LES DOUZE HEURES DE LA ROUE ARCHETYPALE

 

Après avoir accepté la façon dont les archétypes restructurent la méthode de lecture intuitive, on en perçoit un bien plus grand nombre. En plus des quatre modes de survie, par les plus fréquents qui se présentaient il y avait le Sauveteur, le Serviteur, la Princesse, le Chevalier, la Reine, le Roi, le Guérisseur Blessé, le Mystique et le Modificateur.

En essayant de schématiser le sens de leur énergie pour des étudiants et pour d’autres, je me suis rappelé un exercice que mon cher mentor et professeur d’université avait enseigné. Pour amener une classe de spiritualité à un grand détachement dans la perception de la réalité, elle demandait que chacun de nous s’imagine être assis au centre d’une horloge. Chacune des douze heures de l’horloge représentait une réalité complètement différente. Une heure représentait les enseignements spirituels du bouddhisme ; une autre, les principes des traditions hindoues ; les autres, le judaïsme, le christianisme, l’islam, le taoïsme, le confucianisme, le shintoïsme, le mouvement Wicca, le zoroastrisme, le chamanisme et l’athéisme. Cette image montre qu’il n’y a pas qu’une seule réalité, que la vérité se présente sous  bien des formes. Se détacher des idées préconçues, ou s’asseoir au centre, disait-elle, c’est la seule façon de percevoir clairement la vie.

ROUE ARCHETYPALE

 

L’horloge représente aussi un cycle de vie complet. Le jour et la nuit ont chacun douze heures, et une année compte douze mois. Douze signes du zodiaque entourent notre planète, douze apôtres ont été envoyés en mission par Jésus, et les douze tribus d’Israël composaient le peuple juif de la Bible, sans doute le fondement de toute la tradition spirituelle occidentale. Les implications mystiques de ce nombre douze suggèrent qu’il est également devenu un modèle archétypal. Lorsqu’elle est divisée en douze sections, l’horloge ressemble aussi à une roue, l’une des plus anciennes représentations de l’âme, du destin, de la chance et des cycles de la vie.

Ainsi, la forte image obtenue est celle d’un système de soutien cosmique unifié. En examinant notre dessin, on réalise également  qu’il est ainsi reproduit inconsciemment le dessin ancien de la roue astrologique et que même numéroter les douze maisons des signes du zodiaque, il vient immédiatement à l’idée que ce gabarit cosmique est la forme idéale pour rendre les archétypes plus tangibles.

Carl Jung soutenait que nos ancêtres « projetaient » des schémas archétypaux sur les mythes et le folklore de la même façon qu’ils attribuaient aux configurations des étoiles des formes humaines et animales et leur donnaient des noms et des personnalités :

Nous le voyons très clairement en examinant les constellations, dans lesquelles les formes chaotiques originelles ont été organisées par la projection d’images. Cela explique l’influence des étoiles que suggèrent les astrologues. Ces influences ne sont que des perceptions inconscientes, introspectives, de l’activité de l’inconscient collectif. Tout comme les constellations étaient projetées sur les cieux, des figures semblables ont été projetées sur des légendes et des contes de fée ou des personnages historiques.

Cela expliquait le lien que j’avais ressenti, à l’origine, entre les archétypes et le zodiaque. Je saisissais peut-être un aperçu de l’inconscient collectif en voyant les douze maisons du zodiaque superposées à ma Roue Archétypale. Les formes de ces roues, qui se chevauchent partiellement, auraient pu n’être qu’une heureuse « coïncidence », mais plus je travaillais avec la confluence entre les douze archétypes et les douze maisons du zodiaque, plus ferme était ma conviction qu’ils pouvaient éclairer nos Contrats et nous amener à nous percevoir autrement.

La Roue Archétypale est une méthode intuitive qui met de l’information symbolique à notre disposition. Nos archétypes deviennent encore plus importants lorsque vous les voyez à l’œuvre dans les maisons qui signifient douze aspects différents de votre vie. la Roue vous aide à décoder les tendances sous-jacentes de votre vie. elle vous montre vos expériences et vos relations sous la forme de drames spirituels, remplis d’occasions de transformation personnelle.

Nos humeurs et émotions influencent la disposition de nos modèles archétypaux dans notre Roue. La façon dont tombent les runes ou les osselets dans une séance de lecture, par exemple, reflète notre état émotionnel énergétique, de même que l’atmosphère énergétique de cet instant. La pleine lune et les autres phases sont réputées affecter les émotions, tout comme les aspects planétaires, les taches solaires ou l’influence des orages électriques. Les méthodes intuitives s’accordent particulièrement aux énergies cosmiques, car toutes les énergies sont inter-reliées. 

Comme pour une carte du ciel, le but de la Roue Archétypale est d’étendre notre compréhension de nous-même. Plus précisément la Roue est un médium à travers lequel nos modèles archétypaux peuvent mieux jouer leur rôle en déployant notre Contrat Sacré. Comme des aimants, nos archétypes rassemblent les éléments essentiels pour qu’une expérience se manifeste, y compris les gens avec lesquels nous avons des Contrats et les moments auxquels nous devons effectuer des choix importants. Chacune des maisons est également alignée sur les énergies d’un ou plusieurs chakras, là où leurs zones d’influence se chevauchent. Cette confluence d’énergies devrait nous aider à nous faire une meilleure idée de la nature de nos maisons archétypales.

La première maison par exemple, symbolise l’ego et la personnalité. L’archétype qui correspond à cette maison représente le modèle d’influence inconsciente dominant de notre ego et de notre personnalité. Parce que c’est la maison qui nous enracine dans le monde et gouverne notre sentiment d’identité, elle est alignée avec les énergies des premier et troisième chakras. Lorsque j’enseigne la Roue dans un atelier, je demande aux gens de deviner quel archétype tel membre du groupe loge dans sa maison de l’ego. Beaucoup sont capables d’identifier l’archétype exact, tandis que d’autres décrivent habituellement des caractéristiques associées à ce dernier. Les hommes qui possèdent l’archétype du Chevalier dans leur première maison, par exemple, dégagent souvent une aura scintillante de chevalerie, de romantisme et de charme. Ils peuvent également paraître protecteurs, surtout envers les femmes et faire preuve de savoir-vivre dans leur façon de se vêtir ou de parler. Cet archétype est parfois évident, parfois subtil. 

Selon les enseignements astrologiques, chacune des douze maisons d’une carte du ciel (une carte indiquant la position précise des planètes au moment de notre naissance) représente un centre d’intérêt différent de notre vie. Les douze maisons de la Roue fournissent un moyen pour évaluer le fonctionnement de nos archétypes au quotidien, au sens propre et symbolique. La huitième maison par exemple, appelée « Ressources des autres » se rapporte à l’argent des autres, à notre façon de l’utiliser et aux héritages et aux questions juridiques. Notre héritage peut se rapporter non seulement à notre legs financier mais aussi à notre mémoire biologique génétique et ancestrale, de même qu’à nos attitudes et croyances tribales traditionnelles qui remontent à une génération ou à un millénaire.

Même si vous pouvez interpréter vos archétypes et leurs maisons à la lettre, vous devez étendre leur signification au plan symbolique. Si vous vous arrêtez au sens littéral d’un mot, vous serez insatisfait, car vous ne pouvez établir un lien concret entre un modèle archétypal et la signification de la maison dans laquelle il se trouve. Vous interprétez concrètement ce qui se passe devant vos yeux. Par exemple, les héritages émotionnels, psychologiques et génétique sont tout aussi réels, sinon plus, que l’argent et la propriété ; ainsi, lorsque vous examinez vos héritages, veuillez également considérer les caractéristiques physiques, comportementales et émotionnelles que vous partagez avec votre famille. Lorsque vous tentez d’interpréter la signification d’un modèle archétypal dans sa maison, envisagez tous les aspects de l’image et de l’information qu’elle détient. Ce faisant, vous créerez un portait plus complet de tous les modèle set de votre raison d’être. Rappelez-vous que vos archétypes sont vos guides lorsqu’il est question de déceler vos Contrats et d’atteindre votre potentiel divin.

