La première maison

La première maison dans LE RETOUR anjinho2        mini_5_gif dans LE RETOUR          

Le lendemain matin, la température était plutôt morne, mais Mike se sentait très bien. Il puise dans ses maigres économies et se paye un petit déjeuner copieux à la terrasse d’un bistro. Ça lui semblait curieux d’être dehors si tôt. Normalement, il aurait été au travail, où il aurait mangé son lunch et où on l’y aurait encore trouvé au coucher du soleil. 

 

Planté devant le bistro, deux sacs à la main et un autre sur l’épaule, Mike ne savait quelle direction prendre. Il ne pouvait aller vers l’ouest puisqu’il se retrouverait vitre face à l’océan. Il irait donc vers l’est jusqu’à ce qu’on lui indique une autre voie. Il se sentait bien à l’idée d’entreprendre un voyage fondé sur la foi, mais il aurait tout de même aimé un peu de précision sur sa destination. 

 

Si seulement j’avais quelques indices, une carte ou une indication quelconque sur ma position actuelle, se dit-il en marchant vers l’est. Il traversa lentement la banlieue de Los Angeles, en direction des montagnes. Devant lui, il n’y avait aucune limite. Il me faudra des semaines pour m’y rendre, pensa-t-il. 

 

Il ne savait pas vraiment où il allait, mais il pousse vers l’est. Vers midi, il s’assit en bordure d’une route et termina les restes du petit déjeuner qu’il avait conservés, se demandant toujours s’il était sur la bonne voie. 

 

-       Si tu es là, j’ai vite besoin de toi ! s’écria-t-il, implorant le ciel. Où sont les portes du chemin ? 

 

-       Tu as une carte ! lui murmura une voix familière à l’oreille. Il se leva et regarda autour de lui sans tien remarque, mais il avait reconnu la voix de l’ange. 

 

-       Ai-je entendu ou senti ? marmonna-t-il, soulagé. Enfin, une communication ! Tu en as mis du temps, 

 

-       T’avais qu’à demander plus tôt ! répondit la voix. 

 

-       M’ais j’erre depuis des heures ! 

 

-       C’est ton choix, déclara la voix. Pourquoi as-tu mis tant de temps à verbaliser ta demande ? Il était évident que la voix s’amusait à réfuter les objections de Mike. 

 

-       Es-tu en train de me dire que j’obtiens de l’aide seulement si je la demande ? 

 

-       Oui, tout un concept, n’est-ce pas ? Tu es un esprit libre, respecté, puissant et apte à prendre les propres décisions. C’est ce que tu as fait tout au long de ta vie. Nous sommes toujours là, mais n’entrons en jeu que si tu le demandes. Est-ce si étrange ? Mike fut agacé par la logique absolue des paroles de l’ange. 

 

-       Bon d’accord. Où dois-je aller ? Il est plus de midi, et j’ai l’impression d’avoir passé la matinée à deviner la direction à prendre. 

 

-       Pas moi d’ailleurs ! Répondit la voix espiègle. Les portes du chemin sont droit devant toi. 

 

-       Durant tout ce temps j’étais sur la bonne voie ? 

 

-       Ne sois pas si étonné d’avoir pris la bonne direction. Tu fais partie du tout, Michaël Thomas de l’Intention pure. L’expérience te permettra de mieux utiliser ton intuition. Pour l’instant, mon rôle consiste simplement à t’aider dans les petites choses. La voix fit une pause. Regarde, les portes sont déjà là ! Michaël se tenait devant une immense haie qui  menait vers une gorge entres les rangées de maisons. 

 

-       Je ne vois rien. 

 

-       Regarde encore, Michaël Thomas. 

 

En y regardant de plus près, Mike crut percevoir les portes à travers la haie. Elles ne se laissaient pas voir facilement, car elles se mêlaient étroitement à l’ensemble du feuillage. Puis, tout à coup, il les vit clairement ! Elles ne pouvaient plus lui échapper, même s’il l’avait voulu. Elles étaient si évidentes ! Il en détourna légèrement les yeux et les regarda de nouveau d’une manière différente. Elles étaient encore plus apparentes ! 

-       Que se passe-t-il ? demanda Mike, conscient du changement de sa perception. 

-       Lorsque les choses cachées deviennent évidents, lui dit la voix douce de l’ange, tu ne peux retourner à l’ignorance. Dorénavant, tu verras toutes les portes clairement, puisque tu as manifesté l’intention de les voir. 

 

Même s’il ne comprenait pas toute la signification de ce qu’on lui disait, il n’en demeurait pas moins prêt à s’engager sur le chemin de son périple. La haie cessa de ressembler à des portes et devint ces portes. Sous les yeux mêmes de Mike, elles se changeaient, prenant de l’expansion. 

-       Un véritable miracle ! se dit-il en continuant d’observer la longue haie se transformer en portes bien visibles. Il recula un peu pour mieux voir le phénomène. 

 

-       Pas vraiment, repris la voix, ton intention spirituelle t’a légèrement changé et les choses qui vibrent à cet autre niveau où tu es se sont tout simplement manifestées : rien de miraculeux dans tout ça. C’est ainsi que vont les choses. 

 

-       Tu veux dire que ma conscience peut modifier la réalité ? demanda Mike. 

 

-       Oui, d’une certaine manière. La réalité est l’essence de Dieu et elle est constante. Ta conscience humaine n’en révèle que les parties que tu veux expérimenter. Au fur et à mesure de ton évolution, tu en perçois une part toujours plus grande. Tu peux expérimenter et utiliser les choses qui se révèlent à toi comme tu le désires, mais tu ne peux retourner en arrière. 

 

Mike commençait à saisir, mais il souhaitait poser une autre question avant de se diriger vers les portes qui, maintenant, s’offraient clairement à lui. Il était toujours prêt à soumettre la vérité à l’épreuve, même cette voix angélique qu’il entendait dans son esprit. Il réfléchit à sa question avant de la formuler. 

 

-       Tu as dit que j’étais une créature possédant le libre arbitre. Pourquoi alors ne puis-je revenir en arrière si tel est mon souhait ? Pourquoi ne puis-je m’écarter de la nouvelle réalité et en reprendre une autre plus simple ? N’est-ce pas là justement le libre arbitre ? 

 

-       La physique de la spiritualité crée un axiome selon lequel tu ne peux retourner à un état de conscience inférieur, répondit la voix. Si tu choisissais délibérément de le faire malgré tout, tu nierais l’illumination qui s’offre à toi et tu deviendrais déséquilibré. En fait, tu peux essayer de revenir en arrière, car tu possèdes le libre arbitre. En vérité, il est triste que certains humains essaient de mettre de côté la vérité qu’ils connaissent, car ils ne pourront survivre longtemps à deux niveaux de vibrations. 

 

Mika ne comprenait pas entièrement la nouvelle information spirituelle transmise par la voix, mais il avait reçu la réponse à sa question. Il savait pouvoir rebrousser chemin sur-le-champ et retourner en ville. Le choix lui appartenait. Là où il se tenait, il voyait les portes et, sachant qu’elles s étaient là, il ne pouvait pas ne pas en tenir compte. Autrement, il deviendrait déséquilibré et sans doute, malade. Tout ça lui paraissait absolument logique, et il souhaitait aller de l’avant et certainement pas faire marche arrière. Alors, il prit ses bagages et s’avança vers les portes, vers le sentier sur lequel s’amorçait son périple. C’était un simple chemin de terre, comme tous les autres dans cette gorge. Tout animé, Mike franchit rapidement les portes. 

 

A peine les avait-il franchies qu’une sombre silhouette verdâtre se glissa aussi sur le sentier. Les buissons flétrissaient sur son passage et si Mike n’avait pas continué d’avancer, il aurait senti cette odeur infecte. Une entité négative se mit à suivre Michaël Thomas, gardant une certaine distance pour ne pas être vue, maintenant le rythme alerte du voyageur. A la manière d’un fantôme vif et malin, il combattait l’enthousiasme de Mike avec sa haine et sa noirceur. Mike n’avait pas la moindre idée d’être suivi. 

 

Aussitôt que Michaël fut sur le sentier, le paysage et son sentiment à son égard se transformèrent considérablement. Il ne pouvait plus voir la cité tentaculaire ni sa multitude de banlieues. 

 

Il n’y avait plus le moindre signe de civilisation : ni poteaux téléphoniques, ni avion, ni autoroute. Il s’était lancé sur le sentier de terre qui s’étirait devant lui avec la même ardeur qu’un enfant met à ouvrir ses cadeaux de Noël, fonçant sans réfléchir. Soudain, il constata que chaque pas le menait plus avant dans un autre monde. Ce voyage le conduisait dans une réalité bien différente de celle qu’il venait tout juste de quitter. Il se demandait d’ailleurs s’il ne se trouvait pas quelque part entre la terre et le paradis, un lieu où il pouvait entreprendre son éducation spirituelle, une étape qu’il croyait imminente et nécessaire s’il devait un jour avoir l’honneur de franchir le seuil d’un chez soi. Le sentier s’était peu à peu élargi et offrait maintenant la dimension d’une route d’un peu plus d’un mètre, sans empreintes de pas d’aucune sorte et très facile à suivre. 

 

Mike se tourna subitement. Qu’y avait-il là ? Une forme d’un vert foncé attira son œil avant de se précipiter sur la gauche, derrière un bloc de pierre. Un animal sauvage sans doute, se dit-il. La route qu’il voyait derrière lui reflétait exactement celle qui s’étendait devant : un long sentier tortueux disparaissant derrière les collines et bordé d’arbres verts luxuriants, de plaines et d’affleurements rocailleux. Quelques fleurs ponctuaient le paysage de points de couleurs disposés parfaitement sur le grand tapis de verdure. 

 

Mike s’arrêta pour se reposer. Il n’avait aucune montre, mais la position du soleil lui indiquait qu’il devait être quatorze heures, le temps de casser la croûte. Il s’assit en bordure de la route et termina les miettes qui lui restaient encore de son petit déjeuner. Autour de lui, l’atmosphère baignait dans le calme. 

 

Pas d’oiseaux, constata-t-il. Il examina attentivement le sol. Pas d’insectes non plus. Comme s’est étrange. Mike contemplait son environnement. Il sentit une brise dans ses cheveux. Au moins, il y a de l’air. Il regarda vers le ciel et vit qu’il était de ce bleu des plus beaux jours. 

 

Son sac ne contenait plus de nourriture, mais il savait qu’il n’était pas seul et que Dieu pourvoirait à son alimentation. Il se rappela l’histoire de Moïse dans le désert, errant pendant quarante ans avec le peuple d’Israël. Il lui revint en mémoire que leur nourriture provenait du ciel et, en y réfléchissant, il se demanda si c’était vrai. Toutes ces familles qui suivaient Moïse comptaient certainement des adolescents aux têtes fortes comme nous en avons aujourd’hui, pensa-t-il. Il pouvait facilement en imaginer un se plaindre à ses parents : « J’ai vu cette même roche au moins huit fois depuis que je suis né. Pourquoi faites-vous confiance à ce Moïse ? Il nous fait tourner en rond. Le désert a ses limites, après tout. Aie ! M’écoutez-vous ? » 

 

Entrevoir la scène le faisait rire. Puis, il se demanda s’il allait revoir bientôt la même roche, signe qu’il tournait en rond lui aussi ! Il n’avait pas la moindre idée de sa destination, tout comme les Israélites dans le désert, et sans nourriture en plus. Il rit encore plus fort en constatant les similitudes. 

 

Peut-être son rire fut-il entendu ou il était tout simplement temps, mais au détour suivant de la route, il la vit. La première maison était d’un bleu éclatant. Pour l’amour du ciel ! s’exclama Mike intérieurement. Si un architecte voyait ça, il hurlerait ! Mike riait sous cape. J’espère que je ne suis pas insolent, mais c’est la première fois que je vois une maison toute bleue. Le sentier menait jusqu’à la porte, de sorte qu’il sut que c’était là son premier arrêt. Sans compter qu’il n’y avait rien d’autre autour. 

 

En approchant de la petite maison, il remarqua qu’elle était d’un bleu cobalt et qu’elle irradiait de l’intérieur. Comme il tournait pour s’engager sur le petit chemin qui y menait, il vit une pancarte sur laquelle figuraient les mots : MAISON DES CARTES. Mike se rendit compte que c’était ce qu’il avait demandé. Il pourrait enfin se diriger. Le reste du trajet serait sans doute plus rassurant. Une carte à jour serait un objet bien utile en cet étrange pays.   

 

La porte de la maison s’ouvrit tout à coup et une immense créature du même bleue que la maison en surgit ! C’était vraisemblablement une entité angélique puisque, comme l’ange de la vision, elle était plus grande que nature, plus grande qu’un humain. Sa présence emplissait l’atmosphère d’un sentiment de splendeur et d’un parfum de fleur. Michaël pouvait encore une fois sentir l’odeur de l’entité. Le grand être se tenait là devant lui. 

-       Salut à toi, Michaël Thomas de l’Intention pure. Nous t’attendions. 

 

Contrairement à l’ange de la vision, le visage de cette entité était parfaitement visible, et Mike pouvait y déceler une expression de bien-être et de bonheur constants, peu importe ce qu’il sentit, Mike appréciait sa compagnie et se montra respectueux dans les circonstances. Il salua l’ange. 

-       Salut à toi, grand être bleu ! Soudain mal à l’aise, Michaël senti le besoin d’avaler. Peut-être l’ange ne voulait-il pas qu’on le nomme ainsi. Sa couleur n’était peut-être qu’une perception de l’œil humain. Etait-il vraiment bleu ? Peut-être même qu’il l’aimait pas le bleu ! Mike soupira à la pensée de tous ces doutes qui l’assaillaient. 

 

-       Je suis bleu aux yeux de toutes les entités, Michaël Thomas de l’Intention pure, dit l’ange d’un ton rêveur. J’accepte ta salutation avec joie. Si tu veux bien entrer dans la Maison des cartes, tu y passeras la nuit. 

 

Cette fois, Mike fut heureux qu’un ange lise dans ses pensées. Qu’avait dit l’ange de la vision à ce propos ? Qu’il pouvait les sentir ? De toute façon, Mike était heureux de ne pas avoir offensé le gardien de la première maison. 

 

Mike et l’ange bleu, deux êtres très disparates, se retournèrent et entrèrent dans la maison bleue. Au moment où la porte se refermait derrière eux, deux yeux rouges immenses et flamboyants de colère perçaient à travers un buisson, à quelque spas de la maison. Alertes, silencieux et patients, ils ne bougeraient pas jusqu’à ce que Mike reprenne sa route. Dès l’instant où il entra, Mike fut ébahi parce qu’il vit. La structure intérieure de la maison était immense ! Elle semblait interminable. Pourtant, elle était si modeste d e l’extérieur ! Il se rappela les paroles de l’ange de la vision qui affirmait que les apparences étaient parfois trompeuses. Il se trouvait certainement dans une partie de l’étrange réalité de sa nouvelle conscience. Il se demanda si cette autre perception portait une signification plus étendue. 

