ILLUMINATION DE LA CONSCIENCE

 

 Si tu es un de ceux qui ont signé par l’intermédiaire de l’intention, pour être ce que nous appelons un artisan de la lumière, tu dois sentir cette énergie d’amour. C’est de ceci dont nous voulons vous parler.

Aujourd’hui nous allons vous parler de choses personnelles. Nous allons répondre à vos questions. Quelques questions ont été formulées. Nous faisons le mieux que nous pouvons dans cette dimension, afin de répondre aux questions interdimensionnelles. Chacun de ces points semble être dans votre réalité, mais les réponses ne le sont pas. Habituez-vous à ceci. C’est ainsi que ça va fonctionner à partir de maintenant, car nous vous avons permis d’aller plus loin que ce que vous étiez habitués … plus loin de l’ancienne réalité … Au-delà de la 4D.

sentier de Dieu

Plusieurs parmi vous demanderont à l’Esprit : Que se passe-t-il avec ceci ? Que se passe-t-il avec cela ? Qu’est-ce que je suis supposé faire ici ? Pourquoi est-ce que je me sens ainsi ? Les réponses que vous espérez obtenir sont dans une réalité propre. Que se passerait-il si les réponses étaient dans une réalité un peu différente à la tienne ? Les écouterais-tu ? Es-tu quelqu’un qui attend des réponses, seulement pour arriver à connaître le silence ? Répond à ceci : Si un Humain demande la lumière et que la lumière est créée autour de lui, le saurait-il ou bien resterait-il assis dans sa propre obscurité personnelle ?

Nous allons essayer de vous donner des réponses avec du sens, mais, bien souvent, elles seront dans une réalité au-dessus de ce que vous êtes habitués à connaître. Ces réponses ne sont pas toujours faciles à comprendre, mais c’est ainsi dans la nouvelle énergie. Bénis soit l’Humain qui comprend sans voir tout ce qui existe. A présent dans cette planète on donne une profonde confirmation. Vous êtes assis dans la densité d’un changement potentiel énorme.

Question : Irradier de la lumière dans des lieux sombres est-il considéré comme une invasion ?

Cher Kryeon, Quand est-ce approprié et intègre d’irradier de la lumière dans les diverses zones de la terre, que ce soit dans notre travail ou famille, lorsque ceci ne nous a pas été demandé ? Je veux être honnête et intègre. Je veux être un travailleur de la lumière, mais n’est-ce pas ceci évangélique ? Il ne s’agit de cas de guérison, mais de la vie courante.

Ici il y a quelque chose dont nous avions déjà parlé, mais allons-y à nouveau. Vous n’allez pas être fatigués de l’entendre ! C’est le noyau de vos vies. C’est le principe guide de ce que tu fais et pourquoi tu le fais.

Tu apparais dans un lieu sombre et tu soutiens la lumière. Ceux qui se trouvent dans ce lieu à la recherche du chemin, donnent le meilleur d’eux-mêmes. Soudain, ils commencent à avoir plus d’opportunités qu’avant, dû à la lumière qui est apparue. Ceci n’est pas évangélique. Eux ne connaissent pas ton nom, ni ce que tu défends. Ils savent seulement qu’ils vont mieux !

Au lieu de les forcer à croire dans votre vérité ou même sans leur parler, en échange tu leur donnes une alternative. Eux, comme toi, ont la liberté de choisir où ils veulent aller. Mais maintenant ils ont une meilleure lumière sous laquelle ils peuvent prendre des décisions. Laisse-moi te demander ceci : lorsque le capitaine d’un navire conduit son bateau vers un lieu sûr, laisse-t-il son bateau en courant pour aller là où se trouve le gardien du phare ? Non, ils ne se rencontrent jamais.

La lumière non plus, ne force pas le capitaine sur quoi que ce soit. Simplement, elle lui donne une alternative de voir quelque chose qui se trouve en face de lui. Il prend ses propres décisions lorsqu’il conduit son bateau avec ses propres mains. En définitive, il est approprié d’éclairer ces chemins qui sont sombres et ces lieux qui ont besoin d’éclairage.

En parlant de ceci, voulez-vous savoir quels sont les meilleurs lieux que vous pourriez éclairer maintenant ? Dans cette minute, dans cet instant ? Auparavant on vous a enseigné la profonde influence que la science admet exister maintenant comme faisant partie de la conscience humaine. Ils commencent à voir comment devrait être “la lumière” !

Dirige aujourd’hui ta conscience et la lumière qui jaillit vers les zones qui ont le plus besoin. Pourquoi ne pas l’amener au Cachemire maintenant ? Il se passe beaucoup de choses là bas. Pourquoi ne pas l’amener en Palestine et Jérusalem où il y a de nombreux événements ? Pourquoi ne l’amenez-vous pas à toutes les mères qui se demandent quel sera le futur de leurs enfants d’ici dix ans ? Elles en ont besoin !

Pourquoi ne leur envoyez-vous pas de l’amour et les embrassez ? Tout ce que je vous ai dit est possible. C’est ce que fait un travailleur de la lumière. C’est ce qui s’appelle la conscience humaine. Elle est interdimensionnelle et son pouvoir de changement est étonnant par le biais de l’illumination.

  Canalisé par Lee Carroll le 23 Février 2002 A Reno, Nevada

Blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

Question à Kryeon sur notre Lumière

 

 

téléchargement (1)Irradier de la lumière dans des lieux sombres est-il considéré comme une invasion ?

Cher Kryeon, Quand est-ce approprié et intègre d’irradier de la lumière dans les diverses zones de la terre, que ce soit dans notre travail ou famille, lorsque ceci ne nous a pas été demandé ? Je veux être honnête et intègre. Je veux être un travailleur de la lumière, mais n’est-ce pas ceci évangélique ? Il ne s’agit de cas de guérison, mais de la vie courante.

Ici il y a quelque chose dont nous avions déjà parlé, mais allons-y à nouveau. Vous n’allez pas être fatigués de l’entendre ! C’est le noyau de vos vies. C’est le principe guide de ce que tu fais et pourquoi tu le fais. Il ressemble à la question n° 11. Tu apparais dans un lieu sombre et tu soutiens la lumière. Ceux qui se trouvent dans ce lieu à la recherche du chemin, donnent le meilleur d’eux-mêmes. Soudain, ils commencent à avoir plus d’opportunités qu’avant, dû à la lumière qui est apparue. Ceci n’est pas évangélique. Eux ne connaissent pas ton nom, ni ce que tu défends. Ils savent seulement qu’ils vont mieux ! Au lieu de les forcer à croire dans votre vérité ou même sans leur parler, en échange tu leur donnes une alternative. Eux, comme toi, ont la liberté de choisir où ils veulent aller. Mais maintenant ils ont une meilleure lumière sous laquelle ils peuvent prendre des décisions. Laisse-moi te demander ceci : lorsque le capitaine d’un navire conduit son bateau vers un lieu sûr, laisse-t-il son bateau en courant pour aller là où se trouve le gardien du phare ? Non, ils ne se rencontrent jamais. La lumière non plus, ne force pas le capitaine sur quoi que ce soit. Simplement, elle lui donne une alternative de voir quelque chose qui se trouve en face de lui. Il prend ses propres décisions lorsqu’il conduit son bateau avec ses propres mains. En définitive, il est approprié d’éclairer ces chemins qui sont sombres et ces lieux qui ont besoin d’éclairage. En parlant de ceci, voulez-vous savoir quels sont les meilleurs lieux que vous pourriez éclairer maintenant ? Dans cette minute, dans cet instant ? Auparavant on vous a enseigné la profonde influence que la science admet exister maintenant comme faisant partie de la conscience humaine. Ils commencent à voir comment devrait être “la lumière” ! Dirige aujourd’hui ta conscience et la lumière qui jaillit vers les zones qui ont le plus besoin. Pourquoi ne pas l’amener au Cachemire maintenant ? Il se passe beaucoup de choses là bas. Pourquoi ne pas l’amener en Palestine et Jérusalem où il y a de nombreux événements ? Pourquoi ne l’amenez-vous pas à toutes les mères qui se demandent quel sera le futur de leurs enfants d’ici dix ans ? Elles en ont besoin ! Pourquoi ne leur envoyez-vous pas de l’amour et les embrassez ? Tout ce que je vous ai dit est possible. C’est ce que fait un travailleur de la lumière. C’est ce qui s’appelle la conscience humaine. Elle est interdimensionnelle et son pouvoir de changement est étonnant par le biais de l’illumination.

