétiques affectent la Terre. Une abondante littérature mystique – channeling, romans, enseignements etc… voit le jour. La naissance d’enfants appelés psychiques ou indigos et enfin des manifestations spirituelles de plus en plus nombreuses sont autant de signes que notre intelligence se prépare à vivre un saut quantique. C’est le moment de vivre ce que nous sommes, parce que notre vie est une histoire d’amour. Seul l’amour nous équilibre et nous protège de tout. A chaque phase d’accélération dans l’évolution – c’est ce que nous vivons – nous sommes aidés et accompagnés par les êtres d’autres dimensions. La résurgence Lémurienne, la résurgence de la conscience christique en est la preuve et ce n’es t pas la seule.

 Préparons-nous à porter un regard différent sur la vie. Celle-ci est le vaste laboratoire dans lequel nous avons choisi d’expérimenter l’amour inconditionnel. Nous ne somme spas ici-bas en train de vivre un purgatoire, mais en train d’essayez d’évoluer en même temps que notre planète. Nous devons devenir conscients que nous sommes des êtres de pouvoir, de pouvoir spirituel, et que nous pouvons tout changer. Bien sûr que tout est fait pour entretenir la peur, au point que nous résistons de toutes nos forces au changement que nous savons pourtant irrémédiable ; mais à quoi sert notre cerveau alors ? Si nous avons un intellect, c’est pour nous permettre de réfléchir à ce que nous ressentons dans le cœur, pas pour nous abîmer devant la télévision ! Ecoutons notre cœur si nous voulons vibrer d’amour. L’amour nous conduit à vivre en conscience la cinquième dimension  en toute sécurité.

 Depuis que j’ai conscience de la résurgence lémurienne, je vis un bien étrange sentiment ; celui d’une nostalgie bienfaisante. Ce que je ressens au contact d’Anahmahr et de l’enseignement que je reçois par Channeling, me rappelle tout ce que j’ai pu découvrir de l’amour christique à travers la vie de Jésus grâce aux Annales akashiques. Là est le lien avec la résurgence lémurienne. La conscience christique s’offre de nouveau à chacun de nous comme une opportunité exceptionnelle. Les messages que vous trouverez dans l’ouvrage « Les jardins d’Anahmahr » amorcent un processus de retour à la source, à l’essentiel de nos vies. Je vous en souhaite une lecture agréable, studieuse, joyeuse… une lecture utile en tout cas. Il faut savoir saisir toutes les occasions de nous rapprocher de nous-mêmes.

 Les Jardins d’Anahmahr est une pierre à l’édifice de la nouvelle conscience à laquelle nous appartenons et que nous devons assumer désormais dans nos pensées, nos paroles et nos actes. 

 

Extrait du livre « Les Jardins d’Anahmahr » Messages de la Cité de Telos – Les éditions des 3 Monts – Introduction page 17.

Servir un But

 

Servir un But dans Les MESSAGERS de l'AUBE loracle-bleuLa colère sert un but. Vous voulez tous en avoir fini avec la colère: vous voulez la balayer sous le tapis et agir comme si ce n’était pas bien d’être en colère. Vous faites comme si c’était des légumes pourris tout juste bons à jeter et enterrer dans le jardin puisque ça ne sert plus à rien. Nous répétons avec insistance qu’il y a un but à la peur et un but à la colère. Si vous vouliez bien vous permettre d’exprimer et de ressentir vos peurs, ce qui pourrait mener à l’expression de votre colère, vous apprendriez quelque chose. Ceux et celles parmi vous qui veulent désespérément éviter la peur et la colère, et qui ont vraiment peur de ces sentiments, ont quelque chose de grand à apprendre de ces émotions. Elles sont des techniques qui vous permettent de dépasser vos limites personnelles d’identité et de comportement, et vous avez simplement peur d’en faire l’expérience.

La plupart du temps, tout ce que vous désirez c’est d’être acceptés. Vous avez l’impression que personne ne vous aimera si vous faites certaines choses ou ressentez de telle ou telle façon; vous ne vous donnez pas alors la permission d’éprouver ce genre de sentiments. C’est de là que provient la colère. Il y a de la colère en vous parce que vous portez des jugements sur ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire. Si vous ne vous donnez pas la permission de ressentir quoique ce soit, vous ne pourrez apprendre. Les sentiments vous connectent avec la vie.

