LES LOIS DE LA VIE

 

Nous publions ci-dessous une compilation de citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

images (3) Les hommes apprendront à comprendre les lois subtiles qui gouvernent leur existence : la loi fondamentale de la vie, la loi du Karma ou loi de cause et d’effet, qui commande la destinée de tous ; la loi connexe de Renaissance, qui rend possible le voyage de l’âme dans la matière ; la loi d’Innocuité, qui gouverne l’établissement de relations justes, et la grande loi de Sacrifice, moteur de toute évolution.

Par leur compréhension de ces lois, les hommes en viendront à ressembler à leurs Mentors, leurs Frères aînés, et à manifester la divinité partagée par tous. Ils prêteront l’oreille à l’enseignement des Sages et, pas à pas, prendront possession de leur héritage. Les hommes sont nés pour devenir des dieux, et rien ne peut changer cette destinée ; seul le rythme de son accomplissement repose entre les mains des hommes.  

Mes frères, les Maîtres de Sagesse, vous conduiront vers la lumière de cette Sagesse qui est la leur.

Ils dérouleront pour vous le panorama du passé de l’homme, vous enseigneront les anciennes lois et guideront vos pas vers le futur. Considérez-les comme des Frères aînés et, en toute confiance, permettez-leur de vous montrer la voie illuminée.  

Nous devons apprendre l’art de vivre. C’est une forme d’art, et elle ne peut être apprise qu’à mesure que nous progressons. Ce n’est pas une chose que l’on peut enseigner, mais vous pouvez en enseigner les rudiments, les lois. Enseignez les lois et les règles qui en découlent – la loi de cause et d’effet, la loi de renaissance, la loi d’innocuité et la loi du sacrifice – et vous aurez enseigné les données fondamentales de la vie. La vie procède de ces lois. Plus vite nous les intégrerons dans notre vie de façon instinctive, plus vite nous connaîtrons une vie et un monde raisonnablement ordonnés et harmonieux. Le monde d’aujourd’hui n’est que peur et angoisse. Notre vie, par nature, devrait être le contraire. Un jour, avec l’aide de Maitreya et des Maîtres, il en sera ainsi.  

Mes principes gagnent l’esprit des hommes. Mon amour pénètre leur cœur. Mes paroles simples trouvent une réponse, et ma Loi commence à gouverner. Ainsi, puissiez-vous dire avec moi, mes amis, que l’avenir de l’homme est resplendissant, que l’Amour de Dieu est établi de tous côtés, et que la Loi s’épanouira.  

L’âme cherche à s’exprimer à travers son véhicule, l’homme ou la femme, mais ces derniers doivent répondre aux enseignements. C’est pourquoi l’Instructeur vient pour nous rappeler les lois une fois encore : loi du karma, loi de renaissance et loi d’innocuité. Nous devons appliquer ces lois correctement, de façon dynamique dans nos vies, nous ne devons pas nous contenter de les conserver à l’état d’idées dans nos têtes sans nous en servir. Si elles restent à l’état de souvenirs dans nos cerveaux, elles ne servent à rien. Nous devons les appliquer dans la réalité, en faire un levain qui nous transforme.  

Par ma présence, la loi du partage se manifestera. Par ma présence, l’homme s’élèvera vers Dieu. Par ma présence, et par celle de mes Frères, l’homme connaîtra le nouveau pays de l’Amour. Portez cette loi simple dans votre cœur, mes amis. Manifestez l’amour par le partage et changez le monde. Créez autour de vous une atmosphère de paix et de joie et, avec moi, faites toutes choses nouvelles.

 [Message n° 82 (Maitreya)] [L’Instructeur mondial pour l’humanité (Benjamin Creme)]

Les enseignements de Maitreya

 

images (7)Ceux qui ont lu les autres livres de Benjamin Creme et ceux qui ont assisté à ses conférences savent que son thème central est la réapparition dans notre monde de l’Instructeur du monde, le Seigneur Maitreya, et d’un groupe d’hommes eux aussi parvenus à la perfection, les Maîtres de Sagesse. Cet être de lumière attendu par toutes les grandes religions est l’Enseignant de toute l’humanité ; il nous indique la voie de la vérité, celle qui amènera les hommes à briser les chaînes du conditionnement dont nous sommes esclaves.

Les trois principes centraux de ses enseignements sont l’honnêteté mentale, la sincérité de cœur et le détachement. L’honnêteté mentale est nécessaire afin qu’il n’y ait pas de décalage entre ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons, que nos pensées, paroles et actions ne soient pas en conflit, mais cohérents. La sincérité de cœur signifie simplement que l’on doit être soi-même. Combien de fois nos paroles et nos actions ne sont-elles pas colorées par le fait que nous désirons faire bonne impression ou que nous recherchons une faveur, d’une manière ou d’une autre ? « Voilà le manque de sincérité dans lequel vivent la plupart des gens,écrit B. Creme. Combien de personnes sont-elles réellement, totalement, entièrement elles-mêmes ? » (p. 76) Enfin, le détachement. Dans quelle mesure nous préoccupons-nous ou non de la façon dont les autres nous voient, de ce que les autres pensent ou disent de nous, de la question de savoir s’ils nous aiment ou non, et ainsi de suite ? Si nous sommes vraiment détachés, nous ne serons pas conditionnés, et ne serons pas touchés par les conséquences du conditionnement des autres ou du monde en général.

Ces idées sont « simples en essence », comme le dit B. Creme, mais elles exigent néanmoins effort et discipline pour être mises en pratique. Elles constituent aussi la voie par excellence pour suivre son chemin entre les paires d’opposés, trouver un équilibre créatif entre les impulsions de l’âme et l’attraction de la matière, dont nous sommes tous victimes. La pratique persistante de ces principes permet également de déblayer la voie devant l’intuition, cette faculté de l’âme, pour qu’elle ait beaucoup moins d’obstacles à surmonter dans son fonctionnement.