Canalisé par Lee Carroll le 23 Février 2002 A Reno, Nevada

 

 

Le projet HAARP

 

Le projet HAARP dans PARTENAIRE AVEC LE DIVIN boules-animC’était au milieu des années 80, quelque part en Virginie. Des scientifiques de la société ARCO Production Technologies Corp rencontraient secrètement des personnalités officielles de haut rang de la Navy et de l’Air Force dans un bureau privé de haute sécurité. Tous étaient en civil, car ils savaient depuis longtemps que les journalistes étaient à l’affût des allées et venues des gradés de hauts rangs. Les tenues de ville étaient donc de rigueur. Sur les habits, aucun signe distinctif ; ni étoile de général des Fores aériennes ni aucun galon d’amiral. Les officiers de hauts rangs se sentaient quelque peu mal à l’aise sans leurs uniformes et se trémoussaient sur leurs sièges.

 Les hommes de l’ARCO se préparaient à projeter quelques dispos et graphiques. « Entrons directement dans le vif du sujet », dit l’un des scientifiques. « Vous savez tous, depuis nos précédents contacts, que nous avons rendu les inventions d’Easthlund et Tesla opérationnelles ». Tous les yeux étaient rivés sur les scientifiques, car certains militaires n’avaient jamais entendu parler de ces inventions avant ce jour. L’un d’eux bâilla, prévoyant une ennuyeuse réunion de plus.

 Le scientifique continua : « Messieurs, que diriez-vous si je vous apprenais que nous sommes en mesure de détruire, depuis notre sol, n’importe quel missile en vol vers les Etats-Unis, dans un rayon de 6000 kilomètres, et ce, sans tirer un seul coup de jeu ? » Les généraux de l’Air Force sourirent.

 « En outre, que diriez-vous si je vous annonçais que grâce à cette technologie, vous seriez en mesure de communiquer avec n’importe quel sous-marin, à quelque profondeur que ce soit, en temps réel et sans utiliser l’encombrant système de communication alphabétique sonore actuel ? » L’amiral assis à la table conserva le visage impassible d’un jouer de poker, fruit d’une très longue pratique des réunions avec des gens qui essaient d’obtenir des renseignements.

 ‘Et ce n’est pas tout, messieurs », continua le scientifique d’un ton très professionnel. « Nous pensons que cette technologie peut aussi nous permettre de sonder le sol sur plusieurs kilomètres de profondeur, selon sa composition géologique, de faon à repérer les silos nucléaires, les abris antinucléaires, exactement comme une radio aux rayons X des installations de l’adversaire … et il y a encore mieux ».

 Le scientifique se leva et s’approcha du rétroprojecteur. « Toujours grâce à cette nouvelle technologie, nous croyons fermement, et ceci ressort de nos expériences, que nous pourrons manipuler les conditions climatiques de n’importe quel champ de bataille sur Terre. Personne ne broncha, mais tous tentaient de digérer cette dernière déclaration. L’amiral, les mots « communication sous-marine » résonnant encore à ses oreilles, parla le premier :

« A quel prix ? »

 Le scientifique attendait cette question. « Amiral, dit-il, le budget global de notre programme pour les dix prochaines années sera inférieur à la moitié du coût d’un sous-marin nucléaire, et… » il ménagea ses effets en faisant une pause, « les fonds votés par le Congrès sont d’ores et déjà débloqués pour les expériences préliminaires ».

 « Et c’est réalisable ? » demanda l’amiral d’un ton sceptique.

« Absolument ;.. et déjà breveté », répondit le scientifique.

« Quelle est la technologie utilisée ? » demande l’amiral.

« Nous enverrons des ondes radio à haute fréquence dans l’ionosphère afin de créer de gigantesques antennes virtuelles à basse fréquence (ELF). Nous pourrons ainsi concentrer l’énergie émise par ce « miroir », de l’ionosphère pour détruire tout missile en vol et, en fait, toute installation électronique quelle qu’elle soit. Nous parvenons à ce résultat en réchauffant les zones inférieures  et supérieures de l’ionosphère – en les mettant littéralement en ébullition – afin de créer une sorte de lentille électronique. C’est de là que provient la capacité du système à concentrer l’énergie pour permettre la communication subaquatique avec les  sous-marins ou la destruction des intrus ». Il poursuivit, sans attendre de commentaires.

 « Un réchauffement sélectif de l’atmosphère peut permettre un changement de climat. Nous pourrions provoquer des inondations, des sécheresses – ce qui serait très utile pour nos opérations militaires ». Maintenant, les scientifiques attendaient les réactions. « Vous ne m’avez toujours pas dit quelle technologie vous utilisez », déclara l’amiral.

 « Nous utilisons les propriétés de divers techniques basées sur l’amplification et l’altération de la transmission par batteries d’antennes, d’ondes à très hautes fréquences », dit l’homme de l’ARCO, « Voyez-vous… »

 « La technologie scalaire », l’interrompit l’un des hauts gradés de l’Air Force. « Tout droit sortie de l’époque de Tesla. Nous n’étions pas dans le coup, lorsque l’Union soviétique menait le jeu. Leur système secret Woodpecker en était dérivé et il affola nos communications.

… « Messieurs, au point où nous en sommes, cela semble être le nec plus ultra en matière de technologie de défense pour chacun de nous, quelle que soit notre arme… »

 L’amiral reprit la parole : « Très bien, maintenant quels sont les inconvénients ? Quand pourrons-nous l’utiliser et comment garder le secret ? » L’éclairage fut tamisé, comme pour apporter une réponse, et le rétroprojecteur cliqueta. « Jetez un coup d’oeil à ceci, Messieurs ». Sur l’écran apparut un site entièrement clôturé. On distinguait quelques cabanes banales et 36 antennes effilées ressemblant à des cordes à linge – qui semblaient n’avoir qu’un lointain rapport avec l’arme sinistre que les militaires imaginaient. Tout était recouvert de neige et de glace, et seul un homme en parka se tenait sur le seuil d’une des cabanes, comme s’il posait pour la caméra.

 « Messieurs, voici ce que le public connaîtra sous le nom de HAARP : HIGH FREQUENCY ACTIVE AURORAL RESEARCH PROGRAM. Aux yeux du public, il s’agira de banales expériences au sein de la forêt d’épicéas noirs du centre de l’Alaska, lin de toute habitation ». Une autre diapositive apparut, qui montrait un graphique illustré de l’ionosphère terrestre. « En définitive, nous disposerons de 360 antennes. Lorsque le projet sera totalement opérationnel, au début de 1997, nous commencerons par réchauffer des trous de 45 kilomètres de diamètre, directement au-dessus du lieu de l’expérience – un four à micro-ondes géant, en quelque sorte. Nous percerons un trou et mesurerons les résultats ; puis, nous en ferons un autre … et d’autres encore. Nous estimons que chaque trou mettra trois mois à se refermer et les données recueillies nous indiqueront peu à peu comment mieux concentrer notre miroir virtuel. » Il y eu quelques instant de silence, puis l’amiral prit la parole.

 « Que faites-vous de l’environnement ? » demanda-t-il ? « Ne devez-vous pas fournir des rapports sur les répercussions de vos travaux sur l’environnement ? L’année dernière, nous avons déplacé un baraquement et avons dû en mesure les effets sur les vers de terre ! Comment avez-vous résolu ce problème ?

 L’homme d’ARCO se saisit d’un petit porte-document et en tira un épais dossier qu’il fit glisser sur la table jusqu’à l’amiral. Celui-ci regarda la couverture. « Ce dossier a été rédigé par l’Air Force » explosa l’amiral. « Désolé amiral, répondit le général de l’Air Force. Nous avons été informés de ce projet il y a un an environ. » L’amiral fixa longuement le général.

 Il ouvrit le rapport ayant trait aux conséquences sur l’environnement et lut : « […] les transmissions vers la ionosphère à l’aide des instruments de recherche (IRI) peuvent élever la température du corps des personnes situées à proximité, provoquer des incendies dans le coffre des voitures, faire exploser les montages délicats utilisés dans les systèmes de mise à feu électronique et brouiller les communications aériennes, ainsi que les systèmes de navigation et de contrôles aériens ».

 « Incroyable ! » s’écria l’amiral en refermant le dossier. « J’ignore comment vous vous y êtes pris. Et quels sont les effets secondaires inconnus ? Et la couche d’ozone ? Pourrions-nous causer des dommages irréparables à notre propre atmosphère ? »

 « Nous l’ignorons », répondit l’homme de l’ARCO en se préparant à continuer la présentation. « Mais nous le saurons ».

 Le compte rendu de cette réunion est une synthèse imaginaire fondée sur la compilation de nombreuses réunions comme celle-ci qui se sont déroulées durant les années 80. Tous les acteurs et les faits rapportés sont authentiques – même le rapport d’impact sur l’environnement rédigé par l’Air Force est exact, et le projet existe réellement.

 L’HAARP est peut-être l’expérience la plus dangereuse, la plus monstrueuse jamais entreprise pour la défense de notre pays, exception faite de l’explosion de la première bombe atomique à Lors Alamos. A cette époque, on demanda aux scientifiques leur avis sur ce qui se passerait au moment de l’explosion. Les spéculations allèrent bon train, du simple « pétillement » à l’ »embrasement de l’atmosphère terrestre ». En fait, tout le monde ignorait ce qui se passerait, mais tous continuèrent quand même !

