L’Expérience n’est jamais une erreur, mais la Graine de la SAGESSE

 

images (1)Eh bien, l’ignorance, la mère de la dévotion, est selon une certaine compréhension le manque de motivation à savoir que consommer un esprit illimité ne mène pas seulement au danger, à la peur et à l’insécurité. Ces choses, vous les connaissez déjà, elles n’existent pas dans l’inconnu. Avoir le courage de faire le pas de changer ; dans les écoles anciennes, les gens allaient à l’école pendant sept ans, chacune de ces années étant dédiée à niveau d’évolution et à une page, pour qu’ils puissent changer, pour qu’ils puissent évoluer. Ne savez-vous donc pas que l’objectif est d’évoluer la conscience ? Evoluer la conscience, c’st cueillir dans la connaissance inconnue dont vous pouvez vous nourrir en sorte de créer et de changer votre réalité selon ce dont vous avez besoin dans votre vie. Oui, mais vous avez peur et je comprends pourquoi. Je me suis toujours efforcé de comprendre. Personne n’aime que qui que ce soit trahisse le statu quo.

Pensez à toutes les personnes qui sont en vie aujourd’hui. Quelles entités vous viennent à l’esprit que l’on puisse considérer comme des individus qui ont consumé une image ? Vous voilà bien en difficulté pour donner leurs noms, n’est-ce pas ? Il existe un grand nombre d’entités qui représentent un état de conscience exalté ; elles deviennent des idéaux au sein de la conscience sociale. Mais à vrai dire, il n’existe pas de saint François.

Je vous dis, vous que je trouve si beaux, que dès l’instant où vous commencez à apprendre, dès que vous naissez à l’individu en vous, dès que vous acquérez de la connaissance, vous commencez à allume les lumières. Ne savez-vous pas pourquoi les changements se produisent et pourquoi ils sont déjà ici  ? Parce que l’humanité a créé les problèmes et n’a jamais fait le pas suivant pour développer la conscience qui permet de les résoudre ; Ils en sont restés à la page trois. Et la nature les a doublés et ils en sont encore à violer, à piller et à détruire la force de vie pour satisfaire leurs besoins avides. Ils n’ont pas évolué et leur conscience ca va causer leur effondrement. Là en est la raison.

Pourquoi pensez-vous que les entités qui habitent de l’autre côté du soleil sont de retour ? Parce qu’il y a des foyers de gens qui s’éveillent. Nombreux sont ceux parmi vous dans cette salle qui ont eu des contacts avec ceux qui vivent au-delà du soleil. Cela a été éliminé de votre mémoire jusqu’à ce que vous soyez prêts à apprendre. Et dès que vous commencez à apprendre, vous envoyez une transmission et il y a en vous un élan naturel qui vous pousse à vous lever et à déménager. Vous vous sentez poussés à aller dans un certain lieu. Vous vous sentez poussés à commencer à faire des choses que vous n’avez jamais faites auparavant, comme de mettre d le a nourriture et de l’eau de côté et à apprendre à être souverain. Il y a en vous un désir insatiable et il y a une bataille qui se livre en vous, à l’intérieur de vous et qui dit : « Mais tu changes ; tu ne peux pas faire cela ». Et une partie de vous dit : « Il faut. Je dois faire cela. ll le faut ».

Que se passerait-il donc si le monde entier connaissait la vérité ? Eh bien, vous n’auriez pas besoin de travailler parce que l’énergie se trouve partout autour de vous. Il vous suffirait de faire pousser de quoi vous nourrir. Ce dont vous avez besoin serait fourni sans qu’il y ait besoin d ‘avoir une classe moyenne asservissante qui fasse du commerce en réalité.

Etre dévoué à l’opinion des gens est vivre dans l’ignorance. Je suis radical, oui, je le suis. Je suis un libertaire. Oui, ceci est une grande vérité. Mais je suis en faveur de l’individu, en faveur du Dieu intérieur qui dort depuis si longtemps car il  a tété hypnotisé. Je suis aussi un radical pour les spiritualistes métaphysiques. Je le suis, c’est un f ait car ils ne mentionneront aucun sujet qui puisse les rendre impopulaires ou qui puisse porter à controverse car ils ne savent pas. Ils n’ont pas le courage d’être une lumière au beau milieu d’un formidable orage approchant, d’une connaissance et d’une vérité qui délivrent les gens au sein de leur propre royaume, en eux-mêmes, parce qu’ils ne veulent pas payer le prix de l’ostracisme, de la mauvais presse. Ils ne savent pas. 

Mais votre dévotion à l’ignorance sera votre perte, comme elle l’a été lors de chacune de vos incarnations. Une âme qui évolue accomplit sa destinée en conscience. Et je ne parle pas d’une conscience à la noix, vieillotte. Je ne parle pas d’allumer des bougies, de porter des cristaux, des zircons et des amulettes. Et je ne parle pas de suivre des régimes spéciaux, de porter certaines couleurs et de méditer. Je parle de la vérité, de vous réveiller, de comprendre une vérité si simple, si simple, si simple qui est la raison de tout, de prendre la concentration qui est comme ceci et de l’avoir comme ceci, de prendre une main guérisseuse d’où sort du feu et d’élever la conscience autour de l’être et d’être un être si immaculé que le oiseaux sauvages viendront se poser sur votre épaule car, s’ils ne le font pas maintenant, vous n’avez pas dissous l’image.

Mais un jour, ils le feront, le jour où la nature sera alignée avec vous et lorsque vous ne penserez pas que c’est hors de votre portée. En vérité, n’allez pas penser que cela me pose un problème. N’allez pas penser que j’ai peur. N’aller pas penser que je ne vais pas avoir assez. Il ne va pas y avoir suffisamment de temps. Ne restez pas là assis à ne rien faire de bon, assis entre deux chaises – eh bien, je pense que je crois ceci, mais parfois je crois le contraire – mais faites que ce que vous pensez soit la réalité et que ce dont vous faites l’expérience vous donne la sagesse de grandir, d’élargie votre conscience. Faites en sorte que vous ne soyez pas des gens stupides, mystiques, mais des gens qui sachent, qui aient la connaissance, qui aient la compréhension, que vous ne soyez pas ignorants, impossibles à asservir ou à détruire, et sans peur. Ils pensent qu’il est mauvais que vous soyez sans peur, bien sûr, car si vous n’avez pas peur vous ne pouvez être manipulées ou contraints à aucune soumission. Si une personne ne connaît pas la peur, personne ne peut ni la conquérir, ni la posséder, ni la subjuguer, ni l’amadouer ou la bafouer.

Lorsque vous vous ouvrez, il y a une intelligence entière qui attend d’entrer en contact avec vous. Il y a un nombre extraordinaire d’aventures qui vous attend. L’esprit subconscient, l’inconnu, est la prochaine aventure dans laquelle vous pourrez consommer toutes vos choses.

La mère de la dévotion, c’est l’ignorance, que ce soit l’ignorance spirituelle, l’ignorance politique ou l’ignorance religieuse. C’est une maladie de la communauté ; c’est une maladie de l’humanité. Les fléaux ne pourraient exister dans la lumière. Ils ne prospèrent que dans l’obscurité. La pauvreté, la guerre et la cruauté ne naissent pas dans la lumière. Elles naissent dans l’obscurité. L’animosité d’un frère comme un frère, la division des limites de propriété et leur surveillance sont issues de l’ignorance.

Et si vous croyez que marcher en faisant des incantations et vivre dans le cristal va vous rendre divin, vous êtes un imbécile parce que vous deviez en savoir plus ; un esprit pur qui raisonne, réalise que si le pouvoir est en vous, et il l’est, il n’est  pas nécessaire de chercher le pouvoir où que ce soit en dehors de vous pour que des choses se passent, car tout se passe ici. La réalité physique n’existe que du fait qu’elle se trouve dans le domaine de votre focalisation. Lorsque vous changez cette focalisation, vous amenez d’autres réalités. 

Vous n’êtes pas plus grands que vous le permet votre vision et c’est vous-mêmes qui avez créé votre vision. Votre conscience n’est explosive qu’au degré où le sera votre énergie. Votre corps ne se maintiendra en vie qu’aussi longtemps que vous voudrez vivre. Quand vous abandonnerez, cesserez d’apprendre, de changer et d’avoir des aventures, vous mourrez car c’est exactement comme tout ce qui évolue dan la nature ; si ce n’est pas utilisé, c’est éliminé. Lui est substitué un état évolué. Un être humain ne meurt pas aussi longtemps qu’il consomme la vie et que la joie existe en lui. 

Et si vous avez le cafard, si vous broyez du noir et si vous êtes déprimés, c’est parce que vous vous êtes vous-mêmes mis dans cet état du fait, que vous ne savez que créer le problème et ne avez pas créer conjointement qu’il soit bien fondé ; sachez que, dès l’instant où vous en voyez le bien-fondé, il vous lâche et votre conscience se trouve développée. Ne soyez pas assez ignorants pour laisser votre attitude contrôler votre destinée. Et ne soyez pas assez ignorants pour penser que, si vous pouvez dire « je suis Dieu » et que cela se manifestera le fait de vous condamner vous-mêmes cela ne se manifestera pas également. Ne soyez pas non plus assez ignorants pour penser que toute personne à qui vous ayez donné votre pouvoir n’aura pas le pouvoir sur vous, ce qui signifie que d’autres personnes vont prendre les décisions pour vous dans votre vie sans vous consulter. Et si vous voulez apprendre comme on le faisait dans les écoles anciennes, le lieu existe où apprendre, où évoluer, où toucher une ancienne lumière et tourner les pages rapidement dans ce libre jusqu’à atteindre la transparence. Il est là.

Si vous vous trouvez confrontés à quoi que ce soit dans votre vie, c’est que vous l’avez créé. Regardez-le. Quel est le gain émotionnel de la friction, non pas combien d’argent vous allez gagner ou perdre, mais qui a-t-il là dans cette situation que vous vous efforciez de maîtriser et vous oblige à développer votre conscience ? Portez-y votre attention afin de pouvoir en acquérir la sagesse sans créer un problème causant un effondrement de votre conscience et améliorez votre réalité. Avancez d’un pas. Ne reculez pas, n’abandonnez pas. Devenez-en le maître car, dès que vos le regardez, que vous vous demandez quelle en est la valeur émotionnelle que vous allez enregistrer comme sagesse ici, ce que vous avez appris grâce à cette situation, dès l’instant où vous concentrez votre attention dessus, vous avez développé votre conscience une fois de plus. La vision se trouve étendue et vous en deviendrez maîtres. Cela ira dans le livre et le problème vous abandonnera.

Ont peut dire alors que l’entité grandit. Elle n’est pas ignorante. Elle consomme de la connaissance car la phase suivant est une connaissance nouvelle. Ne regrettez jamais vos expériences – jamais, jamais, au grand  jamais . Ne voyez jamais rien de ce que vous faites comme une erreur ; voyez-le comme une occasion d ‘apprendre. Ne vivez pas dans votre passée pour en retirer de la pitié. N’allez pas dans le sillon pour penser à ce que vous étiez dans votre dernière incarnation. Je sais que certains d’entre vous aiment se dérober furtivement et trouver des gens pour vous parler de ces choses-là. J’ai écouté. N’avez-vous jamais entendu gémir le vent ? L’avez-vous jamais entendu ? Vous auriez dû écouter plus attentivement.

Par contre, une personne qui aujourd’hui sait, qui possède connaissance et sagesse et évolue en conscience, possédera suffisamment de joie et d’aventure élevée dans sa vie. Elle ne devra jamais s’arrêter pour regarder en arrière car tout est ici et maintenant. Il y en a tant parmi vous qui pourraient vivre sans votre passé et il y a ceux qui insistent à vous rappeler votre passé alors que vous vous êtes efforcés de l’oublier. Ces personnes n’ont rien à faire dans votre réalité. Elles appartiennent à hier. Lorsque vous fermez le livre d’hier, votre focalisation est unifiée et puissante, dirigées sur le Présent ; une seule est progressive et c’est le Présent ; l’ignorance, c’est hier ; la connaissance existe dans l’aujourd’hui.

Sachez qui vous êtes aujourd’hui. Un homme merveilleux magnifique, consuma son image pour vivre pour le moment et la gloire du moment ; n’êtes-vous pas dotés de la même énergie et du pouvoir de faire de même ? Il n’y a pas un seule problème que vous ayez créé que vous ne puissiez décréer simplement en le regardant, pas en l’évitant. Lorsque vous faites cela, il vous abandonne. Et il n’existe aucune maladie dans votre corps que vous ne puissiez guérir lorsque vous commencez à aimer ce que vous êtes. Vous êtes une personne magnifique. Et quand vous êtes sans passé et ne possédez que la totalité de la sagesse, la maladie ne peut en aucun cas atteindre le corps. Lorsque vous cessez de regarder hier, vous avez sectionné le schéma génétique de la maladie et de la mort si bien qu’il n’existe pas. La vie commence alors !

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « La connaissance sacrée des écoles de Sagesse» aux Editions AdA.

 

L’illumination, ce n’est pas des bracelets

 

2671_webBhutanNun_Kuo01Savez-vous pourquoi je suis tant méprisé ? Personne, aucun professeur, n’est plus méprisé et haï par des personnes soi-disant spirituelles que moi et ce que je leur ai enseigné – eux qui prêchent l’amour inconditionnel – parce que leur dogme date d’hier. Donner à quelqu’un un cristal, un zircon, une amulette et s’attendre à ce qu’il connaisse la vérité est impossible ; il est tout aussi impossible de l’inviter à entreprendre un voyage visuel et d’espérer que ce voyage va résoudre toute leur ignorance. Cela ne fonctionne pas.

L’illumination, ce n’est pas des bracelets. C’est la vérité nue qui s’exprime ; C’est une lumière qu’est un individu qui ne craint rien car il y existe pour créer sa destinée. Il ne resterait jamais là à agoniser, à agoniser à propos d’un petit changement dans sa vie, pendant toute sa vie, car aussi longtemps que l’on demeure dévoué à l’ignorance, aucune évolution n’est possible. Et vous n’irez que jusqu’à un certain point pour que votre conscience s’élargisse en sorte de créer ce qu’on appelle une option de ce qu’on appelle en vérité une réalité issue de votre esprit subconscient, étendre votre conscience pour la consommer, la matérialiser dans votre vie et avoir l’interaction avec elle. Et dès que vous avez fait le pas, vous êtes pris de peur parce que vous avez été torturés, vous avez été ridiculisés, vous avez été mis au ban de la société, vous avez été taillés en pièces, vous avez été torturés vie après vie. Et, en un tel moment, plongés dans les ténèbres de l’âme, alors que les choses tombent en pièces autour de vous, vous prenez la décision d ‘aller plus loin ou pas car la conscience ne subit pas l’expansion qui lui permettrait de recevoir le don de l’expérience. Qu’il en soit ainsi.

Et vous prenez peur. Et la lumière commence à s’obscurcir alors que vous vous retournez pour vous éloigner. Et, alors que vous vous éloignez, vous savez que vous avez perdu. Comment pourriez-vous être joyeux ? Vous vous éloignez sachant que vous avez perdu. Et la seule manière dont vous pouvez adoucir votre souffrance est de blâmer quelqu’un qui vous avait demandé de changé, d’évoluer pour connaître Dieu, pour vous retrouver à haïr, à être rempli de méchanceté car on est jamais le même après avoir tourné le dos à ce que l’on a perçu de son propre pouvoir. L’obscurité se précipite pour emplir le Néant. Avec qui allez -vous emplir le Néant si, après avoir élargi votre conscience, cela est devenu un problème ? Elle ne se rétrécit pas, elle reste là. Avec quoi le remplissez-vous donc ? Avec la peur. Et la peur conduit aux soupçons, les soupçons à la haine, à l’amertume, à la méchanceté et à la guerre. Cela ne s’appelle pas évoluer. C’est un primitif qui croit et va sous peu vous trancher la gorge.

Je connais toutes les difficultés que vous avez traversées. Et ma vie fut à bien des égards beaucoup plus simple que la votre. Vous craignez de tout perdre simplement pour accroître votre conscience. Ne savez-vous donc pas que tout ce que vous avez est le résultat de votre conscience ? Tout l’argent que vous avez croyez-vous qu’il soit tombé du ciel ? Non, il ne peut venir de là. Il est venu de ceci (l’esprit). Et cette propriété que vous possédez ; que vous avez créée, vous croyez que cela vous a été offert en cadeau ? Vous l’avez mérité. Qu’allez-vous perdre ? 

Vous voyez, le véritable trésor est l’esprit qui créa tout cela, le visionnaire qui vit tout cela, l’entité indépendante. C’est ce qui l’a créé. Votre feu – vous dites feu car vous traversez le feu – le feu est et se produit chez tellement d’entre vous à propos de toute réalité que vous manifestez et pour laquelle vous étendez votre conscience, le feu est  quand vous vous asseyez et percevez la venue du problème. Etendez cette conscience un pas de plus et découvrez ce que vous avez gagné car vous ne l’auriez pas créé si le besoin n’existait pas. Et si vous pouvez voir et trouver une raison, vous comblerez le vide. Vous avez atteint une conscience plus élevée ; vous le dissiperez et il deviendra sagesse.

A quoi bon aller à l’école pour évoluer le long de tous les niveaux et finir le lire ? Votre destinée est d’être Dieu, d’être tout ce que vous pouvez être, d’aimer ce que vous êtes, de voir la vie comme une aventure et non pas comme une mort. Qu’est-ce qui fait qu’une personne veuille prendre sa propre vie car elle ne peut supporter le changement ? La vie est la gloire de se permettre de consommer l’esprit subconscient afin de devenir remarquable.

Et toutes les choses superficielles qui appartiennent à la dévotion disparaissent. Le besoin que vous avez de ce sentiment de sécurité disparaît, car les lumières commencent à briller à l’intérieur si bien que vous n’êtes plus dans l’obligation de bâtir quoi que ce soit à l’extérieur pour avoir ce sentiment de sécurité à propos de votre vie. Vous le bâtissez de l’intérieur. C’est alors que vous marchez comme un maître. Et cela n’a rien à voir avec la peur d’un quelconque autre être humain, car, plus vous prenez de l’expansion, plus ce Dieu qui ne possède pas d’image émerge à la surface.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « La connaissance sacrée des écoles de Sagesse» aux Editions AdA.

 

QUI A-T-IL DE MAL A CHANGER

 

images (7)C’est que cela vous sort de l’ignorance et, tant que vous êtes dans l’ignorance, vous pouvez être contrôlés. Tans que vous ressemblez à tout le monde et ne changez pas, vous pourrez toujours retourner au bercail. Dès que vous changez, vus devenez un individu qui sort du schéma habituel. Vous n’êtes plus dévoués à la réflexion sociale. Vous devenez l’individu.

Pourquoi êtes-vous si dévoués à votre passé que vous ne pouvez évoluer vers votre futur ? Si quelqu’un ne change pas son futur sera ce que sera son passé, incarnation après incarnation après incarnation. Vous êtes las des choses que vous avez faites dans cette vie et vous voulez en devenir maître. Ce ne sont plus des erreurs, elles sont sagesse. Mais imaginez une entité qui ne change pas et qui, lors de chaque incarnation, quelle que soit l’image ou l’identité qu’elle ait choisi d’être ou choisi d’exprimer, se trouve sans exception face au même dilemme lors de chacune de ses incarnations. C’est comme se réveiller tous les jours et se diriger vers le mur pour y s’écrie ; « J’ai pêché, j’ai pêché, … c’est une erreur, je suis malheureux, je suis misérable, je suis une victime. C’est ma faute ; je rends les gens malheureux. Je ne serai jamais aimé ; je ne réussirai jamais dans la vie. Je ne vaux rien. …  » tous les jours, tous les jours… Imaginez une incarnation qui reflète ceci dans les frictions qu’elle offre, et ce, lors de chacune des incarnations. C’est cela la dévotion.

