Les ARCTURIENS raconté par Judi Sion

 

Si vous lisez ces messages Arcturiens avec un esprit ouvert, ils pourront vous libérer. Tant que nous abandonnons notre pouvoir à une autorité « supérieure », nous nous abaissons. – Propos de Judi Sion -

téléchargementVoici l’histoire de la création telle que nous l’ont livrée les Arcturiens et d’autres êtres. Ils ne sont pas les premiers à raconter cette histoire. La version arcturienne comporte toutefois de nouvelles données dont nous sommes ravis de vous faire part, dans l’espoir qu’elles enlèveront les œillères obstruant peut-être notre vision.

Il y a des lustres, les Annunakis, une race d’êtres intergalactiques possédant une haute technologie, se sont rendu compte que leur atmosphère se dégradait. Leurs scientifiques ont alors déclaré que l’or pourrait la stabiliser. Une imagerie de notre planète ayant révélé d’immenses gisements aurifères en Afrique, ils sont venus sur la Terre pour en extraire de l’or. Comme la science l’a déterminé, l’Afrique est donc le berceau de notre civilisation parce que c’est là que les généticiens annunakis ont concocté la mixture d’où nous sommes issus. Comme la gravitation de la Terre les empêchait d’y demeurer très longtemps et que leurs gens ne voulaient pas travailler dans les mines, ils ont cherché une solution pour extraire l’or sans employer leur propre peuple. Cette solution, ce fut la création de l’Homo sapiens. Les tablettes d’argile sumériennes racontent cette histoire telle qu’elle fut vécue à l’époque.

Plusieurs personnes ont déjà émis l’idée que l’homme descendrait du singe, mais les Arcturiens y ajoutent un éclairage inédit. Ils parlent d’êtres hautement vibratoires et de nature électromagnétique, dits éthérés. Ces êtres éthérés ont toujours été ici et nous avons déjà été capables de les voir, même si leur fréquence vibratoire est beaucoup plus élevée que la nôtre. Ce sont les fées, les elfes et les gnomes de notre mythologie et aussi les anges.

Les anges sont des êtres électromagnétiques, éthérés. Bien sûr, c’est comme pour tout le reste ; ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Il existe des anges possédant une immense intelligence et un grand pouvoir, et il en existe des moins évolués qui ont peut-être de bonnes intentions, mais qui n’ont pas la technique nécessaire pour mettre celles-ci en pratique. Ce sont des êtres électromagnétiques d’une vibration inférieure.

Tous ces types d’êtres électromagnétiques existent encore, maison nous a « entraîné »  à ne pas les voir, tout comme les aborigènes d’Australie ne voyaient pas les gros navires du capitaine Cook parce qu’ils n’avaient aucun point de référence. Certains de ces êtres éthérés se risquaient à entrer dans le corps des premiers primates, mais ils ne pouvaient y rester qu’un certain temps. S’ils passaient outre, ils y restaient piégés.

Plusieurs groupes intergalactiques racontent que les Annunakis auraient mélangé leur ADN avec celui des primates afin de créer une race d’esclaves pour extraire de l’or, mais je n’avais jamais entendu dire qu’ils avaient choisi des primates spécifiques pour cette expérience, en l’occurrence ceux dans lesquels les êtres éthérés se trouvaient piégés. Selon les Arcturiens, les Annunakis ont choisi ces primates habités par des êtres éthérés parce qu’ils avaient dans les yeux une lueur d’intelligence qui les distinguait des autres. Autrement dit, ce n’étaient pas des singes ordinaires.

Nous ne sommes donc pas nés d’une côte d’Adam que Dieu aurait prise pour créer Eve. Nous sommes issus d’une expérience scientifique, d’un tripotage génétique semblable à celui que nous faisons maintenant avec les chevaux et d’autres animaux. Le chaînon biologique manquant de l’évolution humaine est donc d’intervention extraterrestre.

Voici cependant la partie la plus importante et la plus néfaste de cette histoire ; J’en ai pris conscience il y a vingt ans quand j’ai écrit UFOs and The Nature of Reality, mais je n’avais jamais entendu personne souscrire à ma théorie avant que ne le fassent les Arcturiens.

Quel est l’un des principes fondamentaux de la métaphysique ?

La pensée est créatrice. Si l’on nous a créés avec l’intention de faire de nous une race d’esclaves, il n’est pas étonnant que nous retombions dans ce rôle devant ce qui semble supérieur à nous ; les dieux/ Dieu/les extraterrestres munis d’une technologie de pointe. Les Annunakis étaient des êtres intergalactiques peu évolués, mais très avancés technologiquement.

Au fait, cela répond aussi à une autre de mes grandes interrogations durant l’enfance. Si les « Dieux » étaient si extraordinaires, pourquoi étaient-ils si ignorants, si jaloux et si dangereux ? On peut posséder un grand pouvoir sans être très évolué (George Bush me vient à l’esprit). L’évolution est une question de conscience. On peut acquérir du pouvoir par la technologie, mais le pouvoir que possèdent des êtres ne les rend ni grands ni dignes d’être servis. Ce n’est pas parce que les « premiers dieux » (spécifiquement Jéhovah, pour nommer une représenta-ion divine cruelle) pouvaient détruire une ville entière qu’ils étaient grands et sacrés. Cela veut simplement dire qu’ils étaient puissants. A mon avis, Jéhovah était comme un enfant attardé muni d’un immense pouvoir.

Honnêtement, e préfère avoir la conscience plutôt que ce genre de pouvoir.

Et je ne choisis pas de « craindre Dieu/dieu ». S’il existait, si elle existait, je préfèrerais le/la respecter et l’aimer plutôt que de le/la craindre. Tout Dieu/dieu que j’honore mérite le respect et ne requiert pas qu’on le craigne ou qu’on rampe devant lui. Enfin, Bref….

Je soupçonne qu’une information ne nous est fournie que si nous sommes prêts à y réfléchir et à l’accepter. Il m’avait fallu des années pour donner un sens à ce que je rédigeais il y a deux décennies. L’espèce humaine est issue de la pensée de créer une race d’esclaves. Pour posséder pleinement notre pouvoir et réaliser notre grandeur, nous devons d’abord comprendre comment nous sommes devenus ce que nous sommes. Le service envers nos maîtres est inscrit dans notre ADN mitochondrial et, selon les Arcturiens, avant que le sort n’en fut jeté, plus de vingt autres manipulations génétiques furent effectuées par diverses civilisations intergalactiques. Ils affirment que ce mélange d’informations génétiques fait de nous une royauté intergalactique.

images (2)

Quand l’esprit est ouvert, le savoir se révèle de lui-même. En fait, quand nous avons été invité sà participer , Tom ne voulait pas le faire. Les concepts du Bouddha ou de Sarawati, du Maître Wu ou des divers panthéons des nombreuses traditions spirituelles ne lui posaient aucun problème mais l’idée des extraterrestres l’avait toujours lassé froid.

Etant lui-même instructeur spirituel, il pouvait accepter les propos des grands maîtres de toutes les traditions mondiales, mais non le concept d’extraterrestres. Il appelait Dieu ces êtres sacrés et il les considérait comme divins.

Tom travaille avec les Hathors depuis plus de vingt ans, et je travaille avec eux, par lui, depuis plus de quinze ans. Ce sont vraiment de vieux amis, mais Tom était très hésitant à faire un pas de plus dans la direction extraterrestre. Or, quand le sujet du livre est apparu, l’être que nous respectons le plus lui a demandé de canaliser ces messages Arcturiens. Lorsque cet être nous demande quelque chose, nous y prêtons tous les deux une attention particulière. Cet être s’appelait Marie Madeleine dans sa seule vie humaine. C’est elle qui a approché Tom en lui demandant  de le faire. Sachant que la qualité d’une information canalisée dépend toujours du niveau d’évolution du canalisateur, je ne pouvais imaginer personne d’autre que Tom à ce stade-ci pour transmettre l’information arcturienne car je connais bien son intégrité.

Il s’avère que Marie-Madeleine est une Arcturienne, tout comme l’être magnifique que nous appelons Yeshua ben Joseph, ainsi que celui qui est pour pluseiur le maître ascensionné Sanat Kumara.

message de Tom KENYON  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

Les thérapies Esséniennes

Une entrevue de Marie Johanne Croteau Meurois et de Daniel Meurois.

 370

1 – La Tradition des soins énergétiques que l’on connait aujourd’hui sous l’étiquette globale de “Soins esséniens” était également connue en Égypte antique. Cependant, ne serait-elle pas plus ancienne encore ? Pouvez-vous nous parler de ses véritables origines ? Peut-on, par exemple, évoquer l’Atlantide ?

Daniel Meurois : En réalité, c’est une Tradition qui n’a pas d’âge.

Étant donné qu’elle se base sur une connaissance intime des circuits empruntés par le Courant universel de la Vie au sens le plus large du terme – c’est-à-dire cosmique et intemporel -  il est pratiquement impossible de parler de ses origines. Évoquer l’Atlantide ce serait mentionner une simple étape de son parcours rien de plus. Cela n’apporterait rien de plus.

Ce qui est certain, c’est que cette Tradition n’est pas uniquement “terrestre”. Je veux dire qu’elle a voyagé d’un monde à l’autre. Chaque type d’humanité et chaque peuple par lesquels elle est passée l’a évidemment un peu colorée à sa façon, c’est qui est logique. Par ailleurs, c’est ce qui fait aussi sa richesse.

En réalité, soigner avec l’aide des mains et en fonction de l’anatomie subtile du corps est un réflexe inné propre à toute personne sensible à l’existence de l’âme. C’est l’éducation que celui-ci reçoit dès sa plus petite enfance qui le fait généralement se détourner de ce genre de rapport avec l’être, sa maladie et sa souffrance. On peut penser sans craindre l’erreur que ce que j’appelle aujourd’hui la Tradition égypto-essénienne s’est construite au fil des âges et des mondes à force d’observations et d’expérimentations, d’abord intuitives, puis structurées en un système cohérent révélant clairement la présence d’une architecture subtile de l’être humain et, par conséquent, de son rapport avec le Divin.

2 – Quels furent les rôles d’Aménophis III et d’Akhenaton dans la diffusion de cette Tradition ?

D.M. : Ces deux pharaons ont été les principaux compilateurs éclairés et méthodiques de ce corpus de données. Pour l’Occident et dans le présent cycle d’humanité, ce sont eux qui ont structuré un tel système de références et de pratiques. Ils en sont restés les gardiens jusqu’à sa transmission à un groupe restreint de personnes au sein du peuple hébreu. C’est par Moïse que la transmission s’est opérée, même si celui-ci n’occupait pas une fonction de thérapeute parmi le siens. Lorsque je dis “Moïse” cela signifie lui et ses proches. C’est comme lorsqu’on dit “c’est Aménophis III et Akhenaton”… On devrait plutôt dire que c’est sur leur demande. En résumé, toutes les connaissances qui ont la réputation d’être ésotériques dans notre Culture occidentale ont été collectées, structurées puis développées par les Égyptiens. Les Esséniens n’ont pas adopté la totalité de cet héritage. Les thérapies les motivaient en priorité ainsi que les données concernant la constitution subtile de l’Univers… Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’il y a un rapport d’analogie entre ces deux sujets. Le corps humain est une réplique du cosmos. Pour le reste des connaissances traditionnelles, c’est la science de la Kabbale qui s’en est chargée.

3 – Certains ouvrages affirment que ceux qui ont été formés selon cette Tradition auraient été initiés à l‘immortalité ? Est-ce que les annales akashiques permettent de dire quelque chose à ce sujet ?

D.M. : Le principe d’immortalité ne figurait pas parmi les préoccupations des initiés thérapeutes esséniens. Pour eux comme pour nous, le corps physique n’était que transitoire. Il existait cependant des pratiques très particulières basées essentiellement sur la maîtrise du souffle et dont le but était de nettoyer le corps et le mental de la plupart des scories qui accélérant son vieillissement. Elles étaient réservées à un très petit nombre de personnes – un peu analogues à des yogis avancés – qui se sentaient appelées à prolonger à l’extrême le bon état de leur corps. Le fait de pouvoir amener le corps physique à un autre plan vibratoire sans passer par la mort – comme c’est le cas pour les Maîtres de Shambhalla et de leurs disciples alchimistes – est le résultat d’une illumination ou d’une transfiguration individuelle orientée vers une forme de service très précis. Ce n’est pas le fait d’une École initiatique spécifique. Aujourd’hui, la recherche, presque compulsive, de l’immortalité de la chair est clairement le délire d’une certaine Amérique qui est fascinée par tout ce qui ressemble à des pouvoirs et qui craint par dessus tout la vieillesse et la mort. Le véritable immortalité se situe à un tout autre niveau.

4 – Comment une telle Tradition a-t-elle perduré dans le temps ? Y a t-il aujourd’hui des groupes qui seraient encore détenteurs de ses connaissances ? On évoque parfois la Rose-Croix et le Catharisme…

D.M. : La Tradition égypto-essénienne a perduré de façon souterraine dans son aspect global à travers  les Écoles et Mouvements initiatiques occidentaux. Pour ne citer que les plus connus, on peut effectivement évoquer ici les Ordres Rosicruciens, certaines organisations qui se réclament des Templiers et même, par certains aspects, le Druidisme bien que la filiation des connaissances qui font celui-ci soit plus complexe. Il est exact que le Catharisme n’est pas à omettre d’une telle liste, même si on peut déplorer son côté très dualiste… lequel, par ailleurs, le fait se rapprocher un peu de l’ “Essénisme” des monastères.

On parle ici de connaissances dites purement ésotériques, de rituels faisant appel aux énergies subtiles de la Nature mais aussi de haute métaphysique et de philosophie au sens sacré du terme. Ces Mouvements et ces Écoles, se manifestent généralement par cycles d’activité et de sommeil, ce qui veut dire avec des hauts et des bas, des apogées et des décadences, comme tout ce qui est incarné.

En ce qui concerne une Tradition thérapeutique structurée et fournie, à ma connaissance, il est beaucoup moins évident d’en retrouver la trace au coeur de ces Écoles. Dans la théorie de la transmission de la structure énergétique du corps humain,  oui, c’est certain… ( encore que l’Orient ait été beaucoup plus précis à ce niveau ) mais pas dans l’enseignement organisé de pratiques thérapeutiques proprement dites.

Il ne faut pas oublier que la Tradition égypto-essénienne était essentiellement orale. Lorsque certaines données étaient couchées par écrit, sur des rouleaux de papyrus par exemple, c’était souvent de manière codée ou symbolique. Ce n’était pas tant pour dissimuler des informations que pour en préserver le caractère sacré et intangible. Aujourd’hui, nous avons l’impression que les mots peuvent tout définir alors que, très souvent, ils enferment des concepts dans une sorte d’enclos mental. C’est là où les symboles et les archétypes trouvent leur raison d’être. Ils amènent la réflexion à différents niveaux… sachant qu’on n’accède pas à ces niveaux simplement à l’aide de bonnes capacités intellectuelles.

5 – Comment est donc réapparue cette Tradition thérapeutique à notre époque ?

D.M. : Je dois dire que j’ai été personnellement amené à la faire ressurgir sans l’avoir toutefois recherchée. En premier lieu, il me faut préciser que cela ne s’est pas fait – contrairement à ce qui a été dit – par le biais des Annales akashiques, c’est-à-dire de la Mémoire du temps  mais par canalisation.

Ces canalisations – par incorporation – se sont produites dès l’automne 1984. Quant aux recherches de mon âme à travers les Annales akashiques, elles m’ont permis, quant à elles, d’approfondir puis de structurer progressivement l’ensemble des données découvertes au cours des décennies.

En 1984 donc, dans le petit village de Plazac, en plein Périgord, j’ai commencé à canaliser et à retransmettre ainsi, en direct, des informations d’ordre thérapeutique. Celles-ci m’étaient adressées à partir de sphères de consciences extérieures à celle de notre planète, Elles émanaient d’êtres non terrestres qui avaient déjà communiqué, dans un passé reculé, avec les anciens peuples de notre monde dont tout spécialement les Égyptiens et les Esséniens.

