La renaissance de la science des 7 marches

 

L’ initiation essénienne comporte 7 degrés, appelés « marches ».

Aujourd’hui, la première marche consiste à entrer dans la Ronde des Archanges et à porter l’Ange de la Ronde des Archanges. Après un an, l’Essénien peut entreprendre la formation des 4 Corps – de terre, d’eau, d’air et de feu – , à l’issue de laquelle il reçoit le ‘Nom de la Mère’, le nom de son âme, qui correspond à sa mission pour cette incarnation.

Quand il est né de la Mère, il peut réaliser la formation des 5 Sens, durant laquelle il doit purifier ses sens par un travail sur soi et des méthodes magiques qui lui permettent d’éveiller progressivement la lumière de son âme et du monde divin dans chacun de ses sens. Il peut également réaliser l’initiation du serpent de la sagesse.

Quand il a réactivé ses 4 corps et purifié ses 5 sens, il peut entreprendre la formation des 6 Lunes, qui mène à l’alliance avec un Ange. À partir du moment où il réussit cette haute initiation, il se tient sur la deuxième marche.

Ensuite, il passe la troisième marche et il maîtrise le serpent tentateur. Puis il passe la quatrième marche, celle où se tiennent les maîtres, et il entre dans ce que l’on appelle le service des 4 Cultes. Il a accès au monde des Archanges.

La cinquième marche correspond à la sortie du monde de l’homme pour entrer dans le monde des Dieux (Elohim). La sixième correspond à l’union avec la Mère. La septième est l’union avec le Père.

Le maître Jésus se tenait sur la septième marche de l’Initiation. Plus près de nous, les maîtres Peter Deunov et Omraam Mikhaël Aïvanhov se tenaient tous 2 à la quatrième, et le maître Rudolf Steiner, sur la troisième.

 esseniens

La persécution de Mani et de ses disciples

De l’église de Justice naquit une civilisation de la Lumière comme il n’y en avait pas eu depuis la glorieuse Égypte des pharaons Fils du Soleil. Mais alors que le courant spirituel de Mani avait atteint son heure de gloire et gagné des millions d’âmes, le roi Shapur 1er fut remplacé par Bahram 1er. Ce roi, jaloux de la gloire de Mani, était une sorte de magicien noir qui prônait un retour du mazdéisme, la religion de Zoroastre, mais à l’origine, cette religion était pure. Sous couvert de rencontre diplomatique, il pria Mani de se rendre à sa cour et le fit emprisonner. Il fomenta un complot basé sur des faits mensongers, puis il ordonna son martyre.

Après l’avoir écorché vif et écartelé, ses bourreaux lui arrachèrent le cerveau et remplirent son crâne de sable avant de l’exposer au sommet d’un piquet à l’entrée de la capitale de l’empire. Ses membres furent exposés aux 4 coins de la ville. Ce fut alors une véritable chasse aux Manichéens qui s’engagea dans tous les lieux de la terre où leur philosophie et leur culte étaient répandus.

Mani était un grand sage, un être exceptionnel ; il avait le courage d’aller jusqu’au bout de ses convictions, quitte à perdre sa vie. En engendrant le manichéisme, il luttait contre l’église chrétienne, qui commençait à être dégénérée et fermée. Il disait : « Je suis Mani, apôtre du Christ (NdBP : Pour la sagesse essénienne, le Christ n’est pas un Dieu qui serait venu une seule fois sur la terre, il y a 2000 ans, en la personne du maître Jésus, pour finalement l’abandonner à son triste sort. Les Esséniens, de tout temps, ont honoré le Christ comme l’homme de Lumière, l’homme universel pensé et voulu par Dieu à l’origine de la Création. Il est comme l’archétype, l’image originelle que tout homme porte en lui comme la graine d’une rose porte en elle l’image de son futur, si seulement elle trouve la force de sortir des ténèbres

souterraines. Ainsi en est-il du Christ en l’homme.), descendant de Zoroastre, de Bouddha, d’Hermès Trismégiste… » Il voulait faire prendre conscience que le christianisme est un enseignement universel, relié au bouddhisme, aux enseignements de l’Égypte ancienne, à ceux de Zoroastre… Le christianisme est la tradition de tous les peuples, de tous les hommes et rien ne devrait lui être étranger. Comme le disait Jésus : « N’allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. » (Matthieu 5:17) Mani, comme Jésus, venait accomplir non pas seulement les anciens prophètes juifs, mais tous les prophètes, tous les grands Fils de Dieu qui s’étaient incarnés sur la terre.

Mani a offert sa vie pour le christianisme, c’est-à-dire pour la dignité de tous les hommes et pour le respect du sacré.

Le retour de la Lumière

Malgré toutes ces persécutions, l’église universelle de Mani, son culte de l’amour et de la sagesse illuminèrent des millions d’âmes pendant plus de 1000 ans avant d’être réactualisés et renouvelés en Europe dans le nouveau culte de la Lumière : tout d’abord, le bogomilisme, en Bulgarie (du 9e au 11e siècle), puis le catharisme (du 12e au 14e siècle). La véritable religion de la Lumière est indestructible et finit toujours par renaître de ses cendres.

La Religion est le lien de vie qui unit l’homme au monde divin, qui lui permet de se connaître, de tisser de bonnes relations avec les autres et tous les règnes de la nature. La religion de la Lumière, ou religion essénienne, n’appartient à aucun peuple, à aucune religion du monde des hommes. Elle est uniquement divine. Elle est l’intelligence supérieure qui permet de guider les hommes dans la sagesse et la véritable royauté.

Pour notre époque, elle s’est de nouveau manifestée à travers le maître bulgare Peter Deunov et son disciple bien-aimé, Omraam Mikhaël Aïvanhov.

En 1944, au moment où le maître Deunov quittait ce monde, Aïvanhov devenait un maître et commençait à répandre l’enseignement de la Lumière dans toute l’Europe. Aujourd’hui, c’est la Nation Essénienne qui continue cette œuvre de la Lumière.

 

Source : Olivier Manitara Enseignement Essénien 

Lettre à la Terre par SORIA

Je viens des Pléiades et je suis un être féminin qui a accepté de vous transmettre des mots pour permettre à votre humanité de franchir la porte d’une nouvelle ouverture de conscience. L’ère du Verseau suggère une fluidité encore non expérimentée sur cette planète. La conscience qui arrive sur votre sol sera dérangeante, que ce soit dans la matière, dans le mental ou dans les mondes subtils. Pourtant, il n’y a pas moyen de passer à côté et de l’éviter; aussi, osons construire ensemble un pont neuf où chacun, d’un côté de ses rives, regardera l’autre et essaiera de lui tendre la main. L’effort que nous fournirons sera profitable autant à vous qu’à nous.

Nous sommes à jamais liés dans la création et notre devenir dépend du vôtre.

le pont

Nous voyageons sur une voie du Soleil qui nous mène à la périphérie de votre univers, en attendant de recevoir l’autorisation de nous rapprocher davantage de vous. Votre Terre est prête pour vivre son initiation. Ce moment très attendu est l’annonce d’une grande aventure. Préparons tous ensemble la réussite de cette initiation. Oublions, vous et nous, l’écart de conscience qui nous sépare et travaillons côte à côte à l’avènement des deux prochains millénaires.

J’écris ces lignes à la fin du premier semestre de 1999. J’ai devant mes yeux les événements immédiats que vous allez vivre. Il y a beaucoup de bouleversements auxquels vous ne pourrez échapper, mais derrière ces événements parfois dramatiques se cache l’arrivée d’une grande réalisation et d’un grand épanouissement.

Nous nous rapprochons de votre planète en apportant l’aide nécessaire afin que vous franchissiez l’étape qui se présente. Je suis heureuse de participer pleinement à votre devenir et à l’Ascension de votre planète. Vous allez bientôt entrer dans la quatrième dimension. Comme pendant tout changement vibratoire et de niveau de vie, vous allez vivre des moments difficiles, de doute mais aussi de remise en question.

Je suis au service de la Vie en transmettant des informations là où on me le demande. Je rentre donc au service de votre planète pour une durée indéterminée, avec un point fort qui se situera autour des années 2007 à 2050. J’ai reçu un programme fort chargé et je vous promets de mettre mes énergies à votre service pour l’exécution de ce plan d’intervention. Ceci ne veut en aucun cas signifier que je partirai après, mais vous serez habitués à ma présence et à mes interventions et je ferai partie de votre quotidien après 2050.

Mes frères et soeurs des Pléiades poursuivent le même but dans leurs interventions parfois différentes. Jamais nous ne nous serons autant mobilisés pour vous aider et réparer nos erreurs passées.

En temps que Créateur Confirmé dans ma tâche, je demande pardon à la Terre d’avoir interféré dans son devenir et de l’avoir plongée dans l’isolation de ses sueurs. Bien que je n’aie pas personnellement participé à ces erreurs de choix, je me sens responsable de mon peuple et de ses Anciens.

Aujourd’hui, je suis heureuse de mettre mon savoir à votre disposition et de réparer ces erreurs en vous offrant une ouverture de conscience.

Recevez la certitude de mon respect et de mon amour pour cette humanité terrienne,

SORIA.

Extrait du livre « les grandes voies du Soleil » où Soria se présente et annonce son rôle :

Soria est une énergie composée de plusieurs entités formant une bulle d’expression venant des Pléiades

Les Pléiadiens sont reconnus mondialement comme maîtres spirituels décisifs pour notre époque. Ils reviennent nous offrir une vision audacieuse et controversée du dessein le plus élevé pour nous sur Terre. Leur manuel, qui présente un style de vie inspiré, nous invite à restaurer et à rendre sa valeur à l’être humain et à identifier les énergies de la Déesse nous reliant à notre A.D.N. et à notre héritage véritable. »

Les Émissaires de Lumière des Pléiades sont un groupe collectif avec entre autres rôles, celui de gardiens de la Terre et du système solaire.

Ces êtres de Lumière sont présents à la fin d’un cycle majeur d’évolution et sont là pour nous éveiller à ce que nous sommes dans notre évolution et à ce qui nous est nécessaire pour entreprendre la démarche suivante.

Intervention de SORIA dans les Ecrits de KRYEON : AU-DELA DU VOILE…

Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/ 

IL EXISTE 2 TYPES DE GRANDS SAGES

 

Le premier groupe est représenté par l’Ancien, généralement âgé de 70 à 120 ans. Il a acquis la sagesse de ses ancêtres grâce aux leçons apprises et aux expériences vécues. La plupart de ces sages furent choisis très jeunes afin de devenir ce qu’ils sont. Ils ressentent une étroite connexion avec notre mère la Terre par l’intermédiaire de la terre, de l’eau, du ciel et du feu, et ils vivent leur spiritualité chaque minute de leur existence. Liés aux énergies qui émanent de leur environnement local, ces Sages se sentent profondément concernés par la préservation de  leurs sites sacrés. Ces énergies de la façon de se connecte à elles sont extrêmement importantes pour conserver l’équilibre de notre mère la Terre. Il s’agit d’un lien très profond qu’il leur est très difficile de rompre, même lorsqu’il leur arrive de quitte temporairement leur terre.

 1

Beaucoup de ces Sages sont dépositaires des anciennes prophéties de leurs ancêtres. Ils savent que le moment est venu de les faire connaître aux peuples de cette planète et nombreuses parmi ces prophéties sont celles qui ont trait à notre époque particulière.

Certaines prédisent des catastrophes pour notre planète et d’autres semblent extrêmement précises par rapport à la désacralisation en cours sur notre planète. Une bonne partie des ressources de notre mère la Terre sont extraites du sol sans aucune contrepartie nécessaire pour maintenir l’équilibre. Les Sages appellent cette contrepartie un Paiement. Le monde occidental actuel n’effectue pas assez de paiements pour compenser ce qui est utilisé pour permettre le fonctionnement de notre société moderne. En fait la plupart des Occidentaux semblent totalement déconnectés de leur nature profonde et de la façon dont les choses fonctionnent, et ils sont inconscients des déséquilibres qu’ils provoquent.

Les paiements concernent également chaque être humain sur cette planète. Les anciens croient fermement que nous sommes privilégiés de vivre sur la Terre. A chacune de nos incarnations sur cette planète, nous devons assumer des responsabilités afin d’en assurer le bien-être. Nous honorons cette responsabilité en respectant notre mère la Terre pour ce qu’elle nous accord, à nous qui vivons ici. Pour cela, nous devons effectuer un paiement – c’est à dire remplacer ce que nous utilisons en vivant sur cette planète. Nous devons également passer suffisamment de temps à remercier notre mère la Terre pour ce privilège ; l’importance d’une gratitude qui vient du cœur es tune autre leçon que les Anciens nous proposent.

Beaucoup parmi eux ont vécu assez longtemps pour avoir subi les multiples souffrances endurées par leurs peuples. La perte de leur Terre Sacrée et la haine de ceux qui la leur dérobèrent sont toujours profondément enfouies dans leur cœur. Cependant, nombreux sont ceux qui montrent la voie afin de pardonner ce qui a été accompli sur l’ensemble de la planète. Ils pensent qu’il existe une tâche plus importante – et qu’elle consiste à créer équilibre et harmonie avec notre mère la Terre et l’unité et la paix parmi les peuples ; les plus important est représenté par une connexion extrêmement étroite avec le Grand Créateur. Beaucoup d’Anciens parlent de liberté dans le pardon. Ce « laisser-faire » de la vieille énergie et cette ouverture des cœurs permettent la libre circulation de l’amour et la guidance d e l’Esprit qui nous unit tous.

 2

Le deuxième groupe de Sages est plus jeune ; il s sont généralement âgés de 40 à 70 ans. Beaucoup parmi eux vivent toujours leur phase d’apprentissage et d’expérimentation. Ce sont ceux qui furent envoyés à l’école afin d ‘être éduqués à l’occidentale. Beaucoup de ces Sages modernes tentèrent, avec succès, de vivre dans le cadre de la société moderne. Mais rapidement, ils ressentirent un grand vide et un sentiment de séparation d ‘avec l’Esprit et notre mère la Terre. Ils finirent par rentrer chez eux afin de retrouver leurs racines, car c’est sur leur terre qu’ils connaissent à nouveau leur plénitude et leur joie de vivre. Lorsque ces Sages modernes retournèrent sur leur terre, ils se mirent à apprendre l’ancienne sagesse et l’ancienne spiritualité des Anciens. Certains d’entre eux se firent les gardiens des anciennes prophéties. Ils peuvent parler plusieurs langues et savent comment évoluer dans le monde moderne.

Cependant, alors que leur enseignement progressait, les Sages les plus jeunes découvrirent rapidement que les anciennes méthodes et connaissances avaient autant de valeur que les technologies modernes. Certains scientifiques modernes commencent à accepter ce fait alors que les anciennes connaissances refont surface lentement. En fait l’essentiel de la technologie du monde occidental doit son existence aux peuples autochtones qui découvrirent et utilisèrent avec discernement les ressources naturelles fournies par notre mère la Terre. Les scientifiques modernes se servirent de ces connaissances pour établir les fondations de nombreuses fonctions de notre société actuelle.

Un certain nombre de ces Sages modernes ont également assumé la responsabilité de partager leur sagesse spirituelle avec le monde. Dans cet esprit, ils permettent aux autres de participer à leurs propres cérémonies afin de créer un puissant réseau d’énergie visant à soigner la planète et l’humanité. Par ailleurs, ils pensent également que le moment est venu pour tous les peuples de partager leurs connaissances, où qu’ils se trouvent sur la Terre, et d’aider les autres à reprendre leurs pouvoirs individuels dérobés ou délaissés à un moment ou à un autre. Tous les êtres humains peuvent reconquérir leur Sagesse intérieure et leur spiritualité.

Certains des Sages se qualifient eux-mêmes de « passerelles ». Ils peuvent relier ces deux mondes et ont accepté la responsabilité d’aider le nouveau monde à retrouver paix, harmonie et amour. Ces Sages, semblables à tant d’individus qui s’éveillent aujourd’hui, se rendent compte qu’ils représentent des passerelles entre l’ancienne sagesse et le temps « présent » de l’intégration. 

Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

POURQUOI UN CONSEIL MONDIAL DES SAGES

 

Le Conseil mondial des Sages (CMS) est un groupe en plein essor constitué des Sages des divers groupes autochtones dans le monde – réunis dans le but de conseiller et d’éduquer l’humanité en matière de paix mondiale. La mission du CMS consiste à rajeunir et à réactualiser l’ancienne sagesse et les connaissances sacrées et à les intégrer dans les cultures et les technologies modernes afin d’assister l’humanité et notre mère la Terre en réalisant l’unification, l’harmonie, et en créant une parfaite conscience spirituelle.

jésus

Les peuples autochtones qui sont  restés en contact avec notre mère la Terre comprennent que nous avons tous un rôle à jouer dans cette réunification. En conséquence, ils peuvent nous faire profiter de leur sagesse spirituelle et de leurs solutions concrètes afin de corriger les problèmes globaux que rencontre l’humanité.

D’une façon générale, les Sages possèdent une conscience spirituelle aiguë et sont en relation étroite avec notre mère la Terre. Ils font preuve de simplicité, d’humilité, de dignité et de beaucoup d’humour. Les Sages possèdent également une connaissance étonnante de notre personnalité, de nos origines et savent jusqu’où nous pouvons aller lorsque nous écoutons notre cœur et suivons notre propre connaissance intérieure. Cette sagesse a été préservée intacte, souvent dissimulée et transmise d’une génération à l’autre, jusqu’à ce qu’elle puisse être partagée dans l’énergie de notre époque très spéciale.

Quotidiennement, ils recherchaient les conseils du Grand Esprit de notre mère la Terre pour les aider à mieux saisir les principes de vie sur cette planète. A partir de ces enseignements, ces Sages spirituels comprirent quelles étaient les énergies et les vibrations propres à cette planète et le rapport étroit existant entre celle-ci et l’univers. Ces connaissances aidèrent les peuples autochtones à vivre en étroite symbiose avec les éléments terrestres. Ces derniers menaient une vie simple et élémentaire. Sur le plan historique, lorsqu’une société devenait trop complexe et perdait ses connexions avec le Grand Esprit et notre mère la Terre, elle s’autodétruisait et finissait par disparaître.

De nombreux peuples autochtones continuent d’être gouvernés par des Conseils des Anciens, et ce, depuis des milliers d’années. Ces peuples respectent la sagesse de leurs Anciens, qui ont une profonde expérience de la vie et des connaissances intérieures bien supérieures à celles des jeunes. Ils ont éprouvé les difficultés et les leçons de la vie  et possèdent la connaissance intérieure qui exige du temps avant d’être acquise et transmise aux jeunes générations.

L’histoire confirme que ces Conseils étaient composés d’Anciens qui gouvernaient leurs peuples avec beaucoup de sagesse. Ces Conseils étaient créés pour maintenir la paix et l’harmonie au sien de leur propre peuple et dans leurs relations avec les autres peuples. Il s’agit là de la plus ancienne forme de gouvernement de cette planète.

Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Honorer nos ancêtres

 

 

Dans de nombreux endroits à travers le monde, la reconnaissance des ancêtres est une partie intégrante de la vie sociale et religieuse. Presque chaque culture indigène honore leurs ancêtres et les esprits des ancêtres sont une partie de tout ce qu’ils font. Ils donnent grand honneur à leurs ancêtres décédés, le même que les grands-mères et grands-pères l’ont fait avant eux. Ils comprennent que leurs ancêtres ont une grande richesse de sagesse et de connaissance à notre disposition dans le moment que nous choisissons de demander. 

3

Si nous regardons les anciens systèmes spirituels de la planète, tels que le bouddhisme et l’hindouisme, les ancêtres défunts sont vénérés par chaque génération de passage sur Terre. Chez bouddhistes ou hindous qui ont accomplis des actes tels que le service aux autres, ou la méditation et des pèlerinages au cours de leur vie, croient qu’ils partagent ces mérites avec les membres de la famille qui sont déjà morts. Ils estiment que ces actes aident leurs proches défunts à se rapprocher de l’illumination, et il bénit leur vie en retour. Il y a aussi une croyance en ce que cela permet à la génération actuelle et à leurs prédécesseurs d’effacer leur karma négatif et de s’en débarrasser (bien que mon point de vue personnel est que le karma n’est pas positif ni négatif, il est tout simplement l’énergie akashique). 

Le culte des ancêtres est également répandu dans plusieurs cultures à travers le monde. Chez les asiatiques, la famille élargie est au cœur de la société et le culte des ancêtres est une activité religieuse importante. Leurs ancêtres et de leurs proches défunts sont très vénérés et honorés, et ils accordent une grande importance sur le paiement de karma à l’égard des parents et des aînés. Souvent au sein de cette culture, les membres de la famille se réunissent pour un banquet en la mémoire du défunt. Beaucoup de familles auront également un autel des ancêtres où des bâtons d’encens sont brûlés et des offrandes sont données, surtout quand ils sont dans le besoin de l’orientation ou de la prise de décision. 