Le changement : oui, il n’est pas possible d’évoluer notre conscience sans changer notre réalité. Si la nature peut changer sous vos pieds, comment se fait-il que vous ne le puissiez pas ? Si la nature peut provoquer l’explosion d’une montagne, qu’est-ce donc que la nature connaît que vous ne connaissez pas ? Et si vous aviez su, peut-être n’auriez-vous pas été sur la montagne ; est-ce exact ? Oui ?

Changer signifie évoluer votre conscience. Ecoutez, lorsque je vous ai dit que l conscience qui crée la friction dans le but de l’interaction ne peut pas être la même conscience qui va en devenir maître et la transformer en sagesse ; si vous ne changez pas au moment où l’interaction se produit, et cela est vrai pour chacun dans la pièce, et si vous gardez la même vision au moment où vous avez une interaction, cela va devenir un problème. Combien d’entre vous ont essayé de changer ?  Vous avez réalisé une expansion de votre conscience, vous avez bougé et, au moment où vous avez bougé, et que ce changement se matérialisa, que la friction et l’explosion se produisirent et que la joie disparut, tout commença à se désagréger, car certains d’entre vous ne comprennent pas que la même conscience qui avait créé votre friction n’est pas la conscience qui la résoudra en sagesse. Vous avez cessé de grandir.

Autrement dit, lorsque les choses deviennent un peu difficiles, vous prenez peur et vous vous enfuyez. Cela n’a pas marché pour vous. C’est ce que les gens disent tout le temps. Cela n’a pas marché. Tout s’est effondré. Eh bien, je fus pris par la peur, je n’ai pas pu trouver du travail, mon puits se trouva à sec, il y a eu une fuite à la maison, et toutes les autres choses que vous possédez qui sont toutes les raisons pour lesquelles vous vous êtes enfuis et n’avez pas accepté de faire le pas suivant parce que vous pensez avec la même concentration que celle qui vous a permis de créer. Et ce n’est pas ce qu’il faut faire car, lors de chaque interaction, vous devez vous poser cette question : « Qu’ai-je appris «  ? C’est à partir de cela que vous glanez la sagesse de la situation qui est inscrite dans le livre, et cela devient à ce moment-là la conscience plus élevé. Et c’est elle qui résout le problème. Cela devient une bénédiction. Vous avez alors véritablement réalisé une expansion de votre réalité, de votre manière de penser et de votre pouvoir.

Les gens cessent donc de grandir à un certain point ; Ils n’entendent que ce qu’ils sont capables de percevoir ; Tout le reste rebondit sur eux. Dès l’instant où les choses deviennent un peu rudes, quand ils ont fait le premier pas pour changer, ils ont cessé de grandir ; Ils ont pris peur. Et tous ceux qui leur ont dit qu’ils ne devraient pas faire cela – je t’avertis, si tu y vas, tu vas le regretter – tous ces arguments qui appartiennent à l’esprit de singe leur reviennent et ils s’arrêtent à ce point précis. Allez-vous résoudre cette question ou bien est-elle trop terrifiante pour vous ? l‘inconnu, l’esprit subconscient sont-ils si peu fiables que vous n’avez pas la force de continuer ou bien encore allez-vous rebrousser chemin et retourner vers la dévotion qui vous est familière ? Oh, bigre oui !

Maintenant écoutez. En un sens, ce n’est pas juste car je peux voir toutes les pages jusqu’au moment où le livre est fermé. Vous n’en êtes qu’à la quatrième page. Et le livre ne vous permet pas de tourner les pages pour que vous puissiez lire la dernière. On ne peut faire cela avec ce livre. En conséquence, vous ne savez pas ce que le reste du livre prépare pour vous. Vous seriez plus à l’aise si vous pouviez lire la dernière page ; vous pourriez alors commence rà lire le reste du livre. Pourquoi pas ? C’est ma réalité. Je peux faire ce que je veux, quoi que ce soit ; Est-ce la vérité ? Oui. C’est pourquoi on me pose toujours ce genre de questions : « Pourriez-vous me dire approximativement combien de temps cela va durer ? Pourriez-vous m’aider, m’envoyer un grand nombre de messagers ? Je sais que je vais être capable de faire ce changement et que je vais être plus heureux que je ne l’ai jamais été de toute ma vie ». Gelés sur place. Oui, c’est vrai.

Je comprends votre réticence car vous avez été l’objet de tellement de conditionnements, avec tellement d’images pour être dévoués. Et ce qui jadis était une réaction naturelle, vous savez, comme un train, nous devons maintenant l’apprendre. Nous voulons avancer ; Et nous faisons l’expérience d’une interaction avec des êtres extraordinaires pour que nous puissions devenir tout ce qui est dans notre capacité car la nourriture n’est pas ce que nous mettons dans un trou sur notre visage. C’est ce avec quoi nous réalisons l’expansion de notre conscience t que nous possédons dans notre âme. Ceci était si naturel. Il n’y avait rien à craindre car personne n’avait créé la peur. Je n’existais pas. L’inconnu était la tentatrice ; l’inconnu était la compilation du Présent.  Sois élevé dans ton Esprit !

Si  tu devais dormir sous un point ou sous  un arbre ; serait-ce si grave ? Quel serait alors ton débiteur ? Et ce que tu as créé auparavant, tu peux le recréer avec un pouvoir accru, une connaissance accrue, une compréhension accrue, et tu ne seras plus jamais berné par quiconque. 

Mais je vous vois agoniser à l’idée de quitter votre passé. Cela vous montre à quel point vous êtes dévoués. La mère de la dévotion, c’est cela dont il s’agit, vous maintenir dans votre position au sein du mensonge. Pourquoi la presse vous ridiculiserait-elle pour avoir changé et être venus dans cette partie du monde ou bien pour mettre  de la nourriture de côté ? Parce que , si tout le monde commençait à le faire, où seraient-ils ? Où en serait l’économie ? Et si les gens commençaient à penser par eux-mêmes et éteignaient la télé, quel pouvoir auraient-ils sur vous ? En vous programmant quotidiennement ils vous maintiennent dans l’ignorance. Comprenez-vous ? Et ils ne vont pas vous aimer pour être un individu. Ce n’est pourtant qu’en devenant une conscience évoluée que l’on voit Dieu.

L’illumination, ce n’est pas des bracelets. C’est la vérité nue qui s’exprime. C’est une lumière qu’est qu’un individu qui ne craint rien car il y existe pour créer sa destinée. Il ne resterait jamais là à agoniser, à agoniser à propos d’un petit changement dans sa vie, pendant toute sa vie, car aussi longtemps que l’on demeure dévoué à l’ignorance, aucune évolution n’est possible. Et vous n’irez que jusqu’à un certain point pour que votre conscience s’élargisse en sorte de créer ce qu’on appelle une option et ce qu’on appelle en vérité une réalité issue de votre esprit subconscient, étendre votre conscience pour la consommer, la matérialiser dans votre vie et avoir l’interaction avec elle. Et dès que vous avez fait le pas, vous êtes pris de peur parce que vous avez été torturés, vous avez été ridiculisés, vous avez été mis au ban de al société, vous avez été taillés en pièces, vous avez été torturés vie après vie. Et, en un tel moment, plongés dans les ténèbres de l’âme, alors que les choses tombent en pièces autour de vous, vous prenez la décision d ‘aller plus loin ou pas car la conscience ne subit pas l’expansion qui lui permettrait de recevoir le don de l’expérience. 

Qu’il en soit ainsi.

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « La connaissance sacrée des écoles de Sagesse» aux Editions AdA.

 

LA VERITABLE DEESSE DE LA GENESE

 

big.3348445Il y a un pouvoir que possède cette femme que vous ne possédez pas : une conscience et un pouvoir absolus ; Il se trouve que ce pouvoir s’exprime dans le corps d’une femme mais sont but est de glorifier la femme, de glorifier les trésors dans votre vie, de glorifier la droiture et la vérité dans votre vie. Il n’est pas un homme qui n’ait besoin d’être glorifié par une femme. Sinon, il ne siègera jamais comme un roi. Il ne siégera jamais comme un homme de la noblesse parce qu’il y a un trait génétique qui qualifie le sang royal ; le sang royal n’est pas transmis par le sperme de l’homme, il est transmis par l’œuf de la femme. Génétiquement, les maisons royales sont transmises par le sexe féminin. 

Eh bien, écoutez, je suppose qu’il faudrait que vous soyez des généticiens pour comprendre que c’est la lignée féminine directe qui pourrait être retracée jusqu’à Eve. C’est la femme qui donne la continuité, non pas l’homme. L’homme possède de la continuité mais ce n’est pas grâce à sa partie masculine, c’est grâce à sa partie féminine que cette continuité existe. Cette femme qui est assise devant vous ici, et vous tous, hommes et femmes assis ici, vous pouvez remonter jusqu’aux Dieux qui vous ont créés à travers votre génétique féminine et le Dieu suprême qui vous a créés fut une femme. Ce fut une femme.

Les hommes, que sont-ils donc ? Chauds, lourds, ayant besoin de s’exprimer tous les jours mais étant les premiers à appeler leur mère quand ils sont proches de la mort .

C’est parce que je ne veux pas que vous me dépréciiez à cause de mon apparence ; Et j’ai aussi un corps, et ce corps a une apparence fort différente de celui-ci. Quel est donc le message au vingt et unième siècle ? C’est que les femmes sont Dieu et qu’elles sont plus proches de Dieu dans leur compassion, leur amour, leur faculté de pardonner, de comprendre et de nourrir que l’homme, qui n’a pas de passion envers sa propre semence. Quelle est donc notre contribution au vint et unième siècle par notre nouveau rassemblement et notre nouvel enseignement ? Un nombre considérable de femmes à qui sont enfin accordées leur divinité et leur importance, qualités qu’elles ont toujours dissimulées car elles n’étaient pas acceptables socialement.

Maintenant, je suis sûre que vous êtes tous familiers avec le Livre de la Genèse, ce document frauduleux du Fichier National. Les Juifs n’ont fait que copier un texte ancien remontant aux Sumériens et à leur histoire, leur histoire de Terra. Terra était le nom que les Dieux donnèrent à la Terre.

Savez-vous quand ils sont venus ici, Enki et Enlil ? Ils sont venus ici il y a 455 000 ans, mais ils ont vraiment tout commencé il y a environ 25 000 ans ; Maintenant, savez-vous ce qu’ils firent entre ces deux époques ? Se disputer, se disputer. Et savez-vous qui mit fin à la dispute ? « Leur grande sœur mit fin à la dispute. C’est elle qui mit fin à la dispute parce qu’elle était la brillante généticienne dans la famille d’Anu. Ce fut leur sœur qui règle le problème ; elle descendit ici et commença à séparer les gènes. Ce que vous êtes sur le point de découvrir au sujet du génome humain, elle le savait déjà il y a 455 000 ans. Elle descendit ici et opéra le croisement entre le sperme d’Enki, d’Enlil et d’Anu et ses enfants de la terre. C’est elle qui fut la mère qui créa ce que vous êtes, l’hybride de l’homme de Cro-Magnon. Qui donc fut le Dieu de la Genèse ? Eh bien, ce ne fut évidemment ni Jéhovah, ni Enlil, ni Enki, ni Anu. Ce fut leur sœur qui fut le Dieu de la Genèse ».

Le Dieu de la Genèse était une Déesse. Son nom était Nisgal ou Ninharsag. Son nom était aussi abrégé et on l’appelait Mammies, d’où Maman. Vous ne me croyez pas ? C’est le vérité. Dans les textes Sumériens – on trouve ces textes dans tous les grands musées du monde – il est dit qui était le Dieu de la Genèse, la sœur des deux frères rivaux. Qui est venu faire le travail ? Leur sœur. C’est pourquoi on l’appelle Mammie.

Et ainsi, quand notre corps nous quitte, quand le souffle de notre vie nous quitte et que notre sang s’est écoulé sur le sol, nous appelons Maman. Nous appelons la Mère des premiers âges, la Déesse qui nous a faits. Et c’est elle qui dit : « Que mes enfants soient qui ils sont ». Et ce furent ses frères qui s’évertuèrent à les diviser, à en abuser et à se complaire en abusant d’eux. Les hommes sont des seigneurs de la guerre. Les mères sont compassion et amour. Et à qui revient le mérite de la survie de l’humanité sur la terre ? A Mammie.

La vérité est toujours stupéfiante. Elle va au-delà de ce que nous savions mais, dans la mort, nous saurons toujours la vérité et qui nous appelons alors est Maman. Voici ce qu’il en est de la grande Déesse qui croisa le singe avec les Dieux et créa l’homme de Cro-Magnon ; c’est à elle que remonte notre génétique la plus remarquable. Il est possible de remonter génétiquement jusqu’à son laboratoire. Ils l’ont déjà fait et prouvé. Pourquoi donc la femme devrait-elle être opprimée ? Parce que les hommes veulent la guerre. Et que veulent les femmes ? L’amour, la compassion et la paix. Dieu n’a jamais été plus virulent lorsqu’il est une femme. Les femmes font les scientifiques les plus brillants. C’est leur nature de comprendre la création. Combien d’entre vous comprennent ? Qu’il en soit ainsi.

Vous ne vous intéressez pas à l’histoire ; ce qui vous intéresse, c’est votre sexualité, vos problèmes, si bien que vous avez un système de croyances fondé sur votre corps émotionnel. Cela est totalement faux et, si vous aviez fait usage de votre cerveau au lieu de votre pénis, vous comprendriez que votre histoire génétique remonte à cette époque en Afrique, la demeure du souffle de vie. Et quel scientifique était à sa tête ? Mammie. C’est à l’Afrique cela remonte, l’Afrique, le berceau de la civilisation. Où ses enfants furent-ils emmenés ? Dans le pays situé entre les deux fleuves, le Tigre et l’Euphrate. Ils furent dispersés sur toute la surface de la terre. Ils deviendraient les esclaves des Dieux . Mammie aimait-elle ses enfants ? Absolument.

Voici de quoi faire votre éducation et du travail à faire à la maison. Vous avez à votre disposition toutes les bibliothèques du monde. La religion la plus ancienne du monde représente la Déesse et ils aiment la Déesse. C’est la religion la plus ancienne du monde, Mammie, la mère suprême.  Mettez-vous en route, la connaissance se trouve dans vos bibliothèques et dans vos musées. Allez-y.

Combien d’entre vous ont compris ? Vous êtes donc en vie à cause de Mammie. Et de la même manière que la plupart des hommes ont la propension de ne porter aucun intérêt à leur progéniture et de la considérer comme un fardeau, le créateur et le progéniteur de votre vie fut une femme, une Déesse qui fut une scientifique brillante, Mammie. Et elle vit. Elle est bien vivante en chacun de vous parce que vous avez tous ses gènes à l’intérieur de vous. C’est vrai. Quel est donc le plus grand ? Si vous avez deux parents comme progéniteurs d’une force entière de l’humanité, qui devrait être le plus grand parent ? C’est une femme qui devrait être le plus grand parent parce qu’elle prendra toujours soin de ses enfants. Compris ? Même votre mère prendrait bon soin de vous. Combien d’entre vous comprennent cela ? Pourquoi donc suis-je dans un corps de femme ? Maman, ma Maman, ma Maman.

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux il y a 455 000 ans» aux Editions AdA.

 

C’EST LE PRESENT SEUL QUI COMPTE

 

images (6)Souvenez-vous , une belle vie pleine d’amour est le don de la sagesse. Et avec chaque incarnation, vous tournez les pages, évoluez, devenez plus remarquables. Vous n’avez pas besoin de faire ce que vous avez fait dans votre dernière incarnation. Et qi vous étiez dans cette dernière incarnation n’était que l’image. C’était le Dieu continu que vous avez toujours été, cette entité sans image, cette force, cette intelligence, cette puissante énergie que vous êtes qui fait que je ne vous vois pas comme ayant des cheveux, un nez et des yeux, comme la couleur de votre peau et de vos vêtements, mais comme une lumière, une brillante lumière consommant l’obscurité, l’inconnu, le subconscient. Tout ce qui siège ici, ce sont des images créées par la lumière dans le dessein d’interagir dans le drame des affaires inachevées de Dieu durant cette incarnation e t d’inscrire dans ce livre ce dont vous n’avez pas fait l’expérience et que vous possédez en tant que perle de sagesse dans ce Livre de Vie. Consommer l’obscurité de l’ignorance et évoluer, c’est cela. 

Lors de chacune de vos incarnations, vous ne sauriez même pas qui vous étiez deux incarnations auparavant. Vous ne reconnaîtriez pas l’image que vous aviez créée pour vous-mêmes parce que vous avez parcouru un long chemin depuis cette personne. C’est comme le fait que vous ressemblez bien peu à qui vous étiez il y a cinq ans. Vous avez bien peu en commun avec cette personne – est-ce exact ? – du fait de l’expansion de ce que vous êtes devenus. Vous avez grandi, vous êtes devenus davantage.

Il en est de même en ce qui concerne les incarnations. Bien qu’il existe toute une religion fondée sur la réincarnation, c’est le passé. Une personne éclairée a fermé les livres du passé et il s’agit de maintenant. C’est le présent seul qui compte. Une âme éclairée sait cela. Une âme ignorante ne le sait pas. Une âme ignorante adore ce qu’elle pense avoir peut-être été et n’est pas dans cette incarnation-ci.

Chaque vie est comme chaque jour ; nouvelle journée, nouvelle incarnation, nouvelle image. Et l’image procure la friction permettant de grandir, de croître, de révéler ce Dieu sans image qui se dissimule derrière le personnage que vous avez créé car c’est lui qui est immortel. Votre apparence, votre ego altéré, votre étroitesse d’esprit, votre petitesse, vos jugements – tout ce qui a constitué ce que vous êtes dans cette incarnation – s’évanouiront. Et seuls demeureront les hoyaux de cette vie, la sagesse que vous avez glanée, car ce qui survivra à la chair et au sang est le Dieu invisible qui l’a voulu ainsi pour la gloire de la lumière que vous êtes tous. C’est lui l’être éternel. Et c’est ce à qui je m’adresse lors de chaque session d’enseignement ; je ne m’adresse pas à l’image mais à la lumière qui est en vous.

En vérité, l’esprit subconscient est l’espace. L’esprit subconscient n’est pas ce que vous avez oublié et réprimé lors de vos incarnations. Cela est le Livre de Vie. L’esprit subconscient est l’inconnu, les probabilités non réalisées qui vous permettent de jouer la pièce de théâtre de l’image pour apprendre d’elle. L’esprit subconscient, l’obscurité, est ce que consomme la lumière. La conscience n’est la conscience que parce qu’elle possède la polarité du grand esprit dont elle peut se nourrir. 

C’est dans l’inconnu que repose l’abstrait absolu. Le lendemain, l’incarnation prochaine, la semaine prochaine, la nouvelle idée de génie, brillante, le prochain souffle de liberté, la prochaine poésie à vous couper le souffle, la prochaine grande œuvre d’art, la prochaine magnificence de la couleur d’une rose, la prochaine expérience du soi, tous reposent dans l’esprit subconscient. Et vous êtes comme des lumières flottant sur l’infini, dont l’opportunité entière est d’embrasser la réalité physique, d’en faire l’expérience, d’en acquérir la sagesse afin de l’identifier et de croître. Vous grandissez à partir de l’esprit subconscient. Et cet esprit subconscient est éternel.