Notez bien que je préfère utiliser l’expression “sphères de conscience extérieures à celle de notre planète” plutôt qu’une autre qui serait plus contemporaine. Pourquoi, me demanderez-vous ? D’abord, basiquement, parce qu’une certaine science-fiction et certains écrits ont utilisé de n’importe quelle façon ces termes-là et les ont galvaudés. Ensuite parce que la notion de “sphère de conscience” fait avant tout référence à celle de “niveau de conscience”, autrement dit à une altitude intérieure de l’être et non pas à un écart technologique. Dans les anciens textes rattachés à notre culture, on parle en fait d’Élohims. C’est bien d’eux dont il s’agit ici ; ils sont à la source des informations que je reçois depuis 1984.

Un certain nombre d’Esséniens, mais pas leur totalité,  étaient – faut-il le rappeler ? – des hommes et des femmes qui entretenaient, de par leur sensibilité psychique, un rapport aisé avec l’Invisible. Le contact avec des présences d’origine non terrestre et d’envergure cosmique – donc en prise avec le Divin – leur était familier. Il arrivait que ceux-là communiquent donc avec les Élohims.

En 1984, lorsque j’ai été amené à me reconnecter régulièrement avec mes anciennes existences essénienne et égyptienne puis à donner le véritable “coup d’envoi” du travail que j’essaie de poursuivre aujourd’hui, j’ai commencé, de ce fait, à recevoir publiquement, devant une assistance de trente à cinquante personnes au rythme d’une ou deux fois par semaine, des enseignements relatifs aux thérapies esséniennes… ou, plus exactement, égypto-esséniennes.

Lors de chaque réunion, je consignais ces informations de ma propre main. Beaucoup de données passant par ma bouche lors des moments de canalisation ont également fait l’objet d’enregistrements sur bandes magnétiques tandis qu’elles étaient retransmises en direct devant les personnes présentes. Dans le Périgord, ce travail s’est étendu sur une douzaine d’années, il s’est ensuite prolongé au Québec. C’est de cette façon que la Tradition thérapeutique dont il est question ici a ressurgi. La méthode de soins énergétiques qui en résulte a toujours été accompagnée de messages précis, avec tout un ensemble d’informations.

Ces données à la fois pratiques et spirituelles ont finalement  et tout naturellement constitué au fil des ans un véritable corpus. De nombreuses lectures dans les Annales akashiques viennent toujours régulièrement les compléter.

C’est de cette façon que l’on peut résumer l’historique de cette Tradition thérapeutique telle qu’elle se manifeste de nos jours…

Lorsque les soins esséniens – ou égypto-esséniens si on préfère puisque que cette dénomination est somme toute plus précise – ont refait surface à travers les incorporations dont j’ai fait l’objet, on ne leur donnait d’ailleurs pas de nom spécifique. On évoquait simplement des soins énergétiques universels. On les a finalement nommés esséniens par assimilation puisque ce sont les thérapeutes esséniens qui ont été les derniers à les pratiquer il y a environ deux mille ans

Je dois ajouter que la somme d’informations qu’ils constituent maintenant s’enrichit encore aujourd’hui au rhyme des informations que je collecte et avec le concours et le savoir-faire de mon épouse, Marie Johanne, très “en prise” également avec “l’époque essénienne”.

6 – Quel était pour les Esséniens – et les Égyptiens qui ont précédé ceux-ci – le rôle de la maladie chez l’être humain ?

D.M. : Dans leur Tradition comme dans toutes les grandes Traditions du monde, les thérapeutes ayant une vision globale de la maladie ont toujours perçu celle-ci comme un rendez-vous de l’être avec lui-même. La maladie indique inévitablement un carrefour dans la vie d’une personne, un carrefour qui lui suggère de repenser sa façon d’être, essentiellement son hygiène de vie intérieure. Cette hygiène est émotionnelle et mentale. Elle est aussi en rapport avec ses croyances car ces dernières deviennent vite des conditionnements qui orientent le comportement. En termes modernes, on pourrait dire que la maladie vue sous cet angle est perçue comme un clignotant rouge sur le tableau de bord d’un véhicule. Elle est le signe d’un désordre à repérer, un désordre dont les racines sont peut-être éloignées du symptôme qui se manifeste ou apparemment sans rapport avec lui.

Pour en revenir aux Esséniens et aux Égyptiens, je dirais qu’il accordaient beaucoup d’importance aux masses énergétiques engendrées par les pensées humaines. Ils voyaient dans ces masses qu’on appelle de nos jours “formes-pensées”, les germes de la plupart des troubles de santé. Ils avaient remarqué, d’une part que ces masses affaiblissent ou déstructurent l’aura humaine mais que, d’autre part, elles aimantent des organismes toxiques émanant du bas-astral, les “entités-maladies”. Leur  première préoccupation était donc de nettoyer l’organisme subtil du malade par toutes sortes de méthodes puis d’y lever certains barrages énergétiques avant même de tenter d’y rétablir un courant de vie réparateur. La notion de “désinfection” était donc primordiale à leurs yeux.. Des sortes de mantras puis des pratiques de “reconstruction mentale” par visualisation étaient ensuite enseignés aux malades capables de se prendre en charge afin qu’ils modifient leur rapport à la vie et ne retombent éventuellement dans le même problème. De manière générale passer à travers une maladie digne de ce nom était pour ces anciens peuples comme franchir le cap d’une initiation. On était idéalement tenu d’essayer d’en comprendre le sens. Ce qui ne veut pas dire que c’était toujours fait et réussi. Cette approche préfigurait incontestablement ce que nous appelons aujourd’hui les psychothérapies… hormis le fait que l’existence de l’âme en était le pivot majeur… “détail” qui n’est pas nécessairement le cas de nos jours, loin s’en faut, hélas. L’être est une globalité indivisible, ce qui veut dire que, si on l’ampute de l’une de ses dimensions, on ne résoud en profondeur aucun problème. On ne fait que le déplacer et on lui donne alors un autre nom.

7 – Les thérapeutes étaient à l’époque des prêtres car soigner était un acte sacré. Aujourd’hui, les choses ont évidemment changé et on ne conçoit plus que la prêtrise ait nécessairement quelque chose à voir avec les thérapies. Marie Johanne Croteau Meurois à qui s’adressent les formations en soins esséniens que vous avez mises en place et que vous donnez actuellement en collaboration avec Daniel ? Quelle place y accordez-vous au Sacré ?

Marie Johanne Croteau Meurois : Notre formation en soins esséniens ne s’adresse évidemment pas à tout le monde car nous pensons très honnêtement  que tout le monde ne possède hélas pas en soi les qualités de base d’un bon thérapeute. Les qualités essentielles que nous recherchons dans notre École de formation sont, entre autres, celles de la réelle compassion – beaucoup de gens ignorent d’ailleurs le véritable sens de ce mot – la volonté sincère d’aider et de soigner, la capacité d’écoute et d’accueil de la personne malade. À cela il faut ajouter l’honnêteté, le discernement, une démarche spirituelle évidente et ce qu’on appelle la foi. Enfin, l’idéal est aussi de manifester certains dons particuliers propres à facilité l’approche de ce type de thérapie comme, par exemple, une sensibilité particulière aux niveaux des mains, de la clair-audience, de la clairvoyance, etc…

Il ne s’agit pas de dire, comme je l’ai malheureusement entendu récemment sur une vidéo consacrée à ce type de thérapies: « Pour soigner on injecte de la lumière, de la lumière qui est autour, dans les corps subtils…  ».

Cette réponse m’a laissée perplexe car, à notre sens, c’est une formulation incohérente et inconsistante dans le cadre de la Tradition essénienne. Une telle réponse semble ignorer absolument tout de l’aspect sacré des soins et est réductrice quant à leur principe de base : celui de la recherche intérieure chez le thérapeute d’une ¨qualité¨ de Lumière spécifique.  Le but est de canaliser celle-ci et ensuite de l’infuser avec le Cœur et toute la Conscience requise dans le corps du malade… en n’omettant pas de demander l’assistance et l’aide des Présences célestes,  des Guides de Lumière.

Il faut préciser que l’acte de soigner est un acte de symbiose totale avec le ¨Ciel¨. Une trinité composée de la Présence divine, du thérapeute et du malade doit se manifester. L’énergie thérapeutique circule donc du Ciel vers le thérapeute, son outil et son canal. Le thérapeute, de par ses mains, transmet ensuite au corps du malade ¨l’Onde sacrée de Guérison¨, dont la Lumière retourne ensuite au ¨Ciel¨. Il s’agit d’un mouvement trinitaire et continu de régénération de la circulation de l’Énergie de Guérison et d’Amour des sphères célestes.

Quelle place j’accorde au Sacré dans ces soins ?

J’y accorde toute la place car soigner est un acte sacré en lui-même.  Pas d’appel à l’aide d’une Présence de Lumière ? Pas de reconnaissance du Sacré ? Alors pas de réelle guérison possible. C’est aussi clair et simple que cela. Inutile d’apprendre à ¨gesticuler mentalement¨ dans le subtil d’un corps malade et à émettre des sons,  il ne se passera rien en profondeur. Tout résultat positif, en soins esséniens-égyptiens, repose sur la foi du thérapeute et le respect de l’aspect sacré du soin donc sur une vraie connexion avec l’Onde divine universelle.

Nous n’enseignons certainement pas qu’un ensemble de données à intégrer mentalement. Nous enseignons à désapprendre le mental pour se connecter à la Source et au Coeur de celle-ci en soi ainsi qu’à l’extérieur de soi afin de laisser s’exprimer le Courant thérapeutique sur le corps malade.

Nous essayons de faire sentir à nos étudiants l’existence d’une autre ¨marche¨ à gravir, celle qui dépasse le simple niveau du thérapeute et qui mène à celui du thérapeute-guérisseur.

Nous recommandons par ailleurs de travailler en parallèle avec la médecine officielle de notre société car aucune médecine ne devrait en exclure une autre. Les thérapies esséniennes ou égypto esséniennes ne sont pas des techniques à conjuguer plus ou moins habilement avec les mains mais résultent d’une communion sacrée et intime de l’âme et du cœur. La sagesse et la maîtrise sont de savoir manier intelligemment l’une et l’autre. Si nos enseignements souhaitent donner tous les outils de cette méthode, ils espèrent par dessus tout faire toucher son côté mystique en permettant aux  mains du thérapeute et à son  coeur d’intégrer en eux l’Onde de la Guérison et de multiplier ainsi l’impact d’une simple technique.

‘’ L’amour seul ne suffit pas, il lui faut ce Souffle qui s’appelle Vouloir. Sans lui vous ne rêvez rien vous n’accomplissez rien”   est-il dit dans ¨Les Enseignements premiers du Christ¨¨. ( note de bas de page : par Daniel Meurois, Éditions Le Passe-Monde)

8 – Le Christ occupe manifestement une place très importante dans ce que vous enseignez. Le     considérez-vous comme un thérapeute essénien ?

MJ.C. Meurois : Oui, le Christ occupe effectivement une très grande place dans ce que nous enseignons mais certainement pas parce que nous considérons qu’Il était un thérapeute essénien. Certes,  Il avait été formé par le Grande Fraternité des Frères en Blanc dès son tout jeune âge au Krmel  mais Il avait été aussi initié en Égypte et y avait enseigné dans les temples de thérapies.

Daniel Meurois a donné de multiples témoignages à ce sujet dans ses écrits et séminaires mais pour en faire un bref rappel Il a dit à peu près ceci : ‘’De retour de son long voyage de 17 ans en Inde et dans les Himalayas, le Maître Jeshua, lors d’une mort initiatique dans la grande pyramide de Chéops, fut investi par la supra-conscience  solaire du Christ. Suite à cet événement majeur, Il fut investi par une autre Force au cours d’une seconde initiation. Lors de la fameuse cérémonie du Baptême dans le Jourdain, à la supra-conscience du Christ s’est ajoutée Celle du Logos de notre Galaxie. Lorsqu’on parle du Christ, on parle  donc du Christ-Jésus. On évoque trois puissances en une: la première, Celle du Maître de sagesse incarné, la deuxième Celle de l’Être le plus réalisé de notre système solaire, la troisième comme étant issue de la plus Grande Présence manifestée dans notre Galaxie’’.

J’ai eu la chance d’être un témoin féminin proche du Christ, il y a deux mille ans.  Vous faire un portrait de Ce qu’Il était et de Ce qu’il est toujours pour moi m’est tellement difficile… les mots sont trop petits ou insignifiants… Encore aujourd’hui je n’arrive pas à décrire ni à exprimer tout ce qui agissait et irradiait de Lui et par Lui.

Non, le Christ n’était pas un thérapeute essénien, Il était le Christ !

C’est par mon propre souvenir des enseignements du Maître Jeshua en personne reçus avec d’autres disciples en petit comité de plus ou moins dix personnes que j’enseigne maintenant. Je le fais donc avec la mémoire vive de mon âme. C’est par ce souvenir de Lui que je  colore tous mes enseignements. Je n’oublie pas, bien sûr, la source de base de ces soins reçus directement des Élohims (ou Frères des Étoiles) et revivifiés par Daniel depuis 1984.

9 – Les thérapeutes esséniens étaient-ils plus souvent des hommes ou des femmes ? Est-ce que les femmes avaient des fonctions spécifiques à l’aide, par exemple, d’huiles et de plantes ?

MJ.C. Meurois  : Les Traditions des Églises sont essentiellement patriarcales et ont toujours eu tendance à laisser toute la place aux hommes. Le Maître Jeshua avait au contraire privilégié ou encouragé une Tradition matriarcale. Ses premiers disciples étaient incontestablement des femmes, sa mère Myriam, Marie-Madeleine, Marie-Salomé, Marie-Jacobé… Ces femmes disciples s’appliquaient à soigner comme Lui au moins autant que les hommes. Cela n’empêchait pas certaines d’entre elles de travailler à l’élaboration d’huiles précieuses utilisées en soins, de parfums spécifiques et d’utiliser des plantes médicinales selon les méthodes ancestrales esséniennes et égyptiennes. Il ne faut cependant pas s’imaginer que tous les disciples du Maître Jeshua avaient tous des dons pour la guérison ou des connaissances dans ce domaine… comme il serait faux de croire qu’ils étaient tous des orateurs capables de rassembler des foules. C’est leur rayonnement qui a opéré l’essentiel de la transmission de la sensibilité christique, qu’ils aient été hommes ou femmes, thérapeutes ou non.

10 – Daniel Meurois, y a-t-il eu une évolution des soins entre thérapeutes égyptiens et esséniens ? Est-il exact de dire que les soins esséniens étaient un peu plus éthérés ou peut-être plus dépouillés ?

D.M. : Il y a nécessairement eu une évolution ou plutôt un ensemble d’adaptations. C’est logique et rassurant car tout ce qui est figé meurt. Chaque peuple, chaque culture a sa propre sensibilité, ses points forts et ses faiblesses. Une même connaissance qui voyage d’une Tradition à l’autre se colore donc inévitablement au contact de la terre qui la reçoit. Elle peut s’enrichir dans certains domaines ou se fragiliser dans d’autres, c’est ce qui la rend vivante. Il ne faut pas oublier que la Tradition de ces soins était d’abord orale. D’un enseignant à l’autre, de Égypte à la Palestine, on y trouvait par conséquent quelques variantes. En réalité, affirmer que les soins étaient plus éthérés ou plus dépouillés chez les Esséniens que chez les Égyptiens serait un peu simpliste. Cela dépendait essentiellement du maître qui enseignait et du contexte dans lequel il communiquait sa connaissance.