Tous vos modèles archétypaux sont certainement présents dans les particularités de chacune des douze maisons, car ensemble, ils se comportent comme un seul et même système holographique au sein de la psyché. Néanmoins, un modèle domine selon le thème de chaque maison…

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

LE RECALIBRAGE DE GAIA

 

images (6)Chaque humain est entouré d’un champ magnétique que certains ont même qualifié de magique, car non seulement votre registre akashique s‘y trouve, mais aussi les attributs de votre Moi supérieur (ou âme). Il est le reflet de votre ADN, et si vous aviez des yeux quantiques, vous pourriez regarder un humain et saisir qui il est, qui il a été, et quels sont ses problèmes. Vous verriez ce que nous appelons l’inné de l’humain, l’intelligence même de la structure cellulaire. Il y a dans la salle des gens qui ont cette vision, et ils sont ce que vous appelleriez des intuitifs médicaux, des lecteurs de vies passées, et ainsi de suite ; Les guérisseurs présents dans cette salle dépendent de cette seconde vue et voient autour de l’humain. Ce n’est pas un mystère ni de la magie. C’est de la science. Je n’ai pas encore mentionné Gaïa, n’est-ce pas ? J’y arrive.

Chez l’humain, l’inné est le point entre l’intelligence de sa structure cellulaire (et de son ADN) et sa conscience d’humain tridimensionnel. Certains dans la salle, pratiquent ce qu’on appelle la kinésiologie. C’est là une manière de parler à l’inné. L’humaine st intelligent, mais étrangement, il ne l’est pas encore suffisamment pour savoir ce qui se passe dans son propre corps. Une maladie est peut-être en train de se développer dans votre corps, mais vous  continuez tout bonnement à sourire, inconscient, puis vous avez mal. N’est-ce pas étrange ? Mais l’inné le savait dès le départ.

Vous avez peut-être à utiliser le test musculaire (la kinésiologie) afin de découvrir à quoi vous êtes allergique ou ce qui se passe dans votre organisme : c’est un processus qui procède par oui ou par non. N’est-il pas intéressant que vous deviez passer par ce processus pour découvrir ce qui se passe dans votre corps ? Vous pourriez vous dire : « Il manque peut-être quelque chose. Il faudrait savoir immédiatement ce qui se passe dans notre propre structure cellulaire ». Vous auriez raison. En effet, il y a un pont entre toute cette information quantique et votre conscience. Je n’ai toujours pas encore mentionné Gaïa n’est-ce pas ? Et voici le bouquet.

L’énergie de Gaïa est dynamisée par l’humanité

Gaïa coopère avec l’humanité. Elle est toujours en train de mesurer ses attributs. Jadis, alors qu’il y avait peu d’humains sur la planète, et que ceux-ci savaient être en contact avec Gaïa, elle répondait à cette réponse, affectait l’ADN humain. Celui-ci recevait ainsi de Gaïa des signaux sur l’état de son propre fonctionnement. L’ADN est conçu pour fonctionner en symbiose avec Gaïa et celle-ci est conçue pour réagir à la conscience humaine. Tous deux forment un système interactif.

L’ADN est conçu pour donner à l’humain une très longue vie, ainsi qu’une régénération et une autoguérison complètes. Il est conçu de façon que le pont entre vous et l’inné soit toujours là. Mais apparemment ce n’est pas toujours le cas. Vous avez entendu parler de ces humains d’autrefois qui vivaient de longues années. N’était-ce là qu’une coquille dans les textes sacrés ? Non. Qu’est-ce qui permettait alors à certains humains d’être en meilleure santé ? Ce qu’on disait à propos de leur âge était-il vrai ? Oui, ça l’était, et voici pourquoi. Le champ qui vous entoure, vous et les autres, est tellement aligné sur Gaïa que vous coopérez et changez l’un en fonction de l’autre. Les Anciens le savaient, et c’est pourquoi ils étaient en union avec la planète. C’est ce que vous allez commencer à découvrir vous aussi. 

Gaïa crée l’énergie adéquate pour la planète en fonction de la conscience humaine. Nous vous le disons depuis vingt-deux ans. Cela vaut aussi en sens inverse, car votre ADN, dans son ensemble, réagit à quelque chose qui s’appelle la Grille cristalline de la planète. C’est une « grille de mémoire » qui emmagasine l’énergie et les événements de l’humanité. Nous vous avons déjà livré des enseignements sur la Grille cristalline. C’est une coquille invisible qui entoure le sol de la Terre  et qui retient toutes les énergies et toute l’histoire de tous ceux qui ont vécu sur la planète. A votre naissance et à votre premier souffle, votre champ quantique entre en résonance avec la Grille cristalline et s’ajuste à l’énergie de la planète. Il en est ainsi depuis le début de votre humanité.

A présent, l’énergie de cette planète est chargée de millénaires de guerre, de vieux conflits et d’intolérance. C’est donc à cela que l’ADN s’ajuste à votre naissance. Tandis que vous êtes conçus pour la pleine efficacité de l’ADN, celle-ci est maintenant de 30 %. Voilà, chers amis, ce qui est en train de changer. L’ADN commence maintenant à fonctionner avec une efficacité plus élevée, car un changement de conscience est en cours. Bien sûr, vous le remarquez d’abord chez les enfants qui naissent à l’heure actuelle. Dès leur premier souffle, ils sont maintenant à 35 % d’efficacité, et cela se traduit par un humain beaucoup plus conscient et plus conceptuel à un âge beaucoup plus jeune. On dirait presque qu’ils ont une conscience instinctive de l’humanisme en général, au lieu de devoir le réapprendre en entier comme vous.

Nous vous avons parlé de ces nouveaux enfants, et c’est pourquoi les vôtres sont si inhabituels – comme vous le savez. Dans le grand public, bien des grands-parents le voient vraiment ; ces enfants sont différents. Vous pourriez donc dire : « Alors, dommage qu’on ne puisse pas élever nous-mêmes l’efficacité de notre ADN ». Eh bien, vous le pouvez ! Car l’énergie de la planète est alerte et prête à envoyer, à toute vieille âme qui commence à comprendre, le signal qu’elle peut changer ses propres champs énergétiques au moyen de gabarits déjà présents en elle, et ce, par la conscience, l’intention pure et la compassion. Vous pouvez changer la « copie » quantique de l’ADN par la compassion. Comme nous répétons cela depuis le début, laissez-moi le résumer en des mots simples et non scientifiques. Ralentis, mon partenaire, soyons concis. [Kryeon s’adresse à Lee Carroll].

Le nouvel ajustement de l’ADN à la nouvelle énergie de GAIA

A votre naissance, votre ADN s’ajuste à ce qui s’est passé sur la Terre. Il a créé pour vous une réalité que vous appelez la nature humaine. La Terre change, et maintenant la Grille cristalline soulève légèrement le voile, et votre ADN commence à réagir.

La première réaction sera visible chez vos enfants, qui arrivent déjà avec un attribut conceptuel humain différent ; Ils ne pensent pas de façon linéaire comme vous. L’avez-vous remarqué ? Cela changera de plus en plus avec le temps. Un ADN beaucoup plus efficace finira par créer le chaînon manquant entre l’inné et le cerveau humain normal. Cela signifie que vous aurez plus d’intuitions sur ce qui va bien ou mal dans votre structure cellulaire. Certains d’entre vous découvriront des habitudes nutritionnelles différentes et seront branchés à une structure cellulaire qui dira : « Si je change ceci et cela, je vais vivre plus longtemps ». Des changements diététiques instinctifs apparaîtront sans aucune explication. Votre inné commence à communiquer.

Des habitudes que vous aviez depuis des années diminueront et votre structure cellulaire vous y aidera, étant donné que ces habitudes ne vous conviennent plus. Ne soyez pas étonnés si l’une d’elles est la suralimentation ; des ajustements métaboliques destinés à régulariser votre poids corporel sans l’inconfort des régimes extrêmes seront apportés. Vous abandonnerez également des substances auxquelles vous êtes accrocs, un processus qui vous permettra de vivre beaucoup plus longtemps.

Vous constaterez avec étonnement une régénération de votre structure cellulaire. Vous guérirez plus vite, et vous vous en rendrez compte. Vous constaterez que vous êtes moins malades que jamais. La « sagesse » tridimensionnelle qui prévaut aujourd’hui vous dira : « Eh bien, vous êtes plus vieux maintenant et vous serez plus malades ». Mais ce ne sera pas le cas, et vous saurez que quelque chose est en train de changer. Nous vous le disons, chers amis, vous pouvez avoir les mêmes choses que les jeunes. Vous allez lentement vous éveiller à une nouvelle énergie sur cette planète, une énergie qui vous permettra de vivre plus longtemps. Votre ADN va se mettre à collaborer de manière plus efficace. Trente-cinq pour cent d’efficacité ? Peut-être même 40 %, vieilles âmes ? Bientôt davantage.

