La flamme d’illumination

 

La flamme d'illumination dans LEMURIENS de TELOS 1-copie-150x150Depuis fort longtemps, vous vivez dans une léthargie spirituelle, et cette léthargie a entraîné des insatisfactions, des souffrances et des contraintes. Nombreux sont ceux qui en ont assez de cette manière d’être artificielle ; ils ont invoqué l’intervention de votre Créateur. Incarnation après incarnation, des systèmes de valeurs erronés au sujet de Dieu et de vous-même se sont inscrits dans votre âme. Vous avez adopté les enseignements de religions dont les dirigeants agissaient par intérêt personnel pour vous garder dans l’ignorance spirituelle, sous leur contrôle et assujettis. Pour la plupart, ces religions et dogmes auxquels vous vous êtes attachés et que vous avez adoptés vous ont maintenus captifs d’un flux continu de faux concepts, ce qui vous a empêché de vous percevoir comme les êtres divins que vous êtes véritablement.

Règle générale, la spiritualité ne peut pas être acquise par les choses que vous faites ou ne faites pas, ni par les règles que vous imposent la société et le gouvernement, règles auxquelles vous tentez désespérément de vous conformer. La spiritualité est, tout simplement. Voilà pourquoi les rituels, pratiques et concepts vous enjoignant de faire ou d’éviter de faire quelque chose, que vous adoptez ou rejetez maintenant, n’étaient censés que servir de directives prescrites par des gens pleins de bonnes intentions ; il s’agit de directives qui peuvent vous aider si vous les utilisez avec la perspective adéquate, mais elles n’induiront jamais une spiritualité authentique en votre âme. Vous seul êtes en mesure d’y parvenir en communiant avec votre essence divine. Maintenant, j’aborderai l’illumination, l’un des attributs de la flamme divine qui peut énormément vous aider dans votre retour à l’éveil.

 

LA FLAMME D’ILLUMINATION

La flamme d’illumination a surtout trait à la sagesse divine, au savoir véritable et à l’illumination dans ses divers aspects. Il représente l’illumination christique, la compréhension et la paix émanant du cœur de l’omniscience divine ; c’est littéralement une extension infinie de l’esprit de Dieu. Plusieurs des âmes qui s’incarnent dans le rayon d’illumination par mission divine deviennent des maîtres enseignants à l’humanité.

 Vous avez entendu le nom de plusieurs de ces maîtres, ces êtres dont la voie principale est le rayon d’illumination : Jésus/ Sananda, il y a 2000 ans, le seigneur Maîtreya, le Bouddha, Confucius, Djwal Khul, le seigneur Lanto, le maître Kuthumi et de nombreux autres. Des maîtres de tous les rayons se sont incarnés de temps à autre en vue de devenir des guides pour l’humanité parce que celle-ci doit comprendre et maîtriser les initiations des rayons afin de se qualifier pour l’ascension. Chacun a été créé à partir de l’un des douze rayons ; chaque rayon porte des millions d’êtres vivants. Sachez qu’un rayon ne vaut pas mieux qu’un autre, comme certains aiment à le penser. Il faut comprendre et incarner chaque rayon au même titre.

 La flamme d’illumination est d’un jaune doré, semblable au soleil ; il brille ardemment. Le Temple de l’illumination est le point focal de ce rayon sur cette planète et il se situe près du lac Titicaca, en Amérique du Sud. Le dieu et la déesse mérou sont aussi gardiens de ce rayon ;  ils préservent les énergies de l’illumination depuis des millénaires dans ce temple éthérique sublime. A Telos, nous avons aussi créé une version réduite de ce temple du second rayon, comme pour les autres rayons.

 A l’époque de la Lémurie, nous avions, sur notre continent, des milliers de temples à l’image de centaines d’attributs du Créateur. Nous avions également des temples pour chaque aspect de notre évolution. Plus d’une centaine de temples étaient consacrés aux rayons. Comprenez, bien –aimés, qu’il existe de nombreux rayons que vous ne connaissez pas encore ; vous avez pris conscience de sept d’entre eux, puis de douze, mais vous savez qu’il en existe davantage. Il n’est pas indispensable de les connaître tous à l’heure actuelle, mais il est capital pour ceux qui aspirent à l’ascension au cours de cette incarnation de maîtriser parfaitement les sept premiers rayons et, par la suite, les cinq autres. Vous devrez traverser toutes les initiations en travaillant avec le rayon d’illumination. Ces initiations consisteront à prendre conscience des croyances erronées que vous avez entretenues à votre sujet ; ces idées ont occupé votre conscience et vous ont gardé captif de la souffrance et de la limitation. Il s’agit de vous extirper de l’ignorance et de vous unir à l’esprit de Dieu. En intégrant la flamme d’illumination et en vous laissant pénétrer de sa fréquence et de sa lumière, vous pourrez invoquer le mental de Dieu afin qu’il accomplisse cette œuvre parfait dans votre esprit, le transforme et le fasse évoluer.