Je reconnais toutefois que les Esséniens craignaient un peu plus le contact du corps que les Égyptiens en raison de leur appartenance au Judaïsme. Je dirais aussi que les Égyptiens se montraient moins dualistes qu’eux à ce propos car ils voyaient plus facilement le corps physique comme un temple à respecter que comme une manifestation pesante de la vie. À ce niveau, Jeshua se montrait certainement plus Égyptien qu’Essénien car il ne craignait aucun des aspects du corps humain; Il ne répugnait absolument pas au contact de la chair, contrairement à ce que toute la Tradition chrétienne a cherché à nous faire croire. À ses yeux, la vie était une globalité dont aucun des niveaux de manifestation n’était à exclure. C’est ce que Marie Johanne et moi tentons de faire comprendre dans la façon dont nous communiquons les thérapies. Le subtil et le dense sont étroitement imbriqués et ne doivent pas se repousser ou s’exclure l’un l’autre. Beaucoup de personnes prétendent vouloir dépasser la dualité mais demeurent incapables de comprendre que celle-ci commence là. Le fait d’apprendre à entrer en contact avec les expressions éthérées de la vie ne sous-entend pas une perte et encore moins un reniement de ses racines plus denses

11 – La science actuelle découvre des notions dont les Égyptiens avaient, semble-t-il, connaissance il y a plusieurs milliers d’années. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

D.M. : J’ai effectivement évoqué dans “Ainsi soignaient-ils” l’existence dans le coeur humain d’un point très précis que les Égyptiens du temps d‘Akhenaton appelaient “le point-vie”. Un tel point parait bien correspondre avec une zone mise en évidence depuis peu dans le coeur humain par les chercheurs de l’Institut Heartmath, aux États-Unis. Il s’agit d’une zone hyper sensible constituée d’environ 40.000 cellules à laquelle il ne faudrait toucher en aucun cas lors d’une chirurgie cardiaque sous peine de provoquer la mort instantanée du patient.

Les chercheurs en parlent clairement comme d’un cerveau cardiaque doté de mémoire.

Daniel-Meurois-et-Marie-Johanne-CroteauEn ce qui me concerne, ce point me fait nécessairement penser au prolongement ou à l’expression physique de ce qu’on nomme l’atome-germe.

L’atome-germe, je le rappelle, est un atome subtil fait de condensé d’Akasha. Il constitue, en quelque sorte, la base de données fondamentale – ou, si on préfère, le “disque dur” -  de chaque être humain. Il est sa mémoire totale depuis l’origine de ce qu’il est. Il véhicule donc les éléments karmiques de chacun, son histoire et son architecture profonde. Je ne doute pas que cette découverte moderne – qui est en réalité une redécouverte – puisse susciter beaucoup d’intérêt dans les années à venir et participer finalement au rapprochement du subtil et du dense. Finira-t-on par comprendre que l’intelligence du coeur n’est pas qu’un beau concept métaphorique et poétique ?


« Le Grand Livre des Thérapies Esséniennes et Égyptiennes »
 par Daniel Meurois et Marie Johanne Croteau Meurois  est paru en 2013 aux Éditions Le Passe-Monde.

Un bel ouvrage pratique, abondamment illustré.

 

Lignée de manuscrits Esseniens

MESSAGE DE CLAIRE HEARTSONG - Mars 2011

Il est étonnant que 4 ans et demi se sont écoulés depuis que j’ai « disparu » dans ma, vie ermitage calme section. Notre nord de la Californie à la maison de la vallée de montagne à distance est dans les confins du vortex Mount Shasta. La montagne est proche à vol d’aigle; mais 4 heures et demie en voiture! Notre fidèle Subaru Outback traverse l’enroulement, routes de montagne escarpés à Redding où nous recueillons des fournitures, aller à des rendez-vous médicaux et de respirer dans de belles vues de notre bien-aimé de montagne. Malheureusement, il reste peu d’énergie à prendre une heure supplémentaire de conduite pour s’asseoir sur les genoux de Mount Shasta. Au lieu de cela, nous revenons à l’étreinte chaleureuse de notre sanctuaire de la vallée où Calme demeure aussi proche que notre souffle. 

Lorenzo et je continue à explorer les hauteurs et les profondeurs de la relation consciente. Nous nous engageons à explorer profondément cette danse alchimique incroyable comme une partie intégrante et inséparable de notre chemin spirituel qui se déroule. Nous sommes à la fois mûri et bien assaisonnées passants; deux poussant 70 années jeune. Nous sommes mis au défi, comme le sont tous, des questions de vieillissement indéniables, notamment face à l’inévitabilité de l’impermanence … le grand lâcher. Nous apportent chacun un engagement suffisant, l’amour, la sagesse, le courage, le dévouement et la compassion à notre double âme alchimie; un processus qui, par définition, est extrêmement intense. Telle est la nature de la création de l’or à partir d’éléments de base, et de diamants à partir de charbon! 

Pour lire la suite du message de Claire cliquez ICI .

MESSAGE DE CATHERINE ANN Clemett (alias Claire H.)

La suite et d’autres produits de l’ESE édition sont maintenant disponibles par le biais des médias LightRiver www.lightrivermedia.com

Claire et moi sommes heureux de partager les messages élargis d’Anna avec vous.Les Conseils de la Lumière continuent d’appeler Claire en retraite et le travail dans les royaumes intérieurs. Je suis appelée à aller de l’avant que la voix publique pour ce travail. Anna et les conseils de la Lumière nous disent qu’il est maintenant temps que la suite, Anna, la voix des Madeleines , ainsi que le livre original, Anna, mère de Jésus, être partagés avec un public beaucoup plus large. Jusqu’à ce point Anna, grand-mère de Jésus a été mis en place principalement par le bouche à oreille. Maintenant, je me demande de commencer la commercialisation active de deux livres sur l’Internet et de partager Anna et les messages de la Madeleine le biais de conférences. Si vous résonance avec le matériau Anna et souhaitez nous aider à la volonté du Conseil de la porter à un public plus large, vous pouvez le faire de plusieurs façons: 

•  Si vous avez un site web, liste de diffusion, blog, ou de toute autre présence sur Internet, vous pouvez rejoindre le programme d’affiliation de LightRiver médias et recevez 10% de commission de f sur tous les produits achetés par toute personne utilisant votre code d’affiliation. Cliquez ici pour plus d’informations.

Vous êtes toujours les bienvenus pour partager sur les livres d’Anna avec votre liste d’email, les amis, la famille et les clients sans être LightRiver médias affiliation ainsi. Nous remercions donc tous ceux qui ont déjà considérablement élargi la portée de la sagesse de Anna à travers le partage de ces livres avec les autres.

• liens vers le site d’échange avec nous à www.claireheartsong.com  et / ou LightRiver médias.

Si vous connaissez des possibilités d’allocutions à des librairies, des églises, des associations ou des organisations dans votre région qui pourraient être intéressés à entendre Catherine Ann le discours sur la suite s’il vous plaît communiquer avec elle au catherineann@lightrivermedia.com

• Donner des témoignages ou de partager les informations sur les deux Anna, mère de Jésus et . Anna, la voix des Madeleines Envoyer témoignages à: testimonials@lightrivermedia.com

Si vous êtes en mesure de ou souhaitez nous aider avec l’une de ces s’il vous plaît communiquer avec Catherine Ann à catherineann@lightrivermedia.com

 

Grâce à ANNA, la voix de l’MadeleinesVous aimerez ….
?
Continuer Continuer le voyage avec Anna, la Sainte Famille et 18 autres Madeleine- Esséniens que leur travail est reporté en France et la Grande-Bretagne après résurrection de Jésus (Yeshua)
?
Découvrez les années « perdues » après la crucifixion et de la résurrection de Jésus 
?
Rencontrez les Madeleines qui ont été témoins et marchaient avec Jésus ressuscité en France, Grande-Bretagne et l’Inde
?
Découvrez long secrets cachés concernant la vie intime, les relations et les enfants de Jésus
?
Comprendre l’importance vitale de la levée de la voix féminine divine supprimé dans notre propre temps de grand chaos afin que tous les êtres puissent s’épanouir et être mis en harmonie et équilibre
?
Saisir l’importance de la «ensemencement de la Lumière » – la façon dont la dispersion de Anna, mère Marie et de Jésus « lignée » de descendants éclairés peut être effectuée en vous servant de catalyseur de vie pour éveiller votre propre Christ- Madeleine potentiel aujourd’hui
Lignée de manuscrits Esseniens dans ESSENIENS wp1ae9e263

Expérience Maintenant la Sagesse Cachée longtemps étouffée et vérités les plus profondes de

Anna, Jésus et les Madeleines et comment il se rapporte à votre propre éveil

Claire Heartsong message février 2011 Partie 1

Claire Heartsong message février 2011 Partie 2

Si vous ne l’avez pas déjà, consultez

ANNA, la voix de l’Madeleines

wpc6c68e9c_05 dans ESSENIENS
wp4fe8b8d4_05

ANNA, MÈRE DE JÉSUS

ET ANNA, la voix de l’Madeleines

Sont maintenant disponibles en français!

Ariane Publications, Montréal, Québec, Canada a traduit et

publié deux livres Anna en français. Ils peuvent être achetés àhttp://recherche.fnac.com/e35409/Ariane- Publications- Et- distribution

 COMPRENDRE TWIN FLAMME UNION

L’ASCENSION DE ST. GERMAIN ET PORTIA

Par Claire Heartsong et Catherine Ann Clemett

Livre électronique maintenant disponible à www.lightrivermedia.com !

Claire Heartsong et Catherine Ann Clemett part des enseignements sur l’âme sœur, les flammes jumelles, la flamme jumelle originale répartis ainsi l’histoire exquise de la réunion et l’ascension commune de plein exercice du maître Saint-Germain avec sa flamme jumelle, Portia.

Vous découvrirez. . .wp3c91ba08_05

  • La nature des relations mate âme
  • Les âmes sœurs que des miroirs
  • Expression sexuelle divine
  • Le voyage de retour dans la plénitude de rappeler
  • Compréhension unifiée delà de la dualité, au-delà de la polarité   

L’alternance des sexes

 

L'alternance des sexes dans KRYEON nous parle fleurs-fleurs-roses-loveVieilles âmes, laissez-moi vous dire quelque chose. Si vous êtes assez vieux, et beaucoup d’entre vous le sont, vous avez vécu des expériences d’incarnation dans les deux sexes. Chacune et chacun d’entre vous. Vous avez toutes et tous été, ce que je pourrais appeler « assis entre les deux chaises des sexes ». Cela signifie que vous avez changé de sexe au cours de vos incarnations. Savez-vous ce qui se passe lorsque vient le temps de changer de sexe ? Nous en avons déjà discuté. Après avoir vécu des douzaines de vies dans le même sexe, vous étiez habitués à ces rôles et ils étaient confortables. Cependant, le temps était venu de changer de sexe, mais vous ne pouviez pas concevoir ou imaginer un tel changement, lors de la prochaine incarnation. Il faut environ trois vies, avant de s’y habituer. Pendant ces vies, il y aura ce que j’appelle « la confusion des sexes ». Je peux vous affirmer que ce semblant de confusion est tout à fait normal, même si votre société considère que c’est anormal. Tout ceci fait partie du système.

[NDIT - Serait-ce une définition de l'âme sœur et/ou de l'homosexualité existante dès la naissance ? Selon ma vérité, je n'ai jamais vu un couple d'homosexuels où les deux partenaires dégageaient la même énergie. J'ai toujours ressenti une énergie féminine chez l'un et une énergie masculine chez l'autre, peu importe que ce soient deux corps masculins ou deux corps féminins. Je suis ami avec un couple de dites lesbiennes qui vivent ensemble depuis plus de 25 ans. L'une est l'homme, pour ainsi dire. Lorsque je les aide à réparer des choses dans leur résidence secondaire, c'est elle qui travaille avec moi. C'est elle qui a le coffre d'outils. Je la perçois comme un homme dans un corps féminin, comme un ami, non pas une amie. L'autre est expressive et démontre son affection. Lorsque je leur ai dit que je voyais un homme et une femme dans leur union, l'âme portant robe féminine s'est mise à pleurer de joie, comme une madeleine. Elle m'a dit : « Jean-Marie, ça fait 25 ans que nous nous faisons traiter de moumounes et lesbiennes, et jamais personne ne nous a dit cela ! » L'autre semblait émue, mais vous connaissez les hommes, les vrais, huummm, huummm, elle ne s'exprimait pas.]

Permettez-moi de vous parler du cercle qui passe par la Caverne de la Création. Là où se trouvent les Archives Akashiques, les enregistrements de chacune des vies en incarnation de chaque âme. Donc, lorsque vous marchez sur la surface de Gaia, avec les archives akashiques de votre ADN, vous créez une sorte d’interface avec la Grille Cristalline. Vous utilisez l’information qui est en vous, et ceci complète le cercle. Lorsque vous modifiez la Grille Cristalline, avec votre conscience et vos actions, vous modifiez également la Caverne de la Création.

Chers Êtres Humains, tout est circulaire. C’est beau et interactif. Je ne peux pas tout expliquer en détails, mais je vous dis que, plus vous élevez vos vibrations, plus vous utilisez la sagesse acquise de vos vies dites antérieures, et plus vous changez la planète. À l’intérieur de la Caverne de la Création, il y a une confluence d’énergie quantique avec des milliards d’âmes, incluant des millions d’âmes qui ne sont pas encore ici, mais elles sont tout de même concernées par les changements que vous effectuez. Je vais vous dire pourquoi. C’est parce que, en travaillant avec le passé, vous changez le futur. Vous changez les perspectives de ces âmes qui vont arriver. Donc, leurs actions et leurs consciences devront s’adapter à ce nouvel environnement, lors de leur naissance.

Vos actions d’aujourd’hui plantent les graines de paix sur Terre, donc, lorsque ces âmes s’incarneront, elles bénéficieront ce que vous avez créé. Ce système va plus en profondeur que vous ne le pensez, même si vos pensées sont souvent absorbées par le coût de gaz, de l’électricité, etc. Vous voyez ce que je veux dire ? Il est peut-être temps de simplement suspendre ces pensées, pour un moment, et dire : « Dieu merci ! Maintenant, je sais que je sais ! »

Lorsque vous partirez d’ici ou que vous terminerez cette lecture, j’aimerais que vous pensiez à ceci ; votre grandeur ou magnificence va bien au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Alors, relevez la tête bien haute, et accordez-vous tout le crédit que vous méritez. Vous ne réalisez pas toute la portée du travail que vous accomplissez. Quelques-uns disent que c’est du sacrifice, alors que nous le voyons comme de la pertinence. Il y a des âmes qui s’incarnent intentionnellement pour une période de seulement trois mois. Lorsqu’elles décèdent ou transitent, cela brise le cœur de leurs mères. Vous pourriez dire : « Pourquoi ferais-je une telle chose ? » Je vais vous le dire. C’est pour aider votre mère à trouver Dieu, car, n’eusse été de vous, elle n’aurait peut-être pas eu cette opportunité. Elle a dû aller à l’endroit le plus sombre, s’examiner, et finalement, devenir comme un Phare de Lumière. C’est écrit dans l’Akash ! C’est une énergie qui est dans la Grille Cristalline ! Croyez-vous que Dieu ignore ces choses ? Cela fait partie du système.

[NDIT - Bizarre bizarre ? Je suis le douzième enfant d'une famille de treize. Quelques jours avant ou après ma naissance, ma sœur, âgée de deux ans, la 11 ième, est décédée subitement dans les bras de ma mère, sans souffrir, comme un petit poulet. Je suis né sur une ferme laitière. En outre c'était l'année 1944, celle dont Kryeon a déjà dit que c'était une année spéciale. Puisque je suis encore très rationnel, je ne dis pas que ceci se rapporte à ce que Kryeon vient de nous dire, mais mon mental se pose des questions, huummm, huummm.]