A l’heure actuelle, l’humanité est spirituellement fragmentée. Le fonctionnement du mental conscient est entravé par des impulsions, des positions de principe non analysées et des conflits non résolus provenant du subconscient suite à des conditionnements ou à des expériences incorrectement conduites. En conséquence de quoi, chez la plupart des gens, le corps astral, aussi appelé corps sensible ou émotionnel, qui devrait être aussi calme que la surface d’un étang immobile pour refléter les perceptions provenant des aspects supérieurs de notre conscience (Bouddhi, ou conscience de l’âme) ressemble plus souvent aux eaux d’une mer agitée en hiver. Cette condition peut être améliorée par la méditation, l’auto-hypnose ou d’autres formes de pratiques spirituelles. A mesure que les enseignements de Maitreya s’ancreront dans le monde, et que les pratiques spirituelles contemplatives se répandront, « à terme, la pensée, le mental rationnel, l’ordinateur, tombera au-dessous du seuil de la conscience [où se trouve aujourd'hui le subconscient], et nous saisirons les choses immédiatement par intuition et connaîtrons la réponse sans réfléchir. Nous saurons, parce que nous saurons, parce que nous saurons. » (p.137)

Pouvez-vous imaginer un monde où « nous saurons, parce que nous saurons, parce que nous saurons » ? Un monde dans lequel nous n’analyserons pas chaque décision d’un point de vue stratégique, parce que nous n’aurons pas de désir de résultat préétabli, quelles que puissent être les retombées sur les autres ou sur la planète, un monde où nous comprendrons que ce qui est vraiment bon est ce qui est bon pour tout le monde ?

Tel est le monde décrit par Benjamin Creme dans ce qui est pour moi l’un des passages les plus émouvants du livre : « Nous sommes tous en quête d’équilibre. Nous cherchons l’unité, l’équilibre, quelle que soit la manière dont nous le définissons. C’est ce qui nous permet d’être créatifs et heureux. […] Nous n’avons pas de mots pour exprimer ce que nous verrons et connaîtrons alors. Nous n’avons pas le vocabulaire pour décrire les qualités de cette civilisation. Ni pour exprimer les sentiments, les relations qui existeront entre tous les hommes, lorsque ceux-ci se considéreront et se sentiront frères et sœurs d’une même famille, d’une même planète. Cela ramènera les hommes à l’expérience de l’enfance. La maison était la maison. C’étaient vos frères et sœurs qui vous maintenaient sur le droit chemin. Ainsi en sera-t-il. » (p.45) Ainsi les enseignements de Maitreya, qui sont si profonds et dont l’importance nous touche jusqu’au cœur, transformeront-ils complètement, petit à petit, la conscience de l’humanité.

L’illusion

La dernière partie du livre, L’illusion, confère une autre dimension aux informations présentées dans les deux premières. Dans ce qui constituera peut-être une révélation pour certains lecteurs, Benjamin Creme explique que l’illusion est en fait un phénomène qui touche l’âme. Il est lié à la qualité et, encore une fois, au conditionnement des véhicules – mental, astral, physique – que la personnalité fournit à l’âme à tout moment. « Nous fournissons à l’âme un accès vers l’extérieur, mais si nous n’avons pas l’équipement qui convient, l’âme ne peut voir. […] Nous voyons le monde, notre mental enregistre toutes les idées, les formes-pensées, les idéologies, les différents points de vue, et nous essayons d’y trouver un sens. Si ces idées et idéologies nous attirent, nous nous y attachons […] et remplissons ainsi notre mental d’illusions. Nous nous comportons de telle façon qu’il est impossible pour l’âme de voir clairement, véritablement, sans entraves, à quoi ressemble réellement le monde. » (pp. 161-162)

Cela nous mène à un paradoxe auquel nous devons, un jour ou l’autre, faire face : comment l’âme peut-elle stimuler l’utilisation de l’intuition par la personnalité, si cette dernière, au travers de son appareil mental, a présenté à l’âme une vision du monde chargée de préjugés, d’idées toutes faites ou d’illusions ? Comme c’est déjà le cas avec le conditionnement, toutes ces illusions auxquelles nous tenons tant génèrent une immense disharmonie dans le monde.

Mais B. Creme déclare : « On pourrait croire que l’illusion existe et qu’on ne peut y mettre un terme. Mais en fait on échange une chose contre une autre. On échange l’illusion contre l’intuition. L’intuition, lorsqu’elle est utilisée, fait le ménage. C’est comme un balai qui débarrasse des toiles d’araignées. Tout ce qui entrave l’expérience de la réalité est clarifié et balayé, et on sait. Lorsqu’on sait à partir de l’intuition, il n’existe plus de place pour la moindre illusion. Elle ne se manifeste pas. » (p. 186). Les techniques qui facilitent le développement de l’intuition sont les principes d’honnêteté mentale, de sincérité de cœur et de détachement, en même temps qu’une pratique spirituelle comme la méditation (spécialement la méditation de transmission) et le service de l’humanité dans l’altruisme.