 Le cerveau humain diffère de l’esprit de Dieu. Ce dernier est une conscience universelle qui connaît tout et qui n’a aucune limite. Le cerveau humain est régi par l’ego et est pétri d’angoisses, de limites et de fausses croyances à propos du Soi. Lego humain l’a altéré avec ses peurs et sa perception d’une séparation. Néanmoins, il est devenu un outil pour votre évolution et vous a tout de même bien servi. Et aujourd’hui, votre esprit, en évoluant, est destiné à s’unir avec l’esprit de Dieu. Il faut le transformer en usant du savoir adéquat, de la vraie sagesse et en vous défaisant des anciennes croyances quine vous servent plus et qui vous tiennent captif de l’ignorance et de la limitation. Si vous effectuez ce travail intérieur en vue de vous métamorphoser, votre ego évoluera éventuellement pour s’unir à Dieu et fusionner ave celui, en assimilant l’illumination. Au cours du processus de l’ascension, tous les aspects de votre être, dont votre mental et votre ego, s’unifieront complètement à l’esprit de Dieu et aux attributs de votre nature divine. Considérez que le processus se poursuivra pendant l’éternité, car il y aura toujours un stade supérieur et un autre niveau auxquels s’ouvrir et qu’il vous faudra intégrer. Le processus auquel il faut vous livrer pour ouvrir cotre esprit, votre cœur et les aspects à votre divinité ne peut se produire en une nuit. C’est le voyage que vous avez planifié et façonné pour vous-même en cette incarnation en vue d’atteindre vos objectifs.

 L’incarnation actuelle vise à votre propre évolution. Cela exige votre accord, vos efforts. Cette évolution ne se fera pas spontanément ; c’est un désir de l’âme, et cela doit devenir le désir prédominant de votre incarnation. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas prendre plaisir à votre vie dans la troisième dimension. A vrai dire, on exige que vous aimiez et que vous goûtiez la vie pleinement ; tout doit être intégré en une somme. Chaque jour, invoquez les énergies de l’illumination pour qu’elles s’unissent à votre cerveau humain. Efforcez-vous d’étendre votre conscience par n’importe quel moyen, en lisant des textes qui vous inspirent, en méditant, en communiant avec la nature, etc. il ne faut pas vous contenter de fournir de l’information à l’intellect, il faut également nourrie le cœur et l’âme avec tout ce qui est noble, merveilleux et qui illumine. Centrez-vous en votre cœur, et unissez vos énergies avec le divin en vous. Au cours du processus d’ascension, votre esprit transformé s’unifiera au cœur sacré, car celui-ci ascensionne en premier. 

L’ensemble de vos chakras sera unifié et vous ne vous sentirez plus séparé du reste de votre être ni de l’univers. Vos chakras préserveront leur état distinct, mais seront également unis. Par ailleurs, vous acquerrez des chakras supplémentaires ; voyez la puissance du processus ! Voilà pourquoi un maître ascensionné est illuminé. Inutile d’attendre d’avoir entamé ce processus, commencez dès maintenant si vous souhaitez que cette illumination se produise en vous. Nous vous suggérons de faire appel au rayon d’illumination lorsque vous êtes éveillé. En dormant, vus savez déjà tout cela. C’est dans l’état de veille qu’il vous faut intégrer la sagesse que vous acquérez en dormant. Celui que vous êtes de l’autre côté du voile, en tant qu’identité consciente, est très bien informé et n’a aucun problème. Nous vous donnerons des invocations et des prières permettant de déclencher le processus d’intégration du rayon d’illumination. 

Si la population tout entière se mettait à accéder à l’esprit de Dieu grâce au cœur, vos gouvernements changeraient et refléteraient cette nouvelle conscience collective. A mesure que vous changez, à mesure que le collectif fait évoluer sa conscience, vos gouvernements changent aussi. Par le fait même, vous constaterez qu’il ne s’agit jamais que d’eux, mais bien de l’ensemble formé de vous et d’eux. Vos dirigeant s renvoient systématiquement l’image de la conscience du peuple qu’ils gouvernement. A mesure que vous évoluez, vous acquerrez la sagesse d’élire des êtres plus éclairés. Ce sont vos miroirs. 

En vieillissant, vous êtes censé devenir plus sage et assimiler peu à peu l’esprit de Dieu. Pourtant, c’est plutôt le contraire dans votre société. Combien de vieillards se retrouvent en institution ou dans des hospices, victimes d’une détérioration mentale telle qu’ils ne se souviennent même plus de leur propre nom et qu’ils ne reconnaissent même plus les leurs. Sur le plan humain, il est possible de juger quoi que ce soit, parce que vos opinions relèvent d’une compréhension très limitée.

 Extrait de TELOS III – Message de Adam, Maître Lémurien, canalisé par Aurélia Louise Jones – page 143

 

Méditation de connexion au Temple de l’Illuminaton

 

Tout d’abord, sachez que nous possédons également, à Telos, un Temple de l’illumination, une reproduction plus modeste du temple principal situé près du lac Titicaca, en Amérique du Sud. Ce majestueux temple sud-américain est sous la tutelle du dieu et de la déesse Mérou, des êtres hautement évolués. Aujourd’hui, nous vus emmenons à celui de Telos, qui est doué de la même fréquence énergétique.

Méditation de connexion au Temple de l'Illuminaton dans LEMURIENS de TELOS bulguksa-map.svg_-300x300

Concentrez-vous d’abord sur le voyage que vous allez entreprendre vous menant au Temple de l’illumination, dans notre cité souterraine. Demandez à vos guides et votre Soi supérieur de vous accompagner dans ce périple. Nous allons maintenant utiliser une immense merkaba pour nous y rendre ; prenez quelques instants pour bien vous installer.

 Ensuite, tout doucement, vous arrivez au portail de notre magnifique temple. Au loin, vous apercevez une structure dorée à huit faces qui rayonne tel un soleil. Des rayons scintillants d’énergie s’en dégagent sur des centaines de kilomètres dans l’atmosphère de la surface terrestre. Il est également relié à la grille cristalline qui distribue cette énergie partout très rapidement à la surface du globe.