Oh, je sais qui est ici ! Lorsque vous étiez de mon côté du voile, vous saviez à quoi vous en tenir, et l’âme qui jouait le rôle de votre mère « génétique » le savait aussi. L’amour pur ou inconditionnel existe des deux côtés du voile. Vous avez généreusement consenti à vous incarner pour une période de trois mois, dans le but de l’aider, dans son rôle malheureux de mère génétique qui venait de « perdre » son enfant, afin qu’elle ait une opportunité de trouver Dieu, en incarnation, en elle. Si l’amour pur n’existait pas, auriez-vous posé un tel geste de service, pour une âme à qui vous ne devez rien ? Qui sait, cette âme vous a peut-être rendu un service équivalent, dans une autre de vos vies dites antérieures ? Ce ne sont pas des sacrifices, selon notre perception. Ce sont plutôt des partages, non pas des compétitions. Tout le monde y gagne. Il n’y a pas de perdants. Voyez-vous que vous avez bien conçu ce système, pendant que vous n’étiez pas voilés ? C’est tout simplement magnifique. Est-ce que vous comprenez pourquoi nous vous baignons les pieds, pendant que nous avons l’opportunité de vous contacter, un tant soit peu, pendant que vous jouez si bien votre rôle d’Être Humain ? Que pourrais-je ajouter ?

[NDIT - Le paragraphe ci-dessus est une pure interprétation dite "honnête ???" de ce que je fais dire à Kryeon, car la traduction littéraire et protocolaire serait très différente, mais elle aurait probablement le même entendement]

Il y a beaucoup moins d’archives individuelles que vous le pensez, parce que vous revenez plusieurs fois. Quelle est la population actuelle de la planète ? Combien d’âmes se sont incarnées sur elle, depuis qu’elle est habitable ? Voyez-vous où je veux en venir ? Cela signifie qu’il y a des âmes qui en sont à leur première incarnation sur Terre. Gaia sait qui va venir. Les étincelles divines ou parties de Dieu qui sont autour de cet Univers savent qui va venir. Jusqu’à un certain point, les anciennes âmes incarnées savent qui va venir. C’est ce qui fait la beauté de ce système.

Suspendez vos croyances pour quelques instants, car j’aimerais vous emmener sur une planète magnifique, là où il n’y presque plus de dissensions. Oh, il y des différences d’opinions, mais très peu de dissensions ! Il y a seulement quelques continents, et ils sont entourés d’eau. Une guerre a eu lieu, il y a 100 ans. Même si les gens n’ont pas toujours été d’accord, ils ne se tuent plus les uns les autres. Pouvez-vous imaginer un tel endroit ? Oui, il y a encore des déséquilibres, puisque les gens ont le libre choix, mais ils respectent les idées et actions des autres. La guerre n’est plus une option, car elle est considérée comme de la barbarie. Une société illuminée ne fait plus de barbarie, et elle ne coupe plus la main d’un fils qui a volé quelque chose. Ces choses ne font plus partie des options.

Posons les pieds sur cette planète qui est appelée « la planète Terre ». C’est la situation actuelle pour les âmes qui vont arriver dans la Caverne de la Création. C’est le résultat de votre travail. Évidemment, il faudra encore des générations avant que germent toutes les graines que vous avez plantées. Le travail se fait lentement, mais c’est parti. Pouvez-vous le voir ? Vous n’aurez plus d’autres guerres mondiales. L’on pourrait dire que c’est « scientifiquement impossible », puisque la bienveillance a déjà commencé à prendre racine.

Si vous regardez les nouvelles de vos médias, vous ne verrez certainement pas les racines de cette bienveillance, puisque vous êtes en état de transition. Vous passez de l’ancienne énergie à la renaissance de la conscience humaine. Se pourrait-il que, vous, les anciennes âmes, soyez en train d’accomplir ce que les ancêtres avaient seulement rêvé ? Peu importe le nombre de générations qu’il faudra, le bal est commencé. Tout va dans cette direction.

Oui, il y aura encore des guerres tribales, car il reste des secteurs qui vont préférer aller jusqu’au bout de l’obscurité, au lieu de retourner à la lumière. Cependant, ils sont échec et mat, car la lumière va gagner. Les enfants auront moins de misère que les personnes d’âge moyen ou plus, à s’adapter à cette renaissance de la nouvelle conscience.

Selon vous, les anciennes âmes, qui seront ces enfants ? Vous ! Est-ce que vous voyez le cercle ? Actuellement, vous plantez les graines pour votre retour. Vous serez en mesure de les arroser et de les nourrir avec la beauté de l’amour de Dieu. Vous êtes vos propres ancêtres, et vous bénéficierez des semences que vous avez faites pour votre futur. Je ne vous dirais pas cela si ce n’était pas le cas, si ce n’était pas dans le plan qui a été prévu, il y a bien des années.

Chers Êtres Humains, si vous n’aviez pas effectué ce grand changement, je ne serais pas ici, en train de vous parler. Je n’aurais pas été ici si vous alliez vous détruire. Je ne serais pas ici si la terre allait vous détruire. Vous m’entendez ?

Vous avez le libre choix de faire tout ce que vous voulez – chacun de vous. Vous avez franchi un point où les potentiels poussent vers la bienveillance, où la nature humaine est en train de changer. Ce que vous voulez commence à se manifester, et il était temps.

Prenez ce que vous avez appris dans mon message, et faites que cette connaissance soit la vôtre. Vos pensées, paroles et actions vont peut-être changer. Voyez, reconnaissez et acceptez QUI et CE que vous êtes vraiment. Je vais dire quelque chose que je n’ai jamais dit auparavant : « Essayez de comprendre le contexte, la situation ou l’environnement dans lequel je vous présente ces informations. »

Je termine en vous disant ceci : « En partant d’ici ou en terminant cette lecture, revalorisez votre estime de soi, sans vous comparer à qui ou à quoi que ce soit. »

Et c’est ainsi.

Kryeon

*****************************************

Vous pouvez diffuser librement cette traduction, à condition que ce qui suit soit inclus et que la présentation ne soit pas modifiée.

Interprétation et traduction québécoise de ; Jean-M. Gobeil

Sitehttp://kryeon.forumactif.com/forum.htm

*****************************************

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider.

Retour à l’accueil de Messages… Terre Nouvelle
Visitez le Site Mère 
Terre Nouvelle : Portail sur la Spiritualité

Convergence des lignes du temps

et la modification des probabilités

Convergence des lignes du temps dans GRAND RASSEMBLEMENT kepler-sysols-150x150 Cette trame temporelle, que nous appelons Nouvelle Terre, est une dimension expérientielle très différente de votre réalité présente. Dans cette trame, la Terre est profondément respectée et elle reçoit la gratitude de l’ensemble de l’humanité, qui comprend que toute vie est interconnectée aux autres.

 Là, la Terre n’est pas saccagée et exploité pour le profit, au détriment de son écosystème. Les technologies ont été transformées par l’élévation de la conscience humaine. Les technologies dangereuses pour al vie et les mentalités nuisibles à la vie qui sont propres à votre époque actuelle ont disparu. Les guerres sont choses du passé. Les Contrôleurs qui exerçaient des forces négatives sur votre destinée par la manipulation religieuse, économique et politique ont perdu leur pouvoir ; la vie elle-même est considérée comme sacrée, et l’humanité comprend que la matière elle-même l’est. Dans ce nouveau Monde, il n’y a pas de guerre entre le Ciel et la Terre.

 Nous pourrions vous parler davantage de cette trame temporelle, mais nous espérons que vous saisissez la différence entre celle-ci et l’autre, celle qui finit par conduire au malheur et à la destruction.

 Encore une chose au sujet de la trame temporelle de cette Nouvelle Terre. Il s’agit d’un attribut que nous apprécions particulièrement. Dans cette nouvelle trame, les voiles entre les mondes sont minces et il existe donc une plus grande interaction des humains avec les êtres intergalactiques tels que nous ainsi qu’avec le monde dévique et le monde spirituel.

 Nous devons préciser ici que nous n’avons pas l’intention de vous influencer, car nous croyons à la non-intervention. Nous n’interviendrons pas dans votre lire arbitre, mais nous sommes libres de vous indiquer ce que nous voyons.

 Les anciens Egyptiens honoraient une déesse appelée Maât, qui tenait une balance. A la mort d’un initié, on plaçait son cœur sur l’un des plateaux et une plume sur l’autre. Si le cœur était aussi léger que la plume, l’initié avait accès aux mondes célestes, c’est à dire à des états de conscience supérieurs. Si par contre, le cœur était lourd de négativité, de regret et de tristesse, l’initié devait retourner dans les mondes inférieurs. Dans un sens très réel, l’humanité en est au point de rencontre avec Maât. Chaque personne qui croit à la trame temporelle du malheur, de la destruction et de l’horreur ajoute à cette réalité. Chaque personne qui tient pour réelle la trame temporelle d’une Nouvelle Terre ajoute à cette réalité.

 Vous n’êtes pas impuissants dans cette situation. Vous possédez dans votre nature même le pouvoir d’un changement radical pour vous-mêmes et pour la planète, spécialement pour l’humanité ; si vous vous sentez en résonance avec la trame temporelle de cette Nouvelle Terre et si vous choisissez de vivre dans ce nouvel ordre d’existence, vous ajouterez votre poids pour ainsi dire, à un plateau de la balance.

 Nous désirons vous répéter quelque chose que nous avons affirmé plus haut, car c’est d’une importance vitale. Il est impossible de vivre dans le bonheur, alors que votre entourage vit dans la souffrance. Cela n’a rien à voir avec votre positon dans le temps et dans l’espace, mais plutôt avec votre état vibratoire.

 Si vous ressentez la vérité de nos paroles et que vous choisissez de vous aligner sur cette Nouvelle Terre, nous vous accueillerons dans une nouvelle trame temporelle et une nouvelle destinée. Nous vous conseillons de revoir les étapes à suivre pour changer de ligne de temps et entreprendre cette grande expérience. Entrez dans la trame temporelle de la Nouvelle Terre et préparez-vous au miracle.

 Enfin, laissez la Terre vous parler. Laissez-la vous caresser et vous transmettre son vaste savoir et sa profonde sagesse. Elle sera une grande alliée lors des changements à venir. Dans de futurs messages, nous vous fournirons de l’information additionnelle sur le changement de trame temporelle et sur la Nouvelle Terre. Pour l’instant, nous espérons que vous avez une bonne compréhension de la manière de procéder.

 Comme toujours, même au sein d’énormes difficultés comme celles que vous affrontez à l’heure actuelle, nous entretenons pour vous, famille humaine, une vision supérieure. Nous voyons votre grandeur cachée même si vous ne la voyez peut-être pas vous-mêmes. Nous vous éclairons en ces temps sombres. Notre lumière n’est qu’un rappel de la grande lumière que vous portez en vous. Il est temps de libérer votre lumière intérieure. Les futures générations bénéficieront de votre élévation. Qu’il en soit ainsi.

 

Extrait de 2012 – Le Grand Rassemblement – Propos de Kryeon, Marie-Madeleine et les Hathors recueillis par Martine Vallée. Invités spéciaux : l’archange Michaël, le Haut Conseil de Sirius. Aux éditions Ariane – Page 235.

La voix des Madeleines

 

 Il est essentiel à cette époque-ci que les énergies masculines et féminines divines s’assemblent de manière équilibrée et unifiée. Nous entendrons maintenant trois femmes Madeleine, « Les Trois maries » qui ensemble, avec Yeshua, ont incarné et exprimé cette union :

« Qu’on lève le voile du silence !

La voix des Madeleines,

Longtemps réprimée, s’élève.

Au cœur du silence, elle vous parle

Ecoutez, bien-aimés

Coutez ! Soyez !

« …. Les bénédictions des trois Maries

MYRIAM DE TYANA

MARIE DE BETHANIE

MARIAM DE MONT-CARMEL »

 La voix des Madeleines dans DEVENIR QUANTIQUE 200px-Maria_Magdalene_by_CaravaggioNos voix ne font qu’une – la Voix des Madeleines. Chacune de nous parle pour les autres. Notre désir commun est la guérison du cœur féminin et la floraison de ce monde – la guérison des déserts et des terres de désolation dans les âmes. Par conséquent, notre vision englobe les hommes et les femmes marchant ensemble comme des égaux ; dans cette vision, les familles, les communautés  et les nations honorent les différences et les ressemblances, permettant à chacun d’exprimer son potentiel infini et l’y encourageant. Nous voyons que chaque âme est capable d’exprimer sa lumière intrinsèque et de produire les plus hautes formes de créativité, chacune d’après sa nature et ses conditions karmiques. Nous honorons aussi et nous acceptons les choix limitatifs. Bien que ces choix puissent causer de la souffrance, nous savons aussi que la souffrance est une expression divine de la Grande Perfection. La limitation, en tant qu’expression de contraste et de choix, porte en elle la guérison compatissante, la sagesse et un potentiel infini de catalyseur d’éveil. Notre désir fusionné est de catalyse et d‘être témoins de la cessation de toutes les formes de souffrance pendant que nous sommes incarnées et que nos partageons la condition humaine.

 Nous constatons que la situation requiert la présence du Féminin divin en proportion plus élevée. C’est pourquoi tant de messages et de manifestations de la Mère divine vous parviennent, comme ceux de Mère Marie. Pour la même raison, des livres s’écrivent, comme celui que vous lisez maintenant. Sachant qu’une plus grande expression du Féminin divin est l’élément qui établira l’équilibre et l’harmonie, nous nous avançons, unies en une trinité féminine, avec notre Yeshua bien-aimé.

 Ainsi réunis tous les quatre, nous sommes la représentation du Féminin et du Masculin divins en union harmonieuse. En tant que trinité formée de trois femmes, nous créons une expansion exponentielle de l’énergie du Féminin divin à l’intérieur de nous-mêmes ; puis, lorsque nous sommes réunies avec Yeshua qui est le centre du masculin divin, nous créons une sphère englobante ou une coupe du Graal alchimique dans laquelle nous pouvons placer la Mère Terre et l’humanité. Avec Yeshua qui se joint à nous en tant que quatrième force, nous co-créons aussi la base solide d’une pyramide à partir de laquelle nous transformons le cercle en carré et nous stabilisons les énergies déséquilibrées présentement en train de se multiplier à un taux exponentiel.

 La maturité est là maintenant pour faire la lumière sur des portions de ce qui a été longtemps voilé par des serments de non divulgation. Même à cela, nombre de gens auront du mal à entendre ce qui sera révélé et encore plus à l’intégrer. Par conséquent, nous raconterons nos histoires avec beaucoup de circonspection.

Extrait du livre « Anna, la Voix des Madeleines » de Anna, grand-mère de Jésus, Issue de l’Ordre de la Madeleine — Extrait de la série Kryeon  – 2011 Devenir – canalisé par Lee Carroll Eveiller le grand potentiel Humain – page 188 – propos de Anna, grand-mère de Jésus, invité spécial : Simion, recueillis par Martine Vallée.

L’Equilibre 2012

Gif classique cervolantVous serez peut-être étonnés d’apprendre que l’équilibre exceptionnel du Canada est dû en partie à son énergie de résonance. L’aspect cristallin de ce pays est rehaussé par la planète elle-même, nommément son équilibre latitudinal et son champ minéralogique.

 Une énorme partie de l’est et du centre de ce pays comporte une formation rocheuse métamorphique appelée le Bouclier canadien. La projection énergétique de cette formation est cristalline. Tout sol rocheux métamorphique émet une puissante énergie cristalline qui accroît l’équilibre des gens qui résident à sa surface. De plus, la partie occidentale du Canada est extrêmement bonifiées par les Rocheuses et par les eaux des régions montagneuses, porteuses de silice colloïdale ;

 Tout cela est encore équilibré davantage par les énergies harmonieuses qui règnent entre le 48è et le 58è degré de latitude. Ces conditions sont d’une aide immense, car l’équilibre est nécessaire pour atteindre la lumière ;

 En terminant, nous réitérons l’importance de l’unité, de l’harmonie planétaire et de l’acquisition de la connaissance divine. Chers humains, nous vous demandons de choisir la pensée et l’intention illimitées. Voici venu pour vus tous un temps sacré, celui d’enlever vos oeillères tandis que l’humanité cherche à abolir les frontières, les  limites et les préjugés. Accordez la souveraineté et le libre choix à tous les royaumes, à tous les éléments et à tous les êtres. Il est temps de visualiser le meilleur des mondes et de l’actualiser afin de pouvoir y vivre.