L’épée de clivage

Au niveau planétaire, il existe une force puissante permettant de dissiper le mirage (l’illusion sur le plan émotionnel), le conditionnement et l’illusion. Jésus en a parlé, dans un passage souvent mal compris de la Bible : « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Je suis venu dresser l’homme contre l’homme, le frère contre le frère, et le père contre le fils. » Cette « épée » est l’épée de clivage, qui est une représentation symbolique de l’énergie d’amour. Elle est « brandie » ou libérée dans le monde avec une puissance formidable par Maitreya. « L’énergie elle-même est purement impersonnelle, elle n’est ni bonne ni mauvaise » – elle stimule tout le monde de la même manière – « les bons et les méchants, les altruistes et les égoïstes, les généreux et les cupides etc. » (p. 128) L’effet de cet afflux d’énergie est qu’il met tout en pleine lumière et expose la réalité de la vie sur la Terre dans une clarté crue et irréfutable. Ainsi obligée de constater les effets de sa conduite, l’humanité est appelée, sans se laisser aveugler par le brouillard de l’illusion, à prendre une décision critique quant à son avenir – partager équitablement les ressources du monde pour vivre en paix, dans la fraternité et la vraie justice, ou, selon les paroles de Maitreya, « connaître l’anéantissement ». Maitreya est certain que nous ferons le bon choix.

L’Art de Vivre met en avant la possibilité d’une forme de vie totalement différente, d’un nouvel éclat dans notre approche de la vie, nous permettant d’utiliser pleinement le potentiel créatif de chaque jour. Il nous donne du même coup un aperçu de ce que c’est qu’être un Maître : lumière, dessein, puissance, grâce, raffinement, qui font de la vie d’instant en instant une œuvre d’art extraordinaire. Pour nous, le voyage continue, avec l’indispensable discipline qui, même si elle est difficile à certains moments, vaut pourtant la peine. Tel est le processus par lequel nous évoluons et dont, par le simple fait de notre existence sur cette planète, nous sommes, chacun à notre façon, les artisans.

Il y a bien d’autres passages, bien d’autres visions à savourer dans ce livre. Lui-même peintre connu de longue date, B. Creme nous propose une description délicieuse du processus artistique : « Tout peintre, tout compositeur recherche l’harmonie. […] Il ne considère son travail comme terminé qu’une fois qu’il est parvenu à un sentiment d’achèvement. Comment sait-il que son œuvre est finie ? […] C’est lui qui décide quand arrêter. Il sait quand le moment est venu. C’est lorsque l’œuvre créée obéit sous toutes ses facettes aux lois qui permettent à l’art d’exister et de s’exprimer, et ce, par sa vie-même et ses vibrations. » (pp. 27-28)

Il est difficile d’imaginer qu’un ouvrage de 200 pages puisse être aussi riche et aussi chargé de sens. Cette capacité de Benjamin Creme à expliquer parfaitement des idées complexes, à clarifier et à élucider des concepts profonds avec une précision absolue, sans porter atteinte à leur essence, se retrouve dans tous ses livres. Pour ceux qui désirent comprendre quelques-uns des aspects les plus subtils du sens de la vie sur cette planète, ce petit livre ne saurait être trop recommandé.

La guérison et la santé : la trinité

images (11)Maitreya dit: « Je vous ai donné un mental, un esprit* et un corps afin d’exprimer Mon Etre et Mon Devenir, en pensées, en paroles et en actions. Soyez honnêtes dans votre mental (ce qui est la nourriture naturelle du mental), soyez sincères dans votre esprit (ce qui est la nourriture naturelle de l’esprit) et nourrissez votre corps physique avec de la nourriture appropriée. » [Partage international, septembre 1988] 

* En anglais, spirit. Ce mot, particulièrement difficile à rendre en français, signifie notamment ..  » force de vie qui anime le corps des êtres vivants », et « le principe émotionnel fondamental qui motive l’activité d’une personne ». Sa traduction par esprit (au sens de « principe de vie ») est donc approximative, et n’est utilisée dans ce texte que faute d’un terme plus adéquat (NdT). 

La vie est constituée du mental, de l’esprit et du corps. Si le corps physique est affamé, il s’affaiblit et devient malade. Si le corps spirituel est affamé, la personne s’étiole et meurt. Si le véhicule mental est affamé, l’individu ne sait plus quelle direction prendre dans la vie. 

L’honnêteté, la sincérité et le détachement constituent la nourriture normale du mental, de l’esprit et du corps. Si l’évolution naturelle de ces corps est retardée ou entravée par des lois humaines, il s’ensuit toujours des conséquences désastreuses. [PI, jan./fév. 1990] 

Maitreya dit: « Les forces du marché génèrent des richesses au dépend de millions de personnes qui meurent de maladies provoquées par les produits chimiques contenus dans la nourriture. » [PI, juillet/août 1990] 

L’homme n’existe pas seulement sur le plan physique mais également sur les plans mental et spirituel. L’homme a travaillé très dur, a créé un confort matériel, a élaboré des connaissances, mais il a peu prêté attention aux corps mental et spirituel. La faillite spirituelle dans le monde est source de souffrance par maladies, alors que les catastrophes sur le plan physique telles que les tremblements de terre, les explosions ou les meurtres, proviennent de dérèglements existant sur le plan mental. [PI, jan./ fév. 1990] 

Selon Maitreya, de nombreuses personnes, dont celles qui détiennent le pouvoir, ne soupçonnent pas l’existence d’autres dimensions que celle du plan physique. Elles pensent que le monde est gouverné par des lois physiques. Maitreya a demandé : « Qu’en est-il alors des lois contrôlant le plan physique ? » [PI, mai 1990] 

Maitreya déclare : « Pratiquez le détachement dans votre mental, votre cœur et votre corps. L’harmonie entre le mental, le cœur et le corps sera ainsi rétabli. Vous vous trouverez alors guéri. Le sida disparaîtra. » [PI, juin 1988] 