L’ADN du prophète Elie, de Maître Jésus-Christ, de Bouddha, de Mahomet, de Pramahansa Yogananda, et de bien d’autres, fonctionnait à 90 et 100 %. Ils ont tous choisi comment ils voulaient l’utiliser ; cela se voyait et se sentait. Le prophète Elie a choisi de quitter la planète en s’élevant de lui-même et par choix. C’est fort à ce point. Jésus le Christ a décidé de faire de même, à sa manière, pour les raison qui convenaient à son entourage, dont l’ADN fonctionnait mal.

Il y a chez l’humain des énergies qui catalysent l’éveil spirituel. L’une d’elles est la compassion, et vous l’avez sentie aujourd’hui, n’est-ce pas ? Cela vous a touchés au cœur. Alors, quelle était, d’après vous, l’énergie de cette salle ? Quelles étaient sa couleur, sa concentration ? Beaucoup d’entre vous diraient qu’elle n’avait aucune couleur. Certains pourraient demander : « Qu’entendez-vous par concentration, Kryeon » ? Alors que vous étiez assis là, dans les fauteuils, l’énergie était posée sur vous et vous avez senti vos cœurs se serrer un peu. Vous aviez de l’empathie pour ceux qui ont retrouvé leur vie, et vous avez vu les cœurs des familles se remplir de larmes de joie. Voilà ce dont je parle ; de quelque chose d’invisible, mais d’une « concentration » émotionnelle. Il est profond que vous puissiez créer autour de vous ce qui changera des vies dans la salle. Gaïa vous connaît, et chaque moment de compassion est enregistré.

Certains d’entre vous sont venus pour être guéris, ce week-end, et je le sais. Alors, ce serait un très bon moment pour cela. La lecture de ces textes n’est pas différente, et c’est peut-être pour cette raison que vous êtes assis dans ce fauteuil. Ici, il y a un entourage ; il y a de la compassion ; il y a la profondeur des vieilles âmes ; il y a aussi une soupe quantique d’opportunités, chers amis. Pourquoi ne pas les invoquer dès maintenant – afin de vous élever de ce fauteuil et de faire semer en vous, par choix, les graines de la  santé ? Demandez le début de la guérison qui, vous le savez, a toujours été à votre portée, car vous commencez à être en contact avec l’intelligence de votre propre Merkabah.

Plusieurs centres spirituels témoignent de soi-disant miracles. Les hôpitaux voient des résultats documentés de ce qu’on appelle la rémission spontanée. C’est là que, soudainement, la structure cellulaire fait quelque chose que la science ne peut expliquer. Une rémission totale de la maladie survient, parfois presque du jour au lendemain. Mais je vais vous dire de quoi il s’agit ; c’est l’ADN qui fonctionne temporairement à 100 % et débarrasse le corps de la maladie. Vous l’avez constaté, mais vous ne saviez pas ce que c’était.

Alors, pourquoi ne le faites-vous pas maintenant. Visualisez-vous avec une pure santé cellulaire. Il est utile à la Terre, chers humains, que vous vivez plus longtemps. Nous avons besoin de votre lumière. Alors, pourquoi ne pas le faire maintenant ? Laissez tous ceux qui sont présents dans cette salle se joindre en conscience compassionnelle à tous les lecteurs, envoyant l’énergie de guérison aux individus qui en ont besoin, sans même connaître leurs visages ou leurs noms. C’est magnifique. Un jour, vous verrez ce que peuvent faire des humains rassemblés lorsque vous sortirez tous guéris. Pourquoi pas ? Si vous pouvez aller à une réunion pendant une demi-journée et en sortir plus jeunes que vous ne l’étiez… pourquoi pas ? Alors, vous commencerez à voir que tout ce que j’ai dit aujourd’hui est exact et vrai. Cela va à l’encontre de toute la logique de la pensée scientifique dominante, mais c’est dans le champ d’amour de Dieu.

Nous quittons ce lieu, sans le quitter. Il n’y aura plus jamais de rencontre comme celle-ci, avec le nombre exact d’âmes, les noms que vous avez, et l’Akash qui est le vôtre. C’est donc une rencontre unique, comme vous. Sortez d’ici différents de ce que vous étiez en arrivant et sachez que Kryeon n’existe pas en l’humain qui est assis sur cette scène. Kryeon existe plutôt dans la soupe quantique qui est Dieu. Cette soupe, c’est ce qui vous accompagne aujourd’hui, si tel est votre choix.

Si tel est votre chois. Il en est ainsi.

Kryeon.

Source : http://francesca1.unblog.fr/  

Texte issu du Livre : « Recalibrage de l’Humanité – Le début d’un nouveau cycle évolutif » – TOME XI de KRYEON aux Editions Ariane 2014 

Nous pouvons en discuter ensemble sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Le plus grand des Guérisseurs

 

téléchargementLes Esséniens étaient des êtres marginaux qui vivaient dans les montagnes. Jésus était leur maître avant qu’il ne se manifeste officiellement ; Il faisait partie de leur tribu. Le Christ partageait la vie des Esséniens, il était leur maître incontesté. Très rapidement, il s’est imposé naturellement à eux, et ils l’ont reconnu comme chef de leur groupement philosophique. 

Si le Christ a enseigné plus tard aux foules d’Israël et d’ailleurs, il avait déjà commencé avec cette tribu essénienne. Leurs lois étaient les plus justes, les plus pures, les plus respectables, même si elles dérangeaient considérablement le pouvoir religieux en place. Ils ont appris beaucoup de leur maître Jésus pour soigner et guérir tous les maux ; les maux de l’âme, les maux de l’esprit et ceux du corps physique qui n’est que son serviteur. 

Soucieux de la santé de l’âme, le Christ s’attachait particulièrement à cet organe divin parce qu’l savait que tout en l’homme dépendait d’elle. C’est ainsi que son énergie se diffusait dans la matière pour atteindre le siège ou le cœur de l’esprit, c’est à dire l’âme. Ses soins étaient variés, il utilisait bien sûr la puissance de sa foi ; laquelle transfigurait et transformait totalement l’autre. Mais il utilisait aussi, comme ses amis esséniens, le traitement par les plantes ou avec certains minéraux très puissants et aujourd’hui totalement délaissés par la science. Il serait temps d’y revenir. 

L’opale, le quartz, la magnétite, furent les principaux minéraux utilisés à cette époque par le Christ. Ils émettent un rayonnement très puissant qui intervient sur le champ vibratoire de l’individu et en accélère la fréquence. Tout cela malheureusement quasiment disparu de nos jours, excepté une pratique occulte et généralement inconnue de la masse. 

Les Esséniens portaient donc une attention particulière à l’Esprit parce qu’ils savaient qu’il dominait la matière, et qu’il était indispensable d’être sains d’esprit pour être sains de corps. Donc, ils utilisaient pour l’esprit, pour le soin de l’esprit, les plantes. Certaines plantes étaient des euphorisants ; l’imposition des mains faisait partie de leur panoplie de guérison ainsi que l’utilisation de minéraux très influents recherchés aujourd’hui. Toutefois, n’allons surtout pas imaginer que ces matières sont miraculeuses. 

L’eau ne l’est pas davantage. C’est seulement la foi associée à leur utilisation qui conduit à la guérison et parfois au miracle ; Il était enseigné aux gens de cette époque que sans la foi, il n’est point de salut. 

Les Esséniens prirent un avantage considérable dans les techniques de soins et de guérison, grâce à leur savoir très particulier qui leur était enseigné par le plus grand d’entre eux : Jésus. Mais ils savaient qu’en agissant en marge de la société, ils prenaient de très grands risques pour leur devenir. C’est pour cette raison essentiellement d’ailleurs qu’ils ont été massacrés pour la plupart d’entre eux et très rapidement décimés. 

Le Christ a réussi à échapper à tous les pharisiens et grands prêtres qui les pourchassaient. Mais il était guidé par Dieu et sa mission ne devait pas s’arrêter à ce niveau….