Les sentiments servent une foule de fins chez les êtres humains. Nous vous encourageons tous à bien vouloir leur faire confiance, les cultiver et vous y fier. Comprenez le fait que vos sentiments sont votre billet pour circuler dans les réalités multidimensionnelles, là où vous devez aller si vous êtes sérieux dans cette démarche. Vous apprenez dans les réalités multidimensionnelles à maintenir et focaliser plusieurs versions différentes de vous-mêmes à la fois. Les sentiments peuvent vous amener en ces endroits, particulièrement les sentiments auxquels vous faites confiance. Beaucoup parmi vous sont très méfiants et font preuve de dominance à l’égard de leurs émotions. Vous ne vous permettez pas de ressentir certaines émotions, ou vous les jugez immédiatement lorsqu’elles surviennent plutôt que d’observer où elles vous mènent et ce qu’elles vous apportent.

Parce que vous craignez quelque chose, vous ne vous laissez pas la possibilité d’en faire l’expérience en érigeant un mur qui dit: «Si je vais là-dedans, c’est mauvais pour moi.» Vous mettez un frein à toute amorce d’émotion. En réalité, par la force des choses, votre peur amènera en fin de compte l’expérience à ressurgir dans votre développement puisque toutes les pensées en viennent à se traduire sous une forme ou l’autre selon le degré d’influence émotionnelle qui s’y rattache. Alors parfois, la meilleure chose à faire est sans cloute de vous dire, «Oh !  Et puis zut alors. J’y vais. Je laisse tomber toute résistance.» Faites ensuite face à ce qui se présente et ne vous souciez pas de savoir si vous être centrés ou non alors que vous vous situez dans votre centre émotionnel. Si votre intention est d’être dans votre centre émotionnel tout en cherchant à conserver le contrôle, vous ne vous accordez pas alors la liberté de mouvement nécessaire pour chevaucher les émotions capables de faire tomber les limites et les systèmes de croyance.

La colère a son utilité. La colère n’est pas sans but et la souffrance n’est pas sans but. Elles vous mènent toutes deux vers quelque chose. Vous pouvez décider de vous situer dans votre centre émotionnel et d’apprendre à demeurer centrés tandis que vous explorez les opportunités qui s’offrent alors à vous. Si vous dites, «Je vais demeurer centré là,» ça semble indiquer que vous ne vous permettrez aucun mouvement hors de cet espace que vous avez délimité. Au lieu de cela, exprimez simplement l’intention de garder une attitude centrée.

Cela ne veut pas dire que les choses ne fluctuent pas; cela veut dire que vous permettez aux choses de fluctuer. Peu importe si le bateau est sur le point de chavirer ou s’il est en eaux calmes, vous le permettez. Vous chevauchez le flot des émotions, puis vous en retirez une aventure calme ou agitée. Vos émotions ne sont pas simplement de la nourriture pour les autres, elles sont de la nourriture pour le soi. C’est ainsi que vous vous nourrissez et que se forge votre identité. C’est là votre identité, comme une fréquence créée par vos émotions. Les émotions sont pour vous une nourriture et c’est grâce à elles que vous amenez à l’existence vos projets.

Vous allez devoir vous occuper de chacune de vos limites, simplement parce que c’est ce que vous ne voulez pas faire. Vous aimeriez pouvoir dire, «J’aimerais que par magie soit éliminé tout ce qui me limite. Boum !  Je suis libre !» Idéalement, ce serait si simple. Voilà un exemple classique d’une tentative pour éviter de faire face à ses émotions. Vous entretenez certaines croyances ou sentiments à forte connotation émotive contribuant à ériger ces limites autour de vous, de sorte que lorsque vous brisez une limite, vous n’avez d’autre choix que d’affronter alors l’émotion qui avait au départ entraîné l’établissement de cette limite. C’est votre corps émotionnel qui vous relie au corps spirituel. Vous voulez peut-être éviter quelque chose de difficile, néanmoins il vous faut user de votre sensibilité profonde pour ressentir votre chemin à travers cette émotion.

Vous voulez balayer les choses difficiles sous le tapis et dire, «Je ne veux pas faire ces choses», alors que les choses difficiles sont vos gemmes les plus précieuses. Même si vous découvrez que vous avez 101 000 limites, ne laissez pas la frustration s’emparer de vous. Dites simplement: «Voilà qui est intéressant.» Examinez les limites que vous avez établies et, plutôt que de laisser la colère vous gagner contre celles-ci, observez-les simplement et voyez si vous pouvez découvrir comment elles sont apparues. Voyez quelle fin elles servent — dans quelles circonstances vous avez acquis ces limites.