En Inde, le culte des ancêtres est prédominant. Quand une personne meurt, de nombreux rituels spécifiques ont lieu, au cours de laquelle la famille offre des hommages au défunt. Chaque année, les membres de la famille répètent le rituel à la date anniversaire de leurs chers défunts. Ils ont aussi des rituels distincts, au cours desquels les familles se souviennent et créent des offrandes à tous les ancêtres. 

Beaucoup de sociétés africaines croient que les ancêtres deviennent esprits et les dieux, qi’ils vivent dans un autre monde où ils peuvent affecter la vie des vivants. Par conséquent les ancêtres sont appelés pour des événements importants et des cérémonies pour la vie. La présence des ancêtres apportera également la protection et bonne chance. Les Esprits ancestraux sont également soupçonnés de résider dans des endroits comme un arbre, un rocher ou une source d’eau fraîche. Parfois, même des sanctuaires sont construits pour eux.

 je n’ai jamais participé à une cérémonie pour honorer mes ancêtres. En fait, c’était un concept étranger. Pourquoi devrais-je le faire? Si quelqu’un me dit qu’ils avaient contacté leurs ancêtres, je pense que l’on peut  les voir par l’intermédiaire d’un médium, ou de participer à une séance de spiritisme. Communiquer avec les ancêtres ne faisait pas partie de ma réalité. Et vous ?  

J’ai appris sur la culture autochtone. Comme une jeune femme je suis sorti avec un homme autochtone pendant plusieurs années. Pendant ce temps, je me suis immergée dans sa culture et suis  devenue un membre de sa famille élargie. Il m’a donné un aperçu de la riche tapisserie de la parenté de la famille qui existe au sein des familles autochtones. Presque chaque tribu indigène a un lien profond avec la nature. Ils ont une compréhension profonde de leur environnement, bien au-delà de ce que j’ai appris à l’université ou de travailler dans le domaine de l’environnement comme un ranger ‘s du parc national. Pour les autochtones, la nature est plus que simplement un savoir sur les plantes et les animaux. La nature est la vie elle-même, tel que représenté et personnifié par la Terre-Mère – Pachamama – Gaia. 

J’ai souvent réfléchi pourquoi la sagesse et les connaissances détenues par les indigènes ne disposaient pas d’une place dans notre monde moderne trépidant. Beaucoup de nos frères et sœurs du monde entier autochtones ont grandi dans une société qui accorde peu de valeur à la sagesse et à la connaissance ancestrale, transmise de génération en génération. Peut-être qu’il est temps de se reconnecter à ce qu’ils savent ? 

Lentement, la conscience humaine est en train de changer et la reconnaissance des peuples autochtones comme les gardiens de la sagesse de la Terre. Les indigènes à travers la planète eux,  honorent Gaia, et tous honorent les ancêtres. Ils savent intuitivement qu’ils sont leurs propres ancêtres et qu’ils comprennent le cercle de la vie. Quand ils honorent les ancêtres, ils sont également entrés en contact avec leur propre mémoire Akashique. Chaque cérémonie indigène que je l’ai participé à travers le monde a toujours commencé avec un respect des ancêtres. 

Qui sont vos ancêtres? Etes-vous venez d’une famille où le culte des ancêtres est une partie intégrante de la vie, ou êtes-vous comme moi, dans l’inexistence de la notion dans votre famille?  

Nous passons souvent beaucoup de temps retraçant notre arbre généalogique, ou regardant la lignée de leurs ancêtres biologiques. Est-il possible que leur énergie soit encore en nous? En outre, il y a aussi un autre morceau ésotérique de ce puzzle: Au lieu de biologique, ce sujet de votre akashique (vie passée) lignée ? Est-il possible qu’une partie de nos expériences de vie passées soit encore en vie en nous?  

Votre lignée ancestrale Akashic serait vous, de nombreuses fois (la lignée de votre propre âme).

Notre Akash est une soupe de l’énergie, donc il n’y a pas de liste entre eux pour rendre hommage. Au lieu de cela, l’énergie de notre Akash communique avec nous par l’intuition. Il nous attire même à certains endroits. Par exemple, quelqu’un qui peut avoir grandi en Chine avec une famille chinoise, peut aller en Amérique du Nord et instantanément avoir l’impression d’un lien fort avec les Amérindiens qui y vivaient. Notre Akash nous tire souvent des lieux qui créent de forts sentiments de déjà-vu. 

Donc, si vous avez jamais été une partie d’une famille ou une tribu indigène qui honore leurs ancêtres biologiques Comment voulez-vous poursuivre, quand il n’y a pas de protocole culturel ?  

Je voudrais partager comment j’honore personnellement mes ancêtres. Je suis de première génération australienne. Mes parents sont hongrois et immigrés en Australie en 1969, de sorte que mon arbre de la famille révèle de nombreuses générations vivant en Hongrie. Je suis, par conséquent, exposés à la fois à des cultures hongroise et australiennes. J’ai aussi vécu en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Sud. Partout où je vais, je tiens à rendre grâce à Gaia d’être ici et de nous aimer. Quand je sens ma connexion à Gaia, je ressens la connexion avec les ancêtres qui marchaient sur la terre là-bas. Quand je participe à des cérémonies autochtones, je ressens l’amour des ancêtres me saluant. 

Donc, ma conclusion est que je ne pense pas que cela importe si elles sont dans mon lignage ou non. Nous appartenons à chacun d’eux, à la fois biologiquement et au sein de notre Akash. Peut-être que vous vous sentez ainsi ? Comme nous honorons les ancêtres de la planète, nous honorons donc Dieu et nous-mêmes.

Comme nous entrons en contact avec nos ancêtres, que nous nous connectons avec les modèles placés en nous et Gaia, nous ouvrons la porte aux portails qui détiennent la sagesse et la connaissance des âges. Cette connaissance sera nécessaire à créer une nouvelle humanité divine, de la culture des conscients. Les Anciens et les ancêtres sont ici avec vous en ce moment, célébrer comme vous  et lisez ceci. Et, bien sûr, certains d’entre eux sont vous ! 

 Depuis la rédaction de l’article ci-dessus Kryeon nous a donné de nouvelles informations sur nos ancêtres! Il était profond et c’est quelque chose que vous devez connaître. 

Voici ce que dit Kryeon: 

« Vous devez honorer vos ancêtres et je veux que vous honoriez vos ancêtres Akashiques. Seriez-vous d’accord avec moi pour dire que vous avez eu de nombreuses vies? Et si vous le faites, et si vous vous asseyez là et dire: «Oui Kryeon, je sais … que je dois. » Chacun d’entre vous ont eu une mère. Chacun d’entre vous ont eu un père. Chacun d’entre vous ont eu une famille quelque part à plusieurs reprises sur cette planète qui vous nourrit, qui vous a donné l’étincelle de vie, vous a appris à marcher, vous chéri et vous aime. Vie après vie, après vie et vous ne savez pas qui ils sont. Je voudrais vous dire qu’ils sont partout. Certains d’entre eux sont avec vous, la plupart d’entre eux ne sont pas. Physiquement, il n’y a pas d’importance. Je veux que vous commenciez à honorer vos ancêtres, vos proches Akashiques. Ceux qui sont vraiment la famille et ils sont encore dans votre Akash. Les énergies de l’amour que vous avez vécu tant de fois à plusieurs reprises depuis le début. Votre ascendance est énorme. Il est incroyable et je vous demande de regarder les choses différemment. Vous commencez à obtenir un diplôme dans de nouveaux types de pensées. Les ancêtres sont ceux de l’Akash. Ceux que vous ne pouvez pas retracer en généalogie. Ils sont ceux qui appartiennent à votre famille et anciennes familles de cette planète.  Je vous défie de commencer à faire des méditations en honorant les ancêtres akashiques qui vous apportent la sagesse que vous auriez aujourd’hui « .

 

Kryeon direct canaliser « Evolution de l’âme humaine » donnée à Calgary, Canada – 23 mai 2015. Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

Les conséquences de l’Atlantide

Question : Comme fin de l’Atlantide était connue longtemps à l’avance, pouvez-vous nous dire, étant donné votre contribution à l’histoire de l’Egypte, si le Haut Conseil de Sirius avait simplement décidé de concentrer ou de poursuivre les connaissances de l’Atlantide dans un autre endroit de la planète à cause de ce qui allait se produire dans l’avenir ?

momie-610x343

REPONSE : Nous vous rappelons que chaque âme de n’importe quelle sphère de conscience est maîtresse de sa propre destinée individuelle et qu’elle est cocréatrice de l’expérience collective avec laquelle elle vibre en harmonie. En tant qu’êtres terrestres de la troisième dimension, vous êtes donc cocréateurs de l’expérience terrestre. A son tour, la Terre coocrée l’expérience de votre être stellaire, Ra, dont elle est un aspect et un reflet.

En ce qui concerne l’Atlantide, il faut considérer que le savoir de ce monde ancien n’était pas limité au territoire de l’Egypte ancienne, le Khemit. Il était répandu en plusieurs endroits sur la Terre, car ce continent qui s’étendait des régions glaciales aux régions équatoriales avait sur ses terres tous les peuples indigènes imaginables.

Vous en prenez conscience en découvrant la philosophie des Atlantes, leurs constructions, leur magie et leurs alignements astronomiques sur presque tous les continents de votre monde modern. Vous découvrez des thèmes récurrents, dans l’histoire des peuples anciens. La nature de vos véritables origines et votre véritable code génétique deviennent de plus en plus évidents, et bientôt les secrets de l’Atlantide, ainsi que tout ce qui s’y produit, vous seront également révélés. La Salle des Archives se trouvant sous le grand Sphinx a déjà été localisée, mais il reste à l’activer. Il existe une autre chambre secrète à l’intérieur de la pyramide elle-même ; elle a été découverte, mais sa fonction vous est encore inconnue, car ceux qui en détiennent présentement l’accès n’appartienne pas à la Lumière et ils ne vivent pas cette expérience avec Amour. Ces êtres cherchent désespérément dans les champs solaires du complexe énergétique de Gizeh, incapables d’en rassembler les éléments, car leur propre âme est fragmentée.

[…] Si votre question visait plutôt à savoir si l’Egypte était une « terre d’immortalité en ce sens que la vie y était centrée sur la préparation de l’âme à la vie éternelle avec résurrection de l’être physique, nous vous répondons que, effectivement la quête de l’immortalité de l’âme et de la résurrection de l’être physique constituait la préoccupation essentielle de la vi dans ‘Egypte ancienne. A partir des mythes du « premier temps » ou Zep Tepi, tels que décrits dans les textes égyptiens, les premières sectes religieuse de l’Egypte enseignaient que, comme Osiris, l’individu pouvait atteindre l’immortalité et conserver sa présence physique dans l’au-delà. Cette quête de la vie éternelle, mal interprétée à partir des premiers écrits d’Osiris et de sa présence mystique plusieurs millénaires auparavant, était sans contredit un thème dominant dans l’évolution de la culture égyptienne. Ce qui en reste aujourd’hui, selon les vestiges trouvés dans les vieux tombeaux, ce sont les symboles de la quête d’immortalité des anciens Egyptiens, qu’ils poursuivaient selon trois processus distincts :

-       le premier était la momification du corps, effectuée méticuleusement afin de préserver la forme physique.

-       le deuxième était la fourniture de tous les éléments essentiels dont l’esprit avait besoin pour sa transition ; des aliments, des instruments et des articles personnels ayant une signification pour le trépassé.

-       le troisième était un rituel d’incantations et de formules magique s, qu’on enterrait avec le corps afin que l’esprit puisse s’élever de la dépouille pour voyager jusqu’aux Salles d’Amenti.

Questions/réponses extrait du Haut Conseil de Sirius – L’ANNEE DE LA COOCRETATION – KRYEON 2009

La pratique ancestrale chez les Esséniens

 

2ème partie : Cet interview de Daniel Meurois et de Marie-Johanne Croteau-Meurois, réalisé par le magazine Sacré-Planète et publié dans le n°44, qui développe le concept des Thérapies égypto-esséniennes, met en évidence l’origine des Soins Esséniens et Égypto-esséniens et le concept de Vie qui les soutient.
Ce savoir et ces valeurs font partie de l’enseignement que Daniel et Marie-Johanne diffusent en France dans leur concept de « Soins à sensibilité essénienne et égyptienne ».

Bonne lecture
Jean-Paul Thouny

A

SP : Quel était pour les Esséniens – et les Égyptiens qui ont précédé ceux-ci – le rôle de la maladie chez l’être humain ?

Daniel Meurois. : Dans leur Tradition comme dans toutes les grandes Traditions du monde, les thérapeutes ayant une vision globale de la maladie ont toujours perçu celle-ci comme un rendez-vous de l’être avec lui-même. La maladie indique inévitablement un carrefour dans la vie d’une personne, un carrefour qui lui suggère de repenser sa façon d’être, essentiellement son hygiène de vie intérieure. Celle-ci est émotionnelle et mentale. Elle est aussi en rapport avec ses croyances, car ces dernières deviennent vite des conditionnements qui orientent le comportement. En termes modernes, on pourrait dire que la maladie, vue sous cet angle, est perçue comme un clignotant rouge sur le tableau de bord d’un véhicule. Elle est le signe d’un désordre à repérer, dont les racines sont peut-être éloignées du symptôme qui se manifeste, ou apparemment sans rapport avec lui.

Pour en revenir aux Esséniens et aux Égyptiens, je dirais qu’ils accordaient beaucoup d’importance aux masses énergétiques engendrées par les pensées humaines. Ils voyaient, dans ces masses qu’on appelle de nos jours « Forme-Pensées », les germes de la plupart des troubles de santé. Ils avaient remarqué, d’une part que ces masses affaiblissent ou déstructurent l’aura humaine mais que, d’autre part, elles aimantent des organismes toxiques émanant du bas-astral, les « entité-maladies ». Leur première préoccupation était donc de nettoyer l’organisme subtil du malade par toutes sortes de méthodes, puis d’y lever certains barrages énergétiques, avant même de tenter d’y rétablir un courant de vie réparateur.

Des sortes de mantras, puis des pratiques de « reconstruction mentale » par visualisation, étaient ensuite enseignées aux malades capables de se prendre en charge afin qu’ils modifient leur rapport à la vie, et ne retombent pas dans le même problème. De manière générale, passer à travers une maladie, digne de ce nom, était pour ces anciens peuples comme franchir le cap d’une initiation. On était idéalement tenu d’essayer d’en comprendre le sens. Ce qui ne veut pas dire que c’était toujours fait et réussi.

Cette approche préfigurait incontestablement ce que nous appelons aujourd’hui les psychothérapies… hormis le fait que l’existence de l’âme en était le pivot majeur… « détail » qui n’est pas nécessairement le cas de nos jours, loin s’en faut, hélas. L’être est une globalité indivisible, ce qui veut dire que, si on l’ampute de l’une de ses dimensions, on ne résout aucun problème en profondeur.
On ne fait que le déplacer et on lui donne alors un autre nom.

 

SP : Les thérapeutes étaient à l’époque des prêtres car soigner était un acte sacré. Aujourd’hui, les choses ont évidemment changé et on ne conçoit plus que la prêtrise ait nécessairement quelque chose à voir avec les thérapies. À qui s’adressent les formations en soins esséniens que vous donnez, Marie-Johanne, en collaboration avec Daniel ?

Marie-Johanne Croteau-Meurois : Notre formation en soins esséniens ne s’adresse évidemment pas à tous. Nous pensons très honnêtement que tout le monde ne possède, hélas, pas en soi les qualités de base d’un bon thérapeute. Les qualités essentielles que nous recherchons dans notre école de formation sont, entre autres, celles de la réelle compassion – beaucoup de gens ignorent d’ailleurs le véritable sens de ce mot – la volonté sincère d’aider, la capacité d’écoute et d’accueil de la personne malade. À cela, il faut ajouter l’honnêteté, le discernement, une démarche spirituelle évidente et ce qu’on appelle la foi. Enfin, l’idéal est aussi de manifester certains dons particuliers propres à faciliter l’approche de ce type de thérapie comme, par exemple, une sensibilité particulière aux niveaux des mains, de la clairaudience, de la clairvoyance, etc.

Il ne s’agit pas de dire : « Pour soigner, on injecte de la lumière, de la lumière qui est autour, dans les corps subtils… » car, à mon sens, c’est une formulation incohérente dans le cadre de la Tradition essénienne. Elle semble ignorer absolument tout de l’aspect sacré des soins, et est réductrice quant à leur principe de base : celui de la recherche intérieure chez le thérapeute d’une « qualité » de Lumière spécifique. Le but est de canaliser celle-ci et ensuite de l’infuser avec le Cœur et toute la Conscience requise dans le corps du malade… en n’omettant pas de demander l’assistance et l’aide des Présences célestes, des Guides de Lumière.

Il faut préciser que l’acte de soigner est un acte de symbiose totale avec le « Ciel ». Une trinité composée de la Présence divine, du thérapeute et du malade doit se manifester. L’énergie thérapeutique circule donc du Ciel vers le thérapeute, son outil et son canal. Le thérapeute, de par ses mains, transmet ensuite au corps du malade « l’Onde sacrée de Guérison », dont la Lumière retourne ensuite au « Ciel ». Il s’agit d’un mouvement trinitaire et continu de régénération de la circulation de l’Énergie de Guérison et d’Amour des sphères célestes.

SP : Quelle place accordez-vous au sacré dans ces soins ?

MJCM : J’y accorde toute la place car soigner est un acte sacré en lui-même. Pas d’appel à l’aide d’une Présence de Lumière ? Pas de reconnaissance du Sacré ? Alors pas de réelle guérison possible.
C’est aussi clair et simple que cela. Tout résultat positif, en soins esséniens-égyptiens, repose sur la foi du thérapeute et le respect de l’aspect sacré du soin, donc sur une vraie connexion avec l’Onde divine universelle.

Daniel et moi-même n’enseignons pas qu’un ensemble de données à intégrer mentalement. Nous enseignons à désapprendre le mental pour se connecter à la Source et au Cœur de celle-ci en soi ainsi qu’à l’extérieur de soi, afin de laisser s’exprimer le Courant thérapeutique sur le corps malade. Nous essayons de faire sentir à nos étudiants l’existence d’une autre « marche » à gravir, celle qui dépasse le simple niveau du thérapeute et qui mène à celui du thérapeute-guérisseur.

Nous recommandons.par ailleurs de travailler en parallèle avec la médecine officielle de notre société, car aucune médecine ne devrait en exclure une autre. Les thérapies esséniennes résultent d’une communion sacrée et intime de l’âme et du cœur. La sagesse et la maîtrise sont de savoir manier intelligemment l’une et l’autre. Si nos enseignements souhaitent donner tous les outils de cette méthode, ils espèrent par-dessus tout faire toucher son côté mystique en permettant aux mains du thérapeute et à son cœur d’intégrer en eux l’Onde de la Guérison et de multiplier ainsi l’impact d’une simple technique. « L’amour seul ne suffit pas, il lui faut ce Souffle qui s’appelle Vouloir (1). Sans lui vous ne rêvez rien, vous n’accomplissez rien » est-il dit dans « Les Enseignements premiers du Christ » (2).

SP : Le Christ occupe manifestement une place très importante dans ce que vous enseignez. Le considérez-vous comme un thérapeute essénien ?

MJCM : Oui, le Christ occupe effectivement une très grande place dans ce que nous enseignons mais certainement pas parce que nous considérons qu’Il était un thérapeute essénien. Certes, Il avait été formé par « la Grande Fraternité des Frères en Blanc » dès son tout jeune âge au Krmel mais Il avait été aussi initié en Égypte et y avait enseigné dans les temples de thérapies.

Daniel Meurois a donné de multiples témoignages à ce sujet dans ses écrits et séminaires mais pour en un bref rappel, il a dit à peu près ceci : « De retour de son long voyage de 17 ans en Inde et dans les Himalayas, le Maître Jeshua, lors d’une mort initiatique dans la grande pyramide de Chéops, fut investi par la supra-conscience solaire du Christ. Suite à cet événement majeur, Il fut investi par une autre Force au cours d’une seconde initiation, lors de la fameuse cérémonie du Baptême dans le Jourdain. À la supraconscience du Christ s’est ajoutée Celle du Logos de notre Galaxie. Lorsqu’on parle du Christ, on parle donc du Christ-Jésus. On évoque trois puissances en une : la première, celle du Maître de sagesse incarné, la deuxième, celle de l’Être le plus réalisé de notre système solaire, la troisième comme étant issue de la Grande Présence manifestée dans notre Galaxie ».

Marie-Johanne ajoute : « Jai eu la chance d’être un témoin féminin proche du Christ, il y a deux mille ans. Vous faire un portrait de qui « Il » était et de « Ce » qu’Il est toujours,
pour moi, m’est tellement difficile… les mots sont trop petits ou insignifiants… Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à décrire ni à exprimer tout ce qui agissait et irradiait « de » et « par » Lui. Non, le Christ n’était pas un thérapeute essénien, Il était le Christ ! C’est par mon propre souvenir des enseignements du Maître Jeshua en personne reçus avec d’autres disciples en petit comité que j’enseigne maintenant. Je le fais donc avec la mémoire vive de mon âme. C’est par ce souvenir de Lui que je colore tous mes enseignements. Je n’oublie pas bien sûr, la source de base de ces soins reçus directement des Elohims (ou Frères des Étoiles) et revivifiés par Daniel ».