 

La guérison et la santé : la trinité

images (11)Maitreya dit: « Je vous ai donné un mental, un esprit* et un corps afin d’exprimer Mon Etre et Mon Devenir, en pensées, en paroles et en actions. Soyez honnêtes dans votre mental (ce qui est la nourriture naturelle du mental), soyez sincères dans votre esprit (ce qui est la nourriture naturelle de l’esprit) et nourrissez votre corps physique avec de la nourriture appropriée. » [Partage international, septembre 1988] 

* En anglais, spirit. Ce mot, particulièrement difficile à rendre en français, signifie notamment ..  » force de vie qui anime le corps des êtres vivants », et « le principe émotionnel fondamental qui motive l’activité d’une personne ». Sa traduction par esprit (au sens de « principe de vie ») est donc approximative, et n’est utilisée dans ce texte que faute d’un terme plus adéquat (NdT). 

La vie est constituée du mental, de l’esprit et du corps. Si le corps physique est affamé, il s’affaiblit et devient malade. Si le corps spirituel est affamé, la personne s’étiole et meurt. Si le véhicule mental est affamé, l’individu ne sait plus quelle direction prendre dans la vie. 

L’honnêteté, la sincérité et le détachement constituent la nourriture normale du mental, de l’esprit et du corps. Si l’évolution naturelle de ces corps est retardée ou entravée par des lois humaines, il s’ensuit toujours des conséquences désastreuses. [PI, jan./fév. 1990] 

Maitreya dit: « Les forces du marché génèrent des richesses au dépend de millions de personnes qui meurent de maladies provoquées par les produits chimiques contenus dans la nourriture. » [PI, juillet/août 1990] 

L’homme n’existe pas seulement sur le plan physique mais également sur les plans mental et spirituel. L’homme a travaillé très dur, a créé un confort matériel, a élaboré des connaissances, mais il a peu prêté attention aux corps mental et spirituel. La faillite spirituelle dans le monde est source de souffrance par maladies, alors que les catastrophes sur le plan physique telles que les tremblements de terre, les explosions ou les meurtres, proviennent de dérèglements existant sur le plan mental. [PI, jan./ fév. 1990] 

Selon Maitreya, de nombreuses personnes, dont celles qui détiennent le pouvoir, ne soupçonnent pas l’existence d’autres dimensions que celle du plan physique. Elles pensent que le monde est gouverné par des lois physiques. Maitreya a demandé : « Qu’en est-il alors des lois contrôlant le plan physique ? » [PI, mai 1990] 

Maitreya déclare : « Pratiquez le détachement dans votre mental, votre cœur et votre corps. L’harmonie entre le mental, le cœur et le corps sera ainsi rétabli. Vous vous trouverez alors guéri. Le sida disparaîtra. » [PI, juin 1988] 

La science moderne ne s’occupe que du monde physique et refuse d’accepter les réalités du mental et du spirituel. Cependant, même un chirurgien qui opère un patient doit attendre le retour à la conscience de ce dernier pour savoir si l’opération a réussi. Où cette conscience s’en est-elle allée ? D’où vient-elle ? Il n’en a aucune idée. Pourtant, là est le secret de la vie, a déclaré le collaborateur de Maitreya. Lorsque Jésus était vivant, il n’avait pas besoin de laboratoires pour accomplir des miracles et des guérisons. Comment les a-t-il réalisés ? Il le fit grâce à la conscience de la présence de l’Etre suprême autour de lui. C’est cette conscience qui lui permettait d’utiliser les pouvoirs de la création afin de soulager la souffrance du monde. Maitreya a déclaré : « Je me tiens derrière vous. Devenez conscients de mes pouvoirs, et utilisez-les afin de soulager, d’enrichir et d’améliorer vos vies. » [PI, mai 1990] 

De nombreuses mères et leurs bébés sont maintenant atteints du sida. Selon Maitreya, leurs gênes se sont modifiés. Ce type de mutation du corps prend naissance dans le mental, qui peut donc être à l’origine de mutations génétiques. Le corps physique n’est pas l’unique victime. Votre corps est contrôlé par l’esprit (ou aspect de pouvoir) qui, à son tour, est contrôlé par le mental. Le mental est contrôlé par « l’Atma », le Soi, également considéré comme la conscience. Bien que le corps physique puisse ne pas avoir de contacts sexuels directs, si le mental s’abandonne à des activités destructrices, il peut affecter le corps physique et générer des maladies. Si des mutations génétiques se produisent, elles peuvent affecter le bébé. Lorsque le mental et les « corps » spirituels (les structures énergétiques) sont malades, le corps physique en est affecté. [PI, jan./fév. 1991] 

Lorsque vous expérimentez le Soi intérieur et que vous commencez à reconnaître que vous êtes une entité immortelle, totalement distincte du mental, de l’esprit et du corps, vous apprenez à utiliser ces temples du Seigneur de manière créative, en toute conscience. Des guérisons en découlent automatiquement. C’est la raison pour laquelle Maitreya a déclaré que même les individus atteints du sida seront guéris par l’intermédiaire de la prière ainsi que de la pratique de l’honnêteté du mental, de la sincérité de l’esprit et du détachement. [PI, décembre 19881] 

Beaucoup de malades atteints du sida ont rejoint des groupes bouddhistes, ou d’autres centres, et ont appris la conscience du Soi grâce à la méditation. Ils ont appris de cette manière à discipliner le mental, l’esprit et le corps, et à capter les pouvoirs du Soi pour se guérir eux-mêmes. Finalement, ce type d’autodiscipline aidera les chômeurs, ainsi que ceux qui ont sombré dans le crime et la toxicomanie. Le chaos, la corruption et le crime connaîtront une récession dans la société, les individus devenant plus heureux et en paix grâce à l’apprentissage du contrôle de leurs vies à travers la conscience du Soi. (PI, juin 1990] 

Les enfants d’aujourd’hui sont capables de comprendre la relation existant entre le Soi et le mental, l’esprit et le corps, plus facilement que les adultes ne l’imaginent. Même un enfant maltraité, un enfant qui a été malmené et qui n’a personne vers qui se tourner, peut être guéri grâce à cette compréhension. Il peut reconnaître et éprouver que ce qui a été maltraité, que ce soit dans le mental, dans l’esprit ou dans le corps, n’est pas le Soi véritable. [PI, décembre 19881] 

Maitreya a fait don de l’art de guérir à différentes personnes [...] qui ne savent même pas écrire leur nom. Guérir de cette manière ne nécessite pas d’avoir reçu une éducation académique, mais dépend de la conscience de l’individu. [PI, jan./fév. 1990] 

Les véritables guérisseurs spirituels permettent ainsi au Seigneur de travailler par leur intermédiaire, mais restent détachés à la fois de la cause (la volonté du Seigneur) et de l’effet (la guérison d’un individu particulier). C’est la raison pour laquelle il est important de rester détaché à la fois du succès et des échecs. Certains sont guéris, d’autres ne le sont pas. Si vous ne réclamez rien pour vous-même, l’orgueil ne peut s’épanouir et tout est alors orienté selon la loi spirituelle. Ce n’est pas vous qui guérissez, c’est le Seigneur qui guérit. Le Soi connaît ce principe. Pratiquez avec détachement et laissez au Seigneur la charge des conséquences. [PI, décembre 1988] 

Si vous allez répandre cette déclaration à propos de l’honnêteté du mental, de la sincérité de l’esprit et du détachement à quelqu’un dont les mains sont encombrées, que va-t-il se passer ? Cela va lui échapper, car son attention est ailleurs. Mais s’il y a un réel désir de la part de l’individu, alors vous le guérissez. Cette pratique est appelée la « guérison automatique » ; il s’agit d’un art ancien. [PI, juin 1988] 

Les individus venant afin de recevoir de l’aide feront soudain, intérieurement, l’expérience de « cela », c’est-à-dire de la conscience. Grâce à cet événement intérieur, ils éprouveront alors un soulagement. L’idée étant que, une fois ce processus mis en action, les individus participeront eux-mêmes de manière active à l’élaboration de solutions à leurs problèmes. [PI, juin 1989] 