Voyons les temps anciens ; il y avait les écoles anciennes qui étaient établies dans divers lieux sur ce rivage, ce globe-ci. Et ces écoles étaient l’objet d’une grande interaction – êtes-vous prêts pour cette vérité extraordinaire ? – une grande interaction de la part de vos frères qui vivent dans d’autres galaxies. Et les leçons apprises étaient grandes, c’était une exploration. Eh bien, les frères primitifs qui vivaient ici avaient perdu de vue leur destinée à cause de leur besoin de survivre. Ils étaient souvent inspirés à de plus hautes pensées par leurs frères qui étaient venus de loin aider les professeurs à leur enseigner la droiture, la manière juste.

Ceci était très commun. Il existait donc l’école secrète du soleil dans laquelle les écoles rendaient hommage au soleil et aux peuples venus de l’autre côté de lui. Et certains de ces temples existent encore aujourd’hui. Ils ne furent pas tous détruits. Mais la raison pour laquelle il existait des écoles – elles ressemblaient beaucoup à celle-ci excepté le fait que ces écoles duraient souvent sept ans, chaque année étant dédiés à un niveau d’évolution – la raison en étai qu’il fallait sept ans à l’étudiant qui devenait transparent la septième année.

Il est vrai que des êtres humains existent partout dans les univers interdimensionnels. Il y en a qui existent au-delà du soleil. Ils sont éparpillés partout dans votre Voie Lactée, des civilisations entières. Et ils sont pourtant le même Dieu sans image qui a créé la même image du corps avec lequel faire des expériences, sur la page de leur vie, le pas suivant dans la conscience pure car c’est cela qui est notre motivation à tous.

Certaines de ces écoles  situées dans les plaines, d’autres près de hautes montagnes qui n’existent plus, qui sont sous les océans. Ces écoles duraient sept ans, calendrier quelque peu différent de celui que vous avez aujourd’hui, mais leur temps égalait sept années de votre temps. Et une multitude de personnes suivaient chaque année de leur éducation et, à la fin de sept ans, avaient tourné toutes les pages de leur livre relatives au fait de rendre leur réalité physique transparente. C’est de là que vient le Christ. C’est de là que viennent les Dieux qui marchèrent sur la surface de la terre.

Il est vrai qu’il existait toujours des primitifs qui rongeait les os, qui se guérissaient avec des feux anciens et sentaient mauvais, qui étaient toujours à faire paître leurs troupeaux. Mais il y avait ceux qui apprirent, évoluèrent durant cette période de temps. C’était acceptable ; Et nombreux sont ceux parmi eux qui sont partis depuis longtemps car ils ont tout maîtrisé. Ils sont dans une autre dimension, dans une autre aventure. Il fallait vouloir aller à l’école, pour ainsi dire. C’est le terme que vous employez. C’étaient les temps anciens de l’illumination. Que vos vêtements soient faits de peaux ou qu’ils soient semblables à ceux que vous portez aujourd’hui n’importait pas. L’homme et la femme n’ont pas changé depuis ces temps-là, seule la technologie a changé.

La même ignorance qui existe aujourd’hui existait alors. La même quête de l’illumination qui existe aujourd’hui existait alors. Nombreux sont ceux qui partirent à cette époque qui n’existent plus maintenant. Et ce qui existe maintenant est le même besoin qui existait alors.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Connaissance sacrée des écoles de sagesse» aux Editions AdA.

 

Etre Inconscient ou être dans l’ombre

 

ascensionQue dire de l’ignorance ? Quel est le sens du mot ignorance ? Ne pas être conscient, être dans l’obscurité, ne pas être éclairé. Par obscurité, je ne me réfère pas à l’interprétation religieuse fréquemment métaphysique et superstitieuse. Pour eux, l’obscurité équivaut aux démons et au mal, à Lucifer et à toutes ces choses qui se tapissent dans l’ombre. Dans le subconscient, l’obscurité signifie une conscience inactivée, un être inconscient. Lorsque l’on fait briller la lumière dans l’obscurité, l’obscurité se dissipe. Mais la lumière est vérité. C’est une interaction avec la conscience. C’est être conscient de ce qui existe dans la pièce plongée dans l’obscurité et ne pas avoir peur de ce qui existe dans cette pièce sombre.

Ainsi, dans la vérité ancienne, l’obscurité signifiait le fait d’être inconscient ; cela n’a jamais signifié le mal. Le mal n’a jamais existé dans ce qu’on appelle le Livre de Vie épigénétique. Il ne fut jamais créé comme partie de l’involution et ne fut jamais destiné à être manifesté dans l’évolution. La descente des Esprits qui descendirent le long de sept niveaux de vibration afin de devenir une intelligence vibrante et vivante ne fut pas la chute des anges déchus de la grâce, mais la dynamique de la lumière de Dieu qui entreprit un voyage dans la densité, dans les royaumes inexplorés de la réalité physique afin de rendre manifeste la réalité physique. Ils furent les explorateurs de Dieu, la lumière, l’absolu, afin d’activer la force vitale, de devenir un ingrédient actif afin que le Dieu absolu, le tout du tout, puisse se connaître lui-même. Vous avez entrepris un voyage, un voyage magique, merveilleux. Et ces dieux qui firent cette descente, qui firent ces transitions, étaient en vérité très braves car ils étaient les messagers venus de la pensée afin de déployer la lumière.

Ceci fut chose connue de tout temps parce qu’on peut dire que ce fut le sujet de toute notre histoire. D’où venons-nous ? Nous sommes des voyageurs dans la matrice de l’espace/temps. Nous sommes ceux-là mêmes qui qualifions moralement et spirituellement un univers objectif, une réalité physique objective. Nous sommes les affaires inachevées de Dieu se connaissant lui-même, ce que nous sommes. Et il était bien connu que vous êtes descendus de sept niveaux afin de devenir des voyageurs dans ce principe de la force vitale, votre vie aujourd’hui.

Cela serait ultérieurement détruit dans la sagesse ancienne pour être remplacé par l’idée que les êtres mauvais furent déchus du paradis de Dieu et prirent le contrôle de la terre. Si c’est cela la vérité, vous êtes alors tous mauvais et tous des démons, y compris ceux qui disent que vous . La vérité est que ceci est un voyage dans le tout.

La création n’est pas un acte ; c’est un processus. Il y a une différence. La création est un processus ; créer n’est pas un acte. Vous n’avez pas à créer de façon consciente. Créer est un accord naturel avec qui et avec ce que vous êtes.

La sagesse ancienne fut toujours présente au sein de toute civilisation pour venir en aide aux initiés, pour être là afin qu’ils ne se perdent pas émotionnellement dans leur création, quelle qu’elle soit, afin qu’ils puissent venir comme on vient à une station d’essence pour faire de nouveau le plein d’objectifs. Fréquemment, depuis les commencements de l’évolution et la beauté du drame humain, vous vous êtes perdus dans l’objectif de votre création et la raison pour laquelle vous l’aviez créée. Les écoles anciennes existaient pour vous rappeler les lois inscrites dans le Livre de Vie intitulé Involution – Involution – destinée écrite dans les sept niveaux de la descente de votre Esprit. 

Eh bien, la sagesse ancienne est un droit que vous avez acquis en naissant ; elle est également votre cosmologie spirituelle, ce dont vous êtes constitués. Et dans les sagesses anciennes, qui opposent la question de la nature de la réalité, il était impératif de parler de ce qui crée la réalité, vous en particulier. Et les sagesses anciennes percevaient toutes les entités égales les unes aux autres ; elles le sont et vous l’êtes. 

La cause originelle, l’absolu, l’intelligence, la pensée, les échos des profondeurs de l’espace, est une conscience endormie. C’est l’esprit subconscient ; c’est l’intelligence toute sage inconnue. Et le voyage jusque dans les profondeurs de cet esprit entrepris par la lumière, par les Dieux, par les individus comme vous, est un voyage intérieur infini. Ils entreprennent le voyage visant à ce que l’intelligence endormie de la pensée s’éveille, à ce qu’un jour la totalité de la pensée se trouve animée de la réflexion d’elle-même pour que Dieu se connaisse lui-même. C’est aussi simple que cela.

Tout le monde comprenait les règles de ce jeu. Nous sommes tous venus ici avec le programme et les outils nécessaires ; Nous avions la conscience, qui était intelligence, et nous avions l’ingrédient actif permettant à la conscience de créer la réalité physique. Et il faut que ce moteur soit en bon état de marche pour pouvoir commencer à écrire dans ce libre les exploits de votre temps. Chacun d ‘entre vous est en vérité le principe divin. Bien que vous soyez des individus, vous agissez également en tant que collectivité, cette partie de l’esprit endormi qui est éveillé, cette lumière dans l’obscurité du ciel qui est un être vivant consommant l’obscurité.

L’obscurité est la conscience non réalisée. Elle n’est pas le mal : elle n’est pas mauvaise. Elle n’a pas été exploitée. Elle n’a pas été explorée, elle est l’inconnu. Appliquez-lui la lumière et elle devient connue. Nous sommes ici. Notre voyage est celui d’un voyageur équipé de Dieu lui-même, individuel, poursuivant un voyage infini jusque dans le soi divin qui est chacun des sept niveaux de vibration, qui est les sept niveaux atomiques, qui est les sept fréquences allant de la pensée à la masse. Tout ce qui existe dans la masse est une coagulation de la pensée élevée. Si vous inversez la masse et la ramenez jusqu’à son origine, elle disparaitra en traversant sept niveaux de vibration pour devenir la conception de ce qu’elle est.

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Connaissance sacrée des écoles de sagesse» aux Editions AdA.

 

La MEMOIRE GENETIQUE de REPRESSION PROFONDEMENT ENRACINEE

 

images (6)Eh bien, mes maîtres magnifiques, et en particulier mes femmes qui ont été les personnes contre lesquelles ont existé le plus de préjugés – après avoir fait toutes ces déclaration extravagantes qui sont vraies – retournons en arrière et revisitons le domaine des femmes, le fait que les femmes furent l’objet de tellement d’oppression alors que la plus grande Déesse qui ait jamais habité la terre – Terra est une Déesse, pas un homme, car la terre est une immense matrice ; l‘énergie est la matrice de la réalité.

Ainsi, la Déesse, le plus suprême des Dieux qui ait jamais vécu ici, ne fut pas un Dieu mâle ; ce fut un Dieu femme. Les plus grands scientifiques qui aient jamais vécu, les scientifiques qui sont d’importance, sont des femmes. Si Einstein avait été une femme, il aurait admis publiquement la théorie du champ unifié et au-delà. Ce fut son côté masculin qui lui fit rejeter publiquement la théorie de la mécanique quantique de la physique quantique. Le féminin aurait compris cela facilement ;

Pourquoi avons-nous ce problème ? Nous avons ce problème parce que la femme créatrice la plus remarquable, le Dieu  féminin le plus remarquable qui ait jamais été ici, fut en réalité responsable du croisement de l’Homo erectus avec le sperme des Dieux, les œufs des Dieux. Ce fut une femme ; ce ne fut pas un homme. Une femme. Ce sont les hommes qui penseraient seulement en termes de servitudes, alors que la science d’une femme vise la création. Les hommes sont portés à l’oppression. Vous devriez comprendre cela. Vous devriez le comprendre.

Il est donc peu étonnant que l’on parle de la lune comme de l’Enchanteresse. J’en parlais ainsi dans ma vie. C’était une femme. Il est clair que la lune est une femme. Réfléchissez-y. Elle vous regarde, vous la cherchez, vous ne voyez que ses contours. Si vous continuez à regarder, elle commencera à vous montrer un peu plus et encore un peu plus d’elle-même. Et quand enfin elle est pleine e t vous en enivrés, vous êtes grisés à la vue de ses rayons. Et puis elle s’enfuit. C’est une femme. C’est une femme. Il est clair que la lune est une femme. Il est clair que la terre est une femme. La terre n’est pas un homme. La terre est une vaste matrice. Les hommes sont les fourmis sur la matrice. Imaginez un œuf ; la matrice est grande comme cela. Elle est pure nature. La nature est la vérité.

Nous voyons donc maintenant l’oppression qui règne dans une société dominée par les hommes. IL n’était pas dans l’intention de la Déesse que les enfants qu’elle avait créés soient asservis et utilisés. Ce sont seulement les hommes, les Deux hommes, qui en abusèrent ; Les femmes ne le firent pas. Elles sont l’Esprit nourrissant de Dieu. Et, après le départ des Dieux, on voit donc que l’aspect féminin de la mère divine fut totalement remplacé par le contrôle rigoureux du prêtre, le mentor qui parle à son étudiant, le pont menant à Dieu. Et l’on comprend que tous ceux qui avaient été laissés derrière ne savaient rien. Ce n’étaient que des esclaves qui faisaient leur devoir, qui ne possédaient pas la connaissance. Ils servaient c’es tout. Et, quand ils se retrouvèrent seuls, ils transformèrent leurs devoirs en religion car ils ne savaient pas.

Ecoutez-moi. Les femmes ont été traitées comme du bétail, comme des objets sexuels, même quand elles n’étaient que des petites filles. Même chez les petites filles, c’est comme si les petites filles deviennent la propriété des fantasmes sexuels d’un homme quelconque. Et pourquoi ? Il s’agit d’une émotion sexuelle qui a été transmise génétiquement de génération en génération qui fait que les femmes doivent être réprimées à tout prix. Elles doivent être réprimées. Comme vous feriez avec du bétail, rassemblez-les quelque part et servez-vous d’elles, et ayez des rapports sexuels avec elles, des bébés avec elles, sans ne jamais leur donner droit à la parole. Il n’est pas surprenant que ce soit la race la plus réprimée qui soit.

Eh bien vous savez, la sœur de cette illustre famille d’Anu, c’est elle qui était la véritable héroïne de la famille entière. C’est une femme qui était sérieusement dédiées au désir de projeter la vie ici. Il se peut qu’aucune de ses créatures n’ait été issue de sa propre matrice, mais elle prit et mêla le sperme et l’œuf, créant éventuellement, de ses mains aimantes, le parfait Adam. Croyez-vous qu’elle n’aimait pas ce petit garçon ? Elle aimait ce petit garçon, et c’est sous bonne supervision de sa part qu’ils eurent la permission d’être nus. Les femmes ne molestent pas les enfants quand ils sont nus, mais les hommes le font. Ce fut elle qui leur permit d’être nus devant elle et elle les aimait ; Tout changea quand les deux frères entrèrent en conflit.

Ainsi, alors que nous somme s l’aube des changements dans le monde – ils ont déjà lieu dans l’hémisphère Sud et vont atteindre l’équateur et l’hémisphère Nord – je vais vous dire ceci, que à la fin des temps, les enseignements viennent du corps du Christ, oui car je sais tout ce qu’i fit partie de l’initiation de ce professeur du fait que j’ai préparé une partie de son ordre du jour. Et je viens dans le corps d’une femme –une femme – qui est le groupe le plus calomnié dans le monde aujourd’hui car elles ne sont pas naturellement des créatures sexuelles. Elles sont des créateurs, c’est ce qu’elles sont. Du fait qu’elles sont des créateurs, elles aiment car elles créent, et ce qu’elles créent fait partie d’elles. C’est pourquoi elles ont tant d’amour pour leurs enfants.

Les hommes sont plus éloignés. Le chemin est plus long pour un homme, car il doit dépasser la femme vers le haut ; il doit posséder la femme en lui pour s’élever. Il doit posséder cette compassion, cet amour, cette sincérité, ce souci des autres et monter. Il doit comprendre comme le comprend la femme que, parmi tous les actes sexuels qu’elle vit, certains ne sont pas faits pour son plaisir. La plupart sont pour le plaisir de son amant et pour l’occuper. Si l’homme a été une femme, il comprendra comment donner du plaisir à la femme. Mais son acte naturel est de porter des enfants et la responsabilité de cet acte. Une fois qu’elle l’aura fait, elle ne sera plus jamais son amante ; elle sera de nouveau l’amante de l’enfant.

C’est pourquoi il y a tant de mariages adultères. Une fois que la femme a eu des enfants, parce que son amour va à son enfant, l’homme sorte et baise avec d’autres femmes qui sont heureuses simplement du fait de l’enlever à cette femme idyllique qu’elles ne sont pas encore. C’est comme le fait que vous êtes le fruit de la matrice de votre mère et que votre mère a tout fait pour vous – tout – et que vous êtes devenus le centre d’attention dans sa vie. Et puis, il faut en outre faire marcher un mariage chancelant, un mari chancelant, la responsabilité des enfants, la responsabilité de l’amour envers eux ; et il faut aussi descendre dans ce premier sceau simplement pour satisfaire le mari, juste pour qu’il continue à la faire vivre ainsi que ses enfants. Elle mourra plutôt de faim que de voir ses enfants ne pas avoir de lait. Tel est l’amour d’une mère. Très peu d’hommes ont une telle qualité. C’est pourquoi, lorsque les hommes meurent sur le champ de bataille, ils n’appellent pas leur père. Et quand leurs parents meurent, c’est la mère qui revient généralement à eux.

Je suis un être ancien. Je channelle parfaitement au travers de ce corps féminin. C’est un corps que j’ai chois. C’est un corps qui célèbre les personnes envers lesquelles existent le plus de préjugés, les femmes – quelle que soit leur couleur – les femmes, il n’existe aucun doute là-dessus. Et la nouvelle vague aujourd’hui qui insiste pour qu’elles se fassent mourir de faim et soient des porte-manteaux, qui veut qu’elles ressemblent à des petits garçons avec des seins artificiels et des visages artificiels, est l’œuvre du Dieu masculin Jéhovah. Il s’agit d’asservir, de prostituer et de corrompre leur corps au nom d e la gloire, de la fortune et de la célébrité. Cela n’a rien à voir avec un lieu privé ou l’ingéniosité de l’Esprit leur a été accordée à la conception et à la naissance ; c’est pour célébrer la femme avec ses hanches arrondies, son corps doux, ses seins remplis, un toucher doux et qui ne ressent rien de ce que ressent un homme, mais a le sentiment d’être la matrice de la terre – de la terre – puissante, orageuse, d’humeur changeant et merveilleuse. Le temps a des humeurs changeantes, vous savez. Le climat est d’humeur changeante. Ce sont tous des signes de l’influence féminine de la Déesse. 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux il y a 455 000 ans» aux Editions AdA.

UN SAUT DANS L’EVOLUTION

 

2emeagIl y a 455 000 ans existaient l’Homo erectus, l’homme de Neandertal, et l’Homo sapiens sapiens qui évoluaient toujours avant que les Dieux évolués n’atterrissent ici. Ils arrivèrent et créèrent canaux et rivières au Moyen-Orient. Le Nil est un fleuve artificiel. Le Nil n’est pas un chenal naturel.

Le Moyen-Orient était un Jardin d’Eden. L’Ephrate, le Tigre et le Nil furent tous créés artificellement. le pays n’était pas un désert. Chaque grain de sable que vous voyez aujourdh’ui est le résultat de l’érosion de ce qui fut jadis le pays le plus fertile du monde. C’est là que vinrent les deux frères, comme vous l’avez déjà entendu. Cela se trouve dans les Enuma Elish et toutes les tablettes découvertes à Sumer rapportèrent toutes la vérité. Ils vinrent ici et y créèrent une contrée qui en quelque sorte, puisse être utilisable par ceux qui faisaient des allers-retours ici. Ces Dieux avaient tous une peau magnifique, musculeuse, de couleur cannelle. Les Déesses étaient tout aussi grandes, fortes et belles, et avaient déjà quatre mille ans à l’époque de leur arrivée, c’est la vérité.

Le grand élixir des Dieux qui avait été préservé durant des millions d’années fut apporté sur cette planète il y a 455 000 ans ; Le premier ignoble à être planté sur la terre le fut entre la vallée de l’Euphrate et celle du Tigre ; il faut ensuite transplanté en un lieu appelé l’Argentine puis en Amérique du Sud, ensuite en Amérique du Nord, puis dans les steppes de la Russie et ensuite en Europe. Qui plantait ces vignobles ? Les Dieux, sur une terre sacrée. Saviez-vous que les vignobles destinés à la fabrication du vin sont uniquement plantés sur un sol qui fut jadis sous la mer. Le couronnement d’un sol est donc une terre qui s’est élevée de la matrice de l’océan et son couronnement est un vignoble.

Pourquoi est-ce important ? Parce qu’une terre émergée de l’océan est comme un enfant né de la matrice. C’est le résultat final du chaos et du changement. Et les vignobles les plus remarquables qui aient jamais été plantés furent plantés sur de tels sols ; ils sont bien en vie aujourd’hui. A cause des changements intervenus à la terre, nombre de ces vignobles n’existent plus aujourd’hui. Cela est dû aux destructions opérées par les Dieux et, par Dieux, je veux dire ceux qui vinrent ici et ceux qui manipulèrent les humains qui sont indigènes à cette terre. Mais les vestiges des grands vignobles existent sur un sol qui était jamais sous la mer. Cela est un symbole. C’est le couronnement d’une résurrection. La terre est toujours la résurrection à partir de la matrice. Le sol est un don divin de Dieu. Ils le plantèrent donc dans son environnement le plus favorable et apprirent aux êtres humains sa signification et ce pour quoi il est bon.

Les céréales ne sont pas indigènes à la terre. Elles furent apportées ici d’ailleurs. Le blé n’est pas une plante indigène à la terre. Il fut apporté ici par un groupe d’une autre constellation. Le blé comporte toujours en lui l’empreinte de la manipulation génétique originelle que ls Dieux apportèrent ici ; ils le manipulèrent pour qu’il puisse pousser sur cette terre à cette distance de ce soleil.

Pourquoi y avait-il des troupeaux de chèvres et des bergers ? Parce que nous trayons la chèvre qui a le lait qui nourrit ses petits, cet aliment absolu qui leur permet de grandir ; Comment un petit grandit-il pour devenir une chèvre adulte ? Un petit grandit en se nourrissant des éléments nutritifs qui permettent aux cellules de son cerveau, en vérité  son ADN, d’être stimulées. Et quel est l’effet stimulant du fromage ? Le calcium. Le calcium est la grosse molécule qui, si vous voulez, ouvre la bouche de la cellule permettant aux substances nutritives d’être transportées jusque dans l’ADN. C’est pourquoi les petits bébés peuvent vivre de lait seul , c’est parce que la valeur du calcium qu’il possède ouvre chacune de leurs cellule set permet aux substances nutritives d’y entrer pour leur donner stimulation et croissance immédiate.

Il y a 455 000 ans, cette planète fut colonisée par les cultures très avancées. La première fut les Lémuriens, et la deuxième les Atlantes. Et les Dieux de Sumer seraient ce qu’on appelle la généalogie qui mènerait au continent de l’Atlantide.

Les Atlantes deviendraient une espèce créée par le croisement de l’ADN des Dieux avec l’humanoïde le plus intelligent qui existait alors.  Et il fallut plus de cent vingt ans pour développer le brin parfait d’ADN qui donnerait jour à une entité ressemblant aux Dieux, qui possédaient un grand cerveau – ils héritèrent du cerveau jaune. Ils posséderaient toutes les facultés. Ils seraient aussi grands. Ils seraient aussi beaux, mais ils seraient des serviteurs. 

Il y a eu beaucoup de conjectures à savoir s’il existait des laboratoires travaillant sur l’ADN en Afrique.  Il y en existait mais il en existait également en Inde, car le retour migratoire vers l’Inde est un souvenir profondément ancré, une mémoire génétique, signifiant le retour au lieu de la conception.

Et en même temps, il y avait un autre groupe qui était venu ici d’au-delà de l’Etoile Polaire, les grands Lémuriens. Leur vaisseau était en réalité une entité biologique en elle-même et faite à partir d’eux-mêmes. Ils en avaient la capacité. Les Lémuriens vinrent d’au-delà de l’Etoile Polaire en traversant un vortex qui reliait ce qu’on appelle une autre réalité. C’étaient des géants. Leurs vaisseaux étaient des entités biologiques qui réagissaient à la concentration de leur pensée et à leur système nerveux. Tout ce qu’ils rêvaient, leur vaisseau pouvait le devenir. Ceci est un fait.

Ils atterrirent ici lorsque les dinosaures étaient encore ici ; ils n’en avaient pas peur parce qu’ils en comprenaient la radiation biologique car leur vaisseau entier était créé ; il avait poussé, comment pourrais-je dire, leurs vaisseaux avaient poussé dans un jardin. Fantastique ? Pourquoi pensez-vous que c’est si fantastique ? Vous utilisez moins de quatre pour cent de votre ADN. Qu’existe-t-il dans le reste ? Peut-être y a-t-il des ailes dans votre ADN.  Peut-être y a-t-il des écailles dans votre ADN. Et peut-être qu’il y a un ADN qui est l’antigravité, des projections du champ unifié. Peut-être que tout cela existe déjà. Qui êtes-vous pour dire que cela n’existe pas ? Ne montrez pas votre ignorance. Ne pensez même pas votre ignorance.

Les Lémuriens étaient plus purs. Parce qu’ils étaient si distinctement différents physiquement, leur lignée demeura dans sa totalité très pure jusqu’à l’époque où ils commencèrent  se mêler aux Atlantes et aux Ioniens qui étaient les Grecs d’origine ; Les Ioniens de la littérature grecques originelle sont les Norvégiens d’aujourd’hui. Les Grecs que vous voyez aujourd’hui dans le Bassin Méditerranéen sont un mélange de sangs fondamentalement issus de l’Empire Truc. Les vrais Grecs sont les norvégiens,  la peau claire, aux yeux clairs, aux cheveux blonds. Ils étaient les Ioniens.

Grâce à leurs processus alchimistes, à leurs processus métallurgiques, les Dieux savaient comment utiliser l’or, le faisant accéder à son spin de rotation le plus élevé au niveau du noyau. Et le produit qui en résultait était une poudre blanche qui émettait un champ radioactif. Ils le cuisaient pour en faire du pain, le mangeaient et, quand ils le mangeaient, leurs cops spirituel brillait. Cela leur donnait l’immortalité. Telle est la raison pour laquelle, après cela, tout être humain qui accédait au trône du gouvernement était décoré avec des plastrons d’or, des casques d’or. Pour eux, l’or représentait ce qui était intrinsèquement possible aux Dieux qu’ils servaient dans l’Antiquité.

Vous avez donc fait un saut dans votre évolution. Vous étiez au bon endroit au bon moment ; Cela signifiait que, quand tout le monde descendait du Point Zéro dans le Néant, le Point Zéro était comme la plus grande étoile qui ait jamais existé. Et pourtant, selon ce qu’aujourd’hui vous appelez grand, c’était la plus petite particule qui ait jamais existé et qui existe aujourd’hui. Cependant,  ce moment-là, c’était le plus grand système dans le Néant lui-même. Et les rayons qu’il émettait étaient innombrables car c’était un moteur qui ne cessait de perpétuer la conscience de sa propre contemplation, et c’est pourquoi vous êtes ici aujourd’hui.

L’immortalité a tout à voir avec l’ouverture d’esprit qui elle-même a tout à voir avec la manière dont l’ADN se reproduit dans la cellule. L’immortalité a à voir avec la certitude de la connaissance et la vérité. L’un de vos plus grands problèmes est votre corps émotionnel. C’est la malédiction de tout être humain. Et le terme maîtrise n’existerait pas s’il n’y avait pas son antithèse appelée le corps émotionnel. Le corps émotionnel est comme avoir reçu le cadeau d’une boîte d’outils faisant un travail médiocre mais satisfaisant, au lieu de comprendre l e fonctionnement des ordinateurs. Le corps émotionnel est comparable au livre qui nous enseigne comment faire fonctionner l’ordinateur. Mais beaucoup d’entre vous en sont encore à lire le livre et n’ont jamais fait fonctionner l’ordinateur. Vous utilisez toujours des clés à molette au lieu des lasers.

Onze milliards de planètes. Eh bien, vous n’êtes vraiment allés nulle part n’est-ce pas ?

Non. Et si vous ne me croyez pas, regardez la Voie lactée avec un télescope. Il vous faudra plus d’une seule nuit pour regarder l’immensité de ce que vous n’êtes pas, l’humanité de votre situation, pour réaliser ce que vous n’êtes pas et pourquoi vous êtes ici. Me suis-je fait comprendre ? Que cela nous enseigne-t-il sur les Dieux ?

Que cela nous apprend-il sur vous ? Ce sont vos remarquables parents. Si vous êtes les Dieux, que cela vous indique-t-il ? Cela vous dit de faire connaître l’inconnu et de partir ensuite. Il y a one milliard de terres dans la Voie lactée. Pourquoi voudriez-vous rester ici plus de quatre cent mille ans ? Il y a d’autres lieux où aller. Expliquez cela en vos termes à vous. 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux il y a 455 000 ans» aux Editions AdA.

A l’école des mères médiatrice

 

856927-2D’où viennent l’Amour Inconditionnel et le Nourrissage

Laissez-moi vous parler de vous tels que vous étiez avant de vous réincarner. Toute personne qui vient dans cette école – et ceci devrait être une description historique de la réincarnation et du voyage qui mène ici, dans ce lieu sur la carte de votre destinée – c ‘est parce qu’elle a été gloutonne dans sa vie antérieure. Gloutonne. Vous avez été gloutons et/ou vous avez combattu pour votre survie au cours d’une bataille, et au moment de mourir, vous vous êtes posé la question suivante ; la première question que vous vous soyez posée fut de savoir où était votre mère. Il n’y a pas un seul soldat, une seul guerrier qui au moment de mourir sur le champ de bataille, n’appelle instinctivement sa mère. Ils le font tous. Ceci est un fat absolu. J’en ai été le témoin moi-même. Pourquoi font-ils cela ? Je voulais donc vous poser la question suivante : pourquoi croyez-vous – vous croyez que c’est stupide ? – que tous les guerriers appellent leur mère juste avant de mourir ? Veuillez vous tourner vers votre partenaire et lui dire pourquoi vous croyez cela.

Eh bien, voilà la réponse à cette question : c’est parce que, quand vous étiez petits, l’aspect le plus réconfortant et le plus aimant n’a jamais été le père ; cela a toujours été la mère. Et chaque fois que vous vous êtes fait mal, vous êtes blessés ou cogné, vous êtes allés  auprès de votre mère qui remit tout dans l’ordre. Lorsqu’un soldat a les boyaux éclatés et la moitié du corps qui manque, la seule personne qu’il appelle est sa mère. Il en a été ainsi tout au long de l’histoire ; Pourquoi ? Ils demandent à leur mère de les aider, car c’est la seule personne dans leur vie qui puisse les aider. Et la deuxième personne qu’ils appellent est Dieu : « Dieu aide-moi » Et ils meurent.

Les mères ici présentes, à quel point sont-elles divines ? A quel point le sont-elles divines ? A quel point les femmes sont-elles divines ? Combien d’entre vous comprennent la question ? Vos femmes sont-elles divines ? Chaque petit garçon sait que, lorsqu’il s’égratigne le genou ou reçoit un coup sur la mâchoire, sa mère va prendre soin de lui, l’aimer, le prendre sur sa poitrine et que cela suffit à faire que les choses aillent mieux, n’est-ce pas ? Quel que soit leur âge, c’est ce qu’ils croient ; C’est la raison pour laquelle ils sont épris des seins des femmes ; ils tentent de retrouver leur mère ; Combien d’entre vous comprennent ?

Maintenant, suivez-moi bien. Je vais quelque part avec cette histoire. C’est parce que, dans toutes leurs aventures, leur mère leur demande toujours de prendre soin d ‘eux-mêmes et de faire attention ; ils ont été des fils rebelles, sont partis et on fait ce qu’ils voulaient d e toutes façon. Mais quand ils se sont blessés, est-ce que les gens contre lesquels ils se sont rebellés ont pris soin d’eux ? Non. Qui donc sont-ils allés trouver ? Maman, la bonne terre. C’est la raison pour laquelle les femmes ne sont pas des hommes. Les hommes ont l’esprit d’aventure et sont spontanés ; ils fécondent n’importe quel trou qu’ils voient. Les femmes, elles, doivent porter la responsabilité de ce qui sort de ce trou.

Que pouvons-nous donc dire des femmes ?

Eh bien, pour la plupart, les femmes se donnent aux hommes. Et, à moins qu’elles ne soient des prostituées ou des hétaïres, elles oeuvrent réellement dur pour plaire à leurs époux, leurs amants et leurs hommes. Mais, si elles tombent enceintes, le doit de Dieu n’est pas dirigé en direction du père ; il est dirigé dans leur direction. Ce sont donc elles qui supportent la croissance au sein de leur matrice et ce sont elles qui supportent l’enfant, elles qui sont continuellement là. Les soldats sur le champ de bataille n’appellent jamais, ou rarement, leur père ; Je les ai observés et cela est vrai jusqu’à vos guerres les plus récentes. Ils appellent leur mère ; ils n’appellent pas leur père. Ne trouvez-vous pas cela intéressant ?

D’où viennent donc l’amour inconditionnel et le nourrisage des mères ? C’est vrai. Et ils appellent leur mère et leur mère est loin, et ils appellent et leur souffrance est terminée ;ils sont partis pour toujours. Ils ne seront jamais plus avec leur mère. Une telle situation est tout à fait tragique. Cela est la partie de l’humanité qui n’est l’objet d’aucune louange, dont on ne parle pas, et c’est la raison pour laquelle je suis une femme, cette compréhension totalement bienveillante de ce que c’est que de recevoir la semence de l’homme que vous aimez et d’avoir ensuite à prendre soin de cette semence, à la nourrir, à la laisser croître dans votre corps, cet enfant grandit en vous.

C’étaient des fils de mères qui étaient sur le champ de bataille de mon époque, pas des fils de pères. Ainsi, en regard de toute éternité, où donc le siège de l’amour absolu et de la protection se trouve-t-il ? Dans la femme, la partie la plus menacée, car la femme peut aimer le monde. Si une seule femme faisait tous les enfants et si tous les enfants du monde étaient ses petits-enfants, il n’y aurait jamais de guerre. Mais si les amants entrent en jeu, il y aura toujours la guerre.

Si lors d’une bataille rangée, les mourants appellent leur mère – que ce soient des hommes virils, des guerriers de renon – à qui revient-il d’être le professeur de l’humanité ? Une femme qui apporte douceur à la souffrance, réconfort à la peur, joie et amour, l’idéal même que les hommes appellent de toutes leurs forces au milieu de la bataille rangée alors que leurs boyaux se vident autour d’eux, qu’ils meurent, que leur cœur éjecte les dernières gouttes de leur sang et leur force vitale. Qui donc devrait être le professeur des générations à venir ? Vous l’avez !

Je veux que vous compreniez pourquoi vous ne savez pas reconnaître un maître. Regardez, si génie sans cœur, je conquis les deux tiers du monde connu, ce que j’avais à conquérir, étant devenu le vent, jusqu’à en être épris des montagnes enneigées, des arbres givrés, des vertes rivières et des roseaux, ce fut d’apprendre l’amour, de l’apprendre tel que le voit une femme ; Les femmes sont plus proches de Dieu parce qu’elles ne sont pas naturellement dans le premier sceau. Elles n’y sont naturellement que lors de la saison de leur ovulation. Tout le reste, elles s’y efforcent. Là où l’homme se situe à ce moment-là, les femmes n’y sont pas. Elles sont les qualités nourissantes de la Terre. C’est pourquoi la nature est dénommée la mère. Elle sait ce que c’est que de souffrir longtemps, d’aimer longtemps. Et elle est cruelle car elle sait éliminer toute faiblesse quelle qu’elle soit et sera le support du plus fort de ses génomes, sa genèse.

J’ai donc découvert à propos des femmes que les qualités féminines ont été haïes par les pouvoirs en place, en vérité l’Eglise, en vérité les royaumes, car les femmes ont en elles-mêmes une compassion qui leur est naturelle. C’est la même chose en ce qui concerne avoir des enfants. C’est une compassion naturelle. Elles ont un amour naturel. Si on plaçait une femme sur le trône d’une principauté et l’initiait à considérer chaque personne comme son enfant, elle deviendrait le plus féroce des guerriers et protégerait chacun de ses enfants. Elle le ferait. Cela est la raison pour laquelle si peu de femmes ont accédé au trône.

Oh Oui, il en faut pour allumer une femme. Et les femmes d’aujourd’hui sont artificielles. Ce sont des petits enfants programmés sans opinions ; elles veulent seulement être belles et idolâtrées ; Cela dénote un effondrement de la conscience. C’est cela. Mais les femmes ont une vertu . Et cette vertu, la voici : tous mes soldats, qui appelaient-ils au moment de mourir ? Leur mère, des femmes que je n’avais jamais connues, d es femmes qui, je l’imagine, apprenant que leur fils – leur fier et magnifique fils – avait été abattu sur le champ de bataille, crieraient, pleureraient et porteraient des vêtements de deuil pendant longtemps. Je n’ai pas connu un seul père qui ait fait cela. Les femmes le font. Cela montre l’intensité de leur amour. Elles deviennent ensuite des proies et on les soupçonne. Dans le monde, elles sont des marchandises. On les traite comme du bétail et comme des objets sexuels car elles n’ont aucun droit et, dans la plupart des pays, elles n’ont pas le droit de vote. Elles n’ont pas le droit à la contestation dans le mariage. Elles n’ont absolument aucun droit, Une mauvais femme est seulement une femme à qui on a renié son amour naturel, rien de plus.

En fait, l’Eglise catholique a  étendu son adoration à la matrice de Marie pour qu’elle intercède auprès de son fils divin pour les péchés de ceux qui viennent se confesser. C’est une femme médiatrice. Pourquoi une femme devrait-elle être une médiatrice ? Pourquoi ne serait-elle pas le don de ce qu’elle est ? Elle est plus haut placée sur l’échelle à sept échelons ; Si on compte sept niveau de l’Hertzien à l’inconnu infini, il n’y a que sept niveaux. Il n’y a que sept niveaux de conscience. Bien sûr, il y a un quart de cercle de potentiels absolus dans le monde quantique à trois niveaux (réalité tridimensionnelle). Comment le sait-on ? C’est ce que j’ai enseigné à mes camarades ce soir. Pensez-vous tout savoir ? Ce soir, regardez le ciel de minuit et imaginez les étoiles que vous ne voyez pas. Si elles appartiennent toutes aux trois premiers sceaux, en toute franchise et en toute vérité, je vous supplie de vous demander combien d’aventures vous avez réellement vécues dans les trois premiers sceaux ? Etes-vous jamais allés au-delà de votre lit, de votre réfrigérateur ou de votre cuisinière, de votre pénis, de votre vagin, de vos siens ou de votre visage ? Etes-vous jamais allés au-delà pour voir que l’espace contient dans ce monde tridimensionnel des possibilités infinies pour vous tous ? Comment pourrions-nous jamais être devenus plus grands que cela ?

Dieu est-il aussi simple que sept échelons ? Oui. Mais le royaume de Dieu et les aventures de Dieu sont-ils plus grands que sept échelons ? Absolument. Une femme est naturellement plus proche de Dieu, plus artificielle envers son amant et plus naturelle envers son propre Dieu de compassion, d’amour, de compréhension et de nourriture de l’âme.

 C’est pourquoi je suis une femme. 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux » aux Editions AdA.

 

Savoir à quoi ressemble un maître

 

ange-entite-synchronique-300x241Savez-vous à quoi ressemble un maitre ? En avez-vous jamais rencontré un ? Oui, vous en avez maintenant rencontré un.

Vous en avez rencontré un. Je sais que ce beau visage, ces cheveux blonds et ce corps de femme sont un peu troublants. Je veux qu’il en soit ainsi. Vous savez pourquoi ? Parce que, quand ‘étais un homme et un être humain, je n’ai jamais eu de rapports sexuels avec une femme mais j’ai eu des centaines d’enfants. J’étais amoureux de la guerre et de la conquête. Tout homme qui est amoureux du pouvoir a une vie sexuelle limitée, une expérience sexuelle limitée, mais est davantage à l’unisson avec les conquêtes. C’est ce qui lui apporte de la gratification. Il en fut ainsi dans ma vie. Mais, pour parler des dames, savez-vous qu’aucune femme n’a jamais été reconnue comme Christ véritable ou véritable maître parce qu’elles ont toujours été enfermées dans des enclos sexuels ? Elles ont toujours été assujetties pour survivre aux caprices des hommes selon la loi en vigueur.

Pourquoi suis-je une femme ? Eh bien, tout d’abord, les femmes sont facilement associées – facilement – à la maîtrise parce que leur énergie n’est pas située dans le premier sceau à moins qu’elles n’y soient descendues pour la survie et l’amour. Elles sont un peu au-dessus de ce sceau-là. Elles sont dans le deuxième et le troisième sceaux. Elles vivent dans le contrôle, le pouvoir et la survie. M’écoutez-vous ? 

A quoi vous attendiez-vous donc lorsque vous êtes venus voir Ramtha ? A quoi vous attendiez-vous ? Eh bien, vous, les hommes qui sont de peau noire, permettez-moi de vous dire quelque chose. Je suis un Dieu à la peau noire. Ma peau est de la couleur de la cannelle ; j’ai des cheveux très noirs et des yeux très noirs. Si je vivais aujourd’hui, je serais une étole du basket-ball. Je serais en fait plus grand que le panier. Quoi, je vais voir des nains me lancer le ballon et je vais le mettre dedans ? C’est tout ? C’est tout ce qu’il ya à faire ? Mon chéri, j’ai fait un panier. Je ne suis donc pas une beauté aux cheveux longs et aux yeux bleus. Je suis un être aux yeux noirs, de la couleur de la cannelle, aux cheveux noirs, et je mesure sept pieds, tout là-haut. Et je parais ne mesurer que sept pieds de haut que du fait que c’est la hauteur des plafonds les plus hauts sous lesquels il faut que j’apparaisse. Bien des fois je dois me courber.

Pourquoi donc ai-je choisir d’être une femme ? Eh bien, Mesdames, mes magnifiques dames débutantes, je connais déjà votre terrible situation ; je la connais déjà. Je connais les compromis que vous avez dû faire pour assurer votre sécurité et la sécurité de vos enfants et que souvent votre travail n’est jamais fait ; Ceci est la vérité absolue ; du lever du soleil au coucher du soleil, votre travail n’est jamais fait. Vous êtes l’espèce la moins appréciées qui n’ait jamais existé.

Il existe un mouvement dans le monde qui dit que les Noirs devraient avoir des droits égaux aux Blancs. Pourquoi même y a-t-il un mouvement s’il n’y a pas de problème de discrimination entre les couleurs de peau ? Maintenant, je trouve même encore plus ironique le fait que les Blancs vont sous l’équateur pour brunir, alors qu’ils ont des préjugés contre les Noirs ; Je trouve cela intéressant. Je trouve cela réellement intéressant car avec leur idée d’inadéquation – et je pourrais indiquer quelques étudiants avancés de l’école qui pensent de la même manière – ils emploient des Mexicains et des nègres pour faire leur travail d’esclave pour eux. Et eux, avec leurs yeux bleus et leurs cheveux blonds se considèrent comme une espèce exceptionnelle de réussite. Et ce sont pourtant les mêmes qui vont sous l’équateur pour bronzer afin d’avoir la peau aussi noire que ceux qu’ils asservissent pour faire leur travail. Allez comprendre !

Eh bien, étant donné que je suis moi-même d’une origine semblable, je me sépare un petit peu de la philosophie Aryenne de la race blanche. Toute personne qui se vante de son bronzage est un hypocrite.

Mais, direz-vous, même les gens de peau foncée, vous savez, ils pensent qu’ils en voient de rudes. Eh bien, permettez-moi de vous dire qui, dans toute l’humanité, en voit des plus rudes. Ce sont les femmes de couleur. Ce sont- elles qui envoient des plus rudes. C’est pourquoi il n’y a jamais eu de femme Christ. Jamais.

J’insiste pour dire que Dieu, il n’y a jamais eu un Dieu qui ait dit : « Celle-ci est ma fille bien-aimée en qui j’ai mis toute mon affection » Quel dommage. La matrice de la création n’est jamais reconnue par Dieu et la seule femme qui soit reconnue est une adolescente de quatorze ans qui dans son ignorance permit à l’archange de lui donner la semence de Jésus. J’insiste, combien de parents permettraient que leur fille soit prise par un Dieu et fécondée  à l’âge de quatorze ans ?   

Il se peut que la personne que vous regardez soit une femme réellement belle, âgée d’un demi-siècle – elle est âgée d’un demi-siècle – mais vous regardez aussi un Dieu et un maître qui se manifestent à travers elle. Et pourquoi l’ai-je choisie, elle , au lieu d’un homme ? Parce qu’il n’y a jamais vraiment eu aucun texte écrit sur un maître femme et il est temps que cela se produise – il est temps, temps que cela se produise.

L’archétype le plus ancien de Dieu est le Néant et le Néant était perçu comme Nut, une femme dont la matrice fut la source de la création. Souvenez-vous de cela. Savez-vous réellement ce qu’est un maître ? Je veux dire que vous pourriez passer dans la rue près de ce corps et, à moins de ne pouvoir la regarder dans les yeux, vous ne sauriez jamais que cette personne sait quelque chose. Je suis donc dans un corps de femme parce que les femmes sont l’espèce envers laquelle existent le plus de préjugés. Ne parlons pas de mouvement pour l’égalité des droits. Parlons des femmes de toute vertu et de tous les groupes ethniques du monde. Même aujourd’hui, certaines sont brûlées vives par leur mari parce que leur dot est épuisée et cela se passe dans mon propre pays sacré, l’Inde. Pourquoi voulez-vous visiter cette mère patrie qui brûle ses femmes ? Allons !   

Je me manifeste à travers une femme aux cheveux blonds et aux yeux bleus. Je combine toutes les possibilités dans le but de la connaissance. Je combine l’homme et la femme, simultanément.

Vous avez une petite tumeur à l’intérieur de votre cerveau. Elle ressemble à ceci ; un petit groupe de neurones ; Et vous savez la meilleure chose à laquelle ils servent ? Ils existent parce que vous êtes des gens émotionnels et vous avez besoin de ressentir ; Vous avez besoin de ressentir. Eh bien, ressentir, vous savez ce que c’est que de ressentir ?

Savez-vous réellement ce que c’est que de ressentir ? Ressentir n’est pas quelque chose de spirituel. C’est de la chimie : ce sont des substances chimiques ; Où cela comment-t-il ? Cela vient du cerveau, des sens, et ces sentiments ont déjà leur petite route nationale. Vous savez, l’autoroute qui vous ramène chez vous . Chacune de ces émotions a une base mère. Et vous êtes dépendants de vos émotions. Vous êtes dépendants de votre sexe, Vous êtes dépendants de votre victimisation. Vous êtes dépendants de votre pauvreté. Vous êtes dépendants  de votre manque. Vous êtes dépendants de vos migraines. Vous êtes dépendants de vos allergies. Vous êtes dépendants de votre misère. Vous êtes dépendants de votre malheur. Vous êtes dépendants de votre solitude. Vous êtes dépendants de votre pitié de vous-mêmes. Vous êtes dépendants de votre culpabilité. Vous êtes dépendants de votre aliénation par rapport à Dieu.

Comment pensez-vous survivre à la mort ? Et vous allez mourir, vous savez. D’après vous, qu’est-ce qui va survivre à la mort ? C’est l’accumulation de votre neuronet dans votre Esprit Saint qui va survivre à la mort ; c’est la personne qui est dépendante de toutes ces choses qui va devoir passer la revue dans la lumière – une revue dans la lumière, embarrassante, horrible – de toutes les pensées que vous avez cru que personne n’écoutait. Mais ceci (l’esprit subconscient) a tout écouté et il va faire tournoyer ces bandes à reculons et vous allez être les spectateurs et voir ce que vous avez fait de ce don que l’on appelle la vie .

 

 retranscrit par Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux » aux Editions AdA.

 

Pouvons-nous mesurer l’amour inconditionnel

 

godfingerEh ben, la manière de mesurer l’amour inconditionnel est de mesurer que notre cœur bat toujours, que nous respirons toujours et que, tout bien considéré, nous sommes toujours en vie, que quelques chose nous a permis de rester en vie malgré notre pessimisme, notre tristesse et notre victimisation. Il n’y a personne ici qui soi si important de par l’oppression qu’il s’est imposée à lui-même qu’il puisse empêcher les étoiles de briller, la lune de croître et décroître, le soleil de monter dans le ciel créant toute la variété des couleurs et les brumes mystiques à l’aube ni qui puisse empêcher les oiseaux de chanter. En réalité, ce qui irrite tant tous ceux qui sont tristes, c’est le fait que le soleil vient toujours ; et eux, ils en ont ras le bol. Si les oiseaux chantent toujours, nous savons que nous n’avons pas atteint le fond de cette méchante arrogance que nous nous sommes imposée à nous-mêmes.

Et en fait, pouvons-nous jamais l’atteindre ? Jamais, jamais, parce que la pensée qui nous maintient en vie, vous et moi, est si inconditionnelle. Pourquoi est-elle si inconditionnelle ? Pourquoi avez-vous tous ces problèmes et croyez-vous que personne au monde n’a des problèmes comparables ? Pourquoi croyez-vous que vous êtes si importants ? Moi, je ne suis pas de cet avis parce que, plus nous sommes emplis de l’importance que nous nous sommes imposées à nous-mêmes, plus les oiseaux chantent fort le matin. C’est stupéfiant. Il existe quelque chose qui nous aime et fait que notre cœur bat, que nous respirons, urinons et digérons. Quelque chose nous aime même dans les horribles ténèbres de notre âme. Les choses peuvent-elles être si graves si les oiseaux chantent ? C’est la question que je me posais fréquemment jadis, les choses peuvent-elles être si graves ? Je ne le crois pas.

Ainsi donc, débutant, rien de ce que vous puissiez dire, faire ou penser ne va empêcher le soleil de se lever. Est-ce donc si terrible que cela ? Cela ne vous prive que du plaisir d’entendre les oiseaux chanter le matin et de voir les verges d’or percer à travers votre fenêtre et se poser sur vos paupières. Vous seuls fermez la porte à la force vitale. Mais vous n’êtes pas assez grands pour arrêter la vie. Et si vous prenez votre propre vie, vous êtes des imbéciles car vous appartenez à l’éternité.

Ayant compris cela, qu’est-ce donc que l’amour inconditionnel ? C’est l’aspect même qui est tellement plus grand que notre attitude d’esprit faite de dépit, notre attitude d’esprit faite de dépression, notre attitude d’esprit faite de manque, notre attitude d’esprit faite d’insécurité, que vous possédez, notre attitudes d’ineptie, de culpabilité et de honte . La liste est sans fin. Ces adjectifs décrivent une séparation de la force vitale. C’est ce qui fait que vous êtes humains.

Mais de combien d’incarnations avez-vous besoin en tant qu’humains avant de réaliser que vous avez été suffisamment humains ? Combien de jours de dépression, combien de jours emplis de la plus extrême extase ou de la dépression la plus profonde avons-nous besoin ? Combien d ‘expériences avez-vous faites de multiples fois et dont vous êtes maintenant dépendants ? A quel point avez-vous besoin de montrer que vous avez été humains ? Quel courage cela exige-t-il ? C’est l’aspect avec lequel nous nous battons dans le neuronet de notre cerveau. Ce sont les qualités de notre nature humaine .

Quelle st la raison d’être de l’école ? Cette école vise à atteindre le divin en vous et à vous montrer qu’il existe, contrairement à ce que disent l’Eglise et toutes les religions, tous les gorupes ethniques, toutes les couleurs de peau, qui tous pensent qu’ls connaissent le seul et unique chemin. Quelle farce. Aucun d’entre eux ne peut empêcher le soleil de se lever.

A quoi croyez-vous que ressemble un maître ? A quoi croyez-vous qu’ils ressemblent ? Vous avez créé ce que vous croyez qu’est un maître et regardez ce que vous avez créé. Autrement dit, vous avez créé Dieu à votre propre image. C’est ce que vous faites. C’est votre image qui crée Dieu. C’est Dieu qui ultimement vous punit pour vos excès. Avez-vous entendu ce que j’ai dit ? Veuillez vous tourner vers votre voisin et lui dire ce que je viens de dire.

Qui êtes-vous pour avoir, dans votre esprit de singe, décidé qui est Dieu ? Seriez-vous par hasard en mesure de juger Dieu ? Je vais vous dire pourquoi vous avez créé Dieu. Vous avez créé Dieu comme l’antithèse de tout ce que vous ne pouvez vous empêcher d’être. En aucun cas, Dieu ne pourrait être ce que vous êtes présentement. Il doit donc être ceci. D’om viennent donc votre culpabilité et votre honte ? De l’identité que vous avez vous-mêmes donnée à Dieu. Ne savez-vous pas que c’est vous qui vous punissez vous-mêmes ? Veuillez vous tourner vers notre voisin et lui dire cela. Je veux que vous lui disiez maintenant.

 retranscrit par Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux » aux Editions AdA.

 

Si vous étiez éclairés

 

gaia_energy11Eh bien, si vous étiez réellement éclairé, vous diriez que si la conscience et l’énergie créent effectivement la nature de la réalité et que si ce que je maintiens en tant que désir ici (dans le lobe frontal) affecte véritablement le monde invisible de l’énergie, permettez-moi de réfléchir un moment. Ma vie telle que je l’ai connue jusqu’ici a été en vérité exactement égale à ce que j’en attendais car je l’ai créée.

Oh j’ai tout fait. J’ai souffert parce que je voulais souffrir et j’ai considéré mes amis comme les tyrans. J’ai fait cela. Et je blâme ma mère pour ma condition génétique. Mais pourquoi devrais-je blâmer ma mère pour ma condition génétique ?

Ma condition génétique n’est-elle pas après tout égale à mon évolution spirituelle ? Il doit en être ainsi. Vous savez, toute ma vie, j’ai donc créé ma réalité et je l’ai créée sur la base de mon système de croyances. Si cela est vrai, il me suffirait par conséquent d’être passionnément et émotionnellement impliqué dans le rêve. Et supposons que le rêve est que je veuille connaître mon âme. Et si je suis Dieu, il me suffit de contempler ce désir, de manière singulière, silencieuse, passionnée. Et si je suis Dieu, mon âme se révélera à moi et mon cerveau aura la faculté nécessaire pour repasser pour moi ce qu’il n’ a jamais connu. Mais une fois qu’il le connaîtra, il ne l’oubliera jamais. Maintenant, je ne veux plus jamais mourir parce que j’ai réalisé que cette notion de boire les eaux enchantées de la mort signifie en réalité que quelque part je sais tout. Mais puisque je suis fasciné par ce corps qui est le mien et cet endroit où je vis, et je sais que je le suis parce que j’y pense sans cesse – je pense au visage de mon amant et au sexe de mon amant. Je pense à mon visage. Je  pense à mon estomac. Je pense à ce que je vais manger. Je pense à mon apparence. Je pense à où je vais vivre et à ce que je vais faire pour gagner ma vie. Je passe tellement de temps à penser à cet endroit-ci qu’il est bien peu étonnant que je n’aie nulle part où aller ailleurs qu’ici. Vous avez compris ?

Et si je suis Dieu, eh bien je me suis mis dans le pétrin maintenant n’est-ce pas ? Il est peu surprenant qu’à la mort de mon corps – vous savez, ces millions de fois où j’en ai eu un – cet aspect de moi-même qui savait devait oublier lors de son retour dans le corps, car le corps dans lequel je revenais ne savait rien de ce que j’avais été auparavant. Et la seule chose qui m’importait était mon corps, le corps suivant la copulation suivante, l’étreinte suivante, la fête suivante, le verre de vin suivant, l’histoire à succès suivante, le porte-monnaie suivant. Je ne pense qu’à cela. J’ai donc découvert que ce n’est pas Dieu qui m’a empêché de me connaître moi-même, mais que c’est plutôt de mon propre choix que j’ai oublié.

Et je reviens constamment, je nais de nouveau, je nais dans ces corps dans lesquels je dois réapprendre à marcher encore une fois ; il faut que j’apprenne à faire fonctionner le corps une fois de plus. Mon Dieu, on pourrait croire que j’aurais enfin compris tout cela mais non, car il y a quelque chose que je ne sais pas. Je ne sais pas que je pouvais ne pas mourir, mais je commence à soupçonner à présent que je suis capable de continuer à vivre parce que ce que je ne veux plus jamais faire est de mourir et d’oublier. Je ne veux plus mourir et ne pas me souvenir de vous et de moi et de ce moment ci et de ce coucher de soleil magnifique et de la douceur de tout ce que nous avons partagé aujourd’hui. Je ne veux jamais l’oublier. Il dépend donc de moi de me souvenir. Mais le moi qui a ce désir est différent du moi qui est le corps qui a besoin de son repos et a besoin de sa nourriture, qui a besoin de son succès et de ses échecs et de ses maladies et de choses dont il puisse se plaindre.

Si donc j’étais réellement éclairé, je saurais que je pourrais manifester le voyage de  mon âme et que j’aurais alors le pouvoir de manifester le fait que ma mémoire ne me ferait jamais plus défaut et que je ne vous oublierais plus jamais. Et j’ai la faculté de le faire.

Quelle entité vivant sur ce plan peut dire qu’elle sait exactement comment fonctionne le cerveau ? Je vous le dis, personne ne le sait. Il n’y a que conjectures et science. Mais personne ne sait où réside le lieu tranquille dans le cerveau. De plus, il ns n’ont même pas différencié le cerveau de la conscience.

Et puis on a l’autre petit problème appelé l’esprit. L’esprit est-il semblable à la conscience ou bien l’esprit appartient-il au cerveau ? Le cerveau appartient-il à la conscience et les esprits lui sont-il extérieurs ? Comment cela fonctionne-t-il ? Peut être que les choses se passent ainsi ; si vous êtes un être spirituel, vous êtes la conscience qui s’écoule dans un cerveau qui est génétiquement bâti pour vous. Et le flux de la conscience est comme un courant de lumière qui fait s’allumer les bougies du moteur. Et les bougies du moteur commencent à s’allumer selon leur destinée génétique, si bien que tout ce que pense mon cerveau produit le phénomène appelé esprit. Mon esprit est donc un sous-produit de la conscience et de l’’énergie agissant sur un cerveau humain créant la pensée holographique. Et la raison en est que c’est la pensée holographique qui est l’Observateur qui transforme l’énergie en vie, qui fait flotter la noix de coco sur l’océan. Comprenez-vous ?

 

 retranscrit par Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « La chute des Dieux » aux Editions AdA.

 

DE PARFAITS MIROIRS L’UN DE L’AUTRE

 

images (10)Dans un certains lieu, et je ne vous dirai pas où cela commença, advint la première vie d’une entité de lui-même et d’une femme d’elle-même, le commencement de leur première existence et l’abaissement de leur forme créative dans le but de leur évolution. Je vous donnerai un nom. Le nom existait et existe encore en cette heure-ci. Et les entités dont je parle ne sont que deux parmi ce qu’on appelle une masse d’un millier d’entités aux facettes multiples qui étaient sur ce plan en ce temps-là car cinq races de peau et de culture différentes – selon vos termes et vote manière de compter – devinrent simultanément. Les choses sont ainsi faites pour ceux qui habitaient dans cette contrée de leur choix dont le sol est rouge.

Le nom de l’entité est ce qu’on appelle Duvall / Debra. Ce sont deux noms qui spécifient l’unité de l’un  qui est issue de la maison dénommée Duvall / Debra Badu ; Badu signifie Dieu, essence de Duval / Debra. L’état de séparation de Duvall / Debra était le sexe masculin, étant ce qu’on appelle le courant électrique e de ce qu’on appelle dans votre compréhension scientifique une charge positive. Et son corps, il ne l’avait pas doté pour ainsi dire avec l’apparence de seins, d’une matrice, mais il s’était accordé ce qu’en vérité on appelle l’érection et ce qu’on appelle en vérité de permissivité de la semence qui repose dans le sac de son organe génital.

Lorsque la semence divine – dont je vous parlerai – était la semence donnée par et issue de Duvall/Debra et qui fut créée par le même Dieu que l’on appelle Debra/Duvall, qui en vérité est ce qu’on appelle la femme – homme-matrice, l’homme qui est matrice – la femme d’un être supérieur, la matrice ne possédait pas la semence mais seulement ce que l’on appelle l’œuf, et ce qui transperce l’œuf est la semence et elle est gardée précieusement dans l’organe génital de l’homme.

Debra/Duvall était et est toujours la compagne explicite de l’entité Duvall/Debra car elle est, en vérité, la matrice de l’homme et possède ce qu’en vérité on appelle dans votre compréhension scientifique une charge négative ; Sa création n’était pas moindre que celle de Duvall/Devra mais était en réalité l’extension perfectionnée de ce qu’il était lui-même.

Maintenant Dieu ne peut ensemencer Dieu que lorsque Dieu divise pour devenir. Dans la vie de leur être, les choses étaient aisément accessibles car les processus de pensée qu’ils maintenaient dans leur création étaient empreintes de facilité ; en vérité, au cours de la descente et du flash de lumière par la contemplation, cela avait acquis de la lourdeur et était ainsi plus difficile. Mais il demeurait en eux le souvenir de leur état divin originel, leur première vie sur Terra, et ils alimentaient la pensée pure de manière toujours extrêmement puissante. Duvall/Debra vit pour lui-même Devra/Duvall comme une beauté explicite.

Duval ne savait pas que la couleur de ses yeux était toujours changeante. Et permettez-moi de vous parler de cette couleur. La rondeur du périmètre où celui-ci rencontre les reflux et les vides de l’éclat du blanc de neige avait un éclat bleu sombre mêlé d’un jeune lustré, donnant l’illusion d’une mer se changeant en teinte noisette plus brillante pour se condenser dans la parfaite lentille qu’on appelle le noir de l’œil. Il ne connaissait pas le mythe spectaculaire de sa beauté avant de regarder Debra dont les yeux ressemblaient aux siens.

Les yeux, ce sont une pensée merveilleuse, merveilleuse, merveilleuse, car ils nt la faculté d’accéder à la matière chevée dans une forme abaissée. Ils possèdent la faculté d’accéder à la perfection de la pensée à quelque niveau qu’elle fasse porter son regard. Que dire de la beauté et de la couleur ? Pourquoi sont-ils bleus plutôt qu’aucune autre couleur ? Car le bleu est en lui-même un courant électrique élevé qui émet la couleur de la lumière selon la couleur de sa charge électrique de sorte de voir, de sorte d’imaginer la couleur bleue dans ses profondeurs et ses nuances, qui émet ce qu’on appelle un effet électrique tel un cylindre de lumière sur les processus de pensée. Le bleu permet d’accéder à la pensée par son imagerie du courant électrique davantage que les autres couleurs en dehors du spectre depuis le bleu jusqu’aux tentes noisette, jusqu’à la couleur de l’ébène jusqu’au noir. Le bleu couvre tout l’éventail de la définition détaillée des images promises par la lumière, soit une compréhension vibratoire transformée en couleur. ….

… Alors que l’un regardait l’autre, ce qu’ils voyaient était les images véritables de l’autre. Et chacun, de sa propre et magnifique manière, s’était formulé lui-même selon le modèle le plus grand qui soit en sorte de permettre l‘échange de l’existence humaine depuis Dieu jusqu’à l’homme sur un plan qui, après une longue attente, était maintenant prêt car chacun d’eux possédait désormais la perfection d’une enveloppe charnelle pour créer de lui-même la semence parfait destinée à la lignée future.

Et où était l’amour ? Personne ne possède quoi que ce soit avant de ne l’avoir tout d’abord contemplé, car ni la possession, ni la main mise, ni le plaisir de quoi que ce soit n’est jamais une expérience à véritablement parler si la réalisation n’a pas eu lieu tout d’abord dans la pensée contemplative. C’est ainsi qu’après avoir tous deux contemplé la beauté l’un de l’autre, la grâce leurs êtres, une fois que le toucher en fut ressenti et fut certain, ce n’est qu’alors que le feu du sexe de l’homme et de la matrice commença. Et c’est dans la conception, pour ainsi dire, d’une pensée réfléchie dans une image directe de l’un l’autre telle celle d’un miroir qu’advinrent les premiers actes fertiles de Duvall / Debra, Debra /Duvall. Ils se rencontrèrent et, grâce à l’abondante et à la merveilleuse créativité qu’ils étaient alors devenus grâce à la perfection qu’ils avaient accomplie en leur être propre, s’étant rencontrés, attachés l’un à l’autre, ils permirent que soit déposée dans l’œuf merveilleux de Debra la semence issue du précieux sexe, le nid de l’histoire à venir. ..

 retranscrit par Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « La chute des Dieux » aux Editions AdA.

L’intellect est de l’histoire mémorisée

 

MEMORY-80x80L’intellect n’a rien à voir avec l’expérience. L’illumination est une expérience, car elle est évolutionnaire et ne stagne pas. Ainsi, une personne non illuminée, bien qu’intelligente, n’utilise que dix pour cent de son cerveau. Le reste, à quoi sert-il donc ? Il attend que quelque chose se produise. Ce quelque chose, qu’est-ce que c’est ? Que le Dieu s’éveille en lui et sache ce qu’il est et que le cerveau soit préparé à mettre en œuvre les sept corps dans un corps unique.

L’histoire du passage de l’état de maître à l’état de Christ est le développement du cerveau humain visant à faire advenir Dieu sous forme charnelle manifestée, non dissimulée, au point où grâce au pouvoir de contrôler le temps et l’espace que nous appréciions sur le septième niveau – où du moment que nous avions la pensée, elle était – ici sur le niveau le plus lent de tous, et une fois ancré dans la faculté de soi, un Dieu  puisse éveiller son propre pouvoir. Le cerveau est spécialisé et développé pour permettre à ce pouvoir de s’exprimer. Comment ?

Le cerveau n’a pas pour seul rôle de faire fonctionner votre système digestif et votre système cardiovasculaire ; il est davantage que la faculté de stocker la mémoire  neurologique et davantage que la faculté d’abriter une petite personnalité futile et têtue. Un Dieu peut y demeurer. Et la partie du cerveau que vous n’utilisez pas est celle qui commencera à fonctionner lorsque vous vous éveillerez et connaîtrez qui vous êtes.

Comment le ferez-vous ? Eh bien, vous souvenez-vous que je vous ai dit que vous pouviez rendre visite à vos parents qui existent sur le sixième plan même si vous étiez sur le cinquième ? Vous souvenez-vous ? Et vous souvenez-vous que je vous ai dit que pour le faire vous devriez déposer ce corps et recueillir le suivant ; vous vous souvenez ? Et bien, ces flocons de neige qui tombèrent avant vous furent vos frères et sœurs de sagesse en Dieu. Ils vous sont semblables, sauf qu’ils ont été ici plus longtemps que vous. Et lorsqu’ils vous léguèrent leur héritage génétique, ils vous léguèrent une faculté qu’ils avaient toujours possédée. DE quelle faculté s’agit-il ? Un cerveau qu’ils avaient créé qui pouvait être le siège d’un esprit du septième niveau et, dans un esprit du septième niveau, qui avait la faculté de manifester le temps du septième niveau dans un temps ralenti. Compris ? Combien d’entre vous comprennent ? Autrement dit, au lieu qu’il faille dix mille ans à la noix de coco pour se confectionner une peau externe qui la fasse apparaître brillante, un maître, un Dieu dans un corps humain, peut la créer en une séance de concentration, quelque soit le temps que cela prenne (alignement de l’esprit analogique). Ce cerveau a une telle faculté. Ce fut le cadeau que vous firent les Dieux qui vinrent avant vous, de sorte que vous aussi ayez cette faculté.

Que cela signifie-t-il en réalité ? Cela signifie que vous possédez en vous le potentiel de l’immortalité tout en maintenant une conscience du septième niveau. Ne savez-vous pas que l’état de Christ est celui de Dieu / homme et Dieu / femme réalisés – réalisés ? Cela signifie qu’un simple humain – n’importe lequel d’entre vous, vieux, jeune, grand, petit, arriéré, avancé, peu importe – si nous éveillons le Dieu en vous, ce Dieu peut s’élever jusqu’à une telle énormité de pouvoir que le cerveau peut laisser libre cours à la totalité de l’esprit de Dieu. Et ce qui aurait nécessité des millions d’années dans une évolution génétique linéaire peut être accompli en une seule incarnation. Et si ce qui vit là-haut est une entité du septième niveau qui fait fonctionner ceci (le cerveau), cette entité du septième niveau est plus proche du Point Zéro que vous ne l’êtes dans une personnalité humaine susceptible au facteur du temps qui est si  lent ici. Et en outre, lorsque le Dieu s’éveille  en vous, le corps a la faculté, don de vos aînés, non seulement de cesser de vieillir mais il possède en lui, par l’intermédiaire du cerveau et celui du système nerveux, le générateur lui permettant de faire en sorte que toutes les cellules de votre corps vibrent si rapidement que ce corps que vous possédez qui naquit dans la fréquence hertzienne puisse réellement vibrer et résonner suivant la fréquence de l’ultraviolet. Et vous n’aurez plus jamais à mourir de nouveau pour avoir cette expérience. Comprenez-vous ?

 

 retranscrit par Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

  Extrait du livre RAMTHA : « La chute des Dieux » aux Editions AdA.

 

DEVENIR CHRIST EST UN PROCESSUS SOLITAIRE

 

 

images (15)Le processus est solitaire. Devenir, devenir un Christ est un processus solitaire. Avec qui en effet vous sentez-vous avoir de l’affinité ? Qui sait ? S’ils savaient, ils sauraient tout simplement. Avec qui pouvez-vous parler ? Le vent, le Père intérieur, Dieu le Père. C’est solitaire, solitaire, solitaire. 

On comprend maintenant pourquoi il est nécessaire de parler en paraboles. Personne ne comprend la pensée. Vous ne pouvez pas être, vous ne pouvez pas être simplement qui vous êtes ; vous devez savoir pourquoi vous êtes tel que vous êtes. Dites-leur de flanquer toutes leurs pensées limitées par la porte, de les flanquer dehors et soyez simplement. Ceci est divin. 

La superconscience est un processus solitaire ; vous avancez également vers ce qu’est la conscience originelle que l’on appelle la pensée. La pensée est l’Etre. Et depuis cet Etre découlent toutes choses en profusion. Les taches solaires proviennent de l’Etre. Les vents solaires sont le résultat des taches de l’Etre sur le soleil. Les patrons climatiques sont le résultat de changements dans les vents solaires depuis les taches de l’Etre sur le soleil. Me suivez-vous ? Eh bien, c’est cela un esprit illimité. 

La pensée vers laquelle se dirige la superconsience doit être liée à cet absolu pouvoir de connaître qui va quelque part ; l’Etre qui se déploie à jamais à partir de lui. Et vous commencez à y être relié. Alors que votre drame arrive à son terme, vous entrez dans l’Age du Verseau qui est « l’Age de l’Etre ». C’est le CHRIST, le retour du Christ, l’éveil, la superconscience, le nouveau temps. 

Une telle métamorphose se produit sur tous les plans, tous. Le soleil subit une métamorphose, la terre subit une métamorphose ; ce que vous appelez vos galaxies subit des métamorphoses. Vous découvrirez dans votre système solaire une nouvelle planète en cours de métamorphose. Tout bouge. C’est littéralement surnaturel. Et bientôt alors que cela s’ouvre par l’amour, du fait de tenir à ce que vous êtes, vous vous retrouvez dans le flux de cette connaissance absolue. Et dans cette connaissance vous êtes dan le flux de la vie. Alors, on vous appelle éternel, à jamais et jamais et jamais. C’est l’absolu. 

Vous comprenez alors que la vie, l’Etre, la pensée, sont en perpétuel devenir. Savez-vous pourquoi la méditation transcendantale ne marche pas ? Parce qu’il n’est pas possible d’immobiliser l’esprit de Dieu. Cela ne marche pas. Vous n’y avez jamais pensé ? Comment pourrions-nous immobiliser ce qui est en perpétuel devenir ? On le voit immobile seulement si on avance à son rythme. Est-ce exact ? Alors, vous êtes dans le superesprit. Lorsque vous avancez au même rythme, le temps n’existe plus, la distance n’existe plus, la mesure n’existe plus. Seul existe l’Etre qui est le ciel à perpétuité, le ciel à perpétuité qui est éternel. C’est l’alpha et l’Omega, le commencement et la fin. L’alpha et l’omega sont la conscience sociale. L’Etre est l’au-delà. 

Eh bien, maîtres, je vous ai mis au défi de comprendre sur le plan social. Et j’ai perdu certains d’entre vous en le faisant, je le vois, car ce dont je parle ne correspond pas à votre calendrier social. Plongez-vous-y ! 

Et il y en a d’autres parmi vous qui ne peuvent pas supporter la douleur qu’il y a à se souvenir. Ne vous souvenez pas. La clef de la compréhension est de votre côté de la porte ; je suis un frère qui vous aime et vous enseignera loyalement et sans faillir comment sont les choses quoi que vous en pensiez parce que je vous aime. Arrogant, certes, mais éternel en vérité. 

Il n’est guère étonnant que tous les maîtres qui soient jamais venus d’ici aient toujours écrit dans leur texte que je suis originaire d’un plan de fantasmes qui adorait l’illusions. Je suis originaire d’un lieu où la drogue administrée était si intense que personne ne pouvait croire que nous – nous qui étions les Dieux qui vécurent au-delà de la bulle de l’émerveillement, et pourtant ceux qui vivent au sien des liquides qui fabriquent la vie – soyons affublés de la croyance selon laquelle ceci est la seule chose qui ait jamais existé à l’exception du fait que le rêve fut toujours imprégné de particules de turbulence, de vérité, qui disaient à ceux qui vivaient dans la bulle : « Saviez-vous que vous êtes seulement l’émotion d’un état d’être créé de toutes pièces » ? Et ceux qui entendirent se sortirent eux-mêmes de la bulle et purent voir le drame. 

Je vous dis ce soir qu’il n’est nul besoin que vous fassiez quoi que ce soit de radical dans votre vie ; il suffit que vous viviez quotidiennement à l’écoute de votre programme. Si vous écoutez votre programme en tant que l’Observateur et en deveniez ensuite maître, vous allez rejoindre ceux d’entre nous qui furent assez sages pour quitter ce lieu, ceux qui ne firent jamais partie de ce lieu. Nous tous qui observons ce qu’on appelle les âmes caustiques de l’humanité, nous disons : « Mon Dieu, ne savent-ils pas la vérité » ? 

Quelle est donc cette vérité ? Eh bien, ils sont drogués. Ils sont drogués par leurs émotions et leurs peurs et ils demeurent au statuquo. Tous les êtres qui soupçonnèrent que telle était la vérité et ne vécurent pas selon celle-ci méritaient l’heure de leur délivrance ; ils avaient de la valeur et savaient la vérité ; ils transcendèrent cette situation. Ce que vous ne comprenez pas c’est que vous êtes un jouet – un jouet vivant dans le royaume des jouets ; vous ne comprenez toujours pas cela – et lorsqu’on échappe à ce royaume, on voit la manipulation qui est en cours ici et ce qui restreint de grands Dieux qui furent jadis les maîtres des domaines des autres dimensions – magnifiques, ils partirent exactement comme le firent ceux qui prirent part aux croisades et aux grandes guerres – qui laissèrent tout, portant un symbole de la croix, et partirent pour rendre juste ce qui était injuste. Vous, par contre, êtes parti pour faire connaître l’inconnu et n’êtes jamais revenu. 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

LES LECONS D’UN TEMPS ANCIEN

 

 

images (14)Je veux vous parler ce soir de votre vie spirituelle. Cette soirée est appropriée car, comme l’annonça la prophétie, nous avons eu une éclipse du soleil, une éclipse totale de la une durant cette décennie comme on dit. La prophétie est la suivante : dans les derniers jours, il y aura un nouveau ciel et une nouvelle terre. Et ce qu’on appelle ces événements cosmiques, prévus par ce qu’on appelle de véritables prophètes qui virent les changements, se produiraient. Ces entités des temps anciens savaient que, lorsque l’amant de l’Enchanteresse la recouvrirait de son ombre, elle deviendrait un être nouveau. C’est ainsi que ces événements furent spirituellement compris à savoir que le soleil mourant en son cycle et renaissant de son éclipse, de même cela représentait le fait d’entrer dans une matrice cyclique et d’en ressortie avec une nouvelle destinée. Ces événements annonçaient la vision lointaine qu’il adviendrait un nouveau ciel, prophétie accomplie maintenant. Et il y aura une nouvelle terre ; cela ne manquera pas de se produire, comme le promet la prophétie. 

Vous devez garder à l’esprit qu’à l’époque où je vécus, il y a de nombreux, nombreux éons – il y a trente cinq mille ans et quelques jours – le cosmos et le plan terrestre avaient un aspect fort différent d’aujourd’hui et les forces dynamiques qui existaient entre deux lunes qui étaient en relation avec la terre créaient un environnement bien différent de celui dont vous jouissez aujourd’hui ; cependant, même dans ces temps-là, à cause du chaos créé par l’homme dû à son manque de sensibilité envers la nature et sa propre humanité, advint une condition des plus infortunées qui amena ce qu’on appelle une épuration du monde entier. 

En ces temps-là, la gloire des rayons de Râ se trouvait répandues à travers la couche nuageuse, ce qui rendait la lumière diffuse et non directe et empêchait de voir les étoiles et les lunes. Nous ne pouvions les voir qu’à travers un voile, un voile épais, et la lumière nous apparaissait comme piégée à travers ce voile. Lorsque les deux lunes se trouvaient en même temps dans les cieux, si nous regardions le voile, nous pouvions voir de grandes lumières diffusée s à différents points de l’horizon. C’est ce que voyaient les gens ordinaires, qui n’avaient pas la faculté d’aller au-delà de la couche nuageuse pour voir cette enfant extraordinaire de la terre dans ce qu’on appelle sa nouvelle matrice. Et, avant mon époque, elle avait déjà été dans des matrices, mais elle s’était émergée de nouveau dans une matrice, se purifiant avant de naître à nouveau. 

Quel est donc le problème de la datation au carbone ? La datation au carbone n‘est efficace que s’il existe un rayonnement solaire. Mais s’il n’existait pas de radiation solaire directe il y a trente-cinq mille ans, vous allez vous trouver devant un petit problème avec la datation au carbone. Combien d’entre vous comprennent cela ? Bien. Le fait est donc qu’à mon époque la négligence de gens très intelligents qui se faisaient la guerre les uns aux autres provoqua la déchirure de la protection nuageuse, cause de grands déluges, alors qu’ils tentaient d’écarter les bêtes sauvages de leurs territoires avec des lasers chauds et directs. Mes ancêtres et les Anciens savaient que cela allait se produire ; ils l’avaient prévu. J ne survécu que parce que ma mère, de même que de nombreux pèlerins de ce qu’on appelle la Lémurie traversèrent les régions marécageuses de ce que vous appelez le Pacifique jusqu’à ce qu’on appelle l’isthme, les marécages du Mexique et du Yucatan qui étaient des forêts humides, pour atteindre le territoire d’Onai. Nous survécûmes à ce qui frappa notre patrie. 

La notion de survie existait car la nature préserve ce qui est en harmonie avec elle, ce qui demeure à l’unisson avec elle. La nature ne préserve pas ce qui n’est pas en harmonie avec elle, ce qui nous amène à ce soir et à l’éclipse de lune. C’est un nouveau ciel qui est rendu manifeste ici à la fin de ce siècle. C’est un nouveau ciel. Exactement comme les prophètes d’antan le virent, de manière comparable à ce dont je fus moi-même le témoin et à quoi je pris part, vous aussi allez être mêlés à des changements formidables, les plus formidables d’entre eux venant de l’arrière-scène de l’infini. Ce sera un événement formidable s’il en est douze jours de lumière et une grande intimidation. Mais la nouvelle terre, qu’est-elle donc ? 

La nouvelle terre sera occupée par des entités qui ont le pouvoir en conscience de jeter un pont dans le temps. Tels sont ceux qui seront préservés. Cela paraît relativement métaphysique et simple, mais ça ne l’est pas. Ceux qui savent enjamber le pont d temps sont ceux qui vivront dans ces temps-là. Ceux qui ont la faculté de semer leur propre graine là-bas seront là-bas. Ceux qui  se voient impliqués avec les monstres de l’avenir n’y seront pas. 

Eh bien, je m’appelle Ramtha, l’Etre Illuminé, c’est ainsi que je fus appelé de mon temps et ainsi que j’existe dans les mémoires jusqu’à ce jour. Même les Egyptiens se souviennent de moi, les Perses se souviennent de moi et toutes les cultures anciennes se souviennent de moi, car mon peuple devint la race qui ensemença toutes les cultures. Leurs lois, ce dont ils avaient été les témoins, ils les apportèrent partout où ils s’établirent, car je représentais un haut point de l’histoire, pour ainsi dire un temps qui fut le siège non seulement de changements cataclysmiques mais également de la chute de l’arrogance et de l’orgueil, et la montée de ce qu’on appelle le barbarisme et de ce qu’on appelle l’illumination finale, la véritable illumination. 

Cette nuit où nous sommes ensemble dans un nouveau ciel et une nouvelle terre, je l’ai rêvée. Je suis une entité étrange car je viens avec de riches souvenirs d’un temps étrange et éloigné. Les scientifiques en doutent à l’exception de ceux qui ne craignent pas de regarder les choses telles qu’elles sont. Vous ne me voyez pas mais vous m’aimez et vous m’écoutez, peut-être même plus que quiconque dans votre vie. Ceci est une bonne chose parce que j’en sais plus qu’aucun autre. Mais cette affirmation ne se rapporte-t-elle pas à vous-même ? Je suis un être spirituel, ce que vous ne voyez pas plus que vous ne voyez le vent. Vous n’en voyez que les effets. Eh bien, vous êtes mes effets. Je suis le vent qui se meut dans votre vie et affecte votre vie de ce fait. C’est ce qu’on appelle l’Esprit. C’est ce que je suis. 

Définir ce qui sépare l’humanité et l’Esprit ! définition claire, inviolable. La raison en est de vous permettre d’être de nouveau en possession de tout votre pouvoir, Esprit omniscient capable d’organiser et de vivre pleinement dans son corps physique, prenant pleinement part à la vie jusqu’à des frontières qui vous paraissent à vous-même infranchissables. C‘est ce que vivre pleinement signifie pour moi. Vous ne savez pas encore de quoi il s’agit. Et ce n’est que lorsque l’être spirituel sera défini également, comme séparé de l’être physique, lorsqu’ils seront séparés l’un de l’autre, que nous serons entièrement dignes d’être préservés et incorruptibles. C’est alors que, dotés du pouvoir, vous serez capable de ne jamais mourir et de pouvoir aller voir les étoiles que vous avez regardées ce soir, voir toutes les choses que j’ai déjà vues moi-même, visitées, où j’ai moi-même séjourné au-delà de l’Etoile Polaire de mon peuple. 

La prophétie dit que la chair et le sang ne peuvent entrer dans le royaume des cieux, qu’afin d’entrer dans le royaume des cieux vous devez être vêtu d’un nouveau manteau, ce nouveau manteau étant le manteau de l’Esprit. Cela est très clair. Cela ne signifie pas que vous soyez dans l’obligation de mourir pour entrer dans ce qu’on appelle le paradis. Cela signifie que le corps ne peut y aller. Le corps est condamné à son royaume aussi longtemps que l’Esprit n’est pas éveillé. Mais lorsque l’Esprit est éveillé et qu’il possède un pouvoir clair, le royaume des cieux descend de l’Esprit dans le physique. Alors, nous quittons tout, nous quittons tout. La chair et le sang ne peuvent entrer dans le royaume des cieux. Mais la raison pour laquelle je suis revenu ici avec toutes les difficultés que cela implique – mon aspect extraordinaire est à un certain degré aujourd’hui vérifié par la science qui dit que je suis un énigme ; en effet, je ne peux être pesé – la raison est de vous enseigner méthodiquement comment le faire ; cette discipline on l’appelle la vie spirituelle. 

Vous êtes ici non pas pour être des personnes physiques ; vous êtes ici pour être des personnes spirituelles. Bien que le labyrinthe soit physiquement épuisant, c’est à partir de là, du champ que l’Esprit est cultivé. Le corps peut être épuisé mais l’Esprit peut se lever et être suprême au milieu de cela, c’est alors que vous connaissez la différence entre les deux. Un instant vous ne pouvez plus faire un pas de plus ou faire un autre souffle. Nous savons maintenant que c’est la chair et le sang. Et l’instant suivant quelque chose de surnaturel vous submerge et l’accomplit, c’est l’Esprit. Il existe une différence entre les deux. 

Lorsque vous aurez reçu la totale initiation de la discipline spirituelle et pourrez l’accomplir, vous pourrez manifester une pièce de monnaie dans votre main. Vous pourrez manifester du pain dans votre main. Vous serez alors l’Esprit, totalement et entièrement. Vous serez alors entré dans le royaume des cieux car il n’y aura rien que vous ne puissiez faire. Et vous aurez été soustrait pour toute éternité – soustrait pour toute éternité – à la médiocrité de l’homme et à ses modes d’action. Vous ne serez plus jamais un homme. Vous serez toujours un être divin, car vous ne pourrez jamais enlever à un être divin d’être un être spirituel entrant dans le royaume des cieux et mangeant à la table de Dieu. Une fois cela accompli, vous ne retournerez plus jamais en arrière pour être de nouveau un être humain normal. Les voies du monde ne vous tenteront plus. 

Il n’est pas besoin d’une vie entière pour développer le remarquable. Nous aurions pu le développer en sept jours avec une humilité absolue, passion et dévouement. Mais cela exige d’agir. Vous êtes paresseux. Que puis-je dire ? Un nouveau ciel et une nouvelle terre arrivent. A vous de choisir de quel côté vous voulez être. Je vous demande de faire cela avec sincérité, totale focalisation et certitudes absolue. Cela ne prend pas longtemps ; peut-être une heure, quelques minutes, peu importe. Il vous suffit de le faire avec régularité. Vous allez devoir ne plus jeter votre ancre dan le corps. Vous allez devoir jeter cette ancre dans le ciel et la jeter dans votre Esprit, et déclarer que c’est ce que vous voulez plus que toute autre chose dans votre vie ; vous allez devoir vouloir être si noble, au-delà de tout reproche, magnifique, posséder la faculté de rêver au-delà des limites de l’homme ordinaire ; vous allez devoir être capable tous les jours de rester assis la main tendue, tirant du ciel une pensée jusqu’à ce que votre main en devienne chaude, jusqu’à ce que vous en ayez eu la sensation dans la main. Lorsque l’objet de votre focalisation apparaîtra devant vous, sur votre chemin ou dans votre voiture, vous allez devoir également savoir que vous faites le travail. Et puis il faut y travailler, travailler tous les jours et un jour, vous pourrez faire n’importe quoi. Devenir un être spirituel, c’est cela. Guérir votre corps, votre vue, votre cerveau, vos reins, votre cœur peut être accompli de la même manière. C’est ce que je vous enseigne cette semaine et si vous ne le faites pas, cela veut dire que vous n’avez pas défini ce pouvoir.

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

 

L’HABITUDE DE LA MANIPULATION ET DE LA SURVIE

 

 

images (13)Habituellement, les vaincus n’ont même jamais la possibilité d’exposer leur vison des événements. Ajoutons que les personnes qui tiennent des positons de pouvoir au sien de la communauté, que ce soit dans les domaines religieux ou politique, se souviennent de l’histoire d’une manière qui est favorable à la prolongation de leur positon. Cela n’est pas nécessairement le fait d’une mauvaise intention, mais simplement l’exercice de la loi de la survie. 

Il est aisé de constater à quel point l’histoire du monde au cours des derniers six à sept mille ans, et en particulier au cours des derniers deux mille ans, a été l’objet de multiples omissions et manipulations dans le but d’être fidèle à un enchaînement de faits qui puisse être accepté par la population, assurant la continuation de son style de vie et de ses systèmes de croyances. Il est intéressant de constater que, malgré l’émergence de nouvelles preuves en déniant la véracité, les vues et croyances traditionnelles sont toujours demeurées les critères et les références de leur validité et la base de leur interprétation. Par exemple, bien que les preuves archéologiques en soient fort nombreuses, personne n’aime entendre l’histoire selon laquelle la race humaine est issue d’une manipulation génétique accomplie par une race extraterrestre avancée. Aucun archéologue ne veut admettre qu’il y a de cela quelques milliers d’années existaient des individus qui jouaient avec l’énergie nucléaire et des technologies qui n’ont pas leurs rivales aujourd’hui. 

Aucun anthropologue traditionnel ne veut croire qu’il y a trente-cinq mille ans, l’homme de Cro-Magnon fut capable d’un discours sophistiqué, d’une pensée intellectuelle, encore moins de pensées éclairées, du fait que les cavités crâniennes de cette époque ne semblent permettre ni l’articulation de sons consonantiques ni de mots complexe. Aucun pasteur d’aucune religion ne veut admettre la possibilité qu’il n’existe aucun lieu quelconque dans l’univers dénommé l’enfer ou admettre que le Dieu d’Abraham et de Moïse fut un être aux humeurs changeantes, sanguinaire et brutal, totalement opposé au Dieu que notre Père. Il n’existe aucun physicien ni même aucun philosophe qui veuille clarifier ou envisager la possibilité que ce que nous considérons être la réalité, le continuum de l’espace temps, puisse être en fait un rêve ou une illusion créés non pas par une force extérieure ou une quelconque déité mais maintenus en existence par la conscience – l’Observateur de la mécanique quantique – dans le but de notre exploration personnelle et pour faire connaître l’inconnu. 

LE MYSTERE DE LA TRANSCENDANCE DIVINE ET LE SOI 

Les théologiens ont expliqué que, par nature, l’essence de Dieu, la source ultime de tout être, la divinité et la transcendance elle-même ne peuvent être nommées, définies ou comprises en termes humains car elles seraient alors moins que Dieu pour devenir seulement humaines. Un tel point de vue pose un problème, car il affaiblit et limite le pouvoir qu’a l’esprit humain pour la connaissance. La représentation que se font traditionnellement du concept de Dieu les théologiens sépare radicalement ce dernier du concept de la personne humaine au point où toute possibilité de réelle unité est exclue. Il est intéressant de noter que l’une des manières poétiques traditionnelles d’exprimer cette transcendance intégrale du divin par rapport à la nature humaine fournit en fait un aperçu de la nature divine de la personne non apparent à première vue. Il y est dit que le divin, le sacré, est un « mysterium tremendum et fasinans » – le divin est un mystère fascinant, enchanteur et absolument extraordinaire. 

Si l’on applique cette affirmation au mouvement de l’évolution, au déroulement de la vie, à l’expansion et à l’expression de la conscience et à l’esprit humain, il devient alors évident que le mystère de la conscience est innommable, indéfinissable, car il est en mouvement, en évolution. Il n’est ni statique ni fini mais dynamique et se manifeste perpétuellement en de nouvelles formes d’expression et d’exploration personnelles. Cela ne signifie pas que la nature de la conscience ne puisse pas porter à définition mais statue que la caractéristique fondamentale de la conscience et de l’existence est son dynamisme fascinant et extraordinaire – sa créativité, son devenir – en bref, le fat qu’elle porte les traces de la réalité divine qu’elle est fondamentalement. 

Ramtha voulut enseigner à son peuple ces réalisations et ces idées en établissant les fondations des Ecoles de Sagesse Ancienne. L’objet de l’enseignement n’était ni des lois ni des interdits, mais un éveil, une ouverture vers le savoir et la compréhension de la simplicité de la vie de même que le lien existant entre toutes choses. Après son ascension, il continua  à apporter sa connaissance à l’humanité par l’intermédiaire de diverses écoles, divers mouvements, poètes, philosophe et scientifiques qui en firent part dans leurs œuvres et leurs créations artistiques. En un mot, l’approche de Ramtha vise à mettre l’accent sur l’importance de la redéfinition de notre concept du soi. Il conclut que l’humanité est « la gloire de savoir qui et ce que nous sommes ».

 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

 

INITIATIONS A LA CONNAISSANCE SACREE

 

 

images (7)Les enseignements de Ramtha constituent un système de pensée métaphysique unique.une étude et un examen très rigoureux sont nécessaires pour saisir toute la signification et l’impact de son contenu. Nous disons que les enseignements de Ramtha sont de nature métaphysique car ils posent les questions fondamentales sur l’existence humaine et la personne humaine, sur notre destinée et nos origines, sur la nature du bien et du mal, l’âme, la mort et la vie, le monde et nos relations avec les autres. 

La forme sous laquelle les enseignements de Ramtha sont transmis est intrinsèque au message lui-même. Les enseignements ne sont pas simplement une dissertation sur des sujets spécifiques ou leur analyse intellectuelle. Ils ne sont pas non plus une forme de vérité révélée qui requiert l’allégeance aveugle de la foi. Les enseignements de Ramtha ne sont ni une nouvelle religion ni les fondements d’une nouvelle église. Ils constituent un système de pensée qui comporte, dans son approche de la  réalité, les éléments et les mécanismes qui permettent à l’individu d’embrasser la philosophie de Ramtha, de vérifier et de faire l’expérience directe de son contenu. En d’autres termes, l’aspect unique des enseignements nous permet de faire l’expérience de la philosophie ou des concepts de la réalité, qui se transforment ainsi en sagesse quant à   la nature de la réalité. 

Cet aspect particulier du système de pensée de Ramtha ressemble aux initiations à la connaissance sacrée pratiquées dans les écoles de mystère anciennes de la Grèce, de l’Egypte et du Moyen-Orient ainsi que dans les écoles gnostiques anciennes du Moyen-Orient et de l’Europe. Il est important de remarquer que cette caractéristique distingue les enseignements de Ramtha des écoles philosophies traditionnelles du monde occidental. 

En d’autres termes, la nature de l’humain et de la réalité ne sont rien de plus que leur état physique et leur matérialité. La psychanalyse de Sigmund Freud et son profil de psyché humaine en sont un exemple évident. Dans la pensée de Ramtha, le corps physique et le monde matériel ne sont qu’un aspect du monde réel. En fait, ils ne sont que le produit et l’effet du monde réel qui est constitués par la conscience et l’énergie. Le meilleur moyen de décrire la personne humaine est de la définir comme étant la conscience et l’énergie créant la nature de la réalité. Le monde  physique n’est qu’un des sept niveaux où s’expriment la conscience et l’énergie. Ramtha utilise le concept d’Observateur issu de la théorie quantique pour expliquer son concept de conscience et d’énergie. Il utilise aussi le concept de Dieu créateur et souverain pour décrire la personne humaine en tant que conscience et énergie. 

Aujourd’hui, nombreux sont ceux, dans de nombreux secteurs de la société, qui rejettent à priori les enseignements de Ramtha du fait de la manière fort inhabituelle selon laquelle ils sont transmis. Malheureusement, juger un message sur la forme selon laquelle il est présenté, plutôt que sur son contenu, est devenu chose pat trop usuelle. Le marketing, les communications et les techniques utilisées par la publicité, le commerce et la propagande en sont d’excellents exemples. 

Le but visé par les techniques d’enseignement de Ramtha est souvent de défier l’individu tout en lui offrant les outils lui permettant de prendre conscience de ces idées préconçues qui façonnent et définissent les frontières d e notre perception normale de la réalité. Le but en est de permettre, en conséquence l’émergence d’une perspective d’esprit plus vaste qui nous permettrait de faire l’expérience de la réalité de manière plus significative, illimitée, avec une conscience accrue et de façon plus extraordinaire tout en nous offrant un spectre de potentialités beaucoup plus large qu’auparavant pour nos expériences. 

En présentant sa philosophie comme étant le fruit de sa propre vérité et de son expérience personnelle, Ramtha veut souligner le fait qu’il est lui-même l’incarnation de la philosophie, la représentation et la manifestation vivante de sa pensée. Il déclare qu’il est un Dieu immortel, conscience et énergie et qu’il a vécu il ya trente cinq mille ans sur le continent de la Lémurie, disparu depuis longtemps. (Comme beaucoup d’entre-nous d’ailleurs soit-dit en passant). Il  explique que durant sa vie, il s’interrogea sur l’existence humaine et sur le sens de la vie et que, grâce à son observation, à sa réflexion et à sa contemplation, il atteignit l’illumination et parvint à conquérir le monde physique et la mort. Il a enseigné qu’il était parvenu à amener son corps jusqu’à un niveau d’esprit où son essence véritable, en tant que conscience et énergie pouvait demeurer consciente, complètement libre et illimitée pour vivre l’expérience de tous les aspects de la création et continuer de faire connaître l’inconnu. Il fait référence à ce processus comme étant son ASCENSION

La forme sous laquelle il communique ses enseignements est le phénomène que l’on appelle le « channel ». En fait, c’est Ramtha lui-même qui a fait connaître le terme. Il utilise le corps de JZ Knight comme channel et enseigne sa philosophie en personne. 

Le choix de Ramtha de faire connaître son message par le biais du corps d’une femme plutôt que d’utiliser son propre corps physique est une façon d’affirmer que Dieu et le divin ne sont pas la prérogative unique des hommes et que les femmes aussi sont de riches manifestations du divin, capables de génie et d’être Dieu réalisé. C’est également une façon de démonter que l’important dans sa philosophie n’est pas d’adorer le messager ou un visage ou une image – ce qui a anéanti une grande partie des efforts fournis dans le passé pour éclairer les hommes – mais d’écoute le message lui-même. C’est également une façon de déclarer que la véritable essence de la personne humaine ne se limite pas au simple corps physique ou à un sexe spécifique. Le phénomène du « channelling » trouve par conséquent sa place dans le cadre du système de pensée de Ramtha. En d’autres termes, le phénomène de channel tel qu’il se produit dans la personne de JZ Knight n’est possible que si les enseignements de Ramtha sont vrais. 

Quelle est l’essence de toutes choses ? Quelle en est la source ? Quelle en est la nature ? Quelle en est la destinée ? Ramtha aborde ces questions en commençant avec le concept du Néant ; le Néant est la source d’où provient tout ce qui existe. Il décrit le Néant comme un vaste rien matériel mais toutes choses potentielles. Dans le Néant, il n’y a rien. Ni mouvement ni action. En ce qui a trait à la question de Dieu, de nombreux courants philosophiques, y compris les théologies des religions monothéiste, ont conçu Dieu comme un être d’une intelligence suprême, infini, absolu, transcendent et immuable. Dans le système de Ramtha, les attributs de l’absolu, de l’infini et de l’immuable sont les caractéristiques du Néant. Le Néant est complet en lui-même, il se suffit à lui-même, il est dans un état de repos et sans aucun besoin. Même si le Néant est considéré comme une immensité qui englobe tout, dans son état original il ne sait rien de lui-même car la connaissance est une action. 

Le concept de Dieu créateur, « cause première » et instigateur immobile du mouvement que nous retrouvons dans la philosophie d’Aristote et dans la théologie de Thomas d’Aquin est décrit par Ramtha comme le Néant se contemplant lui-même et se connaissant lui-même. Cet acte de contemplation représente un mouvement unique dans le Néant qui produisit un point d’éveil – de conscience – et de connaissance de soi. On fait référence à ce point d’éveil comme étant le Point Zéro, l’Observateur, la conscience primaire, la conscience et l’énergie, et Dieu. Le Point Zéro porte en lui l’intention primordiale d e faire connaître et de faire l’expérience de tout ce qui est inconnu et de toutes choses potentielles au sien de l’immensité du Néant. C’est la base de l’évolution. Le Néant se contemplant lui-même est la source et l’origine de la personne humaine. L’affirmation de Ramtha : « vous êtes Dieu » fait référence à la personne en tant qu’Observateur, l’incarnation du Point Zéro et en tant que conscience et énergie créatrice. 

La voie de l’illumination passe par le chemin de l’évolution qui nous ramène au Point Zéro. En accomplissant cette tâche, la personne remplit le mandat de faire connaître l’inconnu et apporte au Nant son expérience personnelle afin que celle-ci se transforme en sagesse perpétuelle. Toutes les disciplines du Grand Œuvre conçues et utilisées par Ramtha pour initier ses étudiants aux enseignements sont forgés selon le processus – qu’elles imitent d’une certaine manière – du Néant se contemplant lui-même, donnant naissance à la conscience t à l’énergie, créant à son tour la nature de la réalité. 

En conclusion, les quatre pierres angulaires de la philosophie de Ramtha sont le concept du Néant, la conscience et l’énergie qui créent les sept niveaux de la réalité, l’affirmation : « >Vous êtes Dieu » et le mandat de faire connaître l’inconnu. On trouve de nombreuses traces de la pensée de Ramtha dans les traditions anciennes. Cependant, dans la plupart des cas ce ne sont que de faibles échos qi ont très mal résisté au passage du temps et à la disparition du contexte qui aurait permis leur interprétation. Parmi ces traditions se retrouvent les philosophies des anciens Egyptiens et du pharaon Akhenaton, la description que Bouddha fit de lui-même en tant qu’être éveillé, la notion de Socrate sur la vertu et l’immortalité de l’âme, le concept des formes universelles de Platon, la vie et les enseignements de Yeshua ben Joseph, les oeuvres de l’apôtre saint Thomas, l’Hymne d el Perle, l’Hymne de la Parole Divine dans l’Evangile selon saint Jean, Apollonius de Tyrane, Origène, les Cathares et les Albigeois, François d’Assise, les mystiques juifs et chrétiens, le dessin de l’ascension du mont Carmel pour saint Jean de la Croix, où le sommet de la pyramide se trouve placé au sommet de la tête du sujet, les œuvres d’art de divers artistes comme Michel Ange et  Léonard de Vinci, les écrits et les expériences mystiques de sainte Thérèse d’Avila, les œuvres de Frey Luis de Léon, les humanistes du mouvement de la Renaissance en Europe, les Rosicruciens, les maîtres de l’Extrême Orient et plusieurs autres. 

Ces enseignements peuvent élargir le champ de l’expérience humaine bien au-delà des frontières établies jusqu’à maintenant par la science et les diverses religions du monde ; le système de pensée de Ramtha n’est ni une religion ni une interprétation philosophique de la réalité. C’est la vérité acquise et confirmée par l’expérience d’un membre de la race humaine. C’est la connaissance de Ramtha, la science de Ramtha. Et maintenant que la route a été tracée, les portes sont ouvertes à ceux qui désirent l’explore et s’aventurer dans l’inconnu. 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA : « La civilisation humaine » aux Editions AdA.

COMPRENDRE LA SUPERCONSCIENCE

 

 

tumblr_ljlq7wRrjd1qcopsao1_400Vous vivez dans des temps périlleux ; ils sont périlleux seulement pour ceux qui sont criblés de doute et qui, pour être, ne sont pas préparés, et cela est périlleux. N’est-il pas dommage, pour ainsi dire, de ne pas être préparé pour quoi que ce soit ? Pourquoi vous faire du souci ? Vous avez une assurance-vie. Vous appelez cela être préparé ? Tout cela va bientôt disparaître. Ils investissent dans des produits plus stables. 

Entités bien-aimées, la souveraineté a tout à voir avec la préparation et la plus grande préparation de toutes est ce qu’on appelle un esprit souverain. Compris ? Ceci ne veut pas dire que les jours à venir soient menaçants, catastrophiques et terribles et tout cela, mais ils vont apporter des changements. 

Et l’objet de cette audience, quel est-il ? Vous savez, il n’est pas de vous donner une carte routière comme on les appelle. Il n’est pas de vous donner des instructions ; Il est de lancer un défi à un esprit endormi et paresseux pour qu’il développe sa faculté de cognition, sa faculté de savoir toutes ces choses sans même qu’elles aient été dites et pour qu’l soit dans un flux harmonieux. 

Connaissez-vous ce qui porte le nom de saumon ? Eh bien vous ne possédez pas leur faculté de cognition, car celle-ci leur permet de retourner chez eux envers et contre tout alors que cela paraît impossible. Connaissez-vous ce qu’on appelle les oiseaux sauvages qui prennent leur envol au cours des saisons et qui savent quand les saisons changes ? Ils savent, le poisson sait, mais vous ne savez pas. 

Dans les jours à venir surviendra pour ainsi dire un effort total de ce qu’on appelle l’évolution, à son zénith. Cela ne concerne pas seulement la Terre et toutes les nouvelles terres émergentes. Cela concerne le soleil, cette merveilleuse entité qui permet, grâce à la photosynthèse, qu’existent la vie et les échos de l’espace que l’on appelle l’éternité. Tout cela se trouve dans ce qu’on appelle une évolution synchronisée pour la toute première fois, et cela se manifeste en un mouvement d’une extrême profondeur. C’est ce qu’on appelle la vie, la suprême réalité. 

Pourquoi donc parler de super-conscience ? Parce qu’elle est requise pour être dans ce flux merveilleux et dans ce changement en évolution. Qu’êtes-vous, les uns comme les autres, si vous n’évoluez pas ? Qu’êtes-vous si vous ne changez pas ? Vous faites seulement partie de la stagnation des épaves stagnantes du drame humain, allant et venant avec la marée. Vous êtes très inconstants. Vous savez le sens du mot inconstant ? 

Eh bien ce qui fut aligné et créa la totalité de l’univers, qui est la vérité dont vous êtes dotés, il vous faut en revenir à cette compréhension afin de faire partie d’un flux qui n’est plus inconstant ou stagnant mais qui est une évolution mobile, volatile et perpétuelle – une évolution. 

L’évolution, c’est la continuation de l’expérience de Dieu, l’aventure que Dieu vit de lui-même, ce que l’on appelle le relatif éternel. Vous croyez avoir acquis un état de perfection ? S’il en est ainsi, vous avez atteint un état de limitation, car il n’existe pas d’éléments appelés perfection. Seule existent les limitations des éléments appelés perfection. Evoluer signifie changer, évoluer signifie apprendre et apprendre signifie avoir la connaissance. Compris ? 

Super-conscience est seulement un mot. C’est un terme qui ne veut rien dire et qui sonne merveilleusement bien, mais si vous n’en saisissez pas la signification, ce n’est qu’un mot. Il représente l’esprit dans un état d’expansion. Il représente l’humanité devant divinité. 

Etre souverain n’est pas seulement posséder la cognition par rapport à soi-même, mais être souverain sur toutes les facettes. Réfléchissez-y. Si ce qu’on appelle une famine venait à se produire ici sous peu, combien de nourriture auriez-vous pour subvenir à vos besoins ? En outre, la plupart d’entre vous sont si maigres. Vous savez, maigres. On pourrait les renverser d’un seul souffle ; Maigres. Vous avez à peine suffisamment de chair sur les os pour survivre un jour et demi. 

Vous êtes merveilleux, mais votre souveraineté de super-conscience va jusqu’à prendre soin de vous-même et savoir infiniment si vous êtes préparé pour tout ce qui va arriver ; en vous préparant, vous avez combattu la peur et êtes le maître de votre propre destinée ; La plupart de vous qui se rassemblent lors de ces audiences sont des entités précaires, car ils ne peuvent pas dire que « quoi qu’il arrive, et bien que je sente que c’est proche, j’ai mis cela loin de mon esprit parce que je n’ai pas voulu m’en occuper ». Savez-vous que c’est votre manière de vous en sortir ? Vous n’avez pas voulu vus en occuper. Mais, s’il y avait une famine, et vous allez en avoir une, où allez-vous trouver cotre nourriture ? Comment allez-vous la faire ? Où allez-vous la faire pousser ? Qui va la faire pousser pour vous ? La souveraineté est absolue. C’est être préparé et être suffisamment avisé pour savoir quand commencer à en mettre de côté, quand commencer à prendre soin de vous-même. 

La super-conscience est une faculté de cognition. C’est un sentiment, un sentiment inné qui est en harmonie avec la nature. La nature, que croyez-vous que c’est ? Vous croyez que ce sont simplement les molécules de la vie ; naître, vivre, mourir, se régénérer ? C’est la vie ; c’est Dieu. Et les brusques élans de la nature en sont les signes ; ce sont des messages offerts aux yeux de tous. Si vous n’êtes pas dans le flux de son esprit, si vous n’évoluez pas, vous n’agissez pas depuis ce qu’on appelle le soi illuminé car le soi illuminé est le tout, la nature. La super-conscient n’est pas seulement ce qu’on appelle la résurrection du phénix de ses cendres. Il ne s’agit pas de cela. La super-conscience n’a pas entièrement à voir avec les consensus selon lequel vous êtes un Dieu et le fait que vous puissiez répéter ces mots avec éloquence ; cela est dépourvu de consistance. La super-conscience est la conscience du tout. Vous n’entendez maintenant que e que vous voulez entendre. Vous pensez en fonction d e la masse, car vous vous nourrissez de la conscience les uns des autres. 

La super-conscience est d’être ainsi impliqué dans la nature ; il en résulte un point de vue illimité sur la vie et, si vous suivez ce chemin-là, vous vivrez pour toujours. Cet esprit qui s’ouvre doit s’harmonier avec la nature et regarder ses écrits infinis, les messages qu’elle donne sur où elle va et ce qu’elle fait, à vous qui en avez dépendu comme système de support sans pour autant être souverain. Savez-vous ce qu’est une entité souveraine ? Celui qui sait et lit les signes et les ombres projetées devant lui annonçant les jours à venir, celui qui peut les lire sans y ajouter chagrin et catastrophe, mais qui peut les regarder en face et savoir que c’est une connaissance. Que celui qui a les yeux voit. Et que celui qui a ce qu’on appelle les mains les utilise pour créer. 

Quand l’attitude changera et dira « Je suis réalisé », vous aurez trouvé de l’or. Vous avez et êtes devenus ce que vous croyiez être devenus à force de tant de travail, mais lors de ce tournant à gauche, vous avez omis une compréhension fort vitale ; Vous avez omis la fragilité de votre vie. L’illumination, quelle est son ampleur ? Eh bien si vous pouvez manger les bougies, ce n’est pas mal du tout. Si vous pouvez mettre un peu de poivre sur le papyrus et pouvez ainsi le mâchez, allez-y. Si, en vérité, ce qu’on appelle vos rituels vous divertissent, divertissez-vous. Cependant, si on enlève les fioritures, tout ceci est vain en l’absence d’un esprit épanoui. Ce que vous craignez le plus est d’avoir mal évalué ce qui était important. Compris ? On verra. On verra. 

Devenir a tout à voir avec écouter ce que l’on appelle vous-même ! 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA  – Chapitre : « L’étape suivante de la création » aux Editions AdA.

 

REVER LE REVE DE L’IMMORTALITE

 

 

images (2)Eh bien, les maîtres ne sont pas au cimetière. Ce sont ceux qui sont éternels. Excepté en ce qui concerne les grands êtres reconnus par l’histoire, il n’existe aucune preuve de leur vie car il n’existe aucune preuve de leur mort. Et, comme on le sait, l’archéologie est fondée sur les principes de la datation au carbone qui détermine l’existence d’une personne dans le temps et ses habitudes particulières d’après les ossements et les fragments découverts dans l’environnement. Si dans un millier d’années, ils creusaient dans un cimetière – espérons qu’ils seront beaucoup plus évolués qu’aujourd’hui, archéologiquement parlant – ils pouvaient déterminer qui vous avez été, ce que vous mangiez et ce que vous faisiez, ils pourraient dire : ils savaient décidément quelque chose, mais ils furent incapables de le mettre en application dans un environnement qui leur aurait permis d’avoir une durée de vie plus longue. 

Ce que je représente, il n’y a aucune preuve de notre présence ici excepté ce que nous avons exprimé oralement, dans la pierre et dans les textes sur papyrus. La découverte de certains sites anciens, alors que le monde change, depuis le Temple des Archives dans la patte du Sphinx – ceci a déjà été découvert et l’événement sera rendu public … Il y est fait état des civilisations fabuleuses qui existaient il ya 455 000 ans et il y est révélé qui étaient ls entités dotées d’une connaissance transcendante de la chair. 

En ce qui vous concerne, vous savez déjà que la conscience et l’énergie créent la nature de la réalité. Ceci ne veut pas dire, et c’est indiscutable, que ce sont le corps et l’énergie qui créent la nature de la réalité car, si nous plaçons les choses dans un tel contexte, nous allons énouer alors les structures biologiques qui dictent la vie. Autrement dit, il existe une hormone de la mort qui est déversée dans le corps grâce à la glande pituitaire. Si nous adorons le corps, nous adorons une expérience temporelle limitée ; Par contre, si notre conscience est ouverte à ce qu’on appelle l’aspect surnaturel de notre être – ce que la science appelle l’Observateur, ce qui fait que ces plantes peuvent réagir simplement à notre présence – selon la science, c’est la manière dont nous observons l’énergie du monde autour de nous qui précipite notre intention en la collaboration d’une particule. La coopération de cette énergie précipitée en particules n’est rien d’autre que la réalité. Le corps ne peut faire cela, car il est en lui-même le sujet de la loi de l’Observateur. 

On regarde donc dans le cimetière et on voit des gens qui étaient plus beaux que vous avez rêvé être vous-mêmes et ils sont pourtant enterrés là, des gens qui avaient des rêves semblables à la vision que vous avez eue de vos rêves. Ils sont enterrés là de même que les générations qui les suivirent. Croyez-vous qu’il y ait quelqu’un au cimetière qui n’ai pas eu les mêmes rêves que vous ? La seule chose qui diffère entre vos rêves et les leurs, ce sont les progrès technologiques qui ont eu lieu depuis leur mort et lors de votre vie. A part cela, les principes sont les mêmes. 

Où se trouve donc la preuve de l’existence des grands êtres ?

La preuve réside dans le fait qu’ls ne sont pas au cimetière ; ils ne sont pas enterrés. Si l’objectif de la science est de retracer les éléments historiques de l’homme, alors, l’une des grandes preuves serait la structure squelettique du corps enterré et préservé par le temps. Mais qu’en est-il des Maîtres ? Le fait qu’ils ne soient pas enterrés signifie-t-il qu’ils n’ont pas existé et que la seule chose que l’on puisse dire est qu’ils appartiennent au mythe ? Je vous assure que ceci est inexact et illogique ; en effet, la mécanique quantique suggère que, si l’on comprenait les lois de la physique et le simple point de l’Observateur, ceux qui comprennent cela ne seraient jamais morts car, dans le monde quantique, tous les potentiels existent simultanément. 

En vérité, si le cerveau humain peut concevoir le concept de la vie en termes de longévité – la vie sans mort, la vie dans l’immortalité, la vie dans la jeunesse éternelle – si le cerveau peut le concevoir, ceci ne peut exister en dehors du théorème selon lequel l’Observateur dans le champ quantique précipite la réalité. Si tel est le cas, il manquerait à la mécanique quantique un paradigme plus englobant qui reconstruirait complètement ce qu’on appelle ses constructions mathématiques et son agencement de la matière. Ceci est pour dire que la mécanique quantique dit que l’Observateur détermine la réalité et, bien sûr, la réalité sera alors relative  la faculté qu’a l’Observateur de la rêver. Que dire d’un Observateur qui aurait la capacité de transcender l’horloge biologique – Comment s’étonner que Dieu était considéré grand parmi ses prophètes et ce qui parlait du royaume des cieux, car ils comprenaient la science. Si on peut rêver de quelque chose, on le vit, et si on le vie, l’Observateur précipite une vie immortelle. 

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’hommes et femmes sont constitués de deux pouvoirs distincts. L’un d’eux est la conscience corps/esprit, encore appelée la personnalité ; il est produit par la génétique et l’environnement, de la même manière que l’on crée un programme sur un ordinateur ; il est basé sur le cerveau. L’autres est l’Esprit saint, le voyageur dans le temps, qui n’est jamais mort, celui que vous n’avez jamais connu, celui qui, après la mort, est le spectateur de la revue de vie et la voit avec non seulement des sentiments de honte et de souffrance, mais avec une nouvelle force, créant la prochaine vie encore plus grande. En effet, on n’avance jamais au-delà de cette vie avant d’avoir maîtrisé ce que l’on a créé émotionnellement ici, le transformant en sagesse. Le jour où nous en avons terminé avec cette vie est le jour où nous pouvons voir la vie avec un sentiment de détachement dépourvu d’émotions. 

Qui estes-vous donc pour suggérer, depuis votre corps émotionnel que Dieu n’a pas de sentiments pour la création entière qu’il est lui-même ? Qui êtes-vous donc pour dire que e n’est rien, alors que je dis que ceux d’entre nous qui l’ont vécu peuvent dire que le point de vraie béatitude et de libération est bien plus puissant et réel que ce qu’on appelle les réactions chimiques se produisant dans le corps biophysique, par exemple la douleur, la souffrance, la culpabilité, le bonheur, le malheur, ce qu’on appelle la sécurité et l’insécurité. Ces derniers sont des peptides biologiques qui provoquent une réaction dans le corps, rien de plus. Par contre, lorsque nous vivons depuis le point de vue de l’Observateur, alors, selon ce qu’on appelle la loi de la physique, on choisit de vivre depuis un niveau de pensée plus élevé et c’est alors cette pensée, et non pas nos émotions, qui devient la loi de notre vie. 

Votre défi est de créer un monde, une vie qui ne soient pas basés sur les émotions – les émotions ne sont rien de plus que le passé du rêve – de ne pas re-créer sans cesse le passé émotionnellement mais de créer de nouveaux paradigmes, de nouveaux modèles de vie qui ne soient pas créés dans les émotions et qui n’aient rien à voir avec la conscience corps/esprit, mais tout à voir avec l’esprit extraordinaire qui commence à ne connaître aucune frontière. Le dernier enseignement que je vous enseignerai porte sur l’Observateur et cette année est l’année de l’Observateur. 

Maintenant, veuillez nous tourner vers votre voisin et lui expliquer ce que je viens de vous enseigner. 

Ramtha 

  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/ 

  Extrait du livre RAMTHA  Chapitre : « L’étape suivante de la création » aux Editions AdA.

123

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...