La science moderne ne s’occupe que du monde physique et refuse d’accepter les réalités du mental et du spirituel. Cependant, même un chirurgien qui opère un patient doit attendre le retour à la conscience de ce dernier pour savoir si l’opération a réussi. Où cette conscience s’en est-elle allée ? D’où vient-elle ? Il n’en a aucune idée. Pourtant, là est le secret de la vie, a déclaré le collaborateur de Maitreya. Lorsque Jésus était vivant, il n’avait pas besoin de laboratoires pour accomplir des miracles et des guérisons. Comment les a-t-il réalisés ? Il le fit grâce à la conscience de la présence de l’Etre suprême autour de lui. C’est cette conscience qui lui permettait d’utiliser les pouvoirs de la création afin de soulager la souffrance du monde. Maitreya a déclaré : « Je me tiens derrière vous. Devenez conscients de mes pouvoirs, et utilisez-les afin de soulager, d’enrichir et d’améliorer vos vies. » [PI, mai 1990] 

De nombreuses mères et leurs bébés sont maintenant atteints du sida. Selon Maitreya, leurs gênes se sont modifiés. Ce type de mutation du corps prend naissance dans le mental, qui peut donc être à l’origine de mutations génétiques. Le corps physique n’est pas l’unique victime. Votre corps est contrôlé par l’esprit (ou aspect de pouvoir) qui, à son tour, est contrôlé par le mental. Le mental est contrôlé par « l’Atma », le Soi, également considéré comme la conscience. Bien que le corps physique puisse ne pas avoir de contacts sexuels directs, si le mental s’abandonne à des activités destructrices, il peut affecter le corps physique et générer des maladies. Si des mutations génétiques se produisent, elles peuvent affecter le bébé. Lorsque le mental et les « corps » spirituels (les structures énergétiques) sont malades, le corps physique en est affecté. [PI, jan./fév. 1991] 

Lorsque vous expérimentez le Soi intérieur et que vous commencez à reconnaître que vous êtes une entité immortelle, totalement distincte du mental, de l’esprit et du corps, vous apprenez à utiliser ces temples du Seigneur de manière créative, en toute conscience. Des guérisons en découlent automatiquement. C’est la raison pour laquelle Maitreya a déclaré que même les individus atteints du sida seront guéris par l’intermédiaire de la prière ainsi que de la pratique de l’honnêteté du mental, de la sincérité de l’esprit et du détachement. [PI, décembre 19881] 

Beaucoup de malades atteints du sida ont rejoint des groupes bouddhistes, ou d’autres centres, et ont appris la conscience du Soi grâce à la méditation. Ils ont appris de cette manière à discipliner le mental, l’esprit et le corps, et à capter les pouvoirs du Soi pour se guérir eux-mêmes. Finalement, ce type d’autodiscipline aidera les chômeurs, ainsi que ceux qui ont sombré dans le crime et la toxicomanie. Le chaos, la corruption et le crime connaîtront une récession dans la société, les individus devenant plus heureux et en paix grâce à l’apprentissage du contrôle de leurs vies à travers la conscience du Soi. (PI, juin 1990] 

Les enfants d’aujourd’hui sont capables de comprendre la relation existant entre le Soi et le mental, l’esprit et le corps, plus facilement que les adultes ne l’imaginent. Même un enfant maltraité, un enfant qui a été malmené et qui n’a personne vers qui se tourner, peut être guéri grâce à cette compréhension. Il peut reconnaître et éprouver que ce qui a été maltraité, que ce soit dans le mental, dans l’esprit ou dans le corps, n’est pas le Soi véritable. [PI, décembre 19881] 

Maitreya a fait don de l’art de guérir à différentes personnes [...] qui ne savent même pas écrire leur nom. Guérir de cette manière ne nécessite pas d’avoir reçu une éducation académique, mais dépend de la conscience de l’individu. [PI, jan./fév. 1990] 

Les véritables guérisseurs spirituels permettent ainsi au Seigneur de travailler par leur intermédiaire, mais restent détachés à la fois de la cause (la volonté du Seigneur) et de l’effet (la guérison d’un individu particulier). C’est la raison pour laquelle il est important de rester détaché à la fois du succès et des échecs. Certains sont guéris, d’autres ne le sont pas. Si vous ne réclamez rien pour vous-même, l’orgueil ne peut s’épanouir et tout est alors orienté selon la loi spirituelle. Ce n’est pas vous qui guérissez, c’est le Seigneur qui guérit. Le Soi connaît ce principe. Pratiquez avec détachement et laissez au Seigneur la charge des conséquences. [PI, décembre 1988] 

Si vous allez répandre cette déclaration à propos de l’honnêteté du mental, de la sincérité de l’esprit et du détachement à quelqu’un dont les mains sont encombrées, que va-t-il se passer ? Cela va lui échapper, car son attention est ailleurs. Mais s’il y a un réel désir de la part de l’individu, alors vous le guérissez. Cette pratique est appelée la « guérison automatique » ; il s’agit d’un art ancien. [PI, juin 1988] 

Les individus venant afin de recevoir de l’aide feront soudain, intérieurement, l’expérience de « cela », c’est-à-dire de la conscience. Grâce à cet événement intérieur, ils éprouveront alors un soulagement. L’idée étant que, une fois ce processus mis en action, les individus participeront eux-mêmes de manière active à l’élaboration de solutions à leurs problèmes. [PI, juin 1989] 

Le végétarisme est le régime alimentaire futur des êtres humains. Manger des viandes rouges, indigestes, engendre des habitudes autodestructrices en accentuant l’instinct animal. Adopter un régime plus léger, constitué de légumes, mais qui peut aussi inclure des oeufs, du fromage et du poisson, augmente la conscience de soi de l’individu. Observez les Etats-Unis, le pays le plus gros consommateur de viande au monde, a souligné le collaborateur de Maitreya. Ils connaissent un grave problème de criminalité et sont obsédés par les armes. [PI, juillet/août 1990] 