SP : Les thérapeutes esséniens étaient-ils plus souvent des hommes ou des femmes ?

Est-ce que les femmes avaient des fonctions spécifiques à l’aide, par exemple, d’huiles et de plantes ?

MJCM : Les Traditions des Églises sont essentiellement patriarcales et ont toujours eu tendance à laisser toute la place aux hommes. Le Maître Jeshua avait au contraire privilégié ou encouragé une tradition matriarcale. Ses premiers disciples étaient incontestablement des femmes, sa mère Myriam, Marie-Madeleine, Marie-Salomé, Marie-Jacobé… Ces femmes disciples s’appliquaient à soigner comme Lui au moins autant que les hommes.

Cela n’empêchait pas certaines d’entre elles de travailler à l’élaboration d’huiles précieuses utilisées en soins, de parfums spécifiques, et d’utiliser des plantes médicinales selon les méthodes ancestrales esséniennes et égyptiennes. Il ne faut cependant pas s’imaginer que tous les disciples du Maître Jeshua avaient tous des dons pour la guérison ou des connaissances dans ce domaine… comme il serait faux de croire qu’ils étaient tous des orateurs capables de rassembler des foules. C’est leur rayonnement qui a opéré l’essentiel de la transmission de sensibilité christique, qu’ils aient été hommes ou femmes, thérapeutes ou non.

SP : Daniel Meurois, y a-t-il eu une évolution des soins entre thérapeutes égyptiens et esséniens ? Est-il exact de dire que les soins esséniens étaient un peu plus éthérés ou peut-être plus dépouillés ?

D. M. : Il y a nécessairement eu une évolution ou plutôt un ensemble d’adaptations. C’est logique et rassurant car tout ce qui est figé, meurt. Chaque peuple, chaque culture a sa propre sensibilité, ses points forts et ses faiblesses. Une même connaissance qui voyage d’une tradition à l’autre se colore donc inévitablement au contact de la terre qui la reçoit. Elle peut s’enrichir dans certains domaines ou se fragiliser dans d’autres, c’est ce qui la rend vivante. Il ne faut pas oublier que la tradition de ces soins était d’abord orale. D’un enseignant à l’autre, de l’Égypte à la Palestine, on y trouvait par conséquent quelques variantes.

En réalité, affirmer que les soins étaient plus éthérés ou plus dépouillés chez les Esséniens que les Égyptiens serait un peu simpliste. Cela dépendait essentiellement du maître qui enseignait et du contexte dans lequel il communiquait sa connaissance. Je reconnais toutefois que les Esséniens craignaient un peu plus le contact du corps que les Égyptiens en raison de leur appartenance au Judaïsme. Je dirais aussi que les Égyptiens se montraient moins dualistes qu’eux à ce propos, car ils voyaient plus facilement le corps physique comme un temple à respecter que comme une manifestation pesante de la vie.

À ce niveau, Jeshua se montrait certainement plus Égyptien qu’Essénien car il ne craignait aucun des aspects du corps humain ; Il ne répugnait absolument pas au contact de la chair, contrairement à ce que toute la Tradition chrétienne a cherché à nous faire croire. À ses yeux, la vie était une globalité dont aucun des niveaux de manifestation n’était à exclure. C’est ce que Marie-Johanne et moi tentons de faire comprendre dans la façon dont nous communiquons les thérapies. Le subtil et le dense sont étroitement imbriqués et ne doivent pas se repousser ou s’exclure l’un l’autre.

SP : La science actuelle découvre des notions dont les Égyptiens avaient, semble-t-il, connaissance il y a plusieurs milliers d’années. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

D. M. : j’ai effectivement évoqué, dans « Ainsi soignaient-ils« , l’existence dans le cœur humain d’un point précis que les Égyptiens du temps d’Akhenaton appelaient « le point-vie ». Un tel point paraît bien correspondre avec une zone mise en évidence depuis peu dans le cœur humain par les chercheurs de l’Institut Heartmath, aux États-Unis. Il s’agit d’une zone hyper-sensible constituée d’environ 40 000 cellules à laquelle il ne faudrait toucher en aucun cas, lors d’une chirurgie cardiaque, sous peine de provoquer la mort instantanée du patient.

Les chercheurs en parlent clairement comme d’un cerveau cardiaque doté de mémoire. En ce qui me concerne, ce point me fait nécessairement penser au prolongement ou à l’expression physique de ce que l’on nomme l’atome-germe.

L’atome-germe, je le rappelle, est un atome subtil fait de condensé d’Akasha. Il constitue, en quelque sorte, la base fondamentale de données – ou, si on préfère, le « disque dur  » – de chaque être humain. Il est sa mémoire totale depuis l’origine de ce qu’il est. Il véhicule donc les éléments karmiques de chacun, son histoire et son architecture profonde. Je ne doute pas que cette découverte moderne – qui est en réalité une redécouverte – puisse susciter beaucoup d’intérêt dans les années à venir et participer finalement au rapprochement du subtil et du dense. Finira-t-on par comprendre que l’intelligence du cœur n’est pas qu’un beau concept métaphorique et poétique ?

SP : Un tome II d’« Ainsi soignaient-ils ? » est-il en préparation ?

D. M. : À vrai dire, peut-être bien plus qu’un simple tome II… mais ce sera une surprise. Il y a tant à dire pour « ressusciter » tout cela !

Interview de Daniel Meurois et Marie-Johanne Croteau-Meurois

www.danielmeurois.com

LES ESSENIENS SUR LE CHEMIN

 

 

1ère partie : Cet interview de Daniel Meurois et de Marie-Johanne Croteau-Meurois, réalisé par le magazine Sacré-Planète et publié dans le n°44, qui développe le concept des Thérapies égypto-esséniennes, met en évidence l’origine des Soins Esséniens et Égypto-esséniens et le concept de Vie qui les soutient. Ce savoir et ces valeurs font partie de l’enseignement que Daniel et Marie-Johanne diffusent en France dans leur concept de « Soins à sensibilité essénienne et égyptienne ».

Bonne lecture
Jean-Paul Thouny

C

La médecine allopathique est impuissante à soigner certaines maladies. Face à ce constat, beaucoup de personnes se tournent vers d’autres approches thérapeutiques, que l’on appelle « énergétiques ». Daniel Meurois et son épouse Marie-Johanne développent une approche spécifique, héritée de l’Egypte antique et de la Palestine, qui considère l’être humain dans sa globalité et son essence.
Les thérapies égypto-esséniennes plongent aux racines de la maladie pour redonner à l’être la possibilité de cheminer vers sa guérison.

SP : La Tradition des soins énergétiques que l’on connaît aujourd’hui sous l’étiquette globale de « Soins esséniens » était également connue en Égypte antique.
Cependant, ne serait-elle pas plus ancienne encore ?
Pouvez-vous nous parler de ses véritables origines ?
Peut-on, par exemple, évoquer l’Atlantide ?

Daniel Meurois : En réalité, c’est une tradition qui n’a pas d’âge. Étant donné qu’elle se base sur une connaissance intime des circuits empruntés par le courant universel de la Vie au sens le plus large du terme – c’est-à-dire cosmique et intemporel - il est pratiquement impossible de parler de ses origines. Évoquer l’Atlantide serait mentionner une simple étape de son parcours, rien de plus.

Ce qui est certain, c’est que cette Tradition n’est pas uniquement « terrestre ». Je veux dire qu’elle a voyagé d’un monde à l’autre. Chaque type d’humanité et chaque peuple par lesquels elle est passée l’ont évidemment un peu colorée à leur façon, ce qui est logique. Par ailleurs, c’est ce qui fait aussi sa richesse.

En réalité, soigner avec l’aide des mains et en fonction de l’anatomie subtile du corps est un réflexe inné, propre à tout être humain sensible à l’existence de l’âme.
C’est l’éducation que celui-ci reçoit dès sa plus petite enfance qui le fait généralement se détourner d ce genre de rapport avec l’être, sa maladie et sa souffrance.

On peut penser sans craindre l’erreur que, ce que j’appelle aujourd’hui la Tradition égypto-essénienne, s’est construite au fil des âges et des mondes à force d’observations et d’expérimentations, d’abord intuitives, puis structurées en un système cohérent révélant clairement la présence d’une architecture subtile de l’être humain et, par conséquent, de son rapport avec le Divin.

SP : Quels furent les rôles d’Aménophis III et d’Akhenaton dans la diffusion de cette Tradition ?

D. M. : Ces deux pharaons ont été les principaux compilateurs éclairés et méthodiques de ce corpus de données.

Pour l’Occident et dans le présent cycle d’humanité, ce sont eux qui ont structuré un tel système de références et de pratiques. Ils en sont restés les gardiens jusqu’à la transmission à un groupe restreint de personnes au sein du peuple hébreu.

C’est par Moïse que la transmission s’est opérée, même si celui-ci n’occupait pas une fonction de thérapeute parmi les siens. Lorsque je dis « Moïse », cela signifie lui et ses proches. C’est comme lorsqu’on dit « c’est Aménophis III et Akhenaton »… On devrait plutôt dire que c’est sur leur demande. En résumé, toutes les connaissances qui ont la réputation d’être ésotériques dans notre culture occidentale ont été collectées, structurées, puis développées par les Égyptiens.
Les Esséniens n’ont pas adopté la totalité de cet héritage. Les thérapies les motivaient en priorité ainsi que les données concernant les corps subtils de l’Univers…

Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’il y a un rapport d’analogie entre le corps humain et sa réplique dans le cosmos. Pour le reste des connaissances traditionnelles, nous les retrouvons dans la science de la Kabbale.

SP : Certains ouvrages affirment que ceux qui ont été formés selon cette Tradition auraient été initiés à l’immortalité ? Est-ce que les annales akashiques permettent de dire quelque chose à ce sujet ?

D. M. : Le principe d’immortalité ne figurait pas parmi les préoccupations des initiés thérapeutes esséniens. Pour eux, comme pour nous, le corps physique n’était que transitoire. Il existait cependant des pratiques très particulières basées essentiellement sur la Maîtrise du souffle dont le but était de nettoyer le corps et le mental de la plupart des scories qui accéléraient son vieillissement. Elles étaient réservées à un très petit nombre de personnes – un peu analogues à des yogis avancés – qui se sentaient appelées à prolonger à l’extrême le bon état de leur corps. Le fait de pouvoir amener le corps physique à un autre plan vibratoire sans passer par la mort – comme c’est le cas pour les Maîtres de Shambhalla et de leurs disciples alchimistes – est le résultat d’une illumination ou d’une transfiguration individuelle orientée vers une forme de service très précis. Ce n’est pas le fait d’une école initiatique spécifique.

Aujourd’hui, la recherche presque compulsive de l’immortalité de la chair est clairement le délire d’une certaine Amérique qui est fascinée par tout ce qui ressemble à des pouvoirs et qui craint par-dessus tout, la vieillesse et la mort. La véritable immortalité se situe à un tout autre niveau.

SP : Comment une telle Tradition a-t-elle perduré dans le temps ? Y a-t-il aujourd’hui des groupes qui seraient encore détenteurs de ces connaissances ? On évoque parfois la Rose-Croix et le Catharisme…

D. M. : La Tradition égypto-essénienne a perduré de façon souterraine dans son aspect global à travers les écoles et mouvements initiatiques occidentaux. Pour ne citer que les plus connus, on peut effectivement évoquer : les Ordres Rosicruciens, certaines organisations qui se réclament des Templiers et même, par certains aspects, le Druidisme, bien que la filiation de leurs connaissances soit plus complexe. Il est exact que le Catharisme n’est pas à omettre d’une telle liste, même si on peut déplorer son côté très dualiste… lequel, par ailleurs, le fait se rapprocher un peu de l’ « Essénisme » des monastères.

On parle ici de connaissances dites purement ésotériques, de rituels faisant appel aux énergies subtiles de la Nature mais aussi de haute métaphysique et de philosophie au sens sacré du terme. Ces mouvements et ces écoles se manifestent généralement par
cycles d’activité et de sommeil, ce qui veut dire avec des hauts et des bas, des apogées et des décadences, comme tout ce qui est incarné. En ce qui concerne une Tradition thérapeutique structurée et fournie, à ma connaissance, il est beaucoup moins évident d’en retrouver la trace au cœur de ces écoles.

On y trouve la théorie de la transmission de la structure énergétique du corps humain… (encore que l’Orient ait été beaucoup plus précis à ce niveau) mais pas pour l’enseignement organisé de pratiques thérapeutiques proprement dites.

Il ne faut pas oublier que la Tradition égypto-essénienne était essentiellement orale.
Lorsque certaines données étaient couchées par écrit, sur des rouleaux de papyrus par exemple, c’était souvent de manière codée ou symbolique. Ce n’était pas tant pour dissimuler des informations que pour en préserver le caractère sacré et intangible. Aujourd’hui, nous avons l’impression que les mots peuvent tout définir alors que, très souvent, ils enferment des concepts dans une sorte d’enclos mental. C’est là où les symboles et les archétypes trouvent leur raison d’être. Ils amènent la réflexion à différents niveaux… sachant que l’on n’accède pas à ces niveaux simplement à l’aide de bonnes capacités intellectuelles.

SP : Comment cette Tradition thérapeutique est-elle réapparue à notre époque ?

D. M. : Je dois dire que j’ai été personnellement amené à la faire ressurgir sans l’avoir toutefois recherchée. En premier lieu, il me faut préciser que cela ne s’est pas fait par le biais des Annales Akashiques, c’est-à-dire de la mémoire du temps, mais par canalisation. Ces canalisations – par incorporation – se sont produites dès l’automne 1984. Quant aux recherches de mon âme à travers les Annales Akashiques, elles m’ont permis d’approfondir puis de structurer progressivement l’ensemble des données découvertes au cours des décennies.

En 1984 donc, dans le petit village de Plazac, en plein Périgord, j’ai commencé à canaliser et à retransmettre ainsi, en direct, des informations d’ordre thérapeutique. Celles-ci m’étaient adressées à partir de sphères de consciences extérieures à celle de notre planète. Elles émanaient d’êtres non-terrestres qui avaient déjà communiqué, dans un passé reculé, avec les anciens peuples de notre monde, dont tout spécialement les Égyptiens et les Esséniens.

Notez bien que je préfère utiliser l’expression « sphères de conscience extérieure à celle de notre planète » plutôt qu’une autre qui serait plus contemporaine. Pourquoi, me demanderez-vous ? D’abord, basiquement, parce qu’une certaine science-fiction et certains écrits ont utilisé de n’importe quelle façon ces termes et les ont galvaudés. Ensuite parce que la notion de « sphère de conscience » fait avant tout référence à celle de « niveau de conscience », autrement dit à une altitude intérieure de l’être et non pas
à un écart technologique. Dans les anciens textes rattachés à notre culture, on parle en fait d’Elohims. C’est bien d’eux dont il s’agit ici ; ils sont à la source des informations que je reçois depuis 1984.

Un certain nombre d’Esséniens, mais pas leur totalité, étaient – faut-il le rappeler ? – des hommes et des femmes qui entretenaient, de par leur sensibilité psychique, un rapport aisé avec l’Invisible. Le contact avec des présences d’origine non-terrestre et d’envergure cosmique – donc en prise avec le Divin – leur était familier. Il arrivait que ceux-là communiquent donc avec les Élohims.

En 1984, j’ai été amené à me reconnecter régulièrement avec mes anciennes existences essénienne et égyptienne. Ce fut le véritable « coup d’envoi » du travail que j’essaie de poursuivre aujourd’hui ; j’ai commencé à recevoir publiquement, devant une assistance de trente à cinquante personnes, au rythme d’une ou deux fois par semaine, des enseignements relatifs aux thérapies esséniennes… ou, plus exactement, égypto-esséniennes. Lors de chaque réunion, je consignais ces informations de ma propre main. Beaucoup de données passant par ma bouche lors des moments de canalisation ont également fait l’objet d’enregistrements sur bandes magnétiques.

Dans le Périgord, ce travail s’est étendu sur une douzaine d’années, il s’est ensuite prolongé au Québec. C’est de cette façon que la tradition thérapeutique dont il est question ici a ressurgi. La méthode de soins énergétiques qui en résulte a toujours été accompagnée de messages précis, avec tout un ensemble d’informations. Ces données à la fois pratiques et spirituelles ont finalement, et tout naturellement, constitué au fil des ans un véritable corpus. C’est de cette façon que l’on peut résumer l’historique de cette Tradition thérapeutique telle qu’elle se manifeste de nos jours…

Lorsque les soins esséniens – ou égypto-esséniens si on préfère, puisque cette dénomination est somme toute plus précise – ont refait surface, on ne leur donnait d’ailleurs pas de nom spécifique. On évoquait simplement des soins énergétiques universels. On les a finalement nommés esséniens par assimilation puisque ce sont les thérapeutes esséniens qui ont été les derniers à les pratiquer, il y a environ deux mille ans.

Je dois ajouter que la somme d’informations qu’ils constituent maintenant s’enrichit encore aujourd’hui, au rythme des informations que je collecte dans les Annales Akashiques auquel s’ajoute le savoir-faire de mon épouse, Marie Johanne, très « en prise » également avec « l’époque essénienne ».

 

Interview de Daniel Meurois et Marie-Johanne Croteau-Meurois

www.danielmeurois.com

QUI SONT LES GUIDES DE LUMIERE?


VIRUTAL

En réponse aux demandes de reconnexion avec vos guides, je souhaite préciser de nouveau ce que sont les guides de lumière. Cela facilitera votre compréhension des messages. Les guides de lumière correspondent à des états, des niveaux de conscience intermédiaires, entre vous et la Source de Vie.

Autrement dit, sur le chemin de la reconnexion avec le Soi-supérieur vous recevrez la guidance de plusieurs énergies qui jalonnent votre chemin. Ces guides de lumière sont des archétypes vous guidant dans le labyrinthe de votre inconscient et de l’inconscient collectif.

Ils sont des représentations de la Lumière Source qui, elle, n’a pas de forme et peut prendre parfois l’apparence de guides humanoïdes pour vous faciliter la compréhension de ses messages.

Lorsque vous voyez ou sentez des guides, gardez en tête qu’ils ne sont pas extérieurs à vous-même. Ils représentent des manifestations de votre « Maître intérieur » la Source de Vie, dont l’étincelle divine est en chacun de nous.

Nous ne sommes qu’Un. Ne sombrez pas dans la séparation ni la dualité de préférer un guide à l’autre. La Source, le Soi, votre Etre, vous envoie précisément ce dont vous avez besoin pour vous réunifier à elle.

Si beaucoup ont besoin de l’énergie du guide « Ashtar Sheran » pour s’éveiller, c’est parce que cette énergie à haute fréquence peut être captée et comprise par tous. Quel que soit notre niveau de conscience et quel que soit notre puissance d’ancrage…

C’est un archétype fédérateur! D’où sa relation évidente avec les êtres de la fédération galactique qui aident, eux aussi en lien avec la Source, à nous fédérer autour du but commun de l’ascension planétaire.

Néanmoins, sachez que sur la voie du retour aux origines, la Source vous guidera toujours vers vous-même en priorité. « Ashtar » et les autres guides sont donc les parties de vous-même qui sont les plus faciles à exprimer dans votre état de conscience présent.

Il vous sera demandé d’exprimer toutes les autres qualités de l’énergie Source pour en retrouver le chemin, dont l’énergie non moins importante de la Mère Divine, « Isis ». Un bon ancrage à la Terre Mère vous y aidera, tout autant que le fait d’avoir su mettre la tête dans les étoiles! Car tout ce qui est en haut est aussi en bas et vice versa…

Comme nous sommes « en bas », le meilleur moyen de « monter » est de cultiver notre connexion à la Terre. Connexion qui devrait être à toute épreuve pour pouvoir faire face aux aléas de la vie quotidienne tout en restant dans notre présence.

Dans le pouvoir de l’instant présent vous pouvez ressentir constamment cette connexion puissante et libératrice d’avec la Mère Divine, par le biais de votre lien avec notre chère Terre.

Prenez conscience de l’Or que représente ce lien à la Terre! C’est votre fil d’ariane pour sortir du labyrinthe de l’inconscient et des peurs qui s’y cachent et freinent votre discernement.

Que votre Ancrage soit fort pour vous permettre de faire pousser sur Terre les germes de lumière contenues dans votre âme. Celle-ci souhaitant s’incarner dans votre véhicule terrestre, ici et maintenant, il vous appartient d’ancrer ce véhicule le mieux possible. C’est la condition pour le faire décoller vers les sphères de la Conscience Unique…

Comment travailler son ancrage à la Terre? Et bien tout comme l’Eveil Spirituel permet de développer notre connexion au Ciel, l’Alchimie Spirituelle est l’art sacré qui permet la connexion à la Terre. Elle est souvent dénigrée, à tort, par ignorance, mais également parce que cette science implique une véritable remise en question des acquis.