 Nous vous bénissons et nous vous remercions pour votre quête puisque vous lisez les messages contenus dans ce livre. Votre rôle consiste à rechercher sans cesse l’épanouissement et la connaissance en vous développant de manière impeccable. L’accomplissement de votre mission divine donnera magnifiquement son sens à votre expérientielle et vous fera danser joyeusement dans la lumière stellaire en projetant les rayons de cette beauté cristalline partout autour de vous.

 Il n’existe pas d’extase plus suprême que celle d’atteindre l’Esprit divin. C’est pourquoi vous êtes ici. Vous appartenez au domaine de la création et de la maîtrise, et vous êtes beaucoup plus près de sa manifestation physique que vous ne le croyez. Chers humains, vous avez-vous-mêmes créé l’ascension  et voici qu’elle advient. Nous vous admirons. Ces temps annoncés dont vous avez tant rêvé sont enfin venus.

 Je suis Métatron et vous êtes mes bien-aimés. Et il en est ainsi.

 Extrait de 2012 – Le Grand Rassemblement – Propos de Kryeon, Métatron, Marie-Madeleine et les Hathors recueillis par Martine Vallée. Invités spéciaux : l’archange Michaël, le Haut Conseil de Sirius. Aux éditions Ariane – Page 96.

Pour vous procurer le livre…. C’est ici…. Mettre en lien http://www.ariane.qc.ca/fr/livre.php?idl=226

Jésus Vivant

Toutefois, enveloppés d’une équanimité paisible, nous expérimentons joyeusement notre perfection lumineuse qui avait été simplement obscurcie, mais qui reste cependant présente tout au long des saisons de temps. Nous sommes vraiment libres dans l’union avec le grand Tout et cela, mes amis bien-aimés, est notre plus grand potentiel humain. 

-       J’ai toujours été intriguée par une photo qui a été prise il y a de ça une vingtaine d’année. Depuis longtemps, je cherche une explication plausible, la preuve physique que l’on peut « capter » différentes réalités. J’ai toujours pensé qu’elle était réelle sans savoir comment un tel phénomène avait pu se produire. 

Jésus Vivant dans DEVENIR QUANTIQUE 

Effectivement, cette photo est réelle. Cette anomalie plutôt étonnante représente mon petit-fils Yeshua, mon fils aîné Joseph d’Arimathie, mon petit-fils Jean Marc (le demi-frère de Yeshua) et Philippe de Bethsaïde. Ils sont à ce moment-là dans l’ouest de la Turquie. Le lieu précis était un champ de blé en culture situé à l’intérieur des terres, à une courte distance du littoral à l’est de la Méditerranée et au sud-est de la ville d’Ephèse. Pour situer la scène dans le temps, j’ajouterai qu’elle se passe en l’an 39 après Jésus-Christ, soit neuf ans après la crucifixion et la résurrection de Yeshua. Il s’agit ici d’une scène projetée dans l’éther et qui prend place simultanément à deux endroits. 

A cette époque-là, la plupart des membres de la famille, y compris Marie Madeleine et moi-même, avaient été relocalisés au sud de la France et au sud-ouest de la Grande-Bretagne. Joseph d’Arimathie avait amené en voyage sa sœur marie Anna (Mère Marie), Jean Marc le fils de 15 ans de cette dernière, Marie Madeleine ainsi que plusieurs autres disciples. Ils devaient aller rencontrer divers congrégations dispersées le long des rivages du nord et de l’est de la Méditerranée, car plusieurs d’entres elles connaissaient beaucoup de différends portant sur les enseignements de Yeshua. Marie Anna désirait les aider à réconcilier leurs points de vue et à trouver la paix. 

La perspective présentée dans cette scène est celle de Marie Anna et Marie Madeleine. Elles étaient là, debout. Une très puissante infusion d’énergie s’est produite à ce moment-là. L’homme qui a pris la photographie au Mur des lamentations à Jérusalem était à cet instant-là connecté au niveau de l’âme aux Annales akashiques. Il expérimentait simultanément deux réalités, étant à la fois au Mur de Jérusalem et en Turquie puisqu’il était un des disciples qui faisaient partie du voyage et qu’il se tenait debout à côté de Marie Madeleine et de marie Anna. (Si vous êtes intéressés à en savoir plus sur l’histoire de Yeshua et de la famille après la résurrection, je vous recommande de lire la suite à laquelle Claire se réfère plus haut dans son introduction). 

Ce genre d’anomalie photographique se produit rarement. Il y a eu d’autres exemples enregistrés montrant une impression énergétique des corps d’énergie subtile de Marie Anna et de Marie Madeline qui interpénètrent et chevauchent le plan physique photographié. Plus communément à cette époque-ci, des expressions très subtiles de la conscience de maîtres aussi bien que de la conscience d’autres êtres apparaissent sur des pellicules photographies ou sur des images numériques, telles que les orbes ou les sphères de lumière. Ce sont tous des phénomènes intéressants, ouvrant les esprits et les cœurs réceptifs à la possibilité qu’il s’en passe plus que ce que les yeux physiques conditionnés peuvent percevoir.  Extrait de la série Kryeon  canalisé par Lee Carroll – 2011 Devenir – Eveiller le grand potentiel Humain – page 156 – propos de Kryeon, Hildon, Chandra et Flex, Anna, grand-mère de Jésus, invité spécial : Simion, recueillis par Martine Vallée. 

Inquiétude pour 2012 à Kryeon

Gif papillonsPhilippe dit : J’ai 4 enfants et nous essayons, ma femme et moi, de leur inculquer l’idée qu’ils ont la possibilité de créer leur existence chaque jour en formulant des demandes à l’Univers. Nous sommes agréablement surpris de voir comment ils ont accepté cette idée et l’ont mise en pratique. Toutefois, nous ne savons toujours pas comment leur parler de la spiritualité ni quel est le meilleur moment pour le faire dans la vie d’un enfant. 

-       A l’approche de l’année 2012, pourriez-vous nous parler de la spiritualité par rapport aux enfants Kryeon ? 

Les enfants vous étonneront par leur sagesse et leur savoir. Ils sont trop réfléchis pour se joindre à une Eglise. Au moment propice, montrez-leur votre spiritualité au lieu de la leur imposer. Soyez-en des modèles parfaits afin  qu’ils puissent y aspirer eux aussi. Procurez-leur une existence dépourvue de drames, mais remplie de gentillesse et de compréhension. Ecoutez-les quand ils ont quelque chose à vous dire. Ils finiront par vouloir savoir ce que vous savez. Ce sera le bon moment. Ils vous demanderont alors comment vous faites. Donnez-leur un livre de Kryeon ! Sourire de Kryeon]. 

Je suis aussi garde-pêche et je vois donc à quel point l’eau est polluée partout, les mesures préventives ayant échoué. 

-       La prévention est-elle encore la bonne solution pour régler les problèmes de pollution ? Il y faut beaucoup de temps, d’argent et de gestion, et l’on constate très peu de progrès. Je ne veux pas user de tactiques intimidantes dans les messages préventifs, mais ne même temps, rien ne semble fonctionner et la situation est sérieuse. 

Un jour viendra où tous en comprendront le besoin. L’humanité apprend lentement. En revanche, Gaia se nettoie souvent elle-même plus rapidement et mieux que vous ne vous y attendez. Poursuivez donc votre travail, tout en sachant que la sagesse prend parfois beaucoup de temps à s’imposer. Malgré les apparences, la situation n’est pas désespérée. Au moment propice, la population s’éveillera. 

Extrait de 2012 – Le Grand Rassemblement – Propos de Kryeon, Métatron, Marie-Madeleine et les Hathors recueillis par Martine Vallée. Invités spéciaux : l’archange Michaël, le Haut Conseil de Sirius. Aux éditions Ariane – Page 45. 

La reprogrammation de l’ADN Kryeon

Un lecteur m’a transmis un article de deux auteurs allemands (Grazyna Fosar et Franz Bludorf) qui expliquent comment les Russes ont prouvé que l’on peut influence et reprogrammer l’ADN par les mots et les vibrations. C’est un article très fascinant. 

Gif nuagesIl dit essentiellement ceci : L’ADN humain est un « Internet biologique » supérieur, sous plusieurs aspects, à celui que nous connaissons. Les dernières recherches scientifiques expliquent directement ou indirectement les phénomènes comme la clairvoyance, l’intuition, l’autoguérison, etc… De plus, il existe des preuves qu’un tout nouveau type de médecine peut influencer et reprogrammer l’ADN par les mots et les vibrations. Les chercheurs russes, généticiens et linguistes, se sont lancés dans l’exploration des 90 % de l’ADN considérés comme « inutiles ». Selon eux, non seulement notre ADN est responsable de la construction du corps, mais il sert également d’entrepôt de données et d’instrument de communication. Les linguistes russes ont découvert que le code génétique, spécialement dans les 90 % qui semblent inutiles, obéit aux mêmes règles que toutes nos langues. La substance vivante de l’ADN (dans les tissus vivants et non in vitro) réagit toujours aux rayons laser modulés linguistiquement et même aux ondes radio si l’on utilise la fréquence adéquate. 

Les instructeurs spirituels et ésotériques savent depuis longtemps que notre corps est programmable par le langage, par les mots et par la pensée. C’est maintenant prouvé et expliqué scientifiquement. Encore une fois, la fréquence doit être la bonne. C’est pourquoi tout le monde ne réussit pas à le faire ou ne peut pas l’effectuer dans la même mesure. 

C’est peut-être là ce qui nous manque inexplicablement pour réussir à manifester ce que nous désirons, soit la guérison et le développement de notre intuition ». 

Bien sûr que l’ADN est reprogrammable ! Nous vous avions prédit que la science finirait par comprendre que 90 % de l’ADN constitue de l’information de nature chimique. Toutefois, ne cherchez pas de « fréquence adéquate ». C’est un concept linéaire. Cherchez plutôt des solutions en établissant le contact avec votre ADN. C’est ce qui vous est enseigné depuis des siècles, sauf que nous vous disons maintenant que tous les humains peuvent le faire. 

Dans quelle mesure pouvez-vous vous rapprocher de votre être intérieur ? Pouvez-vous créer la paix en vous ? Pouvez-vous faire appel au Soi supérieur et fusionner avec lui ? C’est ce que les maîtres ont fait et enseigné. Vous étudiez là quelque choses de très difficile à décrire puisque ce n’est pas linéaire. Si vous demandiez à un individu qui possède une intuition formidable comment il l’a développée – car vous aimeriez en avoir autant que lui – il vous répondrait : « je ne le sais pas. Je l’ai, c’est tout. Il pourrait aussi vous dire qu’il s’est exercé à la développer. Voici donc par où commencer. 

1.    Faites comme si vous possédiez déjà ce don et que vous désiriez l’activer. Exercez-le comme s’il était déjà là. 

2.    Parler à votre ADN. Il a une conscience, comme nous l’avons vu plus haut. Il « sait » ce que vous faites. Il est « l’inné ». Vous ne vous adressez pas réellement à l’Esprit, mais n’oubliez pas que votre Soi supérieur réside aussi dans votre ADN. Vous vous adressez donc au mélange d’Esprit et d’humain que vous êtes. Livrez des messages à votre ADN pour devenir un meilleur humain. Ne lui dites pas quoi faire. Donnez-lui plutôt la permission de faire ce qu’il a toujours voulu : changer l’information (tout comme les Russes l’ont démontré). Ne lui dites jamais avec laquelle de ses couches travailler ! [sourire de Kryeon] 

3.    Présumez que vous vous renforcez à mesure que vous y travaillez. Attendez-vous à connaître davantage d’équilibre et de paix sur tous les plans. Attendez-vous à la santé. A ce que le processus soit permanent et non restreint aux moments où vous y travaillez. 

4.    Soyez patient. 

L’humain en mode de survie et en proie à la peur active parfois « l’inné » suffisamment pour que l’ADN modifie dans l’instant toute l’information contenue dans ses 90 % qui ne sont pas codés. Toutes les cellules possèdent aussitôt une « nouvelle information pour les cellules souches ». Lorsqu’elles se divisent, elles éliminent la maladie. Le système immunitaire est capable de choses étonnantes. Le système de défense du corps se met à travailler à cent pour cent. Les cellules malades voient qu’elles sont malades et elles se suicident ! On parle ici d’apoptose. Elles font un autodiagnostic, se rendent compte qu’elles ne sont pas conformes au modèle, et se détruisent. Parlez-en à un biologiste. Ce processus existe chez tous les humains ; pourtant, il fonctionne très mal et la maladie la plus bénigne peut le berner, puis voici qu’il fonctionne soudain à cent pour cent. Le résultat est incroyable. 

Commencez-vous à comprendre ce que vos pouvez faire avec votre ADN ? Tel était le message de tous les maîtres qui ont vécu sur cette planète.  Extrait de 2012 – Le Grand Rassemblement – Propos de Kryeon, Métatron, Marie-Madeleine et les Hathors recueillis par Martine Vallée. Invités spéciaux : l’archange Michaël, le Haut Conseil de Sirius. Aux éditions Ariane – Page 36. 

L’énergie de 2012

L’alignement galactique a débuté il y a dix-sept ans. La véritable énergie de 2012 a donc commencé en 1994. Le point central sera le solstice de décembre 2012 et l’alignement se terminera au solstice de décembre 2030. 

Gif fleurs autreIntroduction de Lee Carroll 

Il se produit présentement un prodigieux rassemblement des consciences. Vous pouvez appelez cela une grande transformation si vous le désire, mais le mot « transformation » signifie simplement qu’un changement a lieu, tandis que le mot « rassemblement » veut dire qu’une union se crée. Un changement peut avoir lieu sans que quiconque ait fait quoi que ce soit. Par contre, un rassemblement requiert la conscience unitaire dont Kryeon nous dit qu’elle est la clé de notre survie et de la paix sur terre. Le paradigme de la réalité continue donc de changer, ce qui implique pour nous tous la responsabilité d’effectuer un auto-examen plus complexe pour comprendre enfin le rôle de l’ADN dans notre corps, de voir notre divinité intérieure comme un outil de travail et de devenir plus multidimensionnels, c’est-à-dire moins focalisés sur la survie tridimensionnelle. Si ces sujets vous sont étrangers, vous avez chois le bon livre ! 

Introduction de Kryeon Salutations très chers, je suis Kryeon du Service magnétique. Je veux d’abord vous dire entre quelles mains tombera ce livra avec tous les messages qu’il contient ; celles des vielles âmes. En faite, c’est peut-être le premier livre consacré au rassemblement que vous vivez à l’heure actuelle et qui confirme qu’il se passe vraiment quelque chose d’exceptionnel sur votre planète. 

Mon partenaire Lee Carroll a raison : il se produite un rassemblement, mais non sur le plan physique. Réfléchissez un peu à ceci : partout où les auteurs de ce livre vont donner des conférences, il se trouve des humains pour les écouter. En fait, mon partenaire fut très étonné par l’ampleur des auditoires qui l’ont accueilli lors de ses premiers voyages à l’étranger. Lorsque les Editions Ariane ont fait venir Kryeon en France, les amphithéâtres se sont remplis de gens qui ressentaient le changement énergétique en cours sur la planète et qui avaient hâte d’entendre Kryeon. Ils savaient que mes messages les concernaient. 