 Maintenant, vous êtes prêt à gravir les vingt-quatre marches menant à ce portail de lumière. En posant le pied sur la dernière marche, vous êtes accueilli par deux membres de notre cité. Ce sont les gardiens du portail. Ils vous invitent à passer dans une aire spécifique du foyer afin de vous immerger dans une pluie de lumière dorée qui  sert à purifier vos champs énergétiques pour votre visite dans le temple. Vous êtes désormais prêt à franchir le portail. On vous assigne un guide lémurien qui vous servira d’escorte et de mentor au fil de cette expérience. De l’autre côté, vous êtes également accueilli par certains des maîtres du second rayon. On y voit, entre autres, Maitreya, Bouddha, Sananda, Confucieus, Djwal Khul et Kuthumi ; ils vous offrent l’amour de leur cœur et vous souhaitent la bienvenue.

 Vous vous retrouvez maintenant devant un immense portique, où tout ce qui s’offre à votre vue irradie comme un soleil. Faites appel à votre imagination pour façonner plus précisément votre expérience. L’imagination est une faculté de l’esprit divin, où toutes les expériences passées et présentes ont gravé leurs empreintes pour qu’ainsi, vous puissiez les retrouver dans l’état conscient. Laissez votre cœur et votre conscience s’immerger et s’imprégner de tout ce que vous percevez avec les yeux de l’âme. Regardez comme tout ici reflète le soleil doré de l’amour du Créateur pour ce rayon. Prenez le temps de bien inspirer les énergies des fontaines de lumière dorée liquide qui parsèment le centre et le long des murs du grand hall d’illumination. Admirez les fleurs aux teintes inouïes, scintillantes de tons dorés, bénissant tout de leur parfum céleste. Imaginez aussi une variété de fleurs jaunes et dorées, douées de nuances et de dimensions diverses ; elles s’épanouissent dans un décor spectaculaire et reposant, créant une symphonie d’amour, d’illumination et de sagesse. Prêtez attention aux détails des sols, des murs et des plafonds ainsi qu’à la beauté environnante.

 Tout en avançant vers la façade du temple, vous apercevez un grand contenant où la flamme immortelle d’illumination brille ardemment. Observez les grands maîtres de sagesse qui se tiennent autour de la flamme dans ce magnifique Hall de l’illumination. Leur amour et leurs soins constants permettent à cette flamme immortelle de se développer sans fin pour le bien de l’humanité. Les portes de ce temple sont généralement closes aux êtes qui n’ont pas encore ascensionné. Toutefois, une dispense spéciale vous a été accordée aujourd’hui et je vous incite à offrir une profonde reconnaissance au seigneur Maitreya et aux maîtres mentionnés ci-dessus ; ils fournissent les énergies nécessaires à ce que vous puissiez faire cette visite.

 Continuez à porter attention au guide que l’on vous a assigné. Cette interaction peut être source de sagesse et de beaucoup d’éclaircissements. On vous invite maintenant à vous installer dans un siège de cristal doré face à la flamme chatoyante. Ressentez l’énergie de cette brillante flamme dorée qui pénètre chaque cellule et chaque particule de votre corps éthérique. Respirez profondément et concentrez-vous sur cette flamme sublime de l’illumination, qui se trouve face à vous. Cela vous permettra de vous connecter avec l’esprit divin et les maîtres de sagesse qui nourrissent la flamme. Reliez votre cœur au leur, et priez-les d’inscrire leur amour et leur dévouement dans votre ADN et vos chakras.

 Baignez vote ego dénaturé, qui fut à l’origine conçu comme un outil servant à votre évolution, de cette flamme magnifique. L’ego représente également un aspect divin et intégral de vote être. Il ne s’agit pas de vous en défaire, mais de l’unifier au divin pendant le processus d’ascension. Faites ceci afin de pouvoir mener votre vie en intégrant la sagesse et la connaissance intérieure. Prenez quelques minutes pour bien accomplir cette tâche de purification. Lorsque cela est fait, levez-vous et faites quelques pas avec votre guide. C’est le moment idéal pour lui poser les questions qui préoccupent votre quotidien.

 Ce temple est vaste et possède plusieurs facettes, sections et antichambres. Profitez de votre visite pour reposer votre âme et votre cœur dans cette merveilleuse énergie qui est le soleil de votre nature divine. C’est par l’esprit de Dieu, par la flamme de l’illumination que toute connaissance sera acquise et livrée en votre mental conscient une fois que vous vous alignerez avec elle. Maintenant, tout doucement, revenez à votre corps. Tentez de rapporter avec vous le plus d’énergies possible de ce voyage au Temple de l’illumination. Sachez que vous avez l’autorisation d ‘y revenir à votre guise, tant que vous demeurerez en alignement avec les énergies d’amour du second rayon.

 Bien-aimés, lorsque vous avez à prendre des décisions difficiles, imaginez devant vos yeux, devant votre regard intérieur, cette merveilleuse flamme dorée de l’illumination et de la sagesse. Demandez à recevoir une intuition claire au sujet de ce que vous devez résoudre à l’instant ou des choix à effectuer. C’est ainsi que vous vous sortirez de l’inconscience et de la léthargie spirituelle ; c’est également ainsi que vous apprendre le discernement. C’est aussi ainsi que vos pensées s’uniront avec les pensées de Dieu et vous aideront à vous extirper des limites. Chaque flamme peut vous apporter ses secours de manières différentes pour que vous retrouviez votre caractère illimité et que vous évoluiez sur Terre comme les maîtres et les sages.