En outre, elle implique un réel travail sur soi et non la seule intention d’être dans la lumière en restant en état de conscience voilée. L’intention doit être validée par une exploration de notre matière dense.

Il s’agit de déconstruire pour pouvoir reconstruire sur de nouvelles bases, plus saines, plus solides. Des bases qui préparent à la véritable expression du Soi Divin. Les religions et plus récemment les sciences ont écarté du savoir officiel les principes d’alchimie qui, pourtant, représentent la connaissance véritable des mystères de la Nature. Le New Age égare également les cherchants sincères de cette voie de réalisation pourtant Royale!

Les connaissances en alchimie remontent à l’ancienne Egypte et au delà… Les esséniens, les celtes ont véhiculés cette connaissance ainsi que d’autres peuples. Il existe plusieurs voies alchimiques: occidentale, orientale, asiatique, etc., toutes issues de la tradition primordiale (ou connaissance universelle), que les anciens possédaient.

Les principes et textes alchimiques contiennent des clés pour favoriser votre connexion à la Terre, l’équilibre des quatre éléments en vous et le mariage féminin/masculin, ciel/terre. Votre véritable développement personnel et spirituel passera inévitablement par la voie de l’alchimie interne. C’est à dire la réalisation du mariage alchimique en vous.

Les énergies diffusées actuellement par le cosmos sur notre Terre favorisent l’émergence de cette connaissance qui intuitivement revient en mémoire. Cela ne dispense pas l’être incarné de son devoir de participation au grand oeuvre du plan qui prévoit que chacun oeuvre sur lui-même et soit son propre sauveur.

Aurélie Pech d’Arcadie

(merci infiniment de transmettre le texte à condition de ne pas le couper, ne pas modifier le contenu et de mentionner la source: www.lecheminversarcadia.com)

Message d’ADAMA Juin 2015

 

MESSAGE ADAMA « Bonjour à vous mes frères et soeurs de lumière, je Suis Adama de la cité de Telos. Vous me demandez, aujourd’hui, d’évoquer avec vous ce que peux être Telos, l’Agartha ou Shamballa. Vous trouverez tellement de définitions de cela au travers vos livres qu’il est possible et compréhensible que vous en soyez étonné et pourtant, toutes ces définitions sont vraies.

Alors, pour vous, imaginer que la Terre serait creuse est un exercice demandant une immense concentration est une ouverture de la foi qui dépasse souvent l’entendement tellement vous avez été envahie d’information contraire vous affirmant que le cœur de votre monde ne pouvait contenir qu’un noyau mou de matière ou les réactions nucléaires s’enchaînerait jusqu’à valider une théorie fausse vous amenant à croire que votre surface ne représente que la seule possibilité d’expression de l’humanité planétaire. Il n’en est rien, nous habitons bien mes frères et moi le centre de votre planète, il existe sous des couches profondes de votre sol, des couches qui se succèdent intensément mais ce que vous appelez le « noyau » ne fais que quelques dizaines de kilomètres.

Le rayon de votre planète oscille autour des 6 000km et cela peut laisser un champ plus large que les expériences que vous pensez réelle. Alors, oui, il existe une terre dans la terre dont il existe des accès via les pôles mais via aussi certains lieux lumineux que je préfère simplement évoquer ici même si le Mont Shasta est connu pour être l’entrée de Telos. Dans cette « terre » creuse existe un grand Soleil central, un centre d’énergie de lumière pure. Ceci constitue le coeur du vaisseau Terre. Nous vénérons cette énergie car elle représente l’essence de la Vie sur nos villes.

Notre peuple existe depuis des éons, des milliers de vos années, nous vivons bien plus vieux que vous et certains d’entre nous, atteignent quasiment les 300 ans ce qui reste un âge ultime qui n’est atteint que par de grand sage ayant la connaissance des sciences de l’âme.

Je suis moi même assez « âgé » selon vos normes externes. Il s’agit pour moi aujourd’hui de vous dire qu’en tant qu’ancien peuple de la Lémurie et de cités que vous avez connues sous le nom d’Atlantide ou Chichen Itza, nous avons décidé sciemment de nous installer dans l’intra-terre ou nous avons développé nos réseaux au fil des âges. Éclairé de la lumière divine de nos anciens, ce choix fut fait afin de respecter l’évolution externe de l’humanité qui se déchirait sous des quêtes de territoires qui, même de vos jours, ne sont pas vraiment terminées.

Alors, notre vie ici, dans nos cités cristallines, est à la fois plus simple et plus riche d’enseignements que celle que vous vivez à l’extérieur, bloqué par les limites d’une pensée qui vous est souvent induite de gouverneurs souhaitant plutôt vous asservir que de vous libérez de la vérité simple de votre appartenance à l’univers de toutes éternité. Notre cité a fait son ascension depuis des centaines d’années mais nous restons très proche, vibratoirement, de votre plan de conscience et de votre plan physique. Effectivement, vous êtes et resterez, nos frères et soeurs de lumières vivant actuellement leurs propres ascension. Pour que certain viennent jusqu’à nos cités, nous avons utilisés des processus simples d’accélération de conscience afin que ceux qui en sont porteurs, puissent voir de leur yeux humains ce que peux être le monde de lumière et d’amour que constitue l’univers intérieur de la planète. Ce processus vibratoire est en cours pour toute l’humanité.

Vous n’êtes plus sans pouvoir savoir que les plans subtils rejoignent maintenant la matière. Les cristaux qui soutiennent nos cités sont maintenant en croissance exponentiel partout autour de la Terre pour soutenir l’oeuvre divine qui rapproche des plans de lumières, des « dimensions » diriez vous, entre eux. Frères et soeurs de lumières, nous soutenons ce processus de lumière de notre conscience. Ils seront nombreux ceux qui verront, avant la fin de leurs incarnations, les cités que nous évoquons avec vous car, nous en avons construit dans l’espace planétaire mais aussi dans l’espace interstellaire et ces vaisseaux de lumières approchent de la terre. Hé oui, mes amis, parfois vos « extra » terrestres sont des intra-terrestres.

Ainsi, nous existons sans être dans votre champ vibratoire immédiat mais dans des plans subtils qui seront bientôt plus facilement harmonisation aux fréquences acceptables et acceptés par vos corps physiques. Cela sera un honneur de voir à quel point, nos pensées dirigées vers vous aurons finalement réussi à vous rejoindre car, en tant que grand prêtre de Telos, j’ai souvent, avec beaucoup d’autres, prier la lumière du Grand Feu divin de vous apporter la paix et la compréhension de QUI vous Êtes. Que le grand soleil central bénisse chacun de vos pas. »

ADAMA

Source : http://leretourdesdieux.blogspot.ca ; Partagé par : Messages Célestes sur http://www.dominique-claire-germain.com/

Les Gouvernements sont les prochains visés par le changement

LE CHANGEMENTVos gouvernements sont plus longs à réagir, mais seront de même affectés par ces pressions de changement. Ce changement commence juste à se manifester. Chers humains, vous vous accrochez si fort à votre réalité que vous ne tenez souvent pas compte de ces changements jusqu’au moment où il devient évident que vos anciennes croyances s’effondrent. Vous assistez maintenant à cette situation dans ce que vous appelez le gouvernement des Etats-Unis. Nous allons d’ailleurs en parler maintenant, car cela pourrait vous aider à voir la situation réelle qui est en jeu.

Dans un champ de polarité, il est nécessaire de diviser avant de pouvoir réaliser l’unité. Ne vous a-t-il pas semblé étrange que les supporters des deux adversaires soient si inflexibles dans le choix de leur candidat ? Deux partis semblent diviser une grande nation. En vérité, il s’agit là d’une puissante réflexion de la polarité qui a été nécessaire pour que vous puissiez passer à l’étape suivante. Pour reconnaître l’unité, il faut d’abord pouvoir se référer clairement à la polarité. Le fait que les deux partis soient si proches l’un de l’autre dans leur décompte des voix indique que la polarité est à son point culminant. C’est là le ‘signe cosmique’ qu’offre l’Esprit pour indiquer que des temps très particuliers s’approchent.

Nous existons dans une dimension circulaire du temps et, par conséquent, notre relation au temps est très différente de votre expression du temps linéaire. Même ainsi, nous ne pouvons prédire l’avenir pour les choses qui vous attendent encore. Il n’existe qu’une règle sur le Terrain de Jeu, c’est le Libre-Arbitre en toutes choses. Il est cependant possible de voir la direction dans laquelle vous vous dirigez et les contrats valides qui affectent le cours de vos actes. En vérité, il se trouve devant vous la possibilité d’une division encore plus grande avant que les énergies s’alignent parfaitement et permettent le changement potentiel qui vous attend. Cela peut provoquer des changements dans votre structure économique, qui est le fondement de vos gouvernements. Ne craignez pas cette période mais faites-lui bon accueil, car le changement de jeu est imminent.

A une autre occasion, dans votre histoire contemporaine, deux adversaires du même gouvernement se sont battus dans une lutte très serrée pour la même position. Cette même division du consensus a également indiqué une période de forte polarité qui a provoqué de grands remous sur la Terre. Examinez votre histoire pour voir comment les événements se sont développés à ce moment-là. Les supporters de celui qui a perdu la course ont dit à l’époque que la nation était vouée à l’échec entre les mains d’un tel homme. Là aussi, ils étaient très inflexibles dans leur choix. Celui qui a finalement été élu s’est finalement avéré être l’un de vos leaders les plus aimés et dont vous étudiez maintenant tous la carrière dans vos cours d’histoire. Il est souvent comparé au Roi Arthur et le pays qu’il a gouverné a été comparé à Camelot.

Cet homme a pris en mains une nation de gens totalement divisés et a trouvé moyen de faire place aux humains qui avaient accédé à leur pouvoir, unifiant ainsi les gens dans leur pouvoir. Il a pris quelques décisions très impopulaires et ses actions se sont révélées être des vérités supérieures qui étaient nécessaires pour permettre la progression de l’ensemble de l’humanité. La raison pour laquelle ses décisions furent si impopulaires est qu’elles rejettaient d’anciennes vérités auxquelles les humains s’accrochaient fortement. Il vous a même aidés à abolir les actions qui vous séparaient de votre pouvoir en unifiant ce que vous appelez de manière si intéressante les ‘races’ de votre monde.

Veuillez prendre conscience que des changements similaires sont à présent en cours. Comprenez par là qu’il n’y a aucune prédestination et qu’aucun des candidats n’est prédestiné à gagner. En fait, tous deux feraient d’excellents leaders. Nous ne pouvons vous prédire l’avenir car vous ne l’avez pas encore écrit. Il n’existe pas ici comme dans d’autres occasions de votre chemin de votre vie de mauvais choix. L’énergie intense qui se trouve maintenant sur la planète a programmé l’entrée en scène d’un autre Roi Arthur. Le changement est en cours. Faites-lui place en votre coeur et en votre esprit et vous en récolterez tous les fruits. En cherchant les problèmes et en manifestant votre manque de soutien, vous ne ferez que rendre le changement plus difficile.

Nous vous avons toujours dit que vos choix sont votre pouvoir réel. Ici, vous voyez maintenant que vous maitrisez mieux votre environnement que vous ne pouviez l’imaginer. Dans la lutte pour la présidence qui se déroule en ce moment, quelques votes seulement séparent en réalité les deux alternatives. Voyez-vous à quel point il est important d’exprimer votre voix et votre choix ? Exprimez votre vérité et exercez votre droit de choisir ceux qui détiennent les positions de confiance de serviteurs du peuple. Chaque voix compte et maintenant, vous pouvez voir aisément que même votre choix peut faire la différence. Prenez votre pouvoir en mains et équilibrez-le avec le sens de la responsabilité, car c’est là le fondement de votre pouvoir réel. En omettant de choisir consciemment, un choix par défaut sera fait à votre place.

N’attendez pas de vos dirigeants qu’ils vous dirigent, car ceci fait partir de l’ancienne énergie. Faites en sorte que vos serviteurs s’effacent au profit des humains dotés de pouvoirs supérieurs que vous êtes. Exercez votre pouvoir et équilibrez-le avec le sens de la responsabilité, et ceux qui jouent le rôle de serviteurs du gouvernement vous donneront la place dont vous avez besoin. Sachez que ce n’est pas le choix proprement dit ou l’effet du choix qui fait la différence. C’est plutôt l’acte de choisir en lui-même qui déclenche la magie que vous détenez. Exercez ce jeu de muscles régulièrement et il se renforcera.

Ce genre d’événement motivant n’est que le premier de ceux qui se produiront dans les temps à venir. Au fur et à mesure que les humains commenceront à utiliser leur propre pouvoir dans leur vie quotidienne, les gouvernements de la Planète Terre seront convenablement motivés pour faire place aux humains dotés de pouvoirs supérieurs que vous êtes. L’un des ‘signes cosmiques’ qui accompagnera chacun de ces événements quand il se produira est une apparente division d’opinions très arrêtées. Cette division est en réalité considérée de ce côté du voile comme l’énergie incitatrice de grands changements. Alors que ces actes se jouent, certaines scènes se dérouleront sur la place publique. De nombreux dirigeants de vos gouvernements mondiaux sont des personnes qui résistent naturellement au changement. Ils cherchent également à ré-activer les anciens modes de vie et à raviver les vieux idéaux des vibrations inférieures. Nous vous prions d’être patients lors de ces manifestations publiques mais de ne pas manquer de vous en tenir à la vérité de vos croyances. Les jours où les dirigeants spirituels et politiques vous disaient dans quelle direction aller sont révolus. Ne laissez pas autrui décider à votre place. Assumez ce pouvoir et conservez-le précieusement car vous seuls pouvez décider de votre réalité dans la nouvelle énergie. Il n’y a plus de gourous à suivre. Si vous les recherchez, il en apparaîtra un par magie, qui vous prendra votre pouvoir. Les maîtres que vous recherchez maintenant sont ceux qui vous aident à découvrir et à conserver votre propre pouvoir. Ce sont eux, les fidèles serviteurs qui uniront les humains et ramèneront la Terre au temps du véritable Camelot.  Attendez-vous à ce que ce temps commence maintenant et voyez-le se dérouler devant vos yeux.

Steve Rother et du Groupe sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/  

OU AVONS-NOUS APPRIS LA GUERRE

 

thumbLa meilleure science de notre époque indique que les premières guerres à grande échelle furent menées durant la transition entre la dernière ère glacière et le climat que nous connaissons aujourd’hui. Bien que la dernière ère glaciaire semble très lointaine dans le temps, elle ne l’est pas dans le contexte de notre histoire sur cette planète. Dix mille ans sur 200 000, cela nous lais 190 000 ans (soit 95 % de notre histoire) où nous ne possédons aucune preuve de guerre à grande échelle dans l’humanité.

Ce fait semble indiquer que la guerre est un phénomène relativement récent. Deux perspectives sont possibles quant au rôle de la guerre dans le passé. Ou bien il ya eu de grandes guerres dans l’Antiquité et nous n’en avons simplement pas encore découvert les preuves, ou bien nous avons trouvé la plus ancienne preuve de guerre, ce qui signifie qu’elles sont une anomalie.

En examinant ces deux possibilités, j’ai sû me poser une question plus essentielle encore ; « quelle que soit l’époque à laquelle ont commencé les grandes guerres, où avons-nous d’abord appris à faire la guerre ?  » Sans films de violence à imiter, sans expérience antérieure sur laquelle s’appuyer et sans modèles d’armes ni de défenses, qui aurait même pu songer à fabriquer des armes dans le passé ? Par exemple, qui aurait pu penser à utiliser une la me d’acier ? Par exemple, qui aurait pu penser à utiliser une lame d’acier effilée ou une lourde boule munie de pointes pour enlever la vie à un autre être humain ?

Nous ne connaîtrons jamais la vraie réponse à cette question, mais nous pouvons trouver des indices dans les plus anciens comptes-rendus de  nos plus anciennes expériences terrestres. L’un de ces comptes-rendus est récemment réapparu après avoir été banni par l’Eglise chrétienne au IIè siècle. Il s’agit du Lire d’Enoch, le prophète.

Il est clair que les premiers historiens de l’Eglise tenaient ce livre en haute estime. On en trouve des mentions dans les commentaires de spécialistes chrétiens respectés tels qu’Irénée de Lyon et Clément d’Alexandrie. Par exemple, Tertullien, l’historien carthaginois du IIè siècle, dit du Livre d’Enoch qu’il est sacré, reconnaissant que les paroles d’Enoch étaient divinement inspirées et que l’on devait leur accorder autant de crédibilité qu’aux autres documents écrits, tels le Livre d’Isaïe et les Psaumes. Spécifiquement, Tertullien dit ceci : « Comme Enoch a parlé dans les mêmes Ecritures que le Seigneur e que « chaque texte sacré convenant à l’édification est divinement inspiré », ne rejetons rien de ce qui nous appartient.

Le Livre d’Enoch fut perdu pendant presque 1 500 ans, jusqu’à ce qu’une copie soit présentée à la Bodléienne, la principale bibliothèque de l’Université d’Oxford, où on le redécouvrit. Il fut par la suite traduit par Richard Lawrence en 1821.

Le Livre d’Enoch commence par un récit où le prophète dicte à son fils Mathusalem l’histoire secrète de l’espèce humaine. Mathusalem écrit que son père lui parlait pendant qu’il avait « une vision céleste […], les yeux grands ouverts » Dans cet état altéré de conscience, Enoch révèle les raisons du déclin de l’humanité ainsi que la source de la souffrance, y compris la guerre, dont il était témoin à son époque. Nous trouvons là un des plus anciens témoignages sur les origines de la guerre. Allant plus loin que les références vagues qui accompagnent parfois les révélations des anciens prophètes, Enoch raconte ses visions avec précision.

Il explique que certains « anges du ciel » ont divulgué à l’humanité les secrets de la création bien avant que les premiers membres de notre espèce aient vécu ici assez longtemps pour avoir acquis la sagesse d’utiliser ce pouvoir de manière responsable. Il donne en détail les secrets des herbes et des plantes du langage, de l’écriture et de l’alchimie qui furent révélés au peuple de la Terre. Cependant, comme les humains n’avaient pas la maturité nécessaire pour appliquer sagement ce qu’ils avaient appris, ce savoir fut mal employé. Dans sa quête désespérée pour connaître la nature de notre monde, Enoch demande qu’on lui montre « tout ce qui fut caché. En réponse, il dit à son fils qu’on lui a donné les noms réels des « anges qui sont descendus du ciel sur la Terre, qui ont révélé des secrets aux fils des hommes et qui ont séduit les fils des hommes pour qu’ils commettent le péché ». 

Nommant certains anges en particulier et disant quels secrets chacun avait révélés, Enoch affirme dans son texte que l’ange Ezéchiel, par exemple, a « enseigné aux hommes toute espèce d’iniquité et révélé au monde toutes les choses secrètes effectuées dans les cieux ». La partie de l’expérience d’Enoch qui s’applique à l’origine de la guerre est sa description de ce que l’ange Gadrel a appris au peuple de la Terre. C’est cet ange qui « a fait connaître aux enfants des hommes les instruments de la mort, la cotte de mailles, le bouclier et l’épée pour massacrer » [c’est l’auteur qui souligne].

Etablissant une distinction entre le savoir et la sagesse issue de son application dans notre vie, Enoch raconte comment les secrets du ciel finirent par se perdre dans le monde de l’homme : « la sagesse a voulu s’installer chez les fils des hommes, mais elle n’a pas trouvé d’habitation ». Il conclut ainsi cette partie de sa vision : « La sagesse n’a trouvé sur la terre aucun endroit où habiter ; sa place est donc dans les cieux ».

Le récit d’Enoch où il est écrit que les instruments de la guerre ont été introduits chez les humains par des êtres d’un autre monde appartient à la tradition chrétienne des débuts, mais il n’est pas le seul à dire que des êtres venus d’ailleurs ont apporté sur la Terre l’idée de la guerre et des instruments pour la faire.

Pas moins de 36 traditions – y compris Sumer et l’Egypte ancienne, et jusqu’à l’époque moderne – font état de plus de 80 « dieux » de la guerre et de leurs relations avec les humains. En plus de la théologie chrétienne familière relative aux anges décrits par Enoch, les exemples incluent la tradition tibétaine (Begtse), hindoue (Karttikeya), japonaise (Bishamon), celtique (Teutatès), grecque (Arès), perse (Dev), maya (Buluc Chabtant), aztèque (Mixcoatl), polynésienne/Maorie (Maru), babylonienne (Ninurta), germanique (Tyr), hittite (Wurukatte), akkadienne (Zababa), finlandaise (Turris) et amérindienne (Ictimike).

Lorsque autant de traditions aussi diverses possèdent une histoire sur le même thème, il n’est pas inhabituel de découvrir que chacune s’est inspirée d’un même événement factuel qui s’est produit dans le passé. Même si cela peut sembler assez invraisemblable à première vue, lorsque nous combinons la preuve scientifique de l’absence de guerre chez d’anciennes civilisations avec le thème presque universel de l’origine de la guerre selon de nombreuses traditions, nous acquérons une vision permettant de comprendre le pourquoi de toutes ces guerres insensées, ce qui nous amène à adopter une nouveau point de vue pour abandonner l’habitude de nous entretuer afin de régler nos différends.