 

Il déambulait derrière l’ange par les grands corridors de la Maison des cartes. L’intérieur ressemblait à une librairie luxueuse, comme celles que l’on retrouve en Europ et qui contiennent des livres historiques inestimables de toutes sortes. Mais, il  n’y avait là ni rayons, ni livres. Les murs étaient percés de dizaines de milliers de petites cavités dont l’intérieur en bois semblait contenir des parchemins. La hauteur des murs était interminable et ces cavités se retrouvaient dans chaque salle qu’ils traversaient, d’un étage à l’autre. Il ne pouvait voir ces ouvertures de près, mais il se dit qu’elles contenaient sans doute des cartes, comme l’indiquait le nom de la maison. Mais pourquoi un si grand nombre ? Durant toute la durée de la longue visite des immenses pièces de la maison, il ne rencontra pas âme qui vive. 

 

-       Sommes-nous seuls ? demande Mike. L’ange étouffa un rire. 

-       Ça dépend de ce qu’être seul signifie, je suppose. Ce que tu vois là, ce sont les contrats de chaque être humain de la planète. L’ange continuait d’avancer d’un air détaché. 

 

Mike s’arrêta, les yeux agrandis, étonné des paroles de l’entité bleue. La distance entre eux s’allongea, l’ange poursuivant son chemin tandis que Mike restait sur place. Sentant que Mike ne le suivait pas, l’ange s’arrêta, se retourna et l’attendit, sans rien ajouter. 

 

Michaël voyait les échelles appuyées contre les hauts murs remplis des cavités boisées contenant toutes les parchemins. Des contrats avait dit l’ange. Qu’est-ce que ça pouvait bien signifier ? 

-       N’y comprends rien, dit-il en rattrapant l’ange. 

-       Avant que ton périple prenne fin, tu auras compris, lui répondit l’ange d’une voix rassurante. Il n’y arien ici qui doive te faire peur, Michaël. Tout est en ordre. Ta visite était attendue et elle est honorée. Ton intention est pure, et nous pouvons tous la percevoir. Détends-toi et accepte l’amour que nous t’offrons. 

 

Les paroles de l’entité bleue eurent un effet indicible sur Mike. Aucune autre entité de l’univers n’aurait pu prononcer de paroles plus appropriées. Commençait-il à mieux sentir les choses ? L’ange de la vision lui avait communiqué les mêmes vibrations d’amour, mais il réagissait avec beaucoup plus d’émotion cette fois. 

 

-       C’est bien de se sentir aimé, n’est-ce pas Michaël ? L’ange était revenu près de lui et le dominait de sa taille. 

-       Je ne comprends pas l’effet que ça me fait. Je me sens au bord des larmes. 

-       Tu es en train de passer à une autre vibration, Michaël. 

-       Je n’arrive pas à saisir la signification de tout ça. Au fait, as-tu un nom ? Michaël craignait encore une fois d’avoir offensé l’entité. Et si c’était « un » ange féminin ? Mike ne s’y connaissait pas vraiment dans ce domaine, mais d’après son apparence, l’ange aurait pu tout aussi bien être « une » ange. 

-       Appelle-moi Bleu, tout simplement, dit l’ange en lui faisant un clin d’œil. Je n’ai pas de genre, bien que ma taille et ma voix disent à ton esprit que je sois « un » ange. Partons de ce principe, si tu le veux bien. 

 

L’ange fit une pause pour mieux permettre à Mike d’assimiler ce qu’il venait d’entendre. Puis, il poursuivit : « Ta structure cellulaire d’être humain peut exister à divers niveaux de vibration. Nous appellerons niveau un, celui auquel tu es habitué. Tu le connais bien et il t’a bien servi jusqu’à présent. Mais, au cours de ce voyage, tu devras atteindre le niveau six ou sept si tu veux parvenir à ton but. Pour l’instant, tu es en train d’arriver à ce que j’appelle le niveau deux, à défaut d’un meilleur terme. Chaque niveau de vibration donne une plus grande conscience de la réalité de Dieu, comme on te l’a déjà dit. Ce que tu ressens maintenant est une plus grande conscience de l’amour. L’amour est immense, Michaël. Il a des propriétés physiques et il est puissant. Ton nouveau degré de vibration te permet de le ressentir comme tu ne l’as jamais pu auparavant. Il est l’essence même de son but et il ira en s’intensifiant dans chacune des maisons où tu pénètreras. 

 

Mike adorait écouter Bleu. Il lui donnait plus d’explications qu’il n’en avait reçues jusqu’à maintenant. 

-       Est-u professeur ? demanda Mike. 

-       Oui, le rôle de chaque ange de chacune des maisons est d’enseigner, excepté le dernier. J’aurai à te révéler des vérités reliées à ma maison et il en va de même des autres. A la fin de ton périple, tu auras une vision beaucoup plus grande de la façon dont les choses se déroulent dans l’univers.  J’ai pour tâche de te transmettre ce que tu as mérité par l’expression de ton intention. Ton passage dans ma maison te permet de recevoir la carte de ton contrat. Demain en début de journée, je te la remettrai et répondrai à quelques-unes de tes questions avant que tu poursuives ton chemin. Il était important que tu visites cette maison d’abord puisque tu y recevras de l’aide pour ton voyage. Mais pour l’instant, je t’invite à te nourrir et à te reposer. 

 

Mike suivit Bleu. Il se sentait de plus en plus à l’aise avec son nouvel ami… bleu. Celui-ci le dirigea vers un magnifique jardin intérieur où l’on cultivait toutes les variétés de fruits et de légumes en rangées interminables. Comme dans les autres pièces, la lumière provenait du toit. Elle donnait un effet naturel à chaque espace de la maison; on sentait une odeur de pain fraîchement sorti du four depuis une autre pièce. 

 

-       Qui prend soin de tout, ici ? demanda Mike. Je ne vois personne d’autre… t’arrive-t-il de te nourrir ? 

-       Chaque maison a des pièces semblables à celles-ci. Et non, je ne manque pas. Le jardin sert aux humains qui font le même parcours que toi et qui s’arrêtent ici dans la poursuite de leur apprentissage. Il est entretenu par plusieurs… que tu ne vois pas en ce moment. Tu ne manqueras ni de nourriture, ni d’abri tant que tu exploreras le sentier de la connaissance. C’est notre façon de t’honorer et d’honorer ton intention.   

 

Mike se sentit envahi par le sentiment d’être protégé pendant qu’ils se déplaçaient vers d’autres pièces, l’être humain suivant, l’imposante entité bleue. Ils atteignirent une pièce curieuse, prévue pour le sommeil. Isolée, elle était garnie d’un superbe lit antique à baldaquin recouvert de draps de dentelle invitant Mike à y déposer son corps exténué. Les oreillers dodus l’attiraient et promettaient le confort et la sécurité propres à un sommeil profond. Mike était ébahi par l’accueil qu’on lui réservait. 

 

-       Tout ça pour moi ? dit-il, impressionné. 

-       Pour toi et les autres, Michaël. Nous recevons tous ceux qui ont exprimé la même intention que toi. 

 

La pièce attenante offrait un festin que Mike ne pouvait même pas envisager d’entamer. Il y avait là plus de délices qu’il n’en avait jamais vus à la fois, beaucoup trop pour une seule personne. 

 

-       Mange ce que tu veux, Michaël, lui dit Bleu. Rien de tout cela ne sera perdu. Mais ne prends rien avec toi. Résiste à cette tentation. C’est un test sur ta voie, quelque chose que tu comprendras pleinement plus tard. 

 

Bleu se retira. Mike déposa ses bagages, s’assit et mangea comme il ne l’avait jamais fait. Il ne voulut pas se montrer glouton, mais il emplit son estomac de ces mets délicieux. Ses yeux commençaient à se fermer de fatigue et le décor créait un sentiment de confort qu’il n’avait pas connu depuis qu’il était le petit enfant chéri de ses parents. 

 

Si je pouvais seulement conserver cette sensation ! se dit-il. Le fait d’être humain prenait à l’instant se pleine mesure. Il quitta la table et décida de laver la vaisselle sale le lendemain matin. Oh ! qu’il était las ! Il arriva même difficilement à se déshabiller et à surprendre ses vêtements. Il se mit au lit, et le bien-être enveloppant d’un sommeil paisible l’envahit aussitôt. 

 

Dans le silence matinal, il se réveilla superbement reposé. Il se lava, se dirigea vers la salle à manger et découvrit avec surprise que les restes de la veille avaient été enlevés et qu’un magnifique petit déjeuner l’attendait. En fait, c’était en partie l’odeur des œufs frais, des pommes de terre et du pain chaud qui l’avait éveillé. Il profita de son petit déjeuner en solitaire et s’interrogea une fois de plus sur l’idée qu’il avait eue de demander à rentrer chez lui. 

 

Est-ce une bonne idée de vouloir se retirer de l’expérience terrestre ? se demanda-t-il. Qu’arrive-t-il à ceux qui restent ? Ils ne pourront pas expérimenter les autres niveaux de vibration qui m’attendent. Est-ce juste ? Il ressentit une légère mélancolie à la pensée de ses amis et de ses collègues. Il songea même à son ancienne amante ! 

 

Qu’est-ce qui m’arrive ? se demande Mike. Je commence à ressentir de l’empathie pour ceux qui m’entourent. Ça ne me ressemble pas. Je trouve ça plutôt pénible ! Je commence à regretter d’avoir quelque chose que les autres n’ont pas. Cela signifie-t-il que je suis sur la mauvaise voie ? Devrais-je rebrousser chemin ? 

 

-       Il est inévitable que tu te poses toutes ces questions, Michaël, dit Bleu, qui apparut soudain dans l’entrebâillement de la porte et qui, encore une fois, se glissa dans les pensées de Mike. Bien qu’étonné, celui-ci fut ravi de voir l’ange et le salua d’un signe de la tête. 

 

-       Parle-moi de ces choses, Bleu. J’ai vraiment besoin de directives. Je commence à me demander si j’ai pris la bonne décision. 

 

-       Les méandres de l’esprit sont merveilleux, Michaël Thomas de l’Intention pure. Et le postulat de l’illumination de l’homme consiste d’abord à prendre soin de soi. Ensuite, le résultat du périple sera transmis à ceux qui nous entourent puisque l’intuition de l’un affecte les autres. 

 

-       Encore une fois, je ne suis pas sûr de bien comprendre, rétorqua Mike, confus. 

 

-       Même si tu ne saisis pas maintenant, Michaël, tes actions affectent les autres et leur offrent l’occasion de faire un choix, ce qui aurait été impossible sans ta décision d’être ici, en ce moment même. Fais confiance à la vérité des événements et ne te fais aucun reproche. 

 

Mike se senti soulagé d’un poids immense. Bleu n’avait pas réussi à lui faire comprendre entièrement le fonctionnement du plan spirituel, mais il l’avait suffisamment rassuré. Michaël se sentait confiant dans la poursuite de sa quête. 

 

Il fit ses bagages et quitta sa chambre. Il revint dans le hall d’entrée menant à la porte par laquelle il avait pénétré la veille. Bleu le suivi, et Mike s’émerveilla encore de l’immensité de l’endroit. L’entité ne fit aucune remarque en constant que Mike avait glissé un bagel et quelques baguettes dans son sac. 

 

-       Où allons-nous ? demanda ce dernier. Dois-je aller par là ? 

Il s’avait qu’il allait recevoir sa propre carte, et il voulait que Bleu prenne les devants. 

 

-       Tu peux t’arrêter ici. Ils s’immobilisèrent au centre du vaste hall bleu magnifiquement décoré, et Bleu se dirigea sans rien dire vers un mur éloigné sur lequel s’appuyait une échelle. « Viens ici, Mike ». 

 

Mike obéit et, en un rien de temps, Bleu lui fit grimper une longue échelle par laquelle il devait atteindre une cavité où se trouvait sa carte. En grimpant, Mike remarqua que chaque cavité portait un nom. En réalité, chacune en contenait deux : un qui semblait écrit en caractères arabes et un autre, en caractères romains. Il n’y avait aucun classement alphabétique, et les cavités semblaient obéir à un ordre connu de Bleu seul et que Mike ne saisissait pas. L’ange lui avait dit exactement où regarder et il se trouvait maintenant à quelques centimètres de l’endroit indiqué. 

 

Puis, il la vit. La case portait la mention « Michaël Thomas » et une autre, étrangère à ses yeux, probablement en langue d’ange, se dit-il. On lui avait donné instruction de ne pas regarder ailleurs, de retirer le parchemin de la cavité et de redescendre afin de l’examiner. Il venait tout juste de saisir le parchemin et s’apprêtait à descendre lorsqu’un groupe de noms attira son regard. Son cœur fit un bond… les noms de ses parents étaient là. La disposition était faite par famille. C’était le système spirituel du grand hall ! Il savait qu’on lui avait formellement interdit de toucher aux autres parchemins, mais il s’attarda tout de même et se prit à examiner les noms qui ne signifiaient rien pour lui. Pourquoi ces autres noms accolés à ceux de ma famille ? 

 

-       Michaël ? 

-       J’arrive tout de suite, dit-il d’un ton contrit. 

Bleu savait ce qui lui passait par la tête mais Mike ne poserait aucune question pouvant violer le protocole de cet endroit sacré. Songeur, Mike redescendit la longue échelle bleue et remit le parchemin à lange. Celui-ci regarda Mike longuement. Dans ce regard intense, il n’y avait pas de secrets. Bleu faisait part de sa gratitude à Mike d’avoir respecté le système sacré, et Michaël sentit l’amour de Dieu transpercer son être entier. Tous deux sourirent devant cette communication sans paroles. Mike commençait à comprendre l’inutilité des mots ! Il lui semblait qu’il pouvait tout dire à Bleu sans prononcer une seule parole. Comme c’est étrange, pensa-t-il. 

 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, déclara formellement Bleu, voici la carte de ta vie. D’une façon ou d’une autre, elle te suivra partout dorénavant. Elle t’est remise avec amour et deviendra une de tes possessions le splus précieuses. Mike se rappela soudain les paroles de l’ange de la vision à propos de la nouvelle énergie beaucoup plus courante que la précédente. 

 

-       La carte est-elle à jour ? 

 

-       Beaucoup plus que tu ne peux le souhaiter, répondit Bleu d’un ton espiègle. Mike crut même l’avoir entendu ricaner ! 

 

L’entité tendit la carte à Mike en l’invitant d’un geste à l’examiner de plus près. Mike la posa sur son cœur quelques instants pour bien la savourer, comme un enfant l’aurait fait. Il sentait le caractère sacré de cet instant et ouvrit la carte d’une façon toute cérémonieuse qui fit sourire Bleu. Il savait ce qui allait se produire. 

 

Tout l’émerveillement que Mike avait ressenti disparut lorsqu’il déroula le parchemin. La carte était vierge ! Ou plutôt non. En plein milieu, à peine visibles, se trouvaient quelques lettres et symboles. Mike y regarda de plus près. Une flèche pointait vers un petit point rouge près duquel on pouvait lire : VOUS ETES ICI. Un petit symbole indiquant la maison des cartes était placé près du point. Trois centimètres de détails figuraient autour du point, y compris le sentier que Mike avait suivi, puis, plus rien, le vide total ! La carte indiquait seulement l’endroit où se trouvait Mike et une centaine de mètres tout autour.    