Les explosions nucléaires perturbent les éléments de la nature. Les individus dont l’équilibre du mental, de l’esprit et du corps est fragile peuvent être poussés dans leurs derniers retranchements par la perturbation de la structure atomique. [PI, décembre 1988] 

Lorsque vos karmas (vos activités conditionnées) vous heurtent, vous voulez les repousser, exactement comme si en apercevant quelque chose d’inattendu, vous fermiez les yeux. A cet instant, il se produit un effet sur le corps physique. A l’instant où vous devenez conscients (par la compréhension) que ce que vous avez vu n’est pas dangereux, vous commencez à regarder. Votre conscience vous pousse à regarder et vous commencez à expérimenter un état de conscience qui fait disparaître la peur. De l’intérieur, quelque chose a déclenché la première réaction. Ceux qui savent, de l’intérieur, déclencher des réactions dans un organisme, peuvent également rétablir les schémas de la vue de l’intérieur. Si vous ôtez l’état de choc, alors la personne recouvre la vue. [PI, décembre 1991] 

Une nourriture appropriée pour le corps contribue à l’élargissement de la conscience, permettant au Soi et au corps de travailler ensemble. [PI, juin 1989] 

* En anglais, spirit. Ce mot, particulièrement difficile à rendre en français, signifie notamment « la force de vie qui anime le corps des êtres vivants », et « le principe émotionnel fondamental qui motive l’activité d’une personne ». Sa traduction par esprit (au sens de « principe de vie ») est donc approximative, et n’est utilisée dans ce texte que faute d’un terme plus adéquat (NdT). 

 

Source : http://taraquebec.org/m-enseigne.html#Partage

 

l’émergence de Maitreya

l'émergence de Maitreya dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA images-1L’existence de grands instructeurs spirituels, connus sous le nom de Maîtres de Sagesse, a été rendue publique en 1875 par les ouvrages d’Helena Petrovna Blavatsky, fondatrice de la Société théosophique.

L’attente d’un retour imminent de l’Instructeur mondial, Maitreya, s’accentua puis déclina au début de notre siècle.

Finalement, en juin 1945, Maitreya déclara son intention de revenir physiquement dans le monde le plus tôt possible, accompagné d’un groupe de Maîtres.

Depuis 1974, des informations concernant l’émergence de Maitreya sont présentées au public par Benjamin Creme, rédacteur en chef de Partage international. Depuis 1959, Benjamin Creme est en contact avec un Maître de Sagesse qui l’a entraîné pour ce travail.

1977, 19 juillet : Maitreya sort de sa retraite, située dans l’Himalaya, au moment où on l’attend le moins, comme « un voleur dans la nuit ». Depuis lors, il vit à Londres comme un homme ordinaire, attentif aux problèmes politiques, économiques et sociaux.

1978, mars : Il commence à se faire connaître comme porte-parole de la communauté indo-pakistanaise. Il n’est pas un chef religieux, mais un éducateur dans le sens le plus large du terme, indiquant la direction à prendre pour sortir de la crise mondiale actuelle.

1982, 14 mai : Benjamin révèle, lors d’une conférence de presse à Los Angeles, que Maitreya vit à Londres dans la communauté asiatique, et incite les médias à inviter Maitreya à se faire connaître. Malheureusement, les médias ne réagissent pas.

1985, 31 juilletUn groupe international de vingt-deux journalistes, venus d’Amérique, d’Europe et du Japon, se réunissent dans l’East End, à Londres, espérant être contactés par Maitreya ou son émissaire.

1987, août : Benjamin Creme annonce « qu’au cours des trois ou quatre mois à venir, Maitreya travaillera intensément à la création d’une ouverture dans les relations internationales. » On vit naître peu de temps après un accord de désarmement entre les Etats-Unis et l’Union soviétique, accord que personne, jusque-là, n’avait cru possible.

1988Maitreya apparaît, en personne ou en rêve, à des dirigeants connus dans différents pays, ainsi qu’à de nombreux citoyens ordinaires. Des médias américains signalent des apparitions de croix de lumière.

11 juin 1988 – Maitreya apparaît miraculeusement, « venant de nulle part », lors d’une réunion de prière et de guérison en plein air à Nairobi (Kenya). Il est photographié s’adressant, dans leur propre langue à des milliers de personnes qui le reconnaissent instantanément comme le Christ. L’événement et les clichés font l’objet de reportages sur des médias majeurs dont CNN. Des événements similaires se produisent devant des groupes importants de toutes religions partout dans le monde. En même temps, Maitreya charge de ses énergies des sources dans le voisinage.

A ce jour, ces eaux curatives miraculeuses ont été trouvées au Mexique, en Inde et en Allemagne. A terme, 777 sources seront découvertes. Maitreya et un groupe de Maîtres continuent de faire des apparitions de toutes sortes de manières (voir notre rubrique « Courrier des lecteurs »). 

1990, 21 et 22 avrilMaitreya organise une rencontre, à Londres, où se retrouvent environ 200 dignitaires du monde entier. Au cours de cette rencontre, Maitreya apparaît (et disparaît) à plusieurs reprises, et parle de sa mission, de ses enseignements, de ses projets.

1988 – 1993Par l’entremise d’un collaborateur proche de Maitreya dans la communauté asiatique de Londres, Share International reçoit une série d’articles donnant un aperçu des enseignements de Maitreya. Envoyés aux médias mondiaux sous forme de communiqués de presse, ces enseignements attirent l’attention sur des développements qui, selon Maitreya, se produiront conformément à la loi de cause et d’effet. Les événements extérieurs démontrent la justesse de sa vision.