Ce point de vue permet d’entrevoir une transition pacifique entre la souffrance contemporaine et le monde nouveau qui naît en cette fin de cycle. S’il nous faut des raisons de croire que nous sommes davantage que les pires actes de haine qui ont ponctué notre passé, il suffit de considérer les innombrables actes de bonté qui sont accomplis tous les jours dans le monde ainsi que les œuvres d’art qui nous rappellent constamment notre véritable nature.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Gregg Braden : Vérité essentielle – Activer la mémoire de nos origines, de notre histoire et de notre destinée aux Editions Ariane

PAS DE MURS DONC PAS DE GUERRES

519

L’une des anomalies qui caractérisent à la fois Caral et Chaco Canyon, c’est l’absence de tout indice de guerre.

Il s’agit d’une chose très inhabituelle pour un site qui fut aussi peuplé. Sur les autres sites de cette envergure, on trouve des estes de grandes armées enfouis dans des fosses communes avec des têtes et des membres sectionnés, des entailles de hache dans les crânes, et d’autres blessures commune sà tous les anciens champs de bataille. Nous ne trouvons rien de cela ici. Nous ne trouvons non plus aucune preuve que ces gens avaient besoin de se protéger contre quoi que ce soit.

A Chaco Canyon comme à Caral, il n’existe pas de grands murs protecteurs ni de fossés autour des complexes, alors qu’il y en a partout où les gens avaient besoin de se protéger. En fait, en regardant au-delà des Amériques, dans les endroits comme Gödekli Tepe, la plus vieille civilisation terrestre connue, on s’aperçoit que c’est seulement pour les civilisations plus « récentes » des cinq derniers millénaires, comme celles de l’Egypte, de Rome et de la Grèce ancienne, que la guerre était un mode de vie. Il est évident que nous n’avons pas toujours été l’espèce belliqueuse que nous sommes aujourd’hui. La question qui se pose est celle-ci : pourquoi ?

Nos ancêtres avaient-ils trouvé un moyen de régler leurs problèmes sans recourir à la guerre ? Dans ce cas, peut-être pourrions-nous nous débarrasser de nos habitudes violentes comme nous le faisons de toute autre mauvaise habitude ? Considérant la sophistication des armes modernes et la magnitude de leur pouvoir destructeur, il est plus important que jamais d’aborder ces questions irrésolues.

LES GUERRES DE NECESSITE

Quand Obama monta sur le podium pour recevoir son prix, neuf mois seulement après son inauguration, l’étonnement médiatique qui en avait accueilli l’annonce céda la place aux murmures de l’auditoire présent à la cérémonie. Cette fois c’était pour une raison différente. Ce président qui venait de recevoir le plus prestigieux prix mondial pour la paix commença son discours en prenant une position très impopulaire au sujet de la guerre.

Il commença par énoncer une évidence ; « Je suis le commandant en chef des militaires d’une nation qui est deux fois en guerre ». Il poursuivit : « Je suis responsable du déploiement de milliers de jeunes  Américains qui iront combattre en pays lointain. Certains y tueront et d’autres y seront tués. Je suis dons venu ici aujourd’hui avec un sens aigu du prix d’un conflit armé et conscient des questions difficiles liées à la relation existante entre la guerre et la paix ainsi que de notre effort pour remplacer l’un par l’autre ».

LA GUERRE QUI METTRAIT FIN A TOUTES LES GUERRES

La guerre est-elle réellement inévitable, comme l’a affirmé Barack Obama dans son discours d’acceptation du prix Nobel ? Je ne connais pas la réponse à ces questions-là non plus, mais je sais ce que je ressens.

Selon les individus à qui l’on pose ces questions, le moins que l’on puisse dire, c’est que les sentiments sont partagés. C’est toutefois précisément le genre de questions qui doivent être posées alors que nous avançons à ce moment de l’histoire avec la forme de guerre qui caractérise notre monde actuel. Il s’agit essentiellement de notre conception de la guerre elle-même.

On croit généralement que la guerre ainsi que ses précurseurs sociaux que sont la violence et la haine font naturellement partie de la condition humaine. Si notre seul point de référence est l’histoire des cinq derniers millénaires, il est facile de voir pourquoi.

Des preuves indiquent clairement que la guerre ne constituait pas la norme avant le « début » traditionnel de l’histoire, que l’on situe  à 5000 ans avant aujourd’hui. Elle semble avoir été rare et, quand elle est survenue, la preuve des combats semble coïncider avec des changements climatiques. C’est seulement à l’époque de Sumer, au début du présent âge du monde, que la guerre est sans doute devenue familière ;

Depuis ce temps, les humains se sont engagés sans cesse dans une forme de guerre quelconque. La question qui se pose maintenant est celle-ci : Les raisons de faire la guerre existent-elles toujours ou avons-nous atteint un point où les coûts dépassent les avantages ?

Autrement dit, la guerre est-elle désuète ? 

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Gregg Braden : Vérité essentielle – Activer la mémoire de nos origines, de notre histoire et de notre destinée aux Editions Ariane

LE MYSTERE DE CHACO CANYON

 

ichacocanyon

« Une fois que l’on a entendu ce son, impossible de l’oublier »

La voix de l’homme d’apparence surannée qui m’a dit cette phrase résonne encore dans ma tête. Il avait raison. La grande quantité de quartz contenue dan le sable sur lequel je marchais produisait un son étrange, un craquement aigu qui se répercutait sur les murs de grès du canyon s’élevant autour de moi. A chacun de mes pas, le son du pas précédent s’estompait en même temps que celui du pas suivant atteignait mes oreilles en se mêlant au brut du vent pour former un refrain continu accompagnant ma marche

Je trouvais paradoxal que chaque grain de sable ou de quartz craquant sous mes pas ait déjà été enfermé dans le gré durci des falaises bordant la piste. Sous d’innombrables tempêtes et inondations ainsi que par des années de gel et de dégel, de minuscules grains se sont détachés des murs pour devenir des fragments encore plus petits craquant sous mon poids.

C’était par un matin de fin d’août, dans le haut désert des Four Corners (« les quatre coins ») une région au nord du Mexique. J’avais rencontré ce vieil Amérindien sur la piste, plus tôt ce matin-là. Pour des raisons que ni lui ni moi ne mettions en doute, nous avions été attirés tous les deux vers le même site cérémoniel, le même jour à la même heure. Nous avons alors cheminé ensemble sur la piste sableuse qui se déroulait parallèlement aux falaises jaunâtres s’élevant du fond de la vallée. Nous étions venus là tous les deux pour apprendre quelque chose du passé, lui de ses ancêtres par leur voix dans les cavernes, moi des temples, des dessins et des indices qu’ils avaient laissés derrière eux.

« Ici, il n’y avait pas de guerres », me dit cet homme au moment où nous nous arrêtions tout près d’un monticule pour reprendre notre souffle. « Les gens qui vivaient ici n’avaient pas besoin de faire la guerre ».

Je lui demandai alors : « Vraiment ? Comment le sait-on » ?

Il me répondit ceci : « C’est l’un des plus grands mystères que découvrent les scientifiques quand ils font des fouilles ici. Ce lieu nous semble énorme, mais ce n’est qu’une partie de la communauté qui était établie ici. Plus de quatre mille personnes vivaient dans cette vallée et dans ces constructions », me dit-il en ouvrant les bras vers la vallée qui s’étendait devant et derrière nous. « Mais ces gens vivaient pacifiquement. On n’a trouvé ici aucune arme. Aucune. Il n’y a aucune trace de guerre. Aucune. Il n’y a pas de fosses communes, pas de cendres, pas de cimetière ». Et il conclut par cette phrase : « Nos ancêtres n’en avaient pas besoin, car ils avaient appris à vivre autrement ».

J’écoutais très attentivement ce que mes disait mon ami amérindien. Ce qu’il ne savait pas, ce qu’il ne pouvait pas savoir, c’est que l’information qu’il me livrait ce matin-là constituait la raison même pour laquelle j’étais venu dans ces lieux.

Nous nous trouvions sur le site de CHACO CANYON, au Nouveau-Mexique, un endroit unique au monde. Ce site est un mystère pour plusieurs raisons. Une multitude de théories existent, qui tentent d’expliquer ce que nous vouons là, mais en vérité, nous ne savons pas grand-chose des anciens habitants de Chaco Canyon. Nul ne sait où ils sont allés ni pourquoi ils ont disparu. On ne peut être sûr de rien, car ils n’ont laissé aucun témoignage écrit, pas sous une forme que nous connaissons aujourd’hui du moins.

Ce que nous avons, par contre, c’est que dans ce lieu qui est l’un des plus isolés et des plus hostiles d’Amérique du Nord, un peuple mystérieux venu de nulle part a construit, pour des raison qui restent obscures, des habitations, des communautés et des centres cérémoniels sur une échelle sans précédent pour l’époque et les suivante. Ce peuple semble être arrivé là avec toute sa technologie. Autrement dit, ces gens-là n’ont pas commencé par un mode de vie primitif pour évoluer lentement, par étapes, sur une longue période jusqu’à parvenir à cette sophistication qui distingue ce site des autres de la région. Presque du jour au lendemain, ils ont possédé le savoir-faire architectural nécessaire pour construire des maisons de quatre étages et pour créer des réservoirs et des structures de détournement de l’eau afin de capter les précieux liquide ; Il en a résulté une agriculture qui a pu soutenir une importante population et qui a atteint son sommet eu début du XIIè siècle de notre ère.

Même si, apparemment, ces gens ne connaissaient pas la roue, ils ont construit des routes parfaitement droites s’étendant sur des centaines de kilomètres dans toutes les directions, des routes que l’on a reconnues comme telles grâce aux images fournies par les missions spatiales Apollo de la NASA au cours des années 1970. Aussi subitement qu’ils sont apparus, ces gens ont disparu. Bien que certaines théories attribuent leur disparition à une sécheresse prolongée ou à d’autres phénomènes climatiques extrêmes, nul ne sait vraiment qui ils étaient, d’où ils venaient et pourquoi ils sont partis.

Mon vieux camarade avait raison. Après un siècle de recherches, de fouilles difficiles et d’une étude intensive de la tradition orale des descendants de ce peuple, on n’a toujours pas trouvé de traces de guerres à Chaco Canyon. Le site ne comporte aucun des murs protecteurs que l’on s’attendrait à voir dans un complexe aussi énorme, aucune arme, aucune fosse commune ni aucun squelette mutilé.

Comme s’il avait lu dans mes pensés, mon compagnon amérindien répondit à ma question suivant avant même que je la pose. Je me demandais en fait pourquoi ce site avait été chois pour construire un complexe aussi vaste. Pourquoi là ?

« Ils l’ont construit ici en raison de ce qui se trouve sous le sol, me dit-il. Chaco n’est pas le premier site à avoir existé ici. C’est seulement le plus récent ; Il est construit par-dessus celui qui se trouvait ici auparavant, lequel avait été construit sur le précédent »….

Bien sûr, je le croyais, mais il me fallait quand même lui demander ceci : « Comment pouvons-nous en être sûrs ? Comment savoir réellement qu’il y avait autre chose ici avant cet ancien temple » ?

Il n’eut aucune difficulté à répondre à ma question : « Les Anciens nous le disent ».

Leurs histoires maintiennent vivant le souvenir de leurs ancêtres, lesquels conservaient le souvenir de leurs propres ancêtres.

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre de Gregg Braden : Vérité essentielle – Activer la mémoire de nos origines, de notre histoire et de notre destinée aux Editions Ariane

SaLuSa, le 23 Janvier 2015

images (12)Alors que les événements sur Terre éveillent en vous davantage d’inquiétude, la Lumière quant à elle progresse plus rapidement vers son objectif de mettre un terme à l’ingérence des forces obscures. Elles ont détenu le pouvoir pendant de nombreux siècles, et ont entrepris leur plan de réduire la population de la Terre à une taille gérable. Elles y sont partiellement parvenues, en maintenant l’Homme dans un état pratiquement continuel de guerre. Bien qu’elles croient qu’elles parviennent à leurs fins, elles commencent à prendre conscience qu’elles ne sont plus en mesure de contrôler les événements sur Terre. Elles auraient déjà précipité la plupart des pays dans une autre guerremondiale, mais grâce à nos actions elles ont été dans l’incapacité de le faire. Leur ambition d’engendrer une troisième guerre mondiale a été prévenue et nous limitons leur capacité à retarder lesfuturs changements qui signaleront le véritable début du Nouvel Age. De notre position, nous voyons les choses progresser parfaitement et la venue des progrès tant attendus qui indiqueront vraiment que le Nouvel Age est bien arrivé.  

Ne soyez pas préoccupés par le groupe connu sous le nom d’EIIL (Isis), car leur succès sera bientôtbrusquement interrompu et ils seront incapables de poursuivre leur guerre contre l’humanité.Beaucoup se demandent pourquoi nous ne les arrêtons pas dès maintenant, mais certains problèmes karmiques doivent se libérer. De nombreuses leçons sont apprises qui serviront parfaitement lesâmes impliquées et les aideront à évoluer. Il peut vous sembler que de nombreuses âmes innocentes sont impliquées dans les atrocités qui se déroulent. Toutefois, veuillez comprendre qu’elles se libèrent d’un karma de vies antérieures, ce qui ne peut être qu’à leur avantage. Vous ne pouvez progresservers les dimensions supérieures si vous êtes encore impliqué dans l’élimination d’anciens problèmes.Néanmoins, vous pouvez attirer un karma sur vous qui peut être facilement effacé et qui en aucune façon ne vous retardera sur votre voie de l’Ascension.
  
Nous nous rendons compte combien cette période est difficile pour beaucoup, mais attelez-vous à vos tâches et répandez l’amour et la Lumière chaque fois que vous le pouvez. Les temps seront difficiles, car les anciennes énergies sont transmutées, et l’ancien mode de vie est devenu inacceptable. Ceuxd’entre vous qui répandent la Lumière ont une très grande responsabilité de demeurer focalisés sur leur chemin et ne laisser personne obstruer leur chemin. Votre force réside dans votre détermination àcontinuer à progresser et à apporter la Lumière aux gens, où que vous soyez. Il y aura des signes le long du chemin qui indiqueront clairement que le Nouvel Age se manifeste et nous serons présents pour assurer que tout se déroule conformément au plan qui nous a été donné par la Hiérarchie Spirituelle. L’évolution importante est que nous, en collaboration avec d’autres Etres des dimensions supérieures, prenions un intérêt direct à vos activités, et vous aidions à atteindre le succès.
 
Vous observez davantage de nos vaisseaux spatiaux dans vos cieux et également certains qui sont d’une taille énorme. C’estpour vous assurer que nous sommes parfaitement à même de faire face à tous les problèmes qui peuvent surgir et que nous maîtrisons l’espace aérien autour de votre planète. Il n’a pas pu passer inaperçu que nous partageons le ciel avec votre flotte aérienne, mais que lorsqu’ils tentent de nous abattre, nous sommes tout à fait capables de disparaître très rapidement, et ainsi d’éviter toute confrontation. Il n’est pas dans nos habitudes de nous engager dans une guerre dans l’Espace et en fait nous n’avons nullement besoin de le faire. Notre présence pacifique est suffisante pour prouver notre capacité supérieure, nos connaissances et notre aptitude à gérer facilement toute menace dirigée contre notre flotte. Au moment approprié, nousmettrons un terme aux activités guerrières et à tout ce qui est associé à de telles intentions. Nous sommes là pour apporterune paix durable à la Terre et à son peuple et vous assister à prendre votre place à nos côté.
 
Ce n’est que maintenant que vous commencez à prendre conscience de votre véritable Moi et pouvez comprendre votre potentiel à devenir des Etres Galactiques. Comprenez que lorsque ce cycle a commencé il y a quelque dix mille années, vous arriviez sur Terre avec une conscience d’un niveau très limité. Celui-ci s’est élevé alors que vous avez accumulé de nombreuses vies et il s’est considérablement accéléré au cours des derniers siècles. En fait, vous êtes maintenant en mesure d’absorber de plus grandes quantités d’informations, et à travers vos expériences avez atteint des niveaux plus élevés de conscience. Certains d’entre vous peuvent reconnaître ces progrès lorsque vous relisez certains de vos livres les plus anciens, alors vous réalisez combien votre compréhension s’est améliorée au cours du temps. En tout cas, ceux d’entre vous qui cherchent inlassablement l’illumination évolueront sans aucun doute beaucoup plus rapidement vers des niveaux plus élevés.
 
Pour ceux d’entre vous, très Chers, qui n’ont que  récemment trouvé un chemin vers le Nouvel Age, il est difficile d’absorber tant d’informations lorsque celles-ci sont quelque peu différentes de votre compréhension antérieure. Nous vous demandons de garder un esprit ouvert et de mettre de côté tout ce que vous ne pouvez accepter en ce moment, car la vérité reviendratoujours à vous dans le futur. Mettez de côté tout ce qui n’appartient pas à la Lumière et avec lequel vous ne vous « sentez » pas en accord. Vous découvrirez que la vérité n’est pas compliquée et qu’on peut la trouver en partie dans la plupart des religions. Cependant, la vérité n’est pas une religion, car la « Vérité » est capable de vous libérer d’anciennes croyancesancestrales qui n’ont plus leur place dans votre vie. Si tout ce qui est placé devant vous n’éveille en vous aucune résonance, cela reviendra toujours à vous à un moment donné pour un nouvel examen.
 
Plus vous pouvez vivre dans le Maintenant, plus vous laisserez derrière vous les anciennes vibrations.Vous trouverez un grand sentiment de bonheur qui vous verra vous mouvoir en toute sécurité en son sein, sans aucun désir de vous laisser entraîner à nouveau par elles. Vivre dans le Maintenant devrait être votre objectif si vous avez suffisamment évolué à la recherche de la Lumière dans les dimensions supérieures. L’avenir est doré et vous vous en approchez beaucoup plus rapidement que vous ne pourriez l’imaginer. Soyez dans la joie, car votre périple n’a pas à se poursuivre beaucoup plus, avant que vous ne célébriez le départ des forces obscures, qui ont déterminé leur propre voie vers l’avenir.Leur avenir n’est pas semblable au vôtre, car elles en ont déjà défini le cap et elles resteront dans lesdimensions inférieures. Leur capacité à interférer avec vos progrès est en train de perdre du pouvoir et elles seront victimes de leurs propres actions.
 
images (13)Pendant des millénaires vous avez vécu dans l’illusion créée par ceux qui suivent la voie obscure.Votre tâche a été difficile, mais c’est tout à votre honneur d’avoir persévéré avec détermination pour trouver la vérité. Toutes les âmes qui atteignent ce niveau attirent l’aide d’Etres évolués et à partir de là elles reçoivent toute l’assistance nécessaire pour progresser dans leur propre évolution. Parfois,vous rencontrez vos Guides à l’état de sommeil, et ils peuvent vous aider à résoudre des problèmes qui surviennent dans votre vie quotidienne. Parfois, vous pouvez vous souvenir de ces réunions, maisla plupart du temps elles sont rapidement oubliées, mais vous pouvez toujours avoir un vague sentiment de ce qui s’est passé. Etes-vous déjà allé vous coucher avec des problèmes, « avez dormi avec eux » et vous êtes réveillé le lendemain matin avec le sentiment d’en avoir reçu les réponses ?Cela arrive assez souvent et c’est ainsi que l’aide vous est donnée.
 
Je suis SaLuSa de Sirius et je suis toujours heureux que nous soyons en mesure de vous aider à traverser ces temps difficiles. Rappelez-vous que lorsque vous nous adressez vos pensées, nous les recevons, et si c’est possible nous prenons toutes les mesures nécessaires pour vous aider. Gardez votre attention sur vos tâches importantes qui vous mèneront de l’avant et sachez que nous sommes avec vous.
 
Merci SaLuSa.
Mike Quinsey

Message du Groupe Sacerdotal Melchisédech

 

fillet10Les Indigo sont venus en Terre-planète avant le temps prévu, afin de hisser les humains à une nouvelle dimension de l’Esprit.

Du fait de l’accélération vibratoire, la maturité de l’être humain va devenir de plus en plus précoce. Les enfants de 9 à 10 ans seront bientôt des adultes performants, tout au moins à un certain niveau de leur personnalité, et tant dans le bon sens que dans le mauvais. Sous prétexte qu’ils leur semblent plus éveillés qu’eux ne l’étaient au même âge, de nombreux parents s’imaginent actuellement que leurs enfants appartiennent au groupe des « Indigo ». Pourtant nombre d’entre eux n’ont aucun talent ni mérite particuliers et ne sont même en réalité que des retardataires profitant de la vague énergétique Indigo qui précède le changement d’époque.