 Un grand nombre de maîtres de sagesse ayant ascensionné sont voués au service du Temple de l’illumination. Ils appartiennent aussi à l’ashram du second rayon, où plusieurs âmes viennent suivre des cours et des leçons privées durant la nuit, en diverses zones du Temple de l’illumination. Les cours sont gratuits ; seule la volonté d’aimer et de faire évoluer votre conscience est exigée. Je vous remercie, chez amis, d’être venus avec nous aujourd’hui. Nous vous transmettons notre amour, notre sagesse, notre soutien et notre discernement. Ainsi en est-il !

 

Extrait de TELOS III – Message de Adam, Maître Lémurien, canalisé par Aurélia Louise Jones – page 151

Vie de Tao – Maitreya Bouddha

 

Qui est Maitreya Bouddha ? La plupart des gens l’ignorent. Mais, ironiquement, à peu près tout le monde le connaît de vue. Peut-être le connaissent-ils en tant que le « Gros Bouddha » ou le « Bouddha heureux ». Peu le connaissent par son véritable nom.    

 

Vie de Tao - Maitreya Bouddha dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA maitreya2C’est un peu étrange quand on y pense – cette combinaison d’une image universellement identifiée et d’un nom pratiquement inconnu, singulière de toutes les figures religieuses que l’on peut rencontrer en Amérique.

Nous voyons continuellement Maitreya Bouddha au temple. Il occupe une position centrale dans notre lieu de pèlerinage. Son nom, en chinois (prononcé « mi louh »), se retrouve dans nos rituels. Cela signifie-t-il que nous au temple sommes les seuls à le connaître vraiment ? Eh bien, pas nécessairement.

C’est une chose de savoir le nom de Maitreya Bouddha dans quelque langue que ce soit, et tout à fait une autre de saisir pleinement le symbole qu’il représente dans la culture chinoise. Lorsque je demande à notre groupe d’expliquer ce bouddha, les réponses que j’obtiens s’avèrent plutôt superficielles et évidentes : « prospérité », « richesse », « bonne fortune », et « sérénité ». Quelqu’un a même suggéré « fertilité », puisque certaines femmes, prétend-t-on, frottent le ventre des bouddha dans l’espoir de devenir enceintes sous peu.

Ce sont là toutes des réponses valables, car chacune décrit des aspects de la conception chinoise du Maitreya Bouddha ; elles s’écartent toutefois du principe essentiel qui réside au cœur du concept. Selon les Chinois, le Maitreya Bouddha représente en essence la notion de générosité.

(Veuillez noter que l’objet de notre échange est celui d’un aspect de la culture chinoise, et pas nécessairement le Bouddhisme. Dans le bouddhisme authentique, Maitreya Bouddha est le « futur bouddha », celui qui viendra dans un avenir lointain pour rétablir des enseignements bouddhistes et pour apporter une fin à la souffrance. Les attributs supplémentaires dont nous parlons sont issus du « Moine au sac de toile », un moine bouddhiste qui a habité en Chine il y a environ mille ans et que les Chinois ont considéré comme l’incarnation terrestre de Maitreya. En raison de cette croyance, l’image corpulente du Moine au sac de toile a été substituée à la première représentation de Maitreya Bouddha en Chine. En d’autres religions de l’Asie originelle toutefois, l’image d’un Maitreya beaucoup plus maigre perdure toujours.)

En chinois, nous disons que Maitreya Bouddha a un « gros ventre » et peut donc tout tolérer. Les jeunes enfants grimpent sur lui sans l’importuner le moindre du monde. On peut profiter de lui sans que cela ne le rende furieux. L’équivalent français du « gros ventre » dans un tel contexte est celui d’un « grand cœur ». Le Maitreya Bouddha est grand de cœur.

Nous voilà enfin arrivés au-delà des traits superficiels. La « capacité du ventre » étant la manière toute chinoise d’exprimer la capacité de donner et de pardonner, les Chinois ont justement choisi de façonner ce bouddha avec un ventre aussi énorme. Y aurait-il meilleure façon de symboliser la tolérance et la générosité infinies ?

Notez que la générosité dans ce contexte n’est pas limitée à l’aspect matériel de la charité. Elle s’applique également au domaine immatériel. Par exemple, à quel point fait-on preuve de générosité quand vient le moment de féliciter autrui pour les bonnes choses qu’il a faites ? Offre-t-on les éloges en abondance en guise de reconnaissance envers les accomplissements d’autrui, ou alors se transforme-t-on en avare lorsque vient le moment des compliments, en les prodiguant de temps à autres et ce, à contrecœur ?

Tout autre attribut de Maitreya Bouddha découle naturellement de ce seul concept central. Pourquoi est-il si heureux ? Parce qu’il tolère tout et ne tient rancune contre personne. Pourquoi représente-t-il la prospérité ? Parce que son grand cœur donne généreusement et donc reçoit abondamment aussi.

L’ordre de ce qui précède est important – dans ce cas-ci, la syntaxe est essentielle. On doit atteindre un état où l’on peut donner sans entretenir l’espoir de gratification ou de reconnaissance avant de pouvoir être prêt à recevoir les largesses que la vie a à nous offrir. Cela ne fonctionne pas à l’inverse, comme bon nombre d’entre nous le croient inconsciemment.

Une telle opinion pourrait se formuler un peu comme ceci : « Je vais commencer à donner à la famille, aux amis et à faire la charité lorsque j’aurai gagné à la loterie ». Faux. Ce mécanisme universel, ce Tao représenté par Maitreya Bouddha, indique que l’on doit commencer à donner d’abord et ne s’attendre absolument à rien en retour. Selon toute probabilité, on ne gagnera certes pas le prochain gros lot, mais on remportera sans conteste le grand prix de la vie.