Dès 1988, il prévoit la libération de Nelson Mandela et le processus de détente en Afrique du Sud. Il affirme que, partout dans le monde, les gouvernements vont devoir céder « à la voix du peuple », affirmation qui trouve une confirmation impressionnante en Europe de l’Est avec l’effondrement de l’Union soviétique et, dès 2011 avec les révoltes dans les pays arabes.

Maitreya annonce qu’« un effondrement des marchés financiers mondiaux va se produire en commençant par le Japon. » En 1989, le marché japonais perd 40 % de sa valeur et, dans les années qui suivent, la crise gagne l’Europe de l’Est et l’économie des « dragons asiatiques », la Russie et l’Argentine. Puis elle touche durement les Etats-Unis en 2008 et ne tarde pas à avoir des répercussions de par le monde.

A partir de 1988 – On rapporte dans le monde un nombre de plus en plus important de miracles dus à Maitreya et à son groupe. Ces signes de l’Emergence comprennent : des statues et des icônes de la Vierge et de Jésus qui versent des larmes et qui saignent ; des « croix de lumière » aux fenêtres ; des eaux curatives ; des textes sacrés dans des fruits et des légumes ; des statues hindoues qui boivent du lait partout dans le monde ; des croix et cercles de lumière sur des immeubles et des trottoirs.

Depuis 1991Maitreya apparaît miraculeusement à l’occasion de rassemblements de personnes, dans le monde entier. A Tlacote au Mexique, à Nordenau en Allemagne, ainsi qu’à Nadana en Inde, des sources aux propriétés curatives, énergétisées par Maitreya, attirent les foules.

Août 2001 – Apparition miraculeuse de l’empreinte de la main de Maitreya sur un miroir de salle de bain à Barcelone, Espagne. Imprimée et mise à la disposition du public en octobre 2001, la « main » permet d’invoquer les énergies curatives et l’assistance de Maitreya. Il dit : « Mon aide est à votre disposition, vous n’avez qu’à la demander. »

Et ensuite ?

Le signe de l’« étoile » – Le 12 décembre 2008, Benjamin Creme annonce qu’une « source de lumière d’un puissant éclat ressemblant à une étoile » va bientôt apparaître et sera visible nuit et jour partout dans le monde pour annoncer la première interview télévisée de Maitreya. A partir de janvier 2009, des témoignages de plus en plus nombreux parviennent à Share International et aux médias, ou sont postés sur YouTube.

Interviews de Maitreya à la télévision – En janvier 2010, B. Creme a annoncé que Maitreya avait donné sa première interview sur une grande chaîne de télévision américaine. Une série d’interviews à la télévision américaine et mexicaine a suivi. Maitreya donnera bientôt des interviews au Japon, en Europe et partout dans le monde. Ainsi, progressivement, il fait connaître son message et apporte ses solutions aux problèmes mondiaux.

Explication de Benjamin Creme : « Quand Maitreya apparaîtra pour la première fois, il n’utilisera pas immédiatement le nom de Maitreya. Il apparaîtra d’abord à la télévision américaine, puis au Japon et partout dans le monde. Il sera progressivement reconnu pour son analyse des besoins du monde. Cherchez un homme qui réclame justice et liberté pour le monde entier. Quand suffisamment de gens répondront à son message, on demandera à Maitreya de s’adresser au monde entier. »

Le Jour de Déclaration, Maitreya apparaîtra à la télévision dans le monde entier par l’intermédiaire de réseaux reliés par satellite. Il « adombrera » simultanément sur le plan mental la totalité de l’humanité, et tous les hommes (de plus de quatorze ans) entendront ses paroles intérieurement, télépathiquement, dans leur propre langue. Des milliers de guérisons miraculeuses auront lieu. Maitreya brossera un tableau de la vie future pour l’humanité et lancera son appel en faveur de la justice, du partage comme seul chemin menant à la justice et donc à la paix dans le monde. Notre réponse à cet événement déterminera totalement l’avenir du monde. Maitreya l’a déjà dit : « Mon coeur m’indique votre réponse, votre choix, et s’en réjouit. »

Issu du site http://www.partageinternational.org/decouvrir/11_6-chronologie.php

La pratique de la réalisation de Soi

 

La pratique de la réalisation de Soi dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA 278ad415-300x206L’un des moyens les plus simples de me connaître, affirme Maitreya, est d’être honnête dans votre mental, sincère dans votre esprit, de nourrir votre corps avec une nourriture appropriée et de pratiquer le détachement. Cette attitude engendrera l’harmonie. Lorsque vous expérimentez le Soi intérieurement, et que vous commencez à reconnaître que vous êtes une entité immortelle, totalement distincte du mental, de l’esprit et du corps, vous apprenez à utiliser ces temples du Seigneur de manière créative, en toute conscience. Des guérisons en découlent automatiquement.

« Le mental, l’esprit et le corps vous ont été donnés », déclare Maitreya, « afin que vous exprimiez mon Etre et mon Devenir, en pensées, paroles et actions. » Toute action accomplie avec un mental dépourvu d’honnêteté, un esprit dépourvu de sincérité et avec attachement, est destructrice. Ainsi, si vous pensez une chose, en exprimez une autre et en exécutez encore une troisième, vous êtes perdu. L’honnêteté du mental génère un discours et des actes honnêtes. Cette harmonie conduit à la paix et au bonheur. « Que vous soyez un voleur ou un saint », conseille Maitreya, « vous pouvez commencer dès maintenant. »

Mais par où commencer, se sont demandé certaines personnes. « Comment pouvons-nous pratiquer la sincérité ? » Examinons une expression fréquemment utilisée : « Avoir une conversation à coeur ouvert » avec quelqu’un, répond Maitreya. Quelle est la signification de cette expression ? Elle signifie que vous vous exprimez alors tel que vous êtes réellement, que vous communiquez à partir du centre – de votre centre – c’est-à-dire le Soi. Pratiquez cette attitude. Elle vous transformera, vous et votre entourage.