Indigo n’est d’ailleurs pas le terme qui convient ; c’est une expression qui fut donnée par certains médiums qui crurent voir une flamme d’un bleu différent de celle à laquelle ils étaient habitués, flotter au-dessus de ces enfants. Ce qu’ils virent, en réalité, c’est l’Âme-Groupe de ces nouveaux vivants qui était alors suspendue dans l’ombre d’une planète du nom d’Ipolodic. Cette base planétaire servait d’école de préparation à tous ceux qui allaient venir sur la Terre-planète.

Ces êtres vous semblent particuliers et il vous est parfois difficile de les comprendre. Ils sont en effet très en avance et leurs connaissances vont bien au-delà de celles que possèdent la majorité des humains actuellement incarnés en Terre-planète. La plupart de ces enfants qui arrivent sur cette Base planétaire-école proviennent de Sirius, des profondeurs de Mars, des reliefs accidentés de la planète Vénus ainsi que d’Alpha du Centaure. C’est à la demande de certains membres de l’Ordre Sacerdotal d’en Haut des Melchisédech, faite par des anciens Atlantes « agglutinés » dans le troisième plan intérieur de la Terre, qu’eut lieu la mise en place de cette école.

(NOTE de Marc Angélidès : « Agglutiné » ne signifie pas entassé, mais directement géré par des Maîtres de haut niveau archangélique)

Ces Maîtres Atlantes se sont en effet spécifiquement engagés dans la restauration progressive de la Connaissance qui s’était perdue lors de l’engloutissement de l’Atlantide.

Le regroupement de tous ces êtres qui vont peupler votre Terre-planète est voulu et leur répartition à la surface de vos continents est calculée en fonction de ce que vous aurez à vivre dans les temps futurs. Parmi ces nouveaux venus, certains sont de mauvaise académie. Il faudra vous montrer  vigilants quant à leur éducation et leur acceptation. Beaucoup auront ce que vous appelez « des dons », et s’en serviront pour le pire.

En contrepartie, certains seront pleins de Lumière et d’Amour ; leur intelligence, palpable à tous les niveaux, étonnera les grands professeurs de vos universités, qui seront parfois en difficultés devant leurs prouesses intellectuelles et leur force de caractère. Ils portent en eux les traces des forces archangéliques qui n’ont pas été ébranlées malgré leur transfert inter-dimensionnel vers votre monde et les ondes électromagnétiques qui entourent votre planète actuellement.

Il y a, de la part de ces êtres qui viennent, beaucoup de bonnes intentions et chez certains des bases essentielles d’Amour véritable.

Pour accéder au plan de leur compréhension, il faut avoir un rapport aimant avec l’Esprit de Vérité et entrer en relation avec trois Archanges dont nous te donnons les noms ; il s’agit des Archanges ANIEL, LEUVIAH et MELAHEL de la Kabbale. Ils se mettront à la disposition de ceux qui feront appel à eux pour une aide efficace.

Le contact avec ces Êtres de Lumière, dont l’un appartient à l’Ordre Séraphique, peut se réaliser le soir, à 21 heures de votre heure locale. Point n’est besoin de grands discours pour obtenir leur présence. Une concentration par la respiration, et une invocation sincère venant du cœur, apporteront, même à l’insu du demandeur, l’ouverture d’esprit qui conviendra pour l’action à mener. C’est là que ce qui sera dit fera école.

Ordre Sacerdotal d’en Haut des Melchitsédech – Canalisé par Marc Angélidès, – ÈRE NOUVELLE, 2005

C’EST LE PRESENT SEUL QUI COMPTE

 

images (6)Souvenez-vous , une belle vie pleine d’amour est le don de la sagesse. Et avec chaque incarnation, vous tournez les pages, évoluez, devenez plus remarquables. Vous n’avez pas besoin de faire ce que vous avez fait dans votre dernière incarnation. Et qi vous étiez dans cette dernière incarnation n’était que l’image. C’était le Dieu continu que vous avez toujours été, cette entité sans image, cette force, cette intelligence, cette puissante énergie que vous êtes qui fait que je ne vous vois pas comme ayant des cheveux, un nez et des yeux, comme la couleur de votre peau et de vos vêtements, mais comme une lumière, une brillante lumière consommant l’obscurité, l’inconnu, le subconscient. Tout ce qui siège ici, ce sont des images créées par la lumière dans le dessein d’interagir dans le drame des affaires inachevées de Dieu durant cette incarnation e t d’inscrire dans ce livre ce dont vous n’avez pas fait l’expérience et que vous possédez en tant que perle de sagesse dans ce Livre de Vie. Consommer l’obscurité de l’ignorance et évoluer, c’est cela. 

Lors de chacune de vos incarnations, vous ne sauriez même pas qui vous étiez deux incarnations auparavant. Vous ne reconnaîtriez pas l’image que vous aviez créée pour vous-mêmes parce que vous avez parcouru un long chemin depuis cette personne. C’est comme le fait que vous ressemblez bien peu à qui vous étiez il y a cinq ans. Vous avez bien peu en commun avec cette personne – est-ce exact ? – du fait de l’expansion de ce que vous êtes devenus. Vous avez grandi, vous êtes devenus davantage.

Il en est de même en ce qui concerne les incarnations. Bien qu’il existe toute une religion fondée sur la réincarnation, c’est le passé. Une personne éclairée a fermé les livres du passé et il s’agit de maintenant. C’est le présent seul qui compte. Une âme éclairée sait cela. Une âme ignorante ne le sait pas. Une âme ignorante adore ce qu’elle pense avoir peut-être été et n’est pas dans cette incarnation-ci.

Chaque vie est comme chaque jour ; nouvelle journée, nouvelle incarnation, nouvelle image. Et l’image procure la friction permettant de grandir, de croître, de révéler ce Dieu sans image qui se dissimule derrière le personnage que vous avez créé car c’est lui qui est immortel. Votre apparence, votre ego altéré, votre étroitesse d’esprit, votre petitesse, vos jugements – tout ce qui a constitué ce que vous êtes dans cette incarnation – s’évanouiront. Et seuls demeureront les hoyaux de cette vie, la sagesse que vous avez glanée, car ce qui survivra à la chair et au sang est le Dieu invisible qui l’a voulu ainsi pour la gloire de la lumière que vous êtes tous. C’est lui l’être éternel. Et c’est ce à qui je m’adresse lors de chaque session d’enseignement ; je ne m’adresse pas à l’image mais à la lumière qui est en vous.

En vérité, l’esprit subconscient est l’espace. L’esprit subconscient n’est pas ce que vous avez oublié et réprimé lors de vos incarnations. Cela est le Livre de Vie. L’esprit subconscient est l’inconnu, les probabilités non réalisées qui vous permettent de jouer la pièce de théâtre de l’image pour apprendre d’elle. L’esprit subconscient, l’obscurité, est ce que consomme la lumière. La conscience n’est la conscience que parce qu’elle possède la polarité du grand esprit dont elle peut se nourrir. 

C’est dans l’inconnu que repose l’abstrait absolu. Le lendemain, l’incarnation prochaine, la semaine prochaine, la nouvelle idée de génie, brillante, le prochain souffle de liberté, la prochaine poésie à vous couper le souffle, la prochaine grande œuvre d’art, la prochaine magnificence de la couleur d’une rose, la prochaine expérience du soi, tous reposent dans l’esprit subconscient. Et vous êtes comme des lumières flottant sur l’infini, dont l’opportunité entière est d’embrasser la réalité physique, d’en faire l’expérience, d’en acquérir la sagesse afin de l’identifier et de croître. Vous grandissez à partir de l’esprit subconscient. Et cet esprit subconscient est éternel.

Voyons les temps anciens ; il y avait les écoles anciennes qui étaient établies dans divers lieux sur ce rivage, ce globe-ci. Et ces écoles étaient l’objet d’une grande interaction – êtes-vous prêts pour cette vérité extraordinaire ? – une grande interaction de la part de vos frères qui vivent dans d’autres galaxies. Et les leçons apprises étaient grandes, c’était une exploration. Eh bien, les frères primitifs qui vivaient ici avaient perdu de vue leur destinée à cause de leur besoin de survivre. Ils étaient souvent inspirés à de plus hautes pensées par leurs frères qui étaient venus de loin aider les professeurs à leur enseigner la droiture, la manière juste.

Ceci était très commun. Il existait donc l’école secrète du soleil dans laquelle les écoles rendaient hommage au soleil et aux peuples venus de l’autre côté de lui. Et certains de ces temples existent encore aujourd’hui. Ils ne furent pas tous détruits. Mais la raison pour laquelle il existait des écoles – elles ressemblaient beaucoup à celle-ci excepté le fait que ces écoles duraient souvent sept ans, chaque année étant dédiés à un niveau d’évolution – la raison en étai qu’il fallait sept ans à l’étudiant qui devenait transparent la septième année.

Il est vrai que des êtres humains existent partout dans les univers interdimensionnels. Il y en a qui existent au-delà du soleil. Ils sont éparpillés partout dans votre Voie Lactée, des civilisations entières. Et ils sont pourtant le même Dieu sans image qui a créé la même image du corps avec lequel faire des expériences, sur la page de leur vie, le pas suivant dans la conscience pure car c’est cela qui est notre motivation à tous.

Certaines de ces écoles  situées dans les plaines, d’autres près de hautes montagnes qui n’existent plus, qui sont sous les océans. Ces écoles duraient sept ans, calendrier quelque peu différent de celui que vous avez aujourd’hui, mais leur temps égalait sept années de votre temps. Et une multitude de personnes suivaient chaque année de leur éducation et, à la fin de sept ans, avaient tourné toutes les pages de leur livre relatives au fait de rendre leur réalité physique transparente. C’est de là que vient le Christ. C’est de là que viennent les Dieux qui marchèrent sur la surface de la terre.

Il est vrai qu’il existait toujours des primitifs qui rongeait les os, qui se guérissaient avec des feux anciens et sentaient mauvais, qui étaient toujours à faire paître leurs troupeaux. Mais il y avait ceux qui apprirent, évoluèrent durant cette période de temps. C’était acceptable ; Et nombreux sont ceux parmi eux qui sont partis depuis longtemps car ils ont tout maîtrisé. Ils sont dans une autre dimension, dans une autre aventure. Il fallait vouloir aller à l’école, pour ainsi dire. C’est le terme que vous employez. C’étaient les temps anciens de l’illumination. Que vos vêtements soient faits de peaux ou qu’ils soient semblables à ceux que vous portez aujourd’hui n’importait pas. L’homme et la femme n’ont pas changé depuis ces temps-là, seule la technologie a changé.

La même ignorance qui existe aujourd’hui existait alors. La même quête de l’illumination qui existe aujourd’hui existait alors. Nombreux sont ceux qui partirent à cette époque qui n’existent plus maintenant. Et ce qui existe maintenant est le même besoin qui existait alors.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Connaissance sacrée des écoles de sagesse» aux Editions AdA.

 

LES LECONS D’UN TEMPS ANCIEN

 

 

images (14)Je veux vous parler ce soir de votre vie spirituelle. Cette soirée est appropriée car, comme l’annonça la prophétie, nous avons eu une éclipse du soleil, une éclipse totale de la une durant cette décennie comme on dit. La prophétie est la suivante : dans les derniers jours, il y aura un nouveau ciel et une nouvelle terre. Et ce qu’on appelle ces événements cosmiques, prévus par ce qu’on appelle de véritables prophètes qui virent les changements, se produiraient. Ces entités des temps anciens savaient que, lorsque l’amant de l’Enchanteresse la recouvrirait de son ombre, elle deviendrait un être nouveau. C’est ainsi que ces événements furent spirituellement compris à savoir que le soleil mourant en son cycle et renaissant de son éclipse, de même cela représentait le fait d’entrer dans une matrice cyclique et d’en ressortie avec une nouvelle destinée. Ces événements annonçaient la vision lointaine qu’il adviendrait un nouveau ciel, prophétie accomplie maintenant. Et il y aura une nouvelle terre ; cela ne manquera pas de se produire, comme le promet la prophétie. 

Vous devez garder à l’esprit qu’à l’époque où je vécus, il y a de nombreux, nombreux éons – il y a trente cinq mille ans et quelques jours – le cosmos et le plan terrestre avaient un aspect fort différent d’aujourd’hui et les forces dynamiques qui existaient entre deux lunes qui étaient en relation avec la terre créaient un environnement bien différent de celui dont vous jouissez aujourd’hui ; cependant, même dans ces temps-là, à cause du chaos créé par l’homme dû à son manque de sensibilité envers la nature et sa propre humanité, advint une condition des plus infortunées qui amena ce qu’on appelle une épuration du monde entier. 

En ces temps-là, la gloire des rayons de Râ se trouvait répandues à travers la couche nuageuse, ce qui rendait la lumière diffuse et non directe et empêchait de voir les étoiles et les lunes. Nous ne pouvions les voir qu’à travers un voile, un voile épais, et la lumière nous apparaissait comme piégée à travers ce voile. Lorsque les deux lunes se trouvaient en même temps dans les cieux, si nous regardions le voile, nous pouvions voir de grandes lumières diffusée s à différents points de l’horizon. C’est ce que voyaient les gens ordinaires, qui n’avaient pas la faculté d’aller au-delà de la couche nuageuse pour voir cette enfant extraordinaire de la terre dans ce qu’on appelle sa nouvelle matrice. Et, avant mon époque, elle avait déjà été dans des matrices, mais elle s’était émergée de nouveau dans une matrice, se purifiant avant de naître à nouveau. 

Quel est donc le problème de la datation au carbone ? La datation au carbone n‘est efficace que s’il existe un rayonnement solaire. Mais s’il n’existait pas de radiation solaire directe il y a trente-cinq mille ans, vous allez vous trouver devant un petit problème avec la datation au carbone. Combien d’entre vous comprennent cela ? Bien. Le fait est donc qu’à mon époque la négligence de gens très intelligents qui se faisaient la guerre les uns aux autres provoqua la déchirure de la protection nuageuse, cause de grands déluges, alors qu’ils tentaient d’écarter les bêtes sauvages de leurs territoires avec des lasers chauds et directs. Mes ancêtres et les Anciens savaient que cela allait se produire ; ils l’avaient prévu. J ne survécu que parce que ma mère, de même que de nombreux pèlerins de ce qu’on appelle la Lémurie traversèrent les régions marécageuses de ce que vous appelez le Pacifique jusqu’à ce qu’on appelle l’isthme, les marécages du Mexique et du Yucatan qui étaient des forêts humides, pour atteindre le territoire d’Onai. Nous survécûmes à ce qui frappa notre patrie. 

La notion de survie existait car la nature préserve ce qui est en harmonie avec elle, ce qui demeure à l’unisson avec elle. La nature ne préserve pas ce qui n’est pas en harmonie avec elle, ce qui nous amène à ce soir et à l’éclipse de lune. C’est un nouveau ciel qui est rendu manifeste ici à la fin de ce siècle. C’est un nouveau ciel. Exactement comme les prophètes d’antan le virent, de manière comparable à ce dont je fus moi-même le témoin et à quoi je pris part, vous aussi allez être mêlés à des changements formidables, les plus formidables d’entre eux venant de l’arrière-scène de l’infini. Ce sera un événement formidable s’il en est douze jours de lumière et une grande intimidation. Mais la nouvelle terre, qu’est-elle donc ? 

La nouvelle terre sera occupée par des entités qui ont le pouvoir en conscience de jeter un pont dans le temps. Tels sont ceux qui seront préservés. Cela paraît relativement métaphysique et simple, mais ça ne l’est pas. Ceux qui savent enjamber le pont d temps sont ceux qui vivront dans ces temps-là. Ceux qui ont la faculté de semer leur propre graine là-bas seront là-bas. Ceux qui  se voient impliqués avec les monstres de l’avenir n’y seront pas. 

Eh bien, je m’appelle Ramtha, l’Etre Illuminé, c’est ainsi que je fus appelé de mon temps et ainsi que j’existe dans les mémoires jusqu’à ce jour. Même les Egyptiens se souviennent de moi, les Perses se souviennent de moi et toutes les cultures anciennes se souviennent de moi, car mon peuple devint la race qui ensemença toutes les cultures. Leurs lois, ce dont ils avaient été les témoins, ils les apportèrent partout où ils s’établirent, car je représentais un haut point de l’histoire, pour ainsi dire un temps qui fut le siège non seulement de changements cataclysmiques mais également de la chute de l’arrogance et de l’orgueil, et la montée de ce qu’on appelle le barbarisme et de ce qu’on appelle l’illumination finale, la véritable illumination. 

Cette nuit où nous sommes ensemble dans un nouveau ciel et une nouvelle terre, je l’ai rêvée. Je suis une entité étrange car je viens avec de riches souvenirs d’un temps étrange et éloigné. Les scientifiques en doutent à l’exception de ceux qui ne craignent pas de regarder les choses telles qu’elles sont. Vous ne me voyez pas mais vous m’aimez et vous m’écoutez, peut-être même plus que quiconque dans votre vie. Ceci est une bonne chose parce que j’en sais plus qu’aucun autre. Mais cette affirmation ne se rapporte-t-elle pas à vous-même ? Je suis un être spirituel, ce que vous ne voyez pas plus que vous ne voyez le vent. Vous n’en voyez que les effets. Eh bien, vous êtes mes effets. Je suis le vent qui se meut dans votre vie et affecte votre vie de ce fait. C’est ce qu’on appelle l’Esprit. C’est ce que je suis. 

Définir ce qui sépare l’humanité et l’Esprit ! définition claire, inviolable. La raison en est de vous permettre d’être de nouveau en possession de tout votre pouvoir, Esprit omniscient capable d’organiser et de vivre pleinement dans son corps physique, prenant pleinement part à la vie jusqu’à des frontières qui vous paraissent à vous-même infranchissables. C‘est ce que vivre pleinement signifie pour moi. Vous ne savez pas encore de quoi il s’agit. Et ce n’est que lorsque l’être spirituel sera défini également, comme séparé de l’être physique, lorsqu’ils seront séparés l’un de l’autre, que nous serons entièrement dignes d’être préservés et incorruptibles. C’est alors que, dotés du pouvoir, vous serez capable de ne jamais mourir et de pouvoir aller voir les étoiles que vous avez regardées ce soir, voir toutes les choses que j’ai déjà vues moi-même, visitées, où j’ai moi-même séjourné au-delà de l’Etoile Polaire de mon peuple. 

La prophétie dit que la chair et le sang ne peuvent entrer dans le royaume des cieux, qu’afin d’entrer dans le royaume des cieux vous devez être vêtu d’un nouveau manteau, ce nouveau manteau étant le manteau de l’Esprit. Cela est très clair. Cela ne signifie pas que vous soyez dans l’obligation de mourir pour entrer dans ce qu’on appelle le paradis. Cela signifie que le corps ne peut y aller. Le corps est condamné à son royaume aussi longtemps que l’Esprit n’est pas éveillé. Mais lorsque l’Esprit est éveillé et qu’il possède un pouvoir clair, le royaume des cieux descend de l’Esprit dans le physique. Alors, nous quittons tout, nous quittons tout. La chair et le sang ne peuvent entrer dans le royaume des cieux. Mais la raison pour laquelle je suis revenu ici avec toutes les difficultés que cela implique – mon aspect extraordinaire est à un certain degré aujourd’hui vérifié par la science qui dit que je suis un énigme ; en effet, je ne peux être pesé – la raison est de vous enseigner méthodiquement comment le faire ; cette discipline on l’appelle la vie spirituelle. 

Vous êtes ici non pas pour être des personnes physiques ; vous êtes ici pour être des personnes spirituelles. Bien que le labyrinthe soit physiquement épuisant, c’est à partir de là, du champ que l’Esprit est cultivé. Le corps peut être épuisé mais l’Esprit peut se lever et être suprême au milieu de cela, c’est alors que vous connaissez la différence entre les deux. Un instant vous ne pouvez plus faire un pas de plus ou faire un autre souffle. Nous savons maintenant que c’est la chair et le sang. Et l’instant suivant quelque chose de surnaturel vous submerge et l’accomplit, c’est l’Esprit. Il existe une différence entre les deux. 

Lorsque vous aurez reçu la totale initiation de la discipline spirituelle et pourrez l’accomplir, vous pourrez manifester une pièce de monnaie dans votre main. Vous pourrez manifester du pain dans votre main. Vous serez alors l’Esprit, totalement et entièrement. Vous serez alors entré dans le royaume des cieux car il n’y aura rien que vous ne puissiez faire. Et vous aurez été soustrait pour toute éternité – soustrait pour toute éternité – à la médiocrité de l’homme et à ses modes d’action. Vous ne serez plus jamais un homme. Vous serez toujours un être divin, car vous ne pourrez jamais enlever à un être divin d’être un être spirituel entrant dans le royaume des cieux et mangeant à la table de Dieu. Une fois cela accompli, vous ne retournerez plus jamais en arrière pour être de nouveau un être humain normal. Les voies du monde ne vous tenteront plus. 