Aussitôt que vous acceptez de reconnaître l’existence de quelque chose et que vous avez la volonté de vous en libérer, le mouvement commence. Lorsque vous vous accrochez mordicus ou que vous avez peur ou que vous dites, «J’aime bien cette limite; elle me sert très bien», vous vous imposez alors une limitation.

Enseignements de notre Famille de Lumière des Pléiades – BARBARA MARCINIAK – les messagers de l’aube

Les formes-pensées créatrices

 

Les formes-pensées créatrices dans PLEIADIENS (TERRE) pere-noel Considérez-vous comme un portail et vos émotions, comme des gardiens qui déterminent le type d’énergie admise sur le plan terrestre, parce que vous êtes les portiers d’autres dimensions. Vous devez avoir de l’amour envers vous-même, car c’est à partir de vous-même que vous opérez dans cette réalité. Le corps physique que vous occupez représente votre poste de base. L’histoire entière de votre corps physique vous a amené au point précis de conscience où vous vous rendez compte de votre grande signification. Votre corps est votre véhicule de transport, votre Mercedes, il ne peut être échangé, du moins pas pour cette fois. Vous êtes celui qui définit ses limites, celui qui dit : « Ceci me plaît, mais par cela. Ceci est bien, mais cela ». Apprenez à fonctionner sans culpabilité en ayant de l’amour pour vous-même et l’assurance que ce que vous avez créé comporte une possibilité de croissance spirituelle.

 Chaque pensée que vous concevez prend vie et forme, de la même façon qu’un boulanger pétrit la pâte et moule des gâteaux. Chaque fois que vous pensez à quelque chose, une forme-pensée prend naissance. Cette forme-pensée coopère avec vous et acquiert de la vitalité grâce à l’éther des formes-pensées collectives. Ce que vous lancez reviendra sous forme d’expérience, bonne ou néfaste. Vous êtes le créateur. Peut-être mesurez-vous maintenant l’ampleur de ce que vous mettez en branle par vos pensées et croyances élémentaires ; la jalousie ne mène à rien de bon ni le fait d’alimenter la haine, la vengeance ou ce type de sentiments. Lorsque vous leur donnez vie, ils reviennent vous hanter afin que vous fassiez personnellement l’expérience de votre puissance créatrice.

 Lorsque vous avez de l’amour pour votre corps et pour vous-même, vous arrivez à préciser ce à quoi vous êtes disponible. Vous apprenez à dicter ce à quoi sont disponibles vos molécules parce que votre intention est déclarée à partir des cellules de votre être.

 Nous vous enseignons les règles pour acquérir les droits de propriété. Il vous faut devenir souverain afin d ‘avoir la force d’abriter une rencontre avec votre moi multidimensionnel. Si la vibration de votre intention est claire et puissante, rien qui ne soit en accord avec celle-ci pourrait être magnétisé vers vous. Souvenez-vous ! Vous créez votre réalité dans une version propre à vos convictions.

 Les énergies vivent à partir de votre force vitale, la kundalini, nichée à la base de l’épine dorsale et qui s’élève idéalement dans tout le corps physique ; les gens n’ont souvent qu’une compréhension de la kundalini en tant que passion du désir sexuel. Souvenez-vous, cette force que l’on nomme désir sexuel est capable d’engendrer la vie. A sa façon, votre passion vous féconde et vous fait engendrer la vie. Cette force, malgré le fait que vous n’êtes pas conscient de sa vitalité et de ses propriétés à engendrer la vie, peut être dérobée ou siphonnée de bien des manières. Vous avez pour responsabilité d’élever votre kundalini tout le long de vos chakras, d’abord à l’intérieur puis hors de votre corps, et d’utiliser cette force pour créer. Cette vitalité intérieure vous donne courage, grâce et l’assurance permettant d’utiliser vos talents de jardinier pour semer avec l’esprit.