Le coeur ne peut jamais être terni ni même atteint. Il est le siège de l’âme. C’est le mental qui nous égare. La paix, la félicité, le bonheur et la grâce sont des qualités du coeur. « En vous mettant à l’unisson des « sentiments du coeur », enseigne Maitreya, « vous ferez l’expérience de votre innocence naturelle, celle de votre enfance. Ne cherchez pas à « visualiser » le coeur. Cela ne serait alors que l’oeuvre du mental essayant de découvrir la source de la lumière à l’aide d’une torche. » Maitreya enseigne que chacun d’entre nous a besoin d’un « espace intérieur » dans lequel personne ne nous dirige et n’est là pour nous dire où aller et ce que nous devons faire. Personne ne peut nous diriger. Nous sommes nés pour devenir conscients de nous-mêmes, pour reconnaître le Maître en nous. Notre espace intérieur est sacré. C’est le lieu où tous les problèmes se résolvent, où toute chose se dissout. C’est le lieu où nous nous rendons lorsque nous disons aux autres que nous sommes fatigués, effrayés, que « la coupe est pleine », lorsque nous désirons être seuls pour trouver notre propre espace.

Selon Maitreya: « Cet espace vous a été donné afin que la confusion et le chaos qui vous entourent se dissipent. Vous ne devez jamais livrer cet espace à quiconque, à l’exception de votre vrai Soi. La méditation est en fait un voyage de retour vers cet espace intérieur, permettant de trouver la paix et la félicité. »

(Extrait tiré du livre de B. Creme, La Mission de Maitreya – tome 2)

L’art de la réalisation du Soi

« Je ne suis pas venu pour fonder une nouvelle religion », affirme Maitreya, « mais pour enseigner l’art de la réalisation du Soi », ce qui n’est ni une idéologie, ni une religion, et cela profitera aux adeptes de toutes les religions comme aux individus qui n’en ont pas. « Je viens à vous « comme un voleur dans la nuit », afin que vous ne soyez pas trop bouleversés. Lentement, à mesure que votre conscience s’éveillera, vous pourrez « digérer » ce qui a été « absorbé ». En élargissant votre conscience, vous me connaîtrez. Prisonniers des idéologies, des « ismes », vous me combattrez.« 

L'art de la réalisation du Soi dans ENSEIGNEMENTS de MAITREYA juan_gris_004-150x150Attribuer à Maitreya, un titre tel que le « Messie » peut conduire à des illusions. Le terme « Messie » a été inventé par la race humaine et déclarer: « Je suis le Messie » peut engendrer des oppositions. Et bien que certains puissent trouver en lui les qualités de Jésus, affirme Maitreya, « ceux qui recherchent en moi un Instructeur sont plus près du but, car c’est ce que je suis » (Message n° 10).

La véritable qualité de l’Instructeur se révélera dans son enseignement: « Le Maître réside en vous. »

Selon les paroles mêmes de Maitreya: « Je cherche à exprimer ce que je suis à travers vous ; c’est pour cette raison que je suis ici. » « Je ne suis pas venu pour créer des disciples », affirme Maitreya, « chacun d’entre vous doit poursuivre son développement au sein de sa propre tradition religieuse. Un véritable disciple respecte les traditions. Respectez vos propres religions, vos propres idéologies, en bref, votre propre forme-pensée et vous connaîtrez le Maître. Même lorsque vous me verrez, ne courez pas après moi car vous me perdriez. Nul ne peut m’accaparer. J’appartiens à tous.

« Si vous me personnifiez, vous n’engendrerez que confusion, chaos et destruction. Si vous faites de moi un objet d’exhibition, vous ne saurez pas qui je suis. Même mes signes ne créent qu’un bonheur fugace. L’instant le plus heureux est celui où vous me percevez à l’intérieur de votre coeur.

« Je ne suis pas venu semer le trouble dans l’esprit des hommes. Lorsqu’ils me connaîtront, pour la première fois, ils découvriront le but de la vie. » Vous n’aurez pas l’impression de mener une existence futile, mais une vie dans laquelle le Maître est en vous et vous guide. Ce sentiment intérieur vous apportera une perspective différente de la vie. Vous apprécierez pleinement la vie. L’accomplissement aura lieu en vous. Tout est en vous. Lorsque cette réalisation se produira, vous n’agirez plus sous l’emprise de la colère. Par le détachement, vous ferez l’expérience du pouvoir de Dieu. Dieu est à l’origine de tout.

« Je ne désire pas que vous croyez en moi. Connaissez-moi tout d’abord en vous. Lorsque vous me connaissez, vous devenez alors conscients de ma présence en vous. Il ne s’agit pas d’une question de croyance. Je ne veux pas que vous m’acceptiez ou me rejetiez. C’est votre expérience intérieure qui compte. Ce que vous expérimentez par vous-mêmes », affirme Maitreya, « est votre richesse, la richesse de votre propre Etre. La vérité vivante est une question d’expérience.

« N’essayez pas de me vénérer », conseille Maitreya. « Si vous me vénérez, vous cherchez à vous dévaloriser. Cela, je ne le veux pas. Je veux que vous soyez égaux. Vous êtes une étincelle de l’Etre suprême. Ne pensez pas que vous êtes inférieurs à moi. « Seul le Soi importe », enseigne Maitreya. « Vous êtes le Soi, « un Etre immortel. » La souffrance est engendrée par l’identification avec tout ce qui n’est pas le Soi. Interrogez-vous : « Qui suis-je ? » Vous vous apercevrez que vous vous identifiez soit à la matière (le corps), soit à la pensée (le mental), soit au pouvoir (l’esprit). Mais vous n’êtes rien de tout cela. Le mental, l’esprit et le corps sont les temples du Seigneur que l’homme habite. A travers eux, le Soi expérimente l’Etre suprême et le Devenir du Seigneur. »

L’esprit, dans la terminologie sanskrite, est Shiv-shakti ou l’énergie. Le mental est Brahma ou l’élaboration de la pensée. Le corps est Prakriti ou la substance matérielle, qui peut également être perçu comme l’activité de la matière. Ces termes peuvent être considérés comme des faits objectifs, mais également être compris comme un mouvement ou un processus.