Il n’est pas besoin d’une vie entière pour développer le remarquable. Nous aurions pu le développer en sept jours avec une humilité absolue, passion et dévouement. Mais cela exige d’agir. Vous êtes paresseux. Que puis-je dire ? Un nouveau ciel et une nouvelle terre arrivent. A vous de choisir de quel côté vous voulez être. Je vous demande de faire cela avec sincérité, totale focalisation et certitudes absolue. Cela ne prend pas longtemps ; peut-être une heure, quelques minutes, peu importe. Il vous suffit de le faire avec régularité. Vous allez devoir ne plus jeter votre ancre dan le corps. Vous allez devoir jeter cette ancre dans le ciel et la jeter dans votre Esprit, et déclarer que c’est ce que vous voulez plus que toute autre chose dans votre vie ; vous allez devoir vouloir être si noble, au-delà de tout reproche, magnifique, posséder la faculté de rêver au-delà des limites de l’homme ordinaire ; vous allez devoir être capable tous les jours de rester assis la main tendue, tirant du ciel une pensée jusqu’à ce que votre main en devienne chaude, jusqu’à ce que vous en ayez eu la sensation dans la main. Lorsque l’objet de votre focalisation apparaîtra devant vous, sur votre chemin ou dans votre voiture, vous allez devoir également savoir que vous faites le travail. Et puis il faut y travailler, travailler tous les jours et un jour, vous pourrez faire n’importe quoi. Devenir un être spirituel, c’est cela. Guérir votre corps, votre vue, votre cerveau, vos reins, votre cœur peut être accompli de la même manière. C’est ce que je vous enseigne cette semaine et si vous ne le faites pas, cela veut dire que vous n’avez pas défini ce pouvoir.

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

 

Des humains galactiques

images (18)En tant qu’humains galactiques (anges physiques), nous serons capables d’interagir avec toutes les formes de vie conscientes dans notre galaxie, univers et au-delà. Nous récupérerons les pouvoirs extraterrestres que nous avons perdus depuis plusieurs vies. La télépathie, la téléportation, et le voyage interplanétaire sans vaisseau de l’espace seront possibles en utilisant notre corps de Lumière ou Merkaba.

Certaines personnes seront capables de revisiter ou de revenir à leur planète d’origine. Certains aideront à repeupler Mars, Venus, et Maldek qui sera reformée dans la Ceinture d’Astéroïdes. La majorité des êtres humains resteront sur Terre pour le Nouvel Age Doré, et participeront à sa création. La Terre sera une vitrine planétaire, un centre majeur d’échanges, conférences, et le siège de l’Union Intergalactique de plusieurs galaxies voisines.

Ceux qui peupleront la Terre deviendront de véritables Hôtes qui ancreront la Lumière et soutiendront les nœuds énergétiques et treillis autour de la planète et des grands temples. Les baleines et dauphins ont été maltraités par cette tâche depuis bien longtemps. Nous vivrons dans de magnifiques cités cristallines à l’intérieur de la Terre, bien qu’elles sembleront être à la surface. C’est ainsi que toutes les dimensions supérieures vivent sur d’autres planètes. C’est ainsi que beaucoup de Lémuriens et d’Atlantes vivent déjà sous l’écorce de notre Terre creuse. Nous allons les retrouver bientôt. Notre nouvelle civilisation sera à nouveau basée sur des concepts spirituels de la Lémurie, qui à son tour, était basée sur les concepts de Sirius B.

Notre actuelle structure de gouvernements cessera d’exister. Des êtres hautement intelligents nous aideront à mettre en place des nouveaux conseils de gouvernance basés sur des principes universels appropriés. Nous aurons notre mot à dire dans ces nouveaux gouvernements, sans interférence de ceux qui contrôlent actuellement les gouvernements.

Le gouvernement de l’ombre et le contrôle

Une des grandes restrictions de notre progrès est le contrôle répressif des gouvernements mondiaux « officiels » par un Gouvernement de l’Ombre, qui limite aussi le type de nouvelles ou de « vérités » que nous transmettent les médias mondiaux.

C’est pourquoi tellement de gens ne sont pas au courant des actuels et futurs changements de civilisation. C’est la raison pour laquelle la télévision et les journaux nous présentent la plupart du temps des nouvelles basées sur la peur. Maintenir les gens dans la peur et l’angoisse à travers les nouvelles au sujet des affaires financières, des guerres et de la violence, le contrôle mental, les aliments nocifs, les boissons, les drogues légales et illégales, ainsi que d’être soumis aux « chemtrails », voilà certains des moyens qui maintiennent nos vibrations à un bas niveau. Cela fait que l’ascension est d’autant plus difficile à réaliser.

Le contrôle négatif a aussi été un aspect de plusieurs religions et des groupes philosophiques, depuis longtemps. La bonne nouvelle est que cette manipulation et ce contrôle des sociétés mondiales vont rapidement se terminer. Un Nouvel Ordre Mondial/Gouvernement Mondial dictatorial, déguisé en tant que programme de globalisation démocratique, ne sera pas permis par les royaumes supérieurs intervenant pour notre compte. Nous avons donné l’accord pour cette intervention avant de nous incarner ici, en dépit de l’opinion de certains qui y voient un frein au « libre arbitre » et qui n’y voient pas le plan divin du Créateur. Ceux qui ne croient pas dans un Créateur ou dans ce plan auront une grande surprise ! Des révélations sur la façon dont nous avons été manipulés vont bientôt être révélées, et de merveilleux changements vont pouvoir commencer.

On sait maintenant que le Gouvernement de l’Ombre, à son tour, a été contrôlé par des êtres extraterrestres négatifs qui leur ont fourni une technologie avancée en contrepartie de leur contrôle de la Terre. Cependant, nous ne devons pas haïr ces aspects de notre société. Nous avons sans doute tous eu des traits négatifs dans nos vies passées simplement pour en faire l’expérience ! C’est mieux de leur envoyer de l’amour et de n’avoir rien à faire de leurs schémas de contrôle à chaque fois que nous avons le choix. Dans un futur proche, toute l’ombre sur Terre sera transmutée en Lumière, et de ce fait, il sera créé une plus forte Lumière. Plusieurs des alliés de l’Ombre du Gouvernement font maintenant partie des forces de Lumière dans cette Galaxie. Plusieurs personnes du Gouvernement de l’Ombre se sont alignées avec la Lumière. Ceux qui restent peuvent soit faire de même, ou continuer à s’incarner dans une autre planète de 3e dimension jusqu’à ce qu’ils soient prêts à ascensionner dans des dimensions supérieures. C’est leur choix.

Intelligence supérieure

Notre univers fait partie de la vie à plusieurs niveaux de l’évolution. Nous sommes plus ou moins à l’arrière, mais sommes sur le point de faire un pas de géant pour aller dans la direction qui monte. La plus haute intelligence est représentée par les énergies collectives que nous appelons Dieu, ou de nombreux autres termes. À partir de là, en descendant plusieurs niveaux de vibration, connus comme dimensions, plans ou demeures, existent de nombreux êtres, initialement en forme spirituelle, ensuite semi-solide, et ensuite en corps denses tels les nôtres. Nous connaissons ces êtres appelés Elohims, Archanges, Seigneurs de Lumière, Anges, Maîtres Ascensionnés, et finalement extraterrestres qui ont des corps humanoïdes ou ceux que nous appelons, dinoides, insectoides et reptiliens. La télévision révèle certaines formes dans des films tels « Star Trek ». Nous avons tous existé dans ces formes supérieures d’énergie dans le temps, mais sommes entrelacés avec d’autres aspects de nous-mêmes. Nous faisons chacun partie d’un groupe d’âmes d’approximativement 12 âmes, et faisons partie d’une famille d’âmes d’environ 144 êtres.

Des milliards d’âmes (aspects de Dieu) furent envoyées sur Terre pour voir s’ils pouvaient trouver leur chemin de retour à la vibration de Dieu ou de la plus pure lumière sans mémoire d’où ils étaient issus. Ceci n’avait jamais été fait de cette façon nulle part auparavant. C’est le caractère unique de notre situation actuelle ou « expérience ». La Terre est le pivot pour le changement et la paix dans cette galaxie et dans cet univers. L’évolution ailleurs ne peut pas se dérouler avec succès à moins que nous ascensionnons dans la 5e dimension. Plusieurs civilisations nous observent avec un grand intérêt. Les dimensions supérieures peuvent regarder les dimensions inférieures, mais nous ne pouvons pas voir les dimensions supérieures à partir d’ici. Depuis quelque temps, l’humanité a eu virtuellement un accès illimité aux êtres supérieurs de Lumière qui fournissent guidance à travers les contacts des channels et parfois même en se manifestant sous forme éthérique ou physique.

Intervention divine

L’Intervention Divine sur les affaires d’une planète peut se produire lorsque le progrès spirituel est entravé. En effet, ceci fait partie de notre contrat d’incarnation qui le prévoit à notre niveau d’évolution, avant de nous connecter à nouveau, de manière permanente, avec d’autres civilisations galactiques. L’intervention est menée à un niveau physique par nos frères et sœurs de l’espace, et à un niveau spirituel par la Hiérarchie Spirituelle. Nos frères de l’espace font partie de la Fédération Galactique de Lumière, une espèce de « Nations Unies » de notre galaxie, comprenant plus de 200 000 ou 90 % de civilisations qui la composent. Elle fut formée il y a plus de 4 millions d’années. Environ 60 % d’êtres physiques de notre galaxie sont d’apparence non-humanoïde.
Ces deux types voyagent dans les vaisseaux de l’espace. Un groupe intergalactique de vaisseaux et de personnel, le Commandement Ashtar, travaille de près avec la Fédération Galactique. La Hiérarchie Spirituelle est composée par les ordres des Elohims, le Conseils des Seigneurs du Temps, les Royaumes Angéliques, les Maîtres Ascensionnés, et le royaume des Devas. Ils n’ont pas besoin de vaisseaux, bien que les Maîtres Ascensionnés soient souvent dans les vaisseaux du Commandement d’Ashtar.

Incidemment, les Seigneurs du Temps régulent le temps, qui avec la Lumière, sont les deux éléments qui composent la Création.
La Fédération Galactique a plus de 18 millions de vaisseaux de l’espace dans notre système solaire à tout moment, faisant des rotations à partir d’une base plus vaste. La compétition est forte parmi les membres afin d’être ici et d’aider dans cette période importante de « fin des temps » ! Certains vaisseaux-mère font des milliers de kilomètres de long. Les plus petites navettes sont celles qui sont aperçues dans notre atmosphère.

Un plan du Premier Contact a été mis en place par la Fédération il y a environ dix ans. Celui-ci devrait très probablement culminer par des apparitions massives de vaisseaux, un changement des structures de gouvernement mondiales, une unification de toutes les sociétés, et un retour à notre souveraineté personnelle. Ensuite, on nous montrera comment gérer et nous adapter à l’ascension et à la pleine conscience. La plupart devraient être menés sur les vaisseaux de l’espace et à l’intérieur des magnifiques cités souterraines.

Changements terrestres

Il est nécessaire pour la Terre de se nettoyer et de s’équilibrer en vue de l’ascension. Cette préparation fait partie de plusieurs conditions climatiques extrêmes que la planète a traversées au cours des années passées. Beaucoup d’activité volcanique et sismique a soulagé les plaques tectoniques sous-marines de la Lémurie dans l’Océan Pacifique (qui sombra il y a environ 25 000 années), et de l’Atlantide dans l’Océan Atlantique (il y a 12 000 années). Faisant partie de ce rééquilibrage, ces masses de terre de la Lémurie et de l’Atlantide doivent refaire surface. Elles possèdent d’anciens temples et pyramides, qui devront être réactivés.

Le magma qui bouillonne à l’intérieur de la croûte terrestre a chauffé les océans depuis un certain temps. Ceci cause les soi-disant effets de El Nino et la Nina, en particulier dans les régions équatoriales.

Deux grands cristaux de glace, connus comme les firmaments, se reformeront autour de la planète. Ces couches conservent certaines énergies contenues dans la Terre et fourniront à toute la planète un climat semi-tropical. Ils empêchent aussi les rayons nocifs de toucher la terre à partir de l’espace extérieur. L’eau de la fonte des calottes polaires et de l’océan sera utilisée pour ces firmaments. L’effondrement de ces couches dans les temps anciens fut la cause de grandes inondations et de pertes de vie sur la planète. Les gens dans ces temps étaient deux fois plus grands que ce que nous sommes maintenant du fait de la protection contre la dégradation de l’ADN. Les couches se formeront à partir de 4.500 à 5.500 m, et de 10.700 à 11.600 m. Les ouvertures se produiront aux Pôles Nord et Sud, et les firmaments seront plus hauts le long des contours de hautes montagnes.

D’autres modifications géographiques se produiront, et de nouvelles mers et lacs intérieurs seront formés. Toutes les formes de vie, les animaux, et plantes seront retirées de Terre avant que cela n’arrive. L’humanité sera essentiellement déménagée vers les cités de l’Intra-Terre pendant que ceci aura lieu. Même après notre ascension, certains changements terrestres continueront à avoir lieu.

Le futur proche

Davantage de personnes sont capables de confirmer ce qui se passe en se connectant à leur Soi Supérieur, leur Présence Je Suis pendant la méditation. Ce « processus intérieur » a été pratiqué sur Terre bien avant que les religions et les groupes philosophiques ne soient formés. Les gens peuvent aider en visualisant les énergies de Lumière sous la forme d’amour inconditionnel qui s’ancrent dans et sur la planète. L’amour réussit tout ! Il produit la paix, la guérison, l’harmonie et l’unité.

Les changements anticipés vers un nouveau système monétaire et l’abandon de la dette mondiale pourraient changer les structures du gouvernement dans un futur proche. Si les quelques cabales de l’ombre qui contrôlent la planète ne permettent pas ces changements, alors le Premier Contact avec nos amis de l’espace et spirituels pourrait avoir lieu plus tôt que prévu. Si les changements ont lieu, alors une plus grande abondance financière et spirituelle sera disponible à toute l’humanité. Les divisions entre les races et les pays cesseront d’exister.

Il y a plusieurs personnes qui travaillent discrètement au sein du gouvernement, des systèmes judiciaires et financiers pour aider à la mise en place de ces changements. Nous devrions en entendre parler bientôt. Plus de types d’énergie libre deviendront disponibles, en particulier pour l’utilisation dans nos maisons et les systèmes de transport. Ces inventions sont disponibles depuis un certain temps. Ceci a été montré dans le Projet de Révélation du Dr Steven Greer et ses amis qui expliquent au monde l’étendue des relations secrètes avec les civilisations ET depuis les derniers 60 ans. Nous sommes au Temps de la Vérité où plusieurs des vérités cachées, même celles du Gouvernement de l’Ombre doivent être dévoilées.

L’événement de plusieurs changements catastrophiques sur Terre, produisant de nombreuses pertes de vie, n’aura probablement pas lieu à cause d’une élèvation de la conscience collective qui s’est produite quelques semaines après les atrocités du 11 septembre, causées non pas par des terroristes isolés mais par certaines personnes contrôlant le Gouvernement Américain. Il est encore possible que de temps en temps quelque activité volcanique ou sismique puisse encore avoir lieu.

Ces êtres chers qui nous ont quittés pourraient nous rejoindre dans les dimensions supérieures, si cela est leur choix. D’autres êtres qui sont morts, ou qui vont le faire dans le futur, peuvent avoir déjà décidé à un niveau supérieur qu’ils ne sont pas encore prêts pour l’ascension dans les dimensions supérieures. Ils vont se réincarner sur une planète de 3e dimension, possiblement dans la grande planète Nibiru, qui fera bientôt partie de notre système solaire.
Tenez-vous prêt pour une aventure intéressante.

Tony Wicks Traduit de l’anglais par Renée Royer-Salles

Les thérapies Esséniennes

Une entrevue de Marie Johanne Croteau Meurois et de Daniel Meurois.

 370

1 – La Tradition des soins énergétiques que l’on connait aujourd’hui sous l’étiquette globale de “Soins esséniens” était également connue en Égypte antique. Cependant, ne serait-elle pas plus ancienne encore ? Pouvez-vous nous parler de ses véritables origines ? Peut-on, par exemple, évoquer l’Atlantide ?

Daniel Meurois : En réalité, c’est une Tradition qui n’a pas d’âge.

Étant donné qu’elle se base sur une connaissance intime des circuits empruntés par le Courant universel de la Vie au sens le plus large du terme – c’est-à-dire cosmique et intemporel -  il est pratiquement impossible de parler de ses origines. Évoquer l’Atlantide ce serait mentionner une simple étape de son parcours rien de plus. Cela n’apporterait rien de plus.

Ce qui est certain, c’est que cette Tradition n’est pas uniquement “terrestre”. Je veux dire qu’elle a voyagé d’un monde à l’autre. Chaque type d’humanité et chaque peuple par lesquels elle est passée l’a évidemment un peu colorée à sa façon, c’est qui est logique. Par ailleurs, c’est ce qui fait aussi sa richesse.

En réalité, soigner avec l’aide des mains et en fonction de l’anatomie subtile du corps est un réflexe inné propre à toute personne sensible à l’existence de l’âme. C’est l’éducation que celui-ci reçoit dès sa plus petite enfance qui le fait généralement se détourner de ce genre de rapport avec l’être, sa maladie et sa souffrance. On peut penser sans craindre l’erreur que ce que j’appelle aujourd’hui la Tradition égypto-essénienne s’est construite au fil des âges et des mondes à force d’observations et d’expérimentations, d’abord intuitives, puis structurées en un système cohérent révélant clairement la présence d’une architecture subtile de l’être humain et, par conséquent, de son rapport avec le Divin.

2 – Quels furent les rôles d’Aménophis III et d’Akhenaton dans la diffusion de cette Tradition ?

D.M. : Ces deux pharaons ont été les principaux compilateurs éclairés et méthodiques de ce corpus de données. Pour l’Occident et dans le présent cycle d’humanité, ce sont eux qui ont structuré un tel système de références et de pratiques. Ils en sont restés les gardiens jusqu’à sa transmission à un groupe restreint de personnes au sein du peuple hébreu. C’est par Moïse que la transmission s’est opérée, même si celui-ci n’occupait pas une fonction de thérapeute parmi le siens. Lorsque je dis “Moïse” cela signifie lui et ses proches. C’est comme lorsqu’on dit “c’est Aménophis III et Akhenaton”… On devrait plutôt dire que c’est sur leur demande. En résumé, toutes les connaissances qui ont la réputation d’être ésotériques dans notre Culture occidentale ont été collectées, structurées puis développées par les Égyptiens. Les Esséniens n’ont pas adopté la totalité de cet héritage. Les thérapies les motivaient en priorité ainsi que les données concernant la constitution subtile de l’Univers… Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’il y a un rapport d’analogie entre ces deux sujets. Le corps humain est une réplique du cosmos. Pour le reste des connaissances traditionnelles, c’est la science de la Kabbale qui s’en est chargée.

3 – Certains ouvrages affirment que ceux qui ont été formés selon cette Tradition auraient été initiés à l‘immortalité ? Est-ce que les annales akashiques permettent de dire quelque chose à ce sujet ?

D.M. : Le principe d’immortalité ne figurait pas parmi les préoccupations des initiés thérapeutes esséniens. Pour eux comme pour nous, le corps physique n’était que transitoire. Il existait cependant des pratiques très particulières basées essentiellement sur la maîtrise du souffle et dont le but était de nettoyer le corps et le mental de la plupart des scories qui accélérant son vieillissement. Elles étaient réservées à un très petit nombre de personnes – un peu analogues à des yogis avancés – qui se sentaient appelées à prolonger à l’extrême le bon état de leur corps. Le fait de pouvoir amener le corps physique à un autre plan vibratoire sans passer par la mort – comme c’est le cas pour les Maîtres de Shambhalla et de leurs disciples alchimistes – est le résultat d’une illumination ou d’une transfiguration individuelle orientée vers une forme de service très précis. Ce n’est pas le fait d’une École initiatique spécifique. Aujourd’hui, la recherche, presque compulsive, de l’immortalité de la chair est clairement le délire d’une certaine Amérique qui est fascinée par tout ce qui ressemble à des pouvoirs et qui craint par dessus tout la vieillesse et la mort. Le véritable immortalité se situe à un tout autre niveau.

4 – Comment une telle Tradition a-t-elle perduré dans le temps ? Y a t-il aujourd’hui des groupes qui seraient encore détenteurs de ses connaissances ? On évoque parfois la Rose-Croix et le Catharisme…

D.M. : La Tradition égypto-essénienne a perduré de façon souterraine dans son aspect global à travers  les Écoles et Mouvements initiatiques occidentaux. Pour ne citer que les plus connus, on peut effectivement évoquer ici les Ordres Rosicruciens, certaines organisations qui se réclament des Templiers et même, par certains aspects, le Druidisme bien que la filiation des connaissances qui font celui-ci soit plus complexe. Il est exact que le Catharisme n’est pas à omettre d’une telle liste, même si on peut déplorer son côté très dualiste… lequel, par ailleurs, le fait se rapprocher un peu de l’ “Essénisme” des monastères.