Extrait de la série Kryeon, canalisé par Lee Carroll. TOME 4, page 235 de : Partenaire avec le divin. Aux Editions Ariane. 

Exercice d’alignement pour un groupe (Kryeon)

Gif sirenesPremièrement, que le but de votre rencontre concerne ce travail. Une personne déséquilibrée peut grandement affecter la puissance du groupe. Convenez ensemble du sujet qui sera votre cible. Assurez-vous que votre sujet et vote cible soient universellement appropriés. Avec la quantité de puissance que vous maniez maintenant, vous avez beaucoup de responsabilité en cela. Désignez un instructeur ou un focalisateur pour diriger le groupe d’une étape à l’autre. Concentrez-vous sur une seule tâche à la fois ; la diluer parmi d’autres tâches diluerait le résultat. Ne laissez aucun détracteur s’approcher de votre groupe                         

Gif sirenesL’AUTO-PREPARATION 

Utilisez ce que vous savez déjà et servez-vous de l’orientation du corps et de la posture pour vous mettre tous sur le même alignement à l’intérieur du groupe. Ceci n’est pas une nouvelle information et rien n’a été modifié à ce sujet. Une orientation nord.sud.et.ou est/ouest serait utile, mais ce n’est pas essentiel. (Essayez de vous orienter en fonction de la grille magnétique, mais vous pouvez aussi vous faire face mutuellement). Assurez-vous que vous êtes loin d’une source d’interférence magnétique. 

Ayez recours à une forte visualisation pour écarter toutes les pensées qui ne relèvent pas de l’amour universel. Si vous vous sentez déséquilibrés de quelque manière que ce soit, retirez-vous du groupe, car cela minerait les efforts de l’ensemble. 

Consacrez du temps à votre autoréalisation. Sachez que vous êtes un fragment de Dieu, voilé dans sa forme, en marche sur terre. Visualisez-vous vous-mêmes… comprenez la signification du Je Suis. 

Faites appel à la source d’amour pour vous remplir de paix. Elle viendra si vous faites appelle à elle. C’est votre droit. Voyez votre maître ascensionné favori si cela vous aide à vous immerger dans l’amour. Visualisez-vous comme une prolongation de ceux qui vous entourent. Comptez le nombre de personnes autour de vous et voyez-les comme une seule et même entité avec vous. Voyez votre visage sur chacun d’eux. Ressentez leur amour pour vous. Laissez votre ego s’effacer de lui-même. Comprenez combien est temporaire votre expression actuelle, comparativement à ce que vous êtes réellement lorsque vous n’êtes par sur terre. 

Gif sirenesLA COMMUNICATION AVEC VOTRE GUIDE 

Reconnaissez la présence de votre guide à voix haute. Faites cela individuellement, mais d’une manière audible. Dites à vos guides que vous les aimez et honorez-les pour leur travail avec vous. Ressentez leur amour. Demandez-leur de vous toucher. Laissez-vous aller à pleurer de joie si vous en ressentez le besoin, car cette réaction est normale et appropriée. 

Cette dernière étape est très importante. Sans elle, votre travail est inutile. Comprenez le rôle de vos guides et sachez qu’il n’y a rien que vous ne puissiez créer ! Vos guides sont vos portes d’accès à l’autre côté du voile. Vous serez incapables de communiquer si vous ne comprenez pas cela. 

Suivant la guidance de votre focalisateur, expliquez brièvement à vos guides votre projet et le but que vous vous êtes fixé. Ne présumez pas que les guides savent tout ce que vous faites. Les guides sont constamment en un autre plan et ne partagent jamais votre conscience culturelle. Soyez toujours très précis dans vos explications et prenez son de ne transmettre que l’information sur le résultat final que vous cherchez à atteindre et non sur la façon d’y parvenir.  Ensemble, demandez à vos guides de se joindre à vous. Soyez silencieux et méditatifs. Accordez quelques instants à la transition. Visualisez votre nouvelle puissance

Gif sirenesLE TRAVAIL

 Ici, vous pouvez faire de la transmission, de la réception ou les deux. A ce moment, tout peut arriver mais ce qui suit s’applique plus particulièrement à la transmission. Laissez le focalisateur décrire verbalement et fournir une forte visualisation de l’action visée. Ceci devrait se présenter sous la forme d’une vision de la tâche accomplie et non pas sur la façon dont elle doit être accomplie. En d’autres mots, voyez le résultat final comme si vous aviez entièrement réussi, dès les premiers moments de votre travail

Avec l’aide du focalisateur, donnez à l’unisson une verbalisation sonore du résultat final. Il ne s’agit pas d’une requête faite à l’univers ! C’est une action de pensée générée dans le but de créer un résultat final. 

Prenez bien soin de visualiser exactement ce que vous voulez.. car c’est ce qui arrivera. Pour commencer, visualisez votre planète très stable. Visualisez votre planète dans la paix physique, sans qu’aucun cataclysme externe ne vienne jamais la toucher. Visualisez votre planète en harmonie avec les entités qui résident sue elle et en elle. Visualisez et verbaliser votre planète comme équilibrée ! 

C’est seulement après vous être occupés de l’aspect physique de la planète que vous devriez être autorisés à composer avec les visualisations concernant les autres humains. C’est une priorité qu’il faut respecter et cela devrait vous en dire beaucoup sur la façon dont la spiritualité sera déterminée dans le futur. 

Faites ceci trois fois au total. Quelque soit votre cycle verbal, faites-le trois fois. Ce n’est pas le moment d’être timides. Ressentez l’importance de votre tâche ; parler lentement, avec calme et conviction. Soyez conscients de votre puissance. Faites ceci comme si vous ordonniez que cela soit fait.  Prenez note du temps qu’il vous a fallu pour accomplir les trois premières étapes et consacrez un laps de temps équivalent pour vous plonger dans le silence total et la méditation. C’est là que vous recevrez les informations ou simplement l’énergie d’amour. Ne croyez pas qu’il serait inapproprié d’exprimer silencieusement une émotion personnelle à ce moment de la rencontre. Utilisez  une stimulation extérieure à vos sens physiques qui aiderait à accroître votre sensibilité (musique, encens, éclairage etc…) 

Sous la direction du focalisateur, revenez graduellement à votre point de départ. Ce processus ne devrait pas prendre plus d’une heure. Une telle rencontre devrait être répétée pour permettre à d’autres alignements universels d’être réalisés.  Kryeon, canalisé par Lee Carroll – dans La graduation des temps. Tome 1 – pages 119-120 

Mort humaine collective

Chers humains, nous terminerons le message de ce soir par le sujet qui s’avère le plus difficile pour mon partenaire, Lee Carroll, lequel ne veut même pas que je l’aborde. Il s’agit de l’opportunité de la mort collective. Tout naturellement attachés à la vie, vous ne pouvez vous empêcher d’être tristes quand elle cesse. C’est normal et tout à fait approprié, et ne tentez surtout pas de refouler ce sentiment. Cependant, la sagesse de compréhension est également nécessaire pour vous aider à dépasser certains défis du cœur humain. 

Mort humaine collective dans LEVEE DU VOILE Tsunami« Cher Kryeon, le tsunami était-il vraiment nécessaire ? » Oui, il l’était. Presque 300 000 personnes y ont péri. Pour vous, cet événement est chargé d’horreur, de tristesse, d’émotions et de défis. En 1989, nous vous avons prédit qu’il y aurait des départs massifs. Pourtant, même mon partenaire [Lee] me pose encore les questions suivantes : « Pourquoi autant de jeunes victimes ? Pourquoi dans les pays les plus pauvres de la Terre ? Pourquoi toutes ces morts inutiles ? » 

Je vous réponds la même chose que dans le cas de Terri  . Comprenez donc que la mort est souvent aussi précieuse que la vie sur cette planète de plusieurs énergies aux leçons multiples. Ils ne sont pas partis ! Ils sont tous ici. [Selon le point de vue de Kryeon]. Ils sont très heureux ! Il n’y a pas si longtemps, quand ils se sont soumis au vent de la naissance, nous leur avons demandé : « Aimeriez-vous participer à un événement qui va augmenter la compassion planétaire, de sorte que l’élévation vibratoire de l’énergie en sera davantage accéléré ? Aimeriez-vous contribuer à la paix sur la Terre au moyen d’un changement de conscience à l’intérieur même de Gaia ? » Ils ont répondu : « Indiquez-nous le chemin ! ». 

Comprenez-vous pourquoi nous sommes amoureux de l’humanité ? Il faut aimer considérablement la Terre et l’Univers pour traverser volontairement de telles épreuves. Vous voyez cet événement come une horrible tragédie, et pourtant ces gens sont les héros de l’humanité livrant un cadeau qui changera la texture même de Gaia grâce à la vague de compassion créée par l’humanité, en réaction à leur sort. 