Le végétarisme est le régime alimentaire futur des êtres humains. Manger des viandes rouges, indigestes, engendre des habitudes autodestructrices en accentuant l’instinct animal. Adopter un régime plus léger, constitué de légumes, mais qui peut aussi inclure des oeufs, du fromage et du poisson, augmente la conscience de soi de l’individu. Observez les Etats-Unis, le pays le plus gros consommateur de viande au monde, a souligné le collaborateur de Maitreya. Ils connaissent un grave problème de criminalité et sont obsédés par les armes. [PI, juillet/août 1990] 

Les explosions nucléaires perturbent les éléments de la nature. Les individus dont l’équilibre du mental, de l’esprit et du corps est fragile peuvent être poussés dans leurs derniers retranchements par la perturbation de la structure atomique. [PI, décembre 1988] 

Lorsque vos karmas (vos activités conditionnées) vous heurtent, vous voulez les repousser, exactement comme si en apercevant quelque chose d’inattendu, vous fermiez les yeux. A cet instant, il se produit un effet sur le corps physique. A l’instant où vous devenez conscients (par la compréhension) que ce que vous avez vu n’est pas dangereux, vous commencez à regarder. Votre conscience vous pousse à regarder et vous commencez à expérimenter un état de conscience qui fait disparaître la peur. De l’intérieur, quelque chose a déclenché la première réaction. Ceux qui savent, de l’intérieur, déclencher des réactions dans un organisme, peuvent également rétablir les schémas de la vue de l’intérieur. Si vous ôtez l’état de choc, alors la personne recouvre la vue. [PI, décembre 1991] 

Une nourriture appropriée pour le corps contribue à l’élargissement de la conscience, permettant au Soi et au corps de travailler ensemble. [PI, juin 1989] 

* En anglais, spirit. Ce mot, particulièrement difficile à rendre en français, signifie notamment « la force de vie qui anime le corps des êtres vivants », et « le principe émotionnel fondamental qui motive l’activité d’une personne ». Sa traduction par esprit (au sens de « principe de vie ») est donc approximative, et n’est utilisée dans ce texte que faute d’un terme plus adéquat (NdT). 

 

Source : http://taraquebec.org/m-enseigne.html#Partage

 

Message des Déesses

           par Claude Traks

Message des Déesses qui sont en train de reprendre les rennes de cette Humanité au faux dieu sado maso en aidant Terre Gaïa dans son Ascension ! *

Message des Déesses dans ENFANTS INDIGO page-189x300Absolument tous les modes de vie et de pensée des cultures patriarcales sont faits pour nous éloigner de la seule source d’énergie qui soit illimitée et saine, car adaptée à notre Divinité intérieure : l’énergie de nos cellules au plus profond de nous-mêmes, où chaque atome brisé recèle l’énergie d’une centrale atomique. Ainsi, pour toutes les âmes qui ont décidé de prendre vacance de leur Divinité, suivre la culture patriarcale sado maso est juste. Mais pour celles qui veulent retrouver leur Liberté et donc leur pouvoir Divin, il leur suffira de faire quasi exactement l’opposé de tout ce que le pape nous ordonne. Mais peut-être que cela vous choque que j’utilise l’expression « culture sado maso patriarcale » ? 

La manière d’accoucher 

La Bible nous ordonne : « Tu accoucheras dans la douleur ! » Je vais vous expliquer en quoi cette manière occidentale d’accoucher crée des personnes qui vont chercher sans cesse ce dont elles ont besoin à l’extérieur d’elles-mêmes, afin de combler leur vide intérieur, en possédant les gens, en ayant du pouvoir sur eux (on pompe l’énergie de celui qu’on domine), en consommant et possédant un maximum de biens matériels… Ce qui a amené à la crise actuelle. 

Plus que jamais, l’accouchement « à l’occidentale » et tous les petits gestes qui tournent autour, démontrent que le patriarcat est vraiment une culture sado maso anti-naturelle.

Éloigner l’enfant du corps de sa mère est un non-sens lourd de conséquences, vu que l’enfant confond son corps avec celui de sa mère ! Si on arrache le nouveau-né du corps de sa mère, celui-ci va se chercher à l’extérieur de lui-même. 

De plus, si on le met dans les bras du papa, on lui montre déjà qu’on l’arrache à son unité intérieure pour le mettre dans les bras d’un homme. On lui inculque déjà ici le pouvoir du patriarche. 

De plus, de nombreux bébés reçoivent encore une bonne petite claque, soidisant pour qu’il ouvre ses poumons et soit fort. Le frapper est lourd de conséquences, quand on sait qu’avant 3 ans l’enfant confond son aura avec celui de sa maman ! De son point de vue, c’est comme s’il se frappait lui-même ! L’accouchement dans la douleur est un merveilleux début pour son entrée dans cette culture judéo-musulmochrétienne sado maso ! 

  Élever les enfants dans une structure nucléaire (papa, maman et les enfants) 
J’affirme que la graine principale des majorités des souffrances évitables de cette Humanité se trouve dans le fait d’élever des enfants dans une structure nucléaire. En effet on sait aujourd’hui, à la lueur de la psychologie, qu’on ne devrait JAMAIS laisser un enfant sans attention les 3 premières années. En effet, il ne peut pas comprendre pourquoi sa maman ou son papa doit le laisser seul, tout ce qu’il comprend c’est qu’on l’abandonne. Il avait un Amour total pour ses parents et ils l’abandonnent. Cela aura de nombreuses répercussions en chaine durant toute sa vie. 

  1/ La prochaine fois qu’il ressentira un tel Amour, il aura tendance à le fuir, à l’étouffer (possessivité) ou a en avoir peur. Les femmes et les hommes choisissent souvent un partenaire qui « nourrit leurs névroses » même si cela n’a pas grande chose à voir avec l’amour. Du coup, ils finissent par prendre des distances voire même de se séparer et l’enfant va grandir « en manque de présence masculine ». 

  2/ Au moindre signe, ses peurs d’être abandonné ressurgiront. Il voudra donc attacher l’autre, notamment par un contrat de mariage. 

  3/ Comme les autres ne le rendront pas heureux, il va accumuler les possessions en croyant que comme cela on l’aimera plus, mais il est bien connu que les gens riches en argent n’ont pas vraiment d’amis, donc on veut « avoir » toujours plus de choses… 

Ce qui amène à la situation actuelle où des bandits en col blanc agissent comme des criminels pour posséder les états. Dans les sociétés matriarcales (qui étaient dominantes sur Terre avant l’ère Sumérienne) on n’avait pas le droit d’élever un enfant en dehors d’une tribu ou d’une famille élargie. 

  Depuis le jour où un être invisible m’a dit que la clef des clefs c’est de comprendre que les Mondes Divins sont à l’exact opposé des valeurs de notre culture patriarcale, je n’ai cessé de m’amuser à renverser toute cette culture. 

Hier, l’idée de renverser la croix chrétienne m’a traversé avec une force inouïe. La croix chrétienne représente une ligne verticale qui passe à travers tous les chakras, et une horizontale qui symbolise la connexion avec les mondes horizontaux qu’on devrait aborder en mettant la priorité au niveau du chakra du coeur. En fait, si on renverse ce symbole, la ligne horizontale passe par le chakra de la volonté (Hara) et ce symbole prend alors la forme d’une épée ! Ce qui est amusant, c’est que le Vatican (qui est le pire ennemi du christ, au cas où vous n’auriez pas compris) considère que la croix renversés symbolise satan. 

Bien sûr, la majorité des gens ne seront pas d’accord car ils n’ont pas compris que le plus important de tout c’est leur volonté. Ils croient que le but est de ce se centrer sur le chakra du coeur, mais à quoi bon arriver à discerner ce qui est juste de ce qui l’est moins, si on n’a pas la volonté de le mette en pratique !?!? Et c’est exactement ce qui se passe chez tous ces passifs et ces égoïstes du nouvel âge. Ils savent que ce monde est injuste, mais ils ne s’occupent que de donner de l’Amour à leurs proches, et si leur pays fait qu’un enfant meurt de faim toutes les 3 secondes, ils mettent ça sur le compte de la Loi injuste du karma. Ils ne bougent pas le petit doigt, certains se disant même que cela serait prétentieux de vouloir changer ce qui est, car cela reviendrait à changer la volonté de Dieu. 