On parle ici de connaissances dites purement ésotériques, de rituels faisant appel aux énergies subtiles de la Nature mais aussi de haute métaphysique et de philosophie au sens sacré du terme. Ces Mouvements et ces Écoles, se manifestent généralement par cycles d’activité et de sommeil, ce qui veut dire avec des hauts et des bas, des apogées et des décadences, comme tout ce qui est incarné.

En ce qui concerne une Tradition thérapeutique structurée et fournie, à ma connaissance, il est beaucoup moins évident d’en retrouver la trace au coeur de ces Écoles. Dans la théorie de la transmission de la structure énergétique du corps humain,  oui, c’est certain… ( encore que l’Orient ait été beaucoup plus précis à ce niveau ) mais pas dans l’enseignement organisé de pratiques thérapeutiques proprement dites.

Il ne faut pas oublier que la Tradition égypto-essénienne était essentiellement orale. Lorsque certaines données étaient couchées par écrit, sur des rouleaux de papyrus par exemple, c’était souvent de manière codée ou symbolique. Ce n’était pas tant pour dissimuler des informations que pour en préserver le caractère sacré et intangible. Aujourd’hui, nous avons l’impression que les mots peuvent tout définir alors que, très souvent, ils enferment des concepts dans une sorte d’enclos mental. C’est là où les symboles et les archétypes trouvent leur raison d’être. Ils amènent la réflexion à différents niveaux… sachant qu’on n’accède pas à ces niveaux simplement à l’aide de bonnes capacités intellectuelles.

5 – Comment est donc réapparue cette Tradition thérapeutique à notre époque ?

D.M. : Je dois dire que j’ai été personnellement amené à la faire ressurgir sans l’avoir toutefois recherchée. En premier lieu, il me faut préciser que cela ne s’est pas fait – contrairement à ce qui a été dit – par le biais des Annales akashiques, c’est-à-dire de la Mémoire du temps  mais par canalisation.

Ces canalisations – par incorporation – se sont produites dès l’automne 1984. Quant aux recherches de mon âme à travers les Annales akashiques, elles m’ont permis, quant à elles, d’approfondir puis de structurer progressivement l’ensemble des données découvertes au cours des décennies.

En 1984 donc, dans le petit village de Plazac, en plein Périgord, j’ai commencé à canaliser et à retransmettre ainsi, en direct, des informations d’ordre thérapeutique. Celles-ci m’étaient adressées à partir de sphères de consciences extérieures à celle de notre planète, Elles émanaient d’êtres non terrestres qui avaient déjà communiqué, dans un passé reculé, avec les anciens peuples de notre monde dont tout spécialement les Égyptiens et les Esséniens.

Notez bien que je préfère utiliser l’expression “sphères de conscience extérieures à celle de notre planète” plutôt qu’une autre qui serait plus contemporaine. Pourquoi, me demanderez-vous ? D’abord, basiquement, parce qu’une certaine science-fiction et certains écrits ont utilisé de n’importe quelle façon ces termes-là et les ont galvaudés. Ensuite parce que la notion de “sphère de conscience” fait avant tout référence à celle de “niveau de conscience”, autrement dit à une altitude intérieure de l’être et non pas à un écart technologique. Dans les anciens textes rattachés à notre culture, on parle en fait d’Élohims. C’est bien d’eux dont il s’agit ici ; ils sont à la source des informations que je reçois depuis 1984.

Un certain nombre d’Esséniens, mais pas leur totalité,  étaient – faut-il le rappeler ? – des hommes et des femmes qui entretenaient, de par leur sensibilité psychique, un rapport aisé avec l’Invisible. Le contact avec des présences d’origine non terrestre et d’envergure cosmique – donc en prise avec le Divin – leur était familier. Il arrivait que ceux-là communiquent donc avec les Élohims.

En 1984, lorsque j’ai été amené à me reconnecter régulièrement avec mes anciennes existences essénienne et égyptienne puis à donner le véritable “coup d’envoi” du travail que j’essaie de poursuivre aujourd’hui, j’ai commencé, de ce fait, à recevoir publiquement, devant une assistance de trente à cinquante personnes au rythme d’une ou deux fois par semaine, des enseignements relatifs aux thérapies esséniennes… ou, plus exactement, égypto-esséniennes.

Lors de chaque réunion, je consignais ces informations de ma propre main. Beaucoup de données passant par ma bouche lors des moments de canalisation ont également fait l’objet d’enregistrements sur bandes magnétiques tandis qu’elles étaient retransmises en direct devant les personnes présentes. Dans le Périgord, ce travail s’est étendu sur une douzaine d’années, il s’est ensuite prolongé au Québec. C’est de cette façon que la Tradition thérapeutique dont il est question ici a ressurgi. La méthode de soins énergétiques qui en résulte a toujours été accompagnée de messages précis, avec tout un ensemble d’informations.

Ces données à la fois pratiques et spirituelles ont finalement  et tout naturellement constitué au fil des ans un véritable corpus. De nombreuses lectures dans les Annales akashiques viennent toujours régulièrement les compléter.

C’est de cette façon que l’on peut résumer l’historique de cette Tradition thérapeutique telle qu’elle se manifeste de nos jours…

Lorsque les soins esséniens – ou égypto-esséniens si on préfère puisque que cette dénomination est somme toute plus précise – ont refait surface à travers les incorporations dont j’ai fait l’objet, on ne leur donnait d’ailleurs pas de nom spécifique. On évoquait simplement des soins énergétiques universels. On les a finalement nommés esséniens par assimilation puisque ce sont les thérapeutes esséniens qui ont été les derniers à les pratiquer il y a environ deux mille ans

Je dois ajouter que la somme d’informations qu’ils constituent maintenant s’enrichit encore aujourd’hui au rhyme des informations que je collecte et avec le concours et le savoir-faire de mon épouse, Marie Johanne, très “en prise” également avec “l’époque essénienne”.

6 – Quel était pour les Esséniens – et les Égyptiens qui ont précédé ceux-ci – le rôle de la maladie chez l’être humain ?

D.M. : Dans leur Tradition comme dans toutes les grandes Traditions du monde, les thérapeutes ayant une vision globale de la maladie ont toujours perçu celle-ci comme un rendez-vous de l’être avec lui-même. La maladie indique inévitablement un carrefour dans la vie d’une personne, un carrefour qui lui suggère de repenser sa façon d’être, essentiellement son hygiène de vie intérieure. Cette hygiène est émotionnelle et mentale. Elle est aussi en rapport avec ses croyances car ces dernières deviennent vite des conditionnements qui orientent le comportement. En termes modernes, on pourrait dire que la maladie vue sous cet angle est perçue comme un clignotant rouge sur le tableau de bord d’un véhicule. Elle est le signe d’un désordre à repérer, un désordre dont les racines sont peut-être éloignées du symptôme qui se manifeste ou apparemment sans rapport avec lui.

Pour en revenir aux Esséniens et aux Égyptiens, je dirais qu’il accordaient beaucoup d’importance aux masses énergétiques engendrées par les pensées humaines. Ils voyaient dans ces masses qu’on appelle de nos jours “formes-pensées”, les germes de la plupart des troubles de santé. Ils avaient remarqué, d’une part que ces masses affaiblissent ou déstructurent l’aura humaine mais que, d’autre part, elles aimantent des organismes toxiques émanant du bas-astral, les “entités-maladies”. Leur  première préoccupation était donc de nettoyer l’organisme subtil du malade par toutes sortes de méthodes puis d’y lever certains barrages énergétiques avant même de tenter d’y rétablir un courant de vie réparateur. La notion de “désinfection” était donc primordiale à leurs yeux.. Des sortes de mantras puis des pratiques de “reconstruction mentale” par visualisation étaient ensuite enseignés aux malades capables de se prendre en charge afin qu’ils modifient leur rapport à la vie et ne retombent éventuellement dans le même problème. De manière générale passer à travers une maladie digne de ce nom était pour ces anciens peuples comme franchir le cap d’une initiation. On était idéalement tenu d’essayer d’en comprendre le sens. Ce qui ne veut pas dire que c’était toujours fait et réussi. Cette approche préfigurait incontestablement ce que nous appelons aujourd’hui les psychothérapies… hormis le fait que l’existence de l’âme en était le pivot majeur… “détail” qui n’est pas nécessairement le cas de nos jours, loin s’en faut, hélas. L’être est une globalité indivisible, ce qui veut dire que, si on l’ampute de l’une de ses dimensions, on ne résoud en profondeur aucun problème. On ne fait que le déplacer et on lui donne alors un autre nom.

7 – Les thérapeutes étaient à l’époque des prêtres car soigner était un acte sacré. Aujourd’hui, les choses ont évidemment changé et on ne conçoit plus que la prêtrise ait nécessairement quelque chose à voir avec les thérapies. Marie Johanne Croteau Meurois à qui s’adressent les formations en soins esséniens que vous avez mises en place et que vous donnez actuellement en collaboration avec Daniel ? Quelle place y accordez-vous au Sacré ?

Marie Johanne Croteau Meurois : Notre formation en soins esséniens ne s’adresse évidemment pas à tout le monde car nous pensons très honnêtement  que tout le monde ne possède hélas pas en soi les qualités de base d’un bon thérapeute. Les qualités essentielles que nous recherchons dans notre École de formation sont, entre autres, celles de la réelle compassion – beaucoup de gens ignorent d’ailleurs le véritable sens de ce mot – la volonté sincère d’aider et de soigner, la capacité d’écoute et d’accueil de la personne malade. À cela il faut ajouter l’honnêteté, le discernement, une démarche spirituelle évidente et ce qu’on appelle la foi. Enfin, l’idéal est aussi de manifester certains dons particuliers propres à facilité l’approche de ce type de thérapie comme, par exemple, une sensibilité particulière aux niveaux des mains, de la clair-audience, de la clairvoyance, etc…

Il ne s’agit pas de dire, comme je l’ai malheureusement entendu récemment sur une vidéo consacrée à ce type de thérapies: « Pour soigner on injecte de la lumière, de la lumière qui est autour, dans les corps subtils…  ».

Cette réponse m’a laissée perplexe car, à notre sens, c’est une formulation incohérente et inconsistante dans le cadre de la Tradition essénienne. Une telle réponse semble ignorer absolument tout de l’aspect sacré des soins et est réductrice quant à leur principe de base : celui de la recherche intérieure chez le thérapeute d’une ¨qualité¨ de Lumière spécifique.  Le but est de canaliser celle-ci et ensuite de l’infuser avec le Cœur et toute la Conscience requise dans le corps du malade… en n’omettant pas de demander l’assistance et l’aide des Présences célestes,  des Guides de Lumière.

Il faut préciser que l’acte de soigner est un acte de symbiose totale avec le ¨Ciel¨. Une trinité composée de la Présence divine, du thérapeute et du malade doit se manifester. L’énergie thérapeutique circule donc du Ciel vers le thérapeute, son outil et son canal. Le thérapeute, de par ses mains, transmet ensuite au corps du malade ¨l’Onde sacrée de Guérison¨, dont la Lumière retourne ensuite au ¨Ciel¨. Il s’agit d’un mouvement trinitaire et continu de régénération de la circulation de l’Énergie de Guérison et d’Amour des sphères célestes.

Quelle place j’accorde au Sacré dans ces soins ?

J’y accorde toute la place car soigner est un acte sacré en lui-même.  Pas d’appel à l’aide d’une Présence de Lumière ? Pas de reconnaissance du Sacré ? Alors pas de réelle guérison possible. C’est aussi clair et simple que cela. Inutile d’apprendre à ¨gesticuler mentalement¨ dans le subtil d’un corps malade et à émettre des sons,  il ne se passera rien en profondeur. Tout résultat positif, en soins esséniens-égyptiens, repose sur la foi du thérapeute et le respect de l’aspect sacré du soin donc sur une vraie connexion avec l’Onde divine universelle.

Nous n’enseignons certainement pas qu’un ensemble de données à intégrer mentalement. Nous enseignons à désapprendre le mental pour se connecter à la Source et au Coeur de celle-ci en soi ainsi qu’à l’extérieur de soi afin de laisser s’exprimer le Courant thérapeutique sur le corps malade.

Nous essayons de faire sentir à nos étudiants l’existence d’une autre ¨marche¨ à gravir, celle qui dépasse le simple niveau du thérapeute et qui mène à celui du thérapeute-guérisseur.

Nous recommandons par ailleurs de travailler en parallèle avec la médecine officielle de notre société car aucune médecine ne devrait en exclure une autre. Les thérapies esséniennes ou égypto esséniennes ne sont pas des techniques à conjuguer plus ou moins habilement avec les mains mais résultent d’une communion sacrée et intime de l’âme et du cœur. La sagesse et la maîtrise sont de savoir manier intelligemment l’une et l’autre. Si nos enseignements souhaitent donner tous les outils de cette méthode, ils espèrent par dessus tout faire toucher son côté mystique en permettant aux  mains du thérapeute et à son  coeur d’intégrer en eux l’Onde de la Guérison et de multiplier ainsi l’impact d’une simple technique.

‘’ L’amour seul ne suffit pas, il lui faut ce Souffle qui s’appelle Vouloir. Sans lui vous ne rêvez rien vous n’accomplissez rien”   est-il dit dans ¨Les Enseignements premiers du Christ¨¨. ( note de bas de page : par Daniel Meurois, Éditions Le Passe-Monde)

8 – Le Christ occupe manifestement une place très importante dans ce que vous enseignez. Le     considérez-vous comme un thérapeute essénien ?

MJ.C. Meurois : Oui, le Christ occupe effectivement une très grande place dans ce que nous enseignons mais certainement pas parce que nous considérons qu’Il était un thérapeute essénien. Certes,  Il avait été formé par le Grande Fraternité des Frères en Blanc dès son tout jeune âge au Krmel  mais Il avait été aussi initié en Égypte et y avait enseigné dans les temples de thérapies.

Daniel Meurois a donné de multiples témoignages à ce sujet dans ses écrits et séminaires mais pour en faire un bref rappel Il a dit à peu près ceci : ‘’De retour de son long voyage de 17 ans en Inde et dans les Himalayas, le Maître Jeshua, lors d’une mort initiatique dans la grande pyramide de Chéops, fut investi par la supra-conscience  solaire du Christ. Suite à cet événement majeur, Il fut investi par une autre Force au cours d’une seconde initiation. Lors de la fameuse cérémonie du Baptême dans le Jourdain, à la supra-conscience du Christ s’est ajoutée Celle du Logos de notre Galaxie. Lorsqu’on parle du Christ, on parle  donc du Christ-Jésus. On évoque trois puissances en une: la première, Celle du Maître de sagesse incarné, la deuxième Celle de l’Être le plus réalisé de notre système solaire, la troisième comme étant issue de la plus Grande Présence manifestée dans notre Galaxie’’.

J’ai eu la chance d’être un témoin féminin proche du Christ, il y a deux mille ans.  Vous faire un portrait de Ce qu’Il était et de Ce qu’il est toujours pour moi m’est tellement difficile… les mots sont trop petits ou insignifiants… Encore aujourd’hui je n’arrive pas à décrire ni à exprimer tout ce qui agissait et irradiait de Lui et par Lui.

Non, le Christ n’était pas un thérapeute essénien, Il était le Christ !

C’est par mon propre souvenir des enseignements du Maître Jeshua en personne reçus avec d’autres disciples en petit comité de plus ou moins dix personnes que j’enseigne maintenant. Je le fais donc avec la mémoire vive de mon âme. C’est par ce souvenir de Lui que je  colore tous mes enseignements. Je n’oublie pas, bien sûr, la source de base de ces soins reçus directement des Élohims (ou Frères des Étoiles) et revivifiés par Daniel depuis 1984.

9 – Les thérapeutes esséniens étaient-ils plus souvent des hommes ou des femmes ? Est-ce que les femmes avaient des fonctions spécifiques à l’aide, par exemple, d’huiles et de plantes ?

MJ.C. Meurois  : Les Traditions des Églises sont essentiellement patriarcales et ont toujours eu tendance à laisser toute la place aux hommes. Le Maître Jeshua avait au contraire privilégié ou encouragé une Tradition matriarcale. Ses premiers disciples étaient incontestablement des femmes, sa mère Myriam, Marie-Madeleine, Marie-Salomé, Marie-Jacobé… Ces femmes disciples s’appliquaient à soigner comme Lui au moins autant que les hommes. Cela n’empêchait pas certaines d’entre elles de travailler à l’élaboration d’huiles précieuses utilisées en soins, de parfums spécifiques et d’utiliser des plantes médicinales selon les méthodes ancestrales esséniennes et égyptiennes. Il ne faut cependant pas s’imaginer que tous les disciples du Maître Jeshua avaient tous des dons pour la guérison ou des connaissances dans ce domaine… comme il serait faux de croire qu’ils étaient tous des orateurs capables de rassembler des foules. C’est leur rayonnement qui a opéré l’essentiel de la transmission de la sensibilité christique, qu’ils aient été hommes ou femmes, thérapeutes ou non.

10 – Daniel Meurois, y a-t-il eu une évolution des soins entre thérapeutes égyptiens et esséniens ? Est-il exact de dire que les soins esséniens étaient un peu plus éthérés ou peut-être plus dépouillés ?

D.M. : Il y a nécessairement eu une évolution ou plutôt un ensemble d’adaptations. C’est logique et rassurant car tout ce qui est figé meurt. Chaque peuple, chaque culture a sa propre sensibilité, ses points forts et ses faiblesses. Une même connaissance qui voyage d’une Tradition à l’autre se colore donc inévitablement au contact de la terre qui la reçoit. Elle peut s’enrichir dans certains domaines ou se fragiliser dans d’autres, c’est ce qui la rend vivante. Il ne faut pas oublier que la Tradition de ces soins était d’abord orale. D’un enseignant à l’autre, de Égypte à la Palestine, on y trouvait par conséquent quelques variantes. En réalité, affirmer que les soins étaient plus éthérés ou plus dépouillés chez les Esséniens que chez les Égyptiens serait un peu simpliste. Cela dépendait essentiellement du maître qui enseignait et du contexte dans lequel il communiquait sa connaissance.

Je reconnais toutefois que les Esséniens craignaient un peu plus le contact du corps que les Égyptiens en raison de leur appartenance au Judaïsme. Je dirais aussi que les Égyptiens se montraient moins dualistes qu’eux à ce propos car ils voyaient plus facilement le corps physique comme un temple à respecter que comme une manifestation pesante de la vie. À ce niveau, Jeshua se montrait certainement plus Égyptien qu’Essénien car il ne craignait aucun des aspects du corps humain; Il ne répugnait absolument pas au contact de la chair, contrairement à ce que toute la Tradition chrétienne a cherché à nous faire croire. À ses yeux, la vie était une globalité dont aucun des niveaux de manifestation n’était à exclure. C’est ce que Marie Johanne et moi tentons de faire comprendre dans la façon dont nous communiquons les thérapies. Le subtil et le dense sont étroitement imbriqués et ne doivent pas se repousser ou s’exclure l’un l’autre. Beaucoup de personnes prétendent vouloir dépasser la dualité mais demeurent incapables de comprendre que celle-ci commence là. Le fait d’apprendre à entrer en contact avec les expressions éthérées de la vie ne sous-entend pas une perte et encore moins un reniement de ses racines plus denses

11 – La science actuelle découvre des notions dont les Égyptiens avaient, semble-t-il, connaissance il y a plusieurs milliers d’années. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

D.M. : J’ai effectivement évoqué dans “Ainsi soignaient-ils” l’existence dans le coeur humain d’un point très précis que les Égyptiens du temps d‘Akhenaton appelaient “le point-vie”. Un tel point parait bien correspondre avec une zone mise en évidence depuis peu dans le coeur humain par les chercheurs de l’Institut Heartmath, aux États-Unis. Il s’agit d’une zone hyper sensible constituée d’environ 40.000 cellules à laquelle il ne faudrait toucher en aucun cas lors d’une chirurgie cardiaque sous peine de provoquer la mort instantanée du patient.

Les chercheurs en parlent clairement comme d’un cerveau cardiaque doté de mémoire.

Daniel-Meurois-et-Marie-Johanne-CroteauEn ce qui me concerne, ce point me fait nécessairement penser au prolongement ou à l’expression physique de ce qu’on nomme l’atome-germe.

L’atome-germe, je le rappelle, est un atome subtil fait de condensé d’Akasha. Il constitue, en quelque sorte, la base de données fondamentale – ou, si on préfère, le “disque dur” -  de chaque être humain. Il est sa mémoire totale depuis l’origine de ce qu’il est. Il véhicule donc les éléments karmiques de chacun, son histoire et son architecture profonde. Je ne doute pas que cette découverte moderne – qui est en réalité une redécouverte – puisse susciter beaucoup d’intérêt dans les années à venir et participer finalement au rapprochement du subtil et du dense. Finira-t-on par comprendre que l’intelligence du coeur n’est pas qu’un beau concept métaphorique et poétique ?


« Le Grand Livre des Thérapies Esséniennes et Égyptiennes »
 par Daniel Meurois et Marie Johanne Croteau Meurois  est paru en 2013 aux Éditions Le Passe-Monde.

Un bel ouvrage pratique, abondamment illustré.

 

12345

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...