Depuis quelques années, un événement non linéaire a lieu sur le plan de la conscience. Sans qu’il y ait de prophète, de doctrine, de livre culte, et sans qu’il existe d’organisation centrale, de commercialisation à l’échelle mondiale, de vielles âmes s’éveillent partout dans le monde. Mon partenaire se rend maintenant régulièrement dans plus de trente pays. Il va aussi loin qu’à Moscou, en Russie, et qu’à Astana, au Kazakhstan. Même dans ces deux villes qui sont très éloignées pour un Occidental, les amphithéâtres s’emplissent de gens qui sont prêts à recevoir les messages concernant ce nouveau rassemblement énergétique. Ils nous demandent tous ce qui se passe, ce qu’ils doivent faire pour s’assurer d’y participer et comment ils peuvent se joindre à tous ceux qui y croient comme eux. 

Question : Comment des centaines de milliers d’humains en viennent-ils à se rassembler pour une même raison sans qu’il existe une organisation centrale ? En l’absence de prophète, d’organisation et de doctrine, qu’est-ce qui les attire ? Pourquoi sont-ils intéressés ? Sans système tridimensionnel pour épandre l’information (commercialisation), comment ont-ils été mis au courant ? 

Dans le vieux paradigme de la conscience humaine, on a besoin d’un dirigeant, d’un livre, d’une doctrine, d’une liste de membres en bonne et due forme, et il faut dépenser des millions de dollars en méthodes d’évangélisation pour « conscientiser les gens ». Ce n’est pas le cas de ce rassemblement, comme si tout était déjà en place, et pourtant le mécanisme est invisible. Si c’est ce que vous pensez, vous avez raison ! Un éveil multidimensionnel a vraiment lieu, et les vielles âmes qui habitent la planète le sentent intuitivement. 

En dehors de toute logique tridimensionnelle, les vielles âmes se rassemblent. Pourquoi ? Le moment est venu, sur le plan énergétique, pour ce rassemblement d’âmes qui aideront la planète à atteindre le « point décisionnel » en semant les germes d’une paix terrestre durable. 

Si cette information vous intéresse, vous vous trouvez au bon endroit ! Que le rassemblement commence ! Dans l’amour. 

Extrait de 2012 – Le Grand Rassemblement – Propos de Kryeon, Métatron, Marie-Madeleine et les Hathors recueillis par Martine Vallée. Invités spéciaux : l’archange Michaël, le Haut Conseil de Sirius. Aux éditions Ariane – Page 3. 

Les Hathors par Kryeon

Les Hathors par Kryeon dans GRANDE TRANSFORMATION passage-caireOn nous a dit que c’est Sanat Kumara, un superviseur bienveillant de cette portion de l’univers, qui y a invité les Hathors. Il sentait qu’ils pouvaient y servir sans faire d’intervention. Il les invita pour qu’ils exercent précisément cette fonction d’aide, à cause de leur nature équilibrée sur le plan alchimique, c’est-à-dire leur équilibre masculin/féminin. 

Au cours d’un dialogue avec Sanat Kumara, le 6 février 2007, il nous a dit ceci au sujet des Hathors et du déséquilibre de notre univers : « La dualité de l’univers, à quelques exceptions près, est telle que le principe masculin surclasse le principe féminin. Il en est de même sur d’autres planètes et dans d’autres systèmes solaires de votre galaxie et de l’univers. J’ai donc demandé l’assistance de la civilisation des Hathors à cause de leur nature équilibrée. » 

En observant la trame temporelle, il semble que ce qui se produit présentement sur cette petite planète bleue au seuil de la création affectera tout l’univers au cours des prochaines décennies. Il savait que, en tant que civilisation, ils avaient atteint ce que nous avions la possibilité d’atteindre ; l’ascension et l’équilibre collectifs. Ils y sont parvenus en écoutant les maîtres instructeurs de leur civilisation et en se focalisant tous simultanément sur le bonheur. Peut-être avons-nous ou avions-nous cette potentialité, mais les facteurs de contrôle et de peur qui nous ont été imposés au cours des quelques dernières années ont scellé notre destin au profit d’autres méthodes de changement de dimension qui ne sont pas toutes folies. Les Hathors disent que nous pourrons accomplir cet exploit jusqu’à la toute dernière seconde. Le comportement que j’observe cependant chez mes congénères ne m’encourage guère à penser que nous réaliserons cette potentialité. 

Les Hathors sont surtout connus pour leurs activités et leurs représentations en Egypte ancienne, mais ils nous disent aussi qu’ils ont étroitement  contribué aux activités de Sanat Kumara au cours de l’existence qu’il a vécu sur l’île qui constitue maintenant le Japon. Ils ont également exercé une influence sur l’ancienne tradition Bon de ce qui constitue maintenant le Tibet, et plus loin au sud, en Afrique. 

Tout comme Sanat Kumara, ils sont entrés dans cet univers il y a dix millions d’années et demi. 

Ils sont venus d’un autre univers, par le portail de Sirius, jusqu’à Vénus et ensuite jusqu’à la Terre. Ils y ont été actifs avant l’existence de leurs temples en Egypte ancienne, mais on les connaît surtout pour le travail qu’ils ont effectué à partir de ces temples. Hathor est/était une déesse à qui les Egyptiens vouaient un immense respect ; chaque ensemble de temples en comportait un qui lui était consacré. Elle était extrêmement déifiée. Elle était un être individuel, une déesse, et non un membre de la civilisation des Hathors. Comme c’est souvent le cas, la connaissance était détenue par un cercle d’initiés et l’image en était transmise aux masses. Celles-ci venaient aux temples d’Hathor pour adorer la déesse et lui demander des faveurs. Au sein du cercle d’initiés, les prêtres et les prêtresses savaient que les Etres étaient différents de la déesse. Les Hathors oeuvrent dans la cinquième dimension de la conscience et jusqu’à la douzième. Nous leur avons demandé récemment de qui sont les représentations qu’li nous reste, puisque l’être connu sous le nom de déesse Hathor n’appartenait pas à leur civilisation. Ils nous ont répondu que ce sont des représentations d’eux-mêmes, les Hathors. 

 La déesse Hathor n’a pas de représentation artistique anthropomorphique. (L’Egyptologie traditionnelle considère cependant que les représentations se trouvant en Egypte sont celles de la déesse Hathor, avec des oreilles de vache, ce qui est interprété par un symbole de  sa fertilité). 

Tom Kenyon possède la remarquable capacité d’ « accorder » son cerveau à n’importe quelle fréquence et d’appeler un être. Dans le cas des Hathors, il les reconnaît parce qu’ils l’approchent toujours par le cœur. Après avoir transcrit leurs paroles mot à mot depuis maintenant huit ans, je peux les reconnaître facilement. Ils ne voient pas le monde comme nous. Ils disent que leur état d’existence le plus bas correspond à ce que nous appellerions le bonheur. Ils vivent généralement en extase, un état qui n’est encouragé chez les êtres humains, ni par les religions ni par les gouvernements, ce qui explique peut-être pourquoi nous n’avons pas évolué davantage que l’illustrent nos actions actuelles dans le monde. Ils oeuvrent aussi en Lémurie et en Atlantide, bien que plus fortement en Lémurie, où l’on était centré sur le cœur. 

Ce sont des maîtres du son et de l’amour. Je ne suis donc pas étonnée qu’ils aient chois Tom pour transmettre leur témoignage en cette époque importante. Quand il est en forme, Tom peut communiquer avec eux en quelques minutes. Ils parlent distinctement et je transcris leurs paroles en direct, telles qu’ils les émettent. Je suis assez rapide  au clavier, et ils ont adapté une caractéristique de Madeleine. Ils me font maintenant tout relire afin de déterminer si c’est conforme à ce qu’ils désirent présenter collectivement. La civilisation des Hathors comprend des millions d’êtres et eux ne sont que treize. Ce sont des maîtres instructeurs désignés comme porte-parole de la collectivité et non un simple groupe de treize être choisis au hasard ; ce qu’ils ont à dire a donc beaucoup plus de poids. Ils travaillent directement pour la plus haute autorité de leur civilisation et ils ne disent donc rien qui ne soit permis de révéler. 

Je les trouve très attentionnés, mais non sentimentaux. Ils sont intellectuellement et scientifiquement brillants, et ils ont le sens de l’humour : ils trouvent très drôle la vie sur la Terre. (Nous présumons que c’est parce qu’ils n’ont pas à payer le loyer ni à voter). Bien que leurs paroles soient très utiles, ce sont leurs sons émis par l’intermédiaire de Tom qui transforment la vie et qui ont le pouvoir de guérir. Je vois cela comme une simple science du cerveau. 

Quand Tom donne un atelier, que ce soit sur le taoïsme, sur le bouddhisme tibétain, sur l’hindouisme, sur la haute la chimie égyptienne ou sur le christianisme ésotérique, il fournit une bonne quantité d’informations qui va à l’hémisphère gauche du cerveau de l’auditeur, qui la déchiffre selon ses capacités de compréhension et son degré d’évolution. Cette information reste toutefois dans l’hémisphère gauche. Elle peut créer un moment d’émerveillement lorsque certains éléments de dogme sont exposés à la lumière de la vérité et que les gens sont libérés des contraintes qui les retenaient, mais cela reste une expérience de l’hémisphère gauche, tout comme lorsque vous lisez ces lignes. 

C’est le son – le son pur, sans paroles déchiffrables – qui active l’hémisphère droit. Tom l’enseigne dans ses ateliers de sons guérisseurs, et je suis toujours étonnée de constater que la plupart des gens ne voient pas à quel point cette information peut changer la vie. Il peut se produire de la magie quand quelqu’un enseigne en combinant les mots et le son pur. Avec un tel instructeur, vous avez non seulement la potentialité de comprendre ce qui est enseigné par la parole, mais aussi celle de vivre un changement énorme, une transformation majeure ou une guérison, ou les deux, durant une méditation par le son qui active l’hémisphère droit. C’est ce que font les Hathors. Ils utilisent la voix de Tom pour livrer des codes sonores qui ouvrent les portes et les fenêtres de la perception, de la transformation et de la guérison. C’est ce qu’ils veulent dire quand il s affirment qu’ils sont des maîtres du son et de l’amour. 

En huit ans, je ne les ai jamais vus, ni eux ni Madeleine, fournir de l’information inexacte. Aucun être d’une autre dimension ne peut réellement comprendre le temps tel que nous devons en faire l’expérience, mais aussi loin que l’information canalisée puisse aller dans cette direction, les Hathors et Marie Madeleine ont été très précis dans leurs messages et dans leur synchronisation. Les Hathors ont commencé à nous transmettre ce qu’ils appelaient des « mises à jour planétaires » il y a environ quatre ans, ainsi que des instructions claires sur l’holon de l’équilibre, qui selon eux est crucial pour conserver notre équilibre. Ils affirment que le tétraèdre  étoilé est un excellent véhicule pour voyager à travers les diverses sphères ou dimension. Toutefois, pour trouver l’équilibre au sein du chaos, l’holon d’équilibre , cet octoèdre imaginaire placé autour du corps, est excellent. Ils nous encouragent à le maîtriser afin de pouvoir le placer autour de nous à volonté. Ils nous encouragent aussi continuellement à trouver la joie et à la conserver par l’extase du cœur. 

Les Hathors et Tom Kenyon - Issu du livre : 2009 La Grande Transformation – L’année de la cocréation – série Kryeon canalisé par Lee Carroll - 

Pour qui vivez-vous ?

gifs étoilesLa question est obsédante : Pour qui vivez-vous ? 

Nos gouvernements et nos religions nous manipulent par la peur. Celle-ci consume le cerveau en l’enserrant dans ses tentacules, en éteignant la lumière de la raison et en nous empêchant de réfléchir. On ne peut instruire un esprit inquiet et craintif. Si vous réfléchissez bien à tout ce qui survient autour de vous, vous comprendre à quel point on déforme l’information afin d’entretenir en vous la peur et la soumission. Trouvez en vous votre vérité et exprimez-la. 

De tous les messages canalisés auxquels j’ai travaillé depuis 19986, ceux de Marie Madeleine sont les plus éloquents et les plus imposants. Tom et moi nous tenons fortement à ce que ces paroles soient reproduites mot pour mot ; sa voix a été étouffée pendant deux mille ans, on a menti à son sujet et  l’on s’est servi d’elle pour discréditer les femmes et leur passion. Elle nous dit que cette ignorance et ce déséquilibre vont bientôt cesser. Qu’il en soit ainsi !  Les Hathors et Marie Madeleine – issu de La grande transformation de Kryeon canalisé par Lee Carroll 

Introduction de Marie-Madeleine

bannière vierge

Je suis très heureuse que mes messages soient désormais disponibles au lectorat francophone. J’aime profondément la France et j’en conserve un doux souvenir, car c’st dans ce pays que je me suis réfugiée avec ma fille Sar’h. Aux Saintes Maries de la Mer, nous avons séjourné en sécurité. Lorsque je suis ensuite allée vivre au nord, dans le pays qui constitue maintenant l’Angleterre, afin d’y faire protéger Sar’h par les druides, je me suis souvenue de la France. Quand Sar’h fut devenue une femme et que je l’eux donnée en mariage, je fus libre de retourner en France et je le fis plusieurs fois, pour y enseigner les mystères tels que je les comprenais. Les traces de mon passage y subsistent encore aujourd’hui. Lorsque je suis retournée en Angleterre pour y vivre mes derniers jours, la France était très présente dans mo cœur. 

Si la connaissance des mystères féminins est utilisée de la manière espérée, elle répandra un baume guérisseur sur votre Terre. La montée du féminin en cette époque ne signifie pas la déchéance de l’homme. Les femmes doivent obtenir l’égalité pour que, dans les profondeurs de la psyché humaine, le soleil et la lune s’équilibrent et que le grand androgyne universel apparaisse enfin. De cette union mystérieuse résultera une renaissance spirituelle. C’est ce que je souhait à chacun et à chacune d’entre vous individuellement, ainsi qu’à toute la famille humaine. Puissiez-vous vous élever intérieurement par une renaissance spirituelle. Que les mensonges, les souffrances et les larmes du passé soient effacées à jamais. 

Je suis Marie de Magdala

Les Hathors et Marie Madeleine – issu de La grande transformation de Kryeon canalisé par Lee Carroll 

Des propos de Marie Madeleine

« Les femmes doivent obtenir l’égalité pour que, dans les profondeurs de la psyché humaine, le soleil et la lune s’équilibrent et que le grand androgyne universel apparaisse enfin. » 

Introduction de Judi Sion 

Les lignes qui suivent sont très audacieuses, car je crois qu’il est temps que les femmes fassent preuve d’audace.

  

création/animation d'Alice : bannière vierge

Les messages électroniques et les lettres que nous recevons au sujet du « Manuscrit de Marie-Madeleine » commencent trop souvent par les mots « Cher Tom », comme si je n’avais pas participé à l’écriture de ce livre, et pourtant ces messages portent fréquemment sur la section de l’ouvrage que j’ai écrite et qui raconte en vérité l’histoire de toutes les femmes. Bien que mon ego ne se soucie guère de cette exclusion, mon cœur s’attriste de ce que la femme soit si facilement oubliée, et je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi la plupart du monde s’adresse d’abord au mâle. Alors que tout ce livre porte sur un retour du balancier et spécifiquement le retour du féminin, ceux qui le louangent ne considèrent jamais la présence féminine qui fut mobilisée dans sa création. Si l’on ne peut même pas considérer la présence féminine dans la création, quel espoir nous reste-t-il ? 

Pourquoi est-ce que je soulève cette question si mon ego n’est pas en cause ? Pour souligner une évidence ; non seulement le féminin est-il toujours négligé, mais il est presque totalement ignoré dans ce monde dit moderne. 

J’aime la matière fournie par Marie-Madeleine pour le livre intitulé La Grande Transformation. Il s’agit d’un appel aux femmes pour qu’elles ne demeurent pas silencieuses. Le silence tue. Il peut tuer, aussi horriblement que simplement, une femme qui se tait pendant des années et qui développe alors un cancer, invariablement dans une partie féminine de son corps. Las de se résigner au silence, son corps crie pour recevoir de l’attention d’une façon ou d’une autre. 