Lorsqu’on centre sa Conscience sur le hara (chakra volonté), on peut toujours être influencé par le chakra du coeur qui n’est pas loin. Mais notre centrage est beaucoup plus ancré car il est plus proche du chakra racine. Si on centre sa conscience sur le coeur, on est trop influencé par les chakras supérieurs ce qui crée un décalage entre ce qu’on veut et ce qu’on incarne. Exactement comme les nouilles âge et les religieux qui parlent d’amour mais soutiennent des valeurs qui détruisent l’Humanité ! 

De plus, le but de la vie c’est d’apprendre et on ne peut apprendre que lorsqu’on décide par soi-même, on peut apprendre plein de choses notamment de ses erreurs. Mais lorsqu’on laisse d’autres choisir, l’apprentissage n’est pas aussi efficace ! 

Conclusions 

J’affirme donc que le but même de notre incarnation sur Terre Gaïa c’est de nous dégoûter à tout jamais des modes de vie des cultures dites patriarcales. 
J’affirme qu’une âme assez immature et suiveuse pour suivre une culture qui dit « au plus tu souffres dans cette vie ci, au plus tu as de chance d’aller au paradis ensuite », est une âme qui sera recyclée, tant elle est incapable de choisir par elle-même. 
Et si cette affirmation te choque, je t’affirme que tout ce qui en toi est choqué par cela, sera recyclé ! Tout ce qui en toi est en harmonie avec la culture judéo chrétienne partira au recyclage ! 
J’affirme que seuls les enseignants, guérisseurs, moines et autres shamans qui mettent ce point de vue en avant oeuvrent directement et consciemment à la libération de l’Humanité. 
En d’autres mots tous les enseignants, guérisseurs, shamans, médiums qui n’enseignent pas que la famille nucléaire, la possessivité en amour et la culture patriarcale en général sont les principaux gardiens de la prison, vous feront peut-être du bien, mais au final vous payerez le plus haut prix pour cette facilité : la perte de l’immortalité de votre âme… 

Est-ce si difficile de croire que les Cathos enseignent le contraire du message des Maries et de J.C., que les musulmans et le Coran enseignent le contraire du message de Mohammed et Fatima et que la Torah enseigne exactement le contraire du message d’Abraham ? Est-ce si difficile à comprendre ? Pourtant c’est l’évidence ! D’ailleurs est-ce si difficile de comprendre que si Jésus et Marie Madeleine n’étaient pas mariés, c’est que leur message principal c’était de rejeter le mensonge du mariage ? 

Toute âme a pour but ultime de retrouver l’état d’Esprit de son monde Divin. Tout le reste n’est que distraction… 

Pour en savoir plus, lisez mon livre « 2012, n’est pas une blague… ». Si vous avez peu ou pas d’argent vous pouvez proposer ce que vous voulez sur claudetraks.com. L’enseignement Divin est gratuit ! 

La question c’est : avez-vous assez d’Amour pour les enfants pour oser aller dans le sens inverse de tous les moutons des traditions religieuses, shamanique et nouvel âge ?

A lire de Claude Traks : 
« 2012 n’est pas une blague, même si quasi tout ce qu’on vous a dit sur cette date est faux ! » 

 

Venez nous rejoindre sur le forum de Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Témoignage d’un Indigo plus âgé

 

Témoignage d'un Indigo plus âgé dans ENFANTS INDIGOJe suis un indigo. Je viens de terminer la lecture de votre livre Les enfants indigo. Wow ! Ce fut comme de me voir dans un miroir. Plus âgé – 26 ans, je suis le père de deux merveilleux enfants, des indigos eux aussi ? leur éducation ne me pose pas trop de problèmes car je me souviens d’une bonne part de mon enfance. Ma femme et moi appliquions déjà bon nombre de vos suggestions avec nos rejetons pour qu’ils restent eux-mêmes, et afin de les guider vers leur identité. Il faudra me pardonner de sauter du coq à l’âme, mais les idées se bousculent dans ma tête et il m’est difficile de toutes les noter avec cohérence. Je commence donc par mon enfance…

 Tout petit, je savais déjà exactement qui j’étais. Je me rappelle avoir raconté des trucs à mes parents – des choses que, tout simplement, je savais. Néanmoins, leur réaction consistait invariablement  à me dire : « Contente-toi donc d’être un enfant ! » ce qui ne me posait aucun problème. Toutefois, je demeurais persuadé de savoir des choses. A une certaine époque, mon frère et moi dormions dans le loft juste au-dessus de la menuiserie de mon père. Notre maison ne comportait que deux chambres à coucher, et mes sœurs occupaient la chambre supplémentaire ; à nos yeux cependant, c’était très cool. J’avais l’habitude de venir dans la chambre de mes parents la nuit pour parler à ma mère des soucoupes volantes que je voyais. Elle déclarait qu’elles n’existaient pas et me sommait de retourner me coucher. Quelques années plus tard, alors que j’étais à l’église avec elle,  je lui signalais que je discernais des lumières autour des gens. Effectivement, je percevais une luminosité rouge autour de l’image de Jésus sur le mur et je me demandais pourquoi celui-ci était en colère. Ma mère grommela que je ne pouvais rien voir, que Jésus n’était pas fâché et m’ordonna de rester tranquille et d’être respectueux ; après quelques autres incidents du genre, j’ai renoncé à confier aux gens ces faits bizarres que je savais pourtant être vrais.

 Vers l’âge de huit ans, mes parents divorcèrent et ma mère adopta les croyances du Nouvel Age. Mon père en fut furieux, car il était pour sa part très engagé dans la religion des mormons. Elle est donc partie s’installer ailleurs, et par la suite, je ne la revis qu’une dizaine de fois. Elle restait en contact par le biais du téléphone et du courrier et partageait avec moi toutes ses révélations mystiques. Sans vouloir me montrer arrogant, j’avais bien envie alors de lui dire ; « Evidemment ! » Mais je savais qu’elle devait parcourir son propre chemin d ‘éveil. Elle errait d’un courant spirituel à  un autre, mais en gros, elle s’en est tenue à sa voie. Après leur divorce, on père se lia avec une dame qui adhérait aussi aux croyances du Nouvel Age. Elle le conseilla sur la manière de méditer ; grâce à elle, mes trois frères et sœurs et moi-même avons pu être qui nous étions. Une fois qu’ils se sont séparés, mon père adopta cette attitude à son tour. Comme nous étions tous très entêtés et qu’il avait compris que, de toute façon, nous ferions ce qui nous chanterait, il décida d’intervenir dans nos vies seulement si nous devenions trop déchaînés ou quand nous encaissions un coup dure.

 Adolescent, je me sentais vraiment indésirable. Toutes les femmes qui sont passées dans la vie de mon père sont parties, ou alors elles nous détestaient, nous les enfants. Dans ce contexte, c’était facile de se sentir en faute. A maintes reprises, j’ai songé au suicide, mais je m’en suis toujours gardé parce que j’étais conscient d’avoir quelque chose à accomplir ici-bas. Je me suis mis à évoquer certaines intuitions de mon enfance que j’avais jusque-là bloquées, et j’ai recommencé à méditer. Cela m’aida un peu. Je me suis aussi plongé dans plusieurs ouvrages sur les philosophies orientales. J’aimais bien lire le bouquin intitulé Illusions. Je suis tombé dessus à l’âge de 12 ans. Un jour, alors que j’étais petit – et je ne me rappelle plus si c’était dans un rêve ou non  – une vieille dame s’est approchée de moi et m’a demandé mon nom. Je lui ai répondu »Jacob », et elle a ajouté ; « Oui, je vois. Le guérisseur. Tu es venu ici pour être un guérisseur de même qu’un enseignant. Au moment opportun, tes aptitudes feront surface ».

 Parfois, lorsque je m’allonge pour me reposer ou pour dormir, mon corps subitement se fige ; je suis incapable de bouger, je ne peux ni parler, ni respirer, ni même cligner des yeux, et pourtant je suis toujours vivant. D’habitude, je suis attiré par des lumières, mais pas systématiquement. Autrefois, ceci m’effrayait terriblement et je luttais de toutes mes forces pour « revenir à moi-même ». Cependant, la dernière fois que c’est arrivé – et ça ne s’est pas reproduit depuis – j’ai laissé aller la peur. C’est alors que j’ai ressenti une force d’attraction très intense depuis le chakra nommé dan tien, ou hara, à votre guise. C’était comme si mon corps tout entier était attiré vers le haut, au travers de  ce centre énergétique. La vibration était incroyable. Puis il y a eut un éclair de lumière, et tout fit parti de moi. Je suis incapable d’exprimer avec les mots l’émotion que j’ai alors éprouver, le sentiment d’amour infini et d’appartenance.