J’aime à dire qu’il est comme une porte dans le cœur qui s’ouvre vers l’extérieur. Une circulation à deux voies – on donne et reçoit par la même porte. Chez les gens généreux la porte est grande ouverte ; chez les personnes pas vraiment généreuses la porte est légèrement entrebâillée. Le degré auquel la porte s’ouvre détermine le degré d’abondance et de prospérité dans votre vie.

Pensez aux personnes avares que vous connaissez. Elles donnent peu parce que la porte de leur cœur n’est ouverte que de manière ténue. Ont-elles la capacité de recevoir abondamment ? Pas vraiment. Si l’on essaie de trop leur donner, elles deviennent soit inconfortables, soit soupçonneuses…ou bien les deux. On peut même par inadvertance forcer les portes à se refermer un peu plus qu’auparavant. Et que dire des gens dont les portes sont complètement fermées ? Ils ne donnent rien et n’ont aucune capacité à recevoir quoi que ce soit.

Ce qu’il y a de délicat avec cette porte, c’est l’impossibilité d’exercer un contrôle manuel sur elle. On ne peut l’ouvrir ou la fermer à notre gré. La seule façon de l’ouvrir davantage est de donner plus qu’à l’accoutumée, afin de la forcer à s’ouvrir grâce à un afflux se dirigeant vers l’extérieur. Une fois qu’elle est grande ouverte, on n’aura littéralement plus le choix de profiter du flux d’abondance à la fois matériel et spirituel qui s’introduira en soi.

La prochaine fois que vous verrez Maitreya Bouddha, laissez-le devenir un mémento pour vous, comme les anciens le désiraient, de ce que l’esprit de générosité mène à l’abondance et au bonheur. C’est un profond enseignement dissimulé à première vue. Notre idéal est de suivre cette leçon jusqu’à l’état bouddhique, ce moment où la porte du cœur est décrochée de ses charnières. Dans cet état d’illumination véritable, vous et moi donnerons tout sans arrière-pensée…et recevrons l’univers.

Issu du site 

L’avènement de Maitreya

 
L'avènement de Maitreya dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA maitreya4-150x150La Prophétie de Maitreya décrit la venue du futur bouddha. Il naîtra dans une famille brahmane, alors que Siddhartha Gautama était de la caste militaire et fonctionnaire kshatriya. Son avènement ne devrait survenir que très longtemps après la mort de Shakyamuni ; les estimations de la durée entre les deux événements varient grandement selon les théories, dépendant de la version choisie pour le calcul des trois âges du boudhisme. La prolongation (historiquement évidente) du délai prévu par l’estimation courte qui semble avoir prévalu aux débuts du bouddhisme (avènement de Maitreya 500 à 1500 ans après le parinirvana) est parfois expliquée par le fait que le bodhisattva aurait choisi la plus lente des trois voies permettant de parvenir à l’illumination parfaite : la sagesse, la foi et l’effort, par ordre décroissant de rapidité. Pour accélérer sa venue, il est conseillé de redoubler de piété et de multiplier les offrandes aux moines et les visites aux temples. Certains courants s’écartant du bouddhisme orthodoxe estiment au contraire que Maitreya a déjà atteint l’état de bouddha mais diffère sa venue, ou qu’il est déjà dans ce monde incognito.

La Prophétie de Maitreya a fait l’objet en Chine à certaines époques d’une interprétation nettement millénariste, et inspiré la rédaction de nombreuses versions apocryphes. Elle offre un espoir à des populations qui ont le sentiment de vivre dans la période finale du dharma où l’ordre social et religieux se dégrade et les catastrophes et désastres se multiplient, et qui attendent un sauveur inaugurant une ère nouvelle. Cette croyance est responsable de la popularité de Maitreya auprès des sectes syncrétistes (bouddhisme – manichéisme – taoïsme) dont certaines furent impliquées dans des rébellions, comme celle des Turbans rouges qui mit fin à la dynastie mongole. Maitreya est également attendu par de nouveaux courants religieux chinois. 

Milefo 
Maitreya était connu en Chine dès le IIIe siècle. Il y trouva une identité historique, phénomène courant dans le contexte religieux chinois, qui contribua à lui donner un aspect physique et un rôle autres que ceux que le bouddhisme lui avait jusque-là prêtés. 

Sous la dynastie Liang vivait un moine errant Chan, de nom religieux Qici , originaire de la préfecture de Mingzhou dans le Zhejiang. Transportant tout son nécessaire dans une besace en toile, il se distinguait par sa corpulence et un comportement loufoque et imprévisible mais bienveillant ; on lui prêtait de plus des dons de voyance exceptionnel. Il serait mort en méditation au temple Yuelinsi, dans sa province d’origine, en 916, en prononçant ces mots : « Le vrai Maitreya est présent simultanément sous des milliards de formes ; il se montre constamment, mais personne ne le reconnait ». Une légende naquit qui en faisait l’incarnation de Maitreya : on prétendit l’avoir aperçu après sa mort, des images pieuses le représentant commencèrent à circuler. 

Le moine corpulent et souriant est devenu la représentation de Maitreya la plus courante et la plus populaire en Chine. Son ventre plein et son sourire sont gages de bonheur et de prospérité, de même que son sac que l’on prétend inépuisable. Ces caractéristiques n’ont pas fait une impression favorable sur les voyageurs français du XIXème siècle, et Milefo est à l’origine du terme péjoratif « poussah » (de pusa, bodhisattva) désignant un homme gros au physique peu avenant. Le moine Qici est devenu au Japon Hotei (« sac de toile »), un des Sept dieux du bonheur. Pour les Chinois qui ne s’intéressent pas à la théologie bouddhiste, Milefo est l’un des Dieux de la fortune. 