J’ai écouté chaque parole de Madeleine depuis que nous l’avons contactée pour la première fois en l’an 2000,  à ma demande, et je vais vous dire ce que j’en pense. Les hommes n’agiront pas à notre place. Ils ne feront pas avancer les choses suffisamment ; madeleine a plusieurs fois exprimé sa tristesse de voir les femmes se dresser si facilement et si rapidement les unes contre les autres en suivant leur propension à la jalousie et à la manipulation. Nous devons laisser cela de côté. Nous devons nous unir et proclamer notre vérité à tout prix. 

La plus grande leçon que j’aie apprise, c’est que je dois dire ma vérité sans me soucier de ce que pensent les autres. Cela, je l’ai appris surtout grâce à ma relation sacrée avec Tom, car j’ai dû en arriver à un point où malgré tout mon amour pour lui, je ne me souciais aucunement de ce qu’il pensait et où seule ma vérité – ce que je pensais – m’importait. Si le fait de dire cette vérité me faisait perdre cette relation, c’était là un pris que j’étais volontiers prête à payer. N’y voyez pas de l’égoïsme. Ne vous laissez pas leurrer par la religion au point de confondre avec l’égoïsme le fait de prendre soin de soi-même et de récupérer son pouvoir. C’est là le moyen d’acquérir la maîtrise. 

J’entends Madeleine demander que les femmes qui lisent son message se fassent entendre. Je l’entends demander à chacune d’entre nous d’exprimer sa vérité. Qu’avons-nous peur de perdre ? Craignons-nos de perdre la vie ? Si c’est le vas, nous ne croyons pas réellement que la vie existe au-delà de ce plan d’existence. Si nous vivons réellement que la vie continue au-delà de celle-ci, de quo aurions-nous peur ? Si la conscience persiste au-delà de ce plan-ci, qu’avons-nous à craindre ? En disant la vérité avons-nous peur de perdre les gens que nous aimons ? Sont-ils à ce point important à nos yeux que nous préférons taire cette vérité que de voir la désapprobation dans leur regard ? 

Mon vieux guide disait souvent ; « Réfléchis, maître ». Il nous appelait « maître ». il disait que nous ne comprendrions jamais que nous sommes Dieu, des êtres divins, tant que nous appellerions « maîtres » des êtres extérieurs à nous au lieu de nous donner ce titre à nous-mêmes. Il disait également : « Regardez autour de vous. Personne de votre entourage ne vous servirait de bouclier pour vous protéger contre une balle de révolver. S’ils ne sont pas prêts à mourir pour vous, pourquoi donc vivez-vous pour eux ? » 

Les Hathors et Marie Madeleine – issu de La grande transformation de Kryeon canalisé par Lee Carroll 

Survivre aux blessures

Survivre aux blessures dans LIBERTE des MAITRES mini-gif-balancinho1Je souhaiterais aborder maintenant une question qui échappe, me semble-t-il, à la plupart des chercheurs « hérétiques » et aussi des mystiques qui ont pris conscience que le Maître Jeshua n’était, de toute évidence, pas mort sur la croix mais qu’Il avait poursuivi sa vie dans la plus grande des discrétions, son oeuvre publique une fois achevée. 

La question est celle-ci : Pourquoi le Maître, ayant survécu à ses blessures, se serait-Il séparé de Myriam au point que l’on retrouve celle-ci, seule ou presque, quelques années plus tard, sur les rivages de la Gaule puis terminant son existence dans cette grotte appelée de nos jours la Sainte Baume, près de Marseille? Si, comme une certaine thèse le prétend actuellement, ils étaient époux ou même si un profond Amour les unissait simplement, on voit mal pourquoi, a priori, ils n’auraient pas continué leur chemin ensemble ailleurs et dans la clandestinité. La réponse ne surgit pas d’elle-même et ne semble pas non plus accessible par le biais des Annales akashiques, comme si quelque Volonté faisait en sorte que cette « zone » 

de la vie du Maître et de Myriam demeure encore verrouillée. Avant que le passé ne s’ouvre clairement au moment jugé adéquat par le Divin, on ne peut que s’aventurer du côté des hypothèses en laissant la priorité à la logique. 

Alors réfléchissons un peu… Partant du principe que l’Amour soit demeuré intact entre Myriam et Jeshua, quel est l’élément qui a pu induire leur séparation? Je réponds personnellement: une modification majeure survenue dans le rapport du Maître avec sa propre vie et le monde. l’ai déjà de nombreuses fois tenté d’expliquer comment l’Esprit du Christ puis du Logos avaient quitté son corps et sa conscience lors du supplice sur la potence, raison pour laquelle Celui-ci s’est écrié quelque chose comme: « Pourquoi m’ as-Tu abandonné? » 

Si on réalise l’ampleur du choc provoqué par cet « abandon » qu’a constitué la soudaine cessation de l’adombrement du Maître par deux Principes aux dimensions cosmiques, on peut alors entrevoir ce qui s’est certainement passé. Il est aisé d’imaginer qu’un être incarné qui vit et éprouve un tel phénomène dans son âme et sa chair puisse en sortir « intact », autrement dit qu’il ne vive pas une profonde modification de tout son être. Un tel choc énergétique ne peut que créer une sensation de vide avec, pour conséquence, le passage à une « autre phase » de son incarnation afin de pouvoir tout simplement survivre dans notre monde. 

Le Maître Jeshua qui se présente à ses proches disciples peu de temps après la Crucifixion est encore tout imprégné de la Présence divine qu’Il a accueillie et dont Il a retransmis l’impact pendant des années. Il a le rayonnement calme et souverain de Celui qui a accompli une oeuvre colossale. Il n’est pas encore dans le choc « post missionnemt » qu’Il va  vraisemblablement devoir traverser. 

Tout cela est, bien sûr, une supposition de ma part. Une supposition qui s’appuie toutefois sur quelques remarques que je me souviens avoir recueillies de la bouche de Jean, l’un des très rares à avoir pu approcher le Maître au Krmel pendant sa longue retraite consécutive à sa mort officielle sur la croix. – « C’est étrange, le Maître ne parle presque pas. Il est d’une douceur infinie mais ses yeux n’appartiennent plus à cette Terre… Je veux dire… depuis son retour, j’ai la sensation qu’ils ne m’ont plus jamais vraiment considéré comme un homme obligé de demeurer les deux pieds au sol. Il me semble que le Maître regarde plutôt à travers moi et qu’Il cherche un horizon dont Il a souvenir mais qui n’est pas de ce monde. Il reste avec nous et continue de nous guider avec son corps qui sent la rose et ses mots de Lumière… mais quelque chose de Lui est déjà ailleurs… » 

À l’époque, je n’ai pas su vraiment interpréter l’importance et la signification de ces paroles. Ce n’est qu’aujourd’hui que je mesure sans doute, pour la première fois, l’ampleur de la confidence qu’elles représentaient. Je le dis à nouveau ici en tant que témoin, c’est le Jésus-homme qui suscite avant tout mon admiration et ma vénération, celui qui a tout risqué de sa propre personne afin que tout change. Que le Maître ait vécu une sorte de traumatisme et qu’Il ait dû traverser un océan de solitude intérieure pendant de longs mois, voire plus, après l’achèvement de sa mission publique ne me surprendrait guère. Encore une fois, ce n’est pas L’amoindrir que d’envisager cela, c’est plutôt prendre conscience de façon différente de l’impressionnante charge énergétique qu’Il a accepté d’endosser durant des années. Quel mérite aurait un Maître de Sagesse incarné parmi nous et qui ne serait atteignable ni par la souffrance physique ou morale, ni par le doute ou le risque, ni par la solitude, ni enfin par la poursuite de son propre labourage spirituel? 

Ce serait une sorte de robot pré-programmé et certainement peu enseignant parce que forcément trop froid. « C’est le profondément et l’éternellement humain qui touche dans le Divin lorsque Celui-ci vient à S’incarner… tout comme c’est le souvenir du Divin qui touche en l’humain lorsque ce dernier se met à devenir cristallin. » Si l’Un ne chantait pas l’Autre et vice versa, c’est tout le mouvement de la Création qui se ralentirait. .. 

Pour en revenir à la séparation de Jeshua et de Myriam, il me semble donc que l’on puisse tout simplement en voir la cause dans l’obligatoire transformation qu’a vécue le Maître. Il est probable que cette séparation soit devenue un état de fait inévitable qui a été envisagé des deux côtés avec la force qui anime les vrais couples tantriques. Cette force n’implique pas l’absence de souffrance mais se base sur la lumineuse sérénité entrevue, malgré tout, au-delà de l’épreuve. Jésus au Cachemire? 

Au risque de continuer à choquer encore un certain nombre de personnes, j’ajouterai à cela que je ne serais pas surpris qu’après son long séjour au Krmel Jeshua ait repris la direction de l’Inde et notamment du Cachemire pour y poursuivre ses jours. J’ai aussi la conviction qu’Il n’a vraisemblablement pas parcouru seul cette route qui devait avoir pour Lui le goût d’un retour aux Sources. Certains très vieux écrits de l’Inde ainsi qu’une Tradition orale circulant il y a encore peu d’années dans la région de Shrinagar, au Cachemire, font mention de l’arrivée dans ce pays, il y a deux mille ans, d’un Maître de Sagesse avec sa compagne dont il aurait eu des enfants. Ces textes affirment que le Maître en question se nommait. .. Issa, sonorité bien proche, il faut le reconnaître, de celle de Jeshua, compte tenu de la différence de culture, de langue et donc de prononciation. Il est étonnant de constater que seul l’Occident chrétien estime incompatible le fait de mener pleinement une vie d’homme incarné et l’accomplissement d’une mission de nature divine. On voit bien là l’ampleur des dégâts causés au fil des siècles par le méthodique entretien de la dualité corps-esprit. Certains me feront remarquer que cette hypothèse de Jeshua terminant sa vie au Cachemire entre en contradiction avec ce qui est mentionné dans la conclusion de « De Mémoire d’Essénien« \. C’est fort juste et en voici la raison 

À la fin de la rédaction de cet ouvrage, j’ai eu accès à des images de la Mémoire akashique issues de plusieurs périodes. Je situe la première environ à soixante ou soixante-dix ans après la Crucifixion. J’ai alors capté ce qui se disait, non pas parmi le peuple qui croyait déjà, quant à lui, à la Résurrection, mais chez les disciples des premiers disciples du Christ. Quant à la seconde série d’images et de données, je l’ai spontanément captée à l’époque des tout premiers Templiers en discussion avec des Chrétiens vraisemblablement de tradition copte. C’est de tout cela dont j’ai témoigné, sans entrer dans les détails. La Mémoire du Temps ne s’étant pas ouverte d’elle-même avec davantage de précision à ce propos, je n’ai, à l’époque, pas jugé nécessaire d’investiguer plus loin. Aujourd’hui, après presque un quart de siècle d »‘expérience akashique » en plus, il me paraît certain que le Maître Lui-même et ses intimes ont très vite cherché à brouiller les pistes en laissant ou faisant courir des informations qui, bien que réservées à un petit cercle, ont dissuadé quiconque de s’évertuer à retrouver sa trace. Certains n’auraient évidemment pas hésité à tenter de Le rejoindre vers l’Himalaya, même quelques années après son départ officiel.

 La thèse de l’isolement définitif au Krmel puis, beaucoup plus longtemps après, de son ascension volontaire ont donc été « sélectionnées » parmi d’autres par un très petit noyau de personnes. C’est cela que j’ai capté en 1984, à la fin de la rédaction de l’ouvrage. 

Il aura fallu attendre que je me plonge dans la recherche de l’Évangile de Marie-Madeleine, nombre d’années plus tard, pour que j’aie accès à d’autres informations sans doute beaucoup plus en accord avec les faits, c’est-à-dire en entendant parler Myriam de Magdala elle-même dans des confidences faites à l’une de ses compagnes. C’est ainsi que j’ai progressé dans ma quête personnelle… Pour en conclure avec cela, je crois qu’étant donné l’impressionnant et fascinant rayonnement du Maître, on peut comprendre qu’il y ait eu, il y a deux mille ans, autant de précautions pour masquer son départ. Il y a des moments où, dans ce que réclame l’Inconscient collectif, la mort d’un grand Être est plus porteuse que sa vie ; elle en devient alors le point d’orgue comme pour sublimer davantage encore celle-ci. Dans des temps plus proches de nous, n’en a-t-il pas été de même avec la fin brutale du Mahatma Gandhi qui, en impressionnant les masses populaires, a certainement servi à magnifier l’ ensemble de son oeuvre… bien plus que ne l’aurait fait sa mort paisible dans un lit? 

Les messages Esséniens – Daniel Meurois-Givaudan  - les  enseignements premier du Christ. 

Le couple Jésus-Marie-Madeleine

Le couple Jésus-Marie-Madeleine  dans LIBERTE des MAITRES macoumba28130410177881_mini   Dans une telle recherche en marge de l’hypocrisie, comment ne pas se pencher une nouvelle Joie sur le couple désormais de plus en plus évident que formaient Jeshua et Myriam de Magdala? En effet, plus j’avance au coeur de mes propres souvenirs, plus le Livre du Temps s’ouvre avec précision dans ce domaine et plus le terme de couple me paraît non seulement approprié mais incontournable. À mesure que je fouille dans les images et les scènes qui sont gravées en moi à tout jamais, je me rends davantage compte que l’un était pratiquement indissociable de l’autre, ne serait-ce que dans les petits détails du quotidien. Bien au-delà de la disciple de tout premier plan que j’ai déjà largement évoquée, Myriam était d’une certaine façon le bon ange qui veillait aux détails de la vie matérielle du Maître!. Avait-Il soif? Avait-Il besoin de repos ou encore de changer de robe ? Lorsque des inconnus souhaitaient une rencontre privée avec Lui, la rumeur publique affirmait qu’il était intelligent de passer par l’intermédiaire de Myriam… ce qui était faux car Jeshua ne laissait à personne le soin de décider à sa place qui Il verrait ou pas. Une telle rumeur témoignait toutefois de la notoriété publique reconnaissant la proximité qui existait entre eux. 

Depuis que les Églises qui se réclament du Christ se sont constituées, on a singulièrement occulté toutes les questions pouvant laisser penser que le Maître Jeshua avait pris un corps d’homme avec tout ce que cela sous-entend. On a refusé d’admettre ou de réfléchir au fait qu’il fallait toute une infrastructure autour de Lui afin de faciliter ses déplacements, son  hébergement et tout ce qui est de l’ordre des contingences quotidiennes. Il est pourtant bien certain que cela nécessitait des sommes d’argent, qu’il fallait s’assurer d’un minimum d’approvisionnement et prévoir des relais possibles sur les chemins… Myriam de Magdala comptait pour beaucoup dans cette organisation et l’idée ne serait venue à personne de lui disputer ce rôle, même si certains ou certaines le lui enviaient de manière évidente. En bref, elle se montrait présente et indispensable en tout temps et en tout lieu. Même l’Église de Rome, pourtant si farouchement « prudente » envers les femmes, ne peut nier à travers les Évangiles canoniques que Myriam se tint au pied de la croix, à l’entrée du tombeau au matin de la Pâque et que le Maître s’y présenta à elle. Elle choisit malgré tout de passer rapidement sur le « cas » Marie-Madeleine, en refusant de faire d’elle autre chose qu’une ex-prostituée. Pendant toutes les années où j’ai eu le privilège de la côtoyer presque quotidiennement dans l’entourage immédiat du Maître, je l’ai vue pour ma part changer considérablement. 

Je me suis souvent dit qu’un sang différent se mettait progressivement à couler dans ses veines, comme si elle était en prise directe avec une autre réalité, une dimension 

à laquelle aucun de nous n’avait accès. Nous en parlions peu entre nous. Cela nous aurait  donné l’impression de violer cette intimité sacrée que nous constations entre Jeshua et elle. Si quelque manifestation de jalousie éclatait, même chez les hommes, le Maître mettait toujours celle-ci à profit pour enseigner deux ou trois vérités oubliées. 