 Souvent, les gens possédés font l’expérience de leurs propres formes-pensées revenues à eux. Les attaques psychiques impliquent l’envoi intentionnel par une personne de choses visant à en perturber une autre ; les deux parties sont engagées dans la création du processus. La somme totale d’un parcours évolutif aboutit à l’intégration de toutes les choses accomplies et à l’acceptation de l’ombre et  de la lumière. Vous devez prendre la responsabilité de ce que vous créez, mais comment prendre cette responsabilité à moins de sa savoir ?

 Parfois, une énergie qui veut vous faire connaître sa présence fera quelque chose vous permettant de reconnaître que vous n’êtes pas dans votre état normal. Afin que vous en preniez conscience, elle fera quelque chose d’exagéré de façon à attirer votre attention. Vous pouvez dire : « Bon d’accord, je sais que tu es là. J’ai compris. Je sens ta présence. Tu n’as plus besoin d’aller si loin désormais ». L’énergie apprendra à se modifier elle-même lorsqu’elle fusionnera avec vous. Vous devez gardez ouvertes vos lignes de communication. Ne croyez pas que parce que l’énergie ne se manifeste pas en trois dimensions devant vous, qu’elle ne saisit pas que vous communiquez avec elle.

Extrait de Terre, clés pléiadiennes de la Bibliothèque vivante – Les Pléiadiens canalisés par Barbara Marciniack page 150.

Vos pensées façonnent votre réalité

 

gifs santéQuand j’étais petite, mon grand-père m’a raconté une histoire qui illustre ma croyance. Un homme travaille dan son jardin quand un étranger se présente et lui dit : « J’envisage déménager. Pouvez-vous me dire à quoi ressemblent les gens de la ville voisine ? »

Le jardinier se frotte les mains sur sa salopette et demande à l’étranger :

-          Comment étaient les gens de la ville où vous viviez ?

-          Des tricheurs et des menteurs de la pire espèce.

-          Dans ce cas, je suis désolé de vous le dire, mais je crois que vous trouverez que les gens de cette ville sont eux aussi de simples malotrus.

-          Je vous remercie, de répondre l’étranger, en ce retournant dans la direction opposée.

Un peu plus tard, une autre personne vient voir le jardinier occupé à ramasser ses navets.

-          Excusez-moi de vous interrompre, mais je songe à déménager et je me demandais à quoi ressemble la ville voisine.

-          A quoi ressemblait celle où vous viviez ? demande le jardinier.

-          C’était merveilleux.les gens étaient doux et gentils.

-          Dans cas, répondit le jardinier, je pense que vous trouverez des gens très doux et très gentils dans la ville voisine.

-          Merci, dit l’étranger en se dirigeant vers la ville en question.

Il faut savoir qu’en changeant vos attentes, vous ne pourrez pas toujours modifier les circonstances de votre vie. Il demeure néanmoins que vous serez davantage susceptibles de faire des expériences positives si vous vous attendez au meilleur plutôt qu’au pire. Par conséquent, si vous vous trouvez dans une situation dont l’issue vous paraît plutôt sombre au départ, sachez que vus avez le pouvoir de changer le cours des choses et que cela peut faire toute la différence.

Y a-t-il des situations dans votre vie où vous vous attendez au pire ? Faites-en la liste et au cours des dix prochains jours, réfléchissez à des moyens d’en attendre le meilleur. Avant de faire face à une situation, prenez le temps d’examiner vos attentes et, si celles-ci vous semblent entièrement négatives, changez-les afin qu’elles reflètent ce que vous voudriez qu’elles soient. Attendez-vous au meilleur de la part des serveurs, des vendeurs, des préposés au stationnement, des chauffeurs de taxi, de vos collègues, de vos amis, des membres de votre famille, de vos voisins, des étrangers que vous croisez… de tout le monde ; plus vous pratiquerez cet exercice plus vous verrez la réciproque se produire chez les autres. Si vous vous attendez à ce que même les gens les plus mesquins se montent gentils et bienveillants, vous pourriez avoir la surprise de les voir se comporter exactement comme vous l’avez imaginé. Ce qui pourrait ressembler à un miracle relève de votre pouvoir de le provoquer. Et même si ces gens ne changent pas d’attitude, vous vous sentirez tellement mieux d’avoir cherché le bon côté des choses et de vous être attendu au meilleur chez les autres plutôt que de penser que le ciel allait vous tomber sur la tête.

 

 

L’AME SE NOURRIT DE VERITE – Ce que j’ai appris dans mon cheminement vers la joie par Denise Linn aux éditions AdA page 109.

12

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...