Ils connaissaient d’avance les potentialités et ils y ont consenti. Même les enfants le savaient, car ce sont de vieilles âmes dans leur divinité. La Terre n’avait jamais connu autant de compassion de toute votre existence. Des milliards d’humains ont éprouvé une compassion qui est allée instantanément au cœur de la plante et qui s’y trouve encore. Cette compassion a transformé l’énergie du sol sur lesquels vous marchez, semant des germes qui se développeront pour émerger plus tard en Israël et dans les pays environnants. 

Voilà le sens de tout cela. Pourtant, vous ne vouliez pas l’entendre, n’est-ce pas ? Mais ils sont désormais ici avec moi, et donc aussi avec vous. Vous allez me demander comment ils peuvent tous entrer dans cette salle ? Ils peuvent tous tenir sur une pointe d’épingle ! (C’est du jargon interdimensionnel). Vous pouvez les emmener chez vous dans votre bourse ou dans votre poche ! (C’est aussi du jargon interdimensionnel). Et ils ont pour vous un message que nous vous avons déjà livré, mais que vous n’entendrez jamais trop : « Nous avons fait notre part ; faites maintenant la vôtre, phares !  Ceux qui demeurent sont les seuls qui peuvent manier les outils que nous avons contribué à créer. » 

Ce soir, quand vous rentrerez chez vous, vous n’y serez pas en mode de survie, c’est-à-dire dans une tente sans éclairage, sans nourriture ni eau potable. Vous serez plutôt bien au chaud, avec beaucoup de nourriture, ainsi que l’amitié et l’amour de vos proches. C’est pourquoi vous êtes des phares. Vous en avez le loisir et la capacité intellectuelle. Vous n’êtes pas en mode de survie comme une si grande partie de l’humanité. Vous avez l’instruction et l’intuition requises. Comprenez-vous cette fois pourquoi il ya tant de travailleurs de la lumière en Occident ? Votre culture a créé une situation d’abondance sur tous ces plans, ce qui vous permet d’être au premier rang pour transformer l’énergie de la Terre, au lieu de devoir passer tout votre temps à tenter de survivre. Comprenez-vous mieux cette fois la responsabilité qui vous incombe ? 

Faites jaillir la lumière et envoyez-la aux Soudanais. Faites jaillir la lumière et envoyez-la dans ces lieux obscurs où les gouvernements sont corrompus. Faites faillir la lumière et envoyez-la aux scientifiques et aux chercheurs qui connaissent déjà les remèdes aux plus virulentes maladies infestant cette planète, mais ne peuvent y travailler à cause des obstacles opposés par certains dirigeants. Faites jaillir la lumière et envoyez-la en Israël et en Palestine pour qu’apparaisse la solution ! Voilà pourquoi vous êtes ici. C’est l’entente que vous avez contractée en y venant et en choisissant cette culture où vous vivez. 

Tout cela est réalisable en cette vie, je vous l’assure. La paix et la compassion prévaudront. Vous verrez bien…. Et il en est ainsi. Signé Kryeon. 

Kryeon, canalisé par Lee Carroll. Retour à l’essentiel – La levée du voile – page 160. 

L’ange Mikaël


gifs  coeurJe suis Mikaël, prince et régent des milices célestes. Je viens à vous, âmes humaines. Je me présente, je vous salue. Recevez la Lumière. Chaque Archange apporte sa présence en un temps terrestre estimé en douze mois. D’année en année cet intervalle prend une certaine élasticité. Mais nous gouvernons avec l’énergie qui nous est propre, dans l’espace et dans le temps qui nous sont impartis par le Père, afin de baigner l’ensemble de ce système solaire de notre vibration spécifique et de la mission spécifique qui nous est dévolue. En votre année terrestre précédente, l’Archange Jophiel vous a amené à la période appelée « la confrontation », à l’heure où vous deviez vivre la rencontre intérieure. Aujourd’hui, en cette nouvelle année terrestre et pour une période qui durera 14 à 16 mois, je viens et je me manifeste au travers, avant tout, des éléments présents à la surface de cette planète. Mon année est l’année de mon combat. Mon année est l’année où les éléments entrent en période que je qualifierais d’échauffement, d’excitation et de représentation. En ce qui vous concerne, cette année n’est pas l’année du combat mais l’année de votre réveil total et final pour la gloire du Père. En cette année, vous allez vivre l’éclairage absolu des zones d’ombre intérieures qui vous empêcheraient d’aller là où vous devez aller, en fonction de vos choix, de vos orientations qui ont été posés durant les années précédentes.

L’Archange de l’année passée vous a communiqué un calendrier. Ce calendrier était un calendrier intérieur correspondant à votre apocalypse et à votre révolution et votre révélation intérieures. Se superpose à ce calendrier un deuxième, calendrier d’origine cosmique et, lui, ne souffre aucun retard. Il est illustré par le ballet des planètes, des soleils et des univers dans votre ciel. Votre ciel, qui doit commencer à vivre des transformations importantes, liées aux manifestations élémentaires et surtout aux ballets des planètes dans les cieux. Ce décompte est différent de votre décompte intérieur. Votre décompte intérieur se terminera avant le décompte extérieur du temps qui s’écoule sur cette planète. Rappelez-vous que ce qui est humain est soumis aux aléas du temps alors que ce qui est cosmique ne subit pas les mêmes aléas que vous et obéit à des mouvements célestes extrêmement précis, extrêmement pointilleux qui ne souffrent aucun décalage. Entre le 25 mars de votre année 2009 et le 21 décembre de votre année 2012 ce qui doit être accompli sera intégralement accompli.

Je viens me manifester au travers des manifestations élémentaires les plus puissantes que la Terre va avoir à vivre durant cette année. Ne vous préoccupez pas outre mesure du résultat de ces éléments sur votre Terre. Mais gardez bien un œil sur le ciel car nombreux seront les signes que vous y décèlerez et y retrouverez. En cette année, le 25 mars inaugure sur cette Terre la période de l’Apocalypse, la période tant attendue et tant redoutée qui est d’ores et déjà entrain d’arriver à votre conscience et à la conscience de cette planète Terre. Le monde tel que vous le définissez et le vivez aura cessé irrémédiablement d’exister au plus tard le 21 décembre 2012. Ceci est une annonce voulue et décrétée par le Père. Cette date et ces dates sont connues depuis fort longtemps. Il ne vous appartient pas, vous, êtres humains, de combattre quoique ce soit ou qui que se soit mais bien plutôt de trouver en vous l’espace intérieur de résolution de vos antagonismes car vous avez passé l’année précédente à établir des choix, à annoncer ces choix et à mettre en œuvre ces choix. Aujourd’hui ces choix se concrétisent dans votre matière et votre dimension.

 

Message de Kryeon canalisé par Lee Carroll – Fraternité de lumière. 

Nouveau savoir

 

dauphin

Le premier attribut concerne le nouveau savoir. Dans le cas de l’acupuncteur, vous direz peut-être ; « Comment puis-je savoir quelle couleurs utiliser ? » Nous vous répondrons que cela vous viendra intuitivement, car vous êtes un guérisseur. Si vous n’êtes pas certain, vous pouvez demander aux autres, car  ils l’ont su intuitivement. Mais nous avons aussi qu’en parlant avec l’acupuncteur, certains d’entre vous ont découvert de nouveaux méridiens, malgré la formation reçue, et essayé de nouvelles choses. Et vous vous êtes rendu compte qu’il y a du pouvoir en d’autres domaines pour faire tournoyer les aiguilles. Vous ne parlez pas de ces choses à ceux qui vous ont enseigné l’acupuncture car vous craignez qu’ils se moquent de vous, et pourtant telles sont les nouvelles connaissances. Car peu importe la science ou la forme de guérison que vous pratiquez, vous pouvez intuitivement recevoir de nouvelles connaissances grâce au don de l’Esprit. 

 

Mon partenaire veut placer quelque chose qu’il croit être drôle ici, et je vais le lui permettre. Il dit : « Si le vieux maître en acupuncture arrive et voit l’acupuncteur en train de faire tournoyer ses aiguilles multicolores et les insérer dans le patient, avec les odeurs, l’éclairage et les couleurs, il saura certainement alors qu’il est dans le sud de la Californie ! » (Rires). 