 Après cet épisode, j’ai sombré dans un sommeil profond et me suis réveillé le lendemain, complètement déboussolé. J’ai eu ensuite besoin de solitude pour analyser cet événement. Par crainte de me buter à l’incompréhension d’autrefois, je n’ai pas osé me confier à qui que ce soit. J’en ai toutefois parlé à ma femme, qui m’a fait comprendre que tout allait bien, que je n’étais pas fou. J’en ai aussi touché un mot à mon professeur de tai-chi, qui n’y entendit rien. L’expérience fut si vivace que je m’en souviens encore très clairement. Plusieurs rêves m’ont également aidé à comprendre ma nature véritable, ainsi que celle de mes enfants.

 Environ trois mois après la naissance de mon fils Dylan (fils de l’océan) Elihu (ange gardien), je fis un autre rêve dans lequel il avait  à peu près huit ans, l’âge qu’il a aujourd’hui. Dans  ce songe, il était plutôt costaud pour son âge, ce qui est aussi vrai dans la réalité. Nous donnions une petite fête pour son anniversaire, et des gamins jouaient. Il s’assoyait près de moi et entamait une conversation très adulte à propos de la vie et de notre raison d’être. Sa sœur, Jaiden (gemme de Chine) Samantha (feu), se joignit à nous pour écouter. Dylan expliquait qu’un jour je me réveillerai en sachant exactement qui et ce que j’étais. Il disait que mon nom véritable était Tamalar et que lui-même était originaire de Cetus. Qu’on l’avait envoyé ici pour être un maître auprès des hommes, comme tant d’autres. Il mentionnait également le véritable nom de sa mère, mais au réveil je l’avais oublié.

 Ce rêve, survenu il y a plus de huit ans, était d’une puissance telle que j’ai alors téléphoné à ma mère pour lui raconter. Elle le nota et je lui en suis très reconnaissant, parce que je l’avais pratiquement oublié jusqu’à récemment. Elle envoya une lettre à Dylan à ce sujet ; il en prit connaissance et je lui demandai son avis. Il fit simplement : « Cool. Ça me plaît » Puis retourna à ses jeux. Lui  et sa sœur passent parfois des commentaires et des remarques si sages et profonds pour leur âge que ma femme et moi en restons bouche bée. Quand je me rappelle qui ils sont cependant, je ne suis pas surpris.

 Mon père nous a imposé la religion des mormons jusqu’à ce que j’aie environ huit ans. J’aimais bien aller à l’église, ais en grandissant, j’ai commencé à remettre en question certaines des croyances que l’on m’imposait. Certes, je croyais en Dieu, ou en un Créateur primordial, mais j’avais envie de connaître les autres croyances et de comprendre pourquoi nous commettions des actes qui étaient si contraires à Dieu.  Al l’époque où mon père vivait avec ma première belle-mère, il nous a fallu fréquenter une église unitarienne un certain temps. Partout, c’était du pareil au même, seule la dénomination changeait. Par a suite, nous avons fréquenté une église luthérienne pendant un moment – toujours aucune différence. Pourtant, toutes clamaient représenter l’unique vraie religion. Pour ma part, je cois que celle-ci se trouve à l’intérieur. C’est là que nous découvrirons Dieu et la vérité ; pas à l’église ni dans un lieu ou une statue. C’est certainement agréable de rencontrer d’autres personnes, de partager ses expériences ou de se soutenir mutuellement dans les épreuves, mais j’ai percé ce truc à jour et je me suis aperçu que beaucoup craignent de se tourner vers l’intérieur d’eux-mêmes. Je détestais mon père de m’avoir contraint à aller dans ces lieux.

 Après sa séparation d ‘avec ma belle-mère, nous avons cessé d’aller à l’église. Nous sommes allés habiter chez mes grands-parents, et papa est retourné chez les mormons. Il y a rencontré ma belle-mère actuelle, une dame pour qui j’éprouve une sincère affection. Elle est aussi mormone, mais respecte nos croyances. Et elle est persuade que nous sommes tous de bons enfants.

 Quand j’ai eu 12 ans, mon père m’a incité à me joindre au clergé de sa religion ; j’ai refus é sans ambages. Il m’a permis de m’en tenir à ma décision, même si les membres de sa congrégation le critiquaient vertement. J’étais aussi une source d’ennuis au catéchisme du dimanche, parce que je posais des tas de questions. Comment osait-on agir ainsi ? Ma situation à l’école n’était pas brillante non plus. J’étais un fauteur de troubles ; je n’écoutais pas et perturbais les autres élèves. Par contre, si l’on m’adressait une question, j’avais toujours al réponse et, parfois, je renvoyais l’interrogation au professeur, qui assez souvent éprouvait des difficultés à répondre. On m’expulsa du catéchisme, et je dus consulter un thérapeute en compagnie de mon grand-père, un haut placé dans la hiérarchie de l’Eglise. J’ai expliqué à ce dernier que tout ce que j’avais fait, c’était de poser des questions. Que ce n’était pas ma faute si le professeur était un ignorant.

 Par contre, tut au long de cette période de ma vie (j’ai bouquiné sur la philosophie orientale. Je me suis également fait évincer d’un cours spécial pour adolescents offert à l’église de  mon père ; le séminaire, tel qu’ils le désignaient, comportait des études approfondies sur la Bible et visait à former les jeunes en vue de leurs missions ; c’était mon père qui le donnait à l’époque ; nos discussions portaient sur Jésus. Je passais mon temps à intervenir par des commentaires sur le Bouddha, sur le fait qu’il était venu cinq cents ans avant le Christ et sur la similitude de leurs doctrines. Mon père n’apprécia pas du tout et me fit savoir que je n’avais plus à y assister.

 

Plus tard, j’ai découvert que la meilleure chose  faire était d’étudier toutes les religions, d’adopter ce qui convenait à notre mode de vie et de trouver la voie du milieu, à l’exemple du Bouddha. Chacun de nos gestes devrait être motivé par la bonté et l’amour. Jamais, au cours de ma vie, je n’ai fait quelque chose pour autrui en espérant une rétribution. Peu importe l’importance de la faveur accordée, un simple remerciement suffit largement. J’ignore comment arriver à faire comprendre cela aux gens. Quand j’essaie, personne ne m’écoute parce que je suis jeune.

 Je sais pertinemment que je suis un guérisseur et un enseignant, mais les gens ne m’écoutent pas. Pourquoi alors m’exprimerais-je ?  Je suis conscient de la valeur de ce que j’ai à dire, mais je doute que l’on soit prête à l’entendre. Quand j’ai la chance d’engager la discussion, on f ait fi de mes propos. Par exemple, lorsque j’ai voulu faire connaître Les enfants indigo à mon professeur de tai-chi, il a répliqué que ce n’était que du charabia Nouvel Age, point final. Je lui ai bien fait admettre que l’évolution spirituelle et psychologique est possible, mais il ne pense pas qu’elle puisse se produire à l’heure actuelle. Qu’elle le soit ou pas, lui ai-je répondu, il faut garder espoir, car sans lui, rien ne pourra changer. Et si rien ne change dans notre monde, je ne vois pas pourquoi il faudrait continuer à vivre. J’espère bien qu’il m’aura entendu.

 A la fin du secondaire, je me suis marié. Nous nous sommes d’abord installés à Hawaï pendant un moment, puis nous avons emménagé au Colorado, où nous vivons toujours. Ma femme a renoué avec son père et t ente de se rapprocher de sa mère. Je suis persuadé qu’elle aussi est indigo. C’est pourquoi j’ai toujours été complètement à l’aise avec elle et j’ai pu tout lui confier dès notre premier jour. Nous sommes mariés depuis neuf ans, et notre bonheur ne cesse de grandir.