Jeshua et Myriam ont-ils été amoureux l’un de l’autre? me demande-t-on parfois. Voilà une question qui « mérite effectivement qu’on s’y attarde. Tout dépend d’abord de ce que l’on entend exactement par amoureux, c’est-à-dire si on prête par exemple à ce terme une connotation de possessivité, de dépendance affective ou si l’on y voit simplement quelque chose de passager et de superficiel. Plutôt que d’ergoter sur la signification à accorder à ce terme, je dirai sans hésitation qu’il y avait d’abord et avant tout beaucoup d’Amour entre eux. Un tel Amour, avec un grand A, évinçait – est-il besoin de le préciser – tout rapport amoureux classique, je veux dire coloré, la plupart du temps, d’un peu de possessivité ou de sentiment d’appropriation. L’approche et le développement tantrique de l’Amour impliquent une telle épuration de la personnalité humaine qu’ils ne peuvent se concevoir autrement que dégagés des réflexes de base qui semblent aller de pair avec l’incarnation. 

Dans cet ordre d’idée, le mari ou l’épouse deviennent alors avant tout des compagnons de route ciblant une direction en tous points identique et partageant une intimité au coeur de laquelle les sentiments – si puissants soient-ils – se disciplinent face au But. C’est l’humain à la recherche solaire du plus qu’humain… À moins que cela ne soit plutôt la quête du pré-humain en marche vers le véritablement Humain! 

Un rapport de ce niveau dans un semblable couple ne sous-entend pas la tiédeur dans les sentiments au profit d’une discipline excluant toute joie à cause de l’envergure de Ce qui est recherché. En tant que personnalités distinctes formant un couple sacré, le Maître Jeshua et Myriam de Magdala étaient incontestablement des êtres au rayonnement joyeux, appelant à l’enthousiasme bien plus qu’à l’austérité. Le Christ respectait, aimait et vénérait la vie dans toutes ses expressions et Il ne pouvait qu’enseigner cette façon d’être à ceux qui L’approchaient. À mes yeux, c’est une forme de trahison que d’avoir fait du crucifix son signe de ralliement dans le choeur de la plupart des églises. Ainsi que le faisait remarquer assez prosaïquement un prêtre conscient de l’aberration de certaines choses :« Comment 

imaginer, quand on pénètre dans une église et qu’on voit un type cloué à une croix, que celui-ci représente l’Amour et la Vie? » 

En effet, cette remarque quelque peu désabusée indique bien plus qu’une confusion, un dramatique contresens. Pour ma part, que le Rabbi Jeshua ait été officiellement ou non l’époux de Myriam importe peu. Ce qui compte davantage c’est que l’énergie qu’ils ont tous deux développée, conjointement ou seuls, était et est encore merveilleusement transmutatrice. C’est une force en noblissante, une force de sublimation célébrant l’union de ce qu’on appelle traditionnellement, le Vertical et l’Horizontal, le Feu et l’Eau. Si l’on veut d’ailleurs s’attarder tant soit peu sur la valeur symbolique de ces deux éléments ainsi que sur leur réaction chimique, on réalise tout de suite que leur mariage génère obligatoirement une vapeur. 

La Nature parle d’elle-même… L’eau « ascensionne » sous l’action du feu, tout comme notre réalité horizontale s’élève sous l’action de l’Esprit prenant la forme de la kundalini. « La vipère rampante de la dualité devient alors le cobra qui initie en se dressant vers le ciel. »  Les messages Esséniens – Daniel Meurois-Givaudan  - les  enseignements premier du Christ. 

Myriam de Magdala

La magie spontanée de Sarah m’amène bien sûr à aborder ici la « question » de cette mystérieuse et controversée Myriam issue du petit village de Magdala, sur les bords du lac de Tibériade. Lorsque son nom est évoqué, on voit aujourd’hui les oreilles se tendre plus que jamais comme si nous pressentions, au-delà de ce que les Écritures en disent, qu’elle était détentrice d’un puissant secret. Pour ma part, lorsque je me tourne vers elle au fond de ma mémoire, je dois reconnaître que les images et les souvenirs abondent à tel point qu’il est parfois difficile de les ordonner. 

Myriam de Magdala dans PERSONNAGES HISTORIQUES mariemadeleine_1

Ainsi que je me suis efforcé de le dire depuis de nombreuses années1, elle n’a jamais, au grand jamais, été la prostituée, que nous présentent les Évangiles canoniques. Vers le verne siècle de notre ère, les Pères de l’Église ont simplement utilisé son côté hors-norme et dérangeant pour leurs propres visées afin de ternir son image qui mettait trop en valeur l’importance de la Femme dans l’enseignement christique. Nul ne peut cependant tout voiler éternellement et la vérité des faits finit toujours par s’imposer, tôt ou tard. 

La Mémoire du Temps nous apprend ce qui était connu de tous il y a deux millénaires, à savoir que Myriam de Magdala, d’ascendance essénienne bien que n’étant pas rattachée à une communauté particulière, a d’abord été vers sa quinzième année l’épouse de Saül de Tarse, le futur Paul des Epîtres. Saül, dont l’une des fiertés était d’avoir accédé au titre de citoyen romain, se montra, il faut le dire, un homme et un mari plutôt violent et porté vers l’alcool. Il entretenait des objectifs politiques et, ni son monde intérieur, ni ses relations n’avaient quelque chose à voir avec de sincères préoccupations d’ordre spirituel. Son univers était celui du pouvoir temporel, bien qu’il affichât une certaine piété en présence du peuple. Lorsqu’il m’arrivait de le croiser dans les ruelles de Jérusalem, il était fréquemment entouré de trois ou quatre dignitaires, soit romains soit sadducéens et il fallait. qu’ on s’écarte sur son passage. Je reconnais volontiers qu’il a fallu  une certaine prestance. C’est sans doute là ce qui est parvenu à séduire Myriam en un temps où elle cherchait son chemin. 

Leur mariage, arrangé comme tous ceux de ce temps là fut aussi un mariage d’amour…, Cependant, comment l’amour peut-il survivre lorsque l’un a les deux pieds enracinés dans la terre et l’autre des ailes qui n’aspirent qu’à se déployer? La rupture eût lieu quelques années après les noces, le temps que Mynam mette au monde un enfant, Marcus, et l’éduque jusqu’à le rendre autonome. Ce fut bien évidemment un scandale car, si un mari pouvait répudier son épouse sans que cela soit choquant, l’inverse était inconcevable… à moins de n’être qu’une « femme de mauvaise vie ». ., 

MaryMagdaleneJanVanScorel1520ResizedThumb dans PERSONNAGES HISTORIQUES

   

Lorsque j’ai rencontré Myriam pour la première fois, non pas à Jérusalem mais aux alentours de Béthanie, cette réputation de prostituée flottait toujours autour d’elle. Bien que je ne l’aie pas vue faire partie du tout premier groupe  de disciples, lorsqu’elle nous rejoignit de façon constante auprès du Maître je me rendis compte qu’elle le connaissait déjà fort bien et qu’elle était même dans son ombre la plus grande. Tout cela d’abord pour une raison très simple qui n’étonnait personne : son père, qui n’était autre que le riche armateur Joseph d’Arimathie, était aussi l’oncle de Jeshua. Ensuite parce que la proximité qui se manifestait entre eux pouvait n’avoir rien d’inadmissible dans le contexte de  l’époque. 

Il faut savoir que tous les hommes auxquels on reconnaissait le droit de commenter les Écritures dans les synagogues se devaient d’être mariés. Myriam de Magdala était-elle l’épouse du Maître Jeshua? C’est la thèse que certains défendent. Elle ne me choque guère, bien au contraire, mais je ne puis pour l’instant l’appuyer car rien de ce que j’ai pu revivre par le biais des Annales akashiques ne me permet de le faire … Cependant, étant donné que le « livre » de la Mémoire du Temps ne cesse de s’ouvrir davantage d’année en année, il n’est pas inconcevable que je puisse, à ce propos, apporter un jour d’autres éléments ou précisions à mon témoignage. Ce qui me paraît toutefois évident et incontestable, c’est qu’il existait entre Jeshua et Myriam une complicité qui ne se limitait pas aux âmes. Je veux dire par cela qu’ils vivaient assurément l’intimité qui est pour le moins celle d’un couple tantrique. Cette affirmation mérite d’être précisée car notre culture occidentale est très peu familiarisée avec une telle notion. 

Dans son ignorance, elle confond en effet avec un sourire souvent goguenard la discipline qu’est le Tantrisme et la pratique – exclusivement tournée vers le plaisir des sens – d’un certain Kama Sutra. S’il fait intervenir le corps dans son aspect le plus intime, le Tantrisme, dont l’enseignement remonte à l’aube des Temps, constitue une voie de nature purement spirituelle dans son essence. Le corps physique y est considéré comme le  temple du Divin tandis que les sens qui le caractérisent deviennent les leviers potentiels d’une véritable libération de la Conscience. Lorsqu’on sait que Jeshua séjourna dans sa jeunesse plusieurs années au coeur des Himalayas et qu’Il y reçut les enseignements de l’Avatar Babaji, sa connaissance des lois du Tantrisme n’a, dès lors, rien de surprenant. 

Une  telle connaissance a pour moyen d’action la mise en mouvement contrôlée de cette force ascensionnelle appelée traditionnellement kundalini et dont le réservoir énergétique se situe à la base de la colonne vertébrale. Cette force est lovée à la façon d’un serpent interne, entre le coccyx et les vertèbres fort justement appelées sacrées. Au niveau humain, son énergie peut-être comparée à une véritable bombe atomique, en ce sens que son activation modifie radicalement la nature vibratoire de l’être. Je suis personnellement convaincu que c’est le côté tantrique et donc éminemment sacré et exigeant de l’Amour qui s’est développé entre le Maître et Myriam de Magdala qui a fait d’elle l’Initiée et la grande Disciple que l’on devient capable de reconnaître enfin en elle depuis quelques années. 

Je garde le souvenir, depuis deux millénaires, de l’évidence pour tous les proches du Christ que Myriam bénéficiait d’un enseignement « à part » ainsi que d’une place « à part » dans le coeur du Christ. Certains s’étonneront, ainsi que je l’ai entendu dire, qu’un Être de son envergure ait pu développer un attachement d’ordre affectif. J’affirme sans hésiter que c’est pourtant ce qui s’est passé et qu’il s’agit sans doute là de l’un des aspects les plus éveillants pour l’Humanité qu’ait manifesté l’incarnation du Christ. Il nous montre à quel point le Divin et l’humain peuvent se côtoyer, se compléter et s’embellir l’un l’autre dans un même monde

A CE SUJET vous pouvez consulter ce site :   http://othoharmonie.unblog.fr/2011/05/08/le-manuscrit-de-marie-madeleine-2/    et vous en saurez beaucoup plus ! 

Revenons cependant à Myriam de Magdala elle-même. On peut aisément concevoir que, pour avoir pu jouer un tel rôle auprès du Maître, son âme devait être d’une nature peu commune. Mes propres souvenirs me poussent à affirmer qu’en termes modernes, le mouvement féministe pourrait faire d’elle le prototype de la « femme libérée ». De tempérament naturellement fougueux, bien qu’ également capable de grands élans de tendresse et d’abandon à la manière d’un félin, Myriam a fait de sa vie une sorte de défi permanent. Elle brava en effet la plupart des tabous de l’époque, à commencer par le rejet de l’assujettissement féminin à la société patriarcale de son temps. 

Pour l’avoir côtoyée de près durant quelques années, je peux néanmoins dire l’avoir vue considérablement changer après l’événement de la Crucifixion. Son tempérament plutôt tumultueux s’apaisa considérablement pour laisser transparaître une connaissance puis une sagesse surprenantes. Il est indéniable que ce qu’elle a véhiculé dès lors a fait de sa personne la véritable héritière de l’Enseignement du Christ. Sa vie illustre parfaitement le mariage audacieux du Ciel et de la Terre. Une telle union, traditionnellement réputée improbable, représente à mes yeux le point-clé de la compréhension de la Parole du Christ. En venant abolir les anciennes lois figées et sclérosantes, le Maître ouvrait la porte à la possible fusion entre les apparents contraires. Avec l’École de pensée développée par Myriam de Magdalal , c’est tout le principe de la non-dualité qui nous est enseigné. 

Ombre et Lumière, Matière et Esprit nous y sont présentés comme les déclinaisons inévitables et enrichissantes – parce que formatrices – de cette seule et même Force qu’on appelle Dieu. En ce sens, l’âme et le corps de la compagne du Christ sont devenus le réel réceptacle puis le dispensateur de l’Onde de Transmutation proposée à la Terre. Je partage donc pleinement l’hypothèse qui fait de Myriam d’un des aspects du Graal. Si descendance du Christ il y a, elle est avant tout de nature mystique. Entendons-nous bien, cependant… Dans l’esprit des enseignements que le Christ nous a communiqués il y a deux mille ans, le concept de mysticisme n’avait rien de désincarné. L’union sacrée que Myriam a vécue avec le Maître représentait un levain, un levain dont l’égrégore commence seulement à agir aujourd’hui de façon étonnante sur notre inconscient collectif au point d’ébranler les vieux dogmes. Alors, balayons désormais radicalement de notre pensée l’image mensongère d’une « Marie-Madeleine-pécheresse-repentie » établie par l’Église aux alentours du vème siècle.

jpg_Laurent_de_La_Hyre_L_Apparition_du_Christ_a_Marie-Madeleine_1656._Grenoble_Musee_des_Beaux-Arts

Aux yeux du témoin que je suis, un tel mensonge équivaut à une véritable trahison de la Connaissance et de la nature de l’Amour que le Maître a offert à notre humanité. Voilà pourquoi je n’hésite pas à dire que la misogynie flagrante des premiers Pères de l’Église a provoqué un total détournement de la pensée christique au profit de la mainmise temporelle d’un Collège de mâles dominants. 

 Les messages Esséniens – Daniel Meurois-Givaudan  – les  enseignements premier du Christ.  

QUI SONT LES PLEIADIENS ?

QUI SONT LES PLEIADIENS ? les-pleiades

Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Qui sont – ils ? 


Les Pléiadiens se définissent comme étant un collectif d’êtres extraterrestres provenant du système stellaire des Pléiades. Ils affirment venir vers nous du futur en voyageant à la fois dans l’espace et dans le temps. Ils expliquent leur implication dans le plan terrestre, ainsi que d’autres groupes extraterrestres, du fait de liens historiques et de « familles d’âmes ». Ils s’adressent à nous par la voix de Barbara Marciniak depuis le 18 mai 1988

 

les-pleiades-2

 

Barbara Marciniak est un channel réputé à l’échelle internationale. Elle canalise des messages et dialogues des Pléïadiens. Conférencière, éditrice et auteure, elle est l’auteur de plusieurs livres par « channeling ». 

 

marciniak

Dans les textes, le mot Déesse représente l’Énergie féminine sacrée universelle. Elle est nommée par différents noms selon les traditions: Shékinah, Sophia, Mère Divine. Chez les chrétiens, l’Énergie féminine universelle est dissimulée dans le concept tarabiscoté de Saint-Esprit. Elle a eu de nombreuses représentantes porteuses de cette énergie dans diverses cultures, telles que Isis, Inana, Ishtar, Kuan Yin, la femme Bison Blanc, la Vierge Marie, Marie-Madeleine et bien d’autres. 

 

DES LIVRES

 

2589         9782920987357FS

9782920987159FS          9782896260171

 

 par BARBARA MARCINIAK 

  
Épouser la Déesse vous ouvrira la Bibliothèque vivante et vous enseignera les secrets enfouis dans les profondeurs de la Terre Mère, car qui donc est la Terre Mère, sinon la Déesse elle-même? 

 

99454186margueriteligne-gif

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...