 

Je m’adresse maintenant à celles et ceux parmi vous qui se considèrent être des massothérapeutes. Avez-vous remarqué que, dorénavant, vous faites également un travail d’énergie ? Car une chose étrange se produit pour certains d’entre vous. Vos patients ne sont pas simplement réconfortés, ils sont guéris ! Ils repartent avec une véritable guérison permanente. Qu’est-ce qui se passe ? C’est le nouveau savoir, car vous avez l’habitude de toucher le corps humain et vous savez à quel endroit et comment le faire, et vous envoyez de l’énergie dans le corps. En fait, certains parmi vous s’inquiètent même que votre pratique soit moins lucrative, car les gens que vous aviez l’habitude de masser s’en retournent guéris et ne reviennent plus. Ils s’en vont guéris, et non pas simplement réconfortés ! Et nous vous disons que lorsque les gens entendront parler de ce que vous faites  vous n’aurez aucun problème à trouver des clients. Soyez attentifs au nouveau savoir intuitif à propos des endroits différents à toucher, aux moyens différents dans votre science de créer et de transférer de l’énergie. Considérez le toucher d’une façon bipolaire – en devenant équilibrés et en acceptant la nouvelle fusion comme partie intégrante de votre travail. Personne ne détient le monopole de la vérité en aucun domaine de guérison. Nous vous disons ceci, mes chers ; c’est le temps de les réunir ! Car lorsque vous le ferez, les résultats seront spectaculaires et vous attirerez l’attention de ceux qui ne croyaient pas que la chose soir possible. Il leur faudra l’étudier… parce que ça marche. Ils ne pourront se permettre d’ignorer les résultats

 

 

Kryeon canalisé par Lee Carroll 

La vision

La vision dans LE RETOUR fond-cree-gif-1 

Mike se réveilla en milieu inconnu. Puis, soudain, la mémoire lui revint. Il scruta les lieux autour de lui et se rendit compte qu’il ne se trouvait pas dans son appartement, ni dans un hôpital de la ville. Il régnait là un calme plat, un silence tellement envahissant qu’il en ressenti un malaise. Il ne percevait pas le bruit de sa respiration. Aucun bruit de voiture ou de climatiseur, absolument rien. Il parvint à s’accouder. 

Il baissa le regard sur lui et constata qu’il était étendu sur un étrange petit lit blanc. On ne lui avait pas donné de couverture, mais il portait exactement les mêmes vêtements qu’au moment de l’attaque. Il dirigea la main à son cou. Il se rappelait avoir été blessé mais, à son grand soulagement, il ne pouvait déceler aucune blessure. En fait, il se sentait bien ! Il se tâta avec précaution en plusieurs endroits et ne trouva ni blessure ni même de douleur. Mais qu’el silence ! C’était presque à en devenir fou. Et l’éclairage : tellement bizarre. Il semblait émaner de partout et de nul part à la fois. Il était d’un blanc éclatant, un blanc tellement dépourvu de toute couleur qu’il blessait les yeux. Mike décida de mieux examiner son environnement. 

Etrange ! Il  n’était ni dans une pièce ni à l’extérieur. Il était là sur ce petit lit, et sous lui, le plancher blanc s’étendait à perte de vue. Mike se recoucha, comprenant ce qui s’était passé. Il était mort. Nul besoin d’être un expert en sciences pour constater que ce qu’il voyait et ressentait ne s’appliquait pas au monde réel. Mais pourquoi avait-il encore son corps ? 

Mike décida d’essayer quelque chose de stupide. Il se pinça pour vérifier s’il ressentirait ou non une douleur. En sursautant, il laissa échapper un « Aie ! » retentissant. 

-       Comment vas-tu Mike ? demanda une voix masculine rassurant. 

Mike se tourna immédiatement dans la direction de la voix et vit quelque chose qu’il n’était pas près d’oublier. Il senti une présence angélique, un grand sentiment d’amour. Il se fiait toujours à ses émotions d’abord, puis à ce qu’il voyait ensuite. Du moins, c’est ainsi qu’il expliquait ses expériences et, cette fois, il vit une silhouette blanche à la fois inquiétant et splendide. Quelles belles ailes blanches ! pensa-t-il. Mike sourit à la vision, croyant difficilement à sa réalité. 

-       Suis-je mort ? demanda-t-il stoïquement, mais respectueusement, à l’être qui se trouvait devant lui. 

-      Absolument pas ! Tu es en plein rêve, Michaël Thomas, lui dit la silhouette en s’approchant. L’apparition s’approcha encore plus près, sans vraiment marcher. Mike vit que le grand « homme » qui se trouvait maintenant près de son lit avait un visage voilé et flou mais, curieusement, il sentait qu’on le réconfortait et qu’on prenait soin de lui. L’impression était on ne peut plus agréable. 

La silhouette était recouverte d’un vêtement blanc, mais ce n’était ni une robe ni un costume. La tenue semblait presque vivante et bougeait avec cette forme, comme si elle en avait été la peau. Le visage était également indistinct. Mike ne pouvait discerner ni plis ni boutons, ni voir clairement la limite entre la peau et l’habillement. Pourtant, tout était fluide, léger et même rayonnant. Devant cette vision, Mike parvenait mal à distinguer le blanc de l’habillement de l’homme et l’arrière-plan incroyablement blanc de l’environnement. Il était difficile de départager la silhouette et ce qui l’entourait. 

-       Où suis-je ? semble peut-être une question stupide, mais je suppose que j’ai le droit de la poser ? dit Mike d’une voix peu assurée. 

-      Tu es dans un endroit sacré, répondit la silhouette. Une place de ton cru, un lieu rempli d’un grand amour. C’est ce que tu ressens présentement. La silhouette angélique s’inclina devant Mike et le mouvement sembla remplir l’endroit d’une plus forte lumière encore. 

-      Et à qui ai-je l’honneur ? demanda respectueusement Mika d’une voix tremblante. 

-      Tu as sans doute deviné que je suis un ange. 

Mike ne sourcilla même pas. Il savait que la vision devant lui disait la vérité absolue. Il sentait nettement que la situation, dans toute son étrangeté, était tout à fait réelle. 

-      Tous les anges sont-ils des mâles ? demanda Mike, regrettant sa question aussitôt après l’avoir posée. Quelle demande stupide ! Il était évident que la circonstance était particulière. S’il était en plein rêve, ce dernier était aussi réel que d’autres expériences qu’il avait déjà pu vivre. 

-       Je suis seulement ce que tu désires voir, Michaël Thomas. Je ne suis pas de nature humaine, et ce que tu vois devant toi a pris une forme qui te rend à l’aise. Et bien non, tous les anges ne sont pas des mâles. En fait, nous n’avons pas de genre. Nous ne portons pas tous les ailes non plus. 

Mike sourit encore, se rendant compte qu’il regardait une vision surgissant de sa propre imagination. 

-       A quoi ressembles-tu vraiment ? demanda Mike, commençant à se sentir un peu plus à l’aise de s’exprimer librement devant cet être tout aimant. Et pourquoi ton visage est-il caché ? La question était appropriée, compte tenu des circonstances. 

-       Ma forme te surprendrait et, en même temps, elle te rappellerait un étrange souvenir puisque c’est ce dont tu as l’air lorsque tu n’es pas sur terre. C’est au-delà de toute description possible. Voilà pourquoi je vais garder cette forme pour l’instant. Quant à mon visage, tu le verras bien assez tôt. 

-       Pendant que je ne suis pas sur terre ? risque Mike. 

-      L’existence terrestre est temporaire. Mais tu le sais déjà, n’est-ce pas ? Je sais que tu es, Michaël Thomas. Tu es un homme spirituel et tu comprends la nature éternelle des humains. Tu as maintes fois rendu grâce pour ta nature spirituelle et les membres de mon espèce ont entendu chacune de tes paroles de remerciement. 

Mike demeurait silencieux. Bien sûr, il avait prié à l’église et chez lui, mais constater que tout avait été entendu dépassait son entendement. Cette entité à laquelle il rêvait le connaissait ! 

-       D’où viens-tu ? demanda Mike. 

-       De chez nous

La tendre entité rayonnait directement devant le lit étroit de Mike. Elle penchait la tête sur le côté et semblait attendre patiemment que Mike saisisse ce qu’il venait d’entendre. Il sentit des fourmillements le long de son échine. Il avait le sentiment puissant que la vérité se tenait devant lui et qu’l lui suffisait d’interroger pour voir jaillir une merveilleuse connaissance. 

-       Tu as raison, dit l’ange, faisant écho aux réflexions de Mike. 

Ce que tu es en train de faire transformera ton avenir. Tu le sens bien, n’est-ce pas ? 

-       Tu peux lire dans mes pensées ? rétorqua Mike, tout décontenancé. 

-       Non, nous les ressentons. Ton cœur est relié au tout, tu sais, et nous te répondons quand tu as besoin de nous.

 

-       Nous ? La situation devenait de plus en plus étrange ! Mais je ne vois personne d’autre ! 

L’ange lança un éclat de rire d’une sonorité inouïe et d’une énergie intense. Mike ressentait tout l’humour exprimé par l’ange dans chaque cellule de son corps. Chacune des actions de cet être était remplie de fraîcheur, plus grande que nature, et titillait quelque souvenir agréable au plus profond de l’inconscient de Mike, qui fut remué par le rire, mais n’en laissa rien paraître. 