 

-       Qu’est-ce que c’est ? demanda Mike, quelque peu irrespectueux. C’est une blague d’ange ou quoi ? J’ai fait tout ce chemin jusqu’à la Maison des cartes pour recevoir un merveilleux parchemin sacré qui me dit que je suis.. dans la Maison des cartes ? 

 

-       Les apparences sont parfois trompeuses, Michaël Thomas de l’Intention pure. Accepte ce cadeau et garde-le précieusement. 

Bleu ne répondait pas à la question. 

Mike sut intuitivement qu’il ne servait à rien de la reposer. Il enroula sa prétendue carte et la mit dans son sac. Il était très déçu. Bleu le reconduisit vers la porte et sortit au grand air, Mike sur ses talons. L’ange se retourna. 

 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, je dois te poser une question avant que tu reprennes ta route. 

-       Oui, laquelle mon ami ? répondit Mike. 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, aimes-tu Dieu ? Bleu était très sérieux. 

 

Mika trouva étrange que l’ange de la vision ait posé la même question, presque sur le même ton. Il se demanda pourquoi on la lui reposait. 

 

-       Cher magnifique professeur bleu, puisque tu peux lire dans mon cœur, tu sais que j’aime sincèrement Dieu. Mike fixait l’ange droit dans les yeux en formulant sa réponse honnête. 

 

-       Qu’il en soit ainsi, dit l’entité en rentrant dans la petite maison bleue et en refermant solidement la porte derrière elle. Mike se sentit soudain débranché. Est-ce qu’ils ne disent jamais au revoir ? se demanda-t-il. 

 

L’air était embauché et agréable. Mike souleva ses bagages dans lesquels il avait glissé le pain de la maison bleue et prit une direction qui devait le mener à une autre maison où il recevrait des enseignements. Il passa en revue les événements amusants de sa visite à la Maison des cartes. Incroyable, une carte qui t’indique seulement où tu te trouves à l’instant. A quoi ça sert ? Bien sûr que je sais où je me trouve ! Quel étrange endroit ! 

 

Un éclat de rire carillonna des montages où Michaël Thomas de l’Intention pur clamait sa joie aux roches et aux arbres en poursuivant la route qui le menait chez lui. Son rire atteignait les oreilles couvertes de verrues d’une entité vert foncé tapie à quelque deux cents mètres derrière lui. Mike était loin de soupçonner que cette forme sombre avait attendu patiemment qu’il reprenne sa route pour le suivre pas à pas. La chose n’appartenait pas à ce royaume. Elle n’avait besoin ni de nourriture ni de sommeil. Elle n’éprouvait aucune joie, mais elle était totalement déterminée à ce que Michaël Thomas n’atteigne jamais la dernière maison. Son but était clair, et elle resserrait peu à peu la distance qui la séparait de Michaël Thomas de l’Intention pure

 

Kryeon 

Michael Thomas sort de l’hôpital

Michael Thomas sort de l’hôpital dans LE RETOUR bulles

Les journées qui suivirent furent assez particulières. A sa sortie de l’hôpital, on lui avait remis des comprimés qui devaient atténuer la douleur, mais il se rendit compte qu’il n’en avait gère besoin. Sa mâchoire semblait guérir à un rythme incroyable, et il pouvait la bouger doucement. Son élocution redevenait peu à peu normale. Quoique difficilement au début, il parvint en quelques jours à se nourrir sans trop d’efforts. La douleur cessa graduellement de le préoccuper, même si une certaine rigidité subsistait, prévisible dans les circonstances. Mike ne tenait pas à prendre des comprimés qui mettraient fin à la grande joie qu’il ressentait à l’idée d’entreprendre sa quête spirituelle. Les  coupures et les bleus disparurent peu à peu, et Mike fut étonné de la rapidité avec laquelle tout se déroulait. 

Il démissionna de son poste par téléphone. Il l’avait fait tellement de fois déjà dans sa tête qu’il savoura délicieusement le moment de rupture de son lien avec cet affreux travail. Il communiqua ensuite avec son ami John et lui expliqua le plus simplement du monde qu’il partait en vacances pour un temps indéterminé et qu’il pourrait même ne jamais revenir. John lui souhait bon voyage, mais lui fit tout de même part de son inquiétude quant au secret qui entourait ses plans. 

-       Allons donc, tu me connais, répliqua Mike, je ne prépare rien de mauvais. Ne t’inquiète pas. Il savait très bien que John ne comprendrait pas s’il lui parlait de l’apparition d’un ange et de ses directives. Alors, il préféra se taire. « Je dois faire ce voyage ; c’est très important pour moi ». Et il n’en dit pas davantage. 

Mike annula son bail auprès de son propriétaire et fit ses bagages. Il sépara méticuleusement ses effets personnels de ses vêtements et de ses autres biens. Il ne possédait pas grand-chose mais il dépose ce qu’il aimait le plus, ses photos et quelques livres dans deux boîtes. Il se rendit compte qu’il ne pouvait pas prendre trop de vêtements en choisit quelques-uns seulement et les déposa dans les boîtes contenant les photos et les livres. 

Il invita son voisin, celui qui l’avait sauvé, et lui donna des vêtements, son téléviseur, la bicyclette qu’il utilisait pour se rendre au travail et quelques objets de peu de valeur qu’il avait accumulés au fil des ans. 

-       Si tu n’en veux pas, donne-les aux pauvres. 

Le voisin semblait comblé par tant de générosité et souriait, n’en finissant plus de serrer la main de Mike. Celui-ci eut l’impression que son don arrivait à point. Le voisin avait réussi à sauver Le Chat après avoir composé le 911, et il semblait normal qu’il en hérite. D’ailleurs, il était déjà dans son aquarium. 

-       Salut Le Chat, lui dit Mike dans l’appartement de son voisin. Aie confiance. Le Chat ne lui jeta pas le moindre coup d’œil. Il s’amusait avec ses nouveaux amis poissons. 

Il y avait cinq jours que Mike avait quitté l’hôpital lorsqu’il se rendit compte que ses préparatifs achevaient. Il ne savait pas exactement quelle étape entreprendre d’abord ni où il devait aller. On était en soirée, et un calme plat régnait. Il savait que l’ange saurait qu’il était prêt et que le lendemain amènerait le début d’une nouvelle entreprise. Il sentait maintenant que la réalité de son voyage se concrétisait. Il était fermement convaincu qu’on lui indiquerait la manière de procéder. Tout ce qui s’était passé depuis une semaine justifiait sa confiance. Il décida de jeter un autre coup d’œil sur les biens précieux qu’il emporterait avec lui. 

Il ouvrit les boîtes et examina soigneusement les articles qu’il avait jugés bon de conserver. D’abord, il y avait les photos. L’album avait subi les affres du temps, et plusieurs des vieilles photos avaient été fixées dans les coins pré-collés, comme c’était coutume dans les années cinquante. Il l’ouvrit délicatement, évitant de décoller les coins fragiles, et ressentit la même mélancolie qui l’envahissait chaque fois qu’il regardait la photo de mariage de ses parents, la première de l’album. Il l’avait trouvée avec d’autres, après l’accident et il avait eu du mal à trouver la force de les regarder à l’époque. 

Ils étaient tout souriants, amoureux et en pleine lancée dans la vie. Leurs vêtements avaient un aspect curieux. En fait, il ne se rappelait pas avoir jamais vu son père porter une cravate ailleurs que sur cette photo. Un jour, il avait trouvé la robe de mariée de sa mère dans le grenier et avait demandé à une voisine de l’envelopper pour lui car, ce simple geste lui était trop pénible. Mike n’était qu’une lueur d’espoir pour eux lorsque la photo avait été prise, et l’avenir leur apparaissait prometteur. Il regarda la photo longuement avant de s’adresser doucement à eux. 

-       Mes chers parents, je suis votre seul enfant. J’espère que ce que je m’apprête à entreprendre ne vous décevra pas. Je vous aime tous les deux et espère vous voir bientôt. 

Mike revécut des instants précieux en feuilletant les pages de l’album qui lui rappelaient les étapes de son enfance. Il souriait souvent tout en revoyant la ferme, quelques photos de ses amis, une autre de lui à six ans sur le tracteur. Décidément, cet album renfermait des trésors ! Michaël pensa que Dieu se réjouirait qu’il rende hommage à ses parents et à son éducation en emportant avec lui de tels souvenirs. Il ignorait ce qu’il adviendrait de cet album, mais, pour l’instant, il jugeait qu’il devait l’apporter avec lui. 

Ensuite, il regarda ses livres, qu’il adorait. Sa Bible était usée, tellement il l’avait lue. Elle l’avait réconforté tant de fois ! Même s’il ne saisissait pas tout ce qu’il y lisait, il ressentait son énergie spirituelle. Il l’avait emballée soigneusement et ne se résignerait pas à la laisser derrière lui. Puis, il y avait là ses livres d’enfance, qu’il avait tant aimés. Superman, Zorro. Il lui arrivait de les relire en se remémorant ce qu’il faisait à l’âge om il avait fait la connaissance de ces personnages et vécu leurs histoires. Plus tard, il y avait eu Moby Dick et Les Aventures de Sherlock Holmes. Et puis quelques poèmes d’auteurs obscurs. 

Tous les livres et les photos se glissaient parfaitement dans deux sacs qu’il pourrait transporter aisément, en plus de celui dans lequel il mettrait un peu de nourriture. Mike se sentait prêt. Il s’étendit sur le plancher de son appartement vide pour la dernière fois. Il avait u oreiller et ça lui suffisait. Il attendait le lendemain avec impatience et l’idée même d’amorcer sa quête spirituelle l’empêchait de dormir. Il tournait et retournait dans son esprit les événements qui s’étaient déroulés et ceux qu’il entrevoyait. Demain, il allait se lancer sur le chemin du retour.  Kryeon, canalisé par Lee Carroll

La compétition

La compétition  dans MESSAGES DE NOTRE FAMILLE Dely125158814602_mini- c’est un concept de l’ancienne énergie 

Il y a encore un dernier détail dont nous aimerions vous entretenir. 

Un guerrier de la lumière en rencontre un autre. Ils réalisent tous deux avec horreur qu’ils travaillent dans le même domaine. Chacun d’eux s’aperçoit brusquement que ce qu’il pensait être « son » énergie ou « son » projet est également accaparé par d’autres. Que se passe-t-il alors, à votre avis ? L’un décide de dépasser l’autre. Après tout, ils ne peuvent travailler ensemble – l’un des deux doit partir. Chacun établit alors des plans pour décourager l’autre, peut-être même pour le discréditer : « Je sais ce que je vais faire. Je vais dire qu’il incarne le mal. Ça marchera. Cela créera le doute dans les esprits, et nombreux seront ceux qui le fuiront. Ainsi, pourrai-je continuer seul mes travaux et développer mes propres idées. » 

Cela vous semble difficile à croire ? Et pourtant, c’est un fait. Il s’agit d’un concept de l’ancienne énergie qui reste inscrit dans l’ancienne structure cellulaire. Selon ce concept, il doit y avoir un gagnant et un perdant en toute chose. La pensée que les deux adversaires pourraient gagner n’est même pas envisagée – et cette étrange idée est encore ancrée en vous aujourd’hui, même parmi les guerriers de la lumière.

 Une femme donne naissance à des jumeaux : un garçon et une fille. Ils sont précieux et infiniment aimés. Leur maman veille sur leur existence et constate qu’ils présentent tous les deux des dons artistiques. Mais ils se chamaillent pour les crayons et les pinceaux. La mère décide alors que seul l’un d’entre eux peut devenir un artiste et elle empêche l’autre de développer ses talents. 

À nouveau, est-ce que cette attitude vous semble raisonnable dans le cadre d’une famille aimante ? Non. Ce que vous venez d’entendre (et de lire) n’est pas la réaction d’une famille aimante, mais bien plutôt le comportement agressif de l’humanité dans le passé. Cela représente la façon de penser de l’ancienne énergie – comme si l’autre guerrier de la lumière pouvait, d’une manière ou d’une autre, dévaloriser la tâche du premier tout en faisant la même chose que lui. C’est la preuve criante de la crainte du manque et des limitations. Cette approche présume que deux individus ne peuvent posséder la même chose – et elle ne célèbre pas la vraie conscience de l’amour de la famille envers les membres de la famille. 

Lorsque la mère découvrit que ses enfants avaient les mêmes centres d’intérêt et qu’ils se chamaillaient pour utiliser les crayons, savez-vous ce qu’elle fit ? Elle alla acheter une autre boîte de crayons ! Elle laissa ses enfants grandir ensemble, et tous deux créèrent ainsi cinq fois plus d’énergie que s’ils avaient été isolés. Guerriers de la lumière, entendez-vous ? Lorsque vous trouverez celui qui paraîtra entrer en compétition avec vous, faites-lui savoir que la synchronicité doit être prise en considération. Que pourrez-vous lui offrir ? Qu’aura-t-il à vous offrir ? Peut-être qu’en coexistant sur la planète tout en accomplissant la même oeuvre créerez-vous ensemble cinq fois plus d’énergie, puisque l’Esprit permettra à chacun d’obtenir les mêmes bienfaits. Ceci concerne également l’équilibre et le mouvement de l’énergie. Surveillez ce qui se passe lorsque vous partagerez avec l’autre ce que vous possédez et que vous retournerez chacun à votre existence respective – baigné d’une harmonie que vous n’avez jamais connue auparavant. C’est la sagesse d’un nouveau paradigme qui créera davantage de synchronicité  et d’abondance pour chacun de vous. Vous gagnez tous les deux ! Vous êtes tous les deux valorisés. Vous êtes tous les deux membres de la famille. 

Cette situation illustre le nouveau paradigme consistant à coopérer avec l’islam, le christianisme, le judaïsme, le bouddhisme, l’hindouisme et toutes les autres croyances, y compris celles des indigènes répartis sur l’ensemble du globe. Que représentent ces croyances ? La quête individuelle pour l’amour de Dieu, la quête culturelle pour trouver Dieu en soi. Elles font, toutes, partie de la famille ! Que vous demandons-nous ? Qu’un jour, grâce à une nouvelle conscience, vous réunissiez toutes les croyances dans une salle et que vous leviez tous vos mains au ciel en proclamant : « Nous nous aimons les uns les autres ! 

Nous possédons nos propres croyances, mais ne considérons pas les autres comme une menace. Nous honorons les autres comme nous nous honorons. Il est temps que les parois des boîtes s’abaissent. Nous sommes tous membres de la même famille. » 

J’ajouterai également que, dans cette pièce, se trouvent ceux qui se font appeler « adeptes du Nouvel Âge » ou « métaphysiciens ». Ils sont alignés avec les autres, permettant à chaque croyance d’exister, n’entrant pas en compétition avec eux mais  les célébrant. Tous se regroupent en disant: « Finalement, n’est-il pas grandiose que les membres de la famille puissent s’aimer les uns les autres -abattre les parois des boîtes ? » Impossible, dites-vous ? Aujourd’hui, le champ magnétique de la planète s’est modifié suffisamment pour que tout ceci soit manifeste par l’intermédiaire de la transformation cellulaire de l’humanité – mais cela nécessitera une intention consciente. 