Représentations 
Maitreya est généralement représenté en saint homme ou en prince. Lorsqu’il est assis, ses deux pieds reposent sur le sol, ce qui peut s’interpréter de deux façons : il n’est pas encore « assis » comme bouddha, ou au contraire il se prépare à descendre sur terre. Il peut d’ailleurs avoir la tête légèrement baissée, signifiant qu’il regarde le monde. Il porte quelquefois un petit stupa dans sa coiffure. On voit souvent dans sa main droite une roue posée sur un lotus, et dans la gauche une fiole contenant le nectar du dharma. 

Étant le prochain qui mettra en marche la roue de la Loi, il en fait parfois le geste (dharmacakra mudra). 

Milefo est un moine chauve au ventre rebondi et à la figure réjouie, souvent appelé le Bouddha riant. Comme tous les êtres d’exception, les lobes de ses oreilles sont très longs. Outre son sac, il peut porter une gourde, symbole taoïste de longévité. 

Prétendants et nouvelles interprétations 

Le contexte indien auquel la prophétie de Maitreya fait très naturellement référence, n’a pas empêché de nombreuses personnes de se prétendre son incarnation, et ce dès les premiers siècles. Bodawpaya, souverain du royaume d’ Ava (Myanmar) à la fin du XVIIIème siècle, et Lu Zhongyi, 17ème maitre d’Ikuan Tao, en sont deux exemples. 

Maitreya a aussi été adopté par de nouveaux courants religieux bouddhistes ou syncrétistes, certains nés hors d’Asie. Il existe des mouvements bouddhistes pour qui la personnalité centrale est Maitreya le sauveur ; ils considèrent qu’il atteignit l’illumination avant le boudha Gautama, mais le prit pour maître par respect et renonça temporairement au nirvāna. 

Maitreya est une des formes de la divinité suprême des nouvelles religions chinoises syncrétistes nées du mouvement Xiantiandao. 

Share International (branche française : Partage international), fondé dans les années 70 par Benjamin Creme, influencé par les écrits de la théosophe Helena Blavatsky et d’ Alice Ann Bailey, une pionnière du New Age, prétend que Maitreya est le messie attendu par toutes les religions sous des noms différents, et qu’il aurait déjà fait de nombreuses apparitions publiques et privées. 

Des mentions de Maitreya comme un des candidats possibles pour le rôle de l’Antéchrist peuvent être trouvées ici et là sur des sites chrétiens fondamentalistes. 

 Lire la suite ici…. 

 

Maitreya Bodhisattva

 

Le Maitreya (« affection », « compassion » en sanscrit) est le dernier des cinq Bouddhas à gagner l’Illumination Suprême. Les sources du Theravada et du Mahayana s’accordent pour dire qu’il réside dans le devaloka (paradis) de Tushita.

 

 Maitreya Bodhisattva dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA maitreya

 

Il descendra sur terre quand l’enseignement du Bouddhisme aura pris fin, prendra sa dernière renaissance comme être humain. Il découvrira la voie de l’Illumination et proclamera le Dharma une fois de plus au profit des dieux et des hommes. 

Maitreya, en chinois Milefo, en japonais Miroku, en vietnamien Di-lặc Bồ Tát, est un bodhisattva mentionné entre autres dans la Prophétie de Maitreya (Maitreyavyakarana), qui apparaîtra dans l’avenir et atteindra l’illumination pour devenir le prochain bouddha, le précédent étant Siddhartha Gautama-Shakyamuni. Il règnera sur le monde, unissant toutes les créatures dans l’étude du dharma. La croyance en l’avènement de Maitreya est partagée par les courants hinayana et mahayana du bouddhisme. Il est parfois appelé « bouddha du futur ». 

Le bouddhisme considère que quantité d’êtres sont éveillés ou ont atteint et atteindront l’éveil depuis le Bouddha Shakyamuni, mais que seuls quelques-uns font tourner la Roue de la Loi, le dharma (enseignement). Pour beaucoup d’écoles bouddhistes, depuis la mort de Siddharta Gautama, le monde est entré dans l’ »ère sans bouddha » caractérisée par un désordre croissant et une perte progressive de la Loi. Lorsqu’elle sera totalement perdue, Maitreya apparaîtra. Une caractéristique du bouddhisme est de prévoir sa propre extinction en tant qu’enseignement, comme toute chose : « tout ce qui naît finit par mourir ». 

certains textes comme le Sutra du lotus, le Bouddha Gautama appelle Maitreya Ajita, « invincible ». On considère donc parfois que Maitreya est son nom de famille et Ajita son prénom. Il peut être aussi confondu avec un autre Ajita mentionné dans le Soutra du Parinirvana, grand criminel repenti accepté comme disciple par le bouddha. 

L’un des fondateurs supposés de l’école Yogaçara-Cittamatra, nommé Maitreyanatha (270-350), lui est assimilé. Le bodhisattva est parfois représenté avec à ses côtés les deux plus célèbres penseurs de l’école, Asanga et Vasubandhu. Il existe dans le bouddhisme tibétain des illustrations montrant le bouddha avec à sa gauche Manjushri et les philosophes représentant la sagesse détachée, et à sa droite Maitreya, suivi d’Asanga et Vasubandhu devant leurs successeurs représentant la sagesse compatissante. 