-       Je te parle avec une seule voix, mais j’en représente bien d ‘autres proclama l’ange, étendant ses bras, ce qui laissa voir son vêtement flotter et onduler. Nous sommes plusieurs au service de chaque être humain. Tu le comprendras vite si tu le veux. 

-      JE LE VEUX ! s’écria Mike. Comment pouvait-il laisse passer une telle occasion ? Puis il se sentit un peu embarrassé, sentant qu’il avait agi tel un enfant en admiration devant son idole. Silencieux, il regardait l’ange se déplacer doucement de haut en bas comme s’il avait été placé sur un mini-ascenseur. Il se demandait rêveusement si ce qu’il voyait n’était pas le résultat d’un certain désir de perception suscité par le cinéma, la fréquentation de l’église ou les grandes œuvres d’art. tout restait silencieux. Et quel silence ! de toute évidence, l’ange n’allait pas communiquer d’information. Il attendait les questions. 

-      Dans quel genre de situation suis-je ? demanda Mike d’un ton respectueux. S’agit-il d’un rêve ? Tout cela semble tellement réel. 

-      Qu’est-ce qu’un rêve humain, Michaël Thomas ? demanda l’ange, en se rapprochant un peu. C’est une visite dans votre esprit biologique et spirituel qui vous permet de recevoir de l’information provenant de mon côté par le biais, parfois, d’une métaphore. Le savais-tu ? Le rêve peut sembler éloigné de ta réalité mais, en fait, il est plus près de la réalité de Dieu que tout ce que tu expérimentes habituellement. Chaque fois que tu as vu tes parents en rêve, comment te sentais-tu ? Avais-tu l’impression que c’était vrai ? Eh bien, ça l’était. Rappelle-toi la semaine après l’accident, lorsqu’ils sont venus te voir. Tu as réagi en pleurant pendant des jours. C’était leur réalité. Les messages qu’ils te communiquaient étaient réels. Ils continuent à t’aimer encore aujourd’hui, Michaël, parce qu’ils sont éternels, tout comme toi. Quant aux questions que tu te poses sur ta situation, pourquoi crois-tu que tu fais ce rêve ? c’st le seul but de cette visite, et elle se produit au bon moment. 

Mike se régalait du long discours de cette merveilleuse entité avec qui il se sentait de plus en plus à l’aise. 

-       Vais-je m’en sortir ? Il me semble être grièvement blessé et inconscient. Peut-être même suis-je en train de mourir ! 

-       Tout dépend, répondit l’ange. 

-       De quoi ? 

-       Que veux-tu vraiment, Michaël ? demanda l’ange avec empathie. Dis-nous ce que tu veux vraiment. Réfléchis bien avant de répondre, Michaël Thomas, parce que l’énergie divine doit souvent être prise au pied de la lettre. Et puis, nous avons ce que tu sais. Tu ne peux pas tromper ta véritable nature. 

Michaël voulait donner une réponse honnête. Chaque instant écoulé rendait la situation encore plus réelle. Il se rappelait clairement les rêves qu’il avait faits à propos de ses parents peu après leur accident. Son père et sa mère s’étaient présentés tous les deux à lui durant les seuls instants où il avait pu trouver le sommeil au cours de la semaine qui avait suivi et lui avaient démontré leur amour en le serrant contre eux. Ils lui avaient dit qu’il était temps pour eux de se retirer, mais il n’était pas certains d’avoir bien compris et ne l’avait pas accepté. 

Ses parents avaient également ajouté qu’une partie de l’entente à propos de leur mort consistait à lui laisser un souvenir de leur passage. Mike s’était toujours demandé de quoi il s’agissait, mais comme ce n’était qu’un rêve… L’ange confirma que tout cela était bel et bien réel. En tout cas, l’expérience qu’il était en train de vivre lui semblait bien craie. De ce point de vue, les messages de ses parents l’étaient aussi, tout comme cet ange. Michaël commençait à n’éprouver que confusion et frustration dans son rêve ou sa vision. 

Qu’est-ce que je veux vraiment ? se demanda-t-il. Il songea à sa vie et à toutes les choses qui lui étaient arrivées. Il savait se qu’il voulait, mais avait l’impression qu’il n’était pas correct de le demander. 

-       Il ne sied pas à ta magnificence de retenir tes désirs les plus profonds, murmura l’ange à Mike. 

-       Bon sans ! s’exclama Mike intérieurement .. L’ange perçoit tout de moi. Je ne peux rien cacher. 

-       Si tu le sais déjà, pourquoi me le demandes-tu ? rétorqua Mike. Et qu’est-ce que c’est que cette histoire de magnificence ? 

Pour la première foi, l’ange laissa voir autre chose qu’un sourire. Il exprimait davantage du respect, de l’honneur ! 

-       Tu n’as pas la moindre idée de ce que tu représentes ni de qui tu es, Michaël Thomas, dit sérieusement l’ange. Tu crois que je suis magnifique ? Tu devrais te voir ! Un jour, tu y arriveras. Bien sûr, je connais tes pensées et tes sentiments. Je suis ici pour t’appuyer et je t’accompagne d’une façon toute personnelle. J’ai l’honneur de me présenter à toi, mais c’est ta propre intention qui provoquera le changement dès maintenant. Tu as le choix de me dire ou non ce que tu souhaites le plus en tant qu’humain maintenant. La réponse doit surgir de ton cœur et être énoncée de vive voix, afin que tous l’entendent, même toi. Ce que tu choisiras de faire maintenant aura une influence énorme. 

Mike prit le temps de réfléchir. Il devait répondre selon sa propre vérité, même si ce n’était pas ce que l’ange voulait entendre. Il resta un peu songeur avant de parler. 

-       Je veux rentrer CHEZ MOI ! J’en ai assez de cette vie d’être humain. Voilà, il l’avait dit. Mais je ne veux pas me retirer d’un plan que Dieu jugerait important. Mike était animé par la passion. La vie semble tellement vide ! Mais on m’a appris que j’avais été créé à l’image de Dieu dans un but défini. Que dois-je faire ? 

L’ange se plaça sur le côté du lit, permettant ainsi à Mike de mieux le voir. C’était ahurissant cette vision, ce rêve ! Mike avait l’impression de sentir les effluves de violettes ou de roses. Pourquoi les fleurs ? L’ange avait, bel et bien, une odeur ! Plus cet être s’approchait, plus il lui semblait magnifique. Mike prenait conscience du plaisir engendré par ce dialogue. Il le sentait, même s’il ne parvenait pas à distinguer d’expression particulière sur le visage de l’ange. 

-       Dis-moi, Michaël Thomas, ton intention est-elle pure ? 

Veux-tu réellement ce que Dieu veut ? Tu veux rentrer chez toi, mais tu sais aussi qu’il existe un plan plus élevé et tu ne veux pas nous décevoir ni agir d’une façon qui ne serait pas appropriée sur le plan spirituel ? 

-       Oui, c’est bien ça. Je veux quitter ma situation mais mon désir m’apparaît étrange et me semble égoïste. 

-       Que dirais-tu si je t’apprenais que tu peux peut-être obtenir les deux ? ajouta l’ange, en souriant. Et que ton désir de rentrer chez toi n’est pas égoïste, mais naturel, et qu’il n’entre pas en conflit avec celui de réaliser ton but en tant qu’être humain. 

-       Mais de quelle façon ? Je t’en prie, dis-moi comment je peux y arriver, dit Mike d’une voix de plus en plus animée.

L’ange avait perçu le cœur de Mike, et maintenant, il pouvait rendre hommage à sa spiritualité. 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, je dois te poser une autre question, afin de déterminer ta véritable quête, dit l’ange en se retirant quelque peu. Qu’est-ce que tu espères gagner en rentrant  « chez toi » ? 

Mike réfléchissait. Son silence aurait paru étrange dans une conversation humaine habituelle, mais l’ange le comprenait totalement et savait que c’était là un moment sacré pour Michaël Thomas. En temps terrestre, Michaël resta silencieux une bonne dizaine de minutes, mais l’ange ne fit aucun mouvement et ne dit rien. Il ne montra non plus aucun signe d’impatience ou d’ennui. Mike prenait peu à peu conscience de l’intemporalité de cet être qui ne ressentait pas l’impatience des humains soumis seulement au temps linéaire. 

-       Je veux être aimé et côtoyer l’amour, répondit Mike. Je  veux ressentir la paix dans mon existence… Je ne veux pas être assujetti aux préoccupations et aux poursuites futiles de ceux qui m’entourent. Je ne veux pas m’inquiéter à propos de l’argent. Je veux me sentir libéré. J’en ais assez d’être seul. Je veux me relier aux autres entités de l’Univers. Je veux connaître le sens de ma vie et jouer mon rôle au sein du paradis – peu importe le nom que vous lui donnez. Je veux être une partie juste et correcte du plan de Dieu. Je ne peux plus être l’humain que j’étais. Je veux être comme toi… C’est ce que je veux dire par rentrer chez moi. 