 Je vous écris pour vous demander si vous connaissez d’autres jeunes adultes indigo qui ressentent la même frustration que moi. Nous savons qui nous sommes, nous connaissons la raison de notre présence ici, mais il semble que la majorité ne soit pas encore prête à reconnaître ce phénomène. Serait-il possible d’organiser un rassemblement d’indigos de tous âges, notamment des plus vieux ? Ce serait super de discuter avec des gens qui ont connu des expériences similaires et qui comprennent ce que nous vivons, ce que nous continuons à vivre. J’ai l’impression d’être au sommet de ma forme et prêt à faire bouger les choses, mais comment ? Comment réaliser pleinement mon potentiel et mettre mes talents à profit ? Notre monde doit comprendre que rien ne nous oblige à vivre ainsi. Il est possible de combler les besoins de tous, et il en restera toujours en abondance pour chacun. Tout ce qu’il y a à faire, c’est de vivre dans la  lumière et de laisser l’amour régner.

A LIRE SUR LE FORUMhttp://devantsoi.forumgratuit.org/t59-enfants-indigo#3123

 

 Extrait du livre Célébration des Enfants Indigo par Lee Carroll et Jan Tober aux Editions Ariane – page 205.

Les Soins Esséniens

 

Les Soins Esséniens dans ESSENIENS essenien

 

Que sont, les Soins Esséniens ? 


Les soins esséniens sont une approche thérapeutique qui utilise le pouvoir guérisseur de la lumière et du son ainsi que le massage de points énergétiques dans le but de maintenir ou rétablir un équilibre harmonieux entre le corps, l’âme et l’esprit. Ces soins agissent en rétablissant la circulation de l’énergie qui a été perturbée par le stress, la maladie, les formes-pensées négatives et les difficultés de la vie quotidienne.

Ces soins sont une forme très ancienne de guérison utilisée il y a plusieurs millénaires en Egypte puis ensuite par les Esséniens qui en ont été les héritiers. Jésus, ce grand guérisseur, était membre de la communauté essénienne. Ces soins sont à nouveau disponibles aujourd’hui grâce notamment au travail d’Anne Givaudan qui ne ménage pas ses efforts pour les faire connaître, pour les enseigner.
La source de ce savoir provient des annales akashiques. Les annales akashiques sont comparables, en transposant les données sur un plan subtil, à un énorme ordinateur qui engrangerait le passé de la planète et de chacun de ses habitants. Anne Givaudan est l’auteur et le co-auteur d’une quinzaine d’ouvrages traduits en plusieurs langues. Ses livres sont des enseignements sur les mondes de l’après-vie et les principales questions de nos vies actuelles.

Elle souhaite que ses découvertes et contacts contribuent à faire retrouver à chacun sa véritable nature : pluridimensionnelle et sans limite. A travers ses stages, elle s’attache à faire découvrir les soins esséniens, approche thérapeutique à la fois millénaire et très actuelle, afin que chacun soit en mesure de reconstruire son être véritable et intègre. Pour en savoir plus vous pouvez lire « De Mémoire d’Essénien » écrit par Anne Givaudan et Daniel Meurois ainsi que « Lecture d’Aura et Soins Esséniens » par Anne Givaudan « Formes-Pensées » tome 1 et 2 par Anne Givaudan en collaboration avec le Dr Antoine Achram. 

 

Issu du site de Daniel Meurois:  www.meurois-givaudan.com – Interview  d’octobre 2008 par Louise-Anne Holstein qui est bien entendu toujours d’actualité ! De Mémoires d’Esséniens. 

Mode de vie des Esséniens


P. A. : Pouvez-vous nous parler un peu du mode de vie des Esséniens des villages et nous dire en quoi ces Esséniens étaient différents des autres ? 

 

Mode de vie des Esséniens dans ESSENIENS esseniens1ac




D. M. : Les Esséniens des Communautés villageoises étaient forts différents de ceux de Qumrân même s’ils menaient aussi une vie rigoureuse autour de règles strictes. Ils observaient une discipline de vie en accord global avec la Tradition judaïque de leur époque mais, en même temps, ils vivaient marginalement parce que de façon plus ouverte et souple car en prise constante avec les forces de la Nature.

On le sait, le Judaïsme est une religion qui se caractérise par un certain nombre de principes assez rigides et au sein de laquelle il faut s’en tenir à l’observance d’un certain nombre de lois. Il y avait tout cela dans les villages esséniens mais leurs habitants se sentaient totalement à part dans la mesure où ils parlaient beaucoup plus librement d’un certain nombre de sujets. Il y avait entre eux infiniment moins de tabous que dans l’ensemble du peuple qui se conformait, lui, à l’observance de la loi, à la lettre près.

Cependant, tout cela et le fait que le Maître Jésus ait été formé parmi eux ne signifie pas que les Esséniens étaient nécessairement des initiés au sens où nous l’entendons dans les milieux dits spiritualistes. Vous savez, aujourd’hui, on a tendance à les idéaliser un peu trop. On voit souvent systématiquement en eux des sortes d’initiés absolus dans les différents livres qui s’écrivent ici et là à leur sujet.

P. A. : Ce n’était pas le cas ?

D. M. : Il y avait évidemment de grands initiés parmi eux, de véritables Maîtres de Sagesse mais je dirais, au risque de décevoir certaines personnes, que la plupart des Esséniens c’étaient très simplement des personnes qui tentaient de mettre en pratique une éthique de vie où la pureté de la conscience et de la morale passaient avant toute chose, où on apprenait à partager, à donner. Certains s’appliquaient à cultiver ce qu’on appelait « la langue de lait », c’est-à-dire l’art de la parole douce et fluide. Tout cela ne veut cependant pas dire qu’ils étaient parfaits pour autant ! Il faut comprendre qu’il ne suffisait d’être essénien pour prétendre être un être de Sagesse ou encore un initié.

La plupart des Esséniens des campagnes qui étaient des gens simples et analphabètes qui, comme tout un chacun, exprimaient aussi leurs colères, leurs frustrations etc. Ils constituaient évidemment une communauté fascinante parce qu’elle avait une ouverture d’esprit largement au-delà de la moyenne à l’époque mais qu’il ne faut pas non plus, je le répète, idéaliser à l’extrême.

P. A. : Pouvez-vous nous parler des autres Communautés de ce temps-là ?

D. M. : D’abord, il faut savoir que le nom « Essénien » n’était pas employé communément à l’époque. On confondait généralement les Esséniens avec les Nazarites
et les Nazaréens qui étaient des mystiques se démarquant, eux aussi, par le port de la robe blanche, les cheveux longs, la barbe et par certains rituels également.

La plupart du temps, quand des Esséniens apparaissaient sur un lieu, on les confondait avec les Nazaréens ou les Nazarites. En réalité, ils étaient extrêmement discrets. Ce qui les distinguait beaucoup des Nazaréens et des Nazarites, c’était leur pratique des soins et des thérapies. Ils s’intéressaient vraiment beaucoup aux plantes et aux onguents et à tout ce que l’on appelle aujourd’hui « soins énergétiques ». On pourra y revenir plus tard. Leur Fraternité en tant que telle était relativement peu connue mais on savait qu’elle formait des guérisseurs.

Parallèlement à cela, les Esséniens étaient plutôt craints par l’ensemble de leurs contemporains parce qu’on avait l’impression qu’ils manipulaient ce qu’on appelle la magie, c’est-à-dire le maniement des lois énergétiques… avec des pratiques pas toujours très « nettes ».

Ce qui n’était pas du tout le cas mais disons que cela contribuait à ce qu’ils se tiennent à part, quelquefois excessivement. Cela se traduisait chez beaucoup d’entre eux par un indéniable sentiment d’élitisme.

Il existait malgré tout une espèce de fluidité entre toutes les petites Communautés esséniennes et l’ensemble du peuple. Cela fonctionnait bien et circulait bien mais… les Esséniens n’en restaient pas moins des gens qu’on montrait du doigt. On les appréciait pour leurs talents mais on les craignait un peu.

P. A. : Toujours à cause de leur côté « élite » ?

D. M. : Nombre d’entre eux se percevaient de toute évidence comme appartenant à une élite. Ils n’étaient pas systématiquement perçus comme tels mais leur marginalité intriguait, inquiétait parfois et en faisait des êtres à part avec tout ce que cela sous-entend. 

 

Issu du site de Daniel Meurois:  www.meurois-givaudan.com – Interview  d’octobre 2008 par Louise-Anne Holstein qui est bien entendu toujours d’actualité ! De Mémoires d’Esséniens. 

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...