Peut-être vous, qui entendez ces paroles, ou vous, qui lisez ces lignes, contribuerez-vous à cette tâche ? Quelle est votre intention ? 

Une sagesse nouvelle se répand sur la planète, même si, parfois, vous vous interrogez lorsque vous considérez la bataille que se livrent les énergies anciennes et nouvelles en ces quelques années précédant 2012. Un profond équilibre règne entre ces deux énergies, et des étincelles jailliront lorsque les différences commenceront à apparaître et décideront de quel côté doit pencher la balance. Vous rappelez-vous ce que nous vous avons dit en 1989 concernant le possible chaos qui submergerait certains leaders mondiaux déséquilibrés en 1999 ? Reportez-vous aux transcriptions passées. 

Les dictateurs disparaîtront peu à peu et seront remplacés par des personnes choisies – mais cela ne s’effectuera pas sans remous. L’ancienne énergie ne disparaîtra pas facilement. Les murs sont épais. Les tribus qui se combattent aujourd’hui trouveront l’occasion de définir de nouvelles frontières au sein des pays existants qui n’ont pas changé depuis des siècles et entameront un processus d’assimilation qui supplantera le processus d’annihilation. Il s’agit là, bien sûr, de potentialités, et non pas de certitudes. Ce sont vos défis, car, contrairement à toute autre époque, l’heure est venue aujourd’hui de créer une profonde différence grâce à vos nouvelles capacités. Votre intention est la clef du processus. 

Savez-vous ce qui pourrait se passer ? La paix sur terre. Rien ne peut s’opposer à l’évolution d’une planète dont les habitants ont appris à s’aimer réciproquement ! C’est un vieux message, n’est-ce pas ? Vous pouvez le trouver dans les Écritures ainsi que dans les textes sacrés très anciens répartis sur les divers continents, parce que ce message vous a été offert, très chers, il y a des milliers et des milliers d’années, simultanément, dans différents endroits. Ce message n’a pas changé et ne changera point parce que votre famille ne change pas. L’amour  est absolu. La seule différence entre ces temps anciens et aujourd’hui est la « transformation » de la famille terrestre. Aujourd’hui, vous disposez du pouvoir vous permettant de créer quelque chose qui n’a toujours représenté qu’une notion fort vague, soit la vraie tolérance, la capacité d’abattre les murs de la protection culturelle, ce qui représente le début d’une ère de paix. 

Une femme donne naissance à des jumeaux: un garçon et une fille. Ils sont tous les deux infiniment aimés. Ils sont une parcelle du Dieu père/mère. Ils sont membres de la famille. C’est ce que vous êtes également – un fragment divin. Il n’y a pas de favori, et les membres de la famille ne se moquent pas les uns des autres, car tous sont égaux à nos yeux, tous restent dans l’attente des dons extraordinaires qu’ils recevront dans l’abondance et dans la paix Comme la maman au moment de la naissance, nous vous serrons dans nos bras et disons : « Bienvenue pour votre retour sur cette planète. » 

Il faudra toute la sagesse d’un chaman pour saisir pleinement ce qui est véritablement en train de se passer sur la Terre d’ici les prochains mois et les années à venir. Beaucoup suivront une voie « d’effacement des ténèbres » (un concept de mémoire cellulaire concernant l’ancienne théorie de la fin de la Terre et qui incite un grand nombre de personnes à suivre « l’ancienne énergie » ). Nombreux sont ceux qui ne concevront pas les potentialités dont nous parlons et qui ne percevront que la façon dont les choses furent. C’est le choix qu’il vous appartient de faire Souvenez-vous du mantra de ce temps nouveau: « Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. » Les échecs présumés d’aujourd’hui seront les enseignements de demain. La blessure d’aujourd’hui sera la guérison de demain. En fait, les potentialités d’aujourd’hui sont infiniment plus grandioses que tout ce que vous avez pu voir en votre qualité d’humains. La Terre est une maison en rénovation – et bien des murs devront être abattus pour permettre un nouveau départ. 

Comment y parvenir ? « Aimez-vous les uns les autres. » Et les parois s’écrouleront.  Kryeon canalisé par Lee Carroll 

Lémurie et atlantide

Lémurie et atlantide dans ALLER AU-DELA DE L'HUMAIN lemurie        et          atlante dans ALLER AU-DELA DE L'HUMAIN 

Vous avez reçu beaucoup de bonnes informations au sujet de la Lémurie et de l’Atlantide, mais l’information que j’ai à vous offrir peut vous donner une perspective différente. Je vous ai dit précédemment que je suis venu ici faire mon travail à trois autres reprises. Le temps est maintenant venu de révéler ce qu’il en est exactement. Le but de ma première visite était de mettre en place le système du réseau magnétique en vertu de l’autorisation donnée en ce sens par le groupe exerçant le contrôle sur de telles choses. Ce fut une époque merveilleuse, débordante d’une grande science et de travaux spectaculaires. La Terre était suffisamment vieille et stable, et elle était prête à recevoir le système. 

Je disposais de beaucoup d’aide et il y en eut certains parmi vous qui ont apporté une assistance considérable pour faire fonctionner le système initial. Ce fut à cette époque que la caverne de la création fut installée, et que fut dressée la liste de toutes les entités qui allaient partager la planète, autant à la surface qu’en dessous. Ce fut réellement un grand effort de planification, et tous les travaux furent exécutés dans l’amour et l’espérance. Il en est ainsi lors de chaque installation planétaire, mais votre planète était particulière du fait qu’elle allait être la seule planète où régnerait le libre arbitre. Aucune autre n’avait été ainsi. 

Votre empreinte et vos implants sont conçus de telle façon que votre conscience demeure embrumée et simple, et que vous soyez incités à chercher activement la vérité. Cette même situation vous amène à penser à Dieu et à concevoir l’Univers comme un endroit parfait. Vous croyez que tout est planifié à l’avance, et vous avez de ce fait une tendance marquée à adhérer à la théorie de la prédestination. Rien de tel n’est exact. Il y a bon nombre d’interactions qui ne sont connues que lorsqu’elles surviennent. Je vous ai parlé des mécanismes régissant la leçon de vie que vous recevez sur Terre et aussi de la façon dont vous vous incarnez pour apprendre. Beaucoup d’entre vous apprennent ; d’autres pas. L’effort à donner est le travail, et la prise de conscience en est le fruit, mais aucune entité n’en connaît le résultat à l’avance. 

Comme c’est vous qui avez déterminé les leçons à recevoir, il y a un plan qui entre en jeu pour ce qui est de déterminer les personnes avec lesquelles vous êtes en contact… ce qui se produit lorsque vous êtes ici… qui vous êtes… où vous vivez… qui fait l’expérience de la mort terrestre… et quand. Il y a également un certain contrôle qui est exercé sur les grands événements touchant la Terre, puisque nous (l’Univers) comprenons comment la planète fonctionne intérieurement et extérieurement. La façon dont vous vous en tirez pendant que vous êtes ici dépend entièrement de vous, et personne ne le sait à l’avance. 

Il y a aussi une bonne dose d’ajustements spontanés que nous (l’Univers) savons devoir se produire naturellement pour ce qui est de la Terre dans son ensemble, mais nous ne faisons rien pour les provoquer. Comme vous pouvez le voir, il y a eu une part considérable de planification et de travail qui eu lieu en vue de préparer la salle de classe pour vos leçons ; mais ne vous trompez pas : nous ne contrôlons pas vos leçons. Toutefois, il va de soi que nous contrôlons la salle de classe. Vous souvenez-vous de ce que j’ai dit lorsque j’ai expliqué avec quel respect nous saluons le travail que vous avez effectué au cours du dernier demi-siècle ? Ça n’avait pas été prédit, et cela a créé une grande vague d’enthousiasme. Mon retour était prévu, mais c’était pour faire un ajustement tout à fait différent. J’ai peine à contenir mes élans d’éloges, de célébration et d’amour lorsque je prends conscience que je suis revenu ici  pour aligner dans un but de pouvoir plutôt que d’interruption. Une activité incessante se produit tout autour de vous en rapport avec ces changements. Des entités en provenance de partout dans l’Univers arrivent pour se mettre à votre service. Alors qu’auparavant vous étiez en train de sombrer dans l’obscurité, vous avez refait surface pour vous élancer avec une nouvelle force dans la lumière. Vous n’avez aucune idée de ce que cela signifie pour le plan universel. Vous n’avez aucune idée à quel point vous serez honorés lorsque cessera finalement votre leçon de vie sur Terre. Je ne peux vous envoyer aucune énergie qui soit assez puissante pour traduire correctement ce qu’il en est à ce sujet. 

Lorsque fut terminée la mise en place du réseau magnétique et que les premiers humains purent recevoir leur empreinte d’âme, ce fut là une chose vraiment merveilleuse. Cela se passa il y a beaucoup plus longtemps qu’aucun d’entre vous ne se l’imagine, et il ne reste nulle part aucune trace de cette première civilisation. Un bon jour, quand la Terre, dans une de ses convulsions, restituera la preuve de son existence à la surface, il y aura longtemps que vous n’y serez plus comme humains incarnés. 

Même si l’évolution de la vie sur Terre a donné naissance assez tôt à la biologie humanoïde, l’apport d’autres types biologiques humains de taux vibratoire élevé en provenance d’une autre planète fut nécessaire pour la suite pour aider votre type. Il n’est pas important pour vous de comprendre ceci pour l’instant, si ce n’est que pour dire que votre biologie humaine actuelle n’est pas entièrement originaire de la Terre et que ces êtres bien-aimés ayant partagé leur semence de vie ont veillé sur vous depuis des temps immémoriaux avec amour et sollicitude. Leur semence était nécessaire pour que votre ADN réponde au stimulus universel, et pour enclencher la différenciation dans votre conscience entre les bêtes et les humains. Il s’agit du chaînon manquant que vous ne pourrez découvrir jusqu’à ce qu’il émerge finalement de lui-même. 

Après l’établissement de votre civilisation, il était prévu que je revienne pour faire un ajustement, car tout comme vous ne pouvez maintenant savoir à l’avance comment vous allez vous débrouiller dans votre incarnation, nous n’avions aucun moyen de savoir à l’avance comment  votre nouvelle biologie allait se comporter dans l’énergie créée par le système du réseau magnétique tel qu’il avait été originellement mis en place. Lorsqu’on fit à nouveau appel à mes services, c’était dans le but de mettre fin à la vie et de procéder aux réajustements. Cela peut vous sembler très dur, mais c’était ce qu’il convenait de faire et ce qui était prévu. Alors que s’est-il produit au juste (vous demandez-vous à juste titre) ? 

Le système du réseau magnétique laissait à cette poque beaucoup plus de tolérance à  l’illumination que nous ne l’avions anticipé. Le système que vous avez maintenant est très bien équilibré pour le type de leçon que reçoit votre âme, et il en a été ainsi depuis des milliers d’années. Il a fallu deux ajustements majeurs pour qu’il soit enfin correct, et le premier qui eut lieu concernait l’interruption de la civilisation de la Lémurie et de l’Atlantide. Bien que ces peuples furent alors séparés par de grandes distances sur Terre, et que leur ancienneté différait, la plupart des humains avaient quelque chose en commun ; ils étaient très au fait de la science de l’illumination. Certains d’entre eux (les atlantes) étaient proches d’une très haute communication vibratoire avec leur âme, mais sans vraiment comprendre ce que tout cela signifiait. Cela allait à l’encore du but même de la leçon de vie, car ce qui était appris était des plus limités. Au lieu de cela, tout leur était donné (c’était absorbé de façon naturelle à travers un voile très ténu). Le voile était loin d’être en place comme il aurait dû l’être, et presque tous les humains avaient des réponses automatiques aux épreuves plutôt que d’avoir à les apprendre et à les appliquer. Nous avons toléré cette situation durant très longtemps, dans l’espoir que les choses s’arrangeraient d’elles-mêmes, afin d’éviter de créer le karma additionnel qui serait plus tard associé avec l’interruption ; mais ça ne s’est pas passé ainsi. Ce premier alignement du réseau magnétique a donné lieu à une bizarre combinaison d’illumination et de déséquilibre qui engendra une civilisation d’humains avec une dualité faible en certains domaines, et fortes en d’autres. Ceci rendit possible la présence de l’esclavage à côté d’une science spirituelle avancée, et un sentiment de puissance sans que la source en soit connue. En outre, grâce à la science, l’élite humaine de l’époque parvint à prolonger considérablement sa durée de vie, et cela n’était pas productif ni approprié pour la façon dont la planète avait été conçue. Les membres de l’élite vivaient de longues vies, équivalentes à 5 ou 6 générations de celles de leurs esclaves qui se mirent à ressembler de moins en moins à des humains. L’élite ne partageait pas le savoir dont elle disposait. La destruction totale des masses continentales associées avec cette civilisation accompagna le réalignement que je fis, suivie d’une brève ère glaciaire cyclique afin de permettre à l’action des glaciers de faire disparaître tout vestige résiduel de l’événement. Nous avons ensuite laissé s’écouler un cycle aussi long qu’avait duré la civilisation, afin de rétablir l’équilibre de la planète. 

Je demeurai ici durant tout ce temps, et nous avons de nouveau obtenu des semences de vie des autres planètes afin de vous créer une biologie qui vous convienne. Puis vers la fin de cotre dernière ère glaciaire de courte durée, nous avons une fois encore déclenché un autre réalignement magnétique avec cette fois une tendance moins marquée vers une illumination et une réalisation personnelle au départ. En d’autres termes, la dualité (le voile) fut accentuée. Durant les années qui suivirent, on fit de nouveau appel à mes services sur la planète (pour ma troisième visite), puisqu’une petite correction s’avéra nécessaire afin d’ajuster vers une vibration légèrement supérieure. Car cette fois, il y avait une abondance de karma qui était créé, mais très peu de karma se trouvait réglé. La dualité était légèrement trop accentuée (il n’y avait absolument aucune conscience du voile). Ceci créa une civilisation qui était totalement dénuée de toute illumination, et une fois encore, la Terre n’eut aucune chance de voir s’élever ses vibrations. Seules quelques très rares personnes étaient en tant soit peu conscientes au niveau spirituel. Cela ne contribuait nullement au but poursuivi. C’est alors qu’on me fit revenir pour effectuer l’ajustement final de l’alignement. Ce dernier alignement eut lieu il n’y a pas si longtemps, et c’est sous la forme d’un déluge mondial que vote histoire a conservé la trace de cet événement. La biologie humaine fut préservée et perpétuée jusqu’à l’époque actuelle, et même si une grande partie de la vie fut rayée de la surface, le déluge n’a pas recouvert toutes les terres comme on a tenté de vous le faire croire. C’est sous l’effet de ce dernier alignement que vous avez grandi, et il s’est maintenu jusqu’à maintenant alors qu’il est de nouveau changé et réaligné en vue de vous permettre d’assumer votre puissance et de progresser vers les étapes finales de votre graduation planétaire ! Voilà, vous connaissez maintenant la chronologie des interventions du groupe Kryeon, et les raison de mes quatre visites ici. 