L’ange revint près du lit. 

-       Bien, Michaël Thomas de l’Intention pure, tu auras ce que tu désires. L’ange semblait devenir plus clair. Etait-ce possible ? il irradiait de blancheur, mais s’y mêlait maintenant un peu d’or. Tu dois suivre un chemin tout établi et tu dois y arriver de ton plein gré. Alors, tu pourras retourner chez toi. Te sens-tu prêt ? 

-      Oui, répondit Mike. Il sentait monter en lui un sentiment merveilleux, une vague d’amour. L’air commençait à être plus dense. L’éclat de l’ange se déplaçait vers le lit et enveloppait les pieds de Mike. Il commença à ressentir des frissons le long de l’échine et se mit à trembler involontairement, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant. C’était comme un bourdonnement d’un rythme incroyablement rapide. Puis, le mouvement se répandait dans tout son corps, jusque vers sa tête. Sa vision se transforma ; il voyait des éclats de bleu et de violet qui contrastaient fortement sur le fond blanc qui l’avait entouré depuis le début de cette scène. 

-       Que sa passe-t-il ? demanda Mike effrayé. 

-       Ton intention change ta réalité. 

-       Je ne comprends pas, poursuivit-il, terrifié. 

-       Je sais, dit l’ange avec compassion. N’aie pas peur de l’intégration de Dieu dans ton être. C’est l’atout que tu as demandé et qui te sera utile pour retourner chez toi. 

L’ange s’éloigna du lit de Mike, comme pour lui céder le passage. 

-       Ne pars pas,  je t’en prie, s’exclama Mike, encore abasourdi et craintif. 

-      Je ne fais que m’adapter à ta nouvelle taille, dit l’ange d’un ton plutôt amusé. Je partirai seulement lorsque nous aurons terminé. 

-      Je ne comprends toujours pas, mais je n’ai pas peur, mentit Mike. L’ange laissa encore une fois échapper ce rire dont la résonnance surprit Mike et dégageait une superbe gaieté et un amour intense. Michaël se rendit compte que le secret n’avait pas sa place et décida de continuer à parler. Il devait identifier ce sentiment. Et l’ange se remit à rire. 

-      Je ne sais pas ce qui se passe quand tu ris, mais ça me touche profondément et je ressens quelque chose de tout à fait nouveau. La remarque plaisait à l’ange. 

-      Ce que tu entends et ressens sont des attributs de source purement divine, répondit l’ange. L’humour est un des seuls traits qui reste inchangé malgré notre passage de votre côté. T’es-tu jamais demandé pourquoi les humains sont les seules entités biologiques terrestres à rire ? On pourrait croire que les animaux rient, mais ne font que réagir à des stimuli. Vous êtes les seuls à posséder la véritable étincelle de conscience spirituelle apte à produire cette caractéristique, les seuls à pouvoir créer l’humour à partir d’une abstraction ou d’une pensée. C’est votre conscience qui en est la clé et crois-moi, c’est un attribut sacré. Michaël Thomas de l’Intention pure, le rire est salutaire. 

L’ange venait de fournir la plus longue explication de toute leur rencontre. Mike sentit qu’il pourrait en tirer d’autres précieuses vérités avant la fin. Il s’y mit avec ardeur. 

-       Comment te nommes-tu ? 

-       Je n’ai aucun nom. La réponse fit place à un long silence. Ça y est, se dit Mike, de retour aux réponses brèves. 

-       Comment te connaît-on ? poursuit Mike. 

-       Je suis connu de tous, Michaël Thomas, et parce que JE LE SUIS, j’existe.

 

-       Je ne comprends pas. 

-      Je sais. L’ange s’amusait, mais non aux dépens de son interlocuteur. Il honorait la naïveté de Mike, qui ne pouvait savoir tout cela, à la manière d’un parent qui répond aux questions de son enfant sur la vie. Chaque parole et chaque geste de l’ange était remplis d’amour. Mike sentit qu’il était temps de cesser d’exiger des réponses et d’en arriver à l’essentiel. 

-      Quel est ce chemin dont tu parles, cher ange ? Pendant un instant, il se senti mal à l’aise d’avoir utilisé le qualificatif « cher », mais il sentait en même temps que c’était là un mot approprié à la personnalité devant lui. L’ange était à la fois un parent, un frère, une sœur et laissait même paraître le sentiment intime d’un amoureux. Mike ne pourrait oublier de sitôt cette curieuse impression. Il souhaitait continuer à ressentir cette énergie et craignait l’instant où elle pourrait se dissiper. 

-       Quand tu retourneras à ta réalité, Michaël, prépare-toi à vivre une aventure de plusieurs jours. Lorsque tu seras prête, le point de départ de ta route te sera indiqué. Tu devras passer par sept maisons de l’Esprit et, dans chacune d’elles, tu rencontreras une entité semblable à moi qui jouera chaque fois un rôle particulier. Le chemin pourra présenter des surprises et mêmes du danger, mais tu pourras arrêter quand tu le voudras sans être jugé. Tu changeras en cours de route et tu apprendras énormément de choses. Tu devras étudier les attributs de Dieu. Si tu parviens à traverser les sept maisons, la porte qui te conduire chez toi te sera montrée. L’ange fit une pause en souriant et poursuivit : « et Michaël Thomas de l’Intention pure, l’ouverture de cette porte s, fera avec une immense  célébration ». 

Mike ne savait que répondre. Il se sentait libéré, mais également nerveux à l’idée d’entreprendre ce voyage vers l’inconnu. Qu’y trouverait-il ? Devait-il se lancer ? Peut-être était-il en train de fabuler de manière insensée ! Et puis, à quoi la réalité correspondait-elle ? 

-       Ce qui se trouve devant toi est réel, Michaël Thomas de l’Intention pure, dit l’ange, lisant encore une fois les sentiments de Mike. Tu retourneras à une réalité temporaire conçue exclusivement pour les humains dans le but de leur apprentissage. 

-        

Aussitôt que Mike ressentait un doute, l’ange s’en apercevait. Encore une fois, il se sentait en quelque sorte violé dans ce nouveau mode de communication, mais en étant toutefois honoré. Dans un rêve, se dit-il, on est en contact avec son propre cerveau. On ne peut plus rien se cacher à soi-même. Voilà peut-être pourquoi il convenait d’avoir ce genre de conversation avec cette entité qui savait ce qu’il pensait. En outre, Mike ressentait vraiment ce que l’ange avait exprimé. Il commençait à se sentir tout à fait à l’aise dans cette réalité onirique et n’était nullement pressé de retourner à un état moindre. 

-       Par où commence-t-on ? demanda Mike en hésitant. 

-      Tu as exprimé l’intention de ce voyage. Alors, tu vas retourner à ta conscience humaine. Tu devras te rappeler certains point en cours de route : les apparences sont parfois trompeuses, Michaël. Au fur et à mesure que tu avanceras, tu reviendras plus près de la réalité que tu expérimentes présentement auprès de moi. Il est donc possible que, en t’approchant de la porte qui mènera chez toi, tu aies à développer une nouvelle façon d’être un peu plus, disons, à jour, que ce que tu connais maintenant. Mike ne saisissait pas vraiment ce que l’ange entendait par là, mais il l‘écoutait tout de même attentivement. 

-       Je dois maintenant te poser une autre question, Michaël Thomas de l’Intention pure. 

-       Je suis prêt, rétorqua Mike, se sentant plus ou moins confiant, mais sincèrement prêt à avancer. « Quelle est la question ? » L’ange s’approcha du pied du lit.

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, est-ce que tu aimes Dieu ? Mike était estomaqué de la question. Bien sûr qu’il aimait Dieu ! Pourquoi cette question ? il répondit rapidement. 

-       Puisque tu connais mon cœur et mes sentiments, tu dois savoir que j’aime Dieu. Dans le silence qui s’ensuivit, Mike comprit que l’ange était satisfait de sa réponse. 

-       En effet. 

Tels furent les derniers mots que Mike entendit prononcer par les lèvres invisibles de cette créature magnifique qui l’aimait, de tout évidence, tendrement. L’ange se pencha vers Mike et fit un mouvement de la main qui rejoignit sa gorge. Comment pouvait-il s’étirer à ce point ? Mike ressenti immédiatement une sensation qui aurait pu ressembler à des centaines de lucioles grouillant dans son cou et modifiant sa personne. Sans ressentir aucune douleur, il se mit tout à coup à vomir. 

*********************************** 

-      Tiens-lui la tête au-dessus du plateau, clama l’infirmière à l’intention du préposé aux soins. Il vomit. 

La salle du service des urgences était bondée, comme chaque vendredi soir, et la pleine lune n’allait pas sans compliquer les choses. Il arrive que, sans croire le moindrement à l’astrologie ou à la métaphysique, les dirigeants d’hôpitaux aient tendance à mieux doter leur service des urgences de personnel les soirs de pleine lune. En effet, des situations inhabituelles semblent survenir à ce moment-là. L’infirmière ressortit de la pièce pour voir à d’autres cas tout aussi urgents. 