Un rapprochement a été fait entre le nom de Maitreya et celui de Mithra, assez difficile à éclaircir néanmoins du fait de la diversité des rôles assignés à ce dieu par les différents courants religieux indo-iraniens et persans. •

Le paradis Tusita 
Maitreya réside dans un paradis nommé Tusita, où vivent les futurs bodhisattvas, divisé en un espace interne consacré exclusivement à l’enseignement du dharma, et un espace externe différent des « terres pures » ou « terres de bouddha » des déités postérieures du mahayana comme Amitabha en ce que les désirs y existent encore, bien que très assagis. Ainsi, la procréation s’y poursuit par contact des mains, les enfants surgissent sans grossesse sur les genoux des parents et grandissent immédiatement. 

Lire la suite ici….

 

 

Maitreya « Le Bienveillant »

Maitreya Maitreya (mot sanskrit signifiant « amical », « bienveillant » ; en Pali Metteya ; en tibétain Jetsun Jampa Gonpo, en chinois Mílè púsà (彌勒菩薩) ou Mílèfó (彌勒佛) ; en japonais Miroku, en vietnamien Di-lặc ) est un Mahābodhisattva qui serait le prochain Bouddha à venir lorsque le Dharma, l’enseignement du Bouddha Shakyamuni, aura disparu.

La croyance en l’avènement de Maitreya est partagée par les courants theravāda et mahāyāna du bouddhisme.

Origines du nom

Dans certains textes comme le Sūtra du lotus, le Bouddha appelle Maitreya « Ajita », invincible. On considère souvent que Maitreya est son nom de famille et Ajita son prénom. Il ne doit pas être confondu avec un autre Ajita mentionné dans le Sūtra du Parinirvāņa, grand criminel repenti accepté comme disciple par le Bouddha.

Un rapprochement a été fait entre le nom de Maitreya et celui de Mithramitra signifiant ami en sanskrit. Ce lien est assez difficile à étayer du fait de la diversité des rôles assignés à ce dieu par les différents courants religieux indo-iraniens et persans.

Le paradis Tuṣita (Tushita)

Selon la tradition, Maitreya règne actuellement au paradis « Tuṣita », le Joyeux, en tant que Bodhisattva de la « dixième terre » appelée Nuées du Dharma, où il travaille à dissiper ses derniers voiles à l’omniscience. Il n’atteindra cependant l’insurpassable parfait éveil (anuttara samyak sambodhi) que par son passage en Akanistha, la plus haute sphère d’existence des mondes de la forme (rūpaloka). S’y absorbant dans le samādhi semblable-au-diamant, il pourra alors devenir un Bouddha et revenir dans la sphère humaine, ainsi que tous les autres domaines où la roue de la loi doit être mise en branle.

L’avènement de Maitreya

Maitreya est le sujet de la Prophétie de Maitreya (Maitreyavyākaraņa). Il y est dit qu’il apparaîtra à Ketumati, « la Resplendissante », autre nom de Varanasi (Bénarès), qu’il y naîtra dans une famille de brahmanes, alors que Shākyamouni était de la caste militaire des kshatriyas. De même, alors que Bouddha Shakyamuni était un bouddha de compassion (karuņā) survenu en un âge de souffrances, Maitreya, comme son nom l’indique, sera un bouddha d’amour bienveillant (maitrī), en un âge d’harmonie, afin de rehausser le bien-être du monde, et l’orienter vers l’Éveil.

À Varanasi, il est censé manifester le plein Éveil afin, lui aussi, de faire tourner la « Roue du Dharma », le Dharmacakra. Son avènement ne devrait survenir que très longtemps après la mort de Shākyamouni ; les estimations de la durée entre les deux événements varient grandement selon les théories, dépendant de la version choisie pour le calcul des trois âges du bouddhisme.

Son rôle dans le Mahāyāna

Asanga, un des fondateurs du Yogācāra, insatisfait des enseignements du Hīnayāna, et ne pouvant comprendre le sens dePrajñāpāramitās, les soutras traitant de la vacuité, a médité plus de douze ans sur Maitreya, sa déité de méditation, jusqu’à ce qu’il le rencontre en vision. Maitreya lui enseigna ce qui deviendra les Cinq traités de Maitreya sur la nature réelle des phénomènes. Une version plus prosaïque y voit plutôt les enseignements de son guruMaitreyanātha (270-350); ce qui ferait finalement de ce dernier le réel initiateur de l’école Yogācāra.

La Prophétie de Maitreya a fait l’objet en Chine à certaines époques d’une interprétation nettement millénariste, et inspiré la rédaction de nombreuses versions apocryphes. Elle offre un espoir à des populations qui ont le sentiment de vivre dans la période finale du dharma où l’ordre social et religieux se dégrade et les catastrophes et désastres se multiplient, et qui attendent un sauveur inaugurant une ère nouvelle. Cette croyance est responsable de la popularité de Maitreya auprès des sectes syncrétistes (bouddhisme – manichéisme – taoïsme) dont certaines furent impliquées dans des rébellions, comme celle des Turbans rouges qui mit fin à la dynastie mongole. Maitreya est également attendu par de nouveaux courants religieux chinois.