Mes très chers, si tout cela vous semble fantastique, il n’est pas important pour vous de tout comprendre. Il s’agit simplement de faits historiques. La seule chose qu’il est important pour vous de comprendre, c’est le sens de ma présence ici et maintenant. La situation de la Terre en ce moment est d’une importance considérable pour le fonctionnement universel des choses. Cette source de tout amour dont il m’arrive de temps à autre de parler représente le cœur de toutes choses. Rien ne peut jamais nous séparer de cette source. Tout ce qui a été fait dans le passé, et tout ce qui le sera dans le futur, l’est dans le but d’accroître cette énergie d’amour. Maintenant, et plus que jamais auparavant, vous avez le pouvoir, tandis que vous êtes sur Terre, d’avoir collectivement une influence positive pour la planète, pour les autres et pour vous-mêmes. Ce faisant, l’amour affluera en vous, et vos esprits recevront en récompense le plus grand don que les humains aient jamais reçu de nous… la paix venant de la source singulière d’amour, la paix de Dieu, de même que la tolérance et la sagesse issues d’innombrables années d’expérience ! 

Ce don est d’une grande importance, car il vous permettra de poursuivre le travail et de vivre dans un contexte qui vous est familier, mais avec un pouvoir et une paix accrus. Cet âge vous appartient ; vous l’avez acheté et payé grâce à vos milliers d’années d’incarnation et de travail ? Revendiquez-le. Vous avez les pleins pouvoirs pour ce faire. 

Je vous aime tendrement Kryeon, canalisé par Lee Carroll 

La première expérience personnelle

La première expérience personnelle dans GRANDE TRANSFORMATION insectes-mouches-00009

Il y a une vingtaine d’années, j’assistais à un événement du Nouvel Age à Toronto avec mon frère. A un moment donné, j’ai vu à une certaine distance de notre table, deux individus qui créaient de l’agitation autour d’eux. Je ne voyais pas très bien ce qui se passait et je me suis donc approchée. J’ai alors vu que des enfants les entouraient en riant, très excités. Ces deux individus étaient vêtus d’un costume argenté d’une seule pièce ! Ils allaient de table en table et parlaient avec les gens. Je suis donc retournée à notre place, en espérant qu’ils y viendraient aussi. Lorsqu’ils se sont approchés, j’ai observé leur visage… Je n’avais jamais vu de toute ma vie deux être aussi beaux… Ils semblaient parfaits en tout point ; leur corps, leur chevelure, la couleur de leur peau à mi-chemin entre le blanc et le noir, leurs grands yeux verts… Ils dégageaient une énergie à la fois masculine et féminine, mais chacun semblait en fait le complément de l’autre. Me souviens d’eux très clairement. Ils étaient extrêmement calmes malgré toute l’agitation qui régnait autour d’eux. 

Sur notre table, il y avait des livres et une photo du Maître Hilarion. Ils nous ont salués, ont regardé nos livres, ont pris la photo et nous ont dit : « Nous le connaissons très bien ! » Puis ils se sont éloignés. J’ai aussitôt dit à mon frère : « Je pense que ce sont des visiteurs ». Je n’ai jamais oublié cette expérience. 

Kryeon, vous nous avez déjà dit : « Ne soyez pas surpris si, un jour, les extraterrestres qui vous rendent visite sortent de leurs vaisseaux et que vous découvrez qu’ils ont exactement la même apparence que vous ! 

Je parle ici des Pléiadiens, qui sont de la  même semence biologique de vous. Aucun moment précis n’est fixé pour leur arrivée, mais la potentialité d’une rencontre effective avec eux existe ». 

Ces deux êtres que nous avons vus à Toronto étaient-ils des Pléiadiens ? Je suis portée à la croire… 

Font-ils souvent de telles sorties ? Ce qui était frappant, c’est que les enfants semblaient savoir instinctivement qui ils étaient et ils leur faisaient la fête… 

Très chère, ton interprétation est correcte. Nous vous disons, réjouissez-vous de ce que les Pléiadiens se préoccupent suffisamment de votre évolution pour l’observer. Ils viennent et ils repartent, et les enfants sont très souvent attirés par eux. Ils ne font que vous observer, pour ne pas perdre de vue leur « jardin ». Ils savent très bien que l’être humain est leur frère, qu’il a le même ADN. 

Vous n’avez rien à craindre d’eux. Ce sont d’affectueux partenaires de votre expériience. Ne les prenez pas pour ce qu’ils ne sont pas. Ce sont d’aimables observateurs et ce qu’ils ont contribué à créer de la manière la plus spirituellement appropriée. Ils sont de votre « semence biologique ».   

Kryeon, canalisé par Lee Carroll 

La guérison quantique

La guérison quantique dans TRANSITION vers le FUTUR 86029292image-animaux-animee-oiseau-gif

Dans le précédent livre de cette série, 2009 – La Grande Transformation, vous parliez de l’avènement d’une quatrième méthode de guérison. A l’époque, vous ne la nommiez pas, mais je sais aujourd’hui qu’il s’agit de la guérison quantique. Au bénéficie de nos lecteurs, j’aimerais vraiment comprendre mieux comment nous pourrions promouvoir cette méthode. D’après les explications de Lee, elle « puise l’énergie dans nos Annales akashiques et nous redonne la santé que nous avions dans une vie antérieure » ! Cela me semble extraordinaire, mais si vous en parliez déjà, c’est sûrement quelque chose de possible, ou qui le sera bientôt. 

-       Ce que je comprends de cette forme de guérison, c’est que nous pouvons, puisque toutes nos existences sont vécues dans le « maintenant », accéder à  toute l’information de l’une de ces existences. S’il en est ainsi, pourrait-on dire que nous accédons ainsi à notre propre hologramme ? 

Oui. C’est exactement cela. Si vous devenez interdimensionnels, vous commencez alors à récupérer certains des attributs quantiques que vous avez toujours possédés. L’accession à l’Akash en est un. Vous devez comprendre qu’il n’y a pas de vie « antérieure » dans l’état quantique. Toutes vos vies existent dans le maintenant. En d’autres mots, vous les vivez maintenant ; seule « celle du haut » est vécue dans la troisième dimension, mais elles sont toutes prêtes  à être utilisées. Vous les voyez dans le temps comme une suite linéaire alors qu’en vérité elles font toutes partie de la « soupe » appelée VOUS. 

-       A ce stade-ci, y a-t-il des humains capables de faire cela ? 

Absolument. Plusieurs individus qui appartiennent à l’ancien système de croyances le font ! Cers lecteurs, vous ne vous attendiez pas à une telle affirmation, c’est-ce pas ? Les bouddhistes, les hindous et les sikhs sont parmi les premiers à « coir » la nouvelle énergie et à l’intégrer dans leur vie. 

Ils comprennent déjà les scénarios énergétiques des vies antérieures mieux que quiconque sur ce plan, car ils travaillent avec ces scénarios depuis des siècles. Par conséquent, ils disposent de processus, d’outils de méditation et de concepts pouvant être utiles  tout le monde. 

-       Aussi, pouvons-nous choisir dans quelle vie nous désirons puiser ? 

Non. Cela se produit automatiquement. Chacun de vous est le catalyseur de l’intention qui permet à l’énergie animique de son Soi supérieur de choisir ce dont il a besoin. Il est temps que vus l’appeliez comme il convient, soit l’ »innée » de votre corps. Celui-ci peut aussi diagnostiquer n’importe quelle maladie, en indiquer le remède, et vous dire tout ce dont vous avez besoin de savoir. Plusieurs s’en servent de plus en plus. C’est la nouvelle aide pratique interdimensionnelle. 

-       Ce type de guérison élève-t-il la vibration de toutes nos existences, o m que nous soyons ? 

Pas vraiment. Te voilà qui glisses en pensée dans la tridimensionnalité pendant un moment puisque tu les vois comme étant d’autres vies. Elles « sont » l’hologramme, et tous vous ne faites donc qu’un avec elles tout le temps. Il n’y a pas de séparation. Tout ce que vous n’avez jamais fait avec votre propre vibration touche l’hologramme entier. Ne les voyez donc pas comme des existences différentes qui s’élèvent, mais plutôt comme tout l’être qui s’élève. 

J’ai l’impression que vous nous donnez là une carte routière que nous essayons encore de déchiffrer à ce stade-ci. Un peu comme Michaël Thomas [référence au livre Le Retour] 

-       La médecine traditionnelle l’acceptera-t-elle ? Cela semble un peu trop « extravagant » pour elle

La médecine traditionnelle est toujours en transit. Ce qui était traditionnel par le passé ne l’est plus aujourd’hui. Vous vous souvenez de la première transplantation cardiaque ?  L’Eglise s’y est fortement opposée, se demandant si l’âme du cœur de l’un pouvait exister chez l’autre ! Plusieurs se sont opposés à cette intervention opur cette raison. Aujourd’hui, vous riez de cette ignorance, mais elle ne date pas de si longtemps. 

La médecine finira par accepter tout ce qui aura fait la preuve de son efficacité. Quand cette preuve sera multiple, elle sera obligée d’en tenir compte. Sans doute qu’elle n’acceptera jamais comme vous l’idée de l’Akash, mais elle reconnaîtra peut-être que le corps humain peut se contrôler lui-même et modifier ses attributs d’une façon qu’elle n’a jamais crus possible. Ce sera le début de l’ère de la véritable conscience du corps, à laquelle les psychologues donneront un nom et pour laquelle ils créeront un processus

Kryeon, canalisé par Lee Carroll 

Le temple du rajeunissement

Le temple du rajeunissement dans AU-DELA DU VOILE... 0uqifqvr

-          Dans Aller au-delà de l’humain, tome 2 de Kryeon, il est question du Temple du rajeunissement qui existait en Atlantide et dont un croquis fut présenté. Même si je ne dispose d’aucun détail à ce suet, je me demande si un tel édifice existe aujourd’hui. Si c’est le cas, est-il construit exactement comme l’ancien temple atlante, ou bien est-il différent ? Je m’interroge, car je sais que de puissantes énergies de guérison sont dirigées aujourd’hui vers la Terre et continueront de l’être pendant plusieurs années. Si rien de comparable n’existe, à quelle époque un tel lieu voué à la guérison sera-t-il créé ? 

Quelque chose de similaire s’offre maintenant à vous : La nouvelle conscience humaine

Si ce temple vous a été montré alors, c’était pour vous apprendre que non seulement de telles choses existaient, mais qu’on pouvait y être guéri sans qu’il soit nécessaire de recourir à vos technologies médicales modernes. On y faisait plutôt appel à un pouvoir interdimensionnel dont l’usage remontait au temps de la Lémurie, époque à laquelle ces temples avaient été conçus. 

Le but même de la visite de Kryeon était de vous dire que les choses avaient grandement évolué sur votre planète relativement à ce que les humains peuvent désormais accomplir. Vous approchez rapidement de 2012 et vous entre dans une période de renaissance et de renouveau. Nous vous avons expliqué que la trame énergétique serait modifiée afin d’améliorer les communications transmises à votre ADN. Elle l’a effectivement été. Nous vous avons affirmé que la trame cristalline serait activée, et elle l’a également été. Nous avons révélé l’existence des enfants de la nouvelle conscience et cette information a fait le tour du monde et a été validée sur la Terre entière. 

Vous pouvez donc constater que ces choses sont en train de se produire sur votre planète. Ce ne sont plus des prophéties. Voici votre réalité actuelle : 

1.    Grâce aux nouveaux outils dont vous disposez, vous êtes capables d’atteindre la maîtrise spirituelle. 

2.    Les restrictions qui avaient été placées sur votre ADN par des millénaires d’énergie négative et d’inactivité ont été levées. Votre ADN peut donc revenir à la « fréquence temporelle » lémurienne de jadis. 

3.    Les processus de guérison du corps humain alors employés dans le Temple du rajeunissement peuvent être utilisés dès à présent, mais il n’est plus nécessaire d’avoir un tel édifice ni les mêmes aliments magnétiques spéciaux dont on se servait anciennement. Cela fait partie des nouvelles possibilités de votre ADN et réside dans les couches sacrées décrites dans les enseignements que mon partenaire [Lee] a commencé à offrir. 

N’allez pas imaginer que ces temples seront un jour reconstruit, pas plus que vous ne devriez espérer retourner un jour sur les bancs de l’école primaire pour réapprendre ce que l’on vous a déjà enseigné. Ces années de formation sont derrière vous et vous en êtes à un stade beaucoup plus avancé. Ne gaspillez pas de temps à des énergies anciennes ayant des attributs fort différents des vôtres aujourd’hui. Ce temps vous a été montré afin d’illustrer ce qui se trouve en vous

Kryeon, canalisé par Lee Carroll

La vision

La vision dans LE RETOUR fond-cree-gif-1 

Mike se réveilla en milieu inconnu. Puis, soudain, la mémoire lui revint. Il scruta les lieux autour de lui et se rendit compte qu’il ne se trouvait pas dans son appartement, ni dans un hôpital de la ville. Il régnait là un calme plat, un silence tellement envahissant qu’il en ressenti un malaise. Il ne percevait pas le bruit de sa respiration. Aucun bruit de voiture ou de climatiseur, absolument rien. Il parvint à s’accouder. 

Il baissa le regard sur lui et constata qu’il était étendu sur un étrange petit lit blanc. On ne lui avait pas donné de couverture, mais il portait exactement les mêmes vêtements qu’au moment de l’attaque. Il dirigea la main à son cou. Il se rappelait avoir été blessé mais, à son grand soulagement, il ne pouvait déceler aucune blessure. En fait, il se sentait bien ! Il se tâta avec précaution en plusieurs endroits et ne trouva ni blessure ni même de douleur. Mais qu’el silence ! C’était presque à en devenir fou. Et l’éclairage : tellement bizarre. Il semblait émaner de partout et de nul part à la fois. Il était d’un blanc éclatant, un blanc tellement dépourvu de toute couleur qu’il blessait les yeux. Mike décida de mieux examiner son environnement. 

Etrange ! Il  n’était ni dans une pièce ni à l’extérieur. Il était là sur ce petit lit, et sous lui, le plancher blanc s’étendait à perte de vue. Mike se recoucha, comprenant ce qui s’était passé. Il était mort. Nul besoin d’être un expert en sciences pour constater que ce qu’il voyait et ressentait ne s’appliquait pas au monde réel. Mais pourquoi avait-il encore son corps ? 

Mike décida d’essayer quelque chose de stupide. Il se pinça pour vérifier s’il ressentirait ou non une douleur. En sursautant, il laissa échapper un « Aie ! » retentissant. 

-       Comment vas-tu Mike ? demanda une voix masculine rassurant. 