Le destin du Soi est d’être libre. Considéré sous son aspect liberté, dans son Etre, on le nomme Atman. Limité par le temps et l’espace, dans son devenir, il est l’âme ou Jiva. Le Soi n’est pas l’énergie (Shivshakti ou l’esprit). Le Soi n’est pas l’élaboration de la pensée (Brahma ou le mental). Le Soi n’est pas l’activité de la matière (Prakriti ou le corps). Le destin du Soi est d’entrer dans ces temples du Seigneur et de les quitter à volonté.

Shiva et Brahma peuvent être considérés comme faisant partie d’une trinité qui inclut Vishnou, l’aspect nourricier. Une personne dominée par Shiv-shakti peut accomplir des miracles, mais cependant elle paraîtra renfermée et inexpressive. Quant à une personne dominée par Brahma, elle sera peut-être philosophe, mais elle pourra également se trouver prisonnière de cette activité de la pensée. Une personne dominée par l’aspect Vishnou sera généreuse, même à l’excès, deviendra peut-être un saint, mais cela peut également se révéler être une prison. Durant les années soixante, les hippies réagirent à cet aspect Vishnou. Ils étaient désabusés par le pouvoir (Shivshakti) et par le mental (Brahma).

L’Etre est éternel, le devenir est temporel. Le Soi expérimente les deux. L’Etre et le devenir sont deux modalités différentes. L’Etre est immuable, alors que le devenir est un processus qui se déroule dans le temps et l’espace. L’homme, dans son Etre, est le Soi. Dans son devenir, il est l’âme – le reflet du Soi.

Le Soi est un témoin. Le Soi joue, à son niveau, le rôle du Tout-Puissant. Le Soi est une étincelle du Tout-Puissant. « Il existe des moments où vous sentez une présence derrière vous, en vous, au-dessus de vous, autour de vous. « Cette « présence » est le Tout-Puissant », déclare Maitreya, « il ne participe pas, il observe. Il n’est pas utile de lutter pour atteindre cet état. Chacun a la capacité nécessaire pour cela. Ainsi, lorsque votre conscience grandira, si vous mettez en pratique la discipline du détachement, vous me connaîtrez dans ma totalité. Dès que vous pensez à moi, je suis avec vous. »

Le Soi se fait connaître grâce à la conscience. Le Soi rend le mental, l’esprit et le corps conscients de la réalité, leur permettant d’agir en conséquence. Maitreya a déclaré : « Laissez croître votre conscience. La conscience, associée à l’intelligence, guidera le mental, l’esprit et le corps, ce qui engendrera l’harmonie entre le mental, l’esprit et le corps d’une part, et le Soi d’autre part. » Le Soi peut alors utiliser les forces de la vie pour transformer ce qui l’entoure et effectuer des « miracles ». Le mental, l’esprit et le corps ne sont que des véhicules.

La conscience est la lumière de la vie. Tout acte accompli en dehors de la conscience conduit à la destruction. Toute pensée qui vous conduit à l’égoïsme vous éloigne de la conscience. Il n’y a pas de mémoire attachée à la conscience. La mémoire se situe dans le mental. Tous les soucis et les conflits résident dans le mental, jamais dans la conscience. La souffrance, la dépression, la toxicomanie sont des états du mental. La conscience vous libère et vous permet d’apprécier la vie.

Lorsque la conscience n’est pas encore éveillée, les différents « ismes » contrôlent le mental, l’esprit et le corps, et engendrent des divisions. Ceci est maya, l’illusion. Lorsque la conscience exerce son contrôle et vous guide, les « ismes » ne peuvent vous approcher. La conscience peut même amener un roi à renoncer à son royaume, enseigne Maitreya. Les privilèges divisent, interdisant à l’entité résidant en vous d’expérimenter l’unité. On ne peut toutefois rejeter tous les « ismes » simultanément, car ces idéologies sont des étapes sur le chemin. La conscience contrôle le rythme de l’évolution.

La conscience n’engendre pourtant aucun fardeau. L’individu demeure attentif, immaculé et pur. En étant conscient, vigilant, il trouve la grâce, la paix et le bonheur. Ce sont là les bénédictions du Seigneur.

La conscience sera finalement respectée dans chaque foyer et à l’école comme un don sacré, venant de Dieu, affirme Maitreya. La conscience est la mère de la création. Elle ne peut jamais être divisée ni imposée. Aucun manuel ne peut la décrire, car elle n’a ni commencement ni fin. La conscience peut seulement être vécue. Elle est une graine qui ce trouve dans toute la création et dans chaque individu.

La conscience est universelle. Elle n’ »appartient » à aucune religion, ni à aucun gourou, saint ou politicien. Selon Maitreya, lorsque vous jugez en disant : « J’ai raison, vous avez tort », vous devenez prisonnier de l’attachement. Le Soi doit toujours pratiquer le détachement. C’est de cette manière que la conscience grandira. Le Soi est neutre et exempt de toute souffrance. La conscience protège le Soi. Tout comme le corps a besoin d’être baigné, le détachement est le « bain » du mental et la conscience est le « bain » de l’esprit.

(Extrait tiré du livre de B. Creme, La Mission de Maitreya – tome 2)

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...