Kryeon, canalisé par Lee Carroll 

L’histoire de Michaël Thomas

 L'histoire de Michaël Thomas  dans LE RETOUR ISABELLISA122875426830_gros                ISABELLISA122875426830_gros dans LE RETOUR

 Mike (Michaël Thomas) poussa sa corbeille de documents avec un peu trop de vigueur sur la cloison de son bureau. Des morceaux de plastique éclatèrent ici et là. Encore une fois, un objet à portée de sa main subissait l’expression de sa colère. La situation qu’il vivait lui semblait de plus en plus exaspérante. Tout à coup, une tête se pointa à travers les feuilles vertes d’une plante artificielle trônant à sa gauche.  

- Tout va bien ? demanda John, du module voisin.  

Les cloisons de chaque module étaient juste assez hautes pour donner l’impression que chacun disposait d’un bureau privé.  

Mike avait placé plusieurs articles en hauteur sur sa table de travail. Ainsi, il avait l’illusion d’être à plus de deux mètres de ses collègues. D’ailleurs, tous partageaient ce leurre d’être seuls et de pouvoir converser sans oreilles indiscrètes autour. Le reflet blanc des tubes fluorescents suspendus au-dessus des modules baignait Mike et les autres d’un éclairage artificiel que l’on ne trouve que dans les grands établissements ou les usines. La lumière absorbait tout le rouge du spectre et pâlissait tout ce qu’elle touchait, même sur le territoire de la Californie ensoleillée.  

Des années sans soleil direct avaient donné à Mike un teint blafard.  

- Un petit saut aux Bahamas pourrait tout régler rapidement, répondit Mike sans même se tourner vers John, qui reprit sa conversation téléphonique en haussant les épaules. 

 

 Tout en prononçant ces paroles, Mike savait pertinemment qu’il n’irait pas aux Bahamas avec le salaire de commis aux commandes qu’il gagnait dans ce “ trou ”, ce moulin à ventes dans lequel tous les employés travaillaient. Il commença à ramasser les morceaux de plastique éparpillés et soupira… comme il le faisait de plus en plus souvent depuis quelque temps. Que faisait-il ici ? Pourquoi n’avait-il ni l’énergie ni la volonté de rendre sa vie plus intéressante ? Son regard se posa sur le stupide ourson en peluche qu’il s’était offert. Au cou du petit animal, on pouvait lire : “ Serre-moi ”. Tout près, Mike avait déposé sa caricature préférée : une illustration montrant un oiseau qui s’échappait d’un personnage qui le faisait toujours rire.  

Quant à lui, il se sentait plutôt habité par un oiseau de malheur. Mike avait beau épingler des visages souriants et des blagues autour de lui, il se sentait coincé. Son existence ressemblait à la reproduction répétée d’une même photocopie. Chaque journée se répétait inlassablement et semblait dépourvue de sens. La frustration et l’inutilité qu’il ressentait le mettaient en colère et le déprimaient. De plus, on commençait à le remarquer. Son supérieur y avait même fait allusion.  

Michaël Thomas était dans la mi-trentaine. Comme plusieurs de ses collègues, il était en “ mode de survie ”. Il occupait le seul poste qu’il avait pu trouver où il n’avait pas vraiment à se préoccuper de son rendement. Il n’avait qu’à être là pendant huit heures durant, puis à retourner chez lui, dormir, régler ses factures durant ses jours de congé et retourner au travail chaque lundi.  

Mike se rendit compte qu’il connaissait les noms de quatre personnes seulement dans ce bureau de Los Angeles, qui en comptait un peu plus de trente. Il s’en fichait. Pourtant, il était là depuis plus d’un an, depuis la rupture qui avait détruit sa vie pour toujours. Il n’en parlait jamais, mais ses souvenirs le hantaient presque toutes les nuits.  

Mike vivait seul, avec son poisson. Il aurait aimé avoir un chat, mais son propriétaire l’interdisait. Il se savait en train de jouer le rôle de la victime, mais son estime personnelle était nulle. Il continuait d’entretenir cette blessure, qui était toute sa vie, la gardant intentionnellement ouverte et vive de façon à pouvoir la ressentir à volonté. Il croyait ne pouvoir rien faire d’autre et n’était pas certain d’avoir l’énergie de changer quoi que ce soit, même en le souhaitant ardemment. Trouvant l’idée amusante, il avait appelé son poisson “ Le Chat ” et lui parlait chaque fois qu’il quittait l’appartement ou il y entrait.  

- Aie confiance, Le Chat, lui disait-il avant de partir. Bien sûr, le poisson ne répondait jamais.  

Mesurant plus d’un mètre quatre-vingt, Mike en imposait, jusqu’à ce qu’il sourie. Aussitôt, il faisait fondre tous les préjugés des gens d’abord impressionnés par sa stature. Ce n’était pas un hasard si son principal outil de travail était le téléphone. Ainsi, les clients ne pouvaient le voir. C’était là une façon commode de renier son meilleur attribut. En fait, il s’était emmuré pour mieux se donner le loisir de se délecter du mélodrame à l’image de sa situation actuelle. Il excellait en relations humaines, mais il utilisait rarement ses talents, sauf en cas de nécessité absolue dans le cadre de son travail. Mike n’entretenait pas facilement d’amitiés, et le sexe opposé n’avait aucune place dans son champ d’intérêt actuel, même si certaines de ses représentantes auraient souhaité le contraire !  

- Mike, lui disaient parfois ses collègues masculins, quand as-tu été chanceux la dernière fois ? Tu as besoin d’une femme ; cesse de te ronger les sangs !  Puis, ils rentraient chez eux retrouver leur famille, leur chien, leurs enfants… parfois même un poisson! Mais Mike ne pouvait envisager l’idée de reconstruire sa vie affective. Ça n’en valait pas la peine, se disait-il. J’avais déjà trouvé ma compagne, mais elle ne le savait pas. Il avait été très amoureux et avait misé gros sur cet amour. Pour elle, ça n’avait été qu’un jeu. Quand Mike en avait finalement pris conscience, son avenir s’était en quelque sorte effondré. Il avait aimé cette femme d’une passion qu’il ne croyait jamais pouvoir revivre un jour. Il lui avait tout donné, mais elle avait tout rejeté.  

[……..] 

Mike avait le souffle coupé et souffrait terriblement. Au moment où il essayait de se ressaisir et de soulager ses poumons brûlants à cause d’un manque d’air, il aperçut une botte d’une ampleur qui lui sembla démesurée s’abattant sur lui. Son assaillant grimaçait. Tout se passa très vite. La botte trouva son chemin.  

  Mike sentit et entendit le bruit des os de sa gorge et de son cou qui se rompaient d’une façon abominable. Il respira d’horreur, sachant très bien que l’air ne pouvait plus entrer et que sa colonne était sans doute broyée. Son corps entier réagit au bruit du choc de son cou mutilé. Sa conscience ressentit la situation dont l’horreur commençait à prendre forme. Ça y était… la mort approchait. Il essaya de crier, mais en vain. Il était sans voix. Il ne lui restait plus d’air et les choses commençaient à s’assombrir.  

  Tout était calme. Le voleur se dépêchait de finir son oeuvre sans se préoccuper du sort de l’homme étendu sur le plancher. Mais il fut interrompu par un bruit provenant de la porte. – Qu’est-ce qui se passe ici ? Est-ce que ça va ? clamait un voisin en frappant violemment la porte de son poing. Le voleur maudit son sort et se dirigea en maugréant vers la fenêtre fracassée. Pour faciliter sa sortie, il enleva les pièces encore accrochées au cadre et se glissa habilement vers l’extérieur. Le voisin de Mike, qui ne l’avait en fait jamais rencontré, entendit les bruits de verre cassé à l’intérieur et décida de tourner la poignée. La porte n’étant pas verrouillée, il entra et trouva l’appartement sens dessus dessous et un homme qui s’échappait par la fenêtre brisée. Avançant silencieusement dans la noirceur presque totale pour éviter le téléviseur et la chaîne stéréo étrange et une ampoule nue s’alluma au plafond.  

   - Oh mon Dieu ! s’entendit-il prononcer avec stupeur.  

En moins d’une seconde, il prit le combiné du téléphone, composa un numéro et demanda de l’aide. Michaël Thomas gisait sur le plancher, inconscient et grièvement blessé. La pièce était redevenue silencieuse. On entendait seulement le bruit d’un poisson qui se débattait à un mètre de la tête de Mike. Le Chat avait rejoint la laitue et les nouilles précuites sur le plancher, un mélange peu alléchant qui se teintait lentement du sang des blessures de Mike. 

Kryeon, canalisé par Lee Carroll

ISABELLISA122875426830_gros

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...