Mike se tourna immédiatement dans la direction de la voix et vit quelque chose qu’il n’était pas près d’oublier. Il senti une présence angélique, un grand sentiment d’amour. Il se fiait toujours à ses émotions d’abord, puis à ce qu’il voyait ensuite. Du moins, c’est ainsi qu’il expliquait ses expériences et, cette fois, il vit une silhouette blanche à la fois inquiétant et splendide. Quelles belles ailes blanches ! pensa-t-il. Mike sourit à la vision, croyant difficilement à sa réalité. 

-       Suis-je mort ? demanda-t-il stoïquement, mais respectueusement, à l’être qui se trouvait devant lui. 

-      Absolument pas ! Tu es en plein rêve, Michaël Thomas, lui dit la silhouette en s’approchant. L’apparition s’approcha encore plus près, sans vraiment marcher. Mike vit que le grand « homme » qui se trouvait maintenant près de son lit avait un visage voilé et flou mais, curieusement, il sentait qu’on le réconfortait et qu’on prenait soin de lui. L’impression était on ne peut plus agréable. 

La silhouette était recouverte d’un vêtement blanc, mais ce n’était ni une robe ni un costume. La tenue semblait presque vivante et bougeait avec cette forme, comme si elle en avait été la peau. Le visage était également indistinct. Mike ne pouvait discerner ni plis ni boutons, ni voir clairement la limite entre la peau et l’habillement. Pourtant, tout était fluide, léger et même rayonnant. Devant cette vision, Mike parvenait mal à distinguer le blanc de l’habillement de l’homme et l’arrière-plan incroyablement blanc de l’environnement. Il était difficile de départager la silhouette et ce qui l’entourait. 

-       Où suis-je ? semble peut-être une question stupide, mais je suppose que j’ai le droit de la poser ? dit Mike d’une voix peu assurée. 

-      Tu es dans un endroit sacré, répondit la silhouette. Une place de ton cru, un lieu rempli d’un grand amour. C’est ce que tu ressens présentement. La silhouette angélique s’inclina devant Mike et le mouvement sembla remplir l’endroit d’une plus forte lumière encore. 

-      Et à qui ai-je l’honneur ? demanda respectueusement Mika d’une voix tremblante. 

-      Tu as sans doute deviné que je suis un ange. 

Mike ne sourcilla même pas. Il savait que la vision devant lui disait la vérité absolue. Il sentait nettement que la situation, dans toute son étrangeté, était tout à fait réelle. 

-      Tous les anges sont-ils des mâles ? demanda Mike, regrettant sa question aussitôt après l’avoir posée. Quelle demande stupide ! Il était évident que la circonstance était particulière. S’il était en plein rêve, ce dernier était aussi réel que d’autres expériences qu’il avait déjà pu vivre. 

-       Je suis seulement ce que tu désires voir, Michaël Thomas. Je ne suis pas de nature humaine, et ce que tu vois devant toi a pris une forme qui te rend à l’aise. Et bien non, tous les anges ne sont pas des mâles. En fait, nous n’avons pas de genre. Nous ne portons pas tous les ailes non plus. 

Mike sourit encore, se rendant compte qu’il regardait une vision surgissant de sa propre imagination. 

-       A quoi ressembles-tu vraiment ? demanda Mike, commençant à se sentir un peu plus à l’aise de s’exprimer librement devant cet être tout aimant. Et pourquoi ton visage est-il caché ? La question était appropriée, compte tenu des circonstances. 

-       Ma forme te surprendrait et, en même temps, elle te rappellerait un étrange souvenir puisque c’est ce dont tu as l’air lorsque tu n’es pas sur terre. C’est au-delà de toute description possible. Voilà pourquoi je vais garder cette forme pour l’instant. Quant à mon visage, tu le verras bien assez tôt. 

-       Pendant que je ne suis pas sur terre ? risque Mike. 

-      L’existence terrestre est temporaire. Mais tu le sais déjà, n’est-ce pas ? Je sais que tu es, Michaël Thomas. Tu es un homme spirituel et tu comprends la nature éternelle des humains. Tu as maintes fois rendu grâce pour ta nature spirituelle et les membres de mon espèce ont entendu chacune de tes paroles de remerciement. 

Mike demeurait silencieux. Bien sûr, il avait prié à l’église et chez lui, mais constater que tout avait été entendu dépassait son entendement. Cette entité à laquelle il rêvait le connaissait ! 

-       D’où viens-tu ? demanda Mike. 

-       De chez nous

La tendre entité rayonnait directement devant le lit étroit de Mike. Elle penchait la tête sur le côté et semblait attendre patiemment que Mike saisisse ce qu’il venait d’entendre. Il sentit des fourmillements le long de son échine. Il avait le sentiment puissant que la vérité se tenait devant lui et qu’l lui suffisait d’interroger pour voir jaillir une merveilleuse connaissance. 

-       Tu as raison, dit l’ange, faisant écho aux réflexions de Mike. 

Ce que tu es en train de faire transformera ton avenir. Tu le sens bien, n’est-ce pas ? 

-       Tu peux lire dans mes pensées ? rétorqua Mike, tout décontenancé. 

-       Non, nous les ressentons. Ton cœur est relié au tout, tu sais, et nous te répondons quand tu as besoin de nous.

 

-       Nous ? La situation devenait de plus en plus étrange ! Mais je ne vois personne d’autre ! 

L’ange lança un éclat de rire d’une sonorité inouïe et d’une énergie intense. Mike ressentait tout l’humour exprimé par l’ange dans chaque cellule de son corps. Chacune des actions de cet être était remplie de fraîcheur, plus grande que nature, et titillait quelque souvenir agréable au plus profond de l’inconscient de Mike, qui fut remué par le rire, mais n’en laissa rien paraître. 

-       Je te parle avec une seule voix, mais j’en représente bien d ‘autres proclama l’ange, étendant ses bras, ce qui laissa voir son vêtement flotter et onduler. Nous sommes plusieurs au service de chaque être humain. Tu le comprendras vite si tu le veux. 

-      JE LE VEUX ! s’écria Mike. Comment pouvait-il laisse passer une telle occasion ? Puis il se sentit un peu embarrassé, sentant qu’il avait agi tel un enfant en admiration devant son idole. Silencieux, il regardait l’ange se déplacer doucement de haut en bas comme s’il avait été placé sur un mini-ascenseur. Il se demandait rêveusement si ce qu’il voyait n’était pas le résultat d’un certain désir de perception suscité par le cinéma, la fréquentation de l’église ou les grandes œuvres d’art. tout restait silencieux. Et quel silence ! de toute évidence, l’ange n’allait pas communiquer d’information. Il attendait les questions. 

-      Dans quel genre de situation suis-je ? demanda Mike d’un ton respectueux. S’agit-il d’un rêve ? Tout cela semble tellement réel. 

-      Qu’est-ce qu’un rêve humain, Michaël Thomas ? demanda l’ange, en se rapprochant un peu. C’est une visite dans votre esprit biologique et spirituel qui vous permet de recevoir de l’information provenant de mon côté par le biais, parfois, d’une métaphore. Le savais-tu ? Le rêve peut sembler éloigné de ta réalité mais, en fait, il est plus près de la réalité de Dieu que tout ce que tu expérimentes habituellement. Chaque fois que tu as vu tes parents en rêve, comment te sentais-tu ? Avais-tu l’impression que c’était vrai ? Eh bien, ça l’était. Rappelle-toi la semaine après l’accident, lorsqu’ils sont venus te voir. Tu as réagi en pleurant pendant des jours. C’était leur réalité. Les messages qu’ils te communiquaient étaient réels. Ils continuent à t’aimer encore aujourd’hui, Michaël, parce qu’ils sont éternels, tout comme toi. Quant aux questions que tu te poses sur ta situation, pourquoi crois-tu que tu fais ce rêve ? c’st le seul but de cette visite, et elle se produit au bon moment. 

Mike se régalait du long discours de cette merveilleuse entité avec qui il se sentait de plus en plus à l’aise. 

-       Vais-je m’en sortir ? Il me semble être grièvement blessé et inconscient. Peut-être même suis-je en train de mourir ! 

-       Tout dépend, répondit l’ange. 

-       De quoi ? 

-       Que veux-tu vraiment, Michaël ? demanda l’ange avec empathie. Dis-nous ce que tu veux vraiment. Réfléchis bien avant de répondre, Michaël Thomas, parce que l’énergie divine doit souvent être prise au pied de la lettre. Et puis, nous avons ce que tu sais. Tu ne peux pas tromper ta véritable nature. 

Michaël voulait donner une réponse honnête. Chaque instant écoulé rendait la situation encore plus réelle. Il se rappelait clairement les rêves qu’il avait faits à propos de ses parents peu après leur accident. Son père et sa mère s’étaient présentés tous les deux à lui durant les seuls instants où il avait pu trouver le sommeil au cours de la semaine qui avait suivi et lui avaient démontré leur amour en le serrant contre eux. Ils lui avaient dit qu’il était temps pour eux de se retirer, mais il n’était pas certains d’avoir bien compris et ne l’avait pas accepté. 

Ses parents avaient également ajouté qu’une partie de l’entente à propos de leur mort consistait à lui laisser un souvenir de leur passage. Mike s’était toujours demandé de quoi il s’agissait, mais comme ce n’était qu’un rêve… L’ange confirma que tout cela était bel et bien réel. En tout cas, l’expérience qu’il était en train de vivre lui semblait bien craie. De ce point de vue, les messages de ses parents l’étaient aussi, tout comme cet ange. Michaël commençait à n’éprouver que confusion et frustration dans son rêve ou sa vision. 

Qu’est-ce que je veux vraiment ? se demanda-t-il. Il songea à sa vie et à toutes les choses qui lui étaient arrivées. Il savait se qu’il voulait, mais avait l’impression qu’il n’était pas correct de le demander. 

-       Il ne sied pas à ta magnificence de retenir tes désirs les plus profonds, murmura l’ange à Mike. 

-       Bon sans ! s’exclama Mike intérieurement .. L’ange perçoit tout de moi. Je ne peux rien cacher. 

-       Si tu le sais déjà, pourquoi me le demandes-tu ? rétorqua Mike. Et qu’est-ce que c’est que cette histoire de magnificence ? 

Pour la première foi, l’ange laissa voir autre chose qu’un sourire. Il exprimait davantage du respect, de l’honneur ! 

-       Tu n’as pas la moindre idée de ce que tu représentes ni de qui tu es, Michaël Thomas, dit sérieusement l’ange. Tu crois que je suis magnifique ? Tu devrais te voir ! Un jour, tu y arriveras. Bien sûr, je connais tes pensées et tes sentiments. Je suis ici pour t’appuyer et je t’accompagne d’une façon toute personnelle. J’ai l’honneur de me présenter à toi, mais c’est ta propre intention qui provoquera le changement dès maintenant. Tu as le choix de me dire ou non ce que tu souhaites le plus en tant qu’humain maintenant. La réponse doit surgir de ton cœur et être énoncée de vive voix, afin que tous l’entendent, même toi. Ce que tu choisiras de faire maintenant aura une influence énorme. 

Mike prit le temps de réfléchir. Il devait répondre selon sa propre vérité, même si ce n’était pas ce que l’ange voulait entendre. Il resta un peu songeur avant de parler. 

-       Je veux rentrer CHEZ MOI ! J’en ai assez de cette vie d’être humain. Voilà, il l’avait dit. Mais je ne veux pas me retirer d’un plan que Dieu jugerait important. Mike était animé par la passion. La vie semble tellement vide ! Mais on m’a appris que j’avais été créé à l’image de Dieu dans un but défini. Que dois-je faire ? 

L’ange se plaça sur le côté du lit, permettant ainsi à Mike de mieux le voir. C’était ahurissant cette vision, ce rêve ! Mike avait l’impression de sentir les effluves de violettes ou de roses. Pourquoi les fleurs ? L’ange avait, bel et bien, une odeur ! Plus cet être s’approchait, plus il lui semblait magnifique. Mike prenait conscience du plaisir engendré par ce dialogue. Il le sentait, même s’il ne parvenait pas à distinguer d’expression particulière sur le visage de l’ange. 

-       Dis-moi, Michaël Thomas, ton intention est-elle pure ? 

Veux-tu réellement ce que Dieu veut ? Tu veux rentrer chez toi, mais tu sais aussi qu’il existe un plan plus élevé et tu ne veux pas nous décevoir ni agir d’une façon qui ne serait pas appropriée sur le plan spirituel ? 

-       Oui, c’est bien ça. Je veux quitter ma situation mais mon désir m’apparaît étrange et me semble égoïste. 

-       Que dirais-tu si je t’apprenais que tu peux peut-être obtenir les deux ? ajouta l’ange, en souriant. Et que ton désir de rentrer chez toi n’est pas égoïste, mais naturel, et qu’il n’entre pas en conflit avec celui de réaliser ton but en tant qu’être humain. 

-       Mais de quelle façon ? Je t’en prie, dis-moi comment je peux y arriver, dit Mike d’une voix de plus en plus animée.

L’ange avait perçu le cœur de Mike, et maintenant, il pouvait rendre hommage à sa spiritualité. 

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, je dois te poser une autre question, afin de déterminer ta véritable quête, dit l’ange en se retirant quelque peu. Qu’est-ce que tu espères gagner en rentrant  « chez toi » ? 

Mike réfléchissait. Son silence aurait paru étrange dans une conversation humaine habituelle, mais l’ange le comprenait totalement et savait que c’était là un moment sacré pour Michaël Thomas. En temps terrestre, Michaël resta silencieux une bonne dizaine de minutes, mais l’ange ne fit aucun mouvement et ne dit rien. Il ne montra non plus aucun signe d’impatience ou d’ennui. Mike prenait peu à peu conscience de l’intemporalité de cet être qui ne ressentait pas l’impatience des humains soumis seulement au temps linéaire. 

-       Je veux être aimé et côtoyer l’amour, répondit Mike. Je  veux ressentir la paix dans mon existence… Je ne veux pas être assujetti aux préoccupations et aux poursuites futiles de ceux qui m’entourent. Je ne veux pas m’inquiéter à propos de l’argent. Je veux me sentir libéré. J’en ais assez d’être seul. Je veux me relier aux autres entités de l’Univers. Je veux connaître le sens de ma vie et jouer mon rôle au sein du paradis – peu importe le nom que vous lui donnez. Je veux être une partie juste et correcte du plan de Dieu. Je ne peux plus être l’humain que j’étais. Je veux être comme toi… C’est ce que je veux dire par rentrer chez moi. 

L’ange revint près du lit. 

-       Bien, Michaël Thomas de l’Intention pure, tu auras ce que tu désires. L’ange semblait devenir plus clair. Etait-ce possible ? il irradiait de blancheur, mais s’y mêlait maintenant un peu d’or. Tu dois suivre un chemin tout établi et tu dois y arriver de ton plein gré. Alors, tu pourras retourner chez toi. Te sens-tu prêt ? 

-      Oui, répondit Mike. Il sentait monter en lui un sentiment merveilleux, une vague d’amour. L’air commençait à être plus dense. L’éclat de l’ange se déplaçait vers le lit et enveloppait les pieds de Mike. Il commença à ressentir des frissons le long de l’échine et se mit à trembler involontairement, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant. C’était comme un bourdonnement d’un rythme incroyablement rapide. Puis, le mouvement se répandait dans tout son corps, jusque vers sa tête. Sa vision se transforma ; il voyait des éclats de bleu et de violet qui contrastaient fortement sur le fond blanc qui l’avait entouré depuis le début de cette scène. 