La prolongation (historiquement évidente) du délai prévu par l’estimation courte qui semble avoir prévalu aux débuts du bouddhisme (avènement de Maitreya 500 à 1500 ans après le parinirvana) est parfois expliquée par le fait que le bodhisattva aurait choisi la plus lente des trois voies permettant de parvenir à l’illumination parfaite : la sagesse, la foi et l’effort, par ordre décroissant de rapidité. Pour accélérer sa venue, il est conseillé de redoubler de piété et de multiplier les offrandes aux moines et les visites aux temples. Certains courants s’écartant du bouddhisme orthodoxe estiment au contraire que Maitreya a déjà atteint l’état de bouddha mais diffère sa venue, ou qu’il est déjà dans ce monde incognito.

Milefo, son appellation chinoise

Maitreya sous sa forme de Milefo entouré de disciples à Feilai Feng (Pic venu en volant) près de Hangzhou

Maitreya était connu en Chine dès le iiie siècle. Il y trouva une incarnation historique, phénomène courant dans le contexte religieux chinois, qui contribua à lui donner un aspect physique et un rôle autres que ceux que le bouddhisme lui avait jusque-là prêtés.

225px-kushanmaitreya-128x300 dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYASous la dynastie Liang vivait un moine errant Chan, de nom religieux Qici (契此), originaire de la préfecture de Mingzhou dans le Zhejiang. Transportant tout son nécessaire dans une besace en toile, il se distinguait par sa corpulence et un comportement loufoque et imprévisible mais bienveillant; on lui prêtait de plus des dons de voyance exceptionnels. Il serait mort en méditation au temple Yuelinsi (嶽林寺), dans sa province d’origine, en 916, en prononçant ces mots : « Ce Maitreya est le vrai Maitreya, il est présent sous des milliards de formes; il se montre constamment, mais personne ne le reconnaît. » Une légende en faisait l’incarnation de Maitreya : on prétendit l’avoir aperçu après sa mort, des images pieuses le représentant commencèrent à circuler.

Le moine ventripotent et souriant est devenu la représentation de Maitreya la plus courante et la plus populaire en Chine. Son ventre plein et son sourire sont gages de bonheur et de prospérité, de même que son sac que l’on prétend inépuisable. Ces caractéristiques n’ont pas fait une impression favorable sur les voyageurs français du xixe siècle, qui ne trouvaient en Milefo (appellation chinoise signifiant Bouddha maitreya) qu’un homme gros au physique peu avenant. Le moine Qici est devenu au Japon Hotei (de Bùdài 布袋 « sac de toile »), un des Sept dieux du bonheur. Pour les Chinois qui ne s’intéressent pas à la théologie bouddhiste, Milefo est l’un des Dieux de la fortune.

Représentations

Maitreya est généralement représenté en saint homme ou en prince. Lorsqu’il est assis, ses deux pieds reposent sur le sol, ce qui peut s’interpréter de deux façons : il n’est pas encore « assis » comme bouddha, ou au contraire il se prépare à se lever et descendre sur terre. Il peut d’ailleurs avoir la tête légèrement baissée, signifiant qu’il regarde le monde. Il porte quelquefois un petit stupa dans sa coiffure. On voit souvent dans sa main droite une roue posée sur un lotus, et dans la gauche une fiole contenant le nectar du Dharma. Étant le prochain qui mettra en marche la roue de la Loi, il en fait parfois le geste (dharmacakra mudrâ).

Le grand bodhisattva est parfois représenté avec à ses côtés les deux plus célèbres penseurs de l’école YogācāraAsanga et son frère Vasubandhu. Il existe dans le bouddhisme tibétain des illustrations montrant le Bouddha avec à sa gauche Mañjuśrī et les philosophes représentant la sagesse détachée, et à sa droite Maitreya, suivi d’Asanga et Vasubandhu devant leurs successeurs représentant la sagesse compatissante.

Milefo est un moine chauve au ventre rebondi et à la figure réjouie, souvent appelé le Bouddha riant. Comme tous les êtres d’exception, les lobes de ses oreilles sont très longs. Outre son sac, il peut porter une gourde, symbole taoïste de longévité.

Prétendants et nouvelles interprétations

270px-Maitreya_and_disciples_carving_in_Feilai_Feng_CavesLe contexte indien auquel la prophétie de Maitreya fait très naturellement référence, n’a pas empêché de nombreuses personnes de se prétendre son incarnation, et ce dès les premiers siècles. Bodawpaya, souverain du royaume d’Ava (Birmanie) à la fin du xviiie siècle, et Lu Zhongyi, 17e maître d’Ikuan Tao, en sont deux exemples.

Maitreya a aussi été adopté par de nouveaux courants religieux bouddhistes ou syncrétistes, certains nés hors d’Asie. Il existe des mouvements bouddhistes pour qui la personnalité centrale est Maitreya le sauveur ; ils considèrent qu’il atteignit l’illumination avant le bouddha Gautama, mais le prit pour maître par respect et renonça temporairement au nirvana.

Maitreya est une des formes de la divinité suprême des nouvelles religions chinoises syncrétistes nées du mouvement Xiantiandao.

Share International (branche française : Partage international), fondé dans les années 1970 par Benjamin Creme, influencé par les écrits de la théosophe Helena Blavatsky et d’Alice Ann Bailey, une pionnière du New Age, prétend que Maitreya est le messie attendu par toutes les religions sous des noms différents, et qu’il aurait déjà fait de nombreuses apparitions publiques et privées. Lorsque Creme annonça que Maitreya était arrivé à Londres depuis le 19 juillet 1977 puis qu’il s’était finalement présenté à la télévision américaine le 14 janvier 2010, impliquant involontairement l’écrivain économiste Raj Patel, il crée un buzz médiatique qui fit connaître la figure de Maitreya au monde entier.

SOURCE http://fr.wikipedia.org/wiki/Maitreya

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...