-       Que sa passe-t-il ? demanda Mike effrayé. 

-       Ton intention change ta réalité. 

-       Je ne comprends pas, poursuivit-il, terrifié. 

-       Je sais, dit l’ange avec compassion. N’aie pas peur de l’intégration de Dieu dans ton être. C’est l’atout que tu as demandé et qui te sera utile pour retourner chez toi. 

L’ange s’éloigna du lit de Mike, comme pour lui céder le passage. 

-       Ne pars pas,  je t’en prie, s’exclama Mike, encore abasourdi et craintif. 

-      Je ne fais que m’adapter à ta nouvelle taille, dit l’ange d’un ton plutôt amusé. Je partirai seulement lorsque nous aurons terminé. 

-      Je ne comprends toujours pas, mais je n’ai pas peur, mentit Mike. L’ange laissa encore une fois échapper ce rire dont la résonnance surprit Mike et dégageait une superbe gaieté et un amour intense. Michaël se rendit compte que le secret n’avait pas sa place et décida de continuer à parler. Il devait identifier ce sentiment. Et l’ange se remit à rire. 

-      Je ne sais pas ce qui se passe quand tu ris, mais ça me touche profondément et je ressens quelque chose de tout à fait nouveau. La remarque plaisait à l’ange. 

-      Ce que tu entends et ressens sont des attributs de source purement divine, répondit l’ange. L’humour est un des seuls traits qui reste inchangé malgré notre passage de votre côté. T’es-tu jamais demandé pourquoi les humains sont les seules entités biologiques terrestres à rire ? On pourrait croire que les animaux rient, mais ne font que réagir à des stimuli. Vous êtes les seuls à posséder la véritable étincelle de conscience spirituelle apte à produire cette caractéristique, les seuls à pouvoir créer l’humour à partir d’une abstraction ou d’une pensée. C’est votre conscience qui en est la clé et crois-moi, c’est un attribut sacré. Michaël Thomas de l’Intention pure, le rire est salutaire. 

L’ange venait de fournir la plus longue explication de toute leur rencontre. Mike sentit qu’il pourrait en tirer d’autres précieuses vérités avant la fin. Il s’y mit avec ardeur. 

-       Comment te nommes-tu ? 

-       Je n’ai aucun nom. La réponse fit place à un long silence. Ça y est, se dit Mike, de retour aux réponses brèves. 

-       Comment te connaît-on ? poursuit Mike. 

-       Je suis connu de tous, Michaël Thomas, et parce que JE LE SUIS, j’existe.

 

-       Je ne comprends pas. 

-      Je sais. L’ange s’amusait, mais non aux dépens de son interlocuteur. Il honorait la naïveté de Mike, qui ne pouvait savoir tout cela, à la manière d’un parent qui répond aux questions de son enfant sur la vie. Chaque parole et chaque geste de l’ange était remplis d’amour. Mike sentit qu’il était temps de cesser d’exiger des réponses et d’en arriver à l’essentiel. 

-      Quel est ce chemin dont tu parles, cher ange ? Pendant un instant, il se senti mal à l’aise d’avoir utilisé le qualificatif « cher », mais il sentait en même temps que c’était là un mot approprié à la personnalité devant lui. L’ange était à la fois un parent, un frère, une sœur et laissait même paraître le sentiment intime d’un amoureux. Mike ne pourrait oublier de sitôt cette curieuse impression. Il souhaitait continuer à ressentir cette énergie et craignait l’instant où elle pourrait se dissiper. 

-       Quand tu retourneras à ta réalité, Michaël, prépare-toi à vivre une aventure de plusieurs jours. Lorsque tu seras prête, le point de départ de ta route te sera indiqué. Tu devras passer par sept maisons de l’Esprit et, dans chacune d’elles, tu rencontreras une entité semblable à moi qui jouera chaque fois un rôle particulier. Le chemin pourra présenter des surprises et mêmes du danger, mais tu pourras arrêter quand tu le voudras sans être jugé. Tu changeras en cours de route et tu apprendras énormément de choses. Tu devras étudier les attributs de Dieu. Si tu parviens à traverser les sept maisons, la porte qui te conduire chez toi te sera montrée. L’ange fit une pause en souriant et poursuivit : « et Michaël Thomas de l’Intention pure, l’ouverture de cette porte s, fera avec une immense  célébration ». 

Mike ne savait que répondre. Il se sentait libéré, mais également nerveux à l’idée d’entreprendre ce voyage vers l’inconnu. Qu’y trouverait-il ? Devait-il se lancer ? Peut-être était-il en train de fabuler de manière insensée ! Et puis, à quoi la réalité correspondait-elle ? 

-       Ce qui se trouve devant toi est réel, Michaël Thomas de l’Intention pure, dit l’ange, lisant encore une fois les sentiments de Mike. Tu retourneras à une réalité temporaire conçue exclusivement pour les humains dans le but de leur apprentissage. 

-        

Aussitôt que Mike ressentait un doute, l’ange s’en apercevait. Encore une fois, il se sentait en quelque sorte violé dans ce nouveau mode de communication, mais en étant toutefois honoré. Dans un rêve, se dit-il, on est en contact avec son propre cerveau. On ne peut plus rien se cacher à soi-même. Voilà peut-être pourquoi il convenait d’avoir ce genre de conversation avec cette entité qui savait ce qu’il pensait. En outre, Mike ressentait vraiment ce que l’ange avait exprimé. Il commençait à se sentir tout à fait à l’aise dans cette réalité onirique et n’était nullement pressé de retourner à un état moindre. 

-       Par où commence-t-on ? demanda Mike en hésitant. 

-      Tu as exprimé l’intention de ce voyage. Alors, tu vas retourner à ta conscience humaine. Tu devras te rappeler certains point en cours de route : les apparences sont parfois trompeuses, Michaël. Au fur et à mesure que tu avanceras, tu reviendras plus près de la réalité que tu expérimentes présentement auprès de moi. Il est donc possible que, en t’approchant de la porte qui mènera chez toi, tu aies à développer une nouvelle façon d’être un peu plus, disons, à jour, que ce que tu connais maintenant. Mike ne saisissait pas vraiment ce que l’ange entendait par là, mais il l‘écoutait tout de même attentivement. 

-       Je dois maintenant te poser une autre question, Michaël Thomas de l’Intention pure. 

-       Je suis prêt, rétorqua Mike, se sentant plus ou moins confiant, mais sincèrement prêt à avancer. « Quelle est la question ? » L’ange s’approcha du pied du lit.

-       Michaël Thomas de l’Intention pure, est-ce que tu aimes Dieu ? Mike était estomaqué de la question. Bien sûr qu’il aimait Dieu ! Pourquoi cette question ? il répondit rapidement. 

-       Puisque tu connais mon cœur et mes sentiments, tu dois savoir que j’aime Dieu. Dans le silence qui s’ensuivit, Mike comprit que l’ange était satisfait de sa réponse. 

-       En effet. 

Tels furent les derniers mots que Mike entendit prononcer par les lèvres invisibles de cette créature magnifique qui l’aimait, de tout évidence, tendrement. L’ange se pencha vers Mike et fit un mouvement de la main qui rejoignit sa gorge. Comment pouvait-il s’étirer à ce point ? Mike ressenti immédiatement une sensation qui aurait pu ressembler à des centaines de lucioles grouillant dans son cou et modifiant sa personne. Sans ressentir aucune douleur, il se mit tout à coup à vomir. 

*********************************** 

-      Tiens-lui la tête au-dessus du plateau, clama l’infirmière à l’intention du préposé aux soins. Il vomit. 

La salle du service des urgences était bondée, comme chaque vendredi soir, et la pleine lune n’allait pas sans compliquer les choses. Il arrive que, sans croire le moindrement à l’astrologie ou à la métaphysique, les dirigeants d’hôpitaux aient tendance à mieux doter leur service des urgences de personnel les soirs de pleine lune. En effet, des situations inhabituelles semblent survenir à ce moment-là. L’infirmière ressortit de la pièce pour voir à d’autres cas tout aussi urgents. 

Kryeon, canalisé par Lee Carroll 

Présentation aux lecteurs

  

  

Présentation aux lecteurs dans RETOUR DE LA LUMIERE ISABELLISA122875426830_gros KryeonISABELLISA122875426830_gros dans RETOUR DE LA LUMIERE 

Chers amis,  

  

Bienvenue à ce rendez-vous cosmique ! J’ai toujours le plus grand plaisir à m’adresser à vous, mais cette fois, les mots semblent me manquer pour vous exprimer la joie et le bonheur que je ressens de vous présenter le premier tome d’une série qui s’intitule Ensemble vers 2012.  

  

En quoi consiste cette série ? Tout d’abord, elle se compose de plusieurs ouvrages répartis sur quelques années. Chaque année – au 17 août, date de la Convergence harmonique, ce moment énergétique sans précédent dans l’histoire de l’humanité –, paraîtra un livre dont le contenu portera sur l’année qui s’annonce. Vous tenez donc entre vos mains le premier tome de cette série : Le retour de la lumière – 2007, l’année du discernement spirituel. À chaque année correspondra d’ailleurs un thème différent.  

  

Les ouvrages de cette série ne contiennent surtout pas des « prédictions », comme on l’entend habituellement, ils constituent plutôt un partage de potentiels et de probabilités. Certains événements vont se produire et d’autres probablement pas…. peu importe. Il faut savoir que certaines dates portent en elles des énergies très particulières et qu’il est important de les connaître pour tirer parti de leur potentiel vibratoire. Mis à part les changements climatiques et terrestres, ce qui me semble primordial pour chacun d’entre nous, c’est non seulement de mieux comprendre ce qui se profile à l’horizon sur les plans énergétique et vibratoire, mais également de mieux saisir ce que nos frères et soeurs intraterrestres et extraterrestres préparent et leurs défis concernant l’humanité et la situation planétaire.  

  

Pourquoi avoir intitulé le premier tome Le retour de la lumière – 2007, l’année du discernement spirituel ? Simplement parce que je crois que ce retour à la lumière est bel et bien amorcé non seulement sur la planète mais en chacun de nous. Il reste certes beaucoup à faire, mais cet ouvrage vous permettra de constater l’étendue du travail déjà accompli et de comprendre ce que chacun doit encore accomplir, assimiler et transformer. Quant à « 2007, l’année du discernement spirituel », cela tient au fait que le discernement sera un atout aussi majeur qu’essentiel pour faire face à ce qui va se présenter sous couvert.  

  

  

Dans ce premier tome, cinq auteurs et channels transmettent leurs enseignements. Lorsque j’ai demandé à Lee Carroll, Edna G. Frankel, Aurélia Louise Jones, Régine Françoise Fauze et Nathalie Chintanavich de participer à mon projet, tous ont accepté immédiatement avec une grande joie. Par la suite, d’autres entités se sont jointes au projet, dont les déesses de cristal. Animées de forces féminines et cristallines, ces entités oeuvrent actuellement sur la Terre pour mettre en place les caractéristiques du Verseau.  

  

J’ai d’abord reçu une vision de ces sept entités qui souhaitaient s’exprimer, puis j’ai demandé à Nathalie Chintanavitch de bien vouloir transmettre leurs enseignements. Vous trouverez leur tout premier message à la page 256. Incidemment, il est fort possible qu’un livre entier leur soit consacré en 2007. J’ai en haute estime tous ces auteurs et le canal que chacun transmet. Ils ont toute mon admiration et ma gratitude.  

  

Enfin, vous trouverez à la fin du livre un CD contenant des méditations.  

  

À mon sens, ce supplément audio vient compléter le travail à accomplir.  

  

J’ai donc demandé à Hildon, Chandra et Flex de bien vouloir nous offrir des méditations semblables à celles que les Incas ont reçues avant leur propre ascension. Nous vous proposons tout d’abord une méditation individuelle qui vous aidera à bien ancrer les énergies solaires, puisqu’elles se font de plus en plus présentes sur la planète. Pour ceux qui souhaiteraient vivre ces moments entre amis, il y a également une méditation de groupe.  

  

En terminant, chers lecteurs, je vous invite à vous célébrer vous-mêmes ! Célébrez ce moment historique de la Convergence harmonique.  

  

L’année 2007 correspondra à son vingtième anniversaire… et ce sera également le vôtre. Je tiens à exprimer ma plus grande admiration à chacun d’entre vous, car vous relevez quotidiennement de nombreux défis, vous accomplissez votre mission contre vents et marées… et vous faites preuve de courage dans l’adversité. Je vous remercie d’être là… et de poursuivre votre route en dépit de tout. Sachez que le retour à la lumière a pu venir  

au monde grâce à ce que vous semez jour après jour.  

  

Bonne lecture et que votre vie exprime toutes les possibilités !  

  

 Martine Vallée, Éditrice de Kryeon, août 2006  

martine@ariane.qc.ca 

L’histoire de Michaël Thomas

 L'histoire de Michaël Thomas  dans LE RETOUR ISABELLISA122875426830_gros                ISABELLISA122875426830_gros dans LE RETOUR

 Mike (Michaël Thomas) poussa sa corbeille de documents avec un peu trop de vigueur sur la cloison de son bureau. Des morceaux de plastique éclatèrent ici et là. Encore une fois, un objet à portée de sa main subissait l’expression de sa colère. La situation qu’il vivait lui semblait de plus en plus exaspérante. Tout à coup, une tête se pointa à travers les feuilles vertes d’une plante artificielle trônant à sa gauche.  

- Tout va bien ? demanda John, du module voisin.  

Les cloisons de chaque module étaient juste assez hautes pour donner l’impression que chacun disposait d’un bureau privé.  

Mike avait placé plusieurs articles en hauteur sur sa table de travail. Ainsi, il avait l’illusion d’être à plus de deux mètres de ses collègues. D’ailleurs, tous partageaient ce leurre d’être seuls et de pouvoir converser sans oreilles indiscrètes autour. Le reflet blanc des tubes fluorescents suspendus au-dessus des modules baignait Mike et les autres d’un éclairage artificiel que l’on ne trouve que dans les grands établissements ou les usines. La lumière absorbait tout le rouge du spectre et pâlissait tout ce qu’elle touchait, même sur le territoire de la Californie ensoleillée.  

Des années sans soleil direct avaient donné à Mike un teint blafard.  

- Un petit saut aux Bahamas pourrait tout régler rapidement, répondit Mike sans même se tourner vers John, qui reprit sa conversation téléphonique en haussant les épaules. 

 

 Tout en prononçant ces paroles, Mike savait pertinemment qu’il n’irait pas aux Bahamas avec le salaire de commis aux commandes qu’il gagnait dans ce “ trou ”, ce moulin à ventes dans lequel tous les employés travaillaient. Il commença à ramasser les morceaux de plastique éparpillés et soupira… comme il le faisait de plus en plus souvent depuis quelque temps. Que faisait-il ici ? Pourquoi n’avait-il ni l’énergie ni la volonté de rendre sa vie plus intéressante ? Son regard se posa sur le stupide ourson en peluche qu’il s’était offert. Au cou du petit animal, on pouvait lire : “ Serre-moi ”. Tout près, Mike avait déposé sa caricature préférée : une illustration montrant un oiseau qui s’échappait d’un personnage qui le faisait toujours rire.  

Quant à lui, il se sentait plutôt habité par un oiseau de malheur. Mike avait beau épingler des visages souriants et des blagues autour de lui, il se sentait coincé. Son existence ressemblait à la reproduction répétée d’une même photocopie. Chaque journée se répétait inlassablement et semblait dépourvue de sens. La frustration et l’inutilité qu’il ressentait le mettaient en colère et le déprimaient. De plus, on commençait à le remarquer. Son supérieur y avait même fait allusion.  

Michaël Thomas était dans la mi-trentaine. Comme plusieurs de ses collègues, il était en “ mode de survie ”. Il occupait le seul poste qu’il avait pu trouver où il n’avait pas vraiment à se préoccuper de son rendement. Il n’avait qu’à être là pendant huit heures durant, puis à retourner chez lui, dormir, régler ses factures durant ses jours de congé et retourner au travail chaque lundi.  

Mike se rendit compte qu’il connaissait les noms de quatre personnes seulement dans ce bureau de Los Angeles, qui en comptait un peu plus de trente. Il s’en fichait. Pourtant, il était là depuis plus d’un an, depuis la rupture qui avait détruit sa vie pour toujours. Il n’en parlait jamais, mais ses souvenirs le hantaient presque toutes les nuits.  

Mike vivait seul, avec son poisson. Il aurait aimé avoir un chat, mais son propriétaire l’interdisait. Il se savait en train de jouer le rôle de la victime, mais son estime personnelle était nulle. Il continuait d’entretenir cette blessure, qui était toute sa vie, la gardant intentionnellement ouverte et vive de façon à pouvoir la ressentir à volonté. Il croyait ne pouvoir rien faire d’autre et n’était pas certain d’avoir l’énergie de changer quoi que ce soit, même en le souhaitant ardemment. Trouvant l’idée amusante, il avait appelé son poisson “ Le Chat ” et lui parlait chaque fois qu’il quittait l’appartement ou il y entrait.  

- Aie confiance, Le Chat, lui disait-il avant de partir. Bien sûr, le poisson ne répondait jamais.  

Mesurant plus d’un mètre quatre-vingt, Mike en imposait, jusqu’à ce qu’il sourie. Aussitôt, il faisait fondre tous les préjugés des gens d’abord impressionnés par sa stature. Ce n’était pas un hasard si son principal outil de travail était le téléphone. Ainsi, les clients ne pouvaient le voir. C’était là une façon commode de renier son meilleur attribut. En fait, il s’était emmuré pour mieux se donner le loisir de se délecter du mélodrame à l’image de sa situation actuelle. Il excellait en relations humaines, mais il utilisait rarement ses talents, sauf en cas de nécessité absolue dans le cadre de son travail. Mike n’entretenait pas facilement d’amitiés, et le sexe opposé n’avait aucune place dans son champ d’intérêt actuel, même si certaines de ses représentantes auraient souhaité le contraire !  

- Mike, lui disaient parfois ses collègues masculins, quand as-tu été chanceux la dernière fois ? Tu as besoin d’une femme ; cesse de te ronger les sangs !  Puis, ils rentraient chez eux retrouver leur famille, leur chien, leurs enfants… parfois même un poisson! Mais Mike ne pouvait envisager l’idée de reconstruire sa vie affective. Ça n’en valait pas la peine, se disait-il. J’avais déjà trouvé ma compagne, mais elle ne le savait pas. Il avait été très amoureux et avait misé gros sur cet amour. Pour elle, ça n’avait été qu’un jeu. Quand Mike en avait finalement pris conscience, son avenir s’était en quelque sorte effondré. Il avait aimé cette femme d’une passion qu’il ne croyait jamais pouvoir revivre un jour. Il lui avait tout donné, mais elle avait tout rejeté.  

[……..] 

Mike avait le souffle coupé et souffrait terriblement. Au moment où il essayait de se ressaisir et de soulager ses poumons brûlants à cause d’un manque d’air, il aperçut une botte d’une ampleur qui lui sembla démesurée s’abattant sur lui. Son assaillant grimaçait. Tout se passa très vite. La botte trouva son chemin.  

  Mike sentit et entendit le bruit des os de sa gorge et de son cou qui se rompaient d’une façon abominable. Il respira d’horreur, sachant très bien que l’air ne pouvait plus entrer et que sa colonne était sans doute broyée. Son corps entier réagit au bruit du choc de son cou mutilé. Sa conscience ressentit la situation dont l’horreur commençait à prendre forme. Ça y était… la mort approchait. Il essaya de crier, mais en vain. Il était sans voix. Il ne lui restait plus d’air et les choses commençaient à s’assombrir.  

  Tout était calme. Le voleur se dépêchait de finir son oeuvre sans se préoccuper du sort de l’homme étendu sur le plancher. Mais il fut interrompu par un bruit provenant de la porte. – Qu’est-ce qui se passe ici ? Est-ce que ça va ? clamait un voisin en frappant violemment la porte de son poing. Le voleur maudit son sort et se dirigea en maugréant vers la fenêtre fracassée. Pour faciliter sa sortie, il enleva les pièces encore accrochées au cadre et se glissa habilement vers l’extérieur. Le voisin de Mike, qui ne l’avait en fait jamais rencontré, entendit les bruits de verre cassé à l’intérieur et décida de tourner la poignée. La porte n’étant pas verrouillée, il entra et trouva l’appartement sens dessus dessous et un homme qui s’échappait par la fenêtre brisée. Avançant silencieusement dans la noirceur presque totale pour éviter le téléviseur et la chaîne stéréo étrange et une ampoule nue s’alluma au plafond.  

   - Oh mon Dieu ! s’entendit-il prononcer avec stupeur.  

En moins d’une seconde, il prit le combiné du téléphone, composa un numéro et demanda de l’aide. Michaël Thomas gisait sur le plancher, inconscient et grièvement blessé. La pièce était redevenue silencieuse. On entendait seulement le bruit d’un poisson qui se débattait à un mètre de la tête de Mike. Le Chat avait rejoint la laitue et les nouilles précuites sur le plancher, un mélange peu alléchant qui se teintait lentement du sang des blessures de Mike. 

Kryeon, canalisé par Lee Carroll

ISABELLISA122875426830_gros

Quelques concepts ardus

Quelques concepts ardus dans FRANCHIR LE SEUIL MILLENAIRE plantes-feuilles-00020Je découvre que ma vie de channel est essentiellement consacrée à la traduction. La traduction de ce que Kryeon a appelé le « troisième langage » est la transcription de la voix de l’esprit en langage humain. Dans mon cas, il s’agit de l’anglais. Je sais que certains d’entre vous lisent cet ouvrage dans l’une des onze langues dans lesquelles on a donné l’autorisation de traduction.  

Aussi êtes-vous en train de lire la traduction d’une traduction ! Au cours de ces dernières années, Kryeon a poursuivi sans cesse la transmission de concepts difficiles à appréhender, dans quelque langue que ce soit. J’ai souhaité commencer ce livre en vous fournissant ma version et mes explications personnelles concernant certains des concepts les plus difficiles que Kryeon ait jamais délivrés. Ainsi, j’espère rendre certaines des communications qui vont suivre plus claires et plus aisées à comprendre.  

Je vais maintenant parler de plusieurs concepts et d’une métaphore que Kryeon a présenté à diverses reprises. Au cours de cet exposé, je vais aborder les idées suivantes, telles qu’elles ont été énoncées par Kryeon au cours de ses channelings :  

1. Le temps « du moment présent » (et temps variable) ;  

2. la réalité humaine ;  

3. la dimensionnalité et la métaphore du train;  

4. l’âme humaine éternelle – tous des sujets légers et anodins, n’est-ce pas ?  

Le temps « du moment présent »     

Bon, d’accord, le temps c’est le temps. Je jette un regard à une horloge et elle fonctionne toujours à la même vitesse. En outre, les scientifiques dont l’occupation consiste à mesurer le temps nous ont offert des horloges atomiques parfaitement réglées et variant de moins d’une seconde en mille ans. Ainsi, on pourrait dire que le temps est absolu et que la science l’a démontré, n’est-ce pas ?  

En réalité, c’est l’inverse qui est vrai. Le temps est variable et la science l’a également prouvé. Kryeon déclare que nous  vivons dans un monde à quatre dimensions. Les scientifiques qualifient ce monde de « trois-plus-un », mais j’aborde là le sujet de la dimensionnalité que nous traiterons plus tard. Je dois vous apprendre, au cours de cet exposé, que Kryeon considère le temps comme l’une des quatre dimensions que nous autres, humains, voyons comme notre réalité. Les scientifiques viennent de l’admettre récemment. Toujours selon Kryeon, chacune de ces quatre dimensions est variable et conceptuelle par nature : longueur, largeur, hauteur et temps. Il y en a quatre. Notez également qu’aucune d’entre elles ne définit les choses – elles ne sont que des concepts. Mais nous en dirons davantage à ce sujet plus tard.  

Bien que nos horloges avancent à une vitesse bien précise et apparemment dans une seule direction (en avant), l’un de nos plus grands scientifiques a pensé autrement. En 1905, Albert Einstein découvrit la théorie de la relativité expliquant la relativité du temps. Bien entendu, je ne vais pas essayer de vous expliquer E = mc² dans ces pages. Je suis le channel, pas le scientifique (n’êtes-vous pas contents ?). Mais j’aimerais vous faire connaître le point essentiel qu’Einstein mit à l’époque en évidence.  

Il déclara que le temps est une variable (ou relatif) selon la vitesse à laquelle vous vous déplacez. Il nous fournit, à cet égard, le paradoxe de l’horloge. Il s’agit là d’un exemple fictif amusant concernant les voyageurs de l’espace quittant la Terre et voyageant à une vitesse presque égale à celle de la lumière en direction d’un lieu extrêmement lointain, puis revenant sur la Terre. À leur retour, tous ceux qu’ils avaient laissés derrière eux avaient considérablement vieilli ! Apparemment, le temps s’était écoulé beaucoup plus rapidement sur la Terre ou bien alors s’était écoulé plus lentement pour les voyageurs. Cependant, dans chaque cas, leurs horloges respectives semblaient être restées constantes ! Selon Einstein, l’explication réside dans le fait que la variable de la vitesse a pu altérer le cours du temps. Donc, le temps est en relation étroite avec la vitesse. Cette théorie parut sensée aux scientifiques mais ne put être prouvée jusqu’au jour où l’accélération d’une petite particule révéla qu’Einstein avait raison. À peu près à la même époque, les astronomes démontrèrent également que la théorie d’Einstein selon laquelle la gravité infléchissait le cours de la lumière était exacte. Nous savons donc, grâce à un grand scientifique, que le temps est, en fait, une variable.  

Je vous propose une autre métaphore à ce sujet; elle est reliée au train de la réalité dont nous discuterons plus tard. Deux trains quittent une gare au même instant. L’un va plus vite que l’autre et arrive donc à destination le premier. Les horloges, dans chacun des trains, indiquent exactement la même heure, mais l’un des trains arrive plus tôt. Vous pourriez penser: « C’est évident. » Cependant, la réalité de notre train humain ne perçoit que le temps exprimé par l’horloge. Nous n’avons pas conscience d’une dimension qui permet un autre genre de temps, par exemple un temps de nature interdimensionnel. Dans le cas de notre analogie, celui-ci correspondra à la vitesse du train sur lequel nous nous trouvons.  

Pourquoi raconter cette histoire ? Afin de faciliter la compréhension de concepts tels que le TEMPS PRÉSENT et la RÉALITÉ. Ce temps a été maintes fois mentionné dans les travaux de Kryeon. Depuis le début, Kryeon nous répète que nous nous trouvions situés dans une dimension temporelle erronée appelée le TEMPS LINÉAIRE. Le cadre temporel décidé par Dieu est celui du TEMPS PRÉSENT. Pour nous, il est linéaire. Ce temps linéaire peut bien être « erroné » selon Kryeon, il n’empêche que, à mon avis, c’est ainsi que les choses fonctionnent. Pour moi, toute chose se meut le long d’une voie toute droite. En parcourant cette voie, une ligne temporelle est créée représentant ce que j’ai fait hier (le passé), ce que j’accomplis aujourd’hui (le présent) et ce que j’ai prévu de faire demain (le futur). Peut-il exister quelque chose de plus banal et simple à comprendre ?  

Cependant, Kryeon appelle ceci un attribut manufacturé pour notre existence à quatre dimensions. En outre, il évoque (au cours de ses channelings scientifiques) différentes dimensions temporelles situées dans d’autres parties de notre univers « visible ».   Ce qui est le plus drôle, dit-il, c’est que nous sommes d’ores et déjà dans le maintenant, mais que notre perception linéaire est quelque chose qui a été « rajouté » par-dessus afin de nous rendre plus à l’aise par rapport à tout cela. Il pose la question suivante : Comment appelez-vous le présent ? Bien entendu, la réponse est que nous l’appelons aujourd’hui ou maintenant. Il poursuit en nous interrogeant : Lorsque vous serez rendus à demain, comment l’appellerez-vous ? La réponse est à nouveau aujourd’hui ou maintenant. Puis, il nous demande ; Et demain (devenu votre aujourd’hui), lorsque vous regardez en arrière, comment nommez-vous le passé pendant que vous y vivez ? La réponse est encore : aujourd’hui ou maintenant. Kryeon met l’accent sur ces points précis et déclare que quelle que soit la façon dont les humains considèrent  le passé ou le futur, il s’agit toujours d’aujourd’hui ou de maintenant au moment où il se déroule. Donc, le maintenant représente toujours notre réalité et la mienne, et le passé et le futur ne sont que de simples concepts. Ainsi, vous êtes constamment dans le maintenant.  […] 

Le temps du moment présent est circulaire. Tout ce qui fut ou sera jamais est ici, présent sous une forme ou une autre. Nous sommes placés au centre du cercle temporel. Tout ce que nous avons accompli est toujours avec nous maintenant. (Possédez-vous des photos de ce que vous avez fait il y a quelques temps ? Et que dire de vos souvenirs ?) Tout ce que vous avez réalisé dans le passé est avec vous en cet instant précis et compose votre réalité. Le futur, bien que non manifesté dans votre réalité présente, existe en qualité de « manifestions potentielle » dans votre cercle du moment présent. Il est donc lui aussi présent avec vous maintenant. Ce cercle subit une distorsion par une énergie que l’on appelle notre réalité, réalité constituée de notre présent, de notre passé et des potentialités de notre futur. Kryeon ajout qu’en manifestant (ou non) ces potentialités, la distorsion de la boîte de notre réalité varie. 

par Lee Carroll Channel de Kryeon 

plantes-feuilles-00020 dans FRANCHIR LE SEUIL MILLENAIRE

1